Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

4. L’art des lanaioli au XVIIIe siècle

Texte intégral

1Nous avons jusqu’ici esquissé un premier portrait de groupe des entrepreneurs et présenté les résultats de leur activité : une production diversifiée de tissus bon marché, soutenue par le jeu constant des règlements de fabrication ; une orientation vers la basse qualité et une corporation essentielle à la structuration du territoire. Il faut maintenant étudier l’art des entrepreneurs : de l’approvisionnement en matières premières à la mise au travail des hommes et des femmes, à la ville et à la campagne, il faut saisir à la fois les facteurs de production et les hommes qui les maniaient, évaluer la culture manufacturière de la ville et voir se constituer plus précisément le groupe des entrepreneurs. Reprendre en quelque sorte les doutes de Mazzoni sur les capacité de la Toscane en réexaminant les principaux facteurs qui, selon lui, condamnaient à l’échec toute tentative industrielle dans la région.

1. Les voies de l’approvisionnement

2L’enquête de 1767 peut encore une fois être un bon point de départ : les fabricants furent alors priés d’indiquer non seulement les caractéristiques de leur production mais également les principaux centres d’approvisionnement de leur fabrique.

Des marchés non maîtrisés

  • 1 P. Malanima, 1982, p. 93. Les publicistes toscans du XVIIIe siècle étaient parfaitement conscients (...)
  • 2 Cf. notamment P. Malanima, 1982 et D. Preti, 1971.
  • 3 Cf. Barsanti D., 1987, notamment p. 166 et suivantes ; les premières expériences ont lieu à l’époqu (...)
  • 4 A.N.P., F 10 538 Bêtes à laine ; rapport de Lullin de Châteauvieux, 1812.
  • 5 Idem.
  • 6 Pagnini dressait un tableau assez accablant des méthodes d’élevage : le sol y est très humide et en (...)
  • 7 A.N.P., F10 538 Bêtes à laine.
  • 8 Idem.
  • 9 Idem, 1813.
  • 10 Idem.

3Comme l’ont déjà fait présager les réformes réglementaires, les laines espagnoles n’entraient plus depuis longtemps dans la composition des draps de Prato : la Toscane avait peu à peu perdu pied sur ces marchés au profit des centres nordiques1 et le peu de laines espagnoles qui arrivait encore prenait uniquement la direction des ateliers florentins. Prato, comme d’ailleurs tous les autres centres de production du « contado », n’utilisait pour tisser ses draps devenus de qualité commune, que les laines toscanes. En 1767, aucun fabricant ne mentionne l’achat de laines romaines dont les prix étaient nettement plus bas que ceux d’Espagne, mais la qualité supérieure à celle des laines indigènes. Sur celles-ci, la plupart des commentateurs du XVIIIe siècle ou des historiens s’accordent avec l’avis de Mazzoni2. Tous insistent d’abord sur ses mauvais rendements : tandis qu’une toison anglaise, hollandaise ou espagnole pouvait peser de huit à dix livres, les meilleurs moutons toscans ne rendaient au plus que trois à quatre livres. Encore la qualité en était-elle fort commune car très peu de moutons mérinos avaient été introduits à l’époque moderne3. Une grande différence séparait cependant les laines des moutons sédentaires, disséminés en très petits lots, vivant le long des canaux, des fossés etc.4 ; constamment exposés à l’action de la pourriture, leur viande et leur laine sont inférieures5, et les toisons des troupeaux transhumants, qui ont une supériorité très décidée en vigueur, en taille, en beauté de la toison. Les premières, très nombreuses, étaient tondues deux fois l’an, et ne pouvaient servir qu’à la production domestique ou à la fabrication de bas de gamme, voire au rembourrage des matelas. Les secondes, quoique meilleures, étaient soumises aux mauvaises conditions de pâturage en Maremme, où, l’hiver, se concentrait l’essentiel des troupeaux venus des montagnes de Pistoia ou du Casentino6. Lullin de Châteauvieux, inspecteur français envoyé sur place par l’administration napoléonienne pour recenser, observer, organiser, améliorer le cheptel, ne partageait pas entièrement la sévérité de ces jugements : la race indigène, expliquait-il,…n’a aucun caractère bien prononcé ; elle ressemble en tous points à celle de Provence… la stature médiocre et le corps bien garni de laine : l’est en tout une bonne et jolie race7, cependant inférieure à celles des Etats pontificaux ou du Piémont pour la finesse des toisons. Les propriétaires de troupeaux semblaient pourtant désormais décidés à tout tenter pour améliorer la race8. De nombreux moutons mérinos, de race piémontaise ou espagnole, avaient été récemment importés, mais beaucoup étaient morts9, à cause des mauvaises conditions de la Maremme, un pays que le ciel semble avoir maudit10.

  • 11 Suite lane toscane alla prima esposizione dei Georgofili, CAAG, XVI, 1838, p. 264-275.

4Malgré les efforts des privés et de l’administration française, la situation ne sembla pas s’améliorer considérablement si l’on en croit les considérations de Gaetano Mazzoni, qui, parcourant la Maremme au début du XIXe siècle, constatait désabusé la stagnation générale de la qualité. Les efforts se poursuivaient néanmoins, soutenus par l’Académie des Georgofili qui organisa en 1838, parallèlement à l’exposition d’Arts et manufactures, un concours des meilleures laines du Grand Duché : 16 grands propriétaires y témoignaient des tentatives incessantes pour améliorer les races et introduire les moutons mérinos en Toscane. Les académiciens en espéraient de grands résultats : nous verrons plus facilement croître en Toscane la draperie, nous verrons se perfectionner à l’infini les manufactures spécialement de draps fins, oublier ceux de Sedan, de Louviers et de tant d’autres fabriques d’outremonts qui envahissent toute notre péninsule avec leurs produits, et nous cesserons une bonne fois pour toute d’être tributaires des étrangers d’une manufacture dont… nous avons été leurs premiers maîtres11. L’ancienne gloire industrielle de la Toscane continuait à hanter certains de ses intellectuels qui ne concevaient d’autre voie que celle de la production de luxe.

  • 12 Atti del Comitato dell’lnchiesta industriale, vol. 1, II, §3.
  • 13 A.N.P., F10 538, rapport de Lullin de Châteauvieux, 1812.
  • 14 Sur ces problèmes voir D.Barsanti, 1987.

5Mais les mérinos étaient-ils réellement les sauveurs de l’élevage toscan ? Giulio Turri, répondant quelques décennies plus tard à la grande enquête industrielle, estimait au contraire que les améliorations régulièrement tentées étaient sans grand avantage, les laines toscanes étant justement renommées pour leur qualité forte et ordinaire12. Depuis longtemps, l’intérêt principal de la laine toscane n’était pas sa haute qualité mais le bon rapport qualité-prix. Lullin de Châteauvieux en témoignait au début du siècle : les laines du quatrième arrondissement sont au dessous des prix courants des marchés de France, à raison de leur qualité13. Les politiques et les intellectuels toscans ne saisissaient pas cet avantage, obnubilés par le mirage de la qualité. La véritable menace était la mise en culture de plus en plus massive de la Maremme car le blé détruisait les prés naturels et la hausse des prix de pâturage incitait à abandonner l’élevage au profit de la culture : le mal était ancien, le métayage gagnait du terrain au détriment de la transhumance14. Dans l’ensemble pourtant, les fabricants de Prato pouvaient disposer d’une laine indigène relativement variée et adaptée aux travaux de qualité modeste qu’ils fabriquaient : en effet, depuis la laine « sédentaire », de très basse qualité, qu’ils mélangeaient au lin pour confectionner les mezzelane, jusqu’aux troupeaux de la transhumance de Santa Fiora que les Mazzoni-Pacchiani employaient pour leurs bérets, la gamme des laines toscanes devait permettre de satisfaire l’essentiel de leur besoins qualitatifs. L’alarmisme de Vincenzo Mazzoni était donc sans doute exagéré.

  • 15 L. Cantini, Legislazione Toscana, vol. XXVI, p. 54-55.
  • 16 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 9/11/1818.
  • 17 A.N.P., F10 538, op.cit.
  • 18 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo 16/2/1810 parle des prix qui ont été rompus par Bianciotti de Sienne à (...)

6Il est cependant douteux que les fabricants de Prato réussissent à bénéficier des meilleurs prix, même si les voies de commercialisation et d’achat des laines restent difficiles à saisir. La tradition veut que vers mai-juin, les pasteurs rassemblés aux Mortinete effectuent la tonte tandis que les courtiers de l’Arte della Lana de Florence fixaient les prix des laines de l’année. En fait, les agents de la corporation étaient de plus en plus supplantés par les spéculateurs privés qui manipulaient à leur avantage le prix des laines. Les « marchands de la nation juive » étaient en particulier accusés, au XVIIIe siècle, « d’intercepter les laines au moment de la tonte »15. Si l’on en croit la correspondance des Mazzoni, les procédés d’accaparement et de spéculation commençaient en fait bien avant : Gaetano proposait d’envoyer dès le mois de février un homme de confiance sur les lieux de pâtures pour verser les avances nécessaires, le solde définitif advenant en mai16. Lullin de Châteauvieux décrivait également de petits marchands qui courent le pays et arrhent d’avance (les laines) aux bergers17. Les prix de l’année semblaient se fixer lors de certaines foires, notamment celle de Caldana en Maremme qui se tenait en février, soit deux mois avant la tonte18. Il n’était plus question alors des « Mortinete ». En 1767, un seul fabricant déclarait se pourvoir en laine sur cette place.

  • 19 D. Preti, 1971, p. 808 qui estime que le prix de « rupture » des laines avait touché ses pointes ma (...)
  • 20 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/5/1812 : dans les temps passés on pouvait envoyer de La Toscane en S (...)
  • 21 L’expression est de Vincenzo Mazzoni.

7Les fabricants ne semblaient pas avoir de contacts directs avec les pasteurs ou participer aux premiers achats effectués sur les lieux de tonte. Au contraire, ils déclaraient pour la plupart acquérir les laines à Sienne et Montalcino, ce qui laisse penser qu’ils les achetaient en seconde main aux marchands de ces villes. C’est du reste ce qu’allaient continuer à faire les Mazzoni. Il est donc plus que probable que les lanaioli de Prato furent victimes, comme beaucoup d’autres, des hausses en partie spéculatives du XVIIIe siècle19. A partir du règne de Pierre Léopold, l’autorisation d’extraction des laines accrut leurs problèmes dans la mesure où les prix relativement bas attiraient les spéculateurs. Les négociants de Livourne et de Turin, témoigne Lullin de Châteauvieux… commissionnent ces laines pour les revendre aux fabricants piémontais et dauphinois. Les toisons toscanes partaient également vers la Suisse et l’Allemagne20. Les fabricants de Prato, comme tous les autres Toscans, devaient maintenant faire face à une situation concurrentielle. Si les étrangers avaient un besoin pressant de laines, les prix s’envolaient… et les fabricants régionaux « soupiraient »21 devant leurs difficultés et leur impuissance. Dans ce cas, il fallait aller chercher ailleurs : ils pouvaient s’approvisionner à Rome où les laines morette correspondaient à une qualité inférieure dont le prix et les caractéristiques convenaient aux fabriques de Prato, ou se tourner vers Livourne où toutes sortes de laine arrivaient. Les laines « barbaresques » et turques en particulier étaient, dès le XVIIIe siècle, de plus en plus prisées en raison de leur prix abordable. De plus en plus, il fallait jouer sur différents tableaux, décider sans être maîtres des marchés. L’approvisionnement en laine représentait donc une des sources d’incertitudes de la fabrique de Prato : les fabricants disposaient certes d’une matière première régionale adaptée à leur production, mais n’y ayant accès qu’indirectement, ils n’avaient aucun moyen de contrôle des prix.

  • 22 S.A.S.P, Arti 40.
  • 23 Idem.

8Leur maîtrise des approvisionnements en fibres végétales n’était pas plus grande. Ici peu d’alternatives : le lin et le coton arrivaient de Livourne, le chanvre de Bologne. Approvisionnement, qualités, prix étaient en mains étrangères. Les plus gros consommateurs de chanvre entretenaient des liens directs avec les marchands de Bologne, tandis que les fabricants plus modestes se servaient auprès des voituriers qui transportaient à dos de mule cette matière première dont l’écoulement s’effectuait sans problème une fois passés les monts. Le commerce du lin, lui, se fai(sai)t directement par les Alexandrins qui envoient leurs lins… à Livourne à des amis qui le vendent pour leur compte22. Les fabricants regrettaient cette situation et proposaient d’envoyer quelques députés négociants des communautés dans lesquelles on fait usage des lins étrangers pour qu’ils aillent directement à Alexandrie pour s’approvisionner de la quantité de lin nécessaire à la consommation de leurs communautés respectives…23. Se passer d’intermédiaires en promouvant l’union des communautés utilisatrices était bien dans l’esprit communautaire de Prato mais ce rêve ne serait jamais concrétisé. Les fabricants n’avaient donc pratiquement aucun contrôle de ce qui constituait désormais leurs principales matières premières.

  • 24 S.A.S.P, Comunale 704, 9/7/1812.

