Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

7. Prato française : la montée des incertitudes

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment E. Tarlé, 1928.

1L’intégration définitive de la Toscane dans la construction napoléonienne marqua, du point de vue des échanges, une rupture qui bouleversa profondément l’économie du Grand Duché et toucha au premier chef le centre manufacturier de Prato. Contrairement à ce qu’a longtemps soutenu l’historiographie1, la période française ne fut pas seulement une ère de malheurs et d’exploitation intensive des territoires conquis : des possibilités de survivre, voire de repartir d’un nouveau pied s’offrirent aux producteurs des territoires annexés de la péninsule. Néanmoins, les entrepreneurs durent désormais affronter une situation totalement nouvelle marquée par l’ouverture forcée sur l’Europe continentale. Changement des marchés, des produits, des politiques, voire des modes de production marquaient le début d’incertitudes qui allèrent grandissant avec la Restauration. Face à un monde en rapide changement, les vieilles recettes ne rendaient plus forcément service : il fallait s’adapter, innover, bricoler constamment.

1. Un territoire bouleversé

2La première grande épreuve fut la réorganisation globale des voies de commerce, des marchés et des politiques économiques.

A l’épreuve des nouvelles frontières

  • 2 Cf. chap. 1.
  • 3 Sur l’idée que l’absence de concurrence anglaise ait pu jouer un rôle incitateur pour la draperie p (...)
  • 4 S.A.S.P., Comune 703, 20/4/1809.

3Comme on l’a vu, la Toscane constituait pour Paris un pays à vocation agricole, chargé de fournir au cœur de l’Empire les matières premières dont il avait besoin et d’en recevoir les produits manufacturés. La nouvelle politique sanctionnait un équilibre international dont les prémisses étaient antérieurs mais qui acquéraient ici la rigueur de la loi. L’ensemble des échanges fut donc orienté vers cette fin qui favorisait les intérêts des propriétaires fonciers mais contredisait totalement ceux des manufacturiers de Prato. La liberté de commerce proclamée à l’intérieur de l’Empire pour satisfaire les intérêts français ne tarda pas à leur poser des problèmes : d’une part, parce qu’elle permettait l’introduction des manufactures françaises concurrentes – mais, on l’a dit2, les craintes des Mazzoni et de leurs collègues à ce propos n’étaient pas trop vives et ils escomptaient même du blocus que l’absence de concurrence anglaise favorise leurs entreprises3 – ; d’autre part parce qu’elle permettait la libre exportation des laines toscanes. Dès mars 1809, le maire de la ville se chargeait de transmettre et de soutenir auprès du préfet une instance faite par ces négociants et artisans, qui s’élevait contre cette mesure. En tant que membre de l’administration française, mais aussi premier citoyen de sa cité, le maire tentait un savant équilibre entre bien général et bien particulier de la ville. Il incitait une nouvelle fois la hiérarchie à en tenir compte dans les circonstances présentes du commerce : Je vois bien moi aussi que les rapports avec le grand empire réclament la libre circulation des laines, mais je veux croire que le gouvernement puisse, pour des vues bénéfiques et de circonstances, suspendre une mesure qui, adoptée sans de précédentes dispositions, porterait dans l’instant la ruine de cette population qui vit presque exclusivement de son industrie4. C’est donc au nom de la charité que l’on réclamait à Prato qu’exception soit faite à la nouvelle règle. Mais l’heure n’était plus aux particularismes. Les pétitions des manufacturiers de Prato et du maire, déjà fort isolés en Toscane, n’avaient pas le pouvoir de sensibiliser les responsables parisiens. Dès lors, le risque de manquer de matières premières ou de voir leurs prix s’envoler devenait une menace… que la crise des industries rendit cependant caduque.

  • 5 G. Assereto, 1986, p. 793.

4Plus grave était en définitive la géographie frontalière née de l’annexion dans l’empire. La nouvelle barrière qui séparait la Toscane du Royaume d’Italie remettait en cause de traditionnels et fructueux échanges de matières premières et de draps. Quelques mesures significatives : en 1810, un décret relatif à l’exportation des produits manufacturés de laine et de coton destinés au Règne d’Italie prévoyait que ces marchandises devaient désormais passer par les bureaux de Vercelli et « Casatisma », tous deux situés en Piémont : une mesure bien entendu taillée sur mesure pour le commerce français, mais qui semblait avoir « oublié » que ces produits ne venaient pas exclusivement d’outre-Alpes. Il fallut plus de cinq mois pour que cette disposition particulièrement ruineuse pour le commerce toscan soit rapportée et que le transit des marchandises soit également accordé par Piacenza, S. Prospero, Pietramala et Foligno5 : des mois qui en disent long sur la vision que les fonctionnaires parisiens avaient de l’Empire et sur la considération de la Toscane dans cet ensemble. Surtout, la législation de plus en plus tatillonne semblait parfois naître exclusivement pour entraver les trafics. Ainsi, Mazzoni évoque-t-il en février 1812 la grande misère régnant parmi les convoyeurs toscans qui faisaient auparavant chaque semaine le voyage de Bologne : la nouvelle réglementation sur la largeur des roues dans le Règne d’Italie les empêchait désormais d’y aller car il aurait fallu refaire tous les équipages en fonction de ces nouvelles normes pourtant inadaptées au parcours de montagne à accomplir. Personne ne souhaitait, ou ne pouvait, faire les frais de l’investissement nécessaire au remplacement du matériel, les voyages se raréfiaient, les marchandises avaient de plus en plus de difficultés à franchir les Apennins : jusque là voie de passage privilégiée, vers Bologne d’abord, vers l’Italie septentrionale, mais aussi vers l’Autriche, ces montagnes familières se transformaient en une frontière dont les effets néfastes allaient d’ailleurs se faire sentir au cœur même de l’espace citadin.

  • 6 S.A.S.P., Comune 703, 13/1/1809.
  • 7 G. Gayot, 1998, p. 441 et suivantes analyse les risques majeurs que courut la manufacture lors de l (...)
  • 8 S.A.S.P., Comune 703, 7/12/1809.
  • 9 Il ajoutait que cette mesure menaçait les relations de Prato et du reste de la Toscane : Finalement (...)
  • 10 S.A.S.P., Comune 703, cit.
  • 11 Gayot, 1998, p. 443.

5Les fonctionnaires français se chargèrent d’apprendre aux entrepreneurs de Prato qu’être ville de frontière pouvait devenir mortel pour leurs manufactures. En janvier 1809, le maire référait en effet aux autorités supérieures que plusieurs et divers habitants voituriers et propriétaires de biens dans la vallée du Bisenzio… sont venus me représenter que les soldats et exécuteurs de la Douane sur la route dite des Côtes les ont empêchés de suivre leur route pour Prato avec leur chargement respectif de charbon, de cendres, filés et cuivre6. Les officiers de la douane prétendaient en effet contrôler tous les mouvements de marchandises qui s’effectuaient dans un rayon de vingt kilomètres de la ligne de frontière, soumettant ainsi à leur juridiction l’ensemble du territoire de Prato. Comme leurs collègues de Sedan quelques années auparavant7, les lanaioli de Prato découvraient les nouveaux risques de la frontière. La menace de paralysie était telle que le maire, peu soucieux de voir ses remontrances se perdre dans les méandres de la nouvelle hiérarchie administrative, écrivait directement à la grande duchesse pour lui faire part du désarroi de la ville face à ces récentes prétentions des officiers de douane8. Il se faisait fort d’expliquer au nouveau souverain en quoi l’organisation de la manufacture justifiait l’exception : il est certain en effet que ces marchands font de très nombreuses expéditions journalières de lin, laine pour se manufacturer non seulement dans l’extension du territoire de cette commune mais encore à Pistoia, S. Marcello, Sesto, Campi, Arezzo, Signa. Pareillement ils sont contraints de recevoir et d’expédier plusieurs fois par jour les objets de leur trafic des foulonneries et fabriques qui sont situées sur le fleuve Bisenzio du côté de la montagne. Comment remplir la précaution des laissez-passer sans un embarras extrême surtout dans la circonstance où il s’agit pour la plus grande partie de petites quantités qui se répètent chaque jour en nombre extraordinaire ? De plus, comment faire viser les laissez-passer respectifs pour reporter les objets manufacturés, des centaines de personnes devant se porter chaque jour au bureau de Douane, qui est distant de 10 milles au delà d’incommodes montagnes9. La nouvelle réglementation, impraticable, risquait donc de provoquer un découragement universel10. C’est aussi ce qu’expliquaient les fabricants aux membres de la nouvelle Chambre de commerce de Florence, mettant en avant que la perte de temps occasionnée serait infiniment plus précieuse que le coût de la marchandise ou de son travail : les heures étaient devenues richesse, la protestation était donc vitale. Comme à Sedan, les manufacturiers avaient peur de perdre par la faute du nouveau législateur épris d’unité et de souveraineté, un monde… où la réglementation générale était confirmée par l’exception des franchises11. Mais Prato pesait moins lourd que Sedan aux yeux de la nouvelle bureaucratie. Il n’y eut donc pas d’exception. Tout au plus permit-on, en décembre 1810, l’ouverture au sein même de la ville d’un nouveau bureau chargé de délivrer les laissez-passer. C’était pour Prato comme un baptême du feu du changement qu’apportait avec elle la nouvelle administration. Elle suscita néanmoins également de nombreux espoirs.

De nouveaux jeux institutionnels

  • 12 Sur l’abolition des corporations en Toscane, voir C. Maitte, 2001 (à paraître). Le cas de Venise, é (...)
  • 13 Sur ce sujet, voir J.P. Hirsch, 1991, notamment p. 103-104 où il souligne l’ambiguïté fondamentale (...)
  • 14 Rappelons que Florence fut dotée d’une chambre de commerce de 1770 à 1782, voir à ce propos Ristori (...)
  • 15 S.A.S.P., Mazzoni, lettre de Lazzero, 5/9/1808.
  • 16 Ne pourra être reçu membre qui n’est pas manufacturier, fabricant, directeur de fabrique ou n’a pas (...)
  • 17 Decreto della Giunta Straordinaria di Toscana…, cité par R. Ristori, 1963, p. 180.
  • 18 S.A.S.R, Comune, 727, 30 aprile 1810.
  • 19 Les membre de la Chambre, outre le maire N. Mazzoni, lui-même « négociant », étaient Becherini, P. (...)

6Si en Toscane les Français n’eurent pas besoin d’abolir les anciennes corporations12, leur arrivée entraîna par contre la création, ici comme ailleurs, des chambres de commerce, rétablies en France en 1802, après avoir été abolies en 179113. Florence, qui avait été siège d’une des premières chambres italiennes, en fut évidemment dotée par les Français14. Malgré ses espoirs, Prato n’eut au contraire pas cet honneur, réservé uniquement aux plus grandes villes de l’Empire. L’importance de son activité manufacturière fut néanmoins reconnue par la Junte extraordinaire de Toscane qui décida, en août 1808, d’y installer une Chambre consultative d’Arts et Manufactures. Cette création, qui précédait d’un mois celle de la Chambre de commerce de Florence, satisfaisait l’orgueil citadin des fabricants de Prato et leur laissait espérer que la primauté de Florence allait enfin cesser. Témoin parmi d’autres, Lazzero Mazzoni suivait avec intérêt les décisions gouvernementales et communiquait fièrement à son père, pour l’heure à Livourne : ici on établit une banque de manufacturiers, comme à Lyon, et Prato est considéré comme la tête de l’industrie toscane15. Le maire de la ville était le président de ce nouvel organisme et devait également constituer la liste des candidats parmi lesquels la Junte choisirait six membres : trois parmi les fabricants de draps, de bérets, les teinturiers ou les préparateurs des tissus de laine, deux parmi les papetiers, un parmi les marchands de cuivre. La composition tentait donc de refléter les principaux secteurs productifs de la ville. La chambre était strictement professionnelle, comme le précisait le décret de formation16. Ses attributions étaient cependant plus limitées que celles des chambres de commerce puisqu’elle devait uniquement faire connaître, conformément à la disposition de l’Article trois de la loi du 22 germinal, les besoins et les moyens d’améliorer les manufactures, fabriques, arts et métiers. La Chambre consultative enverra les projets et les mémoires au sous-préfet de son arrondissement, qui les transmettra avec ses observations au préfet. Les préfets seront obligés de les envoyer au Gouvernement avec leur avis17. Mais l’espoir naissait et l’on estimait à Prato que cette chambre fait revivre quelque part d’une certaine façon l’Art de la laine supprimé18 : à l’exception d’un de ses membres, tous les autres étaient en effet impliqués, personnellement ou par des liens familiaux, dans les trafics textiles de la ville19. De cette façon, certes partielle, selon le mode censitaire et cooptatif qui était la règle, cette institution contribuait à faire de nouveau entendre la voix des fabricants de Prato. Ils ne s’arrêtèrent pas à ces prémisses.

  • 20 S.A.S.P, Cancelleria, 727, 1808.

7L’une des demandes les plus significatives de la chambre fut en effet celle de l’instauration d’un tribunal des prud’hommes considérant que dans une ville manufacturière, il peut fréquemment naître des différents entre les ouvriers et les artisans20. La distance et la perte de temps qu’impliquait le déplacement dans une autre ville étaient les motifs invoqués par la requête : en effet, la réorganisation judiciaire avait placé à Pistoia le tribunal de première instance dont dépendait maintenant Prato. En fait, les fabricants s’inscrivaient ainsi dans une histoire de longue durée au cours de laquelle Prato tenta d’acquérir bien difficilement une autonomie de gouvernement : du statut de ville (1653) à celui de province (1992), le chemin fut ardu, caractérisé par la volonté d’indépendance de la cité, soucieuse de pouvoir gérer elle-même ses affaires, sans plus être soumise à l’une de ses plus puissantes voisines, tantôt Pistoia, le plus souvent Florence. Plus pratiquement, la demande des fabricants soulignait une certaine inadaptation de l’organisation instaurée par les réformes léopoldines : la négation d’une justice spécifique du commerce siégeant à Prato avait signifié l’installation d’un système, non seulement incommode, puisqu’il requérait le déplacement dans une autre ville, mais aussi confus, du fait qu’un tribunal ordinaire jugeait les causes commerciales et les conflits du travail. La requête des fabricants étaient donc doublement significative. Ils obtinrent en grande partie satisfaction par l’instauration en 1812 d’un tribunal de commerce. Présidé par Giuseppe Martini, l’un des « négociants » majeurs de la ville, il fonctionna visiblement assez bien. Il réglait les litiges entre négociants concernant les échéances de paiements, arbitrait en matière de faillites : ses registres dénotent d’une assez grande activité et témoignent de son utilité.

  • 21 A.N.P., F6 II Arno 12, dossier 1808-11.

8Munis de ces deux nouvelles institutions, les fabricants de Prato pouvaient déjà être satisfaits des nouveautés institutionnelles de la période française : elle leur apporta de surcroît un renouveau de légitimité et de représentation au niveau communal. L’administration communale française représentait en effet a priori un profond bouleversement des institutions préexistantes : à la gestion collégiale se substituait pouvoir et responsabilité accentués du seul maire, la Commune cessait d’être un organe autonome pour devenir essentiellement un relais du pouvoir central, le tirage au sort était remplacé, pour toutes les charges municipales, par l’élection ou le choix direct de l’administration préfectorale. Les mécanismes de reproduction du groupe dirigeant étaient donc sévèrement menacés. La nomination directe du maire fut le premier acte de cette perte de contrôle de l’élite traditionnelle : Niccolò Mazzoni, nommé premier citoyen de Prato par la Junte Extraordinaire en 1808, était bien un nouveau-venu, inconnu des antiques bourses du magistrat de la ville. Avocat, il ne disposait, lors de sa première nomination, que d’un revenu de 3000 francs : ce n’était donc pas le propriétaire que la Junte promouvait en lui, ni l’homme influent par sa fortune ou ses activités, mais avant tout le fidèle jacobin, un de ceux qui avait déjà participé à la municipalité philo-française de 179921. Il prouverait en effet sa fidélité et sa compétence, son attachement aux intérêts de la ville surtout. Or, il ne faisait aucun doute pour lui que les intérêts de la ville étaient liés à ses commerces et à ses manufactures, lui dont les activités se situaient au carrefour du négoce et du travail de la paille, alors en pleine expansion.

