Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre gouvernants et gouvernés : le pédagogue du XVIIIe siècle

 | 
Simone Gougeaud-Arnaudeau

Chapitre premier. Un personnage en quête d’existence

Texte intégral

1En raison de sa fonction référentielle, l’approche du personnage du pédagogue impose quelques définitions. Nous puiserons dans les représentations triviales des Mémoires où transparaît la difficulté de la relation éducative mais irons au-devant de cette image éthérée – bien difficile à trouver parmi les hommes – qu’offre de ses mentors un xviiie soucieux de donner de meilleurs guides à sa jeunesse. Dans les situations invraisemblables du roman et des contes moraux, de nombreux Saint-Preux n’ont d’autre vocation que d’éveiller le goût de la réflexion morale et philosophique chez le lecteur. En proie aux vicissitudes ordinaires de l’amour et de la fortune, le pédagogue trouve sa place entre réalité et fiction, entre maîtres et valets...

A. Parcours lexical

1. Du pédagogue

2Les emplois qui ont trait à l’institution de la jeunesse sont variés et leur désignation, riche en connotations et métaphores, connaît une évolution mise en évidence par l’historien.

  • 1 Recherches de la France.1665 (1560).

3D’Etienne Pasquier1 – auquel se réfère le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson – aux dictionnaires du xviiie siècle, le sens générique du mot pédagogue est acquis ; il désigne aussi bien le gouverneur d’un élève particulier que le régent de collège s’adressant à une classe. Aucune entrée cependant dans le Dictionnaire historique des Arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle d’Alfred Franklin où ne figurent que maîtres de pension, gouvernantes et précepteurs, emplois spécifiques liés aux éducations princières et à celles des catégories sociales aisées. Nulle mention du lexique attaché à l’enseignement des petites écoles, des collèges et de l’Université aux mains des congrégationnistes et autres clercs dont le premier état est d’être religieux, ni de celui des laïcs (les régents) qui leur sont inféodés... C’est que l’Ancien Régime ne reconnaît pas à proprement parler de métier d’enseignant.

  • 2 Dictionnaire de Trévoux, 1771.
  • 3 Cf. 6e éd. (1835) du Dictionnaire de l’Académie française : “La pédagogie est un art fort important (...)
  • 4 Cf Manuel lexique..., 1755 (1750).

4A l’époque, le terme de pédagogue “ne se dit guère que par dérision”2 et, lorsqu’il est pris en bonne part, il convient de lui ajouter “quelque épithète qui le fasse recevoir favorablement”, précise L’Encyclopédie à la suite du Dictionnaire de Trévoux. En fait, seul le terme didactique de pédagogie3, L’instruction des enfans”4, jouit d’une considération qu’il semble avoir gardée. Quant au pédagogue, entre théoricien et praticien de ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler les sciences de l’éducation, il est difficile de le soulager de sa charge dévalorisante...

  • 5 J.-J. Rousseau, Considérations sur le Gouvernement de Pologne et sur sa réforme projettée, 1782, ch (...)

5Stigmatisé dans le manuscrit Favre de l’Emile et dans le Livre II, le pédagogue est ce théoricien de l’éducation qui “continu[e] à se payer de mots, sachant que [ses] systèmes ne servent de rien”. Illusions du pouvoir pédagogique ainsi dénoncées avant la lettre par Jean-Jacques Rousseau : que le pédagogue sache que c’est un art pour un homme d’en former un autre, non un métier ; qu’il prenne conscience de la nécessité de s’interroger sur les conditions dans lesquelles il accomplit sa tâche, sur les exigences auxquelles elle doit satisfaire et surtout ses véritables finalités. La noblesse de cet art permettra alors de considérer les préposés à l’éducation avant tout comme des citoyens qui occuperont une “place d’épreuve” dans la fonction publique où ils devront mériter d’autres charges. Sans être nulle part appliquée, cette idée, développée dans les Considérations sur le Gouvernement de Pologne5, fera son chemin dans les “rêveries” éducatives de certains révolutionnaires tandis que les pédagogues praticiens s’achemineront vers une véritable professionnalisation.

  • 6 J. Verdier, Mémoire à consulter. Sur les fonctions et les droits respectifs de trois Classes d’inst (...)
  • 7 F.-Y. Besnard, Souvenirs d’un nonagénaire, 1880, t. 1.

6L’acception générique d’un terme peu usité ne doit pas en faire négliger les rares occurrences d’un emploi spécifique, survivance du sens qui était le sien au xve siècle dans le Statut du cardinal d’Estouteville, et qu’il perdit progressivement au gré de l’usage et des Arrêts du Parlement6. Outre celui de “principal de collège”7, retenons le sens attesté par Paul Lallemand dans l’Histoire de l’éducation dans l’ancien Oratoire de France : de directeur de pensionnat (ou pédagogie). Dès 1650 jusque dans les années 1780, au Mans, à Nantes et à Angers, les Pères de l’Oratoire se plaignaient de la concurrence de ces ex-maîtres de pension qui, outrepassant le rôle que leur avait fixé la loi de 1769, érigeaient leurs pédagogies en vrais collèges par des méthodes de recrutement jugées malhonnêtes. Il leur était reproché de soustraire les écoliers à la discipline des régents de collèges, de leur inculquer, sans formation approuvée par l’Université, les “sciences” des collèges réguliers du secondaire ; de fait, les pédagogues enseignaient parfois toutes les sciences, d’où leur succès. Dans cette guérilla – mutatis mutandis – public-privé, le Parlement tranchait toujours en faveur de l’Université et de l’Oratoire.

7Cependant, au xvie siècle, les pédagogues formaient une classe de maîtres incorporés aux premières universités au même titre que les régents ou les professeurs. C’est la rivalité entre les “pédagogies” – ou “Écoles privées” – et les collèges, créés ultérieurement pour recevoir des enfants de condition modeste, qui contribua à la dépréciation des pédagogues, lesquels furent alors progressivement appelés “instituteurs” tandis que leurs “pédagogies” devenaient des “maisons d’éducation”.

  • 8 Cf. le distinguo qu’établit à la fin du siècle J.-H. Valant : “Parallèle de l’instituteur et du maî (...)

8Fondateurs de maisons dont ils traçaient le plan d’études pour les élèves et choisissaient les régents nécessaires à l’enseignement, les instituteurs ne voulaient ni être considérés comme des “charlatans”, ni être assimilés à de simples maîtres de pension8. Tenus pour des rivaux à la fois par les régents, “Maîtres ès Arts” des collèges dépendant de l’Université, et les maîtres des petites écoles dépendant du Grand Chantre (à Paris) – au demeurant animés des plus vifs ressentiments les uns envers les autres – ils protestaient de leur utilité et de leur respectabilité.

  • 9 Mémoire..., op. cit., pp. 28 et 34.
  • 10 Il était d’usage chez les jésuites de faire changer les professeurs de classe avec leurs élèves.

9Tel est le cas de Jean Verdier dont la plupart des écrits sont des plaidoyers pro domo non déguisés pour défendre la “profession d’instituteurs”9. Bien que gradué dans les trois facultés (Arts, Droit, Médecine), Verdier, qui désirait enseigner les belles-lettres, n’avait pas obtenu de poste à l’Université de Paris car il prônait l’enseignement par cours alors que l’usage voulait qu’on enseignât par classes10.

  • 11 Discours sur l’éducation nationale, physique et morale des deux sexes, 1792.
  • 12 Recueil de mémoires et d’observations sur la perfectibilité de l’homme par les agens physiques et m (...)

10La publication de ses travaux sur l’éducation, qui n’obtint pas l’effet escompté, lui permit en revanche de rencontrer M. Fortier avec qui il fonda une maison d’éducation dont le prospectus parut dans le Mercure. Fortier, chassé de l’Université, se tourna vers la Chantrerie et prêta serment de se conformer aux statuts qui limitaient les pouvoirs des maîtres des petites écoles à l’enseignement de “la lecture, de l’écriture, de la Grammaire, & du calcul au jet & à la plume, c’est-à-dire aux premières teintures de Sciences insuffisantes à l’Éducation”. À la mort de son associé, Jean Verdier fut lui-même enjoint de se borner à cet enseignement et de ne plus publier programmes ou prospectus. En 1776, il était à la tête de la “Maison d’Éducation la plus Complete, qu’aucun particulier eût encore établie en France”11, mais il lui avait fallu des années de combat pour triompher de tous ses déboires, un procès lui ayant été intenté par le Tribunal de la faculté des Arts de Paris. En 1787, sa maison où se dispensait un enseignement de qualité était l’une des plus florissantes, quand ordre fut donné de la détruire pour agrandir le Jardin du Roi près duquel elle était sise... En 1792, Jean Verdier, qui n’avait cessé d’engager “les maîtres & les amateurs” à “travailler aux progrès d’un art sans lequel l’humanité ne peut retirer que de foibles avantages de tous les autres”12, se réclamait des Mirabeau, Talleyrand et Condorcet en essayant de publier un nouveau plan d’éducation, “nationale” cette fois...

  • 13 J.-B. Crevier, Histoire de l’Université de Paris, depuis son origine jusqu’en 1600, 1761.

11Cet instituteur était non seulement un chef d’établissement qui, par des règlements très précis, se fixait des engagements à remplir “avec exactitude” envers ses élèves, leurs parents, et ses collaborateurs, mais aussi un théoricien qui, toute sa vie, dans l’effervescence générale d’un siècle épris d’éducation, essaya d’apporter sa contribution au renouvellement des méthodes pour contrebalancer le poids de l’inertie qu’il jugeait naturelle à l’homme. Pour reprendre ses mots, les “tracasseries” et les “persécutions” dont il fut l’objet résultent d’une rivalité ancienne que Verdier explique historiquement en se référant à une source autorisée de son temps : l’Histoire de l’Université de Paris par M. Crevier13.

  • 14 Correspondance inédite de Collé, 1864, Lettre XLI du 7 août 1780 à son jeune parent, M. de V.

12À ces éclaircissements apportés par l’instituteur Verdier, ajoutons le néologisme – mais entre néologisme et archaïsme, il est permis de douter... – qui figure dans la correspondance de Charles Collé. Au substantif pédagogue est curieusement attaché le verbe pédagogiser que Collé utilise fréquemment non par goût de la facétie, mais pour prendre de la distance par rapport à ce qui lui tient vraiment à cœur : ce “talent de l’institution” qui est “bien utile et bien respectable” et qui mériterait davantage de considération14... Sans enfant, le chansonnier et homme de théâtre avait trouvé son Émile en la personne de M. de V, son “pupille”, son “élève”, son “fils”, avec lequel il entretint une longue correspondance. Il ne cessa de lui dispenser des conseils pour conduire sa vie publique et privée, de lui conseiller des lectures, mais se justifiait fréquemment de le pédagogiser, protestant de son “intention droite et pure”, celle “d’un père tendre qui [dit ou croit dire] la vérité”.

  • 15 C.-P. Goujet, Mémoires historiques et littéraires..., 1767.

13Le verbe pédagogiser, utilisé avec humour par un homme qui ne se prend pas au sérieux, inscrit le pédagogue dans le champ de la “pédanterie” dont le “prototype” pourrait être le deuxième maître de l’abbé Goujet15 : “un homme dur, fâcheux, sans politesse”, doté de toutes les caractéristiques du pédant, dans la seconde acception du mot qui, d’après le Furetière, devient au fil du siècle un “terme de mépris”.

2. Pédant et/ou instituteur

  • 16 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, 1782, t. 2, chap. CXVIII, Professeurs de l’Université.
  • 17 Vie de M. Grosley..., 1787.

14L’observation banale que les maîtres d’école se soient appelés pédants n’explique pas comment la pédanterie ou pédantisme se contracte, telle une maladie contagieuse, dans la poussière des écoles. Cette “rouille ineffaçable” que l’on prend au collège selon Louis-Sébastien Mercier16, est le “vice ordinaire” des pédagogues, dénoncé par Pierre-Jean Grosley17 qui se félicitait de n’être pas entré chez les oratoriens où il aurait pris le ton “tranchant”, “brusquement décisif ou magistralement dédaigneux” de ceux que l’enseignement a déformés, et des manières particulièrement insupportables dans la société.

  • 18 “Discours de la Pédanterie” in Divers Ouvrages de Monsieur de Crousaz..., 1737, pp. 191-238.

