Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

5. L’importance du secteur de la finition

Texte intégral

  • 1 Pier Franco Giorgi, fabricant, décrit le parcours de ses draps ; d’abord confiés au foulonnier Soff (...)

1Jusqu’au tissage, les fabricants étaient les organisateurs et les maîtres d’œuvre de la production. Mais ensuite, les pièces tissées passaient de main en main sans que les fabricants n’interviennent1. Prato vivait à l’heure de la division technique du travail, les opérateurs de la finition étaient restés indépendants et formaient, au début du XVIIIe siècle, un groupe relativement restreint au service de l’ensemble des fabricants. Forts du dynamisme du secteur et du capital de savoir-faire dont ils disposaient, ces artisans furent tentés de se transformer eux-mêmes en entrepreneurs. Le risque pour les fabricants fut donc de voir les dépendants devenir des concurrents. C’est ce qui arriva de mieux aux artisans les plus dynamiques de la finition. Mais avant d’évoquer le succès des hommes, voyons les gestes du travail.

1. L’organisation des métiers

Les foulonneries

  • 2 Sur les premiers moulins à fouler cf. Malanima P., 1988.
  • 3 Voir en particulier le cas de Bologne étudié par A. Guenzi, C. Poni, 1989 et, pour Prato, L. Rombai (...)

2Point n’est besoin d’insister sur les opérations de purge et de dégraissage des draps qui consistaient à débarrasser les étoffes de toutes les graisses, colle et produits divers dont on avait enduit les laines lors de leur préparation ou du tissage. Pour ce faire, les draps étaient plongés dans de l’eau et de la terre afin que celle-ci absorbe les graisses, puis les étoffes étaient lavées à grandes eaux pendant plusieurs heures. Plus que chez les dégraisseurs habitant en ville, c’est dans les foulonneries situées toutes en amont de Prato que s’effectuait cette opération initiale. Les deux villages de Coiano et de Santa Lucia concentraient depuis longtemps les moulins à fouler du territoire de Prato2. Dès l’apparition de l’art de la laine, ces moulins avaient été mis en œuvre grâce aux eaux du Bisenzio qui possédaient une pente et un débit capable d’alimenter les nombreux moulins et « usines » qui s’y construisaient. Aménagés en un système de canaux (gore), différents bras se ramifiaient dans la campagne et dans la ville de Prato assurant l’irrigation de l’agriculture, le service des moulins et des foulonneries. Les plans fournis montrent bien la succession des édifices, en particulier de Santa Lucia à Coiano. Au total, plus de soixante moulins, une papeterie, onze teintureries, trois laveries au moins fonctionnaient grâce à ces eaux généreuses et bien maîtrisées, sans compter l’irrigation des métairies et des vergers, ou celle des rizières des terres granducales. Une profusion qui témoigne d’elle-même de l’importance de l’eau domestiquée dans le territoire ; c’était « l’or blanc » de Prato, condition ici comme ailleurs de développement3.

Carte 7. LES ÉDIFICES HYDRAULIQUES DU TERRITOIRE DE PRATO EN 1790

Carte 7. LES ÉDIFICES HYDRAULIQUES DU TERRITOIRE DE PRATO EN 1790

Source : Prato, storia di una citta, t. 2, op. cit., p. 29

3Trois foulonneries existaient au début du XVIIIe siècle. Deux au moins étaient propriété du chapitre de la cathédrale, indice de l’importance de la propriété ecclésiastique dans l’ensemble du territoire de la ville et dans des sphères variées d’activités.

  • 4 A.S.F., Notarile moderno, Meucci AD, p. 19680.

4Les foulons étaient par conséquent des locataires emphytéotiques qui devaient verser chaque année une redevance fixe, et jouissaient en contrepartie de la propriété utile ; ils pouvaient à leur tour louer les installations ou même vendre leurs droits de locataires. Les contrats de location retrouvés parmi les documents notariés permettent de comprendre les détails de ces procédures complexes. Les Soffi étaient l’une des plus anciennes familles de foulon du village de Santa Lucia : ils avaient acheté en 1556 la propriété utile d’un moulin jusque là loué au chapitre par Piero di Guasperri et Convenevole di Franco. A l’occasion de l’achat, Lodovico di Matteo Soffi avait payé dix huit écus et s’était engagé à verser le loyer annuel dû au chapitre. Depuis lors, les descendants de Lodovico avaient possédé ces biens et y avaient fait plusieurs et diverses dépenses se montant à une somme assez considérable pour y avoir fait un édifice de foulonnerie avec diverses améliorations4. Les locataires reconnus par le chapitre restaient cependant les descendants de Piero di Guasperri dont la lignée masculine s’éteignait fin de XVIIe siècle. Les Soffi demandaient alors leur reconnaissance officielle et s’engageaient à payer le loyer, comme ils l’avaient fait depuis plus d’un siècle. Celui-ci s’élevait à soixante stoia de grains, une livre de cire et l’équivalent monétaire d’une paire de capons, ils s’obligeaient de surcroît à verser quinze écus au moment de la signature du contrat qui les installait pour les générations à venir dans la propriété effective de ces biens.

5L’ensemble des édifices loués par les Soffi – voir le plan – se composait d’une maison de trois pièces dans laquelle étaient situées les deux meules du moulin, tandis que la seconde partie des bâtiments, de plus grandes dimensions, comprenait quatorze pièces, dont deux contenaient les piles du foulon. Là était l’essentiel du capital fixe, chacun des maillets étant évalué à cent quarante lires, contre seulement quarante deux lires pour les meules du moulin. L’ensemble de la foulonnerie était estimé à cinq cent quarante et une lires, dont deux cent dix-sept seulement pour le moulin. On mesure ainsi l’importance du matériel et des travaux réalisés par la famille Soffi depuis son entrée dans les lieux : un investissement considérable, ils n’avaient pas exagéré, symptôme à la fois de l’accumulation effective de capitaux de la part de cette famille et des gains qu’ils espéraient retirer de l’activité de la foulonnerie. En plus des maillets, la foulonnerie était dotée d’amples séchoirs, dont on voit bien la disposition sur le plan. Ils constituaient eux aussi un capital non négligeable de cent cinquante-six lires. Chaque foulonnerie disposait de telles installations : indispensables pour faire sécher les draps entre chaque opération, ce sont elles qui remplaçaient éventuellement le séchoir public. Si l’estimation totale ne concerne ici que les outillages internes aux édifices, on saisit cependant facilement la valeur de l’ensemble des biens qui comprenaient, en plus des bâtiments, des terres cultivées et plantées, également représentées sur le plan. Par ailleurs, ce croquis illustre parfaitement l’utilisation intensive des eaux du Bisenzio puisque l’on voit, installée en face de la foulonnerie, une papeterie appartenant à des nobles de la ville, comme pour rappeler que le territoire de Prato n’était pas une mono-industrie.

6Pour entrer au cœur des édifices, il faut aller frapper à la porte d’une autre foulonnerie de Santa Lucia, appartenant elle aussi au chapitre de la cathédrale et louée à partir de 1721 à la famille Conti. Le plan, plus complet, permet d’avoir une vue plus articulée des édifices. Le relevé de droite montre l’ensemble des biens loués : de vastes terrains ayant à leur centre la foulonnerie et le moulin (C), alimentés tous deux par le canal A qui reprend ensuite son chemin pour servir d’autres installations par l’écoulement E.

La foulonnerie louée par les frères Soffi-Ghibellini à Santa Lucia

La foulonnerie louée par les frères Soffi-Ghibellini à Santa Lucia

Source : Archivio Diocesano di Prato, I-12

7La division des eaux entre les différents usages s’effectue à l’arrivée du canal, en B. Le second plan de gauche offre lui une vue cavalière des édifices, mais c’est surtout le premier plan qui permet de faire rapidement l’inspection totale des bâtiments. Ils sont organisés comme on le voit en deux parties distinctes. Les pièces N-O-P-Q appartiennent à l’espace du moulin : en N l’entrée, en O l’étable, en P enfin, les meules, actionnées par une partie de l’eau arrivant du canal, en Q le grenier à blé. Cet espace se poursuit à l’étage supérieur, où se trouvent les pièces réservées au meunier et qui correspondent aux trois fenêtres alignées au premier étage du plan d’ensemble. Le moulin était donc absolument autonome et pouvait ainsi être facilement loué par le locataire principal. C’était en général la solution adoptée par les foulonniers qui avaient, semble-t-il, assez à faire avec leurs draps et se contentaient donc de recevoir le loyer du moulin confié à un tiers. Néanmoins, la possibilité d’une intégration des deux activités existait : cette solution, peut-être adoptée au temps de mauvaise conjoncture pour les étoffes, semblait abandonnée au XVIIIe siècle.

8L’espace de la foulonnerie commence en A et se poursuit de part et d’autre : en B de nouveau une étable, en C et D des pièces communicantes qui donnent accès au four (E) et aux pièces réservées au foulon, celles superposées de la partie haute, à l’extrême droite du plan cavalier. Le véritable centre de la foulonnerie se trouve en H où s’actionnent quatre maillets que l’on perçoit distinctement ici. Les pièces adjacentes servent d’entrepôt pour les draps, qui sont purgés dans une autre partie de l’édifice (L), témoignage sans doute des adjonctions successives. De même, c’est à l’extrémité gauche des édifices (en M), dans une pièce qui peut très bien être postérieure à la construction initiale, qu’est stockée la terre qui sert à purger et à fouler les draps.

9La valeur totale des édifices est de six cent vingt-sept écus (4393 lires), dont la foulonnerie représente encore une fois le principal : elle vaut à elle seule cinq cent quarante-neuf écus (3847 lires). A regarder de plus près, l’outillage semble plus sophistiqué que celui des Soffi, les maillets et leur garniture étant estimés à deux cents écus (soit 350 lires chacun).

  • 5 Duhamel Du Monceau, 1765.
  • 6 Des remarques comparables ont été faites dans le secteur de la soie cf. F. Battistini, 1997, p. 38  (...)
  • 7 Duhamel Du Monceau, 1763.

