Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

2. Les bases du renouveau

Texte intégral

1Les bases du renouveau, ce sont à la fois les produits et les hommes dont nous brosserons ici un bref tableau introductif.

1. Des productions de basse qualité, un marché régional1

Saisir l’expansion du marché des tissus pauvres

  • 2 La grande enquête lancée en 1766 par le nouveau grand duc de Toscane Pietro Leopoldo pour orienter (...)
  • 3 S.A.S.P., Comunale, 646.

2Au XVIIIe siècle, Prato restait essentiellement une ville textile : en 17662, 89 % des richesses industrielles produites par la ville provenaient de ce secteur3. Loin derrière se trouvait la production des sept boutiques de chaudronniers travaillant le cuivre, brut et surtout refondu, dont les poêles, cruches, moules, tonneaux, sceaux, plats, casseroles etc. se vendaient un peu partout en Toscane. C’était l’une des seules activités citadines non textiles produisant pour le marché régional, toutes les autres fournissaient au contraire pratiquement exclusivement le marché local.

Graphique 1. Valeurs des productions de la ville de Prato autres que le textile – 1767

Graphique 1. Valeurs des productions de la ville de Prato autres que le textile – 1767
  • 4 Malanima P., 1986, p. 265 et suivantes.
  • 5 E. Bruzzi, 1940, R. Breschi, 1979 ; pour l’industrie du papier en Toscane voir également les travau (...)

3Il existait cependant dans le territoire de Prato d’autres activités au rayon d’action plus large : papeteries, carrières, fours notamment4. Carrières de marbre et fours étaient concentrés pour l’essentiel à Figline où se produisaient non seulement les meules qui équipaient de nombreux moulins toscans, mais aussi une quantité importante de matériaux de construction. Les papeteries se trouvaient le long du fleuve Bisenzio : une des plus importantes, celle de La Briglia, ouverte en 1735, poursuivit son activité jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Mais Prato n’était pas Pistoia et le papier ne pouvait concurrencer le textile5. Sans être une mono-industrie, la manufacture de tissus était bien la vraie richesse de la ville.

4Mais la laine ne dominait plus à Prato, comme le montre également l’enquête de 1766 : les draps de laine représentaient alors moins de 10 % de la production textile citadine (1915 pièces pour une production totale dépassant 19450 pièces). Les fibres végétales, au contraire, occupaient la plupart des métiers : les draps de lin, en particulier, étaient importants en quantité comme en valeur, mais ils étaient nettement distancés par les mezzelane composées d’une trame de laine et d’une chaîne de lin, plus rarement de chanvre. Ces tissus très communs et non réglementés dominaient largement une production où le coton ne faisait qu’une timide apparition (les bambagini sont des tissus mêlés de coton). La ville avait donc considérablement diversifié ses fabrications.

Graphique 2. Les différentes qualités de draps tissés à Prato en 1767. Pourcentage selon la quantité produite

Graphique 2. Les différentes qualités de draps tissés à Prato en 1767. Pourcentage selon la quantité produite

Graphique 3. Valeurs respectives des productions textiles de Prato en 1767

Graphique 3. Valeurs respectives des productions textiles de Prato en 1767
  • 6 Un peu plus de 4 % en comptabilisant ensemble les draps à proprement parler (parmi) et les petits d (...)

5La production de laine était elle-même variée. Les vrais « draps » (panni) ne se tissaient plus qu’en très faible quantité6. Ils ne caractérisaient plus la fabrication lainière de la ville, dominée, comme l’indique le graphique, par trois grands types d’étoffes : les petites rases, les peluches et les calisses, dont la valeur était très faible par rapport aux draps. L’intérêt principal de ces étoffes très ordinaires était la modicité de leur prix.

Graphique 4. Qualité des draps fabriqués en 1760

Graphique 4. Qualité des draps fabriqués en 1760
  • 7 Cf. les affirmations de E. Bruzzi, 1920, rappelées dans le chap. l.
  • 8 Voir notamment P. Malanima, 1986 p. 227 et P. Malanima, 1983.
  • 9 P. Malanima, 1986, p. 227.
  • 10 Cf P. Malanima, 1982.

6Les fabricants de Prato s’étaient donc nettement orientés vers la qualité moyenne, voire inférieure. Cette orientation n’était pas nouvelle mais reflétait au contraire une évolution commencée dès la fin du Quattrocento au cours de laquelle les fabricants de la ville se spécialisèrent dans l’article courant. Qui les y poussa ? La législation restrictive des Médicis, souvent incriminée par les historiens locaux7, ne fit que reconnaître et stabiliser une situation héritée de l’époque où l’industrie florentine faisait la loi et la tendance8. En effet, les marchands-fabricants de Prato pouvaient difficilement se mesurer avec ceux de Florence qui concentraient alors tous les éléments d’une domination incontestable9. Mieux valait faire autre chose, s’orienter vers d’autres créneaux que ceux qualitativement très élevés de la capitale. Quand Florence perdit son rang à la tête de la draperie internationale10, c’est toute la Toscane qui se trouva alors dans une zone déprimée de l’économie-monde. Les fabricants de Prato continuèrent donc à « avilir » leurs draps, sans chercher, ou pouvoir chercher, à aller à l’encontre de ce mouvement. Plutôt que de renoncer, ils s’adaptèrent.

  • 11 Pour Biella, voir notamment V. Castronovo, 1964 et G. Quazza, 1961 qui font quelques allusions à l’ (...)

7Au XVIIIe siècle, la production connut une nouvelle baisse de qualité qui se traduisit par la recrudescence des ouvrages peignés. Cette tendance est à replacer dans le cadre plus large de l’évolution de la draperie européenne : c’est en effet au début du XVIIIe siècle que de nombreux centres de production durent opter entre le cardé de prestige ou le peigné de bas de gamme, entre woollen et worsted. A Sedan par exemple, le choix fut imposé aux fabricants en 1718 par le gouvernement royal. Cette même année, la corporation de Prato reconnut les draps de basse qualité introduits depuis quelques temps dans la ville : un écho des choix contemporains alors dans toute l’Europe ? Il semble bien qu’à la sortie de crise de la fin du XVIIe siècle, on assiste à un reclassement, ou plutôt à un repositionnement des manufactures encouragé par les Etats, les villes et les communautés de métiers de la laine. Prato fut sans doute au courant de cette redistribution des « créneaux », même si les voies de l’information nous restent impénétrables. En tous cas, à l’image de leurs collègues de Biella, mais au contraire de ceux de Schio, les fabricants de Prato s’étaient ainsi résolument orientés vers une production pauvre11. Ils confirmèrent cette tendance en mélangeant les fibres.

  • 12 E. Bruzzi, 1920, p. 82.

8La loi de 1738 ne réussit pas à faire renaître hors de Florence la fabrication des draps larges de qualité interdite auparavant. Les draps nouvellement produits dans le contado furent au contraire de médiocre qualité et Prato se mit à fabriquer sur grande échelle les mezzelane. Les premiers draps larges n’y furent fabriqués qu’à la fin du siècle et il fallut les faire tisser pour La plus grande partie à Florence, n’existant pas à Prato de main d’œuvre suffisamment habile pour un tel travail12. La législation ne pouvait aller à l’encontre d’un mouvement qui s’avérait avoir des racines beaucoup plus profondes que les mesures prohibitives prises par le gouvernement précédent. En voulant favoriser le renouveau d’une production de qualité, les hommes de la Régence se montraient obnubilés par les fabrications nord-européennes, en particulier françaises, et ne réussissaient pas à comprendre l’enjeu majeur d’une production de qualité inférieure.

  • 13 Ces considérations se réfèrent bien sûr à la réflexion de Schumpeter cf. notamment Schumpeter, 1912 (...)
  • 14 La situation de Prato est donc radicalement différente de celle de Florence pour qui le maintien de (...)

