Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Guide d’un petit voyage dans l’œuvre de Francis Ponge

 | 
Gérard Farasse
, 
Bernard Veck

Ouvertures bibliographiques

Texte intégral

I. Bibliographie des oeuvres et des correspondances de francis ponge

A. Œuvres

Nous ne mentionnons que les éditions des œuvres de Francis Ponge les plus accessibles.

1/Le Grand Recueil, 3 vol., Ed. Gallimard, 1961.

  1. Lyres
  2. Méthodes
  3. Pièces

(On trouvera ces trois volumes dans des collections de poche : Lyres et Pièces, dans la coll. « Poésie/Gallimard » ; Méthodes, dans la coll. « Folio/Essais. » N.B. : L’édition de poche de Lyres exclut les textes sur la peinture qui sont repris dans L'Atelier contemporain).

2/Tome premier, Ed. Gallimard, 1965.

(comprenant : Douze petits écrits, 1926 -Le Parti pris des choses, 1942 - Proêmes, 1948 - La Rage de l’expression, 1952 - Le Peintre à l’étude, 1948 - La Seine, 1950). (Le Parti pris des choses suivi de Proêmes et La Rage de l’expression existent également dans la coll. « Poésie/Gallimard »)

Le premier volume des OEuvres complètes de Francis Ponge, édité dans la « Bibliothèque de la Pléiade », Ed. Gallimard (1999), sous la direction de Bernard Beugnot avec la collaboration de Michel Collot, Gérard Farasse, Jean-Marie Gleize, Jacinthe Martel, Robert Mélançon et Bernard Veck, rassemble l’ensemble des textes qui précèdent.

3/Pour un Malherbe, Ed. Gallimard, 1965.

4/Le Savon, Ed. Gallimard, 1967 (On trouvera aussi cette œuvre dans la coll. « L’imaginaire », chez le même éditeur).

5/Nouveau recueil, Ed. Gallimard, 1967.

6/Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers, Ed. Seuil/Gallimard, 1970.

7/La Fabrique du pré, Ed. Skira, coll. « Les sentiers de la création », Genève, 1971.

8/L’Atelier contemporain, Ed. Gallimard, 1977.

9/Comment une figue de paroles et pourquoi, édité par Jean Ristat, Ed. Flammarion, coll. « Digraphe », 1977. (Cet ouvrage, augmenté de l’entretien de Francis Ponge et de Jean Ristat, « L’art de la figue », a été réédité par Jean-Marie Gleize dans la collection GF Flammarion en 1997.)

10/Pratiques d’écriture ou L’Inachèvement perpétuel, Ed. Hermann, coll. « L’esprit et la main », 1984.

11/Nouveau nouveau recueil, 3 vol., édité par Jean Thibaudeau, Ed. Gallimard, 1992.

  1. 1923-1942.
  2. 1940-1975.
  3. 1967-1984.

B. Correspondances

l/Jean PAULHAN, Francis PONGE, Correspondance, 2 vol., éditée par Claire Boaretto, Ed. Gallimard, 1986.

  1. 1923-1946.
  2. 1946-1968.

2/Treize lettres à Castor Seibel, Ed. L’Echoppe, 1995.

3/Francis PONGE, Jean TORTEL, Correspondance, 1944-1981, éditée par Bernard Beugnot et Bernard Veck, Ed. Stock, coll. « Versus », 1998.

II. Bibliographie critique

Outre les bibliographies partielles qui ont accompagné l’œuvre pongienne au fil du temps (notamment, pour les plus récentes, Claire Boaretto, 1976 : « Bibliographie des textes de Francis Ponge parus en volume jusqu’à ce jour, 1926-1976 », in Bulletin du Bibliophile, III ; Jean-Marie Gleize, 1986 : Cahier de L’Herne Francis Ponge ; Bernard Veck, 1993 : Francis Ponge ou Le Refus de l’absolu littéraire, Mardaga) ; l’ensemble de références le plus large et le plus complet se trouve désormais disponible dans la Bibliographie de Francis Ponge publiée dans la collection « Bibliographie des Ecrivains français » (Editions Memini) par Bernard Beugnot, Jacinthe Martel et Bernard Veck.

