Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre gouvernants et gouvernés : le pédagogue du XVIIIe siècle

 | 
Simone Gougeaud-Arnaudeau

Chapitre deuxième. Autour du prince : de Mentor en mentors

Texte intégral

  • 1 P. Chambert, Démétrius ou l'éducation d'un prince, 1790.
  • 2 J.-F. Marmontel, Bélisaire, 1767.

1Il faut convenir, avec l’auteur d’une imitation de Télémaque1, qu’une nation mal gouvernée ne peut s’en prendre qu’à elle-même lorsque le trône est électif. Mais la vertu ne se transmettant pas comme le sceptre et la vie, la monarchie héréditaire rend primordial le souci de l’éducation du prince. On sait l’importance que Louis XIV attachait à l’éducation de son petit-fils, le duc de Bourgogne, qu’il confia à Fénelon. Rompant avec la tradition des Miroirs des Princes, celui-ci avait commis Les Aventures de Télémaque pour le plaisir et l’édification de son pupille en lui proposant un idéal de vertu susceptible de l’aider à gouverner et de lui donner une idée juste de sa puissance. À l’amour de la gloire par les armes, l’instituteur du prince est désormais chargé de substituer l’ambition d’une “gloire plus douce, celle qui naît de ses bienfaits, & qui lui revient en échange de la félicité publique”2.

A. Une tâche fénelonienne

1. Une préoccupation du siècle des Lumières

  • 3 M.-R. Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs, de la Puissance, du Courage et des Loix considérés relative (...)
  • 4 F. de Salignac de la Mothe Fénelon, Les Aventures de Télémaque, 1987, (1699), Cinquième livre.

2L’idée est communément admise sous l’Ancien Régime que l’éducation du prince “destiné à commander”3 doit avoir des fondements plus solides que celle du “reste des hommes”4. Avec la progression des idéaux de monarchie libérale, il apparaît que le roi, protecteur des lois, guide souverain, ne peut faire le bonheur de ses peuples et assurer la prospérité de l’état qu’au prix d’une solide formation. Selon le modèle fénelonien, qui, loin de vieillir, voit grandir ses espoirs de réalisation, Mentor donnera à son disciple sagesse, vertu et gloire, par une didactique qui s’adresse aussi bien au prince régnant qu’au prince à accomplir...

  • 5 ... où la charge de gouverneur et de précepteur impliquait l’admission.

3À chaque avènement ou à chaque naissance de prince, fleurissent des spéculations loin d’être désintéressées, soit qu’elles émanent de la demande royale, soi qu’elles répondent, surtout dans la décennie qui précède la Révolution, aux questions proposées par certaines Académies5 nationales et étrangères aux jeunes littérateurs. Mentor allégorique tend à s’incarner dans les praticiens ou les théoriciens de l’institution du prince mais l’archevêque de Cambrai reste inégalable d’autant que les principes du “premier des instituteurs” s’appliquent désormais à tous les jeunes gens de la bonne société.

  • 6 F.-M.-T. de Baculard d’Arnaud, Œuvres, 1972 (1803), Préface, en note pp. ix-x.
  • 7 A.-H. Wandelaincourt, Vues sur l'éducation d’un prince, 1784, p. 88.
  • 8 Mme de Genlis, Adèle et Théodore, 1782, t. 2, Lettre XXXVIII
  • 9 A.-P.-J. de Quélen, duc de La Vauguyon, Recueil pour Monseigneur le comte d’Artois, t. 2, 11, Mss A (...)

4“Tous les hommes en général”, considérait Baculard d’Arnaud, ont à puiser “des leçons et des exemples de sagesse et de bienfaisance” dans le “livre des rois”6. Dans la fiction comme dans la réalité, il ne restait plus aux instituteurs qu’à en conseiller la lecture à leurs élèves7. Alors que l’élève du comte de Roseville8 attend impatiemment ses quinze ans pour recevoir Télémaque en guise de récompense, on fit imprimer à l’usage de la Cour, par le très jeune Louis-Auguste les Maximes morales et politiques tirées du Télémaque sur la science des rois et le bonheur des peuples, habile composé de témoignages – propos supposés du feu dauphin – et de leçons de morale empruntées à Fénelon9.

  • 10 Fénelon, Directions pour la conscience d'un Roi composés pour l’instruction de Louis de France, duc (...)
  • 11 Le Retour de l'Âge d’or ou le Régne de Louis XVI, Poëme, présenté à la Reine, par M. Gallois (J.-A. (...)
  • 12 J.-F. Vauvilliers, Idylle sur la naissance de Monseigneur le dauphin..., 1781.
  • 13 Cf. Abbé Proyart, Vie du dauphin, père de Louis XVI écrite sur les Mémoires de la Cour ; enrichie d (...)
  • 14 La Vauguyon, Portrait de feu Monseigneur le Dauphin, 1766.

5Tandis que Les Directions pour la conscience d’un Roi..., dont l’éditeur attendait “d’heureux et justes effets”10 tant “pour l’Honneur & la Gloire des Souverains, que pour le Soulagement & le Repos des Peuples”, faisaient toujours autorité, on rêvait du retour de l’âge d’or11. Les études classiques répandaient le mythe d’une ère de paix et de bonheur, offrant une source d’inspiration à qui voulait propager la croyance au bonheur collectif sous les auspices de la monarchie éclairée. Nombre de textes semblables à celui de l’helléniste Jean-François Vauvilliersl12, bibliothécaire du roi, rendaient un hommage appuyé aux souverains régnants, sur des images de prospérité et de paix dignes de Salente et dans le ton déjà exercé des hymnes, odes et autres idylles à la gloire des Bourbons. Sur la même thématique, on bâtissait les portraits-panégyriques du Dauphin13 aux côtés de ceux des bons rois (Henri IV, Saint-Louis, etc.) dont la gloire, en rejaillissant sur leurs descendants, cimenterait l’édifice de la monarchie dynastique. Le Portrait de feu Monseigneur le Dauphin, de La Vauguyon14 offre un parfait exemple d’historiographie mythique du Dauphin, lequel aurait compris que “la véritable grandeur d’un roi est moins fondée sur l’obéissance de ses sujets que sur leur amour” et n’aurait songé qu’à leur bonheur selon le leitmotiv fénelonien.

  • 15 Puget de Saint-Pierre, Les Aventures de Périphas, descendant de Cécrops..., 1761.

6Non content d’établir une ressemblance entre Périphas et Louis le Bien-Aimé, le “roi bon par excellence”15, Puget de Saint-Pierre, dans une plate imitation de Télémaque, étendait la flagornerie au gouverneur du dauphin qui, en 1761, n’était autre que le duc de La Vauguyon. Mais aux périples pédagogiques qui servent à la louange du précepteur, il est utile d’opposer des travestissements parodiques où la figure de Mentor est mise à mal par certains esprits frondeurs pour lesquels le discours sur la monarchie idéale n’est que verbiage.

2. La parodie de Mentor

  • 16 Marivaux, “Télémaque travesti” in O. C., 1972 (édition de Paris, 1781 ; première édition en Holland (...)
  • 17 J.-B. de Junquières, L’Élève de Minerve, ou Télémaque travesti, en vers, 759 (1752).

7Dans la lignée du Télémaque travesti de Marivaux16 s’inscrit L’élève de Minerve... de Junquières17.

  • 18 Marivaux, Télémaque travesti, 1956 (1736) : cf. Introduction et commentaires de F. Deloffre. Premiè (...)
  • 19 Cf. L’art de lire dans l’esprit des gens. Marivaux présenté par lui-même, 1992.
  • 20 Ibid., pp. 723-28 ; ce sera aussi le mot de la fin où Marivaux dit que l’on aura “sans doute condui (...)
  • 21 Ibid., Livre neuvième, p. 859.

8Les trois premiers livres du Télémaque travesti18 avaient en leur temps suscité de violentes réactions car on n’était pas en mesure d’apprécier l’aspect parodique de ce jeu littéraire, “satire du best-seller de l’époque”, pour reprendre la formule de Gerda Scheffel19. Tel Don Quichotte victime de ses lectures, Phocion s’évertue à singer son homologue fénelonien après avoir communiqué “son goût dérangé de la vertu” à son neveu Brideron sur lequel la lecture de Télémaque a opéré comme un “enchantement”. Il est des natures malléables propres à être “séduites” ; dès lors, toutes les dérives sont possibles entre les mains d’un obstiné, digne des Petites Maisons20, qui entend élever quelqu’un conformément à ses idées. À croire que le rôle de maître n’existerait pas si l’élève ne le reconnaissait comme tel : ce couple indissociable est allégrement tourné en ridicule tout au long d’aventures burlesques où le jeune Brideron (Timante) est plus à l’aise dans son rôle de Télémaque – dont il lui arrive de se détourner spontanément — que Phocion dans celui de Mentor. Ce dernier craint pour son honneur de se laisser entraîner à toute innovation par son élève et, afin de se souvenir des devoirs de sa charge, doit garder son livre à la main. Grand “ordonnateur” d’une maison de gentilhomme – celle du lieutenant Oménée – en guise de royaume, le personnage ne s’avère guère plus compétent, faute de “livre du maître”21.

  • 22 Ibid., Livre cinquième, p. 811.

9Les ratiocinations de Mentor n’ont rien à envier à celles de Pangloss. Chez Junquières, les plus fortes tempêtes ne font point taire l’intarissable prêcheur mais Marivaux choisit parfois d’imposer silence à ce bavard impénitent, dont l’essence est loin d’être divine, en lui faisant boire de l’eau à gros bouillons22. Est ainsi tournée en dérision une méthode d’enseignement où le maître insuffle sa propre raison à l’élève qui se croit démuni dès lors qu’il est privé de cette “béquille” et qu’il est livré à lui-même.

10Pourtant, le jeune Brideron n’a pas lieu de s’inquiéter : il demeure sous l’égide protectrice de son mentor qui a le pouvoir d’organiser les expériences les plus fâcheuses, mais aussi de l’en tirer. Mentor ne quitte pas même “l’enfant de Pénélope” dans ses rêves ; c’est ainsi que Télémaque apprend que son pédagogue a été revendu comme esclave. Junquières sait donner toute sa saveur à un événement qui, restitué au contexte antique, paraîtrait assez anodin. Tel un Sénèque, homme honnête et savant, Mentor ironise sur son sort, accepte la condition d’esclave, mais refuse celle de roi lorsque les Crétois lui proposent la couronne. Trop de soins, trop de responsabilités, répond notre sage, qui s’avère peu enclin à pratiquer les vertus royales. Passe encore s’il s’agissait de son pays : en bon citoyen, il consentirait à faire un effort. Mais nul n’est prophète en son pays et les pédagogues, pour être philosophes, ne sont jamais rois...

  • 23 Marivaux, Télémaque travesti, op. cit., Livre quatrième, pp. 790-91.

11Quant à Phocion, à qui l’on veut confier le poste de maître d’école puisqu’il a si bien “élevé son neveu”, il n’entend point se charger réellement d’instruire les hommes tant “le métier d’un homme sage est pénible”23. Le choix de maître Simon, boulanger de son état, signe un retour à la réalité prosaïque des villages où le maître d’école n’avait pas toujours, loin s’en faut, la capacité de mener sa tâche à bien. Marivaux se permet de surcroît un jeu sémantique sur le verbe “nourrir” (= éduquer).

  • 24 Ibid., Livre second, p. 761.
    Cf. M. Gilot, “Les journaux de Marivaux. Itinéraire moral et accompliss (...)

12Ses jeux de mots ne sont pas à seule fin burlesque, exemple ce “vrai bâton de mon infirmité de jeunesse” avec lequel Brideron accueille le “précepteur de [son] cœur”. À la subversion d’une forme littéraire parodique, s’ajoute la contestation irrévérencieuse de la manie éducative des hommes. La vie n’apprend-elle pas mieux à vivre que vingt maîtres d’école ?24

13Si, selon Freud, “[...] il y a trois métiers impossibles : éduquer, guérir, gouverner...”, que penser des hommes du xviiie siècle qui s’obstinent à vouloir éduquer les futurs gouvernants ?

  • 25 Rétif de La Bretonne, Les veillées du Marais, ou histoire du grand prince Oribeau, 1788 (1785).

14En 1785 comme en 1782, on se reprend à méditer sur la destinée royale. Au nombre des ouvrages liés à la naissance de Louis XVII, un prince qui, pour deux raisons aussi imprévisibles l’une que l’autre, n’était pas, lui non plus, destiné à régner, il faut compter un composé de Télémaque et d'Émile, curieux abécédaire rédigé pour la magnification et le couronnement du prince Oribeau et sous-titré L’instituteur d’un prince royal25. Dans ce roman à clés, Rétif de La Bretonne campe Louis XV, Louis XVI, Marie-Antoinette, Choiseul, etc., sous de ridicules noms d’emprunt mais excuse “les Hommes [qui] se consolent de leur dépendance, en faisant des contes extraordinaires sur la Famille-royale.”

  • 26 Les hommes de xviiie siècle pensent comme Rétif qu’il “sort souvent des rides de la peau, des parol (...)

15L’excellent prince Oribeau qui saura se faire aimer des Mommoniens, alias les Français, a été formé par un vieux mage O’Barbo. Au cours de leurs voyages, ils ont visité l’Évinland, “terre productive” – l’Égypte de Sésostris – pour examiner les mœurs des villes et des villages et rencontrer des personnes de toutes conditions. L’élève, qui a eu pour émules les “fils du laboureur” – surtout Nichols l’Aîné, alias Rétif-a développé toutes ses facultés physiques et intellectuelles en apprenant la natation, l’équitation etc., en exerçant sa mémoire, son attention, son jugement ; il a appris l’art militaire mais aussi un travail manuel. Il a surtout appris nombre de maximes morales vantant les vertus de la modération. Le sage vieillard – pour employer un syntagme cher au xviiie siècle26–, dont le premier soin a été de se faire aimer de son Télémaque en l’occupant toujours agréablement, l’a préparé à travailler à la félicité publique.

16Il serait vain d’essayer de recenser ici les nombreux avatars plus ou moins fantaisistes de Fénelon-Mentor. Mais il est certain que de Mentor en mentors, le rôle de l’instituteur du prince est sans cesse redéfini et toujours exalté comme source du bonheur des nations...

3. Une fonction capitale

  • 27 Vareilles, Lettres sur l'éducation des Princes, op. cit., 1757, pp. 4-5.

17“Quelle carrière à fournir !”27, cependant.

18L’enjeu est double : il ne suffit pas d’aider au développement de toutes les virtualités contenues dans un être singulier, ce qui constitue l’ordinaire de toute tâche éducative, encore faut-il préparer cet être à une fonction spécifique et unique, qui ne doit pas être laissée au hasard...

19Dans nombre de traités, on considère comme Vareilles que le gouverneur d’un prince appelé à régner “tient dans ses mains le sort de tous ses concitoyens.” Idée d’autant mieux admise que l’histoire a vu des précepteurs (le cardinal de Fleury par exemple) devenir ministres à l’avènement de leur élève princier.

