Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Émotions

 | 
Véronique Christophe

5. Conclusion générale

Texte intégral

1Toutes les théories que nous avons mentionnées abordent l’émotion d’un point de vue spécifique, et chaque auteur tente finalement de présenter sa propre définition. Devant cette diversité de conceptions théoriques, nous préférerons donc, comme la plupart des spécialistes du domaine, décrire l’émotion comme un processus multidimensionnel déterminé par trois composantes principales reconnues par tous : (a) physiologique, (b) cognitive, et (c) expressive.

2Sans conteste, nous pouvons effectivement affirmer que l’expérience de l’émotion s’accompagne d’une activation physiologique. La discussion théorique actuelle porte surtout sur la séquence temporelle qui lie l’activation et l’émotion. Certains prétendront que c’est le feedback physiologique qui induit l’émotion, d’autres, au contraire, défendront la thèse d’une origine cognitive qui entraînerait par la suite les changements périphériques.

3Les processus cognitifs occupent une place déterminante dans la conceptualisation de l’émotion. La cognition serait tant composante intrinsèque de l’émotion que déterminante des réponses émotionnelles du sujet. Les théories cognitives ont décrit les divers processus impliqués dans le traitement de l’information émotionnelle en portant surtout l’accent sur la notion d’évaluation cognitive. On voit ainsi naître plusieurs modèles qui tentent de déterminer et de classifier les différentes étapes évaluatives d’une situation stimulus.

4La composante expressive a surtout été envisagée du point de vue non verbal (pour revue Buck, 1984 ; Feldman & Rimé, 1991) et, plus particulièrement dans l’étude des expressions faciales, comme indice de reconnaissance et de communication des états émotionnels. L’analyse de profils prototypiques expressifs a permis de dégager la notion d’émotions fondamentales ou de base qui reste toutefois fort controversée.

5Curieusement, la dimension sociale de l’émotion a été fort peu étudiée en tant que telle. Bien que la plupart des théoriciens fassent référence au contexte social, peu se sont réellement intéressés à la nature et aux fonctions sociales de l’émotion. Or, que ce soit à un niveau micro-social, lors d’une relation interpersonnelle, ou à un niveau macro-social, lors de grandes manifestations culturelles, politiques ou sportives, il est frappant de constater à quel point l’émotion prédomine. Les émotions sont aussi bien présentes au sein des relations intimes, amicales, familiales ou professionnelles, que dans les messages publicitaires, les émissions télévisées ou radiophoniques, les campagnes de prévention – contre le sida, le tabagisme, les maladies cardio-vasculaires... – ou encore les grandes actions de récolte de fonds pour la recherche sur le cancer... La question qui se pose dès lors est celle du rôle et de l’impact du « social » dans l’émergence et les fonctions de l’émotion.

6En tout état de cause, l’émotion n’est pas un phénomène purement individuel. Nous avons même l’intime conviction que l’essence même de l’émotion est sociale. Aussi nous ne pouvons que nous rallier à la perspective du philosophe Paul Dumouchel (1995) qui défend fortement l’idée suivante :

« [...] tous les phénomènes émotifs sont sociaux. Dire que le corps propre des émotions est social, c’est dire non seulement qu’il faut concevoir les émotions comme des formes de communication et de coordination entre les agents [...], mais encore que l’émotion n’est pas un épisode privé dans la vie du sujet qui reçoit par la suite une socialisation qui la dompte ou qui la met en forme. » (Dumouchel, 1995 ; p. 16).

  • 6 Un ouvrage sur le partage social des émotions est en préparation dans la même collection.

7La communication des expériences émotionnelles est typique de ces phénomènes émotifs sociaux. Pensez-vous qu’il soit réellement possible de passer une journée sans parler ou sans entendre parler d’émotions ? Il est à vrai dire bien difficile de se l’imaginer. C’est Rimé qui, en 1987, a attiré l’attention des psychologues sociaux sur l’importance du phénomène. Il définit alors le partage social des émotions6 comme l’évocation dans un langage socialement partagé des expériences émotionnelles de la vie quotidienne. Dans sa forme la plus commune, le partage social se manifesterait par une conversation au cours de laquelle un individu communique ouvertement les circonstances d’un événement, ainsi que les sentiments, les émotions et les réactions que cet événement a suscité. Sous une forme atténuée, il consisterait en des communications latentes ou indirectes tels que les journaux intimes ou les productions artistiques. Contrairement à la majorité des théoriciens, qui considèrent l’émotion comme un phénomène intra-personnel, Rimé a mis l’accent sur la dimension interpersonnelle de l’émotion. Plus qu’une simple forme de communication, l’émotion devient alors le produit d’une interaction sociale.

Notes

6 Un ouvrage sur le partage social des émotions est en préparation dans la même collection.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540