Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la Grande-Bretagne de Tony Blair

 | 
Emmanuelle Avril
, 
Richard Davis

La double personnalité britannique : une défense entre les États-Unis et l’Europe

Richard Davis

Texte intégral

1Pour les gouvernements successifs à Londres et pour la grande de la majorité population la défense est considérée comme la manifestation la plus évidente de la souveraineté nationale et l’idée que les militaires britanniques pourraient un jour combattre sous un drapeau autre que celui de la Grande-Bretagne est vu avec horreur. La défense reste cependant un domaine obscur, malgré les assurances du gouvernement actuel de suivre une politique transparente et même d'accepter une transparence nucléaire. Si les résultats de la politique de défense sont clairement perceptibles au moment de sa mise en œuvre, les choix qui déterminent son élaboration sont peu visibles. Néanmoins la défense occupe toujours une place centrale dans la politique intérieure tout comme dans la politique étrangère, qui comprend les considérations idéologiques, humanitaires et les droits de l’homme. En même temps la défense soulève des interrogations sur l’identité même de la Grande-Bretagne, Il existe des liens évidents avec les questions économiques : plus de 400 000 personnes ont des emplois dans l’industrie des armements et ses exportations dépassent 5 milliards de livres par an. Malgré les récentes proclamations gouvernementales en faveur d’une politique dite « déontologique », il est impossible d’ignorer de tels intérêts commerciaux. En matière de technologie de pointe, la défense est toujours primordiale. De plus, en cinquante ans la politique de la défense et le rôle joué par la Grande-Bretagne dans le monde, plus particulièrement dans ses relations avec les États-Unis et l'Europe, ont beaucoup évolué en parallèle.

  • 1 The Guardian, 8 décembre 1999.

2Donner la priorité aux liens trans-atlantiques ou, le cas échéant, aux liens avec l’Europe, est le problème fondamental auquel le gouvernement de Tony Blair est confronté. Ridée même qu’un tel choix existe est, bien sûr, souvent rejetée par les hommes d’état britanniques. La théorie des « trois cercles » élaborée par Winston Churchill et selon laquelle la Grande-Bretagne doit jouer un rôle à la fois en Europe, avec les Américains et avec le Commonwealth reste au cœur de la pensée britannique. Pour tous les Premiers ministres, y compris Tony Blair, la question n’a jamais été de choisir entre des alternatives exclusives et contradictoires, mais plutôt de chercher à les réconcilier. Malgré les excès de confiance de la Grande-Bretagne qui s’imagine pouvoir, comme le disait récemment un haut fonctionnaire, « avoir le beurre et l’argent du beurre »1, la question demeure : doit-on regarder essentiellement de l’autre côté de l’Atlantique ou bien vers l'Europe pour trouver les partenaires nécessaires dans le domaine de la défense.

3Vue du continent européen, et surtout du point de vue des Gaullistes en France, la réponse est évidente puisque les Britanniques sont inextricablement liés aux Américains. Cependant, il y a des signes d’une réorientation vers l’Europe et d’un changement certes lent mais inévitable dans les mentalités et dans la politique britannique. La Grande-Bretagne traverse aujourd’hui une période d’interrogation semblable à celles qu’elle a connues dans les années d’après-guerre, au moment de la création de l’OTAN, de l’abandon d’une capacité nucléaire indépendante ou du retrait des forces militaires britanniques de l’Est d’Aden. Tout comme chacun de ces choix a été décisif, le débat actuel sur les capacités militaires britanniques, sur ses engagements et son rôle aura des conséquences cruciales pour l’avenir du pays.

