Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

11. Les entrepreneurs, la famille et les affaires

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment P. Macry, 1988, p. 261 : Si la modernisation... s’exprime dans l’individualisme et da (...)
  • 2 P. Macry, 1988, reprend lui aussi ce thème, ainsi par exemple que G. Gozzini, 1989, p. 105 et suiva (...)

1Les structures familiales, les formes de financement des entreprises, le rôle et l’ampleur de l’investissement terrien sont au cœur de discussions déjà anciennes. Deux thèmes parcourent l’historiographie : l’un, ancien, soutient l’affirmation simultanée au XIXe siècle du capitalisme industriel, de l’éthique individualiste et de la culture politique libérale ; l’autre décèle l’échec global d’une telle affirmation en Italie jusqu’à une saison avancée du XIXe siècle. Retard de la révolution industrielle, maintien de structures familiales et sociales encadrant fortement l’individu et freinant sa libre affirmation auraient longtemps conditionné la société italienne, imprégnée des valeurs traditionnelles de ses élites anciennes. A l’individualisme capitaliste s’opposeraient les règles traditionnelles et coercitives de la famille ancienne1. Les quelques noyaux capitalistes, incapables d’acquérir une autonomie culturelle et idéologique, auraient avant tout cherché à se mouler dans des structures traditionnelles qui ne permettaient pas une véritable modernisation économique et sociale. L’archaïsme de structures de crédit dépourvues de banques a souvent été dénoncé, tout comme la stérilisation des capitaux du commerce dans les investissements terriens2. L’examen critique de ces différents thèmes s’appuiera sur les fils un peu dispersés qui ont déjà été noués, tant au XVIIIe qu’au XIXe siècle : cela permettra d’être plus rapide et d’aller droit au cœur des logiques entrepreneuriales.

1. L’entreprise, une affaire de famille

Une constellation de familles complexes ?3

  • 3 Pour des raisons d’évidente simplification, nous regroupons ici sous le terme de familles complexes (...)
  • 4 Il est inutile de rappeler ici une littérature abondante ; pour le cas italien, P. Macry, 1988, p.  (...)
  • 5 J.P. Hirsch, 1991, p. 119 ; la citation de P. Ariès est extraite de L’enfant et la vie familiale so (...)

2Première évidence : contrairement au mythe de l’« individu entreprenant, la cohésion familiale constituait en fait le facteur premier de la réussite entrepreneuriale. Elle permettait de mobiliser hommes et capitaux, ressources et savoir-faire, orientant les énergies vers le but commun de sa collective promotion. Au contraire d’un carcan empêchant l’affirmation de l’individu, la famille était le plus souvent la condition initiale de sa réussite et de son affirmation. Les histoires entrepreneuriales du XIXe siècle sont histoires de familles4. Comme le rappelle J.P. Hirsch, Philippe Ariès a beaucoup contribué à détruire un lieu commun lorsque, faisant valoir la « prodigieuse excroissance du sentiment familial » dans les mœurs contemporaines, il concluait : « ce n’est pas l’individualisme qui a gagné, c’est la famille ». Le lien particulier de la famille et de l’entreprise qui caractérise le petit monde de l’industrie textile à Prato ne relève donc pas de quelque archaïsme propre à la région mais d’une caractéristique commune au comportement entrepreneurial du XVIIIe et XIXe siècle. L’important est alors de comprendre comment s’organise la famille et comment jouent les relations familiales5.

3A Prato, l’une des règles fondamentales du jeu familial était la coexistence des fratries sous le même toit. Les Pacchiani n’étaient pas une exception. La plupart des artisans de la finition cultivaient l’unité fraternelle qui permettait de mettre à profit un nombre de bras élevé et de limiter les apports extérieurs : pas de ministres, mais des frères qui se partageaient les tâches. Comme sur une métairie, le nombre de bras était si possible proportionné au travail. L’unité avait d’autres avantages : elle permettait de concentrer les efforts financiers, de réaliser des économies de coûts que les familles séparées n’auraient pu faire, d’accumuler ensemble un patrimoine qu’il aurait été bien difficile de mettre sur pied séparément. Les lanaioli ne se comportaient pas différemment, et au XIXe siècle, l’union familiale au sein de familles complexes resta la condition première de l’affirmation dans la société entrepreneuriale.

  • 6 M. Paci, 1982. la région n’était dépassée que par les Marches et l’Ombrie (respectivement 27,1 % et (...)
  • 7 De nombreuses études ont été consacrées à ce thème sur lequel il est inutile de s’arrêter ici : voi (...)
  • 8 C.A. Corsini, 1989, p. 383.
  • 9 Idem.
  • 10 S.A.S.P., Comunale, Atti di finanza, 2250.
  • 11 G. Gozzini, 1989, p. 73-74.
  • 12 Idem, p. 108 et suivante.

4Cette pratique mérite d’être replacée dans le cadre plus vaste des structures familiales toscanes. Les familles complexes conservent en Toscane jusqu’à l’heure actuelle un poids bien supérieur à la moyenne nationale : en 1971, elles représentaient 25,3 % des familles de la région, contre 16,9 % pour l’ensemble de l’Italie6. Ce phénomène, lié à la persistance de la mezzadria7, est essentiellement rural. Les études démographiques de Prato confirment à la fois la persistance et la répartition territoriale du phénomène : en 1841, 68,7 % des personnes du centre sont comprises dans des familles nucléaires, – 75 % si l’on considère les familles appartenant au secteur textile8 contre 50,5 % dans la campagne9. Il existe donc, dès le XIXe siècle, une forte différenciation entre la ville, lieu de nucléarisation précoce de la famille, et la campagne où les structures familiales demeurent plus complexes. A l’intérieur de la ville, les entrepreneurs avaient donc un comportement familial tout à fait spécifique que confirme l’analyse du Riscontro delle bocche della città de Prato de 1773 : alors que les familles des ouvriers textiles – battilani, scotolini etc. – étaient très majoritairement nucléaires, celles des entrepreneurs du secteur étaient en général complexes10. G. Gozzini est d’ailleurs arrivé à de semblables conclusions dans son analyse du recensement florentin de 1810 : dans la capitale, les familles complexes (étendues ou multiples) étaient alors numériquement plus importantes parmi les couches aisées11, notamment chez les entrepreneurs de la soie12. Un tel comportement, lié à la nature de l’activité, témoigne de la volonté de profiter de toutes les potentialités de la famille. Capital élargi de travail et de savoir-faire, richesses nouvelles à venir par la diversification des activités, ressources financières supplémentaires que permet d’espérer l’union. Pour assurer la cohérence de cet ensemble et la réussite du groupe, le contrôle du père de famille sur les destins individuels devait être très strict : il lui fallait maintenir l’intégralité du patrimoine, et surtout assurer l’unité de l’entreprise commerciale, malgré l’égalité des droits des fils à la succession. La tâche était loin d’être évidente. Aussi tout l’art du père de famille était-il de définir des rôles et de prévoir des mécanismes successoraux qui puissent maintenir cette nécessaire unité, au delà de la volonté de ses descendants.

  • 13 Cf. chapitre 1.
  • 14 A.S.F., Notarile moderno, Ambrogi, 25226.

5Les testaments étaient l’occasion pour les chefs de famille de régler soigneusement les détails de leurs successions : ils s’attachaient à redire les règles de conduite que leurs héritiers devaient poursuivre. L’unité était l’exigence première, la condition sine qua non du succès. Tout bon père de famille le réaffirmait solennellement dans ses dernières volontés. Giovacchino Pacchiani l’avait fait13, la pratique était courante. Anton Maria Becherini, testant en 1731, rappelait lui aussi clairement les vertus de l’union, exhortant ses trois fils à vivre en sainte paix, et à ne pas se diviser, mais à continuer chacun ses négoces pour l’utilité commune, attendu que de cette façon ils se maintiennent en bon état de famille, et avec la discorde, ils vont à la ruine14. Fondement de toute fortune possible, l’unité familiale permettait de réaliser l’accumulation indispensable à l’ascension économique. La famille multiple, c’était aussi la multiplicité des activités…

  • 15 Idem.

6C’est pourquoi toute déviance était punie : s’ils évitaient d’être totalement déshérités, les fils trop indépendants ne recevaient que la portion congrue de la légitime, en l’occurrence le plus souvent les capitaux que leur avait confiés leur père au moment du départ. Dès lors, ces fils ne participaient plus aux partages familiaux, leur descendance était éloignée de toutes les questions patrimoniales ultérieures. Ainsi en avait décidé Anton Maria Becherini à l’égard de son fils Silvestro parti à Venise au début du XVIIIe siècle. Il ne recevait que 100 écus, alors que les autres se partageaient l’ensemble du patrimoine : cette mesure précisait le testateur n’était pas le fruit de la haine ou mauvaise volonté qu’il porte à ce dit Silvestro… (mais) parce qu’il juge que chacun doit avoir du bien, parce que celui-là a acquis du capital à Venise et ce testateur lui a laissé, et les autres ont peiné à Prato et se sont toujours bien comportés, aidant avec leur industrie la maison et coopérant à l’accroissement du patrimoine du testateur, qui était autrefois assez ténu, qu’ils reçoivent par cette disposition une juste correspondance et une adéquate rémunération15. Plus qu’une conséquence du sang commun, l’héritage récompensait le bon accomplissement du travail et le respect de ses devoirs filiaux.

  • 16 Les frères Mazzoni se divisèrent, ainsi que Vincenzo Pacchiani et ses neveux Cesare et Alessandro, (...)
  • 17 De nombreux travaux contemporains ont insisté sur ce fait, en particulier, cf. M. Paci, 1982, p. 75

7Néanmoins, si l’unité était un ordre et un impératif de la morale familiale, de nombreuses divisions entre frères, entre oncles et neveux suivirent à plus ou moins long terme le décès du chef de famille16. Grands ou moins grands, beaucoup choisissaient les voies de l’indépendance : un triomphe de la famille nucléaire, une volonté d’échapper au contrôle d’une famille élargie ? Cette explication est à la fois paresseuse et déterministe. Elle omet de considérer que la division de fait n’empêchait nullement la collaboration, la proximité étant facteur d’unité17. Elle semble surtout ignorer que lors des divisions, la plupart des jeux étaient faits, les fortunes largement constituées, les rôles bien définis. La division advenait lorsque chacun pensait pouvoir poursuivre seul son chemin d’ascension sociale. La structure de la famille n’évoluait donc pas en fonction d’un hypothétique progrès de la famille nucléaire, mais changeait en fonction du parcours d’ascension sociale de chacune. Une fois atteint le niveau jugé convenable d’accumulation patrimoniale – évidemment subjectif et changeant –, les différents noyaux familiaux, tout en continuant souvent à collaborer, pouvaient se permettre de mener une existence plus indépendante. C’est ce qui explique la coexistence de structures familiales différenciées au sein du groupe entrepreneurial, et la succession de formes différentes prises par une même famille sur plusieurs générations. Les Nistri en sont en bon exemple.

Gérer les carrières et orienter l’avenir

8La famille Nistri était multiple : dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les trois fils d’Antonio Nistri vivaient sous le même toit, partageaient le pain et le vin, les biens et le négoce de laine et de lin que les deux aînés, Tommaso et Giuseppe Maria, avaient mis sur pied. Les minutes notariales permettent d’entrer dans les rouages des décisions familiales.

  • 18 Ainsi entre en scène l’oncle paternel, personnage de poids dans le cadre de la famille élargie et q (...)

9Une politique matrimoniale assez stricte régit les destins des deux premières générations aux fins de la concentration du patrimoine : Tommaso fut le seul des trois frères à prendre épouse. De ses quatre fils, trois se marièrent. Mais Antonio, l’aîné, le fit contre la volonté paternelle : sa descendance fut désormais exclue de tous les partages familiaux. Les trois autres héritiers de Tommaso furent fils et neveux soumis, à l’autorité paternelle, puis à celle de leur oncle Giuseppe Maria, promu chef de famille après le décès de son frère18. Se soumettre signifia pour l’un des fils de Tommaso embrasser la carrière ecclésiastique : la vocation rencontrait heureusement les stratégies familiales. Le hasard des naissances également, car seul l’un des deux fils mariés, Gaspero Maria, eut le bonheur d’être père : l’ensemble des stratégies successorales de la famille convergèrent donc vers ses deux fils, ainsi désignés par un sort fortement conditionné par l’action des hommes pour hériter de l’ensemble du patrimoine familial.

  • 19 A.S.F., Notarile moderno, Ceri, p. 29485, Testament de 1779.
  • 20 A.S.F., Notarile moderno, Varrocchi, p. 30135.
  • 21 Idem.

10Le grand oncle paternel, Giuseppe d’Antonio, formalisa cette décision dans son testament : placé devant la nécessité de projeter l’avenir de sa famille, Giuseppe légua l’ensemble de ses biens aux petits-fils de son frère aîné, non sans prévoir une phase d’usufruit pour ses neveux, Giovan Battista, Settimio et Gaspero Maria, le père des élus19. A terme, tous les membres du clan firent de même, même si les biens prirent momentanément des chemins de traverse. Le dernier fils vivant d’Antonio, Franco, sembla privilégier une sorte de succession entre célibataires : c’est à son neveu Giovan Battista, chanoine, qu’il donna ses biens. Celui-ci les légua à son tour à sa sœur célibataire Anna à qui il revint de faire parvenir ce patrimoine à ses neveux, ce qu’elle fit par testament en 179720. Dernier de la liste, Settimio testa en faveur de ses neveux en 180521 : ainsi la boucle se referma, les deux descendants, désormais adultes, concentraient l’essentiel du patrimoine des Nistri, mais ils avaient dû attendre patiemment ces biens, et faire preuve sans doute à la fois de leur docilité et de leurs capacités.

  • 22 Idem, Cecconi, p. 36037.

11Le négoce avait cependant suivi une ligne plus directe : Tommaso et Giuseppe Maria l’avait commencé ensemble, les fils de Tommaso, Settimio et Gaspero Maria, y furent initiés et le poursuivirent sous la direction de leur oncle. La mort rapprochée de Giuseppe Maria et de Gaspero Maria en laissa l’entière direction à Settimio car, si tous y avaient une part, un seul le dirigeait de fait et personne ne songeait à contester cette répartition. Ce fut donc sous la direction de leur oncle paternel Settimio que les deux héritiers de la famille, Antonio et Tommaso, s’initièrent au négoce et firent leurs premières armes jusqu’à ce qu’ils en héritent. Ils continuèrent d’ailleurs jusqu’en 1821 à vivre en parfaite communion et ils ont retenu en société le négoce de commerce qu’ils tiennent ouvert dans cette ville connu sous la raison « Settimio e nipoti Nistri »22.

La famille NISTRI

La famille NISTRI
  • 23 Idem, Varrocchi, p. 30111.
  • 24 Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B.29, n 170.

121821 marque une rupture dans l’histoire patrimoniale familiale : les deux frères qui avaient vécu si longtemps ensemble au sein d’une famille élargie, ayant désormais femmes et enfants, décidèrent de diviser leur patrimoine commun. Ce n’était pas la première fois que cela arrivait dans la famille : en 1781 déjà, après les morts rapprochées de Giuseppe Maria et de Gaspero Maria, un partage avait été fait entre tous les héritiers23, qui n’entamait cependant en rien la fondamentale unité patrimoniale puisque les mécanismes complexes des successions faisaient revenir l’ensemble des biens aux deux héritiers désignés depuis longtemps. En 1821, par contre, les destins se séparaient sans espoir de retour : les enfants des deux frères recueilleraient chacun l’héritage paternel. Pourquoi ce changement ? Les frères Nistri avaient fait leurs comptes : avec chacun près de 130.000 lires de biens immobiliers, une maison de maître à Prato et quatre métairies chacun, ils pouvaient assurer leur rang et l’avenir des leurs. La communauté n’avait plus de raison d’être. Un seul élément restait commun : le négoce, à continuer même après en société, persista en effet jusqu’au tournant du siècle, jusqu’au retrait des héritiers dans la position plus confortable de possédants. Giuseppe di Tommaso mourut en 1888, héritier content d’une longue famille de négociants dont la solidarité familiale avait été un rempart constant contre les dangers de division du patrimoine : lui-même légua à son fils unique, héritier de près de 70 % de sa fortune (le reste revenant à ses trois sœurs) la coquette somme de 120.000 lires, en maison, métairies et crédits24.

  • 25 Les Soffi-Ghibellini comptaient au milieu du XVIIIe siècle un négociant et trois chanoines, chacun (...)

13La forme de la famille comme la gestion du « capital humain » familial prenaient ainsi une allure différente selon l’ancienneté dans la fabrique. A ses débuts, l’entreprise semblait devoir mobiliser toutes les énergies familiales, plusieurs fils étaient alors poussés vers les entrepôts, les boutiques, la gestion quotidienne des activités. C’est ce qui se passa dans la famille Pacchiani, où les deux fils de Filippo furent initiés aux secrets des bains, de même chez les Mazzoni où tous étaient convoqués pour la bonne réussite de l’œuvre paternelle. De même chez les Conti, les Angiolini, les Martini, les Cocci. A un stade ultérieur du développement familial, quand les affaires avaient d’ores et déjà apporté une prospérité consolidée à la famille, le premier souci n’était plus le développement de l’entreprise, mais son intégrité. L’initiation négociante semblait alors progressivement réservée à un seul des fils, qui, en cas de division, était désigné pour assurer la continuité de l’entreprise familiale. Il fallait donc désormais orienter les autres fils vers des carrières alternatives. Beaucoup choisirent, comme chez les Nistri, la vocation ecclésiastique25.

