Version classiqueVersion mobile

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Avant-propos

Texte intégral

1Le rapport de soutenance de thèse appartient à cette catégorie de textes administratifs ou juridiques qui paraissent si cruciaux à certains moments de la vie, et perdent tout intérêt quand ils n’ont plus d’utilité. Le titulaire d’un doctorat qui pour la première fois prend connaissance de son rapport de soutenance en scrute chaque virgule, en traque les implicites, inquiet des effets qu’un tel texte pourrait avoir sur sa carrière ; une fois qu’il a obtenu un poste, ce rapport sombre en général dans l’oubli.

2Le rapport de soutenance de thèse relève en effet de ces textes auxquels on applique volontiers des notions comme « langue de bois » ou « corvée ». Pour le chercheur, néanmoins, cette sorte de texte revêt un intérêt particulier, non seulement à titre de texte singulier (chacun a son rapport de soutenance), mais aussi à titre de genre, puisqu’au cours de sa carrière il est en général amené à en rédiger ou en évaluer un grand nombre. En ce qui concerne les auteurs du présent livre, au-delà de la satisfaction quelque peu narcissique qu’il peut y avoir à étudier les textes de son propre environnement, à appréhender sa propre tribu à travers les yeux de l'ethnologue confronté à des rites étranges, ce travail s’inscrit dans un mouvement plus large.

  • 1 Centre d’étude des textes, images, textes, écrits et communications : EA 3119, Université Paris XI (...)

3L’étude des productions verbales est probablement aussi ancienne que l’existence des scribes et des interprètes autorisés, mais jusqu’à une date récente seule une part infime de cette production était jugée digne d’intérêt. Il s’agissait essentiellement de textes prestigieux : littéraires, juridiques, religieux, philosophiques... Quand on s’intéressait à des écrits de faible prestige (par exemple les archives pour les historiens), c’était essentiellement parce que leur lecture posait problème et qu’il fallait des techniques philologiques pour les rendre transparents. Cela fait seulement quelques décennies que se développe une science généralisée des discours, de toutes les formes de discours. Dans un premier temps certaines catégories d’énoncés ont été privilégiées : d’un côté ceux qui avaient une prise sur la communication de masse (politique, journalistique, publicitaire...), de l’autre les interactions conversationnelles. Les premiers parce que leur analyse était liée à des enjeux idéologiques forts, les seconds parce qu’ils étaient en prise sur des courants importants des sciences sociales et traitaient de ce qui fait le tissu de l’existence, dans sa quotidienneté. En revanche, on a longtemps négligé la masse des énoncés « gris », ces énoncés écrits ou oraux produits dans un cadre professionnel ou administratif, où se manifeste l’intrication d’activités verbales et de fonctionnements institutionnels. Mais depuis la fin des années 1980 la situation a beaucoup changé. Des recherches issues de préoccupations très diverses s’intéressent à ce continent obscur, à ces multitudes d’énoncés que produit une société de services. La décision de travailler sur un tel corpus est née au CÉDITEC1, qui regroupe des chercheurs intéressés par l’analyse de textes qui viennent de disciplines diverses : information et communication, linguistique, analyse du discours, sémiotique, sociologie. Comme un des axes de notre programme de travail concernait l’étude des pratiques discursives des institutions universitaires, notre attention s’est naturellement portée sur le rapport de soutenance de thèse, genre de discours aisément délimitable, très contraint et qui nous semblait manifester à un degré élevé cette intrication de la parole et des institutions qui est caractéristique de ce type de texte.

4Notre groupe de travail était constitué de trois personnes qui travaillaient dans des domaines distincts : sociologie (C. Dardy), sémiologie et linguistique (D. Ducard), analyse du discours (D. Maingueneau). Après une phase de tâtonnements, nous avons décidé de tirer profit de la diversité de nos points de vue – à l’évidence complémentaires – plutôt que d’essayer de la gommer en suivant une démarche homogène. C. Dardy a considéré le rapport de soutenance d’un point de vue en quelque sorte anthropologique, l’inscrivant dans cet ensemble plus vaste qu’est la fabrication et la soutenance de la thèse ; D. Maingueneau s’est intéressé au rapport de soutenance comme genre, comme dispositif socio-discursif, mettant l’accent sur les positions de subjectivité impliquées par une telle énonciation et son caractère de discours « rapporté » ; D. Ducard a centré son attention sur la constitution sémiotique de l’image du thésard et sur deux processus linguistiques qui lui ont paru exemplaires : les opérations de « centrage » de la notion de « thèse » (qu’en est-il d’une « bonne thèse », d’une « vraie thèse » ?) et le mouvement concessif, qui structure l’ensemble de cette énonciation. Ce faisant, nous nous sommes efforcés d’appréhender le rapport de soutenance de thèse à la fois comme activité inscrite dans un ensemble d'autres, comme dispositif spécifique d’énonciation, comme configuration sémiotique sous-tendue par des représentations subjectives et collectives et comme agencement de formes textuelles significatives.

5Pour mener à bien cette recherche, nous avons dû résoudre un problème déontologique. Certes, le rapport de soutenance ne constitue pas à proprement parler un document privé ou confidentiel, certes, les textes que nous avons étudiés nous ont été confiés par des collègues au courant de notre recherche qui ont très gentiment mis à notre disposition leurs propres rapports, mais il nous a paru délicat d’en publier des fragments en indiquant les noms des candidats ou des membres du jury. Aussi avons-nous pris le parti d’éliminer les prénoms et les patronymes, bien sûr, mais aussi les traits assez précis pour permettre une identification.

  • 2 Le corpus retenu, quasiment le même pour les trois auteurs, rassemble une vingtaine de thèses en L (...)

6Nous sommes bien conscients de n’avoir pas épuisé le sujet. Ne serait-ce qu’en raison du choix qui a été fait de nous limiter aux rapports de soutenance de lettres et de sciences humaines ou sociales2 ; il nous a paru en effet que ceux des sciences « dures » obéissaient à une autre logique et ne pouvaient sans inconséquence être mélangés avec les premiers. Mais aussi en raison de notre choix d’entreprendre une analyse « qualitative ». Nous proposons en effet un ouvrage bref, qui ne mobilise pas une méthodologie lourde de construction et de traitement des données. Nous entendions privilégier des aspects souvent négligés par les types d’analyse les plus répandus, qui portent surtout sur les représentations sociales ou les stratégies des acteurs. Bien entendu, un travail d’ampleur – comme précisément on le fait dans une thèse de doctorat – devrait associer à notre démarche un recueil et un recensement systématique de données. Nous avons néanmoins le sentiment qu’une étude « lourde » n’aurait pas abouti à des conclusions très différentes de celles auxquelles nous sommes parvenus à travers nos diverses approches.

Notes

1 Centre d’étude des textes, images, textes, écrits et communications : EA 3119, Université Paris XII/Val-de-Marne

2 Le corpus retenu, quasiment le même pour les trois auteurs, rassemble une vingtaine de thèses en Lettres, Sciences humaines et Sciences sociales. Les disciplines représentées, celles dont se réclament les docteurs intronisés lors de la soutenance et garanties par les jurys constitués, sont les suivantes : Linguistique, Stylistique, Langue et littérature, Sociologie, Économie, Sciences de l’éducation, Sciences de l’information et de la communication.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search