Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

III. Vers une refondation du dogme : espoirs et embûches

6. Vers une religion pratique et sécularisée

Texte intégral

1Ainsi donc, les déchirements internes et les nombreuses controverses théologiques, la relecture biblique à la lumière des acquis philologiques et sémantiques, les investigations critiques du dogme et des mystères du christianisme, l’intrusion perturbatrice du système critique kantien – tous ces éléments ont largement contribué à ébranler la foi religieuse traditionnelle et à priver les croyants de repères stables. C’est pourquoi, en réaction aux disputes théoriques, nous trouvons nombre de recensions portant sur des ouvrages sans prétention dont le critère n’est ni l’érudition ni la compétence théologique, mais qui par contre abordent la religion par le biais des réalités quotidiennes et des problèmes bien concrets, pour finalement aboutir au constat réconfortant que la religion chrétienne est secourable, qu’elle est nécessaire, qu’elle est vraie.

Le renouvellement par une approche pragmatique

2Pour se ressaisir et apporter un peu de sérénité au troupeau des fidèles, désorientés par tant de voix dissonantes dans leur propre camp, il faut se tourner vers les choses concrètes et tenir éloignés les discours savants et inintelligibles des théologiens professionnels en accordant davantage de poids et de considération à la prédication et à la littérature édifiante que ce ne fut le cas par le passé. Naturellement, cette littérature abondante doit obéir à des critères précis, tels que clarté et simplicité alliées à une émotion de bon aloi sans excès ni transports ; les sujets doivent être empruntés aux Evangiles et s’appliquer au quotidien, afin d’exhorter les chrétiens aux vertus individuelles et familiales et de réaliser une intégration sociale respectueuse des lois et des autorités.

  • 86 Cf. AdB KN 70.1. (1786) p. 61-64. Le recenseur (Müller de Oebisfelde) cite un libraire (serait-ce (...)
  • 87 Voici quelques titres : Der Evangelist – der Kirchenbote – das Sonntagsblatt – Magazin für Kinder (...)

3Les recueils de sermons de par leur finalité édifiante et pédagogique figurent toujours aussi nombreux parmi les recensions brèves et abordent effectivement les événements qui marquent le quotidien. En fonction de l’année liturgique, il y a les prédications pour célébrer l’Avent, Noël, la Passion, Pâques, la Pentecôte ou tout simplement le culte dominical et les fêtes locales. Des méditations pieuses rassemblées dans des opuscules invitent au recueillement à différents moments de la journée, au lever et au coucher, avant et après le repas, ainsi qu’à des moments privilégiés dans la semaine ou le mois. Les prédications à propos des sacrements comme le baptême et la cène retiennent plutôt l’aspect pragmatique et anthropologique de la fonction sotériologique et bénéficient de comptes rendus favorables. Les événements marquants de la vie comme les obsèques ou le mariage font bien entendu l’objet de nombreux sermons. D’autres prédications évoquent les vertus familiales, les devoirs moraux spécifiques des parents, des domestiques, des maîtres et chefs de famille, des épouses, des jeunes filles, des veuves et des veufs ; on s’adresse, en particulier, aux enfants, aux malades, aux classes moyennes, aux populations rurales, aux princes bien sûr. D’ailleurs, les prédicateurs qui impriment leur production sont légions, depuis les surintendants des grands districts consistoriaux et les distingués prédicateurs des cours princières jusqu’aux pasteurs exerçant dans les bourgs les plus retirés ; il y a vraiment pléthore86 dans l’édition des sermons et de la littérature pieuse. Parmi les prédicateurs les plus prisés on relève les noms de célébrités comme Jérusalem et Spalding, mais aussi du Leipzigeois Georg Joachim Zollikofer (1730-1788), prédicateur apprécié. La Allgemeine deutsche Bibliothek signale aussi une masse de catéchismes pour enfants et de nombreux titres de revues édifiantes87 ou moralisatrices. Ce genre de production, systématiquement traité sous forme de KN, présente évidemment une grande disparité de par sa qualité intrinsèque, mais une bonne partie en est considérée comme tout à fait acceptable.