10Même si les installations des foulonneries pouvaient différer en valeur et en modernité, les techniques n’avaient pas varié et correspondaient sans doute assez bien à la description qu’en donnait Duhamel Du Monceau : la plupart des moulins à foulon sont très simples…la roue à aube ou celle à augets fait tourner l’arbre qui, au moyen de levées, fait agir les maillets5. Les moulins à la hollandaise, de conception toute à fait différente, étaient alors inexistants à Prato. Malgré tous leurs avantages, rendements accrus et meilleure qualité de l’ouvrage, ils avaient surtout l’inconvénient d’une construction et d’un entretien plus coûteux. Personne n’était disposé à de telles dépenses : les artisans qui louaient ces édifices n’avaient sûrement pas les moyens de faire des frais si extraordinaires ; le chapitre ou les nobles qui en étaient propriétaires directs n’y voyaient pas forcément de quoi tirer leur avantage : à supposer qu’ils eussent eux-mêmes financé les piles à la hollandaise, il n’était pas évident qu’ils eussent trouvé à Prato un locataire bon payeur de gros loyers et capable de soutenir les frais d’un entretien sans commune mesure avec celui des anciennes installations. Surtout, les piles à la hollandaise n’étaient pas vraiment nécessaires pour perfectionner la production courante qui se fabriquait à Prato et en Toscane : rien ne poussait donc à un tel investissement6 que défendait par ailleurs la loi puisque Florence s’était réservé l’exclusivité de cette innovation. A en croire Duhamel Du Monceau, ce n’était pas forcément un désavantage majeur car un foulonnier habile… foule très bien les draps les plus fins avec un moulin à maillets7.

  • 8 Idem.
  • 9 S.A.S.P, Arte 67, p. 1099.
  • 10 Encyclopédie Diderot, article Laine. C’était là le but fondamental de l’opération : feutrer le drap (...)
  • 11 S.A.S.P, Arti 40.
  • 12 Idem.

11Mais foulait-on très bien à Prato ? Tous les ouvrages insistent sur l’importance de cette phase initiale des apprêts. Pour Duhamel Du Monceau, de toutes les opérations de la draperie, c’est le foulage qui exige le plus d’attention, de raisonnement et de bon sens8. Aux dires des membres de l’Arte della Lana de Prato, le foulonnier a la clé de la porte par laquelle les autres métiers doivent passer9. L’effet du foulon, rappelons-le, était essentiel pour les draps de laine auxquels il donnait leur consistance ajoutant le mérite du feutre à la régularité du tissu10. Or, depuis longtemps l’usage de la terre s’était répandu à Prato, en contravention évidente des règlements qui prescrivaient l’usage du savon. Les rapports de 1767 décrivent en détail les pratiques de purge et de foulage alors en usage : la pièce se met dans la pile avec de la terre bien délayée avec de l’eau afin de pouvoir l’immerger, cela fait, il est nécessaire de la mettre à sécher au soleil et une fois sèche elle doit être mise en pile pendant un bon moment pendant lequel par les coups répétés des maillets de cette pile, elle se purge en partie de cette onctuosité quelle a au départ, et elle commence à s’affaiblir et à perdre substance tant de la laine que de l’étaim dont est construite la pièce… enlevée de cette pile elle doit se laver de nouveau dans la terre afin qu’elle soit bien purgée de l’huile, et de nouveau remise au soleil, et puis elle doit retourner dans la pile comme ci dessus et souffrir les mêmes coups assez préjudiciables en la rendant toujours plus faible et vide11. La terre se trouvait à Gualceto, sur un terrain appartenant à la corporation et son prix était par conséquent beaucoup plus intéressant que celui du savon qu’il fallait importer de Gênes ou de Livourne. Mais l’économie réalisée semblait avoir comme contrepartie la sortie d’un drap de moindre substance et bonté que celui qui sera purgé au savon par effet de la terre qui reste dans le travail au moment où il se purge12.

La foulonnerie louée par les Conti à Santa Lucia

La foulonnerie louée par les Conti à Santa Lucia

Source : Archivio Diocesano di Prato, I-13.

  • 13 S.A.S.P, Mazzoni, Lazzero, 5/11/1817.
  • 14 Duhamel Du Monceau, 1765.

12Là ne s’arrêtait pas l’à-peu-près des opérations de foulage. A en croire Lazzero Mazzoni en effet, la pratique courante des foulonniers était de réduire au maximum le temps que passaient les draps sous les maillets. Qu’il s’agisse des étoffes sur étaim ou des draps de laine, la méthode ordinaire pour fouler les draps n’est en rien parfaite, constatait-il en 1817, on n’envoie pas un drap plus de six heures sous les maillets, ce qui constituait selon lui une absurdité de peu de connaissance13. En effet, quand Duhamel Du Monceau énonçait les règles du bon usage du foulage, il parlait de temps nettement plus longs, variables certes suivant la nature de la laine, la façon dont le drap a été tissu et encore même suivant les différentes couleurs, de sorte qu’il faut, pour qu’un drap parvienne à être foulé 24 à 30 heures et d’autres fois 4814 : aucune commune mesure avec les six petites heures de Prato. Faut-il pour autant suivre Lazzero dans sa dénonciation de l’ignorance ? Tous connaissaient sans doute – ou avaient su – les règles du bien-faire. Force est de constater une fois de plus le changement des priorités : il fallait faire vite, ne serait-ce que pour amortir et rentabiliser les édifices, et travailler aux moindres frais, suivant la logique d’une production devenue courante et bon marché. Telle était également la devise dans les autres opérations de finition.

Tondre, lustrer et perfectionner les étoffes

13Au sortir du foulon, le drap passait entre les mains des laineurs-tondeurs. Ici point de premier travail « en harmant », c’est-à-dire avec des chardons morts et des ciseaux usés avant le dégraissage du drap, comme il se pratiquait dans les manufactures de draps fins. Les tondeurs récupéraient le drap une fois achevées toutes les opérations de la foulonnerie et le perfectionnaient jusqu’aux dernières opérations de presse, avec néanmoins des interruptions pour la teinture et le séchage.

  • 15 A.S.F., Notarile moderno, Ambrogi, p. 25223.

14La boutique de tondeur n’avait extérieurement aucun signe distinctif. Généralement prise en location à des institutions ecclésiastiques ou à des nobles comme les foulonneries, elle était alors équipée des principaux outils et ustensiles nécessaires aux opérations. C’est le cas par exemple de la maison avec verger que louait Pier Antonio Cocci au noble Carlo Filippo Bocchineri. A son entrée dans la boutique en 1690, il avait trouvé les ciseaux (les fameuses forces) et la table de tondeur, les presses et les cartons pour lustrer les draps15. Les forces et la presse représentaient les deux principaux investissements d’une boutique. En 1733, une paire de forces neuve était évaluée à plus de quatre-vingt-sept lires (plus que la valeur d’une meule de moulin) tandis qu’une presse valait alors cent cinquante quatre lires (plus qu’un maillet de foulon de Soffi). Au total, le coût de l’équipement pouvait alors s’élever à plus de trois cents lires, une somme relativement coquette.

  • 16 Pour les pratiques en usage dans les manufactures de draps fins cf. G. Gayot, 1998.
  • 17 Riforma dell’Arte della Lana, 1688.
  • 18 Dans Zonca, 1607, c. 96, se trouve le dessein d’une telle machine.
  • 19 A.S.F., Arte della Lana, Editto di Francesco III di Lorena sopra l’arte della Lana, Articolo 3, cap (...)
  • 20 S.A.S.P., Arti, 67.
  • 21 Lazzero Mazzoni évoque les hommes qui s’arrachent les bras pour lainer ? les draps...
  • 22 Statuto dell’Arte della Lana, 1542.

15L’effet de la tonte était de donner souplesse et finesse aux draps. L’opération, rappelons-le, s’effectuait en deux temps : le lainage, par l’action des chardons naturels que l’on passait sur le drap, en tirait les poils ; la tonte proprement dite coupait au ras de l’étoffe les poils que le lainage avait contribué à faire ressortir. L’usage de chardons naturels d’abord usés puis de plus en plus robustes était partout recommandé et souvent codifié afin d’éviter de tirer trop violemment les fibres du draps et de le vider de sa substance16. De telles pratiques supposaient la répétition des opérations, ce qui prenait du temps, le temps qu’il fallait si l’on voulait bien faire. Pour accélérer l’ouvrage, sans avoir à le répéter, l’usage s’était introduit à Prato depuis au moins le XVIIe siècle de lainer la pièce avec des cardes de fer par lesquelles elle reste vidée de manière telle que outre la qualité de celle-ci et la grande honte qu’en reçoit la ville, l’universel en retire un grand dommage17 Les cardes de fer tiraient en effet une grande quantité de laine, au risque de vider le drap et de le trouer. Mais le gain de temps et de travail quelles permettaient en faisait un peu partout l’instrument privilégié des fabriques de basse qualité qui y trouvaient le moyen d’abaisser les coûts de la finition. Malgré les peines prévues par la corporation de Prato contre les contrevenants, la pratique n’avait pas cessé et semblait généralisée au XVIIIe siècle. Surtout, les machines à lainer avec lesquelles « un seul homme en peu de temps travaille plus de bras de draps et bien mieux de ce que faisaient autrefois les maîtres… »18 avaient été introduites. Ces machines avaient en effet l’avantage d’augmenter considérablement la productivité : légalement utilisées à Florence pour tous les draps « non mous »19, elles étaient en usage à Prato dès le début du XVIIIe siècle20, et sans doute avant. Elles permettent d’expliquer la quantité de travail effectué par un nombre finalement relativement réduit de personnes. D’une façon sans doute identique à ce qui se pratiquait à Florence, seuls les « draps mous » étaient lainés à la main21. La tonte des étoffes ainsi lainées devait être elle aussi des plus expéditives. Encore une fois les statuts de l’Art ne recommandaient une somma diligentia que pour les draps larges22. Les draps étroits, au contraire, n’étaient pas mouillés et l’on peut supposer qu’une seule tonte leur était administrée : un travail sommaire si l’on considère que certains draps fins, comme ceux de Sedan, pouvaient être tondus jusqu’à six fois.

  • 23 Sergent E., 1869.
  • 24 Duhamel Du monceau, 1765.
  • 25 A.S.F., Notarile moderno, Ambrogi, p. 25223.