Consensus et continuité

4Les paramètres du débat actuel ont en grande partie été établis par les événements et les choix politiques des cinquante dernières années. Personne dans le gouvernement Blair ne semble chercher à nier le poids de l’histoire et les ministres travaillistes d’aujourd’hui sont plus qu'heureux de souligner les liens entre la politique de défense actuelle et celle de leurs prédécesseurs. De tels liens ont l’avantage de leur permettre de bénéficier d’une association avec le gouvernement au pouvoir entre 1945 et 1951 qui, tout en poursuivant d’importantes réformes à l’intérieur du pays, avait mis en place les fondations d’une capacité nucléaire, signé le Traité de Bruxelles de 1948 avec ses alliés européens, et avait fermement placé le pays dans l’Alliance atlantique. Le parti travailliste avait ainsi pu faire la preuve de ses engagements nucléaires, européens et trans-atlantiques.

5Ces choix n’étaient, en réalité, pas spécifiquement ceux des Travaillistes : quand les Conservateurs revinrent au pouvoir en 1951, Churchill se réjouit du progrès accompli par ses prédécesseurs dans la fabrication d’une arme nucléaire et de la coopération avec Washington. Dans l’opposition Travaillistes et Conservateurs n’ont pas hésité à attaquer les gouvernements en place ; néanmoins les politiques de défense appliquées par les gouvernements successifs, qu’ils soient travaillistes ou conservateurs, n’ont montré que des différences minimes. En 1964, par exemple, Harold Wilson, qui avait auparavant condamné la décision d’acheter le système de missiles nucléaires Polaris, ne fit qu’annuler un des cinq sous-marins programmés précédemment. Plus récemment, l’opposition travailliste des années 1970 a sévèrement critiqué les décisions des Conservateurs de moderniser Polaris et de le remplacer par Trident, mais une fois de retour au pouvoir ils ont confirmé, plutôt que renversé, ces décisions.

6Il y a donc eu un large consensus sur la formulation, les objectifs et la conduite de la politique de défense depuis la Seconde Guerre mondiale. Si à la fin des années 1940 certains dirigeants britanniques ont été brièvement tentés par l’idée d’une politique axée essentiellement sur l’Europe, le début de la guerre froide a servi à convaincre la grande majorité d’entre eux que la défense du pays ne pouvait pas être assurée en dehors des liens trans-atlantiques. En même temps leurs désillusions à l’égard des Européens ont été confirmées par certaines tendances sur le continent à militer en faveur d’une Europe neutre. Dès les années 1960, les Britanniques menaient une campagne ouverte contre la vision de l’avenir des structures de la défense européenne proposée par de Gaulle, que Londres considérait comme dangereusement anti-américaine, et en même temps jouaient le rôle du principal défenseur (certains diraient porte-parole) du point de vue de l’OTAN ou des États-Unis. Les répercussions de cette nette divergence entre Britanniques et Français continuent aujourd’hui de troubler les efforts entamés pour renforcer la défense européenne.

Alliance atlantique ou tutelle américaine ?

7L'idée que la Grande-Bretagne ne pouvait pas réussir seule dans le domaine militaire fut la plus importante leçon tirée de la Seconde Guerre mondiale et il est depuis accepté qu’elle doit opérer au sein d’une alliance. L’aggravation de la guerre froide n’a servi qu’à renforcer cette conclusion. De la même façon, la débâcle de Suez a été encore la preuve des difficultés à entreprendre toute opération militaire sans un accord préalablement établi avec les Américains, et des problèmes à travailler aux côtés des Français. Les changements dans le contexte international, et le déclin relatif de l’économie britannique sur laquelle la défense nationale doit s’appuyer, ont depuis longtemps obligé la Grande-Bretagne à abandonner toute idée d’indépendance militaire.

