Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Visages d’Orphée

 | 
Annick Béague
, 
Jacques Boulogne
, 
Alain Deremetz
, 
et al.

Préface

Texte intégral

  • 1 Notre corpus ne sépare pas les textes païens des textes chrétiens. Il privilégie les récits et, af (...)

1Le présent manuel ouvre, dans la Collection Savoir mieux, toute une série d’instruments de travail consacrés à la mythologie classique et qui visent à donner un accès commode aux textes antiques1 indispensables à la connaissance des figures mythiques, grecques et romaines, dont se trouvent le plus imprégnés les littératures et les arts du monde occidental, du Moyen Age à nos jours.

2Destinés aux étudiants de toutes les disciplines littéraires, mais également aux enseignants hellénistes et latinistes ou non, voire aux spécialistes eux-mêmes, qui n’ont pas toujours sous la main tous les livres nécessaires, ces sortes de compagnons mythologiques obéissent aux principes suivants :

  • réunir, dans leur traduction2, les textes grecs et romains qui ont le plus marqué notre tradition culturelle ; l’exhaustivité n’est donc pas le but visé ; toutefois, pour information, le corpus choisi est précédé de la liste des principales références connues aux textes anciens conservés ;
  • retraduire tous les textes retenus en cherchant plus la précision que l’élégance (insertion des termes originaux translitérés chaque fois qu’ils sont jugés essentiels à la compréhension) ;
  • regrouper ces textes en combinant deux angles d’attaque différents ; puisque la démarche est subordonnée aux besoins d’une meilleure lecture d’œuvres toutes influencées peu ou prou, directement ou non, par l’Ovide moralisé3, il paraît pertinent de partir immédiatement de ce qui, par sa fortune post-antique, peut se définir comme la vulgate augustéenne, constituée principalement par Virgile et son émule Ovide ; mais, après ce retour aux deux références dominantes, il convient que nous mettions cette vulgate en perspective par la variété des traditions, composées pour nous presque exclusivement, avant l’époque augustéenne, d’ouvrages issus du monde hellénique et où s’entremêlent ensuite en un même tissu culturel (c’est pourquoi nous ne les séparerons pas) les écrits de langue grecque et les écrits de langue latine ;
  • tenir compte du dernier état de la recherche universitaire sur le sujet ;
  • mettre en évidence l’invention des créateurs en montrant la multiplicité des variantes dont sont abstraites les réductions lexicographiques ou les vulgates ;
  • fournir toutes les explications dont a besoin la réflexion, sans tenter d’imposer une interprétation ;
  • rendre cet outil le plus maniable possible, au moyen d’une brève introduction qui présente les divers aspects de la problématique propre à la figure choisie, d’une bibliographie sélective, d’un appareil concis de notes, de notices et d’esquisses de commentaire éclairant le contexte et le contenu de chacun des textes du recueil et d’un glossaire des noms propres liés à celui d’Orphée.

3L’ambition est, par conséquent, d’inviter chaque fois l’utilisateur à une navigation personnelle, grâce à une table des conventions, au milieu des éléments composites et rassemblés d’une bibliothèque spécialisée, afin qu’il puisse observer comment la multitude des textes hérités sur un personnage de la mythologie tisse un texte plus global, constitutif du mythe étudié.

Notes

1 Notre corpus ne sépare pas les textes païens des textes chrétiens. Il privilégie les récits et, afin de ne pas devenir trop volumineux, il renvoie à l’introduction pour les longs discours strictement interprétatifs. Pour la même raison, nous l’arrêtons arbitrairement au 6e siècle inclus.

2 Sauf avis contraire, les éditions utilisées pour nos traductions sont celles de la Collection des Universités de France.

3 Anonyme (début du 14e siècle).

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540