9Malgré ce qu’en pensait le gouvernement, les fabricants de Prato se montraient en fait relativement innovateurs en introduisant les textiles mélangés et en diversifiant les fibres. L’affirmation peut surprendre s’agissant d’une production délibérément bas de gamme, supposée guidée exclusivement par la routine. Mais, comme le notait Schumpeter13, l’innovation n’est pas uniquement changement dans la technique ou dans l’organisation de la production, elle peut être aussi bien l’introduction d’une nouvelle source de matières premières, la conquête d’un nouveau marché, l’introduction d’un nouveau bien. Elle a d’autre part un caractère subjectif, qui la définit relativement à un lieu et une situation donnée : sans prétendre que les fabricants de Prato aient révolutionné le textile, il faut reconnaître que le mélange généralisé des fibres auquel ils se livrèrent était relativement neuf pour la ville. Ils se montrèrent plus dynamisés que paralysés par une situation a priori peu favorable. Certes, ces fibres pauvres se tissaient vraisemblablement depuis des temps immémoriaux dans le cadre de l’auto-production familiale qui utilisait le lin et le chanvre locaux : le désintérêt général qui les toucha de tout temps a laissé peu de traces sur les conditions de leur emploi et de leur diffusion. La nouveauté consista dans la production massive, par les fabricants, de ces étoffes mélangées dont les matières premières venaient maintenant de l’étranger. Contrairement aux intellectuels toscans, aux responsables de la draperie de la capitale, et sans doute aux hommes de gouvernement, les fabricants de Prato surent comprendre l’intérêt qu’ils pouvaient trouver à une production de qualité inférieure mais de plus grande consommation14. Cette « mercantilisation » de la production de basse qualité est un signe non négligeable de l’ouverture vers le marché des couches les plus basses de la population et de la capacité des entrepreneurs de saisir ce mouvement en tentant de s’emparer des parts de marchés à conquérir.

  • 15 S.A.S.P., Comune, 646 : stato della mercatura e dei mercanti di Prato, agosto 1773.
  • 16 A. Tavanti, Della quantità di moneta circolante in Toscana, cité par P. Malanima, 1990, p. 38.
  • 17 Les évaluations concernant les dépenses des artisans s’élevaient à environ 12 % et en dehors de la (...)

10Le peuple toscan était en effet le principal acquéreur des tissus de Prato. Les fabricants évoquaient eux-mêmes leurs marchandises bonnes seulement pour le vulgaire15, Mazzoni parlait de la classe pauvre qui achetait les draps. Ces termes vagues sont susceptibles d’englober l’ensemble des couches moyennes et inférieures des villes, des bourgs, des campagnes. L’importance et les caractéristiques de ces populations sont pour partie connues. Dans les campagnes (82 % de la population), les métayers représentaient sans doute près de 60 % de la population rurale16, le reste étant constitué de pigionali (locataires, par opposition aux métayers : ils ressemblaient par certains aspects aux manouvriers français), de ruraux non paysans, de locataires ou de propriétaires. L’auto-consommation caractéristique de l’économie familiale des métayers ne les empêchait pas de payer des impôts et de se vêtir : ils entraient ainsi en contact avec l’économie monétaire et le marché, essentiellement le marché textile. Reprenant les estimations des contemporains, P. Malanima estime qu’environ 10 % du revenu des familles métayères était consacré à l’achat de tissu, comparable en cela à l’ensemble du « peuple »17.

  • 18 P. Malanima, 1986, p. 234.
  • 19 Pour ces questions cf. P. Malanima, 1990, notamment p. 57-64. L’enquête de 1767 témoigne en particu (...)
  • 20 Cité par P. Malanima, 1986, p. 234.
  • 21 A ce sujet voir P. Malanima, 1990, p. 135-146 qui traite précisément de la question.

11Or, l’augmentation de la population au cours du XVIIIe siècle constitue un premier facteur de hausse possible de la demande18 : le nombre d’habitants du Grand Duché passe en effet de 893.735 en 1738 à 980.894 en 1784, soit une hausse légèrement inférieure à 9 %. Ces gens doivent se vêtir en plus grand nombre et pour cela ils semblent de plus en plus acheter leurs vêtements. L’auto-production des textiles de la vie quotidienne, habits, ainsi que linge de maison, couvertures, tissus de matelas etc, est certes toujours importante19, mais elle perd petit à petit du terrain : ils ne sont plus contents des vêtements de laine travaillés par les mains de leurs femmes20, disait-on des paysans toscans. Le luxe des paysans devient même un des arguments favoris de la discussion entre intellectuels21. Ce luxe, qui poussait les paysans à se pourvoir sur le marché d’étoffes de meilleure qualité, aurait commencé à se manifester avec force dès le milieu du XVIIIe siècle.

  • 22 P. Malanima, 1986, p. 250.

12Le mouvement long de la production textile de Prato semble confirmer une telle périodisation : après la dépression relative du début du siècle qui poursuit un mouvement de baisse entamée depuis 167622, la hausse est presque continue pendant tout le XVIIIe siècle. Elle n’a rien de vertigineuse, au contraire, c’est un mouvement lent qui s’accélère un peu dans la seconde moitié du siècle. Mais ces données ne prennent en compte que la fabrication des draps de laine, les seuls dont la production annuelle soit connue : la tendance à la hausse dès la fin du XVIIe siècle, et surtout à partir des années 1730-40, serait sans doute beaucoup plus nette si nous possédions des informations concernant les autres étoffes fabriquées à Prato car le milieu du XVIIIe siècle semble bien marquer le véritable essor des mezzelane.

13L’étude du plus court terme fait, elle, apparaître différentes phases : une hausse de 1716 à 1730, suivie, à la fin des années 1730 d’une forte baisse, mais à partir des années 1740, la hausse constante de la production montre que les entrepreneurs de Prato ont réussi à s’imposer sur un marché régional où la concurrence était pourtant rude.

Graphique 5. Evolution de la production de draps à Prato au XVIIIe siècle (moyenne de 9 ans)

Graphique 5. Evolution de la production de draps à Prato au XVIIIe siècle (moyenne de 9 ans)

Source : SASP Marchio, 1700-1771.

Graphique 6. Evolution de la production de draps à Prato au XVIIIe siècle (moyennes triennales)

Graphique 6. Evolution de la production de draps à Prato au XVIIIe siècle (moyennes triennales)

S’imposer sur un marché concurrentiel

  • 23 P. Malanima, 1982.
  • 24 P. Malanima, 1986, p. 233-234, a pu dire que l’évolution du secteur lainier de Prato après 1650 est (...)
  • 25 Déclaration des députés de l’Arte della Lana de Florence, F. Neri, G.B. Guadagni, F. Gozzi, 1765, c (...)
  • 26 A.S.F., Arte della Lana, 444.

14Florence n’était plus depuis longtemps la ville à redouter dans le domaine lainier : sa production ne cessait de décroître, tout en restant spécialisée dans des tissus plus prestigieux et plus coûteux que ceux de Prato23, la rivalité était donc minime, et la rivale se mourait24. Mais face à ce déclin de la grande métropole urbaine se multipliaient à partir du XVIIe siècle, et avec une particulière vigueur pendant tout le XVIIIe siècle, de petits centres « ruraux », situés dans de petites villes, petits bourgs et châteaux. Le mouvement était assez important pour qu’intellectuels et députés de l’Art de la laine de la capitale le notent. En 1765, ces derniers rapportaient que la fabrication de draps ordinaires, qui est celle qui se fait en dehors de la ville de Florence... s’est considérablement étendue dans divers lieux où elle n’était pas avant, et dans ceux où elle existait elle a augmenté notablement25. L’enquête de 1767 permet de cartographier cette diffusion rurale de l’industrie lainière, ainsi que l’a déjà fait P. Malanima. Comparée à la situation des débuts de la Régence, lors de l’enquête de 173826, la prolifération des petits centres est évidente. Le plus grave pour les entrepreneurs de Prato était que les multiples petits fabricants des campagnes tissaient des draps semblables aux leurs et visaient la même clientèle.

