Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre gouvernants et gouvernés : le pédagogue du XVIIIe siècle

 | 
Simone Gougeaud-Arnaudeau

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cf. J-J. Fillassier, Dictionnaire historique d’éducation..., 1784, t. 1, p. 604.

1Parmi les certitudes sur lesquelles les hommes du xviiie siècle établirent leur confiance en un devenir historique au sens progressiste du terme et en un “salut” collectif – désormais terrestre –, il y avait cette conviction générale que les petits d’hommes sont semblables aux “petits chiens de Lycurgue”1. Pour ou contre Rousseau, leur pensée ne tarda pas à s’inscrire dans le débat durable de la formation de l’homme et/ou du citoyen, posant la question des finalités de l’éducation, indissolublement liée à celle de la perfectibilité humaine postulée par John Locke.

  • 2 Cf. Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Meister, etc. (1753-1793), 196 (...)

2La croyance en une haute fonction de l’homme de lettres, la “manie” d’écrire sur l’éducation caractérisent ce siècle “prêcheur”2 qui voulait partout de la morale, considérée comme l’“essence de la société”. Depuis l’Essai d’Éducation nationale de La Chalotais, quiconque était chargé d’éducation – particulière ou publique – s’interrogeait non seulement sur le sens de sa fonction mais sur les méthodes à mettre en œuvre.

  • 3 Si seule la Convention montagnarde inscrivit l’instruction comme “le besoin de tous” dans l’articl (...)
  • 4 La Fare (De, gouverneur de L.L. S. Smes Mgrs les Princes Ducs de Schleswig-Holstein-Gottorp), Le G (...)

3Paradoxe d’un siècle qui mythifiait l’éducation3, le pédagogue, avec tous les glissements de sens qu’a connu sa désignation, était le plus souvent décrié. Bien que l’art d’élever les enfants fût reconnu comme le plus difficile de tous, il était généralement admis que si les instituteurs valaient mieux, on aurait moins à se plaindre de tant d’éducations manquées. De quelles “qualités éminentes”4 selon M. de La Fare, fort de sa propre expérience de gouverneur auprès du jeune Lisimaque (écho de Télémaque), ne devaient-ils pas faire preuve ? Elles étaient bien difficiles à cerner...

4Cependant, une figure idéale émerge de textes aux statuts divers (Mémoires ou Souvenirs, plans, traités et autres manuels d’éducation à vocation édifiante qui trahissent la volonté d’une société de ne pas abandonner la formation morale de ses membres au hasard, fictions romanesques et théâtrales, etc.) puisés dans la littérature du xviiie siècle, parmi les figures réelles, théoriques ou fantasmatiques, chargées de toute la subjectivité de l’acte d’éducation. Dans les rêves et projets éducatifs sous-jacents ou non à des fictions littéraires, sous les traits les plus variés de gouverneurs, de régents, de précepteurs, d’instituteurs et de professeurs imparfaits, reposent des figures emblématiques d’hommes et de femmes de papier mais aussi de chair et d’os, souvent piètres acteurs du messianisme éducatif qui parcourut le siècle. Pour les faire apparaître, nous n’avons pas recherché, loin s’en faut, les quelques diamants de la littérature qu’un Lammenais accordait à ce qu’il considérait comme le fleuve de fange du xviiie siècle.

5Le regard posé sur l’image du pédagogue avant la création d’une institution éducative digne de ce nom soulève des questions essentielles sur la légitimité des attentes sociales et politiques vis-à-vis des personnes investies de la tâche d’éduquer les enfants porteurs d’avenir et la capacité de celles-ci à y répondre.

6Une revue lexicale et un portrait à grands traits de notre personnage ouvrira cette recherche, rappel nécessaire pour le lecteur habitué au terme générique d’“enseignants”.

7Puis les deux autres chapitres mettront en perspective l’institution du prince et celle des enfants du peuple, l’intérêt pour les enfances royales ayant précédé celui de l’enfance en général. L’éducation princière étant considérée comme primordiale pour une nouvelle gloire royale, le mythe du Mentor de Télémaque obséda les esprits jusqu’au lendemain de la Révolution. Plus qu’une transformation profonde des mentalités, c’est le changement des institutions politiques qui rendait indispensable la formation du plus grand nombre, en l’espèce : le peuple dit souverain. Si des raisons diverses sont invoquées pour donner une large base populaire à l’éducation et/ou à l’instruction – le vocable n’est pas indifférent – une constante dans les finalités apparaîtra, qu’elle ait pour nom “régénération morale” ou “bonheur public”...

8De la formation des gouvernants à celle des gouvernés, citoyens de tous les régimes, avant qu’il ne devienne théoriquement défenseur et gardien des valeurs républicaines, l’instituteur public fut celui de la morale chrétienne au service de l’institution suprême de la monarchie.

  • 5 Devenue commune – voire péjorative –, cette expression est à rattacher à l’ouvrage d’une émule de (...)

9C’est sur le chemin, certes encore long, de l’enfant des rois à l’enfant-roi”5, que nous rencontrerons son image séculaire.

Notes

1 Cf. J-J. Fillassier, Dictionnaire historique d’éducation..., 1784, t. 1, p. 604.

2 Cf. Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Meister, etc. (1753-1793), 1968 (1878), 1er juillet 1762, t. 5, p. 112.

3 Si seule la Convention montagnarde inscrivit l’instruction comme “le besoin de tous” dans l’article 22 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1793, l’éducation resta définie comme une priorité.

4 La Fare (De, gouverneur de L.L. S. Smes Mgrs les Princes Ducs de Schleswig-Holstein-Gottorp), Le Gouverneur..., 1768, p. vi.

5 Devenue commune – voire péjorative –, cette expression est à rattacher à l’ouvrage d’une émule de Rousseau, paru en 1910 : Le Siècle de l’enfant.
“Lorsque le père verra dans l’enfant le fils du roi qu’il doit en toute humanité servir de toutes ses forces, celui-ci aura acquis ses droits.”, écrivait Ellen Kay qui s’adressait “à tous les parents qui [avaient] l’espoir de former au siècle nouveau l’homme nouveau”.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540