Version classiqueVersion mobile

La littérature pour mémoire

 | 
Jean-Claude Montel

Préface

Jean-Claude Montel : une critique militante

Dominique Viart

Texte intégral

1Le siècle en sa fin se retourne sur lui-même : vertige des millénaires ou épuisement des pensées d’avant-garde ? L’heure est à la mémoire, à ses « devoirs », aux renouements avec une culture trop longtemps renoncée. Le champ narratif de ce temps, lorsqu’il ne disparaît pas dans l’épiphanie d’un présent décidément plus vide qu’impassible, se plaît à renouer les fils d’un héritage tranché par les esthétiques de la rupture. Ce « post » qui voulait dépasser la Modernité en ausculte l’antériorité sans relâche. L’ironie de telles orientations inverses du regard le porte aussi sur ces décennies d’avant-garde que notre temps prétend révolues. Et l’on voit paraître au rayon des libraires des commémorations de Tel Quel (dans L’Infini), une anthologie de TXT, une autre de Action poétique, l’histoire littéraire de tel « mouvement » ou les mémoires de quelques-uns de ses membres. Peut-être est-ce là du reste un signe certain de la fin de ces récentes avant-gardes, si à leur tour elles deviennent « historiques ».

2Historiques, elles ne le sont pas seulement d’appartenir à notre passé : elles sont aussi entrées dans l’Histoire pour avoir contribué largement à une refondation des problématiques et des esthétiques culturelles. Cela ne signifie pas qu’elles soient mortes. Demeurent en effet ici et là d’obstinés littérateurs pour qui la page n’est pas complètement tournée – ou ne se tourne qu’à pertes. Et ces pertes il convient de les mesurer en regard d’une littérature parfois devenue gratuite, d’être sans exigence ni projet. C’est un peu l’intention de ce livre : il rassemble les interventions critiques que Jean-Claude Montel a consacrées à la littérature. Si un tel recueil sacrifie aussi à la mise en perspective d’un parcours, il n’en atteste pas la fin. Plusieurs de ces textes sont récents, certains demeurent inédits : c’est dire que la pensée qui s’y déploie est vivante, qu’elle continue d’interroger notre présent et son rapport à la culture.

 

3Jean-Claude Montel est écrivain avant d’être critique. Il appartient à cette génération de jeunes auteurs accueillis par Jean Cayrol au cours des années 60. Son premier texte les Plages paraît dans la collection Écrire dirigée par l’auteur de Je vivrai l’amour des autres. Les neuf romans publiés par Montel entre 1967 (les Plages) et 1999 (Motus) sont certes de facture bien différente – quelle œuvre n’évolue-t-elle pas ? – mais demeurent fidèles à une certaine exigence de la littérature. C’est d’une telle exigence qu’il est question dans ces pages, lesquelles accompagnent une création toujours en question. Dans un temps où la littérature s’est faite critique d’elle-même, elles manifestent une conscience lucide et engagée de ce qui se joue dans l’écriture. Si Jean-Claude Montel inscrit « le roman pour mémoire » au fronton de ses interventions critiques, ce n’est pas sans écho avec cette Littérature à l’estomac que Julien Gracq dénonçait voici quatre décennies. Un engagement pour la littérature, en effet : témoigner qu’elle demeure mais qu’elle est en péril, celui de se perdre dans les marécages de la « production culturelle » et de ses embaumements médiatiques.

4Mais ce fut aussi un engagement de la littérature. A la fin de 1967, Jean-Claude Montel participe avec Jean-Pierre Faye, Maurice Roche, Jean Paris et Jacques Roubaud à la création de la revue Change. Dissident de la revue Tel Quel, Jean-Pierre Faye rassemble dans cette nouvelle publication des éditions du Seuil des écrivains qui conjuguent une réflexion sur le langage issue des travaux formalistes du Cercle de Prague et un militantisme politique gauchiste opposé aux préférences communistes marxistes-léninistes alors affichées par la revue de Sollers. Ce groupe prend une part très active aux événements de 1968 : dans l’Hôtel de Massa (siège de la Société des gens de lettres) occupé, il proclame l’Union des écrivains. S’y rejoignent le petit comité de la revue Change et la plupart de ceux qui participent alors au renouvellement du roman : Michel Butor, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Bernard Pingaud...

5Au sein de la revue Change, Montel occupe une position singulière. Son activité dans la presse parisienne (il est secrétaire de rédaction de la revue Réalité puis correcteur au Parisien libéré, avant d’occuper successivement plusieurs emplois au Monde – correcteur, metteur en page...) l’installe peut-être plus fortement que ses camarades dans un monde du travail dont il partage les conflits et la culture. Aussi lorsque l’inflexion gauchisante de Change se fait insistante, il prend ses distances et demeure plus fidèle à un engagement syndical traditionnel. Le comité de rédaction de Change se divise en 1973-74 sur ces questions de divergences politiques, parasitées quelque peu par d’inévitables conflits de personnes. Montel quittera la revue en même temps que Philippe Boyer, Jacques Roubaud, Paul-Louis Rossi, alors que Jean-Pierre Faye tentera de poursuivre l’aventure sous le nouveau nom de Change international.