9La dépendance vis-à-vis des productions et des marchands étrangers était d’autant plus totale que les possibilités d’approvisionnement sur place étaient très faibles. En effet, le lin cultivé de façon relativement diffuse sur le territoire de Prato, servait « à l’usage propre des particuliers qui le font cultiver24. Les fabriques de toiles, précisait-on alors ne ressentent de cette culture aucun aliment. L’intégration entre secteurs agricoles et industriels au sein même du territoire de Prato était donc à peu près absente, sauf dans le cadre de l’économie domestique métayère.

Une fabrication à crédit ?

10Un fabricant qui aurait étendu sa production à toute la gamme des draps et toiles existant alors à Prato devait développer dans trois grandes directions ses relations d’affaire pour assurer l’approvisionnement régulier de son entreprise : Sienne et les autres places de vente de la laine toscane, Livourne pour les lins et le coton, Bologne pour le chanvre. Les relations financières que les fabricants entretenaient avec leurs fournisseurs variaient de place à place.

  • 25 Cet équilibre fut théoriquement rompu par l’autorisation d’extraction et sans doute le troc cessa p (...)
  • 26 S.A.S.P, Arti 40.

11De l’aveu de tous, une partie seulement des laines était payée comptant, le reste, à terme de quatre à huit mois, était souvent compensé directement en draps : une partie des échanges obéissait encore aux lois de l’économie de troc. Trop souvent considérée comme archaïque, elle présentait en fait pour les fabricants des avantages certains. Le premier était bien entendu de ne pas devoir débourser entièrement le montant des matières premières, ce qui leur permettait de s’approvisionner même avec un capital circulant réduit. Dans le même temps, une partie de leur production trouvait ainsi preneur sans grand effort. Il se créait de cette façon des flux d’échanges régionaux qui voyaient « remonter » les laines de la Maremme vers Sienne puis vers Prato et y affluer au contraire les produits finis, tout cela en dehors des marchés, des boutiques ou des foires… Même si nous ignorons comment se fixaient les prix respectifs de la laine et des draps, il est douteux que de trop grands déséquilibres se soient créés entre matières premières et produits finis tant que les fabricants toscans restaient les principaux, sinon uniques, acheteurs des laines toscanes. Tout poussait ainsi à contenir à la fois le prix de la laine et celui des draps. S’il se créa un équilibre, ce fut celui de la médiocrité, des laines comme des produits finis25. Apparemment, rien de tel n’existait dans les échanges de lin ou de coton. Les fabricants qui témoignaient en 1767 affirmaient que les achats étaient pour la plupart effectués en argent comptant ou avec un délai de deux mois26 : un terme relativement court, qui impliquait une sortie importante et rapide de capital.

12En fait, et en dépit de ces déclarations, peu de fabricants de Prato semblent effectivement avoir fait les frais de l’achat au comptant des matières premières. Le maire de l’époque napoléonienne, Niccolò Mazzoni, témoignait des pratiques qui avaient contribué à « faire tourner » l’industrie de Prato :

  • 27 S.A.S.P., Comune, 705, lettre du maire, 2/10/1813.

Qui ne connaît pas dans tous ses moindres détails les ressources de cette ville et son genre de commerce ne peut s’en former une idée juste et précise. Tout le nom qu’elle s’est acquise en matière de commerce les années passées, elle le doit plus au crédit que lui faisaient les principales places de commerce des matières premières qu’à l’emploi de ses propres fonds. En général tous ces trafiquants ne faisaient que faire tourner les commerces ou les capitaux des étrangers. Bologne créditait les chanvres ; Livourne toutes les denrées coloniales, lins, coton etc ; Sienne toutes les laines pour des sommes considérables. Les marchands qui ont des capitaux propres correspondant à leurs trafics sont à peine dix ou douze. De ceci découle la vérité douloureuse à confesser, mais vraie, qu’on a travaillé beaucoup les années passées favorables au commerce, mais que le profit majeur est passé aux étrangers et la plus petite partie nous est restée27.

13Ainsi, la majorité des entrepreneurs de la ville travaillait grâce aux créances des marchands. En l’absence de capitaux propres importants, ce fut une condition primordiale du renouveau du XVIIIe siècle, qui démontre la dépendance de la fabrique vis à vis du négoce. Cependant, l’opération ne profitait pas qu’aux places étrangères : lors des bonnes années, les impannatori habiles réussissaient à faire de bonnes opérations et à accroître leur patrimoine initialement réduit, quitte à être les premiers touchés lorsque la confiance disparaissait.

14Il est donc faux de croire que l’industrie des produits de basse qualité ne se développe que là où elle bénéficie de matières premières proches facilement accessibles et là où existe une bonne intégration entre production agricole et production industrielle. Les voies de l’approvisionnement de Prato démontrent au contraire que même dans ce textile de bas de gamme, les relations peuvent s’étendre relativement loin. Et s’il existe une intégration entre secteur agricole et secteur industriel, ce n’est pas forcément celle que l’on croit : en effet, les circuits de matières premières semblaient aller ici plutôt des boutiques vers les chaumières, à en croire les nombreuses déclarations de fabricants affirmant revendre en boutique le lin ou le chanvre prêts au tissage. Une partie de la production de draps et de toiles à usage domestique tirait ainsi sa matière première du circuit commercial local, démontrant que la sphère de l’autoproduction n’était pas hermétique à celles des échanges.

2. Les territoires de la manufacture

15Une fois acquise la matière première, l’œuvre de fabrication commençait. Au temps de Datini comme au temps de Mazzoni, la division territoriale des opérations manufacturières fut une préoccupation constante. Comme à peu près partout à cette époque, la maison de fabrique, tout en étant le cœur du système, n’était qu’une maison d’habitation, le plus souvent louée à quelque institution religieuse, agrémentée de pièces servant au stockage des matières premières, des filés et généralement d’une boutique. Pour aider le fabricant et sa famille, un ou deux commis, autant de garçons de boutique, le strict nécessaire pour assurer la cohésion et le bon déroulement des opérations.

Ville et campagne dans les équilibres de la fabrique

16Préparer la laine à la filature, cela voulait dire la laver, la battre, la trier, diviser l’étaim de la laine, en enlever toutes les impuretés, la peigner ou la carder. C’était en ville que s’opérait l’ensemble des premières transformations. Si les fabricants faisaient en général laver eux-mêmes la laine, ils la confiaient ensuite aux battilani, des hommes qui travaillaient à domicile, au service de plusieurs marchands. A la fois batteurs et cardeurs ou peigneurs de laine, ces ouvriers étaient les principaux acteurs de cette première phase des opérations et ils avaient acquis à Prato une importance inconnue ailleurs, semble-t-il. Pour le lin et le chanvre, les opérations essentielles étaient également le peignage préparatoire à la filature. Comme pour la laine, cette préparation était effectuée en ville.

Carte 6. L’AIRE DE LA FILATURE DE PRATO EN 1767 UN ESPACE HIÉRARCHISÉ

Carte 6. L’AIRE DE LA FILATURE DE PRATO EN 1767 UN ESPACE HIÉRARCHISÉ

Source : S.A.S.P,. Arti 40 A.S.F.,
Segreteria di gabinetto, 106
Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

  • 28 F. Melis, 1960, p. 19-24.
  • 29 G. Gayot, 1998, p. 141-142.

17C’est avec la filature que la laine sortait pour la première fois de la ville. Dès l’époque de Datini, la filature s’étendait fort loin en dehors des murs de la ville28. Les fabricants du XVIIIe siècle avaient hérité de ces réseaux tout en les amplifiant. Les réponses à l’enquête de 1767 permettent de cartographier le rayon d’influence de Prato : une ample zone rurale où les fabricants envoyaient le lin, le chanvre, la laine et l’étaim pour en retirer les fils de leurs draps et de leurs toiles. Depuis le val d’Arno inférieur, jusqu’à Figline et S. Giovanni Valdarno, du Casentino aux montagnes du Mugello, à celles de Pistoia et jusqu’au Chianti, la zone d’action des fabricants de Prato était décidément très ample et comprenait une bonne part de la province de Florence. Beaucoup de relations s’accordaient à appeler « misérable » la main d’œuvre qui travaillait pour les manufactures mais il fallait aller la chercher bien loin, pour des raisons tenant à la nature de l’occupation agricole et aux possibilités d’intégration entre occupation de la terre et travail domestique : chercher et trouver la main-d’œuvre disponible était tâche ardue29, et la concurrence rude.

Des manufactures rivales

  • 30 A.S.F., Segreteria di finanze anteriore al 1788, 1104, ins. 8.
  • 31 Idem.

18Les entrepreneurs de Prato devaient se mesurer au plus proche avec la recherche d’autres manufacturiers, tout aussi avides qu’eux de bras. Se situant dans le contado de Florence, ils devaient d’abord affronter ses marchands-fabricants. La compétition était rendue en partie inégale à cause du privilège législatif dont jouissaient les manufacturiers de la capitale : en effet, une loi de 1727 – dernière décision des Médicis en faveur de leur ville – interdisait aux lanaioli de campagne d’envoyer leur fil à filer dans les territoires de Vicchio, San Godenzo, Dicomano et Loro où se trouvaient les fileuses les plus expertes, lesquelles étaient pour ce motif réservées pour le fil des lanaioli de Florence30. Ce privilège de première importance accordait l’exclusivité des meilleures mains aux manufacturiers de la capitale qui regardaient ainsi comme une chasse gardée une ample portion du territoire rural. Mais les jours de ce privilège étaient comptés, les drapiers de Florence n’étant plus assez forts pour obtenir le maintien de telles restrictions. La loi de 1738 brisa les dernières résistances : il fut interprété que l’exclusivité susdite se terminait… si bien que les femmes des lieux susnommés traitant les fils ordinaires ont perdu cette perfection quelles avaient dans la filature31. Destinées à toucher les cœurs des fonctionnaires toujours avides de perfection des manufactures, ces protestations étaient désormais vaines : Florence perdait peu à peu le contrôle de ses propres territoires. Ils devenaient donc un terrain d’affrontement des manufacturiers de tous les petits centres ruraux.

19C’est bien eux que devaient maintenant redouter les entrepreneurs de Prato, car tous cherchaient des fileuses, des tisseuses, et ils n’étaient pas forcément prêts à accueillir sur leurs terres des étrangers. La croissance de multiples petits centres de fabrication signifiait l’occupation au plus proche de l’éventuelle main-d’œuvre disponible pour ces travaux. S’ils voulaient chasser sur ces territoires, les manufacturiers de Prato devaient encore une fois réussir à se glisser dans les interstices, profiter de toutes les occasions de passer des compromis, d’affirmer leur dynamisme, de convaincre. Ils y réussirent finalement très bien puisque l’enquête de 1767 montre que leur aire d’influence s’étendait désormais fort loin de la ville. A regarder la carte, on peut même parler d’une influence régionale de Prato : toute la partie nord de la Toscane, celle où se concentrait l’essentiel des manufactures, était potentiellement à leur service.

  • 32 Cf. les écrits sur la proto-industrie et notamment P. Kriedte, H. Medick, J. Schumbohm, 1984, p. 53 (...)

20Mais quel type de main d’œuvre y rencontraient ses manufacturiers ? Les entrepreneurs purent-ils se tourner vers les campagnes pour trouver ce « réservoir de main-d’œuvre presque illimité », et surtout à bon marché, qui permit l’expansion de nombreuses industries au XVIIIe siècle32 ? Avant toute chose, il faut tenter d’évaluer l’offre de travail avec l’œil de l’entrepreneur. Les évolutions ayant été relativement lentes en ce domaine, nous ferons l’estimation pour le XVIIIe siècle et une bonne partie du XIXe siècle.

Dans les campagnes : la mezzadria

  • 33 G. Biagioli, 1990, p. 10.
  • 34 G. Biagioli, 1981, p. 86.
  • 35 Cf. notamment P. Malanima, 1982, p. 64-70.
  • 36 Cf. notamment G. Giorgetti, 1977a et Mirri, 1981, p. 94.

21Depuis le XIIIe siècle, la mezzadria continua sa démarche de conquête du territoire33, au point de devenir au XVIIIe siècle une donnée centrale de l’économie toscane34. Or la mezzadria a souvent été considérée comme un frein à l’extension rurale des activités secondaires35 : en effet, le système de culture était extrêmement strict, tout le temps et tous les bras de la famille devaient être constamment employés à la culture variée des terres36, rendant très difficile l’intégration d’activités extra-agricoles dans le temps plein des métayers. Le seul travail textile que les familles accomplissaient était destiné à satisfaire leurs propres besoins puisque le modèle du métayage valorisait l’auto-subsistance. Ainsi la mezzadria, en entravant la diffusion du travail industriel dans les campagnes, aurait limité les possibilités d’affirmation d’industries secondaires compétitives, utilisant des bras à moindre prix : obligés de se contenter de la main-d’œuvre des villes ou contraints à aller chercher trop loin les bras, les manufacturiers risquaient de se heurter à l’incompressibilité de leurs coûts de fabrication.

  • 37 Un certain nombre d’études ont déjà renouvelé le problème ; voir notamment le numéro 11 de la revue(...)
  • 38 C. Pazzagli, 1989, p. 135-230.
  • 39 C. Pazzagli, 1989, p. 176.
  • 40 Paroisses de Tavola, San Giusto, Cafaggio et Soccorso.
  • 41 Idem, p. 182.
  • 42 C. Pazzagli, 1989, p. 183.

