Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

10. La découverte de la laine mécanique

Texte intégral

  • 1 A. Pescarolo, 1989, p. 73-74 : cette image positive avait sa racine dans l’idée que le travail du c (...)
  • 2 Un extrait parmi tant d’autres de Maledetti Toscani, p. 68 : Parmi tous les peuples d’Italie… seuls (...)

1La laine mécanique fonda, jusqu’à une date récente, la prospérité textile de Prato. Si les industriels de la ville sont aujourd’hui quelque peu réticents à se remémorer la période où leurs pères firent fortune avec des chiffons, cette capacité à transformer en richesse les déchets des autres a, au contraire, été longtemps un sujet de fierté1 dont Curzio Malaparte s’est fait l’un des porte-parole2. Le renouveau productif de la ville ne date cependant pas de la seconde moitié du XIXe siècle : les chiffons et le travail de la laine mécanique prirent peu à peu la place des fibres traditionnelles, plaids et châles confectionnés avec cette nouvelle matière première remplacèrent les bonnets levantins dans leur rôle de secteur leader de la ville.

1. Une authentique innovation

Une innovation déjà ancienne

  • 3 Cf. E. Bruzzi, 1920, p. 116 et suivantes ; A. Rossi, 1869 ; L. Bandel, 1924.
  • 4 Quoique le problème de la réutilisation des « corrons » de tisseurs se soit posé bien avant l’intro (...)
  • 5 J.S. Renier, 1881, p. 144.
  • 6 C’est ce que disent les textes italiens. Dans l’enquête française de 1870 cependant, il est fait la (...)

2La technique du recyclage des chiffons est anglaise : installé dans le petit centre de Batley, B. Law conçut les premières machines capables de réutiliser les chutes de la filature et du tissage en 18133. Il ne s’agissait encore que d’employer des déchets de matières premières jusque là peu ou pas utilisés4. Très vite cependant, des machines construites sur le modèle de celles qui servaient déjà depuis longtemps à travailler le lin et le chanvre furent capables de recycler les tissus usés. Initialement limité aux chiffons de pure laine provenant des meilleurs produits du peigné, de la maille ou de la flanelle, le recyclage fut étendu aux produits cardés dans les années 1830. Dès lors, l’effilochage était bien devenu cette manipulation qui consiste à rendre neuf le vieux, à convertir les lambeaux en fils excellent… qui dit assez… que tant qu’il existe des fibres laineuses, un tissu peut renaître de ses débris5. Enfin, à partir de 1850, l’introduction de procédés chimiques connus plus tard sous le nom de carbonisation permit également de retravailler les chiffons mélangés de laine et de matières végétales6.

  • 7 L’exposition de Londres en 1851, mais plus encore celle de Paris en 1855, firent connaître aux indu (...)
  • 8 A. Rossi, op. cit.
  • 9 A. Rossi, op. cit., p. 40-41.

3La production et l’utilisation de la laine mécanique étaient déjà bien avancées en Angleterre quand le continent découvrit ces procédés révolutionnaires qui créaient pour ainsi dire une nouvelle matière première ou, à dire mieux, un succédané de matière première7. La date exacte où cette technique fut introduite en Italie est difficile à connaître : Alessandro Rossi parle de 18548, mais son apparition ne doit pas être postérieure à 1850. Toujours est-il qu’en 1867, deux grandes fabriques spécialisées existaient dans la péninsule : l’une à Belluno, mue par la vapeur, produisait plus de 2,3 millions de lires de laine mécanique et alimentait en filés les fabriques de l’ltalie supérieure, en particulier Biella ; l’autre à Isola près de Sora, dans la vallée du Liri, produisait environ 1,5 million de lires de laine à l’aide de la force hydraulique. Les autres établissements de la péninsule étaient modestes : diverses petites officines existent à Prato, dans les environs de Naples et de Salerne, à Vérone9. C’étaient pourtant eux qui produisaient la majorité de la laine mécanique italienne dont la valeur globale s’élevait alors à huit millions de lires.

  • 10 En effet, dans les centres de l’Europe du Nord Ouest, ce procédé est introduit plus tardivement : i (...)
  • 11 E Mariotti, 1864, p. 91.
  • 12 E. Bruzzi, 1920, p. 118.
  • 13 A.S.E, Notarile moderno, Carradori, p. 4874.
  • 14 Idem, Guidi, p. 1530.
  • 15 A.S.F., Notarile moderno, Carradori, op. cit.

4Prato avait sans doute été l’un des premiers centres d’Italie, voire du continent10, doté des fameuses machines. La date et l’origine de l’introduction sont controversées : entre la version de F. Mariotti, selon qui le nouveau procédé fut introduit en 1854 par F. Pisani et C. Valdrè11, et E. Bruzzi, qui rapporte l’aventure pittoresque d’un pauvre napolitain venu installer à Prato, en 1850-51, une effilocheuse à sec mue par un cheval12, les archives du notaire Carradori ont tranché : en 1858, ce notaire prenait en effet acte de la dissolution d’une société existante entre le conte Temistocle de feu Alvise Biaggio, grec domicilié à Paris et demeurant pour l’heure à San Martino dans la commune de Prato, et la noble femme Maria Concetta de feu G.B. Perez épouse de Giulio Strina, native de Palerme, mais elle aussi résidente à San Martino. Cette société industrielle avait été initialement constituée pour le travail des laines dites à la « Rainaissance » selon la méthode pratiquée originairement pas mons. Pisani dans les fabriques de Santa Lucia et San Martino13. C’était la fin d’une aventure qui avait duré cinq ans et connu de nombreux rebondissements. La société originelle avait en effet été constituée en décembre 1853 entre Franco Pisani, qui cédait à la société le secret pour effectuer cette branche d’industrie qu’il possédait14, et Carlo Valdrè qui apportait les capitaux (2000 francesconi). Dix mois plus tard, Valdrè se retirait de l’affaire, une nouvelle société voyait le jour, associant cette fois Pisani et Henkel. Trois mois plus tard, le conte Biaggio, déjà créditeur de l’entreprise, entrait dans l’affaire en apportant les capitaux nécessaires à l’achat de nouvelles machines. Un an plus tard, Pisani était désintéressé de la société, au prix de 6000 lires, par le conte Biaggio qui restait seul maître de l’affaire, grâce aux capitaux de Maria Concetta Strina. Deux ans suffisaient pour que la société soit mise en liquidation pour manque de capital circulant15. Ainsi s’achevait l’aventure industrielle de ces étrangers au milieu pratésien qui, une fois de plus, avaient trouvé la ville favorable à leur projet d’installation, contribuant ainsi à son renouvellement productif. Les entrepreneurs de Prato comprirent en effet rapidement tout le parti qu’ils pouvaient tirer de la nouvelle production.

  • 16 E. Bruzzi, 1920, p. 118.
  • 17 Idem, p. 119.

5Les Pacchiani furent une nouvelle fois à l’avant-garde du renouvellement : Alessandro aurait en effet installé une machine à recycler les chiffons aux environs de 185316, bien avant les Romei en 1857. Même si, selon E. Bruzzi, Prato ne fut pas tout de suite très portée à suivre la nouvelle route industrielle qui s’ouvrait à elle17, les possibilités qu’elle permettait, notamment en matière d’approvisionnement à bas prix, ne pouvaient pas manquer d’attirer l’attention des entrepreneurs de Prato.

Prato, capitale des chiffons18

  • 18 E. Sperati in Conferenza sugli ovini e sull’industria a cura dell’Associazione dell’industria lanie (...)
  • 19 Dans les registres de la taxe sur le commerce de 1848, on trouve quelques cas isolés de chiffonnier (...)
  • 20 En particulier, A.C.P., Sanità : dans les années 1880, l’épidémie de choléra entraîna le contrôle s (...)

6La croissance de la consommation de laine dans les années 1850 avait en effet reposé de façon de plus en plus pressante le problème de l’approvisionnement. La laine toscane était convoitée et, même les laines d’Afrique du Nord, turques, voire sud-américaines qui arrivaient de plus en plus nombreuses en Europe, déchaînaient la concurrence pour des qualités parfois incertaines. Les chiffons, eux, existaient partout, surtout dans une Europe occidentale grosse consommatrice d’étoffes de laine. Point de doute que les fabricants n’aient rapidement saisi les potentialités d’une réutilisation de ces déchets pour une régénération de l’industrie textile. Du reste, les chiffons étaient depuis longtemps collectés pour être réinsérés sur le marché des vêtements de seconde main, si important en Europe et si souvent oublié, ou pour servir de matière première à l’industrie papetière, qui fleurissait dans le territoire de Pistoia, et accessoirement de Prato. Une habitude peut-être ancienne19, renforcée par l’essor important de la laine artificielle dans la production textile de la ville, allait faire de Prato un centre important du commerce des chiffons à la fin du siècle. Ce n’était pas encore le cas en 1870-75. Les quelques informations lacunaires et partielles que fournissent les sources20 font penser que le rayon d’approvisionnement fut au départ régional, tout au plus national. Vers 1880-90 par contre, il s’étendait déjà à la France, l’Angleterre, l’Allemagne et à l’ensemble des pays industrialisés d’Europe occidentale.

  • 21 A.C.P., Anagrafe, 20, 1907: Condizione delle industrie e dei commerci locali.
  • 22 Idem.
  • 23 Idem.

7Le mouvement était amorcé : Prato allait rapidement être capable d’organiser et de dominer une part importante du marché du chiffon brut et classé. Au contraire de ce qui avait toujours été le cas de la laine naturelle, la ville dominait cette fois le marché de la « matière première ». Ainsi qu’en font foi divers témoignages au début du XXe siècle, les chiffons viennent en effet en énorme quantité de toute l’Italie, des cotes orientales de l’Afrique et de presque toute l’Europe, et de ceux-ci un tiers même pas se consomment en ville. Les deux tiers restant, soigneusement classés par qualité, couleur et tissu, reprennent la voie de la haute Italie et de l’étranger21. Prato, pourvoyeuse de cette matière première brute, développa un réseau commercial étendu à tous les marchés chiffonniers du monde, et vit émerger des trafiquants qui se consacraient entièrement à ces activités : à ce commerce qui ne demande pas l’emploi de capitaux considérables, se sont dédiés actuellement les individus des métiers les plus disparates, revendeurs de grains, d’étoffes, traiteurs de soie, ex-agents de terres et même bouchers22. Les chiffons attiraient une fois ce plus ce monde diversifié de la petite boutique, des petits trafiquants et des métiers qui se laissait régulièrement tenter par le textile. Les chiffons renouvelaient l’espoir car on les savait capables d’enrichir des hommes partis de rien, pour peu que l’habileté et le sens des affaires les habitent : N’en retirent de notables gains que ceux qui y ont acquis une habileté spéciale, ce qui n’est pas si facile23. Pas évident en effet de connaître les marchés, de s’insérer dans les réseaux de vente et d’achat, de ne pas sombrer sous le poids d’un colis trop lourd et trop défectueux, ou d’une vente mal négociée. Mais pour les heureux, le jeu valait la peine. De nouvelles fortunes individuelles furent amassées grâce aux chiffons, vecteurs de mobilité sociale, de prospérité pour la ville, et de connaissance renouvelée des marchés lointains : une expérience sans doute également mise à profit pour la vente.