  • 28 J.-J. Duguet eut une grande réputation de professeur chez les oratoriens. L’Institution d'un Prince (...)
  • 29 Morelly, Le Prince Les délices des cœurs, 1751, t. 1 : La “bonté du cœur” est ce “penchant aimable” (...)
  • 30 Puget de Saint-Pierre, Histoire de Charles de Sainte-Maure, Marquis de Salles, Duc de Montausier, p (...)

20Étant entendu que le gouverneur doit être paré des vertus et des qualités qu’il est censé faire éclore, il reste à tracer le portrait idéal de ce mentor, souvent réduit à sa fonction théorique qui permet aux auteurs d’exposer leurs vues dans des textes plus ou moins étoffés, dont le contenu ne se démarque guère ni de l’abondante littérature des siècles précédents ni, comme le Vathek, de Madame de Genlis, de l’ouvrage de référence pour le xviiie siècle : l'Institution d’un Prince ou Traité des Qualitez, des vertus et des devoirs d’un souverain par l’abbé Duguet28. Au Pygmalion du prince, incombe la tâche difficile de concilier la singularité de l’instruction due au rang de l’élève et l’universalité des principes des Lumières, sans oublier la personnalité propre de l’enfant. Cela suppose un gouverneur particulièrement “éclairé”, qui, selon les auteurs, mettra l’accent sur telle ou telle idée des philosophes : la notion d’égalité naturelle chez Marivaux, Mirabeau, etc., celle de l’esprit public pour Sénac de Meilhan, le bon cœur du prince de Morelly29, etc. Toutefois les deux bases définies par Montausier, gouverneur du fils de Louis XIV, perdurent : ce sont le respect de la religion et l’amour de la gloire, soumettant le roi à “deux tribunaux incorruptibles” toujours en activité, “celui de Dieu et celui de la Renommée”30...

21On ne transige pas sur l’enseignement des deux éléments fondamentaux qui mènent à la science du gouvernement. La religion et l’histoire ont la même visée éducative.

  • 31 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 67.

22Par l’enseignement religieux, on reste à la fois dans la ligne de l’évêque de Meaux et de l’archevêque de Cambrai31 en rappelant au prince la succession des rois qui professent “la vraie religion de Jésus-Christ” et desquels “on s’est éloigné” durant la Régence. L’insistance avec laquelle, dans la deuxième moitié du siècle, on fait l’éloge de la piété du Dauphin (fils unique de Louis XV), que l’on savait proche des jésuites, est symptomatique de l’opposition radicale de la royauté, nonobstant l’alliance du trône et de l’autel, au gallicanisme parlementaire.

23Jacob-Nicolas Moreau appartient à ces littérateurs qui, envisageant la Révolution comme un châtiment du présent et du passé, en recherchent les causes dans l’impiété des grands et dans les crimes des rois. Dès la prise de décision d’assembler les Etats Généraux à la fin de 1788, il considère les événements comme une punition divine.

  • 32 Mme de Genlis, Discours sur l'éducation de M. le Dauphin..., 90, pp. 25-26.
  • 33 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 68.
  • 34 A.-J. Boucher d’Argis, De l'éducation..., op. cit., p. 12.

24Soit qu’on s’obstine à faire de la connaissance de Dieu “le premier objet de l’instruction”32, soit qu’à la suite des philosophes, on se réfère à ce qu’il est convenu d’appeler “la religion naturelle”, on se contente de tourner l’élève princier vers des principes d’observance de vertus morales et d’obligations sociales, liés au principe général de la résignation à la volonté divine, seule capable d’inspirer l’amour de l’humanité33. En outre, explique Boucher d’Argis34, la religion facilitera les rapports entre le gouverneur et son auguste élève qui saura récompenser son zèle et supporter avec patience ses fautes et ses contradictions.

  • 35 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 39.
  • 36 A.-L. Thomas, Eloge de Louis Dauphin de France..., op. cit., p. 13.
  • 37 Puget de Saint-Pierre, Histoire de Charles de Sainte-Maure..., op. cit., p. 17.
  • 38 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 25.

25Quant à l’Histoire (ancienne et moderne), elle est, plus que tout autre objet de savoir, matière à réflexion. Elle apprendra au prince à “juger les peuples et les Rois, comme elle le jugera lui-même un jour”35, dit Vareilles... Antoine-Léonard Thomas fait état de ce jugement de la postérité comme d’une véritable descente aux enfers où l’on pourrait lire sur certaines urnes royales l’expression de la haine et du mépris36. Aucune rationalité dans cette manière, commune sous l’Ancien Régime, d’envisager l’histoire comme une source d’exemples plus efficaces que les préceptes de la morale ou les allégories des romans37. L’enseignement de l’histoire reste l’apanage de l’éducation38, non de l’instruction.

  • 39 É. Bonnot de Condillac, “De l’étude de l’histoire” in O. C., t. 15.
    En 1778, Condillac avait fait ap (...)

26Pour Condillac39 qui partageait l’opinion de Mably, l’histoire sera “l’école” où, toute sa vie, le prince devra s’instruire de ses devoirs. La recherche de modèles – parfois oubliés – permettra au prince d’apprendre ce qui peut contribuer au bonheur ou au malheur des peuples, ce qu’il faut faire ou ne pas faire...

  • 40 G. Grivel, Théorie de l'éducation..., 1775, t. 1, Article IL
  • 41 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. 13.

27C’est aussi la connaissance de l’histoire, celle des hommes et des événements qui conduit à une vision quasi unanime des Qualités que doit avoir un bon Instituteur40. Au chapitre intitulé Enseigner l’histoire de son ouvrage Des mœurs, de la Puissance, du Courage et des loix considérés relativement à l’Éducation d’un Prince, Hilliard d’Auberteuil lie directement sa conception du gouverneur à la manière d’enseigner l’histoire, à la capacité d’apprécier les actions des Héros & des Rois, de développer les motifs qui ont dû les faire agir, & de distinguer les effets de la vertu, de ceux de l’imprudence & du vice.”41

  • 42 Vareilles (J.-M. de L.), Lettres sur..., op. cit., p. 27.

28Que le gouverneur soit capable de discerner dans la masse des faits ceux qui apprendront au prince “l’art de gouverner & de conduire les hommes”. Qu’il cherche des exemples de princes bienfaisants qui ont été “l’amour & les délices du genre humain”, de princes compatissants, sages, modérés, etc., en bref de ceux qui n’ont voulu faire que des heureux... Qu’il sache leur opposer ceux qui ont été “le fléau des mortels”, “la honte de l’humanité”42. Cela implique jugement et probité.

  • 43 Condillac, De l'étude de l'histoire, op. cit., p. 10 : “Demandez-vous souvent : Aristide, Fabricius (...)
  • 44 Ibid., pp. 11-12 : “Des Louis XII ont été honorés du titre de pères du peuple. : ces princes voulai (...)

29Avec lucidité, Condillac, en lui mettant entre les mains les Vies des Hommes illustres de Plutarque, conseille à son élève, don Ferdinand, de choisir pour modèle “un simple citoyen de la Grèce ou de Rome”43 plutôt qu’un prince. Même les meilleurs, “faute de lumières”, dit-il, “n’ont jamais pu rien exécuter d’utile à la société”44. D’ailleurs, il faut “se défier des gens qui diront qu’il suffit d’avoir le cœur droit et l’esprit juste pour bien gouverner”...

  • 45 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. 15.

30Pour ainsi profiter des erreurs des autres, blâmer leurs fautes, s’approprier leurs vertus, acquérir l’art de la politique, il semble donc que le maître et sa manière d’enseigner importent plus que la matière elle-même. Par voie de conséquence, l’histoire, champ virtuel de toutes les manipulations, présente les dangers d’une arme à double tranchant selon qu’elle est confiée à “un homme intéressé & corrompu” ou à “un homme juste & éclairé”45.

  • 46 Wandelaincourt, Vues sur l'éducation..., op. cit., p. 80.
  • 47 J.-J. Fillassier, op. cit., 1784, nouvelle édition avec une importante table historique des personn (...)

31Cette vision de l’histoire comme “répertoire général de vices & de vertus”46 à l’usage particulier mais non exclusif des grands et des princes est illustrée par un genre d’ouvrages qui se répand sous le règne de Louis XVI, à l’exemple de celui de Jean-Jacques Fillassier. Le Dictionnaire historique d’éducation, où sans donner des préceptes, on se propose d'exercer ξ d’enrichir toutes les facultés de l’âme & de l’esprit, en substituant les exemples aux maximes, les faits aux raisonnements, la pratique à la théorie se veut une mine de modèles susceptibles d’exciter “le noble désir de les imiter” et offerts aux élèves afin de les “prémunir contre les exemples dangereux”47. Un classique pour la jeunesse.

32Aucune fable mythologique ; on abandonne le masque de la fiction qui est chargé d’agrémenter la vérité mais on reste fidèle à un type de récit qui n’a rien à envier à l’apologue. Ce recueil d’anecdotes historiques n’a ni le souci de la transmission de vérités événementielles à inclure dans une chronologie qui donnerait matière à réflexion, ni celui de la réalité de sujets auxquels sont attribués les événements relatés. Les maîtres et les jeunes gens doivent pouvoir y puiser toutes les illustrations des comportements vers lesquels l’homme doit tendre.

  • 48 Grivel, Théorie..., op. cit., t. 3, chap. II : De la Fable.
  • 49 Wandelaincourt, Vues sur l'éducation..., op. cit., p. 86.
  • 50 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. 40. Morelly partage ses opinions : “L’étude de l’ (...)

33“Parlez-leur morale nuement, ils la trouveront sèche & rebutante, les maximes générales n’en seront pas goûtées, ce sont des discours qui ne les touchent pas, ils ne les écouteront point”48, disait Guillaume Grivel. Parce qu'elle rend la morale attrayante, la fable s’est faite le vecteur du récit historique dont Wandelaincourt, ancien préfet et professeur au collège royal de Verdun, se targue de tirer “le double avantage de former le cœur & l’esprit”49. Mais si l’on peut se divertir à l’étude des “révolutions” des empires et des républiques quand elle est dirigée par “un homme d’esprit qui raconte bien”, “elle n’exige pas beaucoup de raisonnement, & c’est toujours le raisonnement qui manque le plus à l’enfance.”50

  • 51 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 42.
  • 52 L’empereur Titus fut surnommé “Les délices du genre humain” en raison de ses bienfaits ; durant son (...)
  • 53 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 4.
  • 54 Louis XII et Saint Louis.
    Cf. B. Quilliet, Le thème du “bon roi" au XVIIIe siècle ; l'exemple de Lou (...)

34Il reste la valeur de l’exemple. “Ecole de vertu” et “leçons de politique” et vice versa, — formules convenues lisibles sous toutes les plumes – l’histoire providentialiste fait la part belle à l’influence particulière des souverains même s’il faut admettre que les peuples influant sur le cours des événements, leur caractère51 ne doit pas rester étranger. Ainsi, dans l’histoire ancienne, Titus52 remporte la palme de l’eudémonisme. Lorsqu’on prétend faire l’histoire de la nation française53, et de manière générale l’histoire moderne, les exemples sont puisés dans la dynastie où à des Henri IV ou autres Louis54, on oppose couramment des personnages jugés, souvent à tort ou avec excès, comme Henri III, débauchés, superstitieux, perfides et influençables...

  • 55 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 21.
  • 56 Cf. L'éducation des enfants de France, livret de l’exposition présentée au château de Roche-sur-Lou (...)
  • 57 En 1766, on les lui fait imprimer lui-même à l’usage de la cour.
  • 58 Fénelon, Aventures..., op. cit., Livre X.
  • 59 La Vauguyon, Portrait de Feu Mgr le Dauphin, 1776, p. 5 : “Vous avez perdu un Père qui auroit été c (...)

35On pense avec raison que l’exemple plus proche marque davantage les jeunes esprits. Le duc de La Vauguyon, gouverneur des enfants de France, a bien assimilé ce que l’on attend de lui et sera en mesure de satisfaire les vœux du dauphin qui lui a confié la charge de l’éducation de ses enfants auxquels il rappelle les volontés du défunt55. Jusqu’en 1763, date à laquelle le duc de Berry (futur Louis XVI) n’a que neuf ans, le duc de La Vauguyon, qui a présenté à son élève le plan de son éducation ramené aux quatre principes de Bossuet56 : Piété, Bonté, Justice et Fermeté, fait copier57 à l’enfant des maximes puisées dans Télémaque, fixant ainsi l’idéal à atteindre. Il n’est d’éternelle leçon que celle des morts entrés dans l’Histoire ou le Mythe ; c’est Idoménée mis en demeure d’égaler la sagesse de son aïeul Minos58. D épopée en éthopées, pour tenter de faire de nouveaux Idoménées, on exploite les qualités des morts, et le duc de La Vauguyon ne se fait pas faute, sans s’embarrasser d’exemples trop lointains, d’exalter auprès de son élève les qualités du frère aîné, mort en 1761, et surtout celles du père59 disparu en 1765. En cet élève, n’avons-nous pas un fds d’Ulysse à la recherche de son père sous l’égide d’une Vertu qui peut paraître bien inaccessible à l’enfant ?

36Mais la dynastie ne souffrirait aucune rupture ; au contraire, le dauphin y prendra sa place, bien au fait des vertus qu’il doit incarner et des efforts à mener dans ce sens ; de ce processus d’imprégnation d’une génération sur une autre, l’on tient un exemple révélateur dans le fréquent rapprochement que l’on fit entre l’héritier de Louis XV et le duc de Bourgogne, celui-là même pour qui Télémaque fut composé. Aucun des deux n’ayant régné et n’étant entré dans l’Histoire, il était facile de les confier à la légende et leurs instituteurs avec eux pour l’édification des princes à venir...

  • 60 Abbé Boulogne, Éloge de Louis..., 1781, pp. 27-28.

37Retenons cette confrontation hagiographique que l’abbé de Boulogne met au compte de l’Histoire, “l’école de la politique & la leçon des Rois”. Présentant les enfants à éduquer dans leur singularité, le texte, comme celui de La Vauguyon, accorde la primauté à la nécessaire institution : tempéraments plus ou moins réceptifs, dispositions plus ou moins heureuses, quelles que soient les tendances premières de la nature, c’est l’éducation qui fait le roi comme l’affirme l’abbé Boulogne60.

  • 61 J.-N. Moreau, Principes de morale, de politique et de droit public puisés dans l'histoire de notre (...)

38Plus élaborées sont les Leçons de morale..., que Jacob-Nicolas Moreau a écrites d’après le plan que lui aurait indiqué le Dauphin en 1767 ; simple rédacteur des idées de ce dernier, dit-il, il rend hommage à la mémoire du prince dont il exprime les vues dans l'Épître dédicatoire. Il est superflu d’évoquer ici les démêlés du gouverneur La Vauguyon et de l’historiographe Moreau. Les Leçons... de ce dernier présentent le canevas d’un ouvrage considérable, une Histoire en vingt et un volumes61, collection, précédée d’un volume publié à l’avènement de Louis XVI et intitulé de manière significative Les devoirs du prince réduits à un seul principe, ou Discours sur la justice dédié au roi par M. Moreau, Historiographe de France, véritable prologue, mais bien en deçà de l'Avant-propos du Discours sur l’histoire universelle.