22Les entrepreneurs de Prato réussirent-ils à résoudre le problème37 ? Au plus près de Prato, le territoire de la ville a déjà été remarquablement étudié par C. Pazzagli38. Bien que son étude concerne le XIXe siècle, nous pouvons courir le risque de prendre ses résultats pour référence. La mezzadria domine alors largement le territoire de Prato qui se trouve au cœur de sa traditionnelle zone d’implantation : les noyaux métayers représentaient plus de 73 % du total des familles paysannes,… 77 % si l’on considère le nombre total des composants39. A partir du recensement de 1841, C. Pazzagli a étudié les activités des différents membres de ces familles dans un certain nombre de localités40 : si 1,4 % des hommes adultes avaient alors une activité différente de celle du chef de famille41, 42,5 % des femmes de familles métayères déclaraient une activité autre que l’agriculture42. L’adoption progressive par les familles métayères de la pluriactivité par le biais du travail féminin était désormais bien avancée.

23Parmi les différentes activités exercées, la paille désormais dominait, forte d’une grande capacité d’adaptation aux rythmes et aux temps de l’agriculture, et d’un savoir-faire vite acquis. Malgré tout, la place du textile n’est pas négligeable, surtout si l’on considère les contraintes plus importantes qu’il suppose.

Graphique 19. Occupations extra-agricoles des femmes de familles métayères, 1841

Graphique 19. Occupations extra-agricoles des femmes de familles métayères, 1841

Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 183.

  • 43 « L’agriculture métayère du territoire de Prato, bien que se manifestant dans ses formes typiques, (...)

24Le monde des familles métayères n’était donc pas si clos qu’on l’a dit. Ces résultats semblent même indiquer que l’ouverture était devenue une caractéristique de la population du territoire de Prato43. Bien sûr, le travail des fibres était loin de constituer l’activité dominante, mais son existence montre que les entrepreneurs avaient été capables d’y faire consentir un milieu a priori étranger. Même si aucune source comparable au recensement de 1841 ne permet de s’en assurer, ce mouvement des femmes métayères vers des activités complémentaires avait dû commencer au XVIIIe siècle car l’industrie textile se trouvait au XIXe siècle dans une situation de repli face à l’industrie envahissante de la paille.

25Mais, malgré ces petites conquêtes de main d’œuvre dans les campagnes métayères, les lanaioli ne pouvaient compter sur l’offre de travail de ces familles pour fournir les gros bataillons nécessaires à la filature, d’autant que le tissage y apparaissait plus répandu que la filature. Il fallait donc chercher ailleurs.

Une offre de travail rurale fragmentée et diversifiée

  • 44 C. Pazzagli, 1989, p. 181.

26Poursuivant avec C. Pazzagli la visite des campagnes du territoire de Prato, il faut maintenant frapper aux portes du quart des familles paysannes qui n’était pas métayères, mais propriétaires ou locataires de terres : malgré des statuts différents, ces familles n’étaient généralement pas autosuffisantes et devaient donc rechercher des formes de revenus complémentaires44 De fait, 25,8 % des hommes non chefs de famille et 61,8 % des femmes déclaraient une activité extra-agricole. Paille et textile dominaient bien sûr toujours.

Graphique 20. Activités non agricoles des femmes de familles paysannes non métayères, 1841

Graphique 20. Activités non agricoles des femmes de familles paysannes non métayères, 1841

Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 183.

  • 45 C. Pazzagli, 1989, p. 178.

27Dans le textile, le tissage venait une nouvelle fois en tête, – témoignage de la diffusion rurale dans le territoire proche de Prato de cette activité –, alors que la filature restait relativement peu représentée. On la trouvait par contre dans les familles de salariés dont le poids démographique était comparable à celui des métayers : 935 familles contre 979 de métayers45. Sous cette dénomination générale se trouvaient en effet tous les braccianti, pigionali, operanti : un ensemble varié dont la caractéristique commune était d’employer leurs propres bras au service des autres… contre un revenu proportionné au travail qu’ils exécutent. Parmi cette population, plus de 85 % des femmes se livraient à une activité extra-agricole.

Graphique 21. Activités extra-agricoles de familles de salariés ruraux, 1841

Graphique 21. Activités extra-agricoles de familles de salariés ruraux, 1841

Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 183.

  • 46 C.A. Corsini, 1989, p. 353 fait lui aussi remarquer ce phénomène, d’ailleurs courant en Toscane.

28La filature occupait cette fois plus de 20 % des femmes et témoignait de la relative déqualification de ces familles dans lesquelles les femmes justement dominaient, à l’inverse de ce qui se passait dans les familles « paysannes ». Un système de vases communiquants entre les maisons isolées, les habitats groupés et la ville, alimenté par les flux d’une émigration à court rayon des femmes provenant des familles métayères (semblait exister)… et cela pourrait se relier au crédit tout particulier qu’a dans cette aire, dans l’optique du travail de la laine et de la paille, la main d’œuvre féminine. Un mouvement d’expulsion des femmes des métairies vers les bourgs existerait donc46. De fait les bourgs constituaient des lieux d’agglomération de plus en plus dynamiques d’une importante population rurale non agricole, un trait spécifique ou particulier de l’identité territoriale de Prato.

Graphique 22. Population du contado au-dessus de 11 ans, 1841

Graphique 22. Population du contado au-dessus de 11 ans, 1841

Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 179.

  • 47 C. Pazzagli, 1989, p. 142.
  • 48 Le rôle des bourgs et des familles de pigionali, braccianti, etc. dans les activités secondaires on (...)

29Si les mezzadri dominaient le monde agricole (73 % des familles paysannes comme nous le rappelions plus haut), plus qu’un tiers des familles du contado n’apparaissait plus directement et strictement lié à la terre47. Les bourgs, lieux de concentration de femmes et de pauvres, mais aussi d’artisans, devaient donc constituer les principaux centres de recrutement d’une main-d’œuvre prête à s’engager dans les travaux industriels capables d’apporter d’utiles revenus à des familles qui en manquaient parfois cruellement. Des bourgs qui, aux abords de la ville surtout, connaissaient une croissance rapide, sans doute en rapport avec la possibilité d’y trouver des revenus de complément48. Si une telle situation caractérisait le milieu du XIXe siècle, on peut à nouveau penser qu’elle résultait d’une évolution antérieure.

  • 49 Du reste, A. Dewerpe, 1985, p. 355 et suivantes constate lui aussi que l’offre de travail en Italie (...)

30Est-ce à dire que les entrepreneurs textiles de Prato pouvaient trouver l’ensemble de la main-d’œuvre dont ils avaient besoin dans les campagnes environnantes ? Nullement. Certes, contrairement à ce qui a été souvent affirmé pour le reste de la Toscane, l’intégration entre travail agricole et occupations industrielles n’était pas exceptionnelle dans le territoire de Prato et elle se faisait d’abord et avant tout par les femmes. Mais on est toutefois loin d’une « offre de travail » « presque illimitée »49. A faire des comptes un peu illusoires et périlleux à partir des pourcentages de femmes employées dans les activités textiles rapportés à la population féminine de chaque catégorie, on obtient en effet des chiffres somme toute modestes : un peu moins de 1000 tisseuses se trouveraient dans le territoire de Prato en 1841 et seulement 675 fileuses. Ces chiffres, répétons-le, n’ont sans doute qu’un rapport très éloigné avec la réalité, mais ils indiquent cependant que l’essentiel de la main d’œuvre de la manufacture n’était pas là.

  • 50 S.A.S.P., Comune, 703, 7/12/1809.
  • 51 Une étude approfondie des structures sociales de ces bourgs montrerait sans doute des évolutions à (...)

31Le maire de l’époque napoléonienne l’avait en fait déjà rappelé :… tous les fils de lin, chanvre, laine, dont ont besoin nos manufactures se font, se tordent et se blanchissent non seulement dans l’extension de cette commune, et spécialement dans la partie montagneuse, mais aussi dans les châteaux voisins et dans beaucoup de villes de la Toscane50. Les entrepreneurs devaient donc aller chercher leur main d’œuvre bien au delà de la ville et de son territoire, vers une région diversifiée où s’étendaient d’amples zones rurales, réputées misérables, prêtes à s’engager dans des activités industrielles, compléments cette fois souvent indispensables d’une agriculture pauvre et insuffisante à nourrir toutes les bouches. C’étaient avant tout des zones de montagne, le Mugello proche, le Casentino plus lointain, les montagnes de Pistoia où la récolte des châtaignes et l’émigration saisonnière vers la Maremme s’avéraient nécessaires à la survie des communautés. Point de doute que là on y accepte n’importe quel travail pourvu qu’il permette de joindre le bout de l’année. Les fabricants de Prato trouvaient dans cette population, lointaine mais peu exigeante, un autre réservoir de main-d’œuvre. Mais ce n’était pas tout : ils faisaient également appel aux communautés voisines, en particulier aux habitants des gros bourgs proches qui jalonnaient la route de Prato à Florence. Campi, Sesto surtout, avaient des bras disponibles pour le travail manufacturier. Ces villages, longtemps sous l’influence directe de Florence, paraissaient de plus en plus liés à Prato, conséquence du déclin de l’une et du dynamisme de l’autre51.

32Ainsi, l’offre de travail rural dont ont pu bénéficier les entrepreneurs au fil du temps a été variable en nombre, en qualité et en régularité : des femmes du lointain Casentino, aux tisseuses des bourgs proches de la ville, on passait de relations incertaines et épisodiques à des liens plus serrés et plus fidèles. Les gens des montagnes ou les mezzadri étaient moins sûrs, main-d’œuvre d’appoint, facilement attirée par d’autres activités, en particulier la paille au XIXe siècle, facilement congédiée. Mais avec le temps, des habitudes, de nouvelles mœurs avaient fini par se créer, particulièrement dans les bourgs, ces maillons d’une chaîne économique et sociale reliant de plus en plus solidement la ville aux campagnes les plus reculées.

Un espace de travail hiérarchisé

33A Prato comme ailleurs, les entrepreneurs s’efforcèrent d’aménager la répartition du travail en fonction de l’importance des opérations à exécuter et de la qualité de la main d’œuvre. Ils firent de leur mieux, à leur manière, c’est à dire en ne perdant jamais de vue la nécessité de faire toutes les petites économies possibles.

  • 52 P. Malanima, 1982, p. 209 et W. Endrei, 1971, p. 1293.

34A l’intérieur de la grande aire de la filature, existaient en fait une hiérarchie et une division internes très nettes. La laine cardée, servant à la trame, était exclusivement filée dans les villages de Sesto, Settimello et dans la campagne environnante : ce rayon d’une quinzaine de kilomètres permettait un contrôle plus facile des travailleuses qui venaient en personne à la boutique prendre et rapporter la matière première et pouvaient donc encourir les remontrances directes des fabricants en cas de mauvais travail ou de vol. La laine de la trame était en effet la plus fine, celle dont la filature requérait le plus de soin et d’attention, celle aussi qui était payée le plus cher. Les fabricants avaient par conséquent soin de ne pas l’envoyer trop loin et d’éviter ainsi de la faire manipuler par un trop grand nombre d’intermédiaires ; la forte valeur ajoutée a rarement été laissée sans surveillance. Cette filature s’effectuait dès le XVe siècle à l’aide du rouet, et bénéficiait donc de l’augmentation de productivité qu’avait suscité l’introduction de ce nouvel outil52. Rien de tel pour la filature de l’étaim, du lin, ou du chanvre : la quenouille et le fuseau avaient maintenu intact jusqu’au XVIIIe siècle leur domination ancestrale, les matières premières parcouraient cette fois de nombreux kilomètres avant de trouver les mains qui les transformeraient, il n’était plus question que les fileuses aillent les chercher elles-mêmes. Les fabricants de Prato recouraient alors, comme les Florentins, à divers « amis » et correspondants : disséminés dans les bourgs de la campagne toscane, ils recevaient les écheveaux des voituriers et se chargeaient ensuite de les distribuer dans les campagnes, de récupérer le fil et enfin de le renvoyer à Prato ; ce système était d’autant plus coûteux que s’élargissait la zone de la filature. Dans ces conditions, elle apparaissait ici comme ailleurs l’une des phases les plus problématiques de la transformation, démontrant les limites du système de travail à domicile.

  • 53 Cf. P. Malanima, 1986.
  • 54 Cf notamment Kriedte P., Medick H., Schlumbohm J., 1993 et 1996.

35Contrairement à la filature, les femmes de la ville étaient les premières embauchées pour le tissage. La répartition des métiers en 1767 indique nettement cette prépondérance citadine : 1115 métiers étaient alors recensés à l’intérieur des murs contre 106 dans les faubourgs et 582 dans la campagne environnante, dont 42 seulement étaient censés travailler pour les marchands de la ville. La prépondérance urbaine apparaissait ainsi inchangée depuis le Moyen-Age, caractérisant l’industrie de Prato53. L’absence d’ex-urbanisation aurait ainsi constitué une différence majeure avec les situations proprement proto-industrielles des pays du Nord. Mais depuis l’élaboration du modèle proto-industriel, ses auteurs sont en partie revenus sur leurs définitions et ont, avec bien d’autres, reconnu l’importance maintenue de nombreuses villes dans la production54.

  • 55 A.S.F., Miscellana di finanza, 4, 467, Prato, 29 septembre 1767.
  • 56 S.A.S.P., Arti 40.

