Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la Grande-Bretagne de Tony Blair

 | 
Emmanuelle Avril
, 
Richard Davis

New labour et la culture d’entreprise. Troisième voie radicale ou prudence électorale ?

Emmanuelle Avril

Texte intégral

Les gouvernements ne doivent pas plus essayer de diriger les entreprises ou d’anticiper les décisions commerciales qu’adopter le laissez-faire en se disant que les marchés ont toujours raison.
Programme électoral travailliste de 1997
(New Life for Britain)

1La déclaration présentée en exergue illustre l'approche idéologique des travaillistes nouveaux : une définition en creux des principes fondamentaux de la politique économique et sociale du parti. De 1979 à 1997 les Conservateurs au pouvoir ont étendu les principes du libéralisme économique à presque tous les secteurs de la vie économique et sociale ; transformant les « usagers » et les « patients » des services publics en « clients » d’entreprises privées (soit que les dits service aient été littéralement privatisés, soit qu’ils aient été restructurés sur le modèle de l’entreprise). Ces transformations sont pour une grande part irréversibles, le coût financier et politique de tout retour en arrière étant généralement considéré comme rédhibitoire.

  • 1 Le modèle keynésien repose sur une politique d’intervention visant à gérer la demande globale, par (...)
  • 2 La Policy Review, dont l’objectif était une profonde révision programmatique, fut lancée en 1988. (...)

2Tenu à l’écart du pouvoir pendant presque deux décennies, le parti travailliste a subi une véritable reconversion sous l’influence des modernisateurs qui ont tenté avec succès d’en prendre le contrôle – le processus de modernisation fut entamé au lendemain de la déroute électorale de 1983 que les réformateurs avaient attribuée à la dérive gauchiste et aux querelles intestines qui déchiraient alors le parti. Sous la direction de Neil Kinnock puis de John Smith et enfin Tony Blair, la ligne politique travailliste s’est éloignée du modèle keynésien pour adopter une gestion de l’offre1. Selon le diagnostic des modernisateurs, le parti travailliste avait perdu de vue les réalités économiques et se trouvait en porte-à-faux avec les électeurs, Il fallait donc s’adapter au nouvel environnement économique, à savoir la mondialisation des échanges, considérée comme inéluctable. Ainsi, dans le rapport annuel du parti de 1999, le concept de mondialisation est pris pour argent comptant. Ce phénomène rend caduque toute tentative de gestion nationale de la demande puisque l’initiative échappe aux gouvernements nationaux. Avec Kinnock et la Policy Review 2, le marché avait été accepté bon gré mal gré ; avec Tony Blair et Gordon Brown on peut dire qu'il est véritablement porté aux nues.

3Il s’agit de mesurer l’influence de la loi du marché sur le projet travailliste et en particulier sur la politique sociale du gouvernement arrivé au pouvoir en mai 1997. Où le « parti travailliste » (entendu ici comme l’ensemble des porte-parole officiels du parti) se positionne-t-il dans le cadre du débat public/privé ? Le concept de Troisième Voie permet-il de marier justice sociale et culture d’entreprise ? Dans leur tentative de réconcilier société et marché, les nouveaux travaillistes font-ils preuve de radicalisme ou de pragmatisme prudent ?

La conversion à la culture d’entreprise3

  • 3 On se souvient que la culture d’entreprise avait été l’un des thèmes centraux de la nouvelle droit (...)
  • 4 Le texte de cet article, rédigé en 1918 par Beatrice et Sidney Webb, membres de la Société Fabienn (...)

4Les signes de cette conversion ne manquent pas et ont fait couler beaucoup d'encre. Avec l’élection de Tony Blair à la tête du parti travailliste en 1994, la remise en question des dogmes, entamée dans les années 80, se précipite, et culmine avec l’abandon du célèbre article IV (Clause IV)4 des statuts du parti en avril 1995. Les modernisateurs ont fait preuve d’un acharnement à couper les ponts avec le passé et se sont voulus détachés de tout système de pensée rigide. C’est bien ce qu’indique le programme électoral de 1997 (Because Britain Deserves Better) : « Le parti travailliste nouveau est un parti d’idées et d'idéaux, mais pas le parti d’une idéologie dépassée. Ce qui compte, c’est ce qui marche ».

