Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

6. À la mode des bonnets levantins

Texte intégral

  • 1 L. Valensi, 1969, p. 391.
  • 2 S.A.S.P., Fonds Mazzoni, Lazzero, 27/4/1810.
  • 3 Les « livournines » accordaient à tous, et en particulier aux juifs, la tolérance :… partout vexés, (...)
  • 4 L. Valensi, 1969, p. 390 ; comme ailleurs, les livournais étaient ici en concurrence directe avec l (...)
  • 5 Des Levantins pour qui tout est tranquillité, jouissance et profit à Livourne expliquaient les Fran (...)

1La fabrication des bonnets levantins fut pour Prato une formidable occasion d’élargir son champ d’activité. La chéchia était en effet la coiffure courante, sur tout le pourtour de la Méditerranée du Maroc à la Grèce. Hommes, femmes, enfants, Chrétiens, Juifs, Arméniens, ou Musulmans la portent également. Autant de sujets du Grand Seigneur… autant de clients possibles de cette industrie1. Comme le disait Lazzero Mazzoni, pour que la demande cesse, il faudrait que le Diable entre dans le Levant et qu’il varie la mode de porter des bérets, mais je le crois impossible et deux générations ne suffisent pas à changer cet usage2. Le marché potentiel était donc énorme, les perspectives de profit alléchantes, les espoirs de succès renforcés par les crises politiques qui affaiblissaient périodiquement la manufacture la plus prestigieuse : Tunis. La caractéristique première du produit était en effet d’être une imitation. De nombreux centres européens s’y étaient intéressés, en relation avec les négociants des ports commerçant avec le Levant. Marseille, Gênes en produisaient, mais Livourne manquait à l’appel jusqu’aux vingt dernières années du XVIIIe siècle. Or, parmi les négociants du port se trouvaient de très nombreux juifs3, qui fournissaient à Tunis les matières premières nécessaires à la fabrication4, ainsi qu’un groupe important de « levantins » qui convoyaient ces bonnets vers les différentes régions des Balkans et l’immense empire turc5. Mazzoni était leur ami et sans doute bénéficia-t-il de leurs conseils pour entreprendre cette nouvelle fabrication.

  • 6 L’innovation est relative car un certain Mussou venu de Marseille tenta d’introduire cette manufact (...)

2Pour la Toscane et pour Prato, le bonnet levantin était bien une innovation de produit6. Capacités d’adaptation du système technique local à tester, problèmes techniques de toute fabrication nouvelle à résoudre, méthodes de travail à concevoir ou à corriger, c’est l’incertitude de toute innovation à laquelle il nous est donné d’assister pratiquement « en direct ».

1. Les affres de la fabrication chez les Mazzoni-Pacchiani

Innovation et tradition

  • 7 F. Pera, 1867.
  • 8 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 6/3/1842 (désormais la mention de la référence archivistique ne sera me (...)
  • 9 Idem.
  • 10 Gaetano, 6/3/1842.
  • 11 L. Mazzoni, 1934, p. 50.
  • 12 La société Mazzoni-Pacchiani fit constamment tricoter ses bérets. Vincenzo n’abandonna cependant ja (...)

3Vincenzo avait eu l’idée de se lancer dans la production de chéchias. Entrevoyant un « immense, large et long travail », il avait trouvé à Prato ses associés. Mais il fallait commencer, c’est à dire inventer la copie. Vincenzo tenta de percer seul le secret de la fabrication en recueillant d’abord de vagues informations des tunisiens et des grecs, puis il commença à examiner quelques lambeaux reçus d’eux, et sur ceux-ci il consuma en essais de cardage, de foulons et de préparations et d’innombrables tentatives beaucoup de jours et beaucoup de nuits7. Gaetano se souvenait en 1842 des premiers essais de son père : les premiers bérets furent fabriqués par mon ingénieux père en feutre, en faisant les pans de laine cardée de dimensions telles que ces outils (les formes) l’indiquaient et les superposant à l’aide de faibles solutions savonneuses afin qu’adhèrent ensemble 2, 3, 4, ou 5pans qui formaient un feutre de solidité incomplète, et au contraire spacieux à volonté pour l’adapter à la grandeur servant à la forme du béret que l’on voulait construire… dans cet état l’ouvrier y taillait avec un modèle en substance l’ensemble du béret qui devait ensuite être cousu, et passait au foulon pour se consolider en un véritable et très robuste drap8. En simplifiant, la première idée fut donc de tailler le béret dans du drap, de le coudre, de le fouler, de le teindre et raffiner. Mais le produit ainsi obtenu n’avait pas toutes les caractéristiques voulues : cette manufacture du feutre, appliquée aux bérets, n’eut pas de succès à cause du défaut d’élasticité voulue par les acheteurs9. Or, la fabrique devait agir sur un marché où l’offre était déjà importante et de qualité… Il fallait donc trouver le moyen d’imiter au mieux les grands centres renommés – Tunis avant tout – pour pouvoir espérer avoir quelque succès. C’est ainsi que son père passa au tricot déjà connu depuis des siècles en Afrique à Tunis10. Le mirage de Tunis ne cessait de danser devant les yeux de Vincenzo. La tradition familiale se plaît à rapporter le hasard qui fut à l’origine de la découverte du procédé : Madame Teresa Mazzoni, belle-fille de Vincenzo, racontait que Mazzoni était arrivé à cette méthode en examinant un morceau d’étoffe d’un béret turc après qu’il l’ait macéré un peu de temps en bouche (on ne sait si volontairement ou par distraction) ; avec la macération s’était révélée la façon dont était fait le feutre du béret, c’est à dire le tricot11. Génie du père, de l’ancêtre, hasards des découvertes qui fondent les fortunes, tout se mêle dans ces souvenirs de famille. Reste que le tricot était la bonne solution, et la méthode fut appliquée dés lors à grande échelle pour la fabrication12.

  • 13 Vincenzo, 15/11/1799.
  • 14 Lazzero le redit en 1815 : les surfins doivent, en dernier lieu, remporter la victoire et si on ne (...)

4Dès lors, les innovations de cette nouvelle production furent les suivantes : la laine employée, car Vincenzo, basé à Livourne, devint le « maître des bons achats » de laines espagnoles ; et le tricot qu’il fallut faire adopter par les gens de Prato. Surtout, dans la finition, on dut introduire le foulage dans des piles à la hollandaise ignorées jusque là dans les foulonneries de la ville, la tonte des bérets avec des outils et des gestes inconnus, la teinture en écarlate, en noir ou en blanc, des couleurs jamais employées pour les draps de paysans, le séchage et les derniers apprêts appropriés aux bonnets. Certes, la préparation des laines, la filature, et même l’ensemble de l’organisation territoriale du travail ne changeait pas, mais force était de constater que le béret rompait le ton de la production passe-partout du XVIIIe siècle. En effet, pour Mazzoni, seule comptait la qualité, qui était la voie commune de l’honneur et du juste intérêt13, car selon lui, honneur et intérêt étaient liés : la qualité était une exigence, mais aussi une tactique qui devait porter ses fruits14. Il fallait donc réussir à bien fabriquer, et pour cela trouver et former la main d’œuvre nécessaire à ces nouveaux travaux.

5Les Mazzoni-Pacchiani trouvèrent en fait relativement facilement les mains disponibles pour ce nouveau travail : les femmes de Sesto, de Prato et des environs, parfois en mal de draps, se lancèrent dans le tricot. Les aiguilles s’ajoutèrent sans trop de problèmes au métier : l’accumulation de savoir-faire textile rendait facile l’adaptation à un nouveau genre de travail, finalement peu spécialisé et ne requérant pratiquement aucun investissement. Cela montrait également que le potentiel de main d’œuvre n’était pas aussi limité qu’on l’a souvent dit. Cependant, les fabricants de bonnets innovèrent en allant chercher une partie des tricoteuses dans les écoles de charité de Pistoia : l’utilisation de cette main d’œuvre relativement bon marché, formée et encadrée, satisfaisait les exigences de qualité des entrepreneurs sans leur fournir le souci de l’encadrement. De plus en plus, ces écoles allaient mettre les bras dont elles disposaient au service des manufactures.

6Les travailleuses trouvées, il fallait trouver des piles à la hollandaise : subissant les assauts répétés des piles, de l’eau, du savon, la maille des bérets se resserrait, se feutrait, acquérait fermeté, tout en perdant à la vue ses caractéristiques de tricot. Mais ces types de piles n’existaient pas à Prato : allait-on faire l’effort d’un investissement massif en capitaux fixes ? Le cœur fondamentalement négociant de Mazzoni n’imaginait pas une telle solution pour une fabrication qui pouvait très bien s’interrompre d’un moment à l’autre. Il réussit donc à faire fouler ses bonnets dans l’atelier légalement réservé aux draps florentins, à Remole, qui seul possédait alors des piles « à la hollandaise ». Ce fut seulement lorsque la manufacture de bonnets eut acquis stabilité et importance que les Pacchiani investirent dans une foulonnerie et dans l’installation de piles à la hollandaise : l’innovation, boudée pendant plus d’un siècle, était finalement rapidement adoptée dès lors que la production locale était assurée d’un écoulement régulier sur les marchés.

  • 15 E. Bruzzi, 1920, p. 92.
  • 16 Vincenzo 1/11/1799 et 15/11/1799.
  • 17 Cf. no spécial de la Revue du Nord à paraître.
  • 18 E. Bruzzi, 1920, p. 92.
  • 19 Idem.

7Autre innovation à la fois technique et de main d’œuvre, le lainage et la tonte des bérets requéraient cette fois une relative dextérité : l’ouvrier était assis sur un siège bas, devant un banc carré très semblable à celui des cordonniers et sur lequel il posait et tenait le travail et le ciseau spécial. Il introduisait dans le béret une forme de terre cuite, puis tenant le béret bien stable dans celle-ci sur les genoux, il le tondait avec le ciseau…15. Nouvelle manufacture, nécessaire apprentissage, il avait fallu faire venir de Gênes la main d’œuvre spécialisée16 : débauchage et migration des ouvriers qualifiés furent ici, comme dans pratiquement toutes les innovations de l’époque moderne, les voies principales de la diffusion des techniques17. Les ouvriers de Prato apprirent néanmoins assez rapidement ce nouveau travail, preuve encore une fois de la relative facilité de l’apprentissage des nouveautés dans des populations déjà accoutumées au travail textile et ici alléchées par la perspective de bons salaires : effectuant un travail de précision, essentiel à la belle apparence des bérets, les ouvriers plus capables de rendre le travail parfait étaient très estimés et gagnaient bien18. Ils gagnaient d’autant plus chez Mazzoni que l’on exigeait d’eux un parfait ouvrage. Ils utilisaient des ciseaux spéciaux que l’on n’avaient jamais vus à Prato et qui durent également être importés de Gênes avec les rémouleurs capables de les aiguiser. Là encore, le travailleur se forma assez vite et bientôt une nouvelle branche d’activité naissait dans la ville : aiguiser le ciseau spécial pour ce travail était extrêmement difficile, si bien que les rémouleurs communs n’en étaient pas capables. On raconte que pour aiguiser ces ciseaux venait souvent à Prato un forain et qu’un certain Fineschi, jeune rude et simplet, réussit à apprendre le « secret ». Ce Fineschi aurait commencé ainsi sa fortune pour l’avantage de l’industrie locale…19.

8Les nouveaux tondeurs furent acceptés sans problème par les anciens : les outils, les techniques, les travaux étaient différents et par conséquent le risque de concurrence inexistant. Surtout, il existait une différence de nature entre tondeurs de draps et tondeurs de bérets : alors que les premiers avaient toujours été des artisans indépendants, les plus habiles devenant de véritables entrepreneurs, les tondeurs de bérets avaient dès la naissance de leur métier, la condition d’ouvriers à façon travaillant à domicile ou dans la demeure patronale.

9Nouveaux produits, nouveaux procédés, nouvelle main d’œuvre – des prolétaires – : l’innovation paraissait générale, économique, technique et sociale.

  • 20 Idem p. 91.