15Entre l’analyse de ce processus de déformation et l’histoire du mot “pédant”, le Discours de la pédanterie18 de Crousaz développe une thèse séduisante, à défaut d’être probante. Le discours fut prononcé à Lausanne, dans le chœur de la cathédrale où se tenait la traditionnelle cérémonie de passage des meilleurs écoliers dans la classe supérieure ; jusqu’alors tous les recteurs avaient prononcé leur discours en latin ; Crousaz prononça le sien en Français et choisit de disserter sur ce “défaut odieux”, ordinairement reproché aux Gens de Lettres et pas toujours à ceux qui le méritent, lança-t-il... Il fit remonter les origines du pédantisme au temps où les esclaves, qui assistaient aux leçons de leurs jeunes maîtres dans les écoles publiques romaines, parvenaient à s’instruire au point de pouvoir briguer des postes de précepteurs ou sous-précepteurs, d’où le nom de “pédagogues”... De ce fait, découlèrent tous les caractères du pédantisme que Crousaz présenta avec la rigueur d’une démonstration. Le premier trait viendrait du fait que les domestiques auxquels on confiait les enfants se donnaient des airs importants auprès de leurs confrères, ne tardant pas à se laisser aller “au plaisir de faire les Maîtres à leur tour”... “Ce furent ces airs si ridicules dans un inférieur, ces airs d’importance, d’autorité, qui attirèrent le mépris sur le nom de Pédagogue, & qui ont ensuite rendu si odieux celui de Pédant qui en est le dérivé & le diminutif.”

16L’habitude de morigéner la jeunesse indocile, qui fait les esprits chagrins et revêches, puis la manie de vouloir corriger ses semblables à tout propos, enfin, pour masquer sa médiocrité, le plaisir de “faire parade” d’un faible bagage de connaissances mal entendues, tels sont les trois autres traits qui s’ensuivirent...

  • 19 Rousseau (J.-J.), Émile, 1969 (1762), t. 4, Liv. II, p. 360.

17Ces caractéristiques se retrouvent dans tous les écrits où les pédants sont blâmés et ridiculisés. Le diagnostic de Rousseau qui, dans ses lettres à Monsieur de Mably, se défendait d’être lui-même un pédant, est catégorique : le pédantisme est à la fois un trait de caractère et le résultat d’une mauvaise formation. L’auteur d’Émile observe que les “sermoneurs” – les pédagogues qui se caractérisent par “leur manie pédantesque et moralisatrice” – sont incapables d’admettre des idées autres que les leurs ; aussi préfère-t-il passer un contrat avec le lecteur ainsi prévenu : “Si vous n’êtes qu’un pédant, ce n’est pas la peine de me lire.”19

  • 20 Cf. Les Contre-confessions, Histoire de Madame de Montbriîlant, 1989 (1818), p. 938.

18Pédants sont les “gens qui n’approuvent que leur conduite ou celles qu’ils dirigent”20, considérait également Madame d’Épinay qui n’hésitait pas à faire appel aux lumières de Jean-Jacques, alias M. René, car Madame de Montbrillant avait beaucoup à redire sur la conduite et les méthodes du précepteur de son fils, cette “bête” de Balbi, chargé de tous les défauts possibles.

  • 21 Cf J.-B.-L Crevier, De l’éducation publique,1762.
    Précisons que ce texte, d’abord attribué à Diderot (...)

19Longtemps le mot “pédant”, employé comme substantif ou même adjectif, restera associé à des qualificatifs peu élogieux, véhiculant la critique du système d’enseignement collectif où l’on “emploie dix, douze ans à mal parler, à mal composer en latin”21 et où le bon sens est maltraité.

  • 22 Émile, op. cit., Liv. II, p. 424.
  • 23 Ibid., Liv. IV, p. 643.

20Il est une manière “pédantesque” de transmettre des connaissances qui consiste, explique Rousseau, à feindre d’écouter l’élève, de raisonner avec lui jusqu’à ce qu’il se prenne au jeu d’une véritable chicane dont il n’aura pas le dernier mot. Le pire est de prétendre évaluer le niveau de l’élève car il faut “avoir beaucoup de jugement soi-même pour apprécier celui d’un enfant”22. Très judicieusement, Rousseau fait remarquer que “le pédant et l’instituteur disent à peu près les mêmes choses, mais le premier les dit à tout propos, le second ne les dit que quand il est sûr de leur effet”23.

21Ainsi la préférence donnée à tel ou tel terme pour désigner le pédagogue informe à la fois sur le rapport au savoir, les méthodes de transmission et les relations avec les élèves.

22Contrairement au mot “pédant”, le mot “instituteur” implique la dignité de la fonction et de celui qui l’exerce...

  • 24 Rappelons que depuis la loi du 11 janvier 1984, son remplacement par l’appellation professeur des é (...)
  • 25 Cf É. Pasquier, Recherches..., op. cit., IX, 5.

23On sait que le titre actuel, désignant une fonction publique24, apparut pour la première fois dans le projet de décret du 18 avril 1792, voté le 30 décembre 1792. Il se substitua au mot “régent” en raison de la préférence que lui avait donnée Condorcet dans son rapport. En usage depuis la fin du xiiie au sens d’“écolâtre”25, le terme d’“instituteur” allait désigner les personnes chargées de l’enseignement dans les écoles primaires, et par la hiérarchie des savoirs, se distinguer de l’appellation de “professeur” définie dans les articles IV et V du Rapport sur l’instruction publique...

  • 26 Instruire, d’instruere (disposer, bâtir)...
  • 27 J. Verdier, Maison et cours d’éducation, 1792, p. 11.
  • 28 J. Verdier, Recueil de mémoires et d’observations sur la perfectibilité de l’homme, 1772, p. 49.

24Le mot “instituteur” n’en conservait pas moins la connotation élogieuse qui lui vient de son étymologie : instituer signifiant tout aussi bien élever, instruire (la jeunesse)26 que constituer (une société). Ce n’est pas à négliger pour appréhender la pensée des auteurs qui, d’après Ferdinand Brunot, l’appliquaient, sous l’Ancien Régime, à des maîtres en tous genres, chargés “d’instituer la jeunesse es bonnes disciplines”. Il avait tout d’abord désigné “celui qui [était] chargé de donner les premières instructions à un Prince”. Avant d’être animés du “zèle vraiment patriotique qui dévoue pour toujours à l’Éducation pénible de la jeunesse”27, les instituteurs avaient pratiqué leur art dans les cours, les palais et les châteaux qui furent leurs premières maisons d’éducation, dans les premiers temps de la Nation28 où les Grands de ce monde devant servir de modèle aux autres, les termes d’instituteur et de législateur étaient à peu près synonymes.

25Par extension, le mot devait donc s’appliquer aux bons pédagogues, possédant les qualités requises pour instruire et former la jeunesse.

26Chez Grosley que l’entreprise inachevée d’écrire ses mémoires place assez modestement en position de témoin-reflet de son temps, la juxtaposition suivante est significative :

  • 29 Vie de M. Grosley, op. cit., pp. 11-13.

“J’eus pour instituteur, gouverneur et précepteur, une vieille servante [...]. Elle avoit de plus que les autres domestiques, une intelligence et des lumières au-dessus de son état.”29

  • 30 Marie Gauthier, morte en 1750, était restée quatre-vingts ans au service de la famille paternelle d (...)
  • 31 Vie de M. Grosley, op. cit., p. 14.

27Cette femme du peuple que le village avait tendance à appeler Marie Grosley avait toutes les qualités d’un instituteur, joignant à un savoir très élémentaire un bon sens et une connaissance des affaires qui faisait d’elle le premier conseil d’une famille de marchands30 et de leurs clients... Grosley, qui avait pris les premiers principes du latin chez un vieux maître d’école, entra en cinquième à l’âge de sept ans, et son “institutrice” continua à veiller à ses devoirs avec “zèle” et “exactitude” après lui avoir “appris”31 à lire, ce qu’elle-même ne savait point faire, par une méthode que l’on pourrait conseiller aux parents d’aujourd’hui qui pensent ne pas pouvoir aider leurs enfants...

  • 32 C.-I. Castel, abbé de Saint-Pierre, Projet pour perfectionner l’éducation..., 1728, p. 80.

28Qu’un “excelent Precepteur” soit un “domestique très-rare”32, comme l’observait l’abbé de Saint-Pierre ne rend que plus remarquable la vieille servante de la famille Grosley. Toutefois l’expression de la gratitude ne doit pas masquer une fierté légitime et un trait de défi lancé aux rejetons de familles plus fortunées et plus en vue, jouissant à l’envi des services d’un personnel choisi, dans le cadre de l’éducation domestique.

  • 33 Du collège au lycée (1500-1850), 1985.

29Si nous devons constater avec Marie-Madeleine Compère33, qu’un souci de précision – plus curieuse qu’utile – ne permet pas toujours de distinguer pédagogues, précepteurs et gouverneurs des âges classiques, il faut se garder de faire des synonymes de ces trois mots : “instituteur”, “gouverneur” et “précepteur”, le premier subsumant les emplois complémentaires des deux autres.

3. Gouverneurs et précepteurs

  • 34 C.-F.-O. Rosette, chevalier de Brucourt, Essai sur l’éducation de la noblesse..., 1747.

30Certes le chevalier de Brucourt qui, en 1747, écrivit un traité pour la noblesse la plus fortunée34, comprenait sous le nom de “gouverneurs”, gouverneurs et précepteurs dont les fonctions étaient les mêmes, excepté chez les Princes du sang. Mais le Dictionnaire de Trévoux rappelle clairement l’usage propre des deux termes.

31L’abbé de Saint-Pierre ne s’y trompait pas qui, désespérant de voir l’établissement d’un collège pour les dauphins et autres princes, se tournait vers l’éducation domestique en général et reformulait ses maximes à destination de ceux qui doivent diriger l’éducation du dauphin. La hiérarchisation de la fonction sert à merveille son principe de base de toute éducation, à savoir la fréquence et la diversification des répétitions que l’on doit nécessairement pratiquer pour ancrer dans l’esprit de l’élève ce qu’on veut lui transmettre et fortifier en lui les vertus de “prudence”, de “justice” et de “bienfaisance” dans l’espérance de louanges méritées et du paradis...

  • 35 Cf. “Sur l’Éducation Domestique du daufin” in Ouvrajes politiques de Mr l’Abbé de Saint-Pierre, 173 (...)
  • 36 Pour avoir une idée de la charge du gouverneur, on peut consulter Puget de Saint-Pierre, Histoire d (...)
  • 37 Abbé de Saint-Pierre, Sur l’Éducation Domestique du daufin, op. cit., Maxime XX.

32Au précepteur secondé par un sous-précepteur, les heures d’instruction dans le cabinet35 ; au gouverneur secondé par un sous-gouverneur, l’encadrement sans faille de l’élève qu’il ne perd pas de vue36. La concertation est de rigueur, ne serait-ce que pour encourager l’élève37, insiste l’abbé, ce qui prouve qu’elle n’allait pas de soi. En fait, le précepteur pouvait régler l’instruction selon son gré, une certaine liberté pédagogique lui étant laissée par le gouverneur qui ne pouvait assister à l’étude que pour observer son élève, en diriger la conduite selon ses propres conceptions morales et philosophiques. Cependant, à défaut d’unité de direction, la subordination des précepteurs aux gouverneurs était réelle.

33En ce qui concerne les éducations princières, les préséances hiérarchiques rappellent – quelle que fût l’élévation de leur rang – la condition subalterne des personnes attachées à l’éducation, et l’on peut s’en amuser en les observant sous la plume caustique de Saint-Simon lorsque celui-ci fait état à diverses reprises des “usurpations” de places dans le carrosse du jeune roi Louis XV.

  • 38 Mme de Genlis, Mémoires, 1825, t. 2, pp. 180-81.
  • 39 Le diptyque “éducation-instruction” que représentent le cœur et l’esprit rappelle le titre de l’ouv (...)

34À la fin du siècle, on pouvait être encore très sensible à ces différences de statut. Pour employer à bon escient les termes qui conviennent, faisons confiance à Madame de Genlis, particulièrement concernée par l’éducation domestique et princière. Dans son évocation38 de l’éducation du duc de Chartres qui, par la suite, lui confia celle de ses enfants, elle fait très nettement apparaître une hiérarchie à la fois des fonctions et des enseignements39.