L’ouvrage permet de faire le point aussi bien sur l’état des œuvres publiées que sur les fonds manuscrits inédits, et permet des recherches précises dans l’abondante littérature critique à partir de mots-clés et de sections thématiques. C’est donc à cette somme proche de l’exhaustivité que nous renvoyons les lecteurs désireux d’un abord à la fois « panoramique » et minutieux de l’œuvre et de ses lectures.

On pourra également se reporter aux Œuvres de Francis Ponge, en cours de publication sous la direction de Bernard Beugnot dans la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard), pour un accès aux avancées les plus récentes en ce qui concerne aussi bien la connaissance précise des contextes successifs dans lesquels l’œuvre s’est constituée, que celle de sa genèse, souvent éclairée de façon neuve par la publication d’inédits provenant pour une grande part de l’important fonds des Archives Francis Ponge.

Dans le prolongement des études présentées dans ce volume, nous nous bornerons à quelques suggestions permettant d’avancer sur les pistes que nous avons proposées pour la connaissance de l’œuvre.

1. Les monographies sont nombreuses, et parfois inégales ; on peut retenir :

– a) Les monographies « historiques », qui ont contribué, au moment de leur publication, au développement des études pongiennes.

Outre l’article célèbre de Jean-Paul Sartre (« L’homme et les choses », Poésie 44 no 20 et 21, repris dans Situations I, Gallimard 1947, puis dans Critiques littéraires, Gallimard, « Idées », 1975) qui propose une lecture phénoménologique des textes accessibles en 1944 (surtout ceux du Parti pris des choses et de La Rage de l’expression, les uns et les autres étant curieusement abordés et lus de la même manière), on consultera avec profit le Francis Ponge de Philippe Sollers (Seghers, « poètes d’aujourd’hui » no 95, 1963), et le Ponge de Jean Thibaudeau (Gallimard, « La Bibliothèque idéale », 1967). Ces deux ouvrages, dont les deux auteurs, au moment de leurs publications, étaient des membres actifs du groupe Tel Quel, peuvent donner idée d’un Ponge vu depuis les enjeux et les débats de l’époque structuraliste. Le premier souligne les relations qui unissent la poétique pongienne à celles des grands ancêtres de la modernité (Mallarmé, Lautréamont, Rimbaud) ; le second renouvelle l’abord traditionnel de l’homme et de l’œuvre, et se fonde sur des renseignements suggestifs provenant d’entretiens avec l’auteur lui-même.

– b) Les monographies plus récentes, souvent orientées en fonction des développements actuels de la critique : Le Francis Ponge de Marcel Spada, venu remplacer en 1975 dans la même collection de Seghers celui de Sollers (no 220), s’attache, suivant une veine inspirée de la psychanalyse, à l’érotisme qui parcourt l’œuvre ; celui de Jean-Marie Gleize et Bernard Veck (Larousse, « textes pour aujourd’hui », 1979), propose, scolairement mais efficacement, une série de définitions permettant de comprendre les notions cardinales de la poétique pongienne ; les mêmes auteurs, avec Actes ou Textes (Presses Universitaires de Lille, « Objet », 1984), adoptent un point de vue (macro et micro) génétique pour observer la constitution des recueils ou des « livres », aussi bien que le développement quotidien de l’écriture. En 1988, Jean-Marie Gleize publie un Francis Ponge (Editions du Seuil, « Les Contemporains ») reconnu comme la première biographie « intellectuelle », sous-tendue par les enjeux (poétiques, politiques...) que représente l’œuvre pongienne, toujours activement discriminante pour l’écriture d’aujourd’hui. La Poétique de Francis Ponge de Bernard Beugnot (PUF, « Ecrivains », 1990) vient opportunément rappeler que la culture rhétorique classique est loin d’être absente du travail de celui qui plaçait au plus haut Malherbe et La Fontaine. En 1993, Francis Ponge ou Le Refus de l’absolu littéraire, de Bernard Veck (Liège, Mardaga, « Philosophie et langage ») explore les relations intertextuelles qui se nouent avec Claudel, Proust, Rimbaud et Valéry. L’Âne musicien, Sur Francis Ponge, de Gérard Farasse (Gallimard, « NRF Essais », 1996), pour sa part, explore, à travers des analyses de textes précis et des parcours thématiques, les rapports ambivalents qu’entretient avec la rhétorique une œuvre en mouvement, qui oscille entre bouclage et déploiement, cadrage et excès, proverbe et écriture. Signalons enfin le livre que consacre Bernard Vouilloux à la place qu’y occupe la peinture : Un art de la figure, Francis Ponge dans l’atelier du peintre, Lille, Presses universitaires du Septentrion, « Peintures », 1998.