5Le nouveau réalisme économique est parfaitement illustré par la harangue de Kim Howells, alors porte-parole travailliste pour l’industrie qui écrit dans le New Statesman en juin 1996 : « Je veux faire passer un message à mes collègues qui se torturent au sujet du destin philosophique du parti : camarades, embrassez la concurrence ! ». Le jeu sur le terme de « collègues » (terme appartenant au langage de l’entreprise et adopté par le parti pour remplacer le terme trop connoté de « camarades ») est anecdotique mais néanmoins révélateur d’une transformation profonde de la culture travailliste, ou tout au moins de l’importation au sein de cette culture de notions et valeurs empruntées à la culture d’entreprise.

6La nouvelle Clause IV tourne résolument le dos à toute notion de nationalisation et met en avant la volonté de se situer au-delà de l’opposition traditionnelle entre secteur privé et secteur public :

Une économie dynamique, au service de l’intérêt général, dans laquelle l’esprit d'entreprise du marché et la rigueur de la concurrence s’allient aux forces du partenariat et de la coopération pour produire les richesses dont le pays a besoin et donner à tous la chance de travailler et de prospérer dans le cadre d'un secteur privé florissant et d’un secteur public de grande qualité, où tout ce qui est essentiel à l’intérêt général doit appartenir à la collectivité ou être responsable devant elle.

7Le caractère vague de la formulation rend cette phrase presque intraduisible. Il est intéressant de voir cependant l’importance accordée au marché, lequel est décrit en termes positifs puisqu’il se trouve associé aux notions d’initiative et de rigueur, et non pas défini comme on aurait pu s’y attendre du point de vue de ses effets pervers (en tant que facteur d’inégalités sociales). On y trouve également l’idée centrale de coopération qui trouve son expression politique à travers ce que le gouvernement appelle le « partenariat public/privé » (public/private partnership), appliqué par exemple au domaine des transports.

8Le signe le plus clair de la conversion a sans doute été la définition de « stakeholder economy ». L’expression, utilisée pour la première fois par Tony Blair devant une assemblée d’hommes d’affaires à Singapour en janvier 96, se prête mal à la traduction. L’expression « économie de participation » ne rend pas compte de la connotation du mot « stakeholder ». C’est en effet ce mot qui fit le succès de l'idée mais provoqua son abandon presque immédiat lorsqu’il devint clair qu’elle faisait peur à la communauté des affaires que les Travaillistes s’évertuaient justement à séduire. Le principe en était simple : pour qu’une économie soit dynamique, il faut que l’ensemble de la population participe à son bon fonctionnement. Dans un article pour la Fabian Review basé sur son discours de Singapour, Tony Blair explique : « Si les gens ne sentent pas qu’ils ont un intérêt dans la société, ils ne se sentent pas responsables à son égard et ne sont guère motivés à œuvrer à son succès ».

  • 5 Hutton, Will. The State We’re In, Jonathan Cape, 1995.

9Pour une définition plus précise, il faut se tourner vers le théoricien de l’économie de participation, Will Hutton, dont l’ouvrage The State We’re In, paru en 19955, a soulevé un débat passionné. Comme souvent lorsqu’on cherche à appréhender les principes du nouveau travaillisme, on retrouve une tentative de définition en creux ; en juin 86, lors d’une émission sur la chaîne de télévision Channel 4 intitulée The False Economy, Will Hutton déclare : « Ce n’est ni l'individualisme, ni les vieilles idées du collectivisme ». Ce qui nous intéresse surtout, c’est que Hutton refuse de s’inscrire dans le clivage gauche/droite et affirme : « Le but de l’exercice est de conserver les avantages de la propriété privée tout en remodelant la façon dont elle fonctionne ».

