Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

III. Vers une refondation du dogme : espoirs et embûches

5. Le catholicisme : menace réelle ou imaginaire ?

Texte intégral

  • 52 AdB 15.1.3. (1771) Die gute Sache des wahren Religionseifers, Hamburg, 1770.

1Dans une perspective de globalisation quantitative des recensions thématiques, nous relevons évidemment l’incontestable prééminence du champ protestant, omniprésent surtout dans sa composante luthérienne. En effet, il est plus que surprenant que les problèmes inhérents au calvinisme soient quasiment inexistants sur l’ensemble des recensions. Il est révélateur que Resewitz fait remarquer, avec un agacement perceptible, que Goeze52 n’aime pas dire les « réformés », mais qu’il se plaît à user du terme de « calviniste », distillant une nuance dépréciative comme d’un protestantisme importé de l’étranger qui viendrait concurrencer et contrarier la confession luthérienne enracinée depuis la Réforme. Ce genre d’égratignure sournoise n’est pas sans indisposer les théologiens de la Allgemeine deutsche Bibliothek dans les recensions desquels le terme de « calviniste » n’apparaît que dans le sens d’une appartenance stricte à l’Église de Calvin, historiquement et géographiquement bien délimitée.

  • 53 Rappelons que le dogme calviniste officiel sur la prédestination et la rédemption, tel qu’il fut im (...)

2Les recenseurs de la revue utilisent systématiquement le terme de « réformés » (reformirt) pour désigner la composante protestante non luthérienne, l’adjectif-adverbe evangelisch pris dans son acceptation générale étant synonyme de « protestant ». En Prusse, pour les raisons que nous avons déjà exposées, le calvinisme avait abouti à un protestantisme « réformé », de langue et de culture allemandes, dissocié des racines plus spécifiquement dogmatiques du calvinisme historique53, ce qui rapprochait les néologues luthériens d’inspiration plus érasmienne que strictement luthérienne des réformés, eux-mêmes d’une orientation plus libérale. Avec une orthodoxie objectivement déclinante, un piétisme éclaté, visionnaire ou sectaire, un catholicisme peu combatif confiné dans ses bases rhénanes, bavaroises et habsbourgeoises, la théologie « éclairée », aussi bien luthérienne que réformée avait, pendant un certain temps, tenu véritablement le haut du pavé dans l’aire culturelle de l’Allemagne septentrionale et centrale, assurée de la bienveillance de Frédéric II, lui-même souverain « très éclairé » fort peu préoccupé, à titre personnel, des choses de la religion, estimant que c’était l’affaire de chacun de trouver le salut à sa manière (Jeder soll nach seiner façon selig werden).

Un regard condescendant sur les désordres du catholicisme

3Pour les premières séries de la revue, grosso modo jusqu’au début des années 1780, on note le peu d’intérêt que la revue porte au catholicisme qui bénéficie d’un nombre fort restreint de « grandes recensions », dont quasiment toutes sont négatives sinon irrévérencieuses, voire parfois sarcastiques.

4On y blâme la superbe de ceux qui ne mettent pas un instant en doute la supériorité du catholicisme, on flétrit systématiquement les jésuites et on accuse la vie monacale et les ordres monastiques de toutes sortes d’aberrations et de désordres, à part les franciscains, victimes de « procès criminels de la part de l’Inquisition » et la figure de saint François d’Assise, perçu positivement pour sa simplicité et sa probité. Le monachisme est dépeint sous les couleurs les plus noires comme étant l’école de la superstition, de la dissolution des mœurs et de la simonie ; enfin on ironise sur le culte des saints et de la Vierge, leurs panégyriques, les légendes pieuses souvent qualifiés d’inventions ridicules ou indignes.

5La papauté, bien sûr, n’est pas non plus ménagée, non pas tellement comme figure de proue d’une confession qu’on a rejetée – à la Allgemeine deutsche Bibliothek on cultive volontiers la plus grande tolérance à l’égard des catholiques et de leur culte – mais par sa prétentieuse « outrecuidance » de succéder exclusivement à Saint Pierre, de représenter la seule ecclesia menant au salut (die allein seligmachende Kirche), de s’estimer infaillible (bien que le dogme n’existe pas encore canoniquement).

  • 54 AdB KN 5.1. p. 249 (1767), Claudius Fleury, prieur d’Argenteuil, Allgemeine Kirchengeschichte, Fran (...)

6Resewitz, pour sa part, apprécie la franc-parler du prieur d’Argenteuil54 à propos des « croisades insensées » (thörichte Kreuzzüge) des xie et xiie siècles, tout particulièrement lorsque ce dernier déclare dans sa longue préface que « l’ignorance et la décadence des sciences ont engendré, entre l’an 600 et 1100 de l’histoire de l’Église, toutes les tares qui ont peu à peu dénaturé cette Église, telles que la superstition et la crédulité, les faux miracles, la vénération des reliques, l’abus des pèlerinages et les perversions qui en découlent, les mœurs dépravées des clercs, le pouvoir déréglé des évêques et des papes ». De telles déclarations, provenant de surcroît d’un dignitaire catholique, sont évidemment pain bénit pour des pasteurs à la fois luthériens et rationalistes.

  • 55 AdB 2.1.20. (1765), Justinus Febronius, (pseudonyme pour Johann Nikolaus von Hontheim, évêque coad (...)
  • 56 Malgré le décalage de quelques décennies, il est instructif de dresser ici un parallèle avec le co (...)

7Le même Resewitz rédige un autre compte rendu particulièrement positif lorsqu’il relève la critique sans ambages de von Hontheim, évêque coadjuteur de Trèves, à l’égard du pouvoir absolu que s’aroge le Saint-Siège, accusé de déborder sur les diocèses, de restreindre l’autorité des évêques et d’empêcher les efforts de réunification de l’Église55. C’est une traduction de l’ouvrage paru en latin en 1763 qui fit grand bruit en Europe et fut rapidement traduit en plusieurs langues. Dans son introduction, l’auteur, alors resté anonyme, s’adresse par quatre missives au pape, aux princes chrétiens, aux évêques et aux théologiens pour contester le pouvoir autocratique du pape en matière religieuse et soutenir le parti gallican en France56. L’évêque von Hontheim, alias Febronius, n’était nullement isolé dans son combat ; encore en 1786, les archevêques de Mayence, de Cologne, de Trêves et de Salzbourg déclarèrent solennellement à Ems vouloir exercer leurs pleins pouvoirs épiscopaux face à l’autorité papale. Sachant que les ouvrages catholiques ou concernant le catholicisme sont plus couramment traités dans les « informations brèves » (KN), le choix de classer cet article dans la catégorie des GR est significatif de l’intérêt qu’on lui porte.

