Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

9. Un groupe en mouvement

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre les termes de J.P. Hirsch, 1985 ; mêmes remarques de la part de G.L. Fontana pour le (...)

1Aucun fabricant ne se qualifiait plus au XIXe siècle de lanaiolo, et personne ne songeait à se présenter comme un impannatore, terme assez péjoratif. Non, tous étaient négociants : c’est ainsi qu’ils se nommaient dans leurs testaments, chez le notaire ou à leurs partenaires. Même les artisans de la finition préféraient souvent cette appellation générique qui les plaçait dans le cercle du commerce. Négociant, c’était à la fois une définition et un idéal : un idéal, car il supposait atteint un niveau de richesse appréciable qui était loin d’être le lot commun ; une définition, car la grande majorité du groupe était bien davantage porté vers les spéculations en tout genre que tenté par l’investissement productif. La « Manchester » toscane s’identifiait davantage à une place de négoce qu’à un foyer industriel1. Dans ces conditions, il est d’autant plus important de repérer qui furent les novateurs et quels changements ils apportèrent à la structure de leurs entreprises et au maniement de leurs affaires. Pour répondre à ces questions, il faut d’abord dresser un bilan du milieu entrepreneurial en ce premier XIXe siècle.

1. Renouvellements et continuités

Portrait de groupe

2La crise subie par le groupe entrepreneurial lors des années les plus sombres de la domination française, de 1811 à 1814, se poursuit au delà de la Restauration. Le milieu entrepreneurial s’achemine doucement vers ce qui apparaît être une crise de recrutement au milieu du siècle. En effet, si le textile reprend de nouveau intérêt à partir des années 1820, l’incertitude du milieu reste grande. Elle se manifeste par des mouvements d’entrées et de sorties relativement nombreux, jusqu’aux départs plus massifs du milieu du siècle.

Graphique 43. Evolution des effectifs de fabricants au XIXe siècle d’après les registres du séchoir

Graphique 43. Evolution des effectifs de fabricants au XIXe siècle d’après les registres du séchoir

Source : S.A.S.P., Arte e Tiratoio, 159-215 : giornale del Tiratoio.

3Ce phénomène peut être interprété de diverses façons : vers 1850, les bérets sont en crise, d’autres secteurs, dont la paille, apparaissaient plus porteurs de réussite et attiraient les nouvelles vocations. Ainsi s’expliqueraient les faibles effectifs de 1840-50, semblables à ceux enregistrés par les derniers registres de marque du XVIIIe siècle. Mais la nature de la source peut aussi influer sur la courbe : alors que le séchoir public était délaissé dans les années 1820 puis dans les années 1840, la modernisation de l’édifice, à la fin des années 1850, expliquerait le nouvel engouement des fabricants pour une installation redevenue performante et fort utile en ces temps de grosses commandes. Les deux phénomènes se complètent en fait sûrement : la fièvre entrepreneuriale regagne le textile qui apparaît plus que jamais comme un secteur porteur, susceptible de bonnes affaires. Une chance que beaucoup tentent de saisir et dont certains sont assez rapidement déçus : ils grossissent, en 1870, les effectifs des départs. Mais le phénomène est sans doute passager, lié à la fois au départ des anciens qui ne savent pas prendre le tournant de la mécanique, ou à celui des trop nouveaux venus, découvrant rapidement que l’expérience sert à la durée.

Graphique 44. Permanence et turbulence des entrepreneurs, 1808-1875

Graphique 44. Permanence et turbulence des entrepreneurs, 1808-1875

Graphique 45. Effectifs, entrées et départs des entrepreneurs de Prato au XIXe siècle d’après les registres du séchoir

Graphique 45. Effectifs, entrées et départs des entrepreneurs de Prato au XIXe siècle d’après les registres du séchoir

4Si les registres ne permettent que d’esquisser les tendances, l’absence d’informations aussi complètes et précises que celles de 1767 rend aléatoire toute tentative d’évaluation de l’importance numérique de ceux qui n’utilisaient pas le séchoir. D’ailleurs, les sources du XIXe siècle brouillent de plus en plus les pistes, renseignant surtout sur ce que veulent voir les enquêteurs et sur ce que veulent montrer d’eux-mêmes les entrepreneurs. Il est donc difficile de savoir qui est qui. L’exercice, déjà malaisé à partir des listes de patentes de l’époque napoléonienne, devient ardu en présence des listes de la taxe sur le commerce de 1848 : ici plus d’allusion aux fabricants, ni même aux marchands de draps de 1814 ; seuls existent des négociants, des merciers, des trafiquants. Les chanvriers, si nombreux en 1814, n’ont plus qu’une place dérisoire. Dans ces conditions, il semble impossible de repérer les personnes liées au secteur textile : un seul fabricant de bérets est recensé. Alessandro Pacchiani, dont on sait qu’il est alors à la tête d’une fabrique concentrée, est classé parmi les merciers. Incapacité des responsables à penser l’industrie ? Refus des intéressés de se présenter comme tels ? Le tableau suggéré par cette liste ressemble pourtant aux précédents : des fabricants qui se définissent comme des marchands, fidèles aux définitions classiques des Verlegers, le maintien d’un secteur indépendant de la finition. A en croire ces données, peu de verlegers avaient investi dans des installations de fabrication, prenant le parti de devenir « véritablement industriels ».

Graphique 46. Répartition des membres des professions commerciales et textiles soumis à la taxe sur le commerce en 1848

Graphique 46. Répartition des membres des professions commerciales et textiles soumis à la taxe sur le commerce en 1848

5Faut-il croire qu’en quinze ans tout a changé ? Le portrait suivant est en effet dressé en 1864 par F. Mariotti. Il met en évidence l’importance de la mécanisation. Liées à l’introduction de la laine régénérée qui nécessite des machines capables de transformer les chiffons en laine puis en fil, les machines existent aussi pour le classique fil de laine vierge : les verlegers de 1848 se sont-ils découvert une vocation d’industriels en l’espace d’une décennie ? Ce sont plutôt les listes de 1848 qui fournissent une vision trop négociante du monde entrepreneurial. La fiche signalétique du milieu textile que l’on peut dresser à partir de l’enquête de 1850, certes très imprécise, est quelque peu différente. Le principal problème d’utilisation de cette enquête est que les rédacteurs se sont contentés d’y indiquer, sans plus de précision, le « grand nombre » de ceux qui tissent les draps de laine ou de tissus mixtes : il faut donc se nourrir de suppositions. Pour combler cette lacune, le chiffre des fabricants a été emprunté aux registres du séchoir. L’image ainsi esquissée confirme l’importance maintenue de la finition et révèle l’existence, dès cette époque, d’édifices hydrauliques destinés à la filature mécanisée. La nouveauté est importante : certains négociants ou merciers de 1848 cachaient aussi bien leur jeu qu’Alessandro Pacchiani et avaient ajouté la filature à la gamme de leurs activités.

Graphique 47. Les entrepreneurs exerçant l’industrie de la laine en 1864

Graphique 47. Les entrepreneurs exerçant l’industrie de la laine en 1864

Source : F. Mariotti, op. cit., p. 93-94 ; E. Bruzzi, op. cit., p. 130-131.

Graphique 48. Reconstitution du milieu entrepreuneurial textile d’après l’enquête de 1850

Graphique 48. Reconstitution du milieu entrepreuneurial textile d’après l’enquête de 1850

Source : S.A.S.P., Comune, 1850, 820, plus données de notre élaboration.

  • 2 « Outre ceux-ci, il y a une quantité de petits impannatori qui font tisser quelques centaines de ki (...)

6La période de la Restauration apparaît ainsi porteuse de plus de nouveautés que ne pouvait le laisser penser le nombre relativement faible des fabricants. Le processus de mécanisation y fut engagé sans toutefois qu’il signifie la concentration verticale des activités et la disparition des verlegers ou des impannatori. D’ailleurs, les données de 1864 n’indiquent pas de révolution en ce domaine. A regarder de plus près le graphique 5, on observe en effet un nombre à peu près égal d’entrepreneurs de la filature, le maintien du secteur de la finition, dont on perçoit désormais nettement qu’il s’est en partie mécanisé. Les entrepreneurs de la laine mécanique ont amplement remplacé les fabricants de bérets, désormais disparus. Deux données méritent toute notre attention : le nombre des entreprises à cycle complet, dont la modestie nous indique qu’il s’agit d’un choix encore largement minoritaire ; le nombre des impannatori, largement sous-estimé aux dires mêmes de Mariotti2, révèle que nombreux sont encore ceux qui ne possèdent rien, font travailler à domicile et se servent des entreprises spécialisées et mécanisées qui existent dans les phases cruciales de la fabrication, finition et filature. Entrepreneurs spécialisés et impannatori continuent bien d’être deux figures complémentaires d’un système productif caractérisé par la complémentarité et la coopération entre des entreprises dont le renouvellement est toujours rapide.

7En effet, moins de 30 % de l’effectif de 1814 fait encore partie des listes de 1848 ; de 1767 à 1848, une minorité d’entrepreneurs est restée de façon stable dans la fabrique, la plupart ont choisi ou ont été contraints à d’autres destins, remplacés cependant à chaque fois par de nouvelles familles. La permanence semble par contre reprendre le dessus entre 1848 et 1864 : 37 % de l’effectif de 1848 se retrouve en 1864 ; l’effectif de 1864 comprend 62 % d’héritiers, comme l’indique le graphique 49.