  • 24 Idem.
  • 25 A. Pescarolo, 1989, p. 73.
  • 26 A.C.P., Anagrafe, 20, op. cit.

8Ce commerce, disait-on, doit son grand développement actuel à la très spéciale habileté des ouvriers et ouvrières qui sont employés dans le classement des chiffons, si bien réussie qu’elle a permis l’essor des exportations…24. Le travail consistait à diviser les balles qui arrivaient et à regrouper les chiffons en fonction de leurs qualités, composants, ou couleurs, éventuellement retirer les coutures, ôter les doublures, etc. Hommes et femmes étaient employés à ces tâches, selon une division des rôles que restituent les témoignages recueillis par A. Pescarolo : Les hommes étaient à terre pour enlever les doublures, faire les travaux de force, au contraire les femmes avaient une espèce de filet, l’incannatoio, et ainsi en plus de nettoyer elles faisaient ce travail plus fin, ces débris… elles les choisissaient et la saleté tombaient à terre… et elles choisissaient la couleur ou la finesse. Mais les travaux de presse, les balles, étaient tous des travaux d’hommes25. Le classement requérait une extrême sensibilité de la part des travailleurs qui devaient y concentrer tout leur tact et toute leur vue. Saleté et poussière en étaient la rançon : Les conditions de travail… à dire la vérité ne sont pas trop bonnes parce qu’ils sont contraints de vivre au milieu de poussières terribles et à la saleté et parce que tous les commerçants manquent de locaux hygiéniques et adaptés. Ils occupent pour la plupart des magasins semi-obscurs et mal ventilés, ou des grands appartements anciennement utilisés comme habitations, en payant de fortes sommes pour le loyer, et ils sont privés de ces commodités qui seraient absolument nécessaires pour le respect des plus élémentaires normes d’hygiène en considération également de l’insalubrité de cette industrie26.

  • 27 E. Bruzzi, 1920, p. 119.

9Le tri et le classement des chiffons ne pouvaient être mécanisés car ils étaient effectués par les travailleurs en fonction de l’amalgame irrationnel et casuel des tissus. Cette phase initiale du travail contrastait donc avec la régénération des étoffes qui, elle, ne pouvait se faire que mécaniquement. D’un côté, la collecte des chiffons accentuait la vocation commerciale de Prato, de l’autre, leur traitement poussait à un renforcement de la mécanisation. Mais contrairement à ce qui se passa à Belluno et à Isola, Prato n’eut jamais de grands établissements… consacrés uniquement à ce travail particulier. Ici modestement s’en fournirent les filatures en propre ou celles pour conto terzi27. En effet, les quinze établissements capables de régénérer les chiffons recensés par F. Mariotti en 1864 étaient également tous munis des machines nécessaires pour filer la laine, artificielle ou non. Le modèle semblait donc être l’alliance du travail des chiffons et de la filature dans des établissements de taille relativement modeste. Cela était possible notamment grâce aux caractéristiques techniques des machines utilisées à Prato.

Un bricolage continu

  • 28 MAIC, Industria della lana, Annali di Statistica, s. IV (1895), fasc. 84, p. 20.
  • 29 E. Bruzzi, 1920, p. 118-119.

10Les premières machines installées à Prato pour recycler les chiffons furent construites a sec, sur le modèle anglais diffusé sur le continent. Très rapidement cependant, Prato adopta une technique alternative : les effilocheuses à sec pour les laines mécaniques sont presque toutes de construction anglaise ; seules les effilocheuses à eau de la Toscane sont construites dans le pays, et même depuis 1860 l’entreprise Mazzoni Ridolfo, de Prato, implanta une officine pour la construction de telles machines28. Les fils de Mazzoni avaient bel et bien pris la relève, non seulement des industries de leur père, mais encore de son esprit de bricolage et d’adaptation de la technique aux conditions et aux potentialités locales. L’idée ne venaient pourtant pas d’eux : en 1854 un Pisan… avait implanté à S. Lucia et précisément dans une partie de l’édifice de la Toricella, un straccione a guazzo, c’est-à-dire presque, ni plus ni moins, qu’une de ces machines « pêchant » dans une vasque ou baquet mural en usage dans les papeteries, pour préparer à partir des chiffons de coton la pâte à papier29. Toutes les précautions du fabricant pour conserver son secret n’empêchèrent pas l’un de ses voisins manufacturier de l’espionner. Rodolfo Mazzoni ne fit que construire sur une large échelle la nouvelle machine passée dans le domaine des biens communs de l’industrie locale.

11Le straccione a guazzo avait deux avantages fondamentaux : d’une part, il ne devait pas être acheté à grand prix en Angleterre, ce qui permettait de limiter l’investissement initial ; d’autre part, il évitait l’utilisation de la vapeur, alors inexistante à Prato. Certes, pour économiser les coûts, on avait d’abord utilisé la force du manège à chevaux, mais cette solution ne pouvait convenir qu’à la phase expérimentale de l’innovation. L’amplification de la fabrication de la laine artificielle imposait l’adoption d’une autre énergie. La plus « naturelle » et la plus disponible, la plus familière aussi, était bien entendu la force hydraulique du Bisenzio. L’adaptation de la technique devenait la seule solution envisageable. L’empressement des fabricants à découvrir le secret de ce Pisan fut donc d’autant plus grand que son invention était finalement la condition nécessaire au développement rapide de cette industrie à Prato. Ainsi Prato semblait décidément établir un rapport spécifique avec la technique : au départ importée, il fallait une véritable appropriation, qui était également une adaptation, de la technique pour qu’elle fut réellement introduite et devienne facteur de changements productifs.

2. Vers la mécanisation

L’appel des marchés : un puissant stimulus à la mécanisation

12En additionnant les quinze établissements qui traitaient la laine mécanique et les sept entreprises qui ne possédaient que des assortiments nécessaires à la filature, vingt deux filatures existaient à Prato en 1864, soit une nouvelle usine installée tous les deux ans depuis 1850. Le seuil de la mécanisation accélérée fut franchi pendant une décennie euphorique, de 1855 à 1865. L’appel du marché fut décisif : à cette époque, les ventes redoublèrent à Prato, les fabricants étaient optimistes, leurs réticences cédèrent car ils avaient l’assurance qui donne le courage d’investir.

  • 30 S.A.S.P., Cancelleria, 806.
  • 31 Les fabriquants évoquaient des travaux de laine accrus de façon extraordinaire dans la ville depuis (...)
  • 32 Idem.
  • 33 Idem.

13En effet, quand les premières machines destinées à régénérer les chiffons de laine furent installées à Prato, elles s’insérèrent dans le cadre d’une demande en forte hausse, ainsi qu’en témoignaient les fabricants en 1856 : la draperie, riche branche d’industrie de ce pays de manufactures, ayant ressenti elle-aussi le bénéfice de notre heureux changement politique, s’est développé parmi nous en plus vastes proportions qu’avant30. Ainsi, l’unité italienne était avant tout promesse d’agrandissement du marché intérieur, elle était perçu comme la principale cause du dynamisme des fabriques31. En 1860, les fabricants constataient que l’expérience a démontré que les prévisions dès lors conçues (1856) d’un progressif développement de la fabrique des tissus de laine n’étaient pas mal fondées32. La preuve en était l’augmentation de la consommation de laine : chacun peut en être persuadé étant notoire par les enquêtes faites que l’on prépare à peu près 2,5 millions de livres de laine par an pour les transformer en tissus33, soit une augmentation de près d’un million de livres depuis 1844. La conclusion s’imposait : le développement de la fabrication des tissus de laine a crû de façon gigantesque.

  • 34 E. Bruzzi, 1920, p. 129.
  • 35 Idem, p. 127.

14Une des raisons de cette croissance semble provenir des commandes militaires dont Prato bénéficia alors : on y fabriqua en particulier les chemises rouges des partisans de Garibaldi et les uniformes de l’armée. Un premier coup à cet élan fut porté en 1866 quand le nouvel Etat unifié, dominé par les libres-échangistes toscans, décida de confier les fournitures des troupes à des manufactures étrangères. Néanmoins jusque là, c’était l’euphorie car en plus de continuer la fabrication, commencée depuis diverses années, des flanelles rouges pour les troupes des fatidiques légions garibaldines et les draps bleus pour les troupes royales, dans la fabrication ordinaire on produisait des draps larges et étroits, fins, mi-fins et ordinaires, Cascimirre, Vilton, Melton, Spagnolette, Flanelli et Flanelloni, blancs, colorés, à l’écossaise etc. etc. et s’était introduite alors la fabrication des châles et des couvertures34. Ces deux nouveaux articles amplifiaient la gamme des productions de Prato qui s’enrichissait également aux alentours de 1869 d’un nouvel article spécial, naturellement entièrement de laine mécanique, les châles écossais, c’est-à-dire bas et très ordinaires, qui se cédaient jusqu’à 18 lires la douzaine35.

Graphique 50. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1864

Graphique 50. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1864

Graphique 51. Qualité des productions de Prato en 1889

Graphique 51. Qualité des productions de Prato en 1889
  • 36 F. Mariotti, 1864, p. 92.

15Cet article qui fit fureur vint en quelque sorte prendre la place des bonnets levantins. Les châles furent en effet l’une des causes de l’extraordinaire poussée productive de Prato, qui s’insérait ainsi une nouvelle fois sur le marché par la voie de la basse qualité et des bas prix. C’est bien ce que disait déjà Mariotti en 1864 quand il évoquait la vente des tissus de Prato dans les autres provinces italiennes, où certaines qualités sont très recherchées, pour lesquelles la manufacture de Prato ne craint pas la concurrence grâce à la faiblesse de ses prix36.

