Version classiqueVersion mobile

Pierre Jean Jouve : Mourir en poésie

 | 
Benoît Conort

Avant-Propos

Texte intégral

« Seule l’aventure de la mort est une aventure absolument ouverte ».
V. Jankelevitch, La Mort

  • 1 La Mort, Champs/Flammarion, éd.

1Peut-on réellement « ouvrir », ce qui demeure, toujours déjà, ouvert, ainsi que l’affirme Vladimir Jankelevitch1 ? Ecrivant ceci, nous sommes, déjà, dans la mort, cet impossible, et déjà, dans l’« image » qui dit la mort impossible à dire. La mort ne s’exprime, ne peut s’exprimer, si elle est la « mort », face méduse et pétrifiante, que par l’autre face de l’écriture, sa marge exsangue, le silence, son ami-ennemi intime. Il faut rompre ce silence et dire la mort sans autre recours que l’« image » ! Aussi l’écriture poétique, fondée sur l’« image », est, toujours déjà, d’une certaine manière, fondée sur la mort, et participe en soi, de cette dualité originelle mort-naissance.

2Cette réserve faite, qui n’est pas rhétorique, les pages qui suivent s’attachent, à propos de l’œuvre poétique de Pierre Jean Jouve – et dans cette œuvre poétique, uniquement les quatre tomes de Poésie – à cerner la mort, à en dire la voix néante et la voix rayonnante.

3La mort, on le sait, est double ; celle que l’on accueille d’un front serein, dans le soulagement d’une « délivrance » heureuse, et l’autre, comble de l’horreur, qui paralyse, fait de l’homme un animal pris à ce piège dont les dents le mordent cruellement. De la sérénité au désespoir absolu, toutes les gradations du sentiment de la mort.

4Et Jouve, qui fonde son écriture sur un face à face de chaque instant avec la mort, est, sans doute, un des écrivains qui sut le mieux tourner autour de cette « forme inconnue »... Et pourtant, voilà déjà vingt-cinq ans qu’il est mort, et nul n’a voulu encore s’interroger sur ce qui constitue, avec l’érotisme (si abondamment traité, lui) la pierre d’angle de son ouvrage.

5Dès le début de son œuvre, il inscrit la mort comme une « question sans réponse » ; question au cœur de l’homme, point d’interrogation sur la page, comme poignard planté au cœur. La mort qui n’est pas seulement interrogation sur le devenir d’un cadavre promis à la putréfaction, mais interrogation sur le devenir d’une âme qui, autrefois, habitait ce cadavre, et interrogation sur les « possibles » de l’écriture. L’écriture témoigne de la « permanence » de la mort, prise de conscience du « sens de la fin », de la permanence de la « question ». C’est aux réponses, pourtant, qu’essaie de formuler Jouve, que cet ouvrage va se consacrer. Réponses ou interrogations sur la mort, sa « fonction », ses « pouvoirs ». Qu’est-ce que mourir ? La parole peut-elle le dire ? Peut-on franchir ce seuil, et depuis l’au-delà du seuil, énoncer une parole de l’au-delà ? Qu’est-ce que l’homme, qu’est-ce que l’écriture, quand ils ne se définissent que par leur « limite », la mort ?

6Nous procéderons selon une démarche qui pourra paraître contraire à celle du sens commun, mais qui nous est imposée, nous semble-t-il, par le sujet lui-même. Nous irons du « synthétique » à « l’analytique ». C’est que la mort est à rebours du sens commun, et dire la mort, une entreprise hors du commun. La mort est d’abord cet instant synthèse du temps et de l’espace, livrant, en une perception immédiate, la totalité de son « contenu ». C’est pourquoi après avoir essayé d’analyser en quelque sorte, les fondements « théoriques » de la mort, nous étudierons son « paysage », le lieu où elle s’incarne, ramenant ainsi, toute l’œuvre à l’éblouissement d’un instant où le lieu funèbre se donne dans sa totalité signifiante.

7Après quoi, nous réintroduirons le temps. L’instant de mort s’élargit, « dure », par le rapport qu’il entretient avec des « mythes », images qui « bougent un peu » dans l’instant ; « tremblement du temps » qui commence à s’extraire, par le mythe, de l’engluement dans le seuil ; bien que, par le mythe, temporalité répétitive, circulaire, le temps lui-même se trouve comme suspendu à nouveau.

8Mais, « sens de la fin », la fin que dit la mort, en dernière instance, « ouvre » à une histoire, à un processus analytique. C’est cette histoire que nous essaierons de reconstituer dans la dernière partie. Aux mythes, images « tendues » entre l’ici et le là-bas, la vie et l’au-delà, tension interne du seuil, l’histoire oppose l’impossible retour en arrière. L’histoire ne peut que porter vers un au-delà du temps, vers l’au-delà du seuil, en s’abolissant dans la mort. L’histoire, avec ses errances, ses incertitudes, son retour sur soi, et ses avancées suivies d’éboulements, l’histoire d’une œuvre dans la succession des ouvrages qui la composent. Histoire qui s’efforce d’achever l’inachevable.

Notes

1 La Mort, Champs/Flammarion, éd.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search