  • 26 Macry, 1988, p. 57. Ainsi, dans la famille Conti, des processus de successions similaires à ceux dé (...)
  • 27 C. Fantappiè, 1986, p. 94 : la dot ecclésiastique était à la fin du XVIIIe siècle de 1000 écus et 3 (...)
  • 28 C. Fantappiè l’estime à 16 %.
  • 29 Idem, p. 94.
  • 30 Francesco était l’aîné de Giovacchino Pacchiani, de même Luigi était-il le premier fils de Vincenzo (...)

14Pourquoi une telle propension au sacerdoce ? Au delà des problèmes de vocation personnelle, la carrière ecclésiastique présentait, à Prato comme ailleurs, beaucoup d’avantages pour les familles. D’abord, elle permettait de conserver à terme l’intégralité du patrimoine. Les prêtres agissaient en célibataires et transmettaient les biens à l’intérieur de la famille élargie26. De plus, la carrière ecclésiastique avait le double avantage d’assurer l’avenir de son titulaire, désormais à l’abri des vicissitudes du siècle et des revers toujours possibles des spéculations commerciales, et de renforcer l’honneur et l’influence sociale de la famille. Les bénéfices les plus recherchés et les plus prestigieux étaient ceux de chanoine de la cathédrale, véritables billets d’entrée dans l’élite du pouvoir citadin : l’accession à ces charges prestigieuses supposait le déploiement d’une stratégie familiale orientée vers ce but, et nécessitait l’engagement de dépenses importantes27. Le pourcentage élevé d’ecclésiastiques provenant de familles liées à la laine28 exprime l’aspiration sociale d’une bourgeoisie émergente à s’insérer d’une façon socialement qualifiée dans la société ecclésiastique29. Ces carrières ecclésiastiques étaient donc loin d’être uniquement des voies de garage pour cadets de famille. Les familles poussèrent au contraire souvent leurs aînés vers le chapitre et les autels afin de gagner par le sacerdoce la reconnaissance sociale de l’ensemble du groupe familial30.

  • 31 C. Fantappiè, 1986.
  • 32 A.S.F., Presidenze del Buon Governo, 60, cité par C. Fantappiè, 1986, p. 367.

15Le janséniste Scipione de Ricci apprit d’ailleurs à ses frais ce qu’il en coûtait de vouloir se dresser contre les pratiques désormais ancrées de collations des bénéfices et contre les cultes populaires. Ses projets de réforme échouèrent devant l’hostilité conjuguée de toute la ville31. Les marchands furent aux premières loges pour défendre la tradition, ils soutinrent en sous main les tumultes, comme l’apprenait le Buon Governo : on dit même que les marchands leur ont payé la journée d’hier (jour d’émeute populaire à Prato suite aux rumeurs de destruction de l’autel de la Sacra Cingola, un des cultes majeurs de la ville) comme s’ils avaient travaillé… tous pourtant concluent que le chef est l’archevêque de Florence (Antonio Martini, frère de… Lorenzo Martini, un homme, une famille déjà souvent rencontrée) avec l’intelligence de Rome32. Cet épisode d’opposition aux réformes ecclésiastiques montrait ainsi l’union du bas peuple, de la vieille noblesse et de la nouvelle bourgeoisie contre les réformes de Ricci – et plus généralement de Léopold – qui remettaient en question les équilibres sociaux de la ville et la gestion du pouvoir citadin.

  • 33 Encore s’agissait-il du clergé séculier car peu de fils d’entrepreneurs devinrent moines. Un peu pl (...)
  • 34 Bartolommeo Colzi, nous l’avons vu, était un modeste teinturier ; l’un de ses frères était prêtre ; (...)
  • 35 Genesio de G.B. Bacci, prêtre en 1843.
  • 36 Carlo di Vincenzo Lastrucci et de Caterina Caponi, il s’agit ici de l’aîné.

16L’attrait pour les carrières ecclésiastiques ne cessa pas au XIXe siècle. Elles conservaient suffisamment d’avantages pour continuer d’en faire une voie privilégiée pour les fils d’artisans parvenus ou de fabricants, la baisse des vocations n’était pas encore à l’ordre du jour33. Les conseils de famille installés lors des tutelles permettent de faire connaissance avec des oncles paternels entrés dans les ordres, surtout, semble-t-il, dans les familles engagées depuis longtemps dans la finition34 : l’un des fils de Giovanni Bresci, une fois la fortune familiale désormais solidement faite, y trouva ainsi un débouché honorable, de même que l’un des fils de Cesare Romei. En même temps qu’eux, les familles Bacci35, Lastrucci36, Mochi, Bianchi, Caponi fournissaient leur contingent de prêtres à la ville et à ses alentours.

  • 37 A.S.F., Notarile moderno, Costantini, p. 38673 : 1847 division du patrimoine de G.B. Bacci entre se (...)
  • 38 Leur père Carlo teste bien sûr en leur faveur (A.S.F., Notarile moderno, Carradori, p. 4119), de mê (...)

17Néanmoins, les charges ecclésiastiques avaient perdu, au XIXe siècle, le monopole du prestige. D’autres carrières s’offraient à la disposition des chefs de famille décidés à trouver à leurs fils de possibles alternatives au commerce. Voici de nouveau la famille Bacci. Giovan Battista et sa femme n’avaient sûrement pas pratiqué les funestes secrets : le couple avait cinq fils et trois filles, dont une seule était mariée en 1831, quand Giovan Battista mourait. Si l’un des cadets était prêtre, l’aîné était architecte, le puîné comptable, un troisième frère était mort avant son père. Un seul des fils, Vincenzo, second par la naissance, avait été initié au commerce. Dans ces conditions, la succession ne posa pas de gros problèmes et le négoce n’eut aucun mal à ne pas être divisé : Vincenzo en devint naturellement le gérant puis l’héritier, tandis que ses frères héritèrent des possessions foncières de la famille37. Giovan Battista avait agi en père avisé : engageant ses fils dans des professions qui leur permettaient non seulement de vivre dignement, mais de tenir un certain rang social, il consolidait la position acquise par la famille et laissait à un seul héritier le soin de poursuivre la vocation commerciale. Ainsi la cohabitation de tous intégrait des revenus différents et mettait le lignage à l’abri des éventuels revers du commerce. La séparation pouvait également se faire sans heurts majeurs, puisque chacun avait un rôle bien différent, et le célibat n’était plus aussi nécessaire qu’avant : hormis l’un des frères, les trois autres fils se marièrent. Deux pourtant n’eurent pas de descendance. C’était donc en fin de compte aux docteurs Giovan Battista et Giuseppe, fils de Carlo, fils aîné de Giovan Battista, que revint l’essentiel du patrimoine familial38 : les procédures différaient de celles mises en œuvre par les Nistri – le contrôle des naissances remplaçant le célibat ? –, mais les résultats étaient finalement identiques.

  • 39 A.S.F., Notarile moderno, Costantini, p. 38686.
  • 40 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 293.
  • 41 Atti del Comitato dell’Inchiesta industriale, categoria 7, § 2: Filatura di lana, deposizione del s (...)
  • 42 L’expression est reprise à P. Macry, 1988.

18L’exemple des Bacci révèle qu’au XIXe siècle la professionnalisation s’ajouta à la cléricalisation, comme le montre l’étude d’un certain nombre de familles. Ainsi les Conti : une branche de la famille, les descendants de Matteo, privilégièrent les carrières ecclésiastiques, tandis que leurs cousins, fils de Clemente, furent eux orientés vers les professions libérales. Pietro, l’aîné, était médecin physicien39, Francesco employé à Florence, Giuseppe employé à Prato40, les autres possédants ; une orientation qui s’accompagnait donc du retrait de la famille de la sphère commerciale. C’est bien ce que reprochait à ses collègues un entrepreneur de Prato qui déplorait, dans sa déposition à la grande enquête industrielle de 1870, que l’on fasse dans la ville trop d’avocats et de prêtres et pas assez de teinturiers 41 : à l’en croire, la volonté de préserver l’intégralité de l’entreprise favorisait en fait souvent la fuite vers des positions de prestige. En effet, c’étaient comme auparavant les aînés qui devenaient prêtres ou étudiaient : à plus ou moins long terme, bon nombre d’héritiers de familles entrepreneuriales finissaient dans des emplois stables, des cabinets de médecins, de notaires, d’architectes, d’avocats qui les plaçaient dans la bonne bourgeoisie locale. Le négoce, versatile, devait être confirmé par des positions socialement plus sûres pour atteindre les objectifs de promotion sociale que se fixaient les familles. Et si, dans ces familles dominées par la logique du nom42, tout était fait pour assurer la promotion des fils, les filles, elles, servaient essentiellement à nouer des alliances.

Les femmes au centre des alliances

19La pratique de doter les filles était absolument générale, dans le milieu entrepreneurial comme dans l’ensemble de la société toscane : c’était le régime officiellement reconnu par les lois du Grand Duché, celui que tout le monde acceptait et continuait à pratiquer au-delà des divers changements de la législation. En effet, les modifications introduites par le code civil français à l’époque napoléonienne furent largement refusées : pas question d’accepter la communauté des deux époux, ni de respecter l’égalité successorale des enfants quel que soit leur sexe. Le testament et les contrats de mariage témoignent du rejet général de ces nouveautés qui perturbaient les logiques familiales. Un sort identique fut d’ailleurs réservé aux nouvelles lois de l’Italie unifiée qui instauraient l’égalité des enfants et prévoyaient la division des biens en parties égales sans distinction de sexe : comme soixante ans auparavant, les testaments tentèrent de tourner et d’annuler les effets de la loi au profit du maintien des mécanismes traditionnels de dévolution des biens et de répartition des rôles dans la famille. Le changement des règles était donc impuissant à modifier les pratiques. Celles-ci au contraire s’adaptaient pour tourner les règles et préserver la logique du nom, pour le plus grand bien des entreprises.

20Le régime dotal impliquait qu’aucune communauté n’existait entre les époux. La dot était théoriquement inaliénable, le mari n’en était que le gérant durant le mariage. Elle devait revenir à la femme en cas de veuvage et constituait alors son moyen de survie puisque la veuve était exclue de la succession de son mari, sauf dispositions contraires précisées par testament. En cas de mort de la femme sans enfant, la dot devait réintégrer le patrimoine de son lignage, le mari n’y ayant aucun droit. Seuls les enfants en héritaient, toujours de façon inégale, puisque les garçons en recevaient, comme pour l’héritage paternel, la plus grosse part.

  • 43 Voir notamment I. Fazio, 1992 et F. Laroche-Gisserot, 1988.
  • 44 I. Fazio, 1992, p. 293.
  • 45 F. Laroche-Gisserot, 1988.
  • 46 Vincenzo Mazzoni, par exemple, offrait à chacune de ses filles pour prix de leur silence un legs de (...)
  • 47 Dans les contrats de mariage étudiés, il ne nous est jamais apparu que le trousseau et les bijoux é (...)
  • 48 Les femmes pouvaient posséder les immeubles, la terre et le faisaient parfois dans le cas des extra (...)
  • 49 J’ai plus largement développé ce point, en donnant des exemples significatifs, dans C. Maitte, 1994 (...)

21Des significations variées peuvent être attribuées à la dot43 : nécessaire pour conférer un support économique et une dignité symbolique à l’union conjugale44, elle était surtout un instrument de stratégie successorale45. La dot, machine à déshériter les femmes, constituait en effet bien souvent une avance sur succession et tendait dès lors à se confondre avec la légitime : les testaments indiquaient souvent clairement que les filles devaient se contenter de leurs dots et des éventuels legs que leur faisait leur père sans demander à leurs frères l’établissement exact de l’état patrimonial46. Le plus souvent, la dot était constituée, en plus de l’habituel trousseau47, d’argent liquide ou de crédits, presque jamais de terres, de maisons, encore moins bien sûr de parts d’entreprise. Les biens patrimoniaux étaient réservés aux hommes, non de droit48, mais de fait : ce n’était qu’en cas d’absence de tout héritier mâle, fils ou collatéraux, de façon donc tout à fait exceptionnelle que les filles héritaient : le gendre remplaçait alors les héritiers absents ; l’intrusion d’un étranger dans la maison ne se faisait pas sans problèmes ni justifications, mais la nécessité de continuer l’entreprise familiale se montrait parfois supérieure aux exigences du nom et aux habituelles divisions des rôles entre hommes et femmes49.

  • 50 A.S.F., Notarile moderno, Ceri, p. 29483.

22La collecte de 170 dots échelonnées entre XVIIIe et XIXe siècle permet d’ébaucher un certain nombre d’hypothèses, à la fois sur leur montant et sur leur utilisation aux fins de l’entreprise familiale et manufacturière. Près de 40 % des dots relevées se situent entre 2.000 et 5.000 lires : c’était la dot d’une honnête fille de petit marchand, de fabricant déjà prospère mais point encore arrivé au sommet de l’échelle sociale. La valeur correspondait grosso modo à une petite maison urbaine. Placée à 5 %, cette dot rapportait au maximum 250 lires par an, c’est à peu près ce que recevait pour ses menues dépenses la femme de Giuseppe Pacchiani50. En dessous de 1000 lires, les dots étaient fort proches de celles du monde artisanal : les 35 lires qu’apportait la femme de Filippo Pacchiani indiquaient bien la modestie des deux familles. Les artisans plus prospères dotaient en général leurs filles aux alentours de 500-600 lires : 529 lires, c’était par exemple ce qu’apportait en 1820 Trinita Fanciullacci à Vincenzo Lumini, provenant d’une famille longtemps engagée dans le travail du cuivre et alors reconvertie dans la laine. L’ascension des individus se lisait aussi dans les dots de leurs épouses successives : lorsque Vincenzo Lumini se remaria en 1835, il avait commencé à faire affaires et pouvait prétendre à une épouse mieux dotée ; sa nouvelle compagne provenait toujours des rangs de l’artisanat, mais fille des prospères forniciai de Figline, elle lui apportait un peu plus de 2.000 lires.

  • 51 Ainsi les filles de Lorenzo Farfalli reçurent-elles chacune 10500 lires de dot, la fille de Florent (...)

23La valeur des dots tendait donc logiquement à croître en même temps que la fortune familiale, symbole, elle aussi, de réussite. C’est bien ainsi que tous comprirent l’importante dotation que Vincenzo Mazzoni constitua à sa fille aînée lors de son mariage en 1810 : de mémoire d’entrepreneurs de Prato, jamais une somme aussi considérable n’avait été donnée à une fille lors de son mariage – plus de 40.000 lires ; un seuil était ainsi largement franchi, socialement et symboliquement. Les dots des parvenus de la fabrique commençaient à rivaliser avec celles de la noblesse encore fortunée : Lazzero Mazzoni, le fils aîné de Vincenzo, remporta encore une fois le gros lot en épousant une Vai, prestigieuse famille de la plus vieille noblesse de la ville qui lui apporta 56.000 lires de dot. Ce record ne serait surpassé que par les dots qu’Alessandro Pacchiani octroierait à ses filles… sans doute les plus beaux partis de la Prato nouvellement italienne. En dessous de cette élite de la fortune, ceux qui appartenaient à la bonne moyenne de la fabrique pouvaient se permettre de doter leurs filles entre 10.000 et 15.000 lires51 : des sommes plus que rondelettes qui représentaient la valeur d’un fond de teinturerie, d’une boutique de tondeur, ou d’une modeste métairie.

  • 52 Les contrats de mariage ne disent rien sur la fortune de l’époux. Il est par conséquent impossible (...)
  • 53 I. Fazio, 1992, p. 303.
  • 54 Idem, p. 302.

24Si, en général, le montant de la dot était bien inférieur à la fortune du mari52, elle avait néanmoins un intérêt économique non négligeable. Son inaliénabilité était en fait toute relative, mais l’inscription hypothécaire garantissait sa restitution en cas de veuvage et assurait ainsi, non seulement la femme, mais l’ensemble de la famille. I. Fazio fait justement remarquer que l’inaliénabilité représente de façon générique une protection contre les effets dévastateurs de l’économie de marché ; et dans ce sens, plus ponctuellement, elle peut être interprétée comme une pratique destinée à consolider les étapes intermédiaires des processus de mobilité sociale ascendante, souvent traversés par des incertitudes par rapport au futur53. Cependant, une fois respectée cette inscription hypothécaire, rien n’empêchait le mari de placer la dot comme il l’entendait puisqu’il en était le seul administrateur. Composées d’argent comptant ou de crédits, les dots constituaient une importante source de liquidité et pouvaient être placées dans le commerce, favoriser le départ des spéculations des plus modestes54, ou permettre la survie de la famille en cas de difficultés.

  • 55 A.S.F., Notarile moderno, Gatti, p. 23103.
  • 56 Idem, Mazzoni, p. 35935 et S.A.S.P., Vicariato, Atti Cercignani, b.61.

