Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Visages d’Orphée

 | 
Annick Béague
, 
Jacques Boulogne
, 
Alain Deremetz
, 
et al.

Textes commentés

B - Traditions antiques du mythe d’Orphée

Texte intégral

1Dans tous les textes grecs qui nous sont conservés, les premières occurrences du nom d’Orphée commencent au 6e siècle avant J.-C., chez les poètes Ibycos et Simonide. Mais c’est surtout aux siècles suivants qu’elles se multiplient et qu’elles s’étoffent. Les plus significatives se rencontrent chez Pindare, Eschyle, Euripide, Aristophane, Isocrate, Platon, Apollonios de Rhodes, Palaïphatos et Diodore de Sicile.

Pindare (vers 528 - vers 438 avant J.-C.)

2Le poète s’intéresse exclusivement au musicien. Il voit en lui le père de la poésie lyrique et il le fait descendre soit d’Apollon* lui-même (Pythiques IV, 177), soit d’Oeagre*, mais en lui attribuant l’épithète de chrysaor (« à l’épée d’or »), une épiclèse d’Apollon* (Thrènes 11-12).

Eschyle (525-456 avant J.-C.)

3Eschyle retient dans son Agamemnon, tragédie représentée en 458, le pouvoir ensorcelant du chanteur.

Agamemnon, 1629-1631

Ton langage est le contraire de celui d’Orphée. Lui, de sa voix, il commandait à tout dans la joie. Mais toi, pour m’avoir énervé de tes cris infantiles, c’est mon commandement que tu vas subir. Sous mon autorité, il est clair que tu vas devenir plus policé !

4Egisthe s’adresse au coryphée qui vient de le traiter de lâche.

Euripide (484-406 avant J.-C.)

5Le poète tragique met en lumière tantôt le magicien envoûtant (Alceste, tragédie jouée en 438 ; Iphigénie à Aulis, pièce jouée en 405, juste après la mort de son auteur), tantôt le mystique et alors soit il le critique (Hippolyte, tragédie représentée en 428), soit il le glorifie (Les Bacchantes, une pièce montée en 405).

Alceste, 357-362

  • 1 Coré*, enlevée par Hadès*.
  • 2 Cerbère*.

Si je disposais du langage et du chant d’Orphée au point d’enchanter par des hymnes la fille de Déméter1 ou son époux et de te sortir de chez Hadès*, j’y descendrais, et ni le chien2 de Pluton*, ni Charon* qui conduit les âmes à la rame ne m’arrêterait, avant que je n’aie ramené ta vie à la lumière du jour.

6Admète s’adresse à Alceste en évoquant l’épisode habituellement associé au nom d’Eurydice*. Il s’excuse, auprès de son épouse, à laquelle il laisse le soin de prendre sa place aux Enfers, de son manque de courage, en incriminant presque le sort de ne pas lui avoir donné les pouvoirs ensorcelants du magicien Orphée.

Hippolyte, 952-954

Va maintenant te glorifier ! Avec ta nourriture non animale, vante ton alimentation de céréales ! Sous l’autorité d’Orphée, livre-toi à des transports mystiques, en prisant une foule d’écrits fumeux !

7Thésée vient de lire le mot par lequel Phèdre calomnie Hippolyte. Ne doutant pas un instant de la véracité de l’accusation, il voit en son fils un hypocrite victime d’une secte végétarienne, dont l’hostilité à l’égard des sacrifices sanglants des rituels officiels revêt un caractère subversif pour l’unité politique de la société.

Les Bacchantes, 560-564

Mais peut-être est-ce dans les retraites les plus boisées de l’Olympe*, où, dans le temps, Orphée, en jouant de la cithare, rassemblait par des chants les arbres, rassemblait les bêtes sauvages.

8Le chœur des Bacchantes lydiennes s’adresse à Dionysos* pour lui demander où il se trouve. Cet appel souligne une affinité commune pour la nature sauvage.

Iphigénie à Aulis, 1211-1214

Si j’avais, mon père, les mots d’Orphée, le pouvoir de persuader par des incantations les rochers de me suivre, d’enchanter de mes paroles qui je voulais, j’aurais emprunté cette voie.

9Iphigénie s’adresse à son père Agamemnon en s’excusant de manquer d’éloquence et en regrettant de ne pas posséder la force de persuasion d’Orphée. Ce dernier est, ici, présenté comme un sophiste prodigieux. La magie n’est plus celle du chant ou de la voix, mais celle de la rhétorique et du verbe.

Aristophane (vers 445 - vers 385 avant J.-C.)

10S’il parodie, en 414, les théogonies orphiques dans sa comédie Les Oiseaux (693-702), Aristophane ne mentionne expressément le nom d’Orphée que dans Les Grenouilles, en 405, pour le présenter comme l’inventeur des mystères et un civilisateur du point de vue moral.

Les Grenouilles, 1032-1033

Orphée nous révéla les mystères et la manière de nous abstenir de meurtres ; Musée* la guérison des maladies et les oracles.

11Eschyle répond à Dionysos* pour défendre les poètes à l’âme noble et qui traitent de sujets utiles. C’est ainsi qu’il mentionne les exemples d’Orphée et de Musée*. Il continue l’énumération par Hésiode (pour l’agriculture) et par Homère (pour la guerre). Le nom d’Orphée est ici associé au refus de l’alimentation carnée et des sacrifices sanglants, tenus pour criminels.

Isocrate (436-338 avant J.-C.)

12Isocrate ne mentionne Orphée que dans son éloge paradoxal de Busiris, qui symbolisait pour les Grecs l’inhospitalité des Egyptiens. Composé entre 390 et 385, ce discours propose une réécriture de l’apologie que le sophiste Polycratès avait publiée de ce fils de Libyè et de Poséidon. Ce qu’il retient du personnage mythique concerne ses catabases et son diasparagmos.

Busiris, 8

Orphée a ramené les morts de chez Hadès*

13Juste avant, Isocrate signale que Polycratès se contredit quand il prétend que Busiris a envié la gloire d’Orphée et qu’il montre ensuite qu’il n’a rien fait comme lui, notamment par rapport à Hadès*, où il envoyait plutôt les vivants. Orphée est donc tenu pour un anti-Busiris qui s’évertue à rendre les morts à la lumière du jour. C’est le seul texte de notre tradition qui fasse état d’une activité régulière à propos de cette transgression de l’ordre établi qui sépare radicalement le monde des vivants et celui des morts. Il est peu probable qu’il s’agisse d’une généralisation par amplification rhétorique, à partir du cas singulier de son épouse. D’autant moins que celui-ci se solde, dans toutes les versions sans exception, par un échec.

Busiris, 39

Pour ces impiétés ils n’ont pas payé le prix qu’ils méritaient. Néanmoins ils ne s’en sont pas sortis sans punition. L’un a erré et a manqué des ressources nécessaires à la vie quotidienne ; un autre a perdu la vue ; un autre a passé tout son temps en exil et à faire la guerre à ses parents les plus proches. Quant à Orphée, le poète qui a le plus touché à ces sujets, il a fini sa vie dispersé en morceaux.

14Critique des poètes qui attribuent aux dieux toutes sortes de crimes. Orphée est rangé dans la catégorie des poètes impies. Son diasparagmos devient ainsi la punition de celui qu’il prête de façon sacrilège aux Titans sur la personne de Dionysos* Zagreus*. Il est châtié par où il a péché.

Platon (428-347 avant J.-C.)

15Contemporain et concurrent d’Isocrate auprès de l’élite intellectuelle de la jeunesse athénienne, Platon s’intéresse, chez Orphée, soit au musicien, soit à l’amoureux, soit au démembré, soit au prophète, et c’est tantôt pour le glorifier, tantôt pour le dévaloriser.

Ion, 536 b

A ces premiers anneaux que sont les poètes, d’autres sont rattachés, qui à celui-ci, qui à celui-là, et ils connaissent l’enthousiasme. Les uns sont possédés et tenus par Orphée, les autres par Musée*, mais la plupart le sont par Homère.

16Dans ce dialogue de jeunesse, composé entre 395 et 391, Orphée est rangé parmi les grands poètes rattachés chacun à une Muse* et auxquels se rattachent, à leur tour, en une immense chaîne aimantée, d’autres poètes, moins grands, les rhapsodes. Ce thème de la possession par le charme de la voix est repris dans le Protagoras (315 a-b), autre dialogue de jeunesse, pour être appliqué à la fascination exercée par Protagoras sur ses auditeurs, mais aussi à la technique de camouflage utilisée par les détenteurs d’un savoir afin de se protéger des envieux (316 d), qu’il s’agisse de la poésie comme pour Homère, Hésiode ou Simonide, ou qu’il s’agisse des initiations et des prophéties comme pour Orphée et Musée*. De toute façon, se retrouver dans l’Au-delà en compagnie d’Orphée, de Musée*, d’Hésiode et d’Homère (Apologie de Socrate, 41 a-b) devrait supprimer la peur de la mort. Dans le dernier de ses textes, les Lois (VIII, 829 d-e), Platon rappelle que les hymnes de Thamyris* et d’Orphée constituent une référence obligée pour le plaisir musical.

Cratyle, 400 c

Cependant, me semble-t-il, ce sont Orphée et ses sectateurs qui ont surtout établi ce nom, sous prétexte que l’âme paie les fautes qu’elle a à payer et qu’elle a, pour sa protection, le corps comme enceinte (sôma/sêma)), image d’une prison ; celle-ci est donc, d’après eux, comme elle est elle-même nommée, le corps de l’âme et il n’y faut rien changer, pas même une seule lettre.

17Rédigé entre 386 et 385, le Cratyle, à l’occasion d’une digression (en 400 c) sur l’étymologie du mot sôma (le corps), rattache l’invention du terme à Orphée. Rangé au nombre des détenteurs du savoir, celui-ci est, à nouveau, mobilisé un peu plus loin (en 402 b-c) avec la citation de deux vers qui lui sont attribués sur le mariage d’Océan et de Téthys, afin de montrer, à propos de Rhéa et de Cronos, deux noms exprimant pour Platon l’idée d’écoulement, que la dénomination des dieux ne s’est pas faite au hasard.

18Dans trois autres passages relativement importants de son œuvre (Banquet et Politeia), Platon se montre plutôt critique à l’endroit d’Orphée.

Banquet, 179 d

Mais Orphée, le fils d’Oeagre*, ils le renvoyèrent bredouille de chez Hadès*, en lui montrant un fantôme de la femme pour laquelle il était venu, sans la lui donner elle-même, parce qu’il donnait l’impression de chercher à les attendrir en jouant de la cithare et à entrer vivant chez Hadès* grâce à son ingéniosité, au lieu de mourir par amour à l’instar d’Alceste. Voilà bien la raison pour laquelle ils l’ont puni et l’ont fait mourir sous les coups de femmes.

19Ecrit aux environs de 385, peu après le Cratyle, le Banquet utilise le poète comme un contre-exemple par rapport au cas d’Alceste. Phèdre, à qui le discours est prêté, montre que l’amour rend les lâches courageux et que seuls ceux qui aiment vraiment sont prêts à sacrifier leur vie pour l’être aimé. Orphée ne fait pas partie de ces derniers. C’est un imposteur à l’égard des femmes. C’est pourquoi il meurt sous leurs coups.

Politeia, II, 364 e-365 a

20La Politeia, un ouvrage de la pleine maturité, daté des alentours de 375, est habituellement, mais improprement, traduit, à partir de sa version latine, par République :

Ils produisent une masse de livres de Musée* et d’Orphée, qui descendent, à ce qu’on dit, de Sélénè et des Muses*, des livres sur lesquels ils règlent leurs sacrifices, cherchant à persuader non seulement des particuliers, mais encore des cités qu’on s’absout et se purifie de crimes de son vivant même, mais aussi après la mort, grâce à des sacrifices et des divertissements d’enfants qu’ils n’hésitent pas à appeler initiations, par lesquelles nous sommes délivrés des maux de l’Au-delà, tandis qu’on y est attendu par de terribles, si l’on ne l’a pas fait.

21Platon classe Orphée dans le groupe des fausses autorités.

Politeia, X, 620 a

Il avait vu, disait-il, l’âme qui avait été, un jour, celle d’Orphée choisir un genre de vie de cygne par haine de la gent féminine : parce qu’elle lui avait donné la mort, il ne voulait pas naître d’une femme.

22Dans le mythe d’Er, finale de l’ouvrage, Orphée est présenté de façon caricaturale afin d’illustrer un type de comportement à éviter, lorsque l’âme est invitée à se choisir un nouveau genre de vie, avant de se réincarner. Son choix est, en effet, guidé par des considérations négatives, sans être toutefois complètement coupé de préoccupations eschatologiques : le cygne, qui passait pour faire entendre ses plus beaux chants à l’approche de la mort, n’était pas censé le faire par tristesse, mais de joie à l’idée de rejoindre le monde des dieux (cf. Phédon, 84e-85b).

Palaiphatos (4e-3e siècles avant J.-C.)

23Auteur d’un ouvrage en cinq livres intitulé Histoires incroyables, Palaiphatos applique aux monstres et aux merveilles de la mythologie homérique les principes de l’exégèse historique inventée par les sophistes du 5e siècle et développée par l’école d’Aristote, dont Palaiphatos, par ailleurs très mal connu, était, semble-t-il, le disciple.

Histoires incroyables, XXXIII. Orphée

  • 3 Traduction faite à partir du texte des Mythographes grecs III, 2, Leipzig, Teubner, 1902.

Ment aussi le mythe d’Orphée, quand il dit que lorsqu’il jouait de la cithare, il était suivi des quadrupèdes, des reptiles, des oiseaux et des arbres. Voici, me semble-t-il, ce qu’il en est.
Des bacchantes en proie au délire avaient mis en pièces des moutons en Piérie*. Elles avaient accompli bien d’autres actes de violence et elles s’étaient dirigées dans la montagne pour y passer leurs journées. Comme elles y étaient restées, les citoyens, craignant pour leurs épouses et leurs filles, envoyèrent chercher Orphée et lui demandèrent d’employer son ingéniosité à trouver le moyen de les faire descendre de la montagne. Celui-ci, après avoir organisé une cérémonie religieuse où il sacrifia à Dionysos*, de ramener les bacchantes en jouant de la cithare. Elles descendirent alors de la montagne en tenant, au début, des narthex et des petites branches d’arbres de toutes sortes. Les hommes alors, à ce spectacle, trouvèrent les bâtons étonnants et déclarèrent : « Orphée, en jouant de la cithare, amène de la montagne aussi le bois ! » Et c’est à partir de cette formule que le mythe a été façonné3.

24Interprétation rationaliste qui consiste à transformer le poète magicien en prêtre de Dionysos*.

Apollonius de Rhodes (3e siècle avant J.-C.)

25Poète alexandrin du 3e siècle dit le Rhodien parce qu’il conquit sa gloire à Rhodes, il a composé, vers 250-240, une épopée en quatre chants, qui racontent les exploits des Argonautes* sous le titre d’Argonautiques, un poème qui fera ensuite l’objet de plusieurs réécritures, dont celles de Stace et de Valérius Flaccus.

26Membre de l’équipage de la nef Argo*, Orphée apparaît dans seize passages répartis de façon à peu près égale entre les chants I, II et IV. Ce qui prédomine dans son personnage est ici, à la fois, le chanteur envoûtant, capable d’être en particulier un exceptionnel chef de nage, et le maître d’initiation, précieux médiateur entre les dieux et les hommes.

Argonautiques, I, 23-34

  • 4 Jason*.