  • 6 The Guardian, 17 janvier 96.

10La dernière partie de la phrase avait de quoi inquiéter les dirigeants travaillistes qui ont rapidement pris leurs distances par rapport au caractère normatif de certaines suggestions pratiques avancées par Hutton. L’objectif poursuivi par les modernisateurs est de renforcer la cohésion sociale en attribuant à chacun une part de pouvoir économique. Ceux qui vivent en marge de la société représentent un double gaspillage : le gaspillage des ressources de l’économie nationale (sous la forme d’aides) et le gaspillage de leurs propres possibilités. Les Conservateurs, pour leur part, n’ont pas manqué de faire le rapprochement entre les « participants » (stakeholders) de Tony Blair et les « actionnaires » (shareholders) de Margaret Thatcher. C’est également le contenu de l’attaque conduite par Michael Portillo, alors Ministre de la Défense, qui souligne l’identité des deux projets : « Si ça, c’est une idée nouvelle, alors il a seize ans de retard. C’est une idée que nous avons eue en 1979, lorsque nous avons permis aux gens de devenir actionnaires des entreprises et des services privatisés en Grande-Bretagne »6.

11Au total, le terme de « stakeholder » s’est révélé inadéquat parce que trop lourd de signification, Il reste que le principe même d’une économie de participation, à savoir la nécessité d’impliquer l’ensemble de la population dans la production des richesses nationales, demeure bien au cœur du projet des nouveaux travaillistes. La nouvelle approche implique donc une profonde révision du rôle de l’État. Comme Tony Blair l'a déclaré aux patrons de l’industrie en novembre 95 : « Le rôle du gouvernement, ce n'est pas de contrôler, mais de faciliter ». En d’autres termes, l’État se doit de favoriser le développement des entreprises ; toute notion de planification ou de nationalisation est donc définitivement écartée. Dans la nouvelle économie, l’État, les entreprises et les individus sont « partenaires » : leur coopération active est indispensable au projet travailliste. La question se pose donc des moyens à mettre en œuvre pour obtenir cette coopération.

État, individus et entreprises : une responsabilité partagée

12Que l'on parle d’une économie de participation ou bien de partenariat, les relations entre État et individus se fondent sur un engagement réciproque. Ainsi, en écho aux nouveaux libéraux du début du siècle (tel Hobhouse), l’approche des Travaillistes pose que tout individu est relié à la communauté ou à la société qui l’entoure par un système de droits et de devoirs. La priorité de l’État est de lutter contre l’exclusion sociale (comme l’indique la Social Exclusion Unit mise en place par le gouvernement dès décembre 97) en donnant aux citoyens les moyens de s’aider eux-mêmes. Le principe qui sous-tend le programme de « Welfare-to-Work » (expression qui décrit le passage des allocations à l’emploi) est de mettre un terme à la culture de dépendance par l’introduction de mesures d’encouragement : « Un coup de main, pas une aumône » (« a band-up not a handout »). En particulier, faire en sorte que le travail paie, d’où l’adoption d’un salaire national minimum, mis en place en avril 99. C’est dans cette stratégie que s’inscrit par exemple le programme intitulé New Deal, introduit en avril 98, destiné à lutter contre le chômage des jeunes, Il est à noter qu’en dépit de son nom, ce projet a en réalité très peu de choses en commun avec le New Deal de Roosevelt, lequel consistait à utiliser des fonds publics pour créer des emplois. Un autre exemple est le crédit d’impôt consenti aux familles de travailleurs (Working Families Tax Credit) qui concerne surtout les familles mono-parentales. De filet de sauvetage (c’était l’idée contenue dans le concept d’État providence), l’État devient tremplin.

13Cette panoplie de mesures incitatives a son prix. La coopération des individus n’est pas une option, elle est obligatoire, et les mesures d’encouragement s’accompagnent de mesures de coercition. Dans leur ouvrage intitulé The Blair Revolution, Peter Mandelson et Roger Liddle expliquaient :

  • 7 Liddle, Roger ; Mandelson, Peter. The Blair Revolution, Faber and Faber, 1996, p. 135.