16Le renouvellement périodique des produits phares n’empêchait donc pas le maintien d’un certain nombre de continuités dans les caractéristiques de la production : bas prix, qualité inférieure et diversité. Telles étaient les conditions d’insertion de Prato sur des marchés diversifiés mais toujours concurrentiels : les entrepreneurs de la ville devaient s’adapter pour subsister, pour réussir à s’insérer dans les interstices de marchés qu’ils ne dominaient en général pas. Ces caractéristiques de la production rendent en partie compte des conditions dans lesquelles se poursuivit la mécanisation.

Ampleur et limites de la mécanisation

  • 37 F. Mariotti, 1864, p. 90.
  • 38 A. Rossi, 1869, p. 197.
  • 39 A. Rossi, 1869, p. 196-199 ; repris par E. Bruzzi, 1920, p. 128.
  • 40 Un certain Cerutti, et d’autres avec lui, se lancent alors dans cette branche.

17Les témoignages concordent : F. Mariotti rapporte que les multiples demandes ont fait abandonner la filature à main37, tandis que A. Rossi explique comment la demande militaire de 1859-60 poussa les entrepreneurs de la plupart des centres textiles italiens à s’équiper en machines. Les exportations de l’entreprise Houget-Teston de Verviers, qui fournit à elle seule plus de la moitié des machines étrangères achetées en Italie, confirme cet enthousiasme38. Elles enregistrent surtout une envolée des ventes vers l’« Italie centrale », dont Prato est sans aucun doute le principal centre lainier : alors que jusque 1850, les ventes vers cette région de la péninsule avaient été dérisoires, elles réussissent à dépasser, de 1860 à 1864, les acquisitions de la Lombardie-Vénétie et de la région de Naples, mais aussi, en 1861, celle du Piémont et de la Ligurie39. Avant 1850 en effet, la plupart des entrepreneurs de Prato avaient préféré s’équiper de machines fabriquées sur place à moindre prix. L’augmentation des achats après le tournant du siècle dénote que l’intensification de la mécanisation rend insuffisant le potentiel de la construction mécanique locale : certes, les fils de Mazzoni étaient toujours là, mais ils restèrent jusqu’aux années 187040 les seuls constructeurs mécaniques de Prato. Le recours aux machines étrangères devenaient donc plus important qu’auparavant, d’autant qu’elles étaient sans doute plus économiques et qu’elles conservaient meilleure réputation que les constructions locales. Les inventaires des plus grands fabricants montrent un parc de machines international parmi lequel la France (Leroy) et surtout la Belgique (Houget-Teston) se taillent la part du lion, sans d’ailleurs que la construction locale soit rejetée, notamment pour les mécanismes spécifiquement adaptés. D’autre part, les petits fabricants continuaient d’y faire largement recours, tout comme ils rachetaient le matériel usagé des plus grands ou d’autres centres de la péninsule.

  • 41 MAIC Notizie statistiche sopra alcune industrie, Roma, 1878, p. 58 ; l’enquête communale de 1 877 n (...)
  • 42 MAIC Industrie della lana. Annali di statistica, Rome, 1895.

18Toujours est-il qu’à l’aube de l’Unité, l’ensemble de la filature de Prato était mécanisée. Le nombre de fuseaux est cependant problématique : alors que le ministère en relevait 21.375 en 187641 (et 22.290 pour l’ensemble de la province de Florence), il n’en comptait plus que 18.347 dans l’ensemble du « compartiment » de Prato42 à la fin du siècle, soit bien plus de toutes façons que les 11.300 recensés par l’enquête communale de 1877 : des différences que rien ne permet d’éclairer. L’effort d’installation était réel, même si le potentiel restait malgré tout inférieur aux deux autres grandes régions lainières de Novara et de Vicenza, qui disposaient respectivement de 115.620 et 58.879 fuseaux. La différence se lisait du reste également dans la force motrice des différentes provinces :

Force motrice

Prov. de Florence

Prov. de Novara

Prov. de Vicenza

Hydraulique

526 (Prato : 510)

1.765

1.369

Vapeur

23 (Prato : 22)

44

580

  • 43 La force du fleuve était ailleurs estimée à plus ou moins 500 chevaux vapeur.
  • 44 E. Bruzzi, 1920, p. 137.

19Encore une fois, ces chiffres ne correspondent pas exactement avec ceux du relevé communal de 1877 qui indiquait, lui, une force motrice totale d’un peu plus de 365 H.P. hydraulique43. Cela indique en tous cas que les machines à carder et à filer se contentaient d’une force motrice limitée : de quatre à sept chevaux étaient suffisants à attirer l’implantation d’une petite carde et filature de laine…44.

20Le développement des filatures mécaniques et du recyclage des chiffons, posait progressivement le problème de l’utilisation de l’eau du Bisenzio. Jusque là, les utilisations aux fins de l’industrie textile avaient certes toujours été importantes, mais non point dominantes. Les moulins, en particulier, constituèrent longtemps l’essentiel des édifices. Les lanifici s’étaient au départ insérés dans ce réseau déjà dense, ajoutant une activité supplémentaire aux bénéfices que le fleuve procurait au territoire de la ville. Leur multiplication menaçait d’entraîner leur hégémonie : dès la fin des années 1870, la force employée par les filatures tendait à égaler la force totale du Bisenzio. La transformation de nombreux édifices, en particulier des moulins, en filatures fut alors assez rapide : tout était bon pour faire tourner les fuseaux et pour actionner les piles à chiffons. La laine expulsait progressivement les autres activités du territoire « énergétique ».

  • 45 Idem, p. 127.

21Le problème énergétique risquait en effet de devenir un facteur de blocage. Devant l’urgence de la maximalisation de l’utilisation de l’eau, les turbines conçues par Giovan Battista Mazzoni dans les années 1850 connurent, après 1860, un succès qu’elles n’avaient pas rencontrées jusque là : dans les quatre premières années (après l’Unité) furent implantées, par la seule officine mécanique de notre Mazzoni, quinze turbines hydrauliques sur les eaux dérivant du Bisenzio, à but lainier45. Dès que les problèmes commencèrent à devenir insurmontables à l’aide des vieilles roues hydrauliques, le renouvellement fut donc rapide, démontrant une fois de plus les capacités d’adaptation du milieu entrepreneurial, qui, certes, n’anticipait jamais les choix, mais les faisait à temps. Les turbines ne Mazzoni ne suffisaient cependant pas à résoudre le problème de manque d’eau et d’édifices. Une des solutions fut donc d’aller chercher l’eau en dehors des limites communales : un mouvement de conquête de l’espace énergétique poussa les entrepreneurs de Prato vers les communes limitrophes de Vernio, Cantagallo, Montemurlo, Pistoia. Ainsi, ce n’était plus le besoin de main d’œuvre, mais la recherche d’énergie, qui entraînait les entrepreneurs hors du territoire communal et stimulait le développement d’une aire d’influence renouvelée.

  • 46 C’est ce dont parle également E. Bruzzi quand il rappelle que l’action des filatures n’étaient en g (...)

22Mais ni l’intensification des aménagements, ni l’éclatement du territoire énergétique ne pouvait remédier au caractère discontinu de l’énergie hydraulique : discontinuité saisonnière traditionnelle qui asséchait presque totalement le fleuve en été, rien ne pouvait y faire ; discontinuité des systèmes de retenues artificielles dont il fallait à chaque fois attendre le nouveau remplissage46. Ainsi apparut peu à peu la nécessité de la vapeur. Les premières machines ne firent cependant pas leur apparition avant les années 1880.

  • 47 A. Rossi, 1869, p. 171.
  • 48 Idem, p. 136-137.

23Les fabricants de Prato pouvaient alors dire avec A. Rossi que leurs fabriques possèdent déjà tout le meilleur matériel moderne de la mécanique appliquée47 : et ce d’autant plus que vers 1870, s’était créée une nouvelle entreprise de finition, la Campolmi, qui, aux dires de tous, réunissait les machines les plus modernes du secteur et offrait à la ville un instrument renouvelé pour la perfection des apprêts, et qu’en 1880, Ippolito Ricci installait dans la ville la première entreprise de carbonisation des chiffons qui permettait de recycler les étoffes mixtes. Ainsi, Prato connaissait comme tous les autres centres – et pas forcément plus tard qu’eux — le mouvement de mécanisation : les premières filatures mécaniques avaient été introduites à Biella en 182048, soit deux ou trois ans avant celles de G.B. Mazzoni à Prato ; la laine mécanique avait fait ses premiers pas au même moment dans les deux centres : le décalage éventuel se situe plus au niveau de la diffusion des phénomènes qu’à celui de leur date d’apparition.

  • 49 A.C.P., Statistica, 321, Filatura e tessitura della lana, 1877.
  • 50 A. Pescarolo, 1989, p. 71.
  • 51 L’enquête publiée par le ministère en 1878 et attribuant à Prato quelques 438 métiers à tisser méca (...)

24Le tissage fait néanmoins exception. Pietro Romei, qui installait des métiers mécaniques dans sa fabrique en 1870, ne fit que très peu d’émules : si l’on en croit l’enquête statistique de 1877 en effet, seuls trois entrepreneurs avaient alors mécanisé une partie du tissage et regroupaient dans leurs entreprises cinquante métiers mécaniques49. En 1895 pourtant, 659 métiers à tisser mécaniques battaient à Prato, soit la quasi totalité de ceux de la Toscane (677). Mais cette progression n’était pas le résultat d’un mouvement continu, qui aurait vu les fabricants de la ville, à l’image de ceux de Biella par exemple, remplacer leurs anciens métiers manuels par les nouvelles machines : 75 % du potentiel était en effet détenu par une firme étrangère, la Koessler Mayer, installée à Prato par des Autrichiens à la suite du tarif protecteur de 1887. S’occupant exclusivement de laine peignée, l’usine représentait l’importation à Prato d’un modèle étranger : par sa spécialité, par sa taille – la nouvelle fabrique était rapidement surnommée le Fabbricone –, par l’ampleur des capitaux investis, elle ne correspondait en rien aux différents modèles de développement locaux. Les entrepreneurs, et plus généralement l’ensemble du tissu urbain, éprouvèrent à son égard, comme le note Pescarolo une ambivalence continuelle entre admiration pour le productivisme et sanction éthique pour l’inhumanité qu’il impliquait50. En dehors de ce géant du tissage, n’existaient dans la ville que quelques 150 métiers à tisser mécaniques51, répartis entre toutes les entreprises : c’était finalement bien peu.