16Certains tissus, comme les étamines ou les étoffes sur étaim, ne devaient pas subir la tonte mais étaient simplement frisés : c’est une manière particulière de lainer qui rend soulevé et crépu le poil de certains draps qui ne se tondent pas23 Pour ce faire, on pouvait simplement se servir d’une planche enduite de colle forte et saupoudrée de sable fin24 : un système adapté à de petites quantités ou de petites surfaces mais qui devenait insuffisant dès que le nombre de draps s’élevait. On utilisait alors une machine, « la frise », formée de cylindres sur lesquels roulait le drap et se frisaient ses poils. C’est vraisemblablement la solution qui fut assez rapidement adoptée à Prato : le tondeur Cocci, que nous avons déjà rencontré, avait ainsi chez lui deux édifices pour friser avec six axes de pierre pour l’usage de ces édifices, cinq paires de… ( ?) appartenant à ces édifices et deux hanses de fer avec ses ensouples (subbi) et ses chardons pareillement à usage de ces édifices25. Cet équipement lourd montre à la fois la grande quantité de draps ainsi traités, et la capacité d’adaptation dont surent faire preuve certains artisans de la finition, nous y reviendrons.

  • 26 D. Preti, 1971, p. 797.

17En tous cas, frisées ou tondues, les étoffes devaient en dernier lieu être lustrées, pliées et pressées. Après avoir été teintes, elles revenaient achever leur parcours de finition chez les tondeurs qui possédaient les instruments réservés à cet usage : des cartons étaient interposés entre chaque pli du drap qui était ensuite disposé sous la presse, une machine composée de plaques extrêmement pesantes entre lesquelles le drap était compressé à l’aide de vis géantes. Aucun écho de défaut particulier au cours de cette dernière opération n’a filtré jusqu’à nous. On peut bien sûr supposer que les cartons n’étaient pas nécessairement de toute première qualité et que le temps que passaient les draps sous la presse ne dépassait pas le strict minimum : une pratique cohérente avec le reste des usages de Prato. Du reste, en l’absence de description précise, il nous faut supposer que l’outillage demeurait relativement rudimentaire : les presses de bronze qui se construisaient en Hollande ne firent en effet leur apparition à Florence qu’en 1715, peu après les piles de foulon, et restèrent comme elles à l’usage exclusif des drapiers de la capitale26.

18Ainsi achevée, la pièce pouvait retourner chez le marchand qui l’avait confiée aux artisans de la finition. Mais avant de tirer les conclusions de cet ensemble d’opérations, il faut examiner la phase décisive de la teinture.

A l’épreuve de la couleur

  • 27 A.S.F., Miscellana di finanza, A. 351.
  • 28 Riforma dell’Arte della Lana, 1679.
  • 29 S.A.S.P., Arti, 67, p. 1210, la protestation date de 1627.

19C’est encore une fois un chœur de lamentations qui s’élève à propos des couleurs de Prato : chaque jour le plus grand nombre des manufacturiers de ces marchandises, poursuivant un injuste gain, ne se préoccupant pas de leur conscience, honneur et réputation font teindre leurs draps avec des teintes fausses27. Entre l’honneur et le gain, les fabricants de Prato choisissaient de nouveau la voie de l’économie, à la grande indignation du douanier Beaudriez, partisan résolu du bel ouvrage. Malgré les précautions des règlements, les teinturiers tentaient de réduire leurs coûts et d’augmenter leur bénéfice en mélangeant les drogues : il advient le plus souvent que les marchands faisant teindre leurs draps larges noirs en guède soient à leur grand dommage fraudés par les teinturiers qui, au lieu de mettre les bains à cela nécessaires, entièrement de guède, y mettent de l’indigo28. Un jeu subtil sur les matières premières se pratiquait donc depuis longtemps, et il n’était pas limité aux teintures du grand teint : si l’on en croit les protestations de l’Art et des marchands, dès le début du XVIIe siècle, il était de mésusage de teindre avec du bois de Brésil en lieu et place de l’écarlate (chermisi)29.

  • 30 S.A.S.P, Arti 66, 1766.
  • 31 S.A.S.P, Arti 40.

20Pour saisir pleinement la raison et la justification des mélanges ou des substitutions, il faudrait pouvoir connaître les voies de l’approvisionnement et les prix des matières premières. La majeure partie des échanges nous échappe malheureusement. Seule nous est connue la provenance de la guède : la plante à partir de laquelle s’obtenait la matière colorante était cultivée en Toscane à Monterchi, Anghiari et Borgo San Sepolcro. De nombreux teinturiers de Prato étaient en contact avec ce dernier centre où ils déclaraient s’approvisionner directement, notamment auprès d’un certain Ghelardi qui semblait détenir une bonne part de ce commerce30. Une nouvelle fois le troc intervenait : tous les teinturiers affirmaient en effet obtenir la guède en échange de marchandises, ou de manufactures quand leurs fournisseurs étaient également marchands de draps. Nombreux étaient également ceux qui se procuraient la matière première directement auprès de la corporation de Florence qui disposait de ses propres réseaux d’approvisionnement. Mais toutes les matières tinctoriales ne se trouvaient pas en Toscane naturellement, et c’est encore par Livourne qu’arrivait l’essentiel des plantes utilisées : on y troquait donc des mezzelane contre des drogues exotiques31, lesquelles, au vu de leur contrepartie, ne devaient pas être parmi les plus prestigieuses.

  • 32 Cf. D. Preti, 1971, p. 797.
  • 33 Statuto dell’Arte della Lana, 1542.

21La teinture de Prato était donc dominée par deux caractéristiques : l’exclusivité des matières végétales bien sûr, la pratique de plus en plus généralisée des mélanges de plantes en vue d’abaisser les coûts, fut-ce au prix d’un nivellement de la qualité avec le « petit teint ». Les draps étaient teints de plus en plus vite, le plus économiquement possible, avec des résultats qui n’allaient sûrement pas dans le sens d’une amélioration de la qualité et du maintien de l’honneur du fabricant auquel Beaudriez était si attaché. En cela du reste, les fabricants et teinturiers de Prato ne se différenciaient pas fondamentalement de leurs collègues Florentins dont les couleurs avaient cessé de faire la renommée quoiqu’elles restassent mieux travaillées que celles de Prato32. Si telle était la situation pour la teinture des draps de laine réglementés, celle des draps étroits, des étoffes mêlées ou des toiles avait été depuis longtemps laissée à la discrétion des marchands. Le statut de l’Art indiquait uniquement qu’on pouvait les teindre de toutes les couleurs33, laissant ainsi libre choix des procédés et des ingrédients. Le mélange des drogues les moins chères et l’accélération des étapes du travail devaient y être la règle : un seul bain suffisait vraisemblablement pour teindre les fils des mezzelane ou des toiles de lin qui subissaient du reste des apprêts beaucoup plus restreints que les draps de laine.

Apprêter les toiles

  • 34 E. Sergent, 1869.
  • 35 La description d’une telle machine se trouve in Zonca, 1607.

22Une fois tissées, les étoffes de lin, de chanvre ou mélangées suivaient un parcours assez différent des draps de laine. L’action du foulon n’était ni nécessaire ni bénéfique à ces tissus, dont les fibres, pour l’essentiel végétales, ne feutraient pas. Elles n’avaient par conséquent besoin que d’être purgées et éventuellement blanchies. L’essentiel des apprêts consistaient ensuite à les soumettre à l’action de la calandre, une grosse machine avec laquelle, par le moyen de grands poids, on presse les toiles ou les draps pour leur donner le lustre ou l’onde34. L’étoffe était compressée entre les cylindres, roulée en différents sens et ainsi s’assouplissait, s’adoucissait et acquérait le lustre qui lui était nécessaire35. Pour achever de la mettre en forme, on la passait ensuite à la presse, dont l’effet était semblable à celui qu’elle donnait aux draps de laine. La finition de ces pièces était, on le voit, beaucoup plus sommaire et rapide que celle des draps : un gain de temps, une économie de coûts dont nous avons déjà parlé et qu’avaient bien présent à l’esprit les marchands de Prato.

23Les procédés de finition poursuivaient donc la recherche de l’économie des coûts que nous avons déjà vue en œuvre dans toutes les autres phases. Puisque dans le secteur des apprêts il était plus difficile de jouer sur les rétributions du travail, c’est par la substitution des matières premières employées et par la réduction de la durée des opérations que les artisans tentaient d’abaisser les coûts. Mais si les opérations étaient relativement peu soignées au regard de la tradition de qualité, ce n’était évidemment pas par ignorance ou absence de culture technique locale. Au contraire, parce qu’ils étaient capables d’apprêter relativement bien, relativement vite et au meilleur prix les draps, les artisans de Prato étaient reconnus dans la région comme des experts et en recueillaient les fruits dans leurs ateliers. Cette liberté, conquise de haute lutte avec les fabricants, allait donner des ailes aux plus entreprenants et aux plus chanceux d’entre eux.

2. L’effervescence du xviiie siècle

24C’est à l’aube du XVIIIe siècle que tout s’anima, que les ateliers se multiplièrent et que pour beaucoup d’artisans, l’avenir se joua.

Devenir son propre maître

  • 36 A.S.F., Notarile moderno, Sassoli, p. 3883.
  • 37 Sur cette entreprise, voir D. Sardi, 1990.
  • 38 S.A.S.P, Arti 66.
  • 39 A.S.F., Carte Gianni, Filza 83, ins. 152.

25Dans les foulonneries d’abord : depuis 1580, et pendant un siècle, les trois dynasties Guasparri, Soffi et del Ponte s’étaient partagées le travail de la manufacture. Mais seuls les Soffi maintenaient leurs activités jusqu’au seuil du XVIIIe siècle et assistaient alors à la multiplication des ateliers : en 1692, la famille Franchi, aux trop multiples ramifications, s’installa « en dehors de la porte Serraglio » à deux pas du centre ; en 1707, les Cocci prirent en location un moulin du sieur Geppi, avec la possibilité de le réduire à un autre usage pourvu que restent maintenus et conservés l’usage et la servitude de l’eau36 : une clause tout à fait compatible avec la construction de la foulonnerie qu’ils réalisèrent deux ans après, tout en conservant le moulin37. En 1712, Matteo et Clemente Conti s’installèrent dans la foulonnerie érigée récemment par l’Illustrissime seigneur Naldini38, amplifiant leur activité dans un secteur où leur père Lodovico di Taddeo avait déjà pris pied depuis 1672 avec la location d’une des trois antiques foulonneries39. En 1715 enfin, le sieur Manucci ouvrit lui aussi un nouvel atelier à la Toricella et le loua à un trio d’artisans : Carmignani, Mugnai et Pellegrini.