  • 27 Cf. S.A.S.P, Arti, 40.
  • 28 Dans le chapitre suivant.
  • 29 S.A.S.P., Arti, 40.
  • 30 A.S.F., Arte della lana, 486 où il apparaît que Prato fabrique exactement 83,39 % de la production (...)

15La concurrence redoublait donc, elle se fit déloyale, chacun essayant de tirer avantage de sa position : les fabricants des campagnes pouvaient parfois compter sur des coûts de production moins élevés. Les arguments de Mazzoni avaient déjà été développés depuis longtemps par les représentants des fabricants de Prato : la fabrication des draps s’étant étendue dans des lieux où les habitants de Prato vont se procurer les laines pour ceux-ci, disaient-ils en 1767, les manufacturiers locaux sont en mesure de les vendre à un moindre prix27. Les entrepreneurs de Prato pensaient alors surtout au Casentino, région productrice de laine où ils se pourvoyaient, et qui intensifia sa propre fabrication de draps au XVIIIIe siècle. Mazzoni avait vu juste : les avantages sur la matière première, combinés avec l’absence totale de réglementation, et la confusion savamment entretenue avec les articles même de Prato, pouvaient se révéler redoutables. Les fabricants de la ville firent tout pour mettre des freins légaux à cette invasion des « étrangers », nous y reviendrons28. Mais au delà des tentatives « légales », ils développèrent surtout les secteurs où ils pouvaient reprendre l’avantage : c’est bien la raison de la multiplication des mezzelanine, draps de lin et autres produits mélangés qui auparavant n’existaient pratiquement pas dans la production de la ville. Les justifications que l’on donnait à Prato de ces changements ont le mérite de la clarté : la raison d’une telle diminution (il s’agit du nombre des pannine) et respective augmentation (il s’agit des mezzelanine et des draps de lin) il semble quelle puisse se déduire de la plus grande extension de la fabrication des draps que des autres genres d’où il s’en suit que pour être le second un métier plus restreint les habitants de Prato ont cru pouvoir l’exercer avec plus grand avantage29. Les fabricants de Prato pouvaient être contents de leur opération, puisqu’ils réussirent à s’arroger plus de 83 % de la production régionale de mezzelane30.

16D’une façon générale, toutes fibres confondues, la production textile de la ville réussissait ainsi à s’affirmer au premier rang des centres textiles régionaux, pourtant en recrudescence. Alors qu’en 1738, la production lainière de Prato n’était en aucune façon en position de force, en 1767, la ville dépassait en quantité, si ce n’est en valeur, la production florentine. Aucun autre centre ne l’égalait, ni pour le volume de la production, ni pour la diversité de celle-ci.

  • 31 D. Preti, 1971, p. 814.
  • 32 J.-Y. Grenier, 1987, p. 501.
  • 33 Cette exigence était d’autant plus pressante lorsqu’il s’agissait de confectionner le trousseau des (...)

17Là est bien l’essentiel : pour conserver, ou affirmer une place centrale dans la production régionale, les fabricants de Prato avaient misé sur la diversification. Bien sûr, l’ensemble des productions restait orienté vers les mêmes clients, mais à Prato ils pouvaient trouver de tout : des petites étoffes de fibres végétales jusqu’aux plus beaux draps qui se produisaient dans le reste de la Toscane31. L’intelligence des fabricants de Prato fut donc de comprendre le désir de paraître du petit peuple et d’adapter leur production à ce segment du marché régional susceptible d’expansion. Instinctivement sans doute, ils comprenaient que si la demande de tissus vise bien sûr un but utilitaire, (elle) se présente aussi comme un bien de luxe,... qui a en plus une dimension collective ostentatoire32. Une paysanne des environs de Florence rencontrée plus tard par Lapo de Ricci l’expliquait à sa manière : le pain on le mange comme on peut l’avoir, mais chaussés et vêtus, il faut être au niveau des autres33. Le pari des fabricants de Prato fut de mettre l’ostentation à la portée du plus grand nombre. Cette politique intelligente de production n’était du reste pas le seul atout de la ville.

Carte 1. LES CENTRES LAINIERS TOSCANS EN 1938-39

Carte 1. LES CENTRES LAINIERS TOSCANS EN 1938-39

Source : A.S.F. Arte della lana, 444
P. Malanima, 1982, p 51
Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

Carte 2. LES CENTRES LAINIERS TOSCANS EN 1761-1765

Carte 2. LES CENTRES LAINIERS TOSCANS EN 1761-1765

Source : A.S.F. segreteria de Gabinetto, 106
P. Malanima, La Decadenza, p 51
Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

Graphique 7. Répartition de la production toscane de draps de laine en 1738

Graphique 7. Répartition de la production toscane de draps de laine en 1738

Source : A.S.F., Arte della Lana, 444

Graphique 8. Répartition de la production toscane de draps de laine en 1767 - Quantités -

Graphique 8. Répartition de la production toscane de draps de laine en 1767 - Quantités -

18Une autre diversification, et une autre spécialisation de Prato était la finition. L’enquête de 1738 permet en effet de mesurer un phénomène d’une portée exceptionnelle : la plupart des draps produits dans les multiples petits centres de la Toscane venaient se perfectionner à Prato. Depuis la foulonnerie jusqu’à la teinture, en passant par la tonte, toutes les opérations étaient faites dans l’enceinte de la ville, mieux qu’ailleurs, fruit d’une tradition pluri-séculaire. La carte des clients des ateliers de finition de Prato montre en effet qu’ils venaient de toute la Toscane. Leur influence était notamment forte dans les deux provinces les plus densément parsemées de petits centres ruraux de fabrication, Florence et Pise, comme l’indique le graphique. C’étaient ainsi en moyenne 6 à 7000 draps par an qui arrivaient jusqu’aux ateliers de Prato, jusqu’à 10.000 dans les années les plus fastes. Cette attraction représentait un formidable avantage sur tous les autres centres, une diversification qui pesa fortement dans l’évolution du groupe entrepreneurial de la ville. Cela montre surtout que pour le savoir-faire dans la finition comme pour la vente des draps, l’influence et la réputation de Prato s’étendaient à l’ensemble de l’espace régional.

Graphique 9. Pourcentage de la production de draps de chaque province envoyée se fouler à Prato en 1738

Graphique 9. Pourcentage de la production de draps de chaque province envoyée se fouler à Prato en 1738

Un marché essentiellement régional, de multiples créneaux de vente34

  • 34 Pour ce sujet encore, nous renvoyons à P. Malanima, 1990, notamment p. 113-123.
  • 35 Soldani, 1989, p. 684.
  • 36 Zuccagni Orlandini A., 1848, vol. 4, p. 397 et suivantes.
  • 37 Pour des informations plus précises : cf. Zuccagni Orlandini, 1848 : il estime notamment que le chi (...)