36Tout le tissage n’était cependant pas citadin : selon le provveditore de la corporation, dans les temps passés, les métiers de draps de laine dépassaient à Prato le nombre de 50, et…à présent on y trouve seulement 32 tisseuses, desquelles il n’y en a que seize qui travaillent a folate, c’est à dire un peu oui et un peu non, et presque toutes, à l’exception de deux ou trois se lamentent quelles ne trouvent pas de marchands qui leur donnent du travail55. Les tisseuses de la ville ne s’attachaient en effet, en grande majorité, qu’à la fabrication des tissus les plus économiques, notamment les mezzelane. Pour ce qui est des draps étroits de laine, le travail se fait presque entièrement en dehors de la ville et du district mais bien à Sesto et à Campi56, c’est à dire dans la zone où étaient filées les laines de la trame. Les statuts de la corporation avaient entériné cette sortie hors des murs du tissage, nous l’avons dit. Ainsi avait été reconnue l’importance pour cette opération de la main d’œuvre des gros bourgs voisins, décidément très liés aux activités industrielles.

  • 57 S.A.S.P., Arti 40.

37Dans le tissage également le lanaiolo opérait donc une répartition des tâches : dans la ville, la fabrication des tissus mixtes, à l’extérieur, les draps de laine. Or, bien que minoritaires, les draps continuaient de représenter une part non négligeable de la valeur totale produite et il n’est donc pas indifférent qu’on en ait confié la fabrication au dehors, dans les bourgs. La raison de ces localisations diversifiées ne semblait pas résider dans une quelconque différence d’aptitudes techniques de la main d’œuvre, mais bien plutôt pour quelque sorte d’économie des marchands57. Peser soigneusement les coûts salariaux et les frais de fabrication, à la ville et aux champs, c’était en effet la tâche principale des entrepreneurs.

3. Réduire les coûts de production… et la qualité

38Abaisser les coûts de production, cela voulait dire pour le lanaiolo être en mesure de tirer le maximum de bénéfice de la fabrication, cela signifiait aussi être en mesure de contenir les prix de vente et de s’insérer ainsi dans la sphère medio-basse des échanges qu’il avait désormais fait sienne sous la poussée des conditions du marché. Après le mélange des laines, le jeu sur les rétributions de la main d’œuvre était le second secteur d’interventions des fabricants.

Rétributions et qualité du travail

  • 58 Statuto dell’Arte della Lana, 1542.

39Les rétributions des différentes manufactures étaient normalement fixées par les statuts de l’Art, mais les possibilités de tourner la réglementation étaient multiples. La plus courante était de payer tout ou partie des façons en nature : un système classique de truck-system dont toutes les places drapières européennes avaient éprouvé les avantages et les inconvénients. Ici comme ailleurs, les fabricants y trouvaient le moyen d’éviter les sorties d’argent comptant trop importantes que nécessitait le paiement des manufactures. La survie et les bénéfices de l’économie de troc se manifestaient également dans ce domaine. Cette pratique, généralisée à tous les stades de la fabrication, avait même été codifié par le nouveau statut de la corporation en 1542 : aux manufacturiers, travailleurs, purgeurs, fouleurs, teinturiers, tisseurs, ourdisseurs, tondeurs, et ceux qui donnent le savon et les autres manufacturiers… librement les maîtres de boutique peuvent en paiement habituel, comme c’est la coutume et il se fait aujourd’hui, leur donner toutes sortes de draps en pièces ou en morceaux58.

  • 59 S.A.S.P., Arti 71.
  • 60 Ainsi, les procès nous informent sur la généralisation de la rétribution en nature qui se pratiquai (...)

40En 1767, cette pratique était en vigueur pour l’ensemble de la filature : partout, les marchands de Prato payaient tout ou moitié du travail en draps. Le montant théorique des rétributions a donc peu à voir avec le coût réel des opérations. La pratique était semblable pour la rétribution du tissage des mezzelane : on a l’habitude et la pratique de donner en comptant deux lires et le reste en nature chaque 120 bras59, reconnaissaient les fabricants en 1763. Ce salaire était bien inférieur à celui des tisseuses de draps pure laine, qui étaient pourtant elles aussi soumises à la rétribution en nature. L’économie de troc était donc encore fondamentalement au centre des rapports de production60, et sa signification dépassait le calcul ponctuel de l’intérêt du fabricant. Ce mode de rétribution alimentait des réseaux secondaires d’échanges à l’intérieur de la ville ou des campagnes, les fileuses, tisseuses, etc. revendant sur place le surplus de draps dont elles n’avaient pas l’usage. Les statuts de la corporation avaient d’ailleurs reconnu et accepté ces reventes d’étoffes effectuées par des personnes certes non immatriculées, mais qui pouvaient prouver la légalité de la provenance.

  • 61 L. Dal Pane, 1944, p. 453.
  • 62 A.S.F., Comunità autonome e soggette, 664.
  • 63 D. Preti, 1971, p. 806.

41L’unique condition que posaient les règlements à ce troc de travail et de draps était de respecter le juste prix des deux termes de l’échange. C’est évidemment ce à quoi contrevenaient les fabricants de Prato comme de Florence, car le truck-system a toujours été vicié par une anticipation, à la hausse ou à la baisse, du cours des marchandises données en échange du travail. Les membres de la communauté de Pratovecchio, où les fabricants de Prato envoyaient leur étaim à filer, dénonçaient aux enquêteurs de 1767 ces manipulations :…il payent en draps qui sont évalués 6 sous et 8 deniers le bras en plus du prix commun des boutiques voisines61. La communauté de Prato témoignait elle-même de la pratique introduite de payer les ouvrières tisseuses, fileuses et autres artisans avec des marchandises, grains, et parfois avec des prix impropres, et parfois avec le but de faire des gains sur ce payement en retournant prendre la même marchandise donnée, et bien que cela arrive bien souvent presque dans le même temps que le payement, si bien que la marchandise donnée en payement ne passe même pas dans les mains de l’ouvrier62. Les tisseuses, victimes de ces salaires hautement flexibles versés en draps à cours forcé, l’étaient également par le tarif à la pièce tissée resté fixe malgré l’allongement des chaînes. Elles n’avaient aucune échappatoire puisque les fabricants florentins agissaient de même, provoquant les contestations aussi exaspérées qu’inutiles de la main d’œuvre63. A la malhonnêteté des fabricants, il ne restait plus qu’à répondre sur le même terrain.

  • 64 Nous y reviendrons dans le chapitre 6.

42Aussi les travailleurs tentaient-ils de se faire justice eux-mêmes. Pour tenter de récupérer les pertes salariales qu’ils subissaient, ils se livraient aux vols de laine et au mauvais travail, deux réponses du pauvre en forme d’assurance et de réparation, qui devinrent deux maux permanents des manufactures de Prato. Ces pratiques s’expliquaient par la tentative de conserver un niveau de rétribution à peu près équivalent à celui fixé par les statuts malgré les pratiques de baisse des rétributions employées par les fabricants. A suivre les lamentations des Mazzoni, les battilani, payés à la tâche, tentaient de travailler le plus de laine possible et la cardaient ainsi au plus mal ; les fileuses rendaient un fil d’autant plus grossier que le prix des façons était fixé au poids sans contrôle précis de la finesse, et elles tentaient également de s’approprier une partie de la matière première ; les tisseuses battaient de moins en moins les draps et réussissaient ainsi à finir de plus en plus vite des pièces qui cependant s’allongeaient. Dès lors, il n’est pas surprenant que les défauts de fabrication soient devenus à Prato plus que des accidents malheureux et exceptionnels64.

  • 65 A.S.F, Miscellana di finanza ; A. 351 ; des témoignages identiques sur le mauvais travail de Prato (...)
  • 66 A.S.F, Miscellanea di finanza ; A. 351.
  • 67 Idem.
  • 68 Idem.

43Bien avant que Lazzero Mazzoni ne se scandalise du peu de précision des toiles qu’il recevait de Prato, beaucoup s’étaient émus des multiples défauts que présentait généralement l’ensemble des productions de la ville. En 1757 en particulier, le douanier Beaudriez, déjà rencontré, dressait un sévère réquisitoire contre les fabricants de Prato qui, à l’en croire, baignent dans Le même bouillon du travail mal fait65. Les draps ne respectaient pas les normes réglementaires et les défauts s’accumulaient dans le vaste domaine des tissus non réglementés : la chaîne des mezzelane était ourdie d’accia de chanvre qui rétrécissait rapidement et durait bien moins longtemps que le lin ou le chanvre ; les fils de cette chaîne décadente étaient multipliés outre mesure de façon que le fil de trame, formé d’une laine de basse qualité, trop léger et insuffisamment battu, ne réussissait jamais à la couvrir. Les toiles de lin ne valaient guère mieux : les abus les plus ordinaires dérivent d’ourdir d’accia de lin mêlée d’accia de chanvre, de lin et d’étoupe ; de les battre peu, inégalement et souvent plus à la tête qu’au milieu66. Les fabricants se faisaient ainsi maîtres de l’art de la fraude : on fait les lisières fortes et serrées tandis que le milieu de la toile est tissé à fil vaguant et cela avec tant d’art et de subtilité que les plus habiles sont trompés, parce que si l’on ne déroule pas le drap, la tromperie ne peut se découvrir67. Toutes les productions étaient également touchées par ces mauvaises pratiques : il y a également beaucoup d’abus et de fraudes dans la manufacture des petites pièces, vergatini et staccini68. Cette situation était d’autant plus tragique, affirmait Beaudriez, que les opérations de finition poursuivaient la suite des mauvaises manufactures que les fabricants avaient volontairement donné à leurs draps. On ne peut en effet soupçonner les lanaioli d’incapacité : c’est bien pour fabriquer au plus vite et au moins cher qu’ils s’adonnaient à ces multiples pratiques, indignes pour qui ne pensait qu’à la qualité, rentables pour eux qui connaissaient les exigences de leurs acheteurs.

Estimer les coûts de fabrication

  • 69 A.S.F., Miscellana di finanza, A ; 467 ; ces données ont déjà été utilisées et réélaborées par P. M (...)

44Si les fabricants raisonnaient sans problème sur les coûts des différentes étoffes et sur l’avantage qu’ils tiraient de chacune d’elles, il est beaucoup plus difficile pour nous de les suivre dans cette étape fondamentale de leurs calculs manufacturiers. Savoir quel était le prix de revient des draps, en connaître la structure selon la succession des opérations tient pour nous de la gageure. Aucun fabricant ne nous a laissé le calcul de ses différents frais. Des indications précieuses existent certes pour Florence69, mais aucun document direct n’a pu être retrouvé pour Prato. Il faut donc tenter de forger notre propre clé d’accès, pour réussir à comprendre les logiques mises en œuvre.

45Pour cela, nous disposons de quelques prix de façons établis pour le tissage et la purge des draps, tels qu’ils furent nouvellement fixés par la corporation en 1683, d’informations disparates sur le coût des opérations dans la finition, glanées dans les registres de procès de la corporation, et enfin des salaires déclarés aux enquêteurs de 1767 ou reconstitués par ces derniers. Nous avons essayé de regrouper l’ensemble de ces informations dans le tableau proposé en annexe. La première limite de ces données, pour nous insurmontable, est qu’elles indiquent des prix en monnaie sonnante et trébuchante qui avaient la caractéristique de ne jamais être versés intégralement. Ignorant également l’ampleur des variations des cours imposés par l’employeur dans le truck-system, notre reconstruction des coûts de production ne peut prétendre être fidèle à la réalité quotidienne mais elle peut en dessiner la tendance. C’est pour avoir souvent oublié cet écart entre normes et pratiques que de nombreux historiens ont évoqué les hauts coûts de production italiens. Or, il serait tout à fait irréaliste de prendre au sérieux les prix du tissage indiqués dans l’enquête de 1767 : la confection d’une mezzelana coûterait en effet, selon ces indications, de six à huit lires, un prix trois fois supérieur à celui réellement versé en monnaie aux tisseuses. Par ailleurs, de nombreuses données demeurent inconnues, comme le prix de toutes les opérations préalables à la filature, ou celui de la plupart des façons intermédiaires (ourdissage, épinçage, revoyure, etc.).

46Malgré ces lacunes et ces mesures imparfaites, nous avons cependant tenté de recomposer la structure des coûts des opérations fondamentales de fabrication pour trois grands types d’étoffes : les draps de laine « à usage de Prato » appartiennent à la gamme supérieure de la production de la ville, et se fabriquent en nombre limité ; les « calisses » sont au contraire au bas de l’échelle des draps de laine et sont parmi les draps les plus fabriqués, avec les « rascette » et les « rovesci » ; enfin les mezzelane, ces étoffes très bon marché, ourdies de lin et tissées de la laine la plus commune, devenues l’article-phare de Prato. Pour cette tentative de reconstitution, nous disposons de deux types d’informations : les unes, plus fiables, indiquent directement le prix des façons (tissage, apprêts, teinture) ; les autres sont le résultat de notre reconstitution à partir des données fournies par l’enquête de 1767 : l’incertitude devient alors maximum, car, répétons-le, les fabricants ne payaient jamais ces prix convenus.

  • 70 Dans des évaluations destinées à estimer les coûts de fabrication des draps militaires, les opérati (...)
  • 71 Dans ce même mémoire, le prix de la laine et celui de la filature sont systématiquement comptabilis (...)