4Cette approche religieuse plus pratique que dogmatique est aussi illustrée par l’importance qu’on attache aux entreprises ou aux projets de redéfinition du rituel liturgique et, plus largement, de la réglementation ecclésiale en général car il est indispensable que le service divin, qu’il s’agisse du culte, des baptêmes, des prières ou des cantiques, soit compris de ceux qui y participent et facilement intégré à leur existence de tous les jours.

  • 88 AdB 78.1.2. (1788) p. 17-34 Entwurf zur Kirchenordnung, Mitau, 1785 [Programme de réglementation e (...)
  • 89 Lüdke prend là une position proche des réformés qui « mettent plus l’accent sur la dimension commu (...)

5L’une des rarissimes GR consacrée à la théologie pratique88, rédigée par l’infatigable Lüdke, présente une restructuration du règlement ecclésial (Kirchenordnung) en Courlande comme un modèle dont on pourrait s’inspirer ailleurs. Il s’agit là d’une refonte généralisée des pratiques tant liturgiques que coutumières pour les communautés protestantes de ce duché, théoriquement inféodé à la Pologne, mais déjà depuis plusieurs décennies sous influence russe et qui sera rattaché à la Russie lors du troisième partage de la Pologne en 1795. Lüdke rend compte de l’organisation administrative de la Courlande, avec sa capitale Mitau, divisée en sept districts (Präposituren) avec un Präpositus (premier prédicateur) à la tête de chaque district. Le surintendant, avec rang d’évêque (Superintendent), assure le service de 1’un des districts et supervise l’ensemble de ses collègues, notamment en faisant connaître aux autres Präpositi les ordonnances générales qui ont été arrêtées. Le recenseur précise certains détails des réformes entreprises et se félicite des améliorations apportées. Ainsi il n’y aura plus de réprimandes sur le parvis des églises ou en chaire où les fautifs étaient sermonnés publiquement (öffentliche Abkanzlung) pour leurs manquements. Au plan liturgique, Lüdke se félicite, par exemple, de ce que les personnes de qualité (Standespersonen) soient invités à communier avec le commun ; il souhaiterait que la confession privée, sans qu’elle fût explicitement interdite, tombât en désuétude et que la pratique de la confession en commun se généralisât89. Puis survient une remarque assez curieuse de sa part, quand on connaît son intérêt et son engagement pour le renouvellement des cantiques. A son avis, l’on chante beaucoup trop pendant le service divin, ce qui peut nuire au recueillement (Andacht) et puis, il accepte mal qu’on tolère toujours le signe de la croix. Cette nouvelle réglementation générale lui apparaît cependant comme un modèle dont beaucoup de régions protestantes devraient s’inspirer.

  • 90 AdB 78.1.2. Handlungen und Gebete beim öffentlichen Gottesdienst in den Herzogthümern Kurland und (...)

6La recension de Lüdke comprend une deuxième partie qui porte sur un second opuscule90 émanant des mêmes autorités et qui concerne une réglementation de la gestuelle durant le service et propose la rénovation de certains textes de prières. Selon le recenseur, ce rituel (eine Agende) ne mérite que des éloges, car on veut rendre ces prières plus accessibles aux gens qui jusqu’alors les répétaient sans réfléchir ; et on invite de même les prédicateurs à ne plus user de formules creuses et vides de sens.

  • 91 AdB KN 103.1. (1791) p. 83-87, Chr.Joh. Rudolf Christiani, Briefe zur Beförderung eines weitern Na (...)
  • 92 Rappelons que dans un souci d’apaisement, l’Intérim d’Augsbourg, qui comporte 26 articles publié e (...)

7Une autre recension91 sous forme de KN va dans le même sens. Le recenseur, Laas, prédicateur à Lüneburg, estime qu’il faut enfin adapter l’ancienne liturgie aux réalités théologiques nouvelles. Ainsi, pourquoi obliger le pasteur, et les fidèles à prier selon un formulaire précis (nach einem Formular) au lieu de le laisser s’exprimer selon son propre sentiment ? Pourquoi faire lire en chaire toutes ces dispositions et réglementations communales, consistoriales, voire ministérielles ? N’est-il pas gênant de voir les fidèles ne pas arriver en même temps à l’office et repartir de même ? Pourquoi le célébrant tourne-t-il le dos à l’assistance ? Enfin, il conviendrait d’abolir le signe de la croix (cela semble vraiment tourmenter certains recenseurs), de ne plus recourir à la pratique romaine de sonner pendant le culte92, de n’enseigner le catéchisme qu’aux enfants en âge de réfléchir. La réorganisation de la pratique liturgique et de la vie paroissiale concerne donc aussi bien des réformes capitales que les détails les plus insignifiants.