  • 57 AdB KN Anhang XII p. 473-474, (1771), Louis Bourdaloue, Sämtliche Predigten und geistliche Reden, (...)
  • 58 AdB KN 12.2. p. 241-242, (1770) P.R. Graser, Vollständige Art zupredigen.
  • 59 AdB KN 12.2. p. 220 (1770).

8Un autre compte rendu favorable concerne les sermons de Bourdaloue (1632-1704), homme pieux et vertueux, selon Lüdke, qui l’estime comme un prédicateur de talent, sachant parler au cœur et dont les sermons sont plein de bon sens et d’utilité pour les fidèles57. Le même recenseur signale encore un autre ouvrage tout à fait remarquable, l’œuvre d’un bénédictin58, à mettre entre les mains de tout le monde. Il voudrait « glisser (cet écrit) dans les rayons de bibliothèque de bien des prédicateurs luthériens et réformés. Peut-être qu’ils s’y plongeraient un peu et apprendraient à rougir d’eux-mêmes ». Lüdke ajoute que le contenu dogmatique de l’ouvrage ne les concerne pas, mais que c’est par contre un modèle d’homilétique. Une autre remarque originale de Lüdke, qui s’avère être, avec Purgold et Pistorius, le recenseur quasi exclusif du domaine catholique dans les premières séries, concerne le rituel du signe de la croix. Il pense, et ne serait-il pas quelque peu persifleur, que le signe de la croix a son utilité, du moins pour les auditeurs sourds ou mal entendants et que ce geste peut servir d’élément explicatif au cours du déroulement liturgique. On peut tolérer ce rite, dit-il, dans la mesure où il n’y a pas d’abus conduisant à des pratiques superstitieuses59.

9Au cours des deux premières décennies de la revue, le catholicisme n’occupe qu’une place modeste et périphérique. Il est certes vrai, qu’en matière de théologie, l’activité éditoriale est bien moindre dans l’Allemagne du Sud catholique que la production protestante correspondante en Allemagne du Nord ; en outre, nombre d’ouvrages catholiques ne sont alors que des traductions du français. Par contre, les choses changent nettement dans les dernières années de la revue. La production catholique examinée par la Allgemeine deutsche Bibliothek est devenue plus abondante et, à partir de 1788, avec le volume AdB 79 de la 5e série, qui est sexennale, on distingue pour les KN des rubriques séparées de théologie protestante et de théologie catholique, ce qui confère au catholicisme un statut à part entière.

Un intérêt grandissant pour l’espace catholique

  • 60 Ordre fondé en 1776 par Adam Weishaupt, professeur de droit à Ingolstadt, rejoint par Adolphe von (...)

10Le desserrement de la censure en pays catholique, notamment dans l’Autriche de Joseph II, l’affaiblissement de l’emprise des jésuites après le bref de dissolution de la Compagnie par Clément XIV en 1773, peut-être aussi une certaine lassitude générée en pays protestant par les fissures apparues dans l’édifice dogmatique orthodoxe et, parallèlement, par les tentatives brouillonnes et disparates des efforts de certains rénovateurs néologues, tous ces facteurs contribuent à susciter un intérêt plus vif pour la vie culturelle et religieuse de cette autre Allemagne, de civilisation catholique, d’un poids politique et économique non négligeable. Il y a aussi l’intérêt du public pour les sociétés secrètes, soupçonnées à tort ou à raison de véhiculer souterrainement le catholicisme, tels les Illuminés de Bavière60. Enfin le développement des idées nouvelles, en cette fin de siècle, se produit tout autant en Allemagne méridionale et en Autriche qu’en terre protestante. On assiste incontestablement à un éveil de l’intérêt pour les voisins germanophones du sud et des espaces rhénans.

  • 61 Friedrich Nicolai, Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781 nebst (...)

11Nicolai lui-même sera un artisan actif de cette ouverture. En 1781, il entreprend en compagnie de son fils un voyage de sept mois qui les amène par la Saxe, Nuremberg, la Bavière, à Vienne et en Hongrie, pour ne citer que quelques étapes principales. Au retour, ils passent par la Suisse, Strasbourg, la Souabe, Francfort/Main pour revenir à Berlin. Nicolai va publier une relation de voyage très détaillée et documentée de cette pérégrination. L’ouvrage61 qui comporte une douzaine de volumes, édités entre 1783 et 1796, devient vite un document de référence, sa renommée et son influence en Allemagne sont considérables.

12Quant aux recensions « catholiques » d’ouvrages tout de même majoritairement rédigés par des protestants, on en compte environ 300 pour les dix dernières années de la revue, soit moins d’une centaine pour les cinq premières années de cette dernière période (1783 à 1788) et plus de 200 pour les cinq dernières années (1788 à 1792). Signalons qu’il y a au total environ 1700 recensions théologiques pour cette période de dix ans. Cela représente une pagination globale de plus de 4700 pages sur dix ans, dont 4100 pages pour les seules « informations brèves » (!).

13Un tri thématique parmi les recensions concernant le catholicisme, qui occupent environ 800 pages, permet de relever un premier groupe d’un peu plus de 200 recensions avec environ une trentaine d’écrits à finalité apologétique et morale, destinés au grand public et sans caractère véritablement théologique ; le reste se partage à peu près à part égale entre sermons, d’une part, catéchismes et littérature pieuse d’autre part. A cela s’ajoute un deuxième groupe d’un peu plus d’une trentaine de recensions, composé d’ouvrages d’ecclésiologie historique, d’exégèse biblique et de dogmatique. Il y a encore une bonne cinquantaine de livres, proche du modèle édifiant, mais que nous préférons ranger dans une rubrique à part appelée « dévotions et pratiques catholiques populaires ». Il s’agit de missels avec la liturgie commentée de la messe et des offices, du Propre des saints et de la Vierge, d’écrits sur les pèlerinages, les fêtes votives, le jeûne et la période de carême, les apparitions, les miracles et des conversions plus ou moins extraordinaires. Enfin, il y a près d’une vingtaine de recensions relatant des polémiques importantes, entre autres, la plus retentissante qui oppose le surintendant réformé De Marées et ses partisans à Pistorius et aux gens proches de la Berliner Monatsschrift de Gedike et de Biester.

