Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Émotions

 | 
Véronique Christophe

2. Les processus cognitifs dans l’élaboration de l’émotion

Texte intégral

1La question du lien entre l’émotion et la cognition est au centre des débats sur le déclenchement et le déroulement de la séquence émotionnelle. Le terme cognition est toutefois très difficile à définir. Alors que nous pouvons tous, au moins du point de vue du sujet naïf, avoir une intuition de ce que traduit le terme émotion, il est loin d’être aisé de se représenter ce qu’est une cognition. On peut toutefois tenter de la définir de manière très générale, comme l’ensemble des connaissances que le sujet a du monde et de lui-même, et comme l’ensemble des processus qui permettent d’acquérir ces connaissances. Dans son acception générale, le terme cognition renvoie aussi à la notion de traitement de l’information (Lindsay & Norman, 1980).

  • 2 Notons que les auteurs utilisent ces différents termes de manière indifférenciée.

2L’idée d’une coexistence d’un être cognitif et d’un être émotionnel indépendants au sein d’un même individu est ancrée dans la plupart des théories psychologiques modernes (Richelle, 1993). L’émotion et la cognition ont donc souvent été étudiées comme recouvrant deux réalités totalement distinctes (Le Ny, 1980). La psychologie cognitive ne réserve d’ailleurs qu’une place minime aux émotions. Pourtant, il apparaît très vite que ces deux concepts, « émotion » et « cognition », sont dans la pratique indissociables et en interaction étroite. C’est ainsi qu’un certain nombre d’auteurs, en particulier depuis le début des années soixante, a tenté de rendre compte des émotions par des modèles qui font plus ou moins appel aux concepts de la psychologie cognitive. Par souci de clarté, les termes cognition, activité cognitive ou processus cognitif ne seront pas distingués2.

3Nous présenterons ici les principales conceptions qui ont étudié le rôle des processus cognitifs dans l’élaboration de l’émotion : les théories de l’évaluation et les théories schématiques.

2.1. Schachter : une théorie cognitivo-physiologique des émotions

4Schachter fut l’un des premiers à étudier le processus émotionnel comme résultant du jeu de deux grands facteurs : l’activation physiologique et l’activité cognitive. Il s agissait de montrer que l’activation physiologique est une composante nécessaire, mais non suffisante, pour déterminer la qualité de l’émotion ressentie.

5Dans sa revue de littérature, Reisenzein (1983) distingue deux versions différentes de la théorie de Schachter : (a) la théorie formulée à l’origine par Schachter et Singer (1962), et élaborée ensuite par Schachter (1964 ; 1971), et (b) la reformulation de la théorie de Schachter du point de vue de l’attribution causale (Kelley 1967 ; Ross, Rodin, & Zimbardo, 1969 ; London & Nisbett, 1974).

6Nous porterons notre attention sur la théorie originelle de Schachter et présenterons brièvement quelques critiques à l’encontre de celle-ci, avant d’exposer la reformulation qui en a été faite.

2.1.1. Schachter et Singer (1962) : Origine de la théorie

  • 3 Nous considérons ici uniquement le cas où l'interprétation subjective de l'activation est effectuée (...)

7Selon Schachter et Singer (1962), un état émotionnel nécessite obligatoirement l’interaction de deux composantes (figure 1) : (a) une activation physiologique, et (b) une cognition appropriée (émotionnelle ou non) à cet état d’activation. La situation serait interprétée en fonction des expériences passées du sujet, qui fourniraient la matière à partir de laquelle on peut comprendre et nommer ses sentiments. Si le sujet possède une cognition explicative immédiate de son état d’activation, il identifiera spontanément son état émotionnel. Par contre, si le sujet ne possède pas de cognition explicative immédiate, il cherchera à interpréter son état interne en se comparant à autrui3.

8Afin d’expliciter la phase d’interprétation et de compréhension des changements corporels, Schachter introduit la notion de « besoin évaluatif » en faisant appel à la théorie de la comparaison sociale (Festinger, 1954). Festinger postule en effet que tout individu a tendance à évaluer ses opinions et aptitudes, et que cette évaluation s’opère par comparaison avec autrui. Schachter applique ces postulats aux émotions, en posant l’hypothèse que tout individu a besoin d’avoir une explication cohérente de son état corporel. Si les individus n’ont pas d’explications immédiates à leur état d’activation, ils utiliseraient les réactions émotionnelles d’autrui comme cible de comparaison. La qualité de l’émotion serait alors directement fonction du contexte social.

Figure 1. Représentation schématique de la théorie des émotions de Schachter et Singer (1962)

Figure 1. Représentation schématique de la théorie des émotions de Schachter et Singer (1962)

9La célèbre expérience de Schachter et Singer (1962) occupe une place centrale dans la vérification empirique de la théorie de Schachter. L’activation physiologique est provoquée par une injection d’épinéphrine (adrénaline). Pour la condition contrôle, il s’agit d’une injection d’un placebo (solution saline inactive).

10L’explication de l’excitation est manipulée en donnant à un premier groupe de sujets une information exacte sur les effets de l’épinéphrine. Un second groupe de sujets fait l’objet d’une information erronée. Un troisième groupe de sujets ne reçoit aucune information sur les effets secondaires.

  • 4 Dans la condition de colère, il n'y a cependant pas de sous-groupe ayant reçu une information erron (...)

11Enfin, la manipulation des situations sociales consiste en l’élaboration de deux situations présumées génératrices d’émotion d’euphorie et de colère. A cette fin, immédiatement à la suite de l’injection, les sujets sont conduits dans une pièce en désordre où se trouve un compère de l’expérimentateur, identifié comme un autre sujet. Dans la condition dite d’euphorie, le compère se montre amical et extraverti, et s’engage dans une séquence d’activités soigneusement déterminées qui laisse voir une très bonne humeur. Pour la colère, le sujet et le compère doivent compléter un questionnaire dont les questions sont de plus en plus personnelles et insultantes. Les commentaires du compère se font de plus en plus négatifs, jusqu’à ce qu’il déchire le questionnaire et sorte4.

12Deux types de mesures dépendantes sont prises en vue d’évaluer l’état émotionnel des sujets : (a) les comportements des sujets lors de l’interaction avec le compère, et (b) les réponses à un questionnaire post-expérimental sur l’expérience émotionnelle subjective des sujets. Les sujets qui ont reçu l’épinéphrine et qui ont été incorrectement informés ou non informés sur les effets secondaires de l’injection, s’estiment plus heureux que ceux qui ont été correctement informés. Ils manifestent aussi davantage de réponses comportementales d’euphorie ou de colère. Les auteurs interprètent ce résultat de la manière suivante : lorsqu’il y a activation physiologique et aucune explication naturelle de cette activation, l’activation est attribuée, par comparaison à l’environnement social, à l’euphorie ou à la colère.