  • 93 AdB KN 88.2. (1789) p. 48-63, Hermes, Fischer und Salzmann : Beyträge zur Verbesserung des öffentl (...)

8Signalons encore une autre KN93 qui recense en quelques pages un gros volume double rédigé par trois auteurs. Le recenseur, le prédicateur Dapp, s’intéresse surtout aux problèmes relatifs aux sacrements. Pour ce qui est du pédobaptisme, les auteurs adoptent un point de vue avancé en se déclarant peu favorables à l’administration de ce sacrement aux jeunes enfants ; ils estiment, d’une part, que le moment devrait être choisi par les parents et pensent, d’autre part, que l’époque de la confirmation (die Einsegnung) conviendrait mieux, de sorte que les jeunes gens accomplissent ce pas en toute connaissance de cause. Le recenseur rapporte, sans commentaire particulier, que Jésus n’avait jamais demandé le baptême des enfants qui de simple coutume est devenu un rite inscrit dans le dogme. Il ajoute que Jésus, dans son enseignement, n’a d’ailleurs jamais accordé beaucoup d’importance au baptême.

9La confession et la cène ne donnent guère lieu à des considérations proprement théologiques et on s’étend davantage sur les divers us et coutumes régionaux en la matière. Ainsi, à Quedlinburg, la pratique de la confession privée est maintenue et on déplore l’absence de concertation des ministres du culte à ce sujet. A Bernberg/Saale (principauté d’Anhalt), la cène n’est célébrée qu’une fois par mois dans les églises de la localité et seulement trois fois par an dans l’église du château. Le recenseur se plaît à relever la simplicité avec laquelle la confession et l’eucharistie se pratiquent dans les milieux luthériens en Alsace, mais on mentionne l’interdiction faite aux pasteurs, par décret du roi de France, de laisser prendre part à la cène tout catholique converti depuis le rattachement à la France. Et on déplore que, lors des cérémonies de ce centenaire, le 30 septembre 1781, les orateurs luthériens de Strasbourg riaient pas fait mention de cette discrimination. Enfin, la question du vin dans la communion sous les deux espèces semble occuper une place non négligeable. Dans la présente recension il y est dit qu’on se plaint communément de la mauvaise qualité du vin (p. 56), de sorte que « la querelle sub una et sub utraque semble dépassée, c’est maintenant sub nulla », tant le pain est de petite dimension et la part du vin minime ! On fait cependant remarquer judicieusement qu’à l’origine, la portion impartie à chaque convive ne devait pas être bien grande non plus, puisqu’au cours de la sainte cène, ce sont 13 personnes qui ont partagé le même calice (p. 58) !

  • 94 AdB KN 61.1. (1785) p. 67-83 Gespräche über die Abschaffung des geistlichen Standes, Berlin, 1784 (...)

10Dans cette quête d’innovations, le Deutsches Museum de 1782, une importante revue polyvalente largement répandue, avait publié un article dans lequel il était demandé purement et simplement la suppression de l’état de ministre du culte. Lüdke s’implique dans le débat en publiant un ouvrage remarqué94, recensé en 1785 par Pistorius. L’auteur indique que le sujet est bien à l’ordre du jour dans les milieux de la bourgeoisie et des gens de lettres (bürgerliche undgelehrte Welt), où des voix nombreuses se sont élevées pour prendre position pour ou contre le maintien du ministère pastoral (für und wider das Amt der Religionslehrer). Fidèle à son esprit d’ouverture, Lüdke met en scène, dans son livre, divers personnages qui vont exposer la diversité des opinions représentatives à travers une demi-douzaine d’entretiens croisés. Pour Lüdke tout comme son recenseur Pistorius, la cause est entendue, il faut plaider pour le maintien du ministère pastoral.