  • 22 S.A.S.P., Comune, 724 : l’annotation concernant les simples marchands porte en effet qu’on ne peut (...)

9Si cette nomination marquait les temps nouveaux, les anciennes règles du jeu communal ne furent cependant pas totalement oubliées : les listes envoyées par le maire en vue de la formation du Conseil Communal ne connaissaient bien sûr plus de nobles ou citadins. On était désormais possédant, vivant à la ville ou à la campagne, marchand-possédant ou simplement marchand (une catégorie pour laquelle l’absence de rente foncière rendait difficile l’évaluation du revenu22) lettré, sous ses deux formes de possédant ou non ; la catégorie des artistes enfin semblait plus un témoignage qu’un réel espoir de participation aux instances locales. Les changements de noms indiquaient plus qu’une simple modification d’étiquette : passer du statut de noble à celui de possédant était une perte de distinction, à l’heure où la propriété, et non le titre ou l’ancienneté du lignage, était promue pilier stable de l’équilibre social et de l’Etat. Cette nouvelle configuration des propriétaires, dont quelques jalons avaient été posés à l’époque de Pierre Léopold, était la base d’une possible fusion des élites dans une nouvelle catégorie ample, capable de regrouper à la fois les marchands possédants et les membres des anciennes familles nobles. L’appellation eut un succès durable à Prato. Par contre, passer du statut de citadin à celui de marchand tenait de la démarche inverse : non pas l’insertion dans un amalgame aux contours flous, mais l’indication précise des acteurs de la vie économique dont les activités expliquaient l’importance dans la société citadine et justifiaient le rôle au sein des instances de direction. Ainsi, ce n’était plus l’ensemble des citadins qui était potentiellement appelé aux affaires de la cité mais seulement ceux qui en dirigeaient les trafics les plus lucratifs. La reconnaissance explicite était d’importance et le poids des marchands dans le conseil municipal napoléonien fut sans aucun doute bien plus important qu’auparavant… et qu’après.

  • 23 G. Assereto, 1986, p. 766.
  • 24 Idem, p. 764.

10Parmi les possédants en effet, l’équilibre fut presque parfait entre anciens nobles et marchands : un dosage qui prend acte de façon cohérente des équilibres sociaux à Prato23. Ainsi, les fabricants de draps et de bérets se trouvaient largement représentés dans les nouvelles instances, dont ils se partageaient les charges avec les anciens nobles : une solution qui n’avait rien de bien vraiment neuf à Prato. Mais du moins était-ce la première fois que les marchands apparaissaient comme tels dans les instances dirigeantes de la ville et qu’ils y constituaient un groupe aussi nombreux. Si cela constituait une indéniable nouveauté, elle s’opérait pourtant sans rupture avec la période précédente, puisque parmi les 44 noms soumis au choix des nouvelles autorités, nombreux étaient ceux qui avaient fait partie depuis longtemps de la direction effective de la cité : l’ancienne élite citadine réussissait finalement à survivre, comme un peu partout en Toscane où la mobilité des groupes dirigeants fut moins forte qu’ailleurs24. Néanmoins à Prato, le poids traditionnel, mais désormais renforcé, des acteurs de la vie économique rendit la Commune encore plus attentive et plus sensible qu’auparavant aux problèmes industriels. Or, de ce point de vue, la période française fut essentiellement marquée à Prato par la découverte des nouvelles mécaniques qui commençaient à bouleverser un peu partout la production textile.

2. La découverte des mécaniques

  • 25 ASF, Pref. Arno, 476, 1811.

11Si aucune « machine » n’avait été introduite à Prato avant l’arrivée des Français25, tout n’était cependant pas archaïque dans les méthodes de production. Il faut revenir sur les acquis et les problèmes de la période antérieure pour mieux évaluer les initiatives et les résultats de l’époque française.

Prato et la mécanique au 18e siècle

12Certes, aucune innovation lainière n’est toscane à l’époque moderne, mais au fond, le Grand Duché n’était pas seul dans ce cas. Qui n’avait les talents de l’innovation développaient ceux de l’imitation, et dans bien des pays européens, l’Etat était souvent aux premières loges pour favoriser l’introduction des nouveautés. Encore fallait-il que les entrepreneurs y trouvent quelques intérêts et soient prêts à « reprendre l’innovation au bond » pour lui assurer des chances de vitalité. Demande des entrepreneurs-réponse de l’Etat, offre de l’Etat-réponse des entrepreneurs : de cette dialectique des rapports, nous n’esquisserons que quelques traits.

  • 26 A.A.G.F., Carte Bartolozzi, 182, ins. 114, c. 47 ; cité par P. Malanima, 1982, p. 239-40.
  • 27 Idem, p. 242.

13Dans le domaine technique comme dans les autres, il était dans la logique de la politique des Médicis que Florence recueille l’essentiel des fruits. Lorsque Cosimo III se mit en devoir d’introduire en Toscane les nouveautés venues de Hollande, il le fit donc au bénéfice exclusif des lanaioli de la capitale : ainsi, en 1708, le Grand Duc faisait venir un certain Francesco Gilibert au service de l’exercice publique de l’Art de la laine pour son habileté à fabriquer diverses qualités de cardes pour carder la laine à l’usage d’Angleterre et de Hollande ainsi qu’il n’a jamais été pratiqué jusqu’ici par les cardeurs florentins26. En 1715, l’Etat se chargeait de faire venir deux presses, également à la hollandaise, confiée à deux entreprises de la ville27. Enfin, à peu près à la même époque, deux « piles à la hollandaise » étaient construites dans la foulonnerie de Remole et leurs services bien entendu réservés aux drapiers de la capitale. Ainsi, les plus importantes nouveautés de l’époque apparaissaient bien en Toscane. Mais pas pour l’usage des fabricants de Prato dont le rôle était de rester cantonnés dans le textile de moindre qualité : défense leur était donc faite, comme à tous les drapiers de la campagne, de tenter de mettre à profit ces découvertes.

  • 28 Cf. Baggiani D., 1993 : il est cependant dommage que l’article ne prenne absolument pas en considér (...)
  • 29 S.A.S.P., Arti, 40. Le seul problème évoqué concernait la filature dont nous parlerons dans un inst (...)

14Avec les premiers Lorraines au contraire, la préoccupation de l’équipement en « machines » s’étendit à tout l’Etat. Preuve en est la question insérée dans le questionnaire de l’enquête de 1766 : si la fabrication peut se faciliter ; ou se rendre moins dispendieuse à l’aide de quelques machines ou instruments, desquels on manquerait. Bien sûr, ce n’était pas principalement aux machines dont quelques échos commençaient à arriver d’Angleterre que l’on pensait. Pourtant, l’attention était désormais tournée vers ce pays, et l’on traduisait dans les plus brefs délais, en 1773, un ouvrage paru à Londres l’année précédente traitant d’inventions mécaniques plus ou moins nouvelles28. Le souci existait donc et témoignait de la volonté de l’Etat de connaître des intéressés eux-mêmes quels étaient leurs besoins. Or, la communauté de Prato semblait dans l’ensemble satisfaite de ses équipements : les machines et édifices nécessaires pour chaque genre de manufactures… ne manquent pas dans la ville et son district29. En cette fin des années 1760, les fabricants de Prato ne semblaient rien désirer de crucial et rien attendre de l’Etat en matière d’innovation technique. Est-ce à dire qu’avant l’arrivée des Français, Prato avait végété dans un long sommeil technique ?

  • 30 Cf chapitre 5. Prato était néanmoins capable, aux dires de E. Bruzzi, d’attirer de nouveaux artisan (...)

15Les fabricants de Prato semblaient en effet à première vue plus profondément endormis que leurs voisins florentins. Les nouveautés hollandaises ne franchirent pas la faible distance qui les séparait de Prato : pourtant, plus que les décisions partiales du gouvernement ou l’absence d’esprit d’initiative des entrepreneurs, c’est l’inadéquation des nouvelles techniques à la production de la ville qui fut à la base de l’indifférence générale. En effet, les innovations hollandaises servaient essentiellement à la draperie de qualité et les investissements relativement lourds qu’elles nécessitaient n’étaient donc en aucune façon justifiés pour perfectionner le textile ordinaire de la ville30. Si Prato ne fabriqua pas « à la hollandaise », cela ne signifiait nullement que le secteur des apprêts fut frappé de léthargie : les calandres, les friseuses, les machines à lainer apparurent dans les ateliers assez précocement, nous l’avons vu. Au fur et à mesure des nouveaux besoins, les machines adéquates étaient introduites.

  • 31 S.A.S.P., Cancelleria, 726, Concurrents pour le prix d’encouragement, 1808.
  • 32 Idem.
  • 33 Les conflits pour l’utilisation de ce bien précieux étaient assez nombreux sans doute pour rappeler (...)
  • 34 S.A.S.P., Cancelleria, 726, Concurrents pour le prix d’encouragement, 1808.

16De ce point de vue, la production des bonnets levantins intensifia les efforts à la fin du XVIIIe siècle. Ainsi apprend-on l’initiative purement locale d’un artisan longtemps spécialisé dans l’aiguisage des forces de tondeurs, qui par la suite s’est appliqué à réduire à majeure perfection les foulonneries pour fouler les draps ayant réussi à inventer la façon de faire agir quatre piles avec la même quantité d’eau que l’on avait cru n’être pas suffisante pour en faire agir une seule. Cette invention a été adoptée par les frères Pacchiani et est demandée par tous les autres propriétaires de foulonneries31 : on peut donc dater cette « invention » des dernières années du XVIIIe siècle, ou du tout début du nouveau siècle. A la même époque, Santi Gualandi, autre artisan spécialisé dans les techniques de la finition, mettait au point une calandre qui se meut uniformément avec une force moindre que les autres32. Ces améliorations répondaient donc à un souci d’économie, exigence première de la manufacture : pas de piles à la hollandaise, mais des piles qui économisent l’eau, car elle était la première richesse du territoire et de son usage avisé dépendaient les possibilités de développement local, tous le savaient33. Les améliorations de G. Fineschi ou S. Gualandi, parce quelles épargnaient ce bien précieux, étaient adoptées sans tarder par l’ensemble des intéressés qui démontraient ainsi leur aptitude à saisir les innovations adaptées à leurs intérêts. Il en allait de même lorsque G. Fineschi, toujours lui, racontait comment il avait essayé de se rendre utile à l’art de la manufacture en perfectionnant la manière de lustrer les draps avec une économie considérable de feu et avec majeure facilité34 : le bois, une autre énergie précieuse qu’il fallait épargner de toutes les façons.

  • 35 Idem.
  • 36 Florence fut de ceux-là puisque S. Gualandi se mit à fabriquer des ciseaux à la mode de ceux qui se (...)
  • 37 Pilisi J., 1954, p. 532.

17Toujours sous l’impulsion de la nouvelle manufacture de bérets, on tenta également de construire et de perfectionner les outils nécessaires à ce nouveau travail : P. Arrighetti rappelle encore comment jusque 1790 les fabricants de bérets à la levantine se trouvaient embarrassés pour aiguiser les ciseaux qu’ils utilisaient, et, outre avoir trouvé la plus grande perfection, il introduit l’art de les fabriquer neufs, de bonté telle qu’ils furent supérieurs à ceux de France, et il fut en mesure de pourvoir les fabricants de la Toscane comme de même les fabriques de Lucques, Rome et Naples35. Ainsi se constituait à Prato un petit groupe d’hommes capables de mettre leurs savoir faire au service des exigences les plus vitales de la manufacture, et acquérant même une maîtrise suffisante pour prétendre pourvoir de leurs imitations d’autres centres de fabrication36. D’ailleurs les recherches des artisans continuèrent, puisqu’en 1811 M.de Bardi du « musée de Florence » a présenté à la Société d’encouragement pour l’Industrie nationale l’invention d’un mécanicien de Prato consistant en une paire de forces démontable en trois pièces. Les lames étaient réunies à l’anneau par deux gros boulons. Ceci pour éviter de briser le ressort avant l’aiguisage et le ressouder après37. Une innovation intéressante, qui était « dans l’air » des plus grandes manufactures européennes : on en parlait à Verviers depuis 1807, Joseph Wagner à Presbourg mettait au point un mécanisme similaire en 1816, Dubois Poncelet à Sedan prenait un brevet en 1818, etc. Prato se trouvait donc au diapason des autres manufactures. Pour les techniques qui abaissaient les coûts et nécessitaient des investissements modiques, ses « mécaniciens » excellaient et n’avaient à baisser la tête devant personne.

  • 38 Il est en fait très difficile de comprendre avec exactitude et certitude les instruments utilisés. (...)
  • 39 S.A.S.P, Arti, 40.
  • 40 P. Malanima, 1982, p. 238.
  • 41 Endrei W., 1968 ; il y a pourtant également clans ce cas un problème de chronologie puisque d’après (...)

18L’optimisme n’était cependant pas de mise dans d’autres domaines de la manufacture, en particulier dans la filature du lin, de l’étaim ou du chanvre : le fuseau et la quenouille pesaient lourdement dans l’économie des coûts et des temps38. Les fabricants étaient précocement sensibilisés à la nécessité d’introduire toute amélioration technique susceptible d’accroître la productivité et de baisser les coûts : Mazzoni n’était donc pas le premier à se soucier de ce secteur qui constituait sans doute la principale préoccupations des entrepreneurs. C’était d’ailleurs le seul point sur lequel insistait le rapport général de la communauté de Prato lors de l’enquête de 1766. Il se faisait l’écho des plaintes des fabricants contre l’usage généralisé de la quenouille (rocca) qui produisait un profit mineur aussi bien aux marchands qu’aux femmes. Les fabricants souhaitaient au contraire pouvoir utiliser à cette fin l’instrument à l’usage de l’Allemagne et qu’on a commencé à introduire en Toscane, par le moyen duquel on facilite notablement la filature… qui produit à la journée le double de travail que celui qu’on pouvait retirer de la quenouille39. Difficile d’identifier avec certitude l’instrument en question : il ne pouvait s’agir du rouet à ailettes et pédales puisqu’il était utilisé dans les campagnes de Florence, selon P. Malanima40 depuis le milieu du XVIIe siècle pour la filature de la trame. Sans doute s’agit-il de la broche à double fuseau dont le système apparut probablement en Allemagne, à la suite d’essais initiaux pour faire filer une seule personne sur deux rouets41 : mais il semble étrange que Mazzoni ne mentionne pas ce double système qui, d’ailleurs, aurait dû procurer un avantage bien plus que double par rapport à la simple quenouille. Toujours est-il que les fabricants rencontraient ici de sérieux problèmes pour réaliser leurs vœux. L’organisation domestique et extrêmement déconcentrée de la production ne favorisait pas la diffusion de ces nouveaux instruments : on voit mal en effet comment les fabricants de Prato, ou de Florence, pouvaient persuader la fileuse du Casentino, avec laquelle ils n’avaient aucun contact direct, de substituer un instrument rustique et séculaire à un outillage plus moderne qui supposait un changement des habitudes de travail et une dépense inusitée pour ces familles misérables payées de façon dérisoire. Les considérations de Mazzoni quelques trente à quarante ans plus tard montrent effectivement la lenteur du processus de diffusion de ce molinello qui semblait n’avoir été adopté que dans les zones les plus rapprochées de Florence : Fiesole et Settignano.

19Si donc le milieu textile avait prouvé sa vitalité technique et sa capacité de réception des nouveautés cohérentes avec les caractéristiques de la production, les fabricants se montraient néanmoins incapables – ou peu désireux – de résoudre, dans le cadre de la déconcentration productive, le problème de la filature. Ils semblaient également tout ignorer des nouveautés anglaises qui commençaient à mettre l’industrie textile en ébullition : seule l’ouverture forcée sur l’Europe et la venue des Français allaient développer la conscience du nouveau problème technique.

Prato à l’heure des mécaniques françaises ?