19Bien sûr, la production se vendait d’abord au plus proche. Dans la ville même, la vente au détail était affaire de fabricants, des plus modestes aux plus grands. C’était, à en croire Lazzero Mazzoni, une rude épreuve, mais dont personne ne dédaignait les gains. Les ventes devaient se multiplier le lundi, jour de marché à Prato. Particulièrement actif, ce marché rayonnait sur un espace très vaste – 450 km2 et près de 60.000 personnes35 – qui dépassait de loin le seul territoire communal. On y vendait bien sûr le bétail, les produits frais et les aliments, mais aussi des tissus de laine, de lin et coton et autres produits manufacturés de la ville36, notamment sur la place de la cathédrale37. Cela donnait éventuellement à ceux qui ne tenaient pas boutique la possibilité de sortir les étals et de débiter leur production au coupon. Mais la boutique désormais primait. Tous ou presque en tenaient une, signe du développement et du dynamisme de la vente quotidienne, d’ailleurs amplement documentée par les multiples petits crédits qui jalonnent les comptes des entrepreneurs.

  • 38 L’un des lanaioli de Prato, Frati, déclare aux enquêteurs de 1767 que deux tiers des marchandises s (...)
  • 39 Certains fabricants affirmaient en effet vendre une partie de leur production à des gens qui vont d (...)
  • 40 Peu d’études sur le colportage ont été faites en Toscane. Pour les problèmes généraux liés au colpo (...)

20Au-delà de ces rapports directs entre producteurs et consommateurs, les ventes se faisaient sur commissions : les marchands-fabricants étaient en relation avec des acheteurs habituels, eux-mêmes marchands qui s’occupaient ensuite de la vente dans leur province38. Destinations et destinataires étaient variés et couvraient à peu près l’ensemble de la Toscane. Parmi ces acheteurs habituels, un certain nombre sans doute étaient des colporteurs qui sillonnaient l’Etat, en particulier les zones fort repoussantes de la Maremme39. Peut-être s’agissait-il des habitants des montagnes proches de Pistoia qui se rendaient dans ces lieux lors de la transhumance ? On en sait trop peu sur le colportage en Toscane pour hasarder plus40. En tous cas, les marchands-fabricants ne semblaient pas les animateurs de ces réseaux. Par contre, ils fréquentaient de manière assidue les foires.

  • 41 Nous n’avons utilisé pour construire la carte que les données du département de l’Arno cf A.S.F., P (...)
  • 42 Voir les analyses de D. Margairaz, 1988, notamment p. 141 et suivantes.

21La plupart des fabricants déclaraient vendre une partie de leur production dans les foires. Quelles foires ? Les données fournies par l’administration française en permettent une première approximation41. Relativement nombreuses dans le Grand Duché, la plupart de ces manifestations étaient néanmoins dominées par le commerce des bestiaux et semblaient avoir une aire d’influence relativement restreinte. Bien sûr, des articles de mercerie, de quincaillerie, et même de draperie s’y vendaient. Les habitants des régions de montagne ou d’habitat dispersé continuaient ainsi d’apprendre l’art du consommateur42. Mais les entrepreneurs de Prato ne participaient pas personnellement à ces foires : si leurs tissus y arrivaient, c’était encore par le biais d’intermédiaires.

  • 43 ACCF, B.3, no 28, cité par R. Ristori, 1963, p. 152.
  • 44 Son importance diminuait cependant au XIXe siècle (avec un chiffre d’affaires désormais estimé à 25 (...)
  • 45 Les Mazzoni en notent à plusieurs reprises l’importance : ainsi en 1812, Lazzero constatait que la (...)
  • 46 Idem, Vincenzo, 9/6/1806.

22Les fabricants ne fréquentaient que les plus grandes foires. La Chambre de Commerce citait comme telles, en 1773, celles de Poggibonsi, Prato, Empoli, Sanminiato, Fucecchio « qui servent ordinairement de règle pour calculer l’espoir de la vente pendant le reste de l’année »43. La foire d’Empoli était en effet ensuite remarquée par les Français pour son chiffre d’affaires de plusieurs millions de francs. Elle avait lieu en septembre, un bon mois pour vendre les draps d’hiver et faire les commissions44. La foire de Poggibonsi devait être comparable45 : se déroulant en début d’année, elle permettait surtout de rencontrer les marchands de Sienne et de la Maremma qui ont l’habitude d’aller à cette foire46.

Carte 3. LES PRINCIPAUX « CLIENTS » DE LA FINITION PRATESIENNE, (1738-1740)

Carte 3. LES PRINCIPAUX « CLIENTS » DE LA FINITION PRATESIENNE, (1738-1740)

Source : A.S.F. Arte della lana, 444
Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

  • 47 Voir notamment S. Bandini, 1943 ; M. Bandini, 1960 ; R. Nuti, 1939a.
  • 48 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 390.
  • 49 Si on se sert du chiffre d’affaire comme indice de l’importance des foires, on note que sur 597 foi (...)
  • 50 Bien sûr, à la foire se mêlaient les habituelles rumeurs de la fête : religieuse d’abord, celle de (...)
  • 51 Zuccagni-Orlandini, 1848, p. 316.
  • 52 Idem.

23En fait, les marchands de Prato avaient de moins en moins besoin de se déplacer. Portée par le dynamisme économique de la ville, la foire de Prato, dont les origines remontaient aux splendeurs médiévales47, s’affirmait progressivement comme l’une des toutes premières du Grand Duché. Les Français estimaient qu’il s’agissait d’une des foires les plus renommées en Italie48. La foule qui se pressait ces trois jours de début septembre était grandiose, de même que le chiffre d’affaire, évalué par Zuccagni-Orlandini dans la première moitié du XIXe siècle à plus de 4,8 millions de lires : il surpassait de très loin celui de toutes les autres manifestations toscanes49 et suffisait à indiquer l’importance économique du rendez-vous50. Les marchandises les plus diverses s’étalaient sur les différentes places de la ville : depuis les produits agricoles – bétail de toute sorte, viandes séchées et fromages, jusqu’aux produits manufacturés qui tenaient évidemment le haut du pavé – tissus en tous genres, chapeaux de poil et de paille, bijouterie, quincaillerie, meubles, vaisselle, ustensiles de fer et de cuivre, bois, combustibles etc.51. Produits de la ville mais aussi de tout le Grand Duché : les draps en particulier venaient du Casentino et de tous les petits centres régionaux se vendre à Prato. C’était en effet une formidable occasion de rencontres : la foire, disait-on, attirait des gens de toute la Toscane et particulièrement de la région de Florence, de Pistoia, d’Empoli et ses environs et de l’Etat pontifical52.

Carte 4. FOIRES ET MARCHÉS DANS LE DÉPARTEMENT DE L’ARNO À L’ÉPOQUE FRANÇAISE

Carte 4. FOIRES ET MARCHÉS DANS LE DÉPARTEMENT DE L’ARNO À L’ÉPOQUE FRANÇAISE

Source : A.S.F. prefettura dell’Arno, 390, 391, 516
Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

Carte 5. LES PRINCIPALES FOIRES DE TOSCANE (1re moitié du XIXe siècle)

Carte 5. LES PRINCIPALES FOIRES DE TOSCANE (1re moitié du XIXe siècle)

Source : Ricerche statistiche sul granducato di Toscana
A. Zuccagni-Orlandini, Firenze 1848, vol. IV
Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

  • 53 Jusqu’à l’Unité ce furent les pièces de tissus, et les draps en particulier, qui constituèrent le s (...)
  • 54 S.A.S.P, Mazzoni, Vincenzo, 1/8/1812.
  • 55 Idem, Lazzero, 9/9/1812.