11Pistorius conclut que son ami vient de « faire amplement la démonstration de l’influence de la religion sur le bien-être de l’Etat » par l’intermédiaire de la fonction pastorale et de l’utilité de la reconnaissance de ses représentants comme formant une condition sociale à part.

Un combat sur plusieurs fronts

12La stratégie générale de rénovation serait incomplète sans son volet offensif, et l’ennemi à combattre avec le plus d’acharnement, c’est d’abord l’athéisme qui veut démythifier le personnage de Jésus, prétend dénoncer l’imposture et les falsifications du christianisme et s’efforce de ruiner le sentiment religieux et toute croyance en Dieu, en l’au-delà et en l’immortalité.

  • 95 ADB 63.1.4. (1785) p. 37-44, auteur anonyme, Philosophische Betrachtung über Theologie und Religio (...)

13Eberhard, recenseur attitré des questions métaphysiques et apologétiques, va signer l’une des rares GR95 théologiques des dernières années de la AdB, concernant un livre édité simultanément à Leipzig et à Francfort et qui constitue une véritable déclaration d’athéisme. A son habitude, Eberhard est volontiers porté à l’indignation à l’égard de son adversaire et, autre trait caractéristique, il ne manque jamais d’utiliser l’argument d’autorité pour balayer une démonstration contraire. Il est vrai que l’auteur anonyme du livre recensé, qui est traité de rustre et d’hypocondriaque par Eberhard, se glorifie d’être athée et affirme que la religion n’est rien d’autre que la croyance en une cause finale, appelée dieu. Le personnage de Moïse n’est qu’un intriguant ambitieux qui combat le polythéisme pour devenir le régent de ce dieu et donc le maître du peuple d’Israël. Quant à Jésus, il n’aurait jamais clairement expliqué ce qu’il entendait véritablement par dieu. Eberhard est évidemment outré par ces blasphèmes ; il qualifie l’argumentation de nulle et rétorque qu’il faut être bien présomptueux pour contredire tous ces savants qui attestent les vérités divines, citant Leibniz, Wolff, Baumgarten, Jerusalem, Meyer, Moses Mendelssohn, Reimarus (dont on apprendra, au début du xixe siècle, qu’il fut l’auteur des « manuscrits d’un anonyme » qui rejettent les bases mêmes de la Révélation divine et donc de toute sotériologie christique).

  • 96 AdB KN 106.1. (1792) p. 40-45, August Christian Bartels, Ueber den Werth und die Wirkung der Sitte (...)

14Dans le volume 106, et dernier de la AdB encore sous la direction de Nicolai, Laas rend compte de l’ouvrage96 d’un pasteur de Braunschweig qui prend la défense de la religion chrétienne contre un anonyme ayant rejeté toute justification de la sainteté du christianisme et de l’efficacité de la morale issue de l’enseignement de Jésus. Celle-ci n’aurait aucune valeur effective, elle ne serait d’aucune aide pour les gens en difficulté et finalement qualifiée de médiocre et d’imparfaite (mangelhaft und unvollkommen). Soutenant son collègue pasteur, Laas insiste sur l’essence divine du christianisme, ce qui implique la nécessité de la Révélation, des miracles, des prophéties. Enfin s’il se présente des complications pour l’interprétation dogmatique de quelques passages scripturaires plus ou moins obscurs, cela est loin de brouiller la clarté du message biblique en général et la résolution de ces difficultés est l’affaire des théologiens.

15Les recenseurs théologiques de la Allgemeine deutsche Bibliothek n’adoptent pas nécessairement des positions absolument uniformes mais ils défendent globalement la même approche du christianisme, en particulier pour ce qui est de la personne de Jésus et le support biblique en général, mais sans retenir la littéralité du message scripturaire. L’unanimité se fait par contre incontestablement sur les principes de la morale tirée de l’enseignement du Christ (die christliche Sittenlehre). Ils prennent leur distance, chacun à sa façon et selon des amplitudes variables, à l’égard du dogme constitué, triant et interprétant très librement le système doctrinal de leur confession, notamment luthérienne. Ils rejettent également les excès dans la critique biblique et religieuse de certains, dont l’archétype est l’ancien surintendant Bahrdt.