  • 52 A.C.P., Statistica, 321, op. cit. ; parvenu à ce point du raisonnement, il faut donc constater que (...)
  • 53 MAIC, 1895a, p. 86 et p. 91-92.

25Les métiers à main prévalaient donc nettement. Les statistiques publiées à ce propos par le ministère doivent être utilisées avec attention : en effet, à les en croire, on trouverait à Prato en 1878, 127 métiers à main et 28 en 1895, – une date à laquelle l’ensemble de la Toscane en compterait 348. Pourtant, toujours en 1895, ce même ministère publiait une statistique des Industries dans la province de Florence qui comptabilisait, pour l’année 1893, 5363 métiers à main à domicile, soit une augmentation de 2266 unités par rapport à 1876. Ces chiffres méritent d’être interprétés : le nombre des métiers manuels à domicile (5363) englobe sous une même appellation ceux qui battent à usage familial et ceux qui travaillent pour les manufactures, tandis que les 348 métiers manuels recensés pour la Toscane, dont 28 à Prato, représentent vraisemblablement le nombre des métiers qui battent en fabrique. Deux constations s’imposent : d’une part, à en croire ces chiffres, le nombre de métiers manuels en fabrique semble avoir considérablement diminué entre 1877 – quand la Statistique communale en recensait 13452 – et 1895. D’autre part, ce nombre est bien inférieur à celui des métiers manuels battant effectivement pour la fabrique de Prato, qui comprenait, outre les métiers concentrés en fabrique – comptabilisés dans la statistique nationale sur l’industrie de la laine –, une large part de métiers manuels à domicile – non comptabilisés par cette statistique –. Le relevé concernant la province de Florence estimait que sur 5363, 525 battaient pour le commerce (soit un pourcentage très faible de 11,65 %), dont 459 dans le seul territoire de Prato53.

  • 54 Cela constitue une limitation importante car les entrepreneurs n’avaient pas de raison d’abandonner (...)
  • 55 L’essentiel (les deux tiers environ) était composé de métiers servant pour la laine alors que ceux (...)

26Un autre relevé fut effectué par le bureau de police municipale de Prato en 1888 : bien que la date soit postérieure à la période qui nous intéresse directement et que le recensement ne concerne que le territoire de Prato54, les indications fournies sont intéressantes. Elles recensent, sur l’ensemble du territoire de Prato, 466 métiers, dont 270 (58 %) pour le tissage commercial55. Le chiffre de 1888 est, on le voit, presque moitié moins élevé que celui de 1895 : difficile de savoir si la différence vient d’une erreur de comptabilisation dans l’un ou l’autre cas, si elle est due au contraire à la prise en considération d’un territoire plus vaste en 1895 (ce qui ne semble pas devoir être le cas, puisqu’il est explicitement fait mention du territoire communal) ou si elle témoigne bien de la poussée du tissage à domicile à la fin du siècle évoquée par de nombreux témoins.

  • 56 En prenant à la lettre les différents chiffres dont nous disposons et qui peuvent être considérés c (...)

27A force d’approximations, on pourrait envisager le parc de métiers de la fabrique de Prato ainsi composé, aux environs de 1870-80 : 300 à 350 métiers manuels à domicile (c’est compter un grand recul du tissage dans les communes limitrophes), une centaine de métiers manuels en fabrique, une cinquantaine de métiers mécaniques56. Ces chiffres appellent quelques remarques : d’une part, la remarque est assez banale, les statistiques nationales sont loin d’être fiables et ne peuvent être utilisées « telles quelles » ; d’autre part, il est évident que les enquêteurs sont essentiellement, si ce n’est exclusivement, préoccupés par l’industrie concentrée en fabrique, et, beaucoup plus rarement, par les restes d’une industrie domestique dont ils se soucient alors peu de savoir si elle travaille ou non pour le commerce : c’est ainsi l’ensemble de la structure de Prato qui reste dans l’ombre. Il est dès lors très problématique d’utiliser ces chiffres comme représentatifs du potentiel productif de la ville, ou de la région.

  • 57 MAIC, 1895a, p. 91-92.
  • 58 A. Pescarolo, 1989, p. 62-63. Se reproduire et se développer…

28Reste à comprendre pourquoi les métiers manuels se maintinrent si longtemps : s’agit-il d’un « retard » de Prato dans ce domaine ? Un fabricant de Pise résumait en quelques phrases pour l’Enquête Industrielle de 1866 l’ensemble des avantages que procuraient le tissage manuel pour les étoffes de coton qu’il fabriquait. Bien qu’il s’agisse d’une autre ville et d’une autre fibre, aucun fabricant de Prato ne se serait sans doute inscrit en faux contre ses arguments : les produits de ma fabrique étant très variés et la demande des diverses sortes et qualité de tissus n’étant jamais égale… avec l’ensemble des travailleuses que j’ai sous ma direction, presque toutes habituées et instruites à travailler des tissus très divers entre eux, avec de faibles et rapides modifications du métier à main, je peux d’un moment à l’autre varier la fabrication des tissus, selon la demande qui se manifeste, chose que je ne pourrais faire avec un assemblage de métiers mécaniques, pour lesquels il faut au moins une certaine uniformité dans les sortes de tissus… pour des raisons d’économie, je ne pourrais conserver montés tant de sortes de métiers mécaniques pour tant de tissus que j’ai l’habitude de faire… ce qui contribue le plus à ne pas introduire les métiers mécaniques dans nos fabriques est la dépense de main d’œuvre qui pour l’instant se maintient à un prix relativement modéré57. La flexibilité d’une production variée, l’habileté et les bas coûts de la main d’œuvre rendaient donc contre-productive l’introduction de la mécanisation : la technique n’était pas adaptée aux conditions de la production. C’est ce qu’a déjà très bien souligné A. Pescarolo : la vicissitude des tisseurs à main offre une clé interprétative importante pour comparer l’industrialisation lainière de Prato à celle de la région de Biella. En effet la spécialisation différente qui caractérisa ces deux centres à partir du tarif de 1887 fut liée à deux processus de transformations sociales alternatifs. Dans le cas de la région de Biella l’industrialisation imposa une série de dramatiques ruptures dans les habitudes de travail des familles des artisans-paysans impliquées dans le travail. Le projet des plus grands entrepreneurs d’entrer dans la production de laines fines, soutenu par la politique douanière de Cavour déjà dans le vieil Etat piémontais, impliquait un saut dans la dimension des capitaux investis, et certaines innovations dans le processus de travail. A ces nécessités, on répondit d’abord par la concentration des tisseurs à main dans les fabriques, puis par leur expulsion et la mise au travail des tisseuses sur les métiers mécaniques. […] Mais l’introduction du tarif douanier de 1887 eut… pour effet indirect de déprimer justement la demande des tissus de qualité. Dans cette situation, l’industrie de Prato put pénétrer sur le marché en produisant à bas prix des succédanés de produits de bonne laine. La basse qualité des tissus rapprochait le système déconcentré des tissages pour conto terzi, et une part de la production des firmes à cycle complet. Pour cela, manqua à Prato une importante stimulation pour la concentration des métiers. Toute la phase d’expansion coïncida avec un processus d’avilissement des tissus qui s’accompagna de la déqualification du métier de tisseur. La position des tisseurs à main de Prato prit donc en un certain sens une force majeure d’une plus grande faiblesse. Tandis qu’à Biella les tisseurs à domicile, au tournant du siècle, étaient désormais tout à fait marginalisés du processus productif, à Prato, le vieux noyau put se reproduire58.

29Ainsi semble s’expliquer une des différences majeures de Prato par rapport aux autres centres lainiers de la péninsule. Types de marchés et types de produits déterminèrent les choix de concentration et les décisions de mécanisation, les hésitations et les réalisations différées. La spécialisation de longue durée dans la basse qualité, plus ou moins affichée, parfois reniée, explique les choix des entrepreneurs de Prato, qui ne peuvent être taxés de retardataires. Au contraire, ils firent constamment preuve de leur intérêt pour les mécaniques, un intérêt bien compris, qui passait par l’examen précis des avantages possibles, par l’adaptation et l’appropriation définissant ainsi un rapport spécifique à la technique. Les choix des entrepreneurs de Prato leur permirent de maintenir et d’accroître la place de l’industrie textile dans la ville, et d’affirmer le rôle de celle-ci au sein de l’Etat unifié.

3. Un monde d’industriels ?

30L’introduction de la laine mécanique modifia-t-elle profondément le monde entrepreneurial, les façons d’être entrepreneurs à Prato ? Devint-on un peu plus industriel et un peu moins commerçant ? Assiste-t-on alors à la naissance de la grande industrie, à la transformation radicale des entreprises, au passage décisif du capitalisme commercial au capitalisme industriel ?

Un nouvel entrain

  • 59 Cf. chapitre précédent.

31La fin des années 1850 et les premières années 1860 furent une phase d’euphorie pour le textile, d’autant plus que l’industrie de la paille éprouvait de sérieuses difficultés qui en détournaient les plus perspicaces. Le groupe des entrepreneurs textiles s’agrandit : de nouveaux venus y entrèrent, sans que les plus anciens n’en sortissent. Tous ceux qui avaient résisté à la Restauration, ceux qui avaient commencé à faire fortune dans la première moitié du siècle n’étaient pas prêts à quitter un terrain qui paraissait si prometteur. Comme à la fin du XVIIIe siècle, les effectifs augmentèrent de façon importante, nous l’avons vu59.

  • 60 S.A.S.P., Vicariato, Tutele II, Tamaron, 440 : G.B. Cangioli, mort en 1834, laisse à ses six enfant (...)
  • 61 Rien à voir avec l’autre famille Cai dont nous avons déjà parlé.
  • 62 Ufficio del Registro di Prato, B.8, no 14.
  • 63 A.S.R, Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1265.
  • 64 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 293.
  • 65 Idem.

