Version classiqueVersion mobile

L’épreuve du livre

 | 
Dominique Vaugeois

Chapitre premier. L’identité du recueil

Texte intégral

  • 1 Théâtre/roman, Gallimard, 1974, p. 442.

« les morceaux essayés craquent sous je ne sais quelle pression des profondeurs qui disjoint le panorama éclaté dont on croyait au moins avoir partiellement composé cette carte postale1 »

  • 2 Le numéro des Études littéraires intitulé « Poétiques du recueil » (vol. 30, no 2, hiver 1998) cons (...)

1Henri Matisse, roman se présente d’abord comme un recueil : son identité est fondée dans le rassemblement des textes. Or, il faut envisager la problématique de ce recueil comme une problématique particulière, qui diffère considérablement de celle du recueil de poèmes ou de nouvelles qui est le plus fréquemment explorée par l’analyse théorique2. On se trouve face à un type de recueil où

  • 3 Langlet, Irène, « Le recueil comme condition, ou déclaration de littérarité. Paul Valéry, Robert Mu (...)

des textes qui n’avaient qu’une existence indépendante, et pas toujours explicitement poétique (préfaces, discours, articles), se retrouvent liés par un projet d’ensemble qui ne nie jamais leur caractère circonstanciel et éphémère, tout en assurant subtilement leur participation à un discours poétique, c’est-à-dire un discours qui appelle la réflexivité sur son dire, sa composition et ses procédés autant que sur son message et plus encore : dont le sens même procède de cette composition3.

  • 4 Écrits sur l’art moderne, Flammarion, 1981.

2En effet, à la différence des Ecrits sur l’art moderne4, véritable anthologie des écrits d’Aragon sur l’art et d’ailleurs livre de commande, Henri Matisse. roman est organisé selon une logique compositionnelle complexe qui constitue l’enjeu du livre. Henri Matisse, roman est un recueil dynamique où la composition travaille le composite des textes autant que le texte travaille la composition, un livre où la réception est actualisation de l’œuvre dans le passage perpétuel de la lecture à l’écriture et de l’écriture à la lecture, qui effectue la transformation du composite en « composé ».

3Lorsqu’en 1967 Aragon décide de façon définitive de publier Henri Matisse, roman sous cette forme, il a bien conscience que le problème principal est celui de la compréhension de cet ensemble qui commence plus de vingt-cinq ans plus tôt. Il va donc s’agir pour lui de construire un lieu pour permettre la lecture et l’identification de la diversité matérielle, temporelle et fonctionnelle des éléments textuels rassemblés. Mieux, la raison d’être d’Henri Matisse, roman est présentée comme la mise en jeu de ces deux critères d’identification d’un objet textuel ou autre, la stabilité de sa désignation et, pour ce qui est de l’élément d’une composition artistique, sa place.

4L’expérience littéraire apparaît à plusieurs niveaux comme une expérience de l’identité, celle de l’identité du sujet, celle de l’objet visé par la représentation et donc celle de l’identification de la référence et du type de référence, toutes expériences qui passent par celle de l’identification de l’objet littéraire dont l’identité est le support de toutes les autres démarches d’identification. Il y a un lien incontestable entre ce que nous appelons l’identité du texte et l’identité de ce que représente le texte. Envisager l’objet littéraire sous l’angle de la question de l’identité textuelle devrait toucher à la fois à sa nature, à son fonctionnement comme objet de communication, résultat d’un double procès d’écriture et de lecture, et à sa fonction référentielle et représentative.

1. La notion d’identité textuelle

  • 5 Charles, Michel, Rhétorique de la lecture, Seuil, 1977, p. 79.

5L’identité ne se réduit pas à la nature du texte : parler d’identité textuelle, c’est se placer dans une perspective d’identification, donc de réception selon certains critères, le temps ou la fonction par exemple, tandis que parler de nature du texte, c’est envisager le texte comme somme de qualités intrinsèques. Poser le problème de l’identité textuelle, c’est se placer dans une perspective rhétorique. En effet, la rhétorique est « une théorie du discours mais [...] du discours en tant qu’il est reçu, ou à recevoir, de telle ou telle manière. Disons une théorie du discours comme effet5 ». Or, l’identité textuelle est tributaire de la manière dont le texte se donne à lire. Michel Charles définit ainsi la pertinence de sa perspective théorique sur le texte littéraire :

  • 6 Ibid., p. 96.

Il est dans la logique de cette expérience – qui est celle de l’écrivain comme celle du critique – qu’une théorie de la littérature se définisse comme « art de questionner » ; invention, mise au point, mise en ordre des questions. La théorie de la littérature est toujours en même temps théorie de notre rapport à la littérature. Là se re(constitue) un projet rhétorique susceptible (enfin) d’expliquer la modernité6.

6La « rhétorique de la lecture » peut se gloser ainsi : l’art de lire conçu comme rhétorique. La rhétorique n’a de sens que par et pour un lecteur ; il n’y a de rhétorique que de la lecture. Toute bonne lecture doit être rhétorique, c’est-à-dire sensible aux moyens par lesquels le texte s’offre à la connaissance, à la définition, à la nomination, et s’y dérobe. Dans Henri Matisse, roman, la rhétorique de la lecture se définit comme analyse et interrogation de l’identification : quelles questions sont à l’origine des réponses que le texte provoque chez le lecteur ?

  • 7 Ibid., p. 118.

7L’identité est un potentiel d’existence, tout se passe comme si elle existait, mais aucun texte ne correspond parfaitement aux identités qu’on lui colle, aucun texte n’est saisissable en termes de substance ou d’invariabilité, ne correspond à l’identique à tel ou tel modèle, ne répond à une définition totalement adéquate. Henri Matisse, roman nous incite à considérer le texte précisément sous l’angle de ces perturbations de l’identité. Il s’agira de relever les marques et le signaux – « dérap[ages], dérive[s], dévi[ations]7 » – des lieux où se noue et se brise la relation du lecteur au livre. Considérer l’identité textuelle, ce n’est pas seulement décrire des procédés d’écriture mais inventorier et questionner les positions du lecteur par rapport au texte et leurs variations. La rhétorique de la lecture se fait herméneutique en devenant précisément problématique de l’identité et de l’identification.

  • 8 Charles, M., Introduction à l’étude des textes, Seuil, coll. « Poétique », 1995, p. 41.
  • 9 Notons que pour Michel Charles, l’herméneutique garde sa définition exégétique et qu’il ne prend pa (...)

8La théorie et l’analyse littéraires posent très rarement leurs problèmes en termes d’identité, mais se penchent plutôt sur la question de l’unité du texte. Pour Michel Charles, par exemple, l’identité, définie comme « configuration propre, réseau unique de structures sémantiques et formelles8 » est le résultat de l’unité. Unité et cohérence sont du côté de l’analyse sémantique, syntaxique ou prosodique : la notion d’identité envisage le texte d’un point de vue rhétorique et herméneutique9. La cohérence devient un des facteurs de construction de l’identité textuelle dans son rapport à l’unité, un moyen et non le but ultime de l’analyse. La notion d’identité ouvre sur d’autres angles de vue du texte littéraire qui incluent ses limites (le péritexte, les autres arts, le réel) et cette dimension du texte dans son rapport au monde qu’il habite comme objet et qu’il représente, ce que n’implique pas la notion de cohérence qui, elle, par définition, envisage le texte dans son rapport à lui-même.