  • 40 Cela recoupe la définition du Dictionnaire de Trévoux. L’intérêt de l’article réside dans le dévelo (...)

35Pour satisfaire aux nouvelles exigences de l’éducation de la noblesse, on se montre de plus en plus pointilleux quant aux qualités requises par ces postes également en vue de gouverneur et de précepteur. L’article “Gouverneur...”40 de l’Encyclopédie résume parfaitement les points qui président au choix difficile qui incombe aux parents lors de la remise de leur enfant entre des mains mercenaires. Car c’est une question cruciale pour les familles dont l’honneur et l’intérêt sont en jeu...

  • 41 Cf. article “Précepteur” in Dictionnaire critique, pytoresque..., Lyon, 1768.
  • 42 Brucourt, Essai sur l’éducation de la noblesse..., op. cit., chap. II, pp. 31-32.

36S’il n’est pas certain qu’on soit “plus jaloux, chez les grands d’avoir un bon cuisinier, qu’un bon Précepteur”41, les textes font apparaître que la décision est souvent livrée au hasard ou procède de quelque recommandation quand elle ne dépend pas tout simplement de ces “raisons d’économie, que nous perdons de vûe lorsqu’il s’agit des plaisirs ou de la vanité”42.

  • 43 Abbé Gédoyn, “De l’Éducation des enfans” in Œuvres diverses, 1745, publication posthume, p. 29.

37Ce dernier point importe à l’abbé Gédoyn, qui propose en quelque sorte d’“annoblir” (sic) le métier. Si les pères avaient vraiment à cœur de donner une excellente éducation à leurs enfants, s’ils savaient “récompenser le mérite & les services”43, on trouverait plus aisément un bon précepteur ou un bon gouverneur.

38Parfois deux hommes en un mais deux rôles bien différenciés, Mentor accompagnant sous le titre de gouverneur l’élève devenu grand dans le monde et au cours des voyages en usage pour la formation des jeunes nobles ; cela définit la matière romanesque du siècle, lorsqu’elle met en scène le couple maître-élève. Derrière l’homme unique, se profile le gouverneur d’Emile...

39Si les pères savaient “faire leur ami de l’homme à qui ils confient ce qu’ils ont de plus cher au monde, lui adoucir ce que la domesticité a d’humiliant, vivre avec lui, comme les Romains après qu’ils eurent conquis la Grèce, vivoient avec ces Grecs fugitifs, qu’ils attiroient chez eux, pour profiter de leurs lumières & de leur savoir, il se formerait en France des Rollins.”, se prend à rêver le bon abbé Gédoyn qui, traducteur de Quintilien, avait une haute conception de l’éducation.

  • 44 Emile, op. cit., Liv. I, pp. 262-64 : “J’ai fait autrefois un suffisant essai de ce métier pour êtr (...)
  • 45 R.-A. Leigh, C. C., t. 1, p. 31. Fin 1735, Jean-Jacques, faisant l’examen de ses capacités, confiai (...)

40Voilà de quoi séduire Rousseau qui connaissait bien la position fausse que précepteurs et gouverneurs occupaient entre maîtres et domestiques. Jean-Jacques se disait “trop pénétré de la grandeur des devoirs d’un précepteur” et il sentait “trop [son] incapacité pour accepter jamais pareil emploi”44. Cependant, pour une courte période de sa vie, du printemps 1740 au printemps 1741, il fit l’expérience du préceptorat – alors qu’il rêvait d’être gouverneur45 enfin il donna un gouverneur à Emile, son élève fictif, tout en entretenant quelque confusion entre les deux termes de “gouverneur” et de “précepteur”...

41Son exemple reste représentatif bien que dans les trois premiers livres de l’Emile, ce soit le mot “maître” qui ait la faveur, rarement associé à un jugement défavorable. Prédilection à mettre en regard avec l’utilisation que fait Voltaire du même vocable dans le célèbre Candide. Car les termes n’ont pas de signification univoque ; outre leur référence au réel, il est évident que leur emploi engage toute une philosophie de l’éducation.

4. Le maître

42L’emploi de ce mot, qui, en français, condense les deux acceptions de dominus et de magister, induit immédiatement à l’esprit une relation duelle : maître-esclave, maître-disciple, et son sens s’estompe quand le lien se rompt.

  • 46 L.-B. Proyart, Le Modele des jeunes gens Dans la vie édifiante de Claude Le Peletier de Sousi..., 1 (...)
  • 47 Le mot professeur a dans le texte le sens relativement neutre d’“hommes de lettres” qui “dans les u (...)

43Pas plus que le rapport maître-esclave, celui de maître-disciple – nous dirions aujourd’hui enseignant-enseigné – n’est a priori appelé à s’inverser... Il n’est que de lire Le Modele des jeunes gens46 de l’abbé Proyart, texte hagiographique à la gloire de la jeunesse vertueuse et sanctifiée, pour entrevoir l’effet de la transgression. Il est question d’un jeune homme mort à dix-sept ans qui, avant d’expirer, s’entretient sur divers sujets avec son professeur47 ; celui-ci l’écoute avec une attention des plus respectueuses, rappelé à la piété dont les sciences pourraient l’éloigner... Mais le malade dont il ne faut pas négliger l’identification – explicite en maints passages-au Christ, le “Maître” que l’on suit et auquel on obéit, rappelle ses prérogatives au maître institué.

44La relation ne s’inverse pas davantage dans un contexte plus large et laïcisé, surtout pas chez Rousseau, dans le Mémoire à Monsieur de Mably... et le Projet... Si le terme a un sens générique et appelle un déterminant, (“la pluspart des Maîtres, les Pédans surtout...” par opposition aux “Maîtres prudens et sages”), les qualificatifs qui l’accompagnent font figure de redondance. Ainsi les “Maîtres prudens et sages” doivent-ils être “simples”, “discrets”, “retenus” ; le maître “patient et judicieux” lit les textes des grands hommes d’un ton “circonspect, modeste et convenable”, contrairement au pédant qui prend toujours un air “suffisant”.

45Le maître digne de ce nom a pleine autorité sur son élève qui lui est très attaché ; ce maître “craint et aimé” a lui-même un maître en la nature qui lui inspire la prudence nécessaire, et c’est en définitive à ce “maître du maître” que l’enfant obéit. Le rejet du livre par l’auteur d’Émile prend alors son sens dans l’idée que le maître puisse être celui qui enseigne ce que les livres ignorent...

46Si les mots ont leur référent dans la réalité, le maître est celui qui sait et qui peut transmettre son savoir à un disciple possédé du désir de l’acquérir. Mais les maîtres de l’Ancien Régime vendent un savoir parcellaire et illusoire, dérisoire au regard de ce qui permettrait de former un homme...

  • 48 Cf. “Maîtres”, chap. CXLI du Tableau de Paris, op. cit., t. 2.

47En nous présentant la parade de ces maîtres divers mais tous inutiles48, Louis-Sébastien Mercier ne forme pas un tableau purement anecdotique. Il fait le procès d’une société dont l’opulence dispenserait de faire rimer savoir avec pouvoir, et qui court à sa perte. Par la voix du polygraphemoraliste, le siècle appelle des “maîtres de morale”, sans doute des maîtres à penser qu’il juge plus nécessaires que les maîtres à danser.

48Le siècle appelle plus exactement une institution capable de donner plus largement à chacun les moyens de réaliser son humanité en s’affranchissant des données de la vie sociale. Pour cela, il faut des maîtres affranchis eux-mêmes des contingences qui les empêchent d’entrevoir un projet commun, et capables de donner sens à leur tâche.

  • 49 Rollin, Traité des études ou De la manière d’étudier et d’enseigner les belles lettres, 1810 (1726- (...)

49Depuis Platon, en passant par Rollin49, le maître doit toujours, ainsi que l’affirme l’abbé de Saint-Pierre, posséder l’art de conduire la jeunesse à la vertu en lui faisant acquérir de bonnes habitudes.

5. Approche métaphorique

  • 50 Au sens propre, le pédagogue était l’esclave chargé d’accompagner l’enfant dans ses sorties et plus (...)
  • 51 Plutarque cité par J.-H. Valant in Le Cosmète, op. cit., Code moral, p. 60.

50La “présence massive” des métaphores dans le “discours sur l’éducation” a été observée par Nanine Charbonnel qui en a dressé une liste quasi exhaustive. Nos propres observations s’arrêteront à l’image du jardinier et de l’agriculteur. Certes la littérature garde la mémoire de la fonction du paidagôgos ; et de prendre par la main à marcher à pied50, tout un champ métaphorique du guide se dessine pour désigner la fonction éducative ; mais les auteurs du xviiie siècle, sachant que la nature a besoin du secours de l’homme comme il a besoin du sien, s’autorisent plus communément des anciens51 pour opérer le rapprochement entre la culture de la terre et celle de l’esprit.

  • 52 Le véritable mentor ou l’éducation de la noblesse, Par le marquis Caraccioli, Colonel au Service du (...)

51Le marquis de Caraccioli rappelle que le peuple romain “n’estimoit l’agriculture [...] qu’autant qu’elle étoit une image de la culture des esprits”52 ; il insiste de manière explicite sur la relation entre les deux exercices, le jardinier élaguant des branches, le gouverneur retranchant des vices, le premier cueillant les fruits qu’il a plantés, le second participant à la gloire de son élève et la faisant paraître en public, etc.

  • 53 On aura reconnu la métaphore de Rousseau qui lui sert à expliquer le processus de dénaturation de l (...)
  • 54 Abbé Roy, Le Mentor Universel, 1784, pp. 41-43.

52À l’image de l’“art enchanteur” qui rend dans les jardins les “foibles arbrisseaux53” “dociles aux idées, aux fantaisies, aux différents goûts du jardinier”, l’éducation n’a d’autre but que de “former” les enfants et de les “rendre propres au service” de la société ; “le parterre émaillé de fleurs, dont la variété multiplie les jouissances de l’œil qui les admire” “n’est formé que par l’obéissance des tiges bien dirigées” que “les soins du fleuriste visent à conserver et défendre”54.

  • 55 Cf L’esprit de Mr le marquis de Caraccioli, 1763, pp. 198-99 :
    “On les expose à tous les caprices de (...)
  • 56 Émile, op. cit., Liv. I, p. 245.
  • 57 L’expression est de Coménius qui faisait grand usage de l’analogie entre agriculture et éducation.
    C
    (...)
  • 58 P.-J.-B. Nougaret, Theatre à l’usage des collèges, Discours préliminaire, 1789, pp. xvij-xvj.

53Mais si l’éducation requiert l’exactitude avec laquelle le jardinier observe et favorise la croissance de ses plantes, il s’en faut de beaucoup que de tels soins soient appliqués aux enfants. Caraccioli55 joint sa réprobation à ceux qui condamnent les méthodes sévères, voire cruelles, des maîtres dont l’humeur est aussi néfaste que les intempéries. Filée lourdement, la métaphore de la culture n’en est pas moins expressive. Quand Caraccioli semble un temps l’oublier pour celle de la broderie, il reste toujours l’image rousseauiste qui invite à la protection de “l’arbrisseau”56 et avant toute chose, à la connaissance de la nature, infiniment féconde dans sa variété, parfaite dans ses productions, mais qui doit être intelligemment suppléée en ce qui concerne l’éducation des “petites plantes de Dieu que sont les enfants”57. Point de “culture hâtive” des jeunes talents... Il en est qui “résistent longtemps aux soins multipliés de l’art”. “Cependant l’homme qui se consacre à élever ces jeunes plantes est responsable de la lenteur avec laquelle elles se développent, & l’on a l’injustice de vouloir qu’il force la nature, & leur fasse porter tout de suite & des fleurs & des fruits.”, plaidera Pierre-Jean-Baptiste Nougaret, en faveur de l’instituteur auquel la volonté de “pratiquer tous ses devoirs” coûte des “efforts pénibles”58 dignes d’éloges. Mais il rien demeure pas moins que, tenu pour responsable de la lenteur de la maturation comme du succès de la récolte, on en restera plus volontiers à la formule de M. Vicaire dont le compte rendu de son Discours sur l’éducation parut en 1763 dans le Journal de Trévoux, véritable journal pédagogique destiné à inciter les maîtres à des lectures utiles :

“Je n’ai jamais insulté à la douleur du jardinier, mais j’ai toujours plaint le sort de l’arbre.”