10A en croire E. Bruzzi, de nouvelles exigences naquirent en même temps que la nouvelle manufacture : à partir de 1792 Prato eut son premier établissement lainier Via del Carmine. Jusqu’alors, les fabricants (lanaioli) donnaient tous leurs travaux à faire à l’extérieur ou ils avaient quelques ateliers dispersés, tandis qu’ils tenaient la boutique comme siège et magasin. Les Pacchiani, avec un esprit de pionniers, réunirent toutes les branches de l’Art qui pouvaient alors l’être, comme la Teinture, le Tissage, la Tonte etc. et ceci avec grand avantage de la perfection du travail. Cet établissement… eut pour cause les bérets20.

  • 21 S.A.S.P., Comune, 688, f. 459.
  • 22 Il est difficile de déterminer quand les lettres font allusion aux « métiers » s’ils se trouvaient (...)
  • 23 C’était en effet un véritable trésor que les fabricants confiait à leurs ouvriers. S’approprier ne (...)

11Sans que l’auteur ne le précise, la source d’une telle affirmation vient sans doute de la demande d’autorisation d’extension adressée en 1792 à la Commune par les frères Pacchiani. Ils souhaitaient annexer une partie de la rue pour agrandir leur nouvelle fabrique de bérets turcs et insistaient sur le fait qu’autoriser un tel élargissement bénéficiera à un lieu où est employé un grand nombre de personnes, lesquelles se trouvent à présent très à l’étroit21. Quels ouvriers se trouvaient donc dans cette maison agrandie et rénovée ? La teinture, fondement de l’activité des Pacchiani, c’est certain. Par contre, sûrement pas le tissage : la plus grande partie des bérets était tricotée et non tissée. Si des métiers furent installés dans un atelier, ils ne pouvaient servir à la production massive des bérets tricotés qui étaient au contraire confectionnés à domicile à Prato, Pistoia, et leurs environs22. Les tricoteuses ne rapportaient d’ailleurs pas leur ouvrage à la « fabrique » des Pacchiani mais dans une boutique spécialisée, gérée par un certain Bottari qui leur donnait l’ouvrage et le récupérait. Par contre, les battilani n’étaient plus des ouvriers à domicile mais venaient travailler dans cette nouvelle fabrique. Pourquoi cette nouveauté ? Sans doute parce que le changement de la matière première développait les convoitises23 et que l’exigence de qualité incitait à mieux contrôler ce travail initial. Les tondeurs enfin étaient installés dans une pièce voisine des battilani. Qui donc travaillait dans la demeure ? Les teinturiers, c’est à dire les Pacchiani eux mêmes et leurs aides, les tondeurs, les battilani. En somme, ceux qui effectuaient les opérations de préparation et de finition : rien de bien révolutionnaire. Il faut donc nuancer l’affirmation de Bruzzi : toutes les branches textiles, loin s’en faut, n’étaient pas réunies dans la « fabrique », les opérations fondamentales de filature et du tricot restaient effectuées à l’extérieur.

  • 24 Pour une étude comparée de l’introduction de la fabrication des bonnets levantins à Prato et à Orlé (...)

12Ainsi, entre dispersion traditionnelle (dans la filature, le tricot ou le tissage) et nouvelle concentration (dans la préparation et les apprêts), entre territoires ancestraux (le Mugello, Sesto, Santa Lucia) et nouvelles annexions (Pistoia), entre nouveauté et tradition, les bonnets furent adoptés sans peine excessive par la main d’œuvre et vinrent enrichir le savoir-faire accumulé dans le territoire manufacturier de Prato, ce que synthétise la carte24.

13Mais de la disposition de la main d’œuvre à sa conversion immédiate au bel ouvrage que voulait fabriquer Mazzoni, il y avait un pas qu’il fut difficile de franchir. D’où les déboires de Mazzoni, son impatience, parfois son désespoir.

Des tâtonnements permanents : « on ne finit jamais d’apprendre »25

  • 25 Pacchiani, 9/3/1793.
  • 26 Vincenzo, 1/11/1799.

14Avant de réaliser la production « non pins ultra » qui rendrait son nom célèbre dans tout le Levant et lui permettrait de surpasser toutes les manufactures existantes, comme c’était son but, Vincenzo Mazzoni avait encore fort à faire. Il se plaisait à raconter à sa femme, à ses enfants surtout, comment le souci de la fabrique le poursuivait jusqu’au cœur de ses nuits agitées : combien de nuits inquiètes j’ai passées pour me soutenir dans ce travail et maintenant cela fait quinze jours que je ne peux dormir et chaque matin à trois heures après minuit je suis éveillé et je m’assois muet sur mon lit et pensant ainsi de cette manière… mais j’espère en Dieu que je pourrai me distraire de cette mélancolie26. La correspondance porte en effet trace des désagréments constants qu’éprouvaient les Mazzoni en regardant les arrivages de bérets en provenance de Prato. Rarement satisfaits, ils ne parvenaient décidément pas à voir dans cette production le bel ouvrage qui ferait leur gloire et leur fortune. Leur courrier à Prato se remplissait alors de reproches et d’appréciations en général négatives sur la qualité du produit, d’admonestations à mieux faire.

Carte 8. LA DISPERSION DES OPÉRATIONS DE LA MANUFACTURE DE BÉRETS LEVANTINS

Carte 8. LA DISPERSION DES OPÉRATIONS DE LA MANUFACTURE DE BÉRETS LEVANTINS

Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

  • 27 Pour plus de précision sur tous ces problèmes, voir C. Maitte, 1994, chapitre 2.
  • 28 Vincenzo, 15/11/1799.
  • 29 Vincenzo, 8/7/1808.
  • 30 Lazzero, 15/4/1810.
  • 31 Lazzero, 3/1/1810.
  • 32 Lazzero, 8/2/1814.
  • 33 Vincenzo, 15/4/1810.
  • 34 Lazzero, 16/6/1815.

15Premier motif de constante insatisfaction : la couleur. Alors que Vincenzo s’était associés aux Pacchiani pour faire naître la couleur, celle-ci devenait un continuel casse-tête, faisant naître en Mazzoni de sérieux doutes sur la compétence de ses associés27. Au lieu d’être uni, riche, luisant, ayant de l’esprit, le rouge des bérets avait d’innombrables défauts : la couleur manque28, elle est morte et peu unie29, la couleur est bigarrée30, peu pénétrée31, les bérets blanchissent32, il y a des rayures dans la couleur33. La réputation du fabricant était mise à rude épreuve quand par hasard revenaient des acheteurs : ils m’ont fait voir les bérets de notre fabrique qu’ils avaient en tête… ils sont devenus couleur amadou34. Il n’en fallait pas tant pour déclencher l’ire de Vincenzo et faire redoubler les essais à Prato.

  • 35 Pacchiani, 8/7/1808.
  • 36 Pacchiani, 3/11/1792.
  • 37 Vincenzo, 14/9/1810.
  • 38 Vincenzo, 14/9/1810.

16Les défauts de la fabrique ne se limitaient cependant pas à la couleur. Le mélange des laines était parfois peu heureux, le feutre des bérets devenait alors trop fin, on sentait au toucher que les matières employées n’étaient pas de première qualité35 ; des douzaines de bérets pouvaient ainsi être gâchées. Surtout, les modèles n’étaient pas respectés : bérets trop petits, trop grands se succédaient dans les arrivages de Prato. Tricotés ou tissés, les bérets ne correspondaient que rarement à la taille désirée car la maille ou le drap ne se conformaient pas aux dimensions imposées. Des centaines de bérets arrivaient de telle sorte que foulés, ils reviennent plus petits que des tasses à café, n’étant bon à rien, pas même à fournir les modèles « piccolissimi » pour les Grecs. Le pourcentage de perte s’élevait ainsi considérablement, d’autant que les malheurs de la fabrique se poursuivaient dans les opérations de finition. Le foulage était trop souvent défectueux : généralement insuffisant, il devenait parfois excessif. Les bérets revenaient de la foulonnerie décousus et très abîmés dans l’ourlet36. La tonte elle-même laissait à désirer : lainage insuffisant, tonte trop rapidement effectuée, provoquaient des défauts de couleurs et contribuaient à faire du béret une tripe. En somme, Vincenzo arrivait parfois à la triste conclusion qu’ils avaient réellement détérioré en tout cette manufacture, modèle plus petit, peste de mélange, couleur infâme37. Les bérets ne faisaient donc aucune bonne figure. L’honneur était loin : c’est pour nous une grande honte et rougeur qui me donne peine au cœur38.

  • 39 Aucun bonnet n’était en effet écarté de la vente, tout défectueux qu’il soit. D’abord les Mazzoni t (...)
  • 40 Pacchiani, 10/11/1792.
  • 41 Zannoni, 15/11/1799.

17Aussi, tout en essayant d’écouler le mal désormais fabriqué39, Mazzoni enjoignait les Pacchiani à mieux travailler40, jusqu’à ce que, lassé des admonestations sans effet, il décida en 1799 d’aller lui-même à Prato. Depuis deux ans, la laine d’Espagne était devenue chère, les drogues également, il fallait mélanger, les bérets se dégradaient à chaque arrivage. Aller à Prato, cela signifiait se mêler aux affaires de production alors que jusque là Mazzoni avait laissé carte blanche aux Pacchiani. Une fois décidées les grandes étapes de la nouvelle fabrication, les rôles avaient été divisés : d’un côté la production, de l’autre le commerce, chacun étant spécialisé dans son secteur. Après 1799 ce schéma fut bouleversé : ce que vit Vincenzo à Prato le persuada qu’il devait y rester pour que subsiste la fabrique et en soient corrigées les imperfections. En effet, disaient les mauvaises langues à vouloir réduire ces gens (les Pacchiani) à bien travailler, il faudrait renverser le monde41. Travaillaient-ils donc si mal ?

Les divergences manufacturières

  • 42 Vincenzo, 8/3/1800.

18La correspondance se fait sur ce point partielle et partiale. Partielle parce que seules nous sont parvenues des bribes des discussions et des problèmes, partiale car seul le point de vue de Mazzoni, en général emporté et implacable, est exposé dans la correspondance. Il eut visiblement matière à s’énerver. Ce que lui révélèrent les bains de teinture de l’atelier des Pacchiani déclencha sa colère. Il pensait avoir affaire à des spécialistes, il découvrit des techniques incertaines, des pratiques de l’à-peu-près. Se promenant dans la teinturerie, il découvrit ce qui gâchait si souvent la couleur des bérets :…dans la chaudière où ils teignent les bérets aujourd’hui… ils teignent d’autres choses, avec du vitriol, et campêche et écorces de noix42. Les drogues qui imprégnaient les cuves de la chaudière se mélangeaient aux nobles drogues de la couleur des bérets, d’autant que la partie supérieure des vasques de teinture n’étaient pas en cuivre, mais en briques poreuses et absorbantes, gobant une partie des bons et des mauvais brouets, comme on disait à Verviers.

  • 43 Vincenzo, 13/1/1800.
  • 44 Vincenzo, 9/3/1800.

19Une grande partie du mal venait donc de la volonté constante d’économiser. Ces vasques avaient été « finies » en briques pour épargner le métal, jugé trop cher. Les Pacchiani considéraient vraisemblablement que les inconvénients éventuels ne valaient pas la dépense supplémentaire qu’aurait occasionnée la construction de chaudières entièrement en cuivre. Surtout, ils n’avaient pas estimé nécessaire de construire une vasque uniquement destinée à la teinture des bérets : elle était donc venue s’ajouter à la production préexistante, entraînant une utilisation intensive des installations, en permettant ainsi une rentabilisation accrue. Le souci d’épargne était satisfait. Il l’était de bien d’autres façons. Vincenzo, découvrant les défauts du travail de ses associés, se mit à la teinture et fut rapidement en mesure de faire ses propres essais. Prenant les choses en main, il prétendit alors dicter aux Pacchiani les dosages et le bon usage des drogues. Mais ceux-ci demeurèrent réticents à suivre ses conseils, trouvant que Mazzoni faisait un usage trop abondant des précieuses matières premières. Aussi réduisaient-ils les quantités et modifiaient-ils les composants, faisant échouer la teinture en grand quand les essais avaient été concluants43. Le même souci d’économie incitait les Pacchiani à s’opposer à la multiplication des bains de teinture. Alors que jusque-là les Pacchiani avaient teint en une seule fois les bérets, comme l’étaient les draps, lors de sa venue à Prato en 1799-1800, Mazzoni voulut changer les usages et répéter les teintures, ce qui permettait non seulement de ne pas faire bouillir les drogues, mais également de fixer progressivement et plus profondément la couleur dans le tissu. Les Pacchiani refusèrent ce nouveau procédé, pourtant conforme à la perfection de la manufacture mais trop coûteux : teindre en trois c’était user plus de charbon de bois pour alimenter un feu continu, c’était aussi faire travailler plus de bras44. En 1810, le problème n’était toujours pas résolu.