  • 62 Moreau, “Épître dédicatoire” in Leçons de morale..., op. cit., pp. viij-ix.
  • 63 L’auteur s’autorise de ce même souci pédagogique dans Les devoirs du Prince... pour justifier son s (...)
  • 64 Ibid, p. 149.

39Le fils de Louis XV a donc formé son projet éducatif, peu original mais ferme, autour de l’histoire de France62. L’ouvrage qui doit contenir une mine d’observations toutes plus édifiantes les unes que les autres est frappant par sa mise en œuvre “pédagogique”63. Manuel à l’usage d’un seul élève : le futur Louis XVI. Un “je” et un “Vous” sont en tête à tête, comme dans la solitude d’un cabinet, forme imposée par le gouverneur des princes en titre. Le “professeur” propose à son élève une sorte de lanterne magique qui va faire défiler les siècles passés. Il indique clairement ses objectifs, puis, pour faciliter l’exercice et le voyage dans le temps, délivre une méthode qui donne toute son importance à la chronologie ; ainsi les trois époques principales qui “partagent” l’histoire de la monarchie seront-elles analysées, en quarante “discours” sollicitant la mémoire64 de l'élève qui doit connaître les faits avant de les juger.

40Un professeur d’histoire ne saurait nier le rôle de la mémoire ni réfuter la consigne du passage à l’écriture pour les observations et le questionnement. Il discuterait non certains procédés pédagogiques mais, sous le terme de “juger”, les opérations mentales prescrites à l’élève, dont le but est bien distinct des objectifs contemporains, afférents à l’étude des sciences humaines.

  • 65 Cf. H. Druon, L'éducation des princes, op. cit., t. 1, p. 282.

41Selon la méthode de Bossuet, qui délibérait avec son élève comme si les événements étaient encore à s’accomplir65, Moreau conseille à l’élève princier de “revenir sur ses pas”, de faire des aller et retour afin de s’identifier successivement aux protagonistes de chaque règne, partant, de voir ce qui aurait pu être évité, de déterminer les causes des échecs et des guerres, les fautes de l’administration, enfin les fluctuations de l’autorité royale... Le mot est lâché.

  • 66 Moreau, Lettre à M. le P. H. sur l'Objet moral de l'étude de l'Histoire, À Paris le 14 août 1767, o (...)

42Deux préoccupations gravitent autour de ce pôle central : la nature de l’autorité souveraine (son origine, son étendue), mais aussi et surtout sa préservation. Pour Moreau, pas plus que la politique ne doit être “l’art de tromper”, le droit public n’est point “l’art d’opprimer”66. L’histoire élève donc le prince à l’art de gouverner selon les règles de l’équité.

43L’utilisation magistrale de l’histoire – un savoir utile dont il appartient à l’instituteur d’interpréter les messages – au service de la formation morale et politique du prince confirme l’importance du gouverneur du prince. Celui-ci est en quelque sorte la figure de proue de ce siècle pédagogue qui entendit, sous forme de leçons d’histoire, donner des “leçons de politique” au roi avant de les donner, à sa façon, au monde.

44Quelle main “habile & sage” saura guider les pas du dauphin que l’on suppose doté de tous les talents, mais qui doit apprendre à se faire aimer ? Car il ne suffit pas au peuple d’avoir un Roi plein de bonté, il lui importe surtout d’en sentir les effets... À qui confiera-t-on un rôle aussi éminent ? Tiendra-t-on compte des idées du précepteur en matière de gouvernement ? Devra-t-il ou non être imbu de l’autorité royale ? Sera-t-il un homme aussi solidement implanté à la Cour et dans l’Eglise qu’un Fénelon ? Sera-t-il l’un des hommes les plus sages et les plus considérables de la nation ? Les questions se pressent et les avis divergent...

B. Le choix du gouverneur

1. Critères

45Autour de la fonction de gouverneur de l’enfant destiné au trône, se déploie un imaginaire qui provoque des attentes considérables quant aux qualités requises.

  • 67 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. v.

46L’exigence d’une “politique” dont on va chercher les fondements dans l’histoire ancienne détermine les caractéristiques du parfait mentor. Fi de la vérité historique : de compilation en compilation, on transmet l’exemple des Perses emprunté à Platon ; cela présente l’aspect d’une tradition vénérable qui aurait fait ses preuves. Hilliard d’Auberteuil67 rapporte que, dans sa quatorzième année le dauphin était déposé entre les mains de quatre maîtres : le plus sage, le plus juste, le plus tempérant et le plus vaillant de la nation et le “fait” se retrouve dans le Dictionnaire historique...

  • 68 Mme de Genlis, Adèle et Théodore, op. cit., t. 3, Lettre LIV.
  • 69 Autant dire “une personne sans exemple”. Cf. “Gouverneurs d’enfans de princes” in “Dictionnaire cri (...)

47Adèle et Théodore résout en quelque sorte la quadrature du cercle en condensant les réflexions théoriques quasi inchangées depuis les essais de Chanteresne (Pierre Nicole), et de l’abbé Duguet. Agathocrator sera confié à Polyprate, seigneur respecté, qui a fait ses preuves auprès de ses propres enfants en leur transmettant lumières et prudence, supérieur en cela au “Général le plus expérimenté”, au “Politique le plus éclairé & le plus laborieux”, au “Jurisconsulte le plus habile”68. Auprès du duc de Chartres, Madame de Genlis se voulut elle-même une sorte de Polyprate69 dans l’esprit que définissait le comte de Vareilles car au siècle des Lumières, “l’illustre Mentor” doit participer d’une universalité de connaissances pour concourir à l’instruction de son élève.

  • 70 Gouverneur du Grand dauphin dont Bossuet fut précepteur, le duc de Montausier, particulièrement aus (...)

48Le “tableau du Gouverneur d’un Prince” est un composé réunissant les traits d’un Arsène, d’un Burrhus, d’un Sénèque, d’un Montausier70, enfin d’un Villeroi – dont le nom fait tache dans la galerie exemplaire présentée au fils de Louis XV. Qu’il ait existé “un Néron pour échapper aux soins d’un Sénèque & d’un Burrhus”, exception de taille, ne dément pas que les premières impressions de l’enfance influent sur le cours du règne.

  • 71 Hilliard d’Auberteuil, Des Mœurs..., op. cit., pp. 11-17.

49Les difficultés du Mentor le plus talentueux alimentent la fiction et soulèvent dans la réalité le problème de la responsabilité. L’échec de la monarchie peut lui être imputé soit qu’il n’ait pas fait tout le bien qu’il pouvait faire, soit qu’ébloui par la majesté du prince qui lui était confié, il n’ait pas osé affirmer son autorité ou que son ouvrage ait été détruit par les courtisans et serviteurs malveillants71.

50Ces possibles écueils induisent des précautions particulières que seule la fiction sait prendre.

2. Modalités romanesques

  • 72 J.-A. Perreau, Mizrim ou le sage à la Cour..., op. cit., p. 104.

51L’auteur de Mizrim, ou le sage à la cour a recours à la fable d’une “histoire égyptienne” pour donner à lire un modèle de royauté reposant sur la sagesse d’un ministre auquel sera confié l’éducation du dauphin. Mizrim qui ne se croit ni assez savant pour faire partie de l’Académie composée de fins lettrés, ni assez vertueux pour être prêtre et qui d’ailleurs, a mauvaise opinion des uns et des autres, est resté laboureur... Il rencontre fortuitement le roi Osymandias, et le prenant pour un simple particulier, engage la conversation. Devenu ministre, il aide le bon Osymandias à gouverner à l’aide de “vérités simples”72 “qui font la prospérité de l’Egypte. L’éducation du prince lui est confiée selon un plan exigeant : le jeune prince apprendra qu’il n’est qu’un homme ; on ne cédera jamais à ses caprices, il ne voudra jamais rien que de “juste & honnête” et s’accoutumera à trouver la satisfaction du bien dans sa conscience. À défaut de siéger aux États généraux que l’on ne convoque plus, c’est un homme du peuple qui occupera les plus hautes fonctions... Ce pâle délayage en prose bucolique de la fable Le Berger et le Roi plein de “lieux communs de morale politique” selon la Correspondance littéraire est représentatif de la production des années qui précédèrent la Révolution.

52Tous les poncifs du siècle se retrouvent en 1791 dans un conte anonyme : L’Éducation d’Admète, Roi de Rhessalie ; conte patriotique utile aux peuples et aux rois destiné à un lectorat populaire par la voie du colportage. Morelly, Madame de Genlis, Chambert et quelques autres en ont visiblement inspiré l’auteur, probablement quelque membre de l’Assemblée. Ce texte d’une quarantaine de pages, fortement mâtiné d'Émile est dominé par la figure séculaire de Fénelon de la manière la plus mièvre qui soit... mais avec le bon roi Phoerès, le lecteur se convainc que ce n’est pas au sein de la cour, pépinière d’hommes avides et corrompus que l’on peut choisir un gouverneur pour le dauphin. Nul doute que l’un de ces “esclaves gagés” entretiendrait la “nullité” de l’enfant afin de s’élever lui-même à la puissance. Pis encore, il le persuaderait que “son peuple est né pour lui” alors qu’il est né pour son peuple.

53La solution est de choisir dans la “classe obscure”, plus précisément dans le “rang intermédiaire”, un “simple citoyen” désintéressé, dévoué, etc. qui se serait déjà exercé sur des particuliers et qui redoublerait probablement de zèle auprès d’un “sujet infiniment plus important”.

54Phoerès, conseillé par Apollon qui lui apparaît sous l’habit grossier d’un berger, confiera donc son fils à un humble et probe citoyen. Et quand, dans les toutes dernières lignes, le terme d’“instituteur” se substitue à celui de “mentor”, on sait qu’après avoir été le modèle des fils et des sujets, l’élève deviendra “celui des époux, des pères & des rois”. L’ordre est maintenu.

55Distinguer les hommes de qualité dont la pensée secondera le pouvoir est la préoccupation première des écrits relatifs à l'éducation princière. La position honorifique des personnes attachées à la personne du prince est d’autant plus enviée qu'elle laisse entrevoir une influence politique personnelle en sus de gratifications substantielles. Elle suscite espoirs et ambitions, offre parfois des réussites spectaculaires et – plus rarement – quelques renoncements intéressants.

3. Quelques nominations remarquables

  • 73 H. Druon, Histoire des princes, 1897.

56Pour les réussites, l’ouvrage de référence est celui d’Henri Druon73 qui fait l’historique exact de l’éducation des enfants de France, dans un texte où le ton du romancier le dispute à celui de l’historien. Dans une perspective différente, l’exemple du philosophe Condillac, précepteur du petit-fils de Louis XV, et celui de Madame de Genlis, promue gouverneur des enfants d’Orléans, illustreront l’importance attachée à l’instituteur du prince.

57Etienne Bonnot de Condillac dut à l’autorité de ses œuvres d’être nommé précepteur du petit-fils de Louis XV, don Ferdinand, infant de Parme. En poste de mars 1758 à janvier 1767, il resta le point de mire de ses contemporains, gens de cour et hommes de lettres, de Voltaire et d’Alembert en particulier car les orientations philosophiques des souverains participaient étroitement des querelles idéologiques du temps. S’il ne parvint pas à faire de son disciple un rationaliste, c’est que cela n’entrait pas dans ses intentions : le philosophe n’avait pas livré sans quelques corrections le traité de Mably, De l'étude de l'histoire, à son élève princier, et avait tout bonnement renoncé aux travaux d’histoire moderne d’Alexandre Deleyre, destinés au même usage pédagogique. Cependant, le dernier chapitre de l'Histoire moderne, très critique à l’égard de l’instruction dispensée par les ordres religieux, laisse à penser que Condillac – un clerc qui, diton, ne célébra la messe qu’une fois dans sa vie – n’eut pas comme principal souci la piété du futur souverain.

58Il était difficile d’apprécier les résultats de sa pédagogie, proche des théories de Locke, sur un élève que l’on disait “dissimulé, faible, timide et versatile”, qui n’aimait pas autant le travail que son maître dont on avait loué le dévouement à la tâche, admiré la fermeté stoïque et la conscience professionnelle qui l’avait fait s’exposer auprès du prince lorsque celui-ci fut atteint de petite vérole. Le précepteur, qui ne considérait pas l’instruction et l’éducation comme “deux provinces séparées”, s’attachait à bâtir l’édifice intérieur de “l’âme” dont il voulait exercer les facultés, sans se soucier des implications de sa tâche.

  • 74 Esprit de Mably et de Condillac, t. 2, p. 259.

59Discret sur sa pratique basée sur la culture de la mémoire et la réflexion personnelle, il fit preuve d’une grande modestie que l’on peut lire dans une lettre adressée au duc74, où il exprimait ses regrets de n’avoir fait mieux. S’il avait connu un meilleur plan d’études, assurément il l’aurait mis en œuvre ; sans doute devrait-il en tracer un nouveau...

  • 75 Baguenault de Puchesse, Condillac, sa vie, sa philosophie, son influence, 1910.

60Ses bons et loyaux services, durant les neuf années qu’il séjourna à Parme, furent cependant récompensés. Son biographe, Baguenault de Puchesse75, précise qu’il obtint en 1765 l’abbaye de Mureaux, de l’Ordre des Prémontrés, et, que, grâce à Dutillot, une pension de dix mille livres lui fut versée. Enfin, il fut reçu solennellement membre de l’Académie française le jeudi 22 ou 27 décembre 1768 en remplacement de l’abbé d’Olivet.

  • 76 Cf. La Logique, ou Les premiers développements de l'art de penser, 1780.

61On rapporte qu’il déclina l’offre de la reine-mère qui lui proposait le préceptorat des trois fils du dauphin. Aucune vue d’intérêt ni d’ambition chez l’abbé qui continua à donner aux autres son goût de l’étude par ses travaux littéraires76.

  • 77 Cf. J.-L. Mann, Origines des doctrines pédagogiques de Condillac, 1903 et J.-L. Labarrière, “Condil (...)

62Alors qu’il avait voulu doter son élève d’une véritable méthode intellectuelle, Condillac fut méconnu comme pédagogue : longtemps, les manuels destinés à la formation des maîtres dans les écoles normales d’instituteurs récemment disparues n’ont pas même fait mention de son nom. Les auteurs qui se sont intéressés à ses doctrines pédagogiques en cherchent l’origine dans sa philosophie et tentent de justifier l’écriture condillacienne par son goût de l’instruction77.

  • 78 Esprit de Mably..., op. cit.. t. 2, part. II, p. 286.

63Ce médiocre intérêt peut s’expliquer par le fait que des théories sur une éducation particulière – qui plus est pancière – n’aient pas donné lieu explicitement à des applications démocratiques, on a pu oublier que l’auteur des dix-sept volumes du Cours d’Etudes s’est penché en novateur sur les Obstacles qui s’opposent encore aux bonnes Etudes et a formellement condamné les méthodes des “scholastiques”78.