En premier mentionnons Orphée, qu’un jour Calliope* en personne, unie, dit-on, au Thrace* Oeagre*, a enfanté près du sommet du mont Pimpleia*. La tradition veut qu’il ait charmé dans les montagnes les pierres insensibles et le cours des fleuves par la voix avec laquelle il chante. Des chênes sauvages, signes encore actuels du caractère extraordinairement mélodieux de celle-ci, s’avancent sur le cap thrace de Zônè* en rangs alignés, la frondaison verdoyante. C’est lui qui les a fait descendre de la Piérie* par le charme de sa phorminx*. Tel était Orphée, que, sur les conseils de Chiron*, l’Aisonide4 accueillit pour qu’il lui apportât son assistance dans ses épreuves. C’était le prince de la Piérie* bistonienne*.

27Après la construction de la nef par Argos d’après les instructions d’Athéna, suit l’énumération des héros mythiques de l’équipage, avec en tête Orphée.

I, 494-515

  • 5 Phorminx : sorte de lyre.

Orphée aussi s’était levé. Soulevant du bras gauche sa cithare, il s’essaya à un chant. Il chanta comment la terre, le ciel et la mer, alors qu’antérieurement ils s’ajustaient entre eux pour ne former qu’UN, se séparèrent à la suite d’une funeste querelle, pour se retrouver chacun à part. Et comment les astres et les chemins de la lune et du soleil ont dans l’éther un point de repère immuable ; comment les montagnes s’élevèrent et comment les fleuves sonores naquirent avec les nymphes ainsi que tout ce qui vit à la surface de le terre. Il chanta comment d’abord Ophion et Eurynomè, une Océanide, exercèrent leur domination sur l’Olympe* neigeux, et comment sous la force et la violence, ils cédèrent l’honneur de leur charge l’un à Cronos, l’autre à Rhéa, pour tomber dans les flots d’Océan. Ils furent les souverains des dieux bienheureux, les Titans, tout le temps que Zeus*, encore adolescent, l’esprit encore enfant, habitait sous l’antre du mont Dicté, tandis que les Cyclopes nés de la terre ne lui avaient pas encore donné la puissance souveraine de la foudre, du tonnerre et de l’éclair. Ce sont en effet les attributs qui firent le pouvoir glorieux de Zeus*.
Il dit. Et, alors qu’il avait retenu le son de sa phorminx5 en même temps que celui de sa voix d’ambroisie, les Argonautes*, bien qu’il se fût arrêté, tendaient encore avidement la tête tous ensemble, l’oreille tendue, immobilisés par l’envoûtement, tant le chant qu’il avait laissé en eux les charmait.

28Une querelle vient d’éclater entre le devin Idmon et Idas. Orphée intervient pour apaiser les esprits. Il ne peut mieux le faire qu’en chantant la cosmogonie orphique et sa nostalgie de l’unité primordiale ; cf. les Argonautiques orphiques, poème du 5e siècle après J.-C., écrit peut-être par un Egyptien et qui, en s’inspirant largement d’Apollonios, expose les croyances orphiques en matière de théogonie, par le truchement d’une fiction où Orphée raconte son périple à son disciple Musée*.

I, 536-541

Eux, comme des jeunes gens qui, après avoir constitué un chœur de danse en l’honneur de Phoibos*, soit à Pythô, soit quelque part à Ortygie, soit près des eaux de l’Isménos, ensemble autour de l’autel, aux sons de la phorminx, frappent à l’unisson le sol de leurs pieds alertes, c’est de cette façon qu’aux sons de la cithare d’Orphée ils se mirent à battre de leurs rames l’eau de la mer avec vivacité, faisant jaillir les éclaboussures bruyantes d’une nage accélérée.

29Départ de la nef, qui quitte le port de Pagases*, au pied du Pélion. L’expression « à l’unisson » connote le thème de l’unité orphique.

I, 569-579

  • 6 Syrinx : flûte de Pan.

Pour les Argonautes*, le fils d’Oeagre*, en s’accompagnant de sa phorminx, fit résonner un chant bien ordonné en l’honneur de la Protectrice des Vaisseaux au père illustre, Artémis, qui séjournait pour les défendre sur les promontoires marins et sur la terre d’Iolcos*. Les poissons, jaillissant des profondeurs marines, les énormes pêle-mêle avec les minuscules, bondissaient à travers les chemins humides pour suivre. De même que lorsque, sur les traces d’un berger qui a passé des nuits dans les prés, des milliers de moutons bien rassasiés d’herbe suivent vers l’étable, celui-ci va devant en jouant avec bonheur de sa syrinx6 aiguë un air pastoral, de même accompagnaient-ils la nef, qu’un vent favorable emportait sans jamais faiblir.

30Après l’appareillage, la nef gagne la haute mer. Thème de l’ordre apollinien dont Orphée semble être ici le chantre. Vers, rames et sillages, tant de la nef que des poissons, se correspondent dans la régularité de leurs alignements respectifs.

I, 915-921

Le soir, sur les prescriptions d’Orphée, ils abordèrent l’île d’Electra*, une Atlantide, afin de recevoir par de douces initiations la connaissance des règles secrètes et de naviguer ainsi avec plus de sécurité sur la mer qui glace d’effroi. Je n’en continuerai pas le mythe plus loin, mais je souhaite le bonjour aussi bien à l’île elle-même qu’aux divinités qui l’habitent en dépositaires de ces grands mystères que la règle nous interdit de chanter.

31Arrivée à Samothrace*, après l’escale de Lemnos. En maître d’initiation qu’il est, Orphée y révèle à l’équipage des vérités eschatologiques rassurantes.

I, 1134-1138

  • 7 Kyzicos, roi des Dolions, hôte et victime de Jason*.

Bondissant ensemble, au commandement d’Orphée, les jeunes enroulaient en cadence les spirales de la marche armée dans le vacarme du choc des épées contre les boucliers, afin de faire se perdre dans les airs le bruit des cris de lamentation que le peuple poussait encore en raison des funérailles du roi7.

32Après les événements dramatiques de Cyzique au cours desquels Jason* tue accidentellement son hôte et douze jours de tempête, les héros sont montés au sommet du mont Dindymon* afin de se rendre propice Rhéa-Cybèle, la déesse-Mère de l’Ida*. Maître du rythme, Orphée neutralise, ici, préfiguration de l’épisode des Sirènes*, le mauvais présage des chants funèbres.

II, 159-163

  • 8 Pollux.

Le haut de leur front aux blonds cheveux couvert d’une couronne cueillie sur le laurier en bordure de mer auquel ils avaient attaché les amarres de la poupe, ils chantaient à l’unisson un hymne sur un air de la phorminx d’Orphée. Autour d’eux, la côte, sans un souffle de vent, se laissait charmer sous l’effet de leur mélopée. Ils célébraient le fils8 de Zeus* originaire de Thérapnè.

33Au lendemain du séjour en Bébrycie*, veillée juste avant rembarquement qui doit conduire les navigateurs à la passe du Bosphore. Thème implicite de l’unité orphique.

II, 684-694

Le soir, Orphée donna des explications aux preux en leur adressant les paroles suivantes : « Allons, célébrons l’île que voici en la consacrant à Apollon* Matinal, car c’est lorsqu’il y est passé ce matin qu’il s’est montré à nous tous ! Nous lui offrirons en sacrifice ce que nous avons, après avoir dressé un autel au bord de la mer. Si, plus tard, il nous fait don d’un retour sans encombre en terre d’Haimonie, alors nous y déposerons en son honneur les os des cuisses de chèvres cornues. Mais pour le moment je vous pousse à l’apaiser sans façon avec de la graisse et des libations. Voyons, sois-nous favorable, Seigneur, sois-nous favorable, puisque tu t’es montré à nous ! ».

34Escale de deux jours dans l’île déserte de Thynie. Les Symplégades* viennent d’être franchies. L’épiphanie d’Apollon* place Orphée dans la sphère apollinienne.

II, 703-714

  • 9 Epiclèse d’Apollon*.
  • 10 Dragon de Delphes, appelé aussi Python.
  • 11 Un des Titans.
  • 12 Au nord de Delphes, dans le Haut Parnasse, près de Lykôreia.
  • 13 Fleuve de Phocide.

Avec eux, le valeureux fils d’Oeagre*, de sa phorminx de Bistonie*, commença, sur un air mélodieux, à chanter comment un jour, au pied de la chaîne rocheuse du Parnasse, Phoibos* Hièpaièôn9 a de ses flèches enlevé la vie au gigantesque Delphynès10, alors qu’il n’était encore qu’un jeune garçon nu, joyeux de ses cheveux encore bouclés – puisses-tu m’être favorable ! Jamais, Seigneur, tes mèches ne seront coupées, jamais elles ne seront détruites ; la loi est ainsi ; seule Lètô en personne, la fille de Coeos11, les caresse de ses mains affectueuses-. Souvent les nymphes de l’antre de Kôrykos12, filles du Pleistos13, l’encourageaient de leur cri « Hiè, hiè ! », d’où vient cette invocation, qui leur servait de refrain, en l’honneur de Phoibos.

35Au cours du deuxième jour de cette escale, édification d’un autel en l’honneur d’Apollon*. Orphée se conduit en prêtre d’Apollon*.

II, 928-929

Orphée y déposa aussi en offrande sa lyre. C’est ce qui vaut à l’endroit de porter le nom de Lyra*.

36Après un séjour chez Lycos, le roi des Mariandynes, où les Argonautes* perdent Idmon et Tiphys*, reprise de la navigation jusqu’au cap Carambis*. Halte sur le tombeau de Sthénélos, compagnon d’Héraclès qui trouva la mort dans la guerre de ce dernier contre les Amazones. Il s’agit d’apaiser l’âme d’un mort. Orphée se conduit en maître de savoir initié aux secrets de l’Au-Delà...

IV, 903-911

  • 14 Comme Orphée, elles ont une des Muses* pour mère.

Les héros étaient déjà sur le point de jeter de leur nef les amarres sur le rivage, n’eût été le fils d’Oeagre*, Orphée le Thrace*, qui, après avoir tendu de ses mains la phorminx bistonienne*, fit résonner l’air entraînant d’un chant rapide, afin que les interférences du plectre couvrant les sons entendus les transformassent en bourdonnement ; la force de la phorminx soumit la voix des vierges. La nef était emportée à la fois par Zéphyr et par la vague des vibrations qui se soulevait du côté de la poupe. Les Sirènes*14 n’émettaient plus vocalement que du bruit.

37Sur la route du retour, après une escale chez Circé, se produit la rencontre avec les Sirènes*, dont le chant a également le pouvoir d’attirer, comme on le voit avec l’épisode d’Ulysse. La supériorité de la musique d’Orphée en neutralise les effets tout en accélérant la cadence des rameurs.

IV, 1155-1160

Les héros, brandissant dans leurs mains des lances de guerre, de peur qu’une troupe d’ennemis ne fondît sur eux à l’improviste pour engager le combat, mais la tête couronnée de branchages bien feuillus, chantaient à l’unisson, aux sons aériens de la phorminx d’Orphée, un hyménée devant l’entrée nuptiale.

38Après le passage des Planctes* et une journée en Thrinacie, arrivée à Drépanè*, dans le pays des Phéaciens*, où Médée devient par le mariage l’épouse de Jason*. L’expression « à l’unisson » connote le thème de l’unité orphique.

IV, 1192-1195

Elles étaient frappées de stupeur à la vue de héros à l’apparence remarquablement belle et, parmi eux, du fils d’Oeagre* qui, aux sons harmonieusement cadencés de sa phorminx et de son chant, battait le sol, sur un rythme soutenu, de sa sandale brillante d’ornements.

39Les femmes de Drépanè* apportent toutes des cadeaux aux jeunes mariés. La cadence rythme le chant nuptial qui scelle l’union conjugale. Le thème de l’harmonie renvoie implicitement à celui de l’unité orphique.

IV, 1409-1421

  • 15 Un des six Titans.

Orphée comprit que c’était un prodige des déesses et, s’arrêtant, il chercha à les calmer de ses prières :
« Belles et bienveillantes divinités, soyez propices, Souveraines, que vous soyez du nombre des déesses célestes ou de celui des déesses souterraines, ou qu’on vous appelle Nymphes solitaires, venez, Nymphes, race sacrée d’Océan15, montrez, en apparaissant face à nous qui sommes remplis d’espoir, ou une eau suintant de quelque roche, ou, déesses, un écoulement sacré jaillissant de la terre, afin que nous mettions ainsi avec soulagement un terme à une soif terriblement ardente. Si un jour notre navigation nous ramène en Achaïe*, nous vous offrirons alors, en même temps qu’aux premières des déesses, d’innombrables présents, des libations et des festins, en signe de nos bonnes dispositions ».

40Après neuf jours de tempête, les navigateurs échouent en Libye, où ils portent la nef pendant douze jours avant d’arriver au lac Triton*. La recherche d’une source les fait entrer sur le territoire des Hespérides*, qui sont en train de gémir sur le cadavre du dragon gardien des pommes d’or, qu’Héraclès a tué. Surprises par les Argonautes*, elles se métamorphosent en terre et en poussière. Orphée se comporte en médiateur.

IV, 1547-1549

Aussitôt Orphée les pressa de sortir de la nef le grand trépied d’Apollon* pour le consacrer aux divinités indigènes, en offrande propitiatoire, en vue du retour.

41Après l’épisode des Hespérides*, recherche d’une passe pour sortir du lac Triton*. En vain. Orphée a l’idée de faire apparaître Triton* en personne, qui offre aux Argonautes son hospitalité et leur révèle le chemin. Orphée intervient en prêtre d’Apollon*.

Diodore de Sicile (1er siècle avant J.-C.)

42Grec sicilien, Diodore compose au 1er siècle avant notre ère une histoire universelle, sous le titre de Bibliothèque historique, en 40 livres. Les six premiers sont consacrés aux temps mythiques, les temps historiques débutent avec l’invasion dorienne (mythe du retour des Héraclides), après la chute de Troie. Après avoir commencé par l’Egypte (livre I), continué par l’Asie (livre II) et prolongé la description des Barbares par l’Ethiopie et la Libye (livre III), Diodore en arrive à la Grèce au livre IV, où, à propos d’Héraclès, il est amené à ouvrir une parenthèse sur Orphée, dont il retient surtout, en dehors de ses dons de chanteur envoûtant, de sa participation à l’expédition des Argonautes* et de sa descente aux enfers, sa science en théologie, acquise à la faveur d’un voyage en Egypte.

Bibliothèque historique, IV, 25

  • 16 Traduction faite à partir du texte établi par C.-H. Oldfather dans The Loeb Classical Library.