  • 45 Vincenzo, 12/11/1810.
  • 46 Vincenzo, 28/2/1800.
  • 47 Vincenzo, 14/2/1800.
  • 48 Vincenzo, 4/11/1799.
  • 49 Vincenzo 1/11/1799.

20D’un côté, la réduction des coûts, de l’autre la perfection de l’ouvrage. D’un côté l’usage, de l’autre l’innovation. Le problème jamais résolu de la teinture était symptomatique des nouveautés introduites par la manufacture des bérets : il ne s’agissait plus de teindre des draps ordinaires, mais de beaux bérets rouges et les ateliers de Prato n’étaient pas accoutumés à ce travail. Il fallait donc chercher, inventer, imaginer. Les Pacchiani le firent en tâtonnant et en errant sans cesse, d’autant qu’il fallait œuvrer dans des conditions de dépendance extrême vis à vis d’un marché des drogues et des matières premières souvent capricieux : l’inexpérience était un handicap. On s’adaptait, essayant au gré du marché et de l’inspiration de nouvelles solutions, se cassant considérablement la tête45, mais le résultat à Livourne de ces perpétuels essais faisait souvent mauvais effet. C’est que travaillant avec parcimonie, les Pacchiani teignaient également par habitude, et, à en croire Vincenzo, ils se refusaient à accepter les nouveautés tinctoriales que proposait leur associé. Agacé, celui-ci stigmatisait leur peur de l’inconnu : ils ne veulent pas se résoudre à employer dans la couleur un ingrédient que j’y mets, parce qu’ils ont peur pour la santé, et quand j’ai teint, aucun d’eux ne s’est approché de moi, et ils ne se hasardent même pas à sentir le béret teint46. Pour Mazzoni, ce n’était là qu’étroitesse d’esprit. Les « spécialistes » de Prato se révélaient une sale race d’ignorants47 englués dans des pratiques défectueuses qu’ils se refusaient à modifier. Or, rien ne pouvait justifier aux yeux de Mazzoni la perpétuation de techniques erronées et imparfaites. La confrontation avec les produits des autres centres, qu’il s’agisse de bérets ou de draps, devait créer une dynamique de la performance et de la perfection. C’est ce qu’il essayait constamment de faire, se heurtant à la classique ignorance et fausse présomption48 des Pacchiani. Ceux-ci avaient d’autres types de raisonnements et ils répondaient : pourquoi Mazzoni faites-vous ces confrontations et pourquoi vous passionnez-vous tant, laissez faire, de toutes façons la marchandise se vend49.

  • 50 Vincenzo, 4/8/1810.
  • 51 Voir toutes les lettres de cette période, notamment Vincenzo, 1/11/1799, Vincenzo, 15/11/1799.
  • 52 Vincenzo, 8/11/1799.
  • 53 Vincenzo, 14/2/1800.

21Chacun des associés exprimait ainsi sa conception du travail et de la manufacture : les « raisons » des uns et des autres s’opposaient. Les Pacchiani, nourris de l’expérience textile de Prato, tentaient de fabriquer au plus bas prix possible des ouvrages de qualité médiocre, voire inférieure. Adaptée à son marché, cette tactique avait porté Prato aux premières places du textile toscan. Si les bérets les avaient entraînés à travailler la laine d’Espagne et à teindre de cochenille, ils n’avaient pas pour autant modifié leur conduite d’économie des coûts dans la manufacture et leurs habitudes de travail. Mazzoni découvrait avec horreur cette culture textile de la ville : voyez quelle sorte de honte doit être pour cette race de gens sans le moindre point d’honneur en tête, à seulement aller de l’avant essayant de vendre le noir de fumée pour du chocolat50. Mazzoni parlait au contraire le langage de l’honneur de la manufacture et du bel ouvrage, et s’emportait quand on lui opposait l’économie des coûts. Les journées de fin de siècle furent donc particulièrement orageuses. Mazzoni, furieux, se déchaînait contre ses associés par qui il se sentait trahi51 : plus de toute autre (amertume) la pensée d’avoir employé tant de très belle grâce de Dieu (la laine d’Espagne) et travaillé avec un mauvais travail m’afflige… le tout est sans remède… c’est l’assassinat de milliers de douzaines de bérets que de les avoir fait travailler ici si mal52 ; cela est une manière d’assassiner tout le monde, assassiner les pauvres car le travail ne peut plus leur être continué, assassiner les capitaux des pauvres acheteurs, assassiner qui est au milieu avec son capital et ses continuelles sueurs53.

  • 54 Vincenzo, 24/10/1799.
  • 55 Vincenzo, 24/10/1799.
  • 56 Idem et Vincenzo, 15/11/1799.

22Les litiges qui éclatèrent en 1799 furent sans doute occasionnés par le premier véritable bilan de la fabrique. Pendant quatorze ans, Vincenzo avait envoyé à Prato la laine d’Espagne achetée à bon prix, les Pacchiani avaient fabriqué les bérets revendus à Livourne par Vincenzo… et personne n’avait fait les comptes exacts des coûts de revient, des profits tirés de la vente. Preuve, s’il en est, du faible esprit comptable des uns et des autres : tant que l’argent rentrait, ils estimaient que les affaires tournaient, sans se préoccuper de faire le bilan régulier des entrées et sorties, sans calculer les bénéfices et les avoirs de deux familles. En cette fin d’année 1799, ils se mirent cependant à calculer et Vincenzo fut désespéré : chère épouse, je ne suis pas devenu fou aujourd’hui mais presque, le motif qui m’a extrêmement affligé est qu’ayant fini ce matin le bilan… de combien de laine d’Espagne j’avais envoyée ici depuis le début de notre fabrique, qui comme vous le savez sont 14 années d’épreuves que nous avons soufferts moi et ma famille, et j’ai envoyé ici bien trois cent dix sept mille livres de laine d’Espagne en tout le temps susdit,… en en relevant le prix… on trouve que je ne les pas payées plus de 35 1/2 écus les cents livres…54. Vincenzo avait fait de bonnes affaires, les laines lui avaient coûté bien peu. La spéculation seule aurait dû rapporter beaucoup : enfin aujourd’hui je devrais avoir une somme de 45-50 mille écus du seul produit que devaient nous avoir rapporté les seuls bons achats de laines, considérant le moindre prix quelles me sont coûtées de ce que j’ai toujours dit depuis le début quelles devaient me coûter55. La fabrication aurait dû ajouter de la valeur à ces bons achats, mais les comptes ne correspondaient pas à ces prévisions :…on trouve de nôtre à moi et à Pacchiani, en tous les deux, même pas 40 mille écus y compris le gain exorbitant que m’avaient apportés les si bons achats56. C’était un constat d’échec : le produit de la fabrication était inférieur à celui de la simple spéculation.

  • 57 Vincenzo, 1/11/1799.
  • 58 Vincenzo, 4/11/1799.
  • 59 Idem.
  • 60 Ce que j’observe en eux est cette belle désinvolture à savoir se montrer toujours gais, et plus que (...)
  • 61 Vincenzo, 4/11/1799. Le contre-coup de tant de remue-ménage fut effectivement la place sans cesse g (...)

23Comme à son habitude Mazzoni dramatisait la situation, trahi dans ses espoirs et dans sa confiance, il ne voyait qu’une unique solution : je vous dis donc chère épouse que j’ai estimé bien de déterminer ainsi à dissoudre notre société, ainsi il me semble trouver en moi une plus grande paix57. Le thème devint dès lors récurrent : dissoudre la société, cesser la fabrication. On continua cependant, pour finir les laines, et pour ne pas voir sans occupation ces pauvres gens qui travaillent58. Néanmoins, les rapports changèrent. Si Mazzoni reconnut avoir péché, c’était par excès de confiance : à cause de ma connerie à croire que je pouvais me fier de qui se fiait à moi, et je croyais, et j’ai toujours cru, que plus que ce qu’ils faisaient, ils ne pouvaient faire, et ainsi toujours ils me cuisaient et il me convenait toujours de le croire pour le trop de confiance que j’avais, chose en moi vraiment très mal faite, aujourd’hui enfin je découvre tout59. Vincenzo commença à regarder les Pacchiani d’un œil très critique, et à dresser un portait sans complaisance de la famille60. Giuseppe, fils de Giovacchino était le seul que Mazzoni considérait car le reste de la famille ne vaut pas un zéro61. Les Mazzoni furent désormais constamment présents à Prato pour surveiller le travail et les Pacchiani. La famille se dédoubla durablement pour être en mesure de contrôler à tout moment le déroulement des opérations manufacturières. Il n’était plus question de stricte division des tâches : Mazzoni « fabriquerait » les bérets avec les Pacchiani. Il fabriquerait, c’est à dire qu’il ferait lui-même ses raisonnements sur la production, modifiant, corrigeant la manufacture, multipliant les essais, prescrivant de nouvelles dispositions. Commander, c’était son rôle, celui que les Pacchiani avaient si mal tenu.

  • 62 Vincenzo, 1/11/1799.
  • 63 Vincenzo, 14/2/1800.
  • 64 Vincenzo, 17/11/1799.
  • 65 Vincenzo, 14/2/1800.
  • 66 Vincenzo, 22/11/1799.

24En effet, les reproches adressés aux Pacchiani ne concernaient pas uniquement la phase de la teinture qui leur était propre. C’était l’ensemble de la supervision du travail qui avait été défaillante62. Vincenzo les accusait de trop de laxisme63, il décrivait des patrons trop indulgents, apôtres du travail vite fait, des ouvriers consciencieux, horrifiés des mauvaises manufactures qu’on leur faisait exécuter : les rôles étaient renversés64. Les fautes revenaient personnellement aux Pacchiani qui jamais ne regardent un béret quand on les leur remet en balles65. Le manque d’assiduité et de présence prouvait l’incapacité au commandement, ironiquement Vincenzo notait :…depuis quelques jours, ils se lèvent du lit avant 7 heures du matin alors que par le passé ils se levaient à 9 et 10 heures66.

  • 67 Lazzero, 25/9/1818.

25Les devoirs du bon fabricant et du parfait directeur de manufacture étaient tout autre : l’inflexible assiduité devait être sa première qualité. Pas question de s’absenter, de passer occasionnellement dans la boutique, il fallait être le premier au travail pour surveiller et conseiller. Lazzero le redit plus tard, dictant à son jeune frère ses devoirs de parfait patron : levez vous tôt pour surveiller, et ne quittez pas à midi ni à 23 heures vos tâches, pensant qu’il vous reste en fabrique de la marchandise exposée aux hommes sans surveillance. Regardez avec rigueur les battilani et leur travail, en les faisant veiller et travailler les jours entiers de lundis et samedis, observez également avec rigueur les fileuses, que pas un béret tricoté ne passe sans être revu et mesuré, observez le foulage, à l’épointage qu’ils usent de petits ciseaux et qu’ils ne touchent pas l’ourlet, de même à tous les degrés de travail de chardons et de tonte…67

  • 68 Lazzero, 22/7/1814.
  • 69 Lazzero, 13/11/1816 et Lazzero, 8/11/1816.

26Mais même dans la famille Mazzoni, la distraction guettait : alors que tous étaient convoqués à ce rendez-vous de la fabrique, bien peu semblait s’en faire un honneur ; les reproches s’accumulaient, contre le fils cadet, contre la mère de famille, contre les sœurs68, contre Gaetano même69. Les hommes étaient-ils donc si faibles, ou la tâche si ardue ? Les plus inflexibles reconnaissaient les difficultés de la direction du travail :

  • 70 Vincenzo, 7/2/1800.

27Vincenzo : quelle race de peine il faut éprouver pour ce travail70.