14Les cibles traditionnelles telles que la superstition, l’hagiographie et le culte des saints, la messe, la transsubstantiation, la papauté, les ordres monastiques, et d’autres, sont restées les mêmes et les semonces rendent le même son que lors des décennies précédentes. Les principaux reproches concernent la forme stylistique jugée médiocre, la faiblesse dans l’exposition, un commentaire théologique erroné ; certains de ces défauts ne sont d’ailleurs pas absents des productions protestantes. Vont s’y ajouter des critiques rédhibitoires à l’égard du catholicisme, tout particulièrement l’encouragement à la superstition chez les fidèles, la futilité du discours magistériel, la carence de la culture théologique des prêtres, l’égarement dans le mysticisme de la vie monastique. Par rapport aux périodes précédentes, on insiste moins sur la dénonciation de débauche ou d’inconduite dans les ordres réguliers, on s’en prend moins systématiquement à la papauté. Ces thèmes classiques sont peut-être un peu éculés et plus ou moins mis en sourdine. Ce qui inquiète davantage, c’est que le mouvement protestant « éclairé » se voit pris dans d’autre tourments dus au surgissement d’une forme de prosélytisme catholique, réel ou supposé, néanmoins perçu comme une offensive généralisée pour reconquérir un terrain perdu.

Une séduction œcuménique conflictuelle

  • 62 Simon Ludwig Eberhard De Marées (1717-1802), archidiacre de la Schloβ = und Hofkirche à Dessau, pr (...)

15A présent, l’œcuménisme et le rapprochement des Églises sont considérés comme de simples avatars du prosélytisme catholique. Une bonne vingtaine de KN, de même que 4 des 5 GR consacrées aux questions catholiques, adoptent un ton résolument hostile lorsqu’on aborde cette thématique. Une dizaine de recensions concernent une longue et violente polémique – sur laquelle nous reviendrons – avec le surintendant De Marées62 à Dessau, qui accuse la Allgemeine deutsche Bibliothek et les néologues en général de s’opposer obstinément à tout rapprochement avec les catholiques, si bien qu’il en vient à les désigner ironiquement du nom de nouveaux gardiens du protestantisme (die neuen Wächter), dignes épigones de feu le Hauptpastor Goeze, leur ancienne cible privilégiée, dont ils prendraient à présent la relève. C’est à partir de l’année 1787 que les recensions de la rubrique de théologie catholique se font de plus en plus nombreuses à dénoncer l’activité missionnaire catholique, ses efforts de prosélytisme sous couvert d’œcuménisme ou de rapprochement des confessions chrétiennes.

  • 63 AdB KN 74.1. (1787) p. 375-379.

16Un événement caractéristique pour l’époque a été le concours lancé par une association éducative à Schnepfenthal près de Gotha, important centre de l’édition avec un institut géographique possédant alors la plus remarquable collection de cartes et de documents du monde qui pose la question suivante aux concurrents : « Que faut-il penser de la possibilité, de la nécessité et de l’utilité de rédiger une nouvelle confession de foi pour les catholiques et les protestants ? »63

  • 64 Johann Erich Biester (1749-1816), proche de Nicolai, bibliothécaire à la bibliothèque royale de Be (...)
  • 65 AdB KN 61.2. (1785) p. 360-376, Semler, Briefe über die Religionsvereinigung, Berlin, 1783 [Lettre (...)

17Le recenseur en est Biester64, ancien secrétaire du baron von Zedlitz, coéditeur en 1783 avec Gedike (1754-1803) de la Berlinische Monatsschrift proche des milieux « éclairés » autour de Nicolai. Son opposition à une telle éventualité est totale, d’autant qu’il se trouve entraîné pour l’heure, avec son ami Gedike, dans un procès public de diffamation pour avoir accusé de cryptocatholicisme Johann August Starck, Premier prédicateur à la Cour de Hesse-Darmstadt. Biester estime, quand on parle d’œcuménisme, que les protestants n’ont rien à retrancher de leurs écrits dogmatiques car, dit-il, « que contient d’autre la Confession d’Augsbourg sinon l’explication du dogme ecclésiologique à partir de la Bible ? » Semler65, lui aussi, s’était déjà prononcé contre la réunion des trois confessions chrétiennes, approuvé en cela par Lüdke qui estime que cet œcuménisme de façade n’est qu’une manœuvre catholique pour ramener les protestants au bercail et, il se demande, comment des ministres protestants peuvent-ils se laisser berner jusqu’à prêter une oreille complaisante à de tels rapprochements ?

  • 66 AdB 93.1.1 (1790) p. 4-39, auteur anonyme, titre traduit : Lettres confidentielles sur le catholic (...)

18Dans une GR66 rédigée par Heinrich Philipp Henke, celui-ci reprend le reproche de prosélytisme larvé fait au parti catholique et souligne l’insistance du catholicisme à vouloir instruire les protestants sur ce qui les sépare de la « vieille religion ». C’est effectivement l’intention d’un auteur recensé, catholique, qui veut expliquer aux protestants, qu’il dit ignorants en la matière, le dogme catholique, son développement historique, son importance pour l’individu et la société. Henke rapporte qu’il sait définir correctement les principes essentiels du protestantisme : les Écritures comme source de tout le système dogmatique, la libre exégèse et la liberté du jugement personnel (Privaturtheil), d’où l’existence de confessions différentes ; la possibilité d’apporter des modifications au dogme et l’intégration du progrès scientifique dans l’exégèse. Pour le recenseur, l’Église catholique se place tout à fait à l’opposé, elle renonce à la liberté d’examen (Untersuchungsfreyheit), détermine seule le dogme qui n’est guère modifiable et ne tient pas compte des acquis philologiques nouveaux.

19Henke, comme subjugué par une sorte d’omniprésence du rationnel, pense que l’auteur a tort d’affirmer que le ralliement au christianisme dans la Rome antique pourrait s’expliquer par les promesses eschatologiques d’un monde meilleur qui rendrait supportable et viendrait compenser les souffrances d’ici-bas. Il est convaincu que c’est le « caractère raisonnable de l’enseignement chrétien » (Vernünftigkeit der christlichen Lehre) qui en a fait son succès. Le recenseur relève en particulier le danger moral du célibat ainsi que la nocivité de la confession auriculaire qui pousse la jeunesse à la dissimulation du péché de chair ; thème toujours sensible chez nombre de recenseurs, défenseurs des vertus morales et de la pureté dans un siècle libertin.

  • 67 AdB KN 76.1. (1787) p. 36-39, Neuer Versuch der Auslegung des N. T, 1786, recenseur Hermes.