64Si quelqu’un mit tout en œuvre pour ne pas se faire oublier dans sa fonction, c’est l’auteur du Théâtre d’éducation. La nomination en 1782 de Madame de Genlis, au poste de gouverneur des enfants d’Orléans, une première dans l’Histoire, déclencha une véritable cabale et suscita longtemps des interrogations chez les biographes qui, rarement objectifs, se firent apologistes indulgents ou détracteurs caustiques.

65Aliment pour la satire de l’époque, aubaine pour les biographes, cette carrière nouvellement ouverte à une femme est intéressante par ce que cette femme sut répondre à la critique. Madame de Genlis prend ses détracteurs à revers en leur démontrant que rien ne sied mieux aux femmes que la tâche d’éduquer les enfants et... en particulier les princes. Ses arguments découlent d’une double considération du rôle de l’éducation et de la prétendue nature des femmes. En raccourci, “l’esprit de patience, de douceur, de flexibilité, d’insinuation, celui des femmes” n’est ni plus ni moins que l’esprit de Socrate... “Appliquées par le besoin au talent de plaire” tandis que les hommes pour régner au-dehors par la loi leur abandonnaient “l’empire des foyers”, les femmes ont dû développer en elles, comme une seconde nature venant conforter la première, ces prétendues caractéristiques féminines qui ne sont autres que des armes.

66Si la première éducation a été confiée aux femmes (mères, nourrices, gouvernantes), c’est que, souligne ironiquement Madame de Genlis, les hommes ignoraient son importance sinon ils n’eussent pas laissé la place... Encore que certains auraient voulu diminuer l’influence féminine en abaissant l’âge auquel le prince est traditionnellement “remis aux hommes”.

  • 79 Mme de Genlis, Essais sur l'éducation des Hommes et particulièrement des Princes, par les femmes... (...)

67Prônant la présence féminine tout au long de l’éducation, Madame de Genlis se défend de vouloir usurper l’emploi d’un homme ; d’ailleurs, dit-elle, “une femme dans l’emploi d’un homme, ne serait jamais qu’un homme médiocre, plus ridicule qu’un homme efféminé”. La femme instituteur ne sera donc “distinguée que par les qualités propres à son sexe”79, non par sa condition sociale.

68Ni précieuse ni savante, elle peut concourir à l’ouverture d’esprit de son élève tout en respectant l’éducation de l’usage. Qui pourra mieux qu’une femme rendre aimable l’ingrate étape de l’éducation à celui qui se sait promis au pouvoir ? Qui pourra mieux le prémunir contre les artifices et les mensonges en déjouant l’hypocrisie par son esprit d’observation ? Une femme est par ailleurs plus apte qu’un homme à bercer l’enfance et nourrir la jeunesse des princes d’une autre idée de la gloire et d’une autre conception de l’honneur. À l’image du roi guerrier, elle saura, mieux que quiconque, opposer celle du “Roi auteur de la prospérité”, du “Roi magistrat”, du “Roi père du peuple”, du “Roi instituteur”. Madame de Genlis conclut à une vocation commune au Prince et à la Femme, tous deux destinés l’un par le sort l’autre par la nature, “à étudier les hommes, à les gouverner, à les unir pour leur bonheur”.

  • 80 E. Béguillet, Considérations générales sur l'éducation..., 1782.

69Les contemporains qui prirent cet exposé au sérieux restèrent singulièrement courts dans leur réfutation, campant, comme Edme Béguillet, sur les positions traditionnelles de la “destination différente des deux sexes”80 qui rend “préférable de faire présider l’éducation des hommes ainsi que celle des Princes, au par-delà de l’enfance” par des hommes.

  • 81 M. Castillon du Perron, Louis-Philippe et la révolution française, 1963.

70Quant à Madame de Genlis, son tempérament ne la laissait pas douter que les femmes excellent dans l’“art de [mener] les hommes à la baguette, & de [régenter] les Régents à l’école.” Ce ne fut pas, de sa part, sans la mise en œuvre d’une “savante tactique”, qu'elle fut jugée digne d’assurer la formation des jeunes princes d’Orléans, comme l’attestent et ses biographes et ceux du roi Louis-Philippe”81.

  • 82 Cf. la lettre adressée au prince Louis-Eugène de Wurtemberg, le 10 nov. 1763, n" 3017 in C.G., Leig (...)

71Introduite dans le cercle mondain de la famille d’Orléans par sa tante, Madame de Montesson, la jeune comtesse de Genlis fut nommée dame de compagnie de la duchesse de Chartres et exigea un poste de capitaine des gardes pour son mari qui fut ainsi éloigné d’elle. De 1772, datent des lettres publiées pour la première fois par Gaston Maugras en 1904, ne laissant aucun doute quant à la nature des relations qui s’établirent entre le duc de Chartres et Madame de Genlis. Les vifs sentiments dont celle-ci témoigna à l’égard du père des enfants dont elle avait la charge ainsi que l’amitié qui la liait à leur mère Louise-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre eurent été considérés par le gouverneur d’Emile82 comme le meilleur garant du dévouement de la dame de compagnie, devenue gouvernante en 1777, puis, sans en avoir ni le titre ni le rang, “gouverneur” à partir de 1782.

  • 83 A.N., 352 AP7, Avertissement, p. 1.
  • 84 Nous renvoyons le lecteur à l’étude qui lui est consacrée par Dominique Julia dans les Mélanges de (...)
  • 85 D.-J. Garat, Précis historique de la vie de M. de Bonnard, 1785, pp. 75-76.

72L’entrée en fonction du premier “gouverneur en jupons”, a suscité bien des commentaires. Nous retiendrons le fait que se trouvait ainsi brutalement écourtée la carrière de Bernard de Bonnard qui s’était considéré comme chargé d’une “grande entreprise” quand il avait été nommé sous-gouverneur des enfants de la maison d’Orléans. Dès lors – à partir du1er septembre 1779 – il consignerait dans un “gros livre” son travail quotidien, éprouvant du plaisir à l’écrire, à le lire, à le relire..., préparant l’avenir où il pourrait se dire : “on pouvoit y apporter plus de talents, mais non pas plus de zèle, plus de courage, plus de suite, plus de douceur, plus de patience, plus d’envie de bien faire, plus de conscience, plus de vérité...”83. Il est à déplorer que la matière du livre d’éducation84 de ce pédagogue méconnu ne fût réunie que sur trois années, non sur les dix années envisagées car le chevalier de Bonnard – non sans un véritable déchirement – jugea bon de démissionner, certain que Madame de Genlis qui ne reconnaissait pas volontiers les talents d’autrui, entendrait bien imposer ses vues85.

73Dans sa récente biographie de Louis-Philippe, Guy Antonetti consacre une douzaine de pages à la “guérilla” Bonnard-Genlis et dénonce l’“habileté diabolique” et les “menées occultes” de Madame de Genlis.

74Opiniâtre et patiente, Madame de Genlis, installée dans le pavillon de Bellechasse, non loin du Palais-Royal, se créa son royaume pédagogique, régna sans partage sur ses collaborateurs et sur ses élèves, loin d’imaginer qu'elle formait là le roi des Français que les Trois Glorieuses amèneraient au pouvoir mais consciente et fière de réaliser une éducation princière.

4. Renoncements

75Le refus manifesté par certains qui, pourtant armés a priori pour assumer cette tâche hautement prisée, ne voulurent s’engager dans le préceptorat d’un prince leur évita sans doute bien des déboires.

  • 86 V. Jamerey-Duval, Mémoires de Valentin Jamerey-Duval (1695-1775)..., présentés par J.-M. Goulemot, (...)

76On comprend le plébéien Valentin Jamerey-Duval qui refusa le sous-préceptorat de fils de Marie-Thérèse, l’archiduc Joseph, bien que les motifs qui le firent se dérober à cette “glorieuse fonction”86 aient davantage tenu à sa modestie native et à sa crainte de se trouver embarrassé qu’à une opinion philosophique sur la question. Le bibliothécaire du duc Léopold mit en avant son itinéraire d’autodidacte comme si précisément, il n’était pas, mieux que quiconque, capable d’insuffler l’enthousiasme et la volonté qui lui furent nécessaires pour en franchir les obstacles sur la voie de l’érudition. De manière plus convaincante, il allégua son âge et de réelles difficultés d’élocution qui le rendaient, disait-il, incapable d’un discours suivi et finit par confesser que c’est bien à son corps défendant qu’il rejetait une telle offre...

77Peu nombreux furent ceux, qui, comme d’Alembert, offrirent une fin de non-recevoir à des propositions propres à tourner la tête aux ambitieux et aux esprits naïfs. Toute l’Europe eut connaissance de la demande de l’impératrice (transmise par le comte de Schouwalov) qui le priait d’être l’instituteur du grand-duc Paul.

  • 87 Dans le même temps que Catherine II lui proposait l'éducation du grand-duc de Russie, Frédéric II l (...)
  • 88 Basedow, “Épitre dédicatoire à la Société des Philanthropes de Strasbourg” in De l'éducation des pr (...)

78Un échange épistolaire entre Voltaire et d’Alembert par l’intermédiaire de Damilaville révèle les enjeux sous-jacents à l’éducation des futures têtes couronnées dans le contexte de la disgrâce des jésuites. Informé de la nouvelle par une lettre du 25 septembre 1762, Voltaire s’enquit le jour même de la suite des événements avec sa causticité habituelle. Et trois jours plus tard, il applaudissait au double refus87 de son ami dans un billet laconique mais avec un hommage appuyé. À une époque où les gens de lettres jouent aux philosophes auprès des souverains les plus illustres qu’ils se plaisent à considérer comme de vrais amis de la sagesse et de la vérité, et où l’on considèrera longtemps qu’il n’est guère d’objet plus intéressant pour l’humanité que l’éducation des rois88, un tel refus avait valeur exemplaire...

  • 89 Lettre de Marmontel à la Reine de Suède”, janvier 1767 in O. C., 1968, t. 3.

79Ce n’est pas un Marmontel qui eût décliné pareille proposition, lui qui ne se sentit plus d’aise quand Catherine II traduisit en personne un chapitre de son Bélisaire, lui qui eut à cœur de répandre les “vérités politiques” contenues dans son ouvrage auprès de tous les “astres bienfaisants”89 du Nord.

  • 90 Ibid., Seconde lettre de Marmontel au Prince royal de Suède, 5 oct. 1767.

80Sensible aux marques de satisfaction que lui donnèrent “les plus grands rois” tous plus dévoués les uns que les autres, croyait-il, au bien public, il fut largement dédommagé de la condamnation de son Bélisaire par la publication des lettres des souverains européens. Il n’était pas loin de se placer aux ordres de qui lui inspirerait d’autres sujets de méditation et de se regarder comme un des “artisans du bonheur du monde”90 pour peu qu’on l’en priât, en dispensant, tel Bélisaire (Mentor) auprès de Justinien (Idoménée) et de Tibère (Télémaque), des leçons de sage gouvernement.

81L’incorrigible tentation de se faire le Mentor des grands de ce monde transparaît on ne peut mieux dans la Lettre du comte de Creutz, ministre-plénipotentiaire de la cour de Suède à celle de France, à Marmontel où sont vantés les mérites du prince royal de Suède, le futur Gustave III, alors âgé d’une vingtaine d’années. Un prince qui “sacrifi [ai] t les vains plaisirs à la gloire d’être utile aux hommes”, qui n’aspirait qu’à diminuer les maux de la terre : “Ah ! mon cher Marmontel, je vous vois pleurer en lisant ces mots.”, s’exclamait le correspondant.

82Que de princes destinés à régner, animés des plus pures intentions ! Que d’hommes de lettres déposant sur les marches du despotisme éclairé leurs œuvres, bréviaires des rois, qu’ils croient capables d’aider à concilier les considérations de la morale la plus pure et les intérêts de la politique !

83Mentionnons enfin le cas du plus modeste Gabriel Bonnot de Mably qui fut admis dans la société de Madame de Tencin. Après la parution du Parallèle des Romains & des Français, celle-ci lui avait confié la direction de son frère si bien qu’il fut, si l’on peut dire, ministre d’état par personne interposée et prit indirectement part aux négociations et aux opérations politiques en Europe jusqu’en 1746. À la suite de quoi, on pensa à lui pour donner des leçons au futur Louis XVI. Mais “il mit, à manquer cette place, toute l’adresse qu’un autre eût employée pour l’obtenir” et on ne pouvait que l’en condamner : “il devoit se sacrifier lui-même & donner au prince, des leçons dont il pouvoit se promettre que la France, que l’Europe entière recueilleraient un jour le fruit.”, ajoute P. C. Levesque qui fit son éloge.

84Mably ne fut pas nommé car il avait proclamé quelle serait la base indéfectible de son éducation “Que les rois sont faits pour les peuples, ξ non les peuples pour les rois... ” Il avait mesuré la distance entre ce à quoi pouvait l’autoriser une telle fonction et ses propres idéaux.

85Il “n’eût pas démenti” la Lettre à un jeune prince qui sent la nécessité de refaire son éducation du comte de Mirabeau que “les illustres malheureux que le sort condamne à régner” feraient bien de “méditer en secret”, affirmait L.-P. Bérenger. Ce dernier qui fut professeur de rhétorique puis censeur royal adressa en 1789 un abrégé des œuvres de Mably et de Condillac aux instituteurs des princes et des grands. Il ne doutait pas que les deux frères réunis avaient laissé un corps d’institution plus complet qu’il ne pourrait résulter de Bossuet et même de Fénelon. Ils s’étaient partagé la tâche de “changer un Prince en homme”, l’un “[préparant] le sujet à l’instruction”, l’autre “faisant descendre dans son cœur la plus pure morale, la plus saine politique, les vrais principes des lois, l’amour sacré de la liberté” et lui révélant “les devoirs & les droits du citoyen”. L’auteur de la Morale en action reprenait à son actif les poncifs de l’éducation idéale des princes à savoir que l’“on n’est grand & qu’on ne peut être heureux que par des vertus personnelles, & par le bien qu’on fait aux hommes”.

  • 91 Fénelon, Directions pour la conscience d'un roi..., op. cit., p. 97.

86Pour “veiller sur le dépôt du bonheur public”, suffirait-il de gouverneurs d’une trempe particulière ? Après avoir caressé le rêve platonicien des philosophes-rois, on était prêt à confier le sort des nations à des hommes élevés par des hommes. Mais “ce n’est pas sans terreur qu’un homme entre dans un tel ministère, quand il en est digne”, observait Masson de Pezay dans son Eloge de François de Salignac de La Mothe-Fénelon, car “il faudrait des Dieux, pour redresser les Hommes”91.

  • 92 E. Béguillet, Considérations générales sur l'éducation et particulièrement sur celle des princes, 1 (...)
  • 93 Éponine ou de la République, 1990 (an VIII).

87On commençait à désespérer de la “sagesse du Télémaque”92, le bon roi étant celui qui n’avait jamais régné... Mais cent ans après, pour ceux qui regrettaient que la régénération n’eût pu se faire sans baïonnettes, le prestige de l’instituteur des petits-fils de Louis XIV restait entier. Il avait, selon les termes de Delisle de Sales93 dans une forme de prosopopèe, jeté les bases d’une “république royale” comme la première Convention jetait les fondements d’une “république populaire” : ne pouvait-il donner aux “hommes qui détrônent les rois” d’“aussi philosophiques leçons” que celles qu’il avait su donner aux rois dans le Télémaque ?