  • 71 Lazzero, 12/11/1817.
  • 72 Lazzero, 26/1/1818.
  • 73 Pacchiani, 28/8/1801.

28Lazzero : il faudrait un poitrail de bronze… et puis mourir martyre71, fabricant de bérets, le métier des soupirs72. Comme le notait amèrement Pacchiani : l’œil du patron est occupé en un endroit, en tous les autres on le trahit73.

29Mazzoni découvrait que les Pacchiani n’étaient malheureusement pas les seuls qu’il fallait rééduquer pour obtenir un beau travail.

Il n’y aurait pas de branche ou de degré de travail qui ne doive être corrigé74

  • 74 Lazzero, 12/11/1817.
  • 75 Lazzero, 17/11/1817.
  • 76 Idem.
  • 77 Lazzero, 3/12/1819.
  • 78 Vincenzo, 6/12/1799 et Lazzero, 13/10/1817.

30A en croire les Mazzoni, la main d’œuvre de Prato baignait dans une culture de l’à-peu-près : l’indulgence ou l’intérêt patronal acceptant n’importe quel ouvrage, il était fait n’importe comment. Pour comprendre cette situation sans tomber dans les jugements moraux proférés par les Mazzoni, il faut encore une fois se référer à la culture textile de Prato : manufacture peu soucieuse de qualité, fabricants et ouvriers vivaient dans une sorte de consensus du travail vite fait. Les travailleurs payés à la tâche y trouvaient leur compte, et les fabricants profitaient de ce peu d’exigence pour maintenir des salaires relativement bas. Lazzero Mazzoni comprit fort bien les raisons et les mécanismes d’un système qu’il dénonçait : le système du travail à la tâche… ou au poids, est d’un grand préjudice, les patrons pour s’assurer qu’ils ne leur volent pas le temps se contentent qu’ils massacrent le travail parce que l’intérêt du travailleur est de faire beaucoup de laine, et pour veiller à ce qu’ils travaillent bien, il faudrait que le patron soit toujours avec le fusil à l’affût75. La perfection semblait donc incompatible avec le salaire à la tâche et Lazzero se faisait au contraire l’apôtre de la rémunération « à la journée » : il aurait été mieux que les battilani soient à la journée, ainsi avec une douce surveillance qu’ils ne volent pas le temps, le travail aurait été toujours parfait76. Mais aucun des deux systèmes ne satisfaisait Lazzero car selon lui le salaire journalier favorisait l’oisiveté : vous savez bien comment se comportent les hommes sans vigilance, les jours sont denses, la paye court, et la distraction est journalière, ces hommes appelés ici pour un travail, là pour un autre en profitent pour ne pas être sujet à rendre compte du produit de leur travail77. En somme, payés à la tâche ou à la journée, les résultats du travail étaient de toutes façons peu satisfaisants : d’un côté la qualité souffrait, de l’autre la quantité de travail était bien inférieure à ce qu’elle aurait dû être, et il n’était même pas évident que le travail fût bien fait. Pour obtenir un bel ouvrage, il fallait donc se livrer à une véritable rééducation de la main d’œuvre78 : au nom de la perfection des bérets, les Mazzoni tentèrent la difficile réforme de la manufacture. C’étaient en effet toutes les branches de la manufacture qui devaient être perfectionnées, corrigées, réorientées.

  • 79 Idem.
  • 80 Lazzero, 28/9/1812, Lazzero, 11/12/1812.
  • 81 Lazzero, 21/9/1814.
  • 82 Lazzero, 12/11/1817.
  • 83 Lazzero, 13/10/1817.
  • 84 Lazzero, 17/11/1817.
  • 85 Idem.
  • 86 Pour que nos bérets apparaissent d’une bonté majeure..il faut que les filés soient fins, Vincenzo, (...)
  • 87 Au contraire de leurs collègues sedanais inventeurs de la machine à vérifier le fil… mais les besoi (...)
  • 88 Lazzero, 17/11/1817.
  • 89 Vincenzo, 5/12/1808.

31Selon Lazzero, le mal commençait dès le lavage de la laine : avec les méthodes ordinaires, on ne peut jamais la nettoyer de la graisse qu’elle contient qui est insoluble dans le carbonate alcalin que l’on utilise communément et sans usage de l’eau de savon jamais les laines ne se laveront bien, alors elles se dégageraient de ce poisseux qui leur reste, et par conséquent elles restent collantes79. Pour essayer de nettoyer au maximum la laine de ses impuretés, les Mazzoni introduisirent l’usage de l’acide, qui la rendait particulièrement blanche80, tout en continuant également à tester les qualités des différentes eaux à leur disposition81. En effet, le mauvais lavage de la laine enclenchait l’engrenage infernal de la mauvaise manufacture. La laine, mal lavée, se prêtait difficilement au travail des battilani82 qui aggravaient les défauts par leur hâte. La laine était travaillée de cardes à la mode de Prato, c’est à dire arrachée, toute en nœud et par conséquent la surface n’est jamais belle83. La surveillance du cardage fut donc l’un des buts de sa concentration en fabrique. Mais cela ne suffisait pas : pour améliorer le contrôle de leur travail, Lazzero ordonna que les paquets de leur travail ne doivent pas être de plus d’une livre84. Il désirait surtout un changement radical dans la procédure du travail : c’est une erreur, disait-il, de faire la taille de la laine sur les cardes à œil et croix… jamais le mélange ne peut être partout égal en le donnant au hasard au cardeur…, il faudrait quand on fait les mélanges peser ses proportions… et ainsi faire une taille exacte85 De cette façon seulement, affirmait-il, on réussirait enfin à obtenir une laine bien mélangée, unie et correctement cardée, toutes choses essentielles à la finesse du fil. Car sans un fil fin et régulier, point d’espoir d’obtenir un tricot ferme et uni86. Mais cette fois, les Mazzoni avaient affaire aux habitudes de centaines de fileuses travaillant chez elles sans contrôle et ils semblaient impuissants à changer leurs habitudes de travail. Certes, la paye était théoriquement proportionnée à la dimension du fil, mais qui pouvait assurer l’honnêteté des femmes ? Il aurait fallu vérifier chaque écheveau qui revenait à la boutique, ce que les fabricants de Prato n’avaient pas coutume de faire87 car les draps de paysans s’accommodaient sans peine de filés irréguliers, au contraire des bérets surfins que rêvait de fabriquer Vincenzo. La croisade des Mazzoni pour la finesse du fil était donc d’autant plus incertaine quelle était solitaire : puisque tous les autres fabricants, ou presque, acceptaient des fils plus ou moins gros, il était facile aux fileuses de trouver preneur pour leur travail. Néanmoins, le contrôle se perfectionna, encore une fois sous l’impulsion de Lazzero : les fileuses doivent porter les paquets de la laine filée de seulement ½ livre chacun… ainsi nous évitons la fraude d’avoir dans les paquets du gros fil. Avec ce système, on aura un fil plus exact et une économie dans la filature, obligeant plus de femmes à faire leur devoir88. La finesse du fil n’était pas recherchée uniquement pour la laine cardée, mais également pour l’étaim avec lequel on cousait les bérets tissés. Les deux grandes zones de production étaient le Mugello et Fiesole/Settignano. Le critère de la finesse fut décisif dans l’abandon du Mugello où les femmes, régulièrement occupées à la récolte des châtaignes, filaient selon des méthodes ancestrales qui produisaient un fil trop gros : pour coudre les bérets, nous ne nous servirons plus de fil filé à la quenouille mais nous nous servirons de fil filé à mulinello (rouet) lequel se file à Fiesole et Settignano et de cette filature on peut en avoir en quantité tandis que de celui à quenouille on peine assez pour l’avoir, celui à mulinello est de fil plus fin assez que celui à quenouille…89.

  • 90 Vincenzo, 22/11/1799.
  • 91 Très peu de femmes mettent 60 mailles, le restant qui 56, qui 52, Vincenzo, 17/2/1800.
  • 92 Les bérets qu’ils ont fait dans ces écoles… sont tous étroits au moins de 20 mailles par bérets, Vi (...)
  • 93 Vincenzo, 20/1/1800.
  • 94 Vincenzo, 26/11/1799.
  • 95 Demain les Pacchiani expédient une femme aux écoles de Pistoia, laquelle femme est celle qui revoit (...)
  • 96 Le Français de plus ne compte pas les mailles, il donne 3 onces de fil gros et mal cardé, et il dit (...)
  • 97 Vincenzo, 17/2/1800.

32Ayant enfin réussi à obtenir le fil selon leur vœu, les Mazzoni pouvaient attendre un tricot répondant à leurs attentes : serré, fin, ferme, ajusté aux dimensions requises. Pour cela il faut des fers fins pour faire le tricot et beaucoup de points par béret, mais ici est le problème, et ces femmes de tricot nous tourmentent90. Bien rares étaient les bérets parfaitement tricotés : payées à la pièce, les femmes avaient tout intérêt à tricoter avec de grosses aiguilles une maille lâche et arriver ainsi plus rapidement à la taille demandée. Les Mazzoni avaient beau fournir des modèles légèrement plus grands, préciser le nombre exact de points que les femmes devaient monter, bien peu respectaient ces directives91. Même le travail fourni par les écoles de Pistoia ne suivait pas les indications92. Vincenzo avait beau redoubler ses attaques contre la tromperie et la fraude des femmes de tricot93, les Pacchiani faire preuve d’acharnement à propos de la maille afin que les femmes adoptent les fers fins94, le problème revenait constamment, malgré les contrôles95. Cela en partie parce que les Mazzoni étaient encore une fois les seuls à imposer aux femmes un nombre de points précis par aiguille96. Dès que leur pression se relâchait, les mauvaises pratiques revenaient immédiatement : grosses aiguilles, gros fil et réduction du nombre de points97. Or, un tricot mal fait conditionnait l’ensemble des opérations de finition : moins résistant, le béret devait être moins foulé, sous peine de rétrécir considérablement, et moins feutré, il devait être moins vigoureusement lainé et tondu.

  • 98 Pacchiani, 3/11/1792.
  • 99 Vincenzo, 13/12/1799.
  • 100 Pour l’achat cf. ASF, Notarile moderno, Varrocchi, prot. 30119, et idem, prot. 30120. En 1811, Lazz (...)

33N’ayant aucune volonté de fabriquer des « tripes », les Mazzoni redoublaient leurs exigences de perfection dans les opérations de finition, si essentielles à la bonté du produit. De nouveau, ils semblaient se heurter aux mauvaises habitudes acquises. Le foulage tout d’abord : pour qu’il soit correctement effectué, les bérets étaient certes envoyés à Remole, mais l’antique perfection de la manufacture florentine semblait bien loin. Aussi fallait-il encore combattre le mauvais travail : nous avons écrit une lettre au foulon pour le réveiller de son sommeil98 racontait-il, quand il n’allait pas lui-même lui montrer les dents99 L’habitude était de fouler peu et vite les draps. Les admonestations servaient à obtenir quelques pilées correctement travaillées, puis les mauvaises pratiques reprenaient leur cours. Les Mazzoni décidèrent alors de se servir d’autres foulonneries : Santa Lucia, Mercatale. Surtout, les Pacchiani investirent dans le secteur en rachetant en 1796 aux frères Conti leur foulonnerie des Abatoni, un des ateliers les plus actifs du territoire, mais cela même cela ne résolut pas tous les problèmes100.

  • 101 Maintenant tous les bérets se lainent en blanc, et se tondent, et après… on les rebrosse de nouveau (...)
  • 102 Ayant ce travail bien fin de maille, et bien foulé, figurez vous combien de peine en plus il faut a (...)
  • 103 Vincenzo, 26/11/1799.
  • 104 Lazzero, 31/7/1813.

34Dans la phase de la tonte, il ne pouvait s’agir de révolutionner d’anciens usages puisque le métier était né en même temps que la fabrique. Mais là aussi la perfection avait été bien vite oubliée au profit de la rapidité, quand les travailleurs étaient rémunérés à la tâche, ou au profit de l’oisiveté, quand ils étaient payés à la journée. En 1799, Vincenzo réorganisa le travail en imposant des tâches supplémentaires : désormais, les bérets étaient laines et tondus plusieurs fois, y compris après la teinture101. Il s’agissait bien entendu de multiplier les opérations de finissage pour améliorer la perfection du produit, ce qui accroissait la difficulté du travail des tondeurs102 et provoqua de nombreuses oppositions : je les entends avec mes oreilles dire maudit soit qui est la cause de cette récolte de choses103. En somme, quand on veut travailler avec exactitude, les travailleurs ne veulent pas suivre104.