9Qu’entend-on par identité textuelle ? Si nous reprenons les critères logiques de l’identité, il apparaît qu’appliqués au champ du littéraire dans Henri Matisse, roman, les différents niveaux de la question de l’identité textuelle se répartissent ainsi :

  • l’identité par la délimitation : où s’arrête et où commence le texte ? On trouve ici la question des « seuils », du paratexte, des marges, des tableaux, voire de l’avant-texte et d’autres limites spécifiques à Henri Matisse, roman. Qu’est-ce qui fait partie du texte ?

  • l’identité du tout et de la partie, de la partie dans le tout et du tout dans la partie : Henri Matisse, roman ne peut être appréhendé si l’on ignore le double plan des textes et du livre ;

  • l’identité et la nomination, la désignation, l’étiquetage : c’est toute la question de la référence au livre et aux textes à l’intérieur même du livre, le travail du métatexte, celui des pages de titre intérieures ;

  • L’identité spécifique ou générique : à quel genre appartient ce livre ?

10En nous montrant où et comment se posent les problèmes d’identification, Henri Matisse, roman nous fait savoir où et comment se crée l’identité textuelle, nous amenant ainsi au plus près de l’objet littéraire et de ses secrets. Qu’est-ce qu’Henri Matisse, roman, ce drôle de livre, unique et donc non exemplaire ? La question peut nous mener sur la voie de cette autre question beaucoup plus générale et ambitieuse, et nous permettre d’organiser quelques éléments de réponse : qu’est-ce que lire un texte ?

2. Identité textuelle et identité discursive

  • 10 Stierle, Karlheinz, « Identité du discoure et transgression lyrique », Poétique, no 32, novembre 19 (...)

11Une seconde mise au point terminologique s’impose. La notion d’identité textuelle est développée par Karlheinz Stierle dans un article déjà ancien, mais il l’entend d’une manière un peu différente. Stierle élimine la notion d’identité textuelle au profit de l’identité discursive : « le texte en tant que texte, c’est-à-dire en tant que donnée linguistique, a une cohérence, mais pas d’identité10 ». Cette distinction se fait sur la base d’une définition du texte comme objet de la langue, du système linguistique et d’une définition du discours comme objet des actes de langage. C’est ainsi que l’identité du texte et son unité proviennent de l’identité du discours. Il n’y a donc pas d’identité textuelle mais seulement une identité discursive. Poser la question de l’identité d’un texte, si l’on suit les propos de Stierle, revient à le considérer dans sa dimension discursive, ce qui ne semble pas seulement un choix mais une nécessité. Il n’y a pas, autrement que sur un mode purement spéculatif, de texte sans dimension discursive, et l’on ne peut, à moins de se cantonner dans une perspective strictement textualiste, comprendre et analyser un texte en dehors de ce statut d’acte de langage qui lui est consubstantiel.

  • 11 Schaeffer, Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Seuil, 1989, p. 80.

Une œuvre n’est jamais uniquement un texte, c’est-à-dire une chaîne syntaxique et sémantique, mais elle est aussi et en premier lieu, l’accomplissement d’un acte de communication interhumaine, un message émis par une personne donnée dans des circonstances et avec un but spécifique, reçu par une autre personne dans des circonstances et avec un but non moins spécifiques11.

  • 12 Stierle, K., art. cit., p. 425.
  • 13 Pour Roland Barthes, l’œuvre relève du fini et de l’actuel, de l’ici maintenant de « l’espace des l (...)

12Mais Stierle ajoute aussitôt cette remarque qui souligne la dépendance du discours vis-à-vis du texte : « l’identité discursive n’est jamais une identité réelle, immédiatement saisissable mais toujours une identité médiatisée par les relations sémiotiques du texte12 ». Considérer la notion de texte en termes d’identité, c’est aussi mettre en évidence l’impossible séparation, dans l’expérience littéraire, des distinctions conceptuelles d’œuvre et de texte13.

13D’autre part, et c’est là que la question de l’identité dépasse le niveau de la simple cohérence, l’identité d’un objet est toujours, dans une perspective herméneutique, identité pour quelqu’un ; en ce sens, elle est étroitement liée avec l’identification conçue de trois manières. Identifier, c’est : retrouver une identité déjà connue à l’aide de repères (temps du discours, origine, pour l’identité textuelle) et d un travail de la mémoire ; placer un objet dans la catégorie à laquelle il appartient ; découvrir l’identité par la mise en rapport de deux objets considérés comme identiques. Et c’est bien l’ensemble de ces trois aspects de l’identification que mobilise la lecture de ce texte. Lire et comprendre Henri Matisse, roman, c’est entrer dans un processus d’identification – et d’identification contrariée. Toute actualisation du texte est identification. L’épreuve de l’écriture d’Henri Matisse, roman à partir de 1967, pour Aragon, est une épreuve d’identification : citer et commenter, rassembler et comprendre les liens ; Aragon construit ce singulier recueil dans la perspective de restituer aux textes du passé leur identité, de permettre au lecteur de les identifier et de les comprendre. Réciproquement, chaque texte de la réécriture, celle de la mise en livre, porte la marque d’une réévaluation de l’identité de ce texte à l’aune du nouvel ensemble ainsi constitué, et plus encore, chaque texte chargé de commenter les textes anciens pour permettre la restauration de leur identité se fait le lieu d’une interrogation sur l’identité de l’ensemble, ce « roman de Matisse ». Enfin, la nature préfacielle de la plupart des textes les donne d’emblée, dans leur statut discursif, comme des lieux où se discute et se construit l’identité d’une œuvre.

3. L’ipséité ou l’identité narrative

14Les travaux de Paul Ricœur dans le champ de la réflexion philosophique sur l’identité ont établi la consubstantialité de l’identité et de la narration. Pour Ricœur, la question de l’identité du moi appartient au domaine du langage par le biais de la notion d’identité narrative. L’identité humaine ne serait pas une chose définie par certaines propriétés et une permanence dans le temps, mais le résultat de l’inscription du sujet dans une narration.

Sans le secours de la narration, le problème de l’identité personnelle est en effet voué à une antinomie sans solution : ou bien l’on pose un sujet identique à lui-même dans la diversité de ses états, ou bien l’on tient, à la suite de Hume et de Nietzsche, que ce sujet identique n’est qu’une illusion substantialiste, dont l’élimination ne laisse apparaître qu’un pur divers de cognitions, d’émotions, de volitions.