C. Parole de gouverneur

88Chargé de faire naître les qualités et les mérites nécessaires à l’exercice du pouvoir, le gouverneur se dit le seul à connaître et à aimer son prince au point de l’avertir de toutes ses fautes sans jamais user de la flatterie.

89Des auteurs aussi différents que Morelly, Marivaux, Mirabeau, Madame de Genlis, etc., mettent aux prises le mentor et le prince (ou le roi et son conseiller), dans des dialogues inégaux aux caractéristiques cependant communes : personnages aux traits psychologiques non marqués, peu d’éléments narratifs, effacement des aspects dramatiques mais grand souci de la progression de la pensée qui ne varie guère dans le fond. De ces entretiens répétés où le maître n’ignore pas la parole de cet élève peu ordinaire dont le seul but doit être d'égaler son père, entendons de le dépasser, sourd une critique implicite de la monarchie.

90De fait, nous verrons qu’avec la monarchie constitutionnelle, la Révolution ne met pas un terme à la réflexion sur l’éducation du prince...

1. L’accomplissement du prince

  • 94 Marivaux, “L’Éducation d’un prince” in Journaux et œuvres diverses, 1988 (1751).

91En 1751 (naissance de Louis XVI), trois ans après Des délices du cœur... de Morelly (naissance du duc de Bourgogne), paraît dans le Mercure “L’Éducation d’un prince”94, l’un des derniers essais de Marivaux. En face des souverains Théodose et Thélémédone, Philoménarque et Théophile – dont le nom témoigne du sérieux de leur tâche – ont ceci en partage de se vouer au service du pouvoir, temporel pour le premier, plus spirituel pour le second. En 1785 (naissance du deuxième fils de Louis XVI), Guillaume Grivel édite les Entretiens d'un jeune prince avec son gouverneur où le marquis de Mirabeau poursuit le développement des idées de l'Ami des hommes.

  • 95 Cf. le serment que prêta le duc de Montausier en entrant en charge auprès du Grand dauphin, maintes (...)

92Dans le premier tome de cet ensemble didactique, truffé de préambules et de résumés, Mentor est mis en scène, justifiant sa fonction et son engagement personnel, jouant en permanence avec la double identité de son disciple : d’un côté, un enfant placé sous son autorité, dont il faut se concilier la volonté, de l’autre, la personne royale à qui l’on doit déférence et obéissance95. Sa problématique se résume en ces termes : Mon devoir est de vous conduire au vôtre, en agissant simultanément au nom de l’amitié : votre bien présent et à venir et au nom de la raison : le bien de tous pour lequel vous êtes né.

  • 96 C.-F.-X. Millot, Dialogues et Vie du duc de Bourgogne... ouvrages {...] dédiés à SM.S. Mgr le Princ (...)

93Fermeté et persuasion doivent venir à bout de la répugnance pour l’étude et faire accepter l’existence des autres maîtres. Curieux trio élève princier-gouverneur-précepteur(s) dont donne idée le témoignage de l’abbé Millot96, précepteur du duc d’Enghien qui avait alors pour gouverneur M. de Virieu.

94Ici, c’est un petit Émile princier qui pose pertinemment la question de l’utilité de ce qu’on veut lui enseigner : À quoi bon le latin ? À quoi bon l’histoire ? Tant il est vrai qu’“enseigner n’avance que le Maître” et que “l’homme ne retient que par l’exercice de sa propre intelligence”. Dans une stratégie éducative digne de celle du gouverneur d’Émile, un contrat raisonné est passé avec l’élève ; non sans humour, le jeune prince rend compte de sa résistance mais peu à peu devient réceptif à la science qu’on lui a promise : la “Science de la vie humaine”, qui déterminera son vouloir dans l’exercice du pouvoir.

95L’Education d’un prince est un dialogue plus littéraire qui, non répertorié dans le théâtre de Marivaux, a eu toutefois les honneurs de la scène en 1992. Marivaux reprend dans ce texte empreint de gravité le rôle de Mentor qui, sous la plume de Fénelon lui paraissait comique : les temps ont changé, Louis XV n’a pas répondu aux espoirs que le début de son règne avait fait naître.

96L’éducation de Théodose s’achève et le temps presse pour aborder les questions importantes ; mais comme l’attention du prince est ailleurs et qu’il a pu concevoir de l’irritation à l’encontre de “l’homme bien incommode” qu’est un gouverneur, Théophile évoquant les services rendus, semble exiger sa reconnaissance, solliciter son affection et sa confiance. Il anticipe sur le temps où sera en jeu l’amour réciproque entre le roi et son peuple...

97Enfin voici l’élève en état d’entendre une parabole sur l’égalité naturelle qui ébranlera ses certitudes ; ce n’est pas une “morale de conversation” mais une “vérité d’usage”. Les mots se heurtant à l’épreuve de la réalité, Marivaux-Mentor devra revenir à la charge avant, comme Pilpai dans le Naufrage des isles flottantes..., de confier son élève au guide de sa propre raison.

  • 97 Ou Que ne pas faire ? Le gouverneur d’Émile inventera ainsi sa méthode...
  • 98 Marivaux, L'Éducation d'un prince, op. cit., pp. 516-17.

98Ces textes qui donnent à voir la relation pédagogique à des âges différents mais tout aussi cruciaux de l’élève dépassent les préoccupations spécifiques d’un instituteur de prince en restant au niveau du que dire ? alors que le praticien se demande le plus souvent que faire ?97 Que dire à son élève qui n’a pas encore découvert le plaisir d’apprendre ? Que dire au jeune homme qui avoue que son gouverneur l’a quelquefois “gêné”, contrarié ? Mais pour ce zèle ingrat au nom de la gloire future du prince, il a fallu du courage ; il eût été lâche d’épargner au prince “la peine de devenir vertueux et raisonnable” et de le gâter98...

99Il est difficile d’instruire sans déplaire or il n’y a pas de plus grand désir que de plaire au prince... Les hommes de lettres portent un regard pessimiste sur l’entourage royal dont l’influence est jugée pernicieuse. La figure du gouverneur se dresse pour veiller...

2. L’instituteur et le courtisan

100Une partie inégale se joue entre le courtisan hypocrite qui, pour assurer quelque intrigue, flatte les passions du gouvernant et l’honnête mentor qui prétend le rendre digne de son pouvoir en développant ses facultés de discernement. Dans la fiction, la flatterie est étrangère au code de l’amitié dont elle peut cependant prendre le ton persuasif, la droiture et la vertu l’emportent...

  • 99 Entendons bien le verbe flatter, ; qui en l’occurrence, cumule presque toutes les acceptions relevé (...)
  • 100 Dans son article Education, J.-J. Fillassier se sert à ce propos d’une anecdote plaisante : “Le déf (...)

101Mentor échappe à la complaisance mensongère qui environne le prince. Voudrais-je vous mentir ? Voudrais-je vous flatter ?99 Explicite ou non, l’interrogation est au cœur de toute pratique pédagogique pour ne pas entraver le progrès de l’élève100.

102Ce topos, développé de manière théorique et détaillée dans L’institution du prince de Duguet, sert de trame à une pièce de Madame de Genlis, destinée à la jeunesse et intitulée Vathek, du nom d’un jeune prince arabe dont le vertueux gouverneur Almanzor est en butte aux jalousies et aux cabales de la cour. L’intrigue est bâtie sur l’opposition caricaturale des deux figures de l’odieux courtisan et de l’instituteur modèle mais n’est pas dénuée d’une certaine force démonstrative...

  • 101 Vathek, op. cit., II, 1, p. 210.
  • 102 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 23.

103La Cour constitue un excellent champ d’observation pour étudier la nature humaine et comprendre que “le bien public dans la balance ne pèse pas un grain contre l’intérêt personnel”101. Grâce à la vigilance d’Almanzor, le fils du calife saura déjouer les pièges : il aura appris à se connaître, à se juger avec sévérité afin de déconcerter les louanges en leur offrant un front insensible. À seize ans, Vathek peut entendre ses vérités avec plaisir, “comble du bonheur”102 pour un gouverneur...

104Tous les moyens sont bons pour apprendre au prince à reconnaître le langage de la “vérité salutaire”.

  • 103 Adèle et Théodore, op. cit., t. 3, Lettre XXVIII.

105Pragmatique, le comte de Roseville103 imagine un triple voyage pour que le prince découvre qui, du comte de Stralzi, son favori, ou du baron de Sulback plus discret, est l’homme auquel il doit accorder sa confiance. Chacun sera chargé d’établir un mémoire confronté à celui du prince qui se sera rendu en personne dans les provinces pour acquérir une double connaissance : celle de son peuple et celle de la véritable amitié. Car pour connaître la vérité, il est bon de tout examiner par soi-même...

106Dans la pratique, c’est un Condillac habile qui s’évertue à faire passer le message jusque dans les exemples grammaticaux destinés à apprendre “l’art d’écrire” à son élève :

  • 104 “Traité de l’art d’écrire” in O. C., op. cit., vol. 5, p.219.

“Aux yeux des flatteurs vous êtes charmant ; mais aux yeux de votre gouverneur et de votre précepteur, l‘êtes-vous ?”104

3. Le maître de sensibilité

  • 105 Mémoires, 1979 (1824), p. 39.
  • 106 Cf. Louis XVI pénétrant dans une chaumière à “trois quarts de lieue de Versailles” durant le terrib (...)

107Certains mémoires tel celui de Madame Campan105 qui s’extasie devant les manifestations de la sensibilité de la jeune princesse Marie-Antoinette – attestent que l’homme de cour applaudit volontiers la mansuétude ou la générosité du Prince. Le rang conférerait-il aux actes une aura que n’ont point les manifestations communes de la sensibilité des hommes ? Quand le prince, au hasard d’une chasse, pénètre dans une misérable chaumière106 et la comble de ses bienfaits, quelle voix oserait faire fausse note dans le concert de louanges qui s’élèvent ?

  • 107 Vathek, op. cit., I, 2.

108Le gouverneur de Vathek n’accorde pas une valeur outrancière à une bonne action qui n’a rien de plus naturel s’il s’agit d’aider un vieillard à sortir sa charrette de l’ornière ou de soulager sa misère107. “Attendez-vous que je vous applaudisse d’une action qui ne vous coûte rien ?”, gourmande l’instituteur au “visage sévère” dans L’Éducation des Princes de Sénac de Meilhan.

  • 108 Œuvres philosophiques..., op. cit., pp. 280-83.
  • 109 A.-L. Thomas, Ëloge de Louis..., op. cit., p.16.

109Pure hypothèse cependant que l’existence d’un “gouverneur [suffisamment] éclairé” qui ferait entendre au jeune souverain que “[sa] pitié, utile à une famille, est stérile pour l’état”108 lorsqu’il étend ses largesses à un infortuné dont les biens sont saisis ; ne vaudrait-il pas mieux s’attacher à répartir l’impôt en observant la misère des campagnes ? Convaincu que le moyen d’élever le prince à l’idée de justice est de le confronter aux lois de la nécessité qui frappent cruellement une grande partie de son peuple, A.-L. Thomas109 brossa une peinture sincère des “malheurs de la Province”, ce qui valait critique du régime et lui attira des ennuis.

  • 110 J.-B. Massillon, Mémoires de la minorité de Louis XV, 1792, p. 184.
  • 111 A.-L. Thomas, Eloge de Louis..., op. cit. : “Un Prince qui n’a jamais versé des larmes ne peut être (...)
  • 112 Cf. l’article Humanité de Fillassier.

110Généralement, on se contente de jouer sur le pathos en exaltant l’idéal social de la compassion et celui du roi-père tendre et juste. Le gouverneur s’attache donc à susciter les bonnes actions de son auguste élève, attentif à sa capacité de verser ces larmes si prisées au xviiie siècle. Vues par Massillon, ce sont celles du futur Louis XV, après l’exil du maréchal de Villeroi110, par La Vauguyon celles de son petit-fils, à la mort du père dont il lui dédiait le portrait. Ce père disparu s’occupait précisément d’inspirer à ses enfants “cette tendre humanité qui est trop rarement la vertu des Cours”111. Dans la ligne de pensée condillacienne, issue de celle de Locke, l’âme sensible a besoin de la sensation première, directe et s’exerce jusque sur les champs de bataille112.

  • 113 Adèle et Théodore, 1782, vol. 1.

111Il ne suffit pas de faire éclore le “sentiment d’humanité” : les signes doivent en être visibles, au besoin avec ostentation. Habile dans la mise en scène pédagogique, Madame de Genlis offre un bel exemple de théâtralisation d’un geste de générosité dans la Lettre xlvii du comte de Roseville113. On y appréciera la pulsion scopique des protagonistes qui plonge le lecteur dans une scène de genre larmoyante, à la Greuze. On jugera de cette “Journée intéressante” s’il en est pour l’élève et son gouverneur, ce dernier jouissant véritablement de son ouvrage. On s’interrogera sur le spectacle corollaire des “plus touchans témoignages de la plus vive reconnaissance” des bénéficiaires de cette expérience de bienfaisance, “aussi honnêtes que malheureux”, comme il se doit...

  • 114 Allusion aux réformes fiscales de Turgot suivies des mesures d’économie qui valurent à Necker sa di (...)

112Une fois de plus, la sensation qui engendre le sentiment ne débouche pas aussi vite sur l’idée et la leçon politique sur la question de l’impôt se fait attendre... Un voyage dans ses provinces fait prendre au prince la mesure des réalités du pays et des besoins de ses sujets. Mais l’on reste dans les termes convenus de “gloire” du prince, de “félicité” du peuple ; à défaut d’avoir inspiré à son élève “l’aversion des impôts”, à défaut de l’avoir convaincu qu’il serait équitable de faire payer les riches bien que leurs protestations soient les plus à craindre114, le comte de Roseville, dans la Lettre xxxvii, a éveillé sa compassion à l’égard des pauvres...

113Si la sensation est principe de philosophie et forme à l’idée du malheur, rien n’égale les artifices pédagogiques que la fiction déploie pour une instruction plus épineuse : celle de l’égalité de naissance.

4. De l’égalité de naissance

  • 115 Démétrius ou l'éducation d'un prince, 1790, p. viij.

114À consulter la définition de l’égalité dans l'Encyclopédie, si l’on rapporte le principe énoncé par le chevalier de Jaucourt aux prérogatives royales, il est clair que la notion d’acquisition de “droits particuliers” ne remet pas en cause la suprématie du pouvoir. La seule question préoccupante pour Mentor115 est de donner la conscience du rang sans exacerber l’orgueil dû à la naissance.

  • 116 Les Veillées du Marais, VI.me Veillée, op. cit., p. 183.
  • 117 Vareilles, Lettres sur...,. op. cit., p. 69.
  • 118 L.-S. Mercier, “Instituteur” et “Naissance d’un Prince” in Tableau de Paris, t. 5.