8Cette réalité est visible dans le domaine de l’acquisition du matériel militaire, et plus particulièrement dans celui des armes nucléaires. Dans un contexte de course aux armements, de coûts toujours plus élevés et de performance industrielle médiocre, les gouvernements successifs ont souvent été tentés de regarder en direction des États-Unis pour trouver une solution à leurs problèmes budgétaires et maintenir des forces militaires efficaces et bien équipées tout en respectant un niveau des dépenses qui soit économiquement et politiquement viable. La décision prise d’abandonner le programme de missile Blue Streak au début des années 1960 et d’opter pour une alternative américaine a été présentée par le Premier ministre de l’époque, Harold Macmillan, comme une bonne affaire pour la Grande-Bretagne, un triomphe pour sa diplomatie personnelle et la preuve des relations privilégiées dont lui et son pays bénéficiaient avec Washington. Pour d’autres, la conclusion moins glorieuse tirée de cette affaire était que les Britanniques avaient vendu leur âme militaire aux Américains. En réalité, même si les Britanniques affirmaient qu’ils gardaient le contrôle ultime sur ces armes, à partir de ce moment la Grande-Bretagne cessa de disposer d’une force de frappe nucléaire véritablement indépendante. Macmillan, sans toujours parvenir à convaincre, a essayé de cacher cette situation derrière le principe de l’interdépendance, concept souvent utilisé par les gouvernements depuis pour déguiser les rapports fondamentalement déséquilibrés avec les États-Unis. Cette tendance à suivre les Américains de près est encore plus évidente dans la décision du gouvernement Thatcher de choisir un système Trident fourni, testé et entretenu par les États-Unis. A un moindre degré, une situation semblable existe en ce qui concerne des armes conventionnelles où le recours à la technologie et l’investissement américains ont souvent été préférés aux projets de collaboration avec les Européens ou à une solution purement nationale. Les avantages d’un tel choix sont essentiellement financiers : rentabiliser l’investissement et donner aux armées britanniques les armements les plus modernes. Les désavantages ne sont cependant pas négligeables : la dépendance vis-à-vis des Américains est renforcée, les bases industrielles et technologiques du pays sont affaiblies et les rapports avec les partenaires de l’UE encore plus problématiques.

Une alternative européenne

9Si la priorité a été jusqu’à présent accordée aux relations anglo-américains, peut-on voir des signes d’un changement substantiel dans la politique militaire de la Grande-Bretagne ? Le moment est-il venu d’aller vers de nouvelles structures de défense européennes qui fonctionneront sans les Américains et en dehors, ou du moins à côté, de l’OTAN ? Il est clair que le gouvernement Blair n’a pas hésité à accorder la plus grande importance aux questions de défense. Deux Livres blancs et d’innombrables interventions du Premier ministre ont démontré une volonté de placer la défense au cœur de son programme. Les événements récents, avec la diffusion presque ininterrompue d’images de soldats britanniques assurant la paix dans les Balkans ou ailleurs, ont également placé ces questions sur le devant de la scène. De la même façon, l’image des forces armées britanniques auprès de l’opinion publique s’est progressivement transformée au cours des dix dernières années. Leur participation aux différentes missions de paix (qu’elles ont même parfois dirigées) leur a permis de redorer leur blason tout en contribuant à accroître la popularité du gouvernement et du Premier ministre lui-même. En particulier, l’exemple de Kosovo a été utilisé pour présenter le gouvernement et son chef comme l’un des principaux acteurs sur la scène internationale, prêt à intervenir pour défendre des causes justes et combattre la souffrance humaine.

10Que Blair ait pu utiliser les questions de défense d’une façon si positive est en soi un changement important par rapport aux dirigeants travaillistes avant lui. Le consensus en matière de défense entre les principaux partis politiques n’a pas toujours fonctionné, particulièrement dans les années 1980. La question de la défense a également joué un rôle primordial dans les succès électoraux de Margaret Thatcher, ou plus exactement dans les échecs des Travaillistes. Alors que la Dame de Fer était ravie de jouer son rôle de guerrière dans la guerre froide et a su exploiter la guerre des Malouines à son avantage, le parti travailliste se déchirait dans ses conflits fratricides sur le désarmement nucléaire et la place de la Grande-Bretagne dans l’OTAN.

