Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

8. Attendre, accompagner ou provoquer la reprise ?

Texte intégral

  • 1 Cf. Mori, 1956, et Lo Romer, 1987.
  • 2 Cf par exemple Abbé Ferrini, 1838, p. 61 : Les manufacture étrangères en tout genre, notait l’abbé,(...)
  • 3 E. Donati, 1989, p. 569.

1La Restauration s’annonçait difficile. L’affaiblissement du rôle d’entrepôt de Livourne1 remettait en question les fondements mêmes de sa prospérité et menaçait d’entraîner le départ des marchands juifs et levantins acheteurs de bonnets : les fabriques de chéchias risquaient d’être emportées dans cette tourmente. Les manufactures de draps devaient affronter la concurrence des textiles anglais qui envahissaient le marché toscan, comme Mazzoni l’avait craint depuis longtemps et comme beaucoup le constataient maintenant2. Le retour à la paix aggravaient donc les incertitudes de la période française, d’autant que les misères de la guerre et les mauvaises récoltes se conjuguaient pour provoquer dans toute la Toscane une crise aiguë qui sévit également dans le reste de l’Italie, en Suisse, en Allemagne, en Irlande3. Dans ces conditions, la plupart des petits centres toscans attendaient maintenant une reprise qui ne vint pas. Les anciennes recettes ne suffisaient en effet plus. C’est ce que comprirent les entrepreneurs de Prato qui tentèrent pour survivre d’introduire de nouvelles techniques et de s’adapter aux nouvelles exigences du marché. Mais seuls, ils auraient sans doute été aussi impuissants que leurs confrères du contado : plus que jamais les institutions locales jouèrent un rôle fondamental, en accompagnant la reprise d’un territoire dont la solidité se renforça, malgré les incertitudes.

1. Les difficultés des petits centres toscans et de Prato

Une reprise difficile

  • 4 G. Biagioli, 1981, évoque cette crise marquée du secteur secondaire après la Restauration ; cf. not (...)
  • 5 Pour une étude plus générale du textile de la zone de Pontassieve-Pelago, cf. F. Martelli, 1983.
  • 6 A. Zuccagni-Orlandini, 1848.
  • 7 A.S.F., R. Consulta, F. 2737.
  • 8 L.S. (Serristori), 1838c.
  • 9 Cette évolution est du reste semblable à celle connue par bien d’autres régions italiennes, cf. la (...)

2L’évolution du Valdarno supérieur est un bon exemple de la crise des petits centres ruraux aux lendemains de la Restauration4 : cette zone avait fait preuve d’un dynamisme notable au XVIIIe siècle, envoyant se fouler à Prato un nombre considérable de draps. En 1832, Zuccagni-Orlandini insistait sur le contraste entre cette prospérité passée et la décadence contemporaine : la manufacture des laines prospérait auparavant en divers lieux, principalement à Pelago5 où l’on comptait dix fabriques ; maintenant il y a trois lanifici de seuls bigelli ou villaneschi (des draps de qualité absolument infime) et les autres métiers de Loro, Terranuova etc. sont dans le même état de décadence, en conséquence il ne reste que peu de foulonneries et teintureries6. Les vicaires évoquaient eux-aussi le déclin des manufactures rurales7 et, en 1838, L. Serristori soulignait que si plus de cent centres de fabrication de la laine existent dans le Grand Duché, la fabrication est en grande décadence excepté dans trois ou quatre localités8. Ces témoignages concordants ne semblent pas excessifs : les petits centres étaient effectivement incapables de survivre à la concurrence étrangère. Nés en partie pour répondre à la hausse de la demande au XVIIIe siècle, ils avaient profité d’une offre encore éclatée. Ces circonstances favorables prirent fin au début du XIXe siècle, sous la double poussée de la crise économique généralisée et de la politique libre-échangiste du gouvernement restauré. Une réorganisation de la production régionale était en cours dans cette première moitié du siècle avec l’affirmation de quelques pôles et le déclin de la plupart des autres9.

  • 10 G. Bowring soulignait bien le problème : le gouvernement toscan a laissé l’industrie totalement à s (...)
  • 11 Motif Fossombroni fait tout travailler à Arezzo, comme le rappelait Lazzero Mazzoni. Le gouvernemen (...)

3A en croire les données du séchoir, – les seules données disponibles sur la production locale en l’absence de tout relevé ordonné par l’Etat10 – Prato était également pris dans la tourmente, ne pouvant même plus compter sur les fournitures militaires qui avaient fait survivre les manufactures de 1812 à 181411. Les draps envoyés au séchoir étaient de moins en moins nombreux aux lendemains de la Restauration : en 1817, l’établissement reçut seulement 3400 draps, soit une baisse de plus de 38 % par rapport à l’année 1812. Cette tendance dépressive apparaît durable puisqu’en 1828, le séchoir reçut seulement 1971 draps. La fin des années 1820 semble bien caractérisée par un profond étiage, tout comme la fin des années 1840, en concomitance avec la crise de subsistances de 1847. La reprise des années 1830 semble donc relativement éphémère et ne s’affermit qu’après 1850.

Graphique 34. Evolution de la production de draps au XIXe siècle Moyenne de 9 ans

Graphique 34. Evolution de la production de draps au XIXe siècle Moyenne de 9 ans
  • 12 E. Bruzzi, 1920 p. 106-107.
  • 13 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 9/11/1818. En 1819, Lazzero affirmait à son tour : la draperie toscane (...)
  • 14 P. Bandinetti, 1937, p. 13-14 : selon les indications fournies par cet auteur, les prix du froment (...)

4Bruzzi évoque pourtant tout autrement les années 1820 : de 1820 à 1830, décennie de forte évolution industrielle à Prato… son état économique était donc devenu très fleurissant et reposé. Des vieux de ce temps, nous entendîmes répéter que de tous les côtés transpirait le bien-être ; un exemple cité fut qu’alors les ouvriers lainiers jouaient publiquement et très fréquemment aux stornini avec les grosses monnaies d’or12. Cette affirmation semble en contradiction évidente avec la courbe d’activité du séchoir. Bien sûr le jugement de Bruzzi s’appuie plus sur l’anecdote et la mémoire orale que sur des informations précises, mais les données en apparence plus « objectives » du séchoir peuvent tromper : pour faire face aux nouveaux besoins, l’installation dut être modifiée en 1830, ce qui fut sans doute la raison de sa désaffection relative dans les années 1820. La correspondance des Mazzoni semble témoigner d’une nette reprise dès 1818, une année que Gaetano prévoyait très bonne pour qui a envie de draperie13. Sans doute, la chute drastique des prix agricoles14 dégagea-t-elle un peu de pouvoir d’achat chez la clientèle des petites gens à laquelle s’adressait le textile de Prato et favorisa-t-elle la reprise. Tout montre en fait que Prato essaya de faire face aux difficultés.

Graphique 35. Evolution de la production de draps à Prato au XIXe siècle. Moyennes triennales

Graphique 35. Evolution de la production de draps à Prato au XIXe siècle. Moyennes triennales

Source : S.A.S.P., ACP tiratoio, 1808-1879.

Les voies du renouveau

  • 15 En 1818, Lazzero remarquait la très mauvaise manufacture d’un échantillon de calmucco anglais : cel (...)
  • 16 Il s’agit sans doute des calmouck : étoffe de laine de meilleure qualité, qui apparait à la fin de (...)
  • 17 Lazzero était confiant : il n’y a aucun doute que l’on puisse faire des travaux semblables, mais en (...)
  • 18 Idem, Lazzero, 8/10/1817.
  • 19 Idem, Lazzero, 22/10/1817 : nos draps toscans devraient avoir le crédit de la marchandise étrangère (...)
  • 20 C’était déjà un recul par rapport à 1760 où ces draps représentaient à eux seuls plus de 75 % de la (...)

5D’abord, les fabricants se convainquirent vite que la concurrence n’était pas invincible15, et ils tentèrent rapidement d’imiter les draps anglais qui arrivaient en Toscane. Dès 1817, les Mazzoni envoyaient à Prato des calmucchi16 pour en faire des copies17. Les Pacchiani, eux, se prirent à faire des peloncini légers avec chaîne et trame à l’anglaise18. Imitations et améliorations qualitatives allaient de pair pour affronter les temps nouveaux. La confiance n’avait donc pas disparu19. Une mesure des changements qualitatifs intervenus dans la production est d’ailleurs fournie par les registres du séchoir. En 1808, les draps de basse qualité qui avaient dominé la production tout au long du XVIIIe siècle constituaient encore 60 % de la fabrication citadine20, mais ensuite, la croissance du nombre des draps, peloni, et vilton témoignait de la hausse qualitative de la production.

  • 21 Etoffe de laine, fabriquée dans les régions septentrionales françaises depuis la seconde moitié du (...)
  • 22 DGBM (G.B. Mazzoni), 1847.

6Ces deux tendances s’accentuèrent par la suite. En 1830, rascette, calissi et peluzzi ne représentaient plus qu’un peu plus de 13 % de la production envoyée au séchoir, tandis que les draps étaient revenus en force. A peu près au même moment, de nouveaux métiers larges faisaient leur apparition, notamment pour tisser les casimirri21, une mode introduite par les étrangers : ces draps méritent d’être tenus en considération pour l’intelligence et l’étude particulière avec lesquelles il faut que soient exercés dans leur confection les arts de teindre, de filer et de tisser, afin d’imiter de la meilleure façon ceux qui nous parviennent de l’étranger22.

Graphique 36. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1808

Graphique 36. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1808

Source : S.A.S.P., Tiratoio, 1808.

Graphique 37. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1830

Graphique 37. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1830

Source : S.A.S.P., Tiratoio, 1830.

  • 23 Le commentaire de Lazzero en 1815 était sans doute trop optimiste : la manufacture anglaise n’a en (...)

7C’était donc bien pour continuer de s’adapter au marché, devenu plus exigeant en qualité, que les entrepreneurs de Prato changeaient de nouveau leur production. Si les manufactures anglaises furent une redoutable concurrence23, cela n’empêcha donc pas Prato d’y résister plutôt honorablement : l’imitation se révéla une nouvelle fois créatrice de dynamisme. Le potentiel de savoir-faire accumulé dans le territoire rendit cette nouvelle adaptation possible à Prato alors que la majeure partie des petits centres toscans en étaient incapables : les entrepreneurs y manquaient d’informations sur les marchés et sur leurs tendances, ils ignoraient les nouveautés tandis que les artisans et la main d’œuvre n’avaient pas une expérience suffisante pour s’adapter à ces nouveaux produits. Il y était sans doute également difficile de jouer sur la pluralité des fibres, comme savaient au contraire le faire avec brio les entrepreneurs de Prato.

8Evaluer les parts respectives de la laine, du lin, du chanvre, du coton dans les productions textiles de la ville est cependant difficile. L’exercice est d’autant plus périlleux que les auteurs qui fournissent les rares informations disponibles puisent à des sources différentes et discordantes dont il est difficile d’évaluer la crédibilité.

  • 24 A.S.F., R. Consulta, 2789: Relazione sullo stato commerciale di Prato, febbraio 1838.
  • 25 «Notizie intorno alle attuali manifatture di Prato», C.A.A.G., XII, 1834.
  • 26 «Annuo medio consumo di lana nelle principali fabbriche di Toscana», Giornale del Commercio, I, 21 (...)
  • 27 A.S.F., Segreteria di Gabinetto, 426: Prospetto della Industria e Commercio in generi di Esportazio (...)
  • 28 G. Ciardi, 1846.

Note 2424
Note 2525
Note 2626
Note 2727
Note 2828

  • 29 Prato n’était pas seule à s’orienter vers le coton : de nouvelles fabriques se développaient notamm (...)
  • 30 M. Lungonelli, 1989, p. 14-15 expose les résultats de l’enquête dans le Grand Duché et à Prato, il (...)

9L’évaluation du Giornale del commercio semble la plus improbable. Mais il nous reste impossible de savoir s’il y eut véritablement triplement de la quantité de laine employée entre 1834 et 1844. En tous cas, la persistance de fibres autres que la laine ne signifie pas l’immobilisme, au contraire : à en croire ces chiffres, il faut parler d’une véritable révolution qui remplace le lin par le coton, tandis que le chanvre conserve le poids de la « semi-autoconsommation » – filé par les entrepreneurs, il est généralement tissé à domicile pour l’usage des particuliers29 Pour évaluer autrement que par l’entremise du séchoir à combien de pièces pouvaient équivaloir ces matières premières, il faut se tourner vers la première enquête du gouvernement restauré en 185030 : la communauté de Prato estime alors la production textile à 3000 pièces de draps de laine – ce qui correspond grosso modo aux données du séchoir – et à 26000 pièces de draps mixtes. Ces derniers dominent donc encore largement la production. La diversification de la production et le mélange des fibres reste un choix essentiel pour trouver une place sur un marché de plus en plus concurrentiel, c’est là bien sûr le second atout majeur de Prato.

  • 31 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 16/6/1815.

10Le troisième est constitué par le nouveau dynamisme de la fabrication des bonnets levantins. Malgré des informations lacunaires, leur production semble reprendre très tôt, en relation sans aucun doute avec le retour à Livourne en 1815 de Grecs qui manquaient depuis douze ans31 et qui recommençaient immédiatement à passer commande. Dès 1817, Lazzero s’attelait à réorganiser la manufacture en fonction de nouvelles exigences qualitatives. Et, malgré les déboires des Mazzoni en matière de qualité, la fabrication reprenait les anciens rails de la qualité et des prix médiocres. Evaluer son volume n’est pas non plus aisé. Le tableau ci-dessous regroupe les principales informations à notre disposition.

  • 32 Abbé Ferrini, 1838, p. 61.
  • 33 A.S.F., R. Consulta, 2789, op.cit.
  • 34 G. Bowring, 1838, p. 32, p. 33.
  • 35 L. Serristori, 1839 ; des contradictions existent dans les données fournies par cet auteur : en eff (...)
  • 36 E. Repetti, 1841.
  • 37 Cité par M. Lungonelli, 1986, p. 18 ; le texte exact est 40.000 doppie, nous avons supposé qu’il s’ (...)
  • 38 G. Parenti, 1959 ; l’année la plus forte est 1857 (153120) et la plus faible 1854 (10615) ; s’il ne (...)

Production Toscane

Production de Prato

Ferrini (1838)32

22 caisses/sem.

soit 1144 caisses/an

114.400 douz.

de bonnets/an

-

Cercignani33

-

1200 caisses/an

120.000 douz.

de bonnets/an

Bowring (1838)34

1426 caisses/an

3 caisses/jour

142.000 bonnets/an

15-18 caisses/sem

858 caisses/an

85.800 douz./an

Serristori (1839)35

22 caisses/sem.

16 caisses/sem.

1144 caisses/an

832 caisses/an

114.400 douz./an

83.200 douz./an

Repetti (1838)36

-

64.100 douz./an

Corridi (1850)37

-

40.000 douz.

Parenti : moyenne des exportations de chapeaux autre que de paille et de feutre et bonnets pour 1851-1859 : 4514838

  • 39 L. Valensi note que vers 1830, il n’y a plus de trace, dans les états statistiques de Marseille, de (...)
  • 40 Idem.
  • 41 Les autres fabriques étaient installées à Florence (deux), à Sesto et à Lucca, quoique dans son com (...)

