Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Première partie. Un rite d’aujourd’hui

Chapitre 2. Un rite

Texte intégral

L’intention de cet ouvrage

1Le rapide tour d’horizon que nous venons d’effectuer nous montre que la thèse, sa soutenance, les enjeux qu’elles engagent ont été abordés, le plus souvent mis en scène sur un mode critique, dénonciateur. Néanmoins ces productions, montrent chacune à leur façon, que la thèse n’est pas seulement un type de document à caractériser mais engage tout un parcours allant au moins de l’inscription initiale, à la soutenance. Toute thèse accomplie débouche sur une soutenance. Que la soutenance se tienne indique que la thèse était soutenable, et si elle est soutenue que c’était une thèse. Au-delà de cette remarque tautologique on peut poser la question « qu’est-ce qu’une thèse ? » Elle voudrait soulever non un problème technique « que faire pour la produire ? » traitée par un certain nombre de manuels mais interroger sa place dans notre société, sa signification sociologique. Nous proposons d’aborder la thèse à travers son rapport de soutenance. Un document désormais devenu pièce maîtresse pour toute candidature à l’enseignement supérieur et à la recherche. Il sera d’autant mieux lu que l'autre signe de qualité qui serait l’attribution d’une mention est anéantie par la tendance généralisée à attribuer la plus haute « très honorable » Cette inflation têtue des mentions quelle que soit l’époque, les disciplines, la rigueur des directives, la volonté toujours réaffirmée des jurys d'assainir à cet égard leur pratique, est à prendre comme un fait. S’il y a échec, c’est que la thèse n’est pas un objet scientifique pur flottant hors de toutes contraintes sociales. Elle est aussi produite à l’intérieur d’un réseau social, elle a du sens pour une communauté universitaire donnée, elle est presque un compromis social. En ce sens la thèse n’est pas un exercice intellectuel abstrait, hors des contingences sociales et il n’en faut pas aborder les manifestations en terme de déviation, de dévoiement mesurer à l’aune d’un idéal de thèse qui n’est qu’une caricature de science, d’université ou de recherche.

2Avec l’attention portée au rapport de soutenance de thèse, on peut espérer saisir quelques représentations de la thèse, mais aussi et peut être surtout la façon dont chacun se positionne, se donne à voir ou plutôt à lire vis-à-vis des autres membres de sa communauté par la médiation du postulant à l’entrée dans la communauté.

3Faire l’hypothèse que le rapport de soutenance constitue un genre spécifique, obligera à définir et étudier des corpus en utilisant les ressources de l’analyse de discours et des sciences du langage. La plus ou moins grande maîtrise du genre par les scripteurs devrait aussi témoigner de leur mode d’inclusion au monde universitaire.

4Auparavant il faudra tenir compte de notre premier constat, la thèse représente un mode de socialisation dans une communauté donnée, à cet égard, elle est autant un parcours qu’un produit, c’est aussi se dire que le rapport de soutenance de thèse est une petite pièce essentielle dans un dispositif de qualification et qu’on ne saurait en saisir la teneur sans le resituer dans la longue chaîne au sein de laquelle il prend place. La manière dont ce rapport est rédigé et lu ne prend sens qu’à connaître les étapes antérieures qui vont le permettre.

La thèse comme parcours initiatique

  • 1 Marc Abélès, Un ethnologue à l'assemblée, Éd. Odile Jacob, Paris, 2000.

5En somme, il faut appréhender un chemin, un parcours, une chaîne, un dispositif même, au sens où il s’agit d’un ensemble programmé, articulé, une suite d’actes oraux ou écrits qui pour un peu ferait apparaître la rédaction de la thèse elle-même comme un épiphénomène. La thèse n’est rien sans l’ensemble de ces actes formels ou informels qui la soutiennent et sont produits dans le contexte universitaire. Le qualificatif de « communauté » universitaire pourrait être employé, il est toujours présomptueux car il postule l’existence d’un ensemble soudé par des pratiques communes, des valeurs et des références partagées. À cette expression, on associe volontiers les notions de codes communs, de rites. Dés lors le parcours de thèse serait à concevoir comme une sorte de parcours initiatique selon la signification attribuée à ce dernier terme par les ethnologues. Ces derniers détectent dans un certain nombre de sociétés des rites d’initiation, souvent rites de passage d’un groupe social, une classe d’âge par exemple à une autre et qui se matérialisent en cérémonies. À vouloir établir des correspondances ethnologiques, on pourrait par exemple assimiler le directeur de thèse à l'oncle maternel ou paternel, souvent responsable d’éducation, le rapporteur au parrain, qui n’est jamais non plus choisi au hasard mais par exemple dans la lignée maternelle pour servir de passeur du monde des femmes à celui des hommes dans le cas de cette société à domination masculine des Baruyas étudiée jadis par Maurice Godelier. Ce petit jeu de l'ethnologue moderne a ses limites même s’il paraît séduisant. Percevoir les universitaires comme une tribu à son parfum d’exotisme qui n'est pas pour déplaire aux intéressés comme le note l’ethnologue Marc Abélès à propos d’une autre possible tribu, celle des parlementaires1.