11Les leçons tirées de ces catastrophes électorales ont été rapidement comprises par le parti travailliste mais non sans difficultés. Neil Kinnock, qui avait dit qu’il préférerait voir sa femme et ses enfants le quitter plutôt que d’abandonner ses engagements en faveur du désarmement nucléaire unilatéral, a entamé le processus, complété par ses successeurs John Smith et Tony Blair, qui a dirigé le parti vers un terrain plus rentable sur le plan électoral. Le rétablissement d’un consensus large dans le parti et la marginalisation des partisans du désarmement nucléaire unilatéral ont été rendus plus aisés par un apaisement sensible du débat en matière de défense. En effet, la virulence qui caractérisait ce débat à l’époque de Madame Thatcher s’est estompée avec la disparition de la menace soviétique et le fait que les sous-marins Trident aient été mis en service avant l’arrivée au pouvoir des Travaillistes leur a permis de ne pas revenir sur ce dossier. Depuis, Tony Blair a essayé d’élargir le consensus national sur la politique de défense au-delà de son propre parti et de l’intégrer dans sa politique dite de Troisième Voie. Cependant, si son approche semble réussir, cela ne peut pas être considéré comme définitivement acquis : à l'intérieur de son parti, en dépit des efforts de sa direction, il existe toujours une dissension potentielle et le consensus entre les partis n’a pas été aussi solide que certains aimeraient le croire. Le mouvement récent vers l’Europe a vite soulevé la colère des anciens ministres conservateurs et de l’actuelle opposition qui ont condamné ce qu’ils considèrent comme une trahison de l’OTAN. En Ecosse, la proposition du Parti Nationaliste de fermer les hases des sous-marins nucléaires a soulevé un grand nombre de questions pour le gouvernement de Londres.

Un rôle majeur pour la Grande-Bretagne

12Malgré ces inquiétudes, il semble que le gouvernement souhaite que la Grande-Bretagne assume un rôle international plus important. Le déploiement des soldats britanniques dans les opérations en ex-Yougoslavie, au Timor Oriental et au Sierra Leone montre un désir de maintenir, et même de renforcer, une capacité militaire forte comme expression et outil de l’influence internationale du pays. La nomination récente de George Robertson comme Secrétaire-Général de l’OTAN et de Chris Patten comme Commissaire Européen pour les relations extérieures sont également des signes d’une politique de défense de plus en plus active et ambitieuse. Si le dernier Livre blanc sur la défense continue d’évoquer les difficultés de la Grande-Bretagne à assumer tous ses engagements militaires, on y trouve une inquiétude moindre de la voir jouer un rôle trop ambitieux. Pour y arriver, le gouvernement a pris l’engagement de maintenir les dépenses militaires aux niveaux hérités du gouvernement précédent. La tentation de profiter de la fin de la guerre froide pour diminuer ces dépenses a, pour l’instant, été rejetée, bien qu’il soit prévu qu’elles diminuent en termes du pourcentage du PNB grâce à la croissance. De plus, le discours du gouvernement souligne la place centrale occupée par la Grande-Bretagne sur la scène internationale en matière de défense. Si de telles prétentions à jouer un rôle au cœur de l’Europe semblent peu fondées en ce qui concerne les questions économiques, monétaires ou politiques, la défense offre à la Grande-Bretagne la possibilité d’assumer une place réellement centrale. La Grande-Bretagne, avec la France, est le seul pays européen capable d’entreprendre des opérations militaires d’envergure comme au Kosovo ou dans le Golfe. Pour une fois, la Grande-Bretagne, si elle a la volonté politique nécessaire, peut espérer se trouver à la tête de l’Europe et non, comme d’habitude, à la traîne.

  • 2 En 1962, par exemple, des ministres britanniques ont proposé aux Français de céder une partie des (...)