11La production toscane est incontestablement élevée. Elle dépasse de loin celle de Gênes (évaluée par L. Serristori à 17.000 douzaines en 1839, elle avait pu atteindre précédemment jusqu’à 30.000 douzaines), mais aussi celle des centres français pour lesquels les informations se tarissent après la Restauration39. Le niveau est également supérieur à celui des fabrications tunisiennes qui exportaient environ 50.000 douzaines de chéchias au début des années 182040. L’industrie toscane des bonnets levantins est donc florissante et Prato y a une place fondamentale, puisque la ville en fournit de 60 % à deux tiers41. Eléments originaux mais encore accessoires du développement au XVIIIe siècle, les chéchias devinrent un atout maître pour survivre au cours de la Restauration, et furent pendant toute la première moitié du XIXe siècle un des solides moteurs de la production textile de la ville. Cette production, initiée et poursuivie dans l’incertitude, permit néanmoins de creuser la différence avec les autres centres.

  • 42 A.S.F., R. Consulta, 2789. Cercignani ne cite pas les noms de ces deux fabricants, mais l’un des de (...)
  • 43 En 1836, le consul d’Alexandrie évoquait le nombre de négociants toscans établis dans cette ville e (...)

12Les conditions de commercialisation des bonnets s’étaient peu modifiées, malgré les envois directs auxquels se livraient maintenant deux des plus gros fabricants, instruits par les expériences de la période française42. Des changements avaient cependant lieu dans les marchés d’exportation : l’Egypte acquérait une nouvelle importance, en liaison avec la croissance du commerce des blés entre Livourne et Alexandrie43, et de plus en plus d’acheteurs algériens se montraient à Livourne, commissionnaires de bonnets noirs, à la différence des autres pays. Quant aux ventes vers la Grèce, la Turquie, la Morée, elles se poursuivaient toujours par l’intermédiaire des Grecs et des Juifs levantins de Livourne. Mais de nouveaux modèles faisaient leur apparition, notamment les calabussi, de taille supérieure, qui servaient de couvre-chefs aux militaires de l’empire turc. Il y eut donc eu une ultérieure diversification des marchés et des qualités…

  • 44 D.G.B.M. (Mazzoni), op.cit. La communauté avançait le même argument en 1850 : la demande a diminué (...)
  • 45 L.S. (Serristori), 18/9/1839.
  • 46 L. Valensi, 1969, p. 395. Nous ne connaissons hélas rien des manufactures autrichiennes. Il faut né (...)
  • 47 A.S.F., Segreteria e Ministero Esteri, 2474.
  • 48 Idem.

13Si les bonnets furent un élément important du renouveau de Prato après la Restauration, cela ne veut pas dire que les incertitudes se soient totalement évanouies. La conjoncture de la production nous échappe en grande partie, mais elle reste marquée par de fortes variations : la guerre de libération grecque, les luttes internes dans l’Empire ottoman, – notamment les problèmes égyptiens –, la peste en 1833, autant d’années difficiles et troublées au cours desquelles la production se ralentit. Elle fléchit surtout progressivement à partir des années 1840 pour aboutir aux chiffres relativement modestes de 1850. De l’avis général, la manufacture de bonnets commençait alors un net déclin. G.B. Mazzoni expliquait en 1847 la moindre quantité produite parce que les échelles d’Algérie, à cause de droit excessif imposé au genre fabriqué en dehors de la France, en ont arrêté pour cette partie la vente44. Les bonnets toscans mouraient-ils lentement du protectionnisme français ? la Toscane ne pouvait, ni surtout ne voulait, rivaliser avec la France en matière de protection douanière. Du rôle de la politique, de l’importance de l’Etat… Mais si la France était maîtresse du littoral africain, comme l’on disait, cela ne peut tout expliquer car les exportations touchaient bien d’autres régions. En 1839, L. Serristori avait avancé une autre raison : la décadence s’installait à cause des nouvelles fabriques installées dans les pays étrangers45. Peut-être Serristori pensait-il aux manufactures autrichiennes, qui semblaient surpasser la France au XIXe siècle, allant jusqu’à gagner le marché tunisien lui-même46 ? La concurrence occidentale n’était sans doute pas seule en cause. Le consul toscan à Constantinople rendait compte en 1836 d’un article de la dernière gazette turque : il dit que par la grâce du très haut et à l’ombre de la puissance impériale une fabrique du gouvernement produisant des Fès supérieurs à ceux de Tunis pour le tissus, la forme et la couleur, en quantité suffisante en outre pour les troupes et les populations d’Asie et d’Europe, et à prix inférieurs à ceux des Fès de Tunis et des autres pays, va ouvrir des boutiques en différents points de la capitale pour la vente à des prix déterminés de cette marchandise. Probablement on finira par la monopoliser, cela ne pouvant donner qu’un voyant bénéfice, puisque les populations et les soldats remplacent généralement depuis quelques temps le turban par les Fès47. Cette tentative aboutit-elle, fermant le débouché ottoman ? Il est certain que des choses changeaient dans l’Empire d’autant que le sultan s’occupe exclusivement de changer la mode de l’uniforme militaire, et une innovation de très peu de jours est d’avoir fait ajouter le barbazzale au casque des soldats d artillerie qui avant portaient un Fès48, une modification sans doute mal ressentie à Prato…

14La conjugaison de ces différents facteurs entraînait des difficultés croissantes pour les manufactures de Prato. Vers le tournant du siècle, la grande époque des bonnets levantins prenait fin et de nouvelles incertitudes quant au devenir de l’industrie textile naissaient. Les chéchias avaient néanmoins contribué à la survie et au renouveau de Prato en ce premier XIXe siècle, en association avec les draps, les tissus mélangés et les autres activités productives du territoire.

Une mono-orientation tardive

15Avant la fin du XIXe siècle, le textile ne fut jamais l’activité exclusive de Prato. La diversité dans le textile mais également dans les activités productives constitua un élément de la solidité, et de la complexité du territoire. Elle représenta une autre condition de possibilité de sa survie, au contraire de multiples petits autres centres emportés dans la tourmente de la Restauration qui, le plus souvent, ne pouvaient mettre à profit une telle diversité productive. Ce sont donc sur ces éléments de consistance et de richesse du territoire qu’il faut insister pour comprendre le maintien et le renforcement du district. Evaluer l’importance respective des différentes industries dans le territoire de Prato n’est cependant pas chose facile : un bilan des valeurs produites en 1844 peut cependant servir d’indicateur.

  • 49 Il est donc clair que parler, comme le fait M. Lungonelli, de « crise persistante du secteur textil (...)
  • 50 Inchiesta 1850, M. Lungonelli, 1989, p. 18. La papeterie de La Briglia venait d’être transformée en(...)
  • 51 F. Mariotti, 1858.
  • 52 Significative est cette lettre du maire de Prato au prieur de Paperino, petite bourgade du territoi (...)

16Le textile est bien la première industrie citadine49. Elle ne dispose cependant ni de l’exclusivité, ni d’un primat incontesté. Les industries mineures présentes au XVIIIe siècle, notamment le cuir et le cuivre étaient toujours présentes. Celui-ci, en particulier, apparaissait encore vivace50. Mais l’activité manufacturière la plus dynamique après le textile fut la manufacture des chapeaux de paille : présente depuis au moins le XVIe siècle dans les campagnes de Florence, elle ne devint véritablement capable d’exportation qu’au début du XVIIIe siècle, sous l’impulsion décisive du bolonais Michelacci qui introduisit dans les environs de Signa une paille plus fine, mieux adaptée au travail manufacturier. En 1792, cette industrie constituait déjà une branche de notre commerce actif, pas de grande extension mais très utile51. Elle restait alors cependant encore limitée au territoire de Signa et de Brozzi. L’époque napoléonienne fut celle de sa véritable expansion territoriale. C’est alors qu’elle commença la conquête du territoire de Prato, encouragée par le comité de bienfaisance de la ville, qui y voyait le moyen d’employer les bras de plus en plus nombreux des misérables52.

Graphique 38. Valeur des productions de Prato en 1844

Graphique 38. Valeur des productions de Prato en 1844

Source : A.S.F., Segreteria di gabinetto, 426.

  • 53 F. Mariotti, 1858, p. 21-22.

17C’était bien l’industrie proto-industrielle par excellence : destinée à des marchés lointains, le travail des tresses et des chapeaux s’insérait parfaitement dans les intervalles de la vie rurale. Fortement liée à la mode et aux exportations, l’industrie de la paille connut une conjoncture mouvementée au cours de laquelle des périodes d’euphorie étaient suivies de brusques retombées. En 1818, les Anglais se tournaient vers le marché de Florence, en 1822, les chapeaux toscans atteignaient les Etats-Unis, la croissance était exponentielle jusque 1826. A partir de cette date, le reflux est évident, le chapeau fioretto, qui avait fait le succès de cette industrie, passait progressivement de mode. Surtout, les Anglais commençaient à importer la paille, pour confectionner les chapeaux en Angleterre. C’était la fin de l’euphorie, mais non de l’industrie, qui réussit à retrouver les voies de la mode internationale par l’introduction régulière de nouveautés. En 1839 par exemple, commençait la fabrication de la tresse ouvrée qui devint importante pour la grande extension quelle prit dans la ville de Prato et ses environs53.

  • 54 V. Castellani, 1879.
  • 55 Il introduisit dans la ville, vers les années 1830, un nouveau produit, fabriqué à partir des pedal (...)

18La paille n’eut en effet bien vite plus besoin d’encouragement pour se développer à Prato et dans son territoire54. La ville fut d’ailleurs une des seules où s’installèrent de véritables manufactures : dès l’époque française, un certain Giunti avait érigée une fabrique dans le lieu dit la Chartreuse derrière le château de l’Empereur, des spéculateurs étrangers commencèrent à lui faire une concurrence infatigable et le réduiront de telle façon que vers 1810… il fut contraint de fermer la fabrique et de se retirer du commerce. La fabrique fut ensuite reprise par un Anglais, T. Wyse, dès lors fermement, et brillamment installé à Prato55. Par l’intermédiaire de la paille, la ville faisait connaissance avec de nouveaux marchés internationaux et renforçait son expérience des marchés d’exportation, accroissant les savoir-faire productifs et commerciaux du territoire. Si cette diversité productive était donc un élément positif, cela ne voulait pas dire qu’il n’y ait pas aussi des rapports de concurrence entre les différentes activités qui se partageaient l’espace manufacturier.

  • 56 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo Pacchiani, 25/9/1818.
  • 57 Idem, Lazzero, 3/7/1818.

19En effet, diffusée en tâche d’huile dans tout le territoire de Prato, la manufacture de la paille concurrençait rudement au textile sa main d’œuvre rurale. La pénurie de bras menaçait la laine. Vincenzo Pacchiani décrivait en 1818 un phénomène qui touchait toutes les branches de la manufacture : on pourra obtenir peu de travaux d’aiguilles pour la raison que chaque jour s’accroissent de nouvelles fabriques de chapeaux… cela ne fera pas mal seulement à la maille mais ils sont tous bloqués pour les fils de chanvre et de lin, et les tisseuses de toute sorte56. Pour tenter de conserver la main d’œuvre, il fallait augmenter le prix des façons et, pour une fois, se laisser dicter la loi par les femmes. C’est ce qui se passait dans le tissage : ces impannatori, et nous également, on a dû augmenter le prix des tissages de la marchandise étroite que tissent les femmes, elles ont voulu fixer à tant le bras et non tant la pièce, et malgré cela on ne trouve qui travaille, les toiles de bérets on a promis de les augmenter à proportion, mais on n’a pas encore trouvé parce que celles qui tissaient sont pleines de toiles, les fabricants vont à Campi les leur porter eux-mêmes, ici les écoles de S. Catherine sont aussi pleines de toiles, et de même les écoles de Florence ; les toiles de bérets que l’on payait 11 lires, on a promis de les payer 14 lires ; il semble qu’elles devraient nous les prendre parce qu’ils s’agit aujourd’hui de les tirer à deux fils et fil gros, une fois passées les besognes de la campagne on en trouvera un peu plus à tisser57. En ce début XIXe siècle, les femmes prenaient leur revanche sur des pratiques instaurées plus d’un siècle auparavant, quand la longueur des toiles s’était démesurément allongée alors que la rétribution restait, elle, désespérément fixe. Plus question non plus de payement en nature : la pratique disparaissait alors, peut-être définitivement. Mais, non contentes de pouvoir ainsi enfin dicter leurs conditions, les tisseuses rechignaient désormais à un travail qu’elles estimaient peu rentable, au regard des rétributions accordées dans la manufacture de la paille.

  • 58 Idem, Lazzero, 5/8/1818.
  • 59 Idem, Lazzero, 17/11/1817.
  • 60 G.B. Mazzoni, 1847 p. 186.

20Dans la filature, la situation semblait encore plus préoccupante, si faire ce peut : personne ne veut plus filer bien que l’on se soit adapté à payer 11.6.8 lires pour l’étaim, toutes les filles deviennent maîtresses chapelières58. Jamais les augmentations de tarif que pouvaient concéder les fabricants n’arrivaient à rendre le travail textile aussi attractif que celui de la paille. La mécanisation devenait une nécessité : le bénéfice des machines coupera la route à tant d’inquiétudes pour qui a la volonté de travailler et n’aura plus à faire ni avec les cardeurs ni avec Les fileuses59. La réalisation des premières machines à carder et à filer se fit en effet, aux dires même de leur constructeur, à la demande de tous les fabricants qui sont à Prato60. La croissance de l’industrie de la paille poussait les entrepreneurs textiles dans leurs derniers retranchements et les obligeaient à franchir le pas qu’ils n’avaient pas fait lors de la période française : une façon comme une autre de provoquer, ou de se donner les moyens, y compris techniques, de la reprise.

2. Provoquer la reprise : les mécaniques

  • 61 Cf. par exemple le cas de Sedan, où l’insolence des tondeurs menait rude vie aux fabricants, cf. G. (...)

21La pénurie de main d’œuvre n’était pas le seul motif qui poussait les fabricants à s’intéresser de nouveau aux mécaniques. En effet, dans le domaine de la finition, le problème de la main d’œuvre ne se posait pas en termes de pénurie ou de cherté et les entrepreneurs de Prato n’avaient jamais eu à craindre ces révoltes ouvrières qui les auraient incités à s’intéresser précocement à la mécanisation61. L’économie des coûts et le perfectionnement des opérations devenaient alors les deux motifs du recours à la mécanisation. Les artisans-entrepreneurs du XVIIIe siècle avaient en effet beaucoup travaillé, mais vite et relativement mal. Pour travailler mieux sans augmenter les coûts, il fallait améliorer les procédés.

  • 62 Pour les initiatives de mécanisation dans l’industrie de la soie, voir notamment R. Tolaini, 1997. (...)
  • 63 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 21/11/1817.
  • 64 On peut expérimenter le travail de Bagnasco, puisqu’il est en mesure de filer plus de 500 livres de (...)
  • 65 Idem, Gaetano, 3/10/1818 : je vis les machines à carder qui sont ici à Florence, vraiment le travai (...)
  • 66 Idem.