Quant à lui-même, (Héraclès) circula dans l’Adriatique et fit à pied le tour du golfe précité. Puis il aboutit en Epire, d’où il gagna le Péloponnèse et, sa dixième Epreuve terminée, il reçut d’Eurysthée l’ordre d’amener Cerbère de chez Hadès à la lumière. Croyant que cela lui serait utile pour son Epreuve il se rendit à Athènes et participa aux mystères d’Eleusis, l’initiation y étant alors placée sous la direction de Musée*, le fils d’Orphée.
Puisque nous avons cité Orphée, il n’est pas déplacé que nous procédions à une brève digression sur lui. C’était le fils d’Oeagre*, donc par la naissance un Thrace*, mais qui, par la formation, le chant lyrique et la poésie, dépassait de beaucoup ceux dont on garde le souvenir. De fait, il a composé un poème d’une harmonie lyrique dont la supériorité émerveillait au moment où il était chanté. Sa gloire grandit tellement qu’il eut la réputation d’envoûter de son chant lyrique aussi bien les bêtes sauvages que les arbres. Après avoir consacré tout son temps à sa formation et avoir appris les mythes traitant des dieux, il fit un voyage en Egypte et là il apprit encore beaucoup et devint le plus grand des Grecs dans les domaines théologique, initiatique, poétique et lyrique. D’autre part, il participa aussi à l’expédition des Argonautes* et, par amour pour sa femme, il eut l’audace extraordinaire de descendre chez Hadès* et, au moyen de l’harmonie de son lyrisme, il parvint à se concilier l’âme de Perséphone*, qu’il persuada de seconder ses désirs et de consentir à ce qu’il ramenât sa femme, malgré son décès, de chez Hadès*, presque de la même façon que Dionysos*. De fait, les mythes racontent que ce dernier a ramené sa mère Sémélè de chez Hadès* et que, lui donnant à partager son immortalité, il changea son nom en celui de Thyônè.
En ce qui nous concerne, après notre exposé sur Orphée, nous repasserons à Héraclès16.

43Après avoir rappelé, dans le premier chapitre, les difficultés inhérentes à la mythologie (perplexité due à l’ancienneté des temps évoqués, absence de preuves pour les chronologies, multiplicité des personnages et complexité des généalogies, désaccord des mythographes entre eux) et justifié qu’on commence néanmoins par là, en raison de l’intérêt des exploits racontés, le livre quatre, pour les périodes jugées les plus reculées du monde grec, consacre les chapitres 2 à 5 à Dionysos*, dont les bienfaits envers l’humanité imposent de parler de lui en premier, poursuit avec Priape (fils de Dionysos*) au chapitre 6, puis continue avec les Muses* (mentionnées à propos de Dionysos*) au chapitre suivant, avant de passer à Héraclès, qui occupe à lui seul presque tout le reste du livre. En effet, une fois écarté, au chapitre 8, le problème de l’incrédulité soulevé par l’ampleur de cette geste héroïque, nous trouvons deux volets, de longueur assez égale rapportant l’un les actions antérieures à la descente aux enfers (chapitres 9-24), et l’autre, celles qui leur font suite, de la descente aux enfers jusqu’à l’apothéose finale (chapitres 26-39), les derniers chapitres revenant sur les Argonautes* (chapitres 40-56), rencontrés déjà à l’occasion des aventures d’Héraclès, et sur les Héraclides (chapitres 57-58).

44C’est donc entre ces deux volets (chapitre 25) que s’intercale le développement sur Orphée.

45Diodore de Sicile mentionne encore Orphée, au cours du récit du périple des Argonautes*, et ce à deux reprises (chapitres 43 et 48), mais chaque fois très brièvement, pour signaler que grâce à son initiation aux mystères de Samothrace* il connaît les prières capables d’apaiser les tempêtes et d’attirer la bienveillance des dieux.

46Dans la veine des sophistes du 5e siècle et de Palaiphatos, Diodore adopte ici un point de vue rationaliste en ramenant le pouvoir d’ensorceler à la force persuasive de la rhétorique. Notons que, s’il ne nomme pas plus que Platon l’épouse du poète, il ne doute pas, contrairement au philosophe, de la sincérité de son amour.

Properce (47-15 avant J.-C.)

  • 17 Le cyclope Polyphème, fils de Poseïdon, tomba amoureux de la nymphe Galatée ; c’est lui aussi qui f (...)

47Chevalier d’origine ombrienne, membre du « cercle » de Mécène, Properce a composé un recueil d’élégies au sein desquelles dominent d’abord des pièces érotiques (à Cynthie), puis des poèmes religieux et nationaux. La référence à Orphée qui apparaît dans l’élégie III, 2 est tout à fait conventionnelle : le héros y symbolise, avec Amphion* et Polyphème17, le pouvoir enchanteur de la poésie, capable d’agir sur la nature et les êtres vivants.

Elégie III, 2

On dit qu’Orphée tint les fauves sous son charme et, par sa lyre thrace, arrêta les fleuves impétueux et les rochers du Cithéron* ; on rapporte que c’est l’art (d’Amphion*) qui les mena à Thèbes et les fit s’assembler spontanément pour former les murailles ; que dis-je, ô Polyphème*, la sauvage Galatée*, au pied de l’Etna, pour écouter tes chants détourna la course de ses chevaux couverts de sueur...

Horace (65-8 avant J.-C.)

48Fils d’affranchi, Horace fut présenté par Virgile et Varius à Mécène, devint son ami et reçut de lui un domaine en Sabine où il aimait à se réfugier loin de l’agitation de Rome. Il composa principalement des satires, des odes et des épîtres au nombre desquelles figure le célèbre Art poétique.

Carmen 1, 12

49Dans cette ode où il célèbre la puissance d’Auguste à la manière de Pindare (Olymp. 2, 1, 1), Horace reprend l’allusion traditionnelle au pouvoir magique du chant d’Orphée :

Quel homme, quel héros plutôt, sur ta lyre ou sur ta flûte aiguë, choisis-tu de célébrer, Clio* ? quel dieu ? de qui l’écho, en se jouant, chantera-t-il (à son tour) le nom,
Aux abords ombreux de l’Hélicon*, sur le Pinde* ou sur l’Hémus* glacé, là d’où les forêts suivirent à l’aveuglette la voix harmonieuse d’Orphée ?
Lui qui, grâce à l’art qui lui venait de sa mère, arrêtait la course impétueuse des fleuves et les vents rapides, et savait, par le charme caressant de ses cordes sonores, entraîner les chênes qui l’écoutaient, (vers 1 à 12)

Carmen 1, 24

50Même utilisation du mythe dans cette ode sur la mort de Quintilius Varus qui prend la forme d’une consolation adressée à Virgile :

Nombreux sont les hommes de bien qui peuvent pleurer sa mort, mais aucun plus que toi, Virgile, toi dont la piété, hélas inutile, réclame aux dieux Quintilius qui ne leur avait pas été confié pour cela...
Quoi ! même si, plus caressante que celle d’Orphée le Thrace, ta lyre, docile à tes mesures, se faisait écouter des arbres, le sang serait-il rendu à une ombre vaine, une fois que, de sa baguette terrible,
Mercure, intraitable dans son refus d’ouvrir aux prières les portes fatales, l’a poussée dans le noir troupeau ? Dure loi : mais la résignation rend moins pénible tout ce que les dieux interdisent de changer, (vers 9 à 20)

Art poétique

51Horace évoque dans ces vers le rôle civilisateur des poètes inspirés, et notamment des deux premiers d’entre eux, Orphée et Amphion*, qu’il place à l’origine de la poésie, juste avant Homère :

Les hommes habitaient les forêts quand un être sacré, un interprète des dieux, Orphée, leur inspira l’horreur du meurtre et d’une nourriture indigne ; voilà pourquoi on a dit qu’il rendait doux les tigres et féroces les lions ; et pourquoi l’on a dit d’Amphion* aussi, le fondateur de la ville de Thèbes, qu’il déplaçait les rochers au son de sa lyre et, de sa prière caressante, les transportait où il voulait. Telle était la sagesse autrefois : distinguer l’intérêt public de l’intérêt privé, le sacré du profane, faire cesser les unions vagabondes, fixer les droits des époux, bâtir des citadelles, graver les lois sur le bois. C’est ainsi que l’honneur et le nom de divins échurent aux poètes et à leurs chants. Après eux brilla Homère... (vers 391 à 401)

  • 18 Platon, Protagoras, 316 d ; cf. aussi, Cicéron, De Inv., 1, 4, 5 et De or., 1, 33.

52Dans ce développement où il esquisse une brève et schématique histoire des origines de la poésie, Horace fait écho à une tradition ancienne, citée par Platon dans son Protagoras18, et qui assimile les poètes et les prophètes à des sophistes qui « craignant la défaveur qui s’attachait à leur profession, la pratiquaient sous le déguisement de la poésie, comme Homère, Hésiode et Simonide, ou sous celui des mystères et des oracles, comme Orphée, Musée* et leur disciples ». Parmi ces disciples, en lesquels on reconnaîtra volontiers les Orphiques, Horace inclut sans doute implicitement Pythagore à qui étaient généralement rapportés l’interdit de l’alimentation carnée et l’institution du végétarisme qu’Horace attribue ici à Orphée. Cette attribution, notons-le, repose sur une interprétation rationnelle du mythe, le lion et le tigre symbolisant, selon Horace, l’homme mangeur de viande.

  • 19 Horace rapproche poésie et sagesse (sapientia) comme Platon assimilait poètes et sophistes.

53Orphée et Amphion* représentent dans ce passage deux pôles essentiels de la fonction civilisatrice de la poésie : la poésie est sagesse19, source de toute pensée sociale et de toute philosophie, et elle est fondatrice du droit, de la société et de la cité, en contribuant notamment à la séparation du sacré et du profane et à l’institution du mariage, base du droit civil pour les Romains. Cette insistance sur la dimension éducatrice de la poésie est fréquente chez Horace : dans l’Epître I, 2, par exemple, il affirme qu’Homère montre « plus pleinement et mieux que Chrysippe et Crantor ce qui est beau, ce qui est laid, ce qui est utile et ce qui ne l’est pas ».

Conon (époque d’Auguste)

54Le Grec Conon ne nous est connu que par Photius, un lexicographe et compilateur du 9e siècle, qui a intégralement rendu compte d’un recueil de 50 narrations dédié à Archélaos Philopator, roi de Cappadoce de 36 avant J.-C. à 14 après, et décédé en 17. La quarante-cinquième histoire de cette espèce de manuel mythologique, composé donc au tout début de notre ère, est consacrée à Orphée, qu’il présente comme un musicien expert en mystères, mais surtout célèbre pour sa descente aux enfers par amour de son épouse Eurydice*.

Narrations, 45 (= Photius, Bibliothèque III)

  • 20 Nom de jeune fille de Perséphone*. la fille de Déméter.

Ma quarante-cinquième histoire raconte qu’Orphée, fils d’Oeagre* et de Calliope*, une des Muses*, régnait sur la Macédoine et le territoire des Odryses* et, d’autre part, qu’il pratiquait la musique et surtout le chant avec accompagnement de cithare. Et, comme les races thraces* et macédoniennes aimaient la musique, il plaisait énormément, chez eux, aux foules. Mais un titre de gloire a prévalu : il est descendu chez Hadès* par amour de son épouse Eurydice* et, réussissant à ensorceler Pluton* et Coré*20 de ses chants, il reçut en cadeau son épouse ; toutefois, il ne profita pas de celle qui, par faveur, revenait à la vie, oubliant l’ordre qui lui avait été donné à son sujet. Il était tellement habile à envoûter et à enchanter au moyen de chants que bêtes sauvages, oiseaux, ainsi naturellement que végétaux et pierres, tournaient autour de lui, sous l’effet du plaisir, pour l’accompagner. Il finit déchiré par les femmes de Thrace* et de Macédoine, parce qu’il ne leur donna point part à ses mystères, peut-être aussi pour d’autres raisons. On affirme donc que sa malchance conjugale lui fit prendre en aversion toute la gent féminine. Il venait à lui, à Libèthres*, lors de jours fixés, une foule de Thraces* et de Macédoniens sous les armes, qui se réunissaient dans une grande maison, dont la conception convenait bien à des cérémonies d’initiation. En entrant pour accomplir les rites orgiaques, ils déposaient leurs armes devant la porte. Or les femmes, qui avaient guetté ce moment, s’emparèrent des armes et, sous le coup d’une colère engendrée par le sentiment d’être méprisées, elles tuèrent ceux sur qui elles tombèrent et mirent Orphée en pièces, dont elles dispersèrent les membres un à un dans la mer. Une pestilence dévasta le pays, parce que les femmes n’avaient pas été punies. Comme on lui avait demandé d’écarter le fléau, un oracle répondit que la condition, pour en être débarrassé, était de retrouver la tête d’Orphée afin de l’enterrer. Et ce n’est qu’au prix de beaucoup de mal, qu’ils la retrouvèrent, grâce à un pêcheur, à l’embouchure du fleuve du Mélès*, alors qu’elle chantait toujours, sans avoir en aucune manière souffert de la mer et que, loin d’avoir subi aucun des autres outrages que les génies de la mort attachés aux hommes apportent à leur cadavre, elle était spontanément à la pointe de sa fraîcheur et, après un temps si long, s’épanouissait toujours dans toute la fleur que donne un sang vivant. Ils la prirent donc et l’enterrèrent sous un grand tombeau, qu’ils entourèrent d’un enclos sacré. Ce dernier fut jusqu’à une certaine époque un temple de héros et il finit, plus tard, par obtenir d’être un sanctuaire. Il y reçoit, en effet, le privilège des sacrifices et des autres rites dont on honore les dieux. Mais les femmes n’ont absolument pas l’autorisation d’y mettre les pieds.

55L’histoire 44 parle d’une rivalité pour le trône de Milet et l’histoire 46 des fils d’Hector, que Priam fit envoyer en Lydie, pendant le siège de Troie. Aucun lien thématique, apparemment, ne rattache le résumé du destin d’Orphée aux deux récits qui l’encadrent dans l’économie générale de l’anthologie. Pour diverses autres versions de la mort d’Orphée, voir, infra, le témoignage de Pausanias.

Heraclite (époque d’Auguste)

56Héraclite, dit le grammairien, dont on ne sait presque rien, est l’auteur, à l’époque d’Auguste et de Néron, d’un traité intitulé Allégories d’Homère, et d’un ouvrage qui nous est parvenu sous le titre d’Histoires incroyables, où le mythe d’Orphée donne lieu à une exégèse historique, qui fait du personnage un civilisateur particulièrement doué pour l’éloquence.

Histoires incroyables, XXIII. Orphée

  • 21 Traduction faite à partir de l’édition Festa des Mythographi graeci III, 2, Leipzig, Teubner, 1902.

On dit qu’Orphée faisait bouger les pierres, les arbres, les bêtes sauvages et les oiseaux de proie. On peut en vérité dire que c’est parce qu’il inspira la crainte des dieux aux hommes alors qu’ils n’étaient que des sauvages et qu’ils ignoraient les coutumes et les lois, que c’est parce qu’il les invita à la piété alors qu’ils étaient de pierre et de bois et que c’est parce qu’il les charma de ses discours, que cette légende s’est attachée à lui21.

57Dans le prolongement des interprétations rationalistes de Palaiphatos, Orphée est ici présenté comme un orateur hors pair.

Sénèque (début de l’ère chrétienne-65 après J.-C.)

58Espagnol né à Cordoue, avocat brillant et philosophe réputé, Sénèque devint en 49, à la demande d’Agrippine, le précepteur de son fils Néron, puis son conseiller quand ce dernier devint empereur. Sénèque fut l’auteur d’une œuvre abondante et variée où se mêlent traités scientifiques et philosophiques, dialogues et lettres philosophiques ainsi que des tragédies où, par-delà l’imitation d’Eschyle (Agamemnon), Sophocle (Oedipe) et Euripide (Hercule furieux, Médée, Phèdre) transparaissent des conceptions morales stoïciennes.

