Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Émotions

 | 
Véronique Christophe

3. Les théories néo-darwiniennes

Texte intégral

1La perspective évolutionniste tire son origine des travaux de Darwin (1872). Elle étudie essentiellement la fonction communicative des émotions, en donnant la prédominance aux expressions faciales, et a développé une taxonomie de diverses émotions de base ou fondamentales.

2Il n’existe cependant pas actuellement de consensus entre les divers auteurs sur l’existence même des émotions fondamentales ou de base. Ceux qui sont en faveur du concept d’émotions de base considèrent les émotions comme des entités psychologiques réelles, dont un certain nombre sont universelles (Ekman, 1982 ; Izard, 1977 ; Plutchik, 1980 ; Tomkins, 1980). Ceux qui militent contre l’existence de telles émotions spécifiques et universelles appartiennent surtout au courant du constructivisme social (Averill, 1980). Selon eux, les différences culturelles influenceraient la construction des catégories émotionnelles. Par conséquent, aucune émotion ne pourrait être basique.

3.1. Darwin : une approche biologique et adaptative de l’émotion

3Charles Darwin, en 1872, fut l’un des premiers à s’intéresser aux phénomènes émotionnels en publiant, dans le prolongement de son analyse évolutionniste de l’univers vivant, un ouvrage intitulé L’Expression des émotions chez l’homme et l’animal.

4La démarche de Darwin (1872) est motivée par une approche évolutionniste des expressions émotionnelles en termes de continuité entre les diverses espèces animales. Elle est fondée sur la question de la sélection des expressions émotionnelles au cours de l’évolution et de leurs fonctions adaptatives à l’environnement.

5Pour Darwin, les expressions émotionnelles de l’adulte humain sont le reflet de la continuité de systèmes comportementaux complexes dérivés des autres espèces animales. Elles correspondraient à une sorte de comportement rudimentaire, résiduel d’un système comportemental plus complexe qui se serait modifié au fil de l’évolution. Les émotions auraient donc une qualité primitive adaptative liée tant au passé de notre espèce en termes d’évolution, qu’à notre propre histoire personnelle (Oatley & Jenkins, 1996).

6Darwin a recours à trois principes de base afin d’expliciter sa démarche : (a) les habitudes associées (les expressions émotionnelles sont à l’origine des actes utilitaires qui rempliraient une fonction adaptative par rapport à l’environnement), (b) l’antithèse (les états émotionnels sont souvent caractérisés par des manifestations motrices antagonistes), et (c) l’action directe sur le cerveau (effet de « débordement » et de dérivation de la force nerveuse engendrée par la stimulation).

7Les méthodes d’analyse de Darwin sont, pour cette époque, tout à fait remarquables. Il utilise, notamment, la technique du questionnaire et l’observation directe des expressions émotionnelles de différentes espèces animales par le biais de photographies. A partir de l’ensemble du matériel recueilli, Darwin constituera une taxonomie des principales expressions émotionnelles en les associant à un système moteur ou biologique spécifique, et en y assignant l’émotion correspondante. Ce sera la première classification des émotions déterminée par des configurations expressives faciales et corporelles spécifiques.

3.2. La théorie de l’amplification de Tomkins

8Tout comme James (1884) et Lange (1885), Tomkins (1962 ; 1963 ; 1980), considère que l’affect, terme qu’il utilise pour désigner l’émotion, est le produit d’un ensemble organisé de réponses faciales, musculaires et viscérales suscitées par un programme spécifique inné, localisé au niveau des centres sous-corticaux. Lorsque ces programmes sont activés, ils amplifient les expressions faciales, puis les réponses corporelles musculaires et viscérales. Lorsque nous percevons ces réponses, nous ressentons l’affect correspondant.

9Afin de déterminer quelle émotion primaire peut être ainsi suscitée, Tomkins propose de faire correspondre à chaque expression faciale primaire une émotion spécifique. Neuf émotions de base ont ainsi été déterminées : l’intérêt, la joie, la surprise, l’anxiété, la peur, le mépris, le dégoût, la honte et la colère.

10S’il existe des configurations de réponses innées, Tomkins stipule qu’il existe également des activateurs innés de chaque émotion. Les différents activateurs sont générés suivant le principe général de la densité de stimulation neuronale (c’est-à-dire le nombre d’impulsions neuronales par unité de temps).

11Trois types d’activateurs d’affect sont ainsi distingués : (a) les stimulations qui augmentent l’activation, (b) celles qui la gardent constante à un niveau élevé, et enfin (c) celles qui la diminuent. Selon la soudaineté de l’augmentation de la stimulation, un individu ressentira de la peur ou de l’intérêt. Si la stimulation atteint et maintient un haut niveau d’activation, il ressentira de la colère ou de l’angoisse. Si par contre la stimulation diminue soudainement, il sera joyeux.