24Les tissus étaient bien les rois des affaires de la foire53. Le nombre de pièces vendues et l’importance des commissions reçues permettaient d’évaluer la santé de la manufacture et de dresser le profil, bas ou au contraire plein d’espérance, des mois à venir. Les Mazzoni y prenaient constamment le pouls de la manufacture citadine. Une bonne foire signifiait des commissions, du travail pour la population, de l’argent assuré pour les marchands. Une mauvaise foire faisait le désespoir de tous car il fallait baisser les prix et accepter des conditions très désavantageuses et prendre d’immédiates mesures de régulation de la production et du nombre des travailleurs54. Mauvaise foire voulait bien sûr également dire peu d’argent, la circulation s’appesantissait elle aussi55 car le rendez-vous de Septembre n’était évidemment pas seulement un lieu de vente, mais aussi le moment où les comptes se soldaient, où il fallait payer et recevoir : payer par exemple les matières premières, achetées bien avant avec la promesse d’honorer la dette lors de la foire ; recevoir le prix des tissus, parfois vendus lors des précédents rendez-vous. Les temps étaient longs, ils devenaient parfois excessifs, il fallait alors tout stopper, vivre au ralenti jusqu’à l’année suivante, en espérant que les récoltes fassent renaître l’espoir.

S’adapter aux saisons

  • 56 P. Malanima, 1986, p. 254. On remarquera évidement que cette courbe n’est basée que sur la producti (...)

25Les ventes étaient en effet fort sensibles aux prix des grains. P. Malanima a déjà montré le lien qui existait au XVIIIe siècle entre les courbes de production drapière de Prato et les prix régionaux des céréales56.

  • 57 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 1/6/1818.

26La corrélation est effectivement forte. Même si l’adaptation n’était pas toujours immédiate, la foire servait bien de régulateur et les fabricants ne tardaient pas à se mettre au diapason de leur marché en modifiant leurs productions de draps. Les moissons restaient le principal baromètre d’une production avant tout destinée à ceux qui voulaient acheter des vêtements, mais devaient aussi se fournir en céréales : les tissus étaient bien un luxe et une ostentation que l’on ne se permettait qu’en période de bas prix agricoles. Les Mazzoni, comme les autres fabricants, mesuraient les espoirs de la manufacture à l’aune des récoltes agricoles. En 1818 les mécanismes n’avaient pas changé et Lazzero estimait qu’il semble certain que cette année les draps auront une vente heureuse par la réflexion d’une bonne récolte générale qui semble sûre... la classe pauvre maintenant un peu sortie de la misère, avec la dépense moindre de l’alimentation et avec du travail, pensera aussi à se vêtir l’hiver prochain et c’est donc une raison incontestable pour espérer que les draps auront un débouché actif57.

  • 58 S.A.S.P., Arti, 40 : ainsi Frati expliquait-il qu’un tiers des marchandises susdites je les vends p (...)

27Cette prédominance du marché régional et cette influence des saisons nous portent bien loin des marchés proto-industriels définis par F. Mendels : ici pas, ou peu, de marchés lointains car les percées au delà des frontières du Grand Duché restaient limitées. Seuls les plus gros entrepreneurs témoignaient en 1767 de relations extra-régionales58. Les grandes directions étaient l’Etat pontifical – Rome et Bologne – et Livourne où l’on semblait vendre presque exclusivement aux marchands maltais, génois, corses et napolitains. De façon tout à fait significative, c’étaient bien les mezzelanine et les draps de lin qui prenaient ces nouvelles directions, très peu les draps de laine. Ainsi, la multiplication des produits et le mélange des fibres avaient également apporté une diversification des destinations : une raison de plus du dynamisme de Prato et de la vogue de ces « nouveaux » tissus qui permettaient d’élargir le marché et de prendre contact avec les marchands et négociants de Livourne.

Graphique 10. Production des draps et prix du « segalato » à Prato au XVIIIe siècle

Graphique 10. Production des draps et prix du « segalato » à Prato au XVIIIe siècle

28L’incertitude des marchés restait cependant une donnée de base qui déterminait bien des choix faits par les entrepreneurs de Prato. Cette incertitude était structurelle et ne pouvait en aucun cas être dominée puisqu’elle dépendait essentiellement des facteurs climatiques. La leçon à retenir est qu’une croissance était possible dans de telles conditions. Elle fut sans aucun doute rendue possible par l’expansion du XVIIIe siècle et suscita d’ailleurs l’espoir dans de nombreux petits centres du contado toscan, comme dans de nombreuses régions européennes. Le véritable problème est donc de savoir si cette première expansion serait durable et de comprendre éventuellement pourquoi elle mourrait – selon les prédictions du modèle proto-industriel – ou au contraire s’affirmerait. Par rapport aux petits centres toscans, Prato disposait de plusieurs atouts. Sans encore les envisager tous, il est certain que l’ancienneté de la tradition textile dans la ville, la spécialisation artisanale dans la finition qui faisait de la ville un centre reconnu de savoir-faire, et la présence d’un groupe d’entrepreneurs capables d’utiliser au mieux leur connaissance pour orienter la production en fonction des évolutions du marché firent beaucoup pour assurer le succès du renouveau du XVIIIe siècle.

2. Premier portrait de groupe

Mesure et physionomie d’ensemble du groupe entrepreneurial

29Vingt quatre marchands originaires de la ville se présentaient en moyenne chaque année pour faire estampiller leur production réglementée. Le graphique 11 montre les variations quinquennales de ce nombre.

Graphique 11. Evolution des effectifs de fabricants au XVIIIe siècle d’après les registres de marque

Graphique 11. Evolution des effectifs de fabricants au XVIIIe siècle d’après les registres de marque

Source : S.A.S.P., Arte della Lana, 81-147.

30C’était, avec Florence, de loin la plus grande concentration de fabricants de la Toscane. L’enquête de 1738 avait en effet dévoilé de multiples villes et bourgades occupées à tisser des draps de laine mais seule la communauté de Ponte a Sieve et Pelago, avec ses dix sept marchands, pouvait alors rivaliser avec Prato. Loin derrière elles, Barberino di Mugello comptait dix fabricants et tous les autres centres n’en possédaient au plus qu’une demi-douzaine. L’enquête successive de 1767 ne démentit pas cette supériorité, au moins numérique, de la communauté fabricante de Prato, d’autant qu’elle révèle également que les fabricants de draps de pure laine étaient, comme leurs draps, minoritaires. Elle permet donc d’esquisser pour la première fois la physionomie globale de la communauté entrepreneuriale textile de Prato, synthétisée par le graphique 12.

Graphique 12. Composition du groupe entrepreneurial en 1767

Graphique 12. Composition du groupe entrepreneurial en 1767
  • 59 Mesurer l’évolution de l’engouement pour les fibres végétales est impossible puisque le silence des (...)

31Quarante huit fabricants étaient dénombrés par les enquêteurs alors que les registres de marque de 1764-65 n’en comptaient encore que vingt et un, un chiffre cohérent avec les résultats de l’enquête qui comptabilisait dix neuf producteurs de draps de laine : ceux-ci ne représentaient donc que quarante pour cent des fabricants. C’est donc près de soixante pour cent des producteurs, occupés à faire tisser des draps non réglementés, que les registres de marque laissent dans l’ombre. On mesure ainsi de nouveau l’importance prise à Prato par le travail des fibres végétales : les fabricants d’étoffes mêlées, les liniers et les chanvriers semblaient être les véritables fruits de la croissance du siècle, bien plus que les lanaioli, dont le nombre ne subissait que peu de variations59.

32Mais le nombre ne fait pas nécessairement le pouvoir et le prestige. Les lanaioli n’avaient peut-être pas dit leur dernier mot dans la lutte pour la suprématie dans la fabrique. En effet, ce monde était également fortement hiérarchisé : qu’il s’agisse des draps de laine ou des draps mixtes, une minorité tissait l’essentiel de la production tandis qu’une majorité de petits déployait toute son énergie à ne fabriquer qu’une part infime du total annuel. On ne pesait pas le même poids lorsqu’on fabriquait 20 % ou 2 % de la production de la ville.

  • 60 Le nombre des fabricants est pourtant sous-évalué puisqu’il ne s’agit que des seuls fabricants de d (...)