Graphique 49. Permanence et renouvellement des entrepreneurs en fonction des effectifs finaux, 1767-1875

Graphique 49. Permanence et renouvellement des entrepreneurs en fonction des effectifs finaux, 1767-1875

8Ce phénomène surprend d’autant plus que les plus grands changements semblaient alors survenir parmi les entrepreneurs, qui, merciers en 1848, devenaient « industriels » en 1864. C’est donc au moment où l’on s’attend à un renouvellement complet du milieu, sous l’effet conjoint de l’introduction d’une nouvelle production et de nouvelles techniques, voire d’une nouvelle organisation du travail, que la continuité est la plus grande. La liste de 1864 pouvait cependant être en partie responsable de cette apparente anomalie puisqu’elle laisse de côté, nous l’avons dit, de nombreux petits impannatori. Nous avons donc choisi de confronter également la liste de 1848 avec celle des membres du séchoir de 1875, une liste beaucoup plus longue que celle de 1864 et qui se situe à un intervalle de temps plus comparable à ceux précédemment pris en considération. Les résultats obtenus sont effectivement semblables à ceux du début du siècle : un peu plus de 32 % des entrepreneurs de 1848 survivent jusqu’en 1875, dont la liste comporte 35 % d’héritiers ; les résultats sont presque totalement contraires à ceux de 1864. Si le pourcentage de permanence continue d’être légèrement plus élevé que dans la première partie du siècle, les années 1860 connaissent, comme auparavant, un fort taux de renouvellement. Dans l’ensemble le milieu entrepreneurial ne sécrète que peu de véritables dynasties, restant dans l’activité le temps de trois ou quatre générations : peu de Pacchiani pour de nombreux Mazzoni, plus normands qu’alsaciens, telle est l’impression générale. Registres de notaires, de tutelles, de faillites permettent d’esquisser le devenir des anciens et la provenance des nouveaux venus.

Le devenir des anciens

9Le début du XIXe siècle ne marque pas une coupure nette dans le monde entrepreneurial. Les destins sont banals : échouer, se retirer, continuer.

  • 3 A.S.F., Notarile moderno, Ceri, p. 29483, (1795).
  • 4 Idem, Cecconi, p. 36044.
  • 5 Idem, Carmanni, p. 35543, (1802).

10L’échec, c’est celui d’un certain nombre de petits artisans de la finition qui n’arrivèrent jamais à dépasser le stade de l’artisanat et qui se retrouvèrent, la crise aidant sans doute, dans une situation de plus en plus précaire. Les Cocci en sont un bon exemple : à la fin du XVIIe siècle, nous les avons vus louer aux nobles Bocchineri une boutique de tondeur, puis un moulin, appartenant à la famille Geppi, qu’ils transformèrent rapidement en foulonnerie. Cette diversification d’activités les plaçait à priori en bonne position pour remporter la course à la distinction, d’autant que la famille était également l’une des premières à installer un édifice pour friser les étoffes ainsi qu’une calandre. Mais les efforts étaient peut-être trop importants pour des forces relativement faibles : après Domenico di Girolamo, mort en 1784, la décadence touche un à un les membres de la famille. Antonio, neveu de Domenico, était certes qualifié de marchand, mais il ne cessait de s’endetter auprès de ses acheteurs en acceptant les payements anticipés de draps qu’il ne leur livrait jamais3. Son fils Vincenzo, dernier héritier de la famille, finit par résilier en 1828 le bail emphytéotique de la boutique de tondeur : les loyers étaient impayés depuis des lustres, l’édifice notablement détérioré et le fond presque infructueux à cause de la suspension de l’exercice de la tonte4. Il fallait l’intervention d’amis pour que la famille De Pazzi, héritière des Bocchineri, accepte la cession de la location sans exiger le remboursement des dettes auquel ce dernier héritier était bien incapable de faire face. Dès 1802, la foulonnerie avait été rétrocédée dans des conditions identiques, elle aussi en état de détérioration très grave sans que les Geppi puisse rien demander aux héritiers Cocci à cause des circonstances calamiteuses où ils se trouvent5. L’épopée familiale s’achevait donc misérablement : le mélange de dissensions familiales, de gestion trop ambitieuse des affaires, d’absence récurrente de liquidités poussait peu à peu la famille dans l’engrenage des crédits jamais remboursés et des loyers régulièrement impayés, deux mécanismes relativement ordinaires de « crédit » sans le nom. Petits artisans ils naissaient, petits artisans ils étaient restés. Ils échouaient des contradictions d’une situation trop longtemps précaire, témoignant pour de nombreux autres : si l’espoir avait brillé pour tous, il ne s’était concrétisé que pour une minorité.

  • 6 Damiano di Vincenzo Pacchiani est « interdit » en 1822 à la demande de son père qui le reconnaît «  (...)

11Ces petits n’étaient cependant pas les seuls à essuyer la défaite. De très beaux patrimoines furent mis en pièces par la gestion malheureuse d’un héritier incapable. Ainsi les Soffi-Ghibellini. Nous avons rencontré Francesco Maria au milieu du XVIIIe siècle : héritier d’une longue dynastie de foulonniers, il avait franchi le pas qui de l’artisanat porte au négoce, devenant un entrepreneur dont les multiples activités étaient l’une des conditions de la réussite. La stratégie familiale en avait fait le seul titulaire des négoces familiaux : ses frères étaient tous trois chanoines de la cathédrale. Placés dans des charges ecclésiastiques qui leur assuraient une existence confortable au service de Dieu, ils avaient surtout pour rôle d’insérer ainsi la famille dans les réseaux de pouvoirs citadins. Les Pacchiani n’avaient pas agi différemment en poussant leurs aînés vers les chaires d’Eglise. Cette politique de prestige avait l’avantage de concentrer les activités plus proprement productives dans les mains d’un seul membre du noyau familial et d’éviter la division du capital. Mais elle faisait dépendre le destin commercial de tout le groupe d’une unique personne. Or le fils de Francesco Maria, Bartolommeo, n’avait en rien l’étoffe de son père : ses activités se limitèrent très vite à l’unique teinturerie, qu’il géra de façon routinière. Les recettes des bains n’avaient pas changé, la politique commerciale et le recrutement de la clientèle non plus. En quelques années, sa prodigalité et son manque d’initiatives portèrent l’entreprise au bord de la liquidation : avant 1810, Bartolommeo était interdit et le patrimoine familial soumis à l’action d’un curateur qui vendait un à un les biens pour faire face aux dettes. La misère menaçait vite Bartolommeo et ses frères qui s’en étaient toujours remis à sa gestion. Une histoire particulière ? Elle ressemble fort à celle de Vincenzo Pacchiani et de son fils Damiano, lui aussi incapable de gérer les entreprises familiales et coupable de prodigalité6. Faut-il croire les assertions de Gaetano Mazzoni qui accusait nombre de fils d’entrepreneurs de se laisser bercer dans la torpeur d’un bien-être durement gagné et vite dilapidé, une jeunesse dorée de début de siècle qui entraînait bien des familles dans la ruine ? Le discours est certes moralisateur mais il pose le problème de l’éducation négociante, et de son absence parfois cruelle…

  • 7 A.S.F., Notarile moderno, Vinci p. 28148, A.S.F., Camera di commercio, Dipartimento Esecutivo, 438, (...)
  • 8 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36038.
  • 9 Idem, Cecconi, p. 36039. La vente eut lieu aux enchères, cf. notamment A.S.F., Notarili moderno, Pa (...)
  • 10 Idem, Cecconi, p. 36046.

12Les artisans et entrepreneurs de la finition n’étaient du reste pas les seuls à faillir. Ainsi les descendants d’Agostino Farfalli, que nous avons également rencontrés précédemment, essuyaient bien des revers en ce début de XIXe siècle. C’était d’abord Vincenzo, petit fils d’Agostino, qui manquait au commerce en 1798 : il avait multiplié les lettres de change et imposé des cens sur tous ses biens immobiliers, qui s’élevaient à la coquette somme de plus de 97.000 lires. Il avait vu trop gros et succombait de sa recherche effrénée d’argent comptant. Tous ses biens étaient vendus, son fils n’avait plus rien à voir avec le commerce et se retirait à Florence7. Quelques années plus tard, son cousin Niccola di Giuseppe connaissait les mêmes tourments. Il faisait pourtant partie des plus grands : le patrimoine qu’il se partageait avec son frère en 1800 s’élevait à plus de 211.000 lires, voilà qui plaçait ces héritiers au sommet de la hiérarchie négociante citadine, témoignage éloquent de l’accumulation qu’avait permis la multiplicité des activité du XVIIIe siècle. La boutique de draps à elle seule valait plus de 68.000 lires au net des dettes. En 1821, Giuseppe Pacchiani était nommé procurateur et gestionnaire de Niccola Farfalli8. Après avoir établi le bilan, il estimait indispensable l’aliénation des biens9 pour faire face à une accumulation de dettes qui semblaient prendre racine dans les années françaises et n’avaient dès lors cessé de s’accroître. Pacchiani évita de justesse à son malheureux collègue la vente de sa propre maison d’habitation, un déshonneur qui ne lui fut pas épargné quelques années plus tard10. Gestion inconsidérée, recherche effrénée d’argent comptant, immobilisation trop grande dans la terre, dérèglement du commerce ? Tout se liguait pour faire échouer même les plus grands, qui pourtant avaient plus de chances que les autres d’être à l’abri. Un effet de la crise ? Certes, elle n’aidait sûrement pas au bon équilibre des comptes, mais le phénomène était en fait récurrent. Les ateliers et la boutique étaient un moyen de s’enrichir, l’histoire familiale suffisait bien souvent à le démontrer, mais ils restaient soumis à un risque constant que nul n’ignorait. Les exemples trop nombreux de décadence appelaient à la prudence et incitaient à la recherche de sécurité. Nul ne se sentait vraiment à l’abri. Il était bon de se ménager des voies alternatives. Une grande partie des héritiers fut tentée par des carrières qui garantissaient prestige, reconnaissance et sécurité de vie, nous y reviendrons. Les départs étaient donc chose courante, dans la finition comme dans la fabrication.

  • 11 Pour ce problème en Italie, voir notamment Bigazzi D., 1990, p. 48-49 ; pour une discussion plus gé (...)