  • 59 C’est le plan de “maison commune” où les enfants seraient pris en charge par l’État de Lepeletier d (...)
  • 60 J.-A. Borrelly, Introduction à la connaissance et au perfectionnement de l’homme physique et moral,(...)

54De l’éducation des grands dont se préoccupait Caraccioli à celle des enfants du peuple qui occupait les esprits en l’an V, la métaphore maintes fois reprise, maintes fois filée, avait fait son chemin. Elle se retrouva dans nombre de définitions et de déclarations, et jusqu’au sein de l’Assemblée, lorsqu’on songea à “transplanter les jeunes arbres” dans la “pépinière nationale”59. En l’an V, Borrelly n’hésitait pas à intituler un chapitre de l’un de ses ouvrages : De l’Identité des Procédés de l’Éducation et de ceux de l’Agriculture où l’on pouvait lire une mise en garde contre les insuffisances de l’art qui, quelle que soit la nature du sol, risquent de ne couvrir les champs que “de ronces et de chardons”60.

  • 61 Nouveau plan d’éducation, pour former des hommes instruits et des citoyens utiles..., 1775, p. ixxj

55La richesse du champ lexical se prêtait à toutes les formes d’éloquence. Il ne fut point de réformateur qui n’espérât en des principes de fertilité, n’attendant que des maîtres de mérite pour remplir “les espérances de l’État, qui leur confie de jeunes plantes, qui doivent faire par la suite son soutien” comme le disait Rolland d’Erceville. Il n’était guère de maîtres qui, convaincus comme Rousseau qu’“on façonne les plantes par la culture, et les hommes par l’éducation”, n’aient, à l’instar de Carpentier61, songé à revêtir leur pratique de cette parure métaphorique d’autant plus éloquente que le paysan et le travail de la terre étaient eux-mêmes idéalisés.

  • 62 Abbé G.-A.-R. Baston, Mémoires..., op. cit., cf. t. 1, chap. II, Le séminaire de Saint-Sulpice, p.  (...)

56Le rôle essentiel de premiers éducateurs joué par les parents et les gouvernantes est mis en exergue tandis que celui des maîtres de l’enfance et de l’adolescence prend ce caractère ingrat et pénible qui lui est unanimement reconnu. D’où la préférence affichée par les maîtres de Saint-Sulpice pour les sujets qui présentent les “heureuses dispositions” de la tabula.rasa ; selon l’abbé Baston62, on préférait “les hommes à faire” aux “hommes faits”, ainsi, pour planter un verger, on ne choisit pas “ente qui a déjà fleuri et porté des fruits, mais celle dont les feuilles sont d’un beau vert, les branches souples, l’écorce lisse, les pousses pleines de sucs et de vie”.

  • 63 I. Vanière, “Discours sur l’Éducation” in Le Roux, Journal d’Éducation, 1776, pp. 66-67.

57Les rapports entre la culture des plantes et celle des hommes paraissaient donc évidents à tous : que de soins, d’habileté et de sagesse ne faut-il pour qu’une plante ne dépérisse pas et puisse porter ses fruits ! “Cultivateurs de l’homme, voilà votre modèle !”, pouvait s’écrier Vanière en un temps où l’on commençait tout juste à songer à la formation des maîtres. “En attendant que l’on veuille sentir la nécessité d’une école d’Éducation”, Vanière, dans son Discours sur l’Éducation, n’en voyait “pas de plus utile que celle du jardinage.”63

  • 64 J.-H. Valant, Le Cosmète..., an VII, p. 202.

58À la fin du xviiie siècle, rien ne semblait plus urgent que de créer, dans chaque département, des établissements où seraient formés de “bons instituteurs” et qu’on “pourrait regarder” “comme autant de pépinières d’hommes utiles d’où seraient tirés les instituteurs des écoles primaires.”64 Terme métaphorique par excellence que celui de “pépinière” dont la connotation religieuse apparaît dans l’usage du verbe pepiner égale ensemencer au xvie siècle et qui réfère au “Allez et enseignez”, parole de ralliement de tous les prédicateurs.

59La métaphore du jardinage se prête à toutes les fins, qu’il s’agisse comme Rousseau de voir en la nature le premier maître qui rend nécessaire la connaissance de l’enfance en général et des enfants en particulier, ou bien d’exposer les jeunes esprits à la lumière divine par la pénétration religieuse – car Caraccioli, Vanière et bien d’autres ne conçoivent pas de véritable éducation sans le secours de la religion. La polysémie de l’image s’adapte aux points de vue laïcisés et utilitaristes, permettant à Marmontel une définition lapidaire de l’école :

  • 65 J.-F. Marmontel, “Éléments de littérature”, O. C., 1965 (1787), t. 4, p. 411.

“Une école est une pépinière d’hommes que l’on cultive pour les besoins ou les agréments de la société.”65

60De fait, l’on restera convaincu comme Borrelly “de l’Identité des Procédés de l’Éducation et de ceux de l’Agriculture”...

61Empruntée à Baculard d’Arnaud, une forme de parabole, métaphore du travail de l’écrivain mais applicable à celui du pédagogue, terminera cette approche :

  • 66 F.-M.-T. de Baculard d’Arnaud, Délassemens de l’Homme sensible, ou anecdotes diverses, 1783, t. 1, (...)

“Un homme s’avisa de vouloir ensemencer un espace de terrein (sic) assez étendu : un ouragan continuel désoloit la contrée. Quelqu’un lui dit : mon ami, vous faites là une énorme sottise ! Ne voyez-vous pas que le vent emportera vos graines ? Mon ami, répart l’autre, sans se déconcerter, il suffit que quelques-unes viennent à bien : je me croiroi trop payé de mon travail.”66

62Mais cette satisfaction ne saurait être pour le pédagogue défaut d’exigence et le Journal d’Education de mars 1776 ne transige pas à cet égard :

“En formant un seul homme, on en forme une infinité d’autres ; de sorte qu’un Instituteur, qui par défaut de zèle ou de talens, manqueroit l’Éducation de quelques élèves, pourroit être comparé à celui qui empoisonne une fontaine publique.”

63Ce passage de l’un au multiple est le dernier avatar d’un souci toujours majeur au xviiie siècle : l’institution du prince, l’Un, le monarque, considéré comme source du bonheur public avant que l’éducation du plus grand nombre n’apparaisse comme la condition de la félicité générale.

64Mais avant d’embrasser les finalités plus ou moins ambitieuses de l’éducation, liées à la demande sociale et au contexte politique du xviiie siècle, essayons de donner forme plus précise au pédagogue dans le cadre étroit de la relation pédagogique ; celle-ci alimente les premières pages des Mémoires et autres Souvenirs de personnages plus ou moins illustres qui firent de bonnes études, grâce à – ou en dépit de – leurs maîtres, et toute une littérature romanesque.

B. Les visages d’argus

1. Esquisses de la mémoire

65Les limbes de la mémoire sont à la fois le séjour de visages haïs et de visages aimés... Les premiers n’ont plus de nom, leur fonction suffit à les définir ; le nom des autres est parfois prononcé avec respect et affection. Sous les traits de la condescendance ou de la reconnaissance, quelques touches physiques ou morales confèrent une individualité à ces êtres de papier.

66Les traits de caractère apparaissent dans les éloges plus ou moins appuyés selon les circonstances. Par exemple, Stanislas Girardin rédigea en 1779, à la mort de M. Meyer, l’un de ses deux maîtres de dessin, une note biographique qui, dans le Journal et Souvenirs, complète les quelques lignes consacrées à un homme de talent, “honnête, doux, complaisant avec tout le monde”, “aimé de tous ceux qui le connaissaient”. C’était un luthérien que la famille Girardin fit enterrer dans la grande île d’Ermenonville, à côté des cendres de Rousseau.

67L’hommage gratuit, désintéressé rendu par l’abbé Baston à son professeur de rhétorique de seconde constitue un portrait des plus élogieux. Ce jésuite avait, comme officier des gardes, connu les horreurs de la guerre, puis s’était réfugié dans le noviciat plus conforme aux goûts d’une âme sensible. Le charisme du maître, l’exaltation des disciples avaient imprimé dans la mémoire le timbre d’une voix, l’attrait d’un visage.

68Un aspect physique peu flatteur témoigne parfois d’une condition on ne peut plus modeste, comme celle du vieux maître qui apprit à lire au curé Besnard.

69Aucune touche n’est insignifiante dans les portraits physiques qui donnent souvent une image dégradée de personnages exposés à la caricature puérile et vengeresse. Sous la plume du baron de Frénilly, des outrances pittoresques peignent l’abbé Guiraudet, comme un homme “singulièrement laid”, peu satisfait de son état. Le baron ne sait gré au mentor-camarade de son enfance que d’avoir “abhorré la révolution”...

70La diversité des situations et des rôles des précepteurs, gouverneurs de fils de famille, régents de collège, maîtres des petites écoles, etc., n’intervient que rarement dans la représentation fondamentale dont le pédagogue est l’objet. Celui-ci apparaît comme le premier terme d’un nouveau couple qui, sans consistance véritablement littéraire, mais ancré dans la vie, prend forme peu à peu si la qualité du lien qui a uni maître et élève laisse des traces durables.

  • 67 Mme de Genlis, Mémoires..., 1825, t. 1.

71Nous renvoyons le lecteur au récit des retrouvailles purement fortuites de Madame de Genlis67 et de Mademoiselle de Mars pour qui la petite Stéphanie de Saint-Aubin Ducrest, âgée de sept ans, s’était passionnée dès le premier jour. Si son émotion a peu en commun avec celle qu’elle ressentit sur la tombe de Mademoiselle Urgon qui lui avait appris à lire, Madame de Genlis n’en est pas moins une championne de la reconnaissance, vertu des plus estimées dans Adèle et Théodore où elle en développe toute une rhétorique.

72L’importance accordée au sentiment de gratitude envers ses maîtres apparaît fréquemment dans la compilation généralisée de l’Histoire ancienne et moderne que font les littérateurs pour étayer leurs points de vue et dont le Dictionnaire historique de Fillassier est le parfait écho :

“Alexandre-le-Grand avoit eu pour maître le célèbre Aristote. Après la mort de ce philosophe, on lui demanda lequel il regrettait le plus, de son père ou de son précepteur ? « Le dernier, répondit-il ; mon père m’a donné la vie, mais Aristote m’a appris à en user. »”

  • 68 Cf S. Gougeaud-Arnaudeau, La Figure du pédagogue du xviiie siècle de l’enfance de Marmontel à celle (...)

73Il est impossible de retracer ici le chapitre68 que nous avons consacré aux figures rétiviennes de La Vie de mon père et de Monsieur Nicolas où apparaît toute la gamme des sentiments du disciple devenu adulte vis-à-vis de ses maîtres et de ceux de son père. Dans la relation éducateur/éduqué, est principalement en cause le poids du joug que l’un impose à l’autre ; le maître est celui en dépit duquel s’affirme et se maintient une personnalité considérée comme une donnée et non comme une construction.

2. Souvenirs de férule

74Dans nombre d’évocations, transparaît cette difficulté de la relation éducative inhérente au rêve de l’enseignant que l’élève écouterait sans qu’il soit jamais besoin de le punir (ou sans que la sanction émane de l’éducateur lui-même).

75Et cependant, que de maîtres durs, impitoyables et injustes, ne répugnant pas aux châtiments corporels, apparaissent au détour de certaines pages ! Ainsi derrière le portrait en pied et en action, digne d’un roman de Dickens, de Julien Ligier devenu principal du collège de Doué en 1748, ne soupçonnerait-on pas la plume de Célestin Port, publicateur des mémoires de François-Yves Besnard ? N’étaient d’autres témoignages, tel celui de La Réveillière-Lépeaux qui attribue la difformité de sa taille et même la faiblesse de sa poitrine “aux coups redoublés sur le dos” infligés par son maître de pension, un curé particulièrement irascible. Assertions à ne pas mettre au compte de l’anticatholiscisme du mémorialiste car la brutalité des maîtres de l’époque n’est plus à prouver. Elle apparaît dans les récits non sujets à caution de Jean-François Marmontel, de Jean-Pierre Brissot, d’Antoine-Vincent Arnault, etc.