13Devant ces résultats, Schachter et Singer (1962) concluent qu’il est possible de manipuler cognitivement les réactions émotionnelles d’une personne qui ressent une activation physiologique sans explication appropriée de cet état. Selon eux, les états émotionnels doivent être considérés comme le processus final de l’activation physiologique, qui ne constitue pas à elle seule un élément suffisant pour qu’une personne se sente dans un état émotionnel. Les facteurs cognitifs apparaissent indispensables à toute formulation d’émotion. Plus encore, cette étude met en évidence de manière tout à fait surprenante que la situation sociale dans laquelle se trouve une personne est déterminante de l’émotion ressentie. En résumé, l’expérience émotionnelle consiste en la perception d’une activation physiologique diffuse nécessitant une clarification. Celle-ci déclenche une évaluation cognitive qui a pour principale fonction d’attribuer à l’activation ressentie une cause interne ou externe.

2.1.2. Critiques et reformulation de la théorie

14L’étude de Schachter et Singer (1962) constitue une importante contribution dans le domaine des théories des émotions. Cependant, plusieurs critiques ont été avancées sur les problèmes méthodologiques posés par cette étude. Plutchik et Ax (1967) en formulent, par exemple, trois principales : (a) l’épinéphrine ne serait pas un bon inducteur d’activation, (b) le groupe placebo et les groupes sous épinéphrine ne présentent pas de différence significative : si l’émotion requiert une perception de l’activation physiologique, le groupe placebo aurait dû manifester moins d’émotion, et (c) les mesures subjectives seraient ambiguës (pour revue voir Cotton, 1981).

15Selon Schachter, deux composantes essentielles sont nécessaires à l’occurrence d’un état émotionnel : une activation physiologique et une cognition. Ces deux éléments sont toutefois considérés comme insuffisants (voir Gordon, 1978 ; Leventhal, 1980). Un individu ressentirait une émotion, si et seulement si, il y a : (a) une activation physiologique, (b) une cognition appropriée à cette activation, et (c) une relation causale entre ces deux éléments.

2.1.3. Bilan

16De notre point de vue, la théorie de Schachter se situe à l’intersection des théories physiologiques et cognitives de l’émotion. Elle inclut tant les manifestations physiologiques que l’interprétation cognitive de celles-ci dans la séquence émotionnelle. De plus, l’environnement social joue un rôle déterminant de l’émotion induite lorsque le sujet n’a pas d’explication immédiate pour les changements physiologiques qu’il ressent : l’individu recherche alors dans son environnement social une cible de comparaison qui lui permettra de s’attribuer l’état émotionnel que ce référent social manifeste. Ainsi lorsque le compère est euphorique, le sujet évalue son état interne comme étant les manifestations de la joie ; de manière identique lorsque le compère est furieux, le sujet déclare ressentir de la colère. C’est en ce sens que l’émotion serait sociale.

2.2. Prolongements directs des travaux de Schachter : Valins, Zlllmann et Mandler

17Dans le prolongement des travaux de Schachter, trois auteurs sont particulièrement connus pour le développement théorique qu’ils ont apporté sur la fonction et la nature des réponses viscérales, du feedback émotionnel et sur les conditions de déclenchement de l’activation : Valins, Zillmann et Mandler.

2.2.1. L’effet Valins

18Valins, contrairement à Schachter, émet l’hypothèse générale que la présence d’indices physiologiques n’est pas indispensable pour induire une expérience émotionnelle (Valins 1966 ; Davison & Valins, 1969 ; Valins 1970 ; Valins, 1974). La simple croyance qu’ont les individus d’être activés physiologiquement suffirait pour qu’une émotion existe. Deux cognitions seraient donc nécessaires et suffisantes pour déclencher l’émotion : une cognition portant sur la présence de l’activation physiologique, et une autre attribuant cette activation à une condition stimulus. Ainsi la fonction de l’activation physiologique serait uniquement de produire une cognition informant les individus qu’un stimulus émotionnel a un impact « interne » sur eux. Valins insiste plus que Schachter sur la distinction entre la perception des changements périphériques et leur véritable occurrence. Les travaux de Valins ont donné lieu à de nombreuses études dans le domaine de l’attribution causale.

19La position théorique de Valins est fondée sur une observation expérimentale connue sous le nom de « l’effet Valins ». Afin de mettre en évidence que la simple croyance d’être activé suffit en soi à provoquer l’apparition d’une émotion, même s’il n’y a pas de changements périphériques réels, Valins (1966) a recruté des sujets masculins pour une étude prétendument centrée sur les réactions physiologiques à des stimulus émotionnels. Il explique aux sujets que les battements de leur cœur seront enregistrés à l’aide d’un appareil, qui en réalité transmettra des sons préenregistrés de battements cardiaques. Les sujets sont alors exposés à des photographies de femmes nues tirées d’un journal spécialisé.

20Un premier groupe de sujets est soumis à l’écoute d’un rythme cardiaque qui est accéléré pour cinq diapositives et reste stable pour cinq autres. Un second groupe de sujets est soumis à l’écoute d’un rythme cardiaque qui est ralenti pour cinq diapositives et reste stable pour cinq autres. Deux groupes de sujets contrôles écoutent le même enregistrement et voient les mêmes photographies, mais savent à l’avance que les sons sont préenregistrés. La consigne leur explique que l’on étudie l’impact d’un distracteur sur la manipulation de l’émotion. La variable dépendante, le degré d’attraction pour les photographies, est mesurée selon 3 dimensions : (a) score direct d’attraction, (b) choix de 5 photographies parmi 10 comme récompense de la participation à l’étude, et (c) évaluation de chaque photographie un mois après la passation expérimentale.

21Les résultats indiquent que les photographies jugées les plus attrayantes sont associées à un changement du rythme cardiaque entendu, quelle que soit la direction – accélération ou ralentissement – du changement. L’effet s’avère être puissant, puisque même suite au debriefing, les sujets maintiennent leur choix de photographies.

