Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Émotions

 | 
Véronique Christophe

Introduction

Texte intégral

« Tout le monde sait ce qu’est une émotion, jusqu’à ce que vous lui demandiez de la définir »
(Fehr & Russell, 1984)

1Il n’est pas simple d’analyser le phénomène émotionnel en tant que tel. Une première difficulté tient à l’absence de consensus entre les théoriciens pour définir l’émotion. Il s’avère tout au plus possible de caractériser l’émotion comme un état affectif associé à des sensations de plaisir, de déplaisir ou encore à des sensations liées à la tonalité agréable, désagréable (Kirouac, 1989). Les auteurs s’accordent aussi relativement pour décrire l’émotion comme un état affectif multidimensionnel qui s’accompagne de manifestations physiologiques, cognitives, expressives et subjectives.

2Une seconde difficulté est liée aux multiples facettes que recouvre l’étude de l’émotion. Schématiquement, il est en effet possible de s’intéresser : (a) aux composantes de l’émotion, (b) aux déterminants de l’émotion, (c) aux effets de l’émotion sur des comportements tant individuels que sociaux, et (d) aux fonctions – individuelles ou sociales – de l’émotion.

  • 1 Le lecteur n'en est pas moins invité à se référer à divers autres ouvrages de synthèse (Plutchik (...)

3Dans le cadre de cet ouvrage, nous focaliserons essentiellement notre attention sur les principales théories qui ont tenté de conceptualiser l’émotion1. Nous commencerons par examiner les premières théories centrées sur les aspects physiologiques périphériques et centraux des émotions. L’essence même de ces théories est de considérer l’émotion comme la résultante exclusive de manifestations somatiques.

4Nous verrons ensuite les théories qui ont étudié le rôle et la fonction des processus cognitifs dans l’élaboration de l’émotion – c’est-à-dire principalement les théories de l’évaluation et les théories schématiques.

5Un troisième volet sera consacré aux travaux directement issus de la perspective de Darwin. Nous verrons plus particulièrement la notion d’émotions fondamentales et l’expression émotionnelle.

6Enfin, nous conclurons sur le point de vue du constructivisme social d’Averill, dont la particularité est de considérer l’émotion comme un rôle social, une « construction sociale ».

7Notre intérêt étant directement centré sur une perspective psychosociale de l’émotion, nous mettrons toutefois l’accent sur l’absence de considération pour les aspects sociaux de l’émotion au sein des diverses théories présentées. En effet, même si la psychologie sociale a joué un rôle moteur dans l’élaboration d’une conceptualisation de l’émotion, et a ainsi permis de développer considérablement les connaissances à ce sujet, elle a finalement considéré l’émotion d’un point de vue purement individuel. Comme le remarque d’ailleurs Rimé (1989), « c’est sous un angle non-émotionnel que la psychologie sociale traite la plupart de ses objets... mais sous un angle non-social qu’elle s’est intéressée aux émotions » (p. 272).

Notes

1 Le lecteur n'en est pas moins invité à se référer à divers autres ouvrages de synthèse (Plutchik & Kellerman, 1980 ; Scherer & Ekman, 1984 ; Frijda, 1986 ; Lewis & Haviland, 1993 ; de Bonis, 1996 ; Oatley & Jenkins, 1996).

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540