Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jacob Bernays. Un homme entre deux mondes

 | 
Jean Bollack

Annexes

1. Repères biographiques1

Texte intégral

I – 1824-1844 : années de formation à Hambourg

  • 1 Les annexes biographiques et bibliographiques ont été établies par Myrto Gondicas et Renate Schlesi (...)

1824

1Septembre : naissance à Hambourg, deuxième enfant et fils aîné d’Isaac et Sara Bernays. Le père, grand rabbin de Hambourg, de tendance anti-réformiste mais éclairé, maîtrise une vaste culture à la fois classique et contemporaine (il a été l’élève et l’ami de Schelling) ; Jacob reçoit de lui sa première éducation, complétée et prolongée par un passage à l’école privée de Meyer Isler, ami d’Isaac. La famille soutiendra financièrement ses études dans la mesure de ses moyens, assez restreints (nombreux enfants).

1840-44

2Études secondaires au Johanneum, célèbre lycée de la ville ; après l’examen de sortie (Reifeprüfung), encore un an au « gymnase » (Akademisches Gymnasium). Bernays travaille à rassembler des fragments de lyriques grecs concernant le culte d’Apollon à Délos.

II – 1844-1853 : à l’Université de Bonn

1844

3Il part à Bonn étudier la philologie à l’Université où les professeurs les plus connus sont alors August Wilhelm Schlegel et Ernst Moritz Arndt. Professeurs marquants : en philologie, Friedrich Gottlieb Welcker (1784-1868) et Friedrich Ritschl (1806-1876), Christian August Brandis (philosophie grecque), Friedrich Christoph Dahlmann (histoire). Ritschl, en particulier, distingue Bernays et lui fournit des pistes de recherche (Scaliger) conformes à ses intérêts ; il le soutiendra professionnellement par la suite. Amitié avec Leopold Schmidt (protestant de mère juive, libéral, plus tard professeur à Marbourg), Georg von Bunsen, fils de l’ambassadeur de Prusse en Angleterre. Relations amicales et échanges intellectuels avec la femme de Ritschl, Sophie (fille d’un médecin juif de Halle, baptisée dès l’enfance), et surtout avec Nanette Cahn, fille du banquier Heinrich Cahn, beau-père d’un jeune oncle de Bernays, jusqu’en mars 1847, où le père de la jeune veuve met brutalement fin à cette relation.

1846

4Prix de la Faculté de philosophie pour le meilleur travail sur Lucrèce (commencé dans le cadre du séminaire de Welcker). Le texte paraît l’année suivante dans la revue prestigieuse Rheinisches Museum (dont Ritschl et Welcker avaient inauguré quatre ans plus tôt une nouvelle série) ; Bernays publiera l’édition Teubner du De rerum natura, qui sera éclipsée par celle de Lachmann (parue en 1850).

1847

5Mai : voyage de trois semaines à Paris, en mission pour Ritschl, qui prépare une édition de Denys d’Halicarnasse. Bernays rencontre Friedrich Dübner (conseiller scientifique des éditions Didot), Karl Benedikt Hase (directeur de la Bibliothèque nationale), Emile Littré (qui édite Hippocrate) et l’orientaliste Salomon Munk (qui sera nommé plus tard professeur à Paris).

1848

614 mars : il soutient une thèse (à la Faculté de philosophie) sur Héraclite. Bernays sympathise avec les revendications politiques, et notamment celles des étudiants, qui, à la suite de la révolution de février 1848 à Paris, s’élèvent à Bonn comme ailleurs en Allemagne. En juin, il se trouve à Berlin, où il rencontre les philologues de renom August Boeckh et Karl Lachmann ; c’est le point culminant de la révolution ; son intérêt est plus que théorique, mais il reste un observateur sceptique. En août, rencontre de Schelling à Bad Pyrmont.
3 novembre : nommé Privatdozent en philologie. Conférences et séminaires, avec un grand retentissement, sur Lucrèce, les stoïciens, Thucydide, Aristote (La Politique), Cicéron (la correspondance), Platon (Gorgias), Saliuste, la rhétorique grecque, l’histoire de la philologie, etc.