25Ce processus fonctionna à Prato, comme permettent de le saisir certains cas limites. En effet, les dots fournirent le dernier recours de situations familiales critiques, et évitèrent la ruine totale du noyau familial. Ainsi, Pier Antonio Cocci était-il fort endetté en ce début de XVIIIe siècle, à tel point qu’il ne payait plus depuis longtemps les loyers de sa calandre. A bout de patience, le noble Bocchineri, propriétaire, ordonnait la mise en vente de l’immeuble : sa belle-fille, Marianna Belli, épouse de Girolamo di Pier Antonio, le rachetait grâce à la permission obtenue d’y employer son capital dotal. L’édifice, désormais formellement aux mains de Marianna, restait ainsi dans la famille qui vivait sous le même toit. Mais Marianna était désormais responsable de la dot de sa belle-sœur, Caterina Magni, épouse de Gio Michele, dont l’hypothèque pesait sur l’immeuble vendu. Le conflit éclata après la mort de Pier Antonio. En 1723, Caterina obtenait du magistrat l’autorisation pour son mari de retirer sa dot auprès de sa belle-sœur et de l’employer en partie pour les besoins de la famille, en partie pour payer ceux qui vendront à Gio Michele les outils pour l’usage de sa boutique de tondeur55. Marianna dut obtempérer. La dot de Caterina, comme la sienne, fut utilisée pour la sauvegarde de la famille et l’investissement dans les activités de production gérées par les hommes. De même, ce fut l’emploi du capital dotal de Rosa di Francesco Franchi qui sauva sa famille : provenant comme son mari Bartolommeo Soffi-Ghibellini d’une famille de la finition, elle utilisa progressivement ses 5600 lires de dot pour payer les créditeurs de son mari et permettre la survie journalière des siens56.

  • 57 Exemple de la faillite de Francesco Becheri : l’activité était exercée en commun avec son frère Bar (...)

26Cet usage des dots continua au XIXe siècle comme en témoignent cette fois les rapports de faillite : non seulement les épouses étaient alors autorisées à faire passer les créanciers de leur mari avant leur propre crédit dotal, mais les dots servaient aussi directement pour faire face aux passivités57, tout comme les biens que les femmes possédaient éventuellement en propre. Ainsi Rosa Ferrari, épouse d’Evangelista Martini, failli, vendit les biens immobiliers qu’elle avait reçus de son père et donna les 7.000 lires retirées de la vente à son mari, contre une inscription hypothécaire. Les difficultés ne cessant pas, elle céda alors son crédit à L. Varrocchi qui donna en comptant cette somme à son époux. Elle ne possédait plus alors qu’une inscription hypothécaire d’un peu plus de 200 lires, portion de sa dot que son mari avait touchée en liquide, et utilisée depuis longtemps. Ainsi, les dots constituaient un apport de liquidité, une garantie de statuts et un éventuel recours pour les familles. Elles étaient gérées par les maris pour le plus grand bien des affaires familiales dans lesquelles les femmes avaient d’ailleurs un rôle important à jouer.

  • 58 De nombreuses études ont insisté sur le rôle actif et essentiel des femmes de négociants et de fabr (...)
  • 59 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicillo di Vincenzo Mazzoni, 1819.
  • 60 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 21/11/1808.
  • 61 Elle se trouve dans la cloître de l’Eglise San Francesco de Prato, ainsi qu’un bon nombre de famill (...)

27En cultivant la vertu du travail, la gestion des subordonnés et des affaires, les filles et les épouses des entrepreneurs de Prato ne faisaient que se conformer aux règles de conduite de toutes les familles négociantes et manufacturières58. Giuseppa Mazzoni était le modèle même d’une épouse dévouée et activement présente dans les entreprises variées de son mari : avant que les enfants ne grandissent, elle fut, avec le commis G.B. Andrei, la principale collaboratrice de Vincenzo. Au courant de toutes ses spéculations et de toutes ses affaires, elle était capable de le remplacer pendant ses longs séjours à Prato, recouvrant les crédits, passant les commandes, s’informant des affaires en cours. Pas de doute qu’elle n’ait poussé sa fille aînée, Vincenza, à suivre son exemple : elle était comme ses frères, et avant eux, mise au courant des travaux de la manufacture. Son père lui en rendait hommage, rappelant dans son testament sa coopération aux travaux et aux fabrications de Vincenzo dans le temps où elle vivait dans la maison paternelle59 : il n’était pas encore question d’éduquer les filles au chant et aux travaux de couture, ou si elles l’étaient, c’était pour pouvoir coudre les nappes des bérets. Elles savaient manier le rouet et le filatoio, tisser à l’occasion, surtout faire les comptes et tenir leur rôle de fidèle soutien aux activités. Le futur mari de Vincenza Mazzoni ne pouvait que se féliciter d’une telle orientation, lui dont la sœur était une femme assez active pour les affaires de son frère…elle surveille la boutique, va diviser les grains avec les paysans, et tient les écritures de toutes les métairies, c’est son père qui l’a fait être ainsi60. Force est de croire que de nombreux pères agissaient de même : si les femmes étaient bien ménagères, ainsi que le rappelait par exemple la plaque funéraire de Gertrude Pacchiani61, épouse de Vincenzo, il faut entendre par là qu’elles s’occupaient de tout ce qui avait trait à la maison, et l’entreprise en était la première préoccupation. On le voyait surtout quand mourait le mari et que les veuves devaient reprendre en main les destinées de la famille et du négoce.

  • 62 Anna Casini épouse Farfalli n’était pas la tutrice de ses enfants, son père ayant nommé un certain (...)
  • 63 C’est ce que P. Macry, 1988, a bien montré, et le processus ne semble guère différent à Prato.
  • 64 Ainsi, lorsque Niccola Farfalli testait en 181 5, il nommait tuteurs de ses enfants et responsables (...)
  • 65 Ainsi le conseil louait-il l’action de Rosa Franchi, veuve de Giovacchino Caponi qui, grâce à sa co (...)
  • 66 Ainsi la femme de Niccola Farfalli avait le droit de disposer librement de sa propre autorité du tr (...)

28En cas de veuvage, la femme pouvait être désignée comme tutrice, mais elle ne l’était pas systématiquement62, car, dans une structure dominée par la logique du nom, le patrimoine devait être à tout prix en mains sûres, géré par des membres de la famille du père qui redoutait par dessus tout une intrusion de la famille maternelle63. C’est ce qui explique que la veuve, même tutrice, était de toutes façons secondée, aidée et conseillée par un homme, de préférence le frère du défunt, ou à défaut des amis extérieurs suffisamment au courant des affaires pour en gérer correctement le sort64. Ainsi encadrée, la veuve n’avait souvent qu’une autonomie limitée65. Les enjeux de cette phase difficile étaient souvent énoncés par les conseils de familles : union, crédit, intérêt. Le maintien du lien entre les fils, et entre la mère et ses enfants, était évidemment essentiel : la mort défaisait en effet la communauté conjugale et la veuve pouvait décider de partir, de se remarier… et d’emporter sa dot. Toute une série de dispositions testamentaires assignant biens et revenus à la veuve, tant qu’elle resterait dans la famille, tentaient de l’en dissuader66. Le remariage signifiait en effet non seulement que la femme reprenait sa dot, mais aussi qu’elle agissait de façon plus indépendante dans la sphère matrimoniale, ordinairement enjeu de stratégies familiales mûrement réfléchies.

Bien marier ses enfants

29Le mariage était bien sûr une affaire de famille : renforcement des alliances et bel avenir s’y décidaient selon des stratégies mûrement pesées par le chef de famille.

  • 67 A.S.F., Notarile moderno, L. Michelotti di Livorno, 21/2/1824.
  • 68 Idem, Santoni di Livorno, 28/3/1831.
  • 69 Elle n’apportait au marige qu’un dot mesquine de 1500 écus.
  • 70 Cf. par exemple J.P. Chaline, 1982.
  • 71 En particulier à Nancy, à Rouen ; J.P. Chaline, 1982, montre que dans les mariages entre une fille (...)

30Ainsi le bilan des années d’efforts consacrées par Vincenzo Mazzoni pour marier ses enfants était le suivant : Niccola Zarini, négociant et possédant, mariée à Vincenza ; Damiano Pacchiani, pour un temps négociant et possédant, époux de Maria ; Felloni médecin et possédant de Cascina auquel serait finalement mariée Nunziata67 ; Luigi Franceschi, médecin physicien et possédant de Livourne, qui devint en 1831 le mari de Donata68 ; Teresa Vai, la noble épouse de Lazzero et Giuliana Bertini, l’infortunée compagne de Giuliano69. Sans parler de cette dernière, qui ne fit partie que des plans très personnels de Giuliano, les mariages contractés par les enfants de Vincenzo Mazzoni répondirent au désir de respectabilité, à l’exigence d’un niveau de fortune suffisant, à la volonté de contracter ou de consolider des alliances. Le cas des deux filles aînées, qui se marièrent dans le milieu négociant de Prato, est exemplaire. Il allait de soi qu’une fille de Mazzoni épouserait un Pacchiani ; la société se renforçait d’alliances matrimoniales, un schéma classique. Tout aussi classique le processus inverse, qui faisait du nouveau gendre un nouvel allié de la famille : alors que les Mazzoni n’avaient que très peu, voire pas du tout, fréquenté en amitié ou en affaires les Zarini, le mariage de Vincenza rapprocha les deux noyaux familiaux qui s’associèrent dorénavant dans de nombreuses spéculations : les ramifications négociantes s’amplifiaient. Le mariage des filles cadettes répondait, lui, essentiellement au désir de stabilité : les deux derniers gendres étaient membres de ces professions qui attiraient par ailleurs bon nombre de fils de négociants. L’échange matrimonial entre milieu négociant et milieu des professions était partout courant70. Les professions libérales rassuraient, pour les mêmes raisons qu’elles séduisaient pour les carrières des fils : stabilité et relative sécurité lors des crises étaient ses deux grandes vertus. Ainsi les médecins, avocats, notaires purent faire de beaux mariages avec les filles de riches négociants : les dots de Nunziata et Donata représentaient en effet sans doute de belles sommes pour leurs maris, même si en l’absence de registres de successions pour cette époque, il est impossible de dire si elles constituaient l’apport principal du couple, comme cela semblait être le cas ailleurs71. La logique du mariage de Lazzero, enfin, était tout autre : il s’agissait de frapper à la porte de l’ancienne noblesse, de sceller par le mariage un processus d’ascension sociale, une tâche qui seyait bien au fils aîné et qu’il remplissait à Prato comme dans toutes les autres places négociantes.

  • 72 Ce processus semble donc inverse à celui souvent décrit où ce sont les filles de négociants qui att (...)
  • 73 Anna Martini apportait plus de 36000 lires de dot à son époux Antonio Naldini, tandis que son frère (...)
  • 74 Il ne s’agit que de l’un de ces réseaux bien sûr, on pourrait en dessiner d’autres, par exemple à p (...)

31A l’image de la famille Mazzoni, reconnaissance sociale, amplification du réseau négociant, sécurité étaient les principales directions des stratégies matrimoniales déployées par l’ensemble du milieu entrepreneurial de Prato. Au moment même où Lazzero prenait pour épouse Teresa Vai, un certain nombre d’héritiers de lanaioli entrés récemment dans les rangs de la noblesse concrétisaient cette ascension par des unions avec les familles de l’ancienne noblesse de la ville. Les plus beaux mariages étaient toujours ceux des fils, en particulier des fils aînés, dépositaires en quelque sorte du prestige familial72. Quelques exemples suffisent à indiquer une tendance certaine au fusionnement des élites dans la société citadine. Le fils aîné de Lorenzo Martini, Vincenzo, se maria quand la famille était encore en voie d’ascension. Sa femme, Antonia Mei, lui apporta certes une belle dot, mais restait roturière, tout comme la première femme de son frère puîné Luigi, Anna Pieraccini, épousée en 1808. Le second mariage de Luigi allia la famille avec les Buonamici, d’ancienne noblesse. Les liens dès lors se multiplièrent : en 1821, le mariage d’Anna de Vincenzo Martini allia la famille à celle de la vieille noblesse des Naldini. Son frère Luigi se maria en 1836 à Luisa Goggi, autre famille noble73. La mort précoce de son épouse poussa Luigi à de secondes noces, cette fois célébrées entre nouveaux nobles : Giuseppina, fille de Nicolo Zarini et de Vincenza Mazzoni fut sa nouvelle compagne en 1841, un très beau parti là aussi puisque la petite fille de Mazzoni apporta une dot semblable à celle de sa mère (47000 lires). Une somme assez semblable à celle que reçut un autre Mazzoni, Carlo fils de Niccolò, une nouvelle famille d’anoblis, qui prit pour épouse en 1839 Gaspera Martini, fille de Luigi. Ainsi, deux frères (sur les quatre de la famille), et quatre petits-enfants, huit mariages, une esquisse de réseaux dans les hautes sphères du pouvoir économique et politique citadin : Martini, Mazzoni, Zarini, pour les nouveaux nobles, Naldini, Goggi, Buonamici pour les anciens. La constitution de ce réseau manifestait l’ascension réussie des plus grands noyaux manufacturiers74.

  • 75 Cf. notamment J.P. Hirsch, 1991, p. 303 et suivantes ; G. Gayot, 1998, p. 356.

32A un niveau inférieur, et à une époque antérieure, d’autres réseaux s’étaient déjà formés, plus internes au groupe. Ils démontrent eux aussi la vigueur et l’intérêt d’une politique matrimoniale bien conduite. Retournons donc à la fin du XVIIIe siècle : Clemente Conti, foulonnier, avait épousé Isabella, fille (et héritière) de Gaspero Andrea Tronci, fabricant, et de Ginevra, elle-même fille et héritière (avec ses deux sœurs) de Fabiano Marchesuoli, tondeur ; l’une des sœurs de Ginevra, Gaspera, était l’épouse de Lorenzo Martini, fabricant et teinturier, tandis qu’une Martini avait pour mari Domenico Cocci, tondeur. Ainsi Tronci, Marchesuoli, Cocci, Conti et Martini, respectivement fabricant, tondeur, foulonnier, teinturier et fabricant se trouvaient unis par des liens familiaux, mais aussi par des liens de société : Lorenzo Martini et Gaspero Tronci furent associés pendant quelques années, notamment pour gérer les biens de leurs épouses respectives, parmi lesquels se trouvait la boutique de tondeur qu’elles avaient héritée de leur père. Le milieu semblait alors posséder un assez haut degré d’endogamie : c’était d’abord vers des familles liées aux mêmes activités que l’on cherchait à faire alliance. S’unir entre soi était nécessaire pour assurer la cohérence du milieu et pour renforcer par des liens familiaux les relations entre activités complémentaires. Ainsi, les Conti étaient également liés aux Nistri, les Nistri étaient euxmêmes alliés aux Bacci, aux Mochi et aux Pacchiani, qui étaient également associés aux Pittei. Les Soffi-Ghibellini étaient unis aux Becherini et aux Franchi, qui eux-mêmes étaient parents des Angiolini et liés aux Caponi. La diversification matrimoniale ne venait que dans un second temps, quand il s’agissait de marier les filles à des docteurs ou les fils à de belles héritières. Est-ce à dire que l’on se mariait entre cousins, comme cela semblait le cas dans certains milieux de commerce soucieux de faire circuler au maximum les biens dans les mêmes mains75 ? Il ne semble pas : d’une part, les interdits canoniques relativement respectés invitaient à étendre l’aire des mariages, d’autre part, le régime dotal contribuait à maintenir ici l’intégralité des patrimoines que l’on tentait ailleurs d’obtenir par une plus stricte endogamie au sein même du groupe familial.

33La valse de toutes ces parentèles demanderait certes à être un peu plus ordonnée et mesurée : ce survol permet pourtant de voir se créer des réseaux d’entraides, de complémentarité entre professions liées au textile. L’alliance entre des familles qui avaient chacune une spécialité bien définie dans la production manufacturière permettait de faciliter et de fluidifier les rapports entre activités. Ces réseaux montrent par ailleurs que si la famille était à la base même de l’entreprise, elle n’était point non plus autosuffisante : l’alliance restait le moyen de convoquer le crédit, à tous les sens du terme.

2. Au-delà de la famille

Un remède à l’insuffisance : l’alliance

  • 76 Cantini Leggi e bandi, 1814, no 165.
  • 77 Des considérations semblables sont faites à Lille où le nombre de sociétés existantes, nous dit J.P (...)