  • 42 A.N.P., F12 1227.
  • 43 Qualifié de prudent admirateur de Colbert, passionné par sentiment pour Sully, il sut éviter les ex (...)
  • 44 Idem.
  • 45 Cf. Assereto, 1986, p. 801 : La petite et vivace industrie de Prato, écrit à ce propos G. Assereto,(...)
  • 46 Cf G. Assereto, 1985, p. 293-305.
  • 47 A.N.P., F12 1611.
  • 48 A.N.P., F1E 90.
  • 49 A.N.P., F12 1227.
  • 50 Dont nous reparlerons sous peu.
  • 51 A.N.P., F12 1611.

20Pour tenter d’introduire dans ce pays les nouvelles lumières de l’industrie, la Junte Extraordinaire décida l’installation, en janvier 1809, d’une Ecole Communale d’Arts et métiers, dont Prato avait explicitement fait la demande42. Ainsi que l’expliquait le projet, Prato, malgré le déclin général des Arts en Toscane, fut assez heureuse de pouvoir conserver l’Amour du Travail et les Graines de l’Industrie, lesquelles avaient déjà donné une partie de leurs fruits grâce à la bienveillance de Pierre Léopold43. Néanmoins, les manufactures que l’on y fabrique, mis à part l’article béret… sont très loin de la perfection pour pouvoir concourir dans le grand marché des nations44. L’enjeu était clair : si Prato était resté jusque là cantonné dans le cadre régional ou, tout au plus, inter-régional, l’Empire mettait son industrie à l’épreuve d’un marché beaucoup plus vaste où les manufactures étaient beaucoup plus nombreuses et perfectionnées. S’adapter ou mourir devenait peu à peu le leitmotiv de toute la ville. L’école devait permettre ce rapide apprentissage des nouveautés mécaniques : l’Empire devenait une chance de renouvellement45. Les administrateurs français présents sur place répondaient parfaitement à ces vœux : l’un des principaux responsables de la Junte toscane, De Gérando, se faisait le plus actif propagandiste d’une nécessaire promotion industrielle du Grand Duché qui compenserait ainsi la perte de son indépendance politique46 ; le préfet affirmait lui aussi qu’il fallait fournir aux manufacturiers de la Toscane les moyens de fabriquer le bon, sans qu’il excède les prix du médiocre47. Le génie imitateur du peuple toscan laissait présager les plus grandes chances de succès. Ainsi, les élèves, pouvait-on lire dans le décret de création, y seront exercés à la connaissance, à la construction et à l’usage des nouvelles machines perfectionnées dont les modèles seront à cet effet mis sous leurs yeux et à la pratique des procédés et des méthodes de perfectionnement des différentes branches d’industrie48. Gratuite pour les élèves originaires de la ville (les autres devaient payer vingt-cinq lires par an), l’école était placée sous la direction de la Chambre Consultative d’Arts et métiers et devait être composée de quatre ateliers : mécanique et menuiserie ; forge et fonderie ; filature, tissage de laine et coton ; teinture et apprêts des tissus. Le projet précisait les machines dont le gouvernement devait doter l’établissement : des machines à filer et à carder la laine, une machine à filer le coton, ainsi que les maîtres capables de les faire fonctionner, enfin un habile chimiste pour appliquer toute les lumières de cette science à l’Art tinctorial… spécialement en vue d’économiser la dépense49. Tout le reste, bâtiment, frais de fonctionnement, était pris en charge par la Commune. Un couvent désaffecté devait abriter l’Ecole, et la plus prestigieuse institution pieuse de la ville50, la Casa dei Ceppi en financerait le fonctionnement : dès 1809, elle commençait à payer le directeur, Lenoir, nommé par la Junte pour organiser la nouvelle institution, visiter les manufactures de la Toscane et chargé de se rendre à Paris pour faire l’acquisition des machines à filer et à carder nécessaires à cette Ecole51.

  • 52 A.N.P., F12 1611.
  • 53 S.J. Woolf, 1985, p. 36.
  • 54 A.N.P., F12 1611.

21Mais à Paris, personne n’avait l’intention de voir le projet aboutir. Le chef du « Bureau des arts et manufactures de la capitale » exposait sans détour son point de vue : sans établir aucune distinction entre les anciens français et les nouveaux, il ne convient peut être pas de développer et d’étendre l’industrie de ceux-ci en restreignant l’industrie de ceux-là. J’ajoute que la main-d’œuvre est à très bon prix dans la Toscane : qu’une fabrique rivale s’y établisse, celle qui se trouve dans l’ancienne France ne saurait soutenir la concurrence. De là une cessation du travail qui plongera dans la misère une foule de familles… rien n’est plus fâcheux qu’un déplacement d’industrie52. Ainsi apparaissaient clairement les divisions internes et les tensions à l’intérieur de l’administration française53, mais la politique de l’administration française en Toscane fut finalement soumise aux intérêts des manufactures métropolitaines. Devant les instances répétées du préfet, de De Gérando, le ministère proposait cependant une solution de « compromis » : seuls les ateliers de mécanique, de menuiserie, de forges et fonderie seraient ouverts dans un premier temps, les ateliers textiles étaient ajournés. On ne fournirait à Prato et Florence, où devait être ouvert un Conservatoire des Arts et métiers exposant les machines les plus modernes, que le dessin et modèle de celles qui ne pouvaient en rien être préjudiciables à la France. Ainsi comptait-on satisfaire le pays occupé en lui faisant entrevoir des facilités pour la suite et on ne compromettrait pas les intérêts de l’ancienne patrie54. Les réticences du préfet et les rappels constants de la mairie de Prato ne serviraient à rien : ni l’école de Prato, ni le conservatoire de Florence ne verraient le jour.

  • 55 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/5/1810.
  • 56 L. Bergeron, 1985, p. 41.
  • 57 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/7/1810.
  • 58 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/7/1810.
  • 59 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 5/9/1808.

22L’espoir était cependant long à mourir à Prato. En mai 1810, Vincenzo Mazzoni écrivait encore à son fds : l’école d’art et métier qui fut projetée… il y a deux ans… n’a eu aucun début mais l’on croit que l’Empereur maintenant veut absolument quelle aille de l’avant55. Il n’avait pas encore compris que les annexions n’étaient plus alors qu’un moyen de faire marcher les finances et la conscription56. L’évidence de la politique parisienne s’imposait cependant aux plus incrédules en juillet 1810 : le projet de l’école d’Art et métier est allé à l’air ; le détail serait trop long… le préfet a appelé le maire et lui a fait savoir que les machines de France ne sont utiles que pour des travaux de laine ordinaire…57. Tous comprenaient enfin que les machines n’arriveraient jamais. Le refus des Français était une déception amère, surtout pour ceux qui avaient manifesté leur confiance dans le régime. Mazzoni en témoignait encore une fois : figurez vous quand Geppino a entendu cette décision du gouvernement, comment il est resté stupéfié58. Geppino, alias Giuseppe Pacchiani, était en effet un de ceux qui avait cru dès le départ dans les possibles bienfaits de l’administration française et avait accepté de s’engager directement dans les affaires politiques en participant activement à la mairie de Prato, aux cotés de Niccolo Mazzoni, maire et entrepreneur. Dès 1808 Lazzero Mazzoni, lui, ne se faisait que des illusions modérées à propos de la bienveillance des Français. Lever mille et donner un, telle était, disait-il, leur maxime, mais tout est mieux que rien59. Restait en effet la prise de conscience de l’importance cruciale de ces nouveaux mécanismes : en cela au moins, la période napoléonienne eut un rôle fondamental. Les entrepreneurs de Prato savaient désormais que leur possibilité de survie « dans le grand concert des nations » dépendait en partie de l’adoption de ces nouveautés techniques. Puisque l’Etat impérial manifestait tant de mauvaise volonté, la commune tenta de mettre en œuvre ce qu’elle considérait de l’intérêt commun.

La commune et les mécaniques

  • 60 S.A.S.P., Comune, 703.
  • 61 Idem.
  • 62 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 4/3/1811.

23Au-delà de nombreuses mesures liées à des problèmes d’ordre strictement conjoncturel, les initiatives suscitées par la possible introduction des machines montrent en effet quelles étaient les directions d’action d’un certain nombre de fabricants, amplement soutenus par la nouvelle administration communale. La première initiative, datant de 1809, consistait à installer dans la ville une laboratoire de charité dans le but salutaire de bannir l’oisiveté, et de rendre utiles les forces du peuple, qui par l’effet de ses infirmités ou par manque de travail reste sans occupation et languit dans la plus douloureuse misère60 : une solution classique, commune à de nombreuses autres villes, toscanes et européennes. Or, à quoi pouvaient donc être plus utiles « les forces du peuple », si ce n’est à la manufacture ? Le maire se proposait donc d’installer dans ce nouvel établissement une machine destinée à faire travailler cent personnes de tous âges et sexes pour filer le chanvre et le lin, que doit construire le mécanicien Santi Gualandi. Actuellement je suis en train de former un projet pour faire agir cette machine par la force de l’eau, ce qui produirait une économie visible et améliorerait beaucoup le fil61. Santi Gualandi était un pur produit du milieu local : « mécanicien » jusque là essentiellement employé à améliorer le secteur de la finition, il se penchait maintenant sur la filature, secteur le plus problématique de la manufacture. Rien ne permet cependant de deviner quels furent ses modèles et ses sources d’inspiration en ce domaine. Du reste, si son effort est un beau témoignage de la vitalité du milieu local, son efficacité était loin d’être prouvée : à en croire Lazzero en effet, la machine de « maître Santi » était certes un beau mécanisme… pourtant le fait de ne pas épargner de bras lui enlève de l’intérêt62. Ce défaut était en effet impardonnable pour les fabricants, beaucoup plus intéressés par contre par la seconde initiative de ce genre.

24Elle date de 1813, à une époque où il était clair pour tous que le gouvernement ne fournirait pas les machines. Y furent impliqués les représentants d’une maison de construction liégeoise, les entrepreneurs et, bien sûr, la mairie de Prato. L’épisode est assez significatif pour qu’on reproduise le compte-rendu intégral qu’en fit Lazzero Mazzoni à son père Vincenzo, pour l’heure à Livourne :

  • 63 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 8/9/1813.

Un jeune d’une maison de Liège fabricant des machines à carder et à filer la laine est ici, ils en fabriquent en continuation pour différents lieux, ce jeune est plein d’habileté et de connaissances. Il a avec lui des échantillons de très beaux fils aptes pour la trame faits à la machine, qui à la main coûteraient Ll.3.4 la livre de seule filature, et certains mélangés de toute perfection. Il attend son principal qui aurait l’intention de vendre au moins deux assortiments de machines chacun étant de sept machines en commençant par le diable, carde élargisseuse, carde réunisseuse, filature en gros, et quatre filature en fin qui vont à la main, les autres à eau. Le coût de chaque assortiment est de 14/M francs et il nous a fait un calcul que chaque assortiment carde et file avec une dépense de 23 francs 100 livres de laine… ce qui présenterait un grand avantage… Le sieur Giuseppe (Pacchiani) s’est donné toute la peine possible pour l’amener chez le maire, lequel se montre assez porté à établir à Prato avec la Caisse de Bienfaisance ces deux assortiments et en attendant il a chargé ce jeune de lui faire une démonstration du coût, transport et produit du travail, et à l’arrivée du principal ils se concerteront pour la commission après l’accord du préfet sur le tout…le dit fabricant…s’attache à connaître combien de travail de laine se fait ici car il dit que l’intention de sa maison est que s’il ne trouve personne qui veuille acheter des machines, il veut établir ici quelqu’un de sa maison et mettre sur pied les machines et travailler pour son compte et cela ne lui réussirait pas mal, pour répondre au travail présent, il faudrait 10 assortiments63.

  • 64 L. Bergeron, 1972, p. 67-80.

25Quoique le nom du fabricant ne soit jamais mentionné, tout laisse penser qu’il s’agit de la célèbre maison Cockerill, installée à Liège à partir de 1807, qui a « fait » la révolution industrielle à Verviers et qui fournit en assortiments de machines les industries de nombreux départements, notamment méridionaux64. Ainsi l’Italie des départements se trouvait elle aussi comprise dans ce marché élargi du progrès technique, créé par l’Empire, dont parle L. Bergeron. L’administration française semblait prise de vitesse par les entrepreneurs étrangers qu’elle avait contribué à mettre en contact : les Anglais installés en Belgique partaient à la conquête de l’Empire, les Toscans ne demandaient pas mieux que de profiter de ces propositions.

26La venue du liégeois est surtout intéressante par la réaction quelle suscita à Prato. Plus que l’attitude individuelle des entrepreneurs, sur laquelle nous reviendrons, il faut insister sur le projet qui se dessine clairement dans le milieu entrepreneurial et municipal : faire porter par l’organisme local le poids de l’achat et de l’installation des machines. Au nom du bien de tous, les machines deviendraient patrimoine commun, une filature publique. Installées au centre de la ville, elles serviraient de cœur collectif à une filature modernisée et économique, d’autant plus économique que les entrepreneurs n’y auraient pas investi en capital fixe une partie trop importante de leurs capitaux. A l’autre bout du processus productif, l’installation des machines jouerait un rôle comparable à celui du séchoir récemment agrandi et perfectionné. Cet outil performant serait mis à la disposition des lanaioli, impannatori, petits et grands, mais surtout petits, pour profiter à moindre frais des bienfaits de la modernisation. Le projet était en même temps charitable car dans une vision du bien commun où la manufacture textile avait une place de choix, c’était œuvrer pour la prospérité générale de la ville et de tous ses habitants, en particulier les plus pauvres, que de mettre à son service les instruments performants qui la rendraient capable de faire face à la concurrence des centres textiles septentrionaux.

  • 65 Voir notamment Pinto G., Tognarini I., 1986.
  • 66 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 8/9/1813.
  • 67 L’enjeu était important et les tensions à ce propos furent nombreuses à l’époque moderne cf. notamm (...)

27C’est donc ce qui justifiait que les institutions de charité jouent un rôle de premier plan dans ce projet : c’est en effet grâce à la Caisse de Bienfaisance, comme le rappelle Lazzero, que les machines pourraient être installées dans d’anciens couvents suffisamment grands et bien équipés en eau. D’ailleurs, si ces fonds ne suffisaient pas, on se proposait de mettre à contribution une nouvelle fois ceux de la Casa Pia dei Ceppi : fondée au XVe siècle par le célèbre Francesco di Marco Datini, elle était rapidement devenue la principale organisation charitable de Prato, et n’avait cessé, depuis le temps lointain de sa fondation, de mettre son considérable patrimoine au service des pauvres de la ville65. En 1813, son administration avait réussi à dégager une avance pour l’économie de S.6/M qu’ils (les membres de la magistrature communale) veulent utiliser dans cette affaire pour L’avantage du pays66. Ce n’était pas la première fois que les fonds de l’institution étaient ainsi utilisés pour le plus grand bien de la ville : le prêt accordé aux marchands en 1782-83, précédemment évoqué, avait été pour une bonne part financé grâce à elle. La mairie impériale n’innovait donc pas lorsqu’elle proposait, en 1808-1809, d’utiliser les bénéfices de la célèbre maison pour soutenir le fonctionnement de l’Ecole d’Arts et Métiers, puis, en 1813, pour acheter les machines liégeoises. C’était, justifiait le maire, un usage adéquat à sa fonction de secours des pauvres de la ville, au contraire des déviations que lui avait imposé l’Etat. On supportait en effet mal à Prato les interventions du gouvernement central tendant à utiliser à ses propres fins l’important patrimoine des Ceppi67. En effet, la Casa dei Ceppi, comme toutes les autres institutions pieuses, faisait partie de la communauté, était administrée par la classe dirigeante et constituait à bien des égards un des enjeux de pouvoir les plus importants. Ces institutions constituaient en fait un élément important dans la construction et la dynamique du territoire de la manufacture de Prato, nous y reviendrons. En attendant, le projet d’installation des machines sous l’égide de la commune et pour le bien commun de la ville n’aboutit pas, faute de l’accord du préfet. La modernisation, souhaitée et encouragée dans la vieille France, dépassait difficilement les anciennes frontières méridionales. Il revenait donc aux entrepreneurs de tenter individuellement de faire reculer ces limites.

Les initiatives privées

28La correspondance des Mazzoni donne l’impression d’un milieu en effervescence. Les fabricants avaient compris le saut qualitatif que leur proposaient les machines. Beaucoup semblaient s’activer, au premier rang desquels les Mazzoni eux-mêmes.