7Ritschl et Welcker l’associent à la rédaction du Rheinisches Museum, auquel il contribue par ailleurs régulièrement. Il se lie entre autres avec Karl Schaarschmidt (Privatdozent de philosophie ; Bernays composera pour lui un essai sur la grammaire hébraïque de Spinoza : voir la bibliographie) et Ernst Curtius (disciple de l’historien et archéologue Karl Otfried Müller, plus tard professeur à Berlin). Bernays, Schaarschmidt, Curtius et d’autres forment à Bonn un cercle de jeunes enseignants (« Dozentenkreis »). Un des premiers étudiants de Bernays fut le poète Paul Heyse qui deviendra, et restera, son ami préféré. Autres élèves : Johannes Brandis (fils de Christian August Brandis), les philologues Franz Bücheler, Otto Ribbeck, et plus tard Basil L. Gildersleeve (qui réformera par la suite les études classiques aux Etats-Unis), l’historien Heinrich von Treitschke. Bernays est introduit par son ami Georg von Bunsen dans le salon de la princesse de Wied, qu’il fréquentera régulièrement.

1849

8Après la mort de son père, Bernays commence la rédaction d’aphorismes « sur l’état actuel de la philologie classique en Allemagne », qu’il poursuivra jusqu’à la fin de sa vie sans jamais les publier.

9Carrière : les perspectives de nomination à un poste de professeur, où l’accord de l’État est pratiquement nécessaire, et pour laquelle ses origines juives apparaissent continuellement comme un obstacle (il n’a jamais envisagé de se convertir), n’aboutiront pas malgré diverses initiatives, en particulier de la part de l’ambassadeur, le père de son camarade Georg von Bunsen.

1851

10Janvier : Bernays refuse l’offre de prendre la succession de son père à la tête de la communauté juive de Hambourg.

11Août-octobre : séjour en Grande-Bretagne à l’invitation de Georg von Bunsen, chez son père l’ambassadeur orientaliste, à qui Bernays apporte des contributions scientifiques pour ses ouvrages d’histoire universelle (« Epistola critica » : voir la bibliographie). A Oxford, il rencontre Max Müller et Mark Pattison ; Thomas Gaisford, doyen d’Oxford et directeur de la Bodleian Library, le charge d’une édition commentée de Lucrèce pour la Clarendon Press (le projet sera préparé mais n’aboutira pas).

1847 : « De emendatione Lucretii », Rheinisches Museum
1848 : Heraclitea. Particula I
1852 : T. Lucreti Cari de rerum natura

III – 1853-1866 : double enseignement à Breslau

12Bernays accepte l’enseignement qui lui est proposé au Séminaire rabbinique qui venait d’être fondé à Breslau (jüdisch-theologisches Seminar) : il y initie les futurs rabbins à la philologie classique en qualité de dotent, et parallèlement il donne des cours (comme privatdozent) à l’Université. Il y rencontre Theodor Mommsen, à qui il dédiera son Phocylide, et qui formera un club de professeurs (« Professorenkränzchen ») avec Bernays, l’historien Richard Röpell et le philosophe Christlieb Julius Braniss. Il a comme élèves au Séminaire Jacob Freudenthal (qui écrira sur Spinoza et la culture hellénistique) et le futur philosophe Hermann Cohen, qui ne s’entendra pas avec lui. Les autres enseignants sont le rabbin Zacharias Frankel, directeur du Séminaire, et l’historien Heinrich Graetz.

13En 1856, son frère cadet Michael, littérateur et plus tard professeur de littérature allemande très influent à Munich, se convertit au protestantisme. Septembre : voyage à Berlin, chez Heyse, et à Heidelberg chez C. K. J. von Bunsen (qui a dû quitter son poste à Londres en 1854, à la suite de désaccords avec le gouvernement prussien). 1858 : mort de la mère de Bernays. 1860 : mort de C. K. J. von Bunsen.