34Si les alliances matrimoniales unissaient des noyaux entrepreneuriaux aux activités complémentaires, les sociétés renforçaient ou complétaient ces jeux du mariage. Aussi indispensables que les unions du sang quelles redoublaient parfois, les unions sociales apportaient aux familles la force nécessaire pour affronter les activités de fabrication et de vente. Il est malheureusement très difficile de repérer les sociétés existantes dans le monde entrepreneurial de Prato car aucun registre de société n’existe pour la ville. Certes, à l’époque moderne, Florence conservait la mémoire de toutes les sociétés en commandite passées dans la ville ou dans le grand Duché, mais celles qui concernent Prato sont très rares. Cette absence se poursuit dans les registres de l’époque napoléonienne, dans les volumineux dossiers du Tribunal de Commerce, puis dans ceux du Tribunal de Première Instance, consacrés à l’enregistrement des sociétés sous la Restauration, enfin dans les registres post-unitaires. Face à une telle absence, on peut douter que les sociétés constituées à Prato aient bien dû être enregistrées à Florence : les limites juridiques du Tribunal de Commerce constitué après la Restauration semblaient en effet se limiter, comme la Chambre du même nom, exclusivement à la capitale76. Dès lors, ces enregistrements devraient se trouver dans les archives vicariales : l’état du classement n’a pas permis de les retrouver. Ils restent donc peut-être enfouis dans la masse des affaires civiles, à moins qu’ils aient disparu, ou qu’ils n’aient jamais existé… L’état des sources ne permet donc pas de faire une étude exhaustive des sociétés. Mais la conservation des actes n’est pas seule en cause : la plupart des associations existantes à Prato semblaient résulter d’un accord verbal entre les partenaires qui, au mieux, rédigeaient un acte privé de tout enregistrement. Cette existence en deçà de la loi manifestait la volonté de faire entre soi, de ne pas trop faire savoir comment l’on s’organisait77. Un exemple entre tous : c’était un contrat verbal qui liait Niccolo Zarini et Luigi Bianchi pour la fabrication de chapeaux de paille ; la société durait le temps du bon vouloir des deux associés et se basait sur la confiance réciproque. Lorsque celle-ci cessait, Niccolo Zarini n’avait que peu d’arguments à présenter au tribunal contre son associé qui ne donnait pas à travailler depuis de nombreux mois et refusait de faire à l’amiable le bilan et la liquidation.

  • 78 Une ordonnance de 1673 exige que les sociétés soient faites par écrit.
  • 79 S.A.S.P., Atti Giudiziari, Tribunale di commercio, 1812-14, fallimenti Viviani.
  • 80 Idem.

35Que valaient en effet de tels actes privés de reconnaissance ? Rien, ou presque, au terme de la loi78. Mais les juges reconnaissaient le cas échéant l’existence de ces sociétés non strictement formalisées, notamment en cas de faillite. Ainsi, en 1812, Gaspero Viviani, marchand-fabricant de Prato cessa ses paiements. Or son neveu Giovanni vivait avec lui. Devait-on considérer qu’une association existait entre oncle et neveu ? L’affaire fournissait l’occasion au magistrat de Prato de définir ce qu’était une société : considérant que la société est un fait dont la preuve doit résulter ou des actes prouvant expressément la volonté et l’intention des associés, ou des circonstances qui en l’absence d’une telle déclaration expresse donnent des contrôles capables de faire la preuve de la volonté tacite de ceux qui sont entre eux réunis en société79… volonté tacite suffisait donc à définir une société ; les témoignages du milieu faisaient alors preuve car les entrepreneurs savaient, eux, qui était qui, et qui était allié avec qui. L’absence de sources ne doit donc pas pousser à conclure trop rapidement à l’absence de toute société dans le milieu entrepreneurial. Une union qui allait sans le dire était celle qui unissait les différents membres de la famille autour de l’entreprise commune : l’entreprise commerciale et fabricante, l’entreprise ménagère au sens large, était affaire de tous. C’est encore ce qu’explicitait le magistrat : entre les personnes qui sont étroitement liées par le sang, et qui vivent en société de famille, il n’y a pas de stipulations écrites, qui prouvent et règlent la société des intérêts80, qui, pourtant, ne pouvait faire aucun doute.

36Une union qui allait mieux en le disant, comme semble le montrer J.P. Hirsch pour le milieu lillois ? La société complément et tutelle des alliances familiales ? A Prato, les sociétés familiales n’étaient formalisées que lorsque l’unité était, pour une raison quelconque, remise en cause ou quand les affaires périclitaient. Ainsi, quand la situation de l’entreprise familiale des Soffi-Ghibellini se détériora gravement, une société fut formalisée entre Bartolommeo et ses oncles. Les justifications données en cette occasion expliquaient bien le fonctionnement antérieur et les motivations du changement : depuis le 4/4/1798, expliquaient-ils au notaire, Bartolommeo a eu l’administration et la signature plutôt par effet de tacite et habituelle connivence familiale que par l’effet d’une précédente, stable et ferme disposition… une semblable liberté complète d’administration manquant de vigilance supérieure et de compte-rendus a été insensiblement préjudiciable à ses propres intérêts… C’est pourquoi le bilan du patrimoine de famille était strictement établi et la gestion de Bartolommeo contrôlée par le biais d’un ami commun qui depuis très longtemps a été et est particulière ment dévoué à leur famille. Rien n’y faisait et en 1811, la société pour le négoce de teinture cessait totalement. Ainsi, dans un premier temps les oncles formalisaient l’existence de la société familiale et rétablissaient un contrôle sur leur neveu, pour se désengager des affaires commerciales dans un second temps, avant de diviser l’ensemble du patrimoine en 1812. Seul le caractère critique de la situation expliquait ce passage à une forme reconnue de société, qui précédait le partage des destins.

  • 81 A.S.F., Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954.
  • 82 A.S.F., Tribunal di prima istanza, 1251 ; Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954 et Ufficio de (...)

37La formalisation de la société pouvait au contraire advenir pour perpétuer une union qui risquait d’être mise en cause par la rupture de la communauté de vie. Ainsi les frères Livi avaient vécu depuis la mort de leur père en 1857 sous un même toit et dans une même famille, mais l’un d’eux, Carlo, était appelé à aller demeurer à Sienne où il était employé : dès lors la communauté n’allait plus de soi, et, pour empêcher que Carlo ne puisse retirer du jour au lendemain sa part dans les entreprises familiales, les frères procédaient à une division formelle du patrimoine et créaient une société en commandite dont le but seul et unique était la filature de la laine. La société s’appellerait Giuseppe Livi e C. du nom du frère aîné. Carlo était associé commanditaire et ne pouvait être tenu envers les tiers au delà du capital mis en société, 5731 lires, soit un peu plus d’un tiers de son héritage total. La société avait une durée triennale renouvelable et les bénéfices répartis à égalité parfaite entre les trois jusqu’à concurrence de l’intérêt de 5 3/4 sur le capital de chacun ; le surplus de bénéfices devra être cédé pour 3/4 en faveur des associés administrateurs et 1/4 à l’associé commanditaire81 : à la communion totale succédait une formalisation rigoureuse de l’accord familial. La famille était par ailleurs engagée dans une autre société, toujours pour la filature de la laine, avec un étranger au cercle familial, Andrea Capaccioli. Celui-ci possédait en commun avec eux la filature, puis le lanificio, les machines et les crédits82 : une société en nom collectif, où chacun versait une somme égale et était responsable au même titre des bonheurs et des malheurs de l’affaire gérée en commun. La société en nom collectif semblait en effet largement dominer dans le milieu textile. Ces associations de capitaux, de noms, de savoir-faire, étaient à responsabilité en général illimitée ; de durée relativement brève, elles étaient évidemment renouvelables : il fallait pouvoir faire face rapidement à des situations de crise et désengager le capital. Ces sociétés internes au milieu furent, contrairement à l’impression donnée par des informations lacunaires, multiples.

  • 83 A.S.F., Tribunale di Commercio, Accomandite, 291 ; M. Scardozzi, 1991, avait déjà mentionné cette s (...)
  • 84 Par exemple la société en commandite Cosimo Giachi e C., créée par acte privé le 11/10/1815, publié (...)

38Par contre, bien peu d’associés semblaient extérieurs aux familles entrepreneuriales : le nombre dérisoire des sociétés en commandite enregistrées à Florence concernant des entreprises de Prato est un indice de la très faible participation florentine aux affaires de la ville. Ces liens, plus nombreux au XIXe siècle, furent surtout noués pour le commerce et la fabrication de la paille. Ainsi, l’ancien maire napoléonien Niccolo Mazzoni contracta en 1820 une société en commandite avec Sebastiano Kleiber et Cesare Lampronti, deux grands noms de la finance florentine, pour la fabrique de chapeaux de paille : Mazzoni, qui exerçait sous son nom, versa également l’essentiel du capital (80 % des 80.000 que totalisait la société) ; mais en s’associant à Kleiber et Lampronti, il se procurait une ouverture de crédit auprès de ces puissants financiers et une facilité de commercialisation83. L’exemple semble toutefois exceptionnel, et la paille, secteur alors en pleine expansion, intéressait les financiers et les spéculateurs beaucoup plus que la fabrication de tissus, dont le marché restait incertain et les profits parfois trop mesquins. Un domaine de la laine pouvait cependant attirer les spéculateurs : celui des bonnets à la levantine. Les sociétés qui se créèrent eurent cependant pour centre de fabrication Florence et non Prato84. D’une façon générale, la ville semblait terra incognita des grands spéculateurs florentins qui, par contre, investissaient dans le Casentino ou à Pise : une expression supplémentaire de l’hostilité latente entre les deux villes ? Une ignorance réciproque, plus vraisemblablement : les Florentins avaient sans doute du mal à comprendre ce milieu de la fabrique, ils n’avaient de rapport qu’avec les plus grands. Les entrepreneurs de Prato, d’autre part, ne souhaitaient pas forcément constituer des sociétés qui auraient certainement sanctionné leur infériorité.

  • 85 R.B. Litchfield, 1969b.
  • 86 Cf. aussi à ce propos P.Malanima, 1982.

39Autres grandes absentes des sociétés commerciales textiles de Prato : les familles nobles de la ville. Le phénomène est à mettre en relation avec le faible nombre des sociétés en commandite qui permettaient traditionnellement aux élites devenues terriennes de participer aux affaires commerciales : l’un est sans doute symptôme de l’autre. Cette absence de participation directe du capital noble ne surprend pas au regard, d’une part, du désengagement progressif et néanmoins massif qu’opérèrent à Florence même ces familles des activités productives85, d’autre part, de leur ancienne attirance pour la soie bien plus que pour la laine86. La noblesse de Prato, bien que partageant le pouvoir avec les représentants des familles négociantes, n’était pas disposée à investir dans les activités textiles de la ville. L’un des membres les plus actifs de la noblesse entrepreneuriale de la ville, Giuseppe Buonamici, s’engagea dans le travail du cuivre, puis la fonderie, plutôt que dans la laine. Mais il fut un autre mode de participation indirect : par la possession et la location des bâtiments productifs, nous l’avons vu.

40Les entrepreneurs de Prato furent donc les principaux, et le plus souvent les seuls acteurs de leurs sociétés jusqu’à une époque avancée du XIXe siècle : seule l’introduction de la laine mécanique semble avoir ouvert davantage les sociétés locales aux étrangers. Si le milieu entrepreneurial sut mobiliser des capitaux dépassant son propre cercle, il le fit par d’autres biais que les sociétés.

Les jeux et les réseaux du capital

  • 87 E. Bruzzi, 1920, p. 125.
  • 88 Cf. la remarque de J.P. Hirsch, qui se demande par quelle étrange confusion, entretenue autour de l (...)

41A en croire de nombreux écrits consacrés à l’industrie textile de Prato, l’auto-financement fut le principal, si ce n’est l’unique mode de fonctionnement des entreprises. Selon E. Bruzzi par exemple, l’industrie de Prato… (et cela est un de ses grands mérites), dut se former et développer entièrement par soi-même, en capitalisant les fruits de sa seule sueur ; de deux bouchées, dirons nous, en garder une, pour consacrer au travail la dépense de l’autre87. Cette affirmation sonne comme une reconnaissance du mérite intrinsèque de ce type de financement et semble devoir ajouter un surplus de valeur morale à ces entrepreneurs qui surent être indépendants et autosuffisants. Certes, les réseaux du mariage et des sociétés sont apparus largement endogamiques, mais cela suffit-il à conclure à l’auto-financement massif des entreprises ? Les jugements prononcés lors des faillites font entendre un tout autre son de cloche : les rapporteurs insistent en effet souvent sur l’absence totale de fonds propres, de capital ou d’apport personnel ; l’auto-financement serait, à les en croire, pratiquement inexistant. Entre ces deux propositions contradictoires, il faut essayer d’y voir clair sur la façon de réunir et de trouver le crédit, sur la provenance des capitaux, sur les autres ressources d’un système qui est moins simple qu’il n’y paraît88.

  • 89 Même procédé dans le West Riding : P. Hudson, 1986.
  • 90 A.S.F., Notarile moderno, Conforti, p. 25914.
  • 91 Idem, Cecconi, p. 36013 et p. 36022.

42La forme la plus courante pour trouver rapidement des sommes importantes fut, au XVIIIe siècle, d’imposer des cens – rentes constituées – sur les propriétés immobilières, ce qui supposait bien sûr que l’on en eût89. Ainsi, en 1737, Girolamo fu Francesco Focosi avait un besoin urgent d’argent sonnant et trébuchant. Il imposait donc un cens de 17.2 écus sur un édifice de su propriété à usuge de calandre et un autre u usage… de cotonneur qu’il vendait pour 400 écus (2800 lires) à Antonio Frati, lui-même marchand-fabricant. En 1772, les frères Frati vendaient ce cens à Agostino Farfalli, négociant, pour la même somme90. Ainsi Focosi avait-il pu trouver le capital qui lui manquait, mais sa famille continuait d’en payer longuement les frais : en effet, bien que théoriquement remboursables, les cens ne l’étaient en fait que rarement et leur poids diminuait d’autant la rente de ces immeubles. Aussi la démarche était-elle à double tranchant : de l’argent immédiat contre d’infinis remboursements. Les cens signifiaient à la fois le besoin d’argent de ceux qui les vendaient mais aussi la volonté de placements sûrs – particulièrement prisés dans les périodes d’incertitudes – de ceux qui les achetaient. A la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, la famille Angiolini, par exemple, y investit les fruits de ses bénéfices dans l’espoir de stabiliser une partie de la fortune familiale : la division patrimoniale qu’opérèrent en 1808 les fils de Nicola Angiolini après le décès de leur père permet d’en recenser au moins 21, pour un capital total de plus de 30000 lires qui rapportait ainsi 4 % par an en moyenne. La plupart avait été achetée entre 1793 et 1802 à des entrepreneurs en mal d’argent frais : Mercatanti, Pini, Cocci, Carlesi, Carmignani, Valentini, Corona, Becherini, Magheri, Frati, autant de familles liées aux activités productives de la ville, le plus souvent au textile91, un réseau vaste qui dépassait largement ceux de la parentèle, mais qui restait cependant à l’intérieur de la même couche sociale.

  • 92 A.S.F., Notarile moderno, Lolli, p. 29473. En 1773, son frère avait de même imposé un cens d’un peu (...)
  • 93 Deux exemples parmi d’autres : en 1791, Conti et Magheri imposaient un cens sur des propriétés comm (...)

43Les cens furent également l’instrument d’un élargissement du recrutement des capitaux, notamment vers l’important patrimoine ecclésiastique de la ville. Quelques exemples : à la fin du XVIIIe siècle, Giuseppe Farfalli avait besoin d’argent frais. Plutôt que de le demander à son frère, il imposa un cens de 56 lires sur une de ses maisons et vendit le capital pour 200 écus (1400 lires) au Conservatorio di San Giorgio92. Les cas de ce genre étaient fréquents93 : ainsi était-ce le moyen pour les institutions ecclésiastiques de placer leurs capitaux et pour les marchands de pouvoir disposer de sommes quelque fois importantes pour le fonctionnement de leurs affaires, pour régler des dettes urgentes, pour doter des filles sans retirer des capitaux au commerce.

44L’imposition de cens cessa, semble-t-il, presque totalement au XIXe siècle : quand Giovanni Angiolini commença à manquer d’argent circulant, avant même la Restauration, il contracta des emprunts. Ainsi en 1814, G. Giorgio, lui-même négociant et possédant de Prato, lui prêtait 600 écus (4200 lires) en monnaie d’argent. Les pactes étaient les suivants : Angiolini pouvait utiliser cet argent pour son propre compte, risque et intérêt pendant six ans. Il devait pendant ce temps verser 6 % d’intérêts par an à Giorgi et hypothéquer en sa faveur la foulonnerie. Les conditions étaient a peu près semblables lorsque le même Angiolini empruntait la même année 2674 lires supplémentaires à Nunziato Martelli : le prêt hypothécaire ne durait cette fois que deux ans, l’intérêt était de 5 %, mais la moitié du capital devait être remboursée à la fin de la première année. Ce genre de prêts hypothécaires devint alors très courant. Souvent internes au milieu négociant, ils témoignent de la propension des plus grands à placer ainsi leurs capitaux. Pour ne citer qu’un exemple, Giuseppe Martelli laissa en mourant à ses héritiers plus de 100000 lires placés en emprunts auprès de particuliers, près de 20 % de son patrimoine actif : les réseaux convergeaient vers les plus grands.

  • 94 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, 1295, fallimento fratelli Martini, 1833.
  • 95 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, p. 18143.