15C’est alors qu’il introduit la distinction fondamentale entre l’ipse et l’idem

  • 14 Ricœur, Paul, Temps et récit III, Seuil, 1991 (1985), p. 443.

Le dilemme disparaît si, à l’identité comprise au sens d’un même (idem), on substitue l’identité comprise au sens d’un soi-même (ipse) ; la différence entre idem et ipse n’est autre que la différence entre une identité substantielle et formelle, et l’identité narrative. L’ipséité peut échapper au dilemme du Même et de l’Autre, dans la mesure où son identité repose sur une structure temporelle conforme au modèle d’identité dynamique issue de la composition poétique d’une texte narratif. Le soi-même peut ainsi être dit refiguré par l’application réflexive des configurations narratives. À la différence de l’identité abstraite du même, l’identité narrative constitutive de l’ipséité, peut inclure le changement, la mutabilité, dans la cohésion d’une vie14.

  • 15 Ricœur, P., Soi-même comme un autre, Seuil, 1990.
  • 16 Ibid., p. 15.

16Cependant Ricoeur ne se place jamais dans une problématique strictement littéraire, et utiliser ses analyses et définitions de l’identité oblige à quelques ajustements préalables. Ses conclusions concernent essentiellement le problème de l’identité personnelle, comme le montre, dans Soi-même comme un autre15, la poursuite de la réflexion sur le plan de l’éthique et du rapport du sujet à lui-même à travers ses productions, actes et paroles. Cependant, si l’ipséité est une notion qui prend racine dans le rapport d’un sujet à lui-même et à l’évolution de sa personnalité dans le temps, si la notion est liée à une « herméneutique du soi16 », on peut appliquer l’ipséité conçue comme identité dans le temps à un objet aussi bien qu’à un sujet.

17Nous nous sentons d’autant plus autorisée à utiliser ce concept d’ipséité que l’identité de l’objet littéraire est liée à une identification effectuée par un sujet dans le temps et confronté à un objet dont le fondement est l’énonciation d’un autre sujet lui aussi dans le temps. L’identité de l’objet littéraire entretient donc une double dépendance vis-à-vis de la dimension temporelle.

  • 17 L’herméneutique est par essence une perspective historique. Le domaine de la compréhension et de l’ (...)

18La division opérée par Ricœur entre mêmeté et ipséité établit deux niveaux d’analyse du problème de l’identité : un niveau synchronique qui est celui de la logique et un niveau diachronique qui considère l’identité dans le temps et qui sera dit, pour simplifier, celui de l’herméneutique17. Dans Henri Matisse, roman, ce livre de trente ans, l’identité de l’idem, l’identité formelle et a-temporelle, est mise en échec ; le livre construit une pensée de l’identité qui exclut la mêmeté du texte. L’identité que met en place le livre dans le travail de la composition est une identité narrative : les textes se placent dans une organisation du temps, l’identité narrative est fonction de la place occupée par chaque texte dans cette temporalité. L’identité narrative est la manière dont va se constituer l’identité textuelle problématisée dans ce « roman de Matisse », dont tout l’enjeu en tant que livre est dans la reconstitution des liens constitutifs d’une narration. Nous verrons cependant que l’identité narrative comme nouvelle identité textuelle sera elle-même mise en cause dans le double jeu de composition/décomposition qui mine l’identité en construction et dans l’impossibilité de trouver une identité stable pour le livre.

  • 18 Il y aurait ainsi trois niveaux d’identité : l’identité de chaque texte pris individuellement, anté (...)
  • 19 « Il y a le Roman de Matisse et il y a le roman du Roman... » (I, 296.)

19Enfin, si les textes sont pourvus grâce au livre d’une identité narrative, qu’en est-il de l’identité même de cette « narration » ? Toute la question du « roman » et de l’identité du livre comme somme participe d’un troisième niveau d’identité18. L’hypothèse est la suivante : si le « Roman » est cette narration constitutive de l’identité narrative des textes – l’ensemble des textes formerait un « roman » –, le livre crée un « roman du Roman19 », une méta-narration à l’intérieur de laquelle le « Roman de Matisse », cette histoire qui fait de l’ensemble des textes une œuvre unique, s’insère et peut construire sa propre identité narrative. Le problème de l’identité permet d’aborder la question cruciale du roman, question cruciale pour Henri Matisse, roman comme pour la pensée poétique d’Aragon dans son ensemble, en des termes nouveaux.

4. Le conflit des lectures

  • 20 Starobinski, Jean, La Relation critique, L’Œil vivant II, Gallimard, 1970, p. 79.
  • 21 [Les] notes sont de deux sortes [...]. Il s’agit soit de notes émanant directement de Matisse [...] (...)

20L’enjeu du projet d’écriture sur Matisse est une compréhension, compréhension d’un peintre et de son œuvre. Mais c’est le mouvement même du comprendre, circulaire ou réflexif, tel que Jean Starobinski le décrit, et non son résultat qui sous-tend finalement l’organisation définitive du livre : « comprendre, c’est d’abord reconnaître que l’on n’a jamais assez compris. Comprendre, c’est reconnaître que toutes les significations demeurent en suspens tant que l’on n’a pas achevé de se comprendre soi-même20. » L’auteur est un interprète, en premier lieu de l’œuvre du peintre et de ses confessions et témoignages verbaux sur son travail, et en second lieu de ses propres articles. Le livre, dans le cours de l’évolution temporelle qu’il expose, manifeste le retour permanent de l’auteur-interprète, lecteur de Matisse et lecteur de lui-même, sur ses énoncés interprétatifs21. La conscience du temps, de la situation historique et de l’intime et complexe relation d’un sujet et de l’objet de son discours est au cœur de l’œuvre d’Aragon et en fait le lieu privilégié d’une pensée de l’énoncé critique en termes d’interprétation.

21Les relations en miroir d’Aragon et de Matisse, le « brusque changement de main », qu’Aragon présente comme la clé du livre – « faute de savoir cela vous ne comprendriez rien à la pièce » (I, 49) – montrent le jeu de réciprocité et de renversement qui articule chacun des propos du livre. Car dans Henri Matisse, roman l’objet de l’interprétation est d’abord et aussi un sujet et un lecteur.

Ce fut un brusque changement de main. Un de ces trucs comme on en voit dans les romans d’à présent (cela ne se comprenait pas, ne se serait pas alors clairement compris). Un glissement syntaxique. Le nominatif passé à l’accusatif, et vice versa. Poussant la complicité que je lui demandais au delà de ce que j’attendais de lui, le sujet (comme on appelle l’objet dont on fait le portrait) m’entraîna si bien dans ses explications touchant l’expérience en cours, à l’occasion des dessins qu’il me soumettait, que je me trouvai insensiblement changer de rôle. Parce que, moi aussi, j’avais à m’expliquer de ce que j’écrivais d’une visite sur l’autre, tenant compte des remarques, des additions de Matisse, devenant ainsi, de modèle, correcteur d’abord. Puis, les rectifications ne portaient pas que sur les faits, elles touchaient la pensée, ma pensée, l’homme. Si bien que je me retrouvai comme si cela allait de soi un beau jour dans la position où Matisse était jusque-là devant moi. Vous voyez ? C’était de moi qu’il voulait apprendre, par ses moyens à lui, différents des miens, certes : si bien que le « fauve » en liberté d’hier était devenu le dompteur, et pour savoir de moi ce qu’il en voulait savoir, lui dont je me croyais à faire le portrait, s’était mis à faire le mien. Je n’étais plus l’auteur. (I, 43.)

