Version classiqueVersion mobile

Le développement socio-moral

 | 
Maria Pagoni-Andréani

Première partie. Les théories du développement moral et la question de l’autonomie

Introduction à la première partie

Texte intégral

1La question fondamentale posée par la recherche psychosociologique sur le développement moral est celle de la définition du devoir moral, de ses racines et de son évolution. Elle renvoie aussi à celle de l’autonomie morale. Comment peut-on la déterminer ? Est-elle l’objectif nécessaire visé par l’éducation morale ? Est-elle possible dans les sociétés contemporaines ? Quelles sont les limites et les conditions de son développement ?

2On peut distinguer trois grandes tendances dans les travaux effectués jusqu’à maintenant pour répondre à ces questions :

  • Le sentiment du bien est identifié au sentiment du devoir, thèse initialement soutenue par la théorie sociologique d’Emile Durkheim.
  • Le sentiment du bien remplace le sentiment du devoir au fur et à mesure que l’individu grandit et que ses structures intellectuelles se développent. Il s’agit de l’approche cognitive du développement moral développée essentiellement par les travaux de Jean Piaget et de Lawrence Kohlberg.
  • Le sentiment du bien coexiste avec le sentiment du devoir dès le début du développement de l’individu. On trouve ici des travaux qui valorisent le rôle de l’affectivité dans le comportement moral comme ceux effectués par la psychologue américaine Carol Gilligan.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search