13Ainsi les Conti : artisans entreprenants de la finition, nous les avons vu innover au XVIIIe siècle des formules de concentration et de diversification. Confrères des Soffi-Ghibellini, ils disparaissent eux-aussi du secteur fin XVIIIe-début XIXe siècle, mais pour un avenir plus heureux : en 1788, la teinturerie était vendue ; en 1796, les frères Pacchiani acquéraient la foulonnerie. Ce passage de propriété significatif manifestait les différences de destin des anciens acteurs de la finition : tandis que les Pacchiani élargissaient leurs activités grâce aux bonnets levantins, les Conti, eux, mettaient à profit les bénéfices réalisés tout au long du siècle pour investir dans des carrières qui symbolisaient leur ascension sociale : bientôt plus aucun descendant ne s’occupait de finition. Beaucoup firent comme eux : les Frati, les Bettazzi, les Nistri, la plupart des Franchi, la liste serait longue de tous ceux qui se retirèrent après s’être enrichis dans les activités. Plus en ce début de siècle qu’à d’autres moments ? Aux conséquences de la crise se mêle alors l’aboutissement des mouvements du siècle précédent : tous ceux que nous avons cités, Soffi-Ghibellini, Conti, Franchi, Cocci, Frati, Farfalli etc. sont alors à la quatrième ou cinquième génération manufacturière, quand ce n’est plus (les Soffi-Ghibellini sont foulonniers depuis le XVIe siècle, rappelons-le). Cette longévité était exceptionnelle, il est compréhensible que les comptes se tirent alors, bien ou mal. Loi des trois générations ? Trois, deux, quatre, le nombre varie en fait, sans qu’il soit possible d’établir une règle de comportement aussi stricte11. Fortune faite, les familles tentaient d’ancrer celle-ci dans une situation stable et reconnue qui passait généralement par la sortie du négoce. Cela n’empêche d’ailleurs pas de remarquables continuités : en dehors des Pacchiani, quelques familles poursuivirent leurs investissements dans le textile pendant plus d’un siècle. Liés au monde de la foulonnerie de Santa Lucia dès le début du XVIIIe siècle, les Angiolini étaient mêlés à des activités multiples de commerce et de fabrication dans la seconde moitié du siècle. Au début du XIXe siècle, ils rachetèrent les foulonneries de confrères sur le départ (celles des Cocci et des Franchi), puis poursuivirent leur épopée familiale dans le textile jusqu’à la seconde moitié du siècle : Augusto, dernier foulonnier de la famille, meurt en 1878.

14Le monde textile est donc en continuel mouvement : si la crise coupe des ailes, elle en fait pousser à d’autres.

Le renouvellement du groupe

15Ils s’appellent Vannucchi, Cai, Bresci, Desii, Reali, Ramalli, Livi, Silli, Villoresi pour les entrepreneurs de la finition, Caponi, Gelli, Bacci, Menabuoni, Lastrucci, Magheri pour la fabrication, entre bien d’autres. Ils apparaissent au XIXe siècle, aux côtés ou en remplacement de leurs anciens collègues. Surgissant brusquement dans nos documents, leur provenance est obscure, leur histoire antérieure reste le plus souvent dans l’ombre : la présentation manque de détails.

  • 12 Tel est ainsi défini Giovanni di Gaspero Reali, frère de Ferdinando, teinturier ; du reste, tous le (...)

16Dans la finition, beaucoup semblent provenir de la sphère du petit négoce ou de la production. Mais l’art de la laine est souvent bien loin : Pietro Villoresi, père de Cosimo et Luigi, tondeurs installés dans la première moitié du siècle à Prato, était ministre des fours du Conte GinoriLisci à Calenzano ; son fils Giuseppe héritait de ses fonctions tandis que ses trois frères se lançaient dans la tonte des draps. Ce type de passages entre différents métiers artisanaux semblait fréquent. Beaucoup plus modestes étaient ceux qui provenaient de familles de journaliers12 : la finition continuait d’attirer des individus de milieux variés, qui pensaient y trouver leur chance. L’entrée dans le monde de la finition signifiait également assez souvent le déplacement des petits bourgs environnants vers la ville : ainsi les deux frères Villoresi partaient de Calenzano pour s’installer à Prato, les Bresci quittaient Narnali pour résider en ville, Ferdinando Reali laissait sa famille entre Tavola et S. Mauro a Signa, etc. Faibles indices d’un mouvement d’attraction continue de la ville : si l’on était petit trafiquant de bourg, artisan des villages limitrophes, héritier d’une famille qui possédait quelques biens ou fils cadet sans autre possession qu’un maigre capital comptant, la ville restait le lieu de toutes les fortunes possibles, et les métiers de la finition une voie d’accès finalement relativement aisée dans un monde textile en mouvement.

17Les indications sur les nouveaux fabricants sont encore plus éparses et ponctuelles. Le monde de la boutique citadine semble ici grand pourvoyeur de vocation fabricante. Les pizzicagnoli (une sorte d’épicier) par exemple, déjà habitués au commerce de grains, à la revente au détail de laines, surtout de chanvre et de lin, passent assez facilement à la fabrication : pour peu que la période soit favorable ou qu’un mariage allie à une famille de fabricant, la production démarre, vite abandonnée si les résultats escomptés ne viennent pas, longuement continuée si la réussite arrive. Autre grand vivier de vocation manufacturière : le monde des commis et des garçons de boutique. Parfois eux-mêmes fils de petits trafiquants, ils étaient le plus souvent descendants sans revenus de familles sans biens qui trouvaient ainsi le moyen d’entrer dans un monde vivace où les chances de succès apparaissaient possibles. Ces hommes à tout faire des boutiques les plus importantes acquéraient expériences et biens, d’autant que leurs maîtres ne les oubliaient généralement pas dans leurs testaments, et pouvaient ainsi prendre l’élan pour voler de leurs propres ailes.

  • 13 Notamment à Biella et sa région, cf. V. Castronovo, 1966, p. 780 ; mais il évoque plutôt les techni (...)
  • 14 Pour plus de précisions sur les niveaux de fortune et les modes de gestion des entreprises, je suis (...)

18Voici pour le vivier local, toujours prêt à répondre aux appels des bonnes affaires quand elles se présentaient. Il est une autre source de renouvellement, exogène cette fois, plus nantie souvent et très minoritaire : ce sont les techniciens venus monter les machines. Importants ailleurs13, ils sont apparemment en très petit nombre à Prato. Les autres « étrangers » furent surtout des négociants attirés par les spéculations intéressantes des bérets qui bien souvent ne prirent pas racine à Prato, contrairement aux Mazzoni. Le secteur textile fut donc, bien plus que la paille, dirigé, animé, vivifié par le milieu local. Il importe surtout de comprendre comment coexistaient dans ce monde innovations et routines. En effet, les entrepreneurs, quel que soit leur niveau de fortune, étaient toujours des marchands trafiquant de tout, jouant sur le plus de tableaux possibles, là où l’immobilisation de capital n’était pas une condition nécessaire de la réussite et de la poursuite des affaires14. Comment donc se décider à financer l’innovation technique ?

2. Innovations et routines

Un investissement minimum en capitaux fixes

19Matières premières, draps et crédits composaient toujours l’essentiel du capital investi dans le négoce d’impannazione. Luigi Magheri, décédé en 1817, en est un bon exemple. Sa boutique de draps était évaluée à 52751 lires, un peu plus de 44000 lires au net des dettes, soit 48 % d’un patrimoine actif total de 121018 lires. Le reste était employé dans des activités variées, dont le cuivre : même si le dynamisme du secteur diminuait, il représentait toujours un trafic intéressant pour qui, comme les Magheri, y était sans doute lié par tradition familiale. Dans cette boutique, les outils traditionnels des battilani et des cardeurs qui travaillaient dans la maison du fabricant représentaient moins de 1 % du total, bien moins que les meubles de boutique proprement dits. L’investissement et l’organisation étaient traditionnels : le marchand-fabricant ne possédait que très peu de matériel propre à la fabrication, il donnait à travailler la matière première à l’extérieur selon les voies et les chemins empruntés depuis longtemps. Une continuité normale et attendue : en 1817, aucun bruit de machine ne semblait encore retentir à Prato.

20Inventaire de la boutique de draps de Luigi Magheri en 1817 :

Matières premières

: 51,82 %

Draps

: 45,62 %

Outils

: 0,88 %

Meubles

: 1,67 %

  • 15 S.A.S.P., Vicariato Tutele, Cercignani, b. 108.
  • 16 Idem, 299.
  • 17 Idem, Allegretti.
  • 18 A.S.F., Tribunale di Prima istanza, Fallimenti, 1295.
  • 19 Idem, 1239.
  • 20 Idem, 1265.
  • 21 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, Cercignani.

21Mais les inventaires se suivent et se ressemblent souvent : dans celui des boutiques d’impannatura et de chanvre de feu Giovacchino Caponi, effectué en 182815, les outils sont identiques, et représentent un peu moins de 2 % (756 lires) du capital, toujours essentiellement composé de matières premières et de draps. Même constatation chez Franco Casini, mort en 183916, dont la boutique comprenait 217 lires d’outils destinés aux battilani et aux ourdisseuses, ou encore chez Vincenzo Lastrucci, qui laissait, en 1836, un ensemble d’outillage de 428 lires (1,6 % de la valeur nette du négoce)17. La plupart des faillis de cette époque n’avaient guère plus de matériel à vendre pour éponger leurs dettes : Martino Martini, en 1838, n’avait que 200 lires de meubles en boutique18, Luigi Pelagatti, en 1848, ne possédait pas 500 lires d’outils, alors qu’il avait investi dans des terres qui causaient sa ruine19 ; quant à Giovan Battista Piccardi, en 1858, il ne détenait en propre que quelques outils pour une valeur inférieure à 50 lires, l’essentiel appartenant au propriétaire de la boutique20. Certains inventaires ne comportent même pas la mention d’outillage : une négligence qui prouvait leur insignifiance. L’essentiel était ailleurs, toujours dans les matières premières, les tissus et les crédits. Les livres de fileuses, tisseuses, blanchisseuses montraient la persistance de l’utilisation intensive du travail à domicile ; les entrepreneurs de la finition figuraient souvent dans les listes de créditeurs à côté des Conservatori. Ainsi Luigi Bianchi devait plus de 2300 lires à 17 teinturiers, tondeurs, lustreurs, fouleurs de Prato21 : une utilisation massive qui prouve évidemment la complémentarité entre ces différents types d’entrepreneurs. Il devait également près de 600 lires aux Regie Scuole di S. Caterina, parfaitement intégrées dans le réservoir de main-d’œuvre citadine.