  • 40 Cf. Fiumi E., 1968, p. 465 et chap. V, 2 : les Naldini sont, d’après la dîme de 1776-79, les plus g (...)
  • 41 Fiumi E., 1968, p. 380.

26Ainsi, en vingt-trois ans, quatre nouvelles foulonneries s’ouvrirent, doublant largement le potentiel de la ville. Comme on le voit, le chapitre et les nobles étaient les principaux propriétaires de ces édifices. Du reste, les familles Naldini et Geppi avaient d’autres intérêts en la matière : les Naldini possédaient, entr’autres, la papeterie qui faisait face à la foulonnerie du chapitre de la cathédrale prise en location par les Conti à Santa Lucia, deux possessions parmi tant d’autres d’un des plus gros patrimoines privés de la ville40 ; les Geppi louaient, eux, à l’Arte della Lana la métairie de Gualceto de laquelle on tirait la terre du même nom, qui servait… au foulage des draps. Indice donc d’un engagement plus que ponctuel dans les « structures de base » des activités de transformation : souvenir des activités passées de ces familles ? Les Mannucci avaient constitué leur fortune grâce à l’exercice de la marchandise et de l’Art de la laine, et signèrent, tout comme les Geppi, alors speziali, une supplique pour la manutenzione des arts en 151741. Mais qui, à Prato ou à Florence, n’avait eu quelques ancêtres marchands, drapiers, ou merciers, dans des villes où le commerce avait constitué la base de la fortune publique et privée ? Désormais retirées des affaires, la location emphytéotique permettaient à ces familles de profiter sans risque du regain d’intérêt pour ces lieux de production.

  • 42 A.S.F, Notarile moderno, Meucci, p. 24556.
  • 43 Idem.

27En effet, en ces temps où nombreux semblaient être les candidats à la fabrique, les loyers grimpaient parfois facilement sous l’effet de la multiplication des demandes. Ainsi, lorsque le chapitre se décida, en 1719, à redonner en location un édifice de foulonnerie avec maison et moulin situé dans le bourg de Santa Lucia et partie dans le bourg de Quoiano avec 29 stiora de terre42, les candidats se pressèrent : GiovanBattista di Lorenzo Chiti, qui travaillerait plus tard à la foulonnerie de la Toricella, propose de payer un loyer de 140 écus, une somme qu’aurait sans doute accepté le chapitre si les frères Conti, Matteo et Clemente, n’avaient rapidement fait une contre-proposition de 142 écus, deux écus grâce auxquels ils espéraient faire la différence. Mais la lutte fut âpre entre les deux familles : l’année suivante, Chiti haussa les enchères à 155 écus. Acceptant une hausse de presque 10 % du loyer, il fournit un précieux indicateur de l’intérêt qu’il comptait retirer de ces édifices car il lui faudrait produire beaucoup pour supporter sans dommage une telle somme. Les perspectives étaient telles que les Conti se permettaient d’aller encore plus loin et remportaient ainsi finalement la location, forts sans doute également de leurs garants, qu’ils trouvent à Florence, Usella et Campi43. En fin de compte, le chapitre fit une bonne affaire, louant bien plus cher que prévu son édifice. Il put ainsi rembourser en deux ans aux sieurs Bruni et Pagli de Campi, précédents locataires, les sommes qu’ils avaient investies pour l’amélioration des installations. L’inventaire porte en effet trace de ces améliorations récentes : deux ensouples, des pièces et des colonnes, deux axes avec un jeu, un levier, quatre forti neufs, sept ridelles, une scie, autant d’articles déclarés neufs et qu’il faut vraisemblablement mettre au compte des prédécesseurs.

  • 44 S.A.S.P., Miscellana famiglie pratesi, 858, eredità Pini.
  • 45 D. Sardi, 1990, p. 189.

28Qui faisait en effet les frais des nouvelles installations ? Il est souvent difficile de le savoir. Dans ce cas, les locataires n’avaient fait qu’améliorer des installations qui existaient sans doute depuis fort longtemps. Dans le cas des foulonneries appartenant à des nobles, les familles firent parfois elles-mêmes les frais de cet investissement initial qui leur permettait d’en retirer ensuite pour de longues années des loyers bien plus avantageux, une manière d’anticipation du capital. Pourtant, les propriétaires ne démontraient pas toujours cette capacité « innovatrice » et les locataires semblaient être assez souvent les maîtres d’œuvre des transformations. C’est ainsi que le moulin pris en location par les Cocci fut vraisemblablement transformé par leurs soins en foulonnerie. Encore les choses sont-elles plus compliquées : à peine obtenu le contrat de location emphytéotique, les Cocci louèrent à leur tour, mais à durée bien sûr limitée, les installations aux Conti qui avaient faculté… de faire un nouveau pilon et que les sieurs Cocci ne puissent rentrer en possession jusqu’à ce qu’ils aient été (les Conti) remboursés de la dépense selon l’estimation44 Les Conti participèrent donc à l’augmentation de la valeur de la foulonnerie, d’autant qu’ils y construisirent également une meule pour broyer l’écorce de noix servant à la teinture « vulgaire »45. Bien qu’il soit impossible de connaître avec précision l’ampleur de l’investissement ainsi effectué, les contrats successifs en fournissent un ordre de grandeur : alors que le moulin était estimé à 60.2 écus en 1707, la foulonnerie laissée par les Conti avait une valeur totale de 183.4 écus, dans laquelle du reste on ne sait si le moulin était inclus. En admettant pourtant que celui-ci fasse partie de l’estimation, la valeur des édifices avait été multipliée par trois en une quinzaine d’années au plus : une augmentation considérable mais dont les frais avaient été répartis entre différents personnages qui se trouvaient tous impliqués dans l’effervescence que connaissait alors le secteur de la finition.

  • 46 Fiumi E., 1968.

29Il est pourtant difficile de découvrir d’où venaient ces candidats, nouveaux ou non, à la location et à la gestion des ateliers. C’étaient pour la plupart des hommes du milieu local, engagés dans l’artisanat, le petit commerce : des trafiquants en somme, comme on allait les appeler plus tard. Aucune de ces familles n’a d’origines très anciennes ni, surtout, connues. Un auteur aussi précis et attentif que Fiumi ne sait généralement pas leur attribuer de généalogies46. Ainsi les Angiolini, que nous retrouverons à plusieurs reprises, sont pour lui une famille apparue du néant de la plèbe. Les Fauli ou les Chiti, simples foulonniers, ne figurent pas dans sa liste. Les Cocci ne lui sont connus que plus tardivement. Quant aux Conti, originaires de Santa Lucia, ils exerçaient la profession d’aubergistes pour laquelle ils étaient recensés. Les registres notariaux ne nous ont pas apporté d’informations très substantielles sur les précédents familiaux de ces personnages : Pier Angelo Cocci se déclarait « caporal », mais qu’en déduire ? Certes, les Conti, en plus de l’auberge, tenaient quelques terres en location sur lesquelles poussaient le mûrier et l’olivier. Des familles dynamiques donc, issues des métiers beaucoup plus que de la terre, qui avaient sans doute commencé à multiplier les activités avant de se lancer dans l’entreprise des foulonneries, et y avaient déjà amassé quelques capitaux qui leur permettaient par exemple de verser comptant les prix des premiers loyers emphytéotiques – Cocci verse 42 écus d’argent aux Geppi, ce qui n’est pas rien – ou de trouver des garants suffisamment solides, comme c’est le cas des Conti par exemple. Rien de bien extraordinaire : des gens du terreau, un terreau fécond et suffisamment en alerte pour saisir les bonnes occasions qu’offrait le secteur textile.

  • 47 S.A.S.P., Arti 67.
  • 48 Idem.

30Du reste, les foulonneries n’étaient pas les seules à attirer des candidats de plus en plus nombreux. En ville aussi, le secteur de la finition apparaissait en pleine effervescence, en premier lieu dans le secteur de la teinture, comme le souligne ce témoignage des toutes premières années du XVIIIe siècle : il y a dix ou douze ans, il n’y avait que quatre boutiques de teinturiers dans la ville…depuis ce temps beaucoup de commis de ces teinturiers ont voulu se faire maîtres et ouvrir de nouvelles boutiques, de sorte qu’au lieu de trois elles sont au nombre de dix47. Récit de la croissance et ses principaux promoteurs : des gens du milieu cette fois, des commis, qui sentirent les temps propices à la concrétisation de leur rêve d’indépendance. L’un d’eux explique ses motivations et ses espoirs : Jacopo de Lorenzo Barbani de cette ville de Prato… expose comment depuis son jeune âge jusqu’au jour présent il s’est employé dans le métier de teinturier en qualité de commis et aujourd’hui, ayant pleine possession de cet exercice, trouvant le moyen avec ses propres substances d’ouvrir un négoce pour soi désirant quitter l’esclavage de commis… La supplie de lui concéder licence de pouvoir ouvrir une teinturerie tant de guède d’Art majeur que mineur en devant payer l’habituelle taxe annuelle48.

31C’est à l’Arte bien sûr que ce garçon adressait sa supplique, car c’est elle qui devait lui donner la permission d’exercer seul de plein droit l’art de la teinturerie. La corporation savait être généreuse de telles autorisations et ne posait généralement pas d’obstacles aux nouveaux-venus, du moment qu’ils puissent satisfaire à leurs obligations financières à son égard. Iacopo Barbani serait donc reçu sans difficultés majeures, indice d’une politique qui ne tendait pas au malthusianisme. Qu’il se montre effectivement capable de gagner et consolider son indépendance par l’exercice rigoureux de son art, par sa capacité, surtout, à se gagner une clientèle, c’était une autre affaire : la plus dure sans doute, pour laquelle l’apprentissage chez son maître ne lui avait pas appris grand chose, à moins qu’à force de le seconder et de le remplacer dans les opérations les plus diverses de la vie quotidienne de l’atelier, il ne se soit fait une idée des pratiques rudimentaires de gestion, des usages du travail à façons, qu’il n’ait touché bouche avec certains clients, peut-être disposés à lui accorder leur confiance. Le temps dirait assez rapidement si l’apprenti avait l’étoffe d’un maître.