1865

14Bernays est nommé membre correspondant de l’Académie des sciences de Berlin. – A la fin de l’année, il est appelé à Bonn après le départ de Ritschl, à la suite d’une fameuse querelle avec Jahn ; Ritschl est suivi à Leipzig par ses étudiants Erwin Rohde et Friedrich Nietzsche : la succession sera partagée entre Hermann Usener (nommé titulaire de la chaire, ordentlicher Professor) et Bernays (sans chaire : ausserordentlicher Professor, avec la même rémunération), nommé en même temps directeur de la Bibliothèque de l’Université.

1855 : Scaliger
1856 : Ueber das Phokylideische Gedicht
1857 : Abhandlung des Aristoteles über Wirkung der Tragödie
1861 : Ueber die Chronik des Sulpicius Severus
1863 : Die Dialoge des Aristoteles

IV – 1866-1881 : retour à Bonn

15Avril : prise de fonctions. Cours et séminaires : en partie sur les mêmes sujets que pendant sa première période à Bonn (notamment la Poétique et les écrits politiques d’Aristote ainsi que Platon, mais aussi des cours sur les historiens modernes de l’Antiquité, jusqu’à Gibbon et Niebuhr, et des séminaires sur les présocratiques).

16Élèves : Wilamowitz, Ingram Bywater (qui éditera Aristote), Hermann Diels (qui éditera les doxographes et, sur cette base, les présocratiques). Bernays participe aux séances de l’association des étudiants en philologie (Philologischer Verein).

17Il renoue avec Nanette Cahn (qui meurt en 1873), et avec la princesse de Wied. Il entre en relation amicale avec l’écrivain Berthold Auerbach et fête avec lui la Pâque juive.

18Il poursuit, surtout par correspondance, ses relations amicales et professionnelles à l’étranger et en Allemagne, notamment avec Mommsen ; le rapport avec Ritschl s’attiédit considérablement. Il reçoit la visite de Max Müller et de Mark Pattison d’Oxford ainsi que d’Ernest Renan de Paris, qui lui a été recommandé par Müller (il a publié en 1863 sa Vie de Jésus). Bernays refuse l’offre de Renan d’enseigner à Paris.

19En 1869, le latiniste Bücheler (ancien élève de Bernays et surtout de Ritschl) prend la succession de Welcker (mort l’année précédente).

20Bernays réagit à la guerre franco-allemande de 1870-71 par un scepticisme politique et anthropologique dont il réserve l’expression véhémente à sa correspondance et à son journal. Il refuse d’aller enseigner à l’université allemande de Strasbourg, inaugurée après Sedan. La fondation de l’Empire allemand, à la suite de la victoire sur la France, est considérée par lui comme inévitable, mais funeste dans ses conséquences prévisibles.

21Les sympathies protestantes de Bernays s’affirment lors du Kulturkampf lutte dirigée contre l’influence catholique, inaugurée par Bismarck. Querelle de l’antisémitisme : encouragé par les sermons antisémites du prêcheur de la Cour impériale à Berlin, Adolf Stoecker, l’historien Treitschke (ancien élève de Bernays) se lance dans une polémique avec Graetz (son ancien collègue au séminaire de Breslau) ; l’intervention de Mommsen (son ami) est modérément critique à l’égard de Treitschke. Bernays n’interviendra pas en public, il est bouleversé par cette affaire (voir notamment le témoignage de ses lettres).

22Bernays meurt le 26 mai 1881 d’une attaque d’apoplexie.

1866 : Theophrastos’ Schrift über Frömmigkeit
1869 : Die Heraklitischen Briefe
1872 : Aristoteles’ Politik
1876 : Philon’s [...] Ueber Unzerstörbarkeit des Weltalls
1879 : Lucian und die Kyniker
1881 : Phokion

Notes de fin

1 Les annexes biographiques et bibliographiques ont été établies par Myrto Gondicas et Renate Schlesier en collaboration avec l'auteur.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540