  • 105 Il fit lui-même l’expérience de cette solution : je tiens auprès de moi quatre petits garçons dont (...)
  • 106 Vincenzo, 10/2/1800.
  • 107 Plus de 200 selon lui.
  • 108 Vincenzo, 20/1/1800.
  • 109 C’était devenu une habitude de gestion du travail. Ainsi Lazzero recommandait à son frère : ne manq (...)

35C’était bien là le problème en effet : quels moyens de pression avaient les fabricants pour contraindre au bel ouvrage des travailleurs si récalcitrants ? Empruntant la voie suivie avant et après lui par de nombreux fabricants aux prises avec les habitudes de leur main d’œuvre, Vincenzo préconisa et mit en pratique l’embauche des jeunes que l’on pouvait habituer tout de suite aux bonnes manières manufacturières105. Mais il ne pouvait être question de former ainsi toute la main d’œuvre. La menace de la suspension totale de la manufacture était l’arme par excellence, utilisée avec emphase par Vincenzo : je les fais rester avec la mort à la bouche et je leur fais voir l’enfer ouvert en leur disant que s’ils ne travaillent pas bien notre fabrique absolument se termine106. La fabrique de bérets avait acquis suffisamment d’importance pour que la menace fut de poids. Vincenzo n’affirmait-il pas que les deux tiers de la population vivaient de cette industrie ? Menacer de cesser l’activité, c’était priver d’un revenu désormais nécessaire un grand nombre de familles. Inlassablement, l’argument était utilisé pour tenter de soumettre les travailleurs. Surtout, Mazzoni faisait régulièrement ses entrées en scène, se rendant directement et personnellement au cœur du problème :…je suis entré dans le comptoir de Bottari au milieu de la grande quantité de femmes107 tandis que j’avais perdu la lumière des yeux à cause de la colère qui me dévorait… j’ai fait une tirade à mon habitude, que je ne sais vous dire, et des gens s’étaient rassemblés dans la rue, et toutes ces femmes, chacune portait les habituels tricots qui ne servent à rien comme vous savez, espérons que mon juste ressentiment aura profité, Prato en est déjà remplie, et je crois que cela profitera108. Lucide, il ajoutait : mais pourtant, il faudrait chaque semaine une sortie pareille109.

  • 110 Vincenzo, 30/12/1799.
  • 111 Vincenzo, 17/2/1800.
  • 112 Vincenzo Pacchiani, 16/8/1816 : je ne manque pas de tous les égards afin qu’elle (la perfection) so (...)
  • 113 Il voulait conserver tout le monde et tous les faire travailler, et l’on pourrait dire comme l’on d (...)
  • 114 Lazzero, 30/7/1810.
  • 115 Le tiers des bons travailleurs on les paye plus qu’avant leur travail, Lazzero, 30/7/1810 ou payez (...)
  • 116 Idem.
  • 117 Vincenzo, 4/11/1799.
  • 118 Lazzero, 26/11/1817.
  • 119 Idem.
  • 120 Ainsi en 1800, Vincenzo se vantait de l’émotion que ses beaux bérets avaient provoquée sur
  • 121 un officier allemand : il s’est levé en disant o mon dieu pourquoi ne fabriquez vous pas tous vos b (...)
  • 122 Lazzero, 6/5/1816.

36Du reste, il n’était pas évident que tous les travailleurs fussent capables d’exécuter le bel ouvrage que nos fabricants réclamaient. Vincenzo se persuadait du contraire : cette perfection ne se trouve que dans un tiers des travailleurs et les autres deux tiers sont imparfaits, et avec grande peine de ces deux tiers mauvais on arriverait en se fatiguant à en réduire quelques uns à travailler un peu mieux qu’à présent110. Bottari lui avait même assuré que sur 2000 femmes occupées à tricoter les bérets, seules 2 ou 3 étaient en mesure de fournir un parfait ouvrage111. Que fallait-il faire ? Comment réussir à combiner les caractéristiques de cette main-d’œuvre et l’exigence de perfection ? Encore une fois les Pacchiani et les Mazzoni optèrent pour des solutions différentes. Les Pacchiani étaient bien sûr disposés, sous l’impulsion des Mazzoni, à multiplier les remontrances, les coups de gueule, les menaces : pour impressionner les travailleurs, non pour s’en séparer. Attachés aux hommes, soucieux de leur procurer du travail, ils se défaisaient difficilement de leurs employés et acceptaient la possibilité des défaillances112. Mazzoni les accusait de trop de compréhension113 et prêchait le licenciement des ouvriers qui gâchaient le travail114. Au contraire, les bons travailleurs devaient être dûment sélectionnés et récompensés115, car seul l’attrait d’une meilleure paye était capable de fidéliser les travailleurs et d’éviter une hémorragie totale de main d’œuvre116. Mais cela contrariait de nouveau le souci d’économie des Pacchiani, ainsi accusés de fausse présomption aveuglée par l’avarice… à cause de leur refus de vouloir jamais accorder à aucun travailleur un peu de juste louange quand ils ont fait leur devoir117. Les divergences en matière de gestion des hommes étaient donc également profondes : garder l’ensemble de la main d’œuvre ou licencier les incapables, rémunérer sur un pied d’égalité économe ou favoriser l’émulation en jouant sur les primes à la qualité, telles étaient les enjeux des discussions entre les Pacchiani et les Mazzoni. Ces derniers réussirent à imposer leur point de vue et, grâce à leurs efforts, les ouvriers étaient de plus en plus nombreux à « faire leur devoir » en travaillant selon les règles de l’art. Les Mazzoni avaient donc réussi à réformer en profondeur la manufacture. Lazzero se félicitait en 1817, comme son père l’avait fait en 1799 : je me suis fatigué la machine et la cervelle, mais j’ai la satisfaction de voir qu’en quelque chose j’ai réussi118. La durée de tels succès manufacturiers n’était cependant pas assurée : tout tient ensuite à ce qu’ils secondent avec zèle mes principes et qu’on ne manque pas d’y veiller, et de les tenir pour base de la perfection, espérons bien119. En attendant que l’espoir une fois de plus s’évanouisse, les Mazzoni vivaient des moments de jouissance, lorsque tous reconnaissaient le beau travail120 et que les spécialistes leur disaient : vous travaillez comme Tunis121 Ils ne pouvaient espérer plus, l’honneur du fabricant était à son comble122 et les Mazzoni étaient alors certains de recueillir la préférence des acheteurs : la belle manufacture portait aux bonnes affaires commerciales, c’est ce dont ils étaient convaincus. Mais la perfection était-elle vraiment un bon choix pour s’insérer sur les marchés des bonnets levantins ?

2. L’insertion sur les marchés

La basse qualité, un mode d’insertion sur le marché international

  • 123 Lazzero, 9/10/1816.
  • 124 Lazzero, 2/9/1816.
  • 125 Lazzero, 7/4/1817.

37Lazzero était convaincu que jamais les acheteurs ne manqueraient pour les bérets de qualité123. Le prix nécessairement élevé qu’entraînait l’emploi des laines d’Espagne et de drogues riches ne devait pas freiner la vente124. Or, malgré cette belle assurance, les acheteurs ne se pressaient pas chez Mazzoni. Certes, ils avaient apprécié le renouveau de la fabrique, les amis avaient envoyé en Levant des échantillons du nouveau travail, mais les commissions ne semblaient pas suivre. Les négociants reculaient devant les prix. Le raisonnement de Lazzero n’était cependant pas erroné : en période de crise, seuls les bérets de qualité réussissaient à trouver encore quelques débouchés. Mais il se trompait en pensant avoir atteint la perfection : le sublime ne peut s’obtenir… nos bérets sont toujours considérés comme bérets de Livourne dont les prix semblent chers aux acheteurs125.

  • 126 Vincenzo, 26/7/1817.
  • 127 Vincenzo, 25/6/1817.
  • 128 Vincenzo, 05/1817.
  • 129 Idem.

38Malgré tous leurs efforts, les Mazzoni n’avaient donc pas réussi à pénétrer dans le groupe très fermé des manufactures de luxe, qui pouvaient se permettre de vendre presque à n’importe quel prix leur manufacture réservée à un public limité. La réputation et la perfection ne se gagnaient plus qu’à grand peine, les Mazzoni avaient échoué à se hisser au rang de Tunis. Pour les spéculateurs, les bérets de Vincenzo, trop chers et sans label véritablement reconnu, ne pouvaient convenir. Les Mazzoni pouvaient bien fabriquer les plus beaux bérets de la place, ils n’avaient pas pour autant gagné la bataille de la préférence. Ils semblaient donc avoir mal évalué leur situation et les créneaux par lesquels ils pouvaient s’insérer sur le marché des bérets126. En effet, les critères qui devaient assurer la préférence à Livourne n’étaient pas les mêmes qu’à Tunis ou Orléans. Sur la place de Livourne, il fallait avant tout fabriquer à bas prix. Les spéculateurs préféraient en effet miser sur des bérets décadents mais à très bas prix qui permettaient de réaliser, en période de ventes favorables, des profits considérables : un grec votre ami est ici… il dit que depuis un an il n’a pu vendre une douzaine de nos bérets, avec l’idée qu’il ne veut pas perdre, mais qu’à la fin et avec le temps il faut qu’il s’y résolve, au contraire il a acheté ici 200 douzaines de bérets de Rome qu’il a payé ici £16 la douzaine et il les a vendu tout de suite et il y gagne 33 %127. Tous les Grecs se faisaient forts de l’expliquer aux Mazzoni : ce Grec me dit qu’à Gianina… il pleut une quantité de bérets de toute part et en particulier de Venise et de Rome, il me dit que c’est de la camelote mais qu’ils ont la préférence à cause des bas prix128. Ce raisonnement révoltait Vincenzo qui s’étonnait : oh donc dans vos pays on n’acclame pas la bonne marchandise, et il m’a répliqué quelle lui plaît et l’accommode, mais celle de Tunis, laquelle est vendue presque le double de nos bérets129.

  • 130 Vincenzo, idem.
  • 131 Vincenzo, 27/6/1817.

39C’était tout le projet de fabrique qui semblait devenir vain et avec lui le bonheur et la tranquillité familiale : nous nous apprêtons à ne pouvoir jamais et jamais vivre tranquilles130. Que faire ? Se résoudre à suivre les bons conseils des amis négociants : fabriquer à plus bas prix des bérets plus ordinaires ? Je vous dis que nous en avons vu assez et que ce que font certains fabricants, à nous il nous manque l’âme pour le faire131. Déclaration de principe maintes fois répétée et jamais suivie d’effets car la réalité de la fabrique ne correspondait que de façon très lointaine à l’idéal conçu par Mazzoni qui, contrairement à ce qu’il affirmait, s’adaptait constamment aux requêtes de ses acheteurs pour pouvoir vaincre malgré tout la bataille de la préférence dans une ambiance où la concurrence s’était multipliée, en Toscane et à Prato même.

  • 132 L. Valensi, 1969.
  • 133 Cf. Carrière C., Coudurié M, 1975 et Filippini, 1975 et 1985.

40Les fabricants les plus avisés de Prato ne furent en effet pas longs à saisir l’intérêt de la nouvelle fabrication que mettaient en place les Pacchiani. La production s’accroissait, les informations circulaient entre Livourne et Prato et insistaient sur les débouchés potentiels qui s’annonçaient intéressants. L’opportunité naissait donc de ces perspectives alléchantes et des nombreuses difficultés de la manufacture tunisienne : en effet, l’initiative de Mazzoni coïncidait avec un arrêt momentané des fabriques de Tunis. De plus, dès 1792, les difficultés du port de Marseille ouvraient les perspectives des spéculateurs livournais et des fabricants toscans car les fabriques de bérets françaises, jusque là si dynamiques132, s’essoufflèrent en même temps que se raréfiait le commerce portuaire, faute de débouchés et de matières premières. Livourne au contraire se portait bien, accaparant une grande part du trafic de sa rivale et profitant également du blocage de Gênes133. Autant de facteurs qui stimulèrent les imitations : Mazzoni se découvrit vite des concurrents. Cardoso, Sacuto, Mazzetti de Florence, Vestri, Bianchini, Bigliotti, Scotti faisaient aux Mazzoni une concurrence âpre mais parfois éphémère. Martini de Prato et Burlamacchi de Lucca par contre étaient les concurrents les plus sérieux de la fabrique Mazzoni.

