Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La trame incertaine

 | 
Corine Maitte

1. La Toscane, un lieu propice aux manufactures ?

Texte intégral

  • 1 Pour Florence, voir P. Malanima, 1982 et plus généralement sur la fin du primat italien, idem, 199 (...)
  • 2 Les travaux concernant la proto-industrie sont nombreux et maintenant bien connus ; on se référera (...)
  • 3 F. Braudel, 1989, p. 224.
  • 4 Dewerpe, 1985.
  • 5 De nombreuses discussions ont eu lieu en Italie sur ce thème, quoique le modèle protoindustriel n’ (...)

1L’époque moderne a longtemps été considérée comme celle d’une décadence des activités industrielles de la Péninsule italienne. La crise des industries citadines, commune à une bonne part de l’Italie1 fut alors présentée comme inexorable et non compensée par le mouvement qui, ailleurs, entraînait la multiplication du travail manufacturier dans les campagnes2. Devant des villes en déclin et des campagnes sans industrie, il fallait reconnaître que c’est le propre de l’industrie que d’être vagabonde. Elle pousse ici, puis là, puis plus loin3. Le retard qu’aurait pris à cette époque la Péninsule sur les pays de l’Europe du Nord-Ouest devint un thème constant de l’historiographie nationale. Ce schéma classique, qui prend d’ailleurs racine en Italie dès le XVIIIe siècle, a cependant été remis en cause dans les années 1980. Alain Dewerpe, en particulier, s’est attaché à démontrer que l’Italie avait connu, à l’instar d’autres régions européennes, une phase d’industries aux champs préalable à l’industrialisation4. La proto-industrie gagnait ainsi un nouveau terrain, même s’il était atypique, tant les conditions locales s’avéraient différentes des modèles généraux5.

  • 6 A. Bagnasco, 1977.

2Mais le champ ouvert des discussions semblait surtout se concentrer sur les terrains fertiles de l’Italie du Nord, cette Italie qui donnerait naissance à la fin du XIXe siècle au fameux « triangle industriel », lieu de concentration des efforts modernisateurs du pays. La Toscane, comme l’ensemble des régions de ce qu’on a appelé la « troisième Italie »6, semblait implicitement rejetée de l’étude, décidément marginalisée dans la géographie en construction de l’économie industrielle. En effet, si l’Italie septentrionale réussissait précocement à s’insérer sur le marché international grâce à l’exportation de produits semi-ouvrés de soie, la Toscane se découvrait une identité agricole, conséquence à la fois de la décadence industrielle de Florence et des nouveaux choix d’orientation de ses élites. C’est cette nouvelle vision de la Toscane qu’il faut d’abord rappeler pour comprendre la progressive marginalisation du fait industriel dans les préoccupations de ses gouvernants.

1. Prato, la Toscane et les manufactures

L’Etat, les intellectuels, les entrepreneurs

3Au cours du XVIIIe siècle, la vocation essentiellement agricole de la région fut proclamée par les intellectuels et globalement confirmée par les administrateurs, conformément aux nouveaux intérêts de la classe dirigeante régionale. Les quelques zones où subsistait une réalité industrielle notable furent peu à peu écartées des représentations dominantes et des projets politiques de la capitale.

  • 7 E. Bruzzi, 1920, p. 70-71.
  • 8 P. Malanima, 1986, p. 226 : « à la moitié du XVIe siècle s’était désormais dessinée à l’intérieur (...)
  • 9 P. Malanima, 1982.

4Pourtant, les centres productifs du contado, et Prato en particulier, saluèrent initialement l’arrivée des Lorraines qui semblaient devoir mettre fin aux privilèges exclusifs de la capitale. En effet, les lois prises sous le gouvernement Médicis, dénoncées par la tradition érudite locale comme la principale cause de l’orientation productive de Prato vers les produits de qualité courante7, reflétaient l’organisation de la Toscane telle qu’elle était et devait être aux yeux de ses dirigeants : une région économiquement intégrée, où existait un partage des fonctions entre les différentes zones, chacune s’employant dans des activités non concurrentielles à celles des autres. Dans cette organisation, Prato venait immédiatement après Florence8. Mais l’affaiblissement de la suprématie florentine coïncida avec le renforcement des lois restrictives vis-à-vis de la production du contado9. Cela apparaissait d’autant plus injuste que ces dispositions ne correspondaient plus à une suprématie de fait.