20Enfin, une autre recension, de la même année, à propos d’une publication de Semler sur le Nouveau Testament, reprend la distinction faite par l’auteur, entre une religion privée (Privatreligion), libre et indépendante, et une religion officielle et confessionnelle, ce qui serait absolument inacceptable pour les catholiques, remarque le recenseur67. Celui-ci conclut : « Il n’y a que le parti catholique qui s’est permis un tel despotisme spirituel illégal, et qui a ainsi porté depuis toujours le plus grand préjudice à la liberté de pensée, introduisant en même temps un redoutable assujettissement des consciences ».

21L’opposition des recenseurs n’est donc pas uniquement d’ordre théologique ou confessionnel, mais elle trouve avant tout son origine dans l’exigence de la liberté de pensée en matière religieuse et dans l’affirmation du primat de la dynamique du rationnel sur la tradition inamovible.

Les conversions

  • 68 Rappelons qu’au début du xixe siècle, les divers courants romantiques qui devaient successivement (...)

22Les recenseurs de la AdB sont donc très sensibles à toute forme d’esprit missionnaire et se montrent tout particulièrement allergiques aux récits sensationnels de conversions spectaculaires. Ils stigmatisent aussi les rapprochements, à leurs yeux un peu trop empressés et scandaleux de théologiens protestants, comme par exemple Starck et d’autres, perçus comme de véritables collusions avec les menées catholiques. Celles-ci seraient puissamment relayées par des organisations secrètes qu’ils voient un peu partout à l’œuvre. Il faut rappeler que c’est l’époque des Cagliostro, du renouveau des Rose-Croix protégés par le successeur de Frédéric II, de l’afflux dans les loges franc-maçonnes, de la création de l’ordre des Illuminés de Bavière, de la faveur dont jouit le mouvement de Zinzendorf, pour ne pas prendre à la légère les craintes des théologiens « éclairés »68.

  • 69 AdB KN 81.1. (1788) p. 82-86.
  • 70 AdB KN 93.2. (1790) p. 358-362.
  • 71 Friedrich Schiller, Der Geisterseher, in Rheinische Thalia, 1786 et 1789. Réédition récente en poc (...)

23Des conversions sont publiées avec grand fracas pour faire sensation et impressionner les gens. Henke rend compte d’un ouvrage intitulé Histoire étrange de deux conversions au catholicisme,69 et son collègue Dapp, surintendant à Klein-Schönebeck près de Magdebourg, rapporte70 la conversion d’un personnage relativement connu, qu’il traite d’aventurier, un nommé Weisse qui se fait maintenant appeler Albus (sic) dont l’histoire est qualifiée en sous-titre « d’instructive et de distrayante » (lehrreich und unterhaltend) par son auteur. Il ne faut pas perdre de vue que le grand public, qui ne voyage pas, qui passe sa vie dans un rayon géographique restreint, a toujours été extrêmement friand de toutes sortes d’aventures et d’événements plus ou moins lointains ou extraordinaires, d’autant plus que la prédilection pour les sociétés secrètes est devenue un véritable phénomène de société. L’exemple le plus illustre en est ce livre d’aventure, d’espionnage et d’épouvante de Friedrich Schiller, Le visionnaire71 qui nous paraît tout à fait exemplaire et représentatif du goût du jour.

  • 72 AdB KN 66.1. (1785) p. 26-68, Abraham Jakob Penzel, Vernünftiger Versuch über die Grundwahrheiten (...)

24Une autre recension72 de Henke, très caustique, ironise sur les péripéties de la conversion d’un certain Penzel, ancien soldat devenu abbé catholique. Sur plus d’une quarantaine de pages le recenseur fustige ce qu’il appelle les extravagances de l’auteur, « esprit déjà à ce point perverti par le catholicisme et qui fait l’apologie, en une douzaine de missives à ses amis “dissidents”, des “pires insanités” du dogme catholique ». Henke, qui a déjà prouvé qu’il n’est pas un modèle de circonspection quand il s’agit de catholicisme, s’écrie, dans une sorte de phobie théophage : « Le dogme de la transsubstantiation est de tous les dogmes le plus insensé et le plus impie qu’un cerveau humain ait jamais pu concevoir » (p. 50). Il s’en prend ensuite au rosaire et explique avec une feinte naïveté que les petites boules ne recèlent aucune force magique, mais servent seulement à compter les prières, encore que certains prélats préfèrent compter les prières sur leurs doigts, et lui de se demander, pourquoi on n’utiliserait pas des cartes à jouer à cet effet. Plus sérieusement, il s’interroge : comment peut-on se recueillir dans la prière et en même temps « minuter » arithmétiquement sa relation à Dieu ? Il termine sur ce cri du cœur : « c’est à grand-peine et avec dégoût que nous avons parcouru jusqu’au bout le contenu de ce produit de la folie de conversion du catholicisme romain. » Puis plus sereinement, il juge que catholiques et protestants auront du mal à se rapprocher, ne serait-ce que du fait que chez les uns la recherche éclairée se poursuit sans cesse, alors que l’immobilisme des autres ne les a pas fait changer depuis 350 ans. Beaucoup de recenseurs laissent ainsi percer une certaine inquiétude et expriment la crainte d’une stratégie d’absorption orchestrée par l’Église, les jésuites et certains cryptocatholiques infiltrés jusque dans les milieux du clergé protestant.

Cryptocatholicisme

  • 73 Adb KN 84.1. (1788), p. 47.
  • 74 AdB KN 79.1. (1788) p. 70, Johann Christian Gottfried Dressel, 1787, titre traduit : Nouvelle cont (...)

25Cette menace d’infiltration catholique, à lire certaines recensions, ne semble pas sans fondement. Signalons très brièvement deux relations qui provoquent une certaine perplexité dans l’Allemagne protestante, d’abord avec la réédition, en 1788, d’un ouvrage de Johann Kaspar Lavater, pasteur à Zurich, dont le titre est tout ce qu’il y a d’éloquent : Trois poèmes à la louange de l’office divin catholique et des oraisons monastiques avec des commentaires,73 ce que le recenseur qualifie d’absolument scandaleux pour un protestant. Une autre histoire74 étrange, rapportée par Dapp, recenseur berlinois, met en cause un jeune candidat à la charge de prédicateur luthérien, dont on ne donne évidemment pas l’identité, mais qui se rendrait clandestinement auprès de l’évêque de Prague pour l’informer de l’état d’esprit dans les milieux ecclésiastiques protestants ainsi que du climat général régnant parmi la population. De telles nouvelles, vraies ou fausses pour ce qui est de la seconde, sont évidemment de nature à soulever la réprobation et l’inquiétude des protestants.