12La perspective de Tomkins, qui développe l’idée que les réponses faciales jouent un rôle déterminant dans l’induction même de l’émotion, est à l’origine de l’hypothèse de la rétroaction faciale. Cette hypothèse prédit que des expressions faciales distinctes provoqueraient des expériences subjectives d’émotions spécifiques, et qu’il existerait aussi une corrélation entre l’intensité de ces expressions et celle des sentiments subjectifs (Kirouac, 1989).

3.3. Izard : théorie différentielle des émotions

13Dans la lignée des travaux de Tomkins, la théorie différentielle des émotions d’Izard (1971 ; 1977 ; 1978 ; Izard & Buechler, 1980) propose un modèle de l’interrelation entre les processus émotionnels et les autres sous-systèmes de personnalité. L’aspect central de cette théorie sera de déterminer quel est le rôle des émotions de base dans le développement et le fonctionnement de la personnalité.

14Cet auteur définit les émotions de base ou fondamentales comme un phénomène motivationnel complexe, formé de trois composantes principales : neurophysiologique, expressive et subjective. La composante neurophysiologique correspondrait à un pattern inné d’activité électrochimique du système nerveux. La composante expressive consisterait surtout en un pattern caractéristique de l’activité faciale, mais aussi en des réponses corporelles musculaires et viscérales, ainsi qu’en des expressions vocales. La composante subjective désignerait la conscience de l’émotion fondamentale.

15Dix émotions de base sont ainsi déterminées : l’intérêt, la joie, la surprise, la tristesse, la colère, le dégoût, le mépris, la peur, la honte et la culpabilité.

16Selon Izard et Buechler (1980), les émotions fondamentales motivent et organisent l’ensemble des comportements afin de servir les fonctions adaptatives de la vie. De l’enfance à l’âge adulte, les expériences émotionnelles vécues donneraient la force et la direction des comportements ultérieurs. Contrairement aux autres théories qui considèrent les émotions comme des phénomènes désorganisés, perturbants, celle d’Izard insiste sur leur rôle fonctionnel dans le développement des liens, des communications et de l’autorégulation humaine.

3.4. Plutchik : une théorie psycho-évolutionniste générale des émotions

17Un aspect central de la théorie de Plutchik (1970 ; 1980 ; 1984) concerne le modèle, appelé « Circomplex », qui détermine huit émotions de base : la peur, la colère, la joie, la tristesse, l’acceptation, le dégoût, l’espérance, la surprise. Toutes les autres émotions sont dérivées des émotions primaires et constituent les émotions secondaires. La distinction de ces huit émotions primaires s’appuie sur l’identification de huit séquences comportementales prototypiques ayant chacune une fonction adaptative distincte.

18Les émotions sont décrites selon trois types de langage : (a) un langage subjectif qui correspond à l’étiquetage verbal des huit émotions fondamentales, (b) un langage comportemental qui correspond aux manifestations comportementales expressives de ces émotions (expressions faciales, postures, gestes...), et (c) un langage fonctionnel, lui-même composé de huit fonctions adaptatives prototypiques relatives aux huit émotions de base : protection, destruction, reproduction, réintégration, affiliation, rejet, exploration et orientation (tableau 1).

Tableau 1. Fonction associée à chaque émotion de base selon le modèle de Plutchik (1970/1984)

Émotions

Fonctions

Peur
Colère
Joie
Tristesse
Acceptation
Dégoût
Espérance
Surprise

Protection
Destruction
Reproduction
Réintégration
Incorporation
Rejet
Exploration
Orientation

19Plutchik propose également que ces diverses émotions de base sont reliées selon trois dimensions : leur intensité (par exemple la peur et la panique), leur degré de similitude (la honte et la culpabilité sont plus proches entre elles que la joie et le dégoût), et leur polarité (la tristesse opposée à la joie). Ces trois dimensions sont représentées dans la figure 4.

Figure 4. Modèle multidimentionnel de l’émotion (Plutchik, 1980)

Figure 4. Modèle multidimentionnel de l’émotion (Plutchik, 1980)

20Selon Plutchik (1980), une émotion ne serait pas une expérience subjective en tant que telle, mais plutôt une construction de diverses classes de phénomènes, tels que les rapports verbaux d’expériences émotionnelles internes et les comportements expressifs, adaptatifs et évaluatifs. Son analyse est une approche fonctionnelle des émotions qui implique la reconnaissance par un organisme des aspects favorables ou défavorables de son environnement. Ce processus d’évaluation représente l’aspect cognitif des émotions sans pour autant constituer à lui seul l’émotion. Les évaluations sont considérées comme une partie du processus total qui amène un organisme à interagir avec son environnement dans une perspective adaptative. Chaque expression émotionnelle aurait une fonction communicative déterminée et spécifique, qui aurait pour objet de garantir au sujet une bonne adaptation à son milieu.