  • 134 Lazzero, 28/3/1810.
  • 135 Lazzero, 28/11/1817.

41Les rapports des Mazzoni avec les autres fabricants toscans étaient ambigus. Pendant longtemps, ils les avaient regardés avec condescendance, certains de leur supériorité manufacturière. En 1810 encore Lazzero affirmait à propos de qui voulait les imiter.. il est mieux qu’ils prennent dix uns d’école134. Pourtant, ils ne pouvaient se permettre de les ignorer. Sur la place de Livourne, le bon prix des bérets de ces concurrents attirait plus d’un négociant. Les fabricants de Prato qui se mirent aux bérets n’essayèrent pas comme Mazzoni de rivaliser de perfection avec les centres prestigieux déjà existants : à la voie de l’honneur, ils choisirent celle de l’honneur dans l’économie, une nuance fondamentale qui se concrétisait notamment dans le choix des couleurs. Alors que les Mazzoni tentaient assez désespérément de faire des couleurs riches, résistantes à toutes les épreuves, les Martini ou Burlamacchi teignaient leurs bonnets de couleurs fausses, certes, mais moins coûteuses. Ainsi les Mazzoni reconnaissaient que Burlamacchi a la noix et que nous avons la voix135.

42Ces fabricants avaient donc sans doute plus vite compris que les Mazzoni qu’il existait pour les bérets - comme pour les draps - des marchés socialement différenciés : la majorité des sujets de l’empire ottoman, vers lequel était destiné l’essentiel de la production, ne pouvait se permettre l’achat d’un béret de Tunis dont le prix reflétait la qualité et la réputation. Ces bérets de prestige étaient réservés à la « meilleure part » de la population, celle qui pouvait mettre le prix d’un couvre-chef qui soit à la fois un ornement et un signe extérieur de richesse. Tunis restait le meilleur label pour ce faire, sa prépondérance ne serait pas remise en cause, même par Orléans qui pourtant avait su l’approcher de près. Les « bérets de Livourne », fabriqués à Prato, avaient une autre destination : ils étaient vendus à ceux qui ne pouvaient se payer le prix de l’excellence, marins, couches inférieures des villes, un monde varié qui ne pouvait se passer d’un couvre-chef mais n’avait pas les moyens de se parer de qualité. La modicité du prix, non point l’excellence, devenait alors l’argument premier de vente, les déboires de Mazzoni le prouvent. Ainsi, le choix d’une qualité moyenne, loin d’être une faiblesse, représenta au contraire un atout, condition presque sine qua non de l’insertion sur un marché où la concurrence internationale était redoutable. Prato partait de trop loin pour pouvoir espérer rivaliser de bonté avec la tradition multi-séculaire de Tunis, mais elle était également très mal placée pour rivaliser avec les manufactures françaises servies par un réseau très performant d’approvisionnement à bon marché et par une connaissance technique sans doute supérieure. Au fond, Prato choisit la seule voie qui lui était ouverte, une voie qui satisfaisait tout à fait les exigences de leurs acheteurs, les négociants de Livourne.

Une fabrication sur commission

43La liaison avec les négociants du port était en effet fondamentale car toute la production se vendait à Livourne, sur commission. Point de comptoirs lointains, de ramifications des maisons de Prato dans les différentes échelles du Levant, pas question d’envois directs, sauf en d’exceptionnelles occasions. Les raisons étaient pour tous identiques : vendre aux négociants de Livourne, c’était se procurer dans des termes raisonnables des rentrées d’argent nécessaires à la poursuite de la fabrication. Un avantage très apprécié car la plupart des fabricants devaient faire preuve de beaucoup d’astuces pour tenir les comptes d’affaires parfois considérables dont une part souvent essentielle était basée sur le crédit. Les plus beaux profits étaient donc encore une fois laissés aux négociants de Livourne pour qui les bérets devinrent rapidement un objet de spéculation comme un autre. Juifs et Grecs essentiellement, ils pouvaient manier les temps longs des retours au Levant, ils possédaient maisons de commerce et relations dans toutes les Echelles, ils connaissaient l’art de la spéculation à un échelon bien plus vaste que les entrepreneurs de Prato, lesquels ne disposaient pour tout repère que ce que voulaient bien leur dire leurs « amis » et acheteurs levantins installés à Livourne.

  • 136 Vincenzo, 19/12/1807.

44Ces négociants livournais n’étaient le plus souvent que des agents de transmission des maisons levantines qui indiquaient le nombre et la provenance des bérets quelles souhaitaient. Mais, connaissant les fabriques et les fabricants, les agents livournais transgressaient à l’occasion les ordres et confiaient à d’autres l’accomplissement de la commission. Ainsi, Mospignotti, négociant grec de Livourne, ayant reçu ordre d’un « ami de Smyrne » d’acheter des bérets des meilleurs fabriques de France ou de Gênes, passait au contraire la commande à Mazzoni136. Les contacts personnels noués avec les marchands levantins, acheteurs potentiels de la manufacture, révélaient ainsi toute leur importance. Sans ce réseau de relations, qui permit à la fabrique de Mazzoni de voir affluer des commissions qui au départ ne lui étaient pas destinées, il n’y aurait sans doute pas eu de fabrique. Par contre, une fois les manufactures établies, les négociants de Livourne commissionnaient les bonnets sans nécessairement avoir d’ordre du Levant.

  • 137 Lazzero, 17/11/1817.
  • 138 Lazzero vantait par exemple à son père les avantages d’une production de bonnets de marin : en se l (...)

45Les commissions déterminaient les caractéristiques du produit. Selon les commandes, les fabricants produisaient des bérets tricotés ou tissés, no 1, 1 1/2, 2, 3, rouges, écarlates, noirs ou blancs. A l’occasion, ils se mettaient à fabriquer des contrefaçons sur des modèles fournis tout exprès à Prato137. Ils variaient ainsi les caractéristiques du produit au fur et à mesure des demandes, prêts à fabriquer de nouveaux modèles dès qu’on leur demandait ou qu’un créneau semblait prometteur138. A l’annonce de l’arrivage des navires, les marchands envahissaient le comptoir, revenaient jour après jour savoir si les caisses étaient enfin arrivées de Prato, s’ils pouvaient les charger sur les bâtiments avant leur nouveau départ. C’est que les temps de fabrication étaient fort variables : qu’il fasse trop humide et les bérets ne pouvaient sécher, les fournitures étaient en retard, il fallait tenter de faire patienter les acheteurs. Jamais les Mazzoni, ni aucun fabricant, n’étaient assurés de tenir les délais fixés. Imprécision parfois funeste qui risquait continuellement de faire échouer les affaires. Or, les aléas des commissions conditionnaient la fabrique car c’était aussi au fil des commandes que les fabricants de Prato fixaient le volume de leur production, et tentaient de percevoir les orientations de l’année en cours. Tous raisonnements faits, ils ordonnaient à Prato de lâcher la bride aux battilani ou, au contraire, de faire veiller les tondeurs pour tenter de respecter les engagements pris. La production s’adaptait ainsi aux variations du commerce et de la demande, et ce d’autant plus facilement que la structure de l’embauche de la majorité de la main d’œuvre était d’une grande souplesse : la politique actuelle des « flux tendus » n’aurait sans doute pas surpris outre mesure ces fabricants du XVIIIe siècle. Mais l’incertitude restait souvent maximum. Sur ce point, aucun n’était logé à une enseigne différente de celle des Mazzoni, qui avaient au moins l’avantage d’être le plus souvent en contact direct avec les humeurs et les rumeurs du port.

Régulation du marché et aléas conjoncturels

46Smyrne était au départ la destination la plus fréquente : c’était là que Franchetti, ami et conseiller de Mazzoni, avait sa maison, comme beaucoup d’autres levantins. Mais Rodocanacchi, Stamatacchi envoyaient également vers Salonique ; Giamari avait de nombreux contacts avec les idriottes, ainsi que Spagnolacchi, Sguros commerçait avec Corfou ; Gianina était également une grande place d’arrivée des bérets. Les Grecs n’étaient évidemment pas seuls dans ce commerce qui intéressait aussi de nombreux négociants juifs : Attias, par exemple, était un fidèle client qui commerçait avec la Bosnie.

  • 139 S.A.S.P., Mazzoni, 21/10/1815.
  • 140 A.N.P., F12 1400, Lettre d’Aubry d’Assas, 21/9/1764.

47Pour tenter des prévisions pour la manufacture, il fallait donc se tenir au courant des dernières nouvelles du Levant, connaître les péripéties du commerce des bérets dans les contrées lointaines où ils étaient vendus. Pour cela, les Mazzoni guettaient les nouvelles et s’informaient avant tout du mouvement des foires qui constituaient ici aussi de précieux indicateurs des tendances de l’année à venir : si les bérets s’y vendaient un bon prix, un regain d’activité devenait possible, si au contraire les foires languissaient, la fabrique tournerait au ralenti. Faibles indices d’un mouvement régulateur dont les mécanismes échappaient en fait presque totalement aux fabricants car, en aucun cas, ils ne maîtrisaient l’information : l’essentiel de leurs connaissances des marchés provenait des lettres des maisons levantines qui faisaient surtout mention des prix, de l’empressement ou au contraire de la lenteur de la vente. Un des éléments essentiels était de savoir si Tunis travaillait. Si elle chômait, les fabriques occidentales connaissaient un regain d’activité car l’arrêt des manufactures tunisiennes suscitait l’augmentation générale des prix, qui profitait à tous139. Il importait surtout de savoir si les conditions du trafic étaient favorables. Les mesures du Grand Seigneur pouvaient enlever tout intérêt au commerce, et provoquer une baisse dramatique des commandes : les négociants passaient à d’autres produits, les fabriques, elles, cessaient toute activité. C’est un fabricant français qui expliquait en 1764 ces phénomènes : la permission exclusive que les turcs ont obtenu d’acheter et de vendre seuls ces sortes de bonnets soumet pour le présent les fabriquants à des échanges infructueux qui les forceront peut-être à suspendre leurs envois jusqu’à la révocation de cette permission140. La fabrication fut effectivement interrompue à Orléans en 1768, les ouvriers renvoyés, les portes fermées jusqu’aux débuts des années 1780. Ce genre d’interruption n’était pas exceptionnel : Prato allait également connaître des phases de récessions aiguës qui inciteraient les fabricants à mettre les clefs sous la porte ; une raison qui les renforçait dans leur volonté de ne pas mettre tous leurs espoirs dans cette unique manufacture, qui les incitait à conserver le maximum de mobilité à leurs capitaux.

  • 141 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 2/1/1815.
  • 142 La même constatation est faite par Marquié C., 1993 pour les londrines du Languedoc.
  • 143 Au moins tentaient-ils d’éviter une trop grande dépendance vis à vis d’un unique négociant cf. C. M (...)

48D’autant, répétons-le, qu’il leur était difficile de prévoir les récessions, ou les reprises. Les pestes assez fréquentes avaient de graves conséquences commerciales et déstabilisaient pour un temps les échanges avec le Levant. Une pénurie de blé pouvait avoir des conséquences encore plus grandes, comme l’écrivait Lazzero en 1815 : le mal est que les grains coûtent cher dans le Levant, et qu’il ne convient pas d’en apporter ; et en conséquence peu de bâtiments grecs viendront sauf ceux avec des marchandises141. On soupçonne ainsi la nature du trafic des bérets, pour Livourne au moins : marchandise de retour des navires apportant en Europe les grains levantins142. C’était en partie l’explication de certaines frénésies de commandes que les fabricants ne comprenaient pas et dont les plus gros bénéfices leur échappaient : s’ils profitaient un moment de ce regain de faveur, ils en payaient ensuite fort cher les conséquences car les bérets décadents s’accumulaient sur les marchés et bloquaient pour un moment toute commission. Les fabricants subissaient la loi du négoce et jamais ne dictaient la leur143. Le marché était certes immense, la mode des bérets constante, mais cela ne suffisait pas à assurer la régularité des commandes et de la production.