  • 75 AdB KN 79.2. (1788) p. 379 sq. Johann Gottlieb Plank, Neueste Religionsgeschichte, Leipzig, 1787.

26D’autres recensions sont plus significatives. L’une est de Gebhard, prédicateur à Berlin qui rend compte75 d’un ouvrage du professeur Plank de Leipzig, historien des religions, exprimant ses préoccupations à propos des menaces réelles qui guettent le protestantisme, car les organisations secrètes et les manifestations de charlatanisme ne font que donner libre cours à tous les fantasmes et à la superstition, ce qui fait le lit du catholicisme. Il cite un peu pêle-mêle, à l’appui, et sans vraiment discerner la spécificité de certains mouvements, les franc-maçons et l’ordre des Illuminés – qui n’ont pas spécialement pour objectif de s’en prendre au protestantisme – puis Cagliostro et le mesmérisme, la « Société allemande pour l’avancement de la doctrine authentique » (Deutsche Gesellschaft zur Beförderung der reinen Lehre) qui, d’après lui, constitue un organisme assez offensif, mais à propos de laquelle le recenseur reste plutôt discret. Il accuse naturellement les jésuites, malgré l’interdiction de leur ordre, de chercher à circonvenir les princes allemands, à les gagner à leur cause par des conversions qui n’ont pas nécessairement besoin d’être rendues publiques – ce qui est le thème même du roman de Schiller déjà cité. Le recenseur se demande : « Pendant combien de temps encore, quelques rares personnes éclairées, attachant de l’importance aux droits de la raison, seront-elles en mesure de retenir ce torrent de magie, d’alchimie, de transmutations, de fantasmagorie, d’astrologie et d’exaltation, qui se déverse de tant de gouffres invisibles » (p. 389).

  • 76 AdB KN 101.2. (1791) p. 38-42, D. Reinhard, titre traduit : Essai à propos du plan conçu par le fo (...)

27On atteint un sommet dans l’obsession de l’omniprésence des sociétés secrètes avec un ouvrage76 recensé par Lüdke, dans lequel l’auteur s’interroge le plus sérieusement du monde sur la meilleure stratégie conçue par Jésus pour répandre au mieux son message d’amour pour Dieu et le prochain. L’auteur explique que Jésus pouvait s’engager sur trois voies : la première était d’imposer son évangile par la force et la guerre aux peuples récalcitrants ; la seconde était (p. 40) de « mettre en marche les rouages d’une société secrète » (die Triebfedern einer geheimen Gesellschaft in Bewegung setzen) qui se serait ainsi imposée ; la dernière enfin, celle qu’il a retenue, c’est « le moyen hautement pacifique de la prédication publique » !

  • 77 ADB 78.2.5. (1788) p. 334-364, auteur anonyme (on apprendra par la suite qu’il s’agit effectivemen (...)
  • 78 Dès le xvie siècle, les diacres protestants assuraient un service d’auxiliariat, par exemple, pour (...)
  • 79 Johann Dreykorn, titre traduit : Remarques sur une recension parue dans la Nürnbergische gelehrte (...)

28Enfin, une GR77 d’une trentaine de pages relate une affaire assez déplaisante, impliquant un prédicateur auxiliaire de Nuremberg qui s’avère l’auteur d’une liturgie commentée de la messe catholique. L’ouvrage en question était à ce point bien documenté et écrit qu’on avait la conviction qu’il s’agissait d’un auteur catholique. Le scandale est découvert lorsqu’un certain Seidel, Diakonus (prédicateur auxiliaire)78 à Nuremberg, fait part de ses suppositions dans un journal local, selon lesquelles l’auteur pourrait être son collègue, le Diakonus Dreykorn. Celui-ci aurait reçu les documents nécessaires à la rédaction de son ouvrage d’une organisation pour l’unité chrétienne, sans que le nom de celle-ci soit précisé davantage. Dreykorn reconnaîtra79 être l’auteur de cet ouvrage liturgique, mais il nie publiquement avoir été en contact avec une quelconque organisation, qu’elle soit de caractère public ou secret. Il somme Seidel de prouver ses accusations en donnant le nom de ceux qui lui auraient procuré ces documents, seul moyen de démontrer que lui, Dreykorn, aurait des fréquentations douteuses et déloyales eu égard à ses fonctions.

29La polémique se poursuit encore quelque temps entre Dreykorn et Seidel, et Henke qui en rend compte dans la AdB, d’ailleurs assez tardivement, avec trois ans de retard sur les événements, est d’avis, curieusement, que Dreykorn a tort d’exiger de la part de Seidel de prouver ses dires en fournissant le nom des intermédiaires. Bref, le recenseur estime que les circonstances sont singulières et que, s’il s’était simplement agi de faire connaître aux protestants ce que représente une grand’messe catholique (Hochamt), il n’était nullement indispensable que ceci incombât à un ministre protestant qui a certainement mieux à faire ! Qu’il ait ajouté un commentaire liturgique aux diverses parties de la messe, cela aurait pu se comprendre, mais en l’occurrence c’est bien un commentaire dogmatique et apologétique qui a été rédigé ! Cette entreprise veut faire apparaître la messe catholique dans un contexte évangélique très respectable, en quelque sorte en conformité avec les rites les plus anciens, conférant ainsi à la messe une authenticité dont le culte protestant ne saurait se prévaloir. L’auteur va d’ailleurs jusqu’à suggérer cette conformité liturgique avec les pratiques et les intentions de l’Église primitive des six premiers siècles. Il approuve la somptuosité des ornements sacerdotaux, les fumigations, l’intercession des saints ; quant à juger du ton et du contenu de la préface de l’ouvrage, on croirait un prêtre catholique à l’œuvre. Certes, il « s’attriste » de la simplicité d’esprit, de la crédulité et du penchant à la superstition des catholiques, mais il « s’irrite » de la désinvolture et souvent du mépris avec lesquels les non-catholiques considèrent la messe, et ce mépris (Verachtung) devient un blasphème (Lästerung). On peut supposer que cette recension à retardement ait été fort opportune dans le contexte des controverses violentes qui viennent de s’engager à l’intérieur du camp protestant.