Hercule Furieux, 566-591

59Alors qu’Hercule descend dans les Enfers, le chœur des Thébains lui souhaite de « triompher des lois du Styx cruel », comme Orphée le fit avant lui : « la royauté qui put être vaincue par un chant pourra l’être aussi par la force » :

Que ta main brise le(s portes du) destin, que la lumière pénètre profondément dans les sombres enfers et que leur frontière infranchissable t’accorde un retour facile vers le monde d’en haut ! Les cruels souverains des ombres, il a pu les fléchir par ses chants et ses prières suppliantes, Orphée, quand il réclama son Eurydice. Son ART, qui avait entraîné les forêts, les oiseaux et les rochers, qui avait retenu le cours des fleuves et, par ses sons, immobilisé les bêtes sauvages, charme les enfers de ses airs inouïs et, dans ces lieux silencieux, résonne plus clair encore.
Les femmes thraces pleurent Eurydice, et la pleurent également les dieux indifférents aux larmes ; et les juges qui, le front sévère à l’extrême, instruisent les procès et enquêtent sur les méfaits des criminels de l’ancien temps, en siégeant, pleurent aussi Eurydice. L’arbitre de la mort proclame enfin : « Nous sommes vaincus. Retourne-t’en vers le monde d’en haut, mais sous cette condition : toi, suis ton époux en restant derrière lui, et, toi, ne te retourne pas vers ton épouse avant que la clarté du jour ne fait montré aux dieux et que tu n’aies atteint la porte du Ténare* spartiate ». Mais l’amour véritable hait les retards et ne peut les supporter : Orphée se hâta de regarder son présent et le perdit.
La royauté qui put être vaincue par un chant, pourra l’être aussi par la force.

60Ce récit, à valeur d’exemplum, reprend pour l’essentiel les thèmes et les épisodes de la version virgilienne du mythe, le pouvoir charmeur du chant d’Orphée, la mort d’Eurydice, la catabase, la compassion des divinités infernales, la condition fixée au retour d’Eurydice et l’échec final du héros.

Hercule sur l’Oeta, 1031-1130

61Écrite après Hercule furieux, cette tragédie est inspirée des Trachiniennes de Sophocle. Elle raconte la mort et l’apothéose d’Hercule, héros « parallèle » à Orphée, lui aussi homme et dieu, lui aussi descendu aux Enfers*, dont il est revenu vivant.

62Hercule meurt brûlé par la tunique du Centaure Nessus, que lui envoie sa femme Déjanire, éprise et jalouse : elle pensait lui envoyer par là un philtre d’amour, mais c’est une tunique imprégnée du sang du Centaure, qui s’enflamme quand Hercule la revêt : le héros meurt brûlé vif. Déjanire, découvrant son erreur, se tue ; Hercule se fait dresser un bûcher, mais après sa mort, il est admis au rang des dieux. Le Chœur intervient ici avant la mort d’Hercule, au moment où il va apparaître sur scène en flammes, confirmant la terreur du Chœur de voir sa mort déclencher la fin du monde.

  • 22 Montagne de Chalcidique, en Macédoine.
  • 23 Les Centaures sont des êtres mi-hommes, mi-chevaux, vivant dans la nature sauvage, brutaux et viole (...)
  • 24 La roue d’Ixion*, puni par Zeus.
  • 25 Ne pas confondre avec Prométhée, qui subit une punition analogue, mais sur le Caucase et non après (...)
  • 26 Tantale*.
  • 27 Peut-être le rocher que Sisyphe* doit sans cesse remonter de la pente le long de laquelle il dévale
  • 28 Peuple de l’intérieur de l’Afrique.
  • 29 Borée est la personnification du vent du Nord.

C’est une vérité que chanta, sur les flancs du Rhodope* de Thrace*, en accordant sa lyre de Piérie*, Orphée, le fils de Calliope : « rien n’est éternel ».
Aux accents de ce poète, le torrent impétueux cessa son fracas, et, oubliant de continuer à courir, l’onde brisa son élan et tandis que les fleuves ralentissaient, les Bistoniens* qui habitent les confins crurent que l’Hèbre* s’était tari chez les Gètes*. Les bois envoyèrent leurs oiseaux et les hôtes des forêts arrivèrent : de même ceux qui parcourent les airs, entendant ses chants dans leur voyage, voyaient leurs ailes s’affaisser et tombaient ; l’Athos22 brisa ses rochers et emporta dans sa course les Centaures23 ; puis il s’arrêta près du Rhodope* : les chants d’Orphée avaient fait fondre sa neige ; et la Dryade*, fuyant le chêne qu’elle habite, court vers le poète ; vers son chant marchent les bêtes sauvages elles-mêmes avec leurs repaires ; tout près des troupeaux, sans qu’ils bronchent, s’installe le lion de Libye et les daims n’ont pas peur des loups et le serpent fuit sa cachette, oubliant désormais son venin. Et même, lorsqu’il arriva par les portes du Ténare* jusqu’aux Mânes* muets en frappant les cordes affligées de sa lyre, son chant vainquit et fit pleurer le Tartare* et les sinistres dieux de l’Érèbe* et les eaux du Styx*, qui reçoivent les serments des dieux, ne lui firent pas peur. La roue qui ne s’arrête jamais24 ralentit puis stoppa ; son mouvement était vaincu. Le foie de Tityos25 put grossir tandis qu’Orphée retenait les vautours par son chant. Tu l’entends, toi aussi, nocher : la barque de l’onde infernale avance sans rames. Alors, pour la première fois, le vieillard de Phrygie26, bien que l’eau s’arrête de couler, oublie de tromper sa soif dévorante et ne tend pas la main vers les fruits. Ainsi comme Orphée quittait les Enfers* en répandant son chant, les rochers cruels27 purent être vaincus et suivre le poète. Alors pour la seconde fois, les déesses (les Parques)* remplirent le fuseau achevé des jours d’Eurydice*. Mais au moment où Orphée, oublieux, regarde derrière lui, ne voulant pas croire qu’Eurydice lui est rendue et le suit, il perd la récompense que lui avait value son chant : il vit disparaître celle qui était née une seconde fois.
Alors, cherchant à se consoler par ses chants, voici ce qu’Orphée, sur le mode plaintif, chanta aux Gètes* : « les lois existent pour les dieux et même pour celui qui a réparti les saisons de l’année, leur donnant à chacune un rôle. Les Parques* avides tissent pour chaque homme les fils de leur fuseau. Tout ce qui a pu naître pourra mourir aussi ».
La défaite d’Hercule nous impose de croire le poète thrace. Bientôt, bientôt viendra pour le monde le jour où, les lois bouleversées, le pôle austral recouvrira toutes les terres de Libye et occupera les terres des Garamantes28 nomades. Le pôle arctique écrasera tout ce qui se trouve sous son axe et ce que bat le Borée29 desséchant. Tremblant, ayant quitté son axe, le Soleil fera tomber son disque. Le palais du Ciel, en tombant, entraînera le Levant et le Couchant et de la même façon, la mort et le chaos perdront les dieux et la Mort prononcera pour elle-même le destin final.
Quel lieu englobera l’univers ? L’accès du Tartare* s’entrouvrira-t-il pour recueillir les débris de l’univers ? Ou l’espace qui sépare l’éther des terres est-il suffisant ou est-il trop vaste pour les malheurs du ciel ? Quel lieu – ô crime ! – accueillera un tel forfait ? Quel lieu accueillera les dieux ? Un seul lieu contiendra les trois empires du monde, la mer, le Tartare* et les étoiles ?
Mais quel bruit énorme et terrifiant frappe mes oreilles ?
C’est le pas, oui, le pas d’Hercule.

63Ce chœur met en parallèle Orphée et Héraclès, les deux héros vainqueurs et vaincus, tout-puissants sur l’univers, sur les forces et les monstres de la nature et abattus par la mort.

64Le spectateur va assister aux derniers instants d’Héraclès, le héros homme et dieu, invincible, descendu aux Enfers et revenu vivant. Pour le chœur, la mort d’Héraclès dit la toute-puissance du destin sur les hommes comme sur les dieux. Orphée est ici le poète prophète, celui qui chante cette vérité sur le monde et les dieux, la toute-puissance de la mort, des « lois du destin ». L’univers peut finir, comme il a commencé, le Chaos peut engloutir le cosmos et son ordre immuable. Orphée est ici celui qui prophétise la fin du monde, celui qui est capable de dire l’ordre et l’harmonie de l’univers, mais aussi la destruction, le désordre, le néant.

65Le chœur se clôt sur une vision tragique et apocalyptique de la prédiction d’Orphée : l’éternité n’existe pas. Il s’ouvrait sur l’évocation des pouvoirs du chant d’Orphée, comme si le pouvoir sur les choses et la nature attestait la vérité du message. Toute la geste d’Orphée est réécrite ici : son pouvoir sur les fleuves, les montagnes, les bêtes sauvages (il arrête le mouvement, crée l’immobilité), sa descente aux Enfers et son pouvoir sur les dieux souterrains et leurs châtiments sur Ixion, Tityos, Tantale et Sisyphe, son imprudence qui entraîne la seconde perte d’Eurydice, sa douleur, qui lui inspire un chant plaintif sur le destin des hommes, des dieux et de l’univers.

66C’est un Orphée « stoïcien » dont Sénèque chante le message de vérité, stoïcien comme l’est Hercule dans la tragédie, héros vertueux et parfait, victime du destin et soumis au destin : il revendique sa mort, comme celle du vengeur de l’humanité, capable de sauver définitivement l’univers des fléaux et des monstres ; il fait dresser lui-même son bûcher et ce n’est qu’après cette mort que l’immortalité lui est offerte, récompense des héros.

67Mais le Chœur dépasse le message d’Orphée en prolongeant son chant par une évocation angoissée de la fin du monde, qu’on retrouve ailleurs dans les tragédies de Sénèque (dans Thyeste, par exemple). La mort du monde est d’abord un bouleversement du cosmos : les axes, les pôles et les astres de l’univers perdront leur place immuable : ce renversement de l’univers n’est-il pas la continuation des bouleversements dans l’ordre terrestre opérés par le chant d’Orphée, qui amorcent sur la terre et dans les Enfers ce que la fin du monde sera pour le cosmos ?

Médée

68Cette tragédie, comme celles d’Euripide et d’Ennius, est centrée sur l’épisode corinthien. Dans cette scène, Médée rappelle à Créon, qui veut la chasser de Corinthe, l’aide qu’elle apporta aux héros de la Toison d’or et la dette que les « rejetons des dieux » ont contractée envers elle : elle a sauvé, dit-elle, Orphée, Castor et Pollux...

C’est à moi que l’on doit (la vie) d’Orphée, lui dont le chant attendrit les rochers et attire les forêts, c’est à moi que l’on doit celle des jumeaux divins, Castor et Pollux... (228-229)

69Plus loin, rappelant l’aventure audacieuse des Argonautes qui, sous le commandement de Jason, s’aventurèrent les premiers sur la mer, rompant « les lois imposant une juste séparation des continents », le chœur évoque les dangers effrayants qu’ils affrontèrent, le passage des Symplégades* notamment :

où l’on vit l’audacieux Tiphys* pâlir et sa main défaillante lâcher le gouvernail, où l’on vit Orphée se taire et sa lyre muette, et Argo* elle-même perdre la voix (346-349)

70Ces deux passages évoquent un autre épisode de la légende d’Orphée, sa participation au voyage des Argonautes, selon la version qu’en a donnée Apollonios de Rhodes.

71Plus loin encore, le chœur, toujours lui, commentant les effets terribles de la haine des femmes, rappelle celui dont fut victime Orphée :

  • 30 Nymphe latine au chant prophétique, identifiée à la Muse.

Le fils de la Camène30 harmonieuse, modulant de son plectre un air sur sa lyre, arrêta les torrents, fit taire les vents et venir à lui, en cortège, l’oiseau, oublieux de son chant, et tous les arbres de la forêt ; mis en pièces, pourtant, son corps joncha les terres thraces et sa tête, en flottant, descendit l’Hèbre* en deuil, il aborda les rives du Styx* et du Tartare*, qu’il connaissait déjà, pour n’en plus revenir... (625-633)

72C’est cette fois le thème du démembrement et de la mort d’Orphée qui est évoqué, et son traitement est conforme à ceux que l’on doit à Virgile et à Ovide.

Quintilien (30-95 après J.-C.)

73Espagnol de Calagurris, Quintilien fut un avocat renommé avant d’ouvrir une école de rhétorique que fréquentèrent de nombreux jeunes gens de l’aristocratie, dont les neveux de l’empereur Domitien. Il rédigea à la fin de sa vie un ouvrage en 12 livres intitulé Sur la formation de l’orateur où il rassemble toutes les conclusions de son expérience judiciaire et pédagogique.

Institution oratoire I, X, 9

74C’est de cet ouvrage qu’est extrait le passage consacré au rôle éducatif et culturel de la musique :

  • 31 Rhéteur alexandrin, ami d’Auguste.
  • 32 Iopas est, dans l’Enéide, l’aède qui charme Enée lors du banquet offert par Didon aux Troyens.

Concernant la musique, je pourrais même me contenter du jugement des Anciens. Car qui ignore que la musique, pour parler d’elle d’abord, a bénéficié dès les temps antiques d’un engouement, voire d’une vénération tels qu’Orphée et Linus*, pour ne citer qu’eux, passaient à la fois pour musiciens, devins et philosophes ? L’un et l’autre, d’après la tradition livrée à la mémoire de la postérité, sont nés des dieux, mais Orphée, qui charmait en les émerveillant les esprits incultes et grossiers, entraînait à sa suite les fauves, ainsi que les rochers et les forêts. Aussi Timagène31 assure-t-il que, de tous les arts libéraux, la musique est le plus ancien, et les poètes les plus illustres témoignent que, lors des banquets royaux, la cithare accompagnait les chants donnés en l’honneur des héros et des dieux. Au demeurant, l’Iopas32 de Virgile ne chante-t-il pas « la lune errante et les épreuves du soleil » et tous les autres vers par lesquels le plus éminent des témoins atteste que la musique est liée à la connaissance des choses divines...
Quoi qu’il en soit, personne ne saurait douter que des hommes illustres pour leur sagesse aient été férus de musique, puisque Pythagore et ses continuateurs ont répandu l’opinion, transmise sans doute depuis l’antiquité, que l’univers lui-même avait été organisé selon un plan rationnel, celui-là même qui informa par la suite la structure de la lyre, et ne se contentant pas de cet accord des dissonances, qu’ils appellent harmonia, ont attribué un son aussi à ces mouvements célestes.

75Cette brève allusion au mythe d’Orphée, au demeurant très conventionnelle, ne mérite d’être relevée que par le développement dans lequel elle s’insère et qui, dans une certaine mesure, en propose une interprétation philosophique. Cette interprétation, que nous retrouverons chez Macrobe et Fulgence, et qui n’est pas sans rapport avec l’épisode du catastérisme de la lyre, est rattachée à la théorie ancienne, associée à Pythagore et à Platon, selon laquelle la musique humaine est l’imitation de la musique, animée par l’âme du monde, que produisent les sphères célestes dans leur mouvement harmonieux. C’est cette relation imitative entre la musique céleste – dont Pythagore a découvert les lois mathématiques – et la musique humaine qui explique que les êtres ou les choses soumis à son écoute soient entraînés par le mouvement général qui anime l’univers. Notons enfin la reprise du thème présent chez Horace qui fait du poète Orphée l’un des premiers philosophes.

Silius Italicus (25-101 après J.-C.)

76Consul en 68 et grand admirateur de Virgile dont il acheta la villa près de Naples, Silius Italicus consacra les vingt dernières années de sa vie à composer les Punica, une épopée célébrant la victoire héroïque de Rome lors de la seconde guerre punique.

Punica, XI, 440-480

77Dans cette épopée qui reprend son sujet au Poenicum Bellum de Névius et à la troisième décade de Tite-Live, et son esthétique à l’Enéide, Silius Italicus insère le récit du mythe d’Orphée dans le cadre d’un récital poétique, celui que l’aède de Cumes, Teuthras, donne lors du banquet offert par Hannibal aux habitants de Capoue.

