Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre gouvernants et gouvernés : le pédagogue du XVIIIe siècle

 | 
Simone Gougeaud-Arnaudeau

Chapitre troisième. Des maîtres pour le peuple

Texte intégral

1La préoccupation de l’éducation du prince ne masque pas celle, de plus en plus prégnante, de l’éducation de “ses peuples”. Il n’est guère de textes – même sous la forme la plus romanesque – où le prince ne soit incité à développer “l’instruction publique”. En vue de la “félicité publique & particulière”, moralistes et philosophes admettent l’idée d’une éducation nationale dont la dénomination seule revient à La Chalotais.

2Apparu avec l’Esprit des Lois, l’enjeu politique de l’éducation prend corps au tournant de la Révolution qui rend nécessaire la formation du citoyen afin de pérenniser la nouvelle forme de gouvernement. Mais si l’on s’attache aux mots, les illusions nées de certains discours novateurs se dissipent. Après la tourmente révolutionnaire, l’inquiétude se fera jour devant l’incapacité du nouveau régime à organiser sérieusement l’instruction publique.

3Deux questions concomitantes resteront problématiques : celle des objectifs à assigner à l’éducation donc de la pédagogie, et celle des structures à instaurer, donc du choix du personnel. L’interrogation cruciale perdurera sur “les moyens d’avoir de bons maîtres”.

A. L’éducation nationale

1. Instruire le peuple ?

  • 1 L. Philipon de La Madelaine, Vues patriotiques sur l'éducation du peuple..., op. cit., p. 5.
    A rappr (...)

4Dans quel esprit et à quelles fins ? Et tout d’abord, “Qu’entend-on par le peuple ?”, interrogeait Philipon de La Madelaine. Affichant la volonté d’écarter de ce mot le sens de mépris qui pouvait s’y attacher, l’auteur des Vues patriotiques sur l'éducation du peuple... restreint la catégorie de citoyens concernée par ses considérations sur l’éducation. “Peuple” est pris dans l’acception de “ceux qui forment le dernier rang des citoyens, la classe de ces hommes à qui la nécessité impose la loi de se dévouer, pour vivre, à des travaux mercenaires, manuels et serviles”1. Echanger ses outils contre des livres, c’est déjà ne faire plus partie du peuple...

5Si “le Peuple n’est jamais que ce qu’on le fait…”, comme disait Morelly, son éducation et/ou instruction est fondamentale.

6Si au mot d’instruction “on attache l’idée d’études des langues, des sciences, des lettres, des beaux-arts” – le risque est grand que la “pépinière de l’Etat” envisagée par Rollin ne devienne cette “pépinière des perturbateurs du repos des royaumes” redoutée par Philippon de La Madelaine. On n’est pas loin de considérer que l’ignorance et la crédulité des sujets est un gage de tranquillité pour le souverain.

  • 2 Mme de Genlis, Discours sur l'éducation publique du peuple Par Mme de Brulart, ci-devant Mme de Sil (...)
  • 3 A.-R.-J. Turgot, cf. “Mémoire au Roi sur les Municipalités... in Œuvres de M. Turgot, 1808-1811, vo (...)

7En 1791, Madame Brulart (Madame de Genlis), dans les premières lignes d’un essai de circonstance, le Discours sur l’éducation publique du peuple, s’indignant du désir des despotes de maintenir le peuple dans la superstition et l’ignorance de ses droits et de sa force pour le “subjuguer”2, décernait un satisfecit au “chef heureux d’une nation libre & généreuse” qui devait comprendre que “plus le peuple est éclairé, plus il fait respecter des loix sages & un pouvoir légitime.” Or Louis XVI n’avait pu ou n’avait su entendre la voix de l’un de ses meilleurs ministres qui lui avait soumis une forme de constitution comportant un plan d’éducation nationale3.

8Tous les littérateurs de l’Ancien Régime s’accordent sur le fait qu’une populace est “facile à émouvoir” et sur la nécessité de conserver “le bon ordre”. La formule se retrouve aussi bien chez l’abbé Hazard, Directeur de l’école Militaire de Nanterre, qui, en 1789, propose d’appliquer la discipline militaire à tous, que chez Rivard, partisan du choix par les principaux des professeurs qui leur seraient ainsi redevables et pleins d’égards. Discipline scolaire, subordination des professeurs à la hiérarchie, paix sociale, tout est lié. On craint surtout que le peuple ne devienne ingouvernable.

  • 4 Vues patriotiques..., op. cit., p. 8. ‘S’ils [les grands] méditent les révolutions, c’est le peuple (...)
  • 5 “Mon jugement sur les vues patriotiques de M. Philippon de La Madelaine...” in Mon Bonnet de nuit, (...)
  • 6 “C’est des basses ou dernières conditions de la société dont les enfants restent sans aucune sorte (...)

9“Le bienêtre [des citoyens] est la caution de leur obéissance”4, déclarait sans ambiguïté Philipon de La Madelaine, sur les vues duquel Mercier5 renchérit après avoir noté – sans ironie – que cet “homme estimable” craignait exagérément les effets de l’instruction dans les villages car si les recteurs d’école sont capables d’inspirer du dégoût, c’est bien pour les études... Il importe donc d’enseigner au peuple “à ne pas user mal de sa pauvreté, à ne pas s’en faire un prétexte pour croupir dans la mendicité et la fainéantise, ou pour attenter sur la fortune d’autrui”6. Les écoles ont pour but d’éclairer les enfants sur tout ce qui touche à leur condition et de les rendre capables d’exercer les professions auxquelles ils sont destinés.

  • 7 J.-B.-L. Crevier, Difficultés proposées à Mr de Caradeuc de la Chalotais..., 1763.
  • 8 Art. 36 de l’arrêt de Règlement rendu le 29 janvier 1765 in Recueil de plusieurs des ouvrages de M. (...)

10L’auteur des Difficultés proposées à Mr Caradeuc de la Chalotais, Crevier7, – au demeurant l’un des premiers apôtres de l’éducation publique – estimait que le plan de La Chalotais ne satisfaisait pas pleinement aux vues du Parlement stipulant dans son arrêt du 3 septembre 1762 que l’instruction publique de la jeunesse devait pouvoir “procurer à l’état des chrétiens, & des citoyens capables de remplir dans le respect & la soumission qu’ils doivent au Roi, aux lois de l’Église & de l’État, & aux maximes du Royaume, les différens emplois auxquels ils doivent (peuvent) être appelés”8.

11Prétendant “plaider la cause du peuple”, Crevier exposait que, tous les membres d’un corps n’ayant pas la même fonction, un plan d’éducation pour tous devait être aussi un plan d’éducation pour chacun, en somme, que l’institution devait épouser les divisions de la société en “embrassant tous les états, [former] tous les sujets aux vertus, au patriotisme, & aux talens qui leur conviennent”. Les enfants les plus pauvres étant appelés à devenir de bons artisans, de bons laboureurs et de bons soldats, “il ne s’agit pas de les dégoûter des travaux auxquels ils se trouvent comme naturellement destinés ; mais de les en rendre plus capables.”

  • 9 Abbé Pellicier, Lettre à l'auteur des Mémoires, 1763, p. 25.
  • 10 B. Verlac, Nouveau plan d'éducation..., op. cit., p. 109.

12Loin encore des esprits, l’idée que le bien général passe par une plus large extension des études. Loin des idées avancées de l’abbé de Saint-Pierre, considérées comme des chimères, nombre d’abbés, comme Coyer, estimaient que l’ignorance, qui serait un mal dans les villes, est un bien au village. L’abbé Pellicier s’en tenait à la nécessité d’apprendre aux habitants de la campagne qu’ils ont une âme, qu’il y a une autre vie, et “qu’ils sont Sujets d’un Roi qu’ils doivent aimer & craindre, qu’ils doivent payer fidèlement les tributs, & c.”9. Il ne se rendait pas compte que “le catéchisme pouvoit compléter l’éducation du Peuple vers le 14e siècle ; mais [que] depuis cette époque, ses besoins & ses connoissances (avaient) augmenté, & avec eux son plan d’étude”10, pour reprendre les propos d’un de ces hommes sortis de l’ombre dans les premières années de la Révolution et qui formulaient de saines critiques.

  • 11 J.-C. Simonne, Moyen de rendre les peuples libres et heureux ou Idées sur l'éducation, 1791.
    Le text (...)

13En 1791, année de tous les espoirs, les idées les plus favorables à l’éducation du peuple se développaient dans les clubs avant de s’exprimer à l’Assemblée. Ainsi la société des Amis de la Constitution aurait-elle réservé le meilleur accueil au discours de Jean-Claude Simonne si un évêque accusant l’auteur d’athéisme ne s’était opposé à l’impression de l’ouvrage intitulé dans l’air du temps : Moyen de rendre les peuples libres et heureux ou Idées sur leur éducation. Il faut dire que l’expression véhémente de Monsieur Simonne, sous-ingénieur des Ponts et chaussées – dont l’ouvrage avait concouru au prix de l’Académie de Lyon – dénonçait les arguties des “ministres des autels” et des “tyrans de la terre” et les accusait d’avoir de tout temps condamné sciemment les peuples à l’ignorance afin de “disposer de [leurs] semblables comme les pasteurs disposent de leurs troupeaux”11.

  • 12 J.-A Sigaud de La Fond, L'Ecole du bonheur ou Tableau des vertus sociales, op. cit.

14On observera que dans les titres de feuilles, brochures et traités divers intéressés au perfectionnement de l’“Education de la Jeunesse”, le terme d’“éducation” est souvent associé au champ lexical du bonheur12, très rarement à celui de la liberté. Entre la formation de l’esprit et celle du cœur, on ne balance pas...

2. L’éducation publique

  • 13 L'Élève de la raison et de la religion, ou traité d'éducation physique, morale et didactique... 177 (...)

15Plus que le poids des qualificatifs “nationale” et “publique”, on aura senti l’ambiguïté des substantifs “éducation” et “instruction”... La confusion de ces deux termes13 – l’un recouvrant l’autre, estimait-on le plus communément – rendait délicats les choix à opérer. Fallait-il doter la France d’une “éducation nationale”, d’une “instruction nationale”, ou d’une “instruction publique” ? La question fut posée tant par les réformateurs de l’Ancien régime que par les assemblées révolutionnaires, à la recherche de fondements institutionnels.

16Il serait vain de dresser ici l’historique de la notion d’éducation nationale et d’épiloguer sur le choix du terme “publique” ou “nationale”.

  • 14 N. Baudeau, “De l’éducation nationale” in Ephémérides du citoyen..., vol. I, no 7, 25 nov. 1765, pp (...)
  • 15 Turgot, Mémoire au Roi sur les Municipalités... op. cit., p. 398.

17Du “Bureau général d’instruction nationale” qu’avait proposé l’abbé Baudeau14, pour régir un ensemble d’établissements adaptés aux besoins particuliers, au Comité d’instruction publique qui vit le jour, le 14 octobre 1791 sous la Législative, en passant par le “Conseil de l’instruction nationale”, projet de Turgot afin d’uniformiser l’éducation de tous les citoyens15, les résistances à l’éducation du peuple semblaient vaincues par le progrès de l’idée d’institutionnaliser l’éducation publique. Qu’en était-il exactement ?

  • 16 Crevier, De l'éducation publique, 1762, Préface.
  • 17 Abbé G.-F. Coyer, Plan d'éducation publique, op. cit., p. vij.
  • 18 La volonté d’organiser des corps ou un corps enseignant relèvera toujours du même but : “remplir le (...)
  • 19 Vicaire, qui écrit l’un des meilleurs éloges de l’éducation publique dont on peut lire le compte re (...)

18Soulignons d’abord que la réflexion éducative qui habite le siècle porte le plus souvent sur l’éducation particulière vs éducation publique (c’est-à-dire commune), comme si, dit Crevier, on avait jugé plus facile de “diriger des Parens ignorants, mais zélés pour leurs enfans, que de réformer des Maîtres entêtés de leurs routines”16. Dès qu’on aura perfectionné l’éducation publique “absolument nécessaire au Corps de la Nation”17, assure l’abbé Coyer, nul ne pourra contester sa supériorité. Mais la question récurrente du choix de l’éducation publique ou de l’éducation domestique dépasse la problématique de mettre fin à un système routinier. Il s’agit de tracer une méthode fixe en se donnant les moyens de faire en sorte que les maîtres chargés de l’enseignement public puissent satisfaire les vues de l’État18, d’ériger une institution nationale dont les enfants du peuple sont implicitement19 exclus.

19Face à l’abondance des essais sur l'éducation domestique dont les avantages par rapport à l’éducation des collèges – bien que sévèrement critiquée – diminuent au fil du temps dans les esprits, on ne compte, dans les trois décennies précédant la Révolution, pas moins de cent vingt propositions de réforme qui portent sur la place du latin, le rôle de la religion, le choix de maîtres séculiers, les structures des institutions éducatives. Elles entretiennent la confusion entre “plan public d’éducation” et “éducation publique”.

  • 20 Cf. Maison et cours d'éducation.... 1772.
  • 21 “Economie politique” in Ecrits politiques, op. cit., p. 137.
  • 22 J. Verdier, Discours sur l'éducation nationale, physique et morale des deux sexes, op. cit., p. 4.

20Dans un souci de mise au point, l’instituteur Verdier ne maintient pas son propos sur un terrain strictement pédagogique lorsqu’il constate que “plus un plan d’Éducation est destiné à un grand nombre d’élèves, & moins il est applicable à chacun d’eux”20. En toute bonne foi, il estime que dans la société d’ordres de l’Ancien Régime, les enfants auraient fait piètre figure si l’on avait confondu les formations malgré le parallélisme des trois degrés des apprentissages (Apprenti, Compagnon et Maître), des trois degrés de formation de la Noblesse (Page, Écuyer, Chevalier) et des degrés d’instruction du clergé (Bachelier, Licencié et Docteur). Cependant Verdier n’ignore pas que, sous le poids des mutations sociales, des intérêts économiques et des prétentions égalitaires, les vieilles structures sont ébranlées. Il convient que “l’éducation est sans doute l’affaire la plus importante de l’État”. Mais ne faudra-t-il pas quarante ans à l’affirmation de Rousseau21 pour en imposer officiellement l’idée ? Alors Verdier, qui, encouragé par la conformité de son plan d’éducation à ceux de “Mirabeau, de M. Talleyrand et de M. Condorcet”22, considère qu’il a donné des preuves de capacité, attend que l’on rende justice à ses travaux ; il fait donc réimprimer ses ouvrages et propose ses services. Mais les principes du libéralisme – qu’il ne réfute pas – succèdent à l’obstacle invoqué d’une société d’ordres devenue caduque ; de ce point de vue, la difficulté demeure pour accorder un “Plan National” aux “Plans domestiques”, c’est-à-dire aux vœux des familles, et pour donner aux “Instituteurs” les moyens de développer leur “Art” afin de conduire uniformément et par un “Régime méthodique” tous les “élèves de la Patrie” vers “le bonheur commun et individuel”, sur le principe de l’identité de l’intérêt général et de l’intérêt particulier.