22D’ailleurs, les échos des machines se faisaient entendre en Toscane même dès les lendemains de la Restauration62. Sans doute stimulés par les essais infructueux de la période française, des machines pour carder et filer les laines étaient installées à Pise… un certain Bagnasco les montent, il a également installé des machines à coton, et on dit que c’est un homme très capable pour ces entreprises63. La nouvelle bien sûr parvenait jusqu’à Prato et y suscitait intérêt. Les Mazzoni, comme leurs autres confrères, prévoyaient de tester le nouveau fabricant64. Le danger apparaissait clairement : plus que Florence qui montait elle aussi les machines65, Pise a de multiples commodités pour les ouvrages et alors Prato est cuite66. Prato se laisserait-elle dépasser, par Pise, pire, par Florence ? Un certain nombre d’entrepreneurs avaient parfaitement conscience de l’importance des enjeux mécaniques. La France n’avait pas voulu faire participer Prato de ses connaissances quand elle dominait la péninsule, elle faisait l’objet après la Restauration d’entreprises d’espionnage qui permettait à Prato de se mettre enfin au goût du jour, à moindre prix.

Les mécaniques made in Prato : l’action de G.B. Mazzoni

  • 67 Idem, Lazzero, 9/2/1820.
  • 68 Idem, Lazzero, 26/5/1817.

23Ecoutons une fois de plus Lazzero Mazzoni rendre compte à son père, en 1820, de l’une des initiatives les plus originales et les plus fructueuses de la première moitié du siècle : j’ai été un moment avec le sieur Vincenzo (Pacchiani) voir les machines pour le coton que ce jeune Mazzoni a dans le vieux couvent de Sant’Anna… j’ai été satisfait de son esprit et les machines travaillent déjà non complètes encore, et il me semble qu’elles sont justement comme celles de Bagnasco, pour l’instant il n’a que dix travailleurs petits garçons et filles et un homme seulement qui file, la carde c’est un garçon qui la commande et celle-ci dans le même temps commande la machine qui cylindre67. C’était le premier aboutissement d’efforts commencés trois ans auparavant quand Giovan Battista, fils de Luigi, était revenu de Paris, en rapportant les modèles des machines nécessaires pour carder, filer et tisser le coton pour les travaux fins et ces machines il les fait exécuter à cent fuseaux68.

  • 69 Il n’existe aucun lien de parenté entre les deux familles, pas plus qu’avec celle du maire de Prato (...)
  • 70 B. Mazzoni, 1869, p. 14.
  • 71 D. Landes, 1975, rappelle que la transplantation des techniques était difficile.. l’émigration des (...)
  • 72 N. Tommaseo, 1834, p. 125.

24Les multiples témoignages locaux de son œuvre confinent souvent à l’hagiographie : Giovan Battista Mazzoni est considéré par l’historiographie locale, après Vincenzo Mazzoni69, comme le second rénovateur-sauveur de la manufacture de Prato. La carrière est en tout point exemplaire : fils de négociant, G.B. Mazzoni avait fait ses études universitaires à Pise, comme le devait tout bon fils de famille aisée. Il y avait d’ailleurs rencontré deux autres concitadins, G. Pieraccioli, professeur de mathématiques et Francesco Pacchiani, fils aîné de Giovacchino, devenu professeur de physique. En 1812, G.B. Mazzoni était l’un des vingt-cinq premiers étudiants de la toute nouvelle Ecole Normale, installée à Pise sur le modèle parisien : un sans-faute qui se poursuivit, après la suppression de l’Ecole en 1814, par un voyage à Paris afin de se consacrer à un cours de sciences physiques appliquées aux arts70. En fait, ce voyage avait sans doute été dès le départ conçu dans le but explicite de connaître de plus près le fonctionnement des nouvelles machines. Rien d’étonnant à cela si l’on pense aux multiples velléités des Pacchiani et des Mazzoni de faire de même. Giovan Battista, et non Lazzero, irait espionner les nouvelles machines, non pas en Suisse mais à Paris : le projet était bien dans l’air de la ville. Giovan Battista s’employa donc comme commis dans une filature parisienne, et fit connaissance d’un fabricant de Rouen qui lui montra ses installations : un exemple parmi tant d’autres d’espionnage industriel, un des plus simples moyens de transfert des techniques à une époque où ouvriers et mécaniciens étaient sévèrement priés de ne pas émigrer71, à un moment surtout où la Toscane avait bien peu d’atouts pour attirer de tels techniciens. Il appartint donc au jeune Mazzoni de se sculpter dans l’esprit la forme de machines compliquées ; et revenu en Italie premier parmi tous, il fabriqua avec bonheur et les mis en œuvre72.

  • 73 B. Mazzoni, 1869, p. 3-4.
  • 74 B. Mazzoni, 1869, p. 29.

25Il les installa, comme le rapportait Lazzero, dans l’ancien couvent de Sant’Anna, loué à Pier Ignazio Geppi, operaio du conservatoire de San Niccolò, propriétaire de l’édifice : un bon exemple de reconversion des anciens édifices pieux en même temps que de l’utilité des relations familiales. L’oncle était, ou avait été pendant de longues années, recteur du séminaire de Prato73, sa recommandation pesait lourd. Le jeune homme qui revenait de France était fils et neveux de personnes connues et parfaitement intégrées dans le système local, une condition essentielle à la prompte réalisation du projet, entièrement financé par la famille : il s’agissait initialement de construire les machines et de profiter de leur travail. Giovan Battista devenait ainsi producteur de coton filé et teint en rouge d’Alep, cette couleur difficile à obtenir et en usage tant dans les tissus dits staccini, que dans les mouchoirs et autre74.

  • 75 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 14/2/1820.
  • 76 Idem, Lazzero, 9/2/1820.
  • 77 B. Mazzoni, 1869, p. 27 : il y resta de juin à mi-septembre.

26Il ne suffisait pourtant pas de monter correctement les machines pour que l’entreprise réussisse : Lazzero Mazzoni, moins entreprenant en matière de mécanique, mais pour l’heure plus sûr négociant prévoyait en effet que son entreprise n’aura pas un résultat heureux parce que le moment n’est pas favorable pour le coton75. Difficile de vaincre la promotrice de la révolution industrielle sur son propre terrain… Le jeune Mazzoni se convainquit rapidement qu’il aurait mieux fait de s’appliquer à filer la laine76, comme le suggérait Lazzero dès 1820. C’est peut-être en vue de cette reconversion que Giovan Battista fit de nouveau le voyage de Paris en 182177. Vers 1823-24 les premières cardes et fileuses mécaniques de laine étaient installées à Sant’Anna, mues par la force d’un bœuf et d’un cheval. Une énergie plus efficace devenait essentielle au succès de l’entreprise : Giovan Battista loua donc assez rapidement un moulin situé aux Abatoni, à peu de distance du Cavalciotto. Ainsi la nouvelle filature s’installa dans la zone occupée depuis des siècles par les moulins et les foulonneries, un nouveau type d’édifice s’ajoutait aux autres sans provoquer de bouleversement dans le paysage et dans l’aménagement du territoire. Néanmoins cette installation, bientôt suivie par d’autres, renforça le problème, déjà présent depuis longtemps, de la répartition des eaux entre tous ses utilisateurs.

  • 78 Lettre de Giovan Battista à sa jeune épouse Felicità Benini, lors de son second séjour à Paris en 1 (...)
  • 79 B. Mazzoni, 1869, p. 32.
  • 80 Idem, p. 34-33.
  • 81 G. Mori, 1966.
  • 82 B. Mazzoni, 1869, p. 58-59 : la construction de machines, raconte son biographe, l’avait persuadé d (...)
  • 83 L’arrivée de cet étranger semble démontrer que la ville, contrairement aux apparences, pouvait avoi (...)

27Installé dans la laine, G.B. Mazzoni ne se satisfaisait pas de sa rente de situation. Selon son expression, l’industrie fait quotidiennement des progrès, et qui vit d’industrie ne doit pas dormir78. Giovan Battista fit de son mieux pour rester éveillé et avec lui l’industrie textile de Prato. Converties à la laine, ses machines devaient lui permettre de fournir des filés non seulement pour la fabrication de ses propres draps, mais également pour tous les entrepreneurs qui en feraient la demande. Très vite cependant, il passa à la commission de machines et Sant’Anna devint une officine accréditée, où l’on construisait des cardes et des fileuses79 : ainsi se constitua le premier, et pendant très longtemps, unique véritable atelier mécanique de Prato, destiné à fournir à l’industrie de la ville les machines dont elle avait besoin. G.B. Mazzoni en effet ne s’arrêta pas à la filature mais tenta de réaliser à Prato les nouvelles machines qui pouvaient servir à l’industrie textile de la ville : ainsi s’attela-t-il à la réalisation de laineuses et tondeuses qui avaient déjà fait leur apparition dès le début du siècle dans les centres septentrionaux. Mais, l’effet que l’on obtint d’abord ne fut pas totalement satisfaisant non par défaut d’une bonne direction mais pour l’emploi qui fut fait en certaines pièces du bois80. Autre problème donc, celui des matériaux de la révolution industrielle : si la Toscane était riche d’un fer dont l’exploitation se modernisait à cette époque81, il restait beaucoup plus économique de le remplacer par le bois, matériau traditionnel de l’outillage ancien. Ainsi devine-t-on les bricolages techniques locaux pour tenter d’obtenir des machines au meilleur prix. Plus tard, G.B. Mazzoni installerait sa propre fonderie dans l’établissement de Sant’Anna, disposant ainsi d’un moyen direct d’employer la matière première à sa convenance82. Pour l’instant, la mécanisation de la finition fut sauvée par un mécanicien français, Louis Cornet, natif de Malmédy, et employé pendant quelques temps dans les officines de l’Allemagne83 : après Rouen pour le coton, la zone de Verviers-Aix-la-Chapelle pour les draps, Mazzoni apparaît comme un homme des grands réseaux. Grâce à cet étranger rapidement adopté par le milieu local, la machine à lainer et à tondre fut réalisée rapidement, bien avant quelle ne soit exposée à l’Académie des Beaux Arts en 1834.

  • 84 B. Mazzoni, 1869, p. 35.
  • 85 Cf. rapport de l’Exposition des Arts et manufactures de l’Académie des Georgofili en 1838.
  • 86 G.B. Mazzoni, 1838, vol. XVI.
  • 87 B. Mazzoni, 1869, p. 62.

28En cette même année 1834, G.B. Mazzoni s’intéressait à la teinture, restée jusqu’alors le lieu de secrets de fabrication désormais dépassés. C’est – curieusement ? – à Naples qu’il alla apprendre ces secrets qui contribuent à rendre les couleurs plus luisantes et plus stables84 : on ne sait toutefois si ses expériences dans ce domaine, qui semblent lui avoir permis de réaliser des couleurs comparables à celles des plus belles manufactures de France et d’Angleterre85, furent elles aussi diffusées à Prato. La machine à lustrer les étoffes, présentée à l’exposition des Arts et manufactures organisée en 1838 par l’Académie des Georgofili, le fut en tous cas. Comme l’explique G.B. Mazzoni lui-même dans une description circonstanciée de sa nouvelle réalisation, elle avait pour objet de rendre vif et découvert le luisant du drap86, ce qui permettait enfin de rendre la production locale en tous points semblable aux meilleurs produits de l’étranger. Les années 1843-47 continuèrent à être fécondes en nouvelles productions : colle forte à l’imitation de celle de Sicile, construction du premier Jacquard travaillant à Prato, réalisation de la première carde continue, d’une pile à cylindre pour fouler les draps, et enfin une fileuse mécanique de chanvre de construction difficile, dont certains modèles anglais fonctionnaient déjà à Bologne. La réalisation de cette dernière machine conclut la série de ses travaux destinés à promouvoir les arts industriels87.

  • 88 Selon son biographe, G.B. Mazzoni fabriqua pendant quelques temps des bérets, ce qui est confirmé p (...)
  • 89 B. Mazzoni, 1869, p. 47-48.
  • 90 Idem, p. 77.

29L’entreprise de G.B. Mazzoni était alors organisée autour de trois pôles principaux : la construction de machines mécaniques, la fonderie et la production en propre de draps à l’usage de Sedan, voire de bérets à la levantine88. L’espace de la fabrique était déconcentré : l’ancien couvent de Sant’Anna, lieu initial des entreprises de Mazzoni, resta le cœur principal des activités et lieu de résidence de la famille, tandis que l’établissement à l’extérieur de la porte Serraglio regroupait les machines les plus voraces d’énergie. Plus tard, la forge serait installée dans le faubourgs de La Pietà. L’entreprise avait ainsi acquis au fil des ans des dimensions notables qui la mettait sans doute au tout premier rang des fabriques de Prato. Au tournant du siècle, G.B. Mazzoni pouvait néanmoins s’adonner tranquillement à d’autres activités sachant désormais son œuvre en de bonnes mains : il avait préparé sa succession depuis longtemps, éduquant ses fils à la fabrique comme l’avait fait Vincenzo Mazzoni, Giovacchino Pacchiani et tant d’autres avec eux. L’apprentissage s’était effectué sur place, sans autres maîtres que lui et les bons livres89. Point de séjour prolongé à l’étranger, mais des voyages d’instruction cependant aux expositions de Londres et de Paris pour prendre contact avec les réalités des pays plus avancés et assurer la mise à jour constante de la fabrique. L’œuvre éducative avait finalement porté ses fruits : ses fils Evaristo et Rodolfio, suivant les traces paternelles, s’étaient dédiés à la mécanique, et l’un était à la tête de la fonderie de fer… l’autre à la tête d’une officine où l’on travaillait toutes sortes de machines spécialement pour le travail de la laine90.

  • 91 Son nom et son œuvre réussirent cependant à dépasser les murs de Prato : reconnu par tous ceux qui (...)

30G.B. Mazzoni consacra dès lors une grande partie de son temps à la vie politique citadine, répondant ainsi parfaitement à ce que l’on attendait d’un membre de la classe dirigeante locale : premier prieur, il remplaça R. Buonamici au poste de gonfaloniere après le départ de celui-ci en 1851 et fut ensuite élu par la communauté de Prato et choisi par le gouvernement comme commissaire des hôpitaux de la ville (de 1854 à 1859). Ce n’étaient d’ailleurs pas les premières charges officielles qu’il occupait : en 1848, il s’était présenté comme député à la nouvelle chambre et avait été élu de la campagne comme conservateur ; peu de temps auparavant, il représentait officiellement Prato auprès de la Chambre de commerce de Florence pour la répartition de la taxe extraordinaire sur le commerce, il était également administrateur de diverses institutions de charité : un ensemble de responsabilités liées aux institutions politiques et caritatives locales selon un modèle de comportement tout à fait caractéristique des rapports noués entre entrepreneurs et institutions locales en ce premier XIXe siècle91. Mais avant d’y venir, il nous faut rapidement esquisser les changements d’équilibre induits par l’introduction de la mécanisation dans les territoires du textile.

Nouveautés et traditions dans les équilibres de la fabrique

  • 92 G. Bowring, 1838, p. 32-34.
  • 93 E. Repetti, 1841, IV, p. 653.
  • 94 Idem, p. 657.
  • 95 S.A.S.P., Buonamici, 27 indicazione delle fabbriche meccaniche alle quali danno moto le acque del f (...)