  • 22 L’exemple de Luigi Bianchi suffit à comprendre la portée et les limites du phénomène : parmi ses me (...)
  • 23 Cf. chapitre précédent.

22Quelques indices témoignaient cependant de nouvelles exigences. Les machines à filer apparaissent dans les maisons des fabricants : ces engins entièrement manuels ne coûtaient qu’un maximum d’une dizaine de lires, mais ils rendaient compte des essais réalisés au sein des maisons fabricantes depuis l’époque napoléonienne pour obtenir une part de filés de meilleure qualité22. D’autre part, certaines maisons de fabrique réservaient maintenant une pièce aux tisseurs23. Ces modifications de l’organisation traditionnelle prouvent certes que les « négociants » étaient capables de s’adapter, dans le cadre de l’organisation pré-existante, aux nouvelles exigences, mais, étant donnée la très faible importance numérique de ce phénomène de travail semi-concentré, la continuité semblait dominer leurs choix et leurs attitudes.

  • 24 Les frères Bresci achetaient l’ensemble de l’équipement de la teinturerie des Soffi-Gibellini pour (...)
  • 25 Nobles et ecclésiastiques tendaient de plus en plus à se débarrasser de contrats qui immobilisaient (...)

23Du côté de la finition, les investissements ne semblaient guère plus importants que dans la fabrication : la location était, on l’a dit, un excellent moyen de ne pas investir trop de capital. Si certains cependant acquéraient le matériel, un millier de lires leur suffisait pour l’équipement complet d’une teinturerie24 : l’investissement était limité et les drogues continuaient d’en représenter l’essentiel. Seuls les foulonniers se trouvaient dans une situation radicalement différente, étant donnée la valeur des édifices. Mais la location emphytéotique existait toujours, même si la location pure et simple tendait alors à remplacer les anciens baux25. Cette lente modernisation des contrats semblait pourtant bien loin de toute véritable innovation… La routine semblait en effet régner au vu et au su de chacun. Dans les teintureries, chez les tondeurs, dans les foulonneries même, les inventaires n’ont rien fait apparaître de bien neuf. Les entrepreneurs de la finition étaient-ils incapables de saisir les changements en cours ? Une bonne partie semblait en effet privilégier la répétition des gestes et répugnaient à engager partie de leur patrimoine dans des investissements jugés peu sûrs, dans un domaine plus que jamais soumis aux aléas du commerce. D’autres disposaient d’un capital bien trop exigu pour pouvoir se permettre de quelconques investissements dans de nouveaux outils ou de nouvelles machines : tous ceux qui comptaient essentiellement sur la location du matériel pour assurer l’exercice de leur entreprise pouvaient difficilement être vecteurs d’innovations techniques.

  • 26 Les comptes de la tutelle montrent que les bénéfices de l’entreprise se rétablirent petit à petit, (...)

24Pourtant, le secteur de la finition n’était pas nécessairement voué à cette absence chronique de capitaux et à la stagnation technique. La société Desii-Cai est au contraire un exemple relativement modeste mais significatif de disposition à l’innovation. Ippolito Desii était recensé parmi les teinturiers qui devaient payer la patente en 1814. En 1838, l’actif de son exercice, 10.235 lires, le plaçait en bonne position parmi les entrepreneurs de la finition. Aucun saut qualitatif ne semblait pourtant avoir été fait : la valeur de l’outillage, environ 1000 lires, était dans la norme des teintureries de l’époque. Les matières tinctoriales et les crédits représentaient plus de 82 % de l’actif. Les Cai étaient, eux, recensés en 1814 comme tondeurs : ils exerçaient dans la boutique que leur louait Giuseppe Benini, qui ne possédait cependant que l’outillage de la boutique, le bâtiment appartenant au noble florentin Del Turco : un des multiples exemples de la séparation entre propriété, possession, exercice ; entre propriétaire, investisseur, locataire. En 1834, Benini désirait disposer du capital investi dans le matériel de la boutique. Les Cai n’étant pas en mesure de lui racheter l’ensemble de ces outils qui valaient plus de 4000 lires, Desii s’engageait à le faire : une société était ainsi créée entre Desii et Cai, ce dernier continuant à gérer la boutique et apportant dans la société son propre parc d’outils qui se montait à plus de 1400 lires. Au total, le capital investi dans l’outillage de la boutique dépassait les 5000 lires : cinq fois plus que ce que semblait demander une teinturerie. Pourtant, l’équipement restait très traditionnel, reflet ici aussi de la continuité technique. C’est dans le domaine de l’apprêt final des tissus que les deux associés décidèrent d’investir : près de 2000 lires furent destinées à la construction d’un nouveau lustro e setolone dont un certain David Wild était le maître-d’œuvre, un détail qui prouve que des techniciens étrangers arrivaient dans la ville et que Giovanni Battista Mazzoni n’était pas le seul à mettre au point les nouvelles machines de Prato. Desii et Cai montraient leur réceptivité aux nouveautés et leur capacité à investir pour innover. Il n’était pourtant pas évident que cette initiative leur profitât immédiatement : lors du décès d’Ippolito Desii en 1838, la société avait accumulé un passif de 3679 lires en cinq ans26. On comprend dès lors le refuge vers des valeurs sûres et la nécessité de la multiplication des activités. La société pour la tonte des draps n’empêcha aucun des deux associés de faire leurs affaires personnelles : Desii continua à gérer sa teinturerie, qui recevait d’ailleurs les travaux de la boutique de tondeur Cai, tandis que ceux-ci se lançaient dans la fabrication…

25Cette innovation à petite échelle est représentative de l’une des voies du changement technique. Mais la ville accueillit aussi l’autre voie, celle des grands projets.

Les entrepreneurs de bonnets à la pointe

  • 27 SA.S.P., Mazzoni, Gaetano, 18/10/1818.
  • 28 Idem, 18/11/1818.
  • 29 Idem, 16/11/1818.
  • 30 Pour plus de détails, voir C. Maitte, 1994.
  • 31 A.S.F., Notarile Moderno, Cecconi, cat. 36.064, testamenti.
  • 32 Idem, Cecconi, cart. 36.057: vendita della gualchiera di Santa Lucia.
  • 33 S.A.S.P, Mazzoni, Alessandro Pacchiani, 5/4/1837; A.S.E, Notarile moderno, Cecconi, cart. 36.064, t (...)

26Après la Restauration, Vincenzo Mazzoni, ses fils, la famille Pacchiani, reparlaient de moderniser l’entreprise et d’implanter les mécaniques, avant même que Giovan Battista Mazzoni ne construise les siennes. Gaetano Mazzoni s’enflammait plus que tout autre. Il discutait notamment avec « le célèbre mécanicien Morosi »27 « qui a voyagé dans trois quart de l’Europe »28, et élaborait le projet grandiose d’un établissement doté de la vapeur et comprenant machines pour filer, carder, tondre, lainer. Pour Gaetano, cet établissement permettrait d’assurer un avenir solide à la famille. Il prévoyait la naissance d’une dynastie d’industriels malgré eux : « en jetant un œil dans le futur de cette entreprise, on s’aperçoit qu’elle rendra pour ainsi dire éternelle la profession dans la famille qui a la chance de posséder des établissements aussi complets… même s’il naissait par la suite dans notre famille des personnes non inclines ni capables pour cela, cela importerait peu parce que dans ce cas, ce n’est plus la tête des hommes qui pousse l’entreprise, mais son succès même guide la tête et éveille sans doute le génie de celui qui la possède et qui doit la diriger »29. Ce rêve ne se réalisa pourtant pas à cause de la conjugaison des craintes de Vincenzo Mazzoni et des désordres financiers de Vincenzo et Damiano Pacchiani30. Mais ce n’était que partie remise : en société avec Lazzero Mazzoni, Alessandro Pacchiani, fils de Giuseppe et petit fils de Giovacchino, devint le responsable d’un des premiers établissements mécanisés et concentrés de la ville. La maison de la rue Palazzuolo fut ainsi profondément transformée : elle comprenait certes encore l’habitation patronale, mais les espaces domestiques et ceux de la production étaient désormais rigoureusement séparés. Le voisinage ne signifiait plus symbiose, mais contrôle permanent sur les ouvriers ; l’espace cessait d’être relationnel, il était désormais divisé selon l’ordre disciplinaire. La fabrication se disloquait d’ailleurs entre la via Palazzuolo, la via San Giorgio31 et la foulonnerie de Santa Lucia dans laquelle Alessandro installa, à la fin des années 1830, « de nouvelles industries pour le cardage et la filature des laines, le foulonnage et l’apprêt des manufactures »32. Les machines avaient été achetées à Liège comme c’était le projet des deux familles depuis 1813. L’entreprise d’Alessandro comprenait toutes les phases du travail, depuis la préparation des laines jusqu’aux apprêts des draps ou des bonnets levantins. Elle comptait à peu près deux cents ouvriers « internes » qui coexistaient avec de nombreux travailleurs à domicile33 – le tissage notamment restait dispersé en ville –, pour le grand bien de l’entreprise et de la production, orientée vers la qualité. Le changement d’échelle et d’organisation entraînait en outre l’apparition et la multiplication des secrétaires et des « ministres » étrangers à la famille. Alessandro gérait tout ce personnel selon des formules paternalistes déjà évoquées. Le rêve de Gaetano Mazzoni s’était réalisé : Alessandro était devenu un grand industriel. Si Lazzero et Gaetano Mazzoni préféraient, eux, nettement les spéculations financières et commerciales, Alessandro Pacchiani n’était ni le seul, ni même le premier, à franchir le pas de l’investissement productif et de l’immobilisation du capital dans les machines.