32Le plus grand nombre des nouveaux venus étaient, comme auparavant, originaires de la ville même ou de ses alentours proches : un vivier local de petits chefs d’entreprise venus du monde de la boutique, de l’artisanat, et des commis des entrepreneurs eux-mêmes constituaient le réservoir essentiel. Rien de bien surprenant ou de bien neuf à constater que les Cangioli, héritiers de la boutique de droguerie et de terre-cuite de leur père60 se lançaient dans la manufacture de laine et de coton. Un même espoir animait Niccola de Giuseppe Cai61, aubergiste, qui plaçait une partie de ses capitaux dans une modeste société d’impannazione entreprise avec un certain Ballerini62. Certains venaient de secteurs longtemps florissants de l’artisanat : ainsi les Lumini, débiteurs du séchoir après 1860, étaient depuis longtemps engagés dans le travail du cuivre. L’origine était parfois beaucoup plus modeste : Giovan Battista Piccardi, menuisier, fort de son mariage avec la fille d’un modeste impannatore, pensa y trouver la source d’une fortune en apparence facile63. Quant à Franco Calamai, son frère, ses neveux, une partie de sa belle famille étaient composée de journaliers64 tandis que d’autres Calamai étaient spécialisés dans l’activité de charbonniers65. C’est encore la volonté de s’affranchir du travail dépendant qui fait quitter à Pietro Bessi son rôle de commis pour se mettre enfin à son compte. Les exemples pourraient être de nouveau multipliés, témoignant de la vitalité de ceux qui, ayant accumulé quelques modestes capitaux par l’exercice de petites activités locales, espéraient trouver dans le textile un secteur de bonne spéculation.

33La nouveauté par rapport aux périodes précédentes est le développement, vers la fin des années 1850, d’un mouvement d’émigration vers Prato plus important qu’auparavant. Bien sûr, quelques « étrangers », précédemment rencontrés, étaient déjà venus faire fortune dans le textile de la ville. Mais il s’agissait d’une petite poignée d’individus. A la fin des années 1850, le développement de la laine mécanique créa une véritable dynamique et attira à Prato un certain nombre d’entrepreneurs provenant essentiellement d’autres villes du Grand Duché : du Casentino, grand centre concurrent du textile régional, vint par exemple Ippolito Ricci – qui fut le premier à introduire dans la ville, vers 1880, la technique de la carbonisation. De Sienne, vinrent les Ford, après les Crocini, déjà actifs dans la fabrication des bonnets levantins. La famille del Soldato, surtout connue pour ses activités de foulonnerie près de Florence, émigra en partie à Prato. Alphandery et Deprez, autres noms de l’industrie textile de cette époque, étaient à l’évidence étrangers à la ville, de même qu’Ammirandoli. La liste de nos connaissances est certes assez courte, mais elle est néanmoins significative du nouvel attrait dont bénéficiait la ville après l’introduction de la laine mécanique : d’autres centres continuaient certes de prospérer de la laine ou du coton en Toscane, mais Prato s’imposa comme lieu de travail et d’exploitation de la nouvelle industrie, un pôle sans cesse croissant de développement. Ces nouveaux-venus changeaient-ils les façons de faire ?

Un parcours significatif : les Mercatanti-Forti

  • 66 En effet, il existe un ouvrage entièrement consacré à la fabrication Forti, dont la partie plus int (...)
  • 67 A. Pescarolo, 1989, p. 68.

34Les Forti sont une famille bien connue du monde textile de Prato66 : Beniamino de Samuel Forti installa à partir des années 1880 entre Isola, la Briglia et Casarsa l’une des plus grandes fabriques de la ville, un modèle d’intégration, de concentration (plus de 650 ouvriers), et de rationalisation productive et économique qui en fit également le théâtre des premières grèves organisées surgissant à Prato au début du XXe siècle67 – un symbole des temps nouveaux et des transformations radicales en cours : transformations de l’entreprise, de l’entrepreneur et des relations de travail à la suite de la mécanisation et de la concentration. Le changement était bien réel.

35Le petit-fils du fondateur (Giulio di Beniamino di Samuele) a laissé un témoignage fort intéressant des débuts de l’entreprise. Il rappelle d’abord pourquoi et comment sa famille vint s’installer à Prato : mon grand-père Samuele Forti, raconte-t-il, s’installa encore jeune avec sa famille en bas âge à Montepulciano (en provenance de Sienne). Là, il avait une petite boutique de vente au détail de manufactures et il faisait également le mercier ambulant allant avec une charrette tirée par un âne aux marchés et foires des villages voisins. Samuel était donc l’un de ces petits colporteurs qui parcourait la campagne et alimentait les courants d’échanges à l’intérieur du grand duché. Son fils était plus ambitieux : désireux d’améliorer et de développer le commerce paternel et comprenant que le petit milieu de Montepulciano ne se prêtait pas à des développements, il pensa à changer de résidence. En 1861 avec sa petite famille, il vint s’installer à Prato… Il ouvrit une boutique de manufactures au détail sur la place de la cathédrale… S’étant assuré que les affaires pouvaient se dérouler à Prato dans un milieu plus propice qu’à Montepulciano, l’année suivante en 1862 il fut rejoint par son père, sa mère et son frère… Prato était bien devenu le lieu des bonnes affaires possibles pour un petit entrepreneur dynamique mais sans grandes ressources. Beniamino se livra à des activités diverses : mise en marche la boutique de manufactures, papa essaya de se dédier à quelque travail plus rentable. Il fit quelques spéculations en achetant des tissus de fabrication locale et en les revendant ensuite en gros à l’époque où les acheteurs venaient faire des achats. Il semble qu’il essaya aussi le commerce des tresses de paille pour chapeaux… Enfin, en 1863 il tenta de s’intéresser à la fabrication des tissus. Ce fut justement en 1863 qu’il constitua une société avec Silvio Mercatanti. Etranger au milieu et à la fabrication, Beniamino Forti avait en effet besoin d’un partenaire local qui soit capable de mener concrètement la fabrication des tissus. Silvio Mercatanti fut l’homme de Beniamino comme les Pacchiani avaient été ceux de Vincenzo Mazzoni.

  • 68 Son père, Felice di Lorenzo, gérait en association avec son frère Giustino les fours situés à San B (...)
  • 69 A.S.F., Notarile Moderno, Mazzoni, p. 18144, 18143, 18147, 18149.

36Silvio Mercatanti était pourtant lui aussi un nouveau venu de la fabrication : originaire de Figline, sa famille était engagée depuis fort longtemps dans des activités de briqueterie68. Mais les affaires de son père, Felice, et de ses oncles, Giustino et Valentino, allaient si mal qu’ils étaient obligés de vendre un à un tous leurs biens69 : en 1848, lors du partage familial, les héritiers de Felice, dont Silvio était le seul garçon, recevaient un peu moins de 5000 lires, une bien maigre somme. Silvio tentait donc lui aussi sa chance à Prato, exemple parmi d’autres de l’attraction du textile sur une famille artisanale quelque peu déchue. Il fit visiblement ses armes dans la fabriques des frères Cai : un bon apprentissage pour espérer voler de ses propres ailes, associé à Beniamino Forti. Chacun à leur manière, Forti et Mercatanti représentaient le renouvellement du monde entrepreneurial.

37Ils choisirent de faire leurs affaires à la mode de Prato : ils avaient un orditoio, quelques magasins, un petit bureau. Ils donnaient à filer et à teindre, ils donnaient à faire les chaînes à des femmes externes, ils donnaient à tisser à des tisseurs à main externes, puis les tissus à des foulonniers, aux apprêteurs, aux rames, toutes opérations qui se déroulaient séparément auprès d’entreprises per terzi. Au cœur des années 1860, le modèle de l’impannatore tenait plus que jamais un rôle fondamental. C’est grâce à cette possibilité de faire des affaires en ayant un capital extrêmement limité que les entrepreneurs pouvaient par la suite éventuellement songer à des modifications d’organisation.

  • 70 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7964, (1870-73) : l’acte rappelait comment en 1866 avait été (...)
  • 71 Il s’agit donc du fils de l’ancien maire de Prato dont il a déjà été fait mention à plusieurs repri (...)
  • 72 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami 7964.

38Mercatanti et Forti, dont la société portait depuis 1868 les deux noms70, pensaient en effet à des transformations : le premier pas, rapidement franchi, fut celui de l’installation d’une filature, dans un local loué à Santa Lucia. Surtout, après neuf années de prospérité sous le signe de l’organisation traditionnelle des marchands-fabricants, ils achetaient à Carlo di Niccolò Mazzoni71 un vaste édifice divisé en appartements place Mercatale qui comprenait les moteurs des deux édifices hydrauliques et leurs transmissions et courroies, les cadres, les meubles et les ornements de l’oratoire San Ambrogio : ce nouvel exemple du passage de propriété entre une ancienne famille négociante et des nouveaux venus témoigne donc également de la réutilisation des édifices religieux déjà constatée à plusieurs reprises. L’achat était d’importance : près de 120.000 lires étaient ainsi investies dans un bâtiment dont Forti espérait faire le cœur productif de ses affaire72. L’aventure fabricante commune s’arrêta en effet en 1873 : l’actif lourd de la société était évalué à un peu plus de 430.000 lires, un peu plus de 240.000 lires d’actif net, un accroissement tout à fait considérable si l’on pense à la modestie des capitaux initiaux. Le saut quantitatif datait de l’achat de l’immeuble et de ses machines l’année précédente. Or, Forti en avait assumé seul le poids, et entendait donc poursuivre seul ses affaires. N’ayant désormais plus besoin de laissez-passer, il devait trouver bien encombrant un associé qui accumulait les dettes plus que le capital.