 

6Durant les années de Change, Montel publie deux romans. Le premier paraît aux éditions du Seuil. Le Carnaval (1969), dont l’ouverture recourt à une typographie récemment redécouverte par Claude Simon dans le Jardin des Plantes, fait alterner des bribes de récit incertain (écrites au conditionnel), des fragments de description et de réflexion. C’est le parcours d’une ville, parcours dans une ville, plutôt, où s’exposent les pesanteurs et s'inventent de carnavalesques échappées qui feraient sortir de l’oppression. Melencolia, paru chez Robert Laffont en 1973, poursuit cette quête d’une identité improbable défaite dans le roman précédent en portant à une acmé les perturbations des structures personnelles et démonstratives.

7Les années suivantes le voient prendre une certaine distance avec la « théorie textuelle » et ses romans, désormais accueillis par Bernard Noël dans la collection Textes de Flammarion, croisent les souvenirs et les méditations (sur l’enfance, la peinture, la mémoire absente et lancinante). Après Frottages (1979) encore assez marqué par un formalisme exploratoire. Partage et lisières (1981) puis L’Enfant au paysage dévasté (1985) interrogent un passé plus ou moins proche, comme dans l’ensemble diffracté d’images devenues étranges sinon étrangères. Une fiction personnelle s’esquisse dans cette hésitation du texte à reconnaître comme partie de soi-même ce que l’écriture avance. Mais si Montel semble alors se tourner vers l’autobiographie, c’est, en dehors de toute adhésion naïve au récit d’une vie, sur le mode de l’appropriation incertaine.

8Il n’y aura plus de romans pendant cinq ans, traversée d’une crise personnelle qui redouble les impasses rencontrées alors par une narrativité devenue impossible. Montel se tourne vers la peinture (il a fondé les éditions Colorature) et les essais (La Peinture et les signes, 1988). Il ne revient au roman qu’en 1990, sous une forme nouvelle, plus violente et plus âpre (Le Livre des humeurs, Imprimerie nationale, 1990). Plus désenchantée aussi, comme en témoigne Relances à pagaille (Éditions du Rocher, 1997), livre amer qui sanctionne les désillusions et les échecs d’une génération. Comment écrire encore sans sombrer dans les errements d’une écriture redevenue « romanesque », comment préserver le roman quand cela même qui en donnait l’énergie semble avoir été emporté par l’Histoire ?

 

9Depuis quinze ans en effet la situation politique et culturelle a profondément changé. Relances à pagaille lie un effort d’écriture de « roman » malgré tout à une lucidité sans complaisance sur la dérive des exigences littéraires et politiques (« Le point critique ayant été atteint, et l’utopie déchue, le silence politique pouvait se faire entendre jusqu’au fond de l’écriture »). Ce roman est celui d’un aggiornamento puissant des modes de pensée des années 70 : « En finir avec la superstition du nouveau. La religion du futur. La lâcheté doctrinale. La passion théoricienne. La culture de masse. La manie du reniement. Tout régler ». Pourtant il ne sacrifie pas à la mode du « retour à... » qui sévit sur bien des fronts esthétiques. Il tente une « relance » de l’écriture, sur ce point où il lui est important de se tenir, et de témoigner, fût-ce des égarements passés.

10C’est en contrepoint d’une telle mise au jour des enjeux et des questions de l’écriture aujourd’hui que le présent ouvrage prend sens. Il est né de ce besoin d’y voir plus clair dans un trajet à certains égards plus collectif que personnel et ne cache rien de ce que fut une certaine illusion théoricienne, dans laquelle du reste tout n’est pas à condamner, loin de là. Car, au-delà de certaines formulations datées, bien des problématiques abordées autrefois demeurent actives. Aussi le livre se compose-t-il de deux parties, comme un diptyque au premier panneau duquel répond une réflexion plus contemporaine.

11La première partie rassemble la plupart des interventions de Jean-Claude Montel dans la revue Change, à l’exception des textes de création, des notes les plus brèves ou des « fictions théoriques » que furent par exemple les textes sur Artaud et Sade. On y trouvera notamment l’ensemble de ses contributions à l’important volume collectif sur « la narration nouvelle » (Change, 1978). La seconde partie intitulée « Dernier cercle » regroupe les travaux récents, dont le pamphlet la Littérature pour mémoire, certes un peu dépassé aujourd’hui mais dont le ton outré relève d’une juste querelle. L’ensemble est précédé du texte l’Écriture clandestine où l’auteur lui-même situe son entreprise. Au-delà du panorama intellectuel des dernières décennies ainsi mis en perspective, Jean-Claude Montel lance ici une véritable invitation à penser le monde d’aujourd’hui et sa littérature.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search