6Ces derniers constate-t-il, partagent certes des manières de voir, de faire, des codes et des rites mais forment aussi à d’autres égards, un ensemble très hétérogène dont les membres ont des origines, des modes de vie, des aspirations très différents. Il y aurait donc quelque abus à les assimiler à une tribu. Dans le cas qui nous occupe, la « tribu » en question est un corps professionnel, un groupe de « collègues » peut-être plus homogène que le groupe des parlementaires. Cette catégorie de collègues qui veut anéantir les différences n’a pas d’évidence. À quoi correspond cette désignation, cette adresse : « cher collègue » ? Dans notre exemple, celui de l’enseignement supérieur, le « cher collègue » est le plus souvent pour les enseignants-chercheurs celui qui a subi la même épreuve initiatique celle de la thèse.

7En dépit de l’usage répandu de l’adresse « collègue » indifférenciée, nous avons déjà signalé la fracture qui se révèle au moins au plus haut échelon universitaire entre A et non A, et qui donne à cette fameuse communauté universitaire des allures de monde à la Van Vogt. À cette étape donc la tribu se scinde en deux clans, en position non égalitaire

8Même s’il faut être vigilant quant à une correspondance terme à terme, des concepts ethnologiques pour la communauté qui nous intéresse, celle des universitaires dont l’organisation sociale n’est sûrement pas celle d’une tribu, on peut néanmoins se risquer à utiliser certains concepts ethnologiques.

9Le concept de rite paraît devoir être pertinent appliqué non seulement à la thèse et à sa soutenance mais à ce que nous avons appelé le parcours de thèse.

10On peut appréhender le parcours de thèse tout entier comme un rite d’initiation au monde universitaire, comme apprentissage progressif et maîtrise des signes d’appartenance à ce milieu, parcours de socialisation donc.

11La notion de rite peut aussi s’appliquer à des moments plus spécifiques, celui de la soutenance par exemple, parce qu’on est en présence d’une véritable cérémonie qui distribue des rôles dans les participants, fixe un protocole serré et ne laisse rien au hasard ni le temps de déroulement ni la disposition spatiale. Sous cet angle, la soutenance présente des différences d’un domaine disciplinaire à un autre et sans doute selon les pays. En Lettres et Sciences humaines, la soutenance conserve une certaine solennité, elle peut être fortement théâtralisée si les lieux s’y prêtent comme le décor de la Sorbonne. Le jury sera en chaire, sur scène tandis que le candidat sera assis en contrebas, au premier rang de l’amphithéâtre. Il est d’autres contextes où cette disposition est exactement inverse, c’est le candidat qui est en scène pour une sorte de leçon inaugurale. Cette dimension théâtrale peut être accentuée par le port de la robe ou au contraire, disparaître tout à fait dans certaines disciplines (médecine) ou dans certains pays. Aux États Unis, la soutenance revêt des allures de conversation informelle : disposition spatiale, rôles, ordre de parole n'y sont plus pareillement organisés.

12Dans un rite, la description de la gestuelle par elle-même n’a pas beaucoup de significations, le rite tire son sens de la qualité des participants, du moment où il se tient et de la stricte observance de conditions de déroulement toujours identiques.

13Le concept de rite semble opératoire pour rendre compte de la soutenance, mais il est peut être applicable au parcours de thèse pour en souligner la dimension socialisatrice, encore faut-il l’accommoder à des sociétés dominées par la culture écrite.