  • 23 Les propos de Voltaire, ont été maintes fois relevé à juste titre... Cf. “Lettre à La Chalotais, 28 (...)
  • 24 L. Trénard, Les finalités..., op. cit., p. 38.
  • 25 L. Fontaine de Saint-Fréville, Essai ou Projet d'éducation nationale pour les hommes, 1791.

21À l’approche de la Révolution, l’objet de l’éducation reste essentiellement de donner ce que nous appellerions aujourd’hui des cadres à la nation ; cela concerne avant tout les classes aisées de la population qui pourront envoyer leurs enfants dans les écoles secondaires et à l’Université pour les préparer à des fonctions sociales déterminées. Sous les arguments d’ordre économique et politique de noms parfois illustres23, on peut lire bien des préjugés sociaux. Comme le constate Louis Trénard, les philosophes, et plus tard les Constituants, ne croient pas en la vertu d’une instruction généralisée24. Ce n’est pas sans précaution que l’on envisage une éducation dite “nationale”25 c’est-à-dire des structures sous l’égide de l’Assemblée nationale.

  • 26 D. Diderot, “Plan d’une Université pour le gouvernement de la Russie” in O. C., 1875, t. 3, pp. 429 (...)
  • 27 Diderot, “Des écoles publiques” in Diderot et Catherine II, par M. Tourneux, 1970 (1899), cf. note (...)

22Certes, il y eut Diderot pour déclarer qu’“instruire une nation, c’est la civiliser”26, et pour prévoir une éducation à trois niveaux avec un premier degré obligatoire, commun à tous les enfants, “même les plus ineptes”27, et, par un système approprié de bourses, un second degré accessible aux plus méritants des enfants des couches sociales les plus défavorisées. Mais, c’était à l’usage de la Russie...

  • 28 C. Fleury pensait que les pauvres peuvent, pour la plupart, se passer de lire et d’écrire. Cf. ‘Tra (...)

23Force est de constater que si nul n’ose plus s’exprimer comme Claude Fleury28, partisan de la règle de Saint-Paul qui impose de ne rien changer à une société établie par la providence divine, il suffit, pour le contentement général, que le plus grand nombre ait l’opportunité d’acquérir un maigre savoir élémentaire, et qu’une élite ait accès aux études secondaires qui lui sont réservées. Quand Madame de Genlis se penche avec sollicitude sur le problème de l’éducation du peuple et projette une réforme de l’apprentissage, elle ne se préoccupe que de réduire le temps des apprentissages livrés à la “négligence” et à la “charlatanerie” des maîtres de métiers, non de prolonger les études par l’enseignement des langues et l’histoire qui permettraient aux enfants de librement choisir leur voie.

  • 29 Cte de Vauréal, Plan ou essai d'éducation général et national, ou la Meilleure éducation à donner a (...)
  • 30 Carpentier, Nouveau plan d'éducation... op. cit., p. xciv : “Une Éducation mauvaise ou manquée est (...)

24Aux tenants de l’immobilisme social, il semble avantageux que les enfants suivent la profession de leur père, jusqu’à alléguer, comme le comte de Vauréal le perfectionnement continu des métiers au fil des générations et l’établissement d’une “noblesse du vrai mérite”29. Une bonne éducation adaptée aux besoins de sa clientèle, pense-t-on, car elle n’a d’autre fonction que de maintenir chacun dans l'état où sa naissance l’a placé et que, si elle n’y parvient pas, il vaut mieux s’en passer30.

  • 31 P.-S. Du Pont de Nemours, Vues sur l'Education nationale..., an II, p. 11.
  • 32 Cf. Quesnay, cité par F. Brunot in Histoire de la langue française, op. cit., t. 7, p. 140 : “Ne fa (...)

25Puisque l’enseignement primaire est jugé suffisant pour la grande masse paysanne et le petit peuple des villes, on ne songe guère à faire le procès des “petites écoles”, encore moins à les réformer, jusqu’à ce que la demande devienne pressante et que le pouvoir en mesure l’intérêt avec la République naissante... Remarquons que certains, comme Du Pont de Nemours, déplorent sincèrement qu’on n’ait jusqu’alors pensé qu’aux citadins et aux riches31, mais ne s’ingénient qu’à concilier le plus harmonieusement possible le travail des enfants, force économique à laquelle il n’est pas question de renoncer, avec l’instruction élémentaire. L’esprit physiocratique32, doublé d’une culture antique toute virgilienne, exalte l’instruction rurale, celle que donnent la maison, les étables et les champs, qu’il faut seulement rendre plus efficace. Une tâche délicate incombe à l’instituteur qui devra très vite imprimer dans le cœur et dans l’esprit de ses élèves un “abrégé de philosophie, de politique et de morale” après leur avoir appris à lire par des méthodes que Célestin Freinet n’aurait pas réprouvées.

26Alors qu’on se contente généralement de l’enseignement du premier degré, on met sérieusement en doute les aptitudes conférées par l’enseignement secondaire à des jeunes gens destinés à des professions de plus en plus diversifiées. Depuis que La Chalotais en a montré l’importance, la question de l’utilité ne laisse personne indifférent. Il s’agit de mettre fin à une éducation intellectualiste, érudite, basée sur une connaissance livresque et sur l’apprentissage du latin, pour développer les aptitudes, les réflexes que la vie réelle exige des enfants.

  • 33 Notons les craintes du comte de Boulainvilliers dans ses Essais sur la noblesse de France de voir i (...)
  • 34 Depuis notamment le réquisitoire contre les collèges par D’Alembert en 1753, suivi en 1755 des réfl (...)
  • 35 Carpentier, Nouveau plan d’éducation..., op. cit. : “On ne croit pas pouvoir donner des preuves plu (...)

27Reprenant les récriminations sur les études latines qui, pour des raisons fort diverses33, n’ont cessé de s’élever, Louis-Sébastien Mercier écrit que le latin ne conduit à rien34, que sur cent élèves des collèges, “90 en sortent sans rien savoir”. Carpentier, ne dénonce pas moins vigoureusement le fait35, en observant qu’après avoir fait toutes ses classes, on est incapable d’associer aux mots l’idée qui leur convient ; par exemple, on sait traduire justitia, humanitas, probitas mais on ignore “ce que c’est que justice, honneur, & probité”.

28C’est profaner, selon lui, le nom même d’éducation, et, en ce qui concerne les maîtres, abuser de la confiance publique que d’occuper ainsi les jeunes gens pendant une longue suite d’années. Aux victimes de la mauvaise éducation, un éloge digne de celui que Rétif de la Bretonne développera quelques années plus tard, dans La Vie de mon père oppose le paysan “ignorant” – mais plein de bon sens.

29Tandis qu’on voit grandir le mécontentement de la bourgeoisie de l’artisanat et du négoce qui aspire pour ses enfants à ce que chacun puisse choisir une profession et trouver la place qui lui convient dans l’activité économique du pays, d’autres – ainsi les propriétaires terriens dont on sait qu’ils présidèrent souvent à la rédaction des Cahiers de doléances pour le Tiers Etat – rêvent de voir se répandre les Lumières sur l’agriculture. Mais tous les griefs contre les collèges et leurs régents pour symptomatiques qu’ils soient de nouvelles aspirations sociales sont étrangers à un désir de mobilité...

3. Pour une régénération morale

  • 36 E. Béguillet, Considérations sur l'éducation..., op. cit., p. 16.
  • 37 Cte de Vauréal, Épître dédicatoire à la patrie” in Plan ou essai d'éducation général..., 1783, p. 8 (...)

30Alors que de grands noms se déclaraient hostiles au développement de l’éducation populaire, des voix plus effacées, en quête d’audience, se faisaient entendre dans les circonstances propices. La polémique s’était engagée entre l’auteur des Considérations générales sur l'Éducation, Edme Béguillet qui déplorait que le peuple soit absent des préoccupations éducatives 36et le comte de Vauréal, ancien officier au Corps Royal du Génie, qui avait commis des Réflexions détachées sur les traités d'éducation ; l’un et l’autre cependant doutaient de l’utilité véritable de l’abondante production de traités sur l’éducation, qui proposaient pour la plupart des méthodes “inexécutables”... Dans le Mercure de France de février-mars 1782, à l’occasion de la naissance du “précieux” enfant que les sujets de Louis XVI attendaient, un sonnet à la gloire du dauphin qui ferait, comme son père, le “bonheur de la France” voisinait avec le Projet d'Éducation national. Vauréal offrait à la patrie ce “rêve d’un bon citoyen” dans lequel il disait avoir reçu comme tous les élèves de son siècle “peut-être la plus fautive éducation de précepteurs & d’instituteurs de collèges” mais, concédait-il, “ils l’avaient donnée à lui & à d’autres, de la meilleure foi du monde”. Son projet changerait les mœurs de la nation, assurant à la fois le bonheur des individus et celui de l’État. Démenti à l’auteur d’Émile “qui [avait] fait sentir que les lois, & les mœurs nationales étant elles-mêmes viciées, ne pouvoient servir de base et de modèles, & que difficilement elles seraient les protectrices d’un établissement qui leur ressemblerait si peu”37.

  • 38 C.-J. Mathon de La Cour, Discours sur les meilleurs moyens de faire naître et d'encourager la patri (...)

31Le débat, commencé avec l’abbé de Saint-Pierre, poursuivi dans les années 1760 par de nombreux littérateurs comme François Turben, et avant la Révolution par Mathon de la Cour, met en évidence la préoccupation d’asseoir l’éducation sur une large base populaire à la fin première de “faire naître et d’encourager le patriotisme dans une monarchie”38, en somme de former le citoyen.

32Pour cela, on en appelle à deux “institutrices” pour enfanter des citoyens vertueux...

  • 39 Abbé Pellicier, Lettre à l'auteur des Mémoires, op. cit., p. 23.

33À toutes les classes de la société convient une morale universelle qui tient lieu de morale civile car les mêmes termes d'honneur, de respect, de considération sont attachés à la formation de l’honnête homme, du citoyen et de l’homme du monde, l’apprentissage des règles de conduite ne se limitant pas aux seules convenances sociales. On s’accorde à la trouver dans l’Évangile, “le livre par excellence, d’où l’on peut extraire les préceptes les plus vrais et les plus sûrs” dont tout instituteur doit conseiller la lecture à ses élèves. De ce point de vue, et sans souci de la distance, François Turben se réfère à Fénelon et à Rousseau, d’une part au modèle impérissable, d’autre part au philosophe méconnu en son temps... Comment refuser d’adopter les bases de l’Évangile, prônées et défendues par de tels hommes ? D’autant plus que “l’Évangile est spécialement pour les Pauvres” et qu’“un maître d’École en est le premier prédicateur”39.

  • 40 Abbé Le More, Le Maître d'Histoire ou Chronologie élémentaire, Historique et raisonnée des principa (...)
  • 41 Cf. “Discours sur Futilité de l’Histoire par M. de Tresséol, Professeur d’Histoire à l’Ecole Royale (...)
  • 42 Rivard pense que “l’étude de l’Histoire [...] tient lieu d’une longue expérience pour sçavoir comme (...)
  • 43 F. Turben, Idées d'un citoyen sur l'institution..., op. cit., p. 33.
  • 44 Carpentier, Plan d'éducation..., op. cit., p. cxxvij.

34Une autre “sage Institutrice”40, l’“institutrice des mœurs”41 à l'école de laquelle “le dernier des hommes peut devenir vertueux & éclairé, s’il a des yeux pour saisir ses préceptes mêlés dans la chaîne des évènements, & la ferme volonté d’y conformer sa conduite” est l’histoire. Toujours considérée comme le fondement de l’éducation des gouvernants à qui elle tient lieu de psychologie42, l’histoire sera désormais dispensée au plus grand nombre qui a le droit de connaître son passé dès lors que l’on commence à parler de “droits de l’homme”43. Mais ce sont toujours les mêmes fins édificatrices qui présideront à son enseignement44.

  • 45 G. Bonnot de Mably, Entretiens de Phocion, 1767 (1763).

35Afin de moraliser les mœurs des gouvernés, l’histoire entre donc dans le projet d’un vaste plan d’éducation publique. Les ouvrages de l’abbé Gabriel Bonnot de Mably sont moins des traités de pédagogie que de politique et de morale. Pour Mably, le législateur doit se préoccuper du bonheur des hommes ; dans une République, la politique, inséparable de la morale, doit “affermir la vertu”45, et l’éducation apprendre à l’homme à jouer un rôle dans la cité.

  • 46 A. Court de Gébelin, “Du scepticisme raisonné de l’histoire...” in Traités sur l'utilité de l'histo (...)
  • 47 D. Thiébault, De l'enseignement dans les écoles centrales, an V, p. 15.

36Rares sont ceux qui ne considèrent pas l’histoire comme un “roman moral”46 et qui tentent de la limiter à l’étude des faits dont il s’agit de mesurer l’exactitude. Dans un opuscule intitulé De l'enseignement dans les écoles centrales, Dieudonné Thiébault47 dira clairement à propos de la création de la chaire d’histoire qu’il ne serait point besoin de professeur s’il ne s’agissait que de relater les faits puisque chacun sait lire. En revanche, le professeur montre la route à ses élèves en les accoutumant à réfléchir et à tirer des faits, des instructions propres à en faire des citoyens vertueux, utiles à leurs semblables.

  • 48 Cf. “Réflexions sur l’utilité de l’histoire, et les devoirs de l’historien par Michel Le Vassor” in(...)

37Les traités sur l’utilité48 de l’histoire ne cessaient de se multiplier tandis que l’on cherchait encore le livre qui assurerait une formation commune des citoyens...

  • 49 Grimm &..., Corr. litt., op. cit., t. 5, 15 avril 1763.

38“Il est vrai qu’un livre sur l’éducation publique serait l’ouvrage non seulement d’un philosophe mais d’un homme d’Etat”49, estimait-on avec condescendance dans la correspondance transeuropéenne qui tint informés les grands de ce monde sur les publications en tout genre, et dont les auteurs déploraient que nul ne fût capable de tirer l’Europe de la “barbarie” dans laquelle elle demeurait enlisée en matière d’éducation. Jugement et/ou constat sur le fond de la question...

  • 50 D’après les observations de L. Trénard.

39Les années s’étaient écoulées sans que le gouvernement se fut appliqué au changement ; mais vint le temps où le législateur, philosophe ou non – souvent ancien élève des oratoriens50 – considéra que l’éducation ne pouvait rester sans réforme.