  • 34 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, Atti, 18135.

27Les Martini (Lorenzo, le père mort en 1802, ses deux fils les plus actifs dans la fabrication, Vincenzo, décédé en 1811, et Giuseppe) étaient les principaux rivaux de la société Pacchiani-Mazzoni. Héritiers comme les premiers d’une famille au départ essentiellement engagée dans la finition à qui la croissance du XVIIIe siècle avait ouvert les yeux et les appétits, enrichis par les bonnets, et finalement reconnus par tous comme l’une des principales familles négociantes sous le régime français, ils n’entendaient pas être en reste sur ce qui se faisait de plus neuf dans la ville. La maison familiale, située via del Serraglio, avait déjà pris de l’ampleur au début du siècle : une ébauche de séparation distinguait l’espace de la « fabrique » de ceux du négoce et de l’habitation. Une série d’entrées distinctes permettait de pénétrer dans les pièces destinées au travail et peignage des filés34 et aux cardeurs (qui occupaient à eux seuls trois pièces et un réduit), dans la boutique et les dépôts de laines et de filés, dans la teinturerie enfin, près de laquelle se trouvait également le tirage de la soie, récemment mis sur pied : cet ensemble destiné au travail n’avait pas les honneurs de l’entrée principale réservée à ceux qui se rendaient à la salle des écritures, ou pouvaient accéder à l’étage noble des propriétaires. L’ensemble était imposant mais n’empêchait cependant pas la dispersion des activités dans d’autres maisons de la ville : via Del Serraglio se trouvait la boutique de tondeur, sur la Piazzetta Elisabetta voisine, le grenier à grains de la famille, via San Pier Fiorelli, une pièce destinée à présent pour usage de linier, et, un peu partout dans la villes, des magasins et entrepôts. Jusque là, rien qui ne diffère fondamentalement de l’organisation traditionnelle de la maison du lanaiolo, si ce n’est l’ampleur.

  • 35 A.S.F., Notarile Moderno, Cecconi, p. 36033.
  • 36 Idem, Martini ne pouvait disposer de l’eau ni durant la foire de Septembre, ni durant les périodes (...)
  • 37 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36049 (1831).
  • 38 A.S.F., R. Consulta, 2789, rapport de Cercignani, op. cit.
  • 39 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36049 (1836).
  • 40 La famille s’alliait à la noblesse ancienne (les Naldini) et récente (les Zarini) et cultivait ses (...)
  • 41 Il ne s’agit là en fait que d’une partie du patrimoine, celle qui est partagée par les héritiers ap (...)

28Les édifices étaient bien situés : en plein centre, mais surtout à côté du canal qui séparait les possessions des Martini du couvent de San Giorgio. L’eau et l’espace étaient deux atouts pour qui songeait à donner de l’ampleur à sa fabrication. La vente des biens ecclésiastiques, commencée sous Pierre Léopold et poursuivie sans solution de continuité par la suite, permettait de trouver dans la ville des espaces disponibles et facilement aménageables : Vincenzo acquit ainsi le couvent situé aux côtés de la maison familiale lors de sa vente en 1816. Ce vaste ensemble architectural, comprenant vergers, église, vasque d’eau, fours etc permettait tous les rêves manufacturiers. En 1817, pour compléter cet achat, qui, soit dit en passant, démontrait la fortune accumulée, Giuseppe achetait une part des eaux de l’ancien couvent de Santa Margherita, lui aussi supprimé35, et dont la communauté était devenue propriétaire : l’eau était précieuse, Giuseppe proposait de payer 1400 lires, plus que l’estimation officielle, pour en devenir maître, à condition toutefois qu’on lui concède également le rebus du conduit royal qui se décharge dans lefleuve Bisenzio près du pont Mercatale36. Tous ces achats n’étaient bien sûr pas fortuits, Giuseppe avait en tête un plan de restructuration de la maison familiale où tous les espaces de fabrication communiqueraient, un plan d’aménagement du couvent de San Giorgio dont la place (piazzale) devait devenir praticable au public pour la commodité du commerce37. En arc de cercle autour de cette place (qui porta par la suite le nom des Martini), les bâtiments furent réaménagés en magasins, en appartements de location, en fours, etc. Mais la mort empêcha Giuseppe d’achever son œuvre : l’institution d’un établissement lainier qui, par sa grandeur et ses ramifications aurait été l’unique en Toscane dans cette sorte de manufactures38. Dans les biens qu’il laissait à ses frères et neveux, existait également un moulin, appartenant ou non à l’ancien couvent, mais situé comme lui via San Giorgio. En 1836, le projet conçu par Giuseppe était réalisé, le moulin avait été transformé en lanificio39. Concentration, rationalisation et finalement mécanisation se réalisaient. Mais elles seraient exploitées par d’autres : les Martini avaient désormais d’autres préoccupations. La multiplication des activités, les bonnets levantins, la soie, les draps, la fabrication de matériaux de construction, le commerce à Livourne, le négoce de grains etc., avaient porté la famille aux plus hauts sommets de fortune et de considération. La noblesse citadine était déjà venue couronner ce beau succès en 1818, avant les Mazzoni et les Pacchiani. Les héritiers préféraient désormais la vie de rentiers40. Ils en avaient largement les moyens : leurs dix métairies valaient près de 200.000 lires, et plus de 115.000 lires étaient investis dans la pierre urbaine41. Ainsi se manifestaient les ambiguïtés, ou plutôt la multiplicité des choix familiaux. Les bénéfices étaient investis dans la terre et dans les nouveautés, en l’occurrence mécaniques, sans qu’elles ne prennent jamais le dessus, sans que l’ensemble de ces activités ne cesse d’être consacré à la fortune et à la considération familiale. Le retrait vers une situation de rentier n’était que la manifestation de cette réussite, elle arrivait plus ou moins tard, mais d’autres persévéraient dans la profession.

29C’est le cas des frères Gelli, Giovacchino et Luigi, fils de Rocco : celui-ci, recensé en 1814 parmi les chanvriers, était sans doute un trafiquant modeste. Ses fils se mettaient à la fabrication de bonnets levantins : cette heureuse orientation en faisaient bientôt les principaux producteurs de la ville, rangés par Repetti parmi les quatre plus gros fabricants de bonnets, aux côtés des Pacchiani. Bien sur, les bérets n’avaient jamais éclipsé les draps, en bonne règle de diversification des productions. Mais c’étaient les chéchias qui donnaient l’assurance d’un marché où la fabrication de Prato était désormais bien insérée, eux encore qui élargissaient les horizons du fabricant vers le négoce livournais, eux également qui procuraient les plus beaux bénéfices, et au fond libéraient les plus grands des craintes d’investissements trop importants. Les Gelli, partis de rien ou presque, se retrouvaient dans les années 1840 à la tête d’une des plus belles maisons de fabrique.

  • 42 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1233 : la faillite des frères Gelli n’est pas due à (...)
  • 43 La maison d’habitation proprement dite avait été achetée, à une date malheureusement inconnue, au n (...)

30Alessandro Pacchiani lui-même en a laissé une description détaillée42. Fruit de la restructuration de trois édifices originairement séparés et achetés au fur et à mesure de la croissance de leurs affaires par les frères Gelli43, la fabrique pour draps (lanificio) et fabrique de bonnets avec édifice hydraulique était composée de quatre étages. Une porte fenêtre et trois amples portails y donnaient accès. Le rez-de-chaussée était bien sûr occupé par la boutique, mais aussi par toutes les opérations de fabrication nécessitant l’utilisation de l’eau : lavage des laines, lainage, teinturerie. L’espace de l’ancien moulin avait été transformé par Gelli à l’usage de la fabrique de laine : un axe vertical communiquait le mouvement aux cardes et autres mécanismes installés dans les étages. A proximité des cardes, dans la même très vaste pièce se trouvait un gros filatoio mû à bras. De là, on accédait à trois salles superposées aux étages supérieurs qui contenaient elles aussi divers filatoi avec leurs mécanismes respectifs mus à bras. Ces espaces réservés à la filature ne communiquaient pas avec les autres lieux de travail auxquels on accédait depuis l’entrée principale : le dépôt des manufactures, une vaste pièce contenant deux mécanismes pour tondre les draps et celui du setolone, mis en mouvement par le mécanisme hydraulique sous-jacent. Au second étage, encore des dépôts de laine, des tordeurs ( ?) de coton ; au troisième enfin, une vaste terrasse qui sert principalement pour sécher les bonnets à la levantine que l’on dispose sur leurs formes ; construite par les Gelli, cette terrasse se trouvait au-dessus de cinq pièces transformées en un seul vaste espace destiné cette fois au tissage.

  • 44 Pacchiani lui-même y habitait.
  • 45 Le calcul est ainsi fait : Rente constante moyenne lourde de 3360 lires, au net de tous les impôts (...)
  • 46 Les deux machines à tondre valaient 3500 lires, et les deux cardes 7000 lires.