31Les bouleversements potentiellement plus profonds eurent lieu bien sûr dans la préparation et la filature de la laine. Avec les nouvelles machines, toutes les opérations pouvaient être accomplies dans un unique établissement mécanisé. La localisation de ces premières phases risquait de se modifier radicalement puisque le battage et le cardage dans la boutique citadine et la distribution de la matière première dans les campagnes disparaissaient. Pourtant, les fabricants ne rompirent pas totalement les relations avec la main d’œuvre rurale à laquelle ils avaient donné à filer pendant des décennies, si ce n’est des siècles : la mécanisation en effet ne touchait que le coton et la laine, et pour la filature du chanvre et du lin, qui continuaient à avoir un certain poids dans la production textile de la ville, il fallait toujours passer par le domicile des fileuses. En fait, les fabricants continuèrent vraisemblablement pendant assez longtemps à avoir recours aux services des fileuses à domicile y compris pour leurs fils de laine. La diffusion à Prato des machines de Mazzoni reste problématique en l’absence de tout relevé systématique : les premières informations datent de 1838-40. Tandis que G. Bowring note l’existence de trois filatures en 183892, Repetti, lui, n’en compte que deux à Prato, traitant annuellement de 60 à 80 mille livres de laine, soit à peu près 10 % de la consommation totale estimée en 185093 : c’est décidément très peu. Mais le chiffre est bien entendu sujet à caution car lui-même note que les canaux internes à la ville donnent le mouvement à beaucoup de machines de draperie94 : une imprécision qui en dit long sur la difficulté de connaissance exacte des transformations en cours. En effet, les nouvelles filatures s’installaient dans les anciens moulins, et il n’était pas toujours évident de savoir exactement à quel usage était présentement voués les édifices. On retrouve une telle hésitation dans un autre document contemporain énumérant les fabriques mécaniques auxquelles donnent mouvement les eaux du fleuve Bisenzio95 : cette fois encore le rédacteur de la note ne compte que deux macchine a lana sur tout le trajet du fleuve ; mais celle de G.B. Mazzoni lui-même n’est pas comptabilisée, et pour au moins deux moulins intra-muros, le rédacteur semble avoir eu des doutes sur leur destination effective. Le chiffre semble donc osciller entre un minimum de trois machines installées et un maximum de cinq, bientôt porté à six par une nouvelle création précisément datée par Repetti de 1840. Il faut donc croire que ce chiffre maximum doubla en l’espace de dix ans pour aboutir aux douze édifices installés de l’enquête de 1850 : un indice du dynamisme de cette décennie, de l’espoir retrouvé des fabricants ?

  • 96 Sur lesquels nous reviendrons dans le prochain chapitre.
  • 97 Le problème des filés restaient pendant longtemps un point assez sensible puisqu’en 1870 encore Lod (...)

32Deux remarques s’imposent : le processus de mécanisation de la filature fut lent, plus lent que n’aurait pu le faire penser l’importance des problèmes de main d’œuvre surgis aux lendemains de la Restauration ; l’installation des machines fut loin d’être le fait de tous les fabricants mais resta au contraire l’initiative d’une minorité96. La crise que connaissait le secteur de la paille dès 1826 contribua sans doute à cette relative lenteur d’installation des machines en libérant de nouveau une part de la main d’œuvre qui y était occupée. Les fileuses à main ne disparurent donc que lentement du paysage industriel de Prato, même si les réseaux s’en restreignirent progressivement à Prato et ses environs proches97.

  • 98 Ainsi, dans l’inventaire de la boutique de Caterina Caponi et de son mari Vincenzo Lastrucci, on tr (...)
  • 99 L’inventaire de la boutique de Vincenzo Zannoni en 1839 (A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, 1218) (...)
  • 100 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 28/10/1818.

33Le manque de bras n’eut pas les mêmes effets dans le tissage. Certes, quelques métiers à tisser commençaient à faire leur apparition dans les inventaires de boutiques. Leurs prix étaient extrêmement inégaux : depuis les quelques lires du métier traditionnel le plus simple à plus de 100 lires des métiers larges qui servaient à la confection d’étoffes à la mode98. Ces derniers n’étaient jamais en grand nombre, – pas plus de cinq dans les inventaires que nous avons retrouvés99 – mais ils témoignaient cependant à la fois d’une adaptation aux exigences du marché et d’une modification de la boutique traditionnelle : bien sûr, ces métiers pouvaient être loués aux tisseuses et le travail continuer de s’effectuer à domicile. Mais certains fabricants devaient conserver chez eux ces précieux métiers et y faire travailler les tisseuses, ou plutôt les quelques tisseurs qu’ils employaient. Mais cela restait dans des proportions tout à fait limitées : si la concurrence de la paille se faisait sentir ici comme dans la filature, elle n’était cependant pas assez forte pour pousser définitivement les fabricants vers les métiers mécaniques qui étaient du reste encore une rareté qu’aucun fabricant de la péninsule et du continent n’avait mis en pratique sur une large échelle. Les mécaniciens et les spécialistes de la draperie se montraient méfiants. Gaetano Mazzoni expliquait, à la suite de son entretien avec le mécanicien Morosi, grand spécialiste de machines drapières, que les métiers mécaniques ne sont en rien utiles100.

34Pourquoi ce brevet d’inutilité ? Quels facteurs rendaient la pénurie de main d’œuvre moins mortelle que dans la filature et s’opposaient fortement à l’introduction de la mécanisation dans ce domaine ? Quelques hypothèses. Tout d’abord, le type de relation entre fabricants et tisseuses : si les fileuses d’étaim, de lin, etc. étaient recrutées à des kilomètres de distance, sans qu’aucune relation directe ne s’instaure jamais entre fabricant et ouvrière, tel n’était pas le cas du tissage. La ville, les bourgs de Campi et de Sesto où il s’effectuait constituaient une zone que les fabricants contrôlaient mieux et dont la proximité supposait la connaissance. Lazzero en témoigne quand il décrit les fabricants portant personnellement le travail aux femmes : le rapport direct leur permettait de mettre en œuvre toutes leurs ressources de persuasion. Malgré la paille, les fabricants ne devaient pas avoir perdu tout argument. Les tisseuses, quoique travailleuses à domicile, étaient plus « fidélisées » que les lointaines fileuses. Plus que la distance devait surtout jouer l’importance différente des revenus textiles dans les familles. L’économie des coûts pour les fabricants était également diverse. La filature, on l’a vu, constituait une part importante des salaires versés : toute augmentation de tarifs dans ce domaine aurait signifié à plus ou moins brève échéance, la mort de la manufacture. Les choses se présentaient différemment dans le tissage qui pesait relativement moins dans l’ensemble des coûts manufacturiers. Les fabricants pouvaient sans doute se permettre de hausser les tarifs, c’est à dire en fait de les porter à leur taux « normal » qu’ils avaient toujours essayé de baisser, sans pour autant aggraver au delà du supportable les coûts de production. D’autant que personne, ni les fabricants, ni les tisseuses, n’était prêt à assumer la conséquence des changements qu’auraient ici entraîné la mécanisation et son corollaire presque obligatoire, la concentration. Si quelques entrepreneurs se lancèrent dans l’aventure de la filature mécanique, aucun ne fut tenté par les coûts et les traumatismes de celle du tissage, d’ailleurs techniquement peu au point dans la laine cardée avant 1860. On continua donc à utiliser les ressources du tissage manuel à domicile, et ce pour de longues années encore. Dans les nouveaux équilibres de la fabrique, les tisseuses acquéraient donc une importance relative majeure, tout en restant géographiquement dispersées entre les bourgs proches de Campi et Sesto et la ville. En effet, celle-ci exerçait toujours au XIXe siècle un rôle essentiel dans les équilibres de la fabrique.

Toujours la ville

  • 101 A. Dewerpe, 1985, p. 335 et suivantes, montre bien en effet comment l’offre de travail est essentie (...)
  • 102 A. Dewerpe, 1981, p. 282 ; de même C. Poni a insisté sur la nécessité de reconsidérer le rôle de la (...)
  • 103 Cf. A. Guenzi, 1997.

35Le processus de ruralisation fut effectivement plus réduit qu’ailleurs. Voilà qui sépare une fois de plus le cas de Prato du modèle proto-industriel « classique », ou même de celui qu’a étudié Alain Dewerpe en Italie septentrionale101. Mais beaucoup d’études ont désormais souligné la place des travaux domestiques effectués dans l’enceinte même des murs : en ce qui concerne l’Italie, et plus spécialement la vallée du Liri, A. Dewerpe avait déjà souligné la complémentarité plus que l’opposition entre les espaces de la ville et de la campagne102. A Prato, comme à Arpino, comme à Bologne, et dans bien d’autres villes, italiennes ou non, se trouvait une population traditionnellement disposée, et habituée, à s’engager dans les travaux industriels103. La ville semblait même attirer une partie de la population du contado, notamment les femmes qui espéraient y trouver des occasions alternatives à l’agriculture. Les sondages effectués dans les registres d’état civil de l’époque napoléonienne montrent en effet que très peu de femmes se déclaraient sans profession et que le textile venait en tête de leurs activités. Si les pourcentages d’hommes employés dans le textile étaient alors nettement plus faibles, les travaux les plus qualifiés leur restaient réservées.

  • 104 S.A.S.P., Comune, 704, 26/3/1811.

36A l’époque napoléonienne, l’offre de travail urbaine était donc particulièrement importante. Moins saisonnière que celle des campagnes, la main-d’œuvre était sans doute fidèle mais le manque de travail y était particulièrement mal ressenti : il fallait y pourvoir sous peine de créer une situation sociale explosive. Le maire exprimait à sa façon en 1811 un avis partagé par ses concitoyens : le peuple qui demande de l’occupation pour vivre a selon moi un droit d’obtenir ce qu’il demande à la société à laquelle il a été utile104 ; une nécessité qui resta toujours à l’horizon des entrepreneurs et plus généralement de la classe dirigeante de la ville, nous le verrons dans un instant.

Graphique 39. Professions déclarées par les femmes à leur mariage 1808-1809-1810 (452 cas)

Graphique 39. Professions déclarées par les femmes à leur mariage 1808-1809-1810 (452 cas)

Source : S.A.S.P., Stato civile, 3140, 3141, 3142

Graphique 40. Professions déclarées par les hommes à leur mariage 1808-1809-1910 (452 cas)

Graphique 40. Professions déclarées par les hommes à leur mariage 1808-1809-1910 (452 cas)

Source : S.A.S.P., Stato civile, 3140, 3141, 3142

  • 105 Pour cela voir notamment les réflexions de C.A. Corsini, 1989, p. 402 et suivantes.

37Le recensement de 1841 permet de mesurer le poids du textile dans la ville. Les résultats diffèrent quelque peu de notre « sondage » matrimonial, antérieur, il est vrai, de trente ans. Les femmes semblent s’être désengagées des activités. Le nombre de celles qui ne déclare aucune profession a cru de façon considérable, ce qui pose les deux questions habituelles du sous-enregistrement des professions féminines, et d’un retour réel des femmes au foyer. Faire la part entre ces deux facteurs est une tâche ardue, si ce n’est impossible, d’autant qu’il faudrait évidemment entrer dans plus de détails : les femmes jeunes nubiles étaient les principales à offrir leurs bras aux travaux textiles, changeant généralement d’occupations après leur mariage et la naissance des premiers enfants105, selon un schéma bien connu. Ces changements au cours du cycle de vie peuvent expliquer certaines différences entre les données du recensement et celles des registres de mariages : alors que ces derniers enregistrent les déclarations de professions des jeunes filles, le recensement prend en compte l’ensemble de la population féminine, parmi laquelle de nombreuses mères de familles ayant abandonné l’activité après leur mariage.

Graphique 41. Profession des femmes de plus de 14 ans à Prato en 1841

Graphique 41. Profession des femmes de plus de 14 ans à Prato en 1841

Source : A.S.F., Stato civile, Censimento 1841.

  • 106 Idem, p. 363.

38Le textile garde toutefois un poids notable, plus de 1000 femmes déclarant officiellement s’y occuper, ce qui laisse évidemment présager que le nombre réel et/ou potentiel était plus élevé. En ce qui concerne les hommes, certaines différences – notamment en ce qui concerne les activités agricoles – viennent de ce que les données de 1841 concernent exclusivement les paroisses urbaines, alors que parmi les registres de mariage de 1808 pouvaient s’être glissées des couples du contado venus se marier en ville ; d’autre part, les prêtres ne se mariant pas, nous ne pouvions bien sûr pas les trouver parmi nos listes de 1808. La tendance est cependant bien inverse à celle constatée pour les femmes : le poids du textile dans l’occupation masculine s’est accru, des évolutions étaient en cours. Elles résultaient, pour une part, de l’introduction des machines dans la manufacture (… qui) créa des déséquilibres à l’intérieur de la famille entre hommes et femmes et consolida ensuite la prédominance masculine106.

Graphique 42. Professions des hommes de plus de 14 ans à Prato en 1841

Graphique 42. Professions des hommes de plus de 14 ans à Prato en 1841

Source : Stato civile toscano, Censimento, 1841.

L’évolution des rôles dans la manufacture

  • 107 Ainsi A. Dewerpe, 1985, p. 337 rappelait-il que les mutations introduites par l’expansion mesurée d (...)
  • 108 J’insiste néanmoins sur le fait qu’il ne s’agit là que d’une hypothèse car il faudrait démontrer qu (...)
  • 109 Pour les problèmes des rôles sociaux dans l’industrie textile de la fin du siècle, nous renvoyons à (...)

39Les vicissitudes du tissage sont exemplaires à plus d’un titre. Jusqu’aux années 1825 à peu près, les femmes étaient largement majoritaires ; point, ou si peu, d’hommes dans le métier. A la fin du siècle, il n’est plus question que d’eux, ou presque. Que s’est-il passé ? Le thème mériterait une recherche approfondie qui étudie le glissement des rôles des différents membres du noyau familial107. Quelques hypothèses sont néanmoins possibles : à l’époque moderne, au fur et à mesure que les draps se tissaient plus grossièrement et sur des métiers étroits, ce travail déconsidéré et mal payé avait été abandonné aux femmes108. Cette situation persistait encore au début du XIXe siècle. Mais au cours des premières décennies de ce siècle a lieu une certaine revalorisation du tissage : les tissus s’améliorent, les métiers larges refont leur apparition, les premiers Jacquard et les métiers capables de réaliser les étoffes ouvrées sont introduits. Ces métiers coûtent plus chers, et sont au départ achetés par les fabricants, ou par les institutions pieuses qui les installent dans leurs ateliers spécialisés. Les hommes retournent vers les métiers. La paille, qui attire de plus en plus de femmes, anciennes tisseuses ou non, n’a sans doute pas été étrangère dans cette redécouverte du métier par les hommes. Un nouvel équilibre familial s’instaurait, laissant la femme à la paille et les hommes au tissage plus prisé, et plus cher payé. Ils devinrent peu à peu maîtres du secteur et le restèrent, y compris après la mécanisation, non sans problème toutefois109.

  • 110 C. Pazzagli, 1989, p. 190.