2. À ces travaux qui parcourent, chacun selon une visée déterminée, la totalité des textes, on peut ajouter les numéros spéciaux de revues qui jalonnent chronologiquement la carrière littéraire de Ponge et sanctionnent la fortune de son œuvre. Les articles signalés sont ceux qui nous semblent permettre l’accès le plus commode à l’écriture et aux problématiques de l’œuvre de Ponge, et proposer des exemples représentatifs des lectures critiques d’aujourd’hui.

Dès 1956, le no 45 de septembre de la NRF est consacré à un « Hommage à Francis Ponge », comportant, outre les témoignages amicaux de peintres (Braque), d’écrivains (Mandiargues), et de critiques (Betty Miller, par exemple, à l’origine de la formule : « My Creative Method »), une importante lettre d’Albert Camus (1943) au sujet du Parti pris des choses.

En 1971, le no 3-4 (printemps) de la revue TXT (Rennes), relevant de la mouvance de Tel Quel, s’interroge sur « Ponge aujourd’hui », à travers des contributions, écrites à la lumière de la psychanalyse et du marxisme, qui s’efforcent de ne pas dissocier l’écriture (tout court) de l’écriture critique. Outre celui de Christian Prigent, animateur de la revue et organisateur du numéro, on peut lire au sommaire les noms de Philippe Sollers, de Denis Roche, de Joseph Guglielmi... tous écrivains (ou « poètes »).

1974 voit la revue américaine Books Abroad (automne, no 4, Université de l’Oklahoma) dédier une de ses livraisons à « Francis Ponge 1974 lauréate », à l’occasion de la remise du Prix Neustadt International. De nombreux articles, entretiens et témoignages (en anglais) viennent confirmer le rayonnement international (notamment américain) de l’œuvre.

« Ponge inventeur et classique » (UGE 10/18) propose en 1977 les Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (2-12 août 1975, sous la direction de Philippe Bonnefis et Pierre Oster) ; parmi les nombreuses interventions (souvent accompagnées de discussions), il faut signaler celles de Jean-Michel Adam (« Une poétique générative et transformationnelle : “Le Lézard” »), Philippe Bonnefis (« Le phénomène Ponge »), Jacques Derrida (« Signéponge »), Gérard Farasse (« Quelques phrases mises de côté pour Francis Ponge »), Raymond Jean (« Ponge et le plaisir »), Michael Riffaterre (« Ponge tautologique ou le fonctionnement du texte »), Marcel Spada (« Sur les tablettes d’Eros/Antéros : Ponge et Bataille »), Jean Tortel (« Ponge qui n’a de cesse ») et bien entendu les interventions de Francis Ponge. On est alors au cœur des débats dont s’accompagne durant les années soixante-dix l’avènement d’une « nouvelle critique » fondée sur les avancées des sciences du langage.

1981 : Etudes françaises (Montréal) publie dans son numéro d’avril (1-2, sous la direction de Bernard Beugnot et Robert Melançon) un important dossier « Ponge », comprenant, outre des articles critiques, la première transcription (préoriginale) du dossier de La Table, et un « état présent » des études pongiennes qui constitue un premier (et très pertinent) bilan critique.

Le no 51 des Cahiers de l'Herne (sous la direction de Jean-Marie Gleize) élève à « Francis Ponge » en 1986 un véritable monument de 615 pages grand format, imprimées en un petit corps. Le recueil, qui regroupe une soixantaine de témoignages, d’articles et d’études, est riche, mais inégal ; à l’exception cependant de quelques redites et survols, la plupart des analyses éclairent plusieurs aspects de l’esthétique pongienne. Il propose en outre des inédits et des fac-similés (« Je suis un suscitateur », « Le Processus des aurores », « Pluie », « Billets “hors sac” », « La Pomme de terre », « Le Bouquet »), quinze photos et une riche bibliographie. Parmi les articles, on retiendra surtout ceux de Thomas Aron (« Patrie : Notes pour un commentaire de “La Famille du sage” »), Bernard Beugnot (« Une poésie du manifeste ? »), Piero Bigongiari (« Enfin Ponge vint, ou la “textilité” de l’“Acte” »), René Micha (« D’une méthode, d’une pièce : c’est tout un »), Castor Seibel (« Francis Ponge et Jean Fautrier : traits pour un portrait jumeau »), Bernard Veck (« F. P. ou Du latin à l’œuvre »).