Une production incertaine

  • 144 Vincenzo, 6/12/1799 et 30/12/1799.
  • 145 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 476.
  • 146 L. Valensi, 1969, p. 387.
  • 147 L. Valensi remarquait qu’étant donné la généralité du port du bonnet et l’ampleur du marché levanti (...)

49Nous ne possédons malheureusement pratiquement aucune information sur l’ampleur de la production toscane avant la période française. Si les Mazzoni comme les Pacchiani savaient combien ils fabriquaient de bérets, il est plus difficile pour nous de connaître le volume de leur production. En 1799, Vincenzo affirmait avoir produit pendant les quatorze années de vie de la fabrique 200.000 bérets tricotés : une moyenne d’un peu plus de 14.000 douzaines par an, ou de 275 par semaine. A quoi il fallait ajouter une petite production de 10.000 bérets tissés, fabriqués pour le seul compte des Mazzoni. Cette même année, Vincenzo estimait que la fabrique ne pouvait produire plus de 400 douzaines de bérets par semaine144. Ce chiffre, souvent répété, lui semblait en effet représenter l’optimum de la production. Pour les autres fabriques, aucun document ne nous a révélé un ordre de grandeur. Seul un rapport français de 1811 note que les exportations vers la Turquie, la Grèce et les échelles du Levant, consistant en bonnets de laine et étoffes de soie s’élevaient à 5 ou 600.000 francs avant les restrictions récemment intervenues145. Mais comment faire la part de l’un et de l’autre, et en déduire le nombre de douzaines de bonnets ? Les statistiques françaises fournissent cependant d’autres ordres de grandeur : la statistique industrielle de 1813 estime qu’en 1811, année où le commerce existait encore quoique déjà atteint par les effets des restrictions du commerce maritime, la production de Prato s’élevait à 1152 caisses de bonnets par an, chaque caisse comprenant 120 douzaines de bonnets et coûtant 1932 francs, soit une production totale de 138.240 douzaines et une valeur produite de 2.225.664 francs. Voilà qui semble indiquer l’ampleur prise par la fabrication des bérets à Prato car les évaluations de la production des autres grands centres est nettement inférieure : L. Valensi estime que celle de Tunis, même en se fiant au coefficient le plus fort, n’atteint pas 100.000 douzaines ; quant aux exportations par Marseille, elles n’atteignent pas 52.000 douzaines en 1809-1810146 …Que penser ? L’information étant unique, il faut la prendre avec précaution, sans doute est-elle exagérée147, mais elle semble cependant mesurer l’engouement de Prato pour les bérets : indéniablement, la greffe avait bien prise.

50Il n’empêche qu’éloignés des centres de vente, des acheteurs et des consommateurs, les fabricants de Prato ne contrôlaient en rien ce marché alors même que les centres de fabrication se multipliaient dans la péninsule à la fin du XVIIIe siècle : si la fabrication était relativement ancienne à Gênes, peut-être à Venise, Lucca, Rome, Naples se mirent après Prato à la fabrication. Ces centres, sans doute stimulés par la disparition momentanée des fabriques françaises, faisaient les mêmes choix qualitatifs que ceux de Prato : bas de gamme et bas prix. Bien qu’à une échelle plus vaste – celle de la Péninsule, voir celle de l’Europe –, Prato se trouvait donc confronté à un problème identique à celui qu’elle avait déjà du affronter sur le marché régional : la multiplication des centres produisant plus ou moins les mêmes produits qu’elle, pour les mêmes débouchés. Confrontés à une telle concurrence, les entrepreneurs de Prato ne pouvaient rien faire de mieux que de s’adapter continuellement à la demande, à ses vicissitudes et à ses aléas. Si certains envisagèrent, comme Gaetano Mazzoni, de partir en Orient pour être au plus près des marchés, aucun ne fit finalement le pas. On ne s’inventait pas grand négociant et les fabricants avaient déjà assez à faire à Prato et à Livourne : entre bérets levantins et draps à vocation régionale, les marchés étaient bien différents, les conjonctures également. En temps ordinaire, les fabricants pouvaient jouer de l’un ou de l’autre, deux produits différents certes, mais dont la caractéristique fondamentale était la qualité relativement basse. Les bonnets levantins avaient donc ouvert une perspective internationale à Prato, ils lui avaient offert une possibilité de jeu supplémentaire, mais ils n’avaient pas bouleversé profondément la culture textile de la ville. Au contraire, l’échec relatif des beaux bérets de Mazzoni montraient que la qualité moyenne voire basse était, pour Prato, la meilleure voie d’accès possible aux marchés. Les bonnets confirmaient, poursuivaient et approfondissaient le renouveau textile du XVIIIe siècle. Ils lui donnaient une profondeur et une solidité supplémentaires, assurant à la ville un nouvel atout face aux autres centres toscans. Il fallait en effet des bouleversements de l’ampleur d’une conquête napoléonienne pour déprimer les deux conjonctures en même temps.

Graphique 30. Evaluation des coûts de production d’un bonnet levantin tissé en 1812

Graphique 30. Evaluation des coûts de production d’un bonnet levantin tissé en 1812

NB : certains postes étaient spécifiques aux bonnets tissés, notamment bien sûr le tissage et ses annexes, la coupe et la couture, le fil qui servait à celle ci ; au total plus de trois lires qu’il faudrait pouvoir remplacer par le coût du tricot pour connaître, ne serait ce qu’approximativement, le prix de revient des bérets tricotés. Pour le reste des autres opérations, on peut en effet raisonnablement supposer que les coûts étaient identiques pour tous les bérets, qu’ils soient tissés ou tricotés.

Notes

1 L. Valensi, 1969, p. 391.

2 S.A.S.P., Fonds Mazzoni, Lazzero, 27/4/1810.

3 Les « livournines » accordaient à tous, et en particulier aux juifs, la tolérance :… partout vexés, partout assujettis à des distinctions humiliantes (ils) jouissent d’un droit qui leur est refusé dans tout l’univers, celui d’être jugés et gouvernés par leurs coreligionnaires élus et nommés par eux, cf. A.N.P., A.E., B. III, 409, 1807, voir Filippini J.P., 1980 et 1989b.

4 L. Valensi, 1969, p. 390 ; comme ailleurs, les livournais étaient ici en concurrence directe avec les négociants marseillais cf. Filippini, 1980.

5 Des Levantins pour qui tout est tranquillité, jouissance et profit à Livourne expliquaient les Français, qui notaient que le port avait l’avantage d’avoir en son sein une vingtaine de maisons grecques qui lui attirent toujours les affaires très importantes du Levant et surtout de la Morée, cf. A.N.P., A.E., B. III, 409, 1807.

6 L’innovation est relative car un certain Mussou venu de Marseille tenta d’introduire cette manufacture à Pise en 1758. Il trouva les associés, obtint des privilèges mais il semble que son initiative n’eut pas de suite, notamment car il ne réussit pas à obtenir le monopole qu’il souhaitait. Il est intéressant de noter la concordance des différentes initiatives : c’est en effet à peu près au même moment que la manufacture s’installe à Orléans. C’est bien lorsque l’activité de Tunis se ralentit que les occidentaux, sous l’impulsion des négociants portuaires, tentent de prendre la relève.

7 F. Pera, 1867.

8 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 6/3/1842 (désormais la mention de la référence archivistique ne sera mentionnée que s’il ne s’agit pas d’une lettre contenue dans l’épistolaire Mazzoni).

9 Idem.

10 Gaetano, 6/3/1842.

11 L. Mazzoni, 1934, p. 50.

12 La société Mazzoni-Pacchiani fit constamment tricoter ses bérets. Vincenzo n’abandonna cependant jamais son idée initiale de faire des bérets tissés. A la fin des années 1790, il exhiba aux Pacchiani et aux acheteurs ses nouveaux bérets tissés dont il vantait avec chaleur la beauté et la bonté. Le procédé adopté peut être reconstruit dans ses grandes phases : les draps étaient tissés à des dimensions spécialement conçues pour les bérets, afin d’avoir le moins de perte possible lors de la coupe. Celle ci était effectuée à l’aide de tables adaptées à chaque grandeur de bérets ; ayant ainsi obtenu des bandes de draps devant constituer le béret, il fallait les coudre pour réaliser la forme voulue ; la couture était un moment délicat car elle devait être à la fois fine, discrète et solide. La suite des opérations était dans ses grandes lignes identique à celle que subissait les bérets tricotés : lainés et tondus avant et après la teinture, lustrés, garnis et pressés. Les bérets tissés ne furent jamais produits « en grand », et ne constituèrent donc pas une véritable alternative aux bérets tricotés.

13 Vincenzo, 15/11/1799.

14 Lazzero le redit en 1815 : les surfins doivent, en dernier lieu, remporter la victoire et si on ne trouve pas actuellement de profit avec le travail fin parce qu’il coûte cher, cela ne doit pas nous importer parce qu’il nous ouvrira la route pour l’avenir et alors ce sera nous qui donnerons la loi, Lazzero, 18/1/1815.

15 E. Bruzzi, 1920, p. 92.

16 Vincenzo 1/11/1799 et 15/11/1799.

17 Cf. no spécial de la Revue du Nord à paraître.

18 E. Bruzzi, 1920, p. 92.

19 Idem.

20 Idem p. 91.

21 S.A.S.P., Comune, 688, f. 459.

22 Il est difficile de déterminer quand les lettres font allusion aux « métiers » s’ils se trouvaient dans un atelier ou dispersés dans la ville, mais en tous cas, il n’est jamais fait mention de tisseurs ou de tisseuses comme de personnes que l’on connaissait et que l’on côtoyait.

23 C’était en effet un véritable trésor que les fabricants confiait à leurs ouvriers. S’approprier ne serait-ce qu’une part infime de la laine pouvait permettre d’arrondir de façon appréciable un revenu trop mesquin. A tous les échelons, l’appât du gain devenait parfois plus forte que l’honnêteté : parfois c’était l’intermédiaire à qui l’on confiait la laine pour la faire travailler, parfois c’étaient les battilani ou les ouvrières tricoteuses (cf. Vincenzo, 22/11/1799). Ces vols de laine alimentaient les réseaux secondaires de fourniture de matière première car les acheteurs intéressés ne manquaient jamais, petits artisans, fabricants peu soucieux d’enquêter sur la provenance d’une matière première à bon marché, quand ils ne poussaient pas eux-mêmes aux vols. Pour diminuer ces risques, il fallait limiter la dispersion du travail : indéniablement, les vols accélérèrent la tendance à la concentration, sans que le remède soit pourtant infaillible (cf. Vincenzo, 16/3/1810 qui raconte par le menu une longue affaire de vols au sein de la fabrique elle-même).

24 Pour une étude comparée de l’introduction de la fabrication des bonnets levantins à Prato et à Orléans, voir C. Maitte, 1996b. Il faut noter que pour les bonnets tissés, la géographie des opérations était quelque peu modifiée : la laine était vraisemblablement préparée par les mêmes ouvriers, filée par les mêmes femmes ; les pièces de draps étaient tissées à Prato. Ces pièces allaient ensuite le plus souvent à Livourne où elles étaient taillées par Vincenzo lui-même et cousues dans sa maison par un certain nombre de femmes. De nouveau, ces bérets semi-finis repartaient pour Prato ; de là ils allaient se fouler à Remole comme les autres, revenaient à Prato pour la teinture et la tonte et repartaient de nouveau à Livourne où s’accomplissait le plus souvent la couture des nappes et des marques : c’était la femme de Vincenzo qui se chargeait de ce travail avec l’aide d’une ou deux femmes de la maison. Il ne restait plus à Vincenzo qu’à les presser et les empaqueter.

