Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards actuels sur les Fables de La Fontaine

 | 
Marlène Lebrun

Préface

Pierre Malandain

Texte intégral

1Voici un petit livre qui en vaut mille, et des plus gros. Mille, parce que la Fontaine continue à nous importer, à nous inquiéter, à nous enchanter à tel point que la critique n’en a jamais fini avec lui et que les meilleurs se consacrent sans relâche à cette œuvre ironiquement inépuisable. Des plus gros, parce que la personnalité intellectuelle de cet auteur et son intervention subtile dans l’histoire de la pensée, le genre de la fable qu’il a illustré au point de le hisser, lui qui n’était que de petite roture, au niveau le plus noble, la règle de diversité qu’il s’est donnée, qui confère à ses textes un charme toujours reconnaissable et pourtant toujours surprenant, ont appelé toutes les forces du savoir, de la culture et de la réflexion, à peine suffisantes à en rendre compte. Il est l’un des auteurs pour lesquels la disproportion entre le volume de leur production et celui de la production critique à eux consacrée est la plus impressionnante La plus cocasse aussi, s’agissant d’un poète que sa brièveté distingue autant qu’il la distingua au tout premier rang des qualités – et le mot prend ici toute l’énergie de son sens – qu’il demandait, sans la moindre emphase théorique, à la poésie. Qu'il lui donnait surtout et dont Marlène Lebrun, par un don de sympathie artistique comme il en est parfois offert aux exégètes patients, nous fait don à son tour.

2Comment en effet oser s’attaquer à ce qu’on pourrait appeler un « état présent des études lafontainiennes » quand on ne s’appelle pas Marc Fumaroli, Jean-Pierre Collinet, Jürgen Grimm ou Patrick Dandrey ? Premièrement parce qu’il est bon de n’être pas juge et partie. Et aussi parce que le besoin crée l’organe. Pour entreprendre et mener à bien une thèse cooptée par la littérature française et les sciences de l’éducation, il fallait accomplir ce travail de bilan critique, et il fallait de ce butinage obstiné savoir extraire le miel. La thèse, intitulée « Les Fables de La Fontaine : un exemple de propédeutique à la lecture littéraire », a tiré le meilleur profit de ces deux opérations, et c’est le meilleur de la seconde qui nous est présenté ici.

3Parce qu’il y a eu Sainte-Beuve, et Barbey, et Valéry, et Barthes, et Gracq, on sait que la position critique n’est pas condamnée au pédantisme académique, qu’elle peut nourrir une écriture digne de ce nom et construire des objets désirables. De cette espèce est ce petit livre qui, à partir de l’information la plus rigoureusement complète – dont témoignent assez la bibliographie et l’index-, sait ordonner le paysage, entourer le poète de ses partisans les plus avertis, les dégager de leurs pesanteurs respectives et exalter leurs intuitions les plus fécondes, leurs formulations les plus heureuses. La perspective s’en trouve soudain toute renversée et, au lieu de figurer comme l’objet des feux croisés de la critique, tout ébloui de leur éclat inquisiteur, écrasé sous le poids de leur appareillage sophistiqué comme on sait, La Fontaine apparaît comme l’initiateur et le premier aventurier d’une enquête infinie, le régulateur discret des procédures diverses qui la permettent, l’évaluateur souriant de leur pertinence et de leur fécondité.

4Trois livres en un, en somme, sinon mille : un précieux bilan des études lafontainiennes du dernier quart de ce siècle, plus complet, plus fouillé, plus récent que ceux qu’a suscités la récente célébration du tricentenaire de la mort du poète (1995) ; une analyse spectrale de la critique contemporaine, avec revue et confrontation de ses sites divers et concurrents, saisis pour une fois moins dans l’énoncé de leurs principes ou de leurs attendus – généralement assommants – que dans leurs œuvres, aux prises avec un auteur rebelle aux simplifications et classifications ; une nouvelle approche, enfin, de la lecture des Fables. Le dernier chapitre est à cet égard remarquable, qui prolonge des analyses déjà menées sur la rencontre du je et de son lecteur dans le texte même de la fable, relance le problème central de la double appartenance de ce texte à l’outillage didactique et à la grande littérature, et pose des jalons importants pour l’exploration d’un domaine dont le livre tout entier a révélé la relative faiblesse dans l’horizon critique d’aujourd’hui : celui de la poétique.

 

5La modestie de ce petit livre pourrait bien recéler une fort belle ambition.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540