  • 10 L. Cantini, p. 131.

5Aussi salua-t-on le Nouveau Règlement de l’Arte della Lana promulgué par le conseil de régence le 27 janvier 1738 : destiné à « raviver » le commerce et « rétablir » les arts, il s’attachait spécialement à la manufacture lainière qui avait été autrefois source pour la Toscane de réputation et très grands avantages10. Pour lui restituer son antique splendeur, la loi prévoyait qu’en l’avenir dans quelque province, ville, Terre ou lieu du Grand Duché que ce soit, soit permise la fabrication de tous les genres de draps, et que les draps fabriqués dans les villes et terres de nos Etats puissent réciproquement, et indifféremment se transporter, et se vendre non seulement dans tous lieux, mais encore dans la ville de Florence, et de Sienne, annulant à cette fin toutes les anciennes lois, générales ou particulières, contraire à notre Disposition, pour le vif désir que nous nourrissons, de conserver parmi tous nos sujets un esprit d’union et d’égalité. La loi abolissait en outre un certain nombre de taxes, notamment celles sur les filés ou sur les métiers, mais surtout celle que devaient payer les lanaioli de campagne pour être inscrits à l’Arte della Lana florentine. Les gabelles pour l’expédition des draps à l’étranger disparaissaient également. A l’intérieur de l’Etat, la circulation n’était plus soumise qu’aux dispositions de la loi commune, à l’exception de Florence et de Sienne à l’entrée desquelles les draps de province continuaient de payer un droit, inférieur pourtant à ce qu’il était précédemment. A l’inverse, les draps de Florence pouvaient entrer partout dans le Grand Duché sans payer de droit (à l’exception de Sienne) et les manufacturiers de la capitale se voyaient rembourser les gabelles qu’ils auraient pu payer pour introduire en ville les matières premières nécessaires à leur ouvrage.

  • 11 D. Preti, 1971, p. 785.
  • 12 notamment A.S.F., Miscellanea Medicea, F. 476 et 459, cités par M. Carmona, 1976, p. 152.
  • 13 S.A. Bandini, Discorso sopra la Maremma di Siena, écrit en 1737 et publié par les soins de Pierre (...)
  • 14 F. Pagnini, 1765.
  • 15 G. Sarchiani, 1781.
  • 16 G. B. Paolini, 1785.
  • 17 Ainsi G.B Paolini dénonçait de façon véhémente la soif de suprématie de Florence laquelle, à peine (...)

6Entendant restaurer le pouvoir de l’Etat11, la loi reconnaissait ouvertement l’existence d’une décadence du commerce et des arts qu’il fallait donc tenter de revivifier, comme l’annonçait le préambule. Dès lors en effet, la conscience de la décadence économique de la Toscane se manifestait de plus en plus vivement chez les acteurs de la vie économique et politique12, comme chez de nombreux auteurs d’économie politique. Qu’ils traitent de la situation de la Maremme13, de la dîme et des impôts14, du commerce et des arts15, de la liberté du commerce16, tous s’interrogeaient sur les raisons de la décadence et ses éventuels remèdes. L’une des solutions proposée par la nouvelle loi était, sinon d’abolir complètement, du moins de réduire considérablement les privilèges industriels dont avait continuellement bénéficié la capitale et d’ouvrir son marché aux manufactures de province. C’était là une orientation qui ne manquait pas d’être appréciée par tous ceux qui pensaient que Florence avait depuis longtemps étouffé les potentialités productrices de la région17.

  • 18 A.S.F., Reggenza, f. 851, no 7 : Depeche à S.M.R sur la deffense de la sortie des huiles de l’état (...)