22L’effet Valins semble mettre en évidence que le simple fait de penser que l’on est activé et d’attribuer cette activation à un événement stimulus suffirait à susciter une émotion. En manipulant la perception de changements périphériques d’une personne, il serait ainsi possible de modifier son état émotionnel. Dans cette perspective, le feedback physiologique n’est plus une condition nécessaire à l’élaboration d’une émotion. La cognition pourrait être à elle seule génératrice d’émotion.

2.2.2. Zillmann : La théorie du transfert de l’excitation

23Zillmann (1971) fut le premier à développer le paradigme du transfert d’excitation. Dans son essence, ce paradigme constitue une application directe de la théorie de Schachter, afin de démontrer que l’activation physiologique apparaît de manière séquentielle dans le temps. Cette théorie est fondée sur un fait bien établi : l’activation physiologique ne se termine pas brutalement à la fin de la condition stimulatrice, mais décline lentement, en raison de la lenteur des manifestations périphériques induites par le système sympathique (Cantor, Zillmann, & Bryant, 1975 ; Donnerstein & Hallam, 1978 ; Zillmann, 1971 ; Zillmann & Bryant, 1974 ; Zillmann, Katcher, & Milavsky, 1972).

24Ainsi, si un individu est physiologiquement activé dans une situation A, et se trouve ensuite dans un autre état d’activation provoqué par la situation B, l’activation résiduelle de A reste présente dans B, et s’ajoute à l’activation suscitée par cette seconde situation. L’intensité totale de l’activation de B se trouve ainsi élevée. Ceci constitue le transfert de l’activation de A vers B. Sous certaines circonstances spécifiques, un individu attribuerait donc de manière erronée l’activation totale qu’il ressent dans une situation B au seul stimulus émotionnel de B, alors que la réaction émotionnelle serait intensifiée par l’excitation résiduelle de A (Tannenebaum & Zillmann, 1975).

25Dans une étude particulièrement représentative, Zillmann et Bryant (1974) ont soumis des sujets à une tâche d’activation physique importante (faire de la bicyclette) ou à une tâche contrôle de faible activité (écouter de la musique). Suite à la tâche, les sujets sont insultés par un compère de l’expérimentateur. Après avoir attendu que tous les sujets aient retrouvé le même niveau d’activation, on donne l’opportunité aux sujets de riposter en envoyant au compère des chocs électriques. Les auteurs observent que les sujets expérimentaux transmettent des chocs électriques plus importants au compère que ceux du groupe contrôle. Ces résultats sont interprétés en termes de transfert de l’activation due à la tâche expérimentale.

26Zillmann et ses collègues ont appliqué le paradigme du transfert d’excitation à de nombreuses situations, telles que les réponses agressives, les stimulus sexuels, la musique, l’attraction interpersonnelle. Un résultat intéressant de ces observations répétées montre que le transfert d’excitation n’apparaît pas si les individus sont placées dans une situation émotionnelle immédiatement après avoir été exposés à une situation d’activation. Le transfert d’excitation nécessiterait en effet une période courte de recouvrement entre les deux situations (Zillmann, Mody, & Cantor, 1974).

27Il faut aussi noter que pour Zillmann la tonalité de l’activation est neutre. Ainsi le transfert d’excitation influence l’intensité de l’émotion présente mais ne module pas sa nature affective. On peut donc en déduire que, quelle que soit la tonalité émotionnelle – positive ou négative – des deux situations A et B, l’intensité de la situation B se voit augmentée dans tous les cas par l’activité résiduelle de A.

2.2.3. Mandler : La théorie de l’interruption

28Dans la lignée des travaux de Schachter, Mandler (1980 ; 1984 ; 1992) a particulièrement étudié les conditions de déclenchement de l’émotion. Cet auteur considère l’émotion comme le résultat d’interruptions, de blocages ou d’inhibitions des comportements habituels, des plans ou des actions en cours. Ces interruptions seraient produites par la perception d’un décalage entre les caractéristiques du stimulus et les structures cognitives schématiques existantes du sujet, et déclencheraient une activité du système nerveux autonome.

29Lorsqu’un événement survient, un processus d’évaluation cognitive serait mis en place. Si cet événement est congruent avec un schéma cognitif préexistant (absence de décalage), il conduit à une évaluation positive et n’entraîne pas de rupture dans le déroulement de la séquence, mais plutôt une facilitation de l’action en cours de réalisation. Cette séquence entraînerait généralement l’occurrence d’émotions positives.

30Par contre, s’il n’y a pas de congruence entre l’événement et les schémas cognitifs préexistants, l’évaluation conduit à l’interruption de la séquence comportementale en cours, déclenche une rupture dans le processus de traitement cognitif et entraîne généralement une émotion négative.

31La théorie de Mandler, répertoriée au sein des théories de la discordance telles que celles de Simon (1967), d’Oatley et Johnson-Laird (1987) ou de Carver et Scheier (1990), envisage l’expérience émotionnelle comme résultant des comparaisons cognitives entre la situation présente et une sorte de vision du monde formée par les connaissances, les croyances, les normes et les buts ou intérêts d’un individu (Rimé, 1996).

32Si l’émotion est déterminée par l’existence ou l’absence d’un décalage entre les schémas émotionnels du sujet et l’information nouvelle, elle dépend indéniablement des expériences passées du sujet et est influencée par la socialisation, la culture de chacun. Dans ce cas, l’émotion serait directement fonction des normes sociales du sujet. De ce fait, on peut supposer qu’un même épisode puisse induire diverses émotions selon les normes culturelles du sujet. Ainsi, plus que l’événement inducteur d’émotion, il serait pertinent de prendre en compte la conformité des situations inductrices d’émotion vis-à-vis des normes du sujet. Le type et la nature de l’émotion ressentie seraient donc aussi un produit de l’interaction du sujet avec son environnement social.

2.2.4. Bilan

33En résumé, ces nouvelles conceptions s’attachent particulièrement à marquer la prédominance de la cognition sur l’activation physiologique dans le déclenchement et la détermination de l’émotion. Schachter est l’un des précurseurs d’une approche cognitive des émotions. Il introduit dans son analyse l’existence d’une cognition associée à l’activation physiologique comme déterminante de la nature même de l’émotion. Quoique peu exploitée par la suite, la dimension sociale de l’émotion est ici mentionnée. L’environnement social joue un rôle important dans la détermination de l’émotion vécue. Les aspects sociaux de cette approche de l’émotion n’ont pourtant pas suscité d’intérêt, et furent écartés dans les perspectives ultérieures. C’est ainsi que pour Valins, la cognition seule suffit en soi à provoquer un état émotionnel. L’activation physiologique ne serait donc pas une condition suffisante et nécessaire dans le déclenchement de l’émotion. Pour Zillmann, l’émotion est la résultante de l’attribution cognitive d’une activation physiologique qui n’a pas de valeur hédonique. Mandler axe sa conception de l’émotion sur une évaluation de la situation inductrice en rapport aux schémas émotionnels préexistants du sujet. L’activation n’est qu’une manifestation de cet état émotionnel.