Un conflit interne : Pistorius contre De Marées

30Nous avons fait allusion à plusieurs reprises à la violente polémique qui éclate vers 1786 avec la publication d’un cahier d’un peu moins d’une centaine de pages, dont l’auteur est De Marées, surintendant à Dessau dans la principauté de Saxe-Anhalt. Il engage une véritable offensive contre la Allgemeine deutsche Bibliothek et ses recenseurs, s’en prenant nommément à Nicolai ainsi qu’à Biester et sa Berlinische Monatsschrift. Il accuse Nicolai d’être pratiquement l’unique recenseur théologique de la AdB – mythe qui aura la vie dure – de superviser et d’inspirer étroitement les recensions de quelques comparses pour faire de son organe un instrument de démolition du dogme protestant traditionnel et d’œuvrer pour le remplacement de la doctrine chrétienne par une religion naturelle. L’accusation vaut pour Biester et sa revue mensuelle qui se distingue effectivement par un anticatholicisme extrême, alors que Nicolai se garde de toute intervention dans le domaine de la recension théologique, ce que le grand public ignore du fait de l’anonymat des recenseurs, tenu secret de par le systèmes des signets.

31De Marées, qui appelle ironiquement ses adversaire « les nouveaux gardiens du protestantisme » – prenant ainsi la succession de leur vieil adversaire Goeze, parangon de l’orthodoxie luthérienne – met en doute leur honnêteté et leur bonne foi et les accuse que, démolisseurs et fossoyeurs du protestantisme, il leur sied mal de se dresser en « lieutenants de police de la foi » (Polizei-Lieutenants des allgemeinen Glaubens). Les gens comme Nicolai et Biester sont pareils, écrit-il, à ces gardiens qui, du haut de la tour, d’où ils scrutent l’horizon, ne voient pas le feu qui embrase tout autour d’eux, mais s’agitent à dénoncer des dangers lointains.

  • 80 AdB KN 75.2. (1787) p. 346-385, à propos de S. L. E. De Marées, Briefe über die neuen Wächter der (...)
  • 81 AdB KN 75.2. Teller, Premier Conseiller de Consistoire et surintendant général à Berlin, Sehr erns (...)

32La réplique viendra de Pistorius80 qui se charge d’une suite de plusieurs recensions en cette affaire qui bénéficie également d’une contribution de Teller81. La première recension de Pistorius, mesurée mais fort ironique, présente d’abord De Marées comme un défenseur de la « théologie symbolique » (symbolische Theologie), un partisan fidèle de « la soi-disant doctrine orthodoxe » (der sogenannte orthodoxe Lehrbegriff) et un adversaire zélé de tous ceux qui auraient à se reprocher des manquements à ce sujet. Cet homme semble avoir voulu marquer son dépit et déverser toute sa bile dans ses Lettres dont il compte faire un organe de combat.

33Pistorius poursuit, toujours ironiquement, que l’offensive est sérieuse et qu’on se rend compte que « le bon M. De Marées est de fort méchante humeur ; bien que son attaque ne porte pas à conséquence », ses concepts sont confus (wenig deutlich) et les raisons invoquées fort misérables (elend). Puisqu’il s’en prend à « notre Bibliothek », il convient de rectifier ses bavardages embrouillés et de trier ce qui a trait au débat et ce qui n’a rien à y voir (p. 346-47). D’abord, Nicolai n’est pas le chef d’orchestre qui rédige et dirige toute chose en matière théologique, comme le prétend De Marées. Ensuite, Pistorius lui reproche sa conduite indigne qui consiste à offenser tant de théologiens protestants parmi les plus illustres qui, tout au long de plus de 80 volumes de la AdB, ont consciencieusement fait leur travail de recenseur avec la conviction sincère d’être au service du dogme protestant et non pas de le détruire au bénéfice d’une religion sans Dieu. D’autre part, il faudrait avoir l’honnêteté de reconnaître l’existence d’un grand nombre de recensions qui critiquent, contestent et réfutent les ouvrages qui cherchent à répandre l’athéisme et l’irréligion. Quoi de plus naturel alors, d’être également vigilant envers les menées souterraines d’un prosélytisme catholique avéré et de dénoncer les aberrations les plus visibles de ses pratiques religieuses ? Pistorius, avec sévérité, développe l’argumentaire syllogistique suivant, qu’il ne voit pas pourquoi on n’empêcherait pas un catholique d’enseigner sa religion (p. 370) puisque sa confession ne l’autorise pas à juger de par lui-même ; et comme on lui enseigne que sa religion est la seule vraie, il ne pourra que se montrer intolérant à l’égard de la religion protestante et pratiquer d’emblée le prosélytisme.

34Pistorius réplique en substance aux accusations tout aussi virulentes du 2e cahier de De Marées que les théologiens de la AdB ne sont pas systématiquement opposés au catholicisme, mais clairvoyants et bien conscients des offensives menées contre le protestantisme, que ce soit à découvert ou sous le manteau, sous forme d’un prosélytisme à tout crin ou par le biais de la diversion d’un œcuménisme trompeur, ou encore au moyen de la propagation de toutes sortes d’obscurantismes. Ces manœuvres délétères ne peuvent que contribuer à l’affaiblissement d’une religion basée sur l’évident caractère raisonnable (Vernünftigkeit) de l’enseignement christique et, en cela, M. De Marées joue leur jeu, certainement par sottise, peut-être par complicité.

35De fait, le problème d’une menace catholique, pour autant qu’elle soit loin d’être totalement imaginaire, n’est pour l’essentiel qu’un problème subsidiaire dans la présente controverse ; celle-ci porte en réalité sur la défense de la raison et des valeurs « éclairées » où les aspects théologiques et religieux sont loin d’occuper tout le terrain. De Marées ne s’y trompe pas non plus, lui qui sous couvert d’œcuménisme et de tolérance, occupe la position d’un défenseur de l’orthodoxie doctrinale que feu le Hauptpastor Goeze n’aurait pas répudiée. Il est donc surprenant, toujours selon Pistorius et, en même temps, assez cocasse de voir affublé les « Nicolaïtes » d’un brevet de gardien de la Sion protestante. De plus, on devrait savoir que toutes les personnalités du parti « éclairé » ne sont pas sur une même ligne.

  • 82 Cf. Was ist Aufklärung ? Beiträge aus der Berlinischen Monatsschrift in Wissenschaftliche Buchgese (...)