Il est urgent que la Grande-Bretagne mette en place un nouveau contrat entre la société et les jeunes [...] pour les aider à trouver leurs marques dans le monde des adultes, mais avec des sanctions contre ceux qui refusent de saisir la chance qui leur est offerte et de remplir leur part du contrat7.

14Cela annonce l’autoritarisme social dont a fait preuve le gouvernement travailliste depuis 1997. La politique sociale travailliste s’accompagne donc de mesures punitives à l’encontre des citoyens récalcitrants. Sous la boulette du Ministre de l’Intérieur Jack Straw, on a vu par exemple l’établissement d’un couvre-feu pour les enfants dans les quartiers difficiles et l’imposition d’amendes sévères pour les parents dont les enfants font l’école buissonnière. En matière de criminalité, le cri de ralliement est la tolérance zéro avec un durcissement généralisé du système pénal. L’accent est délibérément mis sur la justice punitive, au détriment de toute idée de justice réparatrice, Il n’est donc pas question de refuser de coopérer puisque tout individu réfractaire devra, pour reprendre une formule prisée des travaillistes nouveaux, « faire face à ses responsabilités ». On peut bien entendu remettre en cause le principe d’un partenariat dans lequel l’un des partenaires impose un contrat à l’autre.

  • 8 Giddens, Anthony. The Third Way, Polity Press, 1998, p. 65.

15On assiste donc à un renversement de l’approche travailliste traditionnelle selon laquelle l’État se devait de protéger les catégories sociales les plus vulnérables contre les effets pervers du système capitaliste (la pauvreté sous toutes ses formes). Désormais, les désordres sociaux engendrés par la dérégulation de l’économie se trouvent sévèrement réprimés. C’était d'ailleurs Lien le message contenu dans le célèbre slogan « Durs envers le crime. Durs envers les causes du crime » (« Tough on crime, tough on the causes of crime »). C’est ce que souligne Anthony Giddens, théoricien de la Troisième Voie (The Third Way), lorsqu’il définit le principe fondamental de la nouvelle approche : « pas de droits sans responsabilités », donnant l’exemple des allocations chômage qui s’accompagnent de l’obligation de chercher activement du travail sous peine de suspension des allocations8. Le concept d’obligation réciproque permet donc de concilier la priorité donnée à la justice sociale et l’autoritarisme social. Giddens prend cependant soin de souligner que l’obligation ne se limite pas aux seuls bénéficiaires de l’aide sociale et distingue ainsi la Troisième Voie des politiques prônées par la droite. Toutes les composantes de la société civile doivent coopérer.

16Ainsi, dans la nouvelle économie, le conflit d’intérêts entre les entreprises et les individus disparaît lui aussi. La bonne santé des premières est garante du bien-être des seconds. La coopération et le partenariat signifient qu'efficacité et justice sociale marchent main dans la main, même si l’égalité des partenaires face au contrat social continue de poser problème. C’est cette sorte de potion magique qu’a présentée Gord on Brown le 9 novembre 1999 aux Communes :

La Grande-Bretagne doit se défaire du stérile conflit centenaire entre l’esprit d’entreprise et la justice sociale, entre la gauche, qui défendait le bien de la société aux dépens de l’économie, et la droite, qui prônait la santé économique aux dépens de la santé sociale et qui bien souvent ne réalisait ni l’une ni l’autre.

  • 9 Liddle, Roger ; Mandelson, Peter. Op. cit., p. 3.
  • 10 C’est ce que met en évidence Norman Fairclough dans New Labour, New Language ?, Routledge, 2000, p (...)