31Laissons Alessandro Pacchiani conclure cette visite : le fond urbain comprend une belle et commode maison d’habitation avec jardin, une boutique de marchand, tous les locaux nécessaires à une fabrication étendue de draps de laine, de bonnets à la levantine, de tissus de lin et coton, et un édifice hydraulique qui met en activité toutes les machines inventées pour rendre économiques et parfaites les manufactures… c’est une possession très rare et inappréciable surtout dans une ville comme la nôtre. De fait, Prato possède quelques locaux de lanificio plus vastes (Pacchiani en savait quelque chose) et l’on trouve aussi quelques édifices hydrauliques de plus grande force que celui de Gelli mais il n’existe pourtant actuellement aucune fabrique (lanificio) où soient en un seul fond réunis tous les locaux pour la fabrication et l’édifice hydraulique pour mouvoir les machines, comme justement se trouvent réunis les uns et les autres dans le fond Gelli de plus bien situés dans l’une des principales rues de la ville44. Valeur totale de l’ensemble d’après les calculs de Pacchiani : 67.500 lires45 Les machines étaient, elles, estimées plus de 15.000 lires : parmi elles, les deux machines à tondre, l’une anglaise et l’autre française, – preuve que l’on n’avait pas forcément confiance dans la fabrication de G.B. Mazzoni – étaient les mécanismes les plus chers après les cardes46. A cela, il fallait encore ajouter le prix des matières premières et des marchandises en boutique : 77.000 lires, qui, avec les crédits, constituaient un actif lourd de plus de 180.000 lires. Les commentaires sont inutiles : les chiffres disent l’ampleur de l’investissement, et laissent effectivement présager la rareté du cas. Depuis le lavage des laines, jusqu’à la presse des draps ou la mise en forme des bérets, les Gelli pouvaient tout effectuer à l’intérieur de leur manufacture.

  • 47 Le choix de confier une partie du travail à des tiers n’est absolument pas étonnant. Alessandro Ros (...)

32Tout ou presque : la salle de tissage ne comprenait que six métiers. Seuls les plus performants étaient installés dans la fabrique alors que les autres continuaient de battre au domicile des tisseuses. De même, les bérets continuaient d’être tricotés à domicile, ou dans les Conservatori auxquels les Gelli, comme les Pacchiani, faisaient appel. Grandes transformations donc, mais aussi continuités, en particulier dans l’emploi des services des entrepreneurs de la finition : les Gelli donnaient du travail à des teinturiers, beaucoup aux Cai, toujours tondeurs, mais également à des fileurs. C’est l’une des révélations des comptes de leur entreprise : malgré leurs installations, les Gelli commissionnaient le travail à d’autres entrepreneurs qui avaient également fait les frais des machines nécessaires à la filature de la laine47 Ils existaient donc.

Des profils variés48

  • 48 Pour une utile comparaison sur les profils variés des innovateurs textiles dans d’autres régions it (...)
  • 49 Il eut pour beau-père Luigi Pelagatti, déjà évoqué.
  • 50 Il serait évidemment de tout intérêt de reconstruire pour chaque édifice l’évolution des utilisatio (...)
  • 51 A.S.F., Notarile Moderno, Mazzoni, p. 18148.
  • 52 Vincenzo, fils unique ( ?) de Francesco, était en effet incapable de gérer son patrimoine qu’il don (...)

33Les fileurs auxquels faisaient appel les Gelli sont pour une part connus. Giovanni Battista Mazzoni n’a plus besoin d’être présenté. Florent Filiot, originaire de Liège, venu à Prato monter des machines pour Alessandro Pacchiani, y resta finalement49 : il n’eut point de mal à trouver installation lui convenant. L’épisode est intéressant : c’est à la famille Angiolini que Filiot loua son premier édifice, d’ores et déjà transformé en filature. Il s’agissait de la foulonnerie de Coiano, lieu dit la Crocchia50. Achetée en 1802 par Niccola Angiolini, son fils Giovanni en avait hérité puis l’avait vendue à son frère Francesco qui y aménagea ensuite une filature51 : Filiot n’eut par conséquent qu’à y installer de nouvelles machines. Ainsi, les plus grands n’étaient pas les seuls à avoir compris le parti à tirer des nouvelles installations : elles venaient s’ajouter, au sein des mêmes édifices, à celles de meunerie et de foulonnerie. La décadence qui toucha cette branche des Angiolini52 ne signifia pas l’anéantissement des efforts des prédécesseurs, au contraire, puisque Filiot reprit le flambeau : le renouvellement constant des entrepreneurs permettait de conserver l’héritage, de redémarrer avec une nouvelle énergie et un sang neuf.

  • 53 A.S.F., Tribunale di Prima istanza, Fallimenti, 1255 (année 1854).

34De l’énergie, les anciennes familles de la finition en avaient assez pour comprendre l’intérêt des nouvelles machines et les installer. C’est également ce que saisirent les frères Cai, autre exemple de développement productif et d’investissement dans la filature à partir des traditionnelles activités de finition. On se souvient de leur société avec Desii pour l’installation d’une machine à lustrer. Ils étaient en 1854 à la tête d’une entreprise considérablement agrandie : la boutique de tondeur existait toujours, mais onze filatoi comparables à ceux que possédaient Gelli apparaissaient au dernier étage de leur maison de Prato, toujours mues par la force humaine, ces grandes machines valait plus de 100 lires chacune en moyenne et permettaient de poursuivre le travail des cardeuses mécaniques. Les Cai s’étaient en effet résolument lancés dans l’aventure de la mécanisation : ils louaient désormais un établissement à Santa Lucia, où ils possédaient trois assortiments de cardes en action (3000 lires), un loup, trois autres filoirs, une laineuse, une tondeuse perpétuelle de fabrication anglaise avec quelques imperfections dans la tondeuse (750 lires)53. Bref, les Cai s’étaient mis au goût du jour, décidés à mécaniser non seulement leur traditionnelle activité de tonte, mais à tenter leur chance dans la nouvelle branche prometteuse que semblait être la filature : ils l’exerçaient pour leur propre compte, alimentant les sept métiers à tisser installés dans leur maison, mais surtout pour le compte d’autrui. Ainsi, cette famille aux origines modestes avait suffisamment fait d’affaires dans la tonte et la fabrication des draps et escomptait en réaliser assez grâce à la filature pour franchir le pas de l’investissement : plus de 7500 lires avaient été dépensées en machines, soit la moitié de ce qu’y avaient consacré les frères Gelli.

  • 54 E. Repetti, 1841, article Prato, p. 657.

35Aucun investissement par contre n’avait été fait en bâtiment de fabrique : les maisons de Prato et surtout l’édifice de Santa Lucia étaient loués, selon une vieille habitude. Les Cai eurent la chance, comme Filiot, de trouver un édifice hydraulique à leur disposition. Il appartenait à la famille Leonetti : de vieille noblesse, elle savait pourtant répondre à l’appel des nouveautés. Repetti nous apprend en effet qu’en 1840 fut construite sur le Bisenzio au dessus du Cavalciotto une très grande pescaia par le cav. Leonetti-Gianni pour conduire les eaux du fleuve à une fabrique faite construire par lui, et pourvue de huit meules à grains, d’un pressoir, d’une foulonnerie, et d’une filature à laine54 : le chantier était considérable car il supposait la modification partielle du système de canaux et de répartition des eaux et il allait encore une fois dans le sens de l’intensification de leur exploitation. L’investissement dans des constructions qui coûtaient par nature cher était remarquable et répondait aux besoins des entrepreneurs locaux dont la plupart n’aurait jamais pu réaliser des investissements de cette taille. Sans cette complémentarité d’action et la réutilisation massive d’édifices pré-existants, la mécanisation serait restée limitée à une poignée de grands. Elle se diffusa au contraire chez de plus modestes entrepreneurs qui comprirent l’intérêt qu’ils pouvaient trouver à ajouter la filature à l’arc de leurs activités et pour qui les investissements nécessaires n’apparaissaient pas démesurés.

  • 55 Il ne se trouve pas parmi le registre du séchoir ; en 1848, il est classé parmi les trafiquants de (...)
  • 56 Ainsi était qualifié P. Bottari dans les rôles de la taxe commerciale de 1848.
  • 57 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1239.

36Ces nouveaux fileurs ne vinrent pas seulement du milieu de la finition. Parmi ceux auxquels avaient recours les Gelli se trouvaient Gaetano Gheri, Luigi Pelagatti, Giovanni Livi : trois personnages jusque-là essentiellement occupés à faire tisser des draps, des impannatori en quelque sorte. Laissons de côté Gaetano Gheri, sur lequel nous savons trop peu55. Luigi Pelagatti avait compris l’intérêt d’investir en association dans la fila ture : il s’unissait à Bottari, négociant56, et Ciampolini, tondeur, pour une société de filature57. Chacun ajoutait la filature à ses autres activités, les machines étaient installées dans un édifice pris en location, les frais partagés, les risques limités. Ainsi concevait-on l’adoption des nouveautés à Prato : une spéculation de plus, des investissements point trop élevés, la continuation d’activités multiples.

  • 58 S.A.S.P., Comunale, Atti di finanza, 2789.
  • 59 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1251.
  • 60 Pour l’inventaire détaillé des machines : Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954 (1858).
  • 61 Cf. A.S.F., Tribunale di Prima istanza, Fallimenti, op. cit.
  • 62 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954 : division entre les frères Livi, Giuseppe, Fortunato e (...)
  • 63 Ufficio del registro di Prato, B.49, no 33.