4. La formation de l’esprit civique

  • 51 Le Journal Gratuit qui parut de mars 1790 à décembre 1791 était dédié aux mères de famille.

40Le Journal Gratuit51 présenta les premières Réflexions sur l’Education considérée dans son rapport avec la Révolution Françoise. L’influence de l’éducation sur “le bonheur de la société” et sur “la prospérité de l’État” n’avait-elle pas jugée primordiale par les deux “Grands-Hommes”, Rousseau et Mably qui, consultés par la Pologne, prônaient la création d’une institution nationale ? Plus que jamais, une éducation nationale était nécessaire au peuple tiré de sa léthargie afin que la génération suivante soit en mesure de “soutenir” et de “consolider” la Révolution ; il s’agissait de conserver “par principes & par système” le “bienfait” de la liberté, cette liberté “conquise par instinct & par hasard” – toutefois, “sans en abuser”... En “rapportant, un peu plus qu’on n’avait fait jusqu’ici, l’Éducation à la politique, aux devoirs du Citoyen, aux obligations que chacun contracte envers la société”, il serait inutile de changer les hommes en changeant les choses comme le prouvait le serment du roi de préparer son fils au respect du “nouvel ordre des choses”. La réforme dans l’éducation des rois servirait d’exemple à celle de l’éducation publique, destinée à pérenniser et perfectionner la nouvelle organisation sociale et politique.

41Mais à l’heure où l’opinion publique, dans ce rêve de stabilité, après une première “violente secousse”, s’interrogeait sur le maintien de la constitution, et où l’esprit législatif commençait à succéder à l’esprit religieux, grandes furent les divergences d’opinion pour définir la “bonne” éducation publique dans les centaines de projets d’éducation qui furent déposés plus ou moins officiellement durant la période révolutionnaire.

42Un texte de Mirabeau, “l’un des premiers essais de penser les problèmes de l’éducation à la lumière de l’expérience révolutionnaire” selon Bronislav Baczko, permet de poser les problèmes à la fois dans leur complexité et dans les termes les plus généraux, tels qu’ils se présentent philosophiquement et politiquement à la pensée de chacun.

  • 52 Cte de Mirabeau, “De l’éducation publique. Premier discours.” in Une éducation pour la démocratie, (...)

43Le premier postulat est que “L’art de l’éducation n’est que celui de faire prendre aux hommes les habitudes qui leur seront nécessaires dans les circonstances auxquelles ils sont appelés.” Les maîtres chargés d’instruire la nouvelle génération et les écrivains qui vont lui souffler ses premières opinions sont donc “aux ordres de l’intérêt public”52.

  • 53 Cte de Mirabeau, Travail sur l’éducation..., op. cit., p. 11.

44Le second définit comme “objet unique” de l’éducation “de rendre à l’homme l’usage de toutes ses facultés, de le faire jouir de tous ses droits, de faire naître l’existence publique, de toutes les existences individuelles librement développées, et la volonté générale de toutes les volontés privées constantes ou variables, suivant qu’il plaira aux circonstances”, ce qui condamne d’une part tout sectarisme qui dénature l’homme et qui entrave le développement de sa raison, d’autre part toute volonté du législateur de donner une tournure particulière à un peuple dont il faut plutôt mettre les générations futures à portée d’assumer librement leur destin53. Pour le tribun, “il ne s’agit donc point d’élever un édifice éternel, mais de mettre toutes les générations à portée de s’entendre facilement pour régler leurs intérêts comme bon leur semblera”.

45La science de la liberté pose les bases d’un système éducatif libéral qui suppose chez les instituteurs un certain nombre de qualités : – “le tact de l’expérience” suppléant “l’œil du génie”, pour reprendre des mots du Journal Gratuit — et une méthode proche de celle de Condillac. Les démonstrations de Condillac s’inscrivent dans la lignée de pédagogues qui, tenant compte des forces de l’enfant et ne lui déniant pas l’usage de la raison, s’interdisent tout autre objet que ceux qui sont articulables par l’expérience et la raison. Elles feront foi auprès des idéologues. L’École normale de l'an III, “institution pédagogique d’avant-garde” mais éphémère, dont Paul Dupuy a fait l’historique, entendait préparer des instituteurs et des professeurs “capables d’instruire” enfants et adultes, de diffuser largement le savoir. La démocratisation des connaissances relève de l’utilité publique.

46La préoccupation de l’utilité, constante au xviiie siècle, devient première pour les idéologues dont la pensée trouve ses prémices chez Condorcet. Diffuser l’instruction, c’est répandre les lumières et s’engager sur la voie du progrès. Une fois dissipée les “brouillards de la scholastique”, il apparaît nécessaire de créditer les futurs citoyens de la faculté de jugement, le plus tôt possible. Eclairer les hommes avec les principes de la raison, c’est leur conférer ce qu’une Constitution libre ne suffit pas à leur donner : le pouvoir de travailler eux-mêmes à l’amélioration future des lois car, selon Condorcet, l’école n’est pas faite pour la société telle qu’elle est :

  • 54 Mis de Condorcet, Premier mémoire, p. 68.

“Le but de l’instruction n’est pas de faire admirer aux hommes une législation toute faite mais de les rendre capables de l’apprécier et de la corriger.”54

47Une telle finalité induit l’accès de tous aux savoirs fondamentaux constitutifs de la citoyenneté ; ces savoirs de base restent à définir mais leur but est clair :

  • 55 Mis de Condorcet, “Rapport et Projet de décret Sur l’organisation générale de l’Instruction publiqu (...)

“On enseigne dans les écoles primaires, ce qui est nécessaire à chaque individu, pour se conduire lui-même et jouir de la plénitude de ses droits.”55

  • 56 Condorcet, “Rapport et projet...” in Une éducation pour la démocratie. Textes et Projets de l'époqu (...)

48Avec le rapport de Condorcet, élaboré en 1791-92, un grand pas vers la démocratie est franchi. Condorcet tente de concilier le principe de liberté défendu par Mirabeau et les Constituants – qui devient le principe fondateur de la République – et l’idée d’égalité dont Talleyrand avait soulevé le problème dans son rapport de 1791 en prônant une instruction “universelle”, c’est-à-dire étendue à tous les citoyens, “répartie avec toute l’égalité que permettent les limites nécessaires de la dépense, la distribution des hommes sur le territoire, et le temps, plus ou moins long, que les enfants peuvent y consacrer.”56

49Le même souci de prendre en compte les disparités de valeurs et d’intérêts de la société civile transparaît dans le Projet de décret présenté par Gilbert Romme le 20 octobre 1793 qui, jugé trop libéral et modéré par la Convention, n’aura pas plus de succès que celui de Condorcet.

  • 57 Romme, Rapport sur l'instruction publique, considérée dans son ensemble, 1793.

50“Guide” et “flambeau” de la vie sociale, l’instruction et l’éducation devaient être étroitement associées pour assurer la “régénération des mœurs, les progrès des sciences, des lettres et des arts, et leur juste application à la prospérité publique”57. L’instruction publique devait donc embrasser l’enseignement proprement dit, “source de lumières” et l’éducation, “source de vertus”, qui forme les caractères, “apprend à soumettre au tribunal de la conscience, les actions & les pensées”.

51À la Convention, Masuyer réfuta les systèmes de Romme et de Condorcet ; il préférait le concept d’éducation nationale qui devait être le seul objet des “méditations” de l’Assemblée souveraine. L’argument était simple :

  • 58 C.-L. Masuyer, Discours sur l'organisation de l'instruction publique et de l'Education nationale en (...)

“L’enseignement n’est qu’une partie essentielle, il est vrai, de l’éducation, et s’entend plus particulièrement des individus isolés entre eux et abstraction faite de la société, tandis que l’éducation s’occupe d’une manière plus directe des grands rapports qui lient entre eux la société et les individus.”58

  • 59 M.-E. Petit, Discours sur la révision du décret pour l'organisation des premières écoles..., An II, (...)

52On ne pouvait pas mieux afficher la vocation politique de l’institution à laquelle il faudrait dévouer un “corps de pédagogues” pour conserver le “dogme républicain”, comme l’expliquait dans le même esprit et en des termes sans ambiguïté, Michel-Edme Petit59. Cela n’impliquait pas tant la plus haute instruction pour les meilleurs que la lutte contre l’ignorance des masses.

  • 60 Pour rendre justice aux Idées patriotiques... de R. de Varennes, nous mentionnons l’analyse de B. B (...)

53Cependant restait sous-jacente la volonté d’enrayer la dégradation des mœurs et de maîtriser les tentations de révolte sociale liées au développement économique comme en témoignent Les Idées patriotiques de l’avocat Raymond de Varennes. Qu’ira-t-on apprendre d’essentiel dans les écoles nationales, sinon que les conditions sociales étant inégales, il faut les “lier par l’estime”60 qui fait accepter les hiérarchies ? D’autant plus, comme le précisait le Journal Gratuit cité supra, que “les talents pourront bien procurer des distinctions flatteuses, mais le droit de commander aux autres ne s’accordera qu’au mérite & à la vertu”.

  • 61 Par la loi du 3 brumaire an IV (1796), Daunou se situait dans le prolongement de l’œuvre de la Révo (...)

54Un an avant la promulgation de la loi Daunou61, Sénac de Meilhan voyait dans les clivages sociaux un obstacle rédhibitoire à l’établissement d’un système d’éducation nationale :

  • 62 Sénac de Meilhan, “De l’Education” in Œuvres philosophiques et littéraires, op. cit., t. 1, p. 274.

“Il est difficile qu’il y ait une éducation nationale, dans un gouvernement où divers états de la société ont des limites qui les séparent invinciblement ; des intérêts opposés, et des maximes contraires.”62

55Dans une société divisée, le principe d’égalité se heurtait concrètement aux réalités. La Convention, soucieuse de prendre des mesures urgentes, s’était montrée plus radicale dans sa pensée éducative en tentant de gérer les divisions séculaires. Mais en 1800, la question semblait tranchée pour longtemps. Au Conseil d’instruction publique, l’idéologue Destutt de Tracy distinguait deux systèmes complets d’instruction publique : celui de la “classe ouvrière” préparant ses enfants à différents métiers dans les écoles dites primaires et celui de la “classe savante” qui envoyait les siens dans les écoles centrales et spéciales et il ajoutait :

  • 63 Desttut de Tracy, Observations sur le système actuel d'instruction publique, an IX, p. 297.

“Je ne conseillerai pas plus de donner celle-ci à un enfant destiné à être artisan que de donner la première à celui qui doit devenir homme d’Etat ou homme de lettres.”63

56Dans la “juste application” des “progrès des sciences, des lettres et des arts” à la “prospérité publique”, rêvée par Condorcet, il est facile de déceler les raisons pour lesquelles l’enseignement secondaire et supérieur seront longtemps un privilège.

  • 64 Pour une vue d’ensemble rigoureuse sur les débats politiques autour d’une éducation nationale, démo (...)

57Toutes les questions64 qui avaient agité les hommes de la Révolution restaient posées. Fallait-il accorder la priorité à l’instruction ou à l’éducation ? Qui devait prendre en charge l’éducation de la nation ?

58À qui confierait-on le soin de maintenir l’ordre social en préparant les individus à occuper la place que l’on estime être la leur, et à respecter ces “loix sages” évoquées par Madame de Genlis, au mieux, à prendre en charge leur destin et celui de leur pays ?

B. Du pédant à l’instituteur

1. Le choix des maîtres

  • 65 Anonyme, Mémoire sur les principaux objets de l'éducation publique.

59Orienté vers la transformation de l’institution selon des intérêts sociaux divergents, le débat sur l’éducation publique – dans le contexte polémique du temps – concerne le choix des maîtres entre laïcs, ecclésiastiques et/ou religieux. Vingt-huit ans après la “révolution scolaire”, la Révolution aura encore difficulté à résoudre le problème du remplacement de quelque mille deux-cent-cinquante membres de la Compagnie de Jésus. Avec la question : À qui doit-on confier l’Éducation publique ?65, se pose celle de l’établissement d’un corps enseignant dans le cadre d’une éducation nationale.

60Devançant le décret du Parlement de Paris, l’abbé Crevier se prononçait en faveur des ecclésiastiques qui possédaient selon lui toutes les facultés et les vertus propres à des éducateurs zélés avec leur attachement à la famille et à la Patrie, l’obéissance au Souverain et la soumission à l’Eglise. Au fond des campagnes, les séminaristes remplaceraient avantageusement les maîtres ineptes et l’Église ferait l’effort de rétribuer les agents de l’instruction publique...

61Or le discrédit était jeté sur les clercs : les réformateurs (La Chalotais, Guyton de Morveau, etc.) s’étaient interrogés sur la compatibilité de la “profession religieuse” avec “les devoirs qu’impose l’éducation” et Rolland d’Erceville, chargé en mai 1768 de présenter à la Cour le compte rendu de synthèse des mémoires relatifs aux plans d’éducation dans les collèges établis par les Universités, soulignait l’esprit de corps des religieux comme un empêchement à ce que l’on recrutât parmi eux les maîtres publics. Mais les “bons” maîtres séculiers étaient rares...

62La discussion perdura dans les assemblées du clergé. En 1785, l’abbé Proyart, qui convenait que la plupart des religieux avaient perdu la confiance du public parce qu’ils étaient devenus “tels qu’on les imaginait calomnieusement”, proposa la fondation d’une “Société religieuse qui se dévouerait par état à l’Éducation publique”, regrettant que celle-ci ne fut point en France... Appel déguisé aux jésuites. Le pas serait franchi en 1814 avec le rétablissement dans tous ses droits de l’ordre fondé par Ignace de Loyola. Pour l’heure, cela n’étant pas envisageable, il suffirait de modifications de statuts, notamment de changements en matière de direction que l’on confierait aux évêques et aux principaux, aux premiers attachés à la jeunesse comme “la portion la plus intéressante de leur troupeau”, aux seconds “les plus intéressés à maintenir le bon ordre dans les Maîtres qu’ils gouvernent”.

  • 66 Mercier, Mon jugement..., op. cit. p. 142.
  • 67 Anonyme, Mémoire..., op. cit.., p. 4.

63Créer un corps d’instituteurs qui n’aurait ni “les préjugés des corps” ni “la doctrine vacillante des particuliers”66 n’était donc pas une mince affaire et l’abbé Corbin67 qui masquait mal son appartenance en affichant une ouverture d’esprit trompeuse, ne voyait d’autre solution que l’organisation par le gouvernement des congrégations séculières existantes. On épargnerait sur les frais en subventionnant ces écoles sous contrat avant la lettre de manière à ce qu’elles puissent satisfaire les vues de l’État.

  • 68 Proyart, De l'éducation publique..., 1785.