76Les communautés éducatives ne manquaient ni de “vieillards colériques” ni de “cuistres” pour livrer à l’arbitraire le plus total les jeunes soumis à leur surveillance. Les cris du temps de Montaigne retentissent ; les exagérations, comme les classes jonchées de “tronçons d’osier sanglants” évoqués par l’auteur de l’Institution des enfants dont les pédagogues novateurs firent leur miel, ont valeur de protestation contre des procédés qualifiés d’“indécents”.

 

77L’indignation est générale. Sans avoir recours à l’émotion, Du Pont de Nemours trouve les mots les plus virulents :

  • 69 P.-S. Du Pont de Nemours, Vues sur l’éducation..., an II, pp. 32-33.

“Il n’y a que les pédans qui aient besoin d’humilier et de punir quelqu’un parmi leurs écoliers ; et qui, si on pouvoit leur donner à élever ensemble Galilée, Descartes, Newton, Mallebranche, Locke, Bayle, Pascal, Lëbnitz, Linné, Jean-Jacques, et Voltaire, voudraient absolument mettre en pénitence un de ces gens-là, et lui faire porter des oreilles d’âne.”69

78On se souviendra à propos que Jean-Jacques, lorsqu’il officia deux années auprès des enfants de Monsieur de Mably, s’employa à rassurer le père de ses élèves dans des lettres où il expliquait comment il entendait être considéré : il ne maltraiterait pas ses enfants par des coups, il utiliserait des “voies moins dures et plus convenables” ; il ne serait pas un “maître dur et farouche”.

  • 70 Abbé G.-F. Coyer, Plan d’éducation publique, 1770, pp. 229-31.

79C’est en puisant chez Rousseau comme chez Montaigne ses arguments les plus persuasifs que l’abbé Coyer70 condamne la dure contrainte qui pèse sur la jeunesse et la dégoûte de l’étude. Mais la situation pédagogique ne peut dispenser les élèves de la loi de l’effort et du devoir or tous les maîtres ne parviennent pas à l’imposer dans un esprit de justice et de modération. Rien n’est plus difficile que de rendre l’étude “aimable”, constate à la même époque Jean-Baptiste Crevier, ancien élève de Rollin.

  • 71 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, chap. CXIX, Petites Ecoles.

80Mercier ne trouvera pas étonnant que généralement, le plus grand nombre de ses contemporains aient, en entrant dans le monde, contracté ce “dégoût pour les sciences & l’Étude, par la faute de leurs premiers & sots instituteurs ; & il falloit, ajoute-t-il, qu’ils fussent bien haïssables pour rendre les lettres odieuses à des âmes jeunes & sensibles”71.

81L’évocation assez sombre des châtiments corporels qui n’étaient ménagés à personne ne doit pas laisser imaginer que les écoliers y fussent toujours résignés à l’instar du timide et craintif François-Yves Besnard qui se trouva très vite le premier de sa classe afin de n’être jamais puni...

  • 72 J. Labiée, Mémoires d’un homme de lettres, 1824.

82Jacques Lablée72 ne nie pas avoir été sensible au système institué par son professeur de latin : celui des “immunités” par lesquelles les élèves pouvaient s’“affranchir” des punitions. Mais cela le révoltait, son cœur se soulevait, sa fierté s’indignait à l’idée de voir “les fils des hommes traités comme de vils animaux”. Notons que le mot “affranchissement” renvoie à un état social basé sur la domination des uns et l’asservissement des autres : ce système d’exemptions rappelle fâcheusement celui des indulgences censées épargner à leurs détenteurs le châtiment divin...

  • 73 Abbé J.-E.-A. Gosselin, Vie de M. Émery, 1861, t. 1.
  • 74 A.-V. Arnault, Souvenirs..., op. cit., chap. III.

83Moins connus que les pages où Jean-François Marmontel se targue d’avoir fait triompher la rhétorique contre la verge humiliante au collège de Mauriac où il fit figure de héros en s’opposant à la tyrannie du père Bis, “préfet terrible”, les récits d’insurrection du collège de Juilly ou du séminaire de Saint-Sulpice73 ne sont pas dénués d’intérêt. L’année 1782 fut fertile en rébellions d’éclat. D’un côté, les “mutins”, les “rebelles”, les “insurgés”, de l’autre, le pédant : la “multitude” contre le “tyran”... Se situant à bon compte dans le courant favorable de l’Histoire comme beaucoup de ses semblables, l’homme de lettres, Antoine-Vincent Arnault, assimile explicitement les révoltes des enfants à celles des hommes dans les “révolutions qui se sont accomplies sous [ses] yeux”74.

  • 75 B. ; B. ; J. ; M. Sandre, La classe ininterrompue. Cahiers de la famille Sandre, enseignants, 1780- (...)

84Si l’on ne peut passer sous silence la violence exercée au quotidien par les élèves sur les enseignants plus faibles, comme ce vieux prêtre mentionné par Bernard Sandre75, qui était devenu un “objet de dérision et d’outrage”, on imagine volontiers que les représailles fussent monnaie courante. Le triste époux d’ingénue Saxancour incarne cet esprit de vengeance ; après avoir reçu des coups de nerf-de-bœuf, Moresquin excita la colère de trois de ses camarades, mûrit avec eux un projet propre à satisfaire son ressentiment ; les garçons s’introduisirent dans la maison du maître et celui-ci fut ligoté, roué de coups, humilié, puis abandonné dans sa fâcheuse position. À la suite de ce forfait, l’un des garnements fut “mis à Bicêtre, à la Correction ; quant à Moresquin, il fut “envoyé aux Iles” où le mauvais sujet devint ce monstre dont Rétif de La Bretonne eut du mal à protéger sa fille.

85Certes l’administration des collèges n’approuvait pas toujours les injustices flagrantes. Certes, à Vendôme, au collège de l’Oratoire, un régent fut renvoyé après protestation de l’élève Labiée et intervention d’un sien parent, professeur de philosophie, alors membre du conseil. Certes, l’abbé Proyart, principal du collège du Puy que le préfacier des Mémoires... de Vitrolles dépeint sans ménagement avait dû “quitter le collège de Louis-le-Grand à l’occasion d’une malheureuse affaire”. Mais qu’en était-il exactement ?

86En réalité, les communautés ne manquaient point d’organisation pour l’application des peines. Les Mémoires historiques sur l’Orbilianisme et les Correcteurs des Jésuites, écrits sur fond de campagne contre la Société de Jésus, nous apprennent que les jésuites ne fouettaient pas eux-mêmes, qu’ils avaient des correcteurs domestiques (les écoliers nourris et logés par les pères) – ou externes, auquel cas, c’étaient des artisans du quartier (cordonnier, savetier, etc.) travaillant principalement sur le cuir qui étaient chargés de la tâche rebutante et cruelle de donner le fouet. Situé au bas de la chaire du régent, le fauteuil dit “de Dagobert” servait à l’application de la peine. L’auteur anonyme de ces Mémoires cite le cas d’un nommé Pilleron, écolier du village de Montaigu, qui, en août 1759, “tua à coup de couteau le pauvre diable de Porteur d’eau à qui on aurait donné une récompense assez honnête s’il avoit pu bien le fouetter”.

  • 76 Abbé P.-N.-J. Hazard, Avis aux bons parents, ou Plan d’éducation patriotique présenté à l’Assemblée (...)
  • 77 L. Bourdon de La Crosnière, Plan d’un établissement d’éducation nationale, Autorisé par Arrêt du Co (...)

87Il n’était pas facile de mettre fin à la “barbarie scholastique” : la tradition ancestrale fondée sur l’idée de la corruption de la nature humaine pesait d’autant plus lourd que les pédagogues les plus lus du siècle prônaient, comme Locke – qui ne niait pas l’utilité du recours à la force-, des châtiments employés à propos, ou, comme Rollin et Fleury, invitaient seulement à la modération. Mais il parut de plus en plus nécessaire d’adoucir les méthodes car “un enfant, élevé à force de coups, ne peut devenir qu’un mauvais sujet, ou un sujet inutile dans la société”, faisait remarquer en 1789 l’abbé Hazard76 qui condamnait formellement ces “peines afflictives” dénoncées par Bourdon de La Crosnière77 en 1788. Déjà, certaines pensions, vantées par Raymond de Bury dans son Essai historique et moral sur l’éducation française, conduisaient les enfants avec plus de douceur ; on y préférait la persuasion à la répression.

  • 78 Cf. “Rapport sur l’Instruction Publique, fait au nom du Comité de Constitution, à l’Assemblée Natio (...)

88Pour la fondation de son établissement de la Société royale d’émulation, Bourdon de La Crosnière se promettait, dans un plan aux accents rousseauistes de n’employer que des méthodes qui, respectant la nature et la raison, dispenseraient “toutes les connoissances utiles et agréables” à des jeunes gens que l’on “[amènerait] insensiblement à l’amour de l’ordre & du travail” sans recourir à la coercition. On en vint à proposer de faire exercer la justice par les élèves eux-mêmes et non par le maître. Les instituteurs n’auraient plus d’autre fonction que celle d’instruire, ne seraient plus chargés de “faire la police” et ne distribueraient pas même les récompenses, souvent dues à la faveur... C’était le principe posé dans le projet utopique d’une nouvelle société intitulé l’Andrographe de Rétif de La Bretonne. Ces idées novatrices apparurent dans des plans d’éducation comme celui de Talleyrand-Périgord78 où il était proposé de confier des fonctions administratives et judiciaires aux élèves.

  • 79 Abbé A. Sicard, L’Education morale et civique avant et pendant la Révolution (1700-1808), 1884, p.  (...)

89Augustin Sicard, chantre de l’Éducation d’Ancien Régime et de la foi chrétienne, pourfendeur de la morale naturelle et de la théorie de la perfection originelle transmise selon lui par les pédagogues aux politiques, prétend que l’usage des punitions corporelles était abandonné en 1789 et attribue paradoxalement à la Révolution le passage de la sévérité à la mollesse dans l’éducation79.

90De tous les âges et de tous les temps, la violence est exercée par inclination ou par devoir et par état, ce qui en renforce le goût. Cependant, pour la plupart des hommes des Lumières, elle n’apparaissait guère plus odieuse qu’une trop grande complaisance et permissivité. “Là où il n’y a pas de bornes pour l’autorité, il n’y a pas de sécurité même pour l’obéissance.”, disait Antoine-Vincent Arnault, autrement dit la valeur éducative première de l’obéissance requiert des bornes à l’indulgence...

3. De l’Argus importun au gouverneur complaisant

91Dans la réalité, les jeunes gens de bonne famille n’en finissent pas de régler leurs comptes avec leurs magisters-cicérones à défaut de pouvoir le faire avec l’institution familiale.

  • 80 Le terme se rencontre auparavant chez Le Maître de Claville : “[...] je m’avisai donc de griffonner (...)

92La complaisance est toujours le fruit d’un pacte implicite ou explicite destiné à établir un modus vivendi plus ou moins durable. Mais il est des “contrats” – notion chère à Rousseau80 – qui déshonorent et le maître et l’élève. Ainsi Jean-Nicolas Dufort, comte de Cheverny, relate avec rancœur ce moment de démission irrémédiable du mauvais maître – un certain M. Porlier – qui accepte de pactiser avec un garçon de seize ans livré à lui-même sous la garde lointaine d’une grand-mère qui se fie à ses dires. Le narrateur dit avoir “couvé” en vain “le désir de s’instruire” ; entendons par là que, de manière réaliste, il aspirait à la formation des hommes de son rang que la naissance devait placer à la cour ou à l’armée. Ajoutons que ses relations lui donnèrent le brillant culturel nécessaire, et que trois années d’Académie le préparèrent à une vie d’action.

  • 81 L. Domairon, Le Libertin..., 1777.