47On note d’abord l’incidence de la matière première : elle représente à elle seule près de la moitié du coût total. Ce poste est inversement proportionnel au nombre des transformations et au prix des façons qu’on fait subir à la matière. L’analyse des coûts de production d’une mezzelana offre un bon exemple d’un tel mécanisme : si la matière première représente ici une part prépondérante de la dépense, c’est que les manufactures étaient extrêmement sommaires et que les fabricants avaient su faire jouer à leur avantage les mécanismes du paiement en nature ; ainsi la rétribution du tissage ne représente que la partie monétaire d’un salaire essentiellement compensé en draps. Tout en sachant que le truck-system était adopté pour le payement de la filature, nous avons dû nous contenter des rétributions officielles, et sans doute surévaluer la part de cette opération dans les coûts des trois types d’étoffes. Cette majoration compense largement l’absence dans notre schéma des opérations initiales du lavage, triage, cardage etc. Malgré les grandes différences entre chaque tissu, le poids de la filature semble pouvoir être difficilement comprimé puisqu’il représente une part toujours assez semblable des coûts (aux environs de 20 %). Si l’on compare ces données avec le poids de la filature d’un drap fin de Florence, on peut effectivement penser que nos calculs ont entraîné une surévaluation de cette opération ; néanmoins, l’ensemble des transformations de la laine en fil représente bien globalement un peu plus de 20 % des coûts de production70. Les données florentines confirment d’autre part que le poids de la matière première et des opérations préalables croit considérablement en même temps que s’abaisse la qualité du tissu : en effet, les chiffres fournis pour la confection d’une rascetta, qui, il est vrai, englobent indistinctement prix de la laine et de sa première transformation, indiquent cependant qu’elles concentraient plus de 78 % des coûts71. Nos chiffres disent la même chose : pour un calisse ou une mezzalana, les trois quart du coût se divise entre matière première et transformation initiale, indice de l’extrême simplicité des opérations de transformation.

48La teinture était, dans tous les cas, indispensable et représentait l’un des postes les plus coûteux de la manufacture. On saisit bien sûr la différence qui peut exister entre la teinture de douze lires appliquée à un drap, et celle trois fois moins cher d’une mezzalana. Et pourtant la teinture pèse relativement plus lourd pour cette étoffe de bas de gamme que pour les autres draps car c’est là l’essentiel de la finition qui lui est donnée. Dans le tissage et les apprêts en effet, les différences sont majeures : le tissage d’une mezzalana coûte dix huit fois moins que celui d’un drap. On mesure ainsi concrètement la différence entre la fabrication encore relativement soignée du drap et celle déqualifiée et le plus souvent décadente de la mezzalana. Le calisse paraît se trouver dans une position intermédiaire, quoique plus proche du tissu mélangé : le tissage en est rapide et permet ici encore aux fabricants de diminuer considérablement les frais par rapport aux draps.

  • 72 S.A.S.P, Arti 40.

49C’est dans la phase des apprêts que les différences sont les plus importantes. Cette fois, draps et calisse appartiennent à la même catégorie de tissu passant par le foulage et le tondage. Ils recevaient alors des façons essentielles à leur aspect et à leur vente, ce qui explique la part non négligeable de ces opérations dans l’économie des coûts. Cependant, le prix des façons comme leur incidence dans l’économie de la fabrication confirme que les draps de Prato n’avaient rien de fin. Le coût de la tonte – jamais plus de 2 % des coûts de production – indique suffisamment clairement qu’elle était ici limitée à sa plus rapide et simple exécution. Rien de comparable avec l’importance qu’acquérait à Florence cette opération dans laquelle la plus value et les coûts augmentaient proportionnellement : 13 % des coûts de fabrication, voilà ce que représentait la tonte d’un drap relativement fin, du jamais vu à Prato. Les calisses étaient traités encore plus sommairement, au point de réduire de moitié le coût de ces opérations qui ne dépassait plus cette fois le vingtième de la dépense totale. Malgré tout, les apprêts des draps de qualité inférieure restaient sans comparaison avec ceux que recevaient les mezzelane, les draps de lin et de chanvre : moins d’une demi lire (la moitié du tissage), c’était tout ce que les fabricants consacraient ici à la finition de ce tissu par nature grossier. Les relateurs de 1767 insistaient du reste sur le fait que la fabrication et l’apprêt des mezzelane et des autres sortes de toiles (est) beaucoup plus rapide que celle des draps72. Ils y voyaient l’un des principaux motifs de son élection au rang de première production de la manufacture de la ville.

50Ainsi, la devise de la fabrique de Prato était de faire des économies : de bouts de tissus, de petite monnaie, de frais d’exploitation, sur les matières premières, les frais salariaux, les installations. A l’honneur et à la qualité, ses fabricants opposaient désormais la réputation du bon prix et de l’efficacité qui semblaient devoir être promus au rang de vertus principales de la manufacture. Tout était donc fait pour servir ces deux principes de base, depuis le choix des matières premières jusqu’à l’apprêt des draps. Cela supposait en particulier de pouvoir manipuler les salaires et la main d’œuvre, de savoir remanier les produits et les procédés, de « se moderniser », c’est à dire de s’adapter aux nouvelles règles du jeu. La plupart des règlements médiévaux avaient été emportés par ce nouvel esprit. Les partisans du beau travail, tel Vincenzo Mazzoni, ne pouvaient comprendre ce nouvel état des choses de la manufacture, ni admettre les principes de la nécessaire évolution. Reste que les lanaioli de Prato avaient réussi, grâce à ces choix, à revivifier le territoire industriel de Prato.

4. Le monde entrepreneurial

Un monde composite

51L’enquête de 1767, qui nous a déjà servi à dresser un premier portrait d’ensemble des fabricants, permet également de faire la connaissance personnelle des entrepreneurs. Pour chacun, les enquêteurs ont été attentifs à totaliser la valeur de l’ensemble de la production, c’est à dire à additionner les draps et les mezzelane mais encore les étoffes de lin, le lin et le chanvre simplement peignés et revendus en boutique. Ainsi ont-ils pris la mesure de la diversité des fabrications dans lesquelles chaque entrepreneur était engagé. Le graphique 23 présente une synthèse de ces informations en indiquant le nombre d’entrepreneurs par tranche de valeur produite (ainsi la première colonne correspond-t-elle aux vingt entrepreneurs qui ont produit une valeur inférieure à 500 écus) et la valeur totale produite par l’ensemble des entrepreneurs se situant dans une même tranche de valeur (ainsi les vingt plus modestes entrepreneurs ont produit ensemble une valeur de peu supérieure à 5000 écus). L’étalement des tranches est un premier indice des écarts existant dans la fabrique : de 1 à 100, c’est la différence entre les plus modestes et les plus grands, de quoi bien mesurer la diversité des figures entrepreneuriales.

Graphique 23. Répartition des entrepreneurs selon la valeur de leur production en 1767

Graphique 23. Répartition des entrepreneurs selon la valeur de leur production en 1767

52Les plus petits sont bien les plus nombreux, la concentration dans les tranches les plus faibles apparaît comme le signe le plus évident : vingt entrepreneurs produisent moins de 500 écus chacun et plus d’une quarantaine n’atteignent pas la valeur moyenne de la production (2172 écus). Ainsi près de 67 % des entrepreneurs se partagent un peu moins de 21 % de la valeur produite tandis que les 13 plus gros s’attribuent plus de 62 % de la valeur.

53Ces inégalités sont-elles liées à la qualité des fibres travaillées ? Est-ce que la minorité de grands entrepreneurs peut être assimilée à la minorité des lanaioli, tandis qu’impannatori, liniers et chanvriers seraient relégués ainsi que leurs draps en seconde catégorie ? La représentation de chacun de ces grands groupes répond clairement à cette question : dans l’ensemble, les lanaioli produisent une valeur nettement supérieure aux impannatori et, à plus forte raison, aux liniers et chanvriers qui se font également surpasser par les entrepreneurs de la finition. D’une certaine façon, la laine qualifie et enrichit plus que les autres.

Graphique 24. Valeur moyenne de la production par groupe en 1767

Graphique 24. Valeur moyenne de la production par groupe en 1767

54Mais à ne considérer que les grands regroupements, le portrait de la fabrique reste trop simpliste. Chaque groupe était en fait traversé par d’importantes différences internes et ce sont plutôt ces écarts qu’il faut considérer, parce qu’ils étaient vécus. Le graphique 25 schématise la distribution des membres de chaque groupe entre les différentes tranches de valeur produite.

Graphique 25. Répartition des entrepreneurs par groupe et par valeur produite en 1767

Graphique 25. Répartition des entrepreneurs par groupe et par valeur produite en 1767

55Une chose semble évidente : liniers et chanvriers appartiennent décidément à la frange inférieure du monde entrepreneurial. Les fibres pauvres, même si elles ont contribué à alimenter la fièvre textile de Prato au XVIIIe siècle, ne distinguent pas ceux qui s’y consacrent exclusivement. Ils ne sont pas les seuls pourtant à fournir les effectifs des nombreux petits qui peuplent la fabrique : ils s’y retrouvent en compagnie de nombreux petits impannatori, de teinturiers et autres petits maîtres de la finition, des groupes qui sont bornés à faire des valeurs inférieures à la moyenne. Les lanaioli, eux, sont absents du peloton des plus modestes, et sont presque équitablement répartis autour de la moyenne, avec néanmoins une nette tendance à la dépasser.

56Le groupe de tête, celui des grands de la fabrique, est cependant placé sous le signe de la diversité : lanaioli, certes, plus que les autres, mais aussi impannatori, artisans de la finition lancés dans la fabrication, au total pas plus d’une dizaine d’individus. Ce sont les quelques privilégiés qui accaparent à eux seuls près des deux tiers de la valeur produite. Les noms du palmarès sont les suivants :

Nom

Fonctions

Valeur produite en 1767, en écus

Niccoli Giuseppe

impannatore

10976

Becherini Anton Maria

teinturier, tondeur et lanaiolo

9575

Franchi e Pontecchi

lanaioli et teinturiers

9940

Frati Anton

lanaiolo

7674

Franchi Niccola

lanaiolo

7083

Farfalli Agostino

lanaiolo

6949

Niccoli Vincenzo

lanaiolo et teinturier

5364

Mochi Franco

impannatore ‘

5187

Pontecchi Giuseppe

lanaiolo

4438

Franchi Antonio

lanaiolo (+ teinturier ?)

4172

Carlesi Santi

lanaiolo et teinturier

4149

Martini Lorenzo

teinturier, tondeur et impannatore

4002

57La pluriactivité de certains leaders de la manufacture est l’indice d’une double évolution : la laine a perdu son absolue prééminence et la diversification l’a emporté.

Les voies de la distinction

58Le temps où un fabricant faisait la fortune de la fabrique avec un seul produit est bien fini, si tant est que ce temps ait existé. Prato n’a décidément rien à voir avec Sedan ou Abbeville où un Peignon ou un Van Robais pouvaient se permettre de fonder leur fortune, leur prestige et leur primauté sur un unique produit. Ici, la condition nécessaire de la réussite est de faire de tout, de proposer une ample gamme de produits de basse qualité, de savoir manier la laine, le lin et le chanvre, de les tisser et de les mêler dans des draps dont la basse qualité est le point commun fondamental.

Disposer de la gamme de produits la plus étendue

59En effet, la relative distribution des différents types de draps entre tous frappe quand on dépouille les registres de marque : la spécialisation semble absente. Chacun s’attache à produire un peu de tous les articles : point de domaine réservé qui verrait, par exemple, les plus grands se préoccuper uniquement des draps de meilleure qualité, laissant aux plus petits le bas de gamme. Quelques exemples le montrent.

60P. Triboldi est, au début du siècle, l’un des tous premiers fabricants de draps, sa production en 1715 se répartit comme suit :

Graphique 26. La fabrication de P. Triboldi en 1715

Graphique 26. La fabrication de P. Triboldi en 1715

61Comparée à l’ensemble de la production de ses collègues de Prato, il produit à peu près autant d’étoffes bon marché que la moyenne (83 % de sa production contre 86 % de l’ensemble). S’il est grand, c’est qu’il fait plus, non parce qu’il tisse certaines étoffes plutôt que d’autres. A cette date, point de contre-exemple.

62Piero Frati en 1738 n’agit pas différemment :

Graphique 27. La fabrication de P. Frati en 1738

Graphique 27. La fabrication de P. Frati en 1738

63Sa production ne diffère de la moyenne que pour l’article des londrins qu’il est un des derniers à fabriquer : une survivance beaucoup plus qu’une orientation originale de sa production et de sa clientèle.

64Agostino Farfalli, entré en fabrication vers le milieu du siècle, fit rapidement prospérer ses affaires, selon les voies communes de la place :

Graphique 28. La fabrication de A. Farfalli en 1760

Graphique 28. La fabrication de A. Farfalli en 1760
  • 73 S.A.S.P., Arti, 67.