45Est-ce à dire qu’il n’existait alors plus de recrutement en dehors du milieu ? Les institutions ecclésiastiques, en partie affaiblies, n’apparaissaient plus que rarement parmi les prêteurs. Mais les sources de crédit restaient cependant diversifiées : ainsi, parmi les créditeurs des frères Martini faillis en 1836, se trouvaient Luisa Franchi, veuve de F. Bertini, et ses fils qui avaient donné à titre de prêt à intérêt aux frères Martini 1000 écus en 1830, payé à F. Casini pour la même somme prêtée en 1825pour cinq ans à 5 % avec hypothèque94. F. Casini était lui-même négociant, beau-père de Francesco Farfalli : c’était donc lui qui commençait à prêter aux frères Martini des capitaux sans doute fondamentaux dans la mise en route de leurs affaires. Voulant récupérer son argent au bout des cinq années prévues, il était remplacé par la famille Bertini qui plaçait ainsi un capital provenant du patrimoine du père et mari défunt. Sa disparition avait en effet entraîné la liquidation du négoce de cuivre qu’il gérait, les marchandises avaient été vendues, la boutique louée et les capitaux ainsi dégagés employés en divers prêts, tous concédés à des marchands de la ville : en plus du prêt aux frères Martini, les Bertini prêtaient en effet 2100 fiorini à Giovanni Caponi, 1260 fiorini à Giuseppe Del Rigo et 4200 fiorini à Giuseppe Cicambelli95. Ces prêts hypothécaires garantissaient l’avoir de la famille et lui assuraient des rentes à 5 %. Cette formule, bien connue, permettait la sûreté des placements et était employée pour investir les capitaux des dots, des successions lors des tutelles, notamment. Il existait ainsi un assez grand nombre de capitaux prêts à s’engager, grâce à la garantie hypothécaire, dans les activités négociantes et productives de la ville, qui étaient donc loin de se limiter aux ressources de l’auto-financement.

  • 96 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7964.
  • 97 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, 1295, fallimento fratelli Martini, 1833.
  • 98 Déjà cité.

46De plus, beaucoup d’entreprises fonctionnaient journalièrement grâce aux emprunts sans le dire que permettaient les jeux de l’écriture : à l’intérieur de la ville circulaient des promesses de paiement, qui étaient autant de crédits à court terme. Ces acceptations de paiements différés, ces papiers de complaisance, alimentaient les circulations de capitaux « potentiels » qui ne se matérialisaient que lors de l’écoulement de la production. Les relations commerciales étaient seules garantes de ce crédit en deçà de la loi. Mais quand les échéances ne cessaient d’être différées, la loi devenait nécessaire pour garantir le capital du prêteur : les notaires rédigeaient alors des reconnaissances de dettes privées. C’est ainsi qu’en 1872, Franco Sapori se reconnaissait débiteur de Giovanni Mengozzi pour la somme de 3500 lires, montant de quatre pagherò restés sans paiement. Le terme en était dorénavant prévu en 1875, mais désormais le capital rapportait au prêteur le taux de 6 % par an, sans compter des surplus divers qui augmentaient en fait le taux d’intérêt96. Cet exemple tardif indique la persistance d’une pratique ancienne dont témoignent les dossiers de faillites : ainsi, Paolo di Clemente Conti était-il reconnu, en 1833, créditeur privilégié des frères Martini pour 550 écus (3850 lires) pour des « distributions » faites en plusieurs fois qui avaient ensuite abouti à une reconnaissance de dettes, de durée quinquennale avec intérêt et hypothèque97. Ces prêts implicites qui ne se formalisaient qu’en cas de dysfonctionnement permettaient de faire tourner les affaires. C’est surtout dans le domaine des échanges entre la ville et ses fournisseurs que les promesses de paiement permettaient d’étirer le temps et d’attendre, pour régler les dettes, que la foire de Septembre ait fait entrer dans les caisses le produit des ventes de tissus. En attendant, la fabrication avait pu se prévaloir de matières premières payées de cette promesse de futur : nous avions déjà évoqué ce mécanisme, qui voulait qu’à Prato, selon l’expression déjà citée de Lazzero Mazzoni, les semaines deviennent des années, qui faisait qu’en pratique la plus grande partie des entrepreneurs de la ville fabriquaient à crédit, comme l’expliquait le maire aux autorités napoléoniennes98.

  • 99 S.A.S.P., Vicariato, Atti Criminali Cercignani XXV et XXVI.
  • 100 Dans cette affaire en effet, Rodocanacchi doutait de la signature des documents fournis par Benelli (...)
  • 101 C’est aussi ce que disait Benelli : s’il n’avait plus trouvé dorénavant de personnes qui lui garant (...)

47Mais les réseaux étaient organisés, et loin d’être égalitaires. Allongement des délais et confiance n’étaient pas accordés à n’importe qui : pour obtenir ce crédit sans le dire, il fallait avoir un nom, être connu et reconnu, axiome de base de tout échange commercial dans lequel les individus n’ont jamais été interchangeables. Aussi, les petits entrepreneurs ou les nouveaux-venus devaient obtenir la garantie d’un grand, première marque de leur inscription dans un réseau connu. Cette présentation était absolument nécessaire pour entrer en contact avec les fournisseurs de matières premières, comme en témoigne un procès en diffamation jugé par le vicaire de Prato en 1837 : G. Benelli accusait G.B. Bastogi d’avoir écrit une lettre anonyme à G. Rodocanacchi de Livourne à l’objet de nuire et dénigrer le crédit mercantile de Benelli99. Benelli était en fait le neveu de Bastogi, et son oncle lui servait de garantie pour ses relations avec les marchands de Livourne : c’est lui, expliquait Bastogi pour justifier son attitude, qui a recommandé Benelli à Rodocanacchi et il voulait l’avertir des problèmes pour ne pas être accusé d’avoir recommandé un homme privé de moyens. Les négociants de Livourne étaient effectivement extrêmement méfiants : ils refusaient, comme c’était ici le cas, de confier la marchandise sans la caution d’un entrepreneur connu, certifiée devant notaire100. Les plus grands entrepreneurs étaient donc au centre de réseaux de crédits multiples, dont ils détenaient l’essentiel des fils101. Ils étaient maîtres des relations avec les réseaux extérieurs à la ville : réseaux qui se nouaient avec Livourne, Sienne, Bologne pour la fourniture des matières premières, ou qui s’étendaient jusqu’à Florence, à la fois centre financier et centre d’écoulement d’une partie des produits de Prato, par l’intermédiaire des trafiquants de tissus en gros de la ville qui s’occupaient de leur commercialisation.

48Les dossiers de faillite révèlent cette géographie et cette organisation des réseaux de crédit. Les frères Martini, précédemment évoqués, faillissent en 1833. Le graphique représente la répartition géographique de leurs créditeurs. Les Martini se fournissent directement en matières premières à Livourne et à Bologne : laine, lin et chanvre surtout, qu’ils obtiennent à crédit sur garantie d’un grand (ils sont eux-aussi fortement liés à Giuseppe Martelli). Des négociants de Florence leur font des avances sur la marchandise. Mais c’est essentiellement avec leurs collègues de Prato qu’ils sont en relation : le circuit n’est donc pas fermé sur l’extérieur mais il trouve dans la ville l’essentiel de ses possibilités de jeu.

Graphique 54. Géographie des créditeurs commerciaux des frères Martini, faillis en 1833

Graphique 54. Géographie des créditeurs commerciaux des frères Martini, faillis en 1833

49Les relations de Luigi Pelagatti, failli en 1848, sont encore plus centrées sur Prato. A Sienne, Florence et Pescia, Pelagatti n’est en relation qu’avec un seul correspondant. Sa situation est tout à fait représentative de celle des petits entrepreneurs.

Graphique 55. Géographie des créditeurs de Luigi Pelagatti en 1848

Graphique 55. Géographie des créditeurs de Luigi Pelagatti en 1848

50A l’autre extrémité du monde entrepreneurial se trouvent les frères Gelli : leur fabrique est l’une des plus importantes de Prato ; s’ils faillissent en 1844, c’est essentiellement à cause de la garantie commerciale qu’ils ont donnée à leurs beaux-frères, les imprimeurs Giachetti.

Graphique 56. Répartition géographique des traites acceptées par les frères Gelli en 1844

Graphique 56. Répartition géographique des traites acceptées par les frères Gelli en 1844

51Prato n’a plus qu’un rôle très secondaire. L’essentiel des relations se nouent avec les villes qui fournissent les matières premières – Livourne, Sienne, Pitigliano –, les débouchés – Livourne et Florence –. Les relations de ces plus grands entrepreneurs avec l’extérieur, notamment Florence et Livourne, étaient multiformes, ce qui nuance l’image d’une ville fermée sur elle-même. Mais les réseaux étaient hiérarchisés et concentriques : un premier cercle regroupait les petits entrepreneurs de la ville qui avaient surtout des relations avec les plus grands (mais pas seulement, il faut le répéter), et un second voyait les plus grands nouer de multiples relations à l’extérieur.

52Le plus profond changement tient à la dimension et à la géographie des réseaux : alors que, sous la Restauration, les relations de la ville se bornaient encore exclusivement au Grand Duché, l’Unité signifia assez rapidement l’extension nationale du rayon d’action d’un certain nombre d’entrepreneurs. Le cas des frères Cai, faillis en 1854 et de nouveau en 1871 permet d’intéressantes comparaisons : l’ouverture des horizons est nette, en même temps que la diminution de l’importance relative de Livourne qui semble marquer le pas au profit des places septentrionales, nouvelles fournisseuses de matières premières et relais vers l’étranger.

Graphique 57. Géographie des créditeurs des frères Cai en 1854

Graphique 57. Géographie des créditeurs des frères Cai en 1854

Graphique 58. Géographie des créditeurs des frères Cai en 1871

Graphique 58. Géographie des créditeurs des frères Cai en 1871

53La géographie des créditeurs de L. Cecconi, dont la faillite est plus tardive, évoque une même évolution.

Graphique 59. Géographie des créditeurs de L. Cecconi, 1886

Graphique 59. Géographie des créditeurs de L. Cecconi, 1886
  • 102 Remarques de L. Bergeron, 1978, J. Bouvier, 1972, confirmées dans le cas lillois par J.P. Hirsch, 1 (...)
  • 103 Pour l’organisation des différentes institutions au XIXe siècle, la référence de base est la contri (...)
  • 104 On en trouve trace dans les registres de procès de l’Arte della lana et après l’Unité, le malaise s (...)
  • 105 E. Stumpo, 1986, p. 326.
  • 106 E. Stumpo note en effet que parmi les débiteurs secrets apparaissent également ces nouvelles famill (...)
  • 107 R.P. Coppini, 1989, p. 590.

54Restent de grandes absentes, même en cette époque tardive : les banques. La plupart des affaires semblaient se régler de façon interne, sans l’intervention d’établissements spécialisés102 : banquiers privés, banquiers négociants, ou plutôt négociants qui ajoutaient la banque à leurs activités multiples, continuaient d’être les maîtres des jeux financiers. Il existait pourtant dans la ville des institutions liées au crédit, mais elles avaient dans l’ensemble un rapport ambigu avec les activités productives103. Le Mont de Piété, créé ici comme dans la plupart des villes toscanes à la fin du Moyen Age, semble avoir eu un rôle réduit : quelques teinturiers ou tondeurs y portaient parfois les draps de leurs clients quand l’argent manquait de façon trop évidente, au XVIIIe comme après l’Unité italienne104. Mais l’institution n’a, semble-t-il, jamais investi dans les activités productives. Toutefois, le Mont était un important lieu du pouvoir citadin, et les anciennes comme les nouvelles familles admises à la citoyenneté au XVIIIe siècle y firent leur entrée, notamment les Soffi-Ghibellini, Franchi, Bettazzi etc.105. Cette participation était essentiellement recherchée à cause des rémunérations que le Mont versait à ses collaborateurs, mais elle pouvait aussi faire bénéficier les familles de prêts privilégiés106. Ainsi l’investissement ecclésiastique de ces familles — les Soffi-Ghibellini comptaient trois chanoines… – pouvait rendre des fruits précieux pour leurs activités manufacturières. Après la tourmente qu’il connut pendant la période napoléonienne, le Mont fut réorganisé de façon stable à partir de 1821, grâce à l’œuvre du gonfaloniere Giuseppe Martini, qui pouvait ainsi utiliser sa position politique pour mettre en œuvre des réformes économiques. Comme le note E. Stumpo, les liens entre les grandes familles manufacturières et les institutions ecclésiastiques jouèrent également en cette occasion puisque la Caisse des Restes du Patrimoine ecclésiastique mit à disposition du Mont plus de 66.000 lires107 une possibilité de jeu qui, une fois de plus, concernait essentiellement les plus puissantes familles du négoce.

  • 108 Cf. Coppini, 1989, G. Magnolfi fut l’un des premiers à prendre contact avec Ridolfi, bientôt suivi (...)
  • 109 A.R.M., Scarpettini a Ridolfi, 5 dic. 1829, cité par R.P. Coppini, op. cit., p. 596.
  • 110 Selon Coppini, la politique de la Caisse ne semble pas avoir joué un rôle de stimulation des divers (...)
  • 111 Dans la mesure où les épargnes étaient peu réinvesties dans le secteur productif, on pourrait se de (...)

55Certaines d’entre elles furent également parmi les promotrices de la Cassa di Risparmio qui s’ouvrit dans la ville en 1830, filiale de la maison-mère créée à Florence l’année précédente. Sans revenir sur les détails de cette fondation, résultat de l’action conjointe de familles bourgeoises et d’ecclésiastiques108, le débat qui s’instaura entre Prato et Florence à propos du fonctionnement de la Caisse révélait les enjeux de la nouvelle création. Il s’agissait de savoir si la caisse de Prato devait verser les dépôts recueillis dans la caisse mère, ou si elle pouvait les employer prudemment avec un plus grand avantage dans les spéculations locales ? L’enjeu était de taille. Les promoteurs locaux affirmaient que Prato étant une ville industrieuse et dédiée aux spéculations, il ne semble pas qu’il convienne de diminuer la masse circulante de l’argent en le portant à Florence… au contraire, en l’employant ici on pourrait à la fois favoriser l’économie et l’industrie des artisans-artistien recevant leurs dépôts et assurer le commerce en employant l’argent ainsi recueilli109. Ce programme, qui montrait quelles étaient les intentions des promoteurs de Prato, ne fut que très imparfaitement réalisé par la Caisse110, qui agit tout au plus comme un faible complément aux mécanismes privés de prêts111.

56L’exigence d’une institution assurant le crédit demeurait cependant : ce fut la raison du succès de la Banca del Popolo créée en 1865 à Florence et en 1866 à Prato. Elle faisait des opérations de dépôt, d’épargne, de compte-courant, des prêts, du change, des anticipations, des escomptes surtout. Les plus grands noms de l’industrie textile du temps – les Mazzoni, Franchi, Alphandery, Pampaloni etc. – furent liés à cette entreprise : un succès qui indique l’importance de l’initiative. Les registres notariés témoignent d’ailleurs de son activité, particulièrement importante en matière d’escompte. Ce fut un nouveau motif d’opposition avec Florence. Trois ans après sa création, les actionnaires de Prato se plaignaient amèrement du comportement de la direction centrale de la banque qui faisait que le siège de Prato n’a ordinairement pas d’argent pour faire les escomptes, bien que ce soit une des principales raisons de sa naissance. Ils se plaignaient donc de l’attentat fait à l’autonomie administrative des succursales, d’autant plus que le siège central apparaissait impliqué dans des manœuvres spéculatives peu légales qui allaient entraîner sa perte. Jusqu’à l’Unité, Prato ne réussit donc pas à acquérir une indépendance financière vis-à-vis de Florence et le problème de l’escompte et de l’emploi sur place des fonds recueillis furent des problèmes constants et des motifs permanents d’opposition entre les deux villes.

  • 112 Notizie preliminari, Regio Decreto d’autorizzazione e Statuto della Banca Pratese, Prato, 1877, cit (...)
  • 113 E. Bruzzi, 1920, p. 125.
  • 114 L’industriale pratese, 20 mai 1877, cité par Coppini, 1989, p. 613.
  • 115 Voir L. Allegra, 1987.

57La situation changea lorsqu’en 1877 fut créée la Banca Pratese, dont le but proclamé était d’aider et de promouvoir ; à l’aide de l’escompte, le commerce dans le pays112. Cet organisme indépendant que Bruzzi se complaisait à présenter comme, formé de petits capitaux, naturellement locaux113, comptait en fait dans ses rangs des personnages de premier plan de l’industrie textile, comme Alphandery, Del Soldato etc. Le milieu entrepreneurial réussit alors à gagner son indépendance dans le domaine bancaire, le problème de l’escompte allait pouvoir être réglé : la maturité bancaire arrivait avec la laine mécanique. La banque allait permettre, affirmaient ses promoteurs, de libérer les activités manufacturières de certaines personnes qui voudraient vivre sur le dos du petit commerçant, en profitant de certains chantages qui, bien qu’ils ne tombent pas sous les coups du code pénal, sont pires que des brigandages… ces ignobles escompteurs que le peuple appelle d’un mot plus énergique et plus approprié, voudraient les dominer et crient contre la Banque car si elle ouvre, leurs gains s’évanouiront114. L’usure semblait donc être l’un des problèmes majeurs de ce système sans institutions115. Les dossiers de faillites des plus modestes entrepreneurs insistent en effet sur les taux d’escompte très élevés qu’ils devaient subir, qui ne faisaient qu’aggraver leur situation. En effet, le numéraire manquait souvent. Or, il en fallait pour payer les ouvriers, pour payer les traites, les intérêts, et il se payait au prix fort : qu’ils soient de Florence ou de Prato, les banquiers privés étaient en mesure de poser des conditions draconiennes aux petits entrepreneurs, surtout à ceux qui n’avaient aucun patrimoine à hypothéquer en garantie de leurs prêts. C’est donc avec difficulté, avec adresse, avec chance qu’ils réussissaient à ne pas succomber aux multiples embûches du chemin entrepreneurial : un élément qui poussait à la stabilisation la plus rapide possible d’une situation si durement acquise ?