40D’une façon générale en effet, les entreprises mécanisées utilisèrent essentiellement la main-d’œuvre masculine, adulte ou non : c’est le cas en particulier des filatures, dans lesquelles les garçons entraient comme renoueurs de fil puis devenaient fileurs. Aucune femme, ou presque, dans ces établissements qui mécanisaient, mais aussi masculinisait, un travail traditionnellement féminin. Encore une fois, l’attrait que la paille exerçait sur les femmes fut sans doute pour beaucoup dans cette nouvelle répartition des tâches dans l’industrie textile. Elle permit certainement de ne pas remettre en cause les rôles traditionnels au sein de la famille : la femme tresseuse de paille restait à la maison où elle pouvait accomplir les travaux domestiques et agricoles tandis que les hommes entraient dans les fabriques. L’absence de diffusion préalable du travail textile masculin à domicile facilitait sans doute ce passage : devenir fileur n’était pas un abaissement, mais une promotion pour ces anciens operanti si nombreux dans la première partie du siècle et qui semblaient fournir la principale source de main-d’œuvre des nouvelles entreprises. Ils se transformèrent en modernes ouvriers qui opèrent dans diverses branches d’activité industrielle à commencer bien sûr par la laine110. Les femmes restaient nombreuses dans le textile, mais elles étaient maintenant employées pour l’ourdissage des toiles et pour la vérification des draps, avant de l’être comme trieuses de chiffons : dans l’entrepôt, le magasin ou la maison, comme le résume A. Pescarolo. Si elles entraient en fabrique, elles le faisaient de toutes façons avant le mariage et peu après.

  • 111 F. Ramella, 1984, p. 40 et suivantes.
  • 112 F. Ramella, 1984, p. 242 et suivantes.
  • 113 A. Dewerpe, 1985, p. 349-50.

41Les rôles évoluèrent donc effectivement profondément. La masculinisation de la filature et du tissage représente une spécificité supplémentaire de Prato par rapport aux autres centres textiles de la péninsule. En effet, si à Biella également, l’introduction de la filature mécanique signifia le retour au travail des hommes111, le mouvement fut inverse pour le tissage qui, mécanisé, devint l’apanage des femmes112, comme ce fut aussi le cas à Schio113. Ce mouvement était encouragé par la convenance financière du fabricant, qui payait bien moins la main-d’œuvre féminine, et par le mépris des hommes envers le travail mécanisé qui dévalorisait leurs traditionnels savoir-faire de travailleurs textiles à domicile. Les choses étaient exactement inverses à Prato : mais dès lors qu’on y employait plus d’hommes dans le textile, les problèmes de coûts salariaux comme de maintien de la paix sociale s’y posaient d’une façon cruciale pour le maintien du dynamisme du territoire. En cela, les institutions locales jouèrent un rôle fondamental.

3. L’importance renouvelée des institutions

  • 114 M. Scardozzi, 1991, p. 452.
  • 115 Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que prendrait naissance l’Union Industrielle de Prato.

42La Restauration signifia, en Toscane comme ailleurs, une remise en ordre de l’Etat après l’épisode napoléonien. Le Grand Duc Ferdinand entendait rétablir l’intégralité des anciennes institutions, mettant ainsi en œuvre un processus « d’involution juridique » qui toucha de nombreux aspects de la vie du Grand Duché. Les institutions « commerciales » mises en place par le précédent régime vivaient des heures difficiles. A Florence, il fallut attendre quatre ans pour que le sort de la Chambre de commerce soit fixé, un signe de la faible considération du gouvernement restauré pour les « négociants » citadins114. Le maintien de la Chambre de Florence contrastait cependant avec l’abolition immédiate de la Chambre consultative d’Arts et métiers et du tribunal commercial de Prato. Privés de ces institutions, étrangers à la Chambre de commerce de Florence, les entrepreneurs de Prato ne disposaient d’aucun moyen de représentation et se trouvaient dépourvus de la possibilité d’ébaucher une politique de groupe115. Si, en quelques occasions, les décisions de l’Etat semblaient devoir les satisfaire, c’était plus le fait d’une rencontre fortuite que d’un accord dûment prémédité car même au sein des institutions potentiellement les plus aptes à les recevoir, les entrepreneurs de Prato étaient absents. Ainsi dans la Reale Accademia Toscana di Arti e Manifatture, progressivement détachée de l’Accademia delle Belle Arti dont elle n’était initialement que l’un des départements, les membres de la vieille aristocratie florentine figuraient à titre de membres d’honneur et sur 243 membres, les fabricants n’étaient que 18 ; parmi eux, seul Giovan Battista Mazzoni venait de Prato. Ainsi, sur le plan des relations entre entrepreneurs et Etat, les choses n’avaient finalement fait qu’empirer par rapport à l’époque léopoldine et napoléonienne. Les entrepreneurs pouvaient par contre toujours compter sur les institutions municipales.

Le magistrat restauré

  • 116 Legge relativa alla Riforma delle comunità del Gran Ducato, Delle Magistrature, art. IV et suivants

43En 1815, les villes toscanes retrouvèrent les magistrats communautaires qu’y avait installé la réforme de Pierre Léopold : gonfalonier, prieurs et Conseil général refirent leur apparition, sans grande modification initiale. Les bourses furent reconstituées et Prato conserva le privilège d’en constituer une spécifique de citadins, en plus de celles ordinaires de nobles et possédants : en apparence, rien ne changeait. En fait, le doublement du cens requis par rapport à celui établi en 1774 indiquait clairement l’intention de s’appuyer sur un groupe plus restreint qu’auparavant. De plus, le gouvernement de Ferdinand III ne cessa de limiter les compétences de l’administration locale, de centraliser les décisions et de se réserver le choix du personnel, limitant de cette façon les possibilités de jeu au niveau local : d’une part, le gonfalonier n’était plus tiré au sort mais directement nommé116 – avant d’être transformé en fonctionnaire gouvernemental – ; d’autre part la pratique de plus en plus courante de le laisser en charge pendant six ans ralentissait la rotation de cette charge dans le cercle des familles nobles.

  • 117 Une continuité que tous considéraient comme normale dans une Toscane où la Restauration ne signifia (...)
  • 118 Ce sont ainsi trois des fabricants les plus importants qui accèdent à cette charge dans l’espace de (...)
  • 119 S.A.S.P., Comunale 514, Deliberazioni e partiti riguardanti le Tratte del Gonfaloniere, Priori e Co (...)

44L’élite locale n’eut cependant pas à se plaindre trop amèrement de ces modifications, dans la mesure où les gonfaloniers continuèrent à sortir de ses rangs : l’on vit donc les Buonamici, Vai, Cicambelli, Naldini, les noms de toujours, se succéder dans cette charge restée prestigieuse. On y trouva également pendant six ans (1820-25) Giuseppe Martini, l’un des principaux lanaioli de la ville, un entrepreneur qui voyait ainsi confirmé et sanctionné les succès de sa famille, patiemment mais assez rapidement collectés en un demi-siècle d’ascension manufacturière. Giuseppe Martini n’était d’ailleurs pas un néophyte des charges institutionnelles puisqu’il avait fait partie de la municipalité napoléonienne117. Il retrouvait dans le magistrat restauré d’autres entrepreneurs textiles, notamment Vincenzo Pacchiani, oncle de Giuseppe, ardent protagoniste, lui, de la municipalité française. La famille Pacchiani participait régulièrement aux institutions municipales jusqu’à ce qu’Alessandro, le fils de Giuseppe, devienne à son tour gonfalonier, après G.B. Mazzoni118. Le magistrat restauré de 1814 semblait vouloir conserver l’équilibre entre possédants et marchands qui avait caractérisé la période napoléonienne : ses six membres se répartissaient également entre chacune des deux grandes catégories, le compte était arithmétique119. Il est pourtant improbable qu’une telle répartition ait survécu par la suite : les trois bourses ayant été remises en vigueur, les marchands perdaient leur qualification et redevenaient citadins ou possédants et ne pouvaient en tous cas être les seuls détenteurs des prieurs extraits de ces deux bourses. Leur nombre était donc par la suite réduit.

  • 120 L’examen des prieurs porte à de semblables conclusions : un peu plus d’un quart provenait de famill (...)
  • 121 Z. Ciuffoletti, 1989, p. 1242.
  • 122 Certaines de ces familles avaient d’ailleurs été intégrées à la noblesse après la Restauration, ain (...)

45La liste des citadins réadmis à cette qualité en 1814 permet d’estimer que 40 % des 116 nouveaux admis provenait de familles liées au textile. Ce chiffre assez élevé est en accord avec la place de l’activité dans la ville et témoigne de la respectabilité atteinte par ces familles. Cependant, dans la majorité des cas, le lien avec l’activité textile était plus un souvenir du siècle précédent qu’une réalité présente : les héritiers sont plus nombreux que les actifs entrepreneurs parmi ces listes ; et lorsque la laine s’engrange encore dans la maison, cela fait longtemps que les magasins familiaux en regorgent : ce ne sont pas les nouveaux venus du textile qui acquièrent droit de cité à Prato. La liste des citadins de 1842, dans laquelle les familles textiles ne représentent plus qu’un peu moins du tiers de l’effectif, confirme l’idée d’une relative fermeture vis à vis des familles ayant le plus récemment réussi dans le secteur. Mais au fond, c’était déjà ce qui se passait au XVIIIe siècle : la citoyenneté n’avait jamais été uniquement fonction de la fortune ; le temps était toujours nécessaire pour que les nouvelles richesses soient assez respectables pour être admises au sein de l’élite de la ville. Le textile était donc représenté par ses membres les plus accrédités, dont la permanence était une garantie d’intégration dans un système complexe120. Il semble donc exagéré d’affirmer que le peu de familles nobles de Prato… avaient en main le gouvernement d’une ville, qui, au contraire, voyait émerger toujours plus les couches bourgeoises liées à ses florissantes activités économiques et commerciales121. Les « couches bourgeoises » participaient bien à la gestion de la ville122, sans pour autant jamais pouvoir prétendre à l’hégémonie. Le renouvellement des élites économiques était certes plus rapide que celles des dirigeants politiques, mais rien ne semble indiquer que se créa un décalage entraînant incompréhensions et exclusions, ressentiments et oppositions. La lutte politique ne semblait pas être animée d’une vie particulièrement intense, ni de rivalités exprimant de possibles divergences d’intérêts économiques. Comme au siècle précédent, la gestion de la communauté semblait respecter les intérêts communs d’une classe dirigeante parmi laquelle figuraient les représentants reconnus de l’industrie textile. Leur place dans la gestion des institutions pieuses de la communauté est particulièrement significative. En effet, celles-ci jouaient un rôle croissant dans le fonctionnement du territoire manufacturier.

Les « membres de la Communauté »

  • 123 S.A.S.P., Comune, 703, 2/8/1809.
  • 124 C. Pazzagli, 1989, p. 142. Ces estimations sont tirées de l’étude du recensement de 1841. Les estim (...)

46La Commune de Prato était en effet dotée d’importantes institutions pieuses, que nous avons déjà vu fonctionner pour le plus grand bien des manufactures à l’époque napoléonienne. Le maire Mazzoni rappelait alors les motifs de fondation de la plus prestigieuse d’entre elles et indiquait les orientations politiques de l’utilisation de leur important patrimoine : la Pia Casa dei Ceppi, par la disposition de son fondateur, Francesco Datini, est un patrimoine laissé aux pauvres de cette ville… cet unique établissement de subsides est devenu indispensable dans une ville de trafiquants pour les pauvres misérables… manquant tout d’un coup ces subsides, on enlèverait une bouchée de pain à un grand nombre de misérables qui n’ont pas d’autre moyen de vivre… surtout quand les industries citadines étaient en crise : parce que la classe indigente, dans un temps où les travaux diminuent, spécialement dans le commerce, a plus besoin que par le passé d’être secourue, dans un pays manufacturier, et enfin parce que les réclamations et les lamentations de tant de pauvres qui attendent de jouir des secours charitables desquels ils ne peuvent se passer sans entrer dans un état d’entier désespoir, seraient insupportables123. Il valait mieux pour tout le monde que ce point de rupture ne soit pas atteint. Prato comptait effectivement beaucoup de misérables – certaines estimations considèrent comme telle plus de 60 % de la population urbaine124 –, mais aussi de solides institutions destinés à les secourir, conditions de possibilité d’un équilibre sans heurt majeur.

  • 125 E. Stumpo, 1986, p. 286.
  • 126 Idem, p. 296.

47Outre la Casa Pia dei Ceppi, les deux hôpitaux, le Mont de piété, les « œuvres » du Cingolo et de S. Maria delle Carceri étaient les principales institutions qui dépendaient étroitement de la Commune. Ce que le maire oubliait de dire, c’est que les pauvres n’étaient pas les seuls bénéficiaires de ces institutions dont les principales familles de Prato se disputaient les charges dès le XVIIIe siècle. En effet, faire vie politique à Prato signifiait… désormais non pas tant la participation à une activité politique autonome… que la participation directe ou indirecte à la distribution des rentes publiques, liées pour la plus grande part à celles des lieux pieux125. Si les charges communales étaient recherchées, ce n’était pas tant pour leur intérêt intrinsèque que parce qu’elles ouvraient les portes de ces fonctions, bénéfiques à plusieurs titres et de différentes façons : en tout premier lieu parce que les charges duraient plus longtemps et étaient rémunérées sans parcimonie ; c’est au total 25 à 30 000 lires que se partageaient sous forme de « salaires » les familles dominantes, soit cinq fois plus que le revenu du principal impôt foncier. Ces sommes versées comptant n’épuisaient d’ailleurs pas l’ensemble des avantages dont une bonne part était distribué en nature : certaines années les Ceppi arrivaient à dépenser en récompenses et dons presque mille écus par an, c’est à dire autant qu’ils dépensaient annuellement pour l’ensemble de l’assistance aux pauvres126. Ainsi les Ceppi apparaissaient être la manne des pauvres, par leur politique d’assistance, mais aussi de la classe dirigeante par la rétribution des charges, la distribution des bourses d’études dans la ville ou à Pise, par l’attribution des dots fondées par de nombreux legs pieux etc. Du reste, l’action de ces institutions contribuait également à resserrer les liens entre classe dirigeante et couches populaires urbaines car ceux qui participaient à la gestion des institutions pouvaient favoriser les familles qui leur étaient dévouées dans un système de clientèle qui renforçait le pouvoir des familles dirigeantes. Les principaux acteurs du textile figuraient en bonne place parmi les responsables des principales institutions de la ville dès le XVIIIe siècle, et il le restèrent bien entendu au XIXe siècle. On ne s’étonnera donc pas de voir les fils de ces entrepreneurs bénéficier des postes d’enseignement gratuits, les filles des dots, et les ouvriers des secours : le monde textile s’insérait dans les réseaux de clientèle et de pouvoir.

48Si les institutions pieuses soutenaient de façon multiple et diversifiée les activités manufacturières, il convient d’insister sur deux rôles importants qu’elles remplirent au XIXe siècle : d’une part, elles servirent de lieux d’apprentissage technique à la main d’œuvre et d’autre part, elles contribuèrent à apaiser les tensions sociales qui naissaient lors de l’introduction des mécaniques.

L’éducation technique de la main d’œuvre

  • 127 Nous avons déjà rencontré C. Chiti installant dans sa maison une école pour la filature du coton cf (...)
  • 128 En 1818, un certain Nuti installait dans sa maison une école pour la filature de l’étaim : sa femme (...)
  • 129 Cf. chapitre 7.
  • 130 Les écoles communales, bien qu’existantes sur le papier, ne fonctionnaient pratiquement pas, laissa (...)
  • 131 G. Turi, 1989, p. 1143.