2.3. Les théories de l’évaluation

34Les théories de l’évaluation envisagent la cognition de la séquence émotionnelle comme la perception et l’évaluation de la signification d’un événement pour le bien-être d’une personne.

2.3.1. Arnold : Notion d’évaluation cognitive

35Madga Arnold est sans conteste le précurseur des théories cognitives de l’évaluation. Contrairement à James ou Cannon, Arnold affirme que le cerveau n’est pas le lieu de simples réflexes, mais qu’il est très actif dans le décodage des stimulus émotionnels. Arnold fait appel au concept de mémoire des expériences émotionnelles antérieures et à l’estimation des conséquences possibles de la situation (Arnold, 1945 ; 1950 ; 1960 ; 1970).

36Le modèle théorique d’Arnold (figure 2) présente plusieurs étapes successives : (a) une évaluation préliminaire du stimulus en fonction du souvenir d’expériences du passé similaires et d’une estimation des conséquences possibles de la situation actuelle, (b) une impulsion vers ou contre la situation constituant une « tendance à l’action » qui, lorsqu’elle est consciemment perçue, donne lieu à (c) une « attitude émotionnelle » spécifique de l’émotion en jeu. Cette attitude émotionnelle initie des impulsions nerveuses au niveau du cortex via les centres nerveux (thalamus, hypothalamus), qui déclenchent ainsi les patterns physiologiques appropriés ainsi que les changements périphériques correspondants (expressions faciales, postures...). Ces changements périphériques sont alors reportés vers le cortex via les afférences sensorielles. Finalement, ce feedback physiologique est lui-même perçu, et réévalué. C’est cette seconde évaluation qui donnera naissance au label émotionnel final.

Figure 2. Représentation schématique de la théorie de Arnold (1950)

Figure 2. Représentation schématique de la théorie de Arnold (1950)

37Pour illustrer sa théorie, Arnold prend l’exemple de la peur éprouvée par un pilote de bombardier. Un pilote scrute le ciel et aperçoit des avions de combat. A partir de ses expériences passées, le pilote va identifier ces avions comme ennemis. Cette perception entraîne une évaluation des conséquences possibles, à savoir une bataille entre lui et eux. Cette évaluation génère une attitude émotionnelle qui prépare le piloté à combattre ou à fuir. En conséquence, les changements périphériques sont activés via le cortex (respiration, rythme cardiaque...). Simultanément, une expression faciale de peur se manifeste et les muscles du pilote se tendent. Ces changements périphériques sont perçus et évalués par le pilote en fonction de ses souvenirs, des conséquences possibles de la situation. C’est seulement ensuite qu’il peut traduire cela en « peur ».

38Arnold, tout comme Schachter (1964), propose ainsi un modèle qui considère l’émotion comme un processus temporel qui comprend divers mécanismes psychologiques à travers lesquels un événement, une situation vont devenir un stimulus émotionnel et donner lieu à une évaluation. Le concept d’attitude émotionnelle ou de tendance à l’action a eu de nombreuses répercussions, et a été notamment largement développé par Frijda (1986 ; 1987).

39L’environnement social n’est pas ici directement impliqué dans la nature de l’émotion. Il peut, tout au plus, être de nouveau considéré comme stimulus déclencheur de la séquence émotionnelle. Néanmoins, Arnold fait appel aux souvenirs, aux expériences passées du sujet, qui sont liés au contexte social dans lequel celui-ci évolue. En outre, les tendances à l’action ainsi que les attitudes émotionnelles décrites par Arnold pourraient tout à fait être contrôlées et gouvernées par le contexte social. Ainsi l’émotion pourrait être résultante des pressions sociales de l’environnement. Celles-ci détermineraient le type de configurations corporelles suscitées, et par conséquent la perception et l’interprétation du feedback physiologique donnant lieu au label émotionnel.

2.3.2. Lazarus : Théorie relationnelle, motivationnelle et cognitive des émotions

40L’idée fondamentale de la théorie relationnelle, motivationnelle et cognitive de Lazarus (1991a ; 1991b) est la suivante : « we cannot understand the emotional life solely from the standpoint of the person or the environment as separate units. » (Lazarus, 1991b ; p. 89)

41Un tel fondement donne lieu à une théorie relationnelle. En effet, selon Lazarus et Launier (1978), les émotions découlent de l’influence mutuelle d’un sujet et de son environnement. Toute relation personne-environnement aurait une signification émotionnelle potentielle. Cependant, seules les interactions susceptibles d’affecter le bien-être de l’individu seraient génératrices d’émotions. Une interaction entre une personne et son environnement induirait alors soit des coûts (les émotions négatives), soit des bénéfices (les émotions positives) intra et interpersonnels. Une interaction génère une émotion négative lorsqu’elle empêche, retarde, ou rend impossible la gratification des besoins, l’atteinte des objectifs ou des engagements, ou encore la réalisation de valeurs positives. De manière similaire, une interaction entraîne une émotion positive lorsqu’elle favorise ou amplifie la réalisation des buts et intérêts individuels.

42Cette théorie apparaît aussi comme une théorie « motivationnelle », car elle fait référence aux buts et objectifs individuels d’adaptation à l’environnement. Lazarus conçoit deux aspects de la motivation : (a) une variable motivationnelle (un trait ou une caractéristique de personnalité sous forme de buts hiérarchisés), et (b) une variable transactionnelle (les dispositions de l’individu pour atteindre ces buts selon les contraintes, les demandes et les ressources présentées par l’environnement).

43Enfin, c’est une théorie cognitive car l’émotion nécessite une connaissance et une évaluation des changements de la relation entre le sujet et l’environnement. Lazarus, Kanner et Folkman (1980) distinguent ainsi trois types d’évaluation cognitive : les évaluations primaires, secondaires et les réévaluations.