39Dès lors, le processus d’intégration de l’entreprise Forti ne cessait :

Papa une fois séparé de Mercatanti eut l’idée de munir l’entreprise de tout le nécessaire pour effectuer le plus possible le travail dans sa propre fabrique. Ainsi, outre la filature de Santa Lucia qui lui resta, il en implanta une autre petite avec du matériel neuf dans les locaux de Prato, actionnée par une turbine par l’eau du canal, il prit en location une autre petite filature près de Paperino (en dehors de la porte Santa Trinità). Il fit la teinturerie en occupant une partie de la cour de l’édifice de Prato, puis il installa la presse pour lustrer les tissus, et il installa un certain nombre de métiers à main internes. Avec l’intention de fabriquer un nouvel établissement plus adapté à l’industrie, en 1874, il acheta la métairie de Isola avec un moulin annexe, après quelques années il commença à fabriquer et il commença à fonctionner en 1879. A Isola il réunit la filature en y portant les machines de Prato et de Santa Lucia ensemble et d’autres qu’il acheta à la société Del Soldato qui cessait la fabrication. Le local était constitué des trois nefs centrales avec l’avant-corps. Dans la partie postérieure, furent installées 2 piles, 2 purges et 2 machines à lainer. Ensuite 2 effilocheuses à eau. Vers 1882, papa acheta en société avec l’entreprise Luigi Cecconi (autre fabricant de Prato) l’établissement de la Briglia (ancienne papeterie ensuite transformée en fonderie de cuivre)… on commença à transporter à la Briglia les travaux qui avant se faisaient à Prato, de façon qu’au bout d’un certain temps ne restèrent à Prato que les métiers à main, le magasin de tissus…la vente et la section chiffons.

  • 73 Camera di Commercio e Arti di Firenze, 1911.

40La fabrique totale se constituait, déconcentrée encore, mais profitant de tous les avantages du travail à la campagne (baisse des salaires notamment). Cette ex-urbanisation des activités s’opérait sous l’impulsion de la recherche d’espace et d’énergie. Au début du XXe siècle, la statistique industrielle de la région de Florence estimait que le lanificio plus important de la Commune de Prato est celui exercé par l’entreprise A. G. di Beniamino Forti73.

41Un modèle à suivre ?

…de la diversité, toujours

42Forti ne fut effectivement pas le seul à tenter de mettre sur pieds une fabrique concentrée, intégrant verticalement l’ensemble des activités, sur un modèle très semblable aux lanifici existant dans le nord de la péninsule. Le parcours était souvent fort ressemblant : au départ modestes impannatori, ces entrepreneurs investissaient au fur et à mesure leurs profits dans une maison de fabrique, un édifice hydraulique, des machines, et tentaient ainsi de devenir auto-suffisants en rassemblant l’ensemble des activités. La famille Romei en fut un exemple, il en exista d’autres, stimulés par les initiatives de leurs confrères.

  • 74 Ufficio del registro di Prato, Successioni, B. 47, no 23.
  • 75 Elle est en effet située au même lieu dit que l’ancienne foulonnerie Angiolini à laquelle fut ensui (...)
  • 76 Orthographe incertaine.
  • 77 P. Hudson, 1981.
  • 78 G. Gayot, 1998.
  • 79 P. Lebrun, 1948.

43Lodovico Targetti fut l’un de ceux-là : à sa mort, en 1893, il était à la tête d’un établissement imposant situé à la Crocchia et doté de tous les secteurs de la fabrication textile74. L’édifice hydraulique avait été acheté en 1880 à Rodolfo de Giovanni Battista Mazzoni pour 40.000 lires italiennes : une forte somme qui indiquait que la bâtisse avait déjà fait l’objet de transformations notables75. En 1893, l’ensemble était considérable, comprenant la demeure patronale avec jardin et la fabrique proprement dite : la vapeur – et sa symbolique cheminée – et l’électricité y avaient désormais fait leur apparition et complétaient dorénavant de façon décisive l’énergie hydraulique, incapable sans doute de faire fonctionner de façon continue l’ensemble des machines que comprenait cette véritable usine, depuis le lavage des laines, jusqu’à la finition et la teinture, en passant par le recyclage des chiffons, la filature, le tissage mécanique. Les plus grands constructeurs nationaux de machines, notamment A. Cerutti, étaient présents ainsi que les français (Le Roy), Belges (Houget et Teston), allemands (?) (Grossenhaimer Webshecht, Oscar Schimmel76) sans oublier les Mazzoni père et fils. L’ensemble des machines était estimé à plus de 63.000 lires italiennes. L’ensemble de l’actif de la fabrique, y compris les bâtiments, les machines, les crédits et les marchandises s’élevait à plus de 360.000 lires (it.). Quoique le décès soit bien postérieur à la date que nous nous sommes fixés, l’exemple est significatif de la tendance très nette d’un certain nombre d’entrepreneurs devenus désormais industriels à concentrer, intégrer et mécaniser leur entreprise. On assistait ainsi à la naissance de lanifici intégrés comme il s’en trouvait dans le nord de la Péninsule, mais aussi dans la laine cardée, en Angleterre77, en France et en Belgique dès le premier XIXe siècle, à l’instar d’un Ternaux ou d’un Neuflize à Sedan78, d’un Biolley ou d’un Simonis à Verviers79.

  • 80 C. Calamai, 1927, p. 80.

44Trois remarques : ces industriels ne cessaient pas pour autant d’avoir recours au travail à domicile, essentiellement pour le tissage, et éventuellement à des entreprises plus spécialisées pour certains travaux. Targetti, par exemple, utilisait en partie les services d’entreprises a conto terzi pour la filature, la carbonisation et le foulage ; ce recours, même très ponctuel, est malgré tout significatif de la complémentarité entre des entreprises à priori étrangères les unes aux autres. D’autre part, la tendance à la concentration et à l’intégration des activités ne date pas des années 1860 puisque nous avons vu Pacchiani, puis Gelli ou Cai, opérer ce choix bien avant l’introduction de la laine mécanique. La concentration n’est donc pas essentiellement, ou seulement, une conséquence de la mécanisation. Enfin, si cette tendance ne doit pas être niée, ni sous-évaluée, notamment par le rôle indirect d’entraînement, d’émulation qu’elle constitua, elle était loin de constituer le mouvement d’ensemble vers lequel tendaient les entrepreneurs de Prato : en 1927, il n’existait encore que 13 établissements complets organisés sur le modèle du lanificio80. La plus grande part des entrepreneurs n’avait donc pas effectué ce choix.

45Au moment où s’achève notre enquête, un relevé opéré par la Commune de Prato sur la filature et tissage de la laine dans la ville permet de faire le point sur les caractéristiques du monde entrepreneurial, à l’exception toutefois des entreprises uniquement spécialisées dans la finition qui n’apparaissent pas ici. Un quart seulement des entrepreneurs (23, 21 %) contrôlait filature et tissage et avait donc effectivement commencé à concentrer verticalement les activités et les risques. Seuls trois ou quatre de ces entrepreneurs étaient à la tête de tous les secteurs de la fabrication et pouvaient à ce titre réaliser entièrement leur production, à l’exception toutefois du tissage dont une bonne partie restait effectuée à domicile. Quand à ceux qui ne possédaient pas d’installations de finition, la majorité, ils avaient recours non seulement aux tisseurs à domicile mais aux entreprises spécialisées dans les apprêts.

Graphique 52. Les entrepreneurs de Prato en 1877

Graphique 52. Les entrepreneurs de Prato en 1877

Source : A.C.R, Statistica, 1877.

  • 81 Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B. 284, no 269.
  • 82 A.S.F., Tribunale di Firenze, Fallimenti, 1886, fasc. 37.

46C’était au fond également la situation du grand nombre de fabricants qui ne s’étaient équipés que d’une filature. Ils étaient de plus en plus nombreux à faire ce choix : filant pour leur propre production, mais aussi pour le compte de ceux qui ne disposaient pas d’installations, ils étaient d’un côté industriels, et de l’autre continuaient d’organiser la production et de gérer leur entreprise comme les anciens marchands-fabricants, donnant à travailler à domicile et à apprêter aux héritiers des maîtres de la finition. Les investissements nécessaires à l’équipement d’une filature différaient toujours grandement. Un certain nombre se trouvait sans doute dans une situation comparable à celle de Gaetano Mocai, qui mourait en 1886 en laissant à ses héritiers des machines dans le Anificio (sic) hydraulique loué au Comte Guicciardini de Florence d’une valeur de 2.000 lires81 : l’ensemble était de construction ancienne, en bois, et animait un modeste travail. Il ne s’agit pourtant pas d’une survivance, au contraire. Comme par le passé, la location limitait les investissements de départ et l’on pouvait devenir filateur pour quelques milliers de lires. Ainsi Martino Sbraci se lançait-il dans l’aventure de la filature en 1875 : il prit en location des frères Bardazzi un édifice… en se dédiant à cette industrie, il compta presque exclusivement sur le crédit et sur les gains qu’il s’en promettait n’ayant pas de capitaux disponibles pour l’achat des machines et pour les dépenses nécessaires82, un indice de l’espoir qui animait le milieu. Il n’était pas toujours fondé : voyant qu’il ne pouvait se soutenir seul, en décembre 1876, il associa monsieur Severino Vannucci négociant à Prato. Recours aux plus grands et bientôt dépendance ou faillite, c’était peut-être le lot d’un certain nombre, pas de tous, pourvu que la conjoncture soit bonne.

  • 83 Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B.20, 1877.

47L’équipement d’une filature valait en moyenne entre 10 et 15.000 lires : c’est ce qu’achetait à crédit Sbraci, comme ce que possédait Pacchiani à sa mort. Il fallait y ajouter 20 à 30000 lires correspondant à la valeur moyenne de l’édifice hydraulique, s’il n’était pas loué. Le montant des investissements s’était donc accru, mais pas de manière à rendre inaccessibles aux nouveaux venus les installations. Le patrimoine d’un « filateur » moyen tournait toujours autour de 50-100.000 lires. Ainsi Francesco Caramelli mourait-il en 1885 laissant un patrimoine net d’un peu plus de 70.000 lires (cf. graphique). Son frère, lui, s’occupait de filature et de tonte, mais il louait l’édifice hydraulique de Coiano où il travaillait et ne possédait donc que 15.000 lires de machines pour un patrimoine total d’un peu plus de 43.000 lires. 43.000 lires c’était par contre la valeur de l’équipement de la filature de David Alphandery83, l’un des grands industriels du temps.

  • 84 Ufficio del Registro, Successioni, se trouve un certain nombre de cas, qu’il nous semble inutile de (...)
  • 85 Ufficio Notarile di Firenze, Campani, p. 10489 (1894 : Mercatanti vend sa part aux autres actionnai (...)
  • 86 Ufficio del registro di Prato, Successioni, B. 50, no 33 : Vannucchi Odordo fu Cesare, décédé en 18 (...)