49Point de problème tant que les outils connus depuis des générations restaient en usage. Mais toute tentative innovatrice se heurtait rapidement au besoin de formation d’une main d’œuvre éloignée et dispersée : l’organisation proto-industrielle ne favorisait sûrement pas le changement dans les habitudes de travail, surtout dans la filature et le tissage, les deux plus gros secteurs d’emploi d’une main d’œuvre extra-citadine et difficilement contrôlée par les fabricants. Ils l’avaient déjà appris à leurs dépens au XVIIIe siècle quand ils avaient souhaité, impuissants, la diffusion du molinello pour la filature. Pendant l’occupation française, les efforts faits pour la diffusion des nouvelles méthodes de filature abordèrent d’une façon nouvelle le problème : des « écoles » furent crées par certains fabricants dans leur propre maison pour l’apprentissage des nouvelles techniques127. Ces tentatives individuelles et privées se poursuivirent après la Restauration128. Ces solutions entièrement privées témoignaient des nouveaux besoins en meilleurs filés et en formation. Mais elles faisaient dépendre la formation de la main-d’œuvre uniquement des efforts individuels de quelques uns. Les coûts risquaient d’être élevés, à la fois pour ces entrepreneurs privés et pour toute la communauté fabricante si la formation de la main d’œuvre s’avérait insuffisante. L’autre solution inaugurée à l’époque française fut donc d’installer dans les institutions de charité des laboratoires équipés du nouvel outillage technique, comme ce fut le cas en 1809 avec la nouvelle fileuse mécanique de S. Gualandi129. Cette initiative avait appris aux fabricants les multiples avantages que pouvaient avoir dans ce domaine avoir les institutions pieuses : d’une part, elles soulageaient la communauté fabricante du poids de l’apprentissage, d’autre part elles garantissaient une main-d’œuvre formée et disponible pour tous, – ce qui n’était au contraire pas évident dans le cas d’une prise en charge totalement privée –, et enfin, elles liaient intimement formation, travail, et instruction – religieuse et civile. En effet, en présence d’une instruction publique très lacunaire130, c’étaient les institutions pieuses qui remplissaient l’essentiel du rôle éducatif, à l’enseigne du mariage travail-éducation-instruction, constituant pendant longtemps un mérite et un trait caractéristique de Prato « industrieuse »131.

  • 132 G. Limberti, 1849.
  • 133 Rappelons les Scole Leopoldine de Pistoia, où Vincenzo Mazzoni et Giovacchino Pacchiani envoyaient (...)
  • 134 G.Turi, 1989, p. 1143.
  • 135 G. Arcangeli Poesie e prose, I, Firenze, 1857, p. 362, cité par G. Turi, 1989, p. 1144.
  • 136 S.A.S.P., Comune, 763, Lettre de G. Magnolfi, alors tout nouveau directeur des écoles de S. Caterin (...)
  • 137 B. Mazzoni, 1869, p. 46 : l’auteur rapporte qu’ils furent installés dans le laboratoire vers 1850.
  • 138 Pour de semblables considérations cf. E. Menduini, 1971-72, p. 429.
  • 139 G. Limberti, 1849.
  • 140 D’après l’article déjà cité du Calendario Pratese, de 1850, la Casa Pia dei Ceppi versait plus de 1 (...)

50Premier par l’ancienneté et le nombre d’élèves, le Conservatorio delle Pericolanti ou de Santa Caterina, accueillait un peu plus d’une trentaine de pensionnaires, mais plus de 300 élèves externes qui s’adonnaient au travail du tricot, du tissage, à la filature132. Fondé en 1688 pour aider les filles abandonnées et en péril, il n’avait pris son véritable essor qu’à partir de sa réorganisation, en 1786, sous l’impulsion des réformes léopoldines qui créèrent dans la plupart des villes des foyers consacrés à l’éducation des jeunes filles et directement destinés à leur apprendre un métier133. Après la Restauration, l’institution connut une nouvelle fortune, s’intégrant parfaitement dans le cadre social de Prato. Les Scuole di S. Caterina furent même organisées en 1816 : sorte de complément au Conservatorio, elles étaient cependant administrées indépendamment. Les jeunes filles y filaient et tissaient avec de précises intentions productives134, à tel point qu’il fallut attendre 1833 pour que les élèves fréquentent l’école du lire et écrire dans les heures de repos135. Le Conservatorio et les Scole étaient ainsi des réservoirs de main-d’œuvre, mais pouvaient également être de possibles vecteur de diffusion de techniques ou de productions nouvelles. Les laboratoires firent en effet constamment preuve de leur réceptivité face aux exigences de la production en accueillant tour à tour les bonnets levantins, les premières fileuses mécaniques, les métiers larges136 et enfin les premiers Jacquard construits par G.B. Mazzoni137. Cette organisation de patronage professionnel et technique, imprégnée d’une morale religieuse et d’une éthique du travail salvateur, s’avérait correspondre parfaitement aux vœux des entrepreneurs, satisfaits de trouver à leur disposition une main-d’œuvre soumise, qualifiée et à bas prix138. L’intérêt n’était cependant pas forcément à sens unique : les Conservatori assuraient aux femmes une formation professionnelle et un emploi, et leur fournissaient souvent les moyens de se marier grâce aux nombreuses dots octroyées aux jeunes filles de ces institutions que finançaient le plus souvent la Casa Pia de’ Ceppi. Même si, contrairement aux espoirs de certains139, le Conservatorio ne devint jamais un institut communal, le contrôle de la classe dirigeante locale sur l’institution était totale, et c’était la Casa Pia de’ Ceppi qui en finançait largement le fonctionnement140.

  • 141 S. Ceccatelli, 1900.
  • 142 Lettre de Magnolfi de 1837, cité par R. Papi, 1967, p. 19.
  • 143 Sur le personnage et son action, outre les deux ouvrages précédemment cités, cf. G. Bisori, 1967.
  • 144 S.A.S.P., Comunale, 514, Tratte 1832.

51Un système fonctionnel à la production de la ville s’était donc mis en place à la fin du XVIIIe siècle et pendant les premières années de la Restauration. Il manquait pourtant un système équivalent pour les hommes. Après la faillite de l’Ecole d’Arts et Métiers, aucune institution n’en avait pris la place, même si le besoin s’en faisait toujours sentir. L’Orphelinat technologique créé par G. Magnolfi en 1838 vint partiellement combler ce vide. Salué plus tard comme père des orphelins et ami des ouvriers141, G. Magnolfi annonçait en 1837 à Neri Corsini son désir d’être utile… à ces garçons qui pour être restés orphelins sont abandonnés à eux mêmes… j’ai préparé un appartement… ils y seront maintenus… instruits dans les devoirs de religion et de civilité… instruits dans quelque art pour se rendre utiles à eux-mêmes et à la société142. Ce n’était là que l’une des multiples opérations de Magnolfi143 dans le domaine de la charité puisqu’il avait déjà été chargé par la municipalité, en 1833, de la réorganisation des écoles de S. Caterina et avait été l’instigateur de la création d’un Asilo Infantile sur le modèle des réalisations contemporaines de Mayer. Difficile pourtant de faire de lui un simple bienfaiteur désintéressé. Magnolfi était en fait un entrepreneur chanceux et habile qui, de simple menuisier était devenu trafiquant, multipliant les boutiques de droguerie, de mercerie, s’engageant dans le trafic du fer de la Magona de Pistoia et achetant même une ferriera à S. Marcello. Il réussissait ainsi à accumuler en peu d’années une fortune notable, qui lui permettait d’être « élu », en 1832, « prieur possédant » de la municipalité144. Dès lors, on le trouve impliqué dans toutes les affaires de ce temps : caisse d’Epargne, institutions pieuses, construction de la voie ferrée, etc. Les ressources, personnelles et relationnelles, ne lui manquaient donc pas pour faire aboutir son projet d’orphelinat technologique. En 1838, les Ceppi étaient autorisés à recevoir des dépôts du nouvel institut et à le créditer de 1500 écus provenant d’un héritage récemment reçu. L’orphelinat était déclaré d’utilité publique, placé sous la tutelle du gouvernement et s’installait dans l’ancien couvent de La Pietà, dans les faubourgs de Prato. En 1841, il prenait son véritable essor par l’agrandissement et la réalisation des ateliers de travail, la nomination de G.B. Mazzoni comme aide-directeur. Dès lors, on y enseignait à lire, écrire, faire les comptes, tandis que Mazzoni apprenait aux élèves les rudiments de géométrie, sciences naturelles, physique, chimie, géométrie, histoire et français. L’institut fut salué cette même année par une délégation du Congrès des Scientifiques Italiens, tenu à Florence.

  • 145 S. Ceccatelli, 1900.
  • 146 G. Turi, 1989, p. 1144.

52Cela n’empêchait pas une certaine hostilité dans la ville même : d’aucuns craignaient les retombées néfastes des diverses fabrications mises en route, d’autres redoutaient la concurrence d’un Magnolfi armé d’une solide équipe à sa direction et dévotion. Surtout, contrairement à tout le réseau d’institutions pieuses existant dans la ville, l’Orphelinat relevait de la seule compétence de Magnolfi qui n’entendait partager avec personne son rôle de direction. Magnolfi faisait bien figure de père, dont l’autorité s’appuyait sur celle de la religion, considérée élément principal, fondement de la discipline145 : éducation au travail et éducation religieuse allaient ici aussi de pair. L’Orphelinat, qui bientôt élargit les bases de son recrutement aux enfants de familles pauvres, se profilait comme un institut de bienfaisance en mesure de stimuler la production et d’exercer un contrôle paternaliste146 et devenait ainsi, malgré certaines spécificités, l’un des éléments clés de l’éducation professionnelle de la ville. Les ateliers installés, menuiserie et forge, reflétaient sans doute les intérêts premiers de Magnolfi. En 1856, la forge mise sur pied par G.B. Mazzoni se transférait dans les locaux de l’Orphelinat, où Louis Cornet continuerait d’habiter et d’exercer jusqu’à sa mort ; mais on s’y occupait aussi de tissage, premier pas vers le retour des hommes au métier.

53Pour les hommes comme pour les femmes, le milieu local avait donc été capable de relever le défi de l’instruction professionnelle de la main d’œuvre locale : il l’avait fait à sa manière, en accordant une place de choix aux institutions pieuses, publiques mais aussi privées, à l’enseigne de la religion et de l’efficacité, pour produire des ouvriers qualifiés et craignant Dieu : une crainte nécessaire pour éviter de trop profondes lacérations du tissu social.

Institutions pieuses et pacification sociale

  • 147 Déjà évoqué plus haut ; S.A.S.P., Mazzoni, 1810.
  • 148 B. Mazzoni, 1869, p. 27 : Préjugé ou peur de voir les machines voler le travail ? Giovan Battista M (...)
  • 149 B. Mazzoni, 1869, p. 34.
  • 150 B.R.P., Carte Guasti, 69 ; A.S.F., Segreteria di gabinetto, appendice, 16, ins. 1/B, f.422-24 ; G. (...)
  • 151 Cette affirmation, rapportée dans le rapport du 7 décembre, est ensuite démentie par les Pacchiani. (...)
  • 152 Dont nous n’avons pas retrouvé les actes mais le rapport du Buongoverno indique les noms des princi (...)
  • 153 Cf. bien sûr le luddisme anglais E.P. Thompson, Paris, 1988 (édition française), ou les menaces con (...)
  • 154 Le rapport du Buongoverno sur le tumulte de 1831 contribue d’ailleurs à éclairer, même faiblement, (...)

54Le premier accueil des nouveautés techniques avait en effet été plutôt froid : en 1810, les femmes refusèrent de filer le coton sur les machines nouvellement introduites147. En 1817-18, les tisseuses boycottèrent le fil obtenu grâce aux nouvelles machines de G.B. Mazzoni car elles disaient que le fil ne résisterait pas et se casserait seulement à ourdir les toiles148. Puis ce furent les battilani qui s’agitèrent à mesure que s’installaient machines à carder et à filer : ils élevèrent la voix d’abord contre le fabricant des machines, puis contre l’invention et l’usage de celles-ci. Ce fut pendant longtemps l’argument des discours du peuple,…ceux qui se retenaient lésés par les nouvelles inventions, déchargeaient leur mécontentement dans quelques démonstrations hostiles à Mazzoni149. Episodes sporadiques, insultes isolées contre le coupable, mais aussi véritable tumulte, qui eut lieu le 6 décembre 1831 aux cris de « A bas les machines, mort au chef des machines »150 : Mazzoni n’était plus le seul objet des contestations. Tous ceux qui avaient décidé d’introduire les nouveautés étaient également visés, spécialement les Pacchiani qui étaient, aux dires du rapport du Buongoverno justement sur le point de mettre en activité des machines pour le travail de la laine151 : le début de diffusion de la mécanisation provoquait les craintes des ouvriers. On fit bien un procès aux coupables152, mais la grogne ne se fit en fait jamais réellement sérieuse : rien des fureurs connues ailleurs contre les machines153. Les battilani en effet étaient seuls à être touchés de plein fouet par la mécanisation et ne pouvaient trouver appui et compréhension en aucun autre groupe de la manufacture : les fileuses, lointaines et dispersées, ne souffraient pas de la disparition d’un travail qu’elles avaient elles-mêmes abandonnées sous la poussée de la paille. Les tisseuses, elles aussi dispersées, profitaient au contraire de leur position de force pour imposer une réévaluation des salaires. Les tondeurs étaient plus proches des entrepreneurs que des ouvriers. Dans ces conditions, les démonstrations des battilani pouvaient difficilement dépasser le stade de l’émotion. En fait, les manifestations de mécontentement tendaient sans doute à faire entrer en action en leur faveur les mécanismes d’assistance existant dans la ville154. En effet, les bonnes âmes se préoccupaient au rythme d’un refrain sorti de la plume de Guadagnoli en 1840 :

  • 155 Cité par Sereni, 1950.

Et maintenant que les machines font tant de bruit
Rotscild (sic) sait si nous allons bien ou mal pour l’argent
Mais que faire de tant de gens en chômage
pleins de vices, et privés de morale,
qui a faim et veut manger matin et soir ?
Nous progresserons vers la prison
A quoi sert d’être dans le siècle des lumières
Si nous ne nous voyons à cause de la faim ?155

55Si le couplet synthétisait assez bien l’ensemble des thèmes anti-industrialistes qui fleurissaient alors en Toscane, il ne reflétait cependant pas l’esprit de la ville dont la classe dirigeante et intellectuelle était consciente à la fois de la spécificité de Prato, îlot « industriel » dans un pays à vocation agricole, et de la nécessité de la mécanisation, dont on relevait fièrement qu’elle était réalisée grâce à l’ingéniosité locale. Mais ce processus nécessaire devait lui-même s’accompagner de mesures visant à limiter les mécontentements et à maintenir cohésion et paix sociale.

  • 156 B. Mazzoni, 1869, p. 34.
  • 157 Une étude des micro-conflits de la ville de Prato serait pourtant intéressante à mener pour confirm (...)

56La générosité individuelle suffisait souvent, comme le rapporte le biographe de Mazzoni : le plus souvent quand les mécontents n’étaient pas en nombre, il mettait la main à la poche, logique qui au moins pour le moment convainquait156. La charité dominait encore les rapports entre entrepreneurs et employés. Ceux-ci ne faisaient que réclamer leur part de subsides dans un système qui savait en être généreux et absorber ainsi le potentiel de mécontentement. En effet, mis à part ces incidents de 1831, aucune autre clameur anti-machine ne semble s’être élevée à Prato : un exemple de relative paix sociale concordée par les parties en jeu157 et dans laquelle, une fois de plus, les institutions pieuses s’avéraient être le pivot principal du système. La définition particulièrement large de la pauvreté permettait en effet de secourir de nombreux ouvriers des manufactures textiles : ainsi les ouvriers ne se plaignaient pas outre mesure et les coûts salariaux n’étaient pas trop élevés pour les fabricants.