  • 97 AdB KN 76.1. (1787) p. 36-39, Semler Neuer Versuch der Auslegung des N.T., 1786 [Nouvel essai d’in (...)

16Il semble que si la société allemande au cours de ce dernier quart de siècle résiste relativement à l’attraction des idées athées – à l’exception entre autre des milieux fréquentant les grandes et les petites cours princières – c’est probablement dû au fait que le protestantisme allemand permet une grande liberté d’interprétation du message biblique, ce qui se traduit par un large éventail d’opinions religieuses et de conceptions théologiques plus ou moins personnalisées. Semler97 et Lüdke ne s’y sont pas trompés lorsqu’ils insistent, le premier qui distingue une religion publique (öffentliche) proclamée par l’église institutionnelle et une religion individuelle à usage personnel (Privatreligion) et indépendante de la première ; le second pour estimer qu’il ne faut pas faire des mystères chrétiens et du dogme la pierre de touche d’une vie religieuse authentique et sincère.

  • 98 AdB KN 102.1. (1791) p. 35-38, Zuschrift an eine Freundin, die durch Gespräche der Gesellschaften, (...)
  • 99 AdB KN 99.1. (1791) p. 29-38, à propos de Was soll ich zu der Beruhigung meiner Seele glauben ? ho (...)

17Néanmoins, l’effervescence des idées en cette fin de siècle ainsi que toutes les controverses théologiques ont fait que beaucoup de personnes se sentent désorientées et plusieurs écrits98 recensés dans la revue visent à réconforter et à encourager ceux qui sont assaillis par l’incertitude et quelquefois plongés dans le désarroi. Il revient une nouvelle fois à Lüdke99 de jouer ce rôle de modérateur et, en quelque sorte, de fédérateur pour réunir le plus grand nombre sur des positions minimales. Son discours chaleureux, empreint de sincérité et d’une bonne volonté évidente dans l’effort de comprendre la détresse de ceux qui se sentent subitement privés de l’assise même de leurs croyances passées, cherche à convaincre les uns et les autres que le chemin le plus simple et le plus sûr, et qui sera aussi le plus rassérénant, c’est de retenir le message le plus évident, le sens le moins compliqué et le plus direct des textes bibliques, sans se perdre dans des subtilités savantes et somme toute artificielles. Lüdke rend compte avec beaucoup d’honnêteté des doléances exprimées par l’auteur de cet ouvrage, au titre larmoyant et mélodramatique, qui s’épanche sur les méfaits de ces épigones qui, dit-il, – non sans quelque perspicacité – ont finalement réussi, à partir d’un système qui se voulait être une approche éclairée du dogme, à renverser l’édifice tout entier de la foi. « Ceux-ci, poursuit-il, avec toutes leurs spéculations philosophiques et leurs argumentations, avec leur soi-disant religion rationnelle et leur morale naturelle pour faire progresser dans toute sa pureté la connaissance de Dieu et les bonnes mœurs, n’ont pas réalisé sur terre ce que l’enseignement du Christ et de ses apôtres, sans érudition aucune, a réussi dans cette voie. »

18Lüdke déclare que ce vieillard est sur la bonne voie, il lui conseille de persévérer dans sa foi, telle qu’il l’a vécue, mais pourquoi incriminer les « Lumières » (Aufklärung) ? La Bible ne parle-t-elle pas de la lumière de la connaissance (Licht der Erkenntniβ) ? Faudrait-il lui préférer les ténèbres ? Pourquoi opposer religion rationnelle (Vernunftreligion) ou religion naturelle et religion chrétienne ? La première n’est-elle pas entièrement comprise dans la seconde ? Lüdke incarne une nouvelle fois cette recherche du consensus en matière religieuse, consensus toutefois réducteur qui lime la problématique théologique, écartant les questions de fond, telles que l’existence des miracles, la nature réelle de la Révélation, le message christique, l’interrogation sotériologique.