7Néanmoins, le sens même de la loi indiquait que l’on concevait encore l’industrie comme le principal facteur d’occupation des bras, si ce n’est de richesse, du pays. Bien sûr, les hommes de la Régence n’espéraient plus faire renaître l’art de la laine à sa splendeur d’antan, mais ils tentaient cependant, selon les mots même du Comte de Richecourt, de faire revivre cette partie du commerce, non dans l’espérance qu’il peut être envoyé au dehors, mais seulement pour fournir à la consommation du dedans, et par la empêcher la sortie de l’argent18. Cette politique d’inspiration mercantiliste était en grande partie motivée par les problèmes financiers de la couronne, et elle obéissait encore à l’ancienne certitude de la vocation industrielle de la Toscane.

  • 19 S.J. Woolf, 1973 ; Parmi une littérature très importante, voir notamment M. Mirri, 1959 et 1980. C (...)
  • 20 F. Venturi, 1969-80, vol. V, p. 403.
  • 21 Governo della Toscana sotto il regno di Sua Maestà il re Leopoldo II, Firenze, 1790.
  • 22 En 1767, les lois de l’Abondance étaient abolies, l’extraction des grains était autorisée tant qu’ (...)
  • 23 L.M. Migliorini, 1989, p. 644 ; cf. également F. Venturi, 1973, p. 987-1481.

8Cette vision de la Toscane, avant tout industrielle et peu apte à l’agriculture, allait bientôt subir une mutation radicale. Les années 1770-1780 furent celles d’une vaste campagne de propagande en faveur de la politique physiocratique19. L’agriculture devenait source de toute richesse et les propriétaires fonciers, les principaux agents de la prospérité de l’Etat20. Pierre-Léopold lui-même en témoigne dans le compte-rendu de son œuvre : Les arts et manufactures… semblaient avoir été trop privilégiés par les anciennes lois, si l’on considère la multiplicité des Magistrats dédiés à veiller à leur conservation et accroissement, et aux nombreuses dispositions avec lesquelles on tenta en tout temps d’avilir le prix des produits des Campagnes pour en faciliter l’achat par les Manufacturiers, et Artisans des villes dans la vue séduisante mais erronée d’améliorer de telle sorte leur condition21. Le Grand Duc insistait sur les effets pervers de cette politique : avilie, l’agriculture avait été délaissée, ses productions avaient diminué, ses prix augmenté et paradoxalement les coûts de production industriels s’étaient donc alourdis. Même si le but que l’on s’était fixé était juste, les moyens que l’on avait employés étaient erronés. Il convenait au contraire, pour le bien de l’agriculture comme de l’industrie, de poser les bases d’une nouvelle renaissance qui passait forcément par le libre commerce des grains : lui seul permettrait d’arriver à un « juste prix », stimulerait les propriétaires, éviterait les pénuries dramatiques. La disette qui sévissait lorsque Pierre Léopold arriva sur le trône permettait de mettre immédiatement en pratique ces principes22. La Toscane se plaçait ainsi en tête du mouvement réformateur européen, admirée des penseurs de toute l’Europe qui y voyaient un modèle de politique éclairée, une vérification « sur le terrain » des modèles théoriques universels23.

  • 24 G. Sarchiani, 1781, p. 46-47.
  • 25 F. Pagnini, 1765, p. 104-105.
  • 26 G. Sarchiani, 1781, p. 99.
  • 27 A.G.B. Paolini, 1785, p. 240.

9Le milieu intellectuel toscan avait cependant conscience et connaissance du développement manufacturier en milieu, si ce n’est rural, du moins provincial. Ainsi, constatant la décadence de la draperie florentine, G. Sarchiani notait cependant que en dehors des murs de la ville dans les Terres et Châteaux et dans tout le reste du Grand Duché elle s’est accrue beaucoup plus qu’avant24. Mais aucun ne semblait y voir une réelle alternative au déclin florentin. Certains, comme Pagnini, doutaient d’un véritable élan25, tandis que d’autres se méfiaient de cette évolution : on entend proposer presque par tous l’installation des manufactures à la campagne. Il est vrai que la main-d’œuvre doit y coûter moins que dans la ville ; il y a pourtant à craindre qu’en en faisant une loi générale, l’apparence d’une vie moins laborieuse et plus aisée ne convertisse en Artistes les hommes nécessaires à la culture des terrains ; conséquence qui serait plus dommageable en Toscane qu’ailleurs à cause des soins majeurs et de la fatigue qu’exigent des terres peu fertiles comme les nôtres26. Désormais loin de l’ancienne gloire « industrielle » de la Toscane, la vocation agricole de la région était magnifiée : Aucun pays ne fut peut-être destiné par la Nature à une culture si multiple et étendue. Oui. La nature a fait de nous une nation agricole. Elle nous a donné un climat tempéré, et un terrain propre à une végétation heureuse et sûre des grands articles d’agriculture27.