44Les évaluations primaires correspondent à l’évaluation de la situation en termes d’implication pour le bienêtre de l’individu. Lorsqu’une personne est confrontée à un stimulus émotionnel, elle évaluerait en premier lieu son degré d’implication dans la situation en observant la pertinence et la congruence du stimulus avec ses buts, intérêts et valeurs. Trois évaluations fondamentales sont possibles : (a) la situation n’est pas pertinente car elle n’a pas de signification personnelle : elle peut alors être ignorée, (b) la situation est jugée positive : l’événement peut être considéré comme bénéfique ou désirable, et (c) la situation est jugée négative : l’événement peut être jugé stressant, douloureux, menaçant, ou dangereux.

45Les évaluations secondaires concernent les processus d’évaluation des ressources disponibles afin de faire face à la situation. Selon Lazarus et Launier (1978), les évaluations secondaires ont une grande importance au niveau adaptatif, car elles sont directement liées aux stratégies mises en place par l’individu pour assimiler et intégrer la situation.

46Les réévaluations concernent les modifications des évaluations primaires et secondaires générées par les changements de la situation. Les réévaluations prennent deux formes différentes : (a) l’individu se focalise sur ce qui a changé dans sa relation avec l’environnement et évalue la signification de ce changement, et (b) l’individu effectue un effort d’adaptation au stress.

47Afin de mettre en évidence les déterminants des processus d’évaluations cognitives, Lazarus ét al. (1980) rapportent une série de travaux empiriques où les réactions émotionnelles de sujets, soumis à un film de nature stressante, sont observées. La manipulation de l’évaluation consiste à modifier le contenu de bandes sonores qui accompagnent ce film.

48Dans le cas d’un film présentant une cérémonie de circoncision chez les aborigènes d’Australie, le commentaire d’accompagnement est soit une « négation » de l’acte (l’accent est porté sur le caractère joyeux de l’événement et l’absence d’aspects douloureux), soit de type « intellectualisant » (la scène fait l’objet d’une description technique), soit de type « traumatique » (on insiste sur l’horreur et la douleur que ressent la personne qui subit la circoncision). Par rapport à une condition contrôle (absence de commentaire), les deux premiers types de commentaires (« négation » et « intellectualisation ») entraînent une diminution de la réaction émotionnelle, tandis que l’inverse se produit dans le cas d’un commentaire « traumatique ». L’émotion suscitée est donc directement fonction de l’évaluation préalable de la signification de l’événement pour le bien-être individuel. Selon Lazarus ét al. (1980), ces évaluations dépendraient de facteurs situationnels, culturels et de personnalité.

49Lazarus (1991a) précise cependant que l’évaluation cognitive n’est pas la seule composante de l’émotion. Il faut aussi distinguer un état subjectif distinct, les tendances à l’action (préparation de l’organisme à répondre comportementalement à la situation ; Frijda, 1986 ; Scherer, 1984b), et une configuration de réponses physiologiques. Ces diverses réponses rempliraient deux fonctions principales : une fonction de communication sociale et une fonction d’adaptation à l’environnement (Lazarus, 1968 ; Scherer, 1984a).

50Selon Lazarus, Averill et Opton (1970), les configurations d’activation observées dans l’émotion dérivent de tendances à l’action générées par les évaluations de la situation et de ses conséquences. Ces évaluations seraient non seulement le fruit de conditions situationnelles (les facteurs environnementaux), mais aussi de conditions dispositionnelles et relationnelles (les croyances, attitudes, traits de personnalité...).

51La conception de Lazarus introduit donc l’interaction de l’individu avec son environnement comme déterminante de l’émotion. Les émotions seraient fonction de la qualité, mais surtout de l’évaluation, de l’interaction de l’individu avec son environnement. Les émotions seraient influencées par les normes, les règles, et les caractéristiques sociales de l’environnement. L’émotion n’est certes plus considérée ici comme un produit purement individuel, puisqu’elle serait aussi dépendante de l’environnement social du sujet. Néanmoins, le processus fondamental à l’origine de la détermination de l’émotion reste un traitement cognitif interne de l’interaction personne - environnement.

2.3.3. Scherer : Les facettes de l’expérience émotionnelle

52Scherer (1984a) postule que l’émotion est multidimensionnelle. Selon lui, elle comporte cinq composantes : (a) une composante d’évaluation cognitive des stimulations ou des situations, (b) une composante physiologique d’activation, (c) une composante d’expression motrice, (d) une composante motivationnelle incluant les ébauches d’actions et les préparations comportementales, et (e) une composante subjective. Ces cinq composantes seraient liées à cinq fonctions : (a) l’évaluation de l’environnement, (b) la régulation du système émotionnel, (c) la préparation à l’action, (d) la communication des intentions, et (e) la réflexion, le contrôle, et la surveillance.

53Les émotions se situeraient à l’interface entre l’organisme et son environnement. On peut distinguer trois aspects majeurs de ce système : (a) l’évaluation de la pertinence du stimulus pour les buts et intérêts du sujet ou les préférences pour certaines situations spécifiques, (b) la préparation à l’action, physiologique et psychologique, appropriée au stimulus, et (c) la communication des réactions, états et intentions de l’organisme (Scherer, 1981 ; 1982). La fonction fondamentale de l’émotion serait de permettre une bonne adaptation du comportement aux stimulations externes ou internes.

54En proposant « le modèle des processus composants », Scherer (1984b) va surtout tenter d’effectuer une description des différentes catégories d’évaluations cognitives intervenant dans l’expérience de l’émotion. Scherer (1989) part du principe « qu’une des fonctions de l’émotion réside dans l’évaluation continue des stimulations internes et externes en fonction de l’importance qu’elles revêtent pour l’organisme et de la réaction qu’elles appellent nécessairement » (p. 120).

55Il envisage le processus d’évaluation en une succession très rapide d’étapes de traitement de stimulus (« Stimulus Evaluation Checks ») qui déterminent la nature et l’intensité de l’émotion. Scherer décrit cinq étapes distinctes de traitement du stimulus.

56La première étape consiste en une évaluation de la nouveauté ou du caractère inattendu de l’événement.

57La deuxième consiste en l’évaluation du caractère intrinsèquement plaisant ou déplaisant du stimulus qui amène l’organisme à ressentir du plaisir ou de l’angoisse.

58La troisième traduit l’évaluation des buts/intérêts favorables liés au stimulus, c’est-à-dire l’évaluation de la manière dont l’introduction de ce stimulus particulier va avantager ou entraver l’atteinte de buts ou la satisfaction d’un besoin.