64Mais l’argumentation de Proyart restait un modèle du genre. Aux inconvénients majeurs des laïcs : ignorance de la “sainteté” de leur devoir qui est de former la jeunesse à une “piété solide & éclairée”, “indépendance”, “défaut de subordination”, “relâchement” (surtout en province), “ennui” et “dégoût” communiqués à leurs disciples, il opposait la subordination68 des ecclésiastiques (à leurs supérieurs comme à l’“autorité légitime”) qui les rendait plus aptes à dispenser une instruction littéraire et une instruction religieuse soignées.

  • 69 C.-A. Helvétius, “De l’Homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation”, 1781 (1772) in (...)

65Idéal de soumission dénoncé avec force par Helvétius : les scholastiques et l’Église ne visent qu’à propager la sottise et abrutir l’homme à des fins de domination ; le seul moyen pour “perfectionner la science de l’éducation”69 est donc de confier l’organisation de l’institution au pouvoir civil.

  • 70 Rolland d’Erceville, Plan d'Éducation..., op. cit., pp. 37-40.

66Pour ne plus donner prise aux reproches du clergé quant à l’incompétence des laïcs, Rolland d’Erceville, qui reconnaissait qu’“on peut avoir des talens, & n’avoir pas celui d’enseigner”70, avait envisagé d’adjoindre une maison d’institution pour les maîtres aux Universités.

67Cette idée de la formation des enseignants était diversement perçue. Selon Crevier qui alléguait que l’“homme très-éclairé” a du mal à mettre les objets de connaissance à la portée de ses élèves, de bons livres élémentaires ne nécessitant qu’un travail d’explication pouvaient suppléer les carences intellectuelles des maîtres.

  • 71 D.-F. Rivard, Mémoires sur les moyens de perfectionner les études publiques et particulières, 1763, (...)
  • 72 Ibid., p. 155. Notons que les écoles normales créées par la République pour la formation des instit (...)

68Pour Rivard71, plus que “la science qu’il faut enseigner”, “l’esprit de religion” fait le maître idéal. Aussi songeait-il à une maison d’institution où les futurs enseignants acquerraient le “talent de se mettre à la portée des jeunes gens”, la capacité de les contenir “dans l’ordre & la discipline”, et surtout seraient prémunis contre les idées de Voltaire, de Rousseau, etc. Admis dès “l’âge d’environ douze à quatorze ans”72, ils apprendraient de bonne heure à se défier des “discours” et des “livres impies” qui propagent la “maladie du siècle”, et seraient instruits “des preuves démonstratives & évidentes de la vérité de la Religion chrétienne”. Ainsi serait formé, pour les maisons d’éducation de tout type, un personnel laïc qui s’acquitterait plus tard de ses devoirs “par inclination et par amour” et exécuterait les règlements.

  • 73 Plan d'un établissement d'éducation nationale, Autorisée par Arrêt du Conseil du 5 octobre 1788, so (...)

69La lecture attentive de Rivard révèle les véritables enjeux de la question. Dans une monarchie, la “vertu sublime” est l’obéissance inculquée par la religion et donnée en exemple par des maîtres bien trop satisfaits de leur emploi pour n’être autre chose que des “chiens de garde”, chargés d’apprendre à quelques-uns l’art de commander et au plus grand nombre la soumission. Bourdon de La Crosnière précisait à cet égard que ce sont les élèves aux dispositions médiocres qui fourniraient “d’excellens Instituteurs” et “d’excellens Ouvriers”73 à la société...

  • 74 F., Dom Ferlus, Projet d'éducation nationale..., p. 4.

70Mais quand le peuple devient souverain, force est d’accorder tous ses soins aux rameaux, pour reprendre la métaphore du Manuel des Souverains, parce que chaque rameau de l’arbre croît en importance. De l’éducation devaient dépendre “les mœurs, le bonheur de la France, le succès des loix”74, d’où la frénésie de publication sur le sujet.

71Dans la multitude d’écrits en attente de décrets du législateur, relevons le nom de François Dom Ferlus. Le directeur de la célèbre école de Sorèze renvoyait dos à dos “la manie de l’innovation” des écrivains sans expérience éducative qui “se perdent dans le vague de systêmes impraticables” pour faire un livre et “l’asservissement de la routine” des instituteurs imbus de leur pratique. Son traité qui contenait quelques vérités utiles sur l’organisation de l’institution, c'est-à-dire “le corps”, et sur les personnes qui devaient en être “l’âme” passa quasi inaperçu.

72L’Éducation nationale n’allait cependant pas échapper à l’entreprise de régénération révolutionnaire. Quels seraient les maîtres-mots dans les catéchismes qui devaient empêcher que fut livrée au hasard l’éducation morale et républicaine ? Afin de donner au “nouvel ordre de choses” des “hommes nouveaux”, quels maîtres donnerait-on à la République ?

73Les lecteurs de Rousseau s’étaient pris à rêver de l’instituteur public mais pour que naisse son prestige, il fallait que le pédant, tant de fois “joué”, fût détrôné.

2. Le pédant détrôné

  • 75 Cailhava de L’Estandoux, 1793, cité par Muriel Mili in “Le théâtre de la Révolution 1789-1799…”, Ac (...)

74S’il n’est “pas de despotisme plus stupide que celui d’un pédant” selon les mots d’A.-V. Arnault, le théâtre qui devint un temps “l’Université, le prêche, le prône, le catéchisme du peuple”75 donne à voir des conversions salutaires dans le microcosme des salles de classe comme à la ville... La protestation des écoliers contre l’arbitraire marque à la fois le changement de nature du pouvoir politique et l’aube de temps nouveaux pour l’image du pédagogue...

75Par exemple, dans L’École de village, opéra-comique du comte Solié, représenté en nivôse an II, maître Bazile subit la rébellion de ses élèves qui entonnent un air révolutionnaire tandis que sa chaire s’écroule : “Nous voulons être libres”, “Nous voulons suivre l’exemple d’nos parens”, clament-ils. Son pouvoir abattu, le magister sera contraint de battre sa coulpe.

  • 76 P.-S. Du Pont de Nemours, Vues sur l'éducation nationale..., op. cit., p. 24.
  • 77 J.-F. de Laharpe, “Extrait d’un Plan sommaire d’éducation publique, et d’un nouveau cours d’étude, (...)
  • 78 Durkheim pourra dire que sous sa forme naturellement monarchique, l’école dégénère aisément en desp (...)

76Il faut que “l’école soit l’image de la république”, qu’elle offre une première expérience de la cité, “qu’on n’y apprenne pas simplement à savoir, mais encore à vivre, et surtout à vivre en républicains”76 dans le travail et l’estime de ses égaux, souhaitait Du Pont de Nemours. “Il faut bannir ce despotisme grossier qu’on a nommé pédantisme, et y substituer une autorité toujours raisonnée”77, déclarait La Harpe... En finir avec les pénitences de toutes sortes et abandonner l’attribut du pédant, c’est transformer symboliquement la société monarchique78 de l’école en un lieu où il n’est plus besoin du recours à la force.

  • 79 J. Fouché, Recueil de neuf pièces sur l'éducation publique et les lycées.

77La leçon de patriotisme s’ajoute à la leçon de républicanisme dans Les Ecoliers d’Armand Charlemagne, une comédie en un acte créée en décembre 1790. Mais la défense de la patrie demeure dans la lutte contre Terreur”79 des ordres privilégiés et les “préjugés” d’un temps qu’on voulait révolu, comme en témoigne la pièce du montagnard Henri Pradel. Madame la marquise ne tardera pas à reconnaître en Dorval, le précepteur de ses enfants, cet “ennemi mortel de la Noblesse” qui a bien caché son “civisme” jusqu’au jour où par le compte rendu d’une séance à l’Assemblée dans une gazette, on apprend qu’un citoyen anonyme aurait dépensé mille écus sur “l’autel de la patrie”, prêt à verser son sang si la déclaration des droits est anéantie par les “tyrans couronnés”. Ordre est donné de congédier le “lâche démocrate” qui s’est “faufilé chez une aristocrate”. Accablé par les grands seigneurs, “le sot instituteur” n’est défendu que par Plebsame, le bien nommé, qui n’abandonne pas la marquise à l’annonce de sa ruine. Tandis que son fils, qui vient d’hériter d’un oncle, prononce l’union de sa sœur Sophie et de son “digne amant”, la marquise convertie manifeste le souhait que tous ses pareils abjurent leurs erreurs. Le mot de la fin revient à Plebsame : au moins peut-on souhaiter que les nobles “baissent pavillon devant la Nation”.

  • 80 J.-H. Hassenfratz, Réflexions sommaires sur l'éducation publique.
  • 81 P. Sérane, Catéchisme du Citoyen à l'usage des jeunes Républicains françois, An II, p. 44.

78Sur le véritable théâtre de la Révolution, se joue le combat contre l’ignorance, confondue avec l’erreur qui pourrait “rétablir le trône des tyrans”80. “Fléau”81 du despotisme, “les lumières de l’esprit” sont les atouts de la République : seul un projet d’Éducation publique peut sauver les efforts de quatre années.

79Le défi de l’utopique régénération est d’“assurer le bonheur de tous les Français”. Les générations futures ne seront plus déchirées entre les deux “instituteurs”, l’un qui parle à son élève au nom d’un Dieu, pour lui ouvrir les portes du ciel, l’autre qui lui “apprendra à connoître ses droits, ses devoirs, les règles qu’il doit suivre, pour faire dans ce monde, & non dans l’autre, son bonheur & celui de ses semblables”, dira Fouché.

  • 82 Du Pont de Nemours, Vues sur l'éducation..., op. cit., p. 24.
  • 83 J.-H. Bancal des Issarts, Discours et projet de décret sur l'éducation nationale, prononcés à la Co (...)

80On vivrait en républicain82 jusqu’au fond des campagnes que l’on pourvoirait en “instructeurs nationaux”. Tels des “dieux bienfaisans”83, pénétrés de l’importance de tous les travaux, ils n’enlèveraient pas les enfants aux “familles champêtres”. Mais ces instituteurs éclairés et patriotes devraient être dignement honorés et récompensés... Jean-Henri Bancal, député du département du Puy de Dôme, fit entendre ces exhortations à l’Assemblée, le 24 décembre 1792.

81Défenseur et gardien des valeurs républicaines, le maître était soudain auréolé d’un prestige qu’il n’eut guère que dans des temps anciens mythifiés et dans les utopies.

3. Un nouvel acteur : l’instituteur public

82Cette nouvelle figure de l’instituteur public était née d’une lecture de Rousseau enfin favorable.

  • 84 Rétif de La Bretonne, L'Andrographe..., op. cit., p. 16.
  • 85 Rousseau à Louis-Eugène, prince de Wurtemberg, lettre du 21 janv. 1764, in C. C., Leigh.

83Des écrits variés font état de l’engouement de la génération d’avant 1789 pour la réflexion pédagogique du citoyen de Genève : l’Éloge de J.-J. Rousseau de Barère de Vieuzac, L’élève de la nature de Guilliard de Beaurieu, Adèle et Théodore de Madame de Genlis, les Lettres sur les ouvrages et le caractère de J.-J. Rousseau de Madame de Staël, etc. Intérêt partagé par Rétif de La Bretonne dans L’Ecole des pères, et Les Gynographes, Le Marquis de T*** ou l’École de la jeunesse (1771), Le Nouvel Émile (1776), L’École des pères (1776), Le Nouvel Abeilard ou Lettres de deux amants qui ne se sont jamais vus (1778), mais celui-ci tempère son enthousiasme par une difficulté que Rousseau84 a lui-même soulevée85 : l’éducation d’Emile doit être bien entendue et ne se satisfait pas de demi-mesure.

  • 86 R. Granderoute, “Rousseau et les plans et projets d’éducation” in Colloque..., op. cit..
  • 87 Rappelons-nous les honneurs rendus à J.-J. Rousseau par le décret du 21 décembre 1790.

84Rousseau semblait avoir donné la définition la plus juste de l’éducation : l’art d’apprendre et de faire aimer aux enfants ce qu’ils doivent faire étant hommes... Du message éducatif de l'Émile qui privilégie la formation de l’homme, on avait retenu qu’il n’y a qu’un pas à accomplir pour en faire le citoyen auquel pensait le Rousseau de L’économie politique et des Considérations sur le gouvernement de Pologne. Comme Robert Granderoute86 l’a montré, le nom de Rousseau présida, dans la période 1789-1795, aux projets d’une Assemblée déférente à l’égard du “précepteur du genre humain”87 pour organiser l’instruction ; l'Émile devint le “livre du maître” auquel on se référait aussi volontiers qu’au Traité des études de Condillac.

  • 88 N. Barret, Discours sur les devoirs de l'instituteur dans une République, An VII, p. 17.

85La fonction de celui qui se charge de l’éducation publique ou privée de l’enfant, porteur d’espérance pour la société future, est exaltée. On conseille, on encourage l’instituteur à défaut de le former, on lui dicte ses devoirs à l’égard du “précieux dépôt”88 qui lui est confié, on célèbre ses mérites. On prend la plume pour rêver et chanter des lendemains radieux et l’on dit aimer cette enfance qui les symbolise, on veut lui donner des maîtres dignes d’elle et de la République. Les enseignants eux-mêmes se mettent à écrire sur le sujet qui leur tient le plus à cœur. Les temps se prêtent à toutes les audaces, à tous les espoirs.

86Dans le sillage de Rousseau, nombre de maîtres zélés, dont les déclamations furent parfois diffusées aux frais de la République, eurent à cœur d’incarner le gouverneur d’Émile. Tiré de l’oubli par Madeleine Molinier, Fèvre du Grandvaux en est un exemple édifiant.

  • 89 Exemplaire de la Bibliothèque nationale, R. 35891, 31 p.

87Sur un exemplaire de l'Émile réalisé89 nous avons pu lire des notes manuscrites, de la main de l’auteur, qui évoquent ce jour du 20 avril 1791 où Fèvre, alors “Simple ouvrier”, présenta son Plan à l’Assemblée Nationale ; avec ses six francs hebdomadaires, il lui avait été d’autant plus difficile de se vêtir pour la circonstance qu’il avait été prévenu la veille ; il fut donc contraint de se tenir à la barre avec à ses pieds “d’un côté un escarpin, et de l’autre un gros soulier”.

  • 90 Cf. les lignes touchantes au bas de la Nouvelle organisation des sociétés pour faire suite à l'Emil (...)

88La brochure manuscrite présentée à l’Assemblée nationale ne fut pas retenue. En 1795, Fèvre revenait à la charge en uniforme de soldat et déposait une centaine d’exemplaires imprimés à ses frais90. Son plan figure parmi les plus radicaux qui aient été proposés ; la Convention se sépara sans qu’il y fût donné suite.