13Qu’il y ait des occasions pour la Grande-Bretagne dans la construction des structures de défense européennes semble avoir été reconnu par le gouvernement Blair, lequel a accepté l’idée que si les Européens souhaitent entreprendre des missions semblables à celle du Kosovo à l'avenir il est nécessaire de créer des telles structures. Cela n’a rien de vraiment nouveau : Winston Churchill, chef de l’opposition après 1945, s’était déclaré publiquement en faveur d’une armée européenne (bien qu’il ait refusé catégoriquement que la Grande-Bretagne y participe lorsqu’il revint au pouvoir). Son successeur, Anthony Eden, avait lui aussi admis une forme d’association avec la Communauté Européenne de Défense, et lorsque le projet fut sabordé par le Parlement français, le Premier ministre britannique fut l’un des principaux créateurs de l’UEO. Même si à partir des années 1950 la priorité donnée à l’OTAN semblait avoir exclu toute idée d’une dimension purement européenne, certaines tentatives continuèrent de suggérer que la Grande-Bretagne pouvait encore prendre un chemin plus européen en matière de défense, même si ces initiatives n’eurent aucun résultat substantiel2. Malgré ces difficultés indéniables, la nécessité pour les Européens de collaborer a été reconnue dans le développement et la fabrication des armements, un domaine qui a vu de plus en plus de projets trans-européens. A la fin des années 1980, la Grande-Bretagne participait dans plus de projets de collaboration de ce genre avec la France qu’avec tout autre pays, États-Unis compris. Cette tendance s’est renforcée considérablement depuis avec la mondialisation de l’économie et le besoin croissant pour les industries d’armements en Europe d’engager un processus de restructuration parfois douloureux afin de rester compétitives.

14Là encore, la Grande-Bretagne est confrontée au choix entre l’Europe et les États-Unis. La préférence clairement établie pour les Américains en ce qui concerne les armes nucléaires a effectivement exclu toute possibilité de collaboration européenne dans ce domaine pour les années à venir. D'autres projets, cependant, sont plus porteurs sur le plan de la collaboration européenne même si ici la réputation des Britanniques est plus que mitigée, Il est certain que la préférence en faveur des Américains ouvertement proclamée par le gouvernement Thatcher est moins présente aujourd’hui et Blair semble avoir admis que si l'industrie d'armements britannique veut rester performante elle doit faire partie d’un groupe pan-Européen. Le besoin stratégique de maintenir une industrie d’armement indépendante et de ne pas laisser le contrôle de ce secteur essentiel aux puissants groupes américains est accepté par le gouvernement actuel même si sa politique libérale et sa foi presque inébranlable dans la liberté des entreprises de diriger leurs affaires comme bon leur semble et donc de leur laisser le choix de leurs partenaires a abouti à une série d’accords non seulement avec les Européens mais aussi avec les Américains.

Les déficiences des structures de défense européennes

15Une analyse purement militaire de ces questions donne la même impression. Que la Grande-Bretagne ait besoin du soutien américain pour assurer sa propre défense et pour entreprendre des opérations en dehors des frontières de l'OTAN est depuis longtemps reconnu à Londres. Le Kosovo, où les Européens étaient manifestement incapables de mener seuls une opération contre une puissance relativement mineure aux portes de l’Europe sans l’appui logistique des Américains, n’a fait que souligner ce constat. Les estimations, qui indiquent que seulement 2 % des soldats européens peuvent être déployés, et que si les dépenses militaires des Européens représentent environ les deux-tiers des dépenses américaines, ils n’ont que 10 % du potentiel des Américains, ont provoqué une réévaluation profonde à Londres. Des sommets européens récents ont aussi soulevé ces questions, où pour la première fois depuis plus de quarante ans, elles ont été placées au centre des débats.

16Il est possible de constater ces changements dans les Livres blancs sur la défense publiée par le gouvernement Blair. Si le premier n’a que vaguement parlé de l’UE ou de sa politique commune de défense et de sécurité, et s’il a continué d’affirmer la place prédominante accordée à l’OTAN, le deuxième, publié juste après l’intervention au Kosovo et le sommet franco-britannique de Saint-Malo et le sommet européen d’Helsinki, marque un changement important au moins dans son langage. L’engagement envers l’OTAN qui, selon ce Livre blanc « est, et doit continuer d’être, au cœur de notre politique de défense et de sécurité », n’a pas été abandonné. Mais, continue le texte :

les événements comme ceux des Balkans nous ont montré que l’Europe doit assumer une part plus grande de sa propre défense. La Grande-Bretagne et les autres nations de l’UE souhaitent jouer un rôle approprié dans les réponses de la communauté internationale aux crises dans d’autres régions... il est logique de prendre des dispositions qui permettront aux nations de l’UE d’agir avec un maximum d’efficacité quand elles sont décidées à agir ensemble... si l’UE doit entreprendre des missions pour gérer des crises en soutien à sa politique étrangère et de sécurité commune, elle doit être capable de prendre des décisions informées dans le domaine de la défense et de les mettre en application.