  • 5 Ces sous-étapes sont désignées par Scherer comme des sous-contrôles de traitement de l’information.

59La quatrième détermine les possibilités qu’a l’organisme de faire face au stimulus, en fonction des informations liées à un événement passé et de ses conséquences pour l’organisme. Cette étape est composée de 4 sous-étapes5 : (a) déterminer la cause d’un épisode (évaluation ou contrôle des causes), (b) déterminer dans quelle mesure les activités de l’organisme peuvent affecter les conséquences de cet épisode, (c) évaluer le pouvoir relatif du sujet en fonction des obstacles ou adversaires, et (d) apprécier la facilité avec laquelle l’organisme va s’adapter à la nouvelle situation.

60Si toutes ces séquences sont généralement présentes chez toutes les espèces animales, il semble qu’une cinquième étape de traitement du stimulus n’existe que pour les êtres humains (et peut-être les chimpanzés) : un contrôle de la compatibilité de la norme par rapport à soi. Elle repose sur une comparaison de stimulus – ses propres actions ou celles des autres et leurs conséquences – avec les standards externes et internes comme les normes sociales et divers aspects du concept de soi. Par exemple, si un comportement ne se conforme pas à la norme sociale ou s’il n’est pas compatible avec le concept de soi, il y aura apparition de honte, ou de culpabilité.

61La conception de Scherer est donc une perspective cognitive de l’émotion, qui établit une série d’évaluations successives déterminantes des réponses du sujet et du déclenchement ou non de l’émotion. Les aspects sociaux sont introduits en tant que facteurs susceptibles d’influencer la séquence d’évaluation.

2.3.4. Frijda : Une théorie de l’émotion en composantes

62Selon le modèle théorique de Frijda (1986), l’émotion est composée d’un ensemble de phases ou de composantes distinctes qui s’influencent mutuellement, sans pour autant être déterminantes les unes des autres.

63Le processus émotionnel (figure 3), tel qu’il est décrit par Frijda (1986), comporte un événement stimulus qui déclenche : (a) une phase d’analyse et de codage, (b) une phase de comparaison, (c) une phase de diagnostic, et (d) une phase d’évaluation. Ces phases de traitement de l’information entraînent alors une préparation à l’action, qui induit à son tour les changements périphériques associés et la réponse émotionnelle. Toutes ces phases seraient contrôlées par un processus de régulation.

64La phase d’analyse et de codage correspond à l’encodage de l’épisode stimulus en termes de familiarité ou de connaissance, entraînant ainsi l’évaluation de ses causes ou conséquences.

65La composante de comparaison se traduit par une évaluation primaire de la pertinence du stimulus en comparaison avec les intérêts et buts de la personne. Elle se manifeste par quatre types de signaux possibles : le plaisir, la douleur, le désir ou la surprise.

66Suite à la phase de comparaison, le sujet évalue la situation stimulus dans sa globalité en termes de possibilité ou d’impossibilité d’y faire face. Cette évaluation secondaire, qui constitue la composante de diagnostic, répertorie les différentes actions possibles à émettre, et entraîne l’évaluation de l’urgence, de la difficulté ou de la gravité de l’événement. Ces différentes évaluations se combinent en un signal de contrôle prioritaire qui amène soit l’interruption, soit un effet distracteur de l’action en cours.

67Sur la base de ces informations, une préparation à l’action est générée par un plan d’action, une tendance à l’action et/ou un mode d’activation, qui déclenchent les changements physiologiques. Une action, comportementale ou cognitive, est alors sélectionnée et mise en place.

68Frijda (1986) conçoit donc les émotions comme des changements dans l’interprétation d’une action. Elles impliquent des états de préparation à l’action induits par l’évaluation d’événements comme émotionnellement significatifs (c’est-à-dire lorsqu’ils apparaissent comme favorables ou défavorables au bien-être ou aux intérêts de l’individu). La conception de Frijda comporte ainsi essentiellement deux composantes : une composante évaluative et une composante de préparation à l’action.

Figure 3. Représentation schématique simplifiée du modèle de l’émotion en composantes (Frijda, 1986)

Figure 3. Représentation schématique simplifiée du modèle de l’émotion en composantes (Frijda, 1986)

69Les mécanismes d’évaluation transforment le stimulus en une « structure situationnelle significative ». L’événement stimulus acquiert une signification en fonction de ses liens avec le bien-être et les intérêts de l’individu. Frijda définit les intérêts comme des dispositions à désirer l’occurrence ou non d’une situation donnée. L’intensité d’une émotion serait relative à la force de ces intérêts.

70Selon Frijda (1986), la notion de préparation à l’action est la caractéristique la plus importante de l’émotion. Cette notion fait référence à des dispositions innées pour l’exécution de certaines actions ou l’achèvement de certains changements relationnels avec l’environnement. En d’autres termes, une tendance à l’action concerne l’activation, mais pas encore la réalisation, de plans de comportements ayant pour fonction de changer la relation entre la personne et son environnement. Les impulsions d’approche et d’évitement sont des exemples de ces tendances d’action (Frijda, Kuiper, & ter Schure, 1989).

2.3.5. Bilan

71Les théories de l’évaluation cognitive ont sans nul doute apporté une importante contribution à la compréhension du phénomène émotionnel. Un point commun se dégage de l’ensemble de ces conceptions théoriques : celui de la fonction adaptative de l’émotion.

72La notion de préparation à l’action, développée essentiellement par Frijda, indique une programmation de comportements susceptibles de gérer et de faire face à la situation. Cette préparation comportementale est générée par les évaluations des stimulations internes ou de la situation. Dans tous les cas, ces évaluations sont tributaires de l’environnement social, des normes sociales et de la culture du sujet. Quoique les facteurs sociaux soient effectivement pris en compte dans certaines de ces conceptions, le processus émotionnel est toujours considéré comme un phénomène individuel et ramené avant tout à un processus cognitif.

2.4. Les théories schématiques

73Le postulat de base de ces théories est celui de l’existence d’un ensemble d’informations émotionnelles stockées en mémoire qui ont pour principale fonction de réactiver une émotion lorsqu’un de ses éléments est activé. Bon nombre d’émotions peuvent ainsi être déclenchées sans que l’on puisse établir un lien immédiat entre le stimulus et l’individu. Certains états affectifs peuvent simplement survenir lorsqu’une personne est confrontée à un lieu, un objet, une personne qui font référence à des expériences passées.