36Il est certes vrai que la Berlinische Monatsschrift et Biester ont une réputation d’anticatholicisme « quasiment proverbiale » (fast sprichwörtlich geworden), « flairant partout le catholicisme » (überall Catholizismus zuitternd)82. Biester lui-même qualifie sa revue, d’une manière un peu emphatique, de « revue mensuelle protestante », amalgamant les notions de protestantisme et de philosophie des Lumières, alors que cette dernière orientation ne rassemble que les protestants « éclairés », effectivement regroupés autour de la AdB et, dans une optique un peu plus radicale, autour de la revue de Biester et de Gedike. Ce faisant, Biester expulse du protestantisme l’aile orthodoxe et les sensibilités piétistes du genre de F.H. Jacobi ou Lavater.

  • 83 Cf. Friedrich Schleiermacher, Reden über die Religion an die Gebildeten unter ihren Verächtern, 17 (...)

37Au-delà du prétexte ou de la réalité de l’expansionnisme catholique, il s’agit d’une lutte fratricide entre protestants ; les uns plaçant en première ligne la défense de l’intangibilité du dogme reçu par les réformateurs, les autres sont avant tout des « Aufklärer », des théologiens philosophes prêts à modifier et à adapter ce dogme aux exigences rationnelles, mais surtout de le subordonner aux vertus morales. Quelques-uns d’entre eux sont conscients qu’il s’agit d’un combat d’arrière-garde, d’autant plus qu’ils ont été atteints, sur leur terrain privilégié de la rationalité, par le criticisme kantien. Il y a aussi les prémisses d’une autre vision, différente, du protestantisme qui commence à émerger à côté des tenants de la démarche rationnelle et de l’orthodoxie rigoureuse, avec une quête religieuse davantage à l’écoute de la résonance intérieure et représenté par des gens d’une nouvelle génération, qui vont se manifester dès les dernières années du siècle, comme par exemple Schleiermacher83.

  • 84 F. Schlegel (1772-1829), J. Görres (1776-1848), Z. Werner (1768-1823).

38Dans ces tourments, les inquiétudes des théologiens « éclairés » ne sont pas sans fondement, car l’attrait d’un retour dans le sein de la vieille Église existe et des conversions retentissantes auront lieu – nous avons déjà mentionné le fait – comme celles de Frédéric Schlegel, de Josef Görres ou de Zacharias Werner84 au début du siècle suivant.

  • 85 Cf. Novalis (Friedrich von Hardenberg, 1772-1801), Die Christenheit oder Europa, ein Fragment, 1799 (...)

39Novalis, annonciateur de la vague de fond des grandes tendances romantiques, va jusqu’à glorifier les valeurs d’universalité de cette « religion visible et présente » avec ses vieilles traditions inscrites dans la stabilité qu’il oppose au protestantisme diviseur. C’est une apologie de l’universalisme catholique et de son assise séculaire qui doit conduire à la genèse d’une Europe unifiée par la foi et les traditions. Il est significatif de relever sa condamnation de Luther et de la Réformation, accusés d’avoir divisé la chrétienté et asséché la foi par le recours exclusif aux textes scripturaires et la mise en marche d’une religion nouvelle basée sur la raison, ce qui aurait également contribué à la Révolution. Il écrit : « La lumière, du fait de son obéissance mathématique et de son insolence, devint leur favori et c’est ainsi qu’ils dénommèrent leur grande affaire les Lumières. »85 Assisterait-on donc, paradoxalement, à partir d’une bipolarité irréductible, à une fixation convergente sur le catholicisme, d’une part de Novalis, poète mystique empreint de religiosité philosophique, d’autre part du groupe des rationalistes dogmatiques et éclairés autour de Biester, procédant à une même réduction simplificatrice de la spiritualité protestante du courant des Lumières, négative aux yeux du premier et dénoncée par lui, positive et donnée en exemple par les seconds.

Notes

52 AdB 15.1.3. (1771) Die gute Sache des wahren Religionseifers, Hamburg, 1770.

53 Rappelons que le dogme calviniste officiel sur la prédestination et la rédemption, tel qu’il fut importé au Brandebourg par les huguenots français, était régi par les décisions du synode de Dordrecht (1618-19) soutenant la thèse supralapsaire (prédestination avant la chute). Assez rapidement, l’Eglise réformée française en Prusse, qui avait pu conserver son statut particulier, allait devoir adopter, suite aux dispositions prises par le Grand Electeur, la ligne modérée et « universaliste » définie par la Confessio Sgismundi de 1614, de tendance arminienne, dite des « vieux réformés » (avant Dordrecht), et se rallier au catéchisme de Heidelberg.

54 AdB KN 5.1. p. 249 (1767), Claudius Fleury, prieur d’Argenteuil, Allgemeine Kirchengeschichte, Francfort, Leipzig, 1766

55 AdB 2.1.20. (1765), Justinus Febronius, (pseudonyme pour Johann Nikolaus von Hontheim, évêque coadjuteur de Trêves), Buch von dem Zustand der Kirche und der rechtmäβigen Gewalt des römischen Pabst, die in der Religion widriggesinnten Christen zu vereinigen, Wardingen, 1764 [De l’état de l’Eglise, du pouvoir légal du pape, de la réunification des chrétiens de confession dissidente].

56 Malgré le décalage de quelques décennies, il est instructif de dresser ici un parallèle avec le conflit retentissant autour de la Bulle Unigenitus de 1713 qui a opposé bon nombre d’évêques français au pape Clément XI. En fait, le refus de plusieurs évêques français, soutenus par Louis Antoine de Noailles, cardinal-archevêque de Paris (1695-1727) d’entériner la condamnation des Réflexions morales du janséniste Pasquier Quesnel, ne semble pas tant tenir à une prise de position ouvertement janséniste qu’à la résistance traditionnelle d’un courant gallican. Beaucoup d’évêques français se sont montrés fort pointilleux sur les modalités d’acceptation des constitutions apostoliques qui leur furent imposées, sans négliger, en l’occurrence, les maladresses, voire les manigances de la curie dans le dos du pape. Le soutien du Parlement de Paris aux évêques récalcitrants est significatif du volet politique de ce conflit. Cf. Pierre Chaunu, Le basculement religieux de Paris au xviiie siècle, Paris, 1998.

57 AdB KN Anhang XII p. 473-474, (1771), Louis Bourdaloue, Sämtliche Predigten und geistliche Reden, 13. und 14. Theil, traduit du français.

58 AdB KN 12.2. p. 241-242, (1770) P.R. Graser, Vollständige Art zupredigen.

59 AdB KN 12.2. p. 220 (1770).

60 Ordre fondé en 1776 par Adam Weishaupt, professeur de droit à Ingolstadt, rejoint par Adolphe von Knigge. Le mouvement se développe rapidement à partir des années 1780, périclite, en butte aux Rose-Croix, et disparaît quasiment au début du siècle suivant.