48Cette diversité des situations se retrouvait dans la finition où continuaient d’exercer des entrepreneurs assez modestes, teinturiers qui ne s’étaient encore qu’imparfaitement adaptés au changement des temps, tondeurs aux modes antiques qui disparaissaient presque totalement. Leur patrimoine atteignait difficilement 20000 lires84, et la faillite les guettait à chaque crise. A leurs côtés naissaient également des entreprises beaucoup plus importantes dont la Campolmi et Cie fut un symbole cité par tous : fondée peu après l’unité, elle comptait parmi ses actionnaires certains des principaux négociants de la ville, Vannucchi, Forti, Mercatanti et Campolmi bien sûr85. En 1894, le capital social s’élevait à 130.000 lires86 : cela montrait l’ampleur des investissements, le saut qualitatif et quantitatif réalisé et l’importance des écarts existant dans le secteur.

Graphique 53. Patrimoine actif de Francesco Caramelli en 1885

Graphique 53. Patrimoine actif de Francesco Caramelli en 1885

Source : Ufficio del Registro, B 28(2), no 194.

49Quoiqu’il en soit, ces entreprises spécialisées étaient en quelque sorte les pivots du système puisqu’elles servaient la plus grande part des entrepreneurs, depuis ceux qui possédaient filature et tissage mécanique jusqu’aux plus petits impannatori. L’enquête de 1877 met en effet en lumière le nombre important d’entrepreneurs (42, 86 % pour être exact) qui ne possédaient pas de machines à proprement parler : c’était le cas bien sûr des impannatori dont il est précisé qu’ils donnaient l’ensemble du travail soit aux entreprises a conto terzi, soit aux tisseurs à domicile. Mais les entrepreneurs qui ne possédaient que des métiers à tisser se trouvaient dans une situation semblable : tous les métiers étaient encore manuels, et au vu du nombre toujours extrêmement réduit de ceux-ci (jamais plus de six), ces entrepreneurs continuaient de toute évidence à utiliser les services des tisseurs à domicile. Au fond ce sont des impannatori avec métiers, une variante qui n’impliquait que peu de modifications dans la pratique et la gestion de l’entreprise. Il fallait toujours avoir recours à d’autres pour la filature, éventuellement le travail des chiffons, la finition : ainsi, la moitié ou presque, des entrepreneurs avait besoin des services des autres entreprises pour réaliser la production.

  • 87 A.C.P., Anagrafe, 20, 1907.

50Un rapport communal du début du XXe siècle décrit les façons de travailler de cette petite industrie, qui, insistait-on, est très ancienne dans notre commune, et en constitue presque une spécialité. Voici donc comment opéraient ces petits impannatori : le fabricant, une fois achetés les chiffons nécessaires, les fait choisir par quelques ouvriers qu’il tient à sa dépendance ; il fait les mélanges selon le genre du tissu qu’il veut obtenir et après les avoir fait carboniser et fait filer la laine résultante, il conçoit la toile chez lui et la donne ensuite à tisser à des individus qui ont des métiers. Après le tissage il fait passer la toile par tous les établissements de teinturerie, apprêts etc pour ensuite retirer la toile apprêtée, mesurée et emballée ; et le savoir-faire mis en œuvre par ces fabricants est tel qu’aucun dommage ne leur est apporté par l’extension continue de la grande industrie, si bien qu’ils peuvent vivre à ses côtés en en soutenant la concurrence87.

  • 88 A.S.F., Tribunale di Firenze, B.17, fasc. 209, 1872.
  • 89 Germinal, 25/7/1901.

51Les impannatori, représentant un quart de l’effectif, autant que ceux qui concentraient filature et tissage, représentaient donc bien l’un des pôles toujours vivace du monde entrepreneurial. La modestie des origines était l’une des constantes. Voici Augusto Brogi : anciennement fileur de laine dans la fabrique d’un de ses parents, il abandonna le métier en 1854 et se dédia au commerce, fort de divers négociants sur lesquels il put trouver appui… pendant quelques années ses affaires procédaient de façon favorable et son nom acquit quelque considération…88, jusqu’à ce que la première crise ne sape le crédit sur lequel reposaient toutes ses affaires et n’emporte son entreprise. La fragilité caractérisait l’impannatore : une fois dans l’engrenage s’il a de la chance et du jugement, il tourne avec celui-ci (le capital de ses précédentes spéculations), sinon il est broyé et il fait place à un autre89. En somme, pour ces entrepreneurs, la fabrication continuait d’être une spéculation, heureuse ou non.

  • 90 A.S.F., Tribunale di Firenze, Fallimenti, fasc. 712 (1879).

52Des liens multiples les liaient cependant aux grands entrepreneurs. Le plus souvent liens de crédits, mais cela allait parfois, rarement cependant, jusqu’à la dépendance totale. Ainsi Placido Vannucchi entreprit en 1873 la fabrication des tissus de laine et comme il n’avait pas de capitaux propres pour assurer le commencement des fabrications, les achats de machines, de matières premières, les anticipations de salaires, il recourut dès lors au crédit…il trouva sans difficulté les subventions qu’il demandait… l’installation fut naturellement modeste ; une machine manuelle et peu d’ouvriers pour l’aider dans le travail auquel il s’était mis lui-même, au fur et à mesure que les pièces étaient finies elles étaient vendues à quelques clients. Ce schéma, désormais classique, est ici accompagné d’une dépendance à peu près totale vis-à-vis d’un grand fabricant : les pièces, en effet, étaient tout spécialement vendues à la maison Alphandery pour le compte de laquelle on peut dire qu’avait lieu la fabrication… les rapports (étaient) si étroits qu’ils rendaient sa fabrication presque une dépendance de celle-ci… la maison Alphandery subvenait en argent, en cession de titres à sa faveur avec l’acceptation et le paiement de lettres de change à charge de Vannucchi, et Vannucchi passait à la maison Alphandery la plus grande part de ses produits, à titre de vente aux prix et aux conditions convenus, ou en dépôt pour qu’elles soit vendues à son compte90. Vannucchi était donc pratiquement un sous-traitant d’Alphandery. Ne vivant que grâce à ses relations avec le grand fabricant, il faillissait dès que la conjoncture s’enrayait, à la fin des années 1870. Vannucchi est un cas limite, qu’il convient de ne pas négliger. Mais ce n’était pas là la situation de la majorité des impannatori qui prospéraient dans les périodes de bonne conjoncture grâce aux multiples opportunités du commerce. Leur nombre continuait donc de fluctuer grandement : 13 (au minimum) en 1877, ils étaient plus de 42 en 1918, pour retomber à 20 en 1927.

53Le monde entrepreneurial apparaissait donc toujours varié. En gros se dessinait une structure tri-polaire : d’un côté, les entrepreneurs qui faisaient le choix de l’intégration et se trouvaient à la tête d’entreprises très similaires aux lanifici, d’un autre, l’ensemble de ceux qui continuaient à faire leurs affaires en bons marchands-fabricants, utilisant massivement le recours au crédit, et à l’externalisation, c’est-à-dire le travail à domicile et la sous-traitance aux entreprises spécialisées : celles-ci constituaient donc le troisième pôle indispensable à la structuration d’ensemble et au fonctionnement de ce qui constituait bien un système. Ainsi, par rapport aux pôles lainiers du nord de l’Italie ou même à d’autres centres de laine cardée, la spécificité de Prato semblait être la spécialisation plus importante des entreprises, la plus grande division du travail et des risques, qui, ailleurs, caractérisait plus nettement le travail de la laine peignée. En fait, diverses productions coexistaient toujours à Prato et chacune avait, si l’on peut dire, ses entrepreneurs. Ceux qui firent le choix de l’intégration et de la concentration des activités étaient également spécialisés dans des productions de qualité plus fine pour lesquelles la surveillance des ouvriers, les nouveautés mécaniques se révélaient nécessaires. Mais l’orientation dominante et de longue durée dans les textiles de plus basse qualité permit la vitalité d’une structure fondée sur la déconcentration, la spécialisation des entreprises, le recours toujours important au travail à domicile. Du reste, les mêmes entrepreneurs pouvaient avoir des stratégies différentes selon les différents tissus qu’ils fabriquaient.

54L’essentiel de ce système reposait sur la famille et le crédit dont il faut maintenant tenter de comprendre le fonctionnement.

Notes

1 A. Pescarolo, 1989, p. 73-74 : cette image positive avait sa racine dans l’idée que le travail du chiffon avait réactivé et valorisé la capacité caractéristique des couches sociales les plus misérables de réélaborer et utiliser des matériaux humbles, des résidus, des déchets. La spécificité du monde industriel de Prato consistait, dans cette perspective, justement dans une prédisposition particulière à accepter cette dimension obscure. La corporalité, le caractère intuitif du travail était donc « glorifié » en même temps que ses aspects inséparables de promiscuité avec la saleté.

2 Un extrait parmi tant d’autres de Maledetti Toscani, p. 68 : Parmi tous les peuples d’Italie… seuls les habitants de Prato et de Lucques n’ont pas honte d’être nés les uns des chiffons, les autres des égouts qui sont de vrais titres de noblesse dans un monde comme le nôtre, où tout finit là, dans les égouts et les chiffons.

3 Cf. E. Bruzzi, 1920, p. 116 et suivantes ; A. Rossi, 1869 ; L. Bandel, 1924.

4 Quoique le problème de la réutilisation des « corrons » de tisseurs se soit posé bien avant l’introduction des mécaniques : en France, il fut autorisé de les utiliser après 1755, et à Verviers, on les utilisa sans attendre d’autorisation…

5 J.S. Renier, 1881, p. 144.

6 C’est ce que disent les textes italiens. Dans l’enquête française de 1870 cependant, il est fait la différence entre l’effilochage, qui permet de retraiter les chiffons, et les procédés chimiques (plus tard appelés carbonisation) qui permettent de transformer les déchets du peignage, dits « blousses », en filés. Ce procédé fut essayé dans les années 1850 à Verviers et l’industrie véritablement développée à partir de 1857, cf. J.S. Renier, 1881, p. 143-145. Je remercie G. Gayot de ces renseignements.

7 L’exposition de Londres en 1851, mais plus encore celle de Paris en 1855, firent connaître aux industriels du Continent l’existence et le perfectionnement de ces machines anglaises pour effilocher les chiffons, si fait quelles se généralisèrent, et de façon telle qu’il n’y a pas de nation manufacturière qui en manque… A. Rossi, 1865, p. 36.