14Le concept de rite forgé par l’ethnologie traditionnelle est d’abord le fait de cultures à dominante orale. Il désigne des pratiques collectives, corporelles dûment normées.

15Dans les sociétés de culture écrite et ayant évolué vers l’usage généralisé de l’écriture dans sa forme bureaucratique, administrative, les rites peuvent être remplacés ou bien coexister avec ce qu’on pourrait appeler « rites d’inscriptions ». L’existence sociale y est en effet conditionnée par toutes sortes d’inscriptions officielles, à commencer par celles des registres d’État civil pour les naissances, les mariages, les décès etc., sans compter tous les multiples actes de la vie quotidienne qui se matérialisent par des inscriptions, assorties de leurs preuves écrites, objets écrits, « papiers » à porter sur soi, à garder chez soi. Dans quelle mesure, peut-on parler de rites d’inscriptions sans galvauder le concept de rite ? C’est que l’acte en soi n’a guère de raison intrinsèque, il est chargé de toute une symbolique, d’identités dans le cas des inscriptions et des papiers qui les matérialisent. Ces derniers sont même qualifiables d’objets rituels, leurs contenus, leurs usages importent moins que le fait de les posséder (dans le cas des papiers de les porter sur soi ou de les garder chez soi, une manière d’amulettes en somme). Ces pratiques d’inscriptions marquent toutes sortes d’appartenances collectives, à un groupe familial, à un corps professionnel, à une nation, tout comme des peintures et tatouage corporels peuvent signifier des appartenances à des lignages, des clans, etc.

16L’exemple de la thèse illustre particulièrement le rite conçu selon cette acception plus large. Nous avons souligné comme un temps fort, le moment de l’inscription initiale, à renouveler annuellement, tandis que se déroule un parcours devant conduire vers la soutenance-cérémonie, rite plus classique dans sa conception, mais et c’est sans doute le propre du rite moderne, toujours assorti de la production d’objets écrits, la thèse elle-même bien sûr, puis le rapport de soutenance de thèse, enfin le diplôme. Ce diplôme représente l’apothéose de l’objet écrit à concevoir comme un objet rituel, très sacralisé. Il vaut par sa seule possession, il est fait pour être exhibé, affiché. Il confère non le titre de shaman mais celui de docteur

17Il ne s’agit pas de se lancer dans quelque sociologie ou ethnologie du monde universitaire. On ne résistera peut être pas, pour autant à la tentation de saisir ces documents comme des analyseurs, non tant de ce qu’est la thèse, que du fonctionnement d’un milieu, du réseau complexe des relations de dépendances et d’interdépendances qu’elle implique et qui contribue à fabriquer de la communauté universitaire. En particulier, celle-ci prétend manier des objets scientifiques purs et se dote des moyens pour les identifier, se faisant, elle cautionne, agrée, reconnaît et en définitive fait exister des configurations de relations, des constellations plus ou moins scintillantes.

De la méthode

18L’intention est donc de caractériser le rapport de soutenance de thèse comme genre après l’avoir envisagé comme un révélateur du fonctionnement d’une communauté universitaire qui conforte son existence dans les pratiques de lecture et d’écriture qu’elle déploie à son propos.

19Encore, faut-il effectuer des choix d'observations et de corpus.

20Les sciences dites exactes, naturelles, dures, sèches et diront certains par autodérision, inhumaines, ont été écartées. La thèse y semblait plus le produit d’un laboratoire, d’une équipe de recherche, qu’une œuvre individuelle, dés lors, le rapport de soutenance de thèse paraissait moins déterminant pour le candidat que la possibilité en soi de faire une thèse dépendante des modalités d’intégration à une équipe et de la renommée de celle-ci.

21L'ensemble Lettres et Sciences Humaines vaste et composite obligeait à faire d’autres choix. Il faut avouer que ce sont les facilités d’accès aux documents plus que de profondes raisons théoriques qui nous ont en premier lieu, guidé. Aussi étions-nous conduit à glaner des documents au sein des instances de nos propres disciplines d’appartenances ou de leurs cousines germaines. Nous y trouvions à la fois des disciplines depuis longtemps institutionnalisées comme telles, la sociologie, la linguistique, et des champs d’application de constitution plus ou moins récentes, les sciences de l’éducation, les sciences de l’information et de la communication, les sciences du langage. Cette présence dans nos corpus, de documents relevant de ces champs d’application, nous paraissait prometteuse, les RST ne manqueraient pas de faire écho à une préoccupation qui y est essentielle : la définition d’un territoire scientifique ayant autant de légitimité que celui des disciplines instituées. Nous pouvions trouver trace de cette préoccupation et de la manière d’y répondre dans les documents produits par les associations professionnelles, les prescriptions des Conseils Nationaux des Universités. L’effort de définition des signes d’appartenance à un champ est d’autant plus complexe qu’il oblige à reprendre le langage des disciplines et à les articuler entre elles.