3. Les entrepreneurs et la terre

  • 116 E. Bruzzi, 1920, p. 134-135.
  • 117 Cf. notamment Bergeron, 1971, p. 415-419 ; J.P. Hirsch, 1991, p. 215 et suivantes.

58Investir dans la terre, pousser les fils vers des emplois stables et honorables constituaient, selon certains, deux preuves de l’absence d’esprit « véritablement entrepreneurial » : qui en ces temps… devint industriel à Prato, n’eut pas de véritables vertus industrielles, ni les principes, non pas culturels, mais intuitifs pour l’être, disait E. Bruzzi, qui continuait son réquisitoire : ce fut seulement… pour se rehausser d’une misère financière à une prétendue aisance de courte vue… Ils ne désiraient rien d’autre que de ramasser un minimum de trois ou quatre cent mille lires de patrimoine, suffisant alors à mener vie bourgeoise dans une ville comme celle-là… et l’investir rapidement dans une petite métairie ou dans quelque immeuble rural ou urbain, pour cesser la petite industrie et se retirer à vie contemplative, pourvu de ne plus rien faire. Pour les fils, le rêve de beaucoup fut celui des emplois ou des professions116. Deux accusations sont donc ici lancées : la fuite relativement rapide des entrepreneurs vers des positions plus sûres, le rôle de l’investissement foncier comme alternative au commerce. Ces thèmes parcourent une partie non négligeable de l’historiographie depuis E Braudel qui, précisément à propos de l’Italie, dénonça la « trahison de la bourgeoisie ». Ces jugements ont depuis été nuancés : la terre, outre qu’elle peut rapporter gros, fut longtemps avec l’argent l’équivalent général de la confiance et du crédit117. Il faut donc repartir du côté de la terre, des achats qu’en firent les entrepreneurs de Prato pour en comprendre les significations.

Une lente prise de possession ?

  • 118 E. Fiumi, 1968, p. 203-233. Le commissario regio de la province de Pistoia (incluant Prato) – Cerci (...)
  • 119 A.S.F., R. Consulta, 2738.
  • 120 E. Fiumi, 1968, p. 232.

59Le territoire de Prato, comme c’était souvent le cas en Toscane, était aux mains de forces extérieures à la communauté : l’Eglise et les Florentins se partageaient l’essentiel des terres, ainsi que les études de Fiumi l’ont démontré depuis longtemps118. Le graphique ci-dessous synthétise la situation de la propriété en 1779. Nobles et citadins de Prato ne possédaient qu’un peu moins de 30 % des terres. Qui plus est, l’essentiel de cette propriété citadine appartenait aux familles de l’ancienne noblesse dont les pouvoirs et les possessions étaient depuis longtemps consolidées. La part initiale des citadins, et a fortiori des entrepreneurs, était donc très ténue : aussi la ville et la campagne restaient-elles largement étrangères l’une à l’autre. D’aucuns, comme le vicaire Cercignani, estimaient d’ailleurs que l’un des principaux facteurs de la vocation commerciale et productive des habitants de Prato se trouvait dans cette impossibilité de s’étendre hors les murs : faute de pouvoir accéder à la rente foncière, ils auraient été contraints de se tourner nécessairement vers l’industrie qui seule pouvait former leur richesse119. Cette analyse, fort intéressante, renforce l’hypothèse selon laquelle les entrepreneurs de Prato furent constamment à la recherche d’un espace, espace où se glisser, où s’affirmer, dans une situation initialement peu favorable : ce pourrait bien être l’une des clés de la vocation industrielle de la ville, constamment rappelée, et arborée comme un signe de distinction. Pourtant, à l’époque où Cercignani tenait ces propos, la situation foncière avait déjà évolué. A partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les citadins commencèrent à grignoter le territoire rural120.

Graphique 60. Répartition de la propriété foncière à Prato 1779

Graphique 60. Répartition de la propriété foncière à Prato 1779

Source : E. Fiumi, op. cit., p. 230.

  • 121 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, p. 35931.
  • 122 Idem, Varrocchi, p. 30111.
  • 123 Idem, Ceri, p. 29478.
  • 124 Idem, Cecconi, p. 36035.

60Les actes notariés permettent de prendre la mesure de l’investissement foncier des entrepreneurs de Prato. Ils y investirent parfois beaucoup : à côté de l’entreprise, les métairies, dispersées sur tout le territoire communal, rarement au-delà, fleurissaient comme autant de labels de notoriété et garanties de stabilité. Ainsi les Martini : Lorenzo avait commencé au XVIIIe siècle une accumulation terrienne que ses héritiers ne cesseraient d’accroître au XIXe siècle. A sa mort en 1805, il laissait plus de 25.000 écus (175.000 lires) investis en six métairies achetées au fil des ans et des bénéfices de ses activités multiples121. Les Nistri avaient fait de même : lors du partage familial de 1781, oncles, neveux et frères se répartissaient quatre métairies achetées entre 1758 et 1774, pour une valeur totale de près de 12.000 écus (presque 84000 lires), soit 4.000 de plus que la valeur du négoce122. Les Farfalli avaient eux aussi investi dans la terre : Agostino avait acheté avant sa mort en 1773 un grand ensemble de terres avec villa à Signa ; l’achat avait été effectué en société avec Giovacchino Niccoli, témoignant ainsi de l’existence de sociétés pour l’achat terrien comme pour toute autre spéculation. La part qui revenait a Farfalli valait à elle seule plus de 7.000 écus (42.000 lires), elle comprenait deux métairies avec habitations, des maisons de location etc. Non content, il avait ensuite acheté en 1772 une autre métairie avec maison pour plus de 5.500 écus (38500 lires)123. Les Pacchiani ne démentiraient bien sûr pas leurs collègues, eux qui se partageaient en 1819 plus de 15 métairies, des terres variées, un capital investi de plus de 300.000 lires qui témoignait à lui seul de la fortune accumulée dans le commerce et investie en partie dans la terre des environs124.

  • 125 Failli en 1848, il disposait pourtant d’un actif dans la moyenne, – 33160 lires –, et d’un passif r (...)

61Le mouvement ne se démentit pas au XIXe siècle : Alessandro Pacchiani, on l’a dit, poursuivit la politique menée de longue date par la famille et laissa à sa mort 600.000 lires de biens immobiliers. Son cas n’avait d’exceptionnel que l’ampleur de la fortune ainsi accumulée : plus modestement, une, deux, trois métairies furent un investissement habituel que l’on retrouve dans bien des patrimoines de représentants de la « bonne fabrique ». Pas de grands ensembles, pas de fattoria ici, même chez les plus grands, mais des terres dispersées dans l’ensemble du territoire communal ou dans son voisinage proche (Carmignano, Vaiano etc.), rarement au delà ; sauf cas exceptionnels, les négociants ne possédaient pas de biens ailleurs dans le Grand Duché : c’est donc bien à la conquête du territoire communal qu’ils partirent. L’attrait pour la terre était loin de concerner uniquement les plus riches : un teinturier comme A. Nesti mourut en 1835 en laissant une moitié de métairie, achetée en 1817 avec son frère, prêtre. D’une valeur modeste – un peu plus de 17.000 lires –, elle représentait néanmoins 46 % du patrimoine actif brut, 72 % du patrimoine net. Les pourcentages les plus élevés de patrimoine investi dans la terre se trouvent chez la catégorie intermédiaire d’entrepreneurs, ceux qui, à l’instar, de L. Pelagatti se ruinaient parfois pour acheter une métairie125.

  • 126 A.S.F., R. Consulta, 2789.
  • 127 C. Fantappiè, 1986, p. 246 et suivantes.

62La période des réformes éclairées et celle de l’occupation française furent des moments privilégiés où les entrepreneurs purent satisfaire leur faim de terre et commencer à élargir leur aire d’influence à la campagne voisine. Cercignani témoignait du premier pas important vers la conquête rurale : les nombreuses suppressions de corporations religieuses qui se firent depuis ce temps (il s’agit bien sûr du règne de Pierre Léopold) et les aliénations de leurs biens, comme de celles des institutions pieuses, assurèrent aux familles de Prato le moyen facile pour acquérir pour ainsi dire une existence politique qu’elles n’avaient jamais eu126. Intéressante notation : plus que la fortune, la terre procurait une reconnaissance politique, un moyen d’autant plus nécessaire pour participer aux institutions que les réformes de Léopold consacraient la domination d’un monde de propriétaires. La mise en vente des terres se faisait alors de façon très favorable127 : les acheteurs ne payaient qu’un quart du prix au moment de l’achat et devaient rembourser le reste au taux d’intérêt très faible de 3 % par an. L’étude des acheteurs montre que les nobles, en particuliers florentins, surent profiter de cette occasion pour agrandir leurs patrimoines puisqu’ils opérèrent près de 11 % des achats (22 % de la valeur) des biens mis en vente dans le contado de Prato. Mais ces ventes révèlent également le dynamisme des citadins qui réalisèrent 49 % des achats. Parmi les dix plus gros acheteurs, 9 étaient liés au commerce et à la fabrication de la laine : Mochi, Martini, Casini, Frati, Niccoli, Magheri, Valentini, Zarini, Bettazzi. Ainsi, l’opinion de G. Giorgetti, selon laquelle l’un des résultats des réformes léopoldines fut de stimuler 1 emploi de nouveaux capitaux dans l’agriculture, semble se confirmer.

63Pour prendre la mesure des changements intervenus dans la répartition de la propriété, nous avons analysé sommairement le dazzaiolo de 1807 : comparable à celui étudié par E. Fiumi en 1779, ce registre indique pour chaque contribuable une évaluation de la rente de ses propriétés à partir de laquelle étaient ensuite calculés les impôts.

Graphique 61. Répartition de la propriété foncière à Prato en 1807

Graphique 61. Répartition de la propriété foncière à Prato en 1807

Source : S.A.S.P., Comune, Dazzaiolo, 1807.

64Au-delà de quelques possibles incertitudes dans le classement des familles, l’évolution qui se dessine est très nette : la propriété ecclésiastique subit une baisse très forte, tout en restant cependant une caractéristique importante du territoire, et l’augmentation de la propriété des citadins est spectaculaire : les cotes citadines apparaissent cependant dans l’ensemble très faibles et indiquent bien souvent la propriété d’immeubles urbains plus que de terres. De plus, si les nobles de Prato semblent grosso modo stationnaires, la part des Florentins s’est accrue, influençant toujours de façon notable le contado.

  • 128 Lessentiel des ventes eut lieu après l’annexion à l’empire en 1808. L’interprétation du rôle de ces (...)
  • 129 M. Bassetti, 1985. p. 489.
  • 130 M. Cozzi, 1989, p. 231-318.
  • 131 Cecconi, Ferretti, Magnolfi, Martelli, Nistri etc.
  • 132 M. Cozzi, 1989, p. 247.
  • 133 Idem, p. 249.

65La vente des biens nationaux, second moment privilégié de renouvellement des bases de la propriété immobilière, vit intervenir à peu près les mêmes protagonistes128. La « bourgeoisie » participa largement aux achats (50,2 %), talonnée dans le département de l’Arno par les nobles – toujours essentiellement florentins – qui s’en octroyèrent près de 39 %129. Pour mesurer les changements provoqués par la période française, il faut consulter le cadastre dit léopoldin, conçu par le gouvernement napoléonien, et réalisé par le gouvernement restauré. Les premiers relevés furent entrepris vers 1820 et le cadastre entra en vigueur en 1832-35. M. Cozzi y a étudié, pour Prato, la répartition de la propriété130. Les données exprimées en fonction non plus de la superficie, mais de la rente, sont légèrement différentes – respectivement 15 %, 5 %, 50 %, 30 % –. Ces chiffres méritent quelques commentaires : la propriété ecclésiastique poursuit son déclin, mais la baisse semble bien moindre que lors de la première série de ventes ; les propriétés de l’Eglise restent un facteur important du territoire. Les biens possédés par les nobles semblent encore plus importants : plus de 55 % de la superficie, 50 % de la rente, ils sont toujours les plus gros possédants de la campagne. Il s’agit en effet ici des chiffres de la propriété rurale, ce qui explique une part des différences avec les relevés de 1807 qui attribuaient aux nobles 36 % de la fortune immobilière de la ville et de ses terres. Mais les différences proviennent également des regroupements opérés par M. Cozzi qui a inclus dans la catégorie de nobles des personnes qui ne l’étaient pas, mais qui étaient à coup sûr de gros propriétaires terriens131 : aussi, s’il est vrai que les propriétés nobles sont en général renforcées132, il est plus incertain d’affirmer que la part revenant à la noblesse de Prato a augmenté133, ou alors faut-il remarquer que, parmi cette noblesse, se trouvent désormais les représentants des plus grandes familles négociantes (Pacchiani, Zarini, Mazzoni, Martini, Paoli, etc.).

Graphique 62. Répartition de la propriété foncière rurale à Prato en 1832 (en fonction de la superficie)

Graphique 62. Répartition de la propriété foncière rurale à Prato en 1832 (en fonction de la superficie)

Source : M. Cozzi, op. cit., p. 249.

66Aussi, le résultat d’ensemble montre, comme en 1807, le renforcement des nobles et de la bourgeoisie citadine enrichie dans le négoce et la fabrication textiles. Ce long cheminement montre que la terre était tout à la fois une aspiration, une valeur et un bien économique. L’investissement terrien était une façon de prendre en main un territoire qui avait toujours largement échappé aux citadins de la ville, une façon de retrouver un contrôle au moins partiel des hommes et des activités du proche contado : le lent grignotage de la terre ressemblait à une lente appropriation d’un espace duquel les citadins avaient été rejetés depuis longtemps.

  • 134 C. Fantappiè, 1982, p. 256.
  • 135 S.A.S.P., Comune, 705, 2/10/1813.

67Dénotait-elle cependant un enlisement des fortunes commerciales dans la riche terre de Prato ? Bien avant E. Bruzzi ou C. Fantappiè134, le maire de Prato dénonçait en 1813 la manie qui s’est emparée de tous les esprits d’acheter des terrains (et qui) a concouru de façon très visible à diminuer les capitaux roulant dans le commerce, tous les petits marchands ont voulu acheter une métairie et cela a été autant de perte pour le commerce135.

Une « perte pour le commerce » ?

68Cette « perte pour le commerce » advenait, sous la domination française, dans un moment où il se portait décidément mal, où les foires enregistraient la stagnation des affaires, où les bérets semblaient bel et bien une industrie défunte, où tous se demandaient que faire pour reprendre courage : dans une telle situation, n’était-ce pas prudence que d’investir dans la terre ? La terre ne donnait certes pas de gros bénéfices (encore que la terre de Prato soit globalement riche) mais pouvait assurer la conservation de ce qui avait été acquis, la pérennisation de réussites, importantes ou modestes, qui semblaient pour le moment devoir succomber à une volonté trop obstinée de rester dans le commerce : rappelons-nous Mazzoni rêvant tout à coup de se transformer en gentilhomme campagnard pour éviter de voir sa fortune fondre dans des spéculations et des fabrications non rentables. L’investissement terrien enlevait certes des capitaux au commerce, mais à un commerce moribond, qui paraissait devoir anéantir le fruit des fortunes acquises récemment. La terre au contraire, en assurant leur conservation, rendait possible le retour aux activités dès qu’elles se réanimeraient. Les Français avaient déjà montré le chemin, sans que pour autant on puisse en conclure à une perte de tout « esprit commercial ».

69Si l’investissement terrien de la période napoléonienne représente sans doute le meilleur exemple de cette sauvegarde de l’acquis par la terre, les achats antérieurs ou postérieurs répondent à des logiques semblables. Lors des ventes de l’époque de Léopold, les entrepreneurs les plus en vue eurent l’occasion d’investir une part de leurs très beaux bénéfices commerciaux dans les métairies : est-ce pour cela, comme le pense Fantappiè, qu’ils furent incapables de se moderniser, de résister à la concurrence étrangère, provoquant ainsi la crise de leurs activités fabricantes ? Le propos est excessif, si ce n’est injustifié : au contraire, les entrepreneurs qui firent les plus grands achats continuèrent par la suite de prouver leur dynamisme commercial, notamment en saisissant l’occasion des bérets à la levantine pour diversifier une nouvelle fois leur production. D’une façon générale, l’acquisition d’une terre peut se comprendre comme la volonté de stabilisation d’une étape dans un processus d’accumulation des richesses et d’ascension sociale. Le mécanisme ressemble fort à celui qui est en jeu dans l’inaliénabilité de la dot : face aux revers toujours possibles du commerce, la terre, élément stable, maintient le patrimoine à un niveau donné et constitue une garantie pour soi et pour les autres. La terre manifeste aux yeux de tous une certaine position, elle est un élément de confiance, en particulier pour ceux qui prêtent, sur hypothèque ou non ; le crédit s’installe sur la propriété foncière, et l’usure sur son absence. Comme d’autres y ont déjà insisté, la terre sert donc le commerce, la stérilisation est toute relative.