19Il existe naturellement une autre approche religieuse, plus individuelle, débarrassée d’incidence doctrinale, basée sur le sentiment et la conviction émotionnelle, voire l’élan mystique, par opposition à une ratiocination desséchante qui mène à une voie sans issue. A partir des années 1770, la figure dominante de cette orientation est incarnée par Lavater, à propos duquel nous avons mentionné précédemment un très long compte rendu de près de 90 pages, évidemment très négatif, paru dans AdB 30.2.1. (1777) et qui regroupe une dizaine d’ouvrages autour d’une polémique sur l’exaltation du sentiment religieux.

  • 100 ADB 85.1.2. (1789) p. 15-32 Nathanael, die ebenso gewisse ah unerweisliche Göttlichkeit des Christ (...)
  • 101 AdB KN 67.2. (1786) p. 360-80, Johann Kaspar Lavater, Herzenserleichterungen, 1784, Saint Gall [Ep (...)
  • 102 AdB KN83.1. (1788) p. 40-58, Swedenborg Revision der bisherigen Theologie, sowohl der Protestanten (...)

20Un ouvrage paru anonymement en 1786, attribué avec beaucoup de vraisemblance à Lavater100, fait l’objet d’une des rares « grande recension » (GR) à contenu théologique des dernières années de la revue. S’inspirant de Jean 1.50, l’auteur veut montrer que, si la raison est le véhicule du quotidien, les sens et l’intuition sont les organes nobles qui nous permettent de parvenir à des certitudes qui n’ont rien de commun avec le raisonnement. C’est le cas de Nathanaël qui est d’abord rempli de doute, mais il lui suffit de voir le Christ, et dans l’instant même s’installe la foi en Jésus. Pour le recenseur, l’ouvrage n’est que verbiage creux (leeres Gewäsch), plein d’affirmations enthousiastes avec une profusion de points d’exclamation, des successions ininterrompues de noms de personnages bibliques ou mythiques et, pour preuve, Korrodi cite quelquefois, pour l’édification du lecteur, des pages entières de cette prose. Bref, selon lui, c’est l’œuvre d’un exalté, d’un illuminé proche de la déraison. Un autre ouvrage de Lavater avait déjà fait l’objet d’un commentaire101 caustique de son compatriote Zurichois pour ses envolées mystiques et son prosélytisme qualifié d’impudent. Ce type de condamnation est évidemment encore plus catégorique lorsqu’il s’agit pour Pistorius d’accabler un Swedenborg pour ce qu’il appelle les élucubrations d’un visionnaire fantasque propre à intéresser les « psychologues »102. Sans parler, bien entendu, de la condamnation de la communauté de Zinzendorf.

21Finalement, les théologiens « éclairés » ont été desservis par certains excès de langage et par des entreprises de révision dogmatique menées tambour battant et sans discernement par quelques-uns de leurs sympathisants tels que Bahrdt ou même Biester. Cependant, le projet de « dépoussiérage » du dogme que le plus grand nombre a voulu mener avec compétence et sérieux a entraîné les moins circonspects dans un engrenage qui a finalement abouti à un « démontage » de ce même dogme – entreprise dans laquelle certains, notamment parmi les épigones, comme pris de vertige, n’ont plus guère trouvé de point de repère fixe ni su retenir un mouvement allant en s’accélérant. Face à la déliquescence de la théologie systématique qui en a résulté, l’adversaire le plus attendu et en mesure de profiter de la situation n’a été ni l’athéisme ni d’ailleurs l’orthodoxie conservatrice, privée à présent de son influence d’antan. L’idéologie rationaliste « éclairée » a trouvé de solides adversaires dans un catholicisme qui semblait plus avenant, plus ouvert, plus attractif mais aussi un piétisme nouvelle manière, moins théologique que celui des origines avec Spener, moins répressif que celui de Francke à Halle, moins émotionnel et mièvre comme chez Zinzendorf, mais autour de personnalités comme Friedrich Heinrich Jacobi ou Lavater, à l’écoute de leurs émotions et de leurs sentiments profonds, dont ils disaient qu’ils étaient la source d’une perception plus authentique des vérités évangéliques et de la vie en général.