37Giovanni Livi en est également un bon exemple : fileur, il l’était certes, mais c’était comme boulanger qu’il payait la taxe sur le commerce en 184858, et en temps que commerçant de tresses et de chapeaux de paille qu’il faisait faillite en 185559. A cette date, il avait désormais loué sa boulangerie. Il était également à la tête d’une épicerie (pizzicheria), trafiquait surtout la paille, mais portait des draps au séchoir depuis 1830 et s’était allié à Andrea Capaccioli, maître-maçon selon les rôles de la taxe de 1848, pour louer un édifice avec moulin sur la place San Domenico, en plein centre ville, et y installer les machines nécessaires à la filature. L’investissement n’avait rien d’extraordinaire, 3500 lires pour cette moitié de propriété utile, un peu plus d’un millier de lires pour les machines, quatre cardes, deux pour l’assortiment fin et deux pour les ordinaires : les plus chères ne dépassaient pas 600 lires et aucune ne valait les mille lires de celle de Gelli. La possibilité d’achat sur place de ces mécanismes réduisait sans aucun doute les coûts et rendait envisageable pour des petits spéculateurs comme Livi et Capaccioli de les acheter et de les installer60. La filature apparaissait à ces deux entrepreneurs une bonne occasion de profits à risques finalement limités, elle devenait l’une des activités qui permettait à des personnes sorties du néant et de famille indigente comme l’était Livi de faire fortune61. Avec des accrocs bien sûr quelques fois, la faillite le montre assez, mais l’activité repartait bien vite et la société pour la filature se poursuivait avec des héritiers62 qui avaient tout lieu d’être satisfaits des bénéfices rapportés. Ils se partageaient un actif net de 45.000 lires, trois ans seulement après la faillite de leur père ! Les fils Livi réussirent à consolider leur position : Fortunato mourait en 1894 laissant derrière lui un patrimoine de près de 175.000 lires italiennes63. Le cas n’a rien d’exceptionnel.

  • 64 A. Breschi, T. Caparotti, P. Falaschi, FM. Lorusso, s. d, p. 37 et suivantes.
  • 65 C. Calamai, 1927.
  • 66 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 295.

38Le parcours de la famille Romei illustre également très bien les mouvements et les évolutions du monde entrepreneurial textile de Prato. Les Romei comptent en effet parmi les plus importants entrepreneurs de Prato à la fin du XIXe siècle64. Calamai narre les débuts un peu flous de l’entreprise : entreprise existant sous forme d’artisanat pour la production de « fez » depuis 1830, elle fut transformée en industrie en 1845 par Cesare Romei et commença à prendre plus grande consistance sous la direction de son fils le Cavalier Pietro65 En guise d’artisanat pour la production de « fez », Angelo Romei, père de Cesare, Lodovico et Onorato, était bel et bien un ouvrier berettaio66 qui laissait à sa mort le patrimoine typique d’un ouvrier spécialisé : il possédait son lit, des caisses pour ranger les habits, deux tables et 12 chaises, quelque linge de table, des ustensiles de cuisine, un collier de perles ; l’ensemble était estimé à 697 lires. Les tuteurs de ses enfants en bas âge étaient comme lui berettai, battilani, ou tailleurs : le monde des ouvriers spécialisés se mêlait à l’univers du petit artisanat et de la boutique.

  • 67 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, 35940.
  • 68 S.A.S.P., Podesteria, Tutele.
  • 69 S.A.S.P., Podesteria, Tutele (1863).
  • 70 Idem.

39Cesare appartenait toujours à ce milieu lorsqu’il se mariait en 1833 : alors que lui-même se définissait chanvier, sa femme – Caterina Fiorelliétait la sœur d’un cuivrier d’Arezzo67. Elle lui apportait 700 lires, une dot tout à fait honorable pour ce milieu. Vingt ans après, Cesare avait effectué un saut qualitatif : affublé du titre de négociant, il laissait à ses héritiers un patrimoine de près de 45.000 lires qui le plaçait dans la bonne moyenne de la fabrique. Cesare avait gravi un à un tous les échelons de la société négociante68 : petit trafiquant, il avait su élargir progressivement la gamme de ses productions, s’intéressant aux draps et surtout aux bonnets levantins, toujours sources de beaux profits. Ces profits, il les avait investis dans la terre bien sûr, mais aussi dans les nouveautés techniques d’avenir, profitant de la chute d’un grand pour grandir lui-même : en effet, les cardes et autres machines hydrauliques qu’il possédait se trouvaient dans la maison Gelli. Cesare les avait sûrement achetées après la faillite de ceux-ci… Son frère Lodovico suivait un parcours identique : impannatore, il avait pris en location un édifice hydraulique appartenant à P. Barni et situé à la cartiera vecchia, – le nom est en lui-même indice des réutilisations successives des édifices hydrauliques. Il y filait les laines pour le compte de tiers commissionnaires69 et réussissait ainsi à sortir de sa condition misérable de départ. Ce n’était par contre pas le cas du troisième frère, le plus jeune, qui mourait à 32 ans, tisseur et portier70, laissant à sa veuve trecciaia (faiseuse de tresses de paille) et à ses trois enfants moins de 1000 lires italiennes, uniquement constituées de meubles et de linge, d’un métier et de deux pièces de tissus. Le destin contrastait avec celui de ses aînés : l’échec était donc toujours aux aguets. Mais l’espoir dominait. La famille était dynamique. Elle le prouva en achetant dès 1857, après le décès de Cesare, un cylindre destiné au recyclage des chiffons : la continuité était assurée, une fois lancée dans les nouveautés, il fallait savoir saisir toute nouvelle opportunité. Pietro, fds de Cesare, serait d’ailleurs le premier entrepreneur à introduire le métier mécanique à Prato en 1870 : le pas était franchi vers un profil plus industriel.

40Au seuil de ce que nous avons appelé le temps des négociants, que conclure, que retenir ? Le monde entrepreneurial était plus que jamais en mouvement. Mouvements internes au groupe : ce sont ceux qui portaient les plus modestes au seuil de la réussite, qui les faisaient entrer dans la société des grands et dans la bourgeoisie urbaine. Ces mouvements ascendants ne doivent pas faire oublier les faillites, la menace constante de l’échec. Mais les départs, quelles qu’en soient leurs causes, furent compensés par les arrivées de sang neuf, notamment dans les années 1850 où l’on assista de nouveau à une vague de vocation textile. Le mouvement était également celui qui poussait à la concentration des activités, à la fabrique intégrée : il demeurait extrêmement minoritaire et ne concernait que les plus grands, ceux qui se mêlaient de draps de meilleure qualité, et surtout de bonnets levantins, ces produits phares qui donnaient à leurs fabricants l’assurance de marchés en apparence toujours stables. Mais la plus grande partie des entrepreneurs en resta prudemment aux solutions traditionnelles d’investissements limités et diversifiés : les Verlegers dominaient toujours le monde entrepreneurial, c’étaient bien des négociants.

41Cela n’empêcha pas la mécanisation d’avoir lieu, au contraire. Elle ne fut pas seulement l’œuvre des plus grands, mais fut également perçue par de plus modestes entrepreneurs comme un risque acceptable : des machines point trop coûteuses, des édifices loués, un investissement initial limité et souvent fractionné entre plusieurs entrepreneurs qui conservaient leur diversité faisaient apparaître réelles les chances de succès, d’autant que la demande était assurée : tous avaient besoin de filés, mais tous n’installaient pas de filature, ce qui permettait pour l’heure de limiter la concurrence et apaisait de possibles tensions. Les filatures s’insérèrent ainsi dans le réseau des entreprises spécialisées. Comme celles de la finition, elles travaillaient pour elles-mêmes, mais aussi, et surtout, pour le compte d’autrui, perpétuant ainsi un système cohérent de coexistence entre des entrepreneurs aux profils toujours variés, de coopération et de complémentarité entre les entreprises. L’introduction de la laine mécanique bouleversa-t-elle cette organisation ?

Notes

1 Pour reprendre les termes de J.P. Hirsch, 1985 ; mêmes remarques de la part de G.L. Fontana pour le Vicentin où l’entrepreneur lainier de la Restauration était, dit-il, « commerçant et capitaliste avant qu’industriel. », G.L. Fontana, 1990, p. XXXI.

2 « Outre ceux-ci, il y a une quantité de petits impannatori qui font tisser quelques centaines de kilogrammes de laine par an, desquels il est impossible d'indiquer le nombre et le nom », F. Mariotti, 1864, p. 94.

3 A.S.F., Notarile moderno, Ceri, p. 29483, (1795).

4 Idem, Cecconi, p. 36044.

5 Idem, Carmanni, p. 35543, (1802).

6 Damiano di Vincenzo Pacchiani est « interdit » en 1822 à la demande de son père qui le reconnaît « incapable de bien diriger ses affaires ». Dans le conseil de tutelle figurent Lazzero et Giuliano Mazzoni, les cousins Alessandro et Cesare Pacchiani, Niccola Zarrini, le curateur étant Luigi Martini : un résumé des liens de famille et de société, cf. S.A.S.P., Tutele e curatele, 4 (495).

7 A.S.F., Notarile moderno, Vinci p. 28148, A.S.F., Camera di commercio, Dipartimento Esecutivo, 438, et S.A.S.P., Vicariato B.56.

8 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36038.

9 Idem, Cecconi, p. 36039. La vente eut lieu aux enchères, cf. notamment A.S.F., Notarili moderno, Palloni, p. 34261, Cecconi, p. 36039.

10 Idem, Cecconi, p. 36046.

11 Pour ce problème en Italie, voir notamment Bigazzi D., 1990, p. 48-49 ; pour une discussion plus générale : Henri, 1988, p. 141-150.

12 Tel est ainsi défini Giovanni di Gaspero Reali, frère de Ferdinando, teinturier ; du reste, tous les neveux de Ferdinando sont illettrés, ce qui semble pour le moins indiquer une situation sociale et économique modeste ; cf. S.A.S.P., Pretura, Tutele, 1.

13 Notamment à Biella et sa région, cf. V. Castronovo, 1966, p. 780 ; mais il évoque plutôt les techniciens étrangers du XVIIIe siècle.

14 Pour plus de précisions sur les niveaux de fortune et les modes de gestion des entreprises, je suis contrainte de renvoyer à C. Maitte, 1994, chapitre 14.

15 S.A.S.P., Vicariato Tutele, Cercignani, b. 108.

16 Idem, 299.

17 Idem, Allegretti.

18 A.S.F., Tribunale di Prima istanza, Fallimenti, 1295.

19 Idem, 1239.

20 Idem, 1265.

21 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, Cercignani.