61 Friedrich Nicolai, Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781 nebst Bemerkungen über Gelehrsamkeit, Industrie, Religion und Sitten, Berlin und Stettin, 1783-1796, 12 volumes [Description d’un voyage à travers l’Allemagne et la Suisse, en 1781, assortie d’observations sur la vie culturelle et savante, l’industrie, la religion et les mœurs].

62 Simon Ludwig Eberhard De Marées (1717-1802), archidiacre de la Schloβ = und Hofkirche à Dessau, principauté de Sachsen-Anhalt, est issu d’une vieille famille de prédicateurs et de théologiens réformés. En 1760, il succède à son père comme Conseiller du Consistoire, Surintendant et Prédicateur à la Cour.

63 AdB KN 74.1. (1787) p. 375-379.

64 Johann Erich Biester (1749-1816), proche de Nicolai, bibliothécaire à la bibliothèque royale de Berlin.

65 AdB KN 61.2. (1785) p. 360-376, Semler, Briefe über die Religionsvereinigung, Berlin, 1783 [Lettres sur la réunification religieuse].

66 AdB 93.1.1 (1790) p. 4-39, auteur anonyme, titre traduit : Lettres confidentielles sur le catholicisme et le dogme catholique. Développement historique du catholicisme et exposition sincère de ses conséquences sur le bien être moral et social de l’homme. 1789, sans indication de lieu, (le recenseur suppose Zurich).

67 AdB KN 76.1. (1787) p. 36-39, Neuer Versuch der Auslegung des N. T, 1786, recenseur Hermes.

68 Rappelons qu’au début du xixe siècle, les divers courants romantiques qui devaient successivement marquer de leur empreinte le paysage intellectuel et artistique allemand ont largement contribué à amplifier un mouvement général de conversions au catholicisme, touchant des personnalités en vue tels que Frédéric Schlegel, Zacharias Werner, Josef von Görres, Clemens Brentano, Sulpice et Melchior Boissérée et d’autres.

69 AdB KN 81.1. (1788) p. 82-86.

70 AdB KN 93.2. (1790) p. 358-362.

71 Friedrich Schiller, Der Geisterseher, in Rheinische Thalia, 1786 et 1789. Réédition récente en poche.

72 AdB KN 66.1. (1785) p. 26-68, Abraham Jakob Penzel, Vernünftiger Versuch über die Grundwahrheiten des katholischen Glaubens, Cracovie, 1782.

73 Adb KN 84.1. (1788), p. 47.

74 AdB KN 79.1. (1788) p. 70, Johann Christian Gottfried Dressel, 1787, titre traduit : Nouvelle contribution à l’histoire du prosélytisme clandestin des catholiques dans les régions protestantes.

75 AdB KN 79.2. (1788) p. 379 sq. Johann Gottlieb Plank, Neueste Religionsgeschichte, Leipzig, 1787.

76 AdB KN 101.2. (1791) p. 38-42, D. Reinhard, titre traduit : Essai à propos du plan conçu par le fondateur de la religion chrétienne pour le salut des hommes, Wittenberg, 1789.

77 ADB 78.2.5. (1788) p. 334-364, auteur anonyme (on apprendra par la suite qu’il s’agit effectivement de Johann Dreykorn, Diakonus à la Jakobskirche à Nuremberg), titre traduit : La messe catholique romaine, en latin et en allemand, avec des indications sur les cérémonies d’accompagnement ainsi que des chants de messe en allemand introduits à différents endroits, dans l’esprit évangélique des premières communautés chrétiennes, Nuremberg, 1785.

78 Dès le xvie siècle, les diacres protestants assuraient un service d’auxiliariat, par exemple, pour la préparation des confirmants, le soutien des malades et des démunis de la communauté. Ils pouvaient aussi seconder le pasteur en assurant la prédication du culte. Cf. Mühler, o.c. p 81-82, à propos du règlement ecclésiastique (Kirchenordnung) promulgué par l’Electeur Joachim II (1735-1771), premier souverain luthérien (modéré) du Brandebourg. D’ailleurs, contrairement au prêtre catholique, le pasteur protestant n’est investi d’aucun pouvoir divin et sa charge n’est pas un sacerdoce au sens étroit du terme ; en cas de besoin – persécutions – la prédication peut être assurée par des personnes non confirmées dans la charge de pasteur ; cf. les prédications aux assemblées du Désert après la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685.

79 Johann Dreykorn, titre traduit : Remarques sur une recension parue dans la Nürnbergische gelehrte Zeitung sur la messe catholique-romaine, Nürnberg, 1785.

80 AdB KN 75.2. (1787) p. 346-385, à propos de S. L. E. De Marées, Briefe über die neuen Wächter der protestantischen Kirche, erstes Heft. 86 Seiten, Leipzig, 1786 [Lettres concernant les nouveaux gardiens de l’Eglise protestante, cahier n°1] et KN81.2. (1788) p. 355-392 ; [cahier no2, 1787].

81 AdB KN 75.2. Teller, Premier Conseiller de Consistoire et surintendant général à Berlin, Sehr ernsthafte Beherzigungen für den Herrn Superintendenten De Marées in Dessau, 38 Seiten, Berlin, 1786 [Conseils à méditer sérieusement par M. le surintendant De Marées à Dessau].

82 Cf. Was ist Aufklärung ? Beiträge aus der Berlinischen Monatsschrift in Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1973 [Qu’est-ce que les Lumières ? Extraits de la Berlinische Monatsschrift], édition et notes par Norbert Hinke qui dans une introduction substantielle de près de 90 pages examine les détails de cette controverse. Cf. aussi Meyen, Die Berliner Monatsschrift von Gedike und Biester, Berlin, 1847.

83 Cf. Friedrich Schleiermacher, Reden über die Religion an die Gebildeten unter ihren Verächtern, 1799 [Discours sur la religion à ceux de ses contempteurs qui sont des esprits éclairés].

84 F. Schlegel (1772-1829), J. Görres (1776-1848), Z. Werner (1768-1823).

85 Cf. Novalis (Friedrich von Hardenberg, 1772-1801), Die Christenheit oder Europa, ein Fragment, 1799 [La chrétienté ou l’Europe, un fragment] ; citation : Das Licht war wegen seines mathematischen Gehorsams und seiner Frechheit ihr Liebling geworden ; und so benannten sie nach ihm ihr grosses Geschäft Aufklärung ; édition Reclam p. 41, Stuttgart, 1950.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540