  • 33 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 496-511.
  • 34 Enfants d’Athamas, roi d’Iolcos, ils furent emportés en Colchide par un bélier à la toison d’or ; H (...)
  • 35 Valérius Flaccus, Argonautica, I, 277-293.

78Le motif du chant aédique, on le sait, est courant dans la littérature antique et, particulièrement, dans l’épopée. Il apparaît, par exemple, dans l’Odyssée avec l’épisode des chants que l’aède Démodocos interprète lors du banquet offert par Alcinoos à Ulysse, se retrouve dans les Argonautiques33 d’Apollonios de Rhodes qui nous montre Orphée lui-même chantant la naissance du monde et des dieux pour réconcilier deux convives querelleurs, est esquissé par Virgile dans l’Enéide où le barde Iopas charme Enée pendant le banquet organisé par Didon en l’honneur du héros, puis est repris par Valérius Flaccus qui, dans ses Argonautica, met à nouveau en scène Orphée à qui il fait chanter la fuite de Phryxus et d’Hellé34 sur le dos du bélier à la toison d’or pour instruire les Argonautes sur l’origine lointaine de leur mission35.

79En donnant pour sujet au chant de Teuthras l’effet magique que la lyre d’Hermès* produit quand elle est maniée par des aèdes divins, Amphion*, Arion*, Chiron* puis Orphée, Silius lui donne donc un statut particulier, celui d’une mise en abîme, qui, en nous montrant que l’art de l’aède grec se réfléchit dans ceux de ses devanciers mythiques, puisque ce dernier va briser par le charme de son chant l’ardeur guerrière du Punique, nous suggère aussi qu’il trouve en Silius son digne héritier, lui qui espère charmer ses auditeurs :

  • 36 Le texte, volontairement peut-être, est ambigu : on peut faire de la lyre ou de Chiron, l’auteur du (...)
  • 37 « Les sœurs d’Aonie » sont les Muses. L’Aonie est le nom mythique de la Béotie dont le Mont Hélicon (...)

Mais c’est avant tout le doux chant que Teuthras répand dans les oreilles, tantôt de la voix et tantôt de son plectre, qui enchante le Punique. Quand l’aède vit le chef de la Libye charmé par les cordes qui vibraient sous son pouce, alors peu à peu il commença à chanter la noble geste de la lyre d’Aonie : sa voix, s’accordant au ton de la cithare, entonna son chant, capable de vaincre celle des cygnes, quand ils quittent la vie. Voici ce chant très doux que, parmi bien d’autres, il choisit pour le banquet :
« Un jour, les peuples d’Argolide, chose merveilleuse à dire, entendirent une lyre, capable, quand elle résonnait, de conduire les pierres et de placer sur les murs les rocs complaisants. C’est elle qui, sous le plectre d’Amphion*, fortifia Thèbes, et tandis que les pierres, d’elles-mêmes, venaient s’entasser sur les talus que la musique avait fait se lever, ordonna aux tours enchantées de se dresser vers le ciel immense.
Une autre, de son plectre, apaisa la tempête sur la mer profonde, elle retint les phoques, attira Protée* sous ses multiples formes et fit transporter arion* sur le dos d’un animal marin.
Il y a celle aussi qui, dans la caverne du Pélion, formait par son chant l’esprit des héros et le cœur du grand Achille, lyre chère au Centaure (Chiron*) et propre à réprimer, quand il en frappait les cordes, les colères de la mer et du sinistre Averne*. « Elle (il)36 chantait en effet le chaos, masse obscure jadis sans astre, sans jour qui se lève, monde sans lumière. Puis comment le dieu avait séparé les étendues d’eau profonde et placé le globe de la terre au centre de l’ensemble, comment il avait donné aux dieux d’en haut les sommets de l’Olympe pour demeure, et elle (il) décrivait les chastes siècles où régna le vieux Saturne ».
Mais les cordes qu’il pinçait sur les bords du Strymon* riphéen, entendu des dieux d’en haut, entendu des Mânes*, Orphée, brillent parmi les astres clairs en un ciel bien mérité. Sa mère aussi, qu’accompagnait toute la troupe des sœurs d’Aonie37, sa mère l’admira pendant qu’il chantait ; ni les cimes du Pangée*, ni l’Hémus* de Mars, ni les confins de Thrace* ne restèrent immobiles pendant qu’il modulait sa mélodie ; avec les forêts, vinrent les bêtes fauves, avec les monts, les torrents ; oublieux aussi de la douceur de son nid, l’oiseau, cessant de voler, resta suspendu, captif, dans l’air immobile. Bien plus, comme le navire de Pagase* refusait d’entrer dans les plaines azurées de la mer que, terrien, il ignorait encore, alors, vers la poupe de la carène sacrée, à l’appel de la cithare, vint la mer, conduite par le chant. Le prophète bistonien* apaisa de son plectre les royaumes livides et l’Achéron grondant de flammes, et il arrêta le rocher qui roule en arrière. Hélas ! Cruelles femmes des Cicones*, fureurs gétiques* et Rhodope* maudit des dieux ! Sa tête arrachée fut emportée par l’Hèbre* jusqu’à la mer, suivie par les rives, des deux côtés. Alors, tandis que les flots impétueux portaient la tête tranchée à la nuque, soudain à travers les ondes jaillirent les baleines, bondissant à ce murmure sur toute la surface des flots ».

  • 38 Pour un commentaire détaillé sur l’ensemble de ce chant de Teuthras, cf. A. Deremetz, Le Miroir des (...)

80Dans ce chant38 que Silius met dans la bouche d’un aède grec, maître lui-même de la cithare, se retrouvent réunis et coordonnés les principaux constituants de la tradition poétique relative au mythe d’Orphée, le divin musicien. Ce mythe, d’abord, n’apparaît pas isolé, mais inséré dans l’ensemble constitué par les principales légendes qui célèbrent le pouvoir du chant poétique, celles d’Amphion, l’édificateur des murailles de Thèbes, d’Arion, le maître des forces de la mer, et de Chiron, l’éducateur des héros. Ces quatre musiciens enchanteurs sont ainsi présentés comme autant de bénéficiaires de la lyre inventée par Hermès, mais Orphée bénéficie d’un traitement particulier, comme si son pouvoir magique transcendait, en les englobant, ceux de ses rivaux : son chant le rend capable d’agir tout à la fois sur les pierres, les végétaux, les animaux, la mer et les dieux eux-mêmes.

  • 39 M. Detienne, L’écriture d’Orphée, Gallimard, 1989, passim mais particulièrement p. 112 sq. ; cf. au (...)
  • 40 Cf. Platon, République, 363 c-365 a ; Phédon, 62 b, 69 c et Eudème de Rhodes, dans Damascius, Des P (...)
  • 41 M.-L. West, The Orphic Poems, Clarendon Press, 1983 et L. Brisson, « Les Théologies orphiques et le (...)

81Ce chant réalise, en outre, comme chez Ovide la synthèse entre deux dimensions de la mythologie orphique, la biographie légendaire, d’une part, et ce que Detienne39 appelle la « librairie d’Orphée » (i.e. les œuvres qui lui sont attribuées), de l’autre, n’excluant que la troisième, le bios orphikos, qui concerne principalement les interdits alimentaires des sectes orphiques. La biographie légendaire, même si elle est schématique, apparaît assez complète, puisqu’elle inclut les principaux épisodes mentionnés dans les variantes antérieures du mythe, depuis la naissance du héros jusqu’à sa mort et au catastérisme de sa lyre, en passant par les étapes de sa geste héroïque, l’expédition des Argonautes et la descente aux Enfers. Quant à la « librairie », elle semble, en effet, pouvoir être reconnue dans le chant cosmogonique, imité, parmi d’autres, d’Apollonios de Rhodes, que Silius évoque brièvement avant d’aborder le mythe d’Orphée. Ce chant, par delà son caractère très conventionnel et syncrétique, n’est pas sans rapport avec la cosmogonie des Rhapsodies orphiques, que citent Platon et Eudème de Rhodes40, ou avec celles du papyrus de Dervéni41 et des Argonautiques orphiques.

Stace (40-96 après J.-C.)

  • 42 Une allusion à Orphée vainqueur des Enfers se retrouve en Silves III, 3, 193.

82Stace fut un poète « professionnel » connu surtout pour avoir composé les Silves42, sortes d’esquisses ou impromptus poétiques, et deux épopées, une Thébaïde relatant l’épisode de la guerre fratricide qui opposa les deux fils d’Œdipe, Etéocle et Polynice, et une Achilléide qu’il n’eut pas le temps d’achever.

Thébaïde, V, 340-345

83Dans le récit que la lemnienne Hypsipyle fait de sa vie aux Argiens, s’insère l’épisode de Pescale des Argonautes dans l’île de Lemnos :

Mais lorsque les rames restèrent levées et que les flots se turent, et que, plus douce que celle des cygnes mourants et que celle de Phébus*, du milieu de la poupe, s’éleva une voix, les eaux de la mer s’approchèrent de la coque ; l’explication nous fut donnée plus tard : c’était le fils d’Oeagre*, Orphée, qui, adossé au mât, chantait au milieu des rameurs, leur faisant oublier de si grandes épreuves.

  • 43 Sénèque, Médée, et Valérius Flaccus, Argonautiques, 4, 85-89.

84Cette allusion au pouvoir magique de la voix d’Orphée, capable d’apaiser les flots déchaînés et de consoler les rameurs de leurs peines, est empruntée aux Argonautiques d’Apollonios de Rhodes et se retrouve chez Sénèque, Silius Italicus et Valérius Flaccus43.

Martial (40-104 après J.-C.)

85Originaire d’Espagne comme Sénèque, Martial mena la dure existence du poète vivant des subsides que lui accordaient protecteurs ou mécènes, Pline le Jeune par exemple. Il renouvela le genre de l’épigramme auquel il donna le ton libre et railleur qui est resté attaché à sa définition.

Spectacles 21 a et b

86Au cours d’un spectacle où l’on représentait la légende d’Orphée charmant des animaux féroces, l’acteur jouant le rôle d’Orphée fut tué par un ours mal dressé :

Tout ce que le Rhodope* a vu, dit-on, du spectacle que lui donna Orphée, l’arène, César, te l’a montré. Les rochers rampèrent, une forêt merveilleuse se mit à courir, pareille, croit-on, à ce que fut le bois des Hespérides*. Il y eut des fauves de toute espèce mêlés à du bétail et une nuée d’oiseaux figés dans leur vol au-dessus du poète inspiré ; mais lui-même tomba mort, lacéré par les griffes d’un ours ingrat. C’est le seul point sur lequel la légende fut démentie.
Si la terre s’est ouverte tout à coup pour libérer l’ours qui allait broyer Orphée, c’est bien là un coup qui vient d’Eurydice.

Epigramme 14, 165 (sur une cithare)

Elle rendit Eurydice au poète inspiré ; mais il la perdit lui-même par manque de confiance en soi et de patience en amour.

87Ces épigrammes de Martial, par delà leur dimension satirique et humoristique, témoignent de la célébrité dont le mythe d’Orphée jouissait à la fin du 1er siècle après J.-C. : il donnait lieu à des « reconstitutions » spectaculaires au cours desquelles les machinistes romains faisaient preuve d’une grande ingéniosité technique. Mais l’accident qui endeuilla le spectacle offre à Martial l’occasion d’un bon mot...

Lucien (vers 120 - peu après 180 après J.-C.)

88Ecrivain grec du 2e siècle, majeur par l’influence considérable qu’il exerça sur la postérité, il est amené à évoquer Orphée dans trois ouvrages très différents les uns des autres : La danse, Saturnales, Les dialogues des morts. Trois thèmes retiennent l’attention de Lucien : le fondateur de mystères, le démembré, l’amoureux.

La danse, 15

J’accepte de dire qu’il est impossible de trouver aucune ancienne cérémonie initiatique sans danse, vu que ces cérémonies ont bien évidemment été établies par Orphée, Musée* et les meilleurs danseurs d’alors, lesquels ont aussi institué cette règle, comme une très belle coutume, de se faire initier à des mystères sur le rythme de la danse.

89Lycinos entreprend de convertir Craton, un cynique, à la pantomime. Dans son éloge, entre autres arguments, il rappelle l’ancienneté de la danse et son omni-présence dans la vie religieuse.

Saturnales, 8

Je sais bien qu’ils se seraient précipités sur lui pour le mettre en pièces, tout comme les Ménades* l’ont fait pour Penthée, ou les femmes de Thrace* pour Orphée, ou ses chiennes pour Actéon, se battant entre eux afin d’emporter chacun un morceau plus gros.

90Au cours d’un dialogue où un prêtre interroge son dieu, Cronos, sur l’Âge d’or, Lucien se plaît à imaginer ce qui se passerait si l’un des représentants de la race d’or venait à renaître dans le monde d’aujourd’hui. Le diasparagmos était suivi, dans le rituel dionysiaque, de l’omophagie : les Ménades* déchiraient le corps d’un animal pour en manger ensuite la chair toute crue et, ainsi, s’incorporer les vertus de la victime. Cest une mise à mort inspirée par la convoitise de prédateurs avides et qui n’a rien à voir avec une quelconque volonté d’extermination.

Les dialogues des morts, 28, 3

  • 44 Femme d’Admète, roi thessalien, qui accepta de mourir à la place de son mari ; Héraclès lutta avec (...)

Vous avez bien remis, précisément pour cette raison, Eurydice* à Orphée et renvoyé Alceste44, ma parente, pour faire plaisir à Héraclès.

91Protésilas demande à Pluton* la faveur de retourner chez les vivants, juste un jour, afin d’aller persuader son épouse de l’accompagner chez les morts. Le dieu objecte que ce n’est pas permis et que cela ne s’est jamais fait. Protésilas conteste en lui rafraîchissant la mémoire. Sa demande le rapproche, en fait plus de Sisyphe* que d’Orphée, puisque, derrière le désir apparent de réunir un couple séparé par la mort, se cache l’espoir de remonter chez les vivants. Les positions de Protésilas et de son épouse sont, en effet, inversées par rapport à celles d’Orphée et d’Eurydice*.

Pausanias (2e siècle après J.-C.)

  • 45 A partir du texte établi par Spiro, dans The Loeb Classical Library.

92Sous les principats d’Antonin le Pieux et de Marc-Aurèle, le Grec Pausanias rédige pour ses contemporains un circuit guidé de la Grèce qu’il intitule Périégèse. Cette description culturelle contient 12 passages où apparaît le nom d’Orphée. Nous ne traduirons45 que celui qui, traitant de la Béotie, expose plusieurs versions de la mort du personnage, car il offre pour nous plus d’intérêt que les autres, dont nous nous contenterons de résumer le contenu, qui reste très allusif. Les traits récurrents d’Orphée demeurent le chanteur magicien, le fondateur de mystères et maître d’initiation, le veuf inconsolable.

Périégèse

93• Attique, I, 14, 3 : On a tort d’attribuer à Orphée des vers sur l’ascendance d’Eubouleus et de Triptolème.

  • 46 Fille de Titans, associée au monde des morts et à la sorcellerie.

94 Corinthe, II, 30, 2 : Orphée est le fondateur des mystères dont les Eginètes célèbrent chaque année les rites en l’honneur d’Hécate46.

95• Laconie :

  • III, 30, 2 : Certains attribuent à Orphée la construction du temple de « La Jeune Fille Salvatrice » en face du temple d’Aphrodite Ouranienne, à Lacédémone.