22 L’exemple de Luigi Bianchi suffit à comprendre la portée et les limites du phénomène : parmi ses meubles se trouvent un filatoio di lino d’une valeur de 13 sous 4 deniers, une macchina piccola da filare il cotone qui, elle, vaut huit lires, et, relégués au grenier, un filatoio da cotone ainsi qu’une macchina da cotone da 20fila, évalués respectivement 2 et 13 lires, 6 sous 8 deniers.

23 Cf. chapitre précédent.

24 Les frères Bresci achetaient l’ensemble de l’équipement de la teinturerie des Soffi-Gibellini pour 1378 lires en 1815. C’est là, semble-t-il, l’estimation maximale d’une teinturerie : Ippolito Desii en léguait une à ses héritiers d’une valeur de 1050 lires, une somme très proche de ce que valait la teinturerie de Raffaello Livi.

25 Nobles et ecclésiastiques tendaient de plus en plus à se débarrasser de contrats qui immobilisaient leurs capitaux tout en ne leur procurant parfois qu’une rente trop incertaine, et figée. Ce lent mouvement était rendu possible par l’enrichissement progressif des familles entrepreneuriales : ainsi, c’était bien la propriété directe de la foulonnerie que Niccola Angiolini achetait aux nobles Geppi en 1802. Un plus grand nombre d’édifices passait ainsi dans les mains d’entrepreneurs ou de membres de la bourgeoisie locale.

26 Les comptes de la tutelle montrent que les bénéfices de l’entreprise se rétablirent petit à petit, tout en restant relativement modestes : 951 lires en 1838, 111 lires seulement en 1839. Les profits n’avaient rien de mirifiques.

27 SA.S.P., Mazzoni, Gaetano, 18/10/1818.

28 Idem, 18/11/1818.

29 Idem, 16/11/1818.

30 Pour plus de détails, voir C. Maitte, 1994.

31 A.S.F., Notarile Moderno, Cecconi, cat. 36.064, testamenti.

32 Idem, Cecconi, cart. 36.057: vendita della gualchiera di Santa Lucia.

33 S.A.S.P, Mazzoni, Alessandro Pacchiani, 5/4/1837; A.S.E, Notarile moderno, Cecconi, cart. 36.064, testamento Alessandro Pacchiani, 1844.

34 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, Atti, 18135.

35 A.S.F., Notarile Moderno, Cecconi, p. 36033.

36 Idem, Martini ne pouvait disposer de l’eau ni durant la foire de Septembre, ni durant les périodes de sécheresse où la communauté redevenait maîtresse de ce bien collectif ; pour tous travaux, il devait se conformer aux indications de l’ingénieur de la communauté.

37 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36049 (1831).

38 A.S.F., R. Consulta, 2789, rapport de Cercignani, op. cit.

39 A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36049 (1836).

40 La famille s’alliait à la noblesse ancienne (les Naldini) et récente (les Zarini) et cultivait ses nombreuses terres ; il y aurait bien sûr bien plus à dire sur cette importante famille, dont est conservée une partie de la correspondance.

41 Il ne s’agit là en fait que d’une partie du patrimoine, celle qui est partagée par les héritiers après les décès successifs, voir A.S.F., Notarile moderno, Cecconi, p. 36049 : division de Luigi di Lorenzo et de ses neveux Antonio et Lorenzo di Vincenzo, 1837, suite à la mort de Francesco di Lorenzo en 1832 ; voir également Cecconi, p. 36046 : division familiale entre Francesco di Lorenzo, Luigi di Lorenzo et leurs neveux Antonio et Lorenzo di Vincenzo, 1831, suite à la mort de Vincenzo Martini en 1826 : cette division ne concerne que les biens urbains.

42 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1233 : la faillite des frères Gelli n’est pas due à des problèmes propres à l’entreprise, mais à la faillite des Giacchetti, principaux typographes de Prato, avec qui les Gelli avaient des liens de famille et pour lesquels ils s’étaient considérablement exposés.

43 La maison d’habitation proprement dite avait été achetée, à une date malheureusement inconnue, au noble Cicambelli, le moulin avec maison adjacente aux Pieratti, et enfin une autre maison contiguë appartenait aux Badiani.

44 Pacchiani lui-même y habitait.

45 Le calcul est ainsi fait : Rente constante moyenne lourde de 3360 lires, au net de tous les impôts et des frais de maintenance, 2700 lires ; la rente étant portée au maximum de la capitalisation que l’on peut assigner à des biens très recherchés, c’est à dire 4 %, la valeur totale est de 67500 lires.

46 Les deux machines à tondre valaient 3500 lires, et les deux cardes 7000 lires.

47 Le choix de confier une partie du travail à des tiers n’est absolument pas étonnant. Alessandro Rossi agit du reste de la même façon, cf. G.L. Fontana, 1990, p. XXXV et chap. II et III.

48 Pour une utile comparaison sur les profils variés des innovateurs textiles dans d’autres régions italiennes, je renvoie aux travaux de Fontana, notamment G.L. Fontana, 1990, ainsi qu’à V. Castronovo, 1964 et 1966 pour le Piémont.

49 Il eut pour beau-père Luigi Pelagatti, déjà évoqué.

50 Il serait évidemment de tout intérêt de reconstruire pour chaque édifice l’évolution des utilisations et les transformations successives : ce serait là l’objet d’un travail complémentaire ; des études d’archéologie industrielle proprement dites ont déjà été menées à Prato, cf. A. Breschi, Suite de la note 50. – T. Caparotti, P. Falaschi, FM. Lorusso, s. d et U. Mannucci, s. d ; dans le premier de ces ouvrages, on voit comment les édifices situés à la Croccchia continuèrent d’être utilisés après l’installation de la laine mécanique et formèrent, au XXe siècle, la base du Lanificio Mazzini I, p. 49-62. Il est néanmoins dommage que les auteurs de ces recherches n’aient jamais consulté les documents notariés qui les auraient aidés à pénétrer plus profondément dans l’histoire des bâtiments.

51 A.S.F., Notarile Moderno, Mazzoni, p. 18148.

52 Vincenzo, fils unique ( ?) de Francesco, était en effet incapable de gérer son patrimoine qu’il donna à son beau-frère Tanini en 1844 contre le versement d’une pension viagère : A.S.F., Notarile Moderno, Mazzoni, p. 18148. Vincenzo Angiolini fut ensuite interdit pour dilapidation et alcoolisme cf. S.A.S.P, Vicariato, Tutele. Il mourut en 1847. Son beau-frère était possidente à Montemurlo ; nous ne l’avons jamais rencontré impliqué dans le textile, ni avant ni après cette donation : il mourut en 1862, toujours en possession de ce qui était maintenant défini comme un Lanificio, toujours loué à F. Filiot et d’une valeur de 35.058 lires cf. Ufficio del Registro di Prato, B. 1, no 92.

53 A.S.F., Tribunale di Prima istanza, Fallimenti, 1255 (année 1854).

54 E. Repetti, 1841, article Prato, p. 657.

55 Il ne se trouve pas parmi le registre du séchoir ; en 1848, il est classé parmi les trafiquants de paille : un parcours significatif… L’unique acte que nous ayons retrouvé le concernant est sa succession, cf. Ufficio del Registro di Prato, B. 23, no 3 : décédé en 1879, Gheri avait continué d’amplifier ses affaires : il possédait un edificio per lanificio… nel sobborgo della porta fiorentina et des machines d’une valeur de 35000 lires : un saut quantitatif a été réalisé entre les deux périodes.

56 Ainsi était qualifié P. Bottari dans les rôles de la taxe commerciale de 1848.

57 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1239.

58 S.A.S.P., Comunale, Atti di finanza, 2789.

59 A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, Fallimenti, 1251.

60 Pour l’inventaire détaillé des machines : Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954 (1858).

61 Cf. A.S.F., Tribunale di Prima istanza, Fallimenti, op. cit.

62 Ufficio Notarile di Firenze, Beltrami, 7954 : division entre les frères Livi, Giuseppe, Fortunato et Carlo di Giovanni, 1858 ; Carlo partant pour Sienne afin d’y rejoindre son emploi (il est qualifié d’employé), une société en commandite est créée entre les trois frères pour la poursuite de la filature de la laine en société avec Capaccioli. Andrea Capaccioli meurt en 1866 : Ufficio del registro di Prato, B.5, no 71.

63 Ufficio del registro di Prato, B.49, no 33.

64 A. Breschi, T. Caparotti, P. Falaschi, FM. Lorusso, s. d, p. 37 et suivantes.

65 C. Calamai, 1927.

66 S.A.S.P., Vicariato, Tutele, 295.

67 A.S.F., Notarile moderno, Mazzoni, 35940.

68 S.A.S.P., Podesteria, Tutele.

69 S.A.S.P., Podesteria, Tutele (1863).

70 Idem.

Table des illustrations

Titre Graphique 43. Evolution des effectifs de fabricants au XIXe siècle d’après les registres du séchoir
Crédits Source : S.A.S.P., Arte e Tiratoio, 159-215 : giornale del Tiratoio.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 44. Permanence et turbulence des entrepreneurs, 1808-1875
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 45. Effectifs, entrées et départs des entrepreneurs de Prato au XIXe siècle d’après les registres du séchoir
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 46. Répartition des membres des professions commerciales et textiles soumis à la taxe sur le commerce en 1848
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 47. Les entrepreneurs exerçant l’industrie de la laine en 1864
Crédits Source : F. Mariotti, op. cit., p. 93-94 ; E. Bruzzi, op. cit., p. 130-131.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 48. Reconstitution du milieu entrepreuneurial textile d’après l’enquête de 1850
Crédits Source : S.A.S.P., Comune, 1850, 820, plus données de notre élaboration.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 49. Permanence et renouvellement des entrepreneurs en fonction des effectifs finaux, 1767-1875
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50028/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540