  • 136 M. Cozzi, 1989, p. 235.
  • 137 S.A.S.P., Vicariato, 13, Lettere, 1795-99.

70L’achat de terres faisait également partie de cette pluriactivité à laquelle s’étaient attelés depuis longtemps les entrepreneurs, des plus grands aux plus petits. Bien calculé, cet investissement pouvait en effet être fructueux : M. Cozzi estime que la rente était en moyenne de 22,9 lires par quadrato (0,3406 ha), ce qui semblent qualifier le territoire de Prato comme très riche par rapport au voisinage… et bien sûr à la plus grande partie de la Toscane qui enregistre à peine 6,95 lires par quadrato136. La richesse de la terre de Prato explique les appétits divers qu’elle suscitait. Encore fallait-il ne pas acheter n’importe où, n’importe comment et à n’importe quelles conditions : si la terre s’achetait donc avec la même minutie que se réalisait une spéculation commerciale, sa gestion devait répondre aux mêmes critères de rentabilité, ce qui suscitait parfois des heurts entre nouveaux patrons et métayers. En 1798, Giuseppe del fu Lorenzo Bigagli venait se plaindre devant le vicaire de Prato : cela fait 200 ans, disait-il, que ses ancêtres travaillent le podere de la Castellina, qui appartenait auparavant au Ceppi et fut ensuite acheté par la maison Farfalli. Giuseppe, héritier de ce bien foncier, lui a fait faire de très grands travaux, sans rien lui donner, seulement en lui disant de bonnes paroles… et maintenant, il l’a renvoyé137. Grands travaux, durcissement de la condition des métayers, renvoi des incompétents, telles semblent être les directives de l’action foncière de Giuseppe Farfalli, qui ne dut pas être le seul à mener ses domaines comme ses entreprises de fabrication ou ses spéculations négociantes.

71Enfin, l’investissement terrien était également une façon de prendre pied dans le territoire, d’y nouer des contacts, voire des relations de dépendance : l’attrait des femmes métayères pour les occupations manufacturières, précédemment évoqué, n’est peut être pas étranger à ces mouvements de partielle réappropriation du territoire communal. Mais si les entrepreneurs se mirent à regarder la campagne et tentèrent de s’y installer et d’y faire jouer les mêmes règles de travail qu’en ville, la prise de possession restait largement fragmentaire, incomplète, parcellaire : le territoire de prédilection des entrepreneurs restait la ville, à l’intérieur de laquelle se déroulait la majeure part des stratégies, une ville dont la prise de possession ne cessait de s’accroître.

La ville des entrepreneurs

72Posséder, c’était en effet d’abord posséder sa maison, lieu de vie et de travail manufacturier, lieu d’échanges et de commerce. Ce fut, on s’en souvient, l’un des premiers investissements de Filippo Pacchiani : louant puis achetant la maison Via del Palazzuolo, il y installait de façon durable sa famille et ses activités. La maison se transformait sous l’effet des nouvelles exigences, elle s’agrandissait, par l’achat successif des bâtiments contigus, elle changeait d’aspect au fil des ans, mais constituait le lieu d’enracinement dans la ville, lieu d’identification familiale et de prestige manufacturier. Les ventes, qui ne cessaient depuis l’époque léopoldine avaient surtout permis la prise de possession multiple d’une ville jusque là elle aussi dominée par les biens ecclésiastiques. A la ville religieuse succéda, sans véritable solution de continuité, la ville manufacturière.

73Les multiples petits achats disent le désir des familles artisanales, commerçantes, négociantes de posséder la maison, lieu d’exercice de l’activité, lieu de vie et de travail : peu de patrimoine sans cette possession essentielle aux activités qui comprenait la boutique et les dépôts au rez-de-chaussée, les habitations aux étages supérieurs. Les prix augmentaient à mesure que s’accroissaient les fonctions : les teintureries étaient initialement les plus chères, puisqu’elles devaient être reliées au système de canaux, possédaient un ensemble complexe de bains, de pièces spécialisées, que ne requéraient pas les boutiques de tondeurs par exemple. Les prix s’accroissaient surtout de façon considérable lorsque la maison se faisait fabrique : le fonds Gelli, précédemment évoqué, est un cas emblématique de ce processus minoritaire, si ce n’est unique, de concentration sur un même « terroir » des espaces mêlés de la manufacture concentrée et de l’habitation du propriétaire. La plupart des maisons négociantes restaient beaucoup plus modestes, l’essentiel étant longtemps la possession de la boutique et des dépôts nécessaires à l’exercice d’activités toujours dispersées.

  • 138 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 16/12/1799.
  • 139 Idem, 27/12/1799.
  • 140 Idem, 3/2/1800, et aussi 27/12/1799, 16/12/1799, 6/9/1799 et 9/9/1799.

74Mais la demeure, lieu de représentation et de prestige, lieu des échanges et de manifestation des positions sociales, tendait à devenir pour les plus grands le symbole pétrifié et magnifié des lieux communs de l’ascension sociale. La maison, dans le vocabulaire d’un Vincenzo Mazzoni, était alors identifiée à une villa138, aussi calme, mais plus pratiquement organisée : un lieu de villégiature manufacturière, où la vie était assimilée à un séjour au paradis139. Un paradis où le travail n’était pas honteusement caché : valeur centrale et magnifiée de l’univers manufacturier, lui seul permettait le juste repos de l’entrepreneur besogneux, toujours attentif à la tâche et ne déléguant à personne ses pleins pouvoirs de gestion des hommes et de l’espace ; l’utile devenait une composante de l’agréable, les terrasses découvertes permettaient tout à la fois les loisirs, le repos, et le séchage régulier des bérets. Vincenzo s’attachait à convaincre ses fils qu’il n’était pas de plus doux plaisir que de voir ondoyer sur leurs formes les rouges bérets qui feraient la prospérité familiale. Les près qui environnaient la maison étaient de même vantés autant pour le calme que pour les ressources nouvelles qu’ils procuraient. La maison s’ornait, elle était transformée en palais140 : fer forgés, peintures murales décoraient cet ensemble qui devait en quelque sorte manifester aux yeux de tous que les vertus entrepreneuriales produisaient des chefs-d’œuvre comparables aux plus beaux palais de l’oisiveté nobiliaire.

La ville et ses industries

La ville et ses industries
  • 141 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, p. 18135.

75Mazzoni ne fut pas le seul à avoir de telles visions. Il vaut la peine de faire un détour chez les Martini, juste après le décès de Lorenzo (1805), non plus dans les lieux de travail que nous avons déjà visités, mais dans les espaces familiaux. L’entrée même suggérait que l’on pénétrait au cœur de la fortune familiale : on accédait par un magnifique et bel escalier avec une rampe de fer, illuminé par une lanterne supérieure, élégamment peint de fresques à l’étage noble, composé de salons avec des cheminées à la française, avec du marbre… le tout peint, des chambres elles-mêmes peintes, le tout assorti d’une chapelle privée… peinte avec autel141 : marbre, fer, peintures murales semblaient être les trois éléments privilégiés du décor de la réussite. Peintures murales à thèmes parfois manufacturiers si l’on en croit les doléances de Mazzoni, fâché d’avoir été représenté sous un jour défavorable dans une des fresques commandées par les Pacchiani. Ainsi devine-t-on un art de commande aux services de ces parvenus : les détails malheureusement manquent…

  • 142 M. Cozzi, 1989, p. 26.

76Mais ces grands ne perdaient pas le sens des affaires : s’ils investissaient dans leur propre maison, ils ne s’en contentaient pas. Les fabricants investissaient dans la pierre de la ville encore plus que dans les métairies : n’était-ce pas le lieu d’une rente foncière élevée, revigorée sans cesse des effets bénéfiques d’activités multiples qui y prospéraient ? Sauf en cas de crises redoutables, les loyers rentraient, et bien, diversifiant une nouvelle fois les sources de revenus. Dans ce jeu tout urbain, les fabricants de moyenne envergure prenaient une part non négligeable. Ils se fondaient dans l’ensemble relativement vaste de 247 propriétaires des 453 boutiques, 195 magasins, 13 remises, 7 moulins, 8 teintureries recensés par le cadastre et répartis inégalement dans la ville142 : concentrés dans le quartier Inghirami, ils en faisaient le véritable noyau central de cette entrepreneurialité diffuse, mêlant fabriques et commerces, boutiques et teintureries, si caractéristique de Prato. Ni « pétrification », ni enlisement dans la terre, ni seulement thésaurisation, les stratégies d’investissements immobiliers des entrepreneurs sont l’une des facettes de leur stratégie de maîtrise de l’incertain, de leur volonté de prévoir et de régler l’imprévisible : qu’il s’agisse de gérer l’entreprise, de marier ses fils et ses filles, de nouer des relations de fabrique ou de crédits, de prévenir un avenir toujours incertain, toutes les opportunités étaient saisies, toutes les occasions étaient bonnes pour tenter de maîtriser une situation dont la précarité restait constamment présente à l’esprit de tous, marchands et fabricants, propriétaires et négociants, une diversité fille de la faiblesse et de l’incertitude, et qui fit leur force.

Notes

1 Cf. notamment P. Macry, 1988, p. 261 : Si la modernisation... s’exprime dans l’individualisme et dans la nucléarisation de l’imminente société de masse, le nom et la culture de la famille, dont il montre toute l’importance dans la Naples du XIXe siècle, en sont parmi les obstacles les plus tenaces.

2 P. Macry, 1988, reprend lui aussi ce thème, ainsi par exemple que G. Gozzini, 1989, p. 105 et suivantes notamment.

3 Pour des raisons d’évidente simplification, nous regroupons ici sous le terme de familles complexes les familles étendues et les familles multiples.

4 Il est inutile de rappeler ici une littérature abondante ; pour le cas italien, P. Macry, 1988, p. 221, note que le dynamisme des bourgeoisies d’entreprise ressemble plus à une affaire de famille qu’à la vocation d’individus. Familles encore que les Caprotti et les Crespi étudiées par R. Romano, 1980 et 1983, les Marzotto de P. Bairoti, 1986, les Mazzonis de F. Levi, 1984, les Florio de S. Candela, familles entrepreneuriales étudiées également par G. Fiocca, 1984 pour la ville de Milan.

5 J.P. Hirsch, 1991, p. 119 ; la citation de P. Ariès est extraite de L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973, p. 460-461.

6 M. Paci, 1982. la région n’était dépassée que par les Marches et l’Ombrie (respectivement 27,1 % et 27,5 %).

7 De nombreuses études ont été consacrées à ce thème sur lequel il est inutile de s’arrêter ici : voir notamment P. Laslett, 1977, p. 98 ; C. Klapisch, Demonet M., 1972, etc. M. Paci, 1982, p. 65 synthétise les résultats de ces différentes recherches : l’hypothèse que l’on peut formuler est que la mezzadria... ait fortement incité au maintien en Italie de la famille étendue bien après le XVIIe siècle... C’est en effet sur la base de l’exploitation accrue de la force de travail familiale (que l’on souhaite donc nombreuse et organisée de façon hiérarchique) que le métayer peut faire face à la diversité des travaux qui lui sont demandée et au poids de la répartition.

8 C.A. Corsini, 1989, p. 383.

9 Idem.

10 S.A.S.P., Comunale, Atti di finanza, 2250.

11 G. Gozzini, 1989, p. 73-74.

12 Idem, p. 108 et suivante.

13 Cf. chapitre 1.

14 A.S.F., Notarile moderno, Ambrogi, 25226.

15 Idem.

16 Les frères Mazzoni se divisèrent, ainsi que Vincenzo Pacchiani et ses neveux Cesare et Alessandro, lesquels cessèrent également à terme toute communauté. Nombreux étaient ceux qui les avaient précédés ou les suivaient dans cette voie : les Angiolini, les Martini, les Reali, les Caponi, les Bacci, les Livi etc., etc..

17 De nombreux travaux contemporains ont insisté sur ce fait, en particulier, cf. M. Paci, 1982, p. 75.

18 Ainsi entre en scène l’oncle paternel, personnage de poids dans le cadre de la famille élargie et qui conserve toujours un rôle non négligeable dans les familles nucléaires, en particulier lorsque meurt le père. C’est ce que faisait remarquer déjà P. Macry pour le cas napolitain ; de nombreux témoignages en confirment le poids dans les structures familiales des entrepreneurs de Prato : on les retrouve dans les conseils de famille, on recommande aux fils de leur obéir dans les testaments.

19 A.S.F., Notarile moderno, Ceri, p. 29485, Testament de 1779.

20 A.S.F., Notarile moderno, Varrocchi, p. 30135.

21 Idem.

22 Idem, Cecconi, p. 36037.

23 Idem, Varrocchi, p. 30111.

24 Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B.29, n 170.

25 Les Soffi-Ghibellini comptaient au milieu du XVIIIe siècle un négociant et trois chanoines, chacun des frères Pacchiani envoyait l’un de ses fils au séminaire puis à la prêtrise ; dans la famille Conti, à la fin du XVIIIe siècle, trois des héritiers de Gaetano suivaient les traces de leur grand oncle et devenaient prêtres.

26 Macry, 1988, p. 57. Ainsi, dans la famille Conti, des processus de successions similaires à ceux déjà constatés chez les Nistri furent mis en place : les oncles prêtres, Pietro et Luigi, laissèrent à terme l’ensemble des biens familiaux aux héritiers de leur frère décédé dans le siècle, Gaspero.

27 C. Fantappiè, 1986, p. 94 : la dot ecclésiastique était à la fin du XVIIIe siècle de 1000 écus et 36 écus de rente annuelle.

28 C. Fantappiè l’estime à 16 %.

29 Idem, p. 94.

30 Francesco était l’aîné de Giovacchino Pacchiani, de même Luigi était-il le premier fils de Vincenzo. S’il est en général difficile à partir de nos sources de déterminer avec exactitude l’ordre des fils, il n’en naît pas moins le soupçon qu’une fois assurée la promotion entrepreneuriale, beaucoup étaient tentés ainsi de conjuguer les multiples avantages que présentaient les carrières ecclésiastiques.

31 C. Fantappiè, 1986.

32 A.S.F., Presidenze del Buon Governo, 60, cité par C. Fantappiè, 1986, p. 367.

33 Encore s’agissait-il du clergé séculier car peu de fils d’entrepreneurs devinrent moines. Un peu plus de filles semblaient entrer dans les ordres. L’importance des ordres ne cessait en effet de faiblir dans la ville et leur « rendement » en terme de prestige ou de pouvoir était relativement limité.

34 Bartolommeo Colzi, nous l’avons vu, était un modeste teinturier ; l’un de ses frères était prêtre ; de même don Nicola Nesti, frère d’Antonio, ainsi que Cipriani.

35 Genesio de G.B. Bacci, prêtre en 1843.

36 Carlo di Vincenzo Lastrucci et de Caterina Caponi, il s’agit ici de l’aîné.

37 A.S.F., Notarile moderno, Costantini, p. 38673 : 1847 division du patrimoine de G.B. Bacci entre ses fils.

38 Leur père Carlo teste bien sûr en leur faveur (A.S.F., Notarile moderno, Carradori, p. 4119), de même que leur oncle négociant Vincenzo (A.S.F., Notarile moderno, Carradori, p. 4120), leur oncle prêtre Genesio (Ufficio del registro di Prato, Successioni, B.4, 1864), et leur tante entrée au couvent (Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B.2).

39 A.S.F., Notarile moderno, Costantini, p. 38686.

40 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 293.

41 Atti del Comitato dell’Inchiesta industriale, categoria 7, § 2: Filatura di lana, deposizione del signore D. Alphandery di Prato.

42 L’expression est reprise à P. Macry, 1988.

43 Voir notamment I. Fazio, 1992 et F. Laroche-Gisserot, 1988.

44 I. Fazio, 1992, p. 293.

45 F. Laroche-Gisserot, 1988.

46 Vincenzo Mazzoni, par exemple, offrait à chacune de ses filles pour prix de leur silence un legs de 100 sechins quelles perdaient automatiquement si elles demandaient une rigoureuse liquidation de la légitime, A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, Codicillo di Vincenzo Mazzoni, 1819 ; G.B. Bacci rappelait de même que la dot de sa fille doit tenir lieu de sa légitime...elle ne peut rien demander contre ses héritiers à titre de légitime, devant se contenter de la dot et des legs reçus, cf. A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, Testamento di G.B. Bacci, 1823. Les frères rechignaient en effet toujours à verser la part légitime des filles en surplus de la dot : s’ils y étaient contraints par des procédures légales, les remboursements s’étalaient sur des années, restant le plus souvent toujours ouverts à la mort de celle qui devait en bénéficier.

47 Dans les contrats de mariage étudiés, il ne nous est jamais apparu que le trousseau et les bijoux étaient un apport du mari, comme le dit au contraire I. Fazio, à la suite de P. Ungari 1970.

48 Les femmes pouvaient posséder les immeubles, la terre et le faisaient parfois dans le cas des extradotaux qu’elles géraient seules quoique avec le nécessaire consentement de leurs maris.