33L’enquête de 1767 montre également le poids qu’occupent, à côté des divers fabricants, les membres de la finition, dont la place apparaît en relation avec la spécialisation précoce de Prato dans ce domaine crucial. Dès le début du siècle, les registres de marque permettent de saisir l’importance, au moins numérique, du pôle de la finition (graphique 15) presque aussi important que celui des fabricants60. Les teinturiers, tondeurs, et foulons travaillaient essentiellement pour les forains : cent vingt marchands-fabricants toscans faisaient appel à leur service en 1715-16, preuve d’un processus déjà largement en cours, cent quarante en 1720-21, plus de cent cinquante l’année suivante. Ce nombre, relativement constant tout au long du siècle, représentait en moyenne six fois plus que les entrepreneurs de la ville. Voilà qui devait peser lourd dans l’économie des relations entre manufacturiers et fabricants locaux : travaillant pour toute la Toscane, quels comptes avaient encore à rendre les artisans de la finition aux lanaioli de Prato ?

34Ainsi, le groupe entrepreneurial semblait suffisamment nombreux pour être varié, voir hétéroclite, d’autant plus que le renouvellement interne était, dès le XVIIIe siècle, relativement important.

Graphique 13. Répartition de la fabrication en 1738

Graphique 13. Répartition de la fabrication en 1738

Source : S.A.S.P., Arti, 40.

Graphique 14. Répartition de la fabrication de draps en 1767

Graphique 14. Répartition de la fabrication de draps en 1767

Répartition de la fabrication de « mezzelane » en 1767

Répartition de la fabrication de « mezzelane » en 1767

Source : S.A.S.P., Arti, 40.

Graphique 15. Composition du Groupe entrepreuneurial d’après les registres de marque

Graphique 15. Composition du Groupe entrepreuneurial d’après les registres de marque

Source : S.A.S.P., Arte della Lana, registro di marchio 1715.

Permanence et renouvellement sur la moyenne durée

35Il est malheureusement impossible d’évaluer le nombre d’héritiers parmi la cohorte de 1767 puisque c’est alors la première enquête globale, mais l’on peut par contre évaluer la permanence de l’effectif de 1738 pendant ces trente années. Au vu des résultats que synthétise le graphique ci-après, une majorité des entrepreneurs de 1738, plus de 62 %, se retrouve, personnellement ou par leur descendance, en 1767. Première interprétation, classique : la continuité dans l’activité domine, aucune rupture majeure ne semble toucher le milieu textile qui reste lié à la stabilité corporative. Mais ce « raisonnement majoritaire » est trompeur car il laisse de côté près de 40 % de l’effectif qui se comporte différemment. Il est donc plus judicieux d’en renverser la logique en insistant sur la proportion finalement très forte des départs, qui semble indiquer des mouvements internes importants.

Graphique 16. Permanence des entrepreneurs en fonction des effectifs initiaux 1738-1875

Graphique 16. Permanence des entrepreneurs en fonction des effectifs initiaux 1738-1875
  • 61 Les registres de marque de 1715 fournissent le détail des noms des foulons, teinturiers et tondeurs (...)

36La longévité des membres de la finition paraît être sensiblement plus brève que celle des fabricants. Seuls 47 % de l’effectif de 1715 est encore présent en 176761. Entre temps l’effectif total du secteur a crû et les héritiers n’y représentent que 40 %. Le renouvellement l’emporte. Des distinctions sont cependant nécessaires : toutes les familles de foulons présentes en 1715 sont encore en activité en 1767, ainsi qu’une majorité de tondeurs. Chez les teinturiers, au contraire, la tendance à la mobilité domine : seuls 27 % de ceux de 1715 exercent encore en 1767, et, sur l’ensemble des teinturiers de 1767, seuls 20 % apparaissent être des héritiers. Ainsi d’une continuité totale à un renouvellement presque complet, le secteur de la finition semble le lieu des plus forts contrastes. Pourtant, tous ces métiers requéraient apprentissage, connaissances et expérience, toutes caractéristiques qui ont souvent incité à imaginer une relative immobilité de ces groupes. Il faudra donc s’interroger sur la signification de ces mouvements à la fois importants et diversifiés. Pour l’instant, contentons-nous de mesurer plus finement le degré de mobilité, en évaluant cette fois dans le court terme à la fois le renouvellement et la turbulence des entrepreneurs.

Permanence, turbulence, renouvellement dans le court terme

  • 62 Si donc un entrepreneur est déjà présent dans la liste de 1715 et que ces descendants le sont dans (...)

37La courbe dressée à partir des registres de marque montre en effet certaines fluctuations importantes : les vingt fabricants recensés en 1715-16 sont vingt huit en 1750-51, – soit une hausse assez remarquable de quarante pour cent parallèle à la tendance à l’augmentation de la production, mais ils ne sont plus que vingt et un en 1755-56 : indice de mouvements difficilement compréhensibles en l’état et dont la mesure reste très grossière. Pour l’affiner, nous avons pris en compte non pas seulement le nombre des fabricants relevés dans les registres de marque mais les listes nominatives qu’ils permettent de dresser. Pour ne pas alourdir le dispositif de comparaison, c’est à intervalles de cinq ans que les changements et les permanences ont été évalués. Les résultats ont été synthétisés dans les deux graphiques ci-dessous : l’un évalue la « turbulence » des entrepreneurs tandis que l’autre mesure les entrées et les sorties effectives du groupe. En effet, certains entrepreneurs disparaissent une année des registres sans pour autant qu’ils cessent définitivement leurs activités puisque cinq ans plus tard, ils sont de nouveau inscrits sur les listes. La turbulence est donc cette mesure brute des entrées et des sorties quinquennales. Au contraire, nous avons comptabilisé comme véritable entrée la première mention dans nos registres d’un entrepreneur, et comme sortie la disparition définitive de cette personne ou de ses descendants62.

38Les deux séries de graphiques présentent dans le détail de nombreuses différences. Les traits de la turbulence sont plus accentués, les mouvements de plus grande ampleur : plus d’entrées mais aussi plus de sorties, indiquent de nombreux mouvements de faible durée. Les variations de ces deux graphiques mesurent bien à notre avis la turbulence des entrepreneurs. L’interruption de l’enregistrement peut en effet difficilement être attribué à un défaut de la source, il s’agit bien au contraire d’un changement temporaire de pratiques. Une partie des fabricants cessait momentanément de tisser des draps, en des périodes que l’on vérifie être celles de dépressions passagères. Rien de surprenant dans une fabrication où les entrepreneurs décidaient d’année en année le volume de leur production : la prévision de difficultés, la succession d’années difficiles provoquait logiquement chez certains la décision d’un arrêt momentané de la fabrication. Cette attitude surprend d’autant moins quand on se rappelle l’inégale répartition annuelle de la production entre fabricants : les plus petits devaient être facilement tentés ou obligés d’arrêter leur travail lors des mauvaises années.

Graphique 17. Permanence et turbulence des entrepreneurs, 1715-1780

Graphique 17. Permanence et turbulence des entrepreneurs, 1715-1780

39L’examen des entrées et sorties véritables montre parallèlement l’importance des mouvements « définitifs » : de nombreux entrepreneurs se lancent dans la fabrication lors des reprises de la production – par exemple en 1720, alors que depuis trois ans la production n’avait cessé de croître – mais ils sont vite découragés par les plafonnements et les difficultés en 1725, le nombre des sorties dépasse celui des entrées. Ce processus de va-et-vient se répète par la suite, en liaison avec un effectif relativement stable quoique variant sur la courte durée. Ce n’est qu’en 1767, et surtout 1775, que le nombre d’arrivées dépasse largement les départs, témoignant ainsi du renouveau apporté par ces années.