  • 22 « On trouvera dix interprétations d’une même tenture arabe, qui pend ici à la fenêtre, comme un tém (...)

22C’est que le portrait dans Henri Matisse, roman est la métaphore d’une création artistique qui repose toute entière sur un travail d’interprétation22 et se définit de ce fait comme un roman. « Substituez à portrait roman, vous vous trouverez en plein dans ce débat, cette querelle qu’on cherche à cet art. Elle n’était pas ouverte en 1942. » (I, 62.). Il s’instaure une relation dynamique entre un sujet et un objet, qui rejoint le mouvement du cercle interprétatif : « Parce que le portrait n’est pas que la semblance fixée, il est cela plus quelque chose où le portrait commence : l’homme peint et aussi l’homme qui peint » (II,8). Le portrait se définit comme un dialogue entre deux intériorités, celle du modèle et celle de l’artiste, celle aussi du spectateur et de l’artiste : « Mais une pipe n’est pas forcément votre pipe. Elle est une pipe plus l’homme qui la voit, ce qu’il pense de la pipe ou pour oublier, dépasser la pipe » (II, 8).

23Et il est dès lors difficile pour le lecteur d’Henri Matisse, roman de savoir si, dans ce livre, Aragon comprend Matisse et nous le donne à travers son propre travail d’écrivain, ou si c’est Matisse qui infléchit, réactive, renouvelle et approfondit la réflexion et le langage de l’écrivain. S’accomplit alors parfaitement le cercle interprétatif analysé par Starobinski :

  • 23 Starobinski, J., op. cit., p. 161.

N’est-il pas légitime que le discours interprétatif soit d’abord indicatif de soi, qu’il se pose lui-même, s’affirme selon son style, son ordre et sa possibilité, que l’objet étudié lui soit l’occasion de prouver ses propres pouvoirs, ses qualités spécifiques [...]23.

  • 24 Ibid., p. 165.

24Au premier cercle interprétatif qui ramène le sujet à lui-même, il faut, selon Starobinski, superposer un second cercle qui effectue, celui-là, un parcours réflexif de l’objet à l’objet, « qui part d’une occurrence particulière, différente, significative pour revenir à cette même occurrence, mais cette fois plus fortement déterminée dans sa particularité et sa signification24 » parce que l’objet étudié, « d’énigme à déchiffrer », devient « instrument de [son propre] déchiffrement » :

  • 25 Ibid., p. 161-162.

Sans doute la parole explicative ne clôt-elle pas son circuit comme elle l’a commencé : elle a rencontré un obstacle, un défi, une provocation, et, ne fût-elle soucieuse que de réduire une donne étrangère à ses propres termes, n’eût-elle pour ambition que de prouver son aptitude à avoir raison de tout ce qui lui est proposé, il lui aura fallu fournir un travail, déployer une énergie assimilatrice ; et cet objet autre, qu’elle aura ainsi réduit à entrer dans le fil d’un discours toujours même, toujours égal à soi ne disparaît pas : l’objet expliqué est pris en charge, il n’est pas seulement une illustration et un cas d’application d’une méthode préexistante, il devient partie intégrante du discours du savoir, il donne aux principes méthodologiques la possibilité de se transformer à travers une pratique, si bien qu’à la fin l’objet interprété constitue un élément nouveau du discours interprétant [...]25.

25L’œuvre de Matisse, objet du travail critique d’Aragon, fournit elle-même les instruments de son analyse, enrichit la compréhension de l’écrivain, effectuant ainsi la confusion de la méthode du peintre – objet de l’analyse – et de celle du critique – moyen de l’analyse. Le dédoublement du cercle interprétatif correspond à ce mouvement paradoxal qui est celui de la compréhension et qui est à l’origine précisément des difficultés d’interprétation d’Henri Matisse, roman à la fois réduction de l’objet étranger aux cadres d’expression propres au sujet et tentative d’en signaler, d’en préserver l’altérité, génératrice du discours interprétatif entrepris. Le lecteur est contraint de reconstruire le cercle interprétatif et ses deux anneaux, il éprouve le double mouvement d’assimilation et de différenciation qui le caractérise et doit abandonner toute identification définitive et assurée. La « relation critique » qui est la relation fondatrice de l’entreprise du livre est à l’origine d’une ambivalence dont le lecteur doit sans cesse tenir compte et qui peut déséquilibrer les tentatives d’interprétation du discours critique de l’écrivain.

  • 26 Limat-Letellier, Nathalie, « Les marges de “Matisse-en-France”. Variations sur une préface », Reche (...)

26Henri Matisse, roman ne se contente pas en effet de dérouler sous nos yeux les boucles compliquées des cercles interprétatifs, mais il superpose, en sus, différents niveaux interprétatifs qui démultiplient le cercle initial. L’objet du livre est autant le peintre que sa peinture, ce qui suppose que l’objet interprété est aussi un sujet. Et l’espace marginal, dès « Matisse-en-France », dans le premier volume, nous donne l’interprétation que Matisse fait des interprétations d’Aragon. Le double cercle interprétatif se duplique donc en marge, avec cette fois Matisse pour point de départ. De même que les analyses d’Aragon sur le travail et la pensée du peintre nous éclairent sur la cohérence et l’organisation de la pensée aragonienne, nous ramenant du sujet au sujet, les commentaires interprétatifs de Matisse sur les développements d’Aragon nous renseignent sur la démarche intellectuelle du peintre. Le lecteur dispose donc d’éclairages croisés sur Matisse et sur Aragon, selon que le travail de l’un est l’objet de l’interprétation de l’autre. Le lecteur découvre chacun des deux artistes sous sa double figure d’interprétant et d’interprété, ce qui fait de l’interprétation l’activité centrale du livre. Dans « Matisse ou la grandeur », dès les premières pages, le lecteur réel est confronté à la superposition de ces couches interprétatives : le lecteur découvre les dessins de Matisse, le lagon tahitien et le petit nuage entre les deux îles ainsi que les textes qui les accompagnent, et il découvre en même temps le commentaire qu’en fait Aragon (I, 9), mais ce texte de Matisse est d’abord une série de notes interprétatives pour justifier ses dessins, « expliquer ce que traduit pour lui ce singulier paysage de Tahiti dont il était obsédé » (I, 7). Et la constitution même des textes à deux niveaux, corps principal, corps marginal, est la matérialisation de ce que Nathalie Limât appelle à propos des marges de « Matisse-en-France », en reprenant la formule de Ricœur, « le conflit des interprétations ». Dans « Matisse-en-France » s’expose « la discordance des points de vue entre le texte d’Aragon et la lecture annotée de Matisse26 », tout le dialogue se fait par « rivalités rhétoriques », « précautions oratoires ».