  • 49 Cf. notamment G. Crossick, 1997, ou, surtout, Thomas Max Safley and Leonard N. Rosenband, 1993.

32Une part non négligeable de ces candidats à l’indépendance déchantait jour après jour, obligés de se rendre à la dure loi des affaires, ne sachant tenir des comptes assez stricts pour assurer la survie de l’entreprise, perdant la tête dans leurs multiples nouvelles tâches : s’approvisionner en « drogues », trouver les clients, payer les garçons, courir après les rentrées d’argent. Qu’importe, d’autres étaient prêts à reprendre leur place, à tenter de nouveau l’expérience : les teintureries changeaient relativement souvent de patrons, indice de l’afflux persistant de candidats à l’indépendance, malgré les abandons et les échecs. Les motivations étaient les mêmes que celles de Jacopo : volonté de se libérer de l’esclavage du travail dépendant, espoir de l’homme trop longtemps soumis au dur apprentissage du métier et qui guette le moment propice à sa libération, l’ambition de transformer en capital le savoir-faire accumulé, réaliser le rêve commun de tous, se mettre à son compte, être son propre maître. Si cet espoir faisait partie de la culture commune des apprentis et des compagnons, bien peu parvenaient au but. L’époque moderne est plutôt celle de la fermeture des horizons des classes laborieuses, celle où l’exercice du métier permet de moins en moins de monter dans l’échelle sociale, celle en définitive où compagnons et apprentis voient s’amenuiser leurs chances de changer un jour de situation49. A Prato, au contraire, l’espoir s’allumait.

33Ce furent surtout les draps « forains » qui permirent cet optimisme : venus de toute la Toscane jusqu’à Prato pour y subir les opérations de finition, ils créèrent dans les ateliers une telle demande de travail que la réussite et l’indépendance semblèrent à portée de main. En effet, les lanaioli n’avaient jamais montré beaucoup d’intérêt pour les ateliers de finition : ils multipliaient certes les activités, mais c’était le commerce qui les attirait. Fabricants, ils se contentaient de leur rôle d’organisateurs et se servaient des services des foulonniers ou des teinturiers comme de tous les autres manufacturiers, sans s’engager personnellement dans ces activités et sans réussir à soumettre les maîtres d’ateliers à un contrôle plus étroit. Une attitude bien différente de celle adoptée par les marchands-fabricants des centres de production de draps fins comme Sedan, Verviers, Aix-la-Chapelle, et plus anciennement, Florence. Là, tous les efforts des Verlegers semblaient au contraire d’assujettir le plus totalement possible les manufacturiers de la finition. Déclassés au rang d’ouvriers, certes les plus précieux à la manufacture, ils étaient strictement soumis à un contrôle de plus en plus serré et sévère, concentrés parfois dans des ateliers appartenant désormais aux fabricants.

34Le produit explique en grande partie la différence : pour les draps fins, la finition était une phase primordiale de la fabrication, elle faisait la beauté du drap en lui apportant « l’œil » et la « main » que saurait apprécier l’acheteur et garantissait la renommée de la manufacture. Rien d’étonnant à ce que les marchands fabricants s’en soient préoccupés de très près et qu’ils aient tenté de maîtriser le secteur : des ouvriers indépendants risquaient d’être capables de « donner la loi » aux fabricants, obligés par la nature même de leur fabrication de passer sous les fourches caudines de ces travailleurs. Rien de tel à Prato, et en général dans les fabriques de draps communs : ici, les apprêts ne sont qu’une opération parmi les autres, ni moins ni plus nécessaires à la fabrique que le tissage ou la filature, ils ne pèsent pas d’un poids décisif dans les coûts de fabrication, au contraire. Aucune raison par conséquent d’en faire l’objet d’une attention particulière, d’y immobiliser des capitaux qui rapporteraient sans doute bien moins que dans le commerce : en somme, il valait mieux envoyer les draps que l’on fabriquait dans les foulonneries voisines, chez les maîtres teinturiers et tondeurs et avoir une boutique munie des articles les plus variés et les plus nécessaires. Mais, délaissant ce secteur, les fabricants plaçaient les maîtres des ateliers en position de tirer les principaux bénéfices de la demande croissante de finition.

  • 50 V. Castronovo, 1966, p. 783.
  • 51 Cf. notamment A. Cento-Bull, 1989, p. 177-200.

35Cette situation n’est d’ailleurs pas exceptionnelle. En Italie même, la région de Biella semble offrir à la même époque des perspectives d’ascension aux travailleurs habiles, artisans ayant réussi laborieusement50 qui parviennent à se dégager de leur situation de traditionnelle sujétion pour devenir petits fabricants, ainsi que certains tisseurs dont la qualification s’était maintenue, à la différence de Prato. Dans d’autres régions où les Verlegers ne contrôlent pas toute la production et tous les circuits commerciaux, on retrouve, y compris pour les plus humbles, ces possibilités de promotion sociale51. A Prato, les maîtres de la finition semblaient donc prêts à relever le défi et à profiter des occasions, en dépit des tentatives restrictives des fabricants : si dès la fin du XVIIe siècle, ils avaient gagné le combat des draps étrangers, les oppositions furent âpres entre les différents métiers pour décider qui tirerait le meilleur profit de la situation.

Des luttes fratricides

36Dans les ateliers, chaque maître cherchait à forcer l’allure, à attirer à lui le plus de clients possibles. Pour y parvenir, certains se mirent à penser qu’avoir plus d’un métier à son arc pouvait être une bonne manière de multiplier les chalands.

37C’est ce qu’envisagèrent rapidement la plupart des foulonniers, qui recevaient les premiers les draps étrangers. Ils se mirent à raisonner sur le meilleur parti qu’ils pouvaient tirer de cette position. La solution la plus simple était de se mettre à tondre, à teindre et à apprêter les étoffes. Ainsi pourraient-ils satisfaire totalement leurs clients : leur évitant d’avoir recours à divers manufacturiers, ils abaissaient peut-être les coûts, découvrant ainsi prématurément les bienfaits de la concentration. A dire vrai, cela faisait longtemps qu’ils commettaient des infractions à la stricte division des tâches corporatives : la famille Soffi, forte de son ancienneté dans le métier, possédait depuis de nombreuses années les installations rudimentaires nécessaires à la teinture bas de gamme des pièces de draps de paysans. Rien qui puisse vraiment nuire aux teinturiers de la ville. Rien, du moins, tant que les autres n’en faisaient pas de même, tant que les teintures bas de gamme ne devenaient pas le travail le plus en vogue… Or, les foulonniers récemment installés à la fin du XVIIe siècle s’empressèrent tous d’adjoindre des bacs de teinture à côté de leurs pilons : les Conti et les Franchi en premier lieu, puis tous ceux qui s’installèrent dans les nouvelles foulonneries. En conformité avec l’usage qu’avaient précédemment introduit les Soffi, cette décision visait surtout à profiter de la recrudescence des travaux, qui, presque tous, requéraient désormais la teinture en petit teint. Elle était destinée à déchaîner les passions entre foulonniers et teinturiers qui s’engagèrent rapidement dans une lutte longue et acharnée : l’enjeu était de taille, il s’agissait de savoir qui saurait mettre à profit les bienfaits de la croissance qui se manifestait.

  • 52 S.A.S.P., Arti 67 : c’est ici la principale source de cette longue opposition entre foulonniers et (...)

38Très vite, les foulonniers furent accusés d’être des monopoliseurs qui ne cherchaient rien d’autre que la destruction des teinturiers qui sont dans la ville parce que les foulonniers pouvant teindre, nécessairement les draps foulés resteraient se teindre chez les foulonniers et ainsi les boutiques de teinture qui sont à Prato resteraient sans ouvrage52. Les teinturiers de Prato exagéraient visiblement, comme c’était coutume dans les conflits de ce genre. Pour émouvoir l’autorité, il convenait de dresser le portrait pitoyable de pauvres manufacturiers privés des moyens de gagner leur pain quotidien par les agissements de quelques accapareurs. Les mémoires répondaient donc aux lois du genre : les teinturiers se plaignaient que depuis 1691 quatre familles de teinturiers sont réduites dans un état misérable et mendiant ; une situation que ne pouvait tolérer ni la corporation, ni le souverain moralement chargé d’assurer la survie matérielle de ses sujets.

391691 : une date clé, c’est l’époque de l’ouverture de nouvelles foulonneries, munies de bacs de teinture, c’est l’heure où les garçons teinturiers commencent à envisager la possibilité de voler de leurs propres ailes, c’est le moment où le conflit s’allume. La pratique que les foulonniers teignent eux-mêmes les draps de paysans et autres étoffes de peu de prix, acceptée depuis des décennies, devient tout à coup insupportable. C’est que de nouvelles donnes ont été introduites : en ce temps… ne se travaillant alors dans le contado de Prato que très peu de lendinelle, et de draps de lin, faible en conséquence pouvait être la quantité que pouvait teindre… Soffi, alors qu’aujourd’hui, les choses ont changé et le contado étant pour ainsi dire rempli de ce négoce d’accia et laines, ou lendinelle à cause du travail qu’en font pour leur consommation tous les paysans, et les autres du contado. La teinture de ces pauvres draps était devenue l’enjeu d’une compétition évidente. Plus question d’en laisser aux seuls foulonniers la disposition.

40Les teinturiers adressèrent donc à la corporation de vibrantes démonstrations afin qu’elle fasse respecter la sacro sainte division des tâches. Outre la ruine prochaine des artisans de la ville, un avenir de fraudes multiples était prédit, témoignant de pratiques qui ne devaient pas exister que dans l’imagination des rédacteurs : leurs édifices étant situés (il s’agit bien sûr des foulonneries) presque sur la route qui va à Vernio et sur la région de Bologne, ils ont la commodité de pouvoir frauder les fermes de V.A par l’achat du vitriol, alun et autre qui leur conduit jusque chez eux par les contrebandiers. Les marchands risquaient également d’être soumis à des désordres constants car ils pourraient difficilement se satisfaire dans le contrôle des teintures et de leur qualité car ils devraient aller en dehors de la ville pour reconnaître les bains et les chaudières comme c’est l’habitude pour avoir les draps bien conditionnés. Autant de possibilités qui découlaient bien sûr de la situation hors les murs des foulonniers. Du reste, cette seule caractéristique aurait suffit à leur interdire la pratique de la teinturerie, réservée par l’Art à la terre de Prato, on doit comprendre entourée par les murs, étant exclus les faubourgs. La vieille opposition entre la ville et le contado réapparaissait : pas question, rappelaient les teinturiers, de laisser les arts se propager dans la campagne au risque d’entraîner non seulement l’avilissement de la profession, mais surtout de bouleverser la traditionnelle division des tâches entre la ville et la campagne, une perspective porteuse de nouveautés dangereuses pour l’équilibre social. Les teinturiers reprenaient l’argumentation typique des métiers urbains se sentant menacés par la montée des activités rurales.