  • 68 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 16/12/1807.
  • 69 Vincenzo, 16/12/1807.
  • 70 Idem.
  • 71 Giuseppe Pacchiani, 19/4/1808.
  • 72 Lazzero, 21/12/1807.

29Vincenzo, on l’a vu, redoutait avant tout l’immobilisme et la routine de la mauvaise tradition. L’arrivée et l’installation des Français stimulaient sa réflexion et l’incitait à peser les avantages et les inconvénients de l’introduction des machines. En 1807, il était désormais convaincu : je ne mourrais pas content si avant je ne vois qu’en Toscane ont été introduites les machines pour carder et filer la laine, pour obtenir les fils de la laine plus fins et avec économie dans le cardage et filature… là est le vrai point qui doit tenir à cœur de qui veut aller de l’avant et donner établissement à sa manufacture68. Vincenzo incitait ses fils à l’action : courage Lazzero, vous êtes jeune et ce ne serait pas une grande chose si vous deviez vous porter dans quelque pays du Nord et là essayer d’arracher quelque mécanisme qui puisse être utile à la fin escomptée69. Les contacts se multipliaient : fiai tenu quelque propos avec ce monsieur Ternò (sic) qui a les fabriques de draps à Reims en France et qui possède dans ses fabriques ces machines à carder et filer70. C’est bien avec les plus grands que Mazzoni s’entretenait. Les espoirs s’allumaient, les propositions se multipliaient, la fabrique était également contactée par un Suisse qui proposait de vendre ses machines. Cela permettait de comparer les différentes propositions. Celles du gouvernement apparaissaient les plus désavantageuses : le receveur général de Pistoia proposait un assortiment d’une cardeuse et de six fileuses pour 50 000 francs, alors que le fabricant suisse offrait ces mêmes machines pour 400 louis. Cette différence disproportionnée n’avait qu’une seule explication possible : je me doute que le receveur de Pistoia veut y faire sa spéculation et gagner quelque monnaie mais diable on entend de l’eau mais ceci est une véritable tempête71. Pour ne pas être soumis à pareilles conditions, Giuseppe Pacchiani ou Lazzero envisageaient d’aller en Suisse observer sur place l’honnêteté du correspondant et apprendre le bon usage des machines. Il semblait donc acquis que la mécanisation était la vraie route72 qui permettrait de résoudre les problèmes plus urgents de la fabrique. Cependant, après cette flambée d’intérêt en 1808, la correspondance se tait sur le devenir de tous ces projets : aucun sans doute n’aboutit, suivant en cela la destinée des initiatives publiques.

  • 73 Vincenzo, 26/3/1810.
  • 74 Lazzero, 30/7/1810.
  • 75 Pour éviter la diffusion de la nouveauté, Gaetano s’opposait à ce que la famille en fasse construir (...)

30La résolution restait toutefois et, en juillet 1810, c’était finalement de Rome que devait arriver chez les Mazzoni un loup73. Son principal avantage était d’économiser la main-d’œuvre : demain on licencie tous les garçons… il faudra pourtant donner à la laine un léger passage de camato pour lequel servira la force d’un garçon… deux garçons seulement serviront pour toute la laine que l’on pourra travailler74. On prévoyait de faire construire d’autres loups car Lazzero estimait à trois machines les nécessités de la fabrique. Mais il fallait avant tout garder le secret75. Les machines étaient comme les recettes de teinture : le privilège de celui qui en possédait le secret et jouissait seul des bénéfices quelles lui procuraient.

  • 76 Lazzero, 15/7/1813.
  • 77 Lazzero, 8/9/1813.
  • 78 Lazzero, 3/11/1813.
  • 79 Liège, 9/11/1814.

31Mais du moins les Mazzoni étaient-ils convaincus que le pas de la mécanisation devait être franchi ? Malgré les grandes déclarations de principe, ils hésitaient. En 1810, ils n’achetèrent qu’un loup. L’évolution du commerce et des manufactures ne dut pas les inciter à poursuivre leur première tentative de mécanisation. En 1813, ils semblaient désabusés : en ce qui concerne les machines je suis de son sentiment que pour la Toscane il n’y a pas lieu d’espérer, on n’y voit aucun fondement76. Certes, l’arrivée du commis de Cockerill faisait renaître les espoirs77. Le fabricant liégeois était convié chez les Pacchiani où on lui faisait visiter la foulonnerie, tout à fait adaptée à l’installation de machines. Pourtant, aucune de deux familles ne s’engageait. Lazzero se contentait d’émettre un souhait semblable à celui de son père en 1807 : il ne sera pas mauvais pour la Toscane que cette façon de travailler s’introduise, ainsi Ton commencera à avoir les fondements pour ensuite pouvoir soutenir la comparaison avec les travaux des manufactures étrangères78. Les contacts se poursuivaient et, revenu à Liège, le fabricant écrivait personnellement aux Mazzoni afin de les inciter à nous favoriser de vos commandes pour un projet si utile et désirable pour la fabrique de Prato79. Mais rien n’avait abouti sous la période française. Il en allait de même pour les autres fabricants.

  • 80 Vincenzo, 9/2/1810.
  • 81 Mais le mal de cette filature est qu’ils trouvent peu de mains qui veuillent s’y employer, bien que (...)
  • 82 Vincenzo, 2/7/1810.
  • 83 Vincenzo, 20/8/1810.
  • 84 Idem.
  • 85 Cf. les remarques en ce sens de W. Endrei à propos des rouets à double fuseaux allemands in W. Endr (...)

32Beaucoup s’intéressaient au coton ainsi qu’en témoigne Vincenzo : ici il y a des personnes qui se donnent grande peine pour introduire la filature du coton et plus que tout autre chose ils ont à cœur de faire venir les machines parce qu’ils les trouvent plus utiles que les filatoi et il y en a déjà quatre sur pied de ces machines qui agissent quotidiennement et Bianchi en installe deux, et il y a également qui fait filer le coton avec les mulinelli…80. Les « machines » – terme générique qui recouvrait sans doute des réalités fort différentes –, suscitaient cependant les réticences de la main-d’œuvre81, peu disposée à changer ses habitudes de travail pour s’adapter à de nouvelles techniques qui signifiaient l’abandon du travail à domicile : il fallait plus qu’une augmentation de salaire pour résoudre les femmes à quitter maison, travaux domestiques et agraires, souplesse dans la gestion de leur temps. De nombreux fabricants semblaient cependant prêts à tout faire pour tenter d’en développer l’usage, certains tentaient d’organiser la formation : Carlo Chiti… a dans sa maison une école de jeunes filles qui apprennent à filer le coton avec les mulinelli82. Un jour suffisait pour obtenir de meilleurs résultats qu’avec la quenouille83 et le prix des outils n’était pas excessif : 10 Pavoli l’un et ils sont de très longue durée84. Mais ces tentatives, si fructueuses soient-elles, n’avaient pas grand chose à voir avec les efforts de mécanisation. Au contraire, elles constituaient une espèce de succédané, qui accroissait certes la productivité mais ne changeait en rien le système productif, n’alourdissait que faiblement les investissements fixes et permettaient d’avoir un peu plus vite un fil un peu plus fin sans avoir pratiquement rien changé85. D’ailleurs, si la fièvre mécanicienne gagnait également le secteur lainier, où beaucoup de fabricants s’interrogeaient en même temps que Mazzoni sur l’opportunité de mécaniser, les doutes étaient les mêmes pour tous et aucun entrepreneur ne se décida à faire le pas de l’investissement pendant la période française. Lazzero écrivait à son père début janvier 1814 : le fabricant liégeois en Toscane n’a rien conclu, et je crois qu’il retournait en Brabant.

33La période française avait donc fait connaître les machines et suscité l’enthousiasme à leur propos mais l’incertitude de la situation avait rendu les fabricants prudents et finalement raisonnables, car dans les circonstances présentes du commerce, il aurait été sans doute inconsidéré d’immobiliser de trop importants capitaux sans espoir de rentabilité rapide.

3. La montée des incertitudes

34La montée des incertitudes se décèle d’abord à Livourne dans la désorganisation des réseaux de vente ordinaires. Une bonne part de la production de Prato reposant désormais sur les bonnets levantins, la crise des trafics maritimes fut évidemment un rude coup porté au dynamisme de la ville.

Vendre en temps de crise

  • 86 A.S.L., Comunità, b.633: Prospetto della situazione della Comunità di Livorno nesuoi rapporti econo (...)
  • 87 Idem ; cf. également C. Carrière, M. Courdurié, 1975, p. 39-80.
  • 88 Filippini J.P., 1975 et 1985, p. 321-337.
  • 89 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/5/1812.

35Jusqu’en 1808, malgré les remous conjoncturels, Livourne avait en fait plutôt profité de la situation, notamment à cause du ralentissement de l’activité des ports de Marseille et Gênes. Sa neutralité au sein de l’état de guerre avait été une fois de plus cause première de sa brillante apparition86 : en effet, comme le reconnaissaient déjà les contemporains, le temps de la plus grande prospérité de Livourne ne fut jamais celui de la Paix Générale87. Le passage sous le contrôle direct des Français marqua le début d’une crise profonde qui vit en peu d’années s’écrouler les bases de la prospérité du port88. Les voies du commerce se rétrécissaient rapidement : l’Europe du Nord, le Levant, les côtes de Barbarie, l’ensemble des relations commerciales de Livourne était touché par le blocus continental. L’activité se limitait de plus en plus au seul cabotage. A partir de 1810, les voies de mer étaient pratiquement interrompues, les chemins de terres toujours plus incertains. La stagnation était générale, le port de Livourne, comme toutes les autres places maritimes, vivait en léthargie. En 1812, Mazzoni constatait la disgrâce de Livourne, enterré par les autres places de la Méditerranée et de l’Adriatique. Il ne reste qu’un peu de commerce avec Marseille et Gènes et il ne rend pas plus de 3 ou 4 %… ce sont toutes de mauvaises affaires limitées et connues de tous… tout court à la ruine89. Les marchands juifs et levantins qui contribuaient largement à l’animation du port quittaient la place, les faillites se multipliaient, les activités cessaient presque entièrement. Livourne subissait donc de plein fouet, comme les places françaises, les effets de la politique « continentale » de Napoléon qui entraînerait de profondes modifications de la géographie économique et sociale.

  • 90 Lazzero, 18/10/1810.
  • 91 Vincenzo, 03/1812.
  • 92 Idem.
  • 93 Voici comment Vincenzo évoquait les nouveaux parcours : je crois bien que ce capitaine fera sa prem (...)
  • 94 Lazzero, 30/4/1812.
  • 95 Cependant, pour exposer le moins possible les capitaux aux risques car difficilement on peut en fai (...)
  • 96 Les Mazzoni envisagèrent également de s’aligner sur leurs amis négociants en multipliant leur prése (...)

36Le commerce des bérets était touché comme tout les autres par le déclin des relations commerciales et le départ des commerçants levantins. La vente sur commissions se déréglait progressivement en 1810 : les délais de paiement des marchandises s’allongeaient à mesure que la situation s’aggravait90. Face à cette langueur des affaires, les Mazzoni étaient obligés d’adopter de nouvelles attitudes, de chercher leur propre réponse à la crise. La fabrication s’arrêta à peu près totalement. Mais il restait des bérets à écouler, de faibles espoirs de ventes. Pour ne pas perdre tout leur capital, les Mazzoni apprirent une nouvelle façon de commercer : l’envoi direct. Décision difficile car il fallait attendre de longs mois les résultats des ventes, risquer de perdre les bérets en mer ou sur la route, payer les assurances, engager en somme un capital nettement supérieur dans l’aventure commerciale. Ainsi, la première évocation d’une telle solution date de 1809, mais les Mazzoni hésitèrent jusque 1812. Les bouleversements s’aggravant, de nombreux Grecs ayant quitté la place, ils se décidèrent, essentiellement poussés par l’absence des négociants. Vincenzo s’informait alors de tous côtés, cherchait des amis et des appuis pour envoyer ses bérets à Costanizza, via Vienne91, à Gianina92, à Smyrne, pour laquelle Malte était devenue l’étape principale au su et au vu des Anglais93. De toute évidence, les voies du Levant se compliquaient considérablement et les envois risquaient de coûter fort chers. Les Pacchiani refusèrent de risquer sur des routes aussi peu sûres tant de capital94. Aussi les Mazzoni rachetèrent à assez bas prix à la société les bérets afin de les envoyer pour leur propre compte sur les bateaux en route pour Malte, ou sur les chariots en partance pour Costanizza95. Ainsi, tentaient-ils le tout pour le tout afin de continuer les affaires96.

  • 97 Cardoso expliquait alors à Mazzoni qu’avant d’avoir les retours, il faut deux ans et pour les retou (...)

37Ces solutions ne durèrent pour l’essentiel que le temps de la crise. Certes, on trouve encore trace après la Restauration d’envois directs effectués par la famille, notamment vers de nouvelles places de vente comme l’Egypte, mais ces envois redevinrent très minoritaires. Ils témoignent cependant que les solutions apprises dans l’urgence ne furent pas totalement oubliées ensuite. Mais en temps ordinaires, il ne leur convenait pas de se passer totalement des intermédiaires livournais. La vente directe allongeait les temps de retours des capitaux et nécessitait surtout de connaître parfaitement la conjoncture internationale pour ne pas perdre son capital dans un taux de change trop élevé ou une marchandise trop avilie. Bien sûr, les amis livournais renseignaient et conseillaient, mais une lettre en retard, un ordre mal donné, et la spéculation tournait au désavantage des Mazzoni qui ne pratiquaient pas sur une assez large échelle ce commerce pour récupérer ailleurs ce qu’ils avaient perdu ici. La vente directe resta donc essentiellement le recours désespéré des temps de crise, alors même que les risques étaient les plus grands97.

  • 98 Cardoso était prêt à conclure une affaire contre une moitié d’argent comptant et une moitié d’alun.
  • 99 De nombreux exemples dans la correspondance de cette époque ; voir notamment Lazzero, 4/12/1811.
  • 100 Voir une affaire de lin soi-disant de Crémone cf. Vincenzo 10/12/1810 ; plusieurs fabricants s’étai (...)
  • 101 Lazzero, 21/9/1814.

38Ces temps de pénurie et de solutions extrêmes virent également se développer les pratiques de troc. C’est en effet également en 1809 qu’apparaissaient dans la correspondance les premiers trocs de bérets98. Au départ peu favorables à ce genre de vente qu’ils considéraient comme un pis-aller, les Mazzoni durent pourtant s’y résoudre. Les bérets furent troqués contre les produits les plus variés : lin, coton, laine, sucre, fèves, eau de vie, poils de chameaux, caviar, colle, soie, encens, etc. Les négociations achoppaient souvent sur les prix respectifs à attribuer aux deux articles en discussion. Les discussions étaient infinies99, d’autant que ce mode d’échange nécessitait de connaître parfaitement les marchés, les orientations présentes et prévisibles du commerce, d’être capable de jauger rapidement toutes sortes d’articles. Le risque était évidemment toujours de se faire gruger sur la marchandise100. Mais les mauvaises surprises n’étaient pas à sens unique : croyez que je ne suis pas mécontent d’avoir fait cet échange, il est très vrai que le prix auquel sont vendus les bérets est assez peu, mais il faut prendre en considération qu’ils sont tous chancres et beaucoup étaient véreux, maintenant il faut bien sortir de La colle, pour améliorer cette mauvaise affaire101. Les trocs continuaient donc, variables au fil des années et des saisons. Utiles quand le numéraire faisait cruellement défaut, ils redevenaient rapidement marginaux quand la situation s’améliorait.

39Troc comme envoi direct ne faisaient que démontrer à la fois les difficultés croissantes du commerce et la volonté farouche de poursuivre malgré tout les affaires. La crise provoquait de semblables solutions d’urgence en matière de fabrication.

Rêves d’autosuffisance et dégradation qualitative des produits

  • 102 Il semble que ce phénomène soit alors essentiellement dû à la désorganisation des marchés de vente (...)
  • 103 Giuseppe Martini prévoyait d’envoyer un homme dans la Romagne (Lazzero, 19/5/1812) et Vincenzo Mazz (...)
  • 104 Gaetano, 29/5/1812.
  • 105 Lazzero, 5/6/1812.