17Les modernisateurs tentent ici encore de dépasser une contradiction, celle qui distingue, pour reprendre les termes utilisés par Maurice Saatchi, conseiller en communication des Conservateurs, d’une part l’approche « cruelle et efficace » des Conservateurs, illustrée par leur slogan de 1996 « Ca a fait mal, mais ça a marché » (Yes it hurt. Yes it worked), et d’autre part celle « incompétente et bienveillante » des Travaillistes traditionnels. C’est cette volonté que traduisent les propos de Mandelson et Liddle : « La question fondamentale en Grande-Bretagne aujourd’hui c’est de savoir si l'on peut à la fois être compétitif sur le nouveau marché mondial et vivre dans une société décente »9. Cependant cette tentative de se situer au-delà de l’opposition entre gauche et droite, de réconcilier deux approches antagonistes, n’est pas innocente. En effet, elle implique une redéfinition implicite du message social-démocrate, par laquelle l’accent est mis sur l’idée de « justice » (fairness) (qui appartient tout autant à la rhétorique du conservatisme traditionnel qu’à celle des travaillistes), plutôt que sur le terme plus connoté d’« égalité » (equality), associé à la redistribution des richesses et absent de la rhétorique du travaillisme nouveau10.

18Les modernisateurs font donc le pari de poser un lien de cause à effet entre compétitivité économique et équité financière, entre efficacité et justice sociale. Ce faisant, les Travaillistes nouveaux font-il preuve d’esprit d’innovation et de radicalisme, ou bien refusent-ils simplement de donner officiellement priorité à l’une ou l’autre ?

La Troisième Voie : radicalisme ou prudence ?

19Quel est donc le souci premier du gouvernement travailliste ? Dans une publication du très conservateur Centre for Policy Studies, intitulée Blair’s Gurus, David Willets écrit au sujet de Peter Mandelson :

  • 11 Willets, David. Blair’s Gurus : an Examination of Labour's Rhetoric, Centre for Policy Studies, 199 (...)

La rhétorique politique de Mandelson montre bien qu’il n’arrive pas à choisir entre égalité de résultats, égalité des chances, cohésion nationale ou efficacité nationale accrue, Il espère vaguement que toutes ces choses reviennent au même ou qu’en tout cas elles sont liées, ce qui n’est pas le cas11.

20Il serait sans doute bon de supprimer l’expression « il espère vaguement ». Pour Mandelson, la Troisième Voie consiste à poser le principe que le choix n’est pas nécessaire et que ces approches sont non seulement compatibles mais complémentaires. Cet amalgame est, on l’a vu, rendu possible grâce au rejet de tout système de pensée rigide, qu’il soit collectiviste ou individualiste.

  • 12 Liddle, Roger ; Mandelson, Peter. Op. cit, p. 19.
  • 13 Gould, Philip. The Unfinished Revolution : How the Modernisers Saved the Labour Party, Little, Brow (...)

21Ainsi, à un premier niveau, le discours des modernisateurs traduit la volonté affirmée de privilégier les individus par rapport aux groupes. Dans son discours au congrès de 1999, Tony Blair insiste : « Non pas le pouvoir au peuple en général, mais le pouvoir à chacun de réaliser son potentiel ». D’un autre côté, il est clair que l’individualisme forcené de Margaret Thatcher, illustré par le slogan « Il n'y a pas de société en tant que telle » (« There is no such thing as society »), par lequel elle entendait que la tâche de prendre soin des déshérités n’incombe pas exclusivement à l’État et que chaque individu a une part de responsabilité dans son propre bien-être, est rejeté sans appel. Mandel son et Liddle écrivent : « Le parti travailliste nouveau rejette sans appel la vision thatchérienne selon laquelle seuls des individus poursuivant leurs intérêts personnels permettront de créer une Grande-Bretagne prospère et satisfaite »12. Ni individualiste, ni collectiviste, la voie médiane est définie en termes d’individus inscrits dans le cadre d’une communauté. C’est sur cet aspect que Philip Gould, conseiller de Tony Blair et l’un des artisans du projet, insiste lorsqu’il analyse les éléments du blairisme : « Les individus ne peuvent avoir une identité que dans leur relation avec les autres et [...] l'existence de communautés fortes ne fait pas obstacle au développement de l’individu. Au contraire, elle la favorise »13. Le concept de communauté est la pierre angulaire du projet blairien puisqu’il permet de relier les individus entre eux par un système de droits et de responsabilités.