41Les teinturiers espéraient rallier à leur cause les fabricants. Aussi leur faisaient-ils également entrevoir la menace du monopole des foulonniers devenus tout puissants, bientôt capables de leur dicter la loi : en permettant la teinture aux foulonniers on ôterait la liberté aux marchands de pouvoir faire teindre à qui leur semble car le marchand qui ne donnerait pas ses draps foulés à teindre aux foulonniers, ces foulonniers feraient mal le travail. A l’appui de leurs dires, ils produisaient le témoignage de Bartolomeo di Piero Casini, foulonnier, attestant que depuis février 90, Piero di Gio Pellegrini est venu fouler les mezzelane et lendinelle de sa boutique dans ma foulonnerie, laquelle appartient au sieur Gio Giorgi de Barberino de Mugello… il est venu parce que les foulonniers de Prato n’ont pas voulu le servir… ils lui retenaient ses travaux un mois et demi à chaque fois et ici dans notre foulonnerie nous faisons en sorte qu’ils soient traités tout de suite. Le discours des teinturiers semblait un recueil des principaux thèmes corporatistes : maintien de la division des métiers, de la division des tâches entre ville et campagne, dans le respect des règlements et des lois, pour le plus grand bien des marchands et des pauvres manufacturiers. Ce discours opportuniste, construit pour rallier à leur cause l’Art, les marchands et le souverain, défendait, en une langue connue et admise de tous, les intérêts immédiats du métier, désireux de ne pas voir échapper la nouvelle source de profits.

42Bien entendu, les foulonniers n’étaient pas en reste d’arguments et savaient jouer sur le même registre : à les écouter, leurs adversaires ne cherchaient que le moyen d’enlever à trois pauvres foulonniers le moyen de pouvoir se procurer leur nourriture à l’aide de leur honnête fatigue, et à telle fin ils ont recouru à S.M sous le manteau de la pauvreté et de l’utilité publiques. Un prétexte de l’intérêt privé, voilà ce qu’était en réalité le bien public dans la bouche des teinturiers : les affiliés (de l’Intérêt) œuvrent pour faire concevoir… aux dominants pour l’utilité Publique ce qui réellement ne concerne que la commodité privée de qui le propose sous le manteau d’un pieux zèle et d’une pieuse piété. Les foulonniers s’attachaient donc à démontrer la caducité de tous les arguments évoqués. Pour eux, la pratique faisait preuve, et ils en portaient donc témoignage. Ainsi, disaient-ils, jamais n’avait existé à Florence l’incompatibilité des métiers voyant par l’expérience quotidienne qu’un mercier qui se trouve immatriculé tant pour l’Art de la laine que pour l’Art de la soie et a des marchandises appartenant à l’une et l’autre, comme on le voit en tant d’Arts, et spécialement qui a la ferme des fours exerce le métier de lanaiolo, ce qui démontre que l’exercice de différents arts ou négoces, n’en rend incompatible aucun. De l’usage, les foulonniers déduisaient sans doute rapidement la règle. Ils plaçaient en tout cas les différents arbitres de la situation devant leurs propres contradictions : si l’incompatibilité était reconnue entre le métier de teinturier et celui de foulonnier, il faudrait logiquement appliquer le même principe à tous, ce qui risquait de créer bien des contrariétés. Balayant rapidement les accusations de fraude comme autant de calomnies, les foulonniers rappelaient surtout les données de base de leur situation : les foulonniers qui payent des loyers rigoureux pour les foulonneries ont besoin de travailler. Le travail était à la fois une nécessité et un mérite dont personne ne pouvait leur contester les récompenses : la fortune du monde n’est pas égale pour tous et digne de louanges est celui qui avec sa propre industrie et fatigue sait gagner quelque chose : glorification du travail et inéluctabilité des inégalités, telle semblait être la morale des foulonniers, qui ne voyaient pas au nom de quels principes on aurait pu les empêcher de vouloir conquérir une plus grosse part de fortune. Tout n’était pourtant pas si simple.

43La corporation, sous la pression des plus gros teinturiers, prit des décisions destinées à stopper l’élan des foulonniers, non sans provoquer d’importantes déchirures internes : en 1691, elle refusa d’immatriculer les foulonniers comme teinturiers de petits teints, en 1707, elle proclama l’incompatibilité des métiers. Mais les foulonniers n’étaient pas décidés à stopper leur élan en si bon chemin, les Conti, décidément fort dynamiques, résolurent de tourner la décision de la corporation : puisque le motif principal du refus avait été la situation hors les murs des édifices de foulonneries, ils se mirent en devoir de traiter avec l’une des familles de teinturiers de la ville la cession de leur boutique, ce qu’acceptèrent finalement les Cipriani, peu soucieux de soutenir leurs collègues. L’argument de la corporation perdait ainsi toute consistance et les Conti redemandèrent à être reçus comme teinturiers d’art mineur. De nouveau, la corporation refusa, interdit la marque de leurs draps, somma de dégager la boutique nouvellement achetée.

  • 53 S.A.S.P., Arti, 67, interrogatoire Franco di Bastiano Franchi, 1707.

44Il était temps de réagir car tous les foulonniers étaient en train de suivre alors l’exemple des Conti. Les Franchi s’installaient dans la teinturerie du sieur Bocchineri et ne demandaient même pas l’immatriculation, comme le confessait Franco di Bastiano aux représentants de l’Art chargés de l’interroger : je n’ai aucune licence croyant qu’il suffisait que soit immatriculé l’édifice53 Les Soffi n’avaient pas le même aplomb, mais Vincenzo, le foulonnier, déléguait son fils aîné Bartolomeo, afin de remettre en marche le vieil exercice de teinture situé à Prato dans la rue du Serraglio dans la teinturerie de la religion de Malte. Les foulonniers entraient massivement dans la ville, semblant vouloir prendre d’assaut la forteresse des manufacturiers citadins. Malgré l’affirmation de l’incompatibilité des métiers, les foulonniers purent conserver leur double activité grâce à l’intervention en leur faveur de la Pratica Segreta. Les contestations continuèrent certes pendant quelques années, au fur et à mesure de l’« embourgeoisement » des teintureries des foulonniers. Mais ceux-ci prirent en général la précaution de scinder les activités familiales : Vincenzo Soffi envoyait son fils Bartolomeo gérer, en ville, la teinturerie, les Franchi divisaient les tâches entre frères, tout comme les Conti. Personne n’était dupe de cette tactique car tous savaient que l’on faisait les affaires en famille, mais la manœuvre se révéla cependant payante en permettant l’accumulation des activités. Ainsi, l’incompatibilité des métiers continuait d’être constamment transgressée, comme elle l’avait été par le passé. Par contre, le principe de « l’urbanité » des activités de finition semblait sortir renforcé de cet épisode. Surtout, les conflits peu à peu se turent ou se déplacèrent à mesure que l’on se rendait compte qu’il pouvait y avoir place pour beaucoup, si ce n’est tout le monde, dans la course à la distinction.

3. La distinction possible

45Se distinguer, cela voulait dire sortir de sa condition initiale de modeste manufacturier au service et à la merci des fabricants, cela voulait dire compter dans la fabrique, et pour cela, multiplier les activités.

Faire de tout

  • 54 S.A.S.P., Arti, 67.
  • 55 Idem.

46Le conflit entre foulonniers et teinturiers n’eut pas pour effet de stopper le processus de diversification des activités dans lequel s’étaient engagés les membres les plus dynamiques des métiers de la finition. Les Conti en sont un bon exemple. Locataires emphytéotiques de foulonnerie, ils s’installent donc en 1706 dans la teinturerie Cipriani. De l’aveu même de Conti, les agents de l’Arte ont trouvé dans ma maison et boutique d’artisan et de fabrication qui appartient à l’édifice c’est à dire teinturier, purgateur et cardeur et friseur, deux mille livres d’écorces de noix, ils ont trouvé l’engin pour donner le poil… six cardes pour carder les mezzelane des marchands de Prato et du contado, deux chaudières avec bains et ils ont trouvé une presse et ils ont trouvé cent cartons pour presser54. En somme, les Conti s’étaient mis dans la position de faire tout ce qu’il y a besoin universellement pour conduire du début à la fin la perfection de chaque sorte de draps55. Ils pouvaient prendre les pièces tissées et les rendre pressées et pliées à leurs clients. Pas même besoin de passer par le séchoir de l’Art puisque les foulonneries étaient dotées des rames qui suffisaient largement au séchage des draps. La famille embrassait donc toutes les branches de la finition, y compris les plus récemment introduites à Prato, comme la frise des étoffes. On comprend donc pourquoi teinturiers et tondeurs s’étaient alliés dans la lutte contre ce qu’ils considéraient un monopole. D’autant que les Conti avaient très vite également élargi le domaine de leurs intérêts des draps de paysans à l’ensemble des étoffes qui pouvaient se fabriquer ou arriver à Prato : les calissi, rascette, rovesci, et, à en croire leurs détracteurs, les draps larges. De la teinture petit teint à celle de qualité, ils présentaient toute la gamme des manufactures possibles et avaient ainsi effectué un saut qualitatif capable d’amener dans leur boutique, non plus seulement des paysans, mais aussi bien sûr des marchands. Leurs livres de comptes, dûment examinés par l’Arte, montrent la variété de leur clientèle : à côté des marchands, beaucoup de femmes apportant quelques bras de draps à teindre et à finir, de nombreux artisans, meuniers, forgerons, cordonniers, régisseurs des domaines environnants etc. Peu de travail en gros, mais une infinité de modestes commandes. Le cercle des relations est encore celui de la ville et de son proche contado : Mezzana, Carmignano, Sofignano, S. Piero a Seano, S. Piero a Ponti, S. Moro, Campi, S. Donnino, Signa, etc.