25 Pacchiani, 9/3/1793.

26 Vincenzo, 1/11/1799.

27 Pour plus de précision sur tous ces problèmes, voir C. Maitte, 1994, chapitre 2.

28 Vincenzo, 15/11/1799.

29 Vincenzo, 8/7/1808.

30 Lazzero, 15/4/1810.

31 Lazzero, 3/1/1810.

32 Lazzero, 8/2/1814.

33 Vincenzo, 15/4/1810.

34 Lazzero, 16/6/1815.

35 Pacchiani, 8/7/1808.

36 Pacchiani, 3/11/1792.

37 Vincenzo, 14/9/1810.

38 Vincenzo, 14/9/1810.

39 Aucun bonnet n’était en effet écarté de la vente, tout défectueux qu’il soit. D’abord les Mazzoni tentaient de cacher les défauts et s’ils n’y arrivaient pas, ils glissaient les déchets de la fabrication au fond des caisses en espérant que les acheteurs ne les contrôleraient pas entièrement. Cf. C. Maitte, 1994, chap. 2.

40 Pacchiani, 10/11/1792.

41 Zannoni, 15/11/1799.

42 Vincenzo, 8/3/1800.

43 Vincenzo, 13/1/1800.

44 Vincenzo, 9/3/1800.

45 Vincenzo, 12/11/1810.

46 Vincenzo, 28/2/1800.

47 Vincenzo, 14/2/1800.

48 Vincenzo, 4/11/1799.

49 Vincenzo 1/11/1799.

50 Vincenzo, 4/8/1810.

51 Voir toutes les lettres de cette période, notamment Vincenzo, 1/11/1799, Vincenzo, 15/11/1799.

52 Vincenzo, 8/11/1799.

53 Vincenzo, 14/2/1800.

54 Vincenzo, 24/10/1799.

55 Vincenzo, 24/10/1799.

56 Idem et Vincenzo, 15/11/1799.

57 Vincenzo, 1/11/1799.

58 Vincenzo, 4/11/1799.

59 Idem.

60 Ce que j’observe en eux est cette belle désinvolture à savoir se montrer toujours gais, et plus que tout autre monsieur Vincenzo qui semble un semolino, et peut sans doute s’appeler peu conscient…, monsieur Giovacchino est plein de bonne volonté.. mais de tête il en a peu pour voir le fond des choses, et de tout et vraiment tout il se reportait et se reposait sur la science qu’il croyait être en Vincenzo, Vincenzo, 26/11/1799.

61 Vincenzo, 4/11/1799. Le contre-coup de tant de remue-ménage fut effectivement la place sans cesse grandissante que ne cesserait d’occuper Giuseppe cf. Vincenzo, 26/11/1799 ; Vincenzo, 6/12/1799 ; Vincenzo, 12/1/1810.

62 Vincenzo, 1/11/1799.

63 Vincenzo, 14/2/1800.

64 Vincenzo, 17/11/1799.

65 Vincenzo, 14/2/1800.

66 Vincenzo, 22/11/1799.

67 Lazzero, 25/9/1818.

68 Lazzero, 22/7/1814.

69 Lazzero, 13/11/1816 et Lazzero, 8/11/1816.

70 Vincenzo, 7/2/1800.

71 Lazzero, 12/11/1817.

72 Lazzero, 26/1/1818.

73 Pacchiani, 28/8/1801.

74 Lazzero, 12/11/1817.

75 Lazzero, 17/11/1817.

76 Idem.

77 Lazzero, 3/12/1819.

78 Vincenzo, 6/12/1799 et Lazzero, 13/10/1817.

79 Idem.

80 Lazzero, 28/9/1812, Lazzero, 11/12/1812.

81 Lazzero, 21/9/1814.

82 Lazzero, 12/11/1817.

83 Lazzero, 13/10/1817.

84 Lazzero, 17/11/1817.

85 Idem.

86 Pour que nos bérets apparaissent d’une bonté majeure..il faut que les filés soient fins, Vincenzo, 22/11/1799.

87 Au contraire de leurs collègues sedanais inventeurs de la machine à vérifier le fil… mais les besoins étaient totalement différents cf. G. Gayot, 1998.

88 Lazzero, 17/11/1817.

89 Vincenzo, 5/12/1808.

90 Vincenzo, 22/11/1799.

91 Très peu de femmes mettent 60 mailles, le restant qui 56, qui 52, Vincenzo, 17/2/1800.

92 Les bérets qu’ils ont fait dans ces écoles… sont tous étroits au moins de 20 mailles par bérets, Vincenzo, 12/2/1800.

93 Vincenzo, 20/1/1800.

94 Vincenzo, 26/11/1799.

95 Demain les Pacchiani expédient une femme aux écoles de Pistoia, laquelle femme est celle qui revoit les bérets de tricot… c’est une femme capable et qui sait si les bérets sont bien fait ou non…, Vincenzo, 12/2/1800.

96 Le Français de plus ne compte pas les mailles, il donne 3 onces de fil gros et mal cardé, et il dit de ces trois onces doit sortir un béret… et son béret ainsi est une tripe, idem.

97 Vincenzo, 17/2/1800.

98 Pacchiani, 3/11/1792.

99 Vincenzo, 13/12/1799.

100 Pour l’achat cf. ASF, Notarile moderno, Varrocchi, prot. 30119, et idem, prot. 30120. En 1811, Lazzero notait les défauts de foulon et accusait : il semble qu’en soit la cause leur foulonnerie qui résout peu de choses, cf. Lazzero, 28/1/1811. En 1817, les Pacchiani étaient à nouveau mis en cause : croyez moi, Pacchiani et son foulon jamais ils n’ont prêté attention à mes conseils en matière de foulage des bérets… je n’ai jamais pu savoir de nos foulons la vérité de combien d’heures nos bérets allaient en pile… et toujours j’ai constaté des mensonges à l’infini à propos du temps qu’ils restaient en pile. cf. Vincenzo, 16/1/1817. Le temps minimum de foulage était six heures, mais ceux de Mazzoni restaient sans doute davantage sous les piles : huit heures, douze heures « à l’ancienne » écrivait-on en 1818. La réorganisation opérée par Lazzero en 1817 imposerait un foulage beaucoup plus long et intensif de vingt six heures, cf. Lazzero, 5/11/1817. C’était encore une fois révolutionner les pratiques du travail.

101 Maintenant tous les bérets se lainent en blanc, et se tondent, et après… on les rebrosse de nouveau, pour ensuite, après qu’ils soient teints, recommencer à redresser le poil avec les chardons à l’endroit et à l’envers et ainsi de nouveau, on les laine en rouge à l’endroit et à l’envers et ainsi ils ont un beau travail, cf. Lazzero, 5/11/1817. Les fabricants moins perfectionnistes ne se souciaient point d’un tel redoublement du travail : une fois teints les bérets ne sentent plus ni chardons ni ciseau et pour redresser le poil, ils utilisent des spaggolini, cf. Vincenzo, 13/12/1799.

102 Ayant ce travail bien fin de maille, et bien foulé, figurez vous combien de peine en plus il faut aux travailleurs pour faire sortir le beau velouté, Lazzero, 15/12/1799.

103 Vincenzo, 26/11/1799.

104 Lazzero, 31/7/1813.

105 Il fit lui-même l’expérience de cette solution : je tiens auprès de moi quatre petits garçons dont le plus grand a 15 ans cf. Vincenzo, 29/11/1799, voir aussi : Vincenzo, 6/12/1799.

106 Vincenzo, 10/2/1800.

107 Plus de 200 selon lui.

108 Vincenzo, 20/1/1800.

109 C’était devenu une habitude de gestion du travail. Ainsi Lazzero recommandait à son frère : ne manquez pas de brailler contre les travailleurs, et, ajoutait-il pour faire bonne mesure, avec les Pacchiani cf. Lazzero, 19/2/1817.

110 Vincenzo, 30/12/1799.

111 Vincenzo, 17/2/1800.

112 Vincenzo Pacchiani, 16/8/1816 : je ne manque pas de tous les égards afin qu’elle (la perfection) soit présente en toutes les manufactures, mais nous ne pouvons vous promettre que les travailleurs soient constants dans la ponctualité, et avec toutes les menaces que l’on peut leur faire de ne pas leur redonner le travail, cela arrive aux meilleurs travailleurs.

113 Il voulait conserver tout le monde et tous les faire travailler, et l’on pourrait dire comme l’on dit qui embarque embarque, Vincenzo, 4/11/1799.

114 Lazzero, 30/7/1810.

115 Le tiers des bons travailleurs on les paye plus qu’avant leur travail, Lazzero, 30/7/1810 ou payez les bérets quattrini 14 au lieu de quattrini 12 je crois que cela ne sera pas mal, et alors quelque travail en plus vous pourrez l’obtenir… pour occuper toutes les femmes qui vous sont plus dévouées, Vincenzo, 21/7/1813.

116 Idem.

117 Vincenzo, 4/11/1799.

118 Lazzero, 26/11/1817.

119 Idem.

120 Ainsi en 1800, Vincenzo se vantait de l’émotion que ses beaux bérets avaient provoquée sur

121 un officier allemand : il s’est levé en disant o mon dieu pourquoi ne fabriquez vous pas tous vos bérets comme ceux ci, et des comme cela je n’en ai jamais vu, Vincenzo, 20/1/1800.

Lazzero, 19/10/1814.

122 Lazzero, 6/5/1816.

123 Lazzero, 9/10/1816.

124 Lazzero, 2/9/1816.

125 Lazzero, 7/4/1817.

126 Vincenzo, 26/7/1817.

127 Vincenzo, 25/6/1817.

128 Vincenzo, 05/1817.

129 Idem.

130 Vincenzo, idem.

131 Vincenzo, 27/6/1817.

132 L. Valensi, 1969.

133 Cf. Carrière C., Coudurié M, 1975 et Filippini, 1975 et 1985.

134 Lazzero, 28/3/1810.

135 Lazzero, 28/11/1817.

136 Vincenzo, 19/12/1807.

137 Lazzero, 17/11/1817.

138 Lazzero vantait par exemple à son père les avantages d’une production de bonnets de marin : en se lançant dans celles-ci il y aurait sûrement beaucoup à gagner parce que la consommation est grande en particulier dans toutes les îles du Levant, cf. Lazzero, 7/1/1818.

139 S.A.S.P., Mazzoni, 21/10/1815.

140 A.N.P., F12 1400, Lettre d’Aubry d’Assas, 21/9/1764.

141 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 2/1/1815.

142 La même constatation est faite par Marquié C., 1993 pour les londrines du Languedoc.

143 Au moins tentaient-ils d’éviter une trop grande dépendance vis à vis d’un unique négociant cf. C. Maitte, 1994, chap 3.

144 Vincenzo, 6/12/1799 et 30/12/1799.

145 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 476.

146 L. Valensi, 1969, p. 387.

147 L. Valensi remarquait qu’étant donné la généralité du port du bonnet et l’ampleur du marché levantin, on est étonné, dans ces conditions, du volume modeste de la production globale. Mais il faut compter avec le faible niveau de vie de la majorité ; avec la lenteur de la consommation, même chez les riches… Enfin, le nombre infini des intermédiaires en fait un produit très cher. Aucun doute que ces arguments doivent effectivement peser d’un poids essentiel, mais ne peut-on y ajouter également que les manufactures de Tunis et de France, produisant des produits de qualité, au prix effectivement élevé dès le départ, se restreignaient ainsi à une clientèle choisie, ce qui n’était au contraire pas le cas de Prato et peut contribuer à rendre plus crédibles les importants chiffres de production avancés.

Table des illustrations

Titre Carte 8. LA DISPERSION DES OPÉRATIONS DE LA MANUFACTURE DE BÉRETS LEVANTINS
Crédits Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 30. Evaluation des coûts de production d’un bonnet levantin tissé en 1812
Légende NB : certains postes étaient spécifiques aux bonnets tissés, notamment bien sûr le tissage et ses annexes, la coupe et la couture, le fil qui servait à celle ci ; au total plus de trois lires qu’il faudrait pouvoir remplacer par le coût du tricot pour connaître, ne serait ce qu’approximativement, le prix de revient des bérets tricotés. Pour le reste des autres opérations, on peut en effet raisonnablement supposer que les coûts étaient identiques pour tous les bérets, qu’ils soient tissés ou tricotés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540