93La forme extrême de la complaisance est mise en scène dans Le Libertin devenu vertueux, ou Mémoires du Comte D***, ouvrage de Louis Domairon81, dont le but est précisément d’en prouver les “funestes effets”, une fois admis le postulat que “l’éducation fait la destinée du reste de la vie”. Fils de maréchal, le narrateur reçut l’éducation des grands ; il fut livré, dit-il, entre les mains, d’un mentor, qui, quoique baron de son état, était un “homme sans aucune éducation, qui avait passé la plus grande partie de sa jeunesse dans la crapule. Débauché, faux, intéressé, sous un air timide que lui donnait son peu d’usage du monde, mais qu’à son âge il voulait faire passer pour décence, il cachait tous les vices & toutes les passions”. On ne parla donc point d’apprendre à lire et à écrire et le gouverneur profita de l’indifférence et de la crédulité des parents pour bâtir sa fortune sur la protection d’un élève dont il avait acheté l’amitié.

94Devenu grand-père et amendé par une longue vie de vicissitudes, le narrateur servira à son tour de mentor à son petit-fils, en forme de rachat. Il s’efforcera de n’en point gâter l’enfance.

95Soulignant la relation duelle maître-élève, les aspects les plus caricaturaux de l’éducation domestique sont ainsi mis en évidence...

4. Entre maîtres et valets

96Le débat qui s’instaure au xviiie siècle sur les bienfaits respectifs de l’éducation publique et de l’éducation domestique tient pour l’essentiel à la qualité des maîtres et à la considération qui leur est ou non attachée. On estime généralement que la condition des maîtres mercenaires altère les rapports éducatifs. Diderot en était conscient lorsqu’il écrivait dans la dédicace du Père de famille à la princesse de Nassau-Saarbrück, mère de famille soucieuse de l’éducation de ses enfants, qu’il n’abandonnerait pas sans réserve les siens aux subalternes car ceux-ci, sachant pertinemment que leur disciple du jour deviendrait leur maître de demain, ne pouvaient que verser dans la flatterie et la mollesse.

97Pour les partisans de l’éducation publique, l’un des mérites du collège dont on vante les avantages depuis l’abbé de Saint-Pierre, demeure que “les enfants n’[y] ont pas tant d’occasions de se gâter par les valets et les femmes de chambre”. C’est ce qu’illustre le récit de Jean-Henri Marchand intitulé Les Avis d’un Pere à son Fils où le narrateur explique comment il “s’humanisa” peu à peu au collège en perdant sa morgue et tous les défauts contractés durant sa première éducation auprès d’un père gentilhomme et de ses valets. L’enfant, soumis devant son père, s’était constitué une “petite cour” composée du valet de chambre qui lui tenait lieu de gouverneur, assisté d’un laquais de la maison et du fils de la nourrice. Il avait donc appris à commander ; “c’est une des choses qu’on apprend le plus naturellement : aussi [s’en acquittait-il] avec un ton aussi absolu qu’un Régent en chaire. [Il avoit] en revanche l’air fort maussade pour obéir”. Cependant, s’il s’amenda au collège, ce fut davantage sous la pression de ses camarades que sous la férule de ses maîtres, car il avait pris le dessus sur son précepteur un “ivrogne”, un “paresseux”, au demeurant le meilleur homme du monde...

  • 82 A.-R. Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillaney 1935 (3 tomes 1715, 1724, 1725),
  • 83 Cf Émile, op. cit., Liv. II, p. 326.

98Quand se pose le choix de la condition pour obtenir une place – choix limité mais significatif que celui de laquais ou celui de précepteur – rien n’est plus éloquent que les conseils adressés au jeune Gil Blas82 qui doit opter entre le port de la soutanelle et celui de la livrée. Son ami Fabrice s’emploie à lui faire passer l’envie de remplir l’emploi de précepteur en lui brossant un tableau cynique de l’une et l’autre fonction. Que de peines et de contraintes pour le précepteur qui, “censeur éternel” de son écolier, sera soumis à l’obligation de la vertu ou de son simulacre ! Hypocrisie non nécessaire au laquais qui peut se contenter de flatter les vices de son maître et vivre dans la corruption, sans l’inquiétude de celui qui a “charge d’ames”. En effet, si le laquais (le “génie supérieur” défini par Fabrice) “commence par étudier son maître, [...] se prête à ses défauts, gagne sa confiance et le mène ensuite par le bout du nez”, le précepteur entre dans une maison “pour servir” plutôt que “pour commander”. C’est ainsi que les rapports maître-valet, selon Rousseau, se dégradent l’un l’autre, et qu’Émile sera élevé “à la campagne loin de la canaille des valets, les derniers des hommes après leurs maîtres”83.

99Avant Jean-Jacques Rousseau, Caraccioli incite le “vrai mentor” à veiller à l’entourage de son noble pupille autour duquel il doit redouter la présence d’“âmes vénales”. Sans toutefois pousser la défiance trop loin... Plutôt que d’“interdire à l’enfance la société des domestiques”, – interdiction justifiée par d’éminents pédagogues du xviie siècle, tel Pierre Coustel – ne vaut-il pas mieux se faire des alliés de ces ennemis potentiels de la bonne éducation ?

100Il est permis au marquis Louis-Antoine de Caraccioli qui, chargé d’éduquer les enfants du prince Rewski et honoré du titre de colonel, put s’asseoir à la table du prince, ou bien encore à la comtesse de Genlis, gouverneur des enfants du duc d’Orléans, de régir à leur guise l’éducation de leurs élèves ; mais on ne peut guère imaginer qu’il en soit de même pour tous ces collégiens de dernière année ou séminaristes qui exercent chez les bourgeois, pas davantage pour ces auteurs réputés qui ne dédaignent point de remplir la fonction de précepteur chez les nobles, encore moins pour ces aventuriers et autres mercenaires “qui n’estiment une éducation que par rapport au profit qu’ils en retirent”.

101Dans les grandes maisons, c’est au gré des maîtres, parfois dans l’embarras, que sont distinguées les fonctions. Le duc de Lauzun eut pour gouverneur un laquais de feu sa mère, qui “savait lire et passablement écrire, et que l’on décora du titre de valet de chambre pour lui donner de la considération” mais qui n’était pas en état de diriger les leçons des maîtres à la mode qui étaient sous ses ordres.

  • 84 Cf. O. Marty, “Précepteur à Lyon, une année entre Chambéry et Lyon”, in Rousseau de l’enfance à qua (...)

102La fonction éducative constitue à l’évidence, une promotion pour un valet ou une servante avec lesquels le précepteur et la gouvernante ont grand peur d’être confondus. Il est intéressant de constater dans La Nouvelle Héloïse comment Monsieur et Madame de Wolmar, exigeants quant au choix de leurs domestiques, accordent une confiance particulière à la servante Fanchon Regard qui s’est distinguée par l’exactitude dans ses devoirs, sans que cela entraîne pour autant un changement de condition. Ainsi le personnel chargé de l’éducation appartient bel et bien à la domesticité. Voilà ce que ne supporta pas Jean-Jacques chez Monsieur de Mably84 malgré ses relations privilégiées avec ce dernier.

103La situation des précepteurs et gouverneurs justifie tous les plaidoyers en faveur de l’amélioration de leurs conditions de travail. Mais cela s’inscrit dans les devoirs des maîtres à l’égard de “ceux qui les servent” qu’ils doivent ménager et dont il faut mériter l’estime, non dans la valorisation de leur rôle et de leur fonction, qui ne commence à se développer que dans la seconde moitié du siècle. Bien que l’on puisse relever la propension des grands à faire mention de leurs bienfaits, flagrante chez Madame de Chastenay qui fait longuement état dans ses Mémoires de la bienfaisance de sa famille à l’égard de Monsieur Gilbert, l’instituteur de son frère, et des siens, on doit noter sous diverses plumes la dénonciation d’une véritable injustice par l’abbé Blanchard, par Baculard d’Arnaud, et bien d’autres.

104Alors que le couple maître-valet a conquis sa place dans la littérature théâtrale et romanesque, le couple maître-disciple y cherche la sienne. Il la trouve de manière toute particulière dans ce qui pervertit la relation pédagogique.

5. Amoureux ou libertin

105Plus que des témoignages improbables, les ressorts romanesques illustrent un propos qu’il faut situer dans le cadre de l’éducation particulière où se nouent ces inévitables relations triangulaires parents-enfants-maître qui, pour être notables, doivent présenter des caractères conflictuels ou amoureux. Ainsi, la préparation du disciple au mariage fait appel à une forme d’éducation sentimentale qui rend problématique, comme dans l’œuvre de Rétif de La Bretonne, la frontière avec la littérature libertine. Mais celle-ci a ses propres enjeux et ne nous permet pas de taire ces formes d’initiation sexuelle, parfois incestueuses, qui constituent l’essentiel de l’apprentissage pour le disciple...

106La Nouvelle Héloïse, œuvre foisonnante s’il en est, se fonde sur le thème des amours impossibles. Saint-Preux se heurtant aux préjugés sociaux entre en conflit avec le père de Julie et doit renoncer à son amour. Il lui faudrait guérir de cet amour pour être heureux dans l’ordre social mais cela ne sera possible ni à Julie ni à lui. Il est inutile de relater les faits qui furent parfois sévèrement reprochés à Rousseau. Saint-Preux abusant de la confiance et de l’hospitalité du père de Julie n’épousera pas celle-ci destinée à M. de Wolmar, lequel accueillera Saint-Preux dans la demeure de Clarens et ira jusqu’à s’absenter pour le laisser seul auprès de sa femme...

  • 85 Loaisel de Tréogate, Dolbreuse ou l’homme du siècle ramené à la vérité par le Sentiment par la ra (...)

107Jacques Labiée dit avoir lu avec “recueillement” ce roman qui bouleversa toute une génération. De cet “ouvrage de sentiment”, il n’est – sans ajouter aux témoignages d’émotion des lecteurs de La Nouvelle Héloïse relevés par Daniel Mornet – que de voir la lecture qu’en font les héros de Loaisel de Tréogate85 : Dolbreuse et Ermance versèrent des torrents de larmes sur les épreuves de Julie et de Saint-Preux. Ermance entretint dès lors une véritable vénération pour Rousseau qui “devint son auteur de choix”. “Elle passoit les jours, les nuits à le lire, à le méditer”, dit le narrateur qui, tentant vainement de suivre les traces de son amante sur la voie de l’érudition et de la vertu, désespéra bientôt de l’égaler...

108Source d’inspiration, le couple Saint-Preux-Julie qui met en lumière le conflit entre l’amour et les contraintes religieuses et sociales est aussi une source d’identification.

  • 86 A.-G. Merlin de Thionville, “Réponse aux inculpations” in J. Reynaud, Vie et correspondance de Merl (...)

109Ainsi, durant son séjour chez les lazaristes de Saint-Simon, Merlin de Thionville vécut des amours romanesques, purement épistolaires, avec Mademoiselle de R., pensionnaire du couvent des religieuses de La Madeleine “dont le jardin n’était séparé du séminaire que par la largeur de la rue”. Il lui écrivait, elle lui répondait “et les lettres d’Héloïse à saint-Preux n’étaient pas plus tendres”86.

110Cette correspondance s’acheva quand mademoiselle de R... se rendit à Paris. Au courant de cette relation, M. Maudru, le professeur de scolastique qui officiait également à La Madeleine, brûla les lettres des deux jeunes gens ; puis ne pouvant mettre un terme à une passion qui nuisait aux études de son élève, il proposa habilement à ce dernier d’entrer dans une congrégation à Paris. Les pérégrinations de Merlin qui, muni de lettres de recommandation pour Paris, prit la diligence pour Reims, espérant se faire oublier à la chartreuse du Val-Saint-Pierre-en-Thiérache et renonçant ainsi à cure et bénéfices – mais non à revoir Mademoiselle de R... — sont du plus pur romanesque. Mais laissons-là ce jeune Saint-Preux...

111Il est bien des égarements et des amours impossibles pour faire les Délassemens de l’Homme sensible. Baculard d’Arnaud offrit aux lecteurs de son temps sa version de cette histoire exemplaire où l’amour ne triomphait pas impunément.

112Stradella, le maître de musique, séduit son “écolière” Hortensia, destinée à épouser un sénateur. Les deux amants s’enfuient mais malgré la protection de la duchesse de Savoie, ne peuvent échapper à la vengeance paternelle et à l’animosité du sénateur...

113Voilà, réduit à sa plus simple expression, l’un de ces tableaux dramatiques dont Baculard est persuadé qu’ils instruisent mieux que des raisonnements. Il appartient au lecteur d’être perspicace et d’en dégager la morale.