3.5. Ekman : une perspective en faveur de l’existence des émotions de base

21L’analyse des expressions faciales de diverses cultures a permis à Ekman et ses collaborateurs de distinguer 13 émotions de base : 4 dont le statut lui semble certain (colère, peur, dégoût et tristesse), et neuf autres émotions qui demandent encore à être étudiées plus en détails pour statuer sur leur état : joie, intérêt, mépris, surprise, culpabilité, honte, embarras, respect et excitation (Ekman, 1982 ; Ekman & Friesen, 1975 ; 1978, Ekman, Friesen, & Ellsworth, 1972 ; pour revue Ekman, 1989 ; 1992).

22Ekman (1992) énonce également un ensemble de neuf propriétés qui identifieraient ces émotions de base. Une émotion fondamentale :

  1. possède un signal universel distinct,

  2. est présente chez d’autres primates que l’humain,

  3. a une configuration propre de réactions physiologiques,

  4. est associée à des événements déclencheurs universels distincts,

  5. a des réponses émotionnelles ou des composantes convergentes,

  6. est rapidement déclenchée,

  7. est de courte durée,

  8. est évaluée automatiquement,

  9. apparaît spontanément.

23Ekman précise toutefois que toutes ces caractéristiques ne sont peut-être pas une condition nécessaire et suffisante à l’occurrence de l’émotion fondamentale, et que d’autres investigations seraient utiles afin de clarifier le poids de chacune des propositions citées.

24Par ailleurs, l’encodage et la reconnaissance des expressions faciales de certaines émotions de base (joie, surprise, peur, dégoût, colère et tristesse) seraient universelles (Ekman, 1982 ; Kirouac & Doré, 1982). Ekman et Friesen (1969 ; 1971) postulent cependant que les expressions faciales seraient gouvernées par des règles sociales (« displays rules ») propres à chaque culture. Ces règles d’expression régiraient quelle émotion manifester selon les circonstances – événement, entourage social, adéquation entre l’émotion exprimée et la situation à proprement parler. En ce sens, les expressions faciales émotionnelles seraient contrôlées par les normes culturelles et sociales. Ekman (1984) montre ainsi qu’une personne est capable de produire volontairement une expression faciale émotionnelle conforme à la situation sans réellement ressentir l’émotion exprimée.

3.6. Conclusion

25Les théories néo-darwiniennes se sont essentiellement focalisées sur la détermination des émotions de base en étudiant les expressions faciales émotionnelles. Les diverses catégorisations des émotions de base proposées indiquent qu’il existe d’importantes divergences entre les auteurs (tableau 2). Seules cinq émotions de base sont communes aux quatre théories (colère, dégoût, joie, peur et surprise).

Tableau 2. Liste des émotions fondamentales proposées par les théories de Tomkins, Izard, Plutchick et Ekman

Tomkins

Izard

Plutchik

Ekman

Colère
Dégoût
Joie
Peur
Surprise
"
Mépris
Honte
Intérêt
"
"
"
Anxiété
"
"
"

Colère
Dégoût
Joie
Peur
Surprise
Tristesse
Mépris
Honte
Intérêt
Culpabilité
"
"
"
"
"
"

Colère
Dégoût
Joie
Peur
Surprise
Tristesse
"
"
"
"
Acceptation
Espérance
"
"
"
"

Colère
Dégoût
Joie
Peur
Surprise
Tristesse
Mépris
Honte
Intérêt
Culpabilité
"
"
"
Embarras
Respect
Excitation

26Ces divergences peuvent non seulement être expliquées par les différentes procédures méthodologiques, mais également par les divers critères d’inclusion utilisés pour classifier les émotions. On comprend alors que le concept d’émotions de base fasse l’objet de critiques, et que certains nient l’existence même de ces catégories d’émotions (voir Ortony & Turner, 1990 ; Wierzbicka, 1992).

27Néanmoins, ces diverses conceptions théoriques ont en commun de mettre l’accent sur la relation entre une configuration expressive faciale et une émotion spécifique. L’expression faciale aurait un rôle déterminant dans le déclenchement de l’expérience subjective émotionnelle. Comme dans les théories cognitives, ces expressions émotionnelles auraient une fonction adaptative. Elles permettraient aussi de communiquer à autrui son état émotionnel interne.

Table des illustrations

Titre Figure 4. Modèle multidimentionnel de l’émotion (Plutchik, 1980)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/51006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540