40La crise commerciale n’avait pas fait que bouleverser les réseaux de vente internationaux, elle avait également touché les voies de l’approvisionnement, internes et externes. En 1812, la laine manquait102, au moment même où l’armée commissionnait des draps à Prato : il fallait agir. Gaetano décida d’aller étudier de plus près les troupeaux de Toscane, pour pourvoir à la situation du moment, pour prendre des contacts. De Sienne à Grosseto, il parcourut les collines de la Maremma en mai-juin lorsque se vendaient les fruits de la tonte des toisons de printemps. Observant et raisonnant avec les habitués de ce commerce, il choisissait les laines et en négociait le cours. Son initiative n’était d’ailleurs pas isolée103. En allant chercher directement la laine, les fabricants pensaient se passer des intermédiaires et l’obtenir ainsi à meilleur marché la laine. C’était l’affirmation d’un idéal de rapports directs entre producteurs et fabricants. Comme le disait Gaetano, maintenant on pourra en toute facilité faire achat de laines en ces lieux sans être soumis à personne104. Mais pouvait-on, réellement se passer des intermédiaires ? Les ventes de laine avaient leurs règles et leurs habitués que la venue d’un marchand étranger bouleversait. Rompant avec les mécanismes traditionnels d’achat, les entrepreneurs risquaient, comme le redoutait Lazzero, de mettre le feu aux prix105. De fait, Giuseppe Pacchiani se limitait à aller à Sienne et à Montalcino et payait finalement relativement cher des laines de basse qualité. Encore une fois, ce ne fut qu’une initiative des temps de crise. Les voies habituelles du commerce reprirent donc vite leur cours après la période française.

  • 106 Voir notamment Lazzero, 25/5/1812 déjà cité et Lazzero, 1/6/1812.
  • 107 Gaetano, 30/7/1817.

41Elle contraint cependant les fabricants à tenter d’autres expériences pour devenir autosuffisants. Ils envisagèrent en effet de devenir eux-mêmes éleveur de moutons, pour améliorer la race et pouvoir utiliser directement dans la fabrique le produit de cette nouvelle tonte. Il ne s’agissait plus seulement de se passer d’intermédiaires, mais bien d’intégrer activité pastorale et activité productive. Dès 1810, il semble que le beau-fils de Vincenzo possédât des moutons mérinois. L’administration napoléonienne soutenait en effet systématiquement de telles initiatives, destinées à améliorer les races locales. Les tentatives de contacts directs avec les producteurs effectués en 1812 permirent sans doute la concrétisation d’un tel projet106. Ainsi, le bouleversement des mécanismes habituels de vente avaient poussé l’un vers l’autre pasteurs et fabricants, et cette fois de façon durable, bien que minoritaire : l’idéal d’intégration dut en effet recevoir dès lors un début de concrétisation puisqu’en 1816, nous apprenons au détour d’une lettre l’existence à la fois d’un troupeau et d’un pasteur, Cristofano de Lucchio, liés aux Mazzoni. En 1817, le troupeau comptait déjà 180 moutons107.

  • 108 Gaetano, 1.3699.

42Par ailleurs, devant la difficulté croissante de se procurer des teintures de qualité à un prix raisonnable, Mazzoni s’engagea également volontiers dans les expériences préconisées par le gouvernement français : en 1810, se souvient plus tard Gaetano, on eut du gouvernement les semences d’une de ces variétés (de graines Kermes) en tant que fabricant de laine du département de l’Arno. Elles firent cultivées par mon habile père dans le jardin de notre maison de Prato108. Puis il chercha dans les environs de Livourne les endroits propices pour planter les petits houx sur lesquels croissaient généralement la graine d’écarlate. Réussissant dans son entreprise, il aurait pu également être autosuffisant en matière de teintures. Mais l’entreprise échoua et Vincenzo dut continuer à se casser la tête pour teindre à l’aide de drogues importées le mieux possible et le moins cher ses bérets, ce qui devint de plus en plus difficile après 1810. La crise internationale du commerce provoqua en effet l’arrêt des approvisionnements en laines espagnoles et des arrivages de produits tinctoriaux à bon prix.

  • 109 De nombreux témoignages dans la correspondance de Mazzoni qu’il est toutefois inutile de citer. C’e (...)

43Ainsi, malgré les tentatives d’adaptation et les solutions de rechange à peine évoquées, aucune ne fut en mesure de prendre rapidement le relais. La dégradation qualitative des productions fut donc le résultat visible des perturbations de la période française109, avant l’arrêt presque total des manufactures de bérets. Pourtant, contrairement à ce que pensaient toujours les Mazzoni, les bérets décadents se vendirent parfois très bien…

Une conjoncture mouvementée

  • 110 Vincenzo, 25/4/1810.
  • 111 Elle était évalué en 1813 à 96 caisses par an soit 11520 douzaines cf. A.S.F., Arno, 391.
  • 112 S.A.S.P., Comune, 704, 23/2/1811.
  • 113 A.S.F, Prefettura dell’Arno, 391.

44Ce fut le cas notamment en 1810 où les ventes semblèrent par moment s’emballer à tel point que Mazzoni se demandait, perplexe, ce que l’on faisait en Levant d’une telle quantité de bérets. La réponse arrivait quelques mois plus tard : certains négociants ayant pu réussir à faire naviguer sous drapeau ottoman, voilà qu’ils prenaient autant de bérets qu’ils pouvaient en avoir et ils les envoyaient en Levant pour pouvoir les troquer avec des marchandises et des produits de là-bas, lesquels marchandises ou produits leur auront coûté un pied au derrière110. Evidemment ces spéculations dont les plus gros bénéfices revenaient aux négociants ne duraient pas et contribuaient même à engorger le marché levantin, de toutes façons de moins en moins accessible. La production de bérets, évaluée par les statistiques françaises de 1810 à 130 000 douzaines par an, devait donc s’écrouler rapidement dès l’année suivante111. La situation en 1811 apparaissait particulièrement bloquée : il ne faut pas se faire d’illusions, écrivait le maire, les fabriques de bérets sont presque complètement fermées et les informations les plus sûres (indiquent) quelles cesseront totalement sans pouvoir prévoir l’époque où il sera possible de les réactiver au moins en partie. En ce qui concerne les draps et les autres genres de sottigliumi qui sont les autres branches les plus fortes de ces manufactures, ceux-là aussi souffrent une baisse qui met en consternation tous les fabricants, privés jusqu’à maintenant de la plus petite commission et nous met à la veille de voir diminué sensiblement ce genre de travail également112. La situation était d’autant plus dramatique que les prix des grains avaient eux entamé une ascension vertigineuse qui devenait surtout insupportable aux citoyens non propriétaires, vivant de l’exercice d’une profession… les cris du peuple ont commencé de se faire sentir dans les communes de Prato et de Pistoia113. Comme dans de nombreuses places manufacturières, les années 1810-13 furent particulièrement mouvementées et difficiles. Mais si elles virent la remise en question des anciennes solutions, elles ne signifièrent pas forcément l’arrêt total des manufactures.

  • 114 S.A.S.P., Mazzoni, 18/11/1808.

45Les registres du séchoir public permettent de connaître au moins partiellement les productions de draps de ces années et leurs variations. D’après cette source, 1811 présentait encore une hausse de la production, mais à partir de la mauvaise foire de cette année, la production diminua : en 1812, la baisse fut sensible et visiblement durable. Pour les sottigliumi, les travaux de lin et de coton qui s’étaient développés à Prato, les difficultés dataient d’ailleurs de 1808 à cause du manque des matières premières114.

Graphique 31. Nombre de draps portés au séchoir 1808-1814

Graphique 31. Nombre de draps portés au séchoir 1808-1814
  • 115 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 15/2/1812.
  • 116 Vincenzo, 9/5/1812.
  • 117 Lazzero, 1/6/1812.
  • 118 Lazzero en rejetait la faute sur les fonctionnaires impériaux qui prennent les plus mauvais draps p (...)
  • 119 Lazzero, 25/2/1814.

46Pourtant, les statistiques départementales de 1812 indiquent des chiffres tout à fait surprenants : 1.200.000 mètres de toiles et 12000 pièces de draps, soit beaucoup plus que ce qu’indiquent les registres du séchoir mais aussi beaucoup plus que tous les chiffres antérieurs. Il faut bien sûr considérer ces données avec précautions d’autant plus qu’elles peuvent se référer davantage à la situation des années précédentes qu’à celle de l’année en cours. Pourtant, elles sont l’indice que l’époque française ne fut seulement synonyme de léthargie industrielle. En effet, les difficultés des secteurs « traditionnels » – draps, toiles et bérets – furent en partie compensée par l’obtention de commissions militaires, fruits sans doute du nouveau rôle politique que jouaient les fabricants au sein de la mairie. Giuseppe Pacchiani, visiblement particulièrement bien introduit dans le milieux gouvernementaux, obtenait en effet en 1812 pour l’instant une commission de 1500 bras de dobretto noir pour les guêtres, pour les draps blancs, ils auront seulement la commission du petit uniforme de la Garde nationale115. Les Mazzoni-Pacchiani, bien sûr aux premières loges des commandes, prévoyaient de faire société avec leur concurrent en bonnets Giuseppe Martini, car il faut considérer que le travail ne sera pas de petite quantité et les laines ne s’achèteront pas chères116. De bonnes affaires en perspective pour qui avait encore des capitaux à investir, avec pour toile de fonds la consolation morale de donner un peu de travail à ces désespérés117. En effet, le travail regagnait par ce biais Prato qui se confrontait également avec des exigences de qualité visiblement différentes de celles qu’elle avait toujours suivi : en juillet 1812, Lazzero notait que le travail des commissions est devenu désespéré à cause du rejet qu’il font118. Martini se voyait refuser parfois plus de 80 % de sa production, parfois 50 % : il était parfois difficile de traiter avec des « étrangers » aux façons et aux habitudes de Prato. Pourtant, les affaires ne devaient finalement pas être si mauvaises puisque les commandes arrivaient encore en 1814. Lazzero constatait alors que pour ce pays ce travail a été une belle ressource, il n’y a pas un métier vide et les battilani travaillent jusqu’à dix heures du soir, une chance inouïe autrement cela serait allé très mal, en devant compter sur les draps pour usage du Pays car il y a quelques temps que tout dort et ils ne reçoivent plus de commissions et ce sera pire si des manufactures anglaises arrivent119. La Restauration promettait donc de nouvelles incertitudes.

47En attendant, la période française avait également poussé les entrepreneurs les plus dynamiques à s’adonner à d’autres stratégies de survie de crise : puisque rien n’était sûr, ils avaient développé toutes les spéculations possibles, renforçant leur cœur négociant, ainsi que le montre l’extrême diversification des activités des Mazzoni durant cette période.

Les bonnes affaires des temps de pénurie

Spéculer sur les comestibles

  • 120 Leurs échantillons de grains étrangers étaient alors froidement accueillis cf. 15/12/1799. En effet (...)
  • 121 Lazzero, 30/9/1814.

48La période française ne créa pas l’engouement des Mazzoni pour les denrées comestibles car dès les premières années de la correspondance, nous les surprenons en train de vendre des grains en même temps que du coton et du lin120. Mais à partir de 1810, la crise des autres secteurs parait pousser les Mazzoni à renforcer leurs intérêts pour les denrées alimentaires. Leurs lettres se remplissent du prix des différentes sortes de comestibles sur les principaux marchés toscans : Livourne, bien sûr, Prato, Pistoia, Pise et Florence. Ils échangent annonces d’arrivages, ordres d’achat, réflexions générales sur l’évolution probable du commerce. L’exercice était ardu. Pour Lazzero d’ailleurs, spéculer en comestibles est une devinette121. II fallait constamment parier sur des facteurs aussi divers que les récoltes, les besoins, les arrivées de grains étrangers et les autorisations d’exportation. Plus que tout autre commerce peut-être, celui-ci réclamait une attention constante et perspicace aux équilibres internationaux. Chaque lettre en provenance des autres places était chargée d’informer sur les variations des cours. Les Mazzoni tentaient leur chance, espérant deviner juste. Le jeu leur semblait valoir la peine.

  • 122 Ce ce qu’expliquait parfaitement Lazzero en 1812 : la récolte de châtaignes se confirme assez mauva (...)
  • 123 Même si Vicenzo se réjouissait aussi de l’extension de la culture de la pomme de terre en Toscane s (...)

49Leur activité devenait en ce domaine frénétique. Ils achetaient à Prato, Pistoia, Pise, Dicomano, pour la Toscane ; Rome, Bologne, Modena pour l’Italie, Livourne pour les cargaisons en provenance du Levant et du sud de l’Italie essentiellement. Ils vendaient de même à Livourne, Prato, Florence, ou renvoyaient à l’étranger les cargaisons si les spéculations y étaient plus favorables. De cette avalanche de transactions, on peut retenir quelques grandes directions. D’une façon générale, le bon grain toscan, qu’il soit de Prato-Pistoia ou de la Maremme, était dirigé vers Livourne pour la consommation locale du port ou pour l’exportation. Les denrées de moindre valeur, fèves, lupins, maïs, seigle, orge etc, étaient, elles, envoyées vers les marchés toscans pour satisfaire les besoins des paysans et des montagnards. Si la récolte de châtaignes était faible, il était sûr que le prix des céréales les plus pauvres augmenterait122. C’était donc sur ces céréales des pauvres qu’ils spéculaient sans vergogne123.

  • 124 Lazzero, 13/11/1811.
  • 125 Lazzero, 2/12/1811 : ces ventes de farine ne nous porteront pas de bénéfice et vraiment ainsi on n’ (...)
  • 126 Vincenzo, 24/2/1812.
  • 127 Lazzero, 3/9/1813.
  • 128 Mais la pratique de ces années avait ouvert les yeux de Vincenzo qui distinguait trois sortes de bo (...)
  • 129 Lazzero, 23/2/1814.
  • 130 Bien d’autres produits alimentaires étaient susceptibles de s’entasser dans les magasins de Livourn (...)

50En plus de ces spéculations sur les céréales, les Mazzoni se mirent, suivant leur habitude, à s’investir également dans les opérations de transformation. En effet, si les exportations étaient aléatoires et les prix changeants, il était au moins certain que Livourne mangerait du pain et consommerait de la farine : les Mazzoni voulaient donc en fournir Livourne et Pise. A partir de 1811, une partie du grain qu’ils achetaient en Toscane était moulu à Petriolo, près de Florence, dans le moulin des Pacchiani à Prato, ou à Pise pour être vendu aux boulangers livournais. Ils comptaient leur fournir cent sacs de farine par semaine, – un tiers de la consommation hebdomadaire de la ville selon leurs estimations124 –, et gagner une lire sur chaque sac vendu. L’optimisme initial laissait place à de plus tristes constatations lors des premiers bilans125, mais n’empêchait pas la poursuite du trafic car l’absence de profit immédiat était attribué au manque d’expérience126. Pourtant, la dégradation des conditions économiques des habitants remettait sérieusement en cause la consommation de pain blanc et les boulangers que pourvoyaient les Mazzoni connaissaient tous des difficultés. En 1813, Lazzero reconnaissait que leur tentative n’avait pas été couronnée de succès : j’ai vu que dans le cours de deux années de trafic à faire le spéculateur et à être obstiné dans les ventes de farine, on n’a fait aucun gain127. Les Mazzoni persévéraient cependant128. Même si leurs ambitions grandioses étaient nettement redimensionnées, ils fournissaient toujours le boulanger Mannetti de Livourne, et envoyaient occasionnellement quelques sacs de farine à Alessandro Martini qui les écoulaient pour eux à Florence. Contrairement aux affirmations alarmistes, le trafic de farine était profitable et continuait d’ailleurs après la Restauration : en 1814, Lazzero calculait un bénéfice de quatre mille lires129. De même, de septembre 1815 à mars 1816, sur les 1365 sacs de grains moulus à Pise, les Mazzoni retiraient un bénéfice de près de 6,5 %. Néanmoins, le grain et les autres denrées alimentaires représentaient le gros du trafic et des bénéfices : en 1816, les farines rapportaient certes 2600 lires, mais le commerce de grain avait lui permit d’encaisser 17 000 lires de bénéfice130.