Graphique 18. Effectifs, entrées et départs des entrepreneurs de Prato au XVIIIe siècle d’après les registres de marque

Graphique 18. Effectifs, entrées et départs des entrepreneurs de Prato au XVIIIe siècle d’après les registres de marque

40Mobilité et incertitudes, voici donc ce qui caractérise à la fois les entrepreneurs et leurs productions. Les bases du renouveau de Prato sont en fait communes à de nombreux centres relativement modestes du XVIIIe siècle italien et européen : mettant à profit à la fois une tradition de travail textile enracinée dans la zone et un aménagement du territoire effectué de longue date, Prato sut se tourner vers les textiles de basse qualité et diversifier en ce sens sa production pour s’insérer dans les interstices d’un marché régional concurrentiel et faire quelques percées sur les marchés inter-régionaux. Cette orientation, l’une des seules que le centre puisse exploiter, était cependant source d’incertitudes, à la fois pour les rythmes de la fabrication et pour les entrepreneurs qui s’y lançaient. Du moins ceux-ci avaient-ils la chance que n’avaient pas leurs voisins de trouver une corporation prête à les écouter, à les suivre et à défendre leurs intérêts. Les institutions locales en général, et la corporation en particulier, eurent en effet un rôle fondamental dans la recomposition du territoire de Prato au XVIIIe siècle.

Notes

1 P. Malanima a déjà largement analysé l’orientation productive de Prato au XVIIIe siècle. Je renvoie donc à son étude auquel ce paragraphe n’apporte que peu d’éléments nouveaux cf. P. Malanima, 1986.

2 La grande enquête lancée en 1766 par le nouveau grand duc de Toscane Pietro Leopoldo pour orienter de façon sûre l’œuvre réformatrice distingue avec un soin particulier les différentes productions de la ville. Pour une étude approfondie de cette enquête et de sa mise en place : L. Dal Pane, 1958 ; les résultats de l’enquête ont également été publiés dans L. Dal Pane, 1944, p.477-561 ; la relation de la communauté de Prato se trouve dans le même volume, p. 463-476. L. Dal Pane a ensuite repris longuement les résultats de cette enquête dans son ouvrage de 1973 ; références d’archives : A.S.F., Carte Gianni, B. 36 ; S.A.S.P., Arti, 40, S.A.S.P., Comune, 646 ; cette enquête a d’autre part déjà été utilisée pour Prato par P. Malanima, 1986.

3 S.A.S.P., Comunale, 646.

4 Malanima P., 1986, p. 265 et suivantes.

5 E. Bruzzi, 1940, R. Breschi, 1979 ; pour l’industrie du papier en Toscane voir également les travaux de R. Sabbatini, 1990 et M. Piccardi.

6 Un peu plus de 4 % en comptabilisant ensemble les draps à proprement parler (parmi) et les petits draps de qualité inférieure (pannicelli). Il y avait en effet draps et draps. Ceux de Prato, connus par le nom de la ville, étaient d’une qualité nettement inférieure à ceux de Florence : plus étroits, ils avaient moins de fils de chaine, une trame moins conséquente, des laines de moindre qualité, un prix moindre.

7 Cf. les affirmations de E. Bruzzi, 1920, rappelées dans le chap. l.

8 Voir notamment P. Malanima, 1986 p. 227 et P. Malanima, 1983.

9 P. Malanima, 1986, p. 227.

10 Cf P. Malanima, 1982.

11 Pour Biella, voir notamment V. Castronovo, 1964 et G. Quazza, 1961 qui font quelques allusions à l’évolution du XVIIIe siècle ; pour Schio, W. Panciera, 1988 et 1996 ; ce choix d’orientation vers la basse qualité, ou les produits semi-finis est en fait caractéristique de nombreux centres italiens aux XVIIe et XVIIIe siècles. En Toscane même, la prestigieuse manufacture de soie de Lucca était capable de s’orienter vers des produits de qualité inférieure pour conquérir de nouveaux marchés cf. Manikowski A., 1990.

12 E. Bruzzi, 1920, p. 82.

13 Ces considérations se réfèrent bien sûr à la réflexion de Schumpeter cf. notamment Schumpeter, 1912 ainsi qu’à celle de F. Perroux, 1965 et F Gallouj, 1993.

14 La situation de Prato est donc radicalement différente de celle de Florence pour qui le maintien des normes qualitatives représenta une condition temporaire de survie cf. P. Malanima, 1982.

15 S.A.S.P., Comune, 646 : stato della mercatura e dei mercanti di Prato, agosto 1773.

16 A. Tavanti, Della quantità di moneta circolante in Toscana, cité par P. Malanima, 1990, p. 38.

17 Les évaluations concernant les dépenses des artisans s’élevaient à environ 12 % et en dehors de la Toscane également, il ne semble pas que la dépense pour le vêtement et la lingerie de la part des groupes sociaux les plus bas s’éloigne de 12 % à peu près de la dépense globale. P. Malanima, 1990, p. 40-42.

18 P. Malanima, 1986, p. 234.

19 Pour ces questions cf. P. Malanima, 1990, notamment p. 57-64. L’enquête de 1767 témoigne en particulier de la diffusion du travail textile pour seul usage privé dans les campagnes toscanes. La possession du métier apparaît fort fréquente dans certaines zones, notamment dans le territoire même de Prato où, en 1766, battaient 537 métiers dans la campagne pour l’usage personnel des familles.

20 Cité par P. Malanima, 1986, p. 234.

21 A ce sujet voir P. Malanima, 1990, p. 135-146 qui traite précisément de la question.

22 P. Malanima, 1986, p. 250.

23 P. Malanima, 1982.

24 P. Malanima, 1986, p. 233-234, a pu dire que l’évolution du secteur lainier de Prato après 1650 est presque l’exacte antithèse de celle de Florence.

25 Déclaration des députés de l’Arte della Lana de Florence, F. Neri, G.B. Guadagni, F. Gozzi, 1765, cité par P. Malanima, 1986, p. 248.

26 A.S.F., Arte della Lana, 444.

27 Cf. S.A.S.P, Arti, 40.

28 Dans le chapitre suivant.

29 S.A.S.P., Arti, 40.

30 A.S.F., Arte della lana, 486 où il apparaît que Prato fabrique exactement 83,39 % de la production des mezzelanine et seulement 11,54 % de celle des mezzelane gualcate.

31 D. Preti, 1971, p. 814.

32 J.-Y. Grenier, 1987, p. 501.

33 Cette exigence était d’autant plus pressante lorsqu’il s’agissait de confectionner le trousseau des jeunes mariées pour lequel les familles s’endettaient outre mesure : je voudrais plutôt avoir des cornes qu’il lui manque des choses dans le trousseau disait cette mère soucieuse du bien paraître de sa fille, mais qui soupirait toutefois : quand naît une fille il serait mieux de l’étouffer, on ne finit jamais de dépenser, cf. Lapo de Ricci, 1827, p. 97 et suivantes.

34 Pour ce sujet encore, nous renvoyons à P. Malanima, 1990, notamment p. 113-123.

35 Soldani, 1989, p. 684.

36 Zuccagni Orlandini A., 1848, vol. 4, p. 397 et suivantes.

37 Pour des informations plus précises : cf. Zuccagni Orlandini, 1848 : il estime notamment que le chiffre d’affaires du marché de Prato dans les premières décennies du XIXe siècle tourne autour de 30 à 40000 lires, ce qui n’indique pas une dépense par tête très élevée, ainsi que le fait justement remarquer S. Soldani, 1989, p. 685.