47Les Conti furent un cas exceptionnel de tentative de concentration de toutes les activités de la finition : ils furent les seuls en effet à avoir en vue, et en main, l’ensemble des activités. Mais contrairement à ce qu’affirmaient leurs adversaires, les Conti n’étaient pas en train de construire un monopole capable de leur assurer une domination quasi absolue sur le secteur de la finition. Au contraire, ils devaient se faire une place parmi le cercle toujours plus large de leurs confrères dont beaucoup avaient pris la voie de la multiplication des activités. Parmi les foulonniers, les Franchi et les Soffi avaient eux aussi persévéré dans leur choix de diversification et ils continuaient à gérer les teintureries urbaines louées au début du siècle. Mais aucun des deux ne fit, semble-t-il, de tentatives pour prendre pied dans une boutique de tondeur.

  • 56 S.A.S.P., Miscellana famiglie pratesi, 858 ; la location des Conti prend fin en 1726 cf. D. Sardi, (...)

48Les foulonniers ne furent évidemment pas les seuls à être gagnés par cette fièvre d’élargissement. Les Cocci, qui signaient les pétitions en tant que tondeurs, étaient depuis longtemps intéressés à d’autres activités. A côté des installations traditionnelles de la tonte, ils avaient acheté une frise, n’allaient pas tarder à acquérir un calandre pour la finition des mezzelane et ils avaient loué un moulin rapidement transformé en foulonnerie, déjà mentionné. Ils témoignaient ainsi de l’attirance des artisans urbains vers cette activité d’amont à laquelle ils ne furent pas seuls à s’intéresser. Carmignani, Mugnai et Pellegrini, qui louaient de concert en 1715 la nouvelle foulonnerie de la Toricella, étaient engagés depuis longtemps dans les activités de finition urbaines : les premiers comme tondeurs, les autres en tant que teinturiers. Ils avaient vraisemblablement voulu ainsi contrecarrer l’offensive des foulonniers. Si les uns investissaient la ville, les autres sortaient des murs et tous s’adonnaient à la pluriactivité. D’autres les suivaient sur cette voie : en effet, tout en restant les locataires emphytéotiques, les Cocci louèrent rapidement l’édifice, d’abord aux Conti, nous l’avons vu, puis à Giuseppe Rinaldi, dont nous savons peu de choses, et enfin aux Mercatanti, qui géraient eux-mêmes une teinturerie56. Les intérêts des Mercatanti étaient en fait très étendus, les suivre pas à pas permet de saisir les multiples activités dans lesquelles une même famille, des mêmes individus, pouvaient être engagés.

Dans et hors l’industrie textile

  • 57 D. Sardi, 1990, p. 190.
  • 58 Ces trois familles habitent d’ailleurs la même paroisse, celle de la cathédrale cf. D. Sardi, 1990, (...)

49Teinturiers, les Mercatanti louaient donc la foulonnerie des Cocci avec qui ils étaient entrés en société depuis 1729 pour la tonte et le lustrage des étoffes57. Ils ne le faisaient pas seuls mais en société avec les Pini. Les papiers de cette famille permettent d’apprendre que la famille Mercatanti gérait également des fours dans lesquelles se fabriquaient des tuiles, des briques, de la chaux, enfin, tout ce qui pouvait être utile au petit entrepreneur de construction qu’était aussi Pini. Ainsi les trois familles Cocci, Mercatanti et Pini, se trouvaient impliquées dans la foulonnerie, la tonte, la teinturerie, la fabrication de matériels de construction et la construction58 : un remarquable ensemble d’activités productives, alors en notable croissance. Le trait est sans doute forcé, car les Cocci ne semblaient pas sortir du domaine textile et n’avaient que des rapports assez occasionnels avec les deux autres familles. Du moins, les Mercatanti et les Pini, liés en affaires, faisaient-ils ainsi preuve d’un remarquable dynamisme.

  • 59 A.S.F., Notarile moderno, Sacchi, p. 26789.

50Ils n’étaient pas les seuls. La coexistence de différentes activités de transformation, textiles ou non, était plus courante que l’on ne le pense généralement. La famille Soffi, dont on sait maintenant qu’elle s’intéressait à la fois à la foulonnerie et à la teinturerie, avait peu à peu amplifié ses intérêts ainsi que le rappelle Franco Maria di Bartolomeo, fils de teinturier et petit-fils de foulonnier dans son testament, rédigé en 177059. Il s’y préoccupe d’abord de la principale de ses activités, son négoce de teinturerie et de cuivre : voilà unies dans une même affaire, des activités requérant toutes deux une spécialisation assez élevée, mais sans point commun, qu’il était à priori difficile de penser voir regroupées. On comprend pourtant tout l’intérêt que pouvait y trouver Francesco Maria : la teinture et le travail du cuivre étaient les deux secteurs les plus dynamiques de l’époque, cette alliance audacieuse devait être payante, tout comme pouvait l’être pour les Mercatanti celle de la teinturerie et des briques. Francesco Maria Soffi n’était d’ailleurs pas le seul à avoir saisi l’opportunité du travail du cuivre : l’enquête de 1767 recense effectivement un Franchi, Antonio di Giuliano, parmi les chaudronniers, à côté de Soffi. Les Franchi : une autre famille intéressée à la foulonnerie, à la teinturerie… et au cuivre. Les modalités sont cependant différentes. Chez les Franchi, il faut prêter attention aux activités de différents membres de la famille pour reconstituer le puzzle d’ensemble ; une démarche légitime dans la mesure où les stratégies sont bien plus familiales qu’individuelles, nous y reviendrons. Dans les cas de Francesco Maria Soffi, une seule personne est à la tête de ces activités si diverses : il est difficile de le considérer encore comme un simple « artisan », comme le furent ses ancêtres foulonniers. Désormais, Francesco Maria ne peut se reconnaître que comme « négociant », à l’instar des lanaioli. Cela ne veut pas dire qu’il ignore les relations familiales, bien au contraire : il rappelle lui-même que Gabriello Carmagnini, tondeur, locataire de foulonnerie, est son cousin et il fait de ce parent proche le tuteur de ses fils, de concert avec sa femme et son frère. C’est sans doute ce qui incitera Gabriello à faire des fils de Francesco Maria ses héritiers, leur donnant ainsi la possibilité d’ajouter la tonte aux multiples activités héritées de leur père, parmi lesquelles figurait également la fabrication.

Se mettre à fabriquer

  • 60 Idem.

51Francesco Maria n’était pas devenu un lanaiolo : il n’est jamais mentionné comme tel parmi les registres de l’Art, ni même dans l’enquête de 1766-67. Mais son testament témoigne qu’il avait placé de l’argent dans la fabrication par l’intermédiaire de capitaux confiés à Giovacchino di Gaetano Pellegrini dans le négoce qu’il exerce de lanaiolo60 : une forme de prise de participation discrète à l’activité d’un jeune bien affectionné à la famille, qui a aussi une convenable habileté et est honnête et gentilhomme et auquel le père recommandait de se confier. Il lui permettait en tous cas d’entrer dans les activités de fabrication : ainsi les liens de famille ou d’amitié permettaient aussi aux jeunes de trouver du crédit et de se lancer dans l’aventure.

  • 61 Cf. E. Fiumi, 1968, p. 428.
  • 62 S.A. SP., Arti 67.
  • 63 Idem.

52Bien d’autres « artisans » de la finition avaient fait depuis longtemps le pas plus net de l’entrée en fabrication. Les Mercatanti, pour revenir à eux, géraient dans les années 1722-30 une société de fabrication de lendinelle, ces draps décidément fort en vogue dans le contado61. Bien avant eux, les Conti s’étaient mis à fabriquer eux-mêmes des draps, rovesci et rascette62. Les luttes entre teinturiers et foulonniers furent l’occasion de dénonciations réciproques qui nous apprennent beaucoup sur les pratiques des uns et des autres. Ainsi, les foulonniers dénonçaient trois de ces teinturiers, qui sont les principaux de Prato, et qui embrassent tout… ne se contentent pas de faire le teinturier mais de plus exercent encore le métier de lanaiolo, mercier et linaiolo63. Il s’agissait bien de multiplier et de diversifier les activités, non plus seulement par extension vers les domaines voisins de la finition, mais par un changement de perspective qui faisait passer ces téméraires du statut d’artisan à celui de coordinateur de la production : un passage qualitatif décisif dans un processus d’ascension sociale qui apparaissait bien engagé.

  • 64 Idem.

53Ecoutons encore les foulonniers nous parler des caractéristiques et des pratiques de ces trois principaux teinturiers, Domenico Pellegrini, GioBatta Braccioli et Fernando Cipriani : Les susdits Pellegrini, Braccioli et Cipriani… opèrent eux-mêmes la destruction des teinturiers pauvres parce qu’en plus des boutiques de teinturerie, ils en ont ouvert d’autres de mercerie, de rubans, cotons, lins et autres marchandises semblables desquelles ils se servent pour attirer à eux le peuple en lui donnant envie de se servir de leurs boutiques, en donnant à filer des laines et des lins à beaucoup, en compensant le revenu de la filature en teintures, ce que ne peuvent faire ni les foulonniers, ni les autres teinturiers qui n’ont pas cette commodité64. Ce processus a commencé tôt puisqu’il est ici décrit à la fin du XVIIe siècle et semble en place depuis un certain temps. Cela explique la force des teinturiers dans la corporation et montre aussi qu’ils se conforment en tous points aux pratiques communes des lanaioli : la multiplicité des champs d’intervention, la pratique du négoce, l’usage du paiement en nature, la création de liens de dépendance par le travail et par les échanges de services.

54Tentant de dresser sommairement un portrait du groupe entrepreneurial, nous avions noté la présence, dés le début du XVIIIe siècle, d’un groupe aux activités mixtes s’adonnant à la « fabrication et finition ». Reprenant maintenant l’examen, il nous faut préciser les termes : il s’agit bien d’« artisans de la finition ayant des activités de fabrication », ce qui confirme une fois de plus l’idée qu’une évolution par le bas du groupe entrepreneurial a bien eu lieu, un parcours qui mène de l’artisan au négociant, de la production au commerce. La famille Pacchiani nous en avait déjà donné un bel exemple.