  • 103 Dès la 1re moitié de la décennie de 1770, l’empreinte des « génies » du Sturm und Drang marque de (...)
  • 104 Année 1794 : Johann Gotlieb Fichte (1762-1814) publie la Wissenschaftslehre.
    1797 : Wilhelm Schelli (...)

22Et c’est cette même conviction d’une nécessaire revalorisation du sentiment, de l’émotion et de l’exaltation des forces profondes de l’individu qui anima, à partir des années 1770, les audaces de la nouvelle génération des « génies » avec Herder, Hamann, les jeunes Goethe et Schiller, aspirant à d’autres horizons. Elle a méprisé et ridiculisée la démarche raisonnable et timorée de leurs aînés qu’ils ont vu plongés dans un morne quotidien. Une nouvelle prise de conscience du monde s’opère par la voie d’une dynamique de l’affectivité, des sensations, de l’introspection. Elle s’empare de la prose, de la poésie et de la scène103. Après la période des « génies, » déjà révolue dans les années 1780, si l’on excepte la production schillerienne des débuts, il va bientôt se produire l’irruption du romantisme à proprement parler, une vague de fond bien plus puissante et durable qui s’annonce imminente dans les dernières années du siècle, notamment avec Fichte, Schelling, Wackenroder, Schleiermacher, Novalis.104 Il est hors de doute que les positions des théologiens rationalistes « éclairés » sont sérieusement ébranlées et que le débat théologique ne constitue plus, dorénavant, cette toile de fond universelle et incontournable de toute réflexion intellectuelle.

Notes

86 Cf. AdB KN 70.1. (1786) p. 61-64. Le recenseur (Müller de Oebisfelde) cite un libraire (serait-ce Nicolai ?) qui, dans un article de la Berliner Monatsschrift de juillet 1784, affirme qu’il classe les sermons parmi les produits les plus courants mais aussi les plus rebutants (ein Buchhändler ; der die Predigten zzuar zur kurrenten, aber auch ekelhaften Waare rechnet).

87 Voici quelques titres : Der Evangelist – der Kirchenbote – das Sonntagsblatt – Magazin für Kinder Gottes – Sammlungen zum christlichen Magazin – Lesebuch fürs Landvolk – Leipziger Wochenblätter – Katechetisches Magazin – Beyträge zur Beförderung des vernünftigen Denkens in der Religion – Liturgisches Magazin – Neuer Volkslehrer für alle Stände.

88 AdB 78.1.2. (1788) p. 17-34 Entwurf zur Kirchenordnung, Mitau, 1785 [Programme de réglementation ecclésiale], 67 pages in-folio.

89 Lüdke prend là une position proche des réformés qui « mettent plus l’accent sur la dimension communautaire » lors de la célébration de la Cène, alors que pour le luthéranisme, « la Cène concerne chaque croyant individuellement, séparément. » Cf. A. Gounelle, o.c. p. 27. C’est une nouvelle illustration de ce que pour les néologues, les différences dogmatiques entre les deux confessions évangéliques sont accessoires au regard de la pratique religieuse concrète et de l’engagement éthique individuel.

90 AdB 78.1.2. Handlungen und Gebete beim öffentlichen Gottesdienst in den Herzogthümern Kurland und Semgallen, Mitau, 1785, [Gestuelle et prières durant l’office public pour les duchés de Courlande et de Semgallen], 69 pages in-folio.

91 AdB KN 103.1. (1791) p. 83-87, Chr.Joh. Rudolf Christiani, Briefe zur Beförderung eines weitern Nachdenkens über die zweckmäβigste Einrichtung des öffentlichen Gottesdienstes, Hamburg, 1790 [Lettres pour approfondir la réflexion sur l’organisation la plus opportune du service divin].

92 Rappelons que dans un souci d’apaisement, l’Intérim d’Augsbourg, qui comporte 26 articles publié en 1548 sur ordre de Charles Quint, autorise pour les confessions reconnues (catholique et protestante), selon le choix des uns et des autres, l’eucharistie sous les deux formes, le maintien des 7 sacrements, le culte des Saints, la juridiction épiscopale ; par ailleurs, le célibat ecclésiastique n’est pas exigé, la confession auriculaire et les habits liturgiques traditionnels autorisée (pour ne citer que les points essentiels). Il va sans dire que le mécontentement était vif chez les catholiques comme chez les protestants.