8 A. Rossi, op. cit.

9 A. Rossi, op. cit., p. 40-41.

10 En effet, dans les centres de l’Europe du Nord Ouest, ce procédé est introduit plus tardivement : il est pratiqué en 1861 à Liège, implanté à Verviers en 1870 par Octave Couvreur et Cie qui a 100 ouvriers et 60 CV en 1880, cf. J.S. Renier, 1881, p. 144 ; ce décalage est peut-être dû au fait que dans ces centres, les industriels tentèrent d’abord le retraitement des déchets du peignage (cf. note 7) ?

11 E Mariotti, 1864, p. 91.

12 E. Bruzzi, 1920, p. 118.

13 A.S.E, Notarile moderno, Carradori, p. 4874.

14 Idem, Guidi, p. 1530.

15 A.S.F., Notarile moderno, Carradori, op. cit.

16 E. Bruzzi, 1920, p. 118.

17 Idem, p. 119.

18 E. Sperati in Conferenza sugli ovini e sull’industria a cura dell’Associazione dell’industria laniera italiana, XXV, 30 aprile 1911, p. 43-44, cité par A. Pescarolo, 1989, p. 72.

19 Dans les registres de la taxe sur le commerce de 1848, on trouve quelques cas isolés de chiffonniers, c’est à dire de marchands collectant ces résidus pour l’industrie papetière. Il ne s’agit encore sans doute que de modestes trafiquants locaux qui ne peuvent être comparés à leurs homonymes de la période postérieure.

20 En particulier, A.C.P., Sanità : dans les années 1880, l’épidémie de choléra entraîna le contrôle sanitaire des balles arrivant à Prato.

21 A.C.P., Anagrafe, 20, 1907: Condizione delle industrie e dei commerci locali.

22 Idem.

23 Idem.

24 Idem.

25 A. Pescarolo, 1989, p. 73.

26 A.C.P., Anagrafe, 20, op. cit.

27 E. Bruzzi, 1920, p. 119.

28 MAIC, Industria della lana, Annali di Statistica, s. IV (1895), fasc. 84, p. 20.

29 E. Bruzzi, 1920, p. 118-119.

30 S.A.S.P., Cancelleria, 806.

31 Les fabriquants évoquaient des travaux de laine accrus de façon extraordinaire dans la ville depuis quelques temps et qui sont en train d’augmenter encore plus dans le développement progressif du commerce national, idem.

32 Idem.

33 Idem.

34 E. Bruzzi, 1920, p. 129.

35 Idem, p. 127.

36 F. Mariotti, 1864, p. 92.

37 F. Mariotti, 1864, p. 90.

38 A. Rossi, 1869, p. 197.

39 A. Rossi, 1869, p. 196-199 ; repris par E. Bruzzi, 1920, p. 128.

40 Un certain Cerutti, et d’autres avec lui, se lancent alors dans cette branche.

41 MAIC Notizie statistiche sopra alcune industrie, Roma, 1878, p. 58 ; l’enquête communale de 1 877 ne relevait par contre que 11300 fuseaux, quoiqu’elle inclut également des entrepreneurs de la ville dont la filature était hors du territoire communal…

42 MAIC Industrie della lana. Annali di statistica, Rome, 1895.

43 La force du fleuve était ailleurs estimée à plus ou moins 500 chevaux vapeur.

44 E. Bruzzi, 1920, p. 137.

45 Idem, p. 127.

46 C’est ce dont parle également E. Bruzzi quand il rappelle que l’action des filatures n’étaient en général pas d’action continue, parce que déchargés les margoni il fallait attendre qu’ils soient remplis, ce qui, en saison sèche ou pour qui utilisait l’eau en l’arrêtant au dessus comportait souvent une longue attente. E. Bruzzi, 1920, p. 137.

47 A. Rossi, 1869, p. 171.

48 Idem, p. 136-137.

49 A.C.P., Statistica, 321, Filatura e tessitura della lana, 1877.

50 A. Pescarolo, 1989, p. 71.

51 L’enquête publiée par le ministère en 1878 et attribuant à Prato quelques 438 métiers à tisser mécaniques est trop manifestement erronée pour être prise en considération, cf. MAIC, Notizie statistiche sopra alcune industrie, Roma, 1878, p. 58.

52 A.C.P., Statistica, 321, op. cit. ; parvenu à ce point du raisonnement, il faut donc constater que la statistique ministérielle de 1878, qui indique 127 métiers manuels à Prato a sans doute utilisé un relevé semblable, voire identique, à celui communal : cela confirme donc qu’elle n’indique que les métiers manuels concentrés en fabrique.

53 MAIC, 1895a, p. 86 et p. 91-92.

54 Cela constitue une limitation importante car les entrepreneurs n’avaient pas de raison d’abandonner brusquement les chemins des communes environnantes qu’ils avaient suivi pendant si longtemps. Pour compléter le tableau, il faudrait donc éventuellement vérifier l’existence de tels relevés dans les communes limitrophes, notamment Campi et Sesto depuis longtemps réservoir de tisseuses de la fabrique de Prato.

55 L’essentiel (les deux tiers environ) était composé de métiers servant pour la laine alors que ceux destinés au chanvre dominaient nettement l’industrie domestique (près de 80 % du total) : les Suite de la note 55. – restes d’auto-consommation familiale semblaient se limiter à cette matière première humble tandis que pour la laine, le coton et le lin, les familles faisaient désormais entièrement appel au marché.

56 En prenant à la lettre les différents chiffres dont nous disposons et qui peuvent être considérés comme crédibles, on obtient un minimum de 400 métiers manuels et 50 mécaniques, un chiffre vraisemblable de 500, le maximum se situant sans doute bien au-delà.

57 MAIC, 1895a, p. 91-92.

58 A. Pescarolo, 1989, p. 62-63. Se reproduire et se développer…

59 Cf. chapitre précédent.

60 S.A.S.P., Vicariato, Tutele II, Tamaron, 440 : G.B. Cangioli, mort en 1834, laisse à ses six enfants (dont quatre garçons : Iacopo, Cesare, Egisto et Vincenzo) un patrimoine net de 12000 lires, essentiellement composé par le capital de la droguerie et de la boutique de terraglie. En 1864, les frères se partagent leur patrimoine commun d’un peu moins de 35000 lires nettes ; Vincenzo reprend la droguerie et manufacture de laine et coton tandis que Cesare a lui aussi une droguerie et Iacopo un café, cf. A.S.E, Notarile Moderno, Carradori, 4879.

61 Rien à voir avec l’autre famille Cai dont nous avons déjà parlé.

62 Ufficio del Registro di Prato, B.8, no 14.

63 A.S.R, Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1265.

64 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 293.

65 Idem.

66 En effet, il existe un ouvrage entièrement consacré à la fabrication Forti, dont la partie plus intéressante est un cahier de souvenir rédigé par l’un des héritiers, cf. G. Benelli, 1983 ; M. Lungonelli, 1989, y fait référence p. 25-26, et A. Pescarolo, 1989, y fait allusion p. 51 et y consacre un assez long développement p. 67-70.

67 A. Pescarolo, 1989, p. 68.

68 Son père, Felice di Lorenzo, gérait en association avec son frère Giustino les fours situés à San Bartolommeo a Coiano : Lorenzo les avait achetés en 1824 à la famille noble Franceschi Marini de Borgo San Sepolcro pour 1660 écus, une grosse somme qu’il ne possédait pas, ce qui explique la constitution d’une société en commandite avec un possédant de Prato, Vincenzo Carpini qui mettait le capital nécessaire, cf. A.S.F., Notarile Moderno, Cecconi, p. 36046.

69 A.S.F., Notarile Moderno, Mazzoni, p. 18144, 18143, 18147, 18149.

70 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7964, (1870-73) : l’acte rappelait comment en 1866 avait été créée une société en nom collectif sous l’appellation « Mercatanti e compagno », que B. Forti désirait maintenant modifier pour que son nom figure, en reconnaissance de son rôle croissant.

71 Il s’agit donc du fils de l’ancien maire de Prato dont il a déjà été fait mention à plusieurs reprises.

72 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami 7964.

73 Camera di Commercio e Arti di Firenze, 1911.

74 Ufficio del registro di Prato, Successioni, B. 47, no 23.

75 Elle est en effet située au même lieu dit que l’ancienne foulonnerie Angiolini à laquelle fut ensuite ajoutée la filature et louée à Florent Filiot ; à l’époque dont nous parlons, celui-ci a cessé depuis quelques années ses activités, il est donc possible qu’il s’agisse du même établissement.

76 Orthographe incertaine.

77 P. Hudson, 1981.

78 G. Gayot, 1998.

79 P. Lebrun, 1948.

80 C. Calamai, 1927, p. 80.

81 Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B. 284, no 269.

82 A.S.F., Tribunale di Firenze, Fallimenti, 1886, fasc. 37.

83 Ufficio del Registro di Prato, Successioni, B.20, 1877.

84 Ufficio del Registro, Successioni, se trouve un certain nombre de cas, qu’il nous semble inutile de détailler ici trop longuement. Exemple Bogani Filippo (URP, B.26, no 39), tondeur et teinturier : patrimoine net 12000 lires, Silli Alessandro (URP, B.28, no 239), teinturier : moins de 2000 lires ; Livi Fortunato (URP., B.30, no 1), dont le père faisait partie de la société avec Colzi et Del Lena : laisse des dettes derrière lui, etc.

85 Ufficio Notarile di Firenze, Campani, p. 10489 (1894 : Mercatanti vend sa part aux autres actionnaires pour 32500 lires It).

86 Ufficio del registro di Prato, Successioni, B. 50, no 33 : Vannucchi Odordo fu Cesare, décédé en 1894 ; patrimoine net de 423000 lires.

87 A.C.P., Anagrafe, 20, 1907.

88 A.S.F., Tribunale di Firenze, B.17, fasc. 209, 1872.

89 Germinal, 25/7/1901.

90 A.S.F., Tribunale di Firenze, Fallimenti, fasc. 712 (1879).

Table des illustrations

Titre Graphique 50. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1864
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 51. Qualité des productions de Prato en 1889
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50031/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 52. Les entrepreneurs de Prato en 1877
Crédits Source : A.C.R, Statistica, 1877.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50031/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 53. Patrimoine actif de Francesco Caramelli en 1885
Crédits Source : Ufficio del Registro, B 28(2), no 194.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50031/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540