Version classiqueVersion mobile

Les mobiles de Marcel Proust

 | 
Marie-Agnès Barathieu

Préliminaires

Texte intégral

« [...] il était temps de savoir ce que je comptais écrire. Mais dès que je me le demandais, tâchant de trouver un sujet où je pusse faire tenir une signification philosophique infinie, mon esprit s’arrêtait de fonctionner, je ne voyais plus que le vide en face de mon attention, je sentais que je n’avais pas de génie ou peut-être une maladie cérébrale l’empêchait de naître » (Marcel Proust, RTP, I, p. 170).

1La plupart des expériences proustiennes se sont produites à bord d’une voiture en mouvement : clochers de Martinville et de Vieuxvicq, trois arbres d'Hudimesnil, mais aussi renoncement au monde mondain. Ce rôle fondateur du déplacement a été commenté par la critique (L’espace proustien, Georges Poulet, notamment). Restait à engager un pari sur une sémantique du déplacement à travers ses seuls instruments : les ‘mobiles’ de la Belle Epoque qui sillonnent toute la Recherche, du côté de Méséglise ou le long de la Vivonne, sur la côte normande comme à travers Paris, son Bois de Boulogne, ses quartiers chics, ses hôtels particuliers.

2Accompagnons les personnages dans leurs déplacements et imaginons tout le bénéfice de cette situation.

3Démythifier l’approche des plus grandes figures proustiennes : aristocrates (la duchesse de Guermantes, la marquise de Cambremer, la marquise de Villeparisis, la princesse de Luxembourg), ou grands bourgeois (Swann, Odette), fréquenter la bourgeoisie moyenne (les professeurs Cottard et Brichot, Mme Bontemps, le docteur Percepied...), aborder le plus snob (Salomon Bloch), connaître Albertine Simonet (à travers sa seule qualité de ‘cycliste’), en appréhendant chacun et chacune de l’extérieur, dans sa façon de se déplacer, à l’instar du narrateur avant d’être introduit dans les salons aristocratiques du faubourg Saint-Germain ou de rencontrer une à une les fillettes de la digue de Balbec. Revivre chacune des grandes rencontres du héros-narrateur (souvent la première ou la suivant de près) et revenir en même temps à un point originel, à une source. Présenter une sorte de ‘revue’ inédite, de ‘défilé’ dans la rue, de galerie, des personnages principaux de la Recherche, en calèche, Victoria, landau, à bicyclette... Montrer un héros-narrateur plus quotidien ainsi qu’un baron de Charlus, son double, attentifs aux chauffeurs de tous ordres ; adaptant la réflexion de J. Y. Tadié selon laquelle « Marcel Proust a conversé davantage avec Céleste Albaret qu’avec la comtesse Greffulhe », l’on peut dire en effet qu’il a davantage passé de temps en compagnie de ses chauffeurs que dans les salons.

4Toujours à partir du même angle de vue mobile, stigmatiser toute une société en marche dans une double direction : l’homosexualité ou le déclassement, deux déclinaisons d’un renversement ; appréhender un art nouveau : celui d’une métamorphose continuelle engendrée par la fusion des genres, des images et des sons, prodigieusement créatrice.

5Approcher la genèse de l’écriture de la Recherche du temps perdu de manière dynamique, en direct, en soulignant son ancrage dans une réalité mouvante.

6Promouvoir « l’Age des choses », parmi les plus modestes, pour, à l’instar du narrateur avec des choses humbles (« objet particulier dépourvu de valeur intellectuelle et ne se rapportant à aucune vérité abstraite » I, p. 176-177), accéder à une écriture, à un style, à un plaisir aussi.

7Prendre au pied de la lettre une expression de Maurice Bardèche sur la Recherche : « roman policier philosophique » ; et, comme dans un roman policier, élever un moindre détail, les ‘mobiles’, au rang d’actant, d'indice d’un tout (psychologique, social, sexuel) ou de signe avant-coureur d’un règne, en l’occurrence, celui d’une homosexualité tellement coupable qu’elle revêt mille détours et mille formes avant d’être libérée.