93 AdB KN 88.2. (1789) p. 48-63, Hermes, Fischer und Salzmann : Beyträge zur Verbesserung des öffentlichen Gottesdienstes der Christ en, 2.Band, Leipzig, 1787-88 [Contributions à l’amélioration du service divin chrétien].

94 AdB KN 61.1. (1785) p. 67-83 Gespräche über die Abschaffung des geistlichen Standes, Berlin, 1784 [Entretiens sur la suppression de l’état du clergé].

95 ADB 63.1.4. (1785) p. 37-44, auteur anonyme, Philosophische Betrachtung über Theologie und Religion überhaupt und über die jüdische insonderheit, Francfort, Leipzig, 1784 [Réflexion philosophique sur la théologie, la religion en général et la juive en particulier].

96 AdB KN 106.1. (1792) p. 40-45, August Christian Bartels, Ueber den Werth und die Wirkung der Sittenlehre Jesu ; Eine Apologie derselben, Hamburg, 1788, 1789 [De la valeur et des effets de l’enseignement moral de Jésus ; présentation apologétique], 624 pages.

97 AdB KN 76.1. (1787) p. 36-39, Semler Neuer Versuch der Auslegung des N.T., 1786 [Nouvel essai d’interprétation du N.T.].

98 AdB KN 102.1. (1791) p. 35-38, Zuschrift an eine Freundin, die durch Gespräche der Gesellschaften, und durch Schriften in ihrer ehemaligen festen Ueberzeugung von der Göttlichkeit der Religion des Christenthums wankendgemacht worden, Stendal, 1790, [Missive à une amie, ébranlée par des conversations et des lectures dans son ancienne et ferme conviction de la nature divine de la religion chrétienne], 296 p.

99 AdB KN 99.1. (1791) p. 29-38, à propos de Was soll ich zu der Beruhigung meiner Seele glauben ? hoffen ? bey den mannichfaltigen Meinungen der Gelehrten ? Beantwortet von einem abgelebten Greise am Rande des Grabes, Zelle, 1790 [Que dois-je croire pour la consolation de mon âme ? que puis-je espérer ? au vu des multiples opinions des théologiens ? Réponse à ces questions de la part d’un vieillard au terme de sa vie et au bord de la tombe].

100 ADB 85.1.2. (1789) p. 15-32 Nathanael, die ebenso gewisse ah unerweisliche Göttlichkeit des Christenthums für Nathanaele, d.i. für Menschen mit geradem, gesundem, ruhigem, truglosem Wahrheitssinn, 1786, [Nathanaël, l’essence divine du christianisme, aussi certaine qu’impossible à prouver, à l’intention des Nathanaël, c’est-à-dire, des hommes munis d’un sens de la vérité sans détour, sain, serein, sincère], recenseur Korrodi à Zurich.

101 AdB KN 67.2. (1786) p. 360-80, Johann Kaspar Lavater, Herzenserleichterungen, 1784, Saint Gall [Epanchements du cœur].

102 AdB KN83.1. (1788) p. 40-58, Swedenborg Revision der bisherigen Theologie, sowohl der Protestanten als Römischkatholischen, 1786.

103 Dès la 1re moitié de la décennie de 1770, l’empreinte des « génies » du Sturm und Drang marque de son sceau la production des jeunes Stürmer tels que Klinger, Lenz et notamment de Goethe. Ce dernier est polyvalent : Werther (1774) pour le roman, Götz (1773) pour le théâtre, puis le lyrisme de Sesenheim (dès 1771) et celui des grands hymnes (1774).

104 Année 1794 : Johann Gotlieb Fichte (1762-1814) publie la Wissenschaftslehre.
1797 : Wilhelm Schelling (1775-1854) : Ideen zu einer Philosophie der Natur. –Wilhelm Heinrich Wackenroder (1773-1798) : Herzensergieβungen eines kunstliebenden Klosterbruders.
1799 : Friedrich Schleiermacher (1768-1834) : Reden üher die Religion an die Gehildeten unter ihren Verächtern, – Novalis (1772-1801) Die Christenheit oder Europa.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540