Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Émotions

 | 
Véronique Christophe

1. Les premières théories des émotions : une approche physiologique

Texte intégral

1Les premières théories des émotions concernent essentiellement le rôle de l’activation physiologique dans le déclenchement et le déroulement du processus émotionnel. Les théories de James (1884), Lange (1885) et Cannon (1927) ont eu un impact considérable sur les travaux liés à l’émotion. Ces conceptions, fondées sur une approche physiologique, ont dominé le champ d’investigation des émotions pendant de nombreuses années, pour finalement n’être développées qu’avec le premier courant des théories cognitives des émotions.

1.1. Les théories périphériques des émotions de James et Lange

2La théorie de James (1884), tout à fait révolutionnaire à l’époque, consiste à opérer une assimilation des états émotionnels et des perceptions corporelles. Les changements périphériques suivent directement la perception du stimulus, et c’est la perception de ces changements qui constitue l’émotion. Pour prendre un exemple classique de James, si nous rencontrons un ours (stimulus), nous commençons à courir (changements physiologiques), puis nous percevons les changements physiologiques inhérents à la course, et c’est alors seulement que nous avons un sentiment de peur (émotion).

3Face au problème, toujours au centre des débats actuels, de savoir si l’émotion est déterminée par un centre spécifique du cerveau ou par les centres moteurs et sensoriels, James choisit clairement la seconde proposition. Quand un stimulus émotionnel est perçu par les centres corticaux sensoriels, une réaction réflexe génétiquement programmée, antérieure à toute conscience, est mise en jeu et génère les changements périphériques. Pour James (1884), ce sont ces données corporelles qui constituent la matière même de l’émotion.

4Dans un petit traité en langue danoise intitulé Les Emotions, paru en 1885, Lange expose des idées similaires à celles de James (voir textes réimprimés de Lange & James, 1967). Le souci de départ de Lange (1885) est de dégager les phénomènes physiques caractéristiques de chaque émotion. L’analyse des signes objectifs de certaines émotions (joie, tristesse, peur et colère) a conduit cet auteur à ramener la diversité des manifestations émotionnelles à deux axes de variations physiologiques : le système sensori-moteur et le système végétatif.

5Cependant, contrairement à James, Lange pose l’existence d’un centre spécifique du cerveau, le centre « vasomoteur », qui commande le système vasculaire. La perception de facteurs inducteurs d’émotion exciterait directement le centre vasomoteur, qui produirait une modification vasculaire spécifique. Celle-ci aurait en retour un impact sur les muscles et les viscères. Ainsi, les changements vasculaires seraient les premiers processus physiologiques des émotions, avant que d’autres changements secondaires ne s’opèrent.

6Bien que James détaille davantage les aspects phénoménologiques et physiologiques de l’émotion, et que Lange spécifie particulièrement la description physiologique des émotions, les processus de ces deux théories convergent sur plusieurs points (Philippot, 1992).

7Premièrement, James et Lange décrivent le processus émotionnel selon la séquence suivante : un stimulus, des réponses physiologiques, la sensation de ces changements périphériques, l’émotion. Deuxièmement, James et Lange s’accordent sur le fait que les réponses corporelles dans les émotions sont constituées de changements physiologiques différents selon les émotions. Troisièmement, les deux théories concordent aussi sur un de leurs postulats centraux : c’est la perception des changements périphériques qui constitue en soi l’émotion. Le feedback corporel en est une composante nécessaire : sans perception viscérale, pas d’émotion. Dans cette perspective, chaque type d’émotion correspond à une structure différente de sensations. Le désaccord le plus important entre ces deux théories concerne le problème de l’existence ou non d’un centre émotionnel spécifique.