27À cela s’ajoutent les deux niveaux temporels du livre, celui de l’écriture des articles et celui de la lecture-réécriture des textes de liaison, le second niveau étant le lieu d’une interprétation des premiers articles. Enfin, plus subtilement, il faut distinguer entre le discours interprétatif d’Aragon – sur l’œuvre de Matisse et sur sa propre approche antérieure de l’œuvre du peintre – déployé dans les textes inédits et toutes les préfaces, et le travail interprétatif final que constitue le montage de tous ces textes. Il faut savoir mettre en rapport le discours interprétatif et l’architecture interprétative. Car les textes des années soixante substituent leur travail interprétatif au travail du lecteur réel lisant les textes des années quarante ; la glose, le paratexte nous décrivent ces textes, nous disent comment les lire, nous donnent leur origine, leur but, constituent une sorte de grille interprétative, à la fois série de réponses mais aussi modèles de questions qui risquent, à la première approche, de générer chez le lecteur exégète un sentiment de frustration, comme si, dès le « Prière d’insérer », l’ensemble des problèmes soulevés par la lecture des premiers textes se trouvait résolu, l’ensemble des mystères éclairci. Aragon n’est plus seulement témoin éclairé de l’œuvre d’un peintre : il se fait aussi généticien – « Mes lettres à Matisse ont été conservées, mais dans la liasse, la première de toutes ne se retrouve pas » (I, 36), bibliographe de ses propres textes et de ceux d’Eisa, historien des années noires de l’occupation, poéticien discutant l’organisation et le genre de son œuvre, menaçant ainsi toute analyse littéraire postérieure de paraphrase.

28Etudier Henri Matisse, roman, c’est donc se placer à un niveau de méta-analyse critique. La lecture de ce livre doit être en mesure de repérer les points où elle entre en « conflit » avec la lecture proposée par Aragon, où elle achoppe sur des questions non résolues, où les liaisons du discours interprétatif butent sur des vides ; il faut montrer où ça ne « marche » pas, mesurer les lieux d’incertitude et d’indétermination tout en tenant compte de l’interprétation et des cadres de lecture proposés par l’auteur, lecteur de lui-même. Le métadiscours aragonien, qui tire ce livre du côté de la critique, voire de l’essai théorique parfois, acquiert toute sa force poétique de ces flottements savamment orchestrés d’un discours interprétatif qui en appelle à d’autres discours. Henri Matisse, roman construit une lecture sur la trace écrite d’autres lectures, mais une lecture visiblement construite pour une autre lecture, qui multiplie les appels à l’interprétation, confirmant ainsi ce que nous savions déjà : que toute écriture n’est qu’un maillon dans la chaîne infinie des lectures. Ce qui est nouveau, néanmoins, c’est que ce livre nous en fait faire l’expérience vive.

5. Les lieux de la non-coïncidence du texte avec lui-même

  • 27 Genette, Gérard, Palimpsestes, Seuil, 1987, p. 7.
  • 28 Sabry, Randa., Stratégies discursives. Digression, transition suspens, Éditions de l’EHESS, 1992, p (...)

29Il y a dans Henri Matisse, roman une exhibition des rapports que Genette appelle trans-textuels27 et qui sont ceux du texte et du paratexte – rapports locaux-, du texte et du métatexte – rapports hiérarchiques, de degrés et de niveaux discursifs-, du texte et de l’intertexte – rapports du même et de l’autre, altérité du sujet, du temps de l’énonciation, citations, variantes et ajouts participant de l’intertexte. Un même texte peut être à la fois le métatexte et l’intertexte d’un autre selon la perspective adoptée : les textes des années soixante sont conçus fonctionnellement comme métatextes, mais sur le plan du « roman de Matisse » ils ne sont que des contributions à l’intertextualité organisatrice de l’essentielle polyphonie du livre. De même, leur position de texte au seuil d’un autre texte dans l’ordre du recueil en fait des paratextes à fonction métatextuelle. Henri Matisse, roman construit un livre fondé sur le renforcement de ces rapports transtextuels qui ruinent l’identité des textes, dans le même temps qu’ils l’entérinent par les cadres qu’ils lui offrent et le système de nomination et de différenciation qu’ils mettent en place. On se trouve alors face à ce que Randa Sabry nomme les lieux de la « non-coïncidence du texte avec lui-même28 », au premier rang desquels se place effectivement le métatexte.

  • 29 Ibid., p. 211.
  • 30 Cf. le tableau présentant l’organisation des textes dans l’espace du recueil au début du second cha (...)

30Le métatexte est le statut habituellement accordé aux textes de la seconde chaîne temporelle, ceux des années soixante, qui relèvent tous du commentaire, de la parole critique sur un autre texte. La présence de textes à fonction métatextuelle montre l’impossibilité d’une identité fixe des textes des années quarante car, dans le côtoiement du texte et de son métatexte, se dessinent « les divers visages que l’interprétation et les commentaires successifs donnent [au texte]29. » D’autre part, le métatexte décompose le texte qu’il commente en le plaçant déjà dans un au-delà de lui-même qui est celui de l’édition du livre, de la réception critique qui dissèque, et en amont le tire vers la précomposition, un en-deçà du manuscrit, par l’accent mis sur la matérialité du travail d’écriture et de composition. L’identité du texte serait alors déchirée entre une identité passée et une identité à venir qui empêchent la clôture du texte et la définition de l’identité présente. Le métatexte détruit deux des critères de l’identité traditionnellement comprise : la clôture et la stabilité. Le métatexte donne un texte ouvert sur le geste infini de reprise, en amont par l’écriture, en aval par la lecture, qu’il commente toutes deux. Pour prendre un exemple, la « Note de 1968 » au texte intitulé « Matisse ou les Semblances fixées »30, qui est de l’ordre du métatexte, va bien, dans son contenu et sa référence, « au-delà des semblances fixées » (II, 25) – c’est sur cette phrase, comme un mot d’ordre, qu’elle se termine –, au-delà du texte qui porte ce nom. Elle joint ainsi le geste à la parole, si l’on peut dire, car elle nous raconte la réaction de Matisse au texte des « Semblances fixées », elle nous fait l’histoire de la réception du texte, la lecture que le peintre en fait et ce que cela provoque chez lui, à savoir la mise en œuvre de la série des portraits d’Eisa :

il est difficile de se représenter comment les choses marchent dans la tête des gens, mais pour Matisse, il est certain que c’est pour s’être arrêté sur cette phrase rapportée d’Eisa (je suis contente parce qu’il ne pense rien de méchant de toi), qu’il lui demande de poser pour lui. (II, 25.)