  • 91 “Lettre au Père de mes anciens élèves” et “Lettre à Madame la Comtesse ***” in Mélanges de 1834.
  • 92 “Nouvelle organisation des sociétés pour faire suite à L’Emile réalisé” in Mélanges, op. cit., p.51

89Mais les textes de Fèvre, tant les lettres datées de 1789, adressées aux parents de ses anciens élèves91 que les discours de circonstance composés pour “les enfans de l’un & l’autre sexe, sortant, à leur vingtième année, des Collèges & des ateliers de la Nation”92 nous révèlent le bon pédagogue, toujours proche de l’esprit de l'Emile dans ses rêves de restauration du “Siècle d’or”. Animés d’un élan à la fois bucolique et républicain, ils exaltent la jeunesse et célèbrent les artisans de cette heureuse éducation qui doit promouvoir une société plus égalitaire.

  • 93 En 1798, Fèvre avait créé une école à Corfou où il était sous-lieutenant des forces françaises.

90Dès son retour de l’armée93 en 1801 et jusqu’à l’âge de soixante-dix ans, l’auteur de l'Emile réalisé se dévoua à la cause de l’éducation publique dans son pays natal de Grandvaux (Jura). Personnage obscur, Fèvre incarnait ce modèle de vertu civique et morale prôné à l’envi dans les textes de l’époque.

4. Un modèle de vertu civique et morale

91Source de bons principes, la formation de l’homme privilégiée par Jean-Jacques Rousseau permet bien des adaptations...

  • 94 P. Sérane, Théorie d'une éducation républicaine suivant les principes de J.J. Rousseau. Présenté à (...)

92En 1794, le citoyen Sérane met en vente une Théorie de l'éducation94 imprimée depuis dix ans et restée en magasin par la mort de l’éditeur, dit-il, et qu’il n’éprouve pas le besoin de refondre puisque le despotisme n’a pas atteint “[son] âme élevée dans les principes de J.-J. Rousseau”. Il se contente de donner au libraire un errata, quelques coups de pinceau suffisants pour mettre le tableau au goût du jour. Il n'est plus question de “jeunes gentilhommes” mais de “jeunes gens”, l’adjectif “noble” est évité, la “religion de la nature” dispense d’aller chercher des modèles de conduite dans l’Écriture sainte et “sans aller chercher si loin”, on prend “le bulletin des actions héroïques des Français” ; en un mot, il faut lire non un “Plan d’éducation civile et chrétienne” mais un “Plan d’éducation raisonnable (sic) et Républicaine.”

  • 95 Ibid., p. 63 : “Je veux vivre et mourir en bon Républicain, persuadé que ce gouvernement est le seu (...)

93Comme le plan de Rousseau, purement théorique, est fait pour un monde meilleur, son admirateur se dit pur praticien. Dans le prospectus daté de 1787 qui annonce l’ouverture de Cours de Physique, de Mathématiques, de Géographie, d’Histoire naturelle, & de Langues, &, pour un petit nombre d’élèves, il se réclame d’une longue expérience qui lui permet d’échapper à de vaines spéculations et propose une Prière républicaine95 dans le ton des Catéchismes républicains, dont il est plus que douteux qu'elle ait figuré dans la première impression.

94On observera que la réflexion pédagogique de l’instituteur Sérane le met aux prises avec un seul élève, donnant lieu à des scènes à la limite du plagiat de l’Emile, et que dans sa prière républicaine, est incluse cette morale du sentiment et de la réciprocité, commune aux chrétiens et aux “laïques”, fondée sur l’idéal de bienfaisance hérité de Shaftesbury, une morale pratique qui s’inscrira en partie dans l’article 6 de la Constitution de l’An I...

95Tous les “Rousseau du ruisseau”, parmi les auteurs les plus prolixes : Rétif de La Bretonne, Mercier comme Berquin dans ses livraisons mensuelles de l’Ami des enfans et des adolescents, prônent une morale en action, “morale de l’intérêt” qui engendre avec l’autosatisfaction à faire le “bien”, l’estime et la reconnaissance des autres. Les adeptes de Rousseau semblent avoir oublié sa morale négative limitée à l’abstention, “la seule leçon de morale qui convienne à l’enfance et la plus importante à tout âge [étant] de ne jamais faire de mal à personne”.

  • 96 F. Lamarque, Opinion... sur renseignement des langues vivantes. Conseil des Cinq-Cents, Séance du 1 (...)

96La pensée du père de l’Emile est trahie sur bien des points ou tout simplement mal comprise, déclarera judicieusement François Lamarque à la tribune du Conseil des Cinq-Cents96, ménageant dans sa remarque l’auteur du Tableau de Paris qui, rapporteur du travail de la commission sur l’enseignement des langues vivantes, s’était laissé aller à condamner l’enseignement public en se référant à Rousseau. Comment peut-on croire que le philosophe, en traçant le modèle d’une éducation particulière, ait blâmé l’institution publique pour tous les temps ?

97Les représentants du peuple doivent être convaincus que seuls des instituteurs, des professeurs payés par l’État seront en mesure de “faire germer [...] les vertus républicaines” et de rendre “à jamais inébranlables les bases de la liberté et de la morale publique”. L’instituteur public n’était plus à naître...

  • 97 A. Estienne, Discours sur l'éducation, suivi d'un projet de décret, an II.
  • 98 Cf. E. Lecesne, Histoire d'Arras sous la Révolution, 1882-83, t. 2, p. 33.

98Les termes de Monsieur Estienne97, professeur au collège d’Arras en l’an II, sont sans ambiguïté. Quoiqu’a peu près désert, le collège d’Arras était en 1793 soutenu par les autorités locales qui, après avoir organisé une distribution des prix peu ordinaire98, déclaraient ne confier l’éducation qu’à “des hommes intelligents, doux, sages, patriotes, capables d’inspirer, par la douceur et l’humanité, les principes de la raison et du vrai républicanisme, de la souveraineté du peuple et de la liberté absolue d’opinions religieuses”.

99Convaincu que “la nature n’a doué l’homme de facultés intellectuelles que pour qu’il pût les étendre et les développer par un libre exercice”, et se faisant une haute idée de sa fonction de “tuteur” nécessaire au “jeune et fragile arbrisseau”, l’instituteur public a pour tâche de “faire connaître à l’homme ses droits naturels, de le pénétrer du sentiment de sa dignité et d’échauffer son âme naissante du feu sacré de la Liberté”. Il s’agit de l’armer contre “la doctrine empoisonnée de ces hommes aveugles ou pervers qui voudroient rappeller ces temps humiliants pour la raison où l’homme [...] croyait avoir besoin d’un maître qui enchaînât sa volonté.”

100Ce discours fut tenu durant de nombreuses années par des hommes de la Révolution dont les convictions civiques étaient sincères.

  • 99 Barret, Discours sur les devoirs..., op. cit., p. 16.
  • 100 P.-V. Chalvet, Des Qualités et des devoirs d'un instituteur public, 1793.

101Au temps de la République bourgeoise du Directoire qui, par la loi du 25 octobre 1795, créa des écoles publiques non confessionnelles et laïques, dans un ouvrage qui devait être “utile à tous ceux qui se destinent à l’éducation publique et particulière”, Nicolas Barret exhortait les instituteurs à éviter soigneusement tout ce qui pouvait “rappeler l’idée de ce régime odieux”99. La première période de la Révolution avait déjà pris conscience de la nécessité d’engager une réflexion sur les “qualités et devoirs” de l’instituteur public si elle voulait préserver ses acquis politiques. Dans la forme oratoire qui caractérise les textes de l’époque, Pierre-Vincent Chalvet100, définissant la classe comme “une espèce de république, dont le maître est à la fois le chef et le législateur”, brossait le portrait des hommes auxquels il serait souhaitable de confier “l’instruction nationale”. Ces hommes estimables, pourvus de toutes les qualités du cœur et de l’esprit, “rares parmi les mortels”, aurait dit Rousseau, auraient droit à la reconnaissance de leurs concitoyens.

  • 101 Chalvet, Des Qualités..., op. cit., p. 55-58.

102L’ouvrage de Nicolas Barret, articulant les devoirs de l’instituteur en trois points : habitus, mores, disciplina, sollicite le lecteur à la manière des parties les plus didactiques de l'Émile. Le texte au ton aussi persuasif mais plus bienveillant car les destinataires sont censés avoir choisi l’éducation en connaissance de cause et par dévouement, s’inscrit dans l’idée d’un enseignement public exempt de tout précepte chrétien mais empreint du nouveau type de déisme qui marque les dernières années du xviiie siècle. Les instituteurs seront donc tolérants et constitueront une référence d’intégrité, de valeur morale et de vertu républicaine. Confiants en la bonté naturelle de l’homme, l’amour de leurs semblables transcendera chez eux l’amour de la patrie : ils seront “citoyens de l’univers”101.

103Proches du gouverneur d’Emile, amis et confidents de leurs élèves, ils possèdent “l’art de se faire aimer” en étant justes, en ne confondant pas indulgence et faiblesse, en inspirant confiance par leur humeur égale, leur maîtrise d’eux-mêmes. Ils n’estiment jamais leur tâche achevée car la chaîne de la transmission du savoir est ininterrompue et leur métier perfectible : ils ne se reposeront que lorsqu’ils auront cessé d’être instituteurs...

104Ces considérations paraîtraient bien abstraites si elles n’étaient émaillées de réflexions pertinentes sur des situations qui témoignent d’une véritable connaissance de la vie scolaire, par exemple l’attitude à prendre face à un élève difficile, l’utilisation des manuels, ou encore la manière de préparer une leçon. Avec quelques modèles d’observation et de psychologie, le lecteur contemporain trouve, dans beaucoup de lignes au style désuet, des préoccupations actuelles. Les hommes ne naissant pas avec les mêmes dispositions, il appartient au maître de corriger les inégalités naturelles, au moins de ne pas abandonner les élèves en difficulté, d’être le même pour tous sans préférence humiliante. C’est ainsi que l’instituteur accomplit son devoir de citoyen, sans faille, avec un dévouement total.

105En guise de viatique, il ne doit compter que sur ses propres forces et la perspective d’une gloire, à vrai dire incertaine. Point de “routes couvertes de fleurs” ; il faut plutôt s’attendre “à des dégoûts fréquents, à des contrariétés, à des sacrifices pénibles” auxquels il est bon de se préparer “par de longues méditations, par la lecture assidue des sages”.

106L’auteur de ce vade-mecum se projette dans l’hypothèse où il serait membre d’un jury par lequel tout instituteur devait, selon la loi, être agréé. À ce “poste éminent”, il privilégierait chez le postulant le calme et l’assurance, la simplicité et la franchise que révèlent la démarche et le regard puis au cours de l’entretien, il accorderait de l’importance à la voix, au langage. Enfin, il lui tendrait la main et lui dirait : “Viens être enfant avec nous".

107La maxime empruntée à Rousseau renvoie à une pédagogie affective où, par les liens privilégiés qu’il pourra tisser avec les enfants et la confiance qu’il saura inspirer, le maître s’assurera la meilleure emprise sur les esprits et les comportements.

108Dans tous ces textes, se lit un hymne à l’enfance, ou plutôt à ce que représente l’enfance conçue en termes finalistes. Il n’est pas certain qu'elle soit réellement respectée et aimée en tant qu’âge spécifique de la vie ; gage de la société future et de la pérennité de ce que l’on vient de conquérir, elle est matière sur laquelle il convient de travailler de manière efficace dans un sens déterminé ; toutefois, liberté est laissée à l’éducateur de faire l’ouvrage selon sa conscience et ses talents :

  • 102 Ibid., Troisième partie : De renseignement, p. 76.

“La loi veut qu’on obéisse, mais elle laisse la liberté de choisir les moyens d’obéir, et elle approuvera toujours les plus faciles et les plus ingénieux.”102

  • 103 Ibid., p. 51 : “Elle [la patrie] se félicitera de trouver en vous un grand littérateur, un habile m (...)

109Se profile le portrait à grands traits d’un citoyen-instituteur qui fera oublier les “docteurs de l’Ancien Régime” en se dévouant à une éducation dite nationale. Il saura s’oublier lui-même ; il fera de ses élèves des citoyens qui trouveront leur “bonheur dans le bien public.” Pour venir à bout d’une tâche exaltante quoique toujours présentée comme pénible et ingrate, il ne doit pas oublier les finalités de sa fonction avant tout éducative. Car on ne confond pas les termes d'éducation et d'instruction et si Barret emploie le syntagme d’instruction publique, ce n’est pas sans avoir mis en garde ceux qui en seraient les tenants exclusifs contre la priorité de la formation de l’homme et du citoyen103.

110Avec Sérane nous avons vu la pérennité des mêmes questions théoriques sur l’éducation des enfants dans un souci essentiellement moral et national depuis que La Chalotais a lancé ce syntagme d'éducation nationale voué à un certain avenir... À vrai dire, tout se présente comme s’il n’y avait guère de différence entre la formation d’un sujet pour la patrie (le roi), respectueux de toutes les hiérarchies et celle d’un citoyen respectueux des lois.

  • 104 Montesquieu, Esprit des lois, Liv. IV, chap. IV.
  • 105 Sénac de Meilhan, “De l’éducation” in Œuvres philosophiques..., t. 2, 1795.

111L’exemple du maître est censé rendre les vertus faciles mais il est permis de douter du résultat quand les principes transmis s’ébranlent au contact du “monde”104. Ainsi l’enseignement religieux dispensé dans les collèges n’a-t-il pas toujours résisté aux idées nouvelles par la quasi-impossibilité des maîtres à lutter contre l’influence du dehors et certains ont-ils pu le déplorer vivement. Il en va de même pour tous les principes moraux liés ou non à la religion qui entrent en contradiction avec les mœurs. Sénac de Meilhan105 se fait l’écho de cette constante préoccupation, doutant de l’efficacité des livres dont les auteurs “se traînent sur les traces” de Rousseau. Tout le monde n’est pas comme le gouverneur d’Emile à rivaliser avec les préjugés ; interrogeons-nous avec Sénac sur ce que devient l’éducation quand “un souper de Paris, la crainte du ridicule, l’exemple détruisent en une semaine tous les soins de l’éducation la plus éclairée, dirigée par les meilleurs principes.” L’instituteur s’efforcera en vain de porter son élève à la vertu ; les mères et les gouvernantes ne parviendront pas à former de futures épouses fidèles à leurs maris (sic). Quant à l’éducation nationale, plus que le fruit de l’enseignement dans les collèges, elle est celui de l'esprit public, inspiré par “les papiers publics, les débats parlementaires, les clubs” qui instruisent les jeunes gens sur les “intérêts de sa nation” et les incitent à prendre parti et à agir.