22Qu’y a-t-il donc de radical dans cette approche ? Quel est ce « radicalisme du centre » dont les modernisateurs parlent tant ? Dans son discours au congrès annuel du parti de 1999, Tony Blair redéfinit la Troisième Voie :

La Troisième Voie, la démocratie sociale modernisée qui est au cœur du parti travailliste nouveau, n’est pas une voie qui se trouverait entre la voie progressiste et la voie conservatrice, Il s'agit d’une politique progressiste qui se distingue du conservatisme de droite comme de gauche. [...] Ce qui menace l’état-nation aujourd’hui, ce n’est pas le changement, mais le refus de changer dans un monde de plus en plus ouvert et interdépendant.

23Le thème central est celui du changement (une politique progressiste) et c’est sur cette notion que l’idée de radicalisme se fonde. Ce qui distingue les nouveaux travaillistes, c’est leur volonté irrépressible de changer, par opposition à tous ceux qui résistent au changement. Dans cette optique, Tony Blair considère que les luttes politiques qui ont opposé la gauche et la droite au cours du XXe siècle, comme le débat public/privé ou la lutte des classes, sont dépassées, ainsi que l’indique sa déclaration : « La lutte des classes est terminée. Mais la lutte pour l'égalité vraie ne fait que commencer ».

  • 14 Marquand, David. The New Reckoning. Capitalism, States and Citizens, Polity Press, 1997, p. 79.

24On trouve en outre dans l’extrait de son discours confirmation que la mondialisation est considérée comme inévitable et même souhaitable. Ici encore, les termes utilisés pour décrire le marché (les idées d’ouverture et d’interdépendance) sont positifs ou tout au moins non menaçants. Les nouveaux travaillistes ne remettent donc nullement en cause l’économie de marché. Comme l’explique David Marquand dans The New Reckoning, on considère aujourd'hui que le débat entre capitalisme et socialisme n’a plus cours puisque le capitalisme a définitivement conquis la planète. Le débat politique porte désormais sur la conduite à tenir à l’intérieur de ce cadre14. La stratégie consiste donc à présenter le projet travailliste comme la seule solution possible : il n’y a pas d’alternative à la Troisième Voie.

25La réponse des Travaillistes consiste à moraliser l’économie de marché, ce qui évoque encore le gouvernement libéral du début du siècle. Marquand écrit :

On s’accorde de plus en plus à dire qu’une économie de marché viable repose sur l’existence de valeurs extérieures au marché, qui sont capables de créer un état d’esprit fondé sur la loyauté et l'obligation réciproque, et que la réussite économique dépend pour partie du capital social de confiance mutuelle généré par un mode de vie qui fait appel à la réciprocité et à l’entraide.

  • 15 The Prime Minister’s Introduction, Labour Party Centennial Report, 1999, p. 3.

26Tony Blair insiste à l’envi sur la nécessité d’un objectif moral (a moral purpose) ; en septembre 99 il affirme : « On ne vit pas grâce aux seuls biens matériels ». Les valeurs prônées par le gouvernement sont clairement présentées dans la documentation officielle : « Un progrès fondé sur nos valeurs durables de démocratie, décence, justice et tolérance »15. Ces valeurs que l’on peut qualifier de « morales » sont donc bien conservées. Cela présuppose cependant que le marché est susceptible d’être ainsi moralisé, et que le capitalisme est capable d’intégrer des valeurs autres que le profit, possibilité qu’avaient toujours niée les socialistes.