17Il est regrettable que les autres pays européens n’aient pas été toujours prêts à faire les sacrifices financiers nécessaires qui sont

indispensables si les nations européennes doivent être capables de faire leur part du travail et d’avoir une influence internationale qui corresponde à leur poids et leur présence économique. Si l’on ne rectifie pas cela les citoyens de l’Europe n’auront pas les moyens militaires réels qu’ils sont en droit de demander étant donné les sommes d’argent qu’ensemble ils dépensent pour la défense.

  • 3 Discours, 8 décembre 1998.

18Ces arguments reflètent l’approche traditionnelle des Britanniques : le besoin d’en avoir pour son argent et la tendance à critiquer ou de condamner les insuffisances de leurs partenaires européens. On peut y voir l’approche typiquement pragmatique des Britanniques et la suspicion à l’égard de ceux qui préfèrent mettre l’accent sur les aspects idéologiques du débat. Selon George Robertson, le but est de faire en sorte que « la capacité militaire des Européens corresponde à leurs discours... de se concentrer sur la pratique et non la théologie »3. On peut constater également que les nations-états restent au centre de cette approche. L’assurance qu’il « ne s'agit pas d’une armée européenne » et que « les gouvernements nationaux retiendront le droit de décider quand et comment déployer leurs propres forces armées » est prononcée avec la même force que celle employée par les gouvernements britanniques précédents. Néanmoins, l’engagement pris en faveur d’un renforcement de la dimension européenne et, plus important encore, l’accord sur la participation de l'UE dans ce processus, constitue une approche radicalement différente.

19Cette réorientation de sa politique de défense n’est pas pour autant fondée sur une conversion aux principes de l’intégration européenne. Les raisons se trouvent dans les changements apparus dans l’environnement international depuis dix ans : la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide ont soulevé des inquiétudes, déjà présentes mêmes pendant les années Thatcher, sur la durabilité de l’engagement militaire des Américains en Europe. Si le point de vue des dirigeants britanniques, figés par la guerre froide pendant deux générations, commence à changer très lentement, la guerre du Kosovo a eu pour effet d’accélérer le réexamen de toutes ces questions. Les récents développements en Europe et les tensions entre Européens et Américains indiquent que le moment approche où l’Europe, avec la Grande-Bretagne, pourrait revenir à une position plus indépendante. Cependant, si le gouvernement actuel montre quelques signes d’avoir accepté les avantages d’une position plus proche de l’Europe, la réorientation de sa politique n’en est qu’à ses débuts, Il y a aussi la crainte qu’on prenant une telle direction, le gouvernement prête le flanc aux attaques de l’opposition euro-sceptique.

Le tour d'équilibriste de Blair

20Les choix politiques de Tony Blair en matière de défense, comme dans d’autres domaines, n’ont pas toujours été clairement définis. Cependant, il est possible d’identifier dans son discours et dans sa politique un mouvement vers l’Europe. Ce mouvement, qui était déjà visible sous le gouvernement de John Major, est lent et ne s’accompagne pas de déclarations triomphantes. Mais l’accumulation de nombreux petits changements constitue un changement de direction important. Dans le même temps, Blair reste soucieux de pas affaiblir les relations privilégiées avec les États-Unis. Après plus de cinquante ans d’une politique qui donnait priorité aux relations anglo-américaines, il est inévitable que toute réorientation de la politique britannique vers l’Europe ne soit que progressive.