65Ainsi, les gros fabricants ne se distinguaient pas de leurs modestes confrères par leur produits, mais seulement par l’ampleur de leur production. Tous faisant la même chose, la concurrence jouait entre tous. Les plus forts devaient d’abord leur rang à la masse de main d’œuvre, à leur savoir faire commercial, à leurs relations d’affaires dans le Grand Duché et ailleurs, qui leur permettaient de mieux placer leurs draps : une preuve que l’essentiel se jouait dans la sphère du commerce. Dans ce cadre, la production de draps de meilleure qualité, si faible soit elle, acquérait toute son importance : quelques belles étoffes attiraient des clients qui achetaient ensuite naturellement auprès du même marchand les tissus de basse qualité qui formaient le gros de leurs besoins et de la production. Les marchands de Prato tentaient d’expliquer eux-mêmes ce mécanisme élémentaire à leur Grand Duc : les draps inférieurs sont plus facilement vendus aux marchands étrangers avec l’assortiment de quelques bonnes étoffes73. Un assortiment de draps aussi large que possible, dans lequel les étoffes communes s’arrogeaient toujours la part du lion, telle était la voie commune à tous. Mais la diversification dépassait largement le seul domaine de la laine.

Mélanger les fibres

66Le mélange des fibres auquel se livrait la plupart des fabricants de Prato ressort avec netteté de l’enquête de 1767. Les enquêteurs avaient certes voulu effectuer des regroupements fondés sur la nature des fibres employées, et pourtant, le tableau général des fabrications individuelles met avant tout en évidence cette confusion générale des styles et des fibres. Ceux qui fabriquaient des draps touchaient à l’ensemble des autres fabrications. Point de répulsion à manier lin, chanvre et coton : c’était du nouveau, mais c’était du solide pour mener de nouvelles et bonnes affaires.

67Ainsi, la production d’Agostino Farfalli s’avérait beaucoup plus ample et diversifiée que ne l’avaient laissé penser les registres de marque, qui n’enregistraient, bien sûr, que la part réglementée de sa production :

Graphique 29. La production de Farfalli en 1767 selon la valeur des différents articles

Graphique 29. La production de Farfalli en 1767 selon la valeur des différents articles

68Farfalli produisait quatre fois plus de mezzelanine que de draps, et il en retirait une valeur double, l’ensemble de sa production non lainière représentant plus de 75 % du total de la valeur produite. Son cas illustre bien la situation de ses confrères : pour aucun des lanaioli, la valeur des draps ne dépassait 50 % de la valeur totale de leur fabrication.

69Giovanni Franchi est le plus gros lanaiolo recensé : avec une fabrication de trois cents draps, il a fait tisser à lui seul près de 15 % de la production totale de Prato et a empoché plus de 17 % de la valeur produite, c’est un des grands de la ville. Il se procure la laine sur les marchés de Sienne et Montalcino ainsi qu’un peu d’autre dans notre plaine ; il distribue le travail dans les environs selon les modalités habituelles. Il est non seulement le plus gros mais aussi le plus authentique des lanaioli, dans la mesure où les draps représentent un peu plus de 38 % de sa production et plus de 45 % de la valeur totale produite : une part nettement plus importante que pour la plupart de ses confrères. Mais bien sûr, il mêle lui aussi les fibres, fait tisser deux fois plus de mezzelane que de draps, fabrique des étoffes de coton et de lin et revend dans sa boutique le lin et le chanvre filés qu’il n’utilise pas. Son réseau de relations est vaste et couvre les principales villes du Grand Duché, dans lesquelles il écoule sa production : Sienne et Montalcino en échange des laines, Pise et Portoferraio, Livourne où il entre en contact avec diverses nations, c’est à dire Maltais, Génois, Corses qui lui achètent ses mezzelane ; il a d’autre part des correspondants disséminés dans le Grand Duché qui viennent lui acheter à Prato les draps qu’ils revendront pendant l’année, d’autres encore dans l’Etat pontifical, à Rome, Civitavecchia ou Bologne à qui il envoie régulièrement une part de sa production. Au total, Giovanni Franchi dispose d’un réseau articulé et diversifié, relativement stable, lui permettant à la fois d’établir des prévisions et de saisir les occasions diverses de marchés différenciés. Une telle articulation ne lui fait pas négliger la boutique locale, dans laquelle la vente s’effectue au détail, un jeu de patience auquel sont sans doute délégués fils ou commis mais que les plus grands ne dédaignent pas : c’est l’occasion d’écouler les toiles de lin les plus ordinaires, les frustagni, les toiles de chanvre, ce qu’il reste de draps, mezzelane etc., c’est le moyen de profiter du marché local et de s’y créer un réseau de clientèle qui s’avère nécessaire à tous. Il pouvait également éventuellement y commercialiser d’autres produits que ceux de sa fabrication.

Les multiples activités des membres de L’arte della lana

  • 74 Règlement de 1541, Article VIII. Une telle mesure était censée lutter d’une part contre l’avilissem (...)
  • 75 S.A.S.P., Arti, 67.

70Comme tout autre corps de métier, l’Arte della lana était théoriquement exclusive74. Mais, aussi vieilles que la règle et la loi, la transgression et la dérogation. Les témoignages des multiples activités des membres de l’art jalonnent ses propres registres. Réécoutons par exemple la déposition de Francesco di Stefano Gualmi qui portait témoignage des pratiques communes du temps, lors d’une des multiples contestations des élections aux offices, en 1677 : dans la ville de Prato, il y a des personnes qui exercent l’art de la laine et vendent encore d’autres articles de soie, des rubans, des toiles et d’autres marchandises dans leurs boutiques, et il n’y a personne qui exerce seulement l’art de la laine, mais tous tiennent indifféremment d’autres marchandises75. Les lanaioli, qui exercent l’art et tiennent boutique, semblaient décidément bien attirés par le commerce.

  • 76 Idem.
  • 77 P. Malanima, 1990.
  • 78 Sur l’industrie de la soie en Toscane cf. F. Battistini, 1998 et R. Tolaini, 1997.

71Commercialisaient-ils des produits locaux, qu’eux-mêmes avaient contribué à produire, ou de marchandises venues d’autres cités du Grand Duché ou d’ailleurs ? Un peu des deux sans doute. Parmi les articles cités, les toiles, les rubans pouvaient aussi bien être des produits locaux que forains. Les draps de soie, eux, ne pouvaient venir que de Florence, qui s’en était réservé la production : le luxe s’étalait ainsi dans les boutiques des drapiers, en réponse à la demande de la noblesse locale et des nombreux ecclésiastiques qui vivaient alors dans la ville. C’était, pour notre rentier, un signe de distinction : l’art ne s’avilit pas mais plutôt croît en honneur, car l’on vend aussi des articles de soie76. La soie toutefois ne servait pas que le luxe des riches : le fil de qualité trop inférieure n’était pas utilisé pour le tissage des beaux draps florentins, mais servait par contre à la confection des filaticci qui approvisionnaient également les boutiques des drapiers de Prato. Fabriqués à partir de la matière première décadente provenant souvent de cocons défectueux, c’était la soie des pauvres. Sa fabrication recourait à des procédures techniques semblables à celle de la laine (cardage, filature avec quenouille et fuseau) et bien différentes de celles utilisées pour la soie de meilleure qualité77. Florence ne tolérait cette vile production que dans les centres mineurs : la Val di Nievole et Pescia notamment s’en étaient fait une spécialité, mais pas Prato, dont les drapiers se contentaient de revendre les articles produits ailleurs78.

  • 79 A.S.F., Notarile, Moderno, Ceri, p. 29478 et 29479.
  • 80 Cf. L. Allegra, 1987.

72Le témoignage cité, quoique précoce et ponctuel, est en fait corroboré par d’autres indices : la multiplicité des activités était une attitude générale et constante des lanaioli. Les registres notariaux permettent de saisir sur le fait la diversité des activités entrepreneuriales. Ainsi, Agostino Farfalli ne se contentait pas de son négoce de draps de laine, de lin, de chanvre, de mezzelanine : il tenait en outre celui d’outils, de marchandises et de crédits79, un total de plusieurs milliers d’écus. Le négoce d’ustensiles est un terme bien vague pour désigner que sa boutique fournissait à qui en avait besoin les outils de tous genres de la vie quotidienne, au premier rang desquels les ustensiles de cuisine : poêles, casseroles, brocs mais aussi sceaux, tonneaux etc. ; un ensemble d’objets qui pouvait très bien sortir des ateliers des forgerons ou, surtout, des artisans locaux du cuivre dont l’activité redoublait alors. Les liens entre la laine et le cuivre n’étaient pas si improbables que le laissait penser la diversité des secteurs. La famille Zarrini par exemple, parmi laquelle Mazzoni choisirait son premier gendre, figurait en 1767 parmi les impannatori ; elle accentua, ou développa, par la suite ses activités dans le cuivre : une façon de profiter de tous les secteurs porteurs du moment. Le négoce de marchandises signifiait sans détour que l’on trafiquait de tout, que l’on négociait selon les occasions les tissus, les blés, les denrées coloniales, les matières premières dont Livourne abondait. Saisir les bonnes occasions, savoir déterminer les besoins du marché local, jouer sur les prix, tel étaient les mots d’ordre de cette entreprise que Mazzoni saura mettre en pratique avec talent. De même, le négoce de crédits : une expression bien peu catholique pour désigner les opérations de prêts, le commerce de l’argent. Rien de bien grand sans doute, pas question de spécialisation, mais une multiplication des prêts dans le cadre de la vie locale : aux privés, aux collègues, aux institutions pieuses ; un négoce qui permettait de constituer dans la ville de forts réseaux d’alliés, d’amis… et des obligés80.

  • 81 A.S.F., Notarile moderno, Vinci, p. 28148.
  • 82 S.A.S.P., lettres Mazzoni.
  • 83 Les indications manquent sur la technologie adoptée (à la piémontaise ou à la calabraise ?) et rien (...)

73L’œuvre et les activités d’Agostino furent reprises en main par ses fils, Pietro et Niccola Farfalli qui développèrent une nouvelle activité : le tirage de la soie qu’ils installèrent dans leur maison et dont Pietro s’occupait tout particulièrement81. Les Mazzoni les rencontrèrent déjà occupés à vendre leur soie à Florence quand eux-mêmes s’aventuraient sur ce terrain82 : nous voici donc après la Restauration, mais l’édifice destiné au tirage de la soie était déjà installé en 180083. Comme chez les Mazzoni, les activités étaient menées au rythme des bonnes occasions : la pièce qui servait au tirage de la soie fut ensuite reconvertie pour la teinture… des bérets à la levantine. L’art de l’entrepreneur résidait dans cette aptitude et cette promptitude à se saisir de toutes les bonnes occasions productives et commerciales qui s’offraient à lui.

74Ainsi, les lanaioli, autant et plus que fabricants, apparaissent comme des marchands. Mercanti, negozianti, c’était d’ailleurs ainsi qu’ils s’auto-désignaient, c’était la seule définition qu’ils entendaient donner d’eux mêmes et de leurs activités. Peut-on établir une préséance ? Lisant la correspondance de Mazzoni et suivant pas à pas chacune de ses opérations, nous le voyons d’abord et avant tout lié à la sphère du négoce, de la marchandise, de la circulation, personnifiant ainsi le cas, que Marx aurait peut-être retenu significatif, du « commerçant qui s’empare de la production ». Il s’en empare encore de façon partielle et toujours résiliable, ce qui le définit c’est, avant tout, son rôle de négociant. En était-il de même pour les lanaioli de Prato ? Question légitime puisqu’ils apparaissent eux-aussi préoccupés de négoce, s’activant dans des domaines et des directions plus variés que l’on aurait imaginé, faisant partie du monde de la boutique et du commerce et s’affichant comme tels. Question importante car il s’agit de savoir s’ils sont d’abord des lanaioli, qui, pour diverses raisons, diversifient leurs entreprises, ou s’ils sont fondamentalement des marchands, dont l’engagement dans la draperie n’est qu’une des activités, pas nécessairement principale, pas forcément irrévocable.

  • 84 D. Preti, 1971, p. 803.
  • 85 A.S.F., Arte della lana, F.466, n 108.
  • 86 D. Preti, 1971, p. 804.

75S’intéressant surtout aux drapiers de la capitale, Domenico Preti avait déjà formulé des hypothèses intéressantes à ce sujet. Pour lui, pas de doute : les lanaioli étaient d’abord des producteurs qui, peu à peu ébranlés par les incertitudes grandissantes des marchés, s’étaient de plus en plus tournés vers le négoce84. Les drapiers de la capitale expliquaient d’ailleurs eux-mêmes comment les rentrées des Fabricants en plus d’être très limitées consistent aussi pour la plupart dans les ventes au détail, et à la coupe, et pour cette raison les Fabricants de Florence ne peuvent se restreindre à la seule vente à la pièce, et en gros dans leurs magasins, mais des assortiments de sottigliumi, de serges, de filaticci, toilerie, etc. sont nécessaires85. Les lanaioli de Prato auraient très bien pu tenir le même discours pour justifier une évolution très semblable à celle de leurs collègues florentins. Interprétant ces changements dans la figure et la fonction des lanaioli, Preti y voit à l’œuvre un processus de régression du marchand entrepreneur citadin de la fonction d’organisateur de la production à domicile à celle de simple commerçant86. Sans vouloir discuter de la situation des lanaioli florentins, le terme de régression semble inadéquat à rendre compte de la situation des fabricants de Prato : s’il y a bien en effet un processus d’élargissement, de diversification de leurs activités, ils n’en abandonnent pas pour autant la production, mais au contraire, ils ont en main les deux bouts de la chaîne. Marx voyait là la seconde voie de dépassement du féodalisme, celle où le producteur devient commerçant et capitaliste, une voie peu sûre pour l’avenir du capitalisme industriel, mais pouvait-il en aller autrement dans une période où les activités productives étaient trop incertaines pour attirer les hommes d’argent. Effectivement, au XVIIIe siècle, aucun grand négociant ne se risque à investir dans la production et ce sont au contraire les producteurs qui deviennent aussi marchands. Parallèlement, la fabrication textile a également perdu tout attrait pour les capitaux « non commerciaux » en quête de placement : significativement, aucune société en commandite n’existe alors à Prato.