115Comme l’Ariston de Chambert, tous les mentors (chez Rétif de La Bretonne116, Madame de Genlis, etc.) sont confrontés à ce dilemme : que l’homme devienne roi ou que le roi soit homme et chacun martèle à sa manière ce qui doit devenir une vérité d’évidence : que le roi “n’est qu’un homme ordinaire, que la Providence a dévoué à tous les embarras du Trône ?”117 et qu’il doit aspirer avant tout au nom d’homme118,

  • 119 Premier et second entretien sur la condition et sur l'éducation des princes, t. 1, p. IX.
  • 120 De l'éducation des princes, t. 1, pp. 276-79.

116Ne faudrait-il pas élever les monarques autrement, en leur laissant ignorer leur naissance ?, s’interroge J.-N. Moreau119. Mais par quel subterfuge ? En admettant qu'elle soit possible, Sénac de Meilhan120 pense que l’édifice d’une telle éducation ne tarderait pas à être détruit dès que l’élève découvrirait son rang.

  • 121 Démétrius..., op. cit., t. 2, pp. 40-41.

117Passant outre à ces considérations, la fiction propose ses solutions. Dans Démétrius, c’est un roi qui en forme un autre à l’instar du musicien habilité à enseigner la musique. Ariston, le disciple de Platon, avait abdiqué pour “se livrer aux soins pénibles et assujettissants qu’exige l’éducation d’un enfant” car il n’est rien de plus noble que de “rendre un prince capable de faire le bonheur d’un grand peuple”121. Son élève, le fils du roi de Syrie, est resté dix-neuf ans loin des honneurs. Il sera choisi par “la justice et le vœu public” pour son seul mérite, au cours d’une scène attendrissante de reconnaissance filiale et de célébrations dont Ariston n’est pas écarté en dépit de sa modestie.

118Le mentor de Mirabeau-père ne ménage pas ses effets en confrontant son sang à celui du prince, dès le premier écart de vanité, par un coup de poinçon sur la main. Marivaux a recours à l’apologue de ce roi d’Asie qui imagina de faire porter le fils de l’une de ses esclaves dans l’appartement de la princesse qui venait elle-même de mettre au monde un garçon. Consternation du prince que l’on presse de reconnaître “les caractères de grandeur” qui doivent distinguer son auguste sang d’avec le vil sang des autres... Il lui faut bien admettre que la nature n’a rien fait de particulier pour les rois. Il rougit de son orgueil passé et tiré de l’erreur, est jugé digne de régner. Mais rien n’est jamais acquis...

  • 122 Conseils à un jeune prince qui sent la nécessité de refaire son éducation..., 1787-1788, p. 86.

119Certaines éducations sont à refaire, sous-entend le comte de Mirabeau – qui, pour sa part, eût certainement voulu en avoir une différente – lorsqu’il écrivait ses Conseils à un jeune prince qui sent la nécessité de refaire son éducation. Loin de l’enseignement de Bossuet qui faisait descendre du Ciel les vérités et la monarchie, l’examen à reprendre en profondeur serait celui de l’histoire122. Celle-ci supplée au temps et à l’expérience et par la seule généalogie, enseigne aux “Fils de France” que “l’avenir pourrait bien ressembler au passé”. En remontant aux plus lointains aïeux, on s’expose à trouver des hommes de peu. L’instituteur encourage son élève princier à réfléchir aux origines de la royauté et l’invite à une remise en cause de sa propre personne...

  • 123 Discours sur la condition des grands...

120Mais tout n’avait-il pas déjà été dit dans la parabole de Pascal123 qui fonctionne toujours aussi efficacement pour rappeler que le titre de roi n’est, pas plus que ceux des grands du royaume, “fondé sur la nature” ?

5. Mentor et le pouvoir

  • 124 Des mœurs..., op. cit., p. 86.
  • 125 Souvenirs, op. cit. Cf. C. Hermelin, p. XII.

121Prudents, les auteurs mettent à distance la question de la monarchie héréditaire et de l’essence divine de la royauté en feignant de croire que l’arbitraire est impossible. Ils ne contestent pas la légitimité de la puissance royale124 mais se défendent d’avoir soutenu le despotisme, parfois énergiquement comme J.-N. Moreau125, dans des lignes, il est vrai, écrites après cette période de bouleversement politique qui donna à beaucoup le besoin de se justifier.

122Marivaux prête à Théophile de prudentes protestations : il ne veut pas “faire le philosophe”, il n’entend pas entamer les prérogatives royales qui lui sont “chères” et même “sacrées” puisque le roi les tient non seulement des hommes mais aussi de Dieu... Mais en bon émule du Mentor de Fénelon, ce mentor emblématique se propose d’aider le dauphin à tempérer lui-même le pouvoir royal en devenant “raisonnable” et “vertueux” et à fonder sa puissance en s’attirant la vénération et le respect du peuple.

  • 126 Lettres sur..., op. cit., p. 69.

123Cela vaut-il critique du gouvernement existant ? Peut-on suspecter Vareilles126, par exemple, de croire que se réalisait cette “Politique noble & vaste dans ses desseins” décrite autour des “quatre points fixes”, des “quatre intérêts inséparables” que sont les intérêts de Dieu & de l’Etat, ceux du Monarque & de ses voisins ? Ne le surprend-on pas au détour d’une page, esquissant un tableau critique de la situation du pays engagé dans la guerre de sept ans ? On pense généralement que la puissance du roi et la liberté du peuple sont garantis par le respect des lois avec la crainte qu’exprimait Locke que celles-ci n’aient d’effet que du vivant de ceux qui les ratifient. Nous savons ce que valent ces manières de considérer La France comme une pépinière de “bons princes” ; si la flagornerie vis-à-vis des monarques ne s’estompe pas du jour au lendemain, il faut concéder aux auteurs de textes sur l’éducation du prince, qu’il s’agit toujours dans leur esprit du “bon roi” à venir...

  • 127 Réédité en 1784, le Discours sur l'histoire universelle... fut imprimé par ordre du roi “pour l’édu (...)
  • 128 Dix ans plus tôt, c’était l'Examen de Conscience d'un Roi, publié en 1734 puis censuré jusqu’à l’av (...)

124Dans la seconde moitié du siècle, la partie semble toujours se jouer entre Montausier-Bossuet127 et Beauvilliers-Fénelonl128. D’un côté, le souci de la puissance temporelle du monarque ; de l’autre, de pures considérations de justice, de générosité et de raison. Fénelon contre Machiavel... Cela justifie que l’on porte attention à la formation du prince.

  • 129 Lettres sur..., op. cit., p. 72.

125Comment convaincre le prince qu’il affaiblit son pouvoir à vouloir trop l’étendre, que “substituer la servitude à la liberté”, c’est “saper les fondements de sa puissance”129 ? Le gouvernement a pour fin de procurer le bonheur au peuple et l’instituteur du prince est exhorté à tout mettre en œuvre pour le bonheur du roi, non comme ultime fin mais comme moyen.

126Le malheur, pour le prince, c’est le trône menacé, la stabilité de l’ordre social compromise ; le bonheur, c’est, lorsqu’il possède l’art de ménager les apparences et les susceptibilités, la garantie de l’obéissance de sujets qui se soumettent librement, sans qu’il ait à user de la moindre contrainte. L'auctoritas substituée à la potestas : au-dessus du pouvoir légitime, le pouvoir personnel que confère et sanctionne l’amour et l’estime du peuple.

  • 130 Des mœurs..., op. cit., pp. 95-96.
  • 131 Directions pour la Conscience d'un Roi, op. cit., p. 96.

127Sinon les dépositaires de la prospérité publique ne sont rien que “de vains fantômes abandonnés par les loix qu’ils ont violées, par les Peuples qui faisoient leur force & qu’ils ont affaiblis & opprimés”130. On n’en finit pas de brandir la vision d’une forme d’enfer pour les mauvais rois, de les plaindre et de les excuser131.

128La permanence de l’attachement des Français – les lecteurs de Télémaque et les autres – à la personne du roi et à la royauté ne fait aucun doute, comme en témoignent les messages adressés à Louis XVI lors de son avènement.

129Textes propitiatoires, formules de conjuration... Chambert en offrira l’un des derniers exemples, significatif. Lorsqu’il écrivait son Démétrius..., il occupait le poste de secrétaire du lieutenant civil du Châtelet, dans cette période d’euphorie où les Français croyaient au respect de la Constitution.

  • 132 Démétrius..., op. cit., préface, p. xiv.

130En un hommage appuyé et emphatique, l’ouvrage est dédié au prince “irréprochable” qui est toujours “le père de la nation” mais qui verra désormais “la loi au-dessus de lui”132.

131Singulier aveuglement de tous ceux qui imputent les erreurs du roi aux mauvais conseilleurs, qui glorifient Necker, et qui croient que leur “père commun” se jette de bonne foi “dans les bras de sa nation” en arborant la cocarde.

  • 133 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 26.

132Pour éviter le pire, était-il réellement possible au prince d’opter entre les modèles contrastés que les leçons d’histoire de sa jeunesse lui avaient offerts, entre “les délices du genre humain” et “le fléau des mortels”, la “honte de l’humanité”133 ?

 

  • 134 V. Jamerey-Duval, Mémoires de Valentin Jamerey-Duval..., op. cit., p. 310.
  • 135 S. Maréchal, Le Jugement dernier des Rois, Prophétie en un acte et en prose, Jouée sur le Théâtre d (...)

133Tout au long du siècle, on veut croire que la “fortune des états” repose entre les mains de ceux qui sont chargés de l’éducation des dauphins. Adulateurs, ils ne servent pas la Patrie mais la personne du Prince dont ils exaltent la grandeur suprême, perpétuant par là-même “les maximes pernicieuses”134 qui avilissent le peuple et le livrent à la tyrannie. Probes et désintéressés, ils ont droit à la vénération. Valentin Jamerey-Duval en vient à souhaiter leur comparution devant un “tribunal représentatif de la nation” qui se ferait l’interprète de la reconnaissance ou de l’opprobre publique... Mais il y a bien loin dans les consciences jusqu’au “jugement” des rois de Sylvain Maréchal135.

134Sur la voie mystificatrice tracée par l’archevêque de Cambrai, d’un duc de Bourgogne à l’autre, les auteurs qui se proposaient de former le prince à un bon usage du pouvoir n’avaient fait que défendre le conservatisme social et politique le plus étroit...

  • 136 Louis-Philippe, Mes mémoires, 1773-1793, 1973.

135Y a-t-il antinomie entre la morale du Télémaque, ou même les idées des philosophes, et la notion d’absolutisme, véritable dogme légué de fait aux jeunes princes ? Le comte de Paris, publiant les mémoires de son aïeul, Louis-Philippe pour le bicentenaire de la naissance du roi des Français136, impute les déboires de Louis XVI à cette contradiction entre le principe monarchique et la nature de son éducation, impossible à assumer... Quant à Louis-Philippe, il prétend que l’éducation de Madame de Genlis lui a permis de résoudre la contradiction en faisant de lui un républicain convaincu... Ainsi va la croyance en l’influence du personnel éducatif sur le comportement et les décisions des disciples quand ils sont parvenus à l’âge de leurs éminentes responsabilités.

  • 137 Des mœurs..., op. cit., p. 284.

136Les places n’étaient donc pas uniquement prisées pour les honneurs afférents. La coutume respectée pendant un siècle et demi – selon laquelle seul un homme d’Église peut être précepteur – n’était pas innocente... Et l’Académie recevant en 1761 un M. de Coëtlosquet, évêque de Limoges en 1739, précepteur du duc de Bourgogne en 1758, ne faisait que célébrer en lui l’artisan potentiel de la “félicité publique”. S’il y eut jamais une idée communément partagée au xviiie siècle, ce fut bien celle du pouvoir de l’éducation, susceptible à terme de former des législateurs capables d’opérer les changements nécessaires dans l’administration publique. Mais ceux-ci sont renvoyés aux calendes grecques tant les obstacles sont grands à la conjonction de la “volonté des Peuples” et du “consentement éclairé des Rois”137. Malgré toutes les calamités promises aux “mauvais rois” dans les textes et discours destinés à l’édification des jeunes princes, rien ne laissait prévoir l’Événement de 1789 en dépit des prophéties, ou plus exactement des craintes exprimées... Tout simplement parce que la nature du pouvoir n’était pas remise en cause...

  • 138 Cf. “L’écolier et la cloche”, Leçon VI, p. 63 in Leçons du fils aîné d'un roi, 1789.

137Cependant, Morelly, qui assurément considérait la démocratie comme la meilleure forme de gouvernement, avait insisté sur le fait que les prérogatives d’un Prince ne sont point un droit de la nature, qu’un contrat est passé avec la société et que nulle nécessité n’est faite aux hommes de se donner des maîtres. Puis, après la magistrale leçon de politique de Jean-Jacques Rousseau, le libertaire Sylvain Maréchal marqua en 1789 l’étape la plus importante dans le cheminement des idées si bien que l’ouvrage où, par-delà son antimonarchisme, il dénonçait la notion de pouvoir fut saisi par la police. Piètre éducation des enfants des rois : la loi ressemble à la cloche qui sonne pour appeler chacun à son devoir mais on ferme les yeux sur la conduite de l’écolier riche qui contracte de mauvaises habitudes138.

138Alors que la France secouait le joug de ce qu’on allait appeler l’Ancien Régime et que l’Europe avait les yeux tournés vers elle, les jeunes princes poursuivaient leur éducation et leurs mentors essayaient de se mettre au goût du jour. Curiosité ou conviction ?

  • 139 Lettre du 10 novembre 1763.
  • 140 Adèle et Théodore..., op. cit., t. 1, pp. 169-70.

139La question se pose pour Madame de Genlis. À l’époque de la parution de la célèbre brochure “Qu’est-ce que le Tiers-État ?”, le prince de la maison d’Orléans frottait son esprit aux idées les plus avancées. Il dit avoir pris conscience que les institutions monarchiques françaises lui semblaient caduques et avoir situé l’idéal de gouvernement dans la Constitution américaine. En outre, il avait eu connaissance de la lettre de Rousseau adressée au Prince Louis-Eugène de Wurtemberg139 et en avoir souligné les paradoxes susceptibles d’influencer les esprits, ceux des jeunes portés à l’enthousiasme et celui d’une “femme exaltée”. Opportunisme plus qu’exaltation, si l’on en juge par les propos que Madame de Genlis prêtait, une dizaine d’années auparavant au comte de Roseville, choqué par le refus de Rousseau d’élever le fils d’un prince, c’est-à-dire de renoncer à une “condition qui donne la possibilité de faire tant de bien, tant d’heureux”140, “Quelle fausse philosophie !”, ajoutait-elle alors, tant il est vrai que l’idée d’un monarque capable de faire respecter les principes de la religion garante des bonnes mœurs et de la paix publique inscrites dans les lois lui suffisait.

  • 141 Catherine II ordonna au prince Stroganov de rappeler son fils, avec défense de laisser pénétrer son (...)
  • 142 V.-M. Daline, “Romme, R Stroganov et la cour de Russie” in Romme. et son temps..., op. cit., p. 71.