22Chaque ensemble institutionnalisé en instances spécifiques, type CNU et localement en commissions de spécialistes tend à produire son univers propre dans lequel les réseaux d’interdépendance sont connus. Chacun sait identifier à l’intérieur de ces réseaux les membres d’un jury donc les signataires d’un rapport de soutenance, et les situer selon leurs renommées mais surtout leurs poids, leurs pouvoirs au sein des instances qualificatrices. Il y a toujours du risque pour un Directeur de thèse et son candidat à s’aventurer sur des terrains institutionnels qui ne leurs sont pas familiers. Risques envisagés lors de la constitution de jurys requérant des représentants d’autres disciplines ou champs et pour lesquels les systèmes implicites d’obligations, contre obligations, non-agression seront inconnus et ne pourront pas être activés. L’objet scientifique en l’occurrence la thèse peut alors se trouver un peu plus malmené, dés lors que les règles d’échanges entre membres de jurys cessent d’être opérantes.

23En ce qui concerne l’approche ethnosociologique qui ne pouvait se réduire à l’étude des corpus dans la mesure où il s’agissait, pour mieux comprendre les RST de les situer dans un parcours global aboutissant à la thèse et à sa soutenance, nous avons eu recours aux ressources classiques des entretiens et observations.

24Observation de soutenances par exemple, en prêtant attention à ce qui leur confère statut de cérémonie, dans leur ordonnancement même, mais aussi exposés et propos des différents participants, tâchant de cerner ce qui précisément ne saurait figurer dans les RST. Cette observation inclut le moment institutionnalisé comme tel de soutenance, mais aussi les modes d’annonce, notamment ceux sur l’initiative des candidats ou de leur entourage dans les journaux par exemple, a priori ou a posteriori.

25Les entretiens ont été menés auprès de « A » d’expérience ayant exercé tous les rôles au sein des jurys : Directeur, rapporteur, membre simple ou Président en leur demandant de rassembler leurs souvenirs en la matière. Il nous est arrivé d'interroger des Professeurs plus novices qui gardaient frais à l’esprit leurs découvertes et apprentissages de rôles neufs pour eux.

26Précieux fut l’apport de responsable d’instance qualifiante, un Président de CNU par exemple, en entretien et en publications pour le bulletin de l’Association des sociologues de l’enseignement supérieur. L’exercice de ce type de fonction transitoire lui a fourni un terrain d’observation propice à recueillir des données quantitatives sur les mécanismes et différenciations en matière de qualification tout comme sur les pratiques des professeurs, les rapports de pouvoir et de notoriété qui structurent leur milieu.

27Au total, le nombre des entretiens est en fait restreint, le seuil de saturation des informations semblait très vite atteint. Cela témoigne d’une grande homogénéité des pratiques au sein du milieu, pour être implicites, non dites, elles sont de l’ordre du consensus et prouvent une capacité des protagonistes à formaliser ses pratiques, à les inventer, en situation, en l’absence de consignes officielles fortes À moins que cet effet de saturation rapide n’ait aussi été induit par notre implication et relative familiarité avec ce milieu, qui faisait affleurer une connaissance informelle produit de la fréquentation de collègues universitaires, par définition anciens doctorants susceptibles de restituer par bribes une histoire de la thèse et des rapports sociaux qu’elle suppose tout en confrontant cette expérience à celle plus actuelle de lecteur et éventuellement rédacteur de RTS

28Ce sont ces éléments disparates, peu susceptibles de servir de modèle méthodologique à quelques valeureux thésards qui permettent de décrire le délicat parcours de l’aspirant doctorant

Notes

1 Marc Abélès, Un ethnologue à l'assemblée, Éd. Odile Jacob, Paris, 2000.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.