51La période française avait donc renforcé la part strictement commerciale de l’activité des Mazzoni, mais c’était plus sous l’effet de la langueur des bérets et des draps que pour cause d’un changement d’orientation de la vocation familiale, dont le maître mot restait la diversité et la spéculation, le passage permanent du commerce à la transformation, du négoce à la fabrique. Quand tous deux faisaient défaut, il restait encore des solutions pour ne pas laisser dormir les capitaux.

Le commerce d’argent

  • 131 Lazzero, 11/12/1809.
  • 132 Gaetano, 5/4/1813 ; voir précédemment des remarques similaires : Lazzero, 27/3/1812.
  • 133 Vincenzo, 25/6/1813.
  • 134 Gaetano, 5/4/1813.

52C’est en novembre 1809 que les Mazzoni évoquaient pour la première fois le placement d’une somme d’argent, à court terme, trois mois, au taux d’intérêt usuel de un demi pour cent par mois. Une solution de pis aller, pour que les capitaux rapportent un minimum : c’est mieux ainsi que de les avoir sans emploi131, disait Lazzero. Dorénavant, ce genre de placement allait se multiplier. Il s’agissait ou de prêts à proprement parler, mais toujours à court terme, ou d’escomptes de lettres de change, en ce temps où tous étaient pressés d’avoir de l’argent. A chaque opération, les Mazzoni s’informaient précisément de la « solidité » du demandeur et s’assuraient qu’il avait les moyens de garantir sa parole et sa signature : il fallait connaître non seulement ses affaires commerciales, mais également l’étendue de ses biens fonciers, éventuellement hypothéqués en garantie du prêt consenti. Un patrimoine « embrouillé » pouvait donc être motif de refus. Les Mazzoni préféraient prêter aux négociants, commerçants, trafiquants en tout genre, car ils pouvaient savoir quels étaient les motifs du prêt et étaient assurés qu’ils avaient suffisamment de capital circulant pour effectuer les remboursements. Au contraire, il fallait se méfier des possédants : je ne sais quels besoins peut avoir celui qui n’a pas d’engagement commercial132. Les requêtes des commerçants étaient d’autant mieux venues qu’on les connaissait bien : les Mazzoni prêtaient à Landrini de Pise, leur correspondant, à Martini, Reali, Cicambelli de Prato, à Cardoso, un de leurs concurrents en bérets. A partir de 1813, les demandes se multipliaient pour escompter les lettres de change, en particulier à Prato : la roue qu’ils me font pour faire des escomptes est à ne pas croire. Le numéraire manque à tous et sans espoir de ressources133. A Livourne, la situation était à peu près semblable134 tandis qu’un intermédiaire de Florence proposait régulièrement aux Mazzoni de possibles placements.

  • 135 Vincenzo, 23/6/1812.
  • 136 Vincenzo, 28/4/1813.
  • 137 Vincenzo, 24/2/1800.

53Dès 1812, les Mazzoni avaient déjà engagés de fortes sommes dans ces affaires : le total des sommes employées entre cambiales et billets est de 35000/M écus, si l’intérêt est plus ou moins de 6 % on dépasse les 200 écus d’intérêt l’année. Mais Vincenzo s’inquiétait de ce commerce particulier qui, disait-il, ne pourra certainement pas se continuer parce que de toutes façons ce sont des affaires assez dangereuses135. Il ne s’agissait pas en effet du placement tranquille qui assurait généralement aux capitaux les plus divers une rente sûre et sans risque. Dans le jeu de l’escompte, une signature en faillite et tous les comptes pouvaient être remis en question, spécialement en période de dérangement du commerce. De fait, l’année suivante Lazzero et Vincenzo étaient obligés de se rendre à Florence pour soutenir leurs intérêts dans les nombreuses faillites que connaissait la place. Ils avaient alors plus de 40M pezze d’emplois entre Livourne et Prato136. Les inquiétudes de Vincenzo étaient ainsi rapidement confirmées, lui qui, toujours méfiant, interdisait à sa femme de prêter à quiconque sans son autorisation, car, disait-il, chacun cherche à faire le marchand avec l’argent des autres137. Quand la situation devint vraiment trop noire et que toutes les spéculations négociantes raisonnables devinrent trop risquées, les Mazzoni envisagèrent le retrait.

Investir dans la terre138

  • 138 Vincenzo, 21/10/1812.
  • 139 Lazzero, 28/2/1810.
  • 140 Lazzero, 14/2/1810.
  • 141 Lazzero, 2/9/1811.
  • 142 Lazzero, 14/2/1810.

54Face à la crise générale du commerce, les Mazzoni, comme beaucoup d’autres, songeaient à acheter des terres et à vivre de leurs rentes. A partir de 1811, leur volonté d’investissement foncier devient nette et affichée. L’année précédente, Lazzero estimait encore la décision prématurée : avant de se résoudre à acheter des terrains, il faut attendre encore quelques années, et l’argent manque chaque jour un peu plus… les terrains rabaisseront de 1/6139. Pour les terres comme pour les grains, il fallait savoir attendre le moment favorable pour acheter. Une autre raison poussait Lazzero à temporiser : il n’est pas bon de s’enlever des capitaux140. Mais lorsque le négoce ou la fabrique semblaient devoir rapporter moins que la rente foncière, la famille se résolvait à cet investissement. L’achat de terrain devenait alors un moyen pour établir une portion de nos capitaux sans crainte, autrement il ne convient pas de les tenir sans action ou employés dans les circonstances présentes dans l’incertitude du commerce tandis que toutes les affaires sont presque toutes dangereuses141. Mais la garantie d’un investissement foncier rentable était d’une part le choix judicieux des terrains et d’autre part la gestion directe des terres, autrement le paysan jouirait et l’agent s’enrichirait142.

  • 143 Lazzero, 17/2/1812.
  • 144 Lazzero. 26/8/1812.

55Cette résolution prise, il suffisait de rester à la fenêtre pour attendre quelque bonne occasion143. Dès 1812, Vincenzo, Lazzero, Gaetano se renseignaient, allaient visiter, comparaient les diverses propositions et calculaient avec la plus grande rigueur les possibles revenus de la rente. L’investissement qu’ils entendaient faire était de conséquence : en février 1812, Lazzero signalait la vente d’une fattoria composée de dix sept métairies situées en plaine, pour une somme totale de trente mille écus. On parlait ensuite de deux métayeries appartenant aux Salviati et, en août 1812, les visites redoublaient : la fattoria de dix sept métairies que les Pazzi possédaient à Prato était en vente ainsi que trois autres terres situées à Castello. Le jugement à leur propos était cependant péremptoire : c’est un lieu très beau. Il n’est pourtant pas pour nous parce que notre but doit être de faire un emploi qui soit utile, ce que ne démontre pas actuellement ce fond, si bien que c’est un lieu de plaisir pour quelque seigneur144. Entre le plaisir du seigneur et l’intérêt du marchand, la différence était de taille, même lorsque tous deux semblaient faire la vie du possédant. Pour l’heure, aucune proposition ne leur apparaissait pleinement satisfaisante et, en 1813, la quête se poursuivait essentiellement tournée vers la zone centrale du métayage et ses rentes élevées.

  • 145 Lazzero, 4/8/1815.
  • 146 Lazzero, 17/5/1816.
  • 147 La famille tentait l’année suivante d’affranchir cette terre des loyers avec lesquels on ne peut s’ (...)
  • 148 Lazzero, 13//8/1817. L’intérêt en était que le loyer se paye avec le seul produit des grains, le vi (...)
  • 149 Vincenzo, 8/7/1816.

56Au bout de tant d’efforts, les métairies de Salviati eurent la préférence des Mazzoni. Un accord était finalement passé, le rêve se réalisait enfin. Trop tard : en 1815, les Mazzoni cherchaient vainement à reprendre leur parole. C’est qu’entre temps, la situation commerciale s’était redressée. Lazzero, si acharné à l’achat, regrettait maintenant leur engagement : cela me déplaît pour cette année de devoir enlever une telle somme ainsi en comptant tandis que l’argent pouvait faire un bon emploi145. Au contraire, les Mazzoni étaient obligés de stopper les spéculations : on ne fait pas d’affaire, on met tout en sac pour payer les métairies146. Quelques mois plus tard, Gaetano achetait la métairie du Castagno147, et en 1817, Lazzero se voyait attribuer une métairie des Ceppi lors des enchères d’attribution des terres des institutions pieuses148. Dorénavant, les Mazzoni se souciaient de rendements : dans nos métairies le gros grain fait le 27/1, le grain fin entre 18 et 20149.

57Ainsi, la fièvre de terres avait gagné les Mazzoni lors des moments les plus critiques du commerce de la période française mais elle se poursuivait après la Restauration, désormais partie prenante de la stratégie de diversification du patrimoine familial. Les terres garantissaient et nourrissaient le commerce, les Mazzoni ajoutaient le grain de leurs terres aux convois qu’ils envoyaient à Livourne, leurs paysans cultivaient le mûrier et les cocons desquels leurs patrons tiraient la soie. Cette extrême diversification des stratégies apparaît donc bien comme la réponse à un moment d’incertitudes majeures et de crises. Mais seuls les plus grands étaient capables de ces jeux : le résultat des années françaises était également une certaine sélection dans le monde entrepreneurial.

4. Le groupe entre affirmation et renouveau

58La suppression des corporations avait entraîné une disparition des listes de fabricants puisque les enregistrements d’artisans préconisés par les lois de 1770 et de 1775 n’avaient jamais vu le jour, ou ne sont pas parvenus jusqu’à nous. A partir de 1808, ce sont les registres du séchoir public qui nous fournissent de nouveau jusqu’aux années 1880 les listes annuelles des fabricants. La nature des registres a changé, les informations qu’ils nous livrent également : non plus les noms des seuls fabricants de laine, mais ceux des seuls utilisateurs du séchoir dont les fabricants de draps mixtes pouvaient également se servir.

Un monde bouleversé ?

  • 150 Qui étaient eux-mêmes 40 % de plus que leurs collègues du milieu du XVIIIe siècle.

59Est-ce ce qui explique la croissance des effectifs par rapport aux derniers chiffres du XVIIIe siècle ? Les 48 fabricants qui portent leurs draps au séchoir en 1808 sont en effet 40 % de plus que leurs derniers collègues faisant enregistrer leurs draps150. Mais ils sont exactement le même nombre que les fabricants recensés par l’enquête de 1767. Alors, croissance du groupe ou, au contraire, grande stabilité ? Tout laisse penser que les fabricants étaient effectivement plus nombreux en 1808 car il est difficile de croire que tous se servaient alors du séchoir : l’augmentation n’est donc sûrement pas de quarante pour cent, mais elle n’est pas non plus nulle. Il y eut sans doute bien croissance de l’effectif à la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux meilleures années de l’époque française. Par contre, ces registres montrent également la crise subie par le groupe entrepreneurial lors des années les plus sombres de la domination française, de 1811 à 1814.

Graphique 32. Evolution des effectifs de fabricants au XIXe siècle d’après les registres du séchoir

Graphique 32. Evolution des effectifs de fabricants au XIXe siècle d’après les registres du séchoir

Source : S.A.S.P., Arte e Tiratoio, 159-215 : giornale del Tiratoio

60Pourtant, les listes de la patente de 1814 donnent à ce propos une toute autre impression. Ces listes sont certes problématiques car tous cherchent, sinon à échapper à la taxation, du moins à payer le moins possible. Certaines caractéristiques sont donc surprenantes : les foulons ont disparu, de la liste, pas de la ville bien sûr ; les teinturiers, recensés au nombre de quatorze dans la statistique industrielle de 1813, ne sont que neuf à payer la patente en 1814 ; enfin, le nombre total de marchands de draps, 32, est inférieur au nombre d’utilisateurs du séchoir cette même année. Certains sont en fait recensés dans d’autres catégories : les Pacchiani sont « marchands », les Mazzoni marchands de grains. Une remarque s’impose donc, que nous retrouverons : les sources brouillent de plus en plus les pistes des entrepreneurs. Il faudrait en fait déjà connaître tous les fabricants pour les repérer dans ces listes, en particulier parmi les chanvriers dont le nombre surprend : surprise partiellement levée quand on s’aperçoit que de nombreux utilisateurs du séchoir, fabricants des draps tout autre que de chanvre, se sont faits enregistrer sous cette rubrique.

61Si l’image du groupe entrepreneurial soumis à la patente est donc quelque peu déformée, on peut néanmoins en tirer d’utiles informations. Quatre-vingt trois personnes y sont taxées pour une profession liée au textile, soit un nombre supérieur à toutes les données précédentes… Comptabilisant comme fabricants à la fois les marchands en gros et au détail de draps ainsi que les chanvriers, on obtient un effectif de sortante sept entrepreneurs qui dépasse largement celui des utilisateurs du séchoir (une quarantaine). Il est cependant un peu rapide d’en conclure que plus d’un tiers des fabricants se passaient du séchoir public dans la mesure où l’on y trouve les plus grands, les Pacchiani pour ne citer qu’eux, mais aussi les plus modestes qui n’y font sécher que quelques pièces et peu de laine : il nous faut donc admettre que tout comme pour la production, il reste difficile de mesurer le nombre de producteurs échappant à nos listes annuelles.

Graphique 33. Composition du groupe entrepreneurial d’après les registres de la patente de 1814

Graphique 33. Composition du groupe entrepreneurial d’après les registres de la patente de 1814

Source : A.S.F., Prefettura dell’Arno, 520.

62Toujours est-il que l’image de la communauté textile que dessinent les rôles de 1814 (cf. graphique) reste sensiblement conforme à celle de 1767, au-delà des différences de classification qui rendent a priori ardue la comparaison. La distinction entre fabricants de draps de laine et fabricants de draps mixtes, reflet de la structure corporative, a disparu au profit d’une classification plus attentive à la taille et à la nature des affaires : un symbole du temps. On peut cependant douter de la réalité des distinctions opérées : les marchands en gros ne dédaignaient pas forcément la vente au détail et surtout, de nombreux marchands au détail de la liste commerçaient en fait en gros, tout comme beaucoup de chanvriers tissaient des draps. Quelques conclusions générales peuvent cependant être tirées : le maintien d’une structure proto ou pré-industrielle qui reste caractérisée par la présence de marchands-fabricants aux figures variées, depuis ces puissants marchands en gros dont le nombre est sans doute sous-évalué, en passant par les fabricants médiocres jusqu’aux petits impannatori que méprisaient les Mazzoni. A côté de ce pôle marchand, le secteur autonome de la finition se maintient, même si le nombre des entrepreneurs semble avoir diminué depuis 1767 : concentration majeure des activités dans les mains de quelques uns ? Processus d’absorpdon par les marchands fabricants ? Renouvellement du groupe à coup sûr car la comparaison avec les listes de 1767 permet de constater que seuls 37 % des membres de la finition de 1767 sont encore présents en 1814. Si les teinturiers sont toujours les plus touchés par le renouvellement, le mouvement de relève a désormais gagné les foulons dont seuls deux font encore partie des listes de 1814. Ils y sont toutefois privés de leur ancienne qualification, et sont alors devenus, pour les enquêteurs du moins, des marchands de draps au détail. D’ailleurs, le renouvellement est également le fait des fabricants puisque seul un peu plus de 30 % de l’effectif de 1767 est encore présent en 1814.

63A la fin de la période française, le milieu entrepreneurial textile semble s’être largement renouvelé : il existe certes un « noyau dur » de la fabrique qui réussit à persister au travers des vicissitudes de la fin du XVIIIe siècle et surtout des guerres et de la domination étrangère, mais la plupart des entrepreneurs du XVIIIe siècle ont été remplacés par des nouveaux venus, ou n’ont pas été remplacés car la période française est également marquée, notamment à partir de 1811, par l’intensité des départs définitifs. Or, ce sont essentiellement les plus petits entrepreneurs qui furent emportés dans la tourmente.

La faillite des petits impannatori

  • 151 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 23/9/1811.
  • 152 Vincenzo, 15/1/1812.
  • 153 Lazzero, 29/7/1812.
  • 154 Lazzero, 1/2/1812.