21Les dirigeants militaires britanniques, qui sont habitués à travailler essentiellement au sein de l’OTAN, éprouvent des difficultés à accepter toute approche nouvelle. Les doutes sur la coopération européenne sont bien enracinés et les vieilles habitudes ont la vie dure. Soucieux de ne pas compromettre les liens avec les États-Unis en l’absence de preuve solide que l’Europe puisse effectivement remplacer l’OTAN, les dirigeants politiques ne sont pas non plus tout à fait convaincus de la sagesse de prendre une nouvelle direction ou d’avancer trop loin et trop vite. Comme cela a été si souvent le cas, certains membres du gouvernement actuel (où les tensions entre partisans de l’Europe et partisans des États-Unis sont toujours présentes) préfèrent s’en tenir aux liens déjà bien établis plutôt que de faire face aux réalités du présent et aux dangers (ou aux chances) de l’avenir.

22Etant donné la position relativement forte qu’occupent la Grande-Bretagne dans le débat sur la défense en Europe, et le fait que d’autres pays, particulièrement la France, sont également peu enclins à accepter une diminution de la souveraineté nationale dans ce domaine, il est possible que Blair réussisse à équilibrer sa politique entre l’Europe et les États-Unis, entre euro-enthousiastes et euro-sceptiques. Cependant, à long terme, si l’Europe, comme cela semble probable, continue d’avancer vers une intégration accrue, la Grande-Bretagne sera confrontée à des questions sur le commandement et l’utilisation des futures forces armées européennes. Tout comme l’OTAN, qui a eu comme raison d’être la défense des intérêts communs, une future organisation de défense européenne ne peut être efficace que s'il y a un accord sur les intérêts spécifiques à l’Europe qu'elle devrait défendre. La Grande-Bretagne s’est engagée dans les Traités de Maastricht et d’Amsterdam à aller plus loin vers une défense européenne. Le gouvernement Blair se trouvera tôt ou tard confronté à des choix difficiles mais néanmoins fondamentaux. Malgré les récentes protestations qu’il ne s’agissait pas d’affaiblir l’OTAN, une capacité européenne commune n’a de sens que s’il existe des intérêts et des objectifs communs. Ainsi, le débat sur la défense européenne recoupe inéluctablement les plus grandes questions de l’union politique, questions que Tony Blair sera peu disposé à attaquer de front.

Conclusion : Troisième Voie ou refus de prendre position ?

  • 4 Par exemple l’engagement pris en 1999 de participer dans une force de réaction rapide européenne d (...)

23Il est à cette heure difficile de dire jusqu’où ces changements iront et à quelle vitesse ils seront entrepris. Certains observateurs lisent dans les récentes déclarations gouvernementales un manque d’enthousiasme certain et le refus de prendre clairement position. Ils considèrent que Tony Blair cherche à brouiller les cartes. Révolution de la politique de défense semble néanmoins indiquer que, même si les relations privilégiées avec Washington ne doivent pas disparaître, elles seront cependant contrebalancées, et peut-être repoussées au second plan au fait de l'importance croissante accordée à l’Europe. Les attitudes changent, tout comme le rôle et les objectifs que le gouvernement a fixés pour les forces armées du pays4. Le débat n’en est qu’à ses débuts mais il est clair que la bataille sera intense. Instinctivement, Tony Blair continue d’essayer de satisfaire tout le monde : il s’efforce de rassurer les Américains en réaffirmant la nature privilégiée des rapports anglo-américains, contrant les accusations émanant des États-Unis ou du parti conservateur que sa politique contribue à affaiblir l’Alliance atlantique, tout en faisant des signes de plus en plus favorables à ceux qui souhaitent que la Grande-Bretagne accepte l’intégration des armées, structures et politiques de défense en Europe. Toutes les déclarations récentes se sont ouvertes sur l’assurance que l’OTAN reste bien au cœur de la défense britannique, comme s’il était tout simplement inconcevable de remettre en cause ce qui est pour certains une politique sacro-sainte. En même temps, il n’y a guère de déclarations qui ne font pas référence aux leçons qui doivent être tirées du conflit au Kosovo et au besoin d’accorder une plus grande place à l’Europe en matière de défense. L'expression de tels sentiments, même au sein de l’OTAN, n’aurait jamais eu lieu il y a peu de temps encore.