8Placer ces objets, parce que « narratifs », au carrefour des sciences (sciences du langage et sciences humaines), dans un coktail n’excluant pas l’humour, à l’instar de Proust associant la cycliste de Balbec et ses comparses sportives... au florentin Giotto, le style clair de Bergotte... aux voitures, sa propre écriture... au « bœuf-mode » de Françoise.

9C’est revisiter la Recherche (sa thématique, sa construction, ses personnages, voire sa genèse) sous un angle inattendu, des plus concrets (un peu la cathédrale proustienne côté... Quasimodo) mais ouvert sur les grandes et nobles allées illuminées (écriture, réminiscence, sexualité, art, chronique d'une époque).

10C’est en même temps dérouler l’histoire de la Recherche, côté Guermantes, côté Swann, côté Sodome et Gomorrhe, de Balbec à Montjouvain, et deviner, sous-jacente, la vie vécue de son auteur.

11C’est enfin se replacer dans le contexte d’une époque, adopter tour à tour le regard de Constantin Guys, Nadar, Alphonse Mucha, Jean Béraud, Marcel Duchamp, Stéphane Mallarmé... Atmosphère, atmosphère...

  • 1 Cf. Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Seuil, 1972, en note de la p. 132. et Marcel Prou (...)
  • 2 Cette dualité du signifiant et du signifié peut être exprimée par diverses oppositions, celles de (...)

12Que l’accompagnement soit méthodique, pour une moisson abondante. Il se fera en deux temps et mimera un dépliement. Pour Proust « imaginer, c’est déplier un signe » dit Roland Barthes ; André Gide emploie le verbe « délier » (Proust [...] délie soigneusement chaque gerbe [...]1.) Le dépliement de chacun des signes nous conduira du niveau de surface au niveau profond, de la monosémie à la polysémie, du sens dénotatif au sens connotatif, à la recherche d’une sémantique2. Pli et dépli seront les deux axes principaux de communication parcourus par les mobiles dans chacune des trois parties.

  • 3 Gérard Genette, Figures III, Seuil, Paris, 1972, p. 27.

13Sur l’interprétation donnée, ouverte, rappelons les termes de Pierre-Louis Rey et Brian Rogers à propos du Temps retrouvé qui « s’adresse à l’individualité créatrice de chacun et plus encore qu’à lire il invite à écrire » (IV, 1175). Gérard Genette, dans Figures III, dans le même sens déclare : « [...] découvrir [...], c’est toujours quelque peu inventer3 ». Dans le Temps retrouvé, Marcel Proust lui-même encourageait le lecteur à la création : « le lecteur a besoin de lire d’une certaine façon pour bien lire ; l’auteur n’a pas à s’en offenser mais au contraire à laisser la plus grande liberté au lecteur » (IV, 490).

Notes

1 Cf. Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Seuil, 1972, en note de la p. 132. et Marcel Proust André Gide, Autour de La Recherche – Lettres –, Editions Complexe 1988 p. 106.

2 Cette dualité du signifiant et du signifié peut être exprimée par diverses oppositions, celles de ‘littéral’ et ‘figural’, (modèle herméneutique) ; ‘structure de surface’ et ‘structure profonde’ (modèle générativiste) ; mais encore, celles de ‘contenu’ et ‘expression’ (modèle rhétorique) et également, selon la terminologie de julia Kristeva, de ‘phéno-texte’ (« surface phénoménologique de l'énoncé ») et ‘géno-texte’ (« fonctionnement signifiant »). Sur cette notion, voir Gérard Dessons, Introduction à la poétique, Approche des théories de la littérature, Dunod, 1995, p. 175 ; voir également Julia Kristeva, Semiotikè, Recherches pour une sémanalyse, Seuil, collection « Tel Quel » Paris 1969.

3 Gérard Genette, Figures III, Seuil, Paris, 1972, p. 27.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search