  • III, 14, 5 : Les Lacédémoniens croient qu’ils doivent à Orphée leur culte de Déméter Chthonienne.

    • 47 C’est à Eleusis que Coré* (devenue Perséphone*) fut rendue à sa mère, Déméter.
    • 48 Statue taillée dans le bois ou la pierre.

    III, 20, 5 : A Thérai, près de Sparte, existe un sanctuaire consacré à Déméter l’Eleusinienne47, qui abrite un xoanon48 d’Orphée.

96• Elide :

  • V, 26,3 : On trouve, à Olympie, à côté de la statue de Dionysos* et près d’une autre qui représente le « Concours », celle d’Orphée, exécutée par Denys d’Argos.

  • VI, 20, 18 : A propos de la course de chars gagnée par Pélops contre Oenomaos, un Egyptien présente Orphée comme un magicien redoutable, au même titre qu’Amphion*, car, de même que celui-ci commande aux pierres, il impose, par ses enchantements, sa volonté aux bêtes sauvages.

97• Béotie :

  • IX, 17, 7 : On dit que les bêtes sauvages accompagnaient Orphée quand il jouait de la cithare, tout comme les pierres suivaient le chant d’Amphion*.

    • 49 Déesse de l’enfantement.

    IX, 27, 2 : Après Olen, le plus ancien auteur d’Hymnes en Grèce (d’après lui, Eros est fils d’Ilithyie)49, c’est Orphée qui, ainsi que Pamphos, a composé des hexamètres sur Eros.

  • IX, 30, 4-12 :

  • 50 Initiation personnifiée.
  • 51 Roi de Piérie*, d’où aurait été importé le culte des Muses*.
  • 52 Famille sacerdotale de l’Attique.

(4) D’abord, à côté d’Orphée le Thrace* en personne, a été faite une statue de Télétè50. Autour de lui, ont été faites en pierre et en bronze des statues de bêtes sauvages en train de l’écouter chanter. Beaucoup de croyances en Grèce ne correspondent à rien, en particulier celle qui présente Orphée comme le fils de la Muse* Calliope* et non pas de la fille de Piéros51, et comme quelqu’un dont le lyrisme attirait à lui les bêtes sauvages dont il séduisait l’âme, ou celle qui le présente comme quelqu’un qui est allé jusqu’à descendre de son vivant chez Hadès* pour réclamer aux dieux d’en-bas son épouse. A mon avis, Orphée a surpassé ses prédécesseurs par l’ordonnance (cosmos) de ses vers et il a atteint un haut degré de crédit, vu que les croyances lui prêtaient la découverte de rites d’initiation à des mystères divins, de purifications pour des actes impies ainsi que de remèdes à des maladies (5) et de procédés capables de détourner les manifestations de la colère des dieux. On dit que les femmes de Thrace* complotèrent sa mort, parce qu’il avait persuadé leur mari de l’accompagner dans son errance, mais que la peur de leur mari ne leur en donnait pas l’audace. Ce n’est qu’une fois gorgées de vin qu’elles exécutèrent leur coup d’audace. Et c’est l’origine de l’usage qui s’est établi chez les hommes de s’enivrer pour marcher au combat. D’après certains, Orphée trouva sa fin, foudroyé par le dieu. Il aurait été foudroyé à cause des formules qu’il aurait, pendant les mystères, enseignées à des hommes qui n’avaient pas encore été initiés. (6) D’autres ont prétendu qu’après la mort prématurée de son épouse, il s’était rendu pour elle à Aornos, en Thesprotie*. Il y avait là, depuis longtemps, un oracle des morts. Croyant que l’âme d’Eurydice* le suivait, il commit une faute en se tournant vers elle et, de chagrin, il se suicida. Les Thraces* disent que tous les rossignols qui ont leur nid sur la tombe d’Orphée chantent plus suavement et avec plus d’ampleur. (7) Ceux des Macédoniens qui ont pour territoire la Piérie* située au pied de la montagne et la cité de Diôn* affirment que c’est là qu’Orphée a trouvé sa fin, sous les coups des femmes. Quand on quitte Diôn* vers la montagne, et qu’on a parcouru vingt stades, on a sur la droite une colonne et, posée sur la colonne, une urne en pierre. Aux dires des gens du pays, l’urne contient les os d’Orphée. (8) Mais il coule aussi un fleuve, l’Hélicon*. Au bout de soixante-quinze stades, son cours disparaît dans la terre. Mais, après un intervalle d’environ vingt-deux stades, l’eau remonte à la surface et c’est sous le nom de Baphyra, au lieu de celui d’Hélicon*, qu’il descend à la mer en étant navigable. Les habitants de Diôn* affirment qu’au début ce fleuve avait tout son cours en surface, mais que les femmes qui tuèrent Orphée voulurent s’y laver de son sang et que c’est à ce momentlà que le fleuve s’est enfoncé dans la terre, afin que son eau ne servît point à purifier un meurtre. (9) A Larisa, j’ai aussi entendu un autre discours, suivant lequel une cité était habitée sur le mont Olympe*, Libèthra*, où la montagne est tournée en direction de la Macédoine, et, non loin de la cité, il y aurait eu le monument funéraire d’Orphée. Or, de Thrace*, il serait parvenu à Libèthra* une prédiction de Dionysos* annonçant que, lorsque les os d’Orphée seraient vus du soleil, alors les habitants de Libèthra* auraient leur cité détruite par un sanglier. Ces derniers ont attaché peu d’importance à la parole oraculaire, croyant que non seulement aucune autre bête sauvage ne serait assez grande et vaillante pour ruiner leur cité, mais encore qu’un sanglier participe plus de la hardiesse que de la force. (10) Mais, au moment décidé par le dieu, voici ce qui leur est arrivé. Un berger, vers midi, s’était appuyé sur la tombe d’Orphée et, alors que lui, le berger, dormait, il lui vint l’idée, malgré son sommeil, de chanter, d’une voix ample et suave, des vers d’Orphée. Assurément, ceux qui étaient à proximité, pâtres et laboureurs, chacun délaissant son travail, se rassemblèrent pour écouter le chant que le berger faisait entendre pendant son sommeil. Et comme c’était à qui serait le plus près du berger, ils finirent, dans la bousculade, par renverser la colonne. Le récipient tomba, il se brisa et le soleil vit ce qui (11) y restait des os d’Orphée. Aussitôt la nuit survenue, le dieu déversa du ciel une grande quantité de son eau et le fleuve Sanglier – le Sanglier est aussi un des torrents du pourtour de l’Olympe*–, ce fleuve donc renversa alors les remparts des Libèthriens*, bouleversa les sanctuaires des dieux et les maisons des hommes et noya les hommes tout autant que la totalité des animaux de la cité. Dès la destruction de Libèthra*, les Macédoniens de Diôn*, aux dires de mon hôte de Larisa, de transporter les os d’Orphée dans leur propre cité. (12) Quiconque s’est déjà beaucoup intéressé à la poésie sait que les hymnes d’Orphée sont pour chacun d’eux très courts et qu’ils n’atteignent pas en tout un nombre élevé. Les Lycomides52 les connaissent et les chantent pour accompagner les rites. Vraiment, pour l’ordonnance (cosmos) des vers, on peut les placer au deuxième rang, juste après les hymnes d’Homère, bien qu’ils en arrivent même à les surpasser par l’honneur que leur vaut leur caractère divin.

  • 53 Thamyris est un barde célèbre que les Muses frappent de cécité parce qu’il les a défiées.

98La visite du Bois Sacré des Muses sur l’Hélicon* nous vaut d’abord la description d’un bas-relief sur lequel figure Linos*, fils d’Uranie, tué par Apollon* jaloux de son talent musical (Linos* est chanté par Pamphos, le premier compositeur athénien d’hymnes). Puis, nous apprenons qu’outre les Muses*, Apollon*, Hermès* et Dionysos*, les sculpteurs ont aussi représenté Thamyris53, aveugle et la lyre brisée, de même qu’Arion* de Méthymne sur un dauphin, mais également Sacadas d’Argos, pas plus grand que son aulos, Hésiode tenant une cithare sur ses genoux et Orphée, à côté d’une statue personnifiant l’initiation.

99Pausanias adopte une interprétation historique.

100• Phocide :

  • X, 7, 2 : Les premiers vainqueurs du concours de poésie hymnique à Delphes furent : Chrysothémis de Crète, le fils de Carmanor, qui aurait purifié Apollon* ; puis, Philammon et ensuite son fils Thamyris*. On dit que par fierté, en raison de la prétendue gravité de ses mystères, Orphée n’a pas accepté de concourir. Il fut ensuite suivi par Musée*, qui l’imita en tout.

    • 54 Peintre et statuaire célèbre de Thasos.
    • 55 Sorte de portique où les habitants de Delphes pouvaient se réunir pour converser.
    • 56 Symbole à la fois de chasteté et de mort.

    X, 30, 6-8 : Orphée occupe un coin de la partie inférieure de la fresque de Polygnote54, dans la Leskhè55 de Delphes, celui où il est question d’une catabase d’Ulysse. Présent aux côtés de Patrocle, il tient d’une main sa cithare, et de l’autre, il touche les branches d’un saule56. Son costume est grec. Il ne porte pas d’ornement thrace* sur la tête.

Apulée (vers 125 - après 170 après J.-C.)

101Né en Numidie, Apulée s’installa à Carthage après des études à Athènes et un séjour à Rome. Curieux de tout, ce philosophus platonicus, comme il le dit lui-même, « fait de tout, en grec comme en latin », « embrasse tous les genres et cultive les neuf Muses avec un zèle égal ». Il est connu surtout pour avoir composé quelques opuscules philosophiques dont un De mundo, un « roman » milésien dans la tradition des contes orientaux, les Métamorphoses, et des discours dont nous avons conservé 23 fragments regroupés sous le titre de Florides.

Apologie

  • 57 Epiménide le Crétois purifia, dit-on, la ville d’Athènes et aida Solon à préparer sa législation. L (...)
  • 58 Perse, prêtre de Zoroastre, fondateur, dit-on, de l’alchimie qu’il enseignait en Egypte, dans le te (...)

102Il a été conservé en outre, sous son nom, le Pro se de magia liber ou Apologie, un plaidoyer qu’Apulée, accusé d’avoir usé de magie pour séduire une riche veuve, prononça devant le tribunal du proconsul d’Afrique, Claudius Maximus, vers 157-8 après J.-C. Le passage où apparaît le nom d’Orphée est extrait de la seconde partie du plaidoyer, celle où Apulée répond à l’accusation d’être un magus, un magicien. Son premier argument repose sur le sens réel qu’il faut donner à cette appellation : un magus, selon lui, est d’abord chez les Perses un prêtre qui possède la science de Zoroastre (le culte des dieux) et non, comme le prétendent ses adversaires ignorants, quelqu’un « qui a le pouvoir d’opérer tout ce qu’il veut par la force mystérieuse de certaines incantations (contamina) » ; mais, ajoute-t-il, c’est aussi le terme par lequel on désigne couramment certains philosophes, ceux qui « s’appliquent avec un zèle particulier à déchiffrer les lois de la providence », tels Epiménide57, Orphée, Pythagore et Ostanes58.

  • 59 Apulée utilise l’expression lucrétienne natura rerum.
  • 60 Dans ses Catharmes ou Purifications, Empédocle se présente comme un prophète inspiré qui, le front (...)

Mais voici les reproches que les ignorants, par une erreur assez commune, adressent aux philosophes. Ceux qui, parmi ces derniers, s’attachent à pénétrer les causes élémentaires et uniques des corps, ils les considèrent comme des impies, en prétendant qu’ils nient l’existence des dieux : sont inclus dans cette catégorie Anaxagore, Leucippe, Démocrite, Epicure et tous les défenseurs de la « nature des choses »59. Ceux qui, au contraire, s’appliquent avec un zèle particulier à déchiffrer les lois de la providence (universelle) et honorent les dieux avec ferveur, ils les appellent (ouvertement) des mages, comme s’ils savaient accomplir eux-mêmes ce qu’ils savent s’accomplir : ils visent ainsi des hommes du passé tels Epiménide, Orphée, Pythagore, Ostanes, et englobent dans la même suspicion les Catharmes60 d’Empédocle, le « démon » de Socrate, le « Bien » de Platon. Je me félicite donc de me trouver en présence de tant de personnes si importantes... (§ 27).

  • 61 Cf. Vies, VIII, 59.

103Ce texte témoigne, parmi beaucoup d’autres, de l’orientation que prend le mythe d’Orphée au cours des premiers siècles de notre ère. Orphée n’est plus, comme il le fut chez Virgile ou Ovide, le mari éploré qui va chercher son épouse dans les Enfers, mais le mage qui s’est attaché à découvrir les lois secrètes de l’univers et, notamment, l’action de la providence universelle. Fondateur de la doctrine et du culte qui portent son nom, l’orphisme, inspirateur de la grande tradition orphico-pythagoricienne à laquelle se rattachent également Empédocle, Socrate et Platon, il apparaît ainsi comme l’initiateur de la croyance qui établit l’immortalité de l’âme, ce démon qui transmigrerait en des corps d’animaux pour expier ses crimes. Remarquons qu’Apulée, en contestant le fait que ces philosophes-mages aient pu agir sur les phénomènes dont ils connaissaient les lois, récuse implicitement le pouvoir, que la mythologie reconnaît à Orphée, de soumettre tous les éléments et tous les êtres à son chant, et celui, qu’il partageait, selon Diogène Laerce61, avec Empédocle, de faire remonter des Enfers les âmes des morts.

Clément d’Alexandrie (vers 150 - vers 215 après J.-C.)

104Cet Athénien converti au christianisme traite dans ses Stromates, un ouvrage composé entre 192 et 211 et qui tient du genre des mélanges, des rapports entre la philosophie grecque et la pensée chrétienne, qu’il juge supérieure en raison du caractère gnostique de sa doctrine. Toutefois les païens, pense-t-il, ont été utilisés par Dieu pour la révélation de certaines vérités. C’est ainsi que le livre V développe des exemples d’ésotérisme empruntés aux Egyptiens, aux Indiens, aux Pythagoriciens et aux Grecs.

Stromales, V, 8, 49, 3-4 (675 P - 676 P)62

  • 62 L’édition utilisée pour notre traduction est celle d’O. Stählin, revue par L. Früchtel et U. Treu.
  • 63 Un astronome du 2e siècle av. J.-C.
  • 64 Divinités du destin. Appelées Parques par les Romains. Elles sont trois fileuses (Clôthô, Lachèsis, (...)
  • 65 Son aspect fascine, « méduse », tout comme la face de Méduse pétrifie.

Et Epigène ?63 N’affirme-t-il pas, lui aussi, dans l’exposé que son ouvrage La poésie d’Orphée consacre aux idiotismes formulaires d’Orphée, que, par « navettes au corps recourbé », il faut entendre les charrues et par « chaînes » les sillons ? Que « fil » désigne allégoriquement la semence et que « larmes de Zeus » désigne la pluie, comme par ailleurs « Moires »64 désigne les phases (merè) de la lune que sont la fin, le milieu et le début du mois ? C’est aussi pourquoi Orphée aurait donné à ces jours-là le qualificatif de « aux robes blanches », car ils sont des phases (merè) de la lumière. Ou encore le printemps, chez le théologien, se dit « petite fleur », à cause de la nature, la nuit « inactive » à cause du repos, la lune « Gorgonion »65 à cause du visage qu’elle contient, et le moment favorable où il faut semer « Aphrodite ».