49 J’ai plus largement développé ce point, en donnant des exemples significatifs, dans C. Maitte, 1994, chapitre 15.

50 A.S.F., Notarile moderno, Ceri, p. 29483.

51 Ainsi les filles de Lorenzo Farfalli reçurent-elles chacune 10500 lires de dot, la fille de Florent Filiot, un peu plus de 13000 lires italiennes, tandis que la première fille de Odoardo Vannucchi apportait un peu plus de 11000 lires it. à son mari.

52 Les contrats de mariage ne disent rien sur la fortune de l’époux. Il est par conséquent impossible d’évaluer le poids de la dot dans la constitution de la fortune de la nouvelle famille qui, du reste, n’en était pas une lorsque les jeunes époux s’installaient sous le toit du père du marié.

53 I. Fazio, 1992, p. 303.

54 Idem, p. 302.

55 A.S.F., Notarile moderno, Gatti, p. 23103.

56 Idem, Mazzoni, p. 35935 et S.A.S.P., Vicariato, Atti Cercignani, b.61.

57 Exemple de la faillite de Francesco Becheri : l’activité était exercée en commun avec son frère Bartolommeo qui doit donc s’accoler la moitié des passivités : c’est la dot de sa femme qui sert de monnaie d’échange avec le frère.

58 De nombreuses études ont insisté sur le rôle actif et essentiel des femmes de négociants et de fabricants dans la gestion quotidienne des affaires : Serge Chassagne a montré l’ensemble des tâches quotidiennes que devait accomplir la femme d’Oberkampf, œuvrant à l’ombre de son puissant mari qui en recevait une aide indispensable et fidèle. Il n’en allait pas autrement à Sedan (cf. G. Gayot, 1998), à Lille (cf. J.P. Hirsch, 1991), et en général dans toutes les places de manufactures et de commerce.

59 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicillo di Vincenzo Mazzoni, 1819.

60 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 21/11/1808.

61 Elle se trouve dans la cloître de l’Eglise San Francesco de Prato, ainsi qu’un bon nombre de familles négociantes du reste ; la plaque, apposée par Luigi et Damiano Pacchiani, exalte les vertus de leur mère donna casalinga modesta devota.

62 Anna Casini épouse Farfalli n’était pas la tutrice de ses enfants, son père ayant nommé un certain Berti, approuvé par le conseil de famille S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 299. Le cas était rare, mais pas forcément exceptionnel. Ainsi Lorenzo Martini nommait comme tuteurs son frère et deux amis de la famille, et non sa femme, cf. A.S.F., Notarile moderno, Varrocchi, p. 30135, de même Luigi Magheri, cf. S.A.S.P., Vicariato, Tutele, b. 108 : Luigi di Pietro Magheri, décédé en 1817 avait nommé comme tuteur son frère et B. Cecconi, le notaire.

63 C’est ce que P. Macry, 1988, a bien montré, et le processus ne semble guère différent à Prato.

64 Ainsi, lorsque Niccola Farfalli testait en 181 5, il nommait tuteurs de ses enfants et responsables de son patrimoine, sa femme, son frère Pietro et un ami, Gio Antonio Cironi. G.B. Bacci quant à lui prévoyait strictement les rôles de chacun : la tutelle devait être exercée par sa femme, aidée de Giuseppe Martini, qu’il priait de vouloir surveiller les affaires commerciales pour le meilleur développement de celles ci, G.B. Torracchi, chargé de l’écriture et économie interne de la famille, enfin S. Ciardi, agent des nobles Naldini, devait veiller sur les intérêts de campagne, cf. A.S.E, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063.

65 Ainsi le conseil louait-il l’action de Rosa Franchi, veuve de Giovacchino Caponi qui, grâce à sa conduite sage et attentive, a administré utilement et même augmenté le patrimoine... établi deux des fils et maintenu la nombreuse famille, conservé jalousement l’activité de ces trafics qui constituent en substance la presque totalité des effets laissés, cf. S.A.S.P., Vicariato, Tutele, Cercignani, b.108.

66 Ainsi la femme de Niccola Farfalli avait le droit de disposer librement de sa propre autorité du traitement d’alimentation, d’habitation, de domesticité, de médecins et de médicaments en cas de maladie, quelle reçoit actuellement... que l’on évalue à 180 écus, à savoir 132 pour l’alimentation, habitation, domesticité, médecins et 48 écus pour l’habillement ; si les fils prenaient en main le patrimoine, ils devaient donner 4 écus par mois à leur mère pour le vêtement et autre, si la mère ne partageait plus le toit de ses enfants, elle pouvait demander ces 180 écus en comptant et devait recevoir un lit avec six paires de draps, quatre taies, quatre essuie-mains, deux nappes, douze serviettes, un bureau, une petite table, huit chaises et quatre cadres en plus de l’habillement et usage des bijoux ; une précision impressionnante qui s’accompagnait de l’ultime précaution : dans ce legs est compris le fruit de la dot qui ne peut être retirée du patrimoine, sauf bien sûr en cas de secondes noces que personne ne semblait souhaiter, cf. A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36061, testamento di Niccola Farfalli, 1809. Seul un testament parmi ceux que nous avons consultés comporte une indication contraire : il s’agit de celui de Pietro di Clemente Conti, testant en 1829 qui conforte et conseille sa femme de passer en secondes noces en prévoyant en plus de sa dot une prestation mensuelle : il est vrai qu’ils n’ont pas d’enfants et que les héritiers de Pietro sont ses frères : A.S.F., Notarile moderno, Costantini, p. 38686.

67 A.S.F., Notarile moderno, L. Michelotti di Livorno, 21/2/1824.

68 Idem, Santoni di Livorno, 28/3/1831.

69 Elle n’apportait au marige qu’un dot mesquine de 1500 écus.

70 Cf. par exemple J.P. Chaline, 1982.

71 En particulier à Nancy, à Rouen ; J.P. Chaline, 1982, montre que dans les mariages entre une fille de négociant et un fonctionnaire, l’apport principal est celui de la femme et que les fonctionnaires ont été les principaux bénéficiaires des hausses des dots qu’il constate au XIXe siècle.

72 Ce processus semble donc inverse à celui souvent décrit où ce sont les filles de négociants qui attirent les rejetons nobles par les dots quelles proposent.

73 Anna Martini apportait plus de 36000 lires de dot à son époux Antonio Naldini, tandis que son frère Luigi en recevait 35000 de son épouse : les sommes s’équivalaient.

74 Il ne s’agit que de l’un de ces réseaux bien sûr, on pourrait en dessiner d’autres, par exemple à partir des Pacchiani : on se souvient que les filles d’Alessandro épousèrent qui un Martelli, l’un des plus riches négociants de la ville, qui un Salvi-Cristiani, l’un des représentants de la vieille noblesse.

75 Cf. notamment J.P. Hirsch, 1991, p. 303 et suivantes ; G. Gayot, 1998, p. 356.

76 Cantini Leggi e bandi, 1814, no 165.

77 Des considérations semblables sont faites à Lille où le nombre de sociétés existantes, nous dit J.P. Hirsch, était beaucoup plus important que celui des sociétés légalisées : cf. J.P. Hirsch, 1991, p. 315-318.

78 Une ordonnance de 1673 exige que les sociétés soient faites par écrit.

79 S.A.S.P., Atti Giudiziari, Tribunale di commercio, 1812-14, fallimenti Viviani.

80 Idem.

81 A.S.F., Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954.

82 A.S.F., Tribunal di prima istanza, 1251 ; Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954 et Ufficio del registro di Prato, Successioni, B.49, no 33 : Livi Fortunato fu Giovanni, décédé en 1894.

83 A.S.F., Tribunale di Commercio, Accomandite, 291 ; M. Scardozzi, 1991, avait déjà mentionné cette société, en l’attribuant toutefois de façon erronée à Lazzero Mazzoni ; nous la remercions de nous avoir fourni les informations précieuses sur cette société, et d’autres, contenues dans les registres de commandites du Tribunal de Commerce qu’elle étudie tout particulièrement.

84 Par exemple la société en commandite Cosimo Giachi e C., créée par acte privé le 11/10/1815, publiée le 12/2/1816 et qui cessait en janvier 1818 ; elle regroupait elle aussi de grands noms du négoce florentin : Luigi Del Turco, C. Giachi, V. Brochi, I. Guidi, A. Bertolini, A. Bernardi, M. Martini, C. Lampronti, G. Guasconi, G. del Rosso, A.e G. Puccini : A.S.F., Tribunale di Commercio, Accomandite, B.242-405.

85 R.B. Litchfield, 1969b.

86 Cf. aussi à ce propos P.Malanima, 1982.

87 E. Bruzzi, 1920, p. 125.

88 Cf. la remarque de J.P. Hirsch, qui se demande par quelle étrange confusion, entretenue autour de la notion d’« autofinancement », en vient-on parfois, à partir de deux réalités incontestables – le bon usage des ressources patrimoniales, et le réinvestissement d’une grande part des profits –, à minimiser le rôle des réseaux qui donnaient pourtant au milieu tout son dynamisme ? J.P. Hirsch, 1991, p. 322.

89 Même procédé dans le West Riding : P. Hudson, 1986.

90 A.S.F., Notarile moderno, Conforti, p. 25914.

91 Idem, Cecconi, p. 36013 et p. 36022.

92 A.S.F., Notarile moderno, Lolli, p. 29473. En 1773, son frère avait de même imposé un cens d’un peu plus de 53 écus sur une des maisons de la famille et l’avait vendu au chanoine Lazzero de fu Alessandro Palli pour 1600 écus (11200 lires).

93 Deux exemples parmi d’autres : en 1791, Conti et Magheri imposaient un cens sur des propriétés communes et le vendaient au Ritiro di San Giorgio, cf. A.S.F., Notarile moderno, Varrocchi, p. 30115 ; en 1790, Lazzero Nistri imposait un cens de 6 écus sur divers immeubles et le vendait au couvent de San Francesco pour 150 écus, cf. A.S.F., Notarile moderno, Varrocchi, p. 30115.

94 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, 1295, fallimento fratelli Martini, 1833.

95 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, p. 18143.

96 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7964.

97 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, 1295, fallimento fratelli Martini, 1833.

98 Déjà cité.

99 S.A.S.P., Vicariato, Atti Criminali Cercignani XXV et XXVI.

100 Dans cette affaire en effet, Rodocanacchi doutait de la signature des documents fournis par Benelli, il fallait que le notaire de Prato lui garantisse que Martelli (auquel s’était adressé Benelli après la défection de Bastogi) a signé sous ses yeux... ceci parce que tant de fois, on fixe la vente avec garantie et la lettre opportune ne se présente pas.

101 C’est aussi ce que disait Benelli : s’il n’avait plus trouvé dorénavant de personnes qui lui garantissent leur signature, il n’aurait plus eu la confiance des négociants de Livourne.

102 Remarques de L. Bergeron, 1978, J. Bouvier, 1972, confirmées dans le cas lillois par J.P. Hirsch, 1991, p. 330, comme du reste à Sedan et ailleurs.

103 Pour l’organisation des différentes institutions au XIXe siècle, la référence de base est la contribution de R.P. Coppini, 1989, p. 589-659.

104 On en trouve trace dans les registres de procès de l’Arte della lana et après l’Unité, le malaise social croissant transparaît dans le fait que des draps portés par des garçons de boutique sont acceptés : R.P. Coppini, 1989, p. 606.

105 E. Stumpo, 1986, p. 326.

106 E. Stumpo note en effet que parmi les débiteurs secrets apparaissent également ces nouvelles familles en général liées au textile, voilà qui n’étonnera pas si l’on se souvient de ce qui a été dit de la participation des lanaioli aux rouages multiples du pouvoir citadin. Il faudrait cependant reprendre l’ensemble des listes des débiteurs secrets pour mesurer exactement l’ampleur et l’extension de ce phénomène.

107 R.P. Coppini, 1989, p. 590.

108 Cf. Coppini, 1989, G. Magnolfi fut l’un des premiers à prendre contact avec Ridolfi, bientôt suivi de Raffaello Scarpettini, piovano di Montemurlo.

109 A.R.M., Scarpettini a Ridolfi, 5 dic. 1829, cité par R.P. Coppini, op. cit., p. 596.

110 Selon Coppini, la politique de la Caisse ne semble pas avoir joué un rôle de stimulation des diverses activités, au moins au cours de ses trente premières années : il s’agit toujours de prêts peu importants et les intéressés ne sont pas des gens connus, cf. R.P. Coppini, 1989, p. 600 ; encore faudrait-il vérifier exactement le pourcentage de prêts concédés à des personnes liées au textile.

111 Dans la mesure où les épargnes étaient peu réinvesties dans le secteur productif, on pourrait se demander si elle n’enleva pas, comme le craignaient les intéressés, une partie des capitaux qui auraient pu s’investir indirectement dans le commerce.

112 Notizie preliminari, Regio Decreto d’autorizzazione e Statuto della Banca Pratese, Prato, 1877, cité par Coppini, 1989, p. 650.

113 E. Bruzzi, 1920, p. 125.

114 L’industriale pratese, 20 mai 1877, cité par Coppini, 1989, p. 613.

115 Voir L. Allegra, 1987.

116 E. Bruzzi, 1920, p. 134-135.

117 Cf. notamment Bergeron, 1971, p. 415-419 ; J.P. Hirsch, 1991, p. 215 et suivantes.

118 E. Fiumi, 1968, p. 203-233. Le commissario regio de la province de Pistoia (incluant Prato) – Cercignani – le notait d’ailleurs très pertinemment au début du XIXe siècle : le territoire était pour la plus grande part possédé par des étrangers ou par des couvents de l’un et l’autre sexe, cf. A.S.F., R. Consulta, 2789.

119 A.S.F., R. Consulta, 2738.

120 E. Fiumi, 1968, p. 232.

121 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, p. 35931.

122 Idem, Varrocchi, p. 30111.

123 Idem, Ceri, p. 29478.

124 Idem, Cecconi, p. 36035.

125 Failli en 1848, il disposait pourtant d’un actif dans la moyenne, – 33160 lires –, et d’un passif relativement modeste – un peu moins de 40000 lires. Ces dettes commerciales ne s’élevaient qu’à un peu plus de 10.000 lires, une somme qu’équilibraient les crédits de la boutique. Le mal venait d’ailleurs : Pelagatti désirant faire le possédant de terrains réduits en culture acheta la propriété utile d’une vaste métairie, soit un loyer des plus impropres et coûteux et là avec peu de jugement et aucun bénéfice, il fit une immense dépense et d’inutiles améliorations. Ces capitaux peu judicieusement enlevés au commerce rapportaient peu et empêchaient Pelagatti de faire tourner ses affaires. La faillite restait son dernier recours, cf. A.S.F, Tribunale de Prima Istanza, Fallimenti, B. 1239.

126 A.S.F., R. Consulta, 2789.

127 C. Fantappiè, 1986, p. 246 et suivantes.

128 Lessentiel des ventes eut lieu après l’annexion à l’empire en 1808. L’interprétation du rôle de ces ventes et de leur importance dans la création d’une propriété de type « moderne » ont déjà été l’objet de nombreux débats sur lesquels il est inutile d’insister. R. Zangheri estime qu’il s’agit d’une « véritable et authentique révolution foncière » qui... porte à la formation d’une moyenne et grande propriété bourgeoise... des équilibres séculaires que le réformisme du XVIIIe siècle avait seulement érodés, sont rompus ; la nature encore plus que la distribution de la propriété a changé, cf. R. Zangheri, 1979.

129 M. Bassetti, 1985. p. 489.

130 M. Cozzi, 1989, p. 231-318.

131 Cecconi, Ferretti, Magnolfi, Martelli, Nistri etc.

132 M. Cozzi, 1989, p. 247.

133 Idem, p. 249.

134 C. Fantappiè, 1982, p. 256.

135 S.A.S.P., Comune, 705, 2/10/1813.

136 M. Cozzi, 1989, p. 235.

137 S.A.S.P., Vicariato, 13, Lettere, 1795-99.

138 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 16/12/1799.

139 Idem, 27/12/1799.

140 Idem, 3/2/1800, et aussi 27/12/1799, 16/12/1799, 6/9/1799 et 9/9/1799.

141 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, p. 18135.

142 M. Cozzi, 1989, p. 26.

Table des illustrations

Titre La famille NISTRI
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 54. Géographie des créditeurs commerciaux des frères Martini, faillis en 1833
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 55. Géographie des créditeurs de Luigi Pelagatti en 1848
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 56. Répartition géographique des traites acceptées par les frères Gelli en 1844
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 57. Géographie des créditeurs des frères Cai en 1854
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 58. Géographie des créditeurs des frères Cai en 1871
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 59. Géographie des créditeurs de L. Cecconi, 1886
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 60. Répartition de la propriété foncière à Prato 1779
Crédits Source : E. Fiumi, op. cit., p. 230.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 61. Répartition de la propriété foncière à Prato en 1807
Crédits Source : S.A.S.P., Comune, Dazzaiolo, 1807.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 62. Répartition de la propriété foncière rurale à Prato en 1832 (en fonction de la superficie)
Crédits Source : M. Cozzi, op. cit., p. 249.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre La ville et ses industries
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50034/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 663k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540