27En particulier, on peut douter de la viabilité d’une telle approche dans le contexte de la mondialisation, en particulier au vu des récents bras de fer entre compagnies et gouvernement britannique. Ainsi, en 1999, un géant de l’industrie pharmaceutique a menacé de retirer ses usines de Grande-Bretagne si son vaccin contre la grippe n’était pas pris en charge par le système national de santé. Le pouvoir des compagnies dans une économie mondiale pourrait donc entraver les tentatives du gouvernement de moraliser le marché. D’un autre côté, dans une économie de marché, le véritable pouvoir est aux mains des consommateurs, qui peuvent imposer ces valeurs morales. C’est ce qu’on voit en particulier dans l’alimentaire, comme l’illustre la campagne contre les produits génétiquement modifiés. On assiste, sous la pression des consommateurs, à l’émergence d’une éthique de l'entreprise (ethical business) par laquelle les compagnies s’engagent à ne pas se livrer à certaines pratiques (travail des enfants, déforestation etc.).

  • 16 Gould, Philip. Op. cit, p. 393.

28Cette dimension morale se marie cependant difficilement avec le pragmatisme dont fait preuve le gouvernement travailliste. Après dix-huit ans dans l’opposition, les modernisateurs sont déterminés à ne pas perdre la main. Philip Gould souligne que c’est là le défi du parti travailliste : « Il ne s’agit pas seulement de rester au pouvoir pour un ou deux mandats, mais de construire une coalition progressiste qui dominera le siècle à venir comme les Conservateurs ont dominé le siècle présent »16. L'élaboration du projet politique se trouve donc associée à la mise au point des techniques nécessaires à l’obtention et la rétention du pouvoir. D’où une confusion quant aux fins poursuivies : de moyen visant à un idéal de société, l’exercice du pouvoir devient une priorité absolue et donc une fin en soi.

Conclusion

  • 17 Ces trois élections illustrent les efforts de la direction du parti central pour manipuler les règ (...)

29L’analyse du projet des modernisateurs fait donc apparaître des incohérences entre le discours et la pratique : le discours officiel fait constamment appel aux idées de démocratisation, de pluralisme et d’inclusion. Or en pratique, les nouveaux travaillistes se montrent avant tout pragmatiques (voire opportunistes) et dirigistes, comme l’illustre la refonte de la structure du parti (centralisation du pouvoir sous couvert de démocratisation) ou encore l’organisation des élections, qu’il s’agisse des élections européennes de 1999, des élections à l'Assemblée galloise, ou du choix du candidat travailliste à la Mairie de Londres17. Le pragmatisme, qui vise à obtenir un certain résultat (le pouvoir), est en porte-à-faux avec les valeurs morales prônées par les modernisateurs. Ces incohérences entre discours et pratique entretiennent donc un doute quant au projet blairien aux yeux de l’opinion publique et font douter du radicalisme des modernisateurs qui se trouvent accusés de prudence excessive. Dans des conditions économiques dont on sait qu’elles sont particulièrement favorables, nombreux sont ceux qui attendent plus d'un gouvernement travailliste, Il est clair qu’ils devront prendre leur mal en patience.

30Philip Gould pour sa part justifie l’approche électoraliste des modernisateurs dans une perspective à long terme lorsqu’il écrit :

  • 18 Gould, Philip. Op. cit, pp. 393-394.

Ceux qui reprochent au parti travailliste nouveau d’être trop prudent, de manquer de radicalisme, de prendre des décisions économiques difficiles, d’imposer l’ordre et la discipline, sont enfermés dans une vision du monde conservatrice qui a tenu le parti travailliste à l’écart du pouvoir pendant si longtemps18.

31L’idée est que si les Travaillistes, ou une coalition progressiste, reste au pouvoir, des changements profonds pourront être mis en place et la pauvreté sera éradiquée. Tony Blair et Gordon Brown se sont engagés à éliminer la pauvreté des enfants d’ici vingt ans, ce qui sous-entend qu’ils devront être maintenus au pouvoir.

  • 19 Institute for Public Policy Research, In Progress, automne 99.