  • 106 J. Vallée, instituteur, cité par Benjamin Bois in La vie scolaire et les créations intellectuelles (...)
  • 107 Rétif de La Bretonne, La Découverte australe par un homme volant ou le Dédale français, 1887 (1781)

112Dès lors, on comprend pourquoi les tenants d’une éducation nationale furent les fervents des fêtes civiques et, de manière générale, d’un encadrement du citoyen de son plus jeune âge à la vieillesse. En l’An VIII, “le corps enseignant” était plus respecté et honoré qu’il ne l’avait jamais été106 : les professeurs des écoles centrales, bénéficiant de la considération que leur donnaient la valeur de leur enseignement et les succès de leurs élèves, occupaient la place d’honneur dans les cortèges des fêtes décadaires, arbitraient les jeux dans les réjouissances populaires... Ces honneurs de parade rappelaient quelque peu les fastes de l’ancienne Université mais semblaient plutôt nés de l’imagination des utopistes si l’on songe à la place éminente que les Mégapatagons de Rétif de La Bretonne attribuent aux instituteurs107...

113Mais les projets des législateurs ne sont jamais aussi radicaux que ceux des écrivains, et si parfois ils ont quelque audace, ils sont rappelés à la modération dans leur application.

5. En quête de considération

114Aux pédagogues souvent décriés et montrés sous le mauvais jour de la vanité et de l’intérêt, succédaient les enseignants auxquels était peu à peu reconnue une légitime aspiration à ce qu’il est convenu d’appeler la considération, comme récompense morale de leur labeur.

  • 108 Chalvet, Des qualités et des devoirs..., op. cit., pp. 62-63.

115“Ce n’est pas la profession elle-même qu’on méprisa”, observe R-V. Chalvet, mais les “individus indignes qui s’y livrèrent”. Désormais, la patrie surveillerait avec soin l’un des plus importants emplois de manière à ce qu’il n’y ait plus affluence de “pédagogues ineptes”108. Seul le mérite individuel des maîtres était en mesure d’assurer le succès de l’éducation. Étant entendu que si dans le passé, “Les Rollin, les Porée, par leurs talens [avaient] fait disparaître les vices inhérents au plan d’instruction qu’ils étoient forcés de suivre”, les nouveaux maîtres continueraient à dédommager des imperfections de l’enseignement par leurs qualités personnelles de cœur et d’esprit.

  • 109 Mathias, De l'enseignement public, 1776, p. 111.

116Ces “hommes estimables” seraient eux-mêmes “dédommagés des peines de leur état”109 par la “considération publique”, déjà dévolue aux gens de lettres avec lesquels il plaisait à quelques pédagogues de se confondre dès qu’ils atteignaient un certain niveau de connaissance. Mais, aux yeux du simple particulier, le talent et le savoir-faire ne suffisent pas à la réputation : il y faut joindre les signes de la reconnaissance et les marques extérieures du respect. Il appartenait donc au gouvernement de reconnaître le mérite des “instituteurs publics” et de leur donner un statut qui en imposât.

  • 110 Smith, “Des Etablissements Publics, destinés à l’Éducation de la Jeunesse” in Journal de l'Instruct (...)

117La création de nouveaux maîtres posait le problème de leur motivation. Smith, largement cité en l'an II dans le journal de l’Instruction publique de Thiébault et Borrelly, n’était guère optimiste sur ce point. Imposer un temps de travail au maître, le soumettre au pouvoir de ses supérieurs n’empêcheront jamais que “la nature des leçons dépendra toujours de [ses] soins ; & la peine qu’il prendra, sera toujours proportionnée aux motifs qu’il aura d’en prendre.”110 Il reste la stimulation d’avantages matériels dépendant des services rendus aux familles et à leurs enfants.

  • 111 Borrelly, Ibid., p. 391.

118Mais pour Borrelly, il n’était pas question de confondre le système éducatif anglais et celui que la République française s’efforçait de mettre en place. C’est avilir l’art de former des hommes que de “réduire des professeurs à la nécessité de vendre leur savoir dans leurs classes, comme des marchands vendent leurs marchandises dans les boutiques.”111

  • 112 Madgett, “Réflexions sur l’Éducation Publique” in Journal d'instruction publique, op. cit., t. 4, p (...)

119Cependant il apparaissait très difficile de trouver des maîtres dignes d’un emploi dont on reconnaissait unanimement le caractère “pénible”, “ingrat”, “rebutant” – autant d’adjectifs récurrents–, si l’on n’avait “soin de leur donner un état d’aisance honnête, & de les environner de la plus haute considération”112.

  • 113 Y.-M. Audrein, Mémoire sur l'éducation nationale..., op. cit., pp. 21-23.
  • 114 Crevier, De l'Education publique, op. cit., p. 196.
  • 115 L’idée de retraite sera prévue par la Loi sur l’organisation de l’instruction publique du 3 brumair (...)
  • 116 Philipon de La Madelaine, De l'éducation des collèges, op. cit., p. 70. “Nous ressemblons trop à ce (...)

120Bien avant la Révolution, pour attacher les “hommes de mérite”113 à de si ingrates mais “saintes” fonctions, on avait proposé comme Crevier de les dégager des “soins domestiques” en leur permettant d’être “logés décemment, & payés avec cette honnête médiocrité, qui suffit toujours à des gens de Lettres”114. On avait songé à assurer l’avenir des laïcs en leur conservant une “espérance de fortune” ou en leur accordant une honorable retraite115. L’idée avait été reprise par Philipon de La Madelaine : les professeurs ne seraient que plus expérimentés s’ils n’étaient plus détournés du présent par les inquiétudes de l’avenir et si l’on ne “marchand [ait] plus sur les honoraires”116.

  • 117 Audrein, Mémoire sur l'éducation nationale..., op. cit., p. 9.

121La Constitution de 1791 prévoyant une refonte totale du système éducatif retiré du monopole ecclésiastique, de nombreux projets avaient vu le jour et l’Assemblée avait entendu le pathétique “Hommage aux pédagogues zélés”117 de l’abbé Audrein qui exprimait sa confiance en la clémence de l’institution confiée à l’État, au nom de la “loi sacrée qui veut que tout service reçoive une récompense”.

  • 118 Bourdon de La Crosnière, Mémoire..., op. cit., pp. 31-32.

122Dans les années qui suivirent, les propositions se firent parfois excessives, jusqu’à envisager l’exercice dans une école primaire comme une étape transitoire vers des fonctions publiques plus élevées : l’obtention d’un certificat attestant de la qualité des services ne manquerait pas d’attirer la jeunesse sortant des écoles centrales et secondaires. Bourdon de la Crosnière reprenait l’idée d’Étienne Barruel : la loi devrait classer l’homme jugé digne d’être instituteur public “dans le rang de Magistrat chargé de préparer le bonheur des générations naissantes, & d’assurer le maintien de la Constitution” et à ce titre, celui-ci pourrait accéder à tout autre place ou fonction publique en vertu des services rendus. Tous les agents de l’éducation, de l’instituteur primaire au ministre de l’éducation publique en passant par les professeurs et les recteurs, jusqu’aux membres du grand jury d’instruction, seraient admis de plein droit, après un certain nombre d’années d’exercice – dix ans ou vingt ans selon le grade – qui au Sénat, qui dans les assemblées départementales et communales. Désormais, par l’exercice provisoire d’une “fonction honorable & honorée”, les élites se feraient un devoir de “payer leur dette à la Société” en “[consacrant] au moins pendant quelques années, les talens qu’ils [avaient] acquis dans les Écoles à les développer dans les autres”118.

  • 119 P.-J.-D.-G. Faure, Courtes réflexions sur l'Instruction publique, op. cit., p. 3.

123Mettre au pinacle les agents de l’éducation nationale, c’était aussi les exposer au mépris du fait de la contradiction entre les attentes qui les ennoblissaient et les services effectivement rendus. Par ailleurs, assurer la promotion des instituteurs relevait du souci d’éviter la constitution d’un corps qui rappellerait ceux de l’Ancien Régime, voués à l’éducation avec leur engagement religieux. Par-delà les beaux discours, dans les faits, était en cause le statut des futurs fonctionnaires et la “question principale”119 était celle de leur rémunération.

  • 120 Madgett, Réflexions sur l'Education Publique, op. cit., p. 37. Madgett proposait d’accorder six mil (...)

124Lorsque fut enfin envisagée l’organisation d’un vaste système d’éducation publique, le traitement des maîtres fut nécessairement à l’ordre du jour à l’Assemblée. Le 8 mars 1793, le texte relatif à la vente des biens affectés à l’enseignement décida, dans son article 8, qu’à compter du1er janvier 1793, le paiement des professeurs et instituteurs, tant des collèges que de tous les établissements d'instruction publique français, serait à la charge de la nation. Tandis que certains s’effrayaient de la dépense et proposaient d’étendre à la sphère publique le mercenariat domestique des précepteurs en faisant contribuer les écoliers à l’entretien de leurs maîtres, d’autres considéraient comme indigne de la part d’hommes éclairés de s’arrêter à un “moyen aussi mesquin &, en même temps aussi avilissant pour des citoyens [...] chargés des plus importantes fonctions de l’État”120.

  • 121 Opinion de A.-C. Thibaudeau, membre de la Convention nationale, sur l'Instruction publique ; Pronon (...)

125La diversité des opinions marquait la ligne de partage entre les partisans de l’enseignement libre et ceux de l’enseignement d’État. Antoine-Clair Thibaudeau fit part de ses craintes de confier l’instruction à un corps constitué alors que précisément la Révolution venait de supprimer les corporations. Il ne pouvait se faire à l’idée d’une “puissance autre que le Corps législatif, dépositaire de la surveillance & de la direction des mœurs publiques”121. À cet argument majeur, il ajoutait l’idée que l’enseignement n’est pas un “art aussi difficile qu’on semble le croire” donc que rien ne justifiait l’instauration d’un système qui assurerait un “salaire sans proportion avec l’étendue [du] travail”. Il se défiait grandement de cette petite bourgeoisie pourvue d’offices sous la monarchie, attirée par la perspective de places fixes et de salaires assurés : pour “que le peuple soit bien servi”, il vaudrait mieux payer les “ouvriers de la République” à la tâche...

  • 122 M.-E. Petit, Discours Sur la révision du décret pour l'organisation des premières écoles, faite par (...)
  • 123 Faure, Courtes réflexions sur l'Instruction publique, p. 3.

126Exprimant moins véhémentement leur méfiance à l’égard d’un service public potentiel, le député de l’Aisne122 se contenta d’émettre le doute que l’on courrait le risque de rendre les instituteurs “paresseux” “en augmentant leur aisance”. Quant au député de la Seine-Inférieure123, il se fit une raison dans l’espérance de temps meilleurs : après tout, les instituteurs salariés par l’État ne seraient-ils pas “plus attachés à leurs élèves” sans manifester de préférence pour les plus riches ?

  • 124 Mémoire sur l'instruction et sur l'éducation nationale. Avec un Projet de Décret ξ de Réglement Con (...)

127Les chefs d’établissement comme le chef d’institution, Bourdon de La Crosnière124, ou encore le directeur d’école secondaire, Étienne Bouleau, n’étaient pas en reste. L’un manifestait son inquiétude à l’égard d’un “état de fonctionnaire public dans les Écoles” qui entraînerait l’afflux de gens sans talent, n’ayant pas d’autre moyen d’existence. L’autre, feignant de se demander comment il se trouvait des hommes pour se livrer à des fonctions si pénibles, à quoi tenait ce qui apparaissait comme une vocation, finissait par ne voir aucune compensation possible :

  • 125 É. Bouleau, Discours sur les diverses branches d'instructions cultivées dans les écoles secondaires (...)

“Ô Vous, qui connoissez le prix de l’éducation, vous savez bien que ces choses-là ne se paient pas ! C’est dans la satisfaction d’avoir bien fait que l’Instituteur trouve son salaire. Si la conscience ne payoit pas elle-même nos bonnes actions, recevroient-elles jamais leur récompense ?”125

128La “fonctionnarisation” des maîtres de l’école publique se heurta, sous la législation Lakanal (de novembre 1794 à octobre 1795), à des difficultés d’application grandissantes dues à l’hostilité d’une grosse partie de la population qui, entre autres sujets de mécontentement, voyait d’un très mauvais œil les instituteurs s’installer dans les presbytères. Les écoles particulières où les parents payaient l’écolage prirent le pas sur les écoles publiques ; la lutte qui s’amorçait entre l’Église et l’État vit sous la législation Daunou (d’octobre 1795 au Consulat) l’effondrement des écoles primaires publiques.

  • 126 Borrelly, Introduction à la connoissance et au perfectionnement de l'homme..., op. cit., pp. 115-16

129Tandis que les textes législatifs avaient du mal à donner des assises solides aux nouvelles structures, l’insuffisance des moyens alloués aux maîtres pour exaucer les vœux de la République devenait l’objet de leurs revendications. Dès l’an V, Borrelly qui s’était indigné que l’on pût vouloir faire des économies à leurs dépens, s’émouvait de la “décadence” des écoles primaires, de la “dégradation de la profession d’enseignement”, et mettait en cause un article de la loi Bouquier qui prévoyait le traitement annuel de vingt livres par élève pour l’instituteur et de quinze livres pour l’institutrice. Le compte était rapidement fait : cela ne pouvait qu’entraîner une surcharge des effectifs. Celle-ci rendrait inefficace, voire impossible, l’enseignement prévu par la loi. Les conditions de l’enseignement, réduit au gardiennage de cinquante à cent enfants dans une même classe, seraient telles que “jamais un homme ou une femme de quelque mérite ne se fixerait, dans des fonctions, aussi pénibles, aussi dégouttantes qu’infructueuses”126. Alors que “rien n’étoit plus méprisé, sous l’Ancien régime, que la qualification de maître d’école”, n’était-il pas révoltant que la République se proposât d’établir des “maîtres d’école cent fois plus misérables” que leurs prédécesseurs ?

130Il était temps pour le Corps législatif et le Gouvernement d’ouvrir les yeux sur la situation, insistait Borrelly dont les récriminations touchaient plus profondément au processus d’étatisation de l’éducation en invoquant le “droit des pères” qui constituait l’un des motifs majeurs de l’imaginaire du xviiie siècle :

“Un père, tendre et éclairé, a tous les moyens, toutes les facilités désirables, pour bien faire élever ses enfans, sous ses yeux et on le force de les faire entrer dans le troupeau de sa commune, et d’abandonner le soin de leurs mœurs et de leur instruction, à un malheureux Instituteur, qui, fut-il (sic) un prodige de sagesse et d’habileté, est réduit à l’impossibilité absolue de remplir l’objet de sa vocation !”