140Les principes de Gilbert Romme sont-ils plus révolutionnaires ? Depuis mai 1779, Romme était le précepteur du jeune comte Pavel Stroganov, dit Popo. Il avait passé plus de cinq ans en Russie puis voyagé avec son élève en Suisse et en France pour se fixer à Paris au début de la Révolution. En 1790, le comte avait été reçu au club des Jacobins sous le pseudonyme de Pavel Otcher et Catherine II141 s’en inquiéta au point de le rappeler en Russie pour le soustraire à l’influence dangereuse de cet “écervelé”142 de Romme. L’exaltation patriotique et civique du député auvergnat n’aurait-elle pas été propre à importer la Révolution en Russie ?

  • 143 Romme se suicida le 17 juin 1795 afin d’échapper à l’exécution infamante en place publique.
  • 144 Il ne manqua pas de faire avec son élève un pélerinage à Ermenonville le 9 août 1790.

141On ignore le plus souvent que Gilbert Romme fut le précepteur d’un comte d’Empire appelé à de hautes fonctions (conseiller du tsar Alexandre Ier) pour ne retenir qu’il fut l’un des derniers montagnards, “martyrs de prairial”143. Or il avait pourtant consacré à cette éducation de “prince” onze années de sa vie, appliquant des principes parfaitement rousseauistes144.

  • 145 Madame de Genlis émigra en décembre 1792.

142Ces figures sommairement campées sont celles de deux mentors surpris par un événement auquel il leur fallait s’adapter et dans lequel seul le second s’impliqua145.

  • 146 J.-N. Bouilly, “Notice sur Berquin” in L'Ami des enfans, 1829.

143Aux heures graves de la Révolution, “le poste éminent” de précepteur du fils de Louis XVI n’était pourtant plus “de nature à exciter l’envie, à chatouiller l’ambition”146 à en juger par la frayeur d’Arnaud Berquin qui fut sollicité par la section de Saint-Joseph, lorsqu’on ramena le roi à Paris.

  • 147 “Rapport par Démeunier sur la nomination du gouverneur de l’héritier présomptif (28 juin 1791)”, in(...)

144En effet, au lendemain de l’arrestation du roi à Varennes, parmi les questions diverses qui survenaient au jour le jour, l’Assemblée se préoccupa jusqu’en septembre de la nomination d’un gouverneur pour le dauphin147.

145Dans les débats commencés le 28 juin 1791, notons la récurrence de l’adjectif “important” tant dans le discours de Delavigne, suppléant au Tiers, pour lequel il y allait de l’intérêt public de faire un bon choix que dans celui du marquis Louis Foucauld de Lardimalie, terme repris par le rapporteur Démeunier pour qualifier les fonctions qu’il s’agissait de déléguer.

146Le profil moral du gouverneur fut défini par le ci-devant Delley (P. Dedelay) : “une probité sans tache, un grand patriotisme et des notions éclairées sur l’avantage de la constitution.”

  • 148 Cf. Le Logographe, Journal national du jeudi 30 juin 1791 ; 17 du douzième mois, seconde année de l (...)

147Mais où trouverait-on un tel homme ? Était-il séant de le prendre au sein de l’Assemblée ? À Paris seulement ou dans les départements ? etc. ; le débat s’enlisa dans la question de savoir si des membres de l’Assemblée nationale pourraient être élus ou non à la fonction de gouverneur. Démeunier pensait que seul un député possédait les qualités requises. Les objections du comte Defermon puis de Petion148 qui rappela fermement la véritable mission de l’Assemblée, portèrent sur un point constitutionnel : l’incompatibilité du mandat de député avec toute autre fonction. Après tout, à défaut de talents, les “vertus morales et civiques” des citoyens étaient faciles à connaître, il serait possible de trouver l’homme qui convenait à la situation.

148Question décisive que celle de la responsabilité du gouverneur. Lui confierait-on ou non la nomination des personnes attachées au service de son élève, l’héritier présomptif ? Sa responsabilité serait “illusoire”, déclarait le baron d’André, s’il n’avait pas “le choix des agents secondaires”. Par ailleurs quid des droits paternels ? Pouvait-on “ôter à un père toute espèce d’autorité et de relation avec les personnes qui environ [aient] son fils” ? Remous dans l’assemblée ; l’orateur, par un effet de prétérition, demanda alors l’ajournement de la question pour des “motifs de sensibilité”...

  • 149 Cf. l’article 4 du “Projet de décret du 10 septembre 1791” in Archives parlementaires, op.

149Enfin l’on se rendit au point de vue de Buzot qui trouvait “indigne d’un député à l’assemblée nationale de quitter ici son poste pour être gouverneur de M. le dauphin”. En revanche, le législateur n’était pas prêt à abandonner son droit de regard sur le système d’éducation et son contenu moral149.

150L’enfant – fût-il royal – était dorénavant enfant de l’Etat.

151La passion et l’aspect pointilleux d’un débat, dont il est difficile de sentir l’intérêt immédiat pour l’Assemblée – mais qui n’est pas étranger à la tentation permanente du gouverneur du prince de devenir législateur – révèlent la permanence et l’authenticité de la préoccupation du siècle pour l’éducation princière, avec ses poncifs et son lexique. Un siècle de philosophie des Lumières, une première révolution sanglante, la trahison du Roi ne changeait fondamentalement rien dans les rapports entre le roi et ses sujets...

152En examinant l’origine des intervenants, on aura cependant observé que cette préoccupation n’est véritablement le fait que de ceux qui ne sont pas destinés à s’engager dans le processus révolutionnaire en marche : avocats ou médecins qui s’empresseront de retourner dans leur province, une fois leur mandat expiré (Dominique Garat par exemple) et de loyaux monarchistes dont certains émigrèrent en 1792 (le marquis H.-J.-R. Toulongeon, d’André etc.). Pour ce qui est des objections et des réticences, elles émanent de députés révolutionnaires tels que Buzot, Prieur de la Marne, Reubell, etc. qui siégèrent plus tard à la Convention... Il est évident que, ne remettant pas en cause la forme de la monarchie au sens du gouvernement d’un seul et de la magistrature suprême dévolue par l’hérédité, l’éducation du prince reste un enjeu majeur pour ceux qui veulent donner au roi puissance d’intervenir dans la loi pour en suspendre les effets ; quant à ceux qui veulent le réduire au “rôle passif de simple exécuteur”, peu leur importe “qu’il arrive sur le trône avec des talents et des ver" tus.

  • 150 H. Druon s’émeut sur le sort de l’enfant qui fut transféré loin des siens en juillet 1794 et livré (...)

153Dès lors, on comprend à la fois la longueur du débat et les ajournements successifs du décret : la loi réglant l’éducation du “prince royal” ne fut jamais votée, bien qu’une liste de quatre-vingt-onze candidats au poste de gouverneur eût été préparée et fut publiée dans le Moniteur du 4 juillet 1791... Il faudra la déposition du roi, l’emprisonnement de la famille royale au Temple, pour que les débats rebondissent sous une forme plus appropriée à la situation, la préoccupation de l’éducation de l’enfant royal étant alors principalement celle de son père... Si elle suscite quelque émotion, la question de l’éducation de l’héritier présomptif n’offre alors plus guère matière à s’étonner150.

  • 151 “Opinion, non prononcée de Mirabeau sur l’éducation de l’héritier présomptif de la Couronne et proj (...)

154C’est dans le texte de Mirabeau151 que la réalité rejoint toutes les fictions qui n’ont cessé de brandir le palladium de l’éducation contre la tyrannie et qui ont nourri les hommes du siècle. Il s’agit toujours d’influer sur la volonté de ceux qui détiennent le pouvoir en les formant ; la solution proposée ne relevait jusqu’alors que de la littérature.

155Sur une double proposition de l’organisation du pouvoir exécutif et de l’éducation du roi parmi ses semblables, Mirabeau soumet à l’Assemblée un projet de décret. Il y est toujours question des modalités de nomination des maîtres, mais pour la première enfance seulement ; quant au plan d’éducation, il sera dressé par l’Académie nationale. On retiendra l’élément le plus neuf qui réside dans l’article 5 :

“Aussitôt que le prince futur sera sorti de la première enfance, il suivra régulièrement les cours d’une école publique désignée par le Corps législatif. Là, traité sans aucune distinction, comme les enfants des autres citoyens, c’est d’eux-mêmes qu’il recevra les leçons les plus importantes, celles de la morale et de l’art de vivre avec les hommes.
Quand ses premières études seront terminées et que des progrès véritables le rendront digne de figurer parmi l’élite de la jeunesse française, il prendra place au milieu d’elle, dans le lycée national, où son éducation s’achèvera dans le même espace de temps, suivant les mêmes formalités et aux frais du public, comme celle des autres élèves.”

156Le tribun mourut le 2 avril 1791 avant d’avoir prononcé son discours, son projet ne reçut aucun écho. À vrai dire, le régime nouveau dont il désirait la fondation n'était que le vieux rêve de délivrer la royauté des dangers qui environnent le trône et de lui rendre impossible tout abus... Et le problème n’était que déplacé : les questions que soulevaient le choix, les attributions de l’instituteur du prince et ses compétences, son image même, se poseraient désormais pour l’instituteur du peuple et du prince... Comment garantir dès l’enfance cette égalité de principe entre des hommes que seuls leurs mérites personnels et leurs talents doivent distinguer ? Les mérites et les talents ne resteraient-ils pas en partie attachés à la naissance, une fois les préjugés vaincus ? Quittons la personne du prince et de son mentor, à la rencontre de cet instituteur des enfants du peuple, personnage emblématique et instrument pour des temps meilleurs...

Notes

1 P. Chambert, Démétrius ou l'éducation d'un prince, 1790.

2 J.-F. Marmontel, Bélisaire, 1767.

3 M.-R. Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs, de la Puissance, du Courage et des Loix considérés relativement à l'Éducation d'un Prince, 1784, p. 10.

4 F. de Salignac de la Mothe Fénelon, Les Aventures de Télémaque, 1987, (1699), Cinquième livre.

5 ... où la charge de gouverneur et de précepteur impliquait l’admission.

6 F.-M.-T. de Baculard d’Arnaud, Œuvres, 1972 (1803), Préface, en note pp. ix-x.

7 A.-H. Wandelaincourt, Vues sur l'éducation d’un prince, 1784, p. 88.

8 Mme de Genlis, Adèle et Théodore, 1782, t. 2, Lettre XXXVIII

9 A.-P.-J. de Quélen, duc de La Vauguyon, Recueil pour Monseigneur le comte d’Artois, t. 2, 11, Mss Arsenal 2325 (35 S A. F.), 232 ff, qui contient en outre, des éloges d’Henri IV, des panégyriques de Louis XIV attribués à divers auteurs, les Dernières paroles de Louis XIV au Roi Louis XV son arrière-petit-fils (8), un Extrait des mémoires de Madame de Maintenon sur les vertus de Monseigneur le Duc de Bourgogne père du Roi (9), un Entretien avec Monseigneur le dauphin sur les vertus du Roi.

10 Fénelon, Directions pour la conscience d'un Roi composés pour l’instruction de Louis de France, duc de Bourgogne..., 1747 (1734, Examen de conscience pour un roi, d’après le manuscrit déposé chez le duc de Beauvilliers).

11 Le Retour de l'Âge d’or ou le Régne de Louis XVI, Poëme, présenté à la Reine, par M. Gallois (J.-A. Gauvin, dit), 1774.

12 J.-F. Vauvilliers, Idylle sur la naissance de Monseigneur le dauphin..., 1781.

13 Cf. Abbé Proyart, Vie du dauphin, père de Louis XVI écrite sur les Mémoires de la Cour ; enrichie des écrits du même Prince, 1781, 2 vol. Et Abbé Boulogne, Éloge de Louis dauphin de France, père du Roi, 1781.

14 La Vauguyon, Portrait de feu Monseigneur le Dauphin, 1766.

15 Puget de Saint-Pierre, Les Aventures de Périphas, descendant de Cécrops..., 1761.

16 Marivaux, “Télémaque travesti” in O. C., 1972 (édition de Paris, 1781 ; première édition en Hollande, 1736).

17 J.-B. de Junquières, L’Élève de Minerve, ou Télémaque travesti, en vers, 759 (1752).

18 Marivaux, Télémaque travesti, 1956 (1736) : cf. Introduction et commentaires de F. Deloffre. Première édition complète.

19 Cf. L’art de lire dans l’esprit des gens. Marivaux présenté par lui-même, 1992.

20 Ibid., pp. 723-28 ; ce sera aussi le mot de la fin où Marivaux dit que l’on aura “sans doute conduit” Phocion aux Petites Maisons, asiles de fous mais aussi lieux d’enfermement des gens qu’on estime dangereux à la société...

21 Ibid., Livre neuvième, p. 859.

22 Ibid., Livre cinquième, p. 811.

23 Marivaux, Télémaque travesti, op. cit., Livre quatrième, pp. 790-91.

24 Ibid., Livre second, p. 761.
Cf. M. Gilot, “Les journaux de Marivaux. Itinéraire moral et accomplissement esthétique”, 1974, où l’auteur établit un rapport étroit entre les premières œuvres parodiques de Marivaux et les années de formation du jeune Pierre Carlet. Une piste à suivre pour une étude moins générale que celle-ci.

25 Rétif de La Bretonne, Les veillées du Marais, ou histoire du grand prince Oribeau, 1788 (1785).

26 Les hommes de xviiie siècle pensent comme Rétif qu’il “sort souvent des rides de la peau, des paroles pleines-de-sens.” Ibid., Ire Veillée, p. 77.

27 Vareilles, Lettres sur l'éducation des Princes, op. cit., 1757, pp. 4-5.

28 J.-J. Duguet eut une grande réputation de professeur chez les oratoriens. L’Institution d'un Prince..., composée vers 1699-1700 et publiée en 1739, lui avait été demandée par l’abbé de Tamiers en Savoie pour l’éducation du jeune Prince de Piémont.

29 Morelly, Le Prince Les délices des cœurs, 1751, t. 1 : La “bonté du cœur” est ce “penchant aimable” qui incline le Prince à “associer à son bonheur le reste des hommes.”
Cf. La Basiliade, op. cit. : le prince doit se montrer “le plus accessible & le plus humain de tous les mortels.”

30 Puget de Saint-Pierre, Histoire de Charles de Sainte-Maure, Marquis de Salles, Duc de Montausier, pair de France, Gouverneur de Mgr le dauphin, etc., 1784.
Le duc de Montausier proposait à son élève l’exemple de Saint Louis en qui il devait trouver “la valeur, la grandeur d’ame, la capacité, la bonté, la justice, l’amour des peuples, la charité, la pitié, la sagesse, la magnanimité”, vertus des grands rois et des grands saints.

31 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 67.

32 Mme de Genlis, Discours sur l'éducation de M. le Dauphin..., 90, pp. 25-26.

33 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 68.

34 A.-J. Boucher d’Argis, De l'éducation..., op. cit., p. 12.

35 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 39.

36 A.-L. Thomas, Eloge de Louis Dauphin de France..., op. cit., p. 13.

37 Puget de Saint-Pierre, Histoire de Charles de Sainte-Maure..., op. cit., p. 17.

38 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 25.