31La note reproduit en fait la logique des relations humaines qui mène à la création : lecture-rêverie-dessin. Mais c’est aussi l’espace de « l’aprèscréation » qui s’ouvre, de la publication du texte à sa lecture, jusqu’à ce qu’il devienne lui-même l’hyper-texte d’une autre création. La note métatextuelle déporte le texte qu’elle commente au-delà de lui-même.

  • 31 Idem.

32Dans le classement de Sabry, le second lieu de « la non-coïncidence du texte avec lui-même » est la variante, à qui revient « la révélation des diverses fluctuations par lesquelles est passée la lettre même du texte et qui [...] projettent sur la version définitive un effet de bougé31 ». Dans Henri Matisse, roman, qui se veut édition critique de lui-même, la variante est intégrée dans le texte, le plus souvent dans ses marges. Mais il faudrait dire aussi que les textes des années quarante repris dans le livre de 1971 ne le sont pas sans modifications et que toutes les corrections ne sont pas mentionnées, contrairement à ce que prétend Aragon. Une étude comparée du texte original de « Matisse-en-France » dans les Thèmes et Variations (1943) et de sa reprise dans Henri Matisse, roman doit faire état d’une centaine de modifications dont toutes ne sont pas la correction d’erreurs d’impression, comme Aragon l’affirme dans une note de 1968 : « Je n’ai nulle part changé le texte de “Matisse-en-France”, il est resté, aux corrections près (que je n’avais pu faire à cause de notre disparition de Nice), ce qu’il est dans Thèmes et Variations » (I, 137). La portée effective du travail de correction qui s’est fait d’une version à l’autre n’est pas déductible de cette simple remarque, qui masque la vérité. Il semble que l’on puisse, sans accuser Aragon de mensonge, conclure à un rapport de variante entre les deux textes. Si, au moment de la mise en livre d’Henri Matisse, roman, Aragon ne touche pas à l’esprit de « Matisse-en-France », ne le réinterprète pas en le récrivant, en préserve l’authenticité circonstancielle, il en modifie la lettre dans des proportions non négligeables, le plus souvent dans un souci de précision, de réajustement, qui, s’il ne témoigne pas véritablement de l’évolution d’une pensée – « Matisse-en-France » reste un texte écrit en 1942-, témoigne des ratures du geste d’écriture dans le travail de sa référence au monde et de la perfectibilité intrinsèque du support même de l’identité textuelle.

33Si l’on compare les écarts entre les deux versions de « Matisse-en-France » et les deux versions, celle de la première publication et celle de la publication dans Henri Matisse, roman, des autres textes des deux volumes, on s’aperçoit que la valeur des ajouts et des corrections n’est pas le même. Si l’on prend l’exemple de l’« Apologie du luxe », entre le texte d’Henri Matisse, roman et le texte original (Skira, Genève, 1946), les corrections visent à retravailler le style dans le sens d’une accentuation de l’expressivité et d’un resserrement du rythme. La réappropriation du texte est donc essentiellement stylistique, vise à l’adaptation de l’expression à l’évolution du style. Le réajustement de l’expression concerne essentiellement la dimension énonciative du texte – marquer l’individualité de l’énonciateur dans son rapport évolutif au langage – et non sa dimension référentielle – marquer directement l’évolution d’un rapport au monde et aux objets du discours. Dans « Matisse-en-France », il s’agit plus nettement d’un réajustement des mots au monde, d’une modification de la référence. En témoigne l’exemple de la construction du syntagme « Roi René », employé de façon beaucoup plus systématique et avec la majuscule dans la version de Henri Matisse, roman (I, 55,-57), qui renforce la puissance mythique de la songerie sur un personnage, généralisée dans l’ensemble du livre. Un simple changement de pronom peut également suffire à modifier le statut de la référence et le rapport au lecteur. Ainsi lorsqu’il remplace le « on » de la version originale par un « je » dans la phrase : « l’essentiel est le caractère de séries des dessins que je regarde pendant que nous parlons » (I, 75), ce sont les glissements et perturbations des points de vue qui font la marque de « Matisse-en-France » qu’Aragon réintroduit. La modification témoigne d’une conscience de ces jeux de focalisation et de mise en scène d’un sujet à la fois personnage, écrivain, interlocuteur direct et lecteur.

34Le troisième élément dans l’ordre de classement de Sabry est le paratexte dans son sens restreint, c’est-à-dire l’appareil titulaire et préfaciel. La multiplication et la variété du paratexte dans Henri Matisse, roman, intertitre, sous-titre, épigraphe, avant-dire, post-scriptum, ne confirment que matériellement les limites du texte et sa stabilité.

  • 32 Idem.

Le paratexte enveloppe le texte de diverses couches, un peu à la manière d’un oignon, avec cette différence que les enveloppes paratextuelles, loin d’être concentriques, ne s’emboîtent que matériellement ; par leur contenu sémantique et les informations qu’elles nous livrent, elles divergent, se contredisent, se chevauchent, entrent en conflit, pointant dans le texte un « centre » différent32.

  • 33 Dans les entretiens avec Ristat, Aragon donne un titre à ce texte : « Lever de rideau » (Sur Henri (...)

35C’est l’homogénéité du texte dans son rapport à l’identité qui est menacée. Si l’on considère l’identité de ce « Texte » qu’est Henri Matisse, roman, la succession de l’énigme du titre, de l’épigraphe en vers et du texte liminaire en prose sans titre33 et daté du milieu de la réécriture – 1968 – et non de l’achèvement du travail – 1970-1971 –, éblouit et égare dès le seuil du livre, démultipliant les clés, superposant les esquisses de la silhouette de l’œuvre.

36La note est le quatrième élément répertorié. Sabry analyse ainsi la particularité de la perturbation opérée par cet élément :

  • 34 Sabry, R., op. cit., p. 211.

dans la note [...] la non-coïncidence prend d’emblée un aspect visuel, celui de la diffraction du discours dans l’espace paginai, tout en se doublant plus subtilement d’une complémentarité distordue et trompeuse entre registres supérieur et inférieur34.

37La note marginale ou infrapaginale signale l’échec de l’autosuffisance du texte, elle délimite moins l’espace propre et intouchable du texte – la note marque bien en un sens le caractère définitif du texte par opposition à l’addition intégrée – qu’elle ne montre l’indissociabilité de l’identité textuelle et de ce qui lui est extérieur, de ce qu’il rejette comme ne lui appartenant pas en propre.

6. Le paratexte contre le texte

  • 35 « [...] contrairement à un roman, par exemple, qui peut créer une illusion que le paratexte n’est q (...)

38Henri Matisse, roman nous introduit d’emblée dans une théâtralisation de la limite qui s’affiche dans la forte territorialisation des textes. Nous avons affaire à un jeu de position du dedans au dehors, chaque texte dans la perspective du recueil se déterminant par rapport à un hors-texte. La composition du livre multiplie matériellement les frictions du texte et du hors-texte dans la juxtaposition des textes et le travail des seuils paratextuels, à la fois lignes de démarcation et sas d’entrée ou de sortie. Le texte du recueil est indissociable d’un paratexte35 qui confirme la primauté de la question de l’identité du texte sur celle de sa nature.