  • 87 Cf. chap.2.
  • 88 Preti, 1971, p. 804.

76Reste à formuler des hypothèses quant aux motivations d’une telle attitude. L’interprétation qu’en donne D. Preti peut sans doute s’appliquer aux lanaioli de Prato : dans une situation où le marché régional reste le principal horizon, et où il est soumis aux conditionnements du blé et à une concurrence étrangère qui ne cesse de s’accroître87, il est raisonnable de ne pas investir dans un unique secteur. La situation de relative faiblesse des producteurs est donc vraisemblablement à l’origine d’un phénomène de diversification et de non spécialisation, qui reste alors par ailleurs le caractère dominant des attitudes des négociants, commerçants et producteurs de toute l’Europe. Force est en définitive de constater avec D. Preti que la Toscane présente une évolution « par le bas », dans laquelle la figure du petit lanaiolo de Prato revêtira un rôle déterminant88. A côté de la poignée de « grands entrepreneurs » avec qui nous avons déjà fait connaissance, il y avait des petits, de plus en plus nombreux.

Le sens de l’évolution : la multiplication des petits

  • 89 S.A.S.P., Comune, 703, 29/8/181.

77L’espoir suscita de nombreuses vocations fabricantes, le milieu s’élargit sous la poussée des modestes nouveaux venus qui, bien souvent, n’arriveraient jamais à devenir grands. Traçant en 1810 le cadre de l’industrie de sa commune, le maire de Prato décrivait en connaisseur l’évolution récente : La liberté illimitée du Commerce et de l’Industrie, déjà adoptée par le précédent gouvernement, produisit l’indispensable effet de répartir et de diviser le trafic et les Arts en petites fractions, de façon telle que le nombre des grandioses fabriques a diminué en proportion de l’accroissement du nombre des petits trafiquants et Artistes. On ne doit pas s’émerveiller si le nombre des marchands distingués est très limité, restant cependant bien compensé par les nombreux petits trafiquants et artistes qui alimentent le Commerce89.

78Même si les « grandioses fabriques » relevaient plus d’un passé lointain et désormais mythique que de la réalité des dernières décennies, le maire saisissait cependant bien l’essence du nouveau développement de Prato : une poignée de grands, de « commerçants et négociants distingués », et la multiplication des petits trafiquants. La quarantaine de modestes fabricants, impannatori et artisans de la finition dont les noms apparaissaient pour la première fois dans l’enquête de 1767 n’était donc pas de modestes artisans ou fabricants destinés à disparaître à plus ou moins brève échéance, mais les résultats heureux d’une prolifération qui s’était opérée tout au long du XVIIIe siècle sous le regard bienveillant ou inquiet de quelques grands. Un signe de dynamisme et d’espoirs couronnés de succès, mais également de nombreuses incertitudes auxquelles échappaient les plus grands.

79Les caractéristiques des plus petits étaient bien différentes de celles de leurs puissants collègues et en constituaient à bien des égards le contrepoint. Si pour Franchi et la poignée de grands lanaioli qui avaient comme lui un réseau étendu de connaissances, la boutique semblait une voie relativement secondaire et accessoire pour écouler la production, la situation changeait pour les plus modestes. Niccola Pio Bindi est un bien plus petit lanaiolo : il ne produit qu’une cinquantaine de draps, un peu plus de 2 % de la production de la ville, un poids presque insignifiant. Du reste, les draps ne représentent qu’un peu plus de 10 % des pièces qu’il fait tisser, les mezzelane et draps de lin prenant cette fois une part écrasante. Il arrive cependant à produire une valeur totale de plus de 2000 écus, ce qui le situe dans une honnête moyenne. Son commerce apparaît cependant bien différent de celui de son puissant confrère : ici plus question de relations dans les différentes villes du Grand Duché et à l’étranger, les amis se font rares, le réseau étriqué. Bindi ne déclare pas où il achète la laine : peut-être se contente-t-il du service d’autres lanaioli. Le cercle des ventes se restreint lui aussi : en l’absence de relations personnelles stables, la foire – en l’occurrence celle de Poggibonsi et surtout celle de Prato – devient le moyen principal d’entrer en contact avec le marché, mais en passant par des intermédiaires car Bindi ne sait pas exactement quelle est la destination finale de ses draps. La maîtrise des marchés échappe à ce modeste producteur pour qui la boutique reste l’élément principal d’une commercialisation qui s’effectue alors pour l’essentiel au détail, à une clientèle locale dont les « humeurs » acquièrent dès lors une grande importance pour la définition de la politique de production.

80Le conditionnement devient presque exclusif dans le cas des plus petits lanaioli. Anton Francesco Franchi est de ceux-ci : il ne fabrique par an qu’une vingtaine de pièces de draps, un peu moins de toiles de lin et une trentaine de mezzelane. Cette production très modeste dont la valeur est estimée à peine plus de cinq cents lires, est certes diversifiée, mais de mince volume et elle ne sert que la clientèle locale. La vente au détail est devenue exclusive, Franchi ne sort pas de l’univers de la commune, n’a comme relations et comme clients que les femmes de paysans, de journaliers, d’artisans qui se pressent, lorsque la période est favorable, dans les multiples échoppes de la ville, comparent attentivement prix et qualités et repartent avec de modestes coupons. Quand, au contraire, les temps sont difficiles, les vivres occupent toute la place et Franchi voit disparaître clientèle et crédits.

81Cette situation ne le différencie plus guère des impannatori, cette vingtaine de petits fabricants qui s’appliquent à faire tisser quelques pièces de draps mêlés, de lin ou toiles de chanvre et dont la valeur totale de la production n’arrive pas à mille écus, une somme bien inférieure à la moyenne. Voici Gio Rubieri qui, en un an, fait fabriquer une quarantaine de mezzelanine communes, une petite centaine d’étoffes de lin pour une valeur totale de 577 écus, dont le principal est bien entendu écoulé dans la boutique. Même sort pour la production de Giuseppe Calastrini, moins importante en volume, mais plus variée : des mezzelane et des pièces de lin, mais aussi des bambagini de coton, du lin et du chanvre tout juste filés et revendus en boutique alors que la laine est achetée filée à Sesto, comme c’est souvent le cas pour ces petits fabricants. L’ensemble des étoffes n’atteint pas la valeur totale de 800 écus, la plupart encore une fois sont vendues au détail dans la boutique. Mais la production des plus petits fabricants n’est cependant pas forcément limitée au marché local : le plus surprenant est en effet qu’un tiers de cette production arrive à Livourne et Bologne en échange de sottigliumi et de chanvre. Le troc peut faire arriver « au loin » la production des plus petits comme elle permet l’arrivée de denrées non produites dans la zone. Les situations paraissent cependant extrêmement fragiles et le sont à coup sûr pour ceux qui ne font travailler que lin et chanvre.

82C’est bien dans la catégorie des plus modestes qu’il faut placer les linaioli, un peu moins d’une dizaine de fabricants qui ne font fabriquer que des draps de lin. A une exception près, leur production ne dépasse jamais plus de cinq cents écus, quelques dizaines de pièces qui se vendent presqu’exclusivement au détail dans la boutique, à moins que quelques revendeurs n’acquièrent quelques pièces, sans doute de petits spéculateurs dont les fabricants ignorent les agissements, ainsi qu’en témoigne Bartolomeo Vannini : il fabrique par an une cinquantaine d’étoffes de lin pour chemises, pour le lit et la table qu’il vend à des revendeurs pour son compte et avec délai, laquelle je ne sais où ils la portent mais je m’imagine en dehors de l’Etat, étant personnes qui arpentent les rues de Livourne. Ainsi, même les étoffes les plus modestes des plus humbles fabricants pouvaient sortir des limites de la communauté voire de l’Etat, par la voie de petits trafiquants. Mais cela advenait à l’insu ou presque des fabricants, qui, faisant commerce malgré eux, n’avaient plus rien des négociants qu’étaient, ou devenaient, leurs plus puissants collègues.

83Il y a néanmoins encore plus modeste que les liniers : les quatre chanvriers qui déposent auprès des enquêteurs semblent en effet très proches du monde artisanal. Antonio Bambini maintient dans sa boutique un ouvrier et achète chaque semaine sa matière première un peu à la fois quand le besoin se crée aux voituriers qui la portent de Bologne et ce chanvre ensuite il le vend une portion dans la plaine de Prato à divers paysans, et le lundi jour de marché, à divers paysans de la campagne de Florence, et les étoupes ensuite il les vend au détail, et du reste il fait des cordes et du fil qu’il fait tisser à sa femme pour se vendre à la boutique. Dans ce cas, la frontière entre « entrepreneur », artisan, ouvrier devient très floue et l’on comprend que des personnages de ce genre restent ignoré des instances corporatives. Ils sont pourtant les acteurs du dynamisme diffus des activités textiles de Prato en cette fin du XVIIIe siècle.

84Sans forcément arriver à ces situations extrêmes, les petits impannatori avaient le choix entre différentes solutions qu’ils empruntaient selon les saisons et les possibilités de chacun : produire un nombre restreint de draps de chaque sorte ou un nombre plus important de pièces d’un éventail réduit de produits. Ils produisaient de toutes façons peu, selon les années, en fonction de l’air du temps. Le cercle des relations se restreignait au milieu local, aux foires et aux trafiquants de toutes sortes qui venaient leur acheter une part de la production. Plus que les autres, ils étaient particulièrement sensibles aux mouvements même faibles de la demande : si l’accroissement général de la consommation de draps constituait la raison d’être de leur existence et de leur développement, les mauvaises années pouvaient prendre pour eux des allures de tragédie car tous les petits impannatori se soutenaient de façon précaire dans la fabrication : les capitaux engagés étaient extrêmement modestes aux dires de tous, la partie était toujours serrée entre les paiements de la matière première, des manufacturiers, la vente et le retrait de ses produits.

85Le troc comblait une part des insuffisances monétaires : les draps s’échangeaient tantôt contre des laines, du lin, du coton ou du chanvre, tantôt contre de la filature, du tissage ; le travail compensait le travail : teinture contre filature par exemple. Cet ensemble de procédés allégeaient le compte monétaire et constituait une sorte de réinvestissement permanent, pour les grands et encore plus pour les petits. Mais le troc n’épuisait pas le cercle des échanges, et il fallait bien se procurer des monnaies ou du crédit, essayer de gagner du temps pour le paiement des matières premières et du travail, courir après les retours des ventes. Lors des bonnes années, les mécanismes pouvaient fonctionner : les marchands de matière première, confiants, recevaient une part de draps et savaient attendre pour recevoir leur solde. Les petits de la fabrique étaient les premiers bénéficiaires de ces pratiques sans lesquelles ils n’auraient sans doute pas même pu commencer à faire tisser.

86Ainsi, une bonne part du système se fondait sur les crédits qu’accordaient les fournisseurs, en échange de l’écoulement de la matière première, en échange d’une partie de la production, en échange sans doute d’un prix fort cher payé. Si l’année était mauvaise, les clients devenaient rares, les rentrées encore plus imprévisibles que d’ordinaire et les délais s’allongeaient. Ils s’allongeaient pour les petits fabricants et s’éternisaient pour ceux qui leur faisaient crédit. Lazzero défiait son père de vendre le lin aux impannatori de Prato car pour eux, disait-il, les semaines deviennent des années : un bon témoignage à la fois des pratiques courantes et de la réticence des négociants à consentir le crédit dès que les affaires se ralentissaient. Dès lors, la seule solution pour ces modestes fabricants était le retrait, temporaire ou définitif, de la fabrication : l’importance de la mobilité et du turn-over parmi les fabricants trouve ici son origine. Cependant, c’est aussi grâce à la vitalité et à la ténacité de ces petits fabricants prêts à tout fabriquer et à tout faire que le territoire de Prato s’est à la fois enrichi et consolidé.

87Il nous reste une partie du territoire de Prato à visiter, un secteur réputé pour sa professionnalisation et son homogénéité, une branche où l’on se vante de ne pas être un touche-à-tout, le petit monde de la finition. Allait-on enfin trouver à Prato un groupe d’entrepreneurs unis, dans l’aisance ou dans la médiocrité, et dans le refus de l’éclectisme ?

ANNEXE PRIX DES FAÇONS

FILATURE (selon les informations de 1767 ; en lire par livre toscane)

Laine

Lin

Chanvre

Fine : 5

Sup : 0,10

0.5/0.4

rascia : 0.8

Med : 0.8.4

stoppa : 0.2.8

étaim sup : 0.5

Ord : 0.6.8

étaim med : 0.4

stoppa : 0.4

étaim inf : 0.3.4

TISSAGE
Des pièces de 60 bras selon la réglementation de l’Art de 1683 (en lire)

sai a rovescia

35

Drap azzuro e perpignano

28

Drap accordellato

24

Stametto

20

Stametto laine et étaim

12

Drap d’Empoli

8

rovescio

6

rascetta

6

Calisse

4.16.8

Selon diverses déclarations de 1767

drap de laine « fin »

L.6/pièce

drap de laine ord.