64La grande masse des entrepreneurs de Prato était encore formée par de petits fabricants qui géraient des entreprises modestes, dont le capital était extrêmement réduit. Les premières années de la période française ne rompirent pas vraiment l’élan du XVIIIe siècle, même si les registres du séchoir laissent percevoir un certain fléchissement dès le début. Les crises politiques variées qui touchèrent la Toscane comme les autres pays européens n’empêchèrent pas les entrepreneurs de faire leurs affaires comme auparavant. La continuité domine donc jusqu’en 1811. Par contre, tout s’enraya pour les petits impannatori à partir de 1811 : la crise générale des subsistances entraînait rapidement l’ensemble des activités dans la récession. Cette fois, le mal fut aggravé par les effets du blocus continental et du bouleversement complet des échanges traditionnels, nous l’avons vu. La perte de confiance et la restriction drastique des débouchés provoquaient le blocage des mécanismes de crédits. Touchés en premier, les modestes impannatori qui n’avaient cessé de s’endetter pour faire tourner des activités de plus en plus frappées par la crise. Mazzoni évoquait à ce propos l’important passif qu’ils endossent pour trouver de l’argent et cela ne peut les pousser qu’à la ruine151. La ruine et la faillite furent en effet le triste lot d’un grand nombre d’entre eux : la trace reste incertaine, mais une multitude de noms jalonnent les lettres des Mazzoni. Le gros de la déroute se situe en 1812 et semble commencer par la faillite d’un certain Bacci, revendeur de draps de laine et de lin et il a fauché 22 de ces misérables impannatori en tout pour la somme de 9000 écus152. Quelques mois plus tard, c’est la faillite d’un certain Bettazzi de Casale qui négociait les toiles et il est failli pour 36/M lires et il concernait presque tous les pratésiens et il n’y a qu’une médiocre répartition153. On entrevoit ainsi les mécanismes complexes de crédits qui lient les petits fabricants de Prato à certains revendeurs de Florence ou des bourgs : Bacci, Bettazzi étaient sans conteste des intermédiaires qui commissionnaient ou achetaient les draps aux impannatori, par exemple lors de la foire, et s’occupaient de les revendre dans le Grand Duché ou ailleurs. Ils devaient donc aux fabricants le prix de leurs draps, leurs faillites entraînaient celles de tous leurs fournisseurs qui ne disposaient pas de capitaux suffisants pour supporter un tel coup. Dès lors, le mouvement semblait continu. Le mois suivant Lazzero Mazzoni annonçait : ici beaucoup sont sur le point de faillir tandis que c’est comme une chaîne et cela produira de grandes misères. Ce pays est ruiné, tout à fait ruiné et avec le temps, il ne restera plus qu’une douzaine de fabricants sur pied154.

65Une génération en partie ruinée, des espoirs déçus, envolés en même temps que la prospérité de la ville : le coup fut dur, à la mesure de la crise. Elle était sans précédent depuis longtemps par son ampleur, par sa durée aussi. Mais ce n’était sans doute pas la première à laquelle succombaient les petits entrepreneurs de Prato : régulièrement, les mauvaises années provoquaient le grippage de leurs affaires qui ne se soutenaient que de la vente de leurs draps et des jeux de crédits que permettait la confiance. La confiance fut certes en ces années plus qu’ébranlée, le monde négociant régional tout entier souffrait de la stagnation des affaires et de la perte générale de crédit : les faillites de grands se multipliaient à Florence et à Livourne. Pourtant, si l’on en croit Mazzoni, qui en est lui même un bon exemple, les plus grands entrepreneurs de Prato survécurent. Le monde entrepreneurial de Prato ne fut pas touché de la même façon par la conjoncture bouleversée de ces années. Comme dans d’autres manufactures de pays « occupés », la période française fut celle des bonnes affaires dont bénéficièrent en premier lieu les grands de la fabrique.

L’affirmation des grands

66Les bonnets levantins furent la première et la plus importante de ces spéculations réussies dont l’heure de gloire dura jusqu’à 1810 : ensuite tout cessa, ou presque, la langueur s’installa, les entrepreneurs se lamentèrent. Mais leurs cris ne doivent pas faire oublier les chiffres d’affaire précédemment réalisés grâce aux bonnets vite faits et bien vendus : plus de 30 % de profit pour qui avait su faire avant Vincenzo le pas de l’envoi direct. Or, dès le départ, les bonnets levantins avaient attirés essentiellement les plus gros entrepreneurs. Ce sont par exemple les Martini, lanaioli affirmés, qui se mettent à imiter Vincenzo, ou encore des entrepreneurs forains, tout comme l’était lui-même Mazzoni, qui venaient à Prato faire tricoter les mailles de leurs bérets : ainsi ce Cardoso qui donne tant de peine à notre entrepreneur, ou encore Giachetti qui se met lui aussi à l’imitation. Les bérets furent donc un élément de renouvellement relatif du groupe et surtout un facteur d’enrichissement pour les plus grands qui s’y étaient adonnés.

  • 155 Mazzoni évoque de nombreux problèmes de paiements, toujours non réglés au moment du changement de r (...)

67D’autre part, les fabricants de Prato bénéficièrent des besoins d’une armée en campagne, on l’a vu : les années de la période française furent au fond les seules pendant lesquelles ils profitèrent de commandes gouvernementales. Les plus grands, les Mazzoni, les Pacchiani, mais aussi les Martini, qui pouvaient s’engager à fournir les draps dans les meilleurs délais et attendre le prix de leur travail, furent les principaux bénéficiaires de ces affaires. Certes, elles ne furent pas toujours en or155, mais elles leur permirent de faire tourner leurs entreprises à un moment où leurs plus modestes collègues languissaient et où les voies du Levant semblaient définitivement se fermer. Elles les obligèrent également à se lancer dans la fabrication de qualités de tissus qu’ils n’avaient jusque là pas fabriquées, posant ainsi les jalons d’un possible renouvellement de la fabrication.

68Or, si les commissions militaires arrivèrent à Prato, ce fut en grande partie grâce au nouveau rôle politique que choisirent de jouer les plus grands marchands-fabricants : une place de choix leur était en effet réservée dans les nouveaux cadres de l’administration communale, nous l’avons vu. Cette génération était entrée de plein pied mais surtout de plein droit dans l’exercice du pouvoir, voilà qui ne s’oublierait pas : resterait l’idée d’une honorabilité de la profession de négociant. Négociants, c’était bien ainsi que se définissaient ces grands de la fabrique qui avaient depuis longtemps su faire fructifier leurs capitaux en diversifiant leurs spéculations. Cette tendance continua de s’accentuer pendant la domination française : les Mazzoni n’étaient pas les seuls à spéculer sur les grains, à se tourner vers la paille – qui gagnait du terrain au cours de ces mêmes années –, voire à faire alliance avec des étrangers à la ville que peut-être leur rôle politique avait contribué à leur faire connaître : ainsi ce Niccolò Mazzoni, maire de Prato, faisait société avec les plus grands noms du négoce florentin pour entreprendre la manufacture de chapeaux de paille. Pour les plus grands marchands-fabricants, la période française, au delà de ses multiples difficultés, fut celle de la reconnaissance de leur rôle et de leur place dans la société citadine. Une place à laquelle ils auraient de toutes façons pu prétendre mais qui restait conditionnée par les mécanismes traditionnels de sélection mis en place par l’ancienne élite : la génération de Lazzero et de Giuseppe Pacchiani, de Giuseppe Martini aussi, arriva plus vite à des postes de haute responsabilité. La période française n’avait fait que porter à maturation une ascension séculaire. La terre restait un élément obligé de cette honorabilité sociale : la vente des biens nationaux, après celle des biens du clergé déjà commencée par Pierre Léopold, aida à la constitution d’un patrimoine foncier cette élite restreinte de la manufacture, nous y reviendrons

  • 156 S.A.S.P. Mazzoni, Lazzero, 22/1/1814.

69Des petits décimés, une élite négociante consolidée, de nouveaux problèmes surtout dont héritait la Restauration, tel était le bilan sommaire de la période française. En 1814 en tous cas, la lassitude était désormais générale, le retour à la paix, qu’elle soit française ou coalisée, était le premier souhait des milieux d’affaires : la paix serait trop nécessaire à tout, ainsi l’humanité prendrait du repos et les affaires ressusciteraient156. Tous savaient cependant que la paix ne rétablirait pas la situation précédente. Une conscience aiguë des bouleversements apportés par ces années décisives se manifestait dans les milieux négociants, spécialement livournais :

  • 157 Vincenzo, 28/2/1814.

les affaires de ce misérable pays veulent aller plus mal, même à commerce ouvert, et qui a de l’esprit voit dans quelle situation se retrouvera ce pays, et ils pensent justement que les guerres subies ont été et seront par la suite la disgrâce de ce lieu, même à paix faite… toutes les marchandises qui venaient à Livourne de Ponant et de Levant, à part celles que l’on expédiaient ici dans l’intérieur, et bien toutes celles que l’on expédiaient ici par mer retournaient et en Ponant et en Levant, et maintenant qui les portera dans ces lieux ? Les Anglais les y porteront… maintenant qui ira s’approvisionner des marchandises en Sicile, Barbarie et Levant, les Anglais eux-mêmes y porteront leurs marchandises et les Anglais y reprendront les marchandises qui leur sont adaptées… par le passé, oui ils pouvaient y aller, mais pas comme ils iront maintenant car désormais ils ont éprouvé le plaisir du gain157.

  • 158 G. Mori, 1956, notamment p. 20 et suivantes ; D.G. Lo Romer, 1987 contredit G. Mori sur bien des po (...)

70Surtout, le blocus avait assuré définitivement à l’Angleterre la suprématie maritime. La position de Livourne apparaissait en effet bien affaiblie. Le port réussirait-il à se reprendre158 ? Les manufactures de Prato à survivre à cette nouvelle épreuve que devait constituer la Restauration ?

Notes

1 Cf. notamment E. Tarlé, 1928.

2 Cf. chap. 1.

3 Sur l’idée que l’absence de concurrence anglaise ait pu jouer un rôle incitateur pour la draperie péninsulaire, voir notamment L. Antonelli, « Il Blocco continentale, Repubblica e Regno d’Italia », in L’influence de la Révolution française et du régime napoléonien sur la modernisation de l’Europe, VII Le blocus continental, EUI Colloquium papers ; S.J. Woolf, 1989, p. 1115.

4 S.A.S.P., Comune 703, 20/4/1809.

5 G. Assereto, 1986, p. 793.

6 S.A.S.P., Comune 703, 13/1/1809.

7 G. Gayot, 1998, p. 441 et suivantes analyse les risques majeurs que courut la manufacture lors de l’instauration d’une ligne de frontière à quelques kilomètres de Sedan, séparant ainsi le centre manufacturier de son principal bassin de main-d’œuvre situé dans les duchés de Bouillon et du Luxembourg.

8 S.A.S.P., Comune 703, 7/12/1809.

9 Il ajoutait que cette mesure menaçait les relations de Prato et du reste de la Toscane : Finalement dans la ville elle même ne pourrait s’introduire aucun objet de commerce et de denrée, quelque soit le lieu de provenance sans un laissez-passer puisque la ville est comprise dans les 12 milles, chose qui multiplierait à l’infini les embarras et les dérangements non seulement de ces marchands mais encore de tous leurs correspondants de toute part de la Toscane.

10 S.A.S.P., Comune 703, cit.

11 Gayot, 1998, p. 443.

12 Sur l’abolition des corporations en Toscane, voir C. Maitte, 2001 (à paraître). Le cas de Venise, étudié par M. Costantini, 1987, se présenta évidemment de façon tout à fait différente.

13 Sur ce sujet, voir J.P. Hirsch, 1991, notamment p. 103-104 où il souligne l’ambiguïté fondamentale de cette renaissance « d’assemblées de citoyens d’un même état ou profession », fonctionnant en violation du principe posé dans la loi de juin 1791 et réaffirmé dans les constitutions françaises comme dans l’article 419 du code pénal.

14 Rappelons que Florence fut dotée d’une chambre de commerce de 1770 à 1782, voir à ce propos Ristori, 1963, Baggiani, 1997.

15 S.A.S.P., Mazzoni, lettre de Lazzero, 5/9/1808.

16 Ne pourra être reçu membre qui n’est pas manufacturier, fabricant, directeur de fabrique ou n’a pas exercé l’une de ces professions pendant cinq ans au moins.

17 Decreto della Giunta Straordinaria di Toscana…, cité par R. Ristori, 1963, p. 180.

18 S.A.S.R, Comune, 727, 30 aprile 1810.

19 Les membre de la Chambre, outre le maire N. Mazzoni, lui-même « négociant », étaient Becherini, P. Angiolini, L. Martini, F. Bresci, S. Nistri, G. Vivaldi.

20 S.A.S.P, Cancelleria, 727, 1808.

21 A.N.P., F6 II Arno 12, dossier 1808-11.

22 S.A.S.P., Comune, 724 : l’annotation concernant les simples marchands porte en effet qu’on ne peut évaluer les fortunes respectives des Négociants, mais ils jouissent d’une réputation estimable.

23 G. Assereto, 1986, p. 766.

24 Idem, p. 764.

25 ASF, Pref. Arno, 476, 1811.

26 A.A.G.F., Carte Bartolozzi, 182, ins. 114, c. 47 ; cité par P. Malanima, 1982, p. 239-40.

27 Idem, p. 242.

28 Cf. Baggiani D., 1993 : il est cependant dommage que l’article ne prenne absolument pas en considération le contenu de l’ouvrage de Bailey et ses possibles relations avec les réalités productives toscanes. Or, l’ouvrage n’est pas extrêmement novateur sur le plan technique et il comprend également le compte-rendu de nombreux procédés italiens (dans le domaine de la soie bien sûr, de la paille, des voiles de crêpes par exemple), à côté, il est vrai, d’un certain nombre de machines à filer.

29 S.A.S.P., Arti, 40. Le seul problème évoqué concernait la filature dont nous parlerons dans un instant.

30 Cf chapitre 5. Prato était néanmoins capable, aux dires de E. Bruzzi, d’attirer de nouveaux artisans et d’adopter de nouveaux procédés. Il attribue ainsi les progrès de l’Art dans la seconde moitié du XVIIe siècle à l’installation à Prato de certain nombre d’Emiliens pour s’occuper en particulier d’arts textiles et encore plus de celui de la laine, pour lequel retournèrent, dit-on, en grande renommée les teintureries (E. Bruzzi, 1920, p. 75). De nouveau vers le milieu du XVIIIe siècle s’installèrent à Prato divers Emiliens et Romagnols qui donnèrent impulsion au travail du chanvre (E. Bruzzi, 1949, p. 35). L’éventuelle vérification de ces informations, que rien ne permet de confirmer, montrerait l’importance des échanges entre centres secondaires de fabrication et la capacité du milieu de Prato d’accueillir ces migrants et leurs nouveautés.

31 S.A.S.P., Cancelleria, 726, Concurrents pour le prix d’encouragement, 1808.

32 Idem.

33 Les conflits pour l’utilisation de ce bien précieux étaient assez nombreux sans doute pour rappeler à tous les maximes d’économie : la création de tout nouvel édifice était potentiellement source de litiges. On le vit bien en 1791 lors de l’opposition déchaînée par F. Buonamici qui voulait construire un moulin et une fabrique de cuivre à laquelle il a déjà travaillé, située dans le lieu dit Gabbolana près du fleuve Bisenzio, sur une de ses terres. Tous les propriétaires de la zone, qu’ils parlent au nom de l’irrigation de leurs champs ou de l’approvisionnement de leurs édifices, s’y opposaient non pas tant pour leur intérêt, que pour l’intérêt public de toute cette communauté, dans laquelle il y a beaucoup d’édifices qui fonctionnent grâce au bénéfice de l’eau de ce fleuve Bisenzio. cf. S.A.S.P., Comune, 688, f.582 et suivantes.

34 S.A.S.P., Cancelleria, 726, Concurrents pour le prix d’encouragement, 1808.

35 Idem.

36 Florence fut de ceux-là puisque S. Gualandi se mit à fabriquer des ciseaux à la mode de ceux qui se commissionnent en France, utilisés par la fabrique de S. Biagi, installée dans la capitale. Cette application de l’art ne dut en effet pas être été fort utile au tondage sommaire qui s’opérait à Prato. Peut-être faut-il y voir le signe que la fièvre de fabriquer les beaux draps, qui hantait Mazzoni et le ministère, se diffusait lentement dans la ville.