  • 158 Nuti R., 1942.

57Cela n’empêchait pas d’ailleurs la naissance d’alternatives nouvelles dont l’esprit pourtant restait imprégné des mêmes principes de charité paternaliste : ainsi vers 1833, Alessandro Pacchiani, principalement visé par les tumultes de 1831, organisa dans sa fabrique deux sociétés de secours mutuel, les premières de ce type organisées à Prato158. Chaque semaine, deux crazie étaient retenues sur le salaire, ce qui permettait aux malades de recevoir 13 sous quatre deniers pendant la durée de leur arrêt forcé, ou encore d’organiser des banquets collectifs lors des solennités familiales ou religieuses : une manière de communion, d’assistance paternelle qui renforçait les liens entre le chef d’entreprise, promu père matériel et spirituel, et ses ouvriers. Loin d’être les premiers instruments d’organisation autonome d’une classe ouvrière en formation, les sociétés de secours mutuels devenaient donc instrument de paix sociale à l’appui d’une vision organique de la société manufacturière, instaurée à Prato pour le bien de tous, dans la droite ligne de l’ensemble du système social d’assistance et d’enseignement existant dans la ville. Un système qui permit à la fois l’introduction des machines, l’apprentissage des nouvelles techniques et l’insertion sans douleur excessive d’îlots de mécanisation.

Notes

1 Cf. Mori, 1956, et Lo Romer, 1987.

2 Cf par exemple Abbé Ferrini, 1838, p. 61 : Les manufacture étrangères en tout genre, notait l’abbé, envahissent aujourd’hui notre pays et se vendent à un prix si vil que même l’habitant des campagnes s’en habille et les utilise pour tous ses autres usages.

3 E. Donati, 1989, p. 569.

4 G. Biagioli, 1981, évoque cette crise marquée du secteur secondaire après la Restauration ; cf. notamment p. 131 et s.

5 Pour une étude plus générale du textile de la zone de Pontassieve-Pelago, cf. F. Martelli, 1983.

6 A. Zuccagni-Orlandini, 1848.

7 A.S.F., R. Consulta, F. 2737.

8 L.S. (Serristori), 1838c.

9 Cette évolution est du reste semblable à celle connue par bien d’autres régions italiennes, cf. la crise des manufactures de laine dans le Vicentin qui passent de 193 en 1817-18 à 87 dix ans plus tard, cf S. Ciriacono, 1985b.

10 G. Bowring soulignait bien le problème : le gouvernement toscan a laissé l’industrie totalement à sa propre action et à ses propres ressources… sans aucun code de discipline… sans inspection… cet état de chose fait que le gouvernement ne peut calculer la valeur des productions manufacturières du pays. cf G. Bowring, 1838.

11 Motif Fossombroni fait tout travailler à Arezzo, comme le rappelait Lazzero Mazzoni. Le gouvernement restauré retrouvait la traditionnelle préférence pour le lanificio militaire établi en cette ville qui bénéficiait depuis longtemps de faveurs des amis et alliés dans les sphères du pouvoir. C’était même ce qui le faisait vivre, aux dires de l’Abbé Ferrini, 1838.

12 E. Bruzzi, 1920 p. 106-107.

13 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 9/11/1818. En 1819, Lazzero affirmait à son tour : la draperie toscane jouit il est vrai de bonne chance, cela fait déjà trois ans quelle se porte bien, cf. Idem, Lazzero, 10/10/1819.

14 P. Bandinetti, 1937, p. 13-14 : selon les indications fournies par cet auteur, les prix du froment auraient baissé de 50 % à Florence entre 1820 et 1830.

15 En 1818, Lazzero remarquait la très mauvaise manufacture d’un échantillon de calmucco anglais : cela fait tort à la nation anglaise qui arrive à travailler si mal, cf. S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 3/1/1818. A les en croire, les Mazzoni ne pouvaient compter dans leur croisade pour la qualité que sur leurs confrères d’Outre-Alpes : en France ils ne se réduiraient pas à fabriquer de tels travaux, cf. Idem, Lazzero0, 5/1/1818.

16 Il s’agit sans doute des calmouck : étoffe de laine de meilleure qualité, qui apparait à la fin de l’ancien régime ; Y.J. Markovitch, 1976a, p. 498.

17 Lazzero était confiant : il n’y a aucun doute que l’on puisse faire des travaux semblables, mais encore plus nobles ; les échantillons nous servent de guide pour le bien faire, cf. Idem, Lazzero, 5/11/1817.

18 Idem, Lazzero, 8/10/1817.

19 Idem, Lazzero, 22/10/1817 : nos draps toscans devraient avoir le crédit de la marchandise étrangère s’agissant de qualité courante, mais aux nôtres il manque encore l’œil…

20 C’était déjà un recul par rapport à 1760 où ces draps représentaient à eux seuls plus de 75 % de la production marquée.

21 Etoffe de laine, fabriquée dans les régions septentrionales françaises depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, d’après T.J. Markovitch, 1976a. Ce sont des étoffes de laine cardée, légères, pour gilets et pantalons, imités des Anglais ; elles sont fabriquées à Sedan dès 1789 et, sous l’Empire, dans toutes les grandes manufactures de draps entre Seine et Rhin, cf. G. Gayot, 1998, p. 360.

22 DGBM (G.B. Mazzoni), 1847.

23 Le commentaire de Lazzero en 1815 était sans doute trop optimiste : la manufacture anglaise n’a en rien fait de tort à la nôtre parce qu’elle est très chère et en faible quantité, cf. S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 23/1/1815.

24 A.S.F., R. Consulta, 2789: Relazione sullo stato commerciale di Prato, febbraio 1838.

25 «Notizie intorno alle attuali manifatture di Prato», C.A.A.G., XII, 1834.

26 «Annuo medio consumo di lana nelle principali fabbriche di Toscana», Giornale del Commercio, I, 21 (25/5/1838).

27 A.S.F., Segreteria di Gabinetto, 426: Prospetto della Industria e Commercio in generi di Esportazioni e consumo della communità di Prato a tutto l’anno 1844.

28 G. Ciardi, 1846.

29 Prato n’était pas seule à s’orienter vers le coton : de nouvelles fabriques se développaient notamment à Pise et dans les villes de sa province, plus proches des arrivages livournais, cf. par exemple : L.S (erristori), 28/3/1838 ; N.N., « Manifatture di bordatini in Pontedera », 24/10/1838, et en général les rapports des expositions 1838, 1841, 1850.

30 M. Lungonelli, 1989, p. 14-15 expose les résultats de l’enquête dans le Grand Duché et à Prato, il en a publié les résultats complets concernant la ville p. 16-20.

31 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 16/6/1815.

32 Abbé Ferrini, 1838, p. 61.

33 A.S.F., R. Consulta, 2789, op.cit.

34 G. Bowring, 1838, p. 32, p. 33.

35 L. Serristori, 1839 ; des contradictions existent dans les données fournies par cet auteur : en effet, parlant des manufactures principales de la ville de Prato, il estime la production de bonnets de la ville à 416 caisses par an ; mais rappelant p. 59 les principales fabriques de bonnets du grand Duché, il évolue cette fois la production de Prato à 16 caisses par semaine, ce qui, multiplié par 52, donne 832 caisses par an, ce qui semble effectivement plus conforme aux autres données.

36 E. Repetti, 1841.

37 Cité par M. Lungonelli, 1986, p. 18 ; le texte exact est 40.000 doppie, nous avons supposé qu’il s’agissait en fait de douzaines, mesure commune pour les bonnets.

38 G. Parenti, 1959 ; l’année la plus forte est 1857 (153120) et la plus faible 1854 (10615) ; s’il ne fait pas la différence entre les chapeaux et les bonnets, on peut néanmoins penser que ceux-ci constituent une part importante de ces chiffres puisque les chapeaux de paille comme ceux de feutre sont comptabilisés à part. On notera également qu’en 1834, les pays où la Toscane exporte pour plus d’un million de lires toscanes comprennent la Turquie, la Barbarie, l’Egypte, l’Algérie, la Grèce, c’est à dire autant de pays vers lesquels les bonnets sont exportés. Les autres sont des pays occidentaux.

39 L. Valensi note que vers 1830, il n’y a plus de trace, dans les états statistiques de Marseille, de l’industrie des bonnets « façon de Tunis » cf. L. Valensi, 1969, p. 399.

40 Idem.

41 Les autres fabriques étaient installées à Florence (deux), à Sesto et à Lucca, quoique dans son compte-rendu des manufactures de Lucca, Serristori ne fasse pas mention de la production de bonnets levantins.

42 A.S.F., R. Consulta, 2789. Cercignani ne cite pas les noms de ces deux fabricants, mais l’un des deux est Mazzoni.

43 En 1836, le consul d’Alexandrie évoquait le nombre de négociants toscans établis dans cette ville est supérieur à celui des autres nations, et il est tel qu’il mérite toute la considération, si Ton considère qu’ils font un commerce entièrement d’importation de manufactures qu’ils extraient de la place de Livourne, cf. A.S.F., Segreteria e ministero degli esteri, 2474, 1836-37. En 1834, les bonnets sont clairement indiqués comme l’une des principales marchandises à destination de l’Egypte dans G. Parenti, 1859, p. 18. Les Mazzoni se mettaient d’ailleurs à faire des envois dans ce pays, pour eux jusqu’alors inconnu.

44 D.G.B.M. (Mazzoni), op.cit. La communauté avançait le même argument en 1850 : la demande a diminué depuis que les Français, patrons du littoral africain, imposèrent à la marchandise de notre provenance un droit excessif, cf. M. Lungonelli, 1986, p. 19.

45 L.S. (Serristori), 18/9/1839.

46 L. Valensi, 1969, p. 395. Nous ne connaissons hélas rien des manufactures autrichiennes. Il faut néanmoins rappeler qu’il existait parfois une certaine confusion, notamment au niveau des douanes, entre les produits toscans et autrichiens, surtout après 1833 quand un nouvel accord avec la Porte fait en sorte que les sujets toscans sont assimilés aux sujets autrichiens ; cf. A.S.F., Segreteria e Ministero degli Esteri, 2474.

47 A.S.F., Segreteria e Ministero Esteri, 2474.

48 Idem.

49 Il est donc clair que parler, comme le fait M. Lungonelli, de « crise persistante du secteur textile » à Prato vers 1850 est tout à fait hors de propos, cf. M. Lungonelli, 1997, p. 40.

50 Inchiesta 1850, M. Lungonelli, 1989, p. 18. La papeterie de La Briglia venait d’être transformée en fonderie de cuivre des Mines de Montecatini Val di Cecina : une intégration régionale qui mettait le territoire de Prato en liaison avec les lieux innovatifs du Grand Duché et montrait l’utilisation et la transformation constante des édifices industriels présents dans le territoire.

51 F. Mariotti, 1858.

52 Significative est cette lettre du maire de Prato au prieur de Paperino, petite bourgade du territoire : je vous invite à publier à la messe paroissiale que Maria Rosa de fu Giuseppe Baroncelli est destinée à enseigner gratuitement l’Art de faire les chapeaux de paille ; les jeunes filles et garçons du bourg de Paperino sont appelés spécialement à profiter de cette école… la commission de Bienfaisance… a choisi la fabrication des chapeaux de paille comme étant d’une utilité démontrée et comme l’art le plus analogue aux habitudes des paysans et des pigionali, cf. S.A.S.P., Comunale, 704, 9/11/1811.

53 F. Mariotti, 1858, p. 21-22.

54 V. Castellani, 1879.

55 Il introduisit dans la ville, vers les années 1830, un nouveau produit, fabriqué à partir des pedali de la paille. Mariotti expliquait que l’on avait ainsi tiréparti d’un matériel qui avant était entièrement perdu, une sorte d’équivalent pour la paille des bourres de laine. Prato semblait dès lors particulièrement douée pour saisir toute innovation productive capable d’utiliser les déchets pour les réutiliser aux fins d’articles ordinaires mais à bas prix.

56 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo Pacchiani, 25/9/1818.

57 Idem, Lazzero, 3/7/1818.

58 Idem, Lazzero, 5/8/1818.

59 Idem, Lazzero, 17/11/1817.

60 G.B. Mazzoni, 1847 p. 186.

61 Cf. par exemple le cas de Sedan, où l’insolence des tondeurs menait rude vie aux fabricants, cf. G. Gayot, 1998. S’il fallait plus de six cents tondeurs à la manufacture de Sedan pour perfectionner en 1750 une production annuelle de plus de dix mille pièces, cinq ou six boutiques de tondeurs (ne comptant sûrement pas plus de cinquante ouvriers) suffisaient à Prato à en apprêter plus de quinze mille, sans compter les douze mille toiles calandrées.

62 Pour les initiatives de mécanisation dans l’industrie de la soie, voir notamment R. Tolaini, 1997. On notera d’ailleurs que Prato fut, semble-t-il, une des premières villes toscanes à installer le tirage à vapeur dès les lendemains de la Restauration, cf. Targioni-Tozzetti, 1818, p. 109 et R. Tolaini, 1997, p. 167.

63 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 21/11/1817.

64 On peut expérimenter le travail de Bagnasco, puisqu’il est en mesure de filer plus de 500 livres de laine par jour, cf. Idem, Lazzero, 13/11/1818.

65 Idem, Gaetano, 3/10/1818 : je vis les machines à carder qui sont ici à Florence, vraiment le travail de l’auteur de cette carde fait beaucoup d’honneur pour les pièces de fer… : il ne semble pas que les machines proviennent de France ; peut-être furent-elles construites par ce fameux mécanicien Morosi avec lequel Gaetano était alors en grande discussion.

66 Idem.

67 Idem, Lazzero, 9/2/1820.

68 Idem, Lazzero, 26/5/1817.

69 Il n’existe aucun lien de parenté entre les deux familles, pas plus qu’avec celle du maire de Prato sous la domination française, Niccolo Mazzoni dont le fils, Giuseppe, sera triumvire de Toscane durant les événements de 1848.

70 B. Mazzoni, 1869, p. 14.

71 D. Landes, 1975, rappelle que la transplantation des techniques était difficile.. l’émigration des ouvriers anglais fut interdite jusque 1825 ; l’exportation des types de machines considérés les plus précieux… jusque 1842. Notons cependant qu’une telle interdiction avait constamment frappé tous les artisans spécialisés des siècles passés, sans empêcher pour autant la diffusion des techniques et le mouvement des hommes ; l’essentiel était donc de savoir s’ils étaient poussés au mouvement : ils le furent vers la France, la Belgique, voire l’Allemagne, mais beaucoup moins vers l’Italie.

72 N. Tommaseo, 1834, p. 125.

73 B. Mazzoni, 1869, p. 3-4.

74 B. Mazzoni, 1869, p. 29.

75 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 14/2/1820.

76 Idem, Lazzero, 9/2/1820.

77 B. Mazzoni, 1869, p. 27 : il y resta de juin à mi-septembre.

78 Lettre de Giovan Battista à sa jeune épouse Felicità Benini, lors de son second séjour à Paris en 1821, cité par B. Mazzoni, 1869, p. 27.