38 L’un des lanaioli de Prato, Frati, déclare aux enquêteurs de 1767 que deux tiers des marchandises susdites (il s’agit de ses draps de laine) je les vends aux marchands de Pise, Sienne, Pistoia... et leurs environs. Beaucoup disaient la même chose : Farfalli vendait un tiers dans l’Etat à divers marchands, Tronci lui, écoulait la moitié à des marchands de l’Etat, V. Franchi vendait une part à divers marchands d’Arezzo, Cortona..., N. Franchi, lui, envoyait un tiers de sa production dans la ville et les alentours de Pise et à Portoferraio..., etc.

39 Certains fabricants affirmaient en effet vendre une partie de leur production à des gens qui vont dans les Maremme de Sienne et de Piombino.

40 Peu d’études sur le colportage ont été faites en Toscane. Pour les problèmes généraux liés au colportage cf. L. Fontaine, 1993a.

41 Nous n’avons utilisé pour construire la carte que les données du département de l’Arno cf A.S.F., Prefettura dell’Arno, 390, 391, 516.

42 Voir les analyses de D. Margairaz, 1988, notamment p. 141 et suivantes.

43 ACCF, B.3, no 28, cité par R. Ristori, 1963, p. 152.

44 Son importance diminuait cependant au XIXe siècle (avec un chiffre d’affaires désormais estimé à 255.000 lires), mais la participation restait importante, en provenance de tout le Grand Duché.

45 Les Mazzoni en notent à plusieurs reprises l’importance : ainsi en 1812, Lazzero constatait que la foire de Poggibonsi est allée mal et ces fabricants n’ont presque rien vendu, S.A.S.R, Mazzoni, Lazzero, 8/3/1812.

46 Idem, Vincenzo, 9/6/1806.

47 Voir notamment S. Bandini, 1943 ; M. Bandini, 1960 ; R. Nuti, 1939a.

48 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 390.

49 Si on se sert du chiffre d’affaire comme indice de l’importance des foires, on note que sur 597 foires recensées dans la première moitié du XIXe siècle, seules huit ont un chiffre d’affaire évalué à plus de 500.000 lires : quatre à Arezzo, les trois autres (Levane, Castelfiorentino, Monte San Savino) laissent plutôt présager l’importance des échanges agricoles dans ces réunions. Monte San Savino, en novembre, avait un chiffre d’affaires de 1,4 millions de lires.

50 Bien sûr, à la foire se mêlaient les habituelles rumeurs de la fête : religieuse d’abord, celle de la Madonne, sous la protection de laquelle était placée la ville ; de plus en plus profane : y venaient chaque année, les trombetti de toutes les villes de Toscane jouer à qui mieux mieux dans les rues et sur les places de la ville cf. F. Braudel, 1979, t. 2, p. 68. La place festive par excellence était celle du Mercatale, où se dressaient, depuis 1788, les loges pour ceux qui désiraient assister aux courses qui s’y déroulaient ; elle devint au XIXe siècle la place des tombolas, organisées à partir de 1843, et des feux d’artifices (1847).

51 Zuccagni-Orlandini, 1848, p. 316.

52 Idem.

53 Jusqu’à l’Unité ce furent les pièces de tissus, et les draps en particulier, qui constituèrent le solide fondement de la foire, et qui donnèrent la mesure de sa réussite, cf. S. Soldani, 1989, p. 693.

54 S.A.S.P, Mazzoni, Vincenzo, 1/8/1812.

55 Idem, Lazzero, 9/9/1812.

56 P. Malanima, 1986, p. 254. On remarquera évidement que cette courbe n’est basée que sur la production des draps réglementés de laine.

57 S.A.S.P., Mazzoni, Lazzero, 1/6/1818.

58 S.A.S.P., Arti, 40 : ainsi Frati expliquait-il qu’un tiers des marchandises susdites je les vends pour Roma, Bologna, Genova et leurs environs ; il s’agissait non pas des draps de laine, mais des mezzelanine, de même deux tiers de ses draps de lin se vendent au comptant à Livourne à des Maltais, Corses, Génois et Napolitains ; même témoignage pour N. Franchi et d’autres.

59 Mesurer l’évolution de l’engouement pour les fibres végétales est impossible puisque le silence des registres de la corporation est respecté par l’enquête de 1738 qui ne s’est intéressée qu’à la production lainière

60 Le nombre des fabricants est pourtant sous-évalué puisqu’il ne s’agit que des seuls fabricants de draps de laine, les informations provenant des registre de marque.

61 Les registres de marque de 1715 fournissent le détail des noms des foulons, teinturiers et tondeurs : un ensemble cohérent qui peut être mis en relation avec les données de l’enquête de 1767

62 Si donc un entrepreneur est déjà présent dans la liste de 1715 et que ces descendants le sont dans celle de 1780, aucune entrée ni sortie ne sera enregistrée pour cette famille ; par contre si ce même entrepreneur n’apparaît pas en 1745, il fera partie des graphiques de la turbulence parmi les effectifs des départs en 1745 et ceux des entrées en 1750.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Valeurs des productions de la ville de Prato autres que le textile – 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 2. Les différentes qualités de draps tissés à Prato en 1767. Pourcentage selon la quantité produite
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 3. Valeurs respectives des productions textiles de Prato en 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 4. Qualité des draps fabriqués en 1760
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 5. Evolution de la production de draps à Prato au XVIIIe siècle (moyenne de 9 ans)
Crédits Source : SASP Marchio, 1700-1771.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 6. Evolution de la production de draps à Prato au XVIIIe siècle (moyennes triennales)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 1. LES CENTRES LAINIERS TOSCANS EN 1938-39
Crédits Source : A.S.F. Arte della lana, 444P. Malanima, 1982, p 51Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 2. LES CENTRES LAINIERS TOSCANS EN 1761-1765
Crédits Source : A.S.F. segreteria de Gabinetto, 106P. Malanima, La Decadenza, p 51Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 7. Répartition de la production toscane de draps de laine en 1738
Crédits Source : A.S.F., Arte della Lana, 444
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 8. Répartition de la production toscane de draps de laine en 1767 - Quantités -
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 9. Pourcentage de la production de draps de chaque province envoyée se fouler à Prato en 1738
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 3. LES PRINCIPAUX « CLIENTS » DE LA FINITION PRATESIENNE, (1738-1740)
Crédits Source : A.S.F. Arte della lana, 444Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte 4. FOIRES ET MARCHÉS DANS LE DÉPARTEMENT DE L’ARNO À L’ÉPOQUE FRANÇAISE
Crédits Source : A.S.F. prefettura dell’Arno, 390, 391, 516Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Carte 5. LES PRINCIPALES FOIRES DE TOSCANE (1re moitié du XIXe siècle)
Crédits Source : Ricerche statistiche sul granducato di ToscanaA. Zuccagni-Orlandini, Firenze 1848, vol. IVRéalisation cartographique : J.-F. Ghékière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 10. Production des draps et prix du « segalato » à Prato au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique 11. Evolution des effectifs de fabricants au XVIIIe siècle d’après les registres de marque
Crédits Source : S.A.S.P., Arte della Lana, 81-147.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 12. Composition du groupe entrepreneurial en 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 13. Répartition de la fabrication en 1738
Crédits Source : S.A.S.P., Arti, 40.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 14. Répartition de la fabrication de draps en 1767
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Répartition de la fabrication de « mezzelane » en 1767
Crédits Source : S.A.S.P., Arti, 40.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 15. Composition du Groupe entrepreuneurial d’après les registres de marque
Crédits Source : S.A.S.P., Arte della Lana, registro di marchio 1715.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 16. Permanence des entrepreneurs en fonction des effectifs initiaux 1738-1875
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 17. Permanence et turbulence des entrepreneurs, 1715-1780
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 18. Effectifs, entrées et départs des entrepreneurs de Prato au XVIIIe siècle d’après les registres de marque
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49980/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540