  • 127 C.-L. Masuyer, Discours sur l'organisation de l'instruction publique et de l'éducation nationale en (...)

131Les esprits s’échauffaient ou s’enthousiasmaient tandis qu’il n’était question dans le principe que d'honneurs et de récompenses127. Ces maîtres d’école, fonctionnaires publics ou “officiers de morale”, n’exerçaient-ils pas une “magistrature égale en dignité” à celle des officiers “municipaux et des juges-de-paix”, et ne devaient-ils pas occuper une place éminente dans la hiérarchie des serviteurs du pays ? Leurs devoirs n’étaient-ils pas bien plus intéressants que ceux des ministres de tous les cultes, et en conséquence, ne devait-on pas les honorer et les récompenser “avec plus de munifi » ? cence ?

  • 128 É. Bouleau, “Discours sur... ‘les diverses branches d’instructions cultivées dans les écoles second (...)

132Comptables devant la “Patrie” et les “pères de famille”, les maîtres ne tarderaient pas à l’être à nouveau devant le “Ciel”128. Mais ils pouvaient dorénavant être parés – du moins théoriquement – d’un prestige que le xviiie siècle, après avoir mythifié l’éducation antique dont la connaissance a nourri les systèmes utopiques, ne leur avait tout d’abord accordé qu’autant qu’ils étaient attachés à des corps eux-mêmes prestigieux, puis leur avait conféré dans la perspective de “l’espérance” de l’État auquel appartenaient les enfants qui leur étaient confiés.

  • 129 Ibid., p. 7 : É. Bouleau dénonce “l’instruction plus empressée à faire briller l’esprit d’un enfant (...)

133La fréquence d’emploi du terme “récompense” – dont on sait qu’il s’oppose à celui de “châtiment” dans le champ de la religion – marque l’apparition d’une fonction sacerdotale, par le biais d’une double référence à l’image biblique qui a traversé les temps, celle de l’éducateur chargé d’assurer le bonheur et l’honneur des familles et, en la détournant de sa signification véritable, à la haute idée que se fait Rousseau de l’éducateur. Le primat de l’éducation sur l’instruction est défini aux fins qui, éternellement admises et recherchées par les sociétés, consistent à dompter la part d’irréductibles individualité et liberté de l’homme. L’aporie de la formation de l’homme et du citoyen posée par Rousseau sera battue en brèche par l’autorité politique concordataire129.

134La seule innovation pédagogique qui soit admise et vivement conseillée aux pédagogues consiste dès lors en la méthode qui se doit d’être plus “douce” pour être plus “insinuante”. Que l’instituteur se garde de vouloir faire des “savants”, qu’il fasse de tous les hommes “des hommes de bien”, accoutumés dès le plus jeune âge à connaître leurs devoirs et à les remplir. Le balancier de l’Histoire s’arrête à l’éducation, refoulant l’instruction qui, seule, justifierait pourtant l’existence d’une catégorie d’hommes et de femmes dévoués à sa transmission et à ses progrès...

  • 130 J. Lakanal, “Bulletin de la Convention nationale sur l’instruction publique, 14 sept. 1793” in Jour (...)

135Cependant les esprits les plus critiques s’interrogeaient même sur la sacralisation des vertus républicaines. Les dernières pages du Journal de L’Instruction publique sont à cet égard frappantes. Selon son habitude d’assortir de commentaires son choix de citations, Borrelly ajoutait une note pondérée à une déclaration officielle de Lakanal130 qui, à la Convention, exaltait l’esprit républicain : ne devait-on pas craindre d’affaiblir “dans les hommes ordinaires la haute idée, qu’ils ont ou doivent avoir des talens” ?

136Les écoles devenaient certes affaire de l’État mais la “félicité nationale” ne pouvait dépendre des seuls sentiments patriotiques et de principes liés à un gouvernement, fût-il républicain. Si, selon la formule d’Helvétius, on peut entendre par éducation “celle qu’on reçoit dans les mêmes lieux & par les mêmes maîtres”, il fallait déterminer ce que l’on devait enseigner, faire de nouveaux livres et former de nouveaux maîtres. En l’absence de programmes officiels, Thiébault n’avait pas hésité à faire part de ses propres conceptions, invitant les autres professeurs à un échange d’idées salutaires sur leurs méthodes.

137La constitution d’un corps ne va pas sans sa mise en tutelle et aucun de ses membres ne peut “s’applaudir de ses efforts” sous prétexte qu’il fait tout ce qu’il peut ; personne n’est en droit d’apprécier par lui-même s’il remplit convenablement sa fonction. En réalité, si l’on en croit le professeur Carpentier, engagé dans la bataille des réformes qui agitait les milieux éducatifs de son temps, il n’y avait pas un pour cent des dix mille maîtres de la capitale qui avaient réfléchi sérieusement à l’importance de leurs obligations et se demandaient s’ils s’en acquittaient bien ou mal.

138En dépit des inimitiés que lui valurent ses écrits aux accents emphatiques et péremptoires, Carpentier rompait le silence de la routine. Il prônait une peine infamante pour tout manquement aux devoirs d’une fonction qui, dans le principe, rend infiniment respectable l’“honnête homme” qui veut bien sacrifier ses talents au “digne emploi d’élever les autres.”

  • 131 Dès le xie siècle, “quitte” correspond à “libéré d’une obligation morale ou sociale”.
  • 132 Carpentier, Nouveau plan d'éducation..., op. cit., p. iv.

139Mise en garde intemporelle. D’une part, la récurrence du verbe “s’acquitter”131 lie la notion de fonction publique à celle de ses obligations. D’autre part, en contrepoint de la quête de considération pour le pédagogue, apparaît la possibilité d’être transformé en bouc-émissaire, dès lors que la société considère que “tout le mal qui se remarque dans le monde est en très-grande partie, attribuable à l’Institution de ses habitants”132.

140Apportant un point d’orgue aux attentes suscitées par celui à qui incombe la difficile et problématique mission d’accueil des nouvelles générations, le trait suivant compte parmi les anecdotes édifiantes qui font fortune au xviiie siècle :

  • 133 J.-J. Fillassier, Dictionnaire historique d'éducation, op. cit., t. 1, p. 618. L’idée se trouve dan (...)

“Diogène voyant un jeune homme se comporter avec indécence, se mit à battre son précepteur, en lui disant : « Est-ce ainsi, misérable, que tu formes nos citoyens ? »”133

Notes

1 L. Philipon de La Madelaine, Vues patriotiques sur l'éducation du peuple..., op. cit., p. 5.
A rapprocher de la définition de B. Verlac in Nouveau plan d'éducation, pour toutes les classes de citoyens..., 1789.

2 Mme de Genlis, Discours sur l'éducation publique du peuple Par Mme de Brulart, ci-devant Mme de Sillery, 1791.

3 A.-R.-J. Turgot, cf. “Mémoire au Roi sur les Municipalités... in Œuvres de M. Turgot, 1808-1811, vol. 7.

4 Vues patriotiques..., op. cit., p. 8. ‘S’ils [les grands] méditent les révolutions, c’est le peuple qui les exécute ; c’est lui qui n’ayant rien à perdre, ose toujours tout risquer.”

5 “Mon jugement sur les vues patriotiques de M. Philippon de La Madelaine...” in Mon Bonnet de nuit, 1786, t. 3.

6 “C’est des basses ou dernières conditions de la société dont les enfants restent sans aucune sorte d’éducation que sortent toutes les sortes de malfaiteurs.”, reconnaissait Diderot dans une note de son fameux Plan des Ecoles publiques adressé à Catherine II.

7 J.-B.-L. Crevier, Difficultés proposées à Mr de Caradeuc de la Chalotais..., 1763.

8 Art. 36 de l’arrêt de Règlement rendu le 29 janvier 1765 in Recueil de plusieurs des ouvrages de M. le Président Rolland, 1783, p. 12.

9 Abbé Pellicier, Lettre à l'auteur des Mémoires, 1763, p. 25.

10 B. Verlac, Nouveau plan d'éducation..., op. cit., p. 109.

11 J.-C. Simonne, Moyen de rendre les peuples libres et heureux ou Idées sur l'éducation, 1791.
Le texte avait reçu l’approbation de Talleyrand...

12 J.-A Sigaud de La Fond, L'Ecole du bonheur ou Tableau des vertus sociales, op. cit.

13 L'Élève de la raison et de la religion, ou traité d'éducation physique, morale et didactique... 1773 : “Dans l’Éducation, on considère les hommes relativement à l’humanité & à la patrie ; c’est l’objet de la Morale. Dans l’Instruction, on les considère par rapport aux Arts, aux langues & aux Sciences. C’est l’objet de la Didactique. L’Éducation doit être générale & uniforme. L’Instruction doit varier, selon l’état, l’inclination, & la disposition des sujets.
Malgré des différences si marquées, on peut prendre le terme d’Éducation, dans un sens plus universel pour tout ce qui contribue à former le Corps, l’Esprit & le Cœur des jeunes gens ; & alors l’Instruction y est renfermée [...] Si l’on s’en tient à cette idée générale, on peut définir l’Éducation : L’Art de former des corps plus robustes, des âmes plus vertueuses, & des esprits plus éclairés.”

14 N. Baudeau, “De l’éducation nationale” in Ephémérides du citoyen..., vol. I, no 7, 25 nov. 1765, pp. 97-112.

15 Turgot, Mémoire au Roi sur les Municipalités... op. cit., p. 398.

16 Crevier, De l'éducation publique, 1762, Préface.

17 Abbé G.-F. Coyer, Plan d'éducation publique, op. cit., p. vij.

18 La volonté d’organiser des corps ou un corps enseignant relèvera toujours du même but : “remplir les vues du Gouvernement” pour employer les termes du Père Corbin dans son Mémoire sur les principaux objets de l'éducation publique (1773).

19 Vicaire, qui écrit l’un des meilleurs éloges de l’éducation publique dont on peut lire le compte rendu dans le Journal de Trévoux de septembre 1763, n’envisage aucunement d’en étendre les bienfaits aux “basses classes”...

20 Cf. Maison et cours d'éducation.... 1772.

21 “Economie politique” in Ecrits politiques, op. cit., p. 137.

22 J. Verdier, Discours sur l'éducation nationale, physique et morale des deux sexes, op. cit., p. 4.

23 Les propos de Voltaire, ont été maintes fois relevé à juste titre... Cf. “Lettre à La Chalotais, 28 février 1763” in O. C., 1973.

24 L. Trénard, Les finalités..., op. cit., p. 38.

25 L. Fontaine de Saint-Fréville, Essai ou Projet d'éducation nationale pour les hommes, 1791.

26 D. Diderot, “Plan d’une Université pour le gouvernement de la Russie” in O. C., 1875, t. 3, pp. 429-534.

27 Diderot, “Des écoles publiques” in Diderot et Catherine II, par M. Tourneux, 1970 (1899), cf. note p. 374.

28 C. Fleury pensait que les pauvres peuvent, pour la plupart, se passer de lire et d’écrire. Cf. ‘Traité des études” in Opuscules, t. 1, 1780 (1686).

29 Cte de Vauréal, Plan ou essai d'éducation général et national, ou la Meilleure éducation à donner aux hommes..., 1783, pp. 98-99.

30 Carpentier, Nouveau plan d'éducation... op. cit., p. xciv : “Une Éducation mauvaise ou manquée est mille fois plus pernicieuse à la société que le défaut total d’Education.”

31 P.-S. Du Pont de Nemours, Vues sur l'Education nationale..., an II, p. 11.

32 Cf. Quesnay, cité par F. Brunot in Histoire de la langue française, op. cit., t. 7, p. 140 : “Ne faut-il pas que les enfants des fermiers, de ceux qui exercent le commerce rural sachent lire et écrire pour s’établir dans la profession de leurs pères [...], pour lire les livres qui peuvent étendre leurs connaissances sur l’agriculture ?”

33 Notons les craintes du comte de Boulainvilliers dans ses Essais sur la noblesse de France de voir inculquer à la jeunesse de France un esprit républicain par les études gréco-latines. On ne peut s’empêcher de penser que les Révolutionnaires furent tous formés à cette école...

34 Depuis notamment le réquisitoire contre les collèges par D’Alembert en 1753, suivi en 1755 des réflexions de Dumarsais dans l’article Étude de l'Encyclopédie.

35 Carpentier, Nouveau plan d’éducation..., op. cit. : “On ne croit pas pouvoir donner des preuves plus décisives, que quelqu’un a reçu de l’Éducation, qu’en disant : il a fait toutes ses Classes. Or [...] avoir fait toutes ses Classes, c’est pour quatre-vingt-dix Sujets sur cent, s’être traîné inutilement pendant douze ans au moins, sur les bancs tant des Pensions que des Collèges.”
Il semble que les “enseignants”, au contact des réalités, soient unanimes sur ce point. Dans l'Instruction du peuple, op. cit., Perreau dresse un constat sans concession sur le cas des jeunes gens qui reviennent chez eux après des études infructueuses pour lesquelles la famille s’est ruinée et après avoir rêvé de l’Église, du barreau ou de la Médecine... trop tard pour apprendre un métier, ils resteront à la charge de leurs parents. Certains deviendront au mieux “un prêtre ignorant que personne n’estime, un sot avocat que personne ne consulte, ou un médecin dangereux que l’on suit plus encore que le mal.”
Quant aux prisons, elles sont peuplées de “rebuts de collège”...

36 E. Béguillet, Considérations sur l'éducation..., op. cit., p. 16.

37 Cte de Vauréal, Épître dédicatoire à la patrie” in Plan ou essai d'éducation général..., 1783, p. 8 et 1784, p. vij.

38 C.-J. Mathon de La Cour, Discours sur les meilleurs moyens de faire naître et d'encourager la patriotisme dans une monarchie, sans gêner ou affaiblir en rien l'étendue de pouvoir et d'exécution qui est propre à ce genre de gouvernement..., 1787 et 1788.
Mathon de la Cour était l’auteur d’un Discours sur le danger de la lecture des livres contre la religion par rapport à la société, 1770.

39 Abbé Pellicier, Lettre à l'auteur des Mémoires, op. cit., p. 23.

40 Abbé Le More, Le Maître d'Histoire ou Chronologie élémentaire, Historique et raisonnée des principales Histoires ; Disposée pour en rendre l'étude agréable ξ facile à la Jeunesse : Ouvrage qui peut servir de suite aux Principes d'institution, 1776.

41 Cf. “Discours sur Futilité de l’Histoire par M. de Tresséol, Professeur d’Histoire à l’Ecole Royale-Militaire (1776)” in Traités sur l'utilité de l'histoire et les devoirs de l'historien..., Recueillis par M. Derathé, Avocat, 1787, p. 2.