  • 36 Nous entendons le terme dans son sens général utilisé par Genette dans Introduction à l’architexte,(...)
  • 37 Genette, G., Seuils, Seuil, 1987, p. 375.
  • 38 Genette, G, Seuils, op. cit., p.7.

39Le paratexte36 tel que Genette le présente est d’emblée un texte qui se définit par les relations dynamiques qu’il entretient avec un autre texte. Identifier des discours comme paratextuels, c’est poser l’existence d’une dynamique textuelle, autour des rapports de vérification, de complémentarité, de modification du paratexte par les textes, et inversement selon le site – liminaire inaugural ou liminaire terminal – occupé par le paratexte. À cela s’ajoute, dans le livre, l’ubiquité du paratexte fait d’une série de lieux différents entre lesquels le lecteur effectue une sorte de va-et-vient. D’autre part, le paratexte est « transitif » et parce que transitif, il est de l’ordre du « transitoire » : « Étant immuable, le texte est par lui-même incapable de s’adapter aux modifications de son public dans l’espace et dans le temps. Plus flexible, plus versatile, toujours transitoire parce que transitif, le paratexte lui est en quelque sorte un instrument d’adaptation37 ». Il est donc aussi destiné à se dépasser lui-même, toujours en mouvement vers quelque chose, où il fait passer le lecteur. Dans Henri Matisse, roman, il porte en lui son propre dépassement par la multiplicité des ajouts paratextuels que porte le livre. Le paratexte étant « la “présentation” du texte (c’est-à-dire de son mode de présence au monde)38 », il est voué à l’infinie reprise et modification qui suit l’évolution du monde.

  • 39 Ibid., p. 374.

40Enfin, le paratexte est par définition « zone de transition entre texte et extra-texte39 » et par excellence donc le signe d’un passage, d’une communication, d’une transaction entre le monde et l’écriture. Il est ainsi le lieu privilégié de l’écriture d’une pragmatique et d’une stratégie de l’écriture, là où se donne à lire le texte en acte, comme force illocutoire. Mais son statut de limite lui confère également la nature floue et indécise, mouvante, voire paradoxale encore, du seuil, de l’entre-deux.

41La notion de limite est en jeu dans tout processus de construction d’une identité. Dans la mesure où il s’agit d’abord de définir, au sens étymologique, l’identification passe par la délimitation qui permet l’individualisation préalable à toute identification. L’identité d’un objet est toujours une identité distinctive qui procède d’une différenciation. La problématique de l’identité dans Henri Matisse, roman va donc de pair avec une mise en scène de la limite qui remet en cause l’identité des textes dans l’espace du livre. Le texte trahit ses limites, c’est-à-dire qu’à la fois il les déborde, les abandonne et les accuse en les exhibant. Henri Matisse, roman utilise le paratexte pour, sur le modèle du paradoxe, perturber la lecture du texte, créer des anomalies et des obstacles à l’interprétation, effacer et brouiller les limites instituées, pervertir en leur cœur même les habitudes de lecture et les modalités de la réception, éminemment dépendantes de ces lieux institutionnels que sont les zones liminaires. Un exemple parmi d’autres : l’utilisation qui est faite de ces lieux par excellence de la mise en place de l’identité que sont les pages de titre intérieures séparant et présentant chaque article ou chapitre du livre et qu’Aragon a spécialement soignées est particulièrement intéressante. Aragon se livre à un travail de variation sur un modèle de base mis en place par le schéma des premières pages-titre variations qui constituent une infraction aux lois du bon fonctionnement du paratexte et une effraction – ou une effusion – du paratexte dans le domaine du texte.

42Le modèle institué par les premières pages de titre est le suivant : titre du texte en italique en milieu de page ; date de rédaction en dessous, entre parenthèses ; en bas à droite, lieu de première parution du texte en italique ; date de première publication en-dessous entre parenthèses. Les trois premiers textes du volume I instaurent cette logique visuelle avec la mention « inédit » en italique pour le « Prière d’insérer » à la place du lieu de première édition. Mais dès le quatrième texte, « Les Signes », l’emplacement de bas de page se voit habité par ce qu’il faut considérer comme un « morceau » du titre : « ou l’esprit de l’escalier ». Le cinquième texte, « Préambule à une conférence », lui, laisse l’énonciation d’un sujet dans le temps envahir la neutralité du paratexte. Figure, en bas de page à droite, en italiques, cette longue phrase : « J’ai sauté quatre ans à la marelle. Je m’excuse de ne pouvoir suivre ni la chronologie de l’écriture ni celle du récit : il me faut accepter le désordre dans cette vie qu’on ne m’a pas fait choisir » (I, 159). Dans le volume II, le texte intitulé « L’homme fait parenthèse » reprend l’exemple de « Préambule à une conférence ». Encore une fois, à la place réservée en bas à droite à la notation de l’origine du texte – mention de l’inédit ou lieu de publication – figure un énoncé à la première personne : « J’ai mis vingt ans à le penser » (II, 145). Ici, la désignation bibliographique qui ancre le texte dans une réalité socio-culturelle est remplacée par un renvoi à la vie et à la pensée d’un homme. L’identité de ce texte est à chercher dans la complexité d’une intériorité et d’un cheminement mental, l’origine du texte ne s’expose pas si aisément. L’identité des textes ne peut se saisir dans une indexation fixe que traduirait le paratexte, mais dans ce mouvement de bougé que seul un énoncé personnel et temporel relevant plus du discours textuel que paratextuel peut exprimer. La notion paratextuelle est alors prise à son tour dans le flou du mouvement temporel. C’est ainsi que l’énoncé « J’ai mis vingt ans à le penser » indique bien l’origine du texte, sa « source » – c’est pourquoi il occupe cet emplacement stratégique. La provenance du texte serait cette lente germination de la pensée, ces vingt années de gestation. Les dates comme les renvois d’un texte à l’autre le confirment : « L’homme fait parenthèse » daté de 1968, comme « Un personnage nommé La Douleur » dans le premier volume, sont nés du « Préambule à une conférence » et de « Henri Matisse ou le peintre français », publié à l’occasion de l’exposition de Philadelphie, en 1948, vingt ans plus tôt. L’identité du texte est une identité qui passe par la narration, c’est-à-dire l’évolution temporelle d’un sujet.

Notes

1 Théâtre/roman, Gallimard, 1974, p. 442.

2 Le numéro des Études littéraires intitulé « Poétiques du recueil » (vol. 30, no 2, hiver 1998) consacre un article à la question des repères bibliographiques concernant la problématique du recueil. Les auteurs annoncent d’emblée qu’ils diviseront leur travail « à partir des trois genres les plus étudiés du point de vue du recueil : la nouvelle (le genre le plus souvent abordé sous cet angle), la poésie (où les études de cas sont abondantes) et l’essai (où les travaux sont beaucoup moins nombreux) ». (René Audet, Mélanie Cunningham, François Dumont, « La problématique du recueil. Repères bibliographiques », Études littéraires, op. cit., p. 85). Henri Matisse, roman participe globalement de cette dernière catégorie qui, regroupe, finalement tout ce qui ne relève pas du genre poésie ou récit fictionnel bref et demande, de ce fait, des approches fines et diversifiées selon les ouvrages considérés.