114Mais le poncif romanesque et théâtral du gouverneur amoureux ne tire pas que des larmes. Sans que soit jamais égalé le Pédant Joué de Cyrano de Bergerac, la veine du ridicule est aussi exploitée.

115Dans Le Diable boiteux, de Lesage, l’écuyer Don Côme de la Higuera, gouverneur des pages du Comte d’One, devient l’objet de la vengeance d’un picaro nommé Domingo qu’il a fait fouetter. Grâce à la complicité de la suivante, ce dernier lui fait miroiter l’amour de dame Luciana. Il a beau jeu avec la vanité et le narcissisme du gentilhomme qui dépense sans compter en sérénades et en fêtes. Dupé, puis dépouillé de ses écus sans que justice lui soit rendue, Don Côme sera raillé de tout le monde.

  • 87 F.-A. Quétant, L’Écolier devenu maître..., comédie en trois actes et en prose..., 1768. Devenue Le (...)

116Le Pédant amoureux, opéra-comique de 1763, met en scène un magister amoureux de sa pupille qu’il dispute à Lindor, un jeune étudiant en droit qui s’est introduit chez lui sous prétexte d’apprendre le grec. Ce pédant qui n’a plus d’écoliers aspire à devenir un mari dont le pouvoir ne sera pas contesté ; il lui faut “conserver les attributs du despotisme à l’exemple de Denis de Syracuse” et “plier le tendre arbrisseau à sa fantaisie”. Il échoue à laisser sa future épouse dans l’ignorance de ce qui peut contribuer au bonheur d’une jeune femme, comme le précepteur de Fanfan dans L’Ecolier devenu maître, ou le pédant joué de Quétant ne réussira point à inspirer à son élève “l’aversion la plus exacte pour les femmes & l’amour”87.

117Si du conte moral au conte licencieux, il n’y a pas une si grande distance, à l’opposé des œuvres sentimentales, se situent celles, décapantes et parodiques, qu’une lecture réductrice a longtemps confiné dans “l’Enfer de la bibliothèque nationale” et qui divisent encore les spécialistes sur leur appartenance ou non à la littérature dite libertine.

118Le “pédagogue” y apparaît sous des traits divers qui récusent les rôles traditionnels. Ce sont des ecclésiastiques débauchés, confesseurs des deux sexes mais surtout de jeunes filles naïves et de “dévotes de profession”. Ce sont des pères abusifs ou bien encore de ces femmes initiatrices, qui prennent sous leur coupe les jeunes gens de dix-sept ans à leur entrée dans le monde...

119Quel directeur de conscience oserait détourner son “élève” des principes de la religion ? Cependant, dans la Thérèse philosophe de Boyer d’Argens, le père Dirrag et l’abbé T*** proposeront à l’héroïne la révélation de ses sens et la persuaderont de la vertu de la jouissance.

  • 88 Durant la première enfance, le prince est entre les mains des femmes : nourrice, gouvernante, femme (...)

120Quel instituteur oserait inculquer d’autres principes que ceux du logis où il est obligé de plaire ? Franval se chargera donc lui-même de l’éducation de sa fille Eugénie ; confiée à des “femmes dont il est sûr”, celle-ci passe à sept ans pour ainsi dire aux hommes88, tel un fils de roi... Pliant à sa volonté sa femme scandalisée, “l’instituteur” vole au-devant du moindre désir de son “élève” et se l’attache ainsi jusqu’au sacrifice en la dressant contre sa mère jusqu’à la haine. Subornation et séduction sont les armes du maître qui lors de ses “conférences” inculque des maximes sur la morale et sur la religion, bien opposées à celles que ses propres instituteurs n’ont pas réussi à lui faire adopter.

  • 89 J.-R. La Morlière, Angola, Histoire indienne, 1746.

121Quelle femme se permettrait de revendiquer le droit au plaisir et de s’affirmer maîtresse de son destin, à l’encontre du rôle de future sage épouse qui lui est dévolu ? Alors la fée Lumineuse du chevalier La Morlière89 prendra comme “écolier” le prince en personne, lui fera perdre son innocence en lui faisant découvrir les agréments de l’amour libéré de ses garde-fous sociaux et moraux.

122Il semble que tous les poncifs de l’idéal éducatif du xviiie siècle soient épinglés dans cette insistance à détourner la formule conventionnelle de la formation du “cœur” et de l’“esprit” en formation du “corps” et de l’“esprit”, à faire passer très vite les méthodes pédagogiques des préceptes aux travaux pratiques, à ériger la nature au statut de “mère du genre humain”, à ne plus sacrifier l’intérêt particulier à l’intérêt général.

  • 90 J.-B. de Boyer, marquis d’Argens, “Thérèse philosophe”, Romans libertins du xviiie siècle, 1993, [1 (...)

123La subversion est d’autant plus marquée qu’elle épouse les dehors les plus conformistes : “Que l’exemple et les préceptes sont les grands maîtres pour former le cœur et l’esprit !”90, s’exclame la narratrice de Thérèse philosophe. Voilà quant à la méthode qui donne lieu à des scènes licencieuses dans lesquelles il faut, explique le père T***, combattre “le péché contre la loi naturelle qui nous prescrit d’aimer notre prochain comme nous-mêmes” ainsi que toute action qui “peut nuire à la tranquillité des familles et troubler l’intérêt public”, moyennant quoi, tous les plaisirs sont permis, qui ne “pèchent” pas “contre l’intérêt de la société”.

  • 91 Cf. Charles-Joseph de Ligne, cité par Valérie Van Crugten-André in Le roman du libertinage, 1782-18 (...)

124Car si “le libertin naît libertin”91, il est bien cet hypocrite que l’on rencontre chez “les moines, les prêtres, les gouverneurs, les chefs de famille ou de bureaux” et qui ne veut point apporter de “désordre dans la société”. Est alors permise toute conduite qui ne trouble pas l’ordre établi.

125Le discours libertin est un discours pédagogique qui vise à inculquer à un sujet le libre exercice des sens sans celui des passions. S’il s’agit de développer en lui ou de lui faire retrouver d’une manière toute rousseauiste sa nature profonde, il est question le plus souvent de détruire les effets d’une éducation précédente ; en ce sens, les “maîtres” du libertinage sont des anti-mentors qui gardent peu ou prou des attaches avec ce que l’on a appelé le libertinage d’esprit.

126Laissant de côté le discours sadien qui est maintenant bien connu, nous terminerons cette approche en nous référant à la figure rétivienne de Gaudet d’Arras dont l’échec pédagogique est symptomatique et nous ramène au cœur des véritables intentions éducatives du siècle.

  • 92 H. Coulet, “La vertu de Gaudet” in Études recherches sur le xviiie siècle, 1980, p. 126.

127À l’instar de Thérèse, Ursule, la petite provinciale de La paysanne pervertie, met en cause tout ce qu’elle a entendu avant de rencontrer Gaudet d’Arras, moine philosophe, professeur de vice et de vertu... Elle a bien compris que l’estime que l’on a de soi-même est, plus que l’opinion d’autrui, une condition de bonheur, mais elle n’a pas compris en quoi consiste la vertu prônée par Gaudet ; comme tous les autres personnages, elle trouve “étrange” en lui ce composé d’idées subversives et de consignes de modération. Dans un commentaire fort pertinent, Henri Coulet92, qui le premier, a analysé la philosophie de Gaudet sans porter de jugement moral plus ou moins explicite, en impute les limites d’application à la société.

  • 93 Cf. Armand Bégué, État présent des études sur Rétif 1948.

128Avec sa morale à l’usage des citadins, Gaudet n’a pas mesuré, d’une part, à quel point “la ville est incomparablement plus dangereuse pour les campagnards que pour les citadins”, d’autre part, combien il est difficile pour tout homme de “forger sa vie à coups de volonté”93. Ainsi, le guide de la raison s’avère tout aussi insuffisant pour Edmond.

129Une déclaration de celui-ci mérite grande attention : il s’agit de l’aveu de l’antagonisme de son “cœur” et de son “esprit”, en termes qui ne réfèrent pas simplement au syntagme rebattu depuis le fameux ouvrage de Rollin mais qui sont les plus propres à traduire la nature des liens qui l’enserrent et la difficulté d’une émancipation totale. Le déchirement cœur-esprit dont Edmond-Rétif fait l’aveu dans la Lettre LXVI du Paysan perverti symbolise la résistance à l’éducation de la “seconde nature” que constitue l’empreinte sur l’individu de son milieu d’appartenance.

  • 94 Vanière, “Discours sur l’éducation” in Journal d’éducation, p. 49.

130Aux conditionnements sociaux de l’homme, s’ajoutent les deux maîtres que sont Dieu et la passion94. Quant aux maîtres de chair et d’os qu’on donne à la jeunesse, si Dieu n’est point la pierre fondamentale de l’éducation, ils peuvent servir un temps de rempart contre la passion mais, dès que leurs disciples sont livrés à eux-mêmes, celle-ci triomphe.

  • 95 La Vie de mon père (éd. de G. Rouger), 1970, p. 70.

131Comment interpréter l’échec de Gaudet autrement que comme l’expression d’un pessimisme fondamental de Rétif de La Bretonne qui ne parviendrait pas à croire à la vertu, entendue comme la victoire de l’intérêt général sur l’intérêt particulier, sans ce “beau moral” issu de l’Ancien Testament, transmis par ses pères, ou plus exactement par ses frères95 ? Encore qu’elle trouve son inspirateur en la personne de l’abbé Foudriat auquel Rétif doit beaucoup, cette figure intellectuelle de libre-penseur ne peut que rester imaginaire. Et à l’évidence, il est impossible à l’anti-pédagogue comme au pédagogue de se démarquer des principes moraux traditionnels et des contraintes sociales, a fortiori d’en affranchir son élève.

132Il nous faut donc revenir aux personnages contingents pour tâcher de caractériser leur degré d’insertion dans un système réel ou rêvé selon la visée éducative du temps.

Notes

1 Recherches de la France.1665 (1560).

2 Dictionnaire de Trévoux, 1771.

3 Cf. 6e éd. (1835) du Dictionnaire de l’Académie française : “La pédagogie est un art fort important, qui exige beaucoup de raison, de lumières et d’expérience.”

4 Cf Manuel lexique..., 1755 (1750).

5 J.-J. Rousseau, Considérations sur le Gouvernement de Pologne et sur sa réforme projettée, 1782, chap. IV, Éducation.

6 J. Verdier, Mémoire à consulter. Sur les fonctions et les droits respectifs de trois Classes d’instituteurs établis en France par les trois ordres de l’État..., 1779, pp. 188-202.

7 F.-Y. Besnard, Souvenirs d’un nonagénaire, 1880, t. 1.

8 Cf. le distinguo qu’établit à la fin du siècle J.-H. Valant : “Parallèle de l’instituteur et du maître de pension” par l’éditeur du Cosmète, An VII, pp. 231-33.

9 Mémoire..., op. cit., pp. 28 et 34.

10 Il était d’usage chez les jésuites de faire changer les professeurs de classe avec leurs élèves.

11 Discours sur l’éducation nationale, physique et morale des deux sexes, 1792.

12 Recueil de mémoires et d’observations sur la perfectibilité de l’homme par les agens physiques et moraux..., 1772, Préface.

13 J.-B. Crevier, Histoire de l’Université de Paris, depuis son origine jusqu’en 1600, 1761.

14 Correspondance inédite de Collé, 1864, Lettre XLI du 7 août 1780 à son jeune parent, M. de V.

15 C.-P. Goujet, Mémoires historiques et littéraires..., 1767.

16 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, 1782, t. 2, chap. CXVIII, Professeurs de l’Université.

17 Vie de M. Grosley..., 1787.

18 “Discours de la Pédanterie” in Divers Ouvrages de Monsieur de Crousaz..., 1737, pp. 191-238.

19 Rousseau (J.-J.), Émile, 1969 (1762), t. 4, Liv. II, p. 360.

20 Cf. Les Contre-confessions, Histoire de Madame de Montbriîlant, 1989 (1818), p. 938.

21 Cf J.-B.-L Crevier, De l’éducation publique,1762.
Précisons que ce texte, d’abord attribué à Diderot puis à Crevier, serait l’œuvre de D. Thiébault à qui Diderot aurait prêté sa plume pour la préface comme nous l’apprend l’“enquête” menée par R. R. Palmer : “A mystery Explored : The De l’éducation publique attributed to Denis Diderot” in Journal of Modern History, mars 1985, pp. 1-23.