42 Rivard pense que “l’étude de l’Histoire [...] tient lieu d’une longue expérience pour sçavoir comment il faut se conduire avec les hommes : elle apprend à les connoître : ce qui est utile à la plûpart des hommes, & nécessaire à ceux qui ont autorité sur les autres, afin de sçavoir comment il faut se comporter à leur égard, pour les amener au but que l’on se propose.”
(Cf. Mémoire sur les moyens de perfectionner les études, 1769.)
On trouvera un article de R. Granderoute sur Dominique-François Rivard (1697-1778) dans le no 31 de la revue Dix-huitième siècle, 1999.

43 F. Turben, Idées d'un citoyen sur l'institution..., op. cit., p. 33.

44 Carpentier, Plan d'éducation..., op. cit., p. cxxvij.

45 G. Bonnot de Mably, Entretiens de Phocion, 1767 (1763).

46 A. Court de Gébelin, “Du scepticisme raisonné de l’histoire...” in Traités sur l'utilité de l'histoire..., op. cit., p. 3.

47 D. Thiébault, De l'enseignement dans les écoles centrales, an V, p. 15.

48 Cf. “Réflexions sur l’utilité de l’histoire, et les devoirs de l’historien par Michel Le Vassor” in Traités sur l'utilité de l'histoire..., op. cit., p. 1.

49 Grimm &..., Corr. litt., op. cit., t. 5, 15 avril 1763.

50 D’après les observations de L. Trénard.

51 Le Journal Gratuit qui parut de mars 1790 à décembre 1791 était dédié aux mères de famille.

52 Cte de Mirabeau, “De l’éducation publique. Premier discours.” in Une éducation pour la démocratie, op. cit. :
“Aucun pouvoir permanent ne doit avoir à sa disposition des armes aussi redoutables. C’est la plume qui conduit l’épée, et qui donne ou enlève les sceptres ; ce sont les instituteurs de la jeunesse, les philosophes et les écrivains de tous les genres qui font marcher les nations à la liberté, ou qui les précipitent dans l’esclavage.”

53 Cte de Mirabeau, Travail sur l’éducation..., op. cit., p. 11.

54 Mis de Condorcet, Premier mémoire, p. 68.

55 Mis de Condorcet, “Rapport et Projet de décret Sur l’organisation générale de l’Instruction publique, Présentés à l’Assemblée nationale, au nom du Comité d’instruction Publique, les 20 et 21 avril 1792” in La leçon de Condorcet Une conception oubliée de l'instruction pour tous nécessaire à une république, J. Dumazedier, E. Donfu, 1994, p. 134.
Le rapport est en quelque sorte le résumé des cinq Mémoires sur l'instruction publique qui parurent successivement en 1790, dans la Bibliothèque de l'homme public.
Quant au projet, on sait que les circonstances ne lui furent pas favorables : il fut présenté à l’Assemblée le jour même de la déclaration de guerre à l’Autriche. Les débats reprirent en septembre 1792.

56 Condorcet, “Rapport et projet...” in Une éducation pour la démocratie. Textes et Projets de l'époque révolutionnaire, 1982, p. 183.

57 Romme, Rapport sur l'instruction publique, considérée dans son ensemble, 1793.

58 C.-L. Masuyer, Discours sur l'organisation de l'instruction publique et de l'Education nationale en France..., An II, p. 7.

59 M.-E. Petit, Discours sur la révision du décret pour l'organisation des premières écoles..., An II, p. 23.

60 Pour rendre justice aux Idées patriotiques... de R. de Varennes, nous mentionnons l’analyse de B. Bois in La vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou pendant la Révolution (1789-1799), 1929, pp. 144-47.
Mais si ce texte est en avance sur son temps par sa conception démocratique, il est difficile d’y voir un modèle de tendances égalitaires, digne du plan Le Pelletier en 1793.

61 Par la loi du 3 brumaire an IV (1796), Daunou se situait dans le prolongement de l’œuvre de la Révolution, à l’exclusion de la période montagnarde, observe B. Baczko in Une éducation pour la démocratie, op. cit., pp. 499-503.

62 Sénac de Meilhan, “De l’Education” in Œuvres philosophiques et littéraires, op. cit., t. 1, p. 274.

63 Desttut de Tracy, Observations sur le système actuel d'instruction publique, an IX, p. 297.

64 Pour une vue d’ensemble rigoureuse sur les débats politiques autour d’une éducation nationale, démocratique, modernisée, on peut se référer à l’ouvrage de R. R. Palmer : The improvement of humanity. Education and the French Revolution, 1985.

65 Anonyme, Mémoire sur les principaux objets de l'éducation publique.

66 Mercier, Mon jugement..., op. cit. p. 142.

67 Anonyme, Mémoire..., op. cit.., p. 4.

68 Proyart, De l'éducation publique..., 1785.

69 C.-A. Helvétius, “De l’Homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation”, 1781 (1772) in O. C., t. 3, Introduction.

70 Rolland d’Erceville, Plan d'Éducation..., op. cit., pp. 37-40.

71 D.-F. Rivard, Mémoires sur les moyens de perfectionner les études publiques et particulières, 1763, pp. 69-93.

72 Ibid., p. 155. Notons que les écoles normales créées par la République pour la formation des instituteurs et des institutrices prendront leurs recrues dès l’âge de quatorze ans...

73 Plan d'un établissement d'éducation nationale, Autorisée par Arrêt du Conseil du 5 octobre 1788, sous le titre de Société royale d'émulation, 1788.

74 F., Dom Ferlus, Projet d'éducation nationale..., p. 4.

75 Cailhava de L’Estandoux, 1793, cité par Muriel Mili in “Le théâtre de la Révolution 1789-1799…”, Actes du Colloque Théâtre et Révolution, 1989.

76 P.-S. Du Pont de Nemours, Vues sur l'éducation nationale..., op. cit., p. 24.

77 J.-F. de Laharpe, “Extrait d’un Plan sommaire d’éducation publique, et d’un nouveau cours d’étude, Publié en janvier 1791, dans le Mercure de France” in Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne, t. 2, p. 380.

78 Durkheim pourra dire que sous sa forme naturellement monarchique, l’école dégénère aisément en despotisme. (L'Éducation morale, 13e leçon.)

79 J. Fouché, Recueil de neuf pièces sur l'éducation publique et les lycées.

80 J.-H. Hassenfratz, Réflexions sommaires sur l'éducation publique.

81 P. Sérane, Catéchisme du Citoyen à l'usage des jeunes Républicains françois, An II, p. 44.

82 Du Pont de Nemours, Vues sur l'éducation..., op. cit., p. 24.

83 J.-H. Bancal des Issarts, Discours et projet de décret sur l'éducation nationale, prononcés à la Convention nationale le 24 déc. 1792.

84 Rétif de La Bretonne, L'Andrographe..., op. cit., p. 16.

85 Rousseau à Louis-Eugène, prince de Wurtemberg, lettre du 21 janv. 1764, in C. C., Leigh.

86 R. Granderoute, “Rousseau et les plans et projets d’éducation” in Colloque..., op. cit..

87 Rappelons-nous les honneurs rendus à J.-J. Rousseau par le décret du 21 décembre 1790.

88 N. Barret, Discours sur les devoirs de l'instituteur dans une République, An VII, p. 17.

89 Exemplaire de la Bibliothèque nationale, R. 35891, 31 p.

90 Cf. les lignes touchantes au bas de la Nouvelle organisation des sociétés pour faire suite à l'Emile réalisé ou plan d'éducation générale où l’officier pensionné Fèvre dit avoir vendu ses livres et mis en gage un présent de ses élèves Prosper et Polyxène [de Castillon].

91 “Lettre au Père de mes anciens élèves” et “Lettre à Madame la Comtesse ***” in Mélanges de 1834.

92 “Nouvelle organisation des sociétés pour faire suite à L’Emile réalisé” in Mélanges, op. cit., p.51.

93 En 1798, Fèvre avait créé une école à Corfou où il était sous-lieutenant des forces françaises.

94 P. Sérane, Théorie d'une éducation républicaine suivant les principes de J.J. Rousseau. Présenté à la Convention.

95 Ibid., p. 63 : “Je veux vivre et mourir en bon Républicain, persuadé que ce gouvernement est le seul avoué de la nature puisqu’il est le seul conforme aux droits de l’homme.”

96 F. Lamarque, Opinion... sur renseignement des langues vivantes. Conseil des Cinq-Cents, Séance du 17 fructidor, an IV.

97 A. Estienne, Discours sur l'éducation, suivi d'un projet de décret, an II.

98 Cf. E. Lecesne, Histoire d'Arras sous la Révolution, 1882-83, t. 2, p. 33.

99 Barret, Discours sur les devoirs..., op. cit., p. 16.

100 P.-V. Chalvet, Des Qualités et des devoirs d'un instituteur public, 1793.

101 Chalvet, Des Qualités..., op. cit., p. 55-58.

102 Ibid., Troisième partie : De renseignement, p. 76.

103 Ibid., p. 51 : “Elle [la patrie] se félicitera de trouver en vous un grand littérateur, un habile mathématicien ; mais si vous ne savez pas former un homme, régler ses passions, perfectionner ses inclinations, agrandir ses idées, vous êtes un grand maître dans votre art, mais vous n’êtes point encore un instituteur, et ce n’est pas vous quelle appelle à l’éducation de ses enfans.”

104 Montesquieu, Esprit des lois, Liv. IV, chap. IV.

105 Sénac de Meilhan, “De l’éducation” in Œuvres philosophiques..., t. 2, 1795.

106 J. Vallée, instituteur, cité par Benjamin Bois in La vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou pendant la Révolution, 1789-1799, p. 361.

107 Rétif de La Bretonne, La Découverte australe par un homme volant ou le Dédale français, 1887 (1781).

108 Chalvet, Des qualités et des devoirs..., op. cit., pp. 62-63.

109 Mathias, De l'enseignement public, 1776, p. 111.

110 Smith, “Des Etablissements Publics, destinés à l’Éducation de la Jeunesse” in Journal de l'Instruction publique, 1793, n° VII, p. 397.

111 Borrelly, Ibid., p. 391.

112 Madgett, “Réflexions sur l’Éducation Publique” in Journal d'instruction publique, op. cit., t. 4, p. 37.

113 Y.-M. Audrein, Mémoire sur l'éducation nationale..., op. cit., pp. 21-23.

114 Crevier, De l'Education publique, op. cit., p. 196.

115 L’idée de retraite sera prévue par la Loi sur l’organisation de l’instruction publique du 3 brumaire, an IV, décrétée par la Convention, Titre III, Article IX, in Observations sur le plan actuel d'instruction publique par Destutt de Tracy, p. 79 : “[...] une pension de retraite, égale à leur traitement fixe.”

116 Philipon de La Madelaine, De l'éducation des collèges, op. cit., p. 70. “Nous ressemblons trop à cet Athénien qui, voulant donner à son fils, Aristippe pour Maître, se récrioit sur le prix de cinquante drachmes, en observant qu’avec la même somme il acheteroit un esclave. Achète, dit le philosophe, ξ tu en auras deux.

117 Audrein, Mémoire sur l'éducation nationale..., op. cit., p. 9.

118 Bourdon de La Crosnière, Mémoire..., op. cit., pp. 31-32.

119 P.-J.-D.-G. Faure, Courtes réflexions sur l'Instruction publique, op. cit., p. 3.

120 Madgett, Réflexions sur l'Education Publique, op. cit., p. 37. Madgett proposait d’accorder six mille livres aux professeurs dans les écoles des départements, quatre mille, à ceux des écoles de districts et deux mille, à ceux des écoles primaires.

121 Opinion de A.-C. Thibaudeau, membre de la Convention nationale, sur l'Instruction publique ; Prononcée à la séance du 19 Frimaire, (an II), p. 6 : “Monstrueuse” serait cette corporation de “172.150 individus qui, embrassant, par une hiérarchie habilement combinée, tous les âges, tous les sexes, toutes les parties de la République, deviendroient infailliblement les régulateurs plénipotentiaires des mœurs, des goûts, des usages, & parviendroient facilement par leur influence à se rendre les arbitres de la liberté & des destinées de la Nation.”

122 M.-E. Petit, Discours Sur la révision du décret pour l'organisation des premières écoles, faite par le Comité d'instruction publique..., 19 frimaire, an II, p. 7 : “Il seroit dangereux & impolitique de faire aux instituteurs un sort fort différent de celui des maîtres d’école actuels. En augmentant leur aisance vous les rendriez paresseux, & la première leçon qu’ils doivent à leurs élèves c’est l’exemple du travail. L’habitude du travail est la source de toutes les vertus républicaines. Celui qui ne travaille point ne doit point manger.”

123 Faure, Courtes réflexions sur l'Instruction publique, p. 3.

124 Mémoire sur l'instruction et sur l'éducation nationale. Avec un Projet de Décret ξ de Réglement Constitutionnel pour les jeunes gens réunis dans les Ecoles primaires, p. 31.

125 É. Bouleau, Discours sur les diverses branches d'instructions cultivées dans les écoles secondaires, op. cit., p. 2.

126 Borrelly, Introduction à la connoissance et au perfectionnement de l'homme..., op. cit., pp. 115-16.

127 C.-L. Masuyer, Discours sur l'organisation de l'instruction publique et de l'éducation nationale en France, op. cit., p. 78.

128 É. Bouleau, “Discours sur... ‘les diverses branches d’instructions cultivées dans les écoles secondaires, et sur leur rapport, Avec la Morale et l'Entendement humain"', An XIII.

129 Ibid., p. 7 : É. Bouleau dénonce “l’instruction plus empressée à faire briller l’esprit d’un enfant qu’à lui former le jugement ; c’est cette instruction qui crie de toutes parts ; venez à moi, je vous apprendrai le grec, le latin, l’anglais, l’espagnol ; venez à moi, je ferai de vous des Géomètres, des Physiciens, des Peintres, des Danseurs, des Musiciens. Mais où est l’instruction qui nous dit : venez à moi, je ferai de vous des enfants soumis, respectueux ; venez à moi, je vous donnerai la connoissance de vos devoirs, je vous inspirerai l’amour de la religion et de la patrie, venez à moi, je ferai de vous plus que des Docteurs, je ferai de vous des Hommes, des Citoyens.”

130 J. Lakanal, “Bulletin de la Convention nationale sur l’instruction publique, 14 sept. 1793” in Journal de l'Instruction publique, op. cit., p. 431.

131 Dès le xie siècle, “quitte” correspond à “libéré d’une obligation morale ou sociale”.

132 Carpentier, Nouveau plan d'éducation..., op. cit., p. iv.

133 J.-J. Fillassier, Dictionnaire historique d'éducation, op. cit., t. 1, p. 618. L’idée se trouve dans Platon au livre VII des Lois.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540