3 Langlet, Irène, « Le recueil comme condition, ou déclaration de littérarité. Paul Valéry, Robert Musil », Études littéraires, « Poétiques du recueil », op. cit., p. 34.

4 Écrits sur l’art moderne, Flammarion, 1981.

5 Charles, Michel, Rhétorique de la lecture, Seuil, 1977, p. 79.

6 Ibid., p. 96.

7 Ibid., p. 118.

8 Charles, M., Introduction à l’étude des textes, Seuil, coll. « Poétique », 1995, p. 41.

9 Notons que pour Michel Charles, l’herméneutique garde sa définition exégétique et qu’il ne prend pas en compte la tradition de la philosophie herméneutique qui n’est pas tant une méthode qu’une réflexion critique sur les phénomènes d’interprétation, et les rapports du sujet interprétant et de l’objet interprété. « [La] méthode ne peut intervenir que sur un objet dont elle reconnaît qu’il a été construit et même, dans le meilleur des cas, c’est à cette construction même qu’elle va prioritairement s’intéresser. Quelles seraient les motivations d’un interprète qui travaillerait sur un objet à l’existence et au statut douteux ? L’hypothèse est « radicale », excessive, dira-t-on, mais il vaut peut-être la peine de suivre un peu le chemin qu’elle indique. Il n’y a d’ailleurs nulle faiblesse particulière, ici, de la démarche herméneutique : si l’herméneutique n’est pas une méthode en effet (ni un ensemble de méthodes), c’est que, dans l’herméneutique, tout texte est appelé, directement ou indirectement, à illustrer un corps doctrinal. » Introduction à l’étude des textes, op. cit., p. 45-46.

10 Stierle, Karlheinz, « Identité du discoure et transgression lyrique », Poétique, no 32, novembre 1977, p. 425.

11 Schaeffer, Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Seuil, 1989, p. 80.

12 Stierle, K., art. cit., p. 425.

13 Pour Roland Barthes, l’œuvre relève du fini et de l’actuel, de l’ici maintenant de « l’espace des livres », le texte est un « champ méthodologique », « l’œuvre se tient dans la main, le texte se tient dans le langage » (« De l’œuvre au texte », Revue d’esthétique, 3, 1971, p. 226-227).

14 Ricœur, Paul, Temps et récit III, Seuil, 1991 (1985), p. 443.

15 Ricœur, P., Soi-même comme un autre, Seuil, 1990.

16 Ibid., p. 15.

17 L’herméneutique est par essence une perspective historique. Le domaine de la compréhension et de l’interprétation critique qui est le sien implique une conscience aiguë du temps, de la finitude et de l’historicité qui sont la condition, au sens plein, de l’homme. Ricœur résume ainsi la situation dans Le Conflit des interprétations : « comprendre, c’est pour un être fini se transporter dans une vie, la compréhension historique met ainsi en jeu tous les paradoxes de l’historicité : comment un être historique peut-il comprendre historiquement l’histoire ? À leur tour ces paradoxes renvoient à une problématique beaucoup plus fondamentale : comment la vie en s’exprimant peut-elle s’objectiver ? Comment, en s’objectivant, porte-t-elle au jour des significations susceptibles d’être reprises et comprises par un autre être historique, qui surmonte sa propre situation historique ? » (Ricœur, P. Le Conflit des interprétations : essais d’herméneutique, Seuil, 1969, p. 9.)

18 Il y aurait ainsi trois niveaux d’identité : l’identité de chaque texte pris individuellement, antérieurement au livre, l’identité des textes dans le livre et l’identité du livre lui-même.

19 « Il y a le Roman de Matisse et il y a le roman du Roman... » (I, 296.)

20 Starobinski, Jean, La Relation critique, L’Œil vivant II, Gallimard, 1970, p. 79.

21 [Les] notes sont de deux sortes [...]. Il s’agit soit de notes émanant directement de Matisse [...], soit d’explications qui formaient donc des notes marginales – en l’occurrence, au sens propre du terme. Ensuite se sont ajoutées de notes qui sont des « repentirs », comme le disent les peintres. Ces deux dernières séries de notes ne sont plus le fruit d’une conversation directe avec Matisse, mais plutôt d’une conversation entre moi et moi. » (Sur Henri Matisse, Entretiens avec Jean Ristat, Stock, 1999, p. 21.)

22 « On trouvera dix interprétations d’une même tenture arabe, qui pend ici à la fenêtre, comme un témoin de la fidélité ou de l’infidélité du peintre. » (I, 105). Le terme d’interprétation est bien choisi ici par Aragon pour exprimer le rapport du peintre à son modèle, l’essence même d’une création et de la compréhension que l’on peut en avoir.

23 Starobinski, J., op. cit., p. 161.

24 Ibid., p. 165.

25 Ibid., p. 161-162.

26 Limat-Letellier, Nathalie, « Les marges de “Matisse-en-France”. Variations sur une préface », Recherches croisées Aragon/Eisa Triolet, no 5, 1994, p. 128.

27 Genette, Gérard, Palimpsestes, Seuil, 1987, p. 7.

28 Sabry, Randa., Stratégies discursives. Digression, transition suspens, Éditions de l’EHESS, 1992, p. 210. Le but de Sabry est de montrer que la digression, objet de son étude, transpose à même le texte ces limites quelle classe et analyse : « certaines digressions peuvent en effet mimer [...] une sorte de discours préfaciel [...] ; nombre de digressions peuvent être assimilés à un échantillon des diverses réflexions métatextuelles ».

29 Ibid., p. 211.

30 Cf. le tableau présentant l’organisation des textes dans l’espace du recueil au début du second chapitre.

31 Idem.

32 Idem.

33 Dans les entretiens avec Ristat, Aragon donne un titre à ce texte : « Lever de rideau » (Sur Henri Matisse, Entretiens avec Jean Ristat, op. cit., p. 11).

34 Sabry, R., op. cit., p. 211.

35 « [...] contrairement à un roman, par exemple, qui peut créer une illusion que le paratexte n’est que l’enrobage d’un texte déjà « complet » par lui-même, le paratexte d’un recueil est une armature qui se désigne ostensiblement comme nécessaire à l’existence de l’objet que le lecteur tient entre les mains. » (Langlet, I., art. cit., p. 27).

36 Nous entendons le terme dans son sens général utilisé par Genette dans Introduction à l’architexte, Seuil, 1979, p. 87.

37 Genette, G., Seuils, Seuil, 1987, p. 375.

38 Genette, G, Seuils, op. cit., p.7.

39 Ibid., p. 374.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search