22 Émile, op. cit., Liv. II, p. 424.

23 Ibid., Liv. IV, p. 643.

24 Rappelons que depuis la loi du 11 janvier 1984, son remplacement par l’appellation professeur des écoles est en voie de généralisation.

25 Cf É. Pasquier, Recherches..., op. cit., IX, 5.

26 Instruire, d’instruere (disposer, bâtir)...

27 J. Verdier, Maison et cours d’éducation, 1792, p. 11.

28 J. Verdier, Recueil de mémoires et d’observations sur la perfectibilité de l’homme, 1772, p. 49.

29 Vie de M. Grosley, op. cit., pp. 11-13.

30 Marie Gauthier, morte en 1750, était restée quatre-vingts ans au service de la famille paternelle de P.-J. Grosley.

31 Vie de M. Grosley, op. cit., p. 14.

32 C.-I. Castel, abbé de Saint-Pierre, Projet pour perfectionner l’éducation..., 1728, p. 80.

33 Du collège au lycée (1500-1850), 1985.

34 C.-F.-O. Rosette, chevalier de Brucourt, Essai sur l’éducation de la noblesse..., 1747.

35 Cf. “Sur l’Éducation Domestique du daufin” in Ouvrajes politiques de Mr l’Abbé de Saint-Pierre, 1734, t. 6, pp. 294-311.

36 Pour avoir une idée de la charge du gouverneur, on peut consulter Puget de Saint-Pierre, Histoire de Charles de Sainte-Maure, Marquis de Salles, Duc de Montausier, Gouverneur de Mgr le Dauphin..., 1784.

37 Abbé de Saint-Pierre, Sur l’Éducation Domestique du daufin, op. cit., Maxime XX.

38 Mme de Genlis, Mémoires, 1825, t. 2, pp. 180-81.

39 Le diptyque “éducation-instruction” que représentent le cœur et l’esprit rappelle le titre de l’ouvrage fameux de Charles Rollin, qui marque le siècle : Traité des études ou De la manière d’enseigner et d’étudier les belles-lettres par rapport à l’esprit et au cœur, 1726-28.

40 Cela recoupe la définition du Dictionnaire de Trévoux. L’intérêt de l’article réside dans le développement des aptitudes et talents nécessaires à l’exercice de la fonction, où transparaît l’expérience propre de l’auteur, André Lefèvre. Grosley fait remarquer que son cousin A. Lefèvre (1717-1768), précepteur consciencieux de fils de familles s’est peint lui-même, à son insu, dans l’article “Gouverneur” qu’il a fourni à l’Encyclopédie". (Cf. Vie de M. Grosley, op. cit., p. 18.)

41 Cf. article “Précepteur” in Dictionnaire critique, pytoresque..., Lyon, 1768.

42 Brucourt, Essai sur l’éducation de la noblesse..., op. cit., chap. II, pp. 31-32.

43 Abbé Gédoyn, “De l’Éducation des enfans” in Œuvres diverses, 1745, publication posthume, p. 29.

44 Emile, op. cit., Liv. I, pp. 262-64 : “J’ai fait autrefois un suffisant essai de ce métier pour être assuré que je n’y suis pas propre, et mon état m’en dispenserait quand mes talens m’en rendraient capable.”
(Cf. Les Confessions, op. cit., Liv. VI, pp. 267-69.)

45 R.-A. Leigh, C. C., t. 1, p. 31. Fin 1735, Jean-Jacques, faisant l’examen de ses capacités, confiait à son père son intention de gagner sa vie en exerçant l’emploi de gouverneur...

46 L.-B. Proyart, Le Modele des jeunes gens Dans la vie édifiante de Claude Le Peletier de Sousi..., 1789, pp. 220-21.

47 Le mot professeur a dans le texte le sens relativement neutre d’“hommes de lettres” qui “dans les universités” fait des leçons publiques sur quelque art ou quelque science, dans une chaire où il est placé pour ce sujet”, comme l’indique l’Encyclopédie, et non de celui qui fait profession d’une religion.

48 Cf. “Maîtres”, chap. CXLI du Tableau de Paris, op. cit., t. 2.

49 Rollin, Traité des études ou De la manière d’étudier et d’enseigner les belles lettres, 1810 (1726-28), t. 1, pp. 29-30.

50 Au sens propre, le pédagogue était l’esclave chargé d’accompagner l’enfant dans ses sorties et plus spécialement de le conduire à l’école. Ce qui, d’après le Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., a pu faire voir à certains une dérivation de pede (pied) dans le mot pédant par déformation de l’italien pedagogo (pédagogue) et identification populaire burlesque avec pedant “celui qui va à pied, pieton” (XIVe siècle), parce que le pédagogue accompagnait constamment ses élèves.

51 Plutarque cité par J.-H. Valant in Le Cosmète, op. cit., Code moral, p. 60.

52 Le véritable mentor ou l’éducation de la noblesse, Par le marquis Caraccioli, Colonel au Service du Roi de Pologne, Électeur de Saxe, Paris, 1759 (Breslau, 1756), pp. 28-29.

53 On aura reconnu la métaphore de Rousseau qui lui sert à expliquer le processus de dénaturation de l’homme. (Cf. Émile, I, 245.) Elle sera fréquemment reprise dans les projets révolutionnaires.

54 Abbé Roy, Le Mentor Universel, 1784, pp. 41-43.

55 Cf L’esprit de Mr le marquis de Caraccioli, 1763, pp. 198-99 :
“On les expose à tous les caprices de la colère & de l’humeur, tandis qu’on met un oranger à l’abri du froid & du vent. Qu’arrive-t-il ? Les vertus trop tardives ou trop précoces ne laissent que des âmes nues, dont les passions s’emparent à l’envi, & les regrets deviennent tout le fruit de ces éducations trop austères.”

56 Émile, op. cit., Liv. I, p. 245.

57 L’expression est de Coménius qui faisait grand usage de l’analogie entre agriculture et éducation.
Cf. La Grande Didactique ou l’art universel de tout enseigner à tous,
1992 (1633), chap. XVI : “[...] la seule obligation des maîtres est de semer habilement les germes de la connaissance dans les esprits et arroser avec soin ces petites plantes de Dieu que sont les enfants ; elles croîtront et prospèreront.”

58 P.-J.-B. Nougaret, Theatre à l’usage des collèges, Discours préliminaire, 1789, pp. xvij-xvj.

59 C’est le plan de “maison commune” où les enfants seraient pris en charge par l’État de Lepeletier de Saint-Fargeau :
“Que ces jeunes arbres soient transplantés dans la pépinière nationale ; qu’un même sol leur fournisse les sucs nutritifs ; qu’une culture vigoureuse les façonne ; que, pressés les uns contre les autres, vivifiés comme par les rayons d’un astre bienfaisant, ils croissent, se développent, s’élancent tous ensemble, et à l’envi, sous les regards et sous la douce influence de la patrie !”

60 J.-A. Borrelly, Introduction à la connaissance et au perfectionnement de l’homme physique et moral, an V, chap. XI.

61 Nouveau plan d’éducation, pour former des hommes instruits et des citoyens utiles..., 1775, p. ixxj.

62 Abbé G.-A.-R. Baston, Mémoires..., op. cit., cf. t. 1, chap. II, Le séminaire de Saint-Sulpice, p. 37.

63 I. Vanière, “Discours sur l’Éducation” in Le Roux, Journal d’Éducation, 1776, pp. 66-67.

64 J.-H. Valant, Le Cosmète..., an VII, p. 202.

65 J.-F. Marmontel, “Éléments de littérature”, O. C., 1965 (1787), t. 4, p. 411.

66 F.-M.-T. de Baculard d’Arnaud, Délassemens de l’Homme sensible, ou anecdotes diverses, 1783, t. 1, Préface.
Dans Le digne instituteur, (ibid., 1786, t. 3, pp. 211-16), l’auteur distingue “dans la foule des livres qui depuis quelque temps ont paru en faveur de l’éducation, l’Ouvrage de l’Abbé Roi, censeur Royal, intitulé Le Mentor universel : les enfants sont, pour ainsi dire, conduits par la main dans la route de la vie. L’instruction, par ce moyen, devient profitable, & le vent n’emporte point la graine.”

67 Mme de Genlis, Mémoires..., 1825, t. 1.

68 Cf S. Gougeaud-Arnaudeau, La Figure du pédagogue du xviiie siècle de l’enfance de Marmontel à celle de Stendhal, Thèse à la carte, Septentrion, 1998.

69 P.-S. Du Pont de Nemours, Vues sur l’éducation..., an II, pp. 32-33.

70 Abbé G.-F. Coyer, Plan d’éducation publique, 1770, pp. 229-31.

71 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, chap. CXIX, Petites Ecoles.

72 J. Labiée, Mémoires d’un homme de lettres, 1824.

73 Abbé J.-E.-A. Gosselin, Vie de M. Émery, 1861, t. 1.

74 A.-V. Arnault, Souvenirs..., op. cit., chap. III.

75 B. ; B. ; J. ; M. Sandre, La classe ininterrompue. Cahiers de la famille Sandre, enseignants, 1780-1960, présentés par Mona Ozouf, 1979.

76 Abbé P.-N.-J. Hazard, Avis aux bons parents, ou Plan d’éducation patriotique présenté à l’Assemblée nationale..., 1789, p. 21.

77 L. Bourdon de La Crosnière, Plan d’un établissement d’éducation nationale, Autorisé par Arrêt du Conseil du 5 octobre 1788, sous le titre de Société royale d’émulation, 1788, p. 8.

78 Cf. “Rapport sur l’Instruction Publique, fait au nom du Comité de Constitution, à l’Assemblée Nationale les 10, 11 et 19 sept. 1791, in C. Hippeau, L’Instruction publique en France pendant la Révolution..., 1881.

79 Abbé A. Sicard, L’Education morale et civique avant et pendant la Révolution (1700-1808), 1884, p. 97.

80 Le terme se rencontre auparavant chez Le Maître de Claville : “[...] je m’avisai donc de griffonner des Articles d’un Contrat, sur le fondement duquel je pusse contraindre le jeune homme, supposé qu’il vînt à se dégoûter de mes conseils.”
Cf. Traité du vrai mérite de l’Homme..., 1734, pp. 5-7.

81 L. Domairon, Le Libertin..., 1777.

82 A.-R. Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillaney 1935 (3 tomes 1715, 1724, 1725),

83 Cf Émile, op. cit., Liv. II, p. 326.

84 Cf. O. Marty, “Précepteur à Lyon, une année entre Chambéry et Lyon”, in Rousseau de l’enfance à quarante ans, 1975.

85 Loaisel de Tréogate, Dolbreuse ou l’homme du siècle ramené à la vérité par le Sentiment par la raison. Histoire philosophique..., 1786 (1783), pp. 30-33.

86 A.-G. Merlin de Thionville, “Réponse aux inculpations” in J. Reynaud, Vie et correspondance de Merlin de Thionville, 1859, p. 165.

87 F.-A. Quétant, L’Écolier devenu maître..., comédie en trois actes et en prose..., 1768. Devenue Le Pédant amoureux en 1775, puis Le Sot déniaisé en 1777, enfin La Duègne amoureuse.

88 Durant la première enfance, le prince est entre les mains des femmes : nourrice, gouvernante, femmes de chambre.

89 J.-R. La Morlière, Angola, Histoire indienne, 1746.

90 J.-B. de Boyer, marquis d’Argens, “Thérèse philosophe”, Romans libertins du xviiie siècle, 1993, [1748], p. 605.

91 Cf. Charles-Joseph de Ligne, cité par Valérie Van Crugten-André in Le roman du libertinage, 1782-1815. Redécouverte et réhabilitation, p. 44.

92 H. Coulet, “La vertu de Gaudet” in Études recherches sur le xviiie siècle, 1980, p. 126.

93 Cf. Armand Bégué, État présent des études sur Rétif 1948.

94 Vanière, “Discours sur l’éducation” in Journal d’éducation, p. 49.

95 La Vie de mon père (éd. de G. Rouger), 1970, p. 70.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540