105Le chapitre 7 montre comment les Egyptiens utilisent des énigmes pour exprimer tout en les cachant des prophéties. Cette herméneutique des symboles est ensuite appliquée à Orphée. Une telle lecture symbolique des vers orphiques fait d’Orphée un devin inspiré et un théologien. D’une façon générale, Clément d’Alexandrie transforme Orphée en monothéiste qui chante les louanges de Yahvé.

Apollodore (2e-3e siècles après J.-C.)

106Longtemps confondu avec le grammairien athénien du 2e siècle av. J.-C. et, pour cette raison, souvent appelé Pseudo-Apollodore, notre mythographe est l’auteur d’un ouvrage intitulé Bibliothèque, probablement composé au tout début du 3e siècle de notre ère. Cette somme de traditions mythiques globalise, en la structurant de façon cohérente, la mythologie grecque. Ce faisant, elle tend à conforter la vulgate augustéenne.

107Avec Apollodore nous retrouvons les traits habituels du personnage mythologique : le chanteur, le jeune marié qui descend aux Enfers par amour pour son épouse morte prématurément, le fondateur de mystères.

Bibliothèque, I, 3, 2-4

  • 66 Traduction faite à partir du texte établi dans la collection The Loeb Classical Library.

Par suite, Calliope* et Oeagre* – mais officieusement Apollon* – eurent pour fils Linos*, que tua Héraclès, et Orphée, celui qui fit du chant lyrique une ascèse, et qui, en chantant, mettait en mouvement pierres et arbres. A la mort d’Eurydice*, son épouse, qu’avait mordue un serpent, il descendit chez Hadès* parce qu’il voulait la ramener, et il réussit à persuader Pluton* de la laisser remonter. Mais celui-ci promit de ne le faire qu’à la condition qu’en cours de route Orphée ne se retournât pas avant d’avoir gagné sa propre maison. Orphée manqua de confiance ; il se retourna afin de contempler son épouse et celle-ci fit demi-tour pour rebrousser chemin. Orphée, d’autre part, fut aussi l’inventeur des mystères de Dionysos* et il se trouva enterré en Piérie*, après avoir été mis en pièces par les Ménades*.
Clio s’éprit de Piéros, le fils de Magnés, par suite de la colère d’Aphrodite (elle lui avait reproché de s’être éprise d’Adonis) et pour s’être unie à lui elle enfanta un fils, Hyacinthe, dont s’éprit durablement Thamyris, le fils de Philammon et d’Argiopè, une nymphe, et qui fut le premier à s’éprendre de garçons. Mais plus tard, Hyacinthe fut l’éromène d’Apollon*, qui le tua involontairement d’un coup de disque. Thamyris qui se distinguait par la beauté et par le chant lyrique défia les Muses* sur le terrain de la musique avec la convention suivante : en cas de victoire, il aurait commerce avec toutes ; en cas de défaite, elles le priveraient de ce qu’elles voudraient. Les Muses* l’emportèrent et le privèrent à la fois de l’usage de ses yeux et du chant lyrique.
Euterpe et Strymon, un fleuve, eurent pour fils Rhésos, que Diomède tua en Troade. Mais, aux dires de quelques-uns, il était le fils de Calliope*.
Thalie et Apollon* eurent pour fils les Corybantes.
Melpomène et Achélôos eurent les Sirènes*, dont nous parlerons dans nos développements sur Ulysse66.

108L’énumération des femmes, mortelles et immortelles, aimées de Zeus donne lieu à une liste de ses enfants, notamment des Muses* qu’il procrée avec Mnémosyne, et, par contrecoup, nous avons droit aussi à une parenthèse mentionnant la descendance de cinq des neuf Muses*.

109Apollodore, en prêtant au héros une motivation négative pour expliquer son manquement à la parole donnée aux dieux infernaux, privilégie la version de Virgile plutôt que celle d’Ovide.

Philostrate le Jeune (3e siècle après J.-C.)

110Petit-fils de Philostrate l’Ancien, ce Grec, auteur, entre autres, de La vie d’Apollonios de Tyane, au début du 3e siècle, et d’un recueil de descriptions intitulé Images, est, lui aussi, intéressé par la peinture et il se plaît également à décrire une série de tableaux vers la fin du siècle, sous le même titre d’Images. La sixième est consacrée à une représentation d’Orphée. Deux traits polarisent son attention, le musicien envoûtant et le démembré, qui mettent en lumière le paradoxe mystérieux d’une magie toute puissante vaincue par des femmes.

Images, 6 : Orphée

  • 67 L’édition utilisée pour cette traduction est celle qu’a établie Arthur Fairbanks dans The Loeb Clas (...)

Tous les auteurs de fiction affirment qu’Orphée, le fils de la Muse*, a, de sa musique, envoûté même les êtres qui n’ont point part à la parole rationnelle. C’est ce que dit aussi le peintre. Sont réellement auditeurs d’Orphée un lion et près de lui un sanglier, un cerf et un lièvre qui ne bondissent pas pour échapper à l’attaque du lion, ainsi que tous les animaux pour lesquels la bête féroce est redoutable quand elle chasse. Mais maintenant le lion est nonchalant et ils sont rassemblés avec lui nonchalamment. Mais toi, ne néglige pas non plus de regarder les oiseaux, non seulement les oiseaux musiciens, dont l’habitude est de chanter mélodieusement dans les bois sacrés, mais regarde-moi aussi le geai jacassant, la corneille croassante elle-même et l’aigle de Zeus*. L’un, tel qu’il est quand il tient en équilibre ses deux ailes ensemble, se trouve dans un état second et fixe intensément les yeux sur Orphée, sans même prêter attention au lièvre peureux pourtant proche, tandis que les autres, le bec fermé, sont tous sous l’empire de l’envoûteur. Voici mélangés des loups et des agneaux, comme saisis de stupeur. Le peintre fait preuve d’une hardiesse encore plus grande : arrachant les arbres par la racine, il les conduit là pour qu’ils écoutent Orphée et il les dispose autour de lui. Voici un pin, un cyprès, un aulne, un peuplier et tout ce qu’il y a d’autre en fait d’arbre, qui, réunissant leurs branches comme des bras, entourent Orphée et, sans avoir besoin d’artifice, lui ferment son théâtre, afin que les oiseaux se posent sur eux et que ce génie soit à l’ombre pour faire œuvre de musicien. Celui-ci se tient assis. Coule sur ses joues une barbe naissante, dont il a laissé pousser le premier duvet. Il porte sur la tête, de façon aérienne, une tiare aux éclats de l’or. Il a le regard vif avec délicatesse et inspiré, vu que son esprit ne cesse de tendre vers la pensée du divin. Peut-être que maintenant aussi il chante quelque chose ; non seulement ses sourcils font comprendre pour ainsi dire le sens de ses chants et son vêtement change de coloration aux allers et retours du mouvement, mais encore, de ses deux pieds, le gauche, appuyé sur la terre, supporte la cithare posée sur la cuisse, tandis que le droit bat la mesure en frappant le sol de sa semelle ; quant à ses mains, l’une, la droite, tenant fermement le plectre, s’applique à produire les sons, le coude saillant et le poignet incliné vers l’intérieur, tandis que la main gauche heurte les cordes avec les bons doigts. Eh bien, Orphée, tu seras victime d’une irrationalité : si maintenant précisément tu envoûtes des bêtes sauvages et des arbres, tu paraîtras dissonant à des femmes thraces*, qui mettront en pièces un corps aux sons duquel même des bêtes sauvages prêtèrent une oreille bienveillante !67.

111La sixième description suit deux tableaux dont le sujet est Héraclès et précède un tableau de Médée.

112Le monde finit par former autour d’Orphée, qui l’unifie, un théâtre dont le centre véritable, unique objet de tout le spectacle, est la musique.

113Symbole de royauté, la tiare contribue, comme l’or dont elle est faite, à assimiler Orphée à l’empereur. Cet Orphée en majesté contraste avec l’Orphée en morceaux évoqué dans la chute de ce poème en prose.

114Champion d’une rationalité capable de s’imposer aux vivants qui n’y ont pas habituellement part, Orphée n’atteint toutefois pas l’absolu dans ce domaine, puisque son harmonie paraît discordante aux Ménades*. L’irréductibilité de Dionysos* met en lumière les limites d’une certaine forme de raison.

Callistrate (4e siècle après J.-C.)

115La tendance constatée chez Philostrate le Jeune s’accentue au siècle suivant avec Callistrate, qui, entreprenant de décrire des chefs d’œuvre de la statuaire, évoque une statue de l’Hélicon* représentant Orphée comme un musicien envoûtant, qui harmonise l’univers tout entier. Il n’est plus question, ici, d’échec.

Descriptions, 7 : d’après la statue d’Orphée

  • 68 Fils de Méduse. Symbole de l’inspiration poétique.
  • 69 Cf. Pausanias, IX, 30, 4.
  • 70 L’édition utilisée pour cette traduction est celle d’Arthur Fairbanks dans The Loeb Classical Libra (...)

Sur l’Hélicon* – l’endroit est un sanctuaire ombragé consacré aux Muses*-, le long des flots torrentueux de l’Olmeios et des eaux violettes de la source de Pégase68, se dressait auprès des Muses* une statue69 d’Orphée, le fils de Calliope*, et elle était très belle à voir. Avec l’aide de l’art, le bronze enfantait la beauté en exprimant par l’éclat du corps la musicalité de l’âme. Il était paré d’une TIARE perse piquetée d’or qui, à partir du sommet de la tête, s’élevait en hauteur, et, sur sa poitrine, un baudrier d’or enserrait une tunique qui descendait des épaules jusqu’aux pieds. Il avait une chevelure si florissante et exprimant tellement le souffle de la vie qu’elle créait même l’illusion d’être agitée et décoiffée par les souffles du zéphyr ; les cheveux du cou tombaient dans le dos, tandis que ceux qui descendaient divisés en deux masses pour couvrir les sourcils faisaient briller les traits du regard dans leur pureté. Un or très jaune fleurissait ses sandales et une robe flottait dans son dos jusqu’à la cheville, tandis qu’il tenait en main sa lyre et que celle-ci s’attachait des sons en nombre égal aux Muses*. Le bronze jouait en effet le rôle des cordes et pour imiter chacun des sons il changeait en obéissant docilement aux pressions, allant jusqu’à devenir presque sonore pour rendre la résonance elle-même des sons. Sous ses pieds, n’étaient pas figurés le ciel dans sa marche, ni les Pléiades en train de fendre l’éther, ni les révolutions de l’Ourse qui ne se baigne pas dans l’Océan, mais il y avait tout le genre des oiseaux, que le chant transportait, toutes les bêtes des montagnes et tout ce qui se nourrit dans les profondeurs de la mer. Un cheval se laissait envoûter ; au lieu d’un mors, c’était la mélodie qui le maîtrisait. Un bœuf, qui avait quitté ses pâturages, écoutait les accents de la lyre et leur harmonie endormait la nature féroce des lions. On aurait pu voir le bronze figurer aussi des fleuves en train de couler de leur source en direction des mélodies, le flot marin en train de se soulever sous l’action d’un désir amoureux pour le chant, des pierres sous le choc de la sensation musicale et chaque bourgeon mûr sortir de ses habitudes pour se presser vers l’inspiration musicale d’Orphée. Et il n’y avait rien qui résonnât, ni qui sortît de son sommeil l’harmonie lyrique, mais c’était l’art qui signalait chez les animaux les manifestations de leur passion amoureuse pour la musique, qui faisait apparaître dans le bronze les signes de leur plaisir et qui rendait visibles d’une manière ineffable les effets envoûtants qui trouvaient leur éclosion dans la sensibilité des animaux70.

116La septième description suit celle de Kairos (personnification de l’occasion, ou du moment opportun) et précède celle de Dionysos*.

117Coiffé de la tiare, symbole de royauté, Orphée apparaît en majesté, comme dans la description de Philostrate le Jeune.

118Toute l’ecphrasis exalte l’art, dont Orphée devient la figure emblématique, en des termes d’une coloration fortement néo-platonicienne. En particulier, la sculpture devient capable de montrer l’invisible et d’exprimer l’indicible de la beauté absolue, qui provoque la conversion amoureuse de l’âme vers les hypostases supérieures.

Aviénus (4e siècle après J.-C.)

  • 71 Le poème d’Aratos, rappelons-le, fut souvent traduit en latin ; les traductions les plus connues so (...)

119Grand personnage qui fut sans doute proconsul, Aviénus est l’auteur d’une Description de la terre, imitée de celle de Denys le Périégète, d’un poème en trimètres ïambiques sur les Rivages maritimes et d’une traduction latine nouvelle71 des Phénomènes d’Aratos.

Phénomènes 618-632

120Le passage qui mentionne Orphée apparaît dans le développement consacré à la constellation de la Lyre :

Vient ensuite la Lyre que Mercure en son âge tendre fit par jeu en attachant des cordes à une carapace recourbée pour façonner avec des boyaux, lui l’artisan divin, un ouvrage dont Phébus*, le dieu du Parnasse, puisse se souvenir. Quand le bel Apollon*, à son tour, l’eut remplie d’une harmonie céleste, il apprit à Orphée à en jouer dans une grotte du Pangée*. Celui-ci, pour produire de savants accords, en pinça les cordes, désormais au nombre de neuf, à l’image des Muses, lui le fils d’une Muse – il avait, pour la première fois, tissé ses chants sur le nombre des Pléiades –. Mais lorsque la main impie des Bassarides* eut démembré le chantre et qu’il eut été, une fois mort, dévotement enseveli par Libéthra*, Jupiter transporta dans le ciel sa lyre, prenant en pitié l’art du jeune virtuose inspiré qui avait su détourner de leur course les bêtes et les fleuves.

  • 72 Cf. supra.
  • 73 Les cordes de la lyre étaient initialement au nombre de sept ; Orphée passe pour en avoir porté le (...)

121Aviénus, comme le fit Silius Italicus72 avant lui, développe le mythe d’Orphée en relation avec le récit du catastérisme de sa lyre. Ce récit comprend la mention de l’invention de l’instrument par Hermès/Mercure*, une allusion à l’art divin d’Apollon* citharède, à la transmission par le dieu de cet art à Orphée, fils de la muse Calliope*, à l’innovation technique à laquelle ce dernier se livra73, à son pouvoir magique sur la nature, à sa mort enfin, déchiré par les Bacchantes*. Le mythe d’Orphée est donc, une nouvelle fois, associé au thème cosmologique de l’harmonie et de la musique des sphères.

Macrobe (fin 4e - début 5e siècles après J.-C.)

122Des deux commentaires composés par le grammairien Macrobe qui nous sont parvenus, le plus connu, les Saturnales, aborde sous forme de dialogue diverses questions d’érudition et d’analyse littéraire relatives, notamment, aux œuvres de Virgile, et le second est une explication astronomique, d’inspiration néo-platonicienne, de l’épisode du Songe de Scipion, inséré par Cicéron au livre VI de son De republica.

Commentaire sur le Songe de Scipion, 2, 3, 7-8

123Au début de ce Commentaire sur le Songe de Scipion, alors qu’il distingue parmi les fables celles qu’un philosophe doit refuser, et qui ne sont faites que pour charmer les oreilles, et celles qu’il peut admettre, et qui présentent une intention morale, celles-ci se subdivisant elles-mêmes selon que leur développement fictif porte sur un sujet fictif ou vrai, Macrobe qualifie cette dernière classe (celle des fables à développement fictif et sujet vrai) de narratio fabulosa et lui associe les histoires d’Hésiode* et d’Orphée relatives aux dieux ainsi que les conceptions mystiques des Pythagoriciens. Plus loin, ce n’est plus à l’Orphée poète et inventeur de fables qu’il s’intéresse, mais au héros enchanteur dont la légende, comme celle d’Amphion*, atteste l’existence de la musique des sphères célestes :

  • 74 La traduction repose sur le texte de l’édition Willis, Teubner, 1970.

