Version classiqueVersion mobile

Pierre Jean Jouve : Mourir en poésie

 | 
Benoît Conort

Postface

Texte intégral

1En posant sur le chiffre quatre son œuvre, comme stèle à la mort, pierre mémorable, le poète fait, de Poésie, une tombe verbale. Il dépasse la dualité entre le « je » et le « tu » pour atteindre, par l’écriture, cette absence-présence du « il » lointain, du « il » divin, se transforme en un « deus absconditus », caché dans la pierre de l’œuvre.

2Le silence dans lequel se retire Jouve, après 1966, signifie que l’aventure de la mort dans l’écriture est arrivée à son terme par mort de l’écriture, achèvement « ébauché », comme saisi soudain par l’instant de mort. L’homme reste en marge tandis que « elle », l’œuvre, et lui, le Poète, poursuivent leur chemin dans la postérité. En rassemblant toute son œuvre, de son vivant, dans une édition « ne varietur », Jouve s’affirme mort, et se construit sa propre statue – statue du Commandeur ?

3Dans cette pétrification on peut lire la volonté de transformer l’œuvre, non seulement en pierre, mais également en épitaphe, l’œuvre de Pierre. Si bien que l’écriture devient comme parole de l’au-delà. Les signes de la mort réunis, ordonnés, renvoient à une vie qui se transforme en mythe, le mythe de la mort. Vie et mort ne cessent plus d’échanger leurs valeurs, dans cette répétition spécifique du mythe. L’homme meurt, l’œuvre demeure. Mais l’homme par la mort vit, et, en vivant, l’œuvre devrait mourir. Il n’en est rien. Le tombeau remplit sa fonction mémoriale, en contenant ce mort qu’est le Poète mythique. Le tombeau invite à lire une épitaphe, et la lisant, à mourir à notre tour. Et mort toujours double. En cessant la lecture ici. En vivant hors de la lecture, dans cette vie que nous rend la cessation de l’écriture et qui est mort.

4Répéter ainsi le mouvement même de l’œuvre décrite, comme en caricature. Ayant subi cette triple tension qui caractérise l’inscription de la mort dans l’œuvre. Tension vers le « concret », le signifié, pour faire coïncider signe et matière ; vers l’écriture en tant que matière de mots à travailler, corps de l’écriture à démembrer pour l’obliger à signifier. Tension vers le signifiant, écriture blanche qui n’a d’autre référent que la négation d’elle-même, et inscrit idéalement la mort idéalisée, l'autre du signe. Tension enfin entre ces deux tensions. Du vert au bleu, d’Hélène au Christ, de l’oubli de la mort au suicide, autant de variantes de la même entreprise qui veut échapper au piège de la dualité vécue, du piétinement sur le seuil, mais non en le dénonçant comme leurre, au contraire, en s’efforçant de le franchir pour inscrire la parole hors du temps, au-delà de l’horizon vaincu. A l’Ici, Jouve préfère le Là-bas, et seule la mort permet d’y atteindre. L’œuvre détourne alors du suicide, en s’instituant comme lieu du suicide, du passage du « je » vers le « il », « il » divin, « il » paternel, du passage de la terre vers l’île dernière.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search