39 É. Bonnot de Condillac, “De l’étude de l’histoire” in O. C., t. 15.
En 1778, Condillac avait fait appel à son frère, l’abbé G. Bonnot de Mably, pour rédiger ce volume supplémentaire au Cours d'étude.

40 G. Grivel, Théorie de l'éducation..., 1775, t. 1, Article IL

41 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. 13.

42 Vareilles (J.-M. de L.), Lettres sur..., op. cit., p. 27.

43 Condillac, De l'étude de l'histoire, op. cit., p. 10 : “Demandez-vous souvent : Aristide, Fabricius, Phocion, Caton, Épaminondas, auraient-ils agi ainsi ?”

44 Ibid., pp. 11-12 : “Des Louis XII ont été honorés du titre de pères du peuple. : ces princes voulaient sincèrement le bonheur de leur royaume, mais faute de lumières, ils n’ont jamais pu rien exécuter d’utile à la société.”

45 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. 15.

46 Wandelaincourt, Vues sur l'éducation..., op. cit., p. 80.

47 J.-J. Fillassier, op. cit., 1784, nouvelle édition avec une importante table historique des personnages (1ère éd. 1771), cf. Préface, p. vij.
Dans un autre ouvrage de 1773, Eraste, ou l'Ami de la jeunesse, Fillassier propose “aux pères & mères, & généralement toutes les personnes chargées de l’éducation de la jeunesse”, sous forme d’“entretiens familiers”, une somme de connaissances parmi lesquelles “la morale et l’histoire de la Religion ; la Mythologie, [...], la Géographie, l’histoire de France, &c.”

48 Grivel, Théorie..., op. cit., t. 3, chap. II : De la Fable.

49 Wandelaincourt, Vues sur l'éducation..., op. cit., p. 86.

50 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. 40. Morelly partage ses opinions : “L’étude de l’Histoire doit, en l’amusant, l’instruire de ce qui s’est passé de plus intéressant dans le monde. Un petit nombre d’Historiens choisis, à leurs exemples de solides réflexions, lui apprendront à démêler les maximes d’une sage Politique d’avec celles de l’ambition & de l’imposture ; ils lui donneront enfin les premières leçons de l’Art de connoître les hommes.”
(Cf. Le Prince, les Délices..., op. cit., t. 1, p. 26.)

51 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 42.

52 L’empereur Titus fut surnommé “Les délices du genre humain” en raison de ses bienfaits ; durant son court règne (79-81), il bannit les délateurs, ne prononça aucune condamnation à mort et distribua sans compter des secours à son peuple lors des catastrophes naturelles. On dit qu’il assistait personnellement les malades.
La périphrase a un succès certain auprès de plusieurs auteurs. Morelly dans sa Basiliade nous parle d’un prince qui “faisoit les délices de son Peuple” (t. 1, p. 43) et il intitule son traité d’éducation du prince : Le Prince Les délices des cœurs...

53 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 4.

54 Louis XII et Saint Louis.
Cf. B. Quilliet, Le thème du “bon roi" au XVIIIe siècle ; l'exemple de Louis XII. in “Saint-Denis ou le jugement dernier des rois, 1993, pp. 21-31. C’est Voltaire qui aurait mis à la mode Louis XII, surnommé de son temps (1498-1515) “Le Père du peuple”.

55 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 21.

56 Cf. L'éducation des enfants de France, livret de l’exposition présentée au château de Roche-sur-Loue, d’après les travaux de Pierrette Girault de Coursac.

57 En 1766, on les lui fait imprimer lui-même à l’usage de la cour.

58 Fénelon, Aventures..., op. cit., Livre X.

59 La Vauguyon, Portrait de Feu Mgr le Dauphin, 1776, p. 5 : “Vous avez perdu un Père qui auroit été celui de la France. Le Portrait qui vous est offert deviendra un jour le vôtre.”

60 Abbé Boulogne, Éloge de Louis..., 1781, pp. 27-28.

61 J.-N. Moreau, Principes de morale, de politique et de droit public puisés dans l'histoire de notre monarchie, ou Discours sur l'Histoire de France..., 1775-1789.

62 Moreau, “Épître dédicatoire” in Leçons de morale..., op. cit., pp. viij-ix.

63 L’auteur s’autorise de ce même souci pédagogique dans Les devoirs du Prince... pour justifier son style, qu’il s’agit de proportionner à l’intelligence de son élève.
(Cf. “Avertissement qui se trouve en tête de la Première édition” in Les devoirs..., op. cit., p. xxvij.)

64 Ibid, p. 149.

65 Cf. H. Druon, L'éducation des princes, op. cit., t. 1, p. 282.

66 Moreau, Lettre à M. le P. H. sur l'Objet moral de l'étude de l'Histoire, À Paris le 14 août 1767, op. cit., p. 177.

67 Hilliard d’Auberteuil, Des mœurs..., op. cit., p. v.

68 Mme de Genlis, Adèle et Théodore, op. cit., t. 3, Lettre LIV.

69 Autant dire “une personne sans exemple”. Cf. “Gouverneurs d’enfans de princes” in “Dictionnaire critique et raisonné...”, Mémoires, 1825, t. 10, pp. 200-300.

70 Gouverneur du Grand dauphin dont Bossuet fut précepteur, le duc de Montausier, particulièrement austère avec son élève, était considéré comme l’un des hommes les plus vertueux de son temps.

71 Hilliard d’Auberteuil, Des Mœurs..., op. cit., pp. 11-17.

72 J.-A. Perreau, Mizrim ou le sage à la Cour..., op. cit., p. 104.

73 H. Druon, Histoire des princes, 1897.

74 Esprit de Mably et de Condillac, t. 2, p. 259.

75 Baguenault de Puchesse, Condillac, sa vie, sa philosophie, son influence, 1910.

76 Cf. La Logique, ou Les premiers développements de l'art de penser, 1780.

77 Cf. J.-L. Mann, Origines des doctrines pédagogiques de Condillac, 1903 et J.-L. Labarrière, “Condillac ou le goût de l’instruction” in RPE, 1987, no 1.

78 Esprit de Mably..., op. cit.. t. 2, part. II, p. 286.

79 Mme de Genlis, Essais sur l'éducation des Hommes et particulièrement des Princes, par les femmes..., 1782, pp. 29-31.

80 E. Béguillet, Considérations générales sur l'éducation..., 1782.

81 M. Castillon du Perron, Louis-Philippe et la révolution française, 1963.

82 Cf. la lettre adressée au prince Louis-Eugène de Wurtemberg, le 10 nov. 1763, n" 3017 in C.G., Leigh.

83 A.N., 352 AP7, Avertissement, p. 1.

84 Nous renvoyons le lecteur à l’étude qui lui est consacrée par Dominique Julia dans les Mélanges de l’École française de Rome, MEFRIM, 1997, t. 109, 1, pp. 383-464 : “Bernard de Bonnard, Gouverneur des princes d’Orléans et son Journal d’Éducation (1778-1782)”.

85 D.-J. Garat, Précis historique de la vie de M. de Bonnard, 1785, pp. 75-76.

86 V. Jamerey-Duval, Mémoires de Valentin Jamerey-Duval (1695-1775)..., présentés par J.-M. Goulemot, 1981, pp. 410-12.

87 Dans le même temps que Catherine II lui proposait l'éducation du grand-duc de Russie, Frédéric II lui offrait la survivance de la place de président de l’Académie de Berlin.

88 Basedow, “Épitre dédicatoire à la Société des Philanthropes de Strasbourg” in De l'éducation des princes destinés au trône, 1777.

89 Lettre de Marmontel à la Reine de Suède”, janvier 1767 in O. C., 1968, t. 3.

90 Ibid., Seconde lettre de Marmontel au Prince royal de Suède, 5 oct. 1767.

91 Fénelon, Directions pour la conscience d'un roi..., op. cit., p. 97.

92 E. Béguillet, Considérations générales sur l'éducation et particulièrement sur celle des princes, 1782 : En vain répandra-t-on devant les Princes toute la sagesse du Télémaque, s’il n’y a là un Fénelon pour la faire aimer, & un Duc de Bourgogne pour la goûter.”

93 Éponine ou de la République, 1990 (an VIII).

94 Marivaux, “L’Éducation d’un prince” in Journaux et œuvres diverses, 1988 (1751).

95 Cf. le serment que prêta le duc de Montausier en entrant en charge auprès du Grand dauphin, maintes fois rappelé au cours du siècle : Puget de Saint-Pierre in Histoire de Charles de Sainte-Maure..., op. cit., p. 88, après D-J. Garat qui avait su dramatiser la scène.

96 C.-F.-X. Millot, Dialogues et Vie du duc de Bourgogne... ouvrages {...] dédiés à SM.S. Mgr le Prince de Condé, 1816..

97 Ou Que ne pas faire ? Le gouverneur d’Émile inventera ainsi sa méthode...

98 Marivaux, L'Éducation d'un prince, op. cit., pp. 516-17.

99 Entendons bien le verbe flatter, ; qui en l’occurrence, cumule presque toutes les acceptions relevées par Furetière.

100 Dans son article Education, J.-J. Fillassier se sert à ce propos d’une anecdote plaisante : “Le défaut ordinaire des gouverneurs & de tous ceux qui travaillent à l’éducation des princes, est de les flatter dans leurs caprices. C’est ce que fit très bien sentir, un jour, le domestique d’un prince, par une expression vive & plaisante. On lui demandoit ce que ce jeune seigneur, qui venoit d’achever ses études & ses exercices, avoit le mieux appris. « C’est, répondit-il, à monter à cheval, parce que ses chevaux ne l’ont pas flatté. »”

101 Vathek, op. cit., II, 1, p. 210.

102 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 23.

103 Adèle et Théodore, op. cit., t. 3, Lettre XXVIII.

104 “Traité de l’art d’écrire” in O. C., op. cit., vol. 5, p.219.

105 Mémoires, 1979 (1824), p. 39.

106 Cf. Louis XVI pénétrant dans une chaumière à “trois quarts de lieue de Versailles” durant le terrible hiver de 1776 in J.-A. Sigaud de La Fond, L'Ecole du bonheur..., op. cit.

107 Vathek, op. cit., I, 2.

108 Œuvres philosophiques..., op. cit., pp. 280-83.

109 A.-L. Thomas, Ëloge de Louis..., op. cit., p.16.

110 J.-B. Massillon, Mémoires de la minorité de Louis XV, 1792, p. 184.

111 A.-L. Thomas, Eloge de Louis..., op. cit. : “Un Prince qui n’a jamais versé des larmes ne peut être bon.”

112 Cf. l’article Humanité de Fillassier.

113 Adèle et Théodore, 1782, vol. 1.

114 Allusion aux réformes fiscales de Turgot suivies des mesures d’économie qui valurent à Necker sa disgrâce.

115 Démétrius ou l'éducation d'un prince, 1790, p. viij.

116 Les Veillées du Marais, VI.me Veillée, op. cit., p. 183.

117 Vareilles, Lettres sur...,. op. cit., p. 69.

118 L.-S. Mercier, “Instituteur” et “Naissance d’un Prince” in Tableau de Paris, t. 5.

119 Premier et second entretien sur la condition et sur l'éducation des princes, t. 1, p. IX.

120 De l'éducation des princes, t. 1, pp. 276-79.

121 Démétrius..., op. cit., t. 2, pp. 40-41.

122 Conseils à un jeune prince qui sent la nécessité de refaire son éducation..., 1787-1788, p. 86.

123 Discours sur la condition des grands...

124 Des mœurs..., op. cit., p. 86.

125 Souvenirs, op. cit. Cf. C. Hermelin, p. XII.

126 Lettres sur..., op. cit., p. 69.

127 Réédité en 1784, le Discours sur l'histoire universelle... fut imprimé par ordre du roi “pour l’éducation de Mgr le Dauphin”.

128 Dix ans plus tôt, c’était l'Examen de Conscience d'un Roi, publié en 1734 puis censuré jusqu’à l’avènement de Louis XVI. Cf. Abbé Urbain, Ecrits et lettres de Fénelon.

129 Lettres sur..., op. cit., p. 72.

130 Des mœurs..., op. cit., pp. 95-96.

131 Directions pour la Conscience d'un Roi, op. cit., p. 96.

132 Démétrius..., op. cit., préface, p. xiv.

133 Vareilles, Lettres sur..., op. cit., p. 26.

134 V. Jamerey-Duval, Mémoires de Valentin Jamerey-Duval..., op. cit., p. 310.

135 S. Maréchal, Le Jugement dernier des Rois, Prophétie en un acte et en prose, Jouée sur le Théâtre de la République, au mois de vendémiaire et Jours suivants, An II. Pièce inspirée par un apologue qui fait partie des Leçons du fils aîné d'un Roi, mis à l’index par la police en 1789.
Un visionnaire rêve que tous les peuples de la terre, le jour des Saturnales, déposent leurs rois sur une île volcanique. Quelque cinquante personnages qui, obligés de survivre par leurs propres moyens, ne vécurent pas longtemps en paix, en attendant d’être engloutis par une éruption...

136 Louis-Philippe, Mes mémoires, 1773-1793, 1973.

137 Des mœurs..., op. cit., p. 284.

138 Cf. “L’écolier et la cloche”, Leçon VI, p. 63 in Leçons du fils aîné d'un roi, 1789.

139 Lettre du 10 novembre 1763.

140 Adèle et Théodore..., op. cit., t. 1, pp. 169-70.

141 Catherine II ordonna au prince Stroganov de rappeler son fils, avec défense de laisser pénétrer son gouverneur en Russie.

142 V.-M. Daline, “Romme, R Stroganov et la cour de Russie” in Romme. et son temps..., op. cit., p. 71.

143 Romme se suicida le 17 juin 1795 afin d’échapper à l’exécution infamante en place publique.

144 Il ne manqua pas de faire avec son élève un pélerinage à Ermenonville le 9 août 1790.

145 Madame de Genlis émigra en décembre 1792.

146 J.-N. Bouilly, “Notice sur Berquin” in L'Ami des enfans, 1829.

147 “Rapport par Démeunier sur la nomination du gouverneur de l’héritier présomptif (28 juin 1791)”, in Archives parlementaires de 1787 à 1860, recueil complet des débats législatifs ξ politiques des chambres françaises, 1887, t. 27, pp. 568 et sqq. suivi d’un projet de décret.

148 Cf. Le Logographe, Journal national du jeudi 30 juin 1791 ; 17 du douzième mois, seconde année de la Liberté.

149 Cf. l’article 4 du “Projet de décret du 10 septembre 1791” in Archives parlementaires, op.

150 H. Druon s’émeut sur le sort de l’enfant qui fut transféré loin des siens en juillet 1794 et livré au cordonnier Simon en guise d’instituteur.
Cf. Histoire de l'éducation des princes.... op. cit., t. 2, p. 404.

151 “Opinion, non prononcée de Mirabeau sur l’éducation de l’héritier présomptif de la Couronne et projet de décret y relatif (20 sept. 1791)” in Archives parlementaires, op. cit., t. 30.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540