24En dépit des assurances en faveur de l’Alliance atlantique, il est évident que le gouvernement Blair est frustré par l’incapacité de la Grande-Bretagne, seule ou avec d’autres pays européens, d’entreprendre des opérations militaires sans le soutien de la logistique américain, comme la guerre au Kosovo l’a si bien montré. En même temps, la prudence qui caractérise le gouvernement Blair indique qu’il n’avancera qu’avec beaucoup de précaution, particulièrement étant donné ses réticences sur la question de l’Europe. A court terme, il est probable qu’il continuera d’argumenter en faveur d’un renforcement des structures européennes à l’intérieur de l’OTAN, sans briser les chaînes qui permettent à l’ensemble de l’alliance de tenir. L’accord qui permet aux opérations menées par les Européens d’utiliser les structures de commandement de l’alliance quand les Américains ne sont pas eux-mêmes directement engagés est essentiel. Mais cette solution à mi-chemin entre la défense d’une alliance purement atlantique et l’idée de structures réellement européennes semble ne satisfaire ni les Américains, à qui l’on demande de payer pour des structures qui seront au service des autres, ni les Européens. A plus long terme, si la question doit pouvoir être réglée, d'autres changements seront nécessaires. Il est peu probable que Tony Blair coupe le cordon ombilical avec les États-Unis ou qu’il fasse un saut dans l’inconnu d’un système de défense européen. On peut se demander combien de temps Blair sera capable de maintenir cette position : son tempérament indique qu’il essayera de la maintenir aussi longtemps que possible.

25Le débat sur l’Europe reste un terrain miné pour le gouvernement et il est inévitable que toute avancée dans cette direction se fasse avec une extrême prudence. De même, l’intégration européenne en matière de défense restera une question délicate pour des gouvernements européens soucieux de maintenir leurs rôles existants. Par conséquent, il est probable que ce débat sera, au moins pour l’avenir proche, basé sur les idées favorables aux yeux de Londres, avec une dimension européenne plus marquée sans cependant couper les ponts avec les États-Unis. A la lumière des événements récents, une conclusion s’impose : l’Europe doit coopérer en matière de défense. L'Europe, y compris la Grande-Bretagne, reconnaît cette réalité. Cette situation donne une chance majeure à la Grande-Bretagne. George Brown, ancien Ministre des Affaires Etrangères travailliste, écrivit en 1971 que la direction de l’Europe ne pouvait être assumée que par Londres. Dans les domaines politique ou économique, l’histoire ne lui a pas donné raison. La défense, cependant, pourrait le faire, au moins partiellement. C’est ici que Tony Blair a choisi délibérément, et pour l’instant avec succès, de placer la Grande-Bretagne à l’avant-garde. Les années à venir montreront ce qu’il décide de faire de cette position : abandonner la place et laisser d’autres prendre les rênes, laissant encore passer une occasion pour la Grande-Bretagne de jouer un rôle central en Europe, ou bien prendre l’initiative d’avancer sur le chemin qui s’ouvre devant lui. Le premier choix serait certainement plus dans la lignée et les traditions de la politique britannique ; le deuxième demanderait une réévaluation difficile et douloureuse des bases de sa politique de défense et de la place de la Grande-Bretagne dans le monde. Cependant, choisir la solution la plus facile et ne pas mener jusqu’au bout la révision politique engagée depuis quelques années ne ferait qu’ajouter à la longue liste des occasions manquées.

Notes

1 The Guardian, 8 décembre 1999.

2 En 1962, par exemple, des ministres britanniques ont proposé aux Français de céder une partie des technologies nucléaires britanniques en échange d’un accord sur l’entrée de la Grande-Bretagne dans le marché commun.

3 Discours, 8 décembre 1998.

4 Par exemple l’engagement pris en 1999 de participer dans une force de réaction rapide européenne de 50-60 000 hommes.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540