2.4.1. Leventhal : Une théorie des émotions perceptuelle motrice

74Leventhal (1980 ; 1984) s’intéresse essentiellement aux mécanismes actifs dans la construction de l’expérience émotionnelle. Il décrit trois caractéristiques de base du phénomène émotionnel : (a) les émotions sont universelles, (b) elles sont différenciées, et (c) elles altèrent l’organisation du système comportemental.

75Le mécanisme émotionnel est décrit comme un système de traitement de l’information actif organisé en une série d’étapes hiérarchisées de niveau de traitement. La première étape assure la réception et l’interprétation de l’information émotionnelle : le codage. Celui-ci résulte de l’interprétation perceptive (la représentation de la situation stimulus) et de la construction d’une émotion subjective (la représentation émotionnelle de la situation). La deuxième étape produit l’exécution de plans d’actions pour faire face à la situation perçue. Enfin, la troisième étape produit un ensemble de critères et d’évaluations de la possibilité d’adaptation.

76Leventhal (1980 ; Leventhal & Scherer, 1987) propose trois types différents de traitement de l’information émotionnelle : (a) un traitement sensori-moteur, (b) un traitement schématique, et (c) un traitement conceptuel.

77Le traitement sensori-moteur serait le centre du traitement émotionnel. Selon ces auteurs, l’activité innée du système moteur est manifeste. La réceptivité du nouveau-né aux indices interpersonnels spécialisés (ton de la voix, visage...), et la variété des réactions expressives produites seulement quelques heures après la naissance fourniraient une preuve de la nature préprogrammée des expressions émotionnelles.

78Le traitement émotionnel schématique correspond à des structures mnésiques perceptivo-motrices. Il inclut les souvenirs moteurs de réactions instrumentales régulièrement associées à une image ou une émotion antérieure et aux réactions expressives et autonomes. Leventhal (1980) décrit cinq traitements émotionnels schématiques : (a) l’imagerie, (b) l’intrusion d’images mentales dans le cours d’activités de résolution de problème, (c) la généralisation et l’intensification d’état émotionnels ultérieurs par l’activation autonome d’une émotion antérieure, (d) l’observation d’imagerie vive lors du sommeil paradoxal, et (e) la participation de l’hémisphère cérébral droit dans le traitement de patterns d’informations.

79Le traitement conceptuel se compose de deux éléments. Le premier mémorise les informations d’épisodes émotionnels passés, et le second est utilisé lors de la réalisation d’actes émotionnels.

80La perspective multidimensionnelle de Leventhal permet de concevoir un modèle de l’émotion présentant diverses composantes de nature subjective, expressive et physiologique. Les informations sont stockées en mémoire et réactivées en présence d’un stimulus. L’émotion est cependant ici uniquement considérée comme un phénomène cognitif dépourvu de toute dimension sociale. Elle résulte d’une succession de traitement de l’information.

2.4.2. Bower : Modèle de la mémoire en réseau

81Bower (1981 ; 1992 ; Bower, Gilligan, & Monteiro, 1981) conçoit la mémoire comme un réseau de nœuds interdépendants représentant chacun un concept sémantique. Chaque nœud émotionnel (joie, peur, tristesse, colère...) serait relié à d’autres nœuds du réseau, et en particulier aux expériences personnelles passées inductrices d’émotion, aux mots du langage qui décrivent cette émotion, aux manifestations comportementales de celle-ci, etc. Ces nœuds émotionnels pourraient être activés par plusieurs stimulus, aussi bien physiologiques que symboliques.

82Quand l’activation d’un nœud émotionnel dépasse un certain seuil, il se produit alors une diffusion de l’activation dans une partie du réseau. Cette diffusion de l’activation déclenche alors le pattern d’activation automatique et le comportement communément assigné à l’émotion correspondante. Lorsque deux nœuds émotionnels sont activés en même temps, il peut en résulter un comportement expressif correspondant à une combinaison de ces deux patterns purs. Par exemple, si les nœuds émotionnels de la tristesse et de la peur sont activés simultanément, l’émotion ressentie pourrait être le désappointement.

83Une telle diffusion de l’activation aura plusieurs conséquences. La première conséquence correspond à une plus grande disponibilité des unités perceptives et interprétatives du nœud émotionnel activé. Ceci expliquerait pourquoi certaines données perceptives liées à l’émotion activée sont plus rapidement identifiées que d’autres (Postman & Brown, 1952). La production d’associations verbales dont la tonalité correspond à l’état émotionnel du sujet pourrait s’expliquer également par ce processus de diffusion. En effet, on peut penser que le nœud émotionnel activé est en relation directe avec d’autres nœuds de même tonalité. Par exemple, le nœud « dépression » serait relié à d’autres nœuds à tonalité émotionnelle triste. Le sujet déprimé aurait ainsi tendance à se focaliser davantage sur les événements tristes qui, par feedback, augmenteraient l’activation du nœud émotionnel « dépression ». Ce modèle pourrait bien sûr être généralisé à l’anxiété, la peur, etc.

84La seconde conséquence de la diffusion de l’activation est que l’accord entre la tonalité émotionnelle de l’information et l’état émotionnel déjà activé du sujet conduirait à une suractivation du nœud émotionnel correspondant. Ainsi, la liaison entre le nœud émotionnel et la trace mnésique correspondant à l’information traitée serait intensifiée. L’intensification de cette liaison produirait alors un meilleur rappel de l’information. L’hypothèse de l’influence de l’intensité émotionnelle associée à une information sur le rappel a été confirmée par Dutta et Kanungo (1975). Ils ont montré que des sujets rappelaient plus fréquemment des mots d’intensité élevée que des mots de faible intensité. De même, Martins (1982 ; 1985) a montré que les phrases d’un récit dramatique les plus fréquemment rappelées sont celles qui avaient la plus forte tonalité affective.

85Le traitement sélectif décrit par Bower et al. (1981) serait donc mis en œuvre par l’accord entre la tonalité émotionnelle des informations et l’état émotionnel du sujet. Celui-ci serait plus attentif à des informations en relation avec son propre état émotionnel. Il en résulterait notamment l’intensification de la trace mnésique associée à cet événement, et donc une meilleure mémorisation et un meilleur rappel.