79 B. Mazzoni, 1869, p. 32.

80 Idem, p. 34-33.

81 G. Mori, 1966.

82 B. Mazzoni, 1869, p. 58-59 : la construction de machines, raconte son biographe, l’avait persuadé de la nécessité plus que de la convenance d’avoir cet art à ses commandes… ; ainsi Prato serait également à la hauteur de Florence qui depuis quelques années seulement avait la fonderie de l’entreprise Michelagnoli e Benini. La fonderie fut donc installée à Sant’Anna en 1843-44.

83 L’arrivée de cet étranger semble démontrer que la ville, contrairement aux apparences, pouvait avoir quelque intérêt pour un technicien étranger. Louis Cornet s’y fixa en effet définitivement, jusqu’à sa mort advenue en 1877, alors qu’il était depuis de longues années l’associé de Giovan Battista, cf. Ufficio del registro di Prato, B. 19, 1877.

84 B. Mazzoni, 1869, p. 35.

85 Cf. rapport de l’Exposition des Arts et manufactures de l’Académie des Georgofili en 1838.

86 G.B. Mazzoni, 1838, vol. XVI.

87 B. Mazzoni, 1869, p. 62.

88 Selon son biographe, G.B. Mazzoni fabriqua pendant quelques temps des bérets, ce qui est confirmé par la demande de quelques échantillons de sa production de draps et de bérets à la Levantine que lui adressa R Corridi en 1850 ; cf. B. Mazzoni, 1869.

89 B. Mazzoni, 1869, p. 47-48.

90 Idem, p. 77.

91 Son nom et son œuvre réussirent cependant à dépasser les murs de Prato : reconnu par tous ceux qui s’intéressaient alors aux manufactures (cf. les témoignages de Bowring, Tommaseo, Repetti etc. le concernant), il fut admis dès 1822 comme membre correspondant de l’Académie des Georgofili, seul pratésien à avoir cet honneur, puis choisi comme un des membres fabricant de l’académie des Arts et Manufactures. Il fut aussi l’un des seuls de sa ville à participer régulièrement aux Expositions d’Arts organisées à partir de la fin des années 1830.

92 G. Bowring, 1838, p. 32-34.

93 E. Repetti, 1841, IV, p. 653.

94 Idem, p. 657.

95 S.A.S.P., Buonamici, 27 indicazione delle fabbriche meccaniche alle quali danno moto le acque del fiume Bisenzio, s.d. (1836-37).

96 Sur lesquels nous reviendrons dans le prochain chapitre.

97 Le problème des filés restaient pendant longtemps un point assez sensible puisqu’en 1870 encore Lodovico Targetti, fabricant de la ville, estimait que pour favoriser le développement et la prospérité de l’industrie de la laine, il fallait diminuer les taxes pesant sur l’introduction des fils étrangers : un indice que ne s’était sûrement pas développée dans la fabrique de Prato une industrie du filé suffisamment puissante pour offrir des produits réellement compétitifs avec ceux de l’étranger.

98 Ainsi, dans l’inventaire de la boutique de Caterina Caponi et de son mari Vincenzo Lastrucci, on trouve deux métiers à tisser neufs avec ses outils de fer pour tisser à œuvre, sa petite machine et une paire de licci, S. A.S.P., Vicariato, Tutele, Allegretti.

99 L’inventaire de la boutique de Vincenzo Zannoni en 1839 (A.S.F., Tribunale di Prima Istanza, 1218) comprend cinq métiers à tisser larges d’une valeur de 1400 lires, soit 280 lires chacun ce qui est tout de même loin d’être négligeable et représenterait en effet pour les familles de tisseuses un investissement considérable, puisque dans bien des cas, l’ensemble de leur patrimoine se situe à ce niveau.

100 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 28/10/1818.

101 A. Dewerpe, 1985, p. 335 et suivantes, montre bien en effet comment l’offre de travail est essentiellement paysanne, rythmée par les saisons agricoles.

102 A. Dewerpe, 1981, p. 282 ; de même C. Poni a insisté sur la nécessité de reconsidérer le rôle de la ville dans un cadre qu’il a défini de proto-industrie urbaine, cf. C. Poni, 1982, p. 110.

103 Cf. A. Guenzi, 1997.

104 S.A.S.P., Comune, 704, 26/3/1811.

105 Pour cela voir notamment les réflexions de C.A. Corsini, 1989, p. 402 et suivantes.

106 Idem, p. 363.

107 Ainsi A. Dewerpe, 1985, p. 337 rappelait-il que les mutations introduites par l’expansion mesurée de la manufacture et de l’usine suscitent des tensions séculaires et des réajustements, effectués par les familles paysannes, destinés à assurer leur reproduction sociale.

108 J’insiste néanmoins sur le fait qu’il ne s’agit là que d’une hypothèse car il faudrait démontrer que les tisseurs étaient bien au Moyen-Age des hommes. Or, dès cette époque, le nombre des femmes semble important.

109 Pour les problèmes des rôles sociaux dans l’industrie textile de la fin du siècle, nous renvoyons à l’étude de A. Pescarolo, 1989 qui traite de façon spécifique des Carrières masculines et des parcours féminins, p. 71 et suivantes.

110 C. Pazzagli, 1989, p. 190.

111 F. Ramella, 1984, p. 40 et suivantes.

112 F. Ramella, 1984, p. 242 et suivantes.

113 A. Dewerpe, 1985, p. 349-50.

114 M. Scardozzi, 1991, p. 452.

115 Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que prendrait naissance l’Union Industrielle de Prato.

116 Legge relativa alla Riforma delle comunità del Gran Ducato, Delle Magistrature, art. IV et suivants.

117 Une continuité que tous considéraient comme normale dans une Toscane où la Restauration ne signifia en aucun cas épuration et rupture totale avec la période française, au contraire de ce qui a pu se passer dans les royaumes de Naples ou de Piémont.

118 Ce sont ainsi trois des fabricants les plus importants qui accèdent à cette charge dans l’espace de 44 ans (et 7 renouvellements de charge).

119 S.A.S.P., Comunale 514, Deliberazioni e partiti riguardanti le Tratte del Gonfaloniere, Priori e Consiglieri, Nobili, Cittadini e Possidenti, 1814-1848 ; les membres du magistrat de 1814 sont Giovanni Pellegrini, gonfaloniere, Vincenzo Pacchiani (marchand), Luigi Vai (noble), Antonio Nistri (marchand), Niccola Mochi (marchand), Anton Luigi del Bò (noble).

120 L’examen des prieurs porte à de semblables conclusions : un peu plus d’un quart provenait de familles liées au textile ; un ordre de grandeur plus proche de ce qu’il était au XVIIIe siècle qu’à l’époque de la mairie française, laquelle apparaît bien ainsi comme le moment de plus grande participation de l’élite négociante de la ville à sa gestion directe.

121 Z. Ciuffoletti, 1989, p. 1242.

122 Certaines de ces familles avaient d’ailleurs été intégrées à la noblesse après la Restauration, ainsi les Zarrini (en 1830), Pacchiani Cesare e Alessandro di Giuseppe, Mazzoni di Vincenzo (ces deux dernières familles en 1831 ; Luigi e Damiano Pacchiani di Vincenzo le seraient en 1834) etc., cf. notamment A.S.F., Deputazione sopra Nobiltà e cittadinanza, F.88, F.91 et A.S.F., Ceramelli-Papiani, 6727.

123 S.A.S.P., Comune, 703, 2/8/1809.

124 C. Pazzagli, 1989, p. 142. Ces estimations sont tirées de l’étude du recensement de 1841. Les estimations de la période française étaient plus contenues : en 1811, 8341 habitants étaient considérés comme pauvres sur un total de 24377, soit 34 % de la population totale du territoire, cf. A.S.F., Prefettura dell’Arno, 573. Ces évaluations posent ainsi à la fois le problème de la paupérisation citadine et celui des seuils de pauvreté retenus. La définition large de la pauvreté, qui permet aux familles de bénéficier des soutiens des institutions de charité, peut être l’une des conditions de la paix sociale.

125 E. Stumpo, 1986, p. 286.

126 Idem, p. 296.

127 Nous avons déjà rencontré C. Chiti installant dans sa maison une école pour la filature du coton cf. chap. 7.

128 En 1818, un certain Nuti installait dans sa maison une école pour la filature de l’étaim : sa femme, maîtresse de Lucques, apprenait aux jeunes filles à filer selon la nouvelle manière tout en alimentant la fabrique de son mari et celle des autres fabricants, en fil de meilleure qualité. S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 3/7/1818.

129 Cf. chapitre 7.

130 Les écoles communales, bien qu’existantes sur le papier, ne fonctionnaient pratiquement pas, laissant dans la ville des générations d’analphabètes. Ce que le maire Mazzoni constatait en 1810, valait encore des décennies plus tard : malgré la commodité de ces écoles publiques, où entre autres choses on apprend l’art de l’Ecriture, on manque généralement dans cette ville et commune de bons caractères d’écriture, ce qui a toujours formé l’objet de doléances publiques (S.A.S.P, Comune, 703, 23/6/1810). Aucun projet de réforme (notamment en 1831, puis en 1839) n’aboutirait véritablement à créer un enseignement « de masse » cf. G. Turi, 1989, p. 1141-1149 et les témoignages de C. Guasti, 1848, A.G.B., 1850, E. Repetti, 1841, p. 651. On notera que Giovan Battista Mazzoni avait institué dès 1822 une école d’enseignement mutuel dans sa fabrique de laine de Sant’Anna. Cette école privée vit également la participation des campagnards voisins sans doute liés à la fabrique cf. G. Paradisi, 1940, p. 71.

131 G. Turi, 1989, p. 1143.

132 G. Limberti, 1849.

133 Rappelons les Scole Leopoldine de Pistoia, où Vincenzo Mazzoni et Giovacchino Pacchiani envoyaient tricoter leurs bérets.

134 G.Turi, 1989, p. 1143.

135 G. Arcangeli Poesie e prose, I, Firenze, 1857, p. 362, cité par G. Turi, 1989, p. 1144.

136 S.A.S.P., Comune, 763, Lettre de G. Magnolfi, alors tout nouveau directeur des écoles de S. Caterina au gonfaloniere de la ville, 17/7/1833.

137 B. Mazzoni, 1869, p. 46 : l’auteur rapporte qu’ils furent installés dans le laboratoire vers 1850.

138 Pour de semblables considérations cf. E. Menduini, 1971-72, p. 429.

139 G. Limberti, 1849.

140 D’après l’article déjà cité du Calendario Pratese, de 1850, la Casa Pia dei Ceppi versait plus de 15000 lires annuelles pour le fonctionnement du Conservatorio, et des écoles de S. Caterina : premier poste des dépenses « éducatives », avant donc les subsides au collège Cicognini (12000 lires).

141 S. Ceccatelli, 1900.

142 Lettre de Magnolfi de 1837, cité par R. Papi, 1967, p. 19.

143 Sur le personnage et son action, outre les deux ouvrages précédemment cités, cf. G. Bisori, 1967.

144 S.A.S.P., Comunale, 514, Tratte 1832.

145 S. Ceccatelli, 1900.

146 G. Turi, 1989, p. 1144.

147 Déjà évoqué plus haut ; S.A.S.P., Mazzoni, 1810.

148 B. Mazzoni, 1869, p. 27 : Préjugé ou peur de voir les machines voler le travail ? Giovan Battista Mazzoni n’eut en tous cas d’autres ressources que de construire également les métiers à tisser pour employer ses filés et plier les femmes par sa détermination.

149 B. Mazzoni, 1869, p. 34.

150 B.R.P., Carte Guasti, 69 ; A.S.F., Segreteria di gabinetto, appendice, 16, ins. 1/B, f.422-24 ; G. Paradisi, 1940, p. 24 et suivantes.

151 Cette affirmation, rapportée dans le rapport du 7 décembre, est ensuite démentie par les Pacchiani. Les lieux de passage du tumulte mentionnés dans le rapport du Buon Governo sont le Caffe dit de Bacchino, la maison du gonfaloniere et la maison des négociants Pacchiani, cf. A.S.F., Segreteria di gabinetto, appendice, 16, ins. 1/B, f.422-24.

152 Dont nous n’avons pas retrouvé les actes mais le rapport du Buongoverno indique les noms des principaux auteurs du tumulte : Giuseppe Zonchi, Augusto Rigalli, Paolo Favi, Antonio Rinaldi, Angelo Medici ; arrêtés le soir du 7 décembre, ils furent immédiatement transférés à Florence pour éviter tout désordre, étant donné que la majeure partie de la population de Prato qui vit du travail de ses bras et qui attribue à l’introduction des machines la diminution de ses gains, est intéressée à l’affaire. Rigalli, Favi et Rinaldi travaillaient tous les trois dans la fabrique de bérets de Cardoso, pour l’heure administrée par Cristiano Menabuoni, où les machines avaient déjà été introduites depuis quelques années selon le rapport du Buongoverno.

153 Cf. bien sûr le luddisme anglais E.P. Thompson, Paris, 1988 (édition française), ou les menaces contre les machines en France, notamment à Vienne, Clermont-L’Hérault, Lodève, Alençon… cf. G. Gayot, 1998, p. 429.

154 Le rapport du Buongoverno sur le tumulte de 1831 contribue d’ailleurs à éclairer, même faiblement, ces rapports de dépendance dans la ville. Il remarquait en effet que l’un des accusés, cordonnier de son état, et l’un des plus « excités », a des rapports de gratitude envers le gonfalonier et la maison Pacchiani chez laquelle safemme est employée, tout comme celle de Rinaldi. Cela rendait d’autant plus étrange leur vindicte contre les Pacchiani qui laissaient eux-mêmes entendre qu’il s’agissait là d’une manipulation de la part de Cardoso…

155 Cité par Sereni, 1950.

156 B. Mazzoni, 1869, p. 34.

157 Une étude des micro-conflits de la ville de Prato serait pourtant intéressante à mener pour confirmer, ou infirmer, cette impression encore trop vague ; en 1850, nous avons par exemple retrouvé dans les archives du vicaire, la trace d’un conflit survenu dans la filature de F. Filiot à la suite du licenciement d’un ouvrier : S.A.S.P., Delegazione di governo, b. 133 (1850).

158 Nuti R., 1942.

Table des illustrations

Titre Graphique 34. Evolution de la production de draps au XIXe siècle Moyenne de 9 ans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 35. Evolution de la production de draps à Prato au XIXe siècle. Moyennes triennales
Crédits Source : S.A.S.P., ACP tiratoio, 1808-1879.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 36. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1808
Crédits Source : S.A.S.P., Tiratoio, 1808.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 37. Qualité des draps fabriqués à Prato en 1830
Crédits Source : S.A.S.P., Tiratoio, 1830.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Note 2424Note 2525Note 2626Note 2727Note 2828
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 38. Valeur des productions de Prato en 1844
Crédits Source : A.S.F., Segreteria di gabinetto, 426.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 39. Professions déclarées par les femmes à leur mariage 1808-1809-1810 (452 cas)
Crédits Source : S.A.S.P., Stato civile, 3140, 3141, 3142
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 40. Professions déclarées par les hommes à leur mariage 1808-1809-1910 (452 cas)
Crédits Source : S.A.S.P., Stato civile, 3140, 3141, 3142
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 41. Profession des femmes de plus de 14 ans à Prato en 1841
Crédits Source : A.S.F., Stato civile, Censimento 1841.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 42. Professions des hommes de plus de 14 ans à Prato en 1841
Crédits Source : Stato civile toscano, Censimento, 1841.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540