Un parcours significatif

  • 65 Cf. chapitre 2.

55Souvenons-nous en effet du parcours de Filippo et de ses fils : Filippo, le garzone, qui avait pu se mettre à son compte grâce à l’affection de son maître, apparaît maintenant tout autre chose qu’un cas original. Il est au contraire exemplaire d’un comportement relativement courant, dénotant, comme nous l’avons déjà souligné, l’horreur du travail dépendant, la hâte de devenir son propre maître, la possibilité, surtout, de le faire. L’exemple de Filippo nous apprend avant tout que cette possibilité perdura : c’est en effet vers la fin du XVIIe siècle que les commis commencèrent à espérer, et à se mettre à leur compte. Filippo, lui, le fit vers 1730 : une quarantaine d’années pendant lesquelles la conjoncture favorisa les rêves d’indépendance. Rien ne signale que cet espoir se ferma par la suite puisque la moitié des familles de teinturiers actives en 1767 s’était installée après le tournant du siècle65.

56Significatif, l’exemple de Filippo l’est encore par la promptitude avec laquelle il se mit à fabriquer lui-même des draps reflétant l’orientation d’ensemble de la fabrique de Prato : avant tout des mezzelane et des étoffes de lin, très peu de draps de laine, et tous de basse qualité. Une attitude qui montre la facilité, et la tentation, que présentait la fabrication : le tabou, si jamais il avait existé, était tombé, quiconque pouvait se mettre à fabriquer, selon les opportunités, selon les années aussi, car la teinturerie resta toujours, pour Filippo, sa principale qualification et sa principale source de revenus. Aucun problème par conséquent à stopper la fabrication si l’année s’annonçait mauvaise, si les laines étaient trop chères ou si l’argent devait être employé ailleurs. Classiquement, la multiplicité des activités rendait possible la flexibilité, et peut être l’une des explications de la relative turbulence des entrepreneurs ; ce d’autant plus que les draps de laine qui nous servent d’indicateur, restaient sans doute la part plus aléatoire de la production de ces petits impannatori occasionnels. La remarque est donc double : d’une part, la multiplicité des activités peut effectivement expliquer une certaine propension à la turbulence, d’autre part, la turbulence devrait être vraisemblablement remesurée si l’on pouvait l’évaluer en fonction de l’ensemble des producteurs d’étoffes plutôt qu’à partir de l’effectif, beaucoup moins représentatif des fabricants de draps de laine.

57Significatif enfin, Filippo l’est encore parce qu’il resta une figure mixte : un peu plus qu’artisan, pas vraiment négociant, rien de comparable dans ses activités à ce que pouvaient être celles des trois teinturiers principaux de la fin du XVIIe siècle. Il n’avait pas ouvert boutique, ne commerçait en rien, échangeait bien quelques teintures contre quelques filatures, tout comme on lui échangeait des draps contre des teintures, s’activait ainsi dans le troc, la fabrication et la teinturerie, réussissant à accumuler du bien, mais dans des proportions qui n’avaient rien d’extraordinaires, il restait en somme dans la moyenne.

58Il est certes des limites au bon exemple de Filippo Pacchiani : tous les artisans de la finition n’avaient pas fait le choix de la fabrication, loin de là, et inversement, tous les impannatori, petits ou grands, ne provenaient pas du monde de la finition. Les lanaioli conservaient un rôle et un poids non négligeables. Mais il est néanmoins également significatif que ce soit cette famille de la finition qui attire à Prato la fabrication des bonnets à la levantine. Ce nouveau produit allait donner à Prato une chance supplémentaire de se diversifier, d’approfondir ses savoir-faire et de réaménager son territoire industriel.

Notes

1 Pier Franco Giorgi, fabricant, décrit le parcours de ses draps ; d’abord confiés au foulonnier Soffi, ensuite ces travaux purgés et foulés sont passés selon l’habitude dans les mains de Gio Franco Pellicciani tondeur et lustreur...pour les lustrer et les tondre et y faire les opérations habituelles... les travaux susdits tondus et lustrés ont été consignés à Gio Pellegrini teinturier...pour qu’ils les teignent, et teints, ils sont retournés à Soffi foulon pour qu’il les mette au séchoir, et une fois tirés il les a remis à Gio Franco Pellicciani tondeur pour qu’ainsi secs et retirés ils soient par ce tondeur mis dans les cartons et en plis sous la presse, cf. S.A.S.P., Arti, 68 b.

2 Sur les premiers moulins à fouler cf. Malanima P., 1988.

3 Voir en particulier le cas de Bologne étudié par A. Guenzi, C. Poni, 1989 et, pour Prato, L. Rombai, 1986.

4 A.S.F., Notarile moderno, Meucci AD, p. 19680.

5 Duhamel Du Monceau, 1765.

6 Des remarques comparables ont été faites dans le secteur de la soie cf. F. Battistini, 1997, p. 38 : le moulin à soie « à la bolognese » ne se développe que très peu en Toscane, notamment parce que le filé de haute qualité qu’il produisait n’était pas vraiment nécessaire aux productions de Lucques ou de Florence.

7 Duhamel Du Monceau, 1763.

8 Idem.

9 S.A.S.P, Arte 67, p. 1099.

10 Encyclopédie Diderot, article Laine. C’était là le but fondamental de l’opération : feutrer le drap sous l’effet de l’échauffement provoqué par le battage des maillets dans une solution d’eau et de savon. Les fils de la chaîne et de la trame se resserraient, finissaient par se confondre et le drap acquérait plus de corps tout en perdant longueur et largeur. Seuls les draps de laine cardée, et certaines étoffes sur étaim, étaient soumis à ce traitement qui, au contraire, risquait de nuire aux étoffes lisses qui y perdraient légèreté et brillant.

11 S.A.S.P, Arti 40.

12 Idem.

13 S.A.S.P, Mazzoni, Lazzero, 5/11/1817.

14 Duhamel Du Monceau, 1765.

15 A.S.F., Notarile moderno, Ambrogi, p. 25223.

16 Pour les pratiques en usage dans les manufactures de draps fins cf. G. Gayot, 1998.

17 Riforma dell’Arte della Lana, 1688.

18 Dans Zonca, 1607, c. 96, se trouve le dessein d’une telle machine.

19 A.S.F., Arte della Lana, Editto di Francesco III di Lorena sopra l’arte della Lana, Articolo 3, capitolo 29.

20 S.A.S.P., Arti, 67.

21 Lazzero Mazzoni évoque les hommes qui s’arrachent les bras pour lainer ? les draps...

22 Statuto dell’Arte della Lana, 1542.

23 Sergent E., 1869.

24 Duhamel Du monceau, 1765.

25 A.S.F., Notarile moderno, Ambrogi, p. 25223.

26 D. Preti, 1971, p. 797.

27 A.S.F., Miscellana di finanza, A. 351.

28 Riforma dell’Arte della Lana, 1679.

29 S.A.S.P., Arti, 67, p. 1210, la protestation date de 1627.

30 S.A.S.P, Arti 66, 1766.

31 S.A.S.P, Arti 40.

32 Cf. D. Preti, 1971, p. 797.

33 Statuto dell’Arte della Lana, 1542.

34 E. Sergent, 1869.

35 La description d’une telle machine se trouve in Zonca, 1607.

36 A.S.F., Notarile moderno, Sassoli, p. 3883.

37 Sur cette entreprise, voir D. Sardi, 1990.

38 S.A.S.P, Arti 66.

39 A.S.F., Carte Gianni, Filza 83, ins. 152.

40 Cf. Fiumi E., 1968, p. 465 et chap. V, 2 : les Naldini sont, d’après la dîme de 1776-79, les plus gros propriétaires privés du territoire.

41 Fiumi E., 1968, p. 380.

42 A.S.F, Notarile moderno, Meucci, p. 24556.

43 Idem.

44 S.A.S.P., Miscellana famiglie pratesi, 858, eredità Pini.

45 D. Sardi, 1990, p. 189.

46 Fiumi E., 1968.

47 S.A.S.P., Arti 67.

48 Idem.

49 Cf. notamment G. Crossick, 1997, ou, surtout, Thomas Max Safley and Leonard N. Rosenband, 1993.

50 V. Castronovo, 1966, p. 783.

51 Cf. notamment A. Cento-Bull, 1989, p. 177-200.

52 S.A.S.P., Arti 67 : c’est ici la principale source de cette longue opposition entre foulonniers et teinturiers, médiatisée par les interventions de l’Art, et le recours aux décisions de la Pratica Segreta de Florence. Pour ne pas alourdir les notes, nous ne citerons les sources que lorsqu’elles proviendront d’un autre fonds.

53 S.A.S.P., Arti, 67, interrogatoire Franco di Bastiano Franchi, 1707.

54 S.A.S.P., Arti, 67.

55 Idem.

56 S.A.S.P., Miscellana famiglie pratesi, 858 ; la location des Conti prend fin en 1726 cf. D. Sardi, 1990, p. 190 ; les Mercatanti louent, eux, la foulonnerie en 1730.

57 D. Sardi, 1990, p. 190.

58 Ces trois familles habitent d’ailleurs la même paroisse, celle de la cathédrale cf. D. Sardi, 1990, p. 192.

59 A.S.F., Notarile moderno, Sacchi, p. 26789.

60 Idem.

61 Cf. E. Fiumi, 1968, p. 428.

62 S.A. SP., Arti 67.

63 Idem.

64 Idem.

65 Cf. chapitre 2.

Table des illustrations

Titre Carte 7. LES ÉDIFICES HYDRAULIQUES DU TERRITOIRE DE PRATO EN 1790
Crédits Source : Prato, storia di una citta, t. 2, op. cit., p. 29
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50004/img-1.jpg
Fichier image/, 220k
Titre La foulonnerie louée par les frères Soffi-Ghibellini à Santa Lucia
Crédits Source : Archivio Diocesano di Prato, I-12
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50004/img-2.jpg
Fichier image/, 528k
Titre La foulonnerie louée par les Conti à Santa Lucia
Crédits Source : Archivio Diocesano di Prato, I-13.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/50004/img-3.jpg
Fichier image/, 546k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540