37 Pilisi J., 1954, p. 532.

38 Il est en fait très difficile de comprendre avec exactitude et certitude les instruments utilisés. W. Endrei émet en effet l’hypothèse que le fuseau à ailettes ait été inventé en Italie (sous l’in fluence de l’industrie de la soie) et que le terme de rocca utilisé par le Traité de l’Art de la laine de Florence au XVe siècle désigne en fait cet instrument – et non la quenouille selon la signification actuelle du terme – qui prendrait ensuite le nom de mulinello cf. Endrei W., 1968, notamment p. 99 et suivantes. L’hypothèse d’une invention par « contamination » de l’industrie de la soie est certes attirante, mais les explications terminologiques de W. Endrei sont par contre beaucoup plus problématiques. Il faudrait en effet émettre l’hypothèse d’une régression linguistique puisqu’au XVIIIe siècle, le terme de rocca semble bien – de nouveau ? – désigner le fuseau et la quenouille cf. on utilise le terme de rocca à la fois pour désigner l’instrument qui file la chaîne d’étaim et celui qui sert à la filature du lin et du chanvre. Or, c’est bien la quenouille qui sert pour le lin et le chanvre (mais Endrei, 1976 affirme que le rouet à ailettes inventé au XVe siècle servait pour les matières longues fibreuses : la laine peignée, le lin et le chanvre… il ajoute cependant qu’il ne s’est répandu que fort lentement (et où ?)… Endrei 1976, p. 627 et s.).

39 S.A.S.P, Arti, 40.

40 P. Malanima, 1982, p. 238.

41 Endrei W., 1968 ; il y a pourtant également clans ce cas un problème de chronologie puisque d’après Endrei, la première école de filature de ce genre fut ouverte à Brno en 1782 et la diffusion s’en fit, dit-il, à partir de Klagenfurt en 1783, Presbourg en 1793… Or, la requête de la communauté de Prato date de 1766 ! Il y a en outre un problème terminologique puisque ce nouvel outil est appelé « mulinello », c’est à dire le terme qui semble ordinairement désigner le rouet et fuseau à ailettes….

42 A.N.P., F12 1227.

43 Qualifié de prudent admirateur de Colbert, passionné par sentiment pour Sully, il sut éviter les extrêmes et sous son régne on vit prospérer en un système fraternel les Arts et l’Agriculture : le souvenir commençait à se transformer en hagiographie…

44 Idem.

45 Cf. Assereto, 1986, p. 801 : La petite et vivace industrie de Prato, écrit à ce propos G. Assereto, ne s’est jamais sentie protégée par le gouvernement du Grand Duc. L’entrée dans l’Empire risque de l’écraser, mais elle peut aussi être une occasion de décollage définitif. L’idée est de prendre au sérieux l’annexion, de sauter au-dessus du nationalisme économique français et se faire fort de celui-ci pour moderniser et rendre plus puissant l’appareil productif ; ainsi pour beaucoup d’entrepreneurs de Prato l’adhésion au régime napoléonien n’est absolument pas épidermique et opportuniste ; il se manifeste au contraire comme un reniement de la Toscane de Léopold – politiquement faible, campagnole, préindustrielle, libérale – en faveur d’un nouveau progrès technique, capable de conquérir de nouveaux marchés ou au moins de tenir au loin les concurrents les plus menaçants.

46 Cf G. Assereto, 1985, p. 293-305.

47 A.N.P., F12 1611.

48 A.N.P., F1E 90.

49 A.N.P., F12 1227.

50 Dont nous reparlerons sous peu.

51 A.N.P., F12 1611.

52 A.N.P., F12 1611.

53 S.J. Woolf, 1985, p. 36.

54 A.N.P., F12 1611.

55 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/5/1810.

56 L. Bergeron, 1985, p. 41.

57 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/7/1810.

58 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/7/1810.

59 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 5/9/1808.

60 S.A.S.P., Comune, 703.

61 Idem.

62 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 4/3/1811.

63 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 8/9/1813.

64 L. Bergeron, 1972, p. 67-80.

65 Voir notamment Pinto G., Tognarini I., 1986.

66 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 8/9/1813.

67 L’enjeu était important et les tensions à ce propos furent nombreuses à l’époque moderne cf. notamment E. Stumpo, 1986 et F. Angiolini, 1986 notamment p. 384-85 et p. 407. Le conflit le plus récent concernait un motuproprio de 1744 qui stipulait qu’une partie des fonds soit consacrée au maintien des soldats invalides de la forteresse de Prato. Cette lourde charge aurait normalement dû être supportée par le trésor public et non par une institution pieuse. C’est ce que tentait d’expliquer le maire aux nouvelles autorités, poursuivant une polémique désormais longue d’un demi-siècle, pour les convaincre de révoquer cette mesure et de redonner ainsi aux responsables de Prato les moyens d’orienter les fonds à leur guise et faveur cf. S.A.S.P., Comune 703, lettre du 30/5/1809 et surtout du 2/8/1809.

68 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 16/12/1807.

69 Vincenzo, 16/12/1807.

70 Idem.

71 Giuseppe Pacchiani, 19/4/1808.

72 Lazzero, 21/12/1807.

73 Vincenzo, 26/3/1810.

74 Lazzero, 30/7/1810.

75 Pour éviter la diffusion de la nouveauté, Gaetano s’opposait à ce que la famille en fasse construire à Livourne car la chose se divulguerait et alors voilà que nous ne serions plus les seuls à profiter des avantages qu’elle offre à notre travail cf. Gaetano, 13/8/1810.

76 Lazzero, 15/7/1813.

77 Lazzero, 8/9/1813.

78 Lazzero, 3/11/1813.

79 Liège, 9/11/1814.

80 Vincenzo, 9/2/1810.

81 Mais le mal de cette filature est qu’ils trouvent peu de mains qui veuillent s’y employer, bien que le bénéfice soit majeur à filer qu’à travailler les bérets cf. S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/2/1810.

82 Vincenzo, 2/7/1810.

83 Vincenzo, 20/8/1810.

84 Idem.

85 Cf. les remarques en ce sens de W. Endrei à propos des rouets à double fuseaux allemands in W. Endrei, 1968, p. 146.

86 A.S.L., Comunità, b.633: Prospetto della situazione della Comunità di Livorno nesuoi rapporti economici e politici, dicembre 1823.

87 Idem ; cf. également C. Carrière, M. Courdurié, 1975, p. 39-80.

88 Filippini J.P., 1975 et 1985, p. 321-337.

89 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/5/1812.

90 Lazzero, 18/10/1810.

91 Vincenzo, 03/1812.

92 Idem.

93 Voici comment Vincenzo évoquait les nouveaux parcours : je crois bien que ce capitaine fera sa première escale dans l’île M, et ensuite ira à Patrasse, mais pour nous une fois les bérets arrivés dans l’île de M il faut charger un autre ami pour qu’il en fasse l’expédition à Smyrne, et voilà de nouvelles dépenses, tant pour nouvelle assurance, fret, provision (03/1812).

94 Lazzero, 30/4/1812.

95 Cependant, pour exposer le moins possible les capitaux aux risques car difficilement on peut en faire de nouveaux, ils essayaient de fractionner les envois, en fonction des assurances contractées. Lazzero conseillait de charger deux caisses par navire lorsqu’elles étaient assurées contre les risques de mer, dix si l’assurance était plus complète, une seulement si l’on ne contractait aucune assurance : c’était le cas sur les bateaux qui allaient directement à Malte, avec l’accord tacite des Anglais et sur lesquels personne n’a fait d’assurance (Vincenzo, 30/11/1812). Pour toutes ces voies de contournement du blocus, voir Marzagalli S., 1999.

96 Les Mazzoni envisagèrent également de s’aligner sur leurs amis négociants en multipliant leur présence dans les places stratégiques. Gaetano voulait aller lui-même à Ancône, devenu le grand port d’embarquement des marchandises en direction du Levant, voire à Smyrne. D’abord hostile à cette idée (Vincenzo, 19/8/1812), Vincenzo se laissait convaincre par les arguments (Vincenzo, 2/9/1812), mais ni Lazzero, ni Gaetano n’allèrent jamais à Ancône, et encore moins à Smyrne, trop accaparés par les affaires de fabrication..

97 Cardoso expliquait alors à Mazzoni qu’avant d’avoir les retours, il faut deux ans et pour les retours on ne sait quelles marchandises prendre, cf. Vincenzo, 26/10/1812.

98 Cardoso était prêt à conclure une affaire contre une moitié d’argent comptant et une moitié d’alun.

99 De nombreux exemples dans la correspondance de cette époque ; voir notamment Lazzero, 4/12/1811.

100 Voir une affaire de lin soi-disant de Crémone cf. Vincenzo 10/12/1810 ; plusieurs fabricants s’étaient laissés abuser, mais ils tentaient alors de faire peser sur les ouvriers leurs mauvaises affaires : ce Vestri donne en paiement de ce lin à qui lui travaille les bérets, et ces manufacturiers le reçoivent et y perdent la moitié de ce que leur compte Vestri.

101 Lazzero, 21/9/1814.

102 Il semble que ce phénomène soit alors essentiellement dû à la désorganisation des marchés de vente de la laine, sous l’effet de trop bas prix. A cette époque Lazzero expliquait en effet : nous avons acheté 4 ou 5/M livres dans la région de Lucca mais ce n’est pas de la laine de ces montagnes, mais de la Maremma de Sienne ou l’hiver ils les font pâturer…les pasteurs avaient l’habitude de les vendre à Caldana mais cette année, découragés par les bas prix offerts, ils voulurent plutôt retourner chez eux avec les laines sans les tondre, cf. Lazzero, 25/5/1812.

103 Giuseppe Martini prévoyait d’envoyer un homme dans la Romagne (Lazzero, 19/5/1812) et Vincenzo Mazzoni conseillait à Giuseppe Pacchiani de s’y rendre personnellement (Lazzero, 25/5/1812).

104 Gaetano, 29/5/1812.

105 Lazzero, 5/6/1812.

106 Voir notamment Lazzero, 25/5/1812 déjà cité et Lazzero, 1/6/1812.

107 Gaetano, 30/7/1817.

108 Gaetano, 1.3699.

109 De nombreux témoignages dans la correspondance de Mazzoni qu’il est toutefois inutile de citer. C’est à partir de 1810 que Vincenzo ne cesse de se tourmenter à propos de la dégradation rapide et visible de la production.

110 Vincenzo, 25/4/1810.

111 Elle était évalué en 1813 à 96 caisses par an soit 11520 douzaines cf. A.S.F., Arno, 391.

112 S.A.S.P., Comune, 704, 23/2/1811.

113 A.S.F, Prefettura dell’Arno, 391.

114 S.A.S.P., Mazzoni, 18/11/1808.

115 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 15/2/1812.

116 Vincenzo, 9/5/1812.

117 Lazzero, 1/6/1812.

118 Lazzero en rejetait la faute sur les fonctionnaires impériaux qui prennent les plus mauvais draps pourvu qu’ils soient à la main. cf. Lazzero, 31/7/1812.

119 Lazzero, 25/2/1814.

120 Leurs échantillons de grains étrangers étaient alors froidement accueillis cf. 15/12/1799. En effet, les campagnes de Prato produisaient du bon grain et la ville n’avait par conséquent pas besoin d’être fournie en céréales de qualité. Par contre, les Mazzoni pouvaient la pourvoir en fèves, lupins, céréales inférieures qu’apportaient sans cesse les navires en provenance du Levant, de la Baltique, de Rome, Naples etc.

121 Lazzero, 30/9/1814.

122 Ce ce qu’expliquait parfaitement Lazzero en 1812 : la récolte de châtaignes se confirme assez mauvaise pour cela le maïs doit coûter cher l’hiver prochain car la montagne devra venir en plaine pour se fournir, puis il y a les paysans de la plaine qui ont besoin, si bien qu’on peut supposer que les siciliens, les fèves… coûteront bien cher. cf. Lazzero, 2/11/1812.

123 Même si Vicenzo se réjouissait aussi de l’extension de la culture de la pomme de terre en Toscane sous la double pression des mauvaises récoltes et des contacts permis par l’Empire.

124 Lazzero, 13/11/1811.

125 Lazzero, 2/12/1811 : ces ventes de farine ne nous porteront pas de bénéfice et vraiment ainsi on n’est pas récompensé de ses fatigues et c’était mieux de vendre le grain en nature.

126 Vincenzo, 24/2/1812.

127 Lazzero, 3/9/1813.

128 Mais la pratique de ces années avait ouvert les yeux de Vincenzo qui distinguait trois sortes de boulangers : les bons n’achètent pas de farine mais des grains et n’étaient donc pas concernés par leur commerce, les médiocres qui achètent de la farine, ceux qu’ils servaient, et la troisième classe qui ne rendent pas les sacs et ne paient pas les farines, auxquels il fallait éviter d’avoir à faire ; cf. Vincenzo, 31/10/1813.

129 Lazzero, 23/2/1814.

130 Bien d’autres produits alimentaires étaient susceptibles de s’entasser dans les magasins de Livourne en attendant le juste moment de la vente. En décembre 1811, le dépôt des Mazzoni était empli de farine, de riz, d’huile. L’huile était en effet un article de première nécessité, produit par la région et qui pouvait être écoulé sans problème. En 1816, Gaetano se mettait en tête de produire de l’huile de lin, et il faisait travailler nuit et jour à cet effet le moulin des Pacchiani, insoucieux des récriminations de son père qui prévoyait une issue funeste à cette nouvelle idée fixe de son fils. Mieux valait, selon Vincenzo, saisir les bonnes occasions, qu’elles se présentent sous forme d’anchois, de morue ou de fèves, voire même de vin français, que de se lancer dans des opérations de transformations hasardeuses. Aussi refusait-il de participer à la nouvelle fabrication du sucre de châtaignes, qui occupait en ces années les espoirs des spéculateurs.

131 Lazzero, 11/12/1809.

132 Gaetano, 5/4/1813 ; voir précédemment des remarques similaires : Lazzero, 27/3/1812.

133 Vincenzo, 25/6/1813.

134 Gaetano, 5/4/1813.

135 Vincenzo, 23/6/1812.

136 Vincenzo, 28/4/1813.

137 Vincenzo, 24/2/1800.

138 Vincenzo, 21/10/1812.

139 Lazzero, 28/2/1810.

140 Lazzero, 14/2/1810.

141 Lazzero, 2/9/1811.

142 Lazzero, 14/2/1810.

143 Lazzero, 17/2/1812.

144 Lazzero. 26/8/1812.

145 Lazzero, 4/8/1815.

146 Lazzero, 17/5/1816.

147 La famille tentait l’année suivante d’affranchir cette terre des loyers avec lesquels on ne peut s’enrichir, cf. Lazzero, 25/8/1816.

148 Lazzero, 13//8/1817. L’intérêt en était que le loyer se paye avec le seul produit des grains, le vin est tout bénéfice, cf. Lazzero, 15/8/1817.

149 Vincenzo, 8/7/1816.

150 Qui étaient eux-mêmes 40 % de plus que leurs collègues du milieu du XVIIIe siècle.

151 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 23/9/1811.

152 Vincenzo, 15/1/1812.

153 Lazzero, 29/7/1812.

154 Lazzero, 1/2/1812.

155 Mazzoni évoque de nombreux problèmes de paiements, toujours non réglés au moment du changement de régime.

156 S.A.S.P. Mazzoni, Lazzero, 22/1/1814.

157 Vincenzo, 28/2/1814.

158 G. Mori, 1956, notamment p. 20 et suivantes ; D.G. Lo Romer, 1987 contredit G. Mori sur bien des points.

Table des illustrations

Titre Graphique 31. Nombre de draps portés au séchoir 1808-1814
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 32. Evolution des effectifs de fabricants au XIXe siècle d’après les registres du séchoir
Crédits Source : S.A.S.P., Arte e Tiratoio, 159-215 : giornale del Tiratoio
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 33. Composition du groupe entrepreneurial d’après les registres de la patente de 1814
Crédits Source : A.S.F., Prefettura dell’Arno, 520.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540