32En définitive, ce qui dérange le plus dans le projet blairien, ce sont les moyens employés par le gouvernement pour lutter contre l’exclusion, à savoir le système de droits et de responsabilités. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent de l’accent mis sur les mesures punitives. Qu’adviendra-t-il de ceux qui ne voudront pas, ou ne pourront pas, saisir la branche tendue par le gouvernement ? Ainsi, Matthew Taylor, directeur de l'Institute for Public Policy Research, insiste sur la nécessité de ne pas pousser la logique de la réciprocité trop loin : « Une société décente se doit de donner un minimum de droits mêmes à ceux qui n’ont pas saisi la chance qui leur était offerte »19. En effet, on peut se demander ce que les nouveaux travaillistes comptent faire des individus récalcitrants. On peut considérer que les abandonner à leur sort en les privant de toute aide revient à les criminaliser. Tout individu qui manque de coopérer avec le gouvernement devient automatiquement hors-la-loi et donc passible de sanctions.

33A cet égard l'approche des modernisateurs est bien « progressiste », ou « radicale », puisqu'il s'agit de promouvoir le changement par tous les moyens et de ne tolérer aucune entrave. Les critiques d'une telle approche soulignent le hiatus qui existe entre la fin visée, c'est-à-dire l'idéal de cohésion sociale et d'éradication de la pauvreté, et les moyens utilisés, qui traduisent une certaine inclémence à l’égard des catégories sociales les plus vulnérables dont on peut dire qu’elles sont le produit de l’économie de marché et dont le parti travailliste s’était voulu le porte-parole privilégié.

Notes

1 Le modèle keynésien repose sur une politique d’intervention visant à gérer la demande globale, par le biais par exemple d’une politique de plein emploi, alors qu’une approche fondée sur la gestion de l’offre se traduit par la priorité donnée à la formation, laquelle vise à fournir au marché une main-d’œuvre compétente et flexible.

2 La Policy Review, dont l’objectif était une profonde révision programmatique, fut lancée en 1988. Le principal document qui résulta de cette entreprise, intitulé Meet the Challenge, Make the Change, fut présenté au congrès annuel du parti en 1989 et adopté.

3 On se souvient que la culture d’entreprise avait été l’un des thèmes centraux de la nouvelle droite lors des années Thatcher.

4 Le texte de cet article, rédigé en 1918 par Beatrice et Sidney Webb, membres de la Société Fabienne, faisait référence à la propriété collective des moyens de production et figurait au dos des cartes d’adhérents du parti, ce qui illustre le pouvoir symbolique de l’attachement des Travaillistes à la propriété collective.

5 Hutton, Will. The State We’re In, Jonathan Cape, 1995.

6 The Guardian, 17 janvier 96.

7 Liddle, Roger ; Mandelson, Peter. The Blair Revolution, Faber and Faber, 1996, p. 135.

8 Giddens, Anthony. The Third Way, Polity Press, 1998, p. 65.

9 Liddle, Roger ; Mandelson, Peter. Op. cit., p. 3.

10 C’est ce que met en évidence Norman Fairclough dans New Labour, New Language ?, Routledge, 2000, p. 44.

11 Willets, David. Blair’s Gurus : an Examination of Labour's Rhetoric, Centre for Policy Studies, 1996, p. 54.

12 Liddle, Roger ; Mandelson, Peter. Op. cit, p. 19.

13 Gould, Philip. The Unfinished Revolution : How the Modernisers Saved the Labour Party, Little, Brown and Company, 1998, p. 234.

14 Marquand, David. The New Reckoning. Capitalism, States and Citizens, Polity Press, 1997, p. 79.

15 The Prime Minister’s Introduction, Labour Party Centennial Report, 1999, p. 3.

16 Gould, Philip. Op. cit, p. 393.

17 Ces trois élections illustrent les efforts de la direction du parti central pour manipuler les règles du jeu afin de garantir l’élection de candidats favorables à la nouvelle ligne travailliste.

18 Gould, Philip. Op. cit, pp. 393-394.

19 Institute for Public Policy Research, In Progress, automne 99.

Auteur

Université de Lille III

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540