2.4.3. Lang : Théorie bio-informationnelle des émotions

86Lang (1985 ; 1994), tout comme Frijda (1986), définit les émotions comme des dispositions à l’action. Elles sont instantanées lorsque le souvenir d’épisodes spécifiques est activé. Les épisodes émotionnels seraient codés en mémoire selon un réseau d’unités informationnelles mutuellement activables. Lorsqu’une unité informationnelle est activée par un stimulus, l’activation s’étendrait aux unités adjacentes. Selon l’intensité de l’activation, il est possible que l’ensemble du réseau soit en éveil. On retrouve ici des idées similaires à celles développées dans le modèle de la mémoire en réseau de Bower, Gilligan et Monteiro (1981).

87La forme du réseau peut être décrite par un ensemble de niveaux conceptuels hiérarchisés. Les niveaux les plus élevés sont de trois types : le stimulus, la réponse et la pensée. Les unités de stimulus correspondent aux représentations des événements perçus, les unités de réponses codent les trois systèmes de réponses basiques (comportements, mobilisation physiologique et langage expressif ; Lang, 1978), et les unités de pensées se réfèrent à des connaissances sémantiques associées.

2.4.4. Bilan

88Il est manifeste que les théories schématiques de Leventhal, Bower et Lang considèrent l’émotion comme un processus cognitif de traitement de l’information organisé sous forme de séquences successives. Ces trois conceptions sont basées sur le rôle déterminant de la mémoire dans le déclenchement et l’activation du phénomène émotionnel.

89Dans le cadre du rappel de l’information émotionnelle, on conçoit aisément quelle peut être l’importance de telles conceptions. En effet, lorsqu’une personne évoque un épisode émotionnel qu’elle a vécu, elle fait appel à ses souvenirs pour décrire, expliquer et interpréter la situation. Cette évocation activera les diverses composantes - sensori-motrices, subjectives et de préparations à l’action - de l’expérience émotionnelle, qui auront un impact certain sur le sujet et son interlocuteur. Une situation de communication des émotions sera non seulement soumise aux biais de reconstruction cognitive du souvenir de l’épisode conté, mais sera aussi une situation émotionnelle en tant que telle.

2.5. Conclusion

90Alors que les émotions étaient considérées comme de simples manifestations physiologiques, les conceptions théoriques dites cognitives ont apporté un regard nouveau, en intégrant la dimension cognitive du processus émotionnel. La cognition est ici envisagée tant comme composante de l’émotion que déterminante des réponses émotionnelles. À partir de ce postulat, les théories de l’évaluation et les théories schématiques se sont développées afin de déterminer le rôle et la fonction de l’activité cognitive dans le processus émotionnel, mais aussi dans les effets en retour de l’émotion sur les processus cognitifs tels que la mémoire, le traitement de l’information, l’attention...

91Du point de vue de la psychologie sociale, la théorie de Schachter nous semble particulièrement intéressante. En effet, la nature et le type même de l’émotion suscitée par une situation ambiguë dérive directement de la comparaison sociale entre le sujet et son environnement. Un sujet évaluera son état interne en se conformant aux réactions de son entourage immédiat, pour peu que celui-ci soit un référent pertinent dans la situation donnée. L’émotion découle ainsi directement de l’environnement social. On peut regretter que les chercheurs se soient essentiellement focalisés sur l’évaluation cognitive, en limitant l’émotion à un processus individuel, même si les aspects sociaux intervenant dans la séquence émotionnelle n’ont pas été totalement négligés.

92Cette conception de l’émotion est certes caractéristique des modèles cognitifs en général, dans lesquels l’individu et l’environnement ne sont pas situés sur le même plan. L’environnement, et donc l’environnement social, ne constitue qu’une source potentielle d’informations. Tout le processus de traitement de l’information est purement interne, au sens où il est généré par le produit de la comparaison entre des connaissances préalables et la situation actuelle. En ce sens, l’émotion est une construction interne, tout comme la perception dans les modèles cognitifs classiques (voir par exemple Neisser, 1967). Le problème est que ces théories ne rendent pas compte de la diversité des réponses individuelles, ni de celle des réponses d’un ensemble d’individus d’une même communauté – ou de communautés différentes – dans une même situation stimulus. Plus exactement, elles expliquent ces différences par l’apprentissage social (c’est-à-dire les normes, les croyances) mais ne rendent pas compte de cet apprentissage.

93Si la notion d’évaluation semble ainsi devenue une notion fondamentale dans la tentative de conceptualisation de l’émotion (elle permet de déterminer comment un stimulus devient pertinent et déterminant du déclenchement de l’émotion), il apparaît que ce processus d’évaluation dépend de l’histoire du sujet. Les expériences passées, les croyances, les normes sociales du sujet vont être la clef de l’évaluation individuelle d’une personne soumise à une situation donnée. Une même situation pourra donc être perçue de manière tout à fait différente selon les expériences individuelles de chacun, et de ce fait induire diverses émotions. Dès lors, la socialisation, la culture des individus sont des facteurs non négligeables, qu’il faut prendre en compte dans la séquence émotionnelle.

94Plusieurs auteurs, comme Lazarus, Scherer ou Frijda, se sont également intéressés aux fonctions de l’émotion. Les émotions sont essentiellement perçues comme un processus adaptatif, qui permet à l’individu de faire face à la situation émotionnelle. Là encore, même si les auteurs envisagent les interactions du sujet avec son environnement, la dimension sociale est de nouveau écartée. Tout se passe comme si les émotions ne remplissaient que des fonctions individuelles et ne servaient pas au groupe dans son ensemble. Un mouvement théorique a toutefois abordé l’utilité sociale de l’émotion. Il s’agit des conceptions qui s’inscrivent dans la perspective évolutionniste, et qui ont essentiellement étudié la fonction communicative des émotions au sein des relations interpersonnelles.

Notes

2 Notons que les auteurs utilisent ces différents termes de manière indifférenciée.

3 Nous considérons ici uniquement le cas où l'interprétation subjective de l'activation est effectuée en termes émotionnels. Mais il est tout à fait possible que l'évaluation ne s'effectue pas en termes émotionnels, et par conséquent ne donne pas lieu à une émotion.

4 Dans la condition de colère, il n'y a cependant pas de sous-groupe ayant reçu une information erronée sur les effets secondaires de l'épinéphrine.

5 Ces sous-étapes sont désignées par Scherer comme des sous-contrôles de traitement de l’information.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Représentation schématique de la théorie des émotions de Schachter et Singer (1962)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/51003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2. Représentation schématique de la théorie de Arnold (1950)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/51003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3. Représentation schématique simplifiée du modèle de l’émotion en composantes (Frijda, 1986)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/51003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540