Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre gouvernants et gouvernés : le pédagogue du XVIIIe siècle

 | 
Simone Gougeaud-Arnaudeau

Conclusion

Texte intégral

1Si, selon le principe de Madame de Staël, la littérature d’un peuple est dans un étroit rapport avec les institutions sociales, politiques et religieuses – et avec ses rêves –, on comprend que dans une acception élargie du terme, la “littérature” du xviiie siècle fasse voisiner tant de traités d’éducation animés d’un désir de nouveauté en la matière avec divers textes à vocation édifiante. Elle révèle la volonté d’une société de ne pas abandonner la formation morale de ses membres au hasard, le désir de perfection sociale passant par le désir de perfection individuelle.

2Quel chemin parcouru, de Bonneval qui refusait formellement en 1751 que l’éducation fût une chose personnelle, relative au goût de chaque particulier (individu), au projet Bouquier qui distinguait deux parties dans l’instruction nationale : la première relative aux besoins de chaque citoyen, la seconde relative aux besoins de la société tout entière ! Une constante est que les maîtres qui vont s’emparer des premières opinions des enfants ne doivent pas se trouver en contradiction avec la morale publique.

3Ont valeur d’exemplarité les principes de Fénelon-Mentor qui courent dans tous les ouvrages concernant l’éducation princière. La mission du personnel attaché à celle-ci se résume en quelques points : faire du trône sur lequel les yeux sont fixés un exemple de toutes les vertus ; empêcher le souverain de devenir un tyran, à charge pour lui de rendre la vie supportable à ses sujets et de ne pas trahir leur confiance ; inscrire l’éducation du prince dans une continuité historique où le dauphin ne doit provoquer aucune rupture ce, avec la bénédiction de Dieu, l’amour de ses peuples et la récompense de la postérité.

4Puis la Révolution rendit capitale la formation du citoyen adhérent du nouveau régime dont il s’agissait d’assurer la pérennité. Il fallait alors compter sur l’habileté et la sagesse des instituteurs soumis à une morale du devoir. Mais, bien que le gouvernement républicain eût conscience qu’il avait besoin de toute la puissance de l’éducation, force était de constater en l’an V, son incapacité à organiser sérieusement l’instruction publique ; et les inquiétudes succédèrent à l’enthousiasme.

5Il n’en demeure pas moins que dans les esprits, l’instituteur public était né tandis que se répandait l’argument que des appointements trop modiques ne pouvaient que freiner son “zèle” et éloigner les “hommes de mérite” de la fonction. L'état pénible d'instituteur restait un leitmotiv dans les textes émanant de praticiens de l’éducation et semblait à lui seul justifier la revalorisation, pour employer un mot actuel, de “l’honorable métier de former des hommes”.

  • 1 Bourdon de La Crosnière (L.), Mémoire..., op. cit., p. 28.

6En partant à la recherche du pédagogue, nous soulageons le terme de la charge dévalorisante qu’il a gardée jusqu’à nos jours en dépit de la considération attachée au terme didactique de “pédagogie”. Du pédant à l’instituteur... Plus que la terminologie institutionnelle, Bourdon de La Crosnière nous fournit la ligne évolutive en faisant du mot instituteur un “nom générique” sous lequel il comprenait “toutes les personnes chargées d’instruire & de diriger la jeunesse” et comme il était persuadé que la formation du cœur, de l’esprit et du corps était une tâche continue et indivisible, il estimait que le même nom devait être donné à tous ceux qui ont les mêmes fonctions1.

  • 2 Borrelly (J.-A.) cf. “Sur les écrivains qui méritent d’être consultés” in Introduction à la connai (...)

7Tandis qu’à défaut de programmes officiels, Dieudonné Thiébault avait à cœur de partager son expérience et incitait les autres pédagogues à en faire autant, son collègue et ami, Jean-Alexis Borrelly, mettait à portée de réflexion de ses contemporains les idées de tant d’écrivains soucieux d’éducation, en les citant honnêtement, soit qu’il en adoptât les vues, soit qu’il les réfutât2. Charles Issaurat ne déclarera-t-il pas en 1888, au cours d’une conférence intitulée Diderot pédagogue :

“Aujourd’hui nous nous targuons de notre science pédagogique (pour ne parler que de celle-là). Si nous ne voulons pas être des ingrats, n’oublions jamais que nous essayons de nous jucher sur les épaules de colosses qui avaient presque tout prévu, tout pressenti.”

8Loin d’avoir fait le tour des questions qu’ils surent se poser, nous avons fait la part belle aux premiers lecteurs de ces “colosses” qui ont pour nom : Coménius, Diderot, Rousseau, etc.

  • 3 Marion (H.), Cours sur la Science de l’Éducation. Leçon d’Ouverture. 6 décembre 1883. Henri Marion (...)

9Bien avant le célèbre cours inaugural d’Henri Marion3 sur la science de l’éducation, on s’était demandé si l’éducation était un art ou une science. Et quels que soient les moyens et les méthodes, la fin de l’Éducation nationale – l’Institution publique – reste celle que Borrelly avait définie en ces termes :

  • 4 Borrelly (J.-A.), Introduction à la connoissance.op. cit., chap. CVIII.

“[Elle] n’est pas moins de donner des notions suffisantes à ceux qui n’approfondissent pas, que de développer, par le spectacle des sciences, les goûts particuliers, de découvrir les talens ; quelquefois même d’éveiller le génie ; d’abréger, enfin la route, à ceux, qui voudront aller plus loin, en leur traçant la méthode, et les rendant capables de se suffire à eux-mêmes.”4

10Cependant quid de l’émancipation des esprits ? Qu’en est-il de la citoyenneté, mode d’appartenance à une communauté politique, alors qu’après avoir été une affaire d’Etat avec l’éducation du prince, l’éducation pour tous est devenue affaire de l’État ? Les épigones du gouverneur d’Emile soucieux de ne pas fondre leurs élèves dans les normes de la société établie se taisent... Et au terme d’une subtilité porteuse de nouvelles interrogations sur les attributions de ceux qui en exercent la fonction, la dénomination d’instituteur disparaît.

Notes

1 Bourdon de La Crosnière (L.), Mémoire..., op. cit., p. 28.

2 Borrelly (J.-A.) cf. “Sur les écrivains qui méritent d’être consultés” in Introduction à la connaissance et au perfectionnement de l'homme physique et moral, an V, chap. CVIV.

3 Marion (H.), Cours sur la Science de l’Éducation. Leçon d’Ouverture. 6 décembre 1883. Henri Marion eut d’illustres successeurs en la personne d’Emile Durkheim et de Ferdinand Buisson.

4 Borrelly (J.-A.), Introduction à la connoissance.op. cit., chap. CVIII.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540