En 1992, deux revues sont consacrées à Ponge :

La Revue des Sciences humaines, tout d’abord, dont le no 228 (« Ponge à l’étude » sous la direction de Gérard Farasse), propose un important dossier constitué de onze articles et études, ainsi que d’un entretien avec Jacques Derrida. Une section intitulée « Inédits et documents » comprend deux lettres à Marcel Spada et des extraits du Dossier des fleurs (seize facsimilés) précédés d’une brève présentation. Neuf photos et un inédit (« Le Goût des manifestations »), ainsi qu’une « Note bibliographique » qui recense les œuvres et la production critique (études françaises, anglo-saxonnes, allemandes, italiennes), viennent compléter l’ensemble. Parmi les articles, on retiendra surtout ceux de Jean-Pierre Richard (« Grains de lecture »), Bernard Beugnot (« Questions rhétoriques : Ponge et les Cahiers du Sud »), Ian Higgins (« Ponge des proverbes »), Jacinthe Martel (« Les blancs du dossier :“Le Soleil placé en abîme” »), Gérard Farasse (« Des Fleurs pour vous » ; « Le Rosier des brouillons »).

En second lieu, le no 755 (mars 1992) de la revue Europe publie un ensemble disparate d’articles, d’hommages et de témoignages parmi lesquels on retiendra surtout les contributions d’André Bellatorre (« Rhétorique de “La Mounine”, Un texte “en couches” »), Michel Collot (« “Le-Regard-de-telle-sorte-qu’on-le-parle” »), Jean-Marie Gleize (« Vers des objets spécifiques »), Eric Pellet (« La Morale et la rhétorique, De la réciprocité »), Bernard Veck (« Flagrant délit de création : Rose, sacripant, Ponge et Proust »).

Le no 32 des CRIN (Cahiers de recherche des Instituts néerlandais de langue et de littérature françaises) sous la direction de Franc Schuerewegen, rassemble en 1996 « Problématiques », « Lectures » et « Exercices » sur Ponge, trois massifs dont on retiendra les articles d’André Bellatorre (« Le prospectus de Francis Ponge »), Maurice Delcroix (« Le premier des Douze Petits Ecrits »), Tineke Kingma-Eijgendaal (« Le travail sur “L’Ardoise” »), Franc Schuerewegen (« Exécution (lecture d’un “proême”) »), Paul Smith (« Ponge épidictique et paradoxal »), Bernard Veck (« L’œuvre et la circonstance »).

Enfin, au moment où ces lignes sont écrites, sont annoncés colloques et numéros spéciaux de revues, sans doute avant-coureurs de la floraison dont s’accompagnera, en 1999, le centenaire de la naissance de Francis Ponge :

En 1998, Genesis, no 12 (sous la direction de Bernard Beugnot), regroupe un ensemble d’études sur les pratiques génétiques de Ponge. Contributions de Bernard Veck, Michel Pierssens, Monic Robillard, Philippe Met, Jacinthe Martel, François Foley, Giovannella Fusco Girard, Dominique Combe, Yves Peyré, Serge Gavronsky, Bernard Beugnot.

Un colloque international, « Ponge résolument », ENS de Saint-Cloud/Université de Pennsylvanie (Philadelphie), 1-2-3 et 9 avril 1999.

Une journée d’études, « Ponge, preuves et épreuves », (Université de Lyon II), juin 1999.

Un numéro spécial de la revue La Licorne, (Université de Poitiers).

Œuvres et Critiques (sous la direction de Michel Peterson) : articles de Bernard Beugnot, Haraldo de Campos, Ricardo Iuri Canco, Jacinthe Martel, Michel Peterson, Bernard Veck.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540