L.5/pièce

drap de lin

L.4.4.5 à 0.3.4/bras

mezzelane

L.0.2.8 à 0.2.3

mezzelane chanvre

L. 0.2

drap de chanvre

L. 0.2.4

Selon les tarifs en usage aux Ecoles Léopoldines de Pistoia à la fin du siècle

Prix du tissage en lires

Nb de paiole

Longueur en bras

Poids en livres

Drap surfin

36

75

?

61

Drap fin

30.6

80

44

64

Drap

21 à 24

50-60

46-47

68-77

Peloni

21

40

49

75-78

Pannetto

18

48

48

53-56

Droghetto laine

14.6

24

74

51

Baiettone

12

40

49

62

Peloncino

12 à 8.4

19

40

?

Peluzzo laine et étaim

6.10

22

88

51

Bianchetta

6

?

88

45

Rascetta laine

6

18

88

44

Molletone laine et étaim

6

20

88

52

Calisse laine et étaim

6

20

88

55

Rascetta laine et étaim

5.15

18

88

44

Rovescio laine et étaim

5.15

?

88

45-4

APPRÊTS
Tarif établi par l’Arte en 1683 pour des pièces de 60 bras :

Purge

Saia rovescia

L.8.5

Drap azzurro

L.8.5

Perpignano

L.8.5

Drap accordellato

L.8.5

Stametto

L.3.1.8

Drap d’Empoli

L.3.1.8

Stametto laine et étaim

L.2.1.8

Rovescio

L.2.1.8

Rascetta

L.2.1.8

Calisse

L.1.11.8

Selon les informations glanées dans les procès de l’Arte :

Purge

Rascetta fine larghe

L.3 (1708)

Rovescio, rascette

L.2 (purgate e sodati ; 1708)

Lendinelle

L.l/2 (1708)

Séchoir

L.0.10

Teinture

Petit drap

L.12 fin XVIIe

Rascetta

L.8 fin XVIIe

Lendinella

L.4 fin XVIIe

Rovescio

L.7 1713

Rascette

L.7 1713

Saie et calissi

L.4.5

Tonte et Lustre

Peluzzi

L.1.10 (1733)

rascette ord.

L.1.6.8 (1733)

calissi

L.1.6.8

Pliure

Lendinelle, rovesci, panni

L.1.6.8

D’après une enquête de 1767 :

Teinture

draps

L.8

Lin et fils

L.25 à L. 14 le %

Laine en fil pour mezzelane

L.25 le %

Tonte et lustre

draps

L.1.3.4/pièce

Frise

étamines

L. 1.11.8/pièce

Calandre

mezzelane

L.7 le millier

draps de lin

L.7 le millier

Notes

1 P. Malanima, 1982, p. 93. Les publicistes toscans du XVIIIe siècle étaient parfaitement conscients de cette translation de pouvoir et de suprématie : ainsi F. Neri expliquait le prix désormais excessif de la laine d’Espagne pour les Toscans par suite d’une concurrence défavorable : Suite de la note 1. – « nous devons aujourd’hui lutter pour l’approvisionnement avec toutes les nations susdites (il s’agit des Anglais, des Français et des Hollandais) qui par le plus grand voisinage, et la plus grande force de leur commerce sont toujours en mesure de l’avoir à un moindre prix que nous », in A.S.F, Carte Gianni, B. 36.

2 Cf. notamment P. Malanima, 1982 et D. Preti, 1971.

3 Cf. Barsanti D., 1987, notamment p. 166 et suivantes ; les premières expériences ont lieu à l’époque française.

4 A.N.P., F 10 538 Bêtes à laine ; rapport de Lullin de Châteauvieux, 1812.

5 Idem.

6 Pagnini dressait un tableau assez accablant des méthodes d’élevage : le sol y est très humide et encombré d’épines, de fourrés, lesquels, en plus de les dépouiller de la meilleure laine, leur occasionne souvent des blessures, et des égratignures telles que ; non soignées à temps et avec soin, elles produisent dans ces animaux des maladies, ou mortelles, ou au moins de nature telle qu'elles rendent assez mauvaise la laine... et il n’y a pas d’abris, ni d’étables ou les abriter et les sauver de l’humidité, des pluies et des gels, et des inondations qui y arrivent souvent. Il manque enfin, en Maremme et ailleurs, une quantité suffisante de sel..., cf. G.F. Pagnini, 1765, p. 150.

7 A.N.P., F10 538 Bêtes à laine.

8 Idem.

9 Idem, 1813.

10 Idem.

11 Suite lane toscane alla prima esposizione dei Georgofili, CAAG, XVI, 1838, p. 264-275.

12 Atti del Comitato dell’lnchiesta industriale, vol. 1, II, §3.

13 A.N.P., F10 538, rapport de Lullin de Châteauvieux, 1812.

14 Sur ces problèmes voir D.Barsanti, 1987.

15 L. Cantini, Legislazione Toscana, vol. XXVI, p. 54-55.

16 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano, 9/11/1818.

17 A.N.P., F10 538, op.cit.

18 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo 16/2/1810 parle des prix qui ont été rompus par Bianciotti de Sienne à la foire de Caldana en Maremma qui a eut lieu le 3 ; la laine cette année là était particulièrement chère.

19 D. Preti, 1971, p. 808 qui estime que le prix de « rupture » des laines avait touché ses pointes maximum en 1753 et 1758 avec lire 78 chaque LB de produit, ce qui représentait une augmentation d’environ 10-15 % par rapport aux prix réalisées dans les dernières années précédentes.

20 S.A.S.P., Mazzoni, Vincenzo, 9/5/1812 : dans les temps passés on pouvait envoyer de La Toscane en Suisse, Allemagne...

21 L’expression est de Vincenzo Mazzoni.

22 S.A.S.P, Arti 40.

23 Idem.

24 S.A.S.P, Comunale 704, 9/7/1812.

25 Cet équilibre fut théoriquement rompu par l’autorisation d’extraction et sans doute le troc cessa peu à peu d’être un instrument privilégié des échanges, mais il faut bien avouer notre ignorance en la matière.

26 S.A.S.P, Arti 40.

27 S.A.S.P., Comune, 705, lettre du maire, 2/10/1813.

28 F. Melis, 1960, p. 19-24.

29 G. Gayot, 1998, p. 141-142.

30 A.S.F., Segreteria di finanze anteriore al 1788, 1104, ins. 8.

31 Idem.

32 Cf. les écrits sur la proto-industrie et notamment P. Kriedte, H. Medick, J. Schumbohm, 1984, p. 53 et suivantes.

33 G. Biagioli, 1990, p. 10.

34 G. Biagioli, 1981, p. 86.

35 Cf. notamment P. Malanima, 1982, p. 64-70.

36 Cf. notamment G. Giorgetti, 1977a et Mirri, 1981, p. 94.

37 Un certain nombre d’études ont déjà renouvelé le problème ; voir notamment le numéro 11 de la revue Annali A. Cervi, 1989 en particulier les contributions de G. Biagioli, C. Torti, A. Doveri, M. Della Pina, et M. Moroni.

38 C. Pazzagli, 1989, p. 135-230.

39 C. Pazzagli, 1989, p. 176.

40 Paroisses de Tavola, San Giusto, Cafaggio et Soccorso.

41 Idem, p. 182.

42 C. Pazzagli, 1989, p. 183.

43 « L’agriculture métayère du territoire de Prato, bien que se manifestant dans ses formes typiques, présente aussi d’intéressants traits spécifiques reconductibles dans leur ensemble à l’existence d'un contexte économique et social global, articulé et dynamique dans une mesure inhabituelle pour la Toscane de la première moitié du XIXe siècle. Un contexte dans lequel l’agriculture est insérée, auquel elle donne son apport et duquel elle subit des influences non secondaires », C. Pazzagli, 1989, p. 184.

44 C. Pazzagli, 1989, p. 181.

45 C. Pazzagli, 1989, p. 178.

46 C.A. Corsini, 1989, p. 353 fait lui aussi remarquer ce phénomène, d’ailleurs courant en Toscane.

47 C. Pazzagli, 1989, p. 142.

48 Le rôle des bourgs et des familles de pigionali, braccianti, etc. dans les activités secondaires ont également été souligné par G. Biagioli, C. Torti, A. Doveri, M. Della Pina, 1989.

49 Du reste, A. Dewerpe, 1985, p. 355 et suivantes constate lui aussi que l’offre de travail en Italie septentrionale est relativement inélastique.

50 S.A.S.P., Comune, 703, 7/12/1809.

51 Une étude approfondie des structures sociales de ces bourgs montrerait sans doute des évolutions à la fois précoces et spécifiques à cette zone depuis longtemps liée au travail industriel.

52 P. Malanima, 1982, p. 209 et W. Endrei, 1971, p. 1293.

53 Cf. P. Malanima, 1986.

54 Cf notamment Kriedte P., Medick H., Schlumbohm J., 1993 et 1996.

55 A.S.F., Miscellana di finanza, 4, 467, Prato, 29 septembre 1767.

56 S.A.S.P., Arti 40.

57 S.A.S.P., Arti 40.

58 Statuto dell’Arte della Lana, 1542.

59 S.A.S.P., Arti 71.

60 Ainsi, les procès nous informent sur la généralisation de la rétribution en nature qui se pratiquait également avec les teinturiers, comme ils en témoignent à plusieurs reprises cf. S.A.S.P, Arti 68 B, 1735.

61 L. Dal Pane, 1944, p. 453.

62 A.S.F., Comunità autonome e soggette, 664.

63 D. Preti, 1971, p. 806.

64 Nous y reviendrons dans le chapitre 6.

65 A.S.F, Miscellana di finanza ; A. 351 ; des témoignages identiques sur le mauvais travail de Prato se trouvent dans A.S.F., Miscellana di finanza, 4, 467, 1767.

66 A.S.F, Miscellanea di finanza ; A. 351.

67 Idem.

68 Idem.

69 A.S.F., Miscellana di finanza, A ; 467 ; ces données ont déjà été utilisées et réélaborées par P. Malanima, 1982, p. 215 notamment.

70 Dans des évaluations destinées à estimer les coûts de fabrication des draps militaires, les opérations de réduction de la laine en fil sont estimées à 18,75 % du coût total cf. Museo del Tessuto di Prato, Memoria..., 1783-84.

71 Dans ce même mémoire, le prix de la laine et celui de la filature sont systématiquement comptabilisés ensemble ; mais il y existe aussi une évaluation du coût de 200 livres de laine travaillée, où le prix de la laine représente 75 %, 25 % pour les manufactures et l’huile (les opérations de filature proprement dites ne représentent que la moitié de ce coût).

72 S.A.S.P, Arti 40.

73 S.A.S.P., Arti, 67.

74 Règlement de 1541, Article VIII. Une telle mesure était censée lutter d’une part contre l’avilissement de l’art par de non spécialistes, – il semblait en effet évident que l’on ne pouvait posséder pleinement des arts différents –, d’autre part contre la main mise de personnes extérieures qui, munies de capitaux, auraient pu dicter leur loi et devenir les véritables maîtres du métier. Ici comme ailleurs, les merciers étaient les principaux visés par les règlements qui les considéraient comme les principaux adversaires et prédateurs possibles de la corporation.

75 S.A.S.P., Arti, 67.

76 Idem.

77 P. Malanima, 1990.

78 Sur l’industrie de la soie en Toscane cf. F. Battistini, 1998 et R. Tolaini, 1997.

79 A.S.F., Notarile, Moderno, Ceri, p. 29478 et 29479.

80 Cf. L. Allegra, 1987.

81 A.S.F., Notarile moderno, Vinci, p. 28148.

82 S.A.S.P., lettres Mazzoni.

83 Les indications manquent sur la technologie adoptée (à la piémontaise ou à la calabraise ?) et rien ne permet donc d’évaluer dans quelle mesure l’initiative participait des innovations alors à l’œuvre dans ce domaine cf. Scardozzi M., 1990.

84 D. Preti, 1971, p. 803.

85 A.S.F., Arte della lana, F.466, n 108.

86 D. Preti, 1971, p. 804.

87 Cf. chap.2.

88 Preti, 1971, p. 804.

89 S.A.S.P., Comune, 703, 29/8/181.

Table des illustrations

Titre Carte 6. L’AIRE DE LA FILATURE DE PRATO EN 1767 UN ESPACE HIÉRARCHISÉ
Crédits Source : S.A.S.P,. Arti 40 A.S.F.,Segreteria di gabinetto, 106Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Graphique 19. Occupations extra-agricoles des femmes de familles métayères, 1841
Crédits Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 183.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 20. Activités non agricoles des femmes de familles paysannes non métayères, 1841
Crédits Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 183.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 21. Activités extra-agricoles de familles de salariés ruraux, 1841
Crédits Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 183.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 22. Population du contado au-dessus de 11 ans, 1841
Crédits Source : C. Pazzagli, op. cit., p. 179.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 23. Répartition des entrepreneurs selon la valeur de leur production en 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 24. Valeur moyenne de la production par groupe en 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 25. Répartition des entrepreneurs par groupe et par valeur produite en 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 26. La fabrication de P. Triboldi en 1715
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 27. La fabrication de P. Frati en 1738
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 28. La fabrication de A. Farfalli en 1760
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 29. La production de Farfalli en 1767 selon la valeur des différents articles
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49995/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540