Toute âme en ce monde est attirée par les sons de la MUSIQUE, de sorte que non seulement ceux dont les mœurs sont raffinées, mais aussi tous les peuples barbares pratiquent les chants qui enflamment l’ardeur de leur courage ou les invitent au relâchement du plaisir ; parce que l’âme transporte dans le corps le souvenir de la musique qu’elle connut dans le ciel et qu’elle est si captivée par le charme du chant qu’il n’est aucun cœur qui soit si cruel ou si sauvage qu’il ne puisse se sentir retenu par de tels agréments ; c’est de là, me semble-t-il, que les mythes d’Orphée et d’Amphion* tirent leur origine, le premier passant pour attirer par ses chants les animaux dépourvus de raison, le second les rocs, et cela parce qu’ils furent peut-être les premiers à avoir attiré en chantant des peuples barbares, sans culture ou insensibles, comme des rocs, à tout sentiment, et leur avoir fait découvrir la sensation du plaisir74.

  • 75 Cf. Platon, Timée, 35e-36e et Rep., X, 616-617. Macrobe utilise le commentaire porphyréen du Timée  (...)

124Macrobe exploite ici, comme le fit Quintilien avant lui (cf. supra), l’une des idées saillantes de la doctrine pythagoricienne75 de la musique céleste : toute créature vivante est captivée par la musique, car l’âme qui anime le monde tire son origine de la musique. Selon cette théorie, en effet, le démiurge a formé l’âme qui anime le monde d’un mouvement musical au moyen de nombres en proportion harmonique. Les huit sphères célestes en tournant produisent sept sons harmonieux (deux tournent à la même vitesse) et correspondent chacune à une Muse*, la neuvième et la plus belle, Calliope*, la mère d’Orphée, étant l’harmonie qui résulte des huit autres.

Boèce (480-524 après J.-C.)

125Boèce, écrivain latin chrétien, dans cette œuvre composée en prison qui se présente sous la forme d’une alternance de dialogues en prose entre la Sagesse et Boèce d’une part, de poèmes d’autre part, propose une lecture morale et philosophique du mythe d’Orphée : si l’homme tend au bien, il ne le cherche pas toujours là où il est ; Dieu est le souverain bien et c’est par la philosophie que l’homme peut y accéder.

De la consolation de la philosophie : III, 12

  • 76 Début de vers qui reprend en écho le vers célèbre des Géorgiques II, 490 : Felix qui potuit rerum c (...)
  • 77 Les Enfers*.
  • 78 Calliope*.
  • 79 Pluton* et Proserpine*.
  • 80 Cerbère*.
  • 81 Les Furies ou Erinyes*.
  • 82 Pluton*.
  • 83 Le texte traduit est celui édité par E.-H. Warmington dans Boethius, De consolatione Philosophiae, (...)

Heureux qui a pu (Felix qui potuit...) voir la source lumineuse du bien76. Heureux qui a pu dénouer les liens de la terre pesante. Jadis le chantre (uates) de Thrace* pleura la mort de son épouse ; après avoir contraint par ses mélodies affligées les forêts à se mouvoir, les fleuves rapides à s’arrêter et que la biche eut joint ses membres qui ne craignaient plus le danger à ceux des lions cruels et que le lièvre n’eut plus redouté de voir le chien que le chant a désormais rendu paisible, comme une ardeur trop brûlante consumait le fond de son cœur et que les mélodies qui avaient tout soumis n’apaisaient pas leur maître, se plaignant du monde d’en-haut cruel, il se rendit dans les demeures infernales77. Là, adaptant ses chants (carmina) caressants aux sons de ses cordes, il chante en pleurant tout ce qu’il avait puisé aux sources supérieures de sa mère, une déesse78, ce que sa douleur immodérée lui inspirait, ce que lui inspirait son amour redoublant sa douleur ; il émeut le Ténare* et demande avec une douce prière leur faveur aux maîtres des ombres (umbrae)79. Le triple portier80, séduit par son chant (carmen) inouï, est frappé de stupeur. Les déesses qui tirent vengeance des crimes81 et qui harcèlent de crainte les criminels, désormais affligées, ruissellent de larmes. La roue rapide ne précipite plus Ixion* et Tantale*, accablé par une longue soif, dédaigne les eaux qui coulent. Pendant que le vautour était rassasié de mélodies, il ne rongea plus le foie de Tityos*. Cependant, « nous sommes vaincus » dit avec compassion le roi des ombres82, « nous accordons que ton épouse que tu as gagnée grâce à ton chant (carmen) accompagne son époux. Mais qu’une loi (lex) limite ce don (donum) : qu’il ne te soit pas permis de détourner ton regard avant d’avoir quitté le Tartare* ». Qui pourrait imposer une loi (/ex) à des amants ? L’amour (amor) est pour lui une loi (/ex) supérieure. Hélas ! aux limites de la nuit Orphée vit son Eurydice*, la perdit définitivement, causa sa perte. Ce récit vous concerne vous tous qui cherchez à mener votre esprit vers la lumière du jour supérieure. En effet celui qui vaincu a détourné ses regards vers l’antre de Pluton*, perd en voyant les Enfers* tout ce qu’il emporte de plus important83.

126L’auteur qui revendique, par son incipit même, l’influence de Virgile, reprend les principales composantes narratives et interprétatives du mythe d’Orphée que nous avons rencontrées dans les Géorgiques, avec cependant une insistance constante sur l’affliction et la sensibilité de tous. Le poème, épilogue du livre III, chanté par la Sagesse qui guide Boèce et répond à ses interrogations devant la mort, a pour fonction d’illustrer le précepte qui le termine : l’homme ne doit pas porter ses regards vers les Enfers et ainsi se laisser détourner du souverain bien.

Conclusion

127Abondante et diverse, la tradition antique relative au mythe d’Orphée ne se laisse pas aisément réduire à de grands ensembles, qu’ils soient chronologiques ou thématiques. Quelques tendances synchroniques ou diachroniques se dessinent néanmoins, qui nous ont conduits à isoler le diptyque formé par Virgile et Ovide de toutes les autres occurrences.

128Pour artificielle qu’elle soit, puisqu’elle dépend du point de vue adopté dans cet ouvrage – le privilège accordé aux textes qui ont le plus influencé la postérité littéraire et artistique du mythe –, cette répartition n’est pas pour autant étrangère à la nature même du dossier. Celui-ci, en effet, montre nettement que le mythe d’Orphée prend chez nos deux auteurs une coloration spécifique qui n’apparaissait pas plus chez leurs contemporains que chez leurs prédécesseurs et qui, à l’exception des mythographes et compilateurs, disparaîtra progressivement par la suite, le mythe retrouvant chez les auteurs chrétiens quelques-uns des traits les plus saillants de sa longue histoire, et notamment celui qui fait du héros un prêtre et un magicien dont le pouvoir s’étend à la création tout entière.

129Symbole du « Bon Berger », Orphée redevient ainsi le détenteur élu d’un savoir dérobé et le maître de l’harmonie universelle.

Notes

1 Coré*, enlevée par Hadès*.

2 Cerbère*.

3 Traduction faite à partir du texte des Mythographes grecs III, 2, Leipzig, Teubner, 1902.

4 Jason*.

5 Phorminx : sorte de lyre.

6 Syrinx : flûte de Pan.

7 Kyzicos, roi des Dolions, hôte et victime de Jason*.

8 Pollux.

9 Epiclèse d’Apollon*.

10 Dragon de Delphes, appelé aussi Python.

11 Un des Titans.

12 Au nord de Delphes, dans le Haut Parnasse, près de Lykôreia.

13 Fleuve de Phocide.

14 Comme Orphée, elles ont une des Muses* pour mère.

15 Un des six Titans.

16 Traduction faite à partir du texte établi par C.-H. Oldfather dans The Loeb Classical Library.

17 Le cyclope Polyphème, fils de Poseïdon, tomba amoureux de la nymphe Galatée ; c’est lui aussi qui fut aveuglé par Ulysse qu’il retenait prisonnier dans sa grotte.

18 Platon, Protagoras, 316 d ; cf. aussi, Cicéron, De Inv., 1, 4, 5 et De or., 1, 33.

19 Horace rapproche poésie et sagesse (sapientia) comme Platon assimilait poètes et sophistes.

20 Nom de jeune fille de Perséphone*. la fille de Déméter.

21 Traduction faite à partir de l’édition Festa des Mythographi graeci III, 2, Leipzig, Teubner, 1902.

22 Montagne de Chalcidique, en Macédoine.

23 Les Centaures sont des êtres mi-hommes, mi-chevaux, vivant dans la nature sauvage, brutaux et violents. Dans leur combat contre Héraclès, ils dévalèrent de leurs antres armés de rochers et d’arbres. Cet épisode a lieu chez l’un des Centaures, Pholos, et non sur les rebords du Mont Athos. Sénèque associe les Centaures à l’évocation du « miracle » provoqué par le chant d’Orphée, celui d’attirer les arbres et les rochers.

24 La roue d’Ixion*, puni par Zeus.

25 Ne pas confondre avec Prométhée, qui subit une punition analogue, mais sur le Caucase et non après être descendu dans les Enfers, comme Tityos*. Ce géant est foudroyé par Zeus, pour avoir violenté Léto, et condamné aux Enfers à avoir le foie rongé par deux serpents (ou deux vautours, comme ici). Son foie renaît sans cesse, avec les phases de la lune.

26 Tantale*.

27 Peut-être le rocher que Sisyphe* doit sans cesse remonter de la pente le long de laquelle il dévale.

28 Peuple de l’intérieur de l’Afrique.

29 Borée est la personnification du vent du Nord.

30 Nymphe latine au chant prophétique, identifiée à la Muse.

31 Rhéteur alexandrin, ami d’Auguste.

32 Iopas est, dans l’Enéide, l’aède qui charme Enée lors du banquet offert par Didon aux Troyens.

33 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, I, 496-511.

34 Enfants d’Athamas, roi d’Iolcos, ils furent emportés en Colchide par un bélier à la toison d’or ; Hellé fut engloutie dans la mer à laquelle elle donna son nom.

35 Valérius Flaccus, Argonautica, I, 277-293.

36 Le texte, volontairement peut-être, est ambigu : on peut faire de la lyre ou de Chiron, l’auteur du chant cosmogonique qui suit.

37 « Les sœurs d’Aonie » sont les Muses. L’Aonie est le nom mythique de la Béotie dont le Mont Hélicon est séjour consacré des Muses.

38 Pour un commentaire détaillé sur l’ensemble de ce chant de Teuthras, cf. A. Deremetz, Le Miroir des Muses, Presses du Septentrion, Lille, 1995, p. 418 sq.

39 M. Detienne, L’écriture d’Orphée, Gallimard, 1989, passim mais particulièrement p. 112 sq. ; cf. aussi W. Burkert, « Craft Versus Sect : the Problem of Orphics and Pythagoreans », dans Jewish and Christian Self-definition, III, Londres, 1982, pp. 1-22 et 183-189.

40 Cf. Platon, République, 363 c-365 a ; Phédon, 62 b, 69 c et Eudème de Rhodes, dans Damascius, Des Principes, chap. 321, qui cite aussi la cosmogonie mythique d’Hellanicos.

41 M.-L. West, The Orphic Poems, Clarendon Press, 1983 et L. Brisson, « Les Théologies orphiques et le papyrus de Derveni. Note critique », RHR, 202, 1985, pp. 389-420.

42 Une allusion à Orphée vainqueur des Enfers se retrouve en Silves III, 3, 193.

43 Sénèque, Médée, et Valérius Flaccus, Argonautiques, 4, 85-89.

44 Femme d’Admète, roi thessalien, qui accepta de mourir à la place de son mari ; Héraclès lutta avec la Mort et la sauva.

45 A partir du texte établi par Spiro, dans The Loeb Classical Library.

46 Fille de Titans, associée au monde des morts et à la sorcellerie.

47 C’est à Eleusis que Coré* (devenue Perséphone*) fut rendue à sa mère, Déméter.

48 Statue taillée dans le bois ou la pierre.

49 Déesse de l’enfantement.

50 Initiation personnifiée.

51 Roi de Piérie*, d’où aurait été importé le culte des Muses*.

52 Famille sacerdotale de l’Attique.

53 Thamyris est un barde célèbre que les Muses frappent de cécité parce qu’il les a défiées.

54 Peintre et statuaire célèbre de Thasos.

55 Sorte de portique où les habitants de Delphes pouvaient se réunir pour converser.

56 Symbole à la fois de chasteté et de mort.

57 Epiménide le Crétois purifia, dit-on, la ville d’Athènes et aida Solon à préparer sa législation. La légende rapporte que les Spartiates conservaient son corps dont la peau était tatouée de lettres qui concernaient sans doute ses enseignements secrets.

58 Perse, prêtre de Zoroastre, fondateur, dit-on, de l’alchimie qu’il enseignait en Egypte, dans le temple de Ptah à Memphis.

59 Apulée utilise l’expression lucrétienne natura rerum.

60 Dans ses Catharmes ou Purifications, Empédocle se présente comme un prophète inspiré qui, le front couvert de bandelettes, révèle aux hommes ses oracles et les guérit de leurs maux par ses incantations (Diogène Laerce, Vies, VIII, 62).

61 Cf. Vies, VIII, 59.

62 L’édition utilisée pour notre traduction est celle d’O. Stählin, revue par L. Früchtel et U. Treu.

63 Un astronome du 2e siècle av. J.-C.

64 Divinités du destin. Appelées Parques par les Romains. Elles sont trois fileuses (Clôthô, Lachèsis, Atropos), qui tissent le fil de la vie.

65 Son aspect fascine, « méduse », tout comme la face de Méduse pétrifie.

66 Traduction faite à partir du texte établi dans la collection The Loeb Classical Library.

67 L’édition utilisée pour cette traduction est celle qu’a établie Arthur Fairbanks dans The Loeb Classical Library.

68 Fils de Méduse. Symbole de l’inspiration poétique.

69 Cf. Pausanias, IX, 30, 4.

70 L’édition utilisée pour cette traduction est celle d’Arthur Fairbanks dans The Loeb Classical Library.

71 Le poème d’Aratos, rappelons-le, fut souvent traduit en latin ; les traductions les plus connues sont celles de Cicéron et de Germanicus.

72 Cf. supra.

73 Les cordes de la lyre étaient initialement au nombre de sept ; Orphée passe pour en avoir porté le nombre à neuf.

74 La traduction repose sur le texte de l’édition Willis, Teubner, 1970.

75 Cf. Platon, Timée, 35e-36e et Rep., X, 616-617. Macrobe utilise le commentaire porphyréen du Timée ; voir J. Flamant, Macrobe et le néoplatonisme latin, Leiden, 1977, pp. 351 sqq.

76 Début de vers qui reprend en écho le vers célèbre des Géorgiques II, 490 : Felix qui potuit rerum cognoscere causas...

77 Les Enfers*.

78 Calliope*.

79 Pluton* et Proserpine*.

80 Cerbère*.

81 Les Furies ou Erinyes*.

82 Pluton*.

83 Le texte traduit est celui édité par E.-H. Warmington dans Boethius, De consolatione Philosophiae, The Loeb Classical Library, London, Cambridge, Massachusetts, 1968, pp. 294-6.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540