1.2. La théorie centrale des émotions de Cannon

8Cannon (1927) développe quatre arguments principaux à l’encontre du feedback viscéral. Premièrement, l’altération des connections entre les viscères et le système nerveux central ne modifie pas le comportement émotionnel. Deuxièmement, les viscères sont des structures relativement insensibles. Les changements viscéraux seraient trop lents pour être la source de sentiments émotionnels. Troisièmement, les mêmes changements viscéraux apparaissent dans des états aussi bien émotionnels que non-émotionnels. Enfin, l’induction artificielle de changements viscéraux typiques d’émotions fortes ne produit pas les émotions attendues. Cannon se réfère alors à la recherche de Marãnon (1924) qui montre que, suite à une injection d’adrénaline, les sujets rapportent « une simple perception subjective de certains troubles somatiques qui font naître chez eux une sensation émotive indéfinie ». A elle seule, l’induction de changements périphériques ne suffirait pas à provoquer un état émotionnel authentique. A partir d’observations physio-anatomiques, Cannon pose le thalamus comme le centre de coordination des réactions émotionnelles : il produirait et régulerait les décharges physiologiques des émotions, et il serait la source de l’expérience affective.

9De toute évidence, les travaux de Cannon rendent impossible l’interprétation de la différence des émotions entre elles en termes de différences des structures de réponses physiologiques. La théorie centrale de Cannon offre une conception de l’émotion opposée à celle de James-Lange sur plusieurs aspects fondamentaux.

10Alors que les théories de James et Lange stipulent que les émotions sont générées par le feedback de réponses corporelles, Cannon affirme que les émotions sont induites par l’excitation du thalamus, et que le feedback viscéral n’intervient pas dans l’induction de l’émotion.

11Par ailleurs, Lange présente des configurations physiologiques différentes pour chaque émotion, alors que Cannon assure, quant à lui, que l’activation émotionnelle est largement indifférenciée entre les états émotionnels et non-émotionnels.

12Enfin, les trois auteurs sont en désaccord quant à la possibilité d’un centre du cerveau spécifique qui induirait une émotion : James refuse l’idée d’un centre cérébral de l’émotion, Lange propose l’existence du centre vasomoteur, et Cannon montre le rôle joué par le thalamus.

1.3. Conclusion

13Les théories de James, Lange et Cannon se sont attachées à expliciter le rôle de l’activation comme déterminante de l’émotion. Elles sont à l’origine de nombreux travaux sur le rôle des réponses périphériques ou sur l’identification des structures corticales ou sous-corticales qui interviennent dans le déclenchement et le déroulement du processus émotionnel.

14La conception périphérique de James a suscité un nombre non négligeable de recherches, notamment sur la relation causale entre les changements physiologiques et l’émotion, la séquence temporelle entre ces changements et l’apparition de l’émotion, l’existence de configurations physiologiques spécifiques à chaque émotion.

15La perspective centraliste de Cannon, quant à elle, ne considérant plus les changements physiologiques comme cause de l’émotion mais plutôt comme conséquence de l’expérience de l’émotion, a amené de nombreux chercheurs à considérer la médiation cognitive entre l’apparition de manifestations internes et l’émotion.

16Ces trois théories mettent en évidence le fait que toute émotion est incontestablement accompagnée de manifestations physiologiques. Toutefois, les aspects sociaux ne sont en aucun cas abordés. L’environnement est ici envisagé uniquement comme stimulus inducteur d’émotion, et n’intervient en aucun cas dans la détermination de l’émotion. Or, le déclenchement de l’activation ne s’effectue manifestement pas dans un vide social, indépendamment de toute influence. On peut ainsi imaginer que les particularités d’un environnement puissent affecter l’ampleur et l’intensité des manifestations physiologiques ressenties, comme cela peut être le cas dans les mouvements de foule. En outre, la valeur attribuée au stimulus, déterminée par l’apprentissage social du sujet, est un facteur non négligeable. Si nous reprenons l’exemple de James, une personne qui rencontre un ours se mettra à courir, si et seulement si, elle perçoit le stimulus « ours » comme une possible menace. Il s’agit alors de prendre en compte l’évaluation subjective de l’événement stimulus. C’est de fait, ce que les théories dites cognitives ont développé dans leurs modèles.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540