  • 28 Il n’est que de penser à F.M. Gianni, dont l’importance après du Grand Duc s’accrut considérableme (...)
  • 29 Cf. pour les discussions au sujet de la politique à adopter lors de la crise agricole de 1763-66 e (...)
  • 30 Biffi-Tolomei, Firenze, 1792.
  • 31 B. Litchfield, 1969b, p. 685-721.

10La situation toscane ne suscitait certes pas uniquement des analyses de ce genre28. Le milieu intellectuel et politique était en fait relativement diversifié, comme suffisent à le prouver les discussions parfois animées qu’occasionnaient les projets de réforme29. Les écrits des physiocrates français, tout en étant amplement mis à contribution, ne devenaient pas pour autant un dogme indiscutable. Si la classe dirigeante reconnaissait la mutation des temps, elle ne pensait pas forcément que les arts n’étaient qu’un lointain souvenir qu’il convenait d’abandonner définitivement à leur décadence. Au contraire, la politique suivie dénota la volonté d’encourager les manufactures sur de nouvelles bases – la liberté et non plus le privilège –, et en les considérant seulement comme un des éléments possibles de la prospérité de l’Etat. Du reste, certains réformateurs n’étaient pas sourds aux appels d’un mercantilisme tardif. Mais, dans la majorité des cas, c’était la manufacture de soie qui faisait l’objet des attentions les plus grandes, elle qui employait les ouvriers de la capitale et contribuait encore à l’actif de la « balance commerciale ». Les centres lainiers du contado, au premier rang desquels Prato, n’avaient que peu de place dans ces préoccupations. Significativement, la plupart des projets de revitalisation des manufactures visaient à inciter les propriétaires fonciers à investir leurs capitaux dans les manufactures de soie30 : un effort désormais assez vain31. Il devint par conséquent de plus en plus difficile d’intégrer dans cette vision d’ensemble des réalités, comme celles de Prato, où les manufactures constituaient toujours le trait distinctif de l’horizon économique. Elles vécurent désormais comme « à l’écart » de la pensée et des projets étatiques. Contrairement à ce qu’ont affirmé les historiens locaux, ce n’est sûrement pas la période du gouvernement Médicis qui méconnut le plus les intérêts manufacturiers de Prato, mais bien celle qu’inaugura le réformisme éclairé de Pierre Léopold.

  • 32 S.J. Woolf, 1985, p. 29.
  • 33 Cette interprétation marqua l’historiographie qui a longtemps proclamé « le caractère unique de l’ (...)
  • 34 Cf. notamment Bergeron L., Chaussinaud Nogaret G., 1979.
  • 35 A.N.P., F1C V Arno 1, Conseil Général 1813.

11L’occupation française changea certes les données du problème, mais la nouvelle administration se plaça explicitement dans la continuité des réformes de Pierre Léopold. Les Français souhaitaient montrer qu’il n’était pas besoin ici d’une rupture totale avec le passé puisque l’œuvre de modernisation avait déjà été largement entamée par la politique éclairée du Grand Duc32. Il convenait donc de suivre ses traces33. Les notables locaux du Conseil général du Département, choisis comme dans tout l’Empire parmi les propriétaires fonciers34, réaffirmaient ainsi en 1813 le rôle subordonné des manufactures par rapport à l’agriculture : dans un pays agricole comme la Toscane les manufactures dépendent en tout de l’agriculture, parce que si elle est florissante les propriétaires peuvent soutenir les manufactures, tandis que si elle est en crise ils ne peuvent maintenir les ouvriers. Par conséquent si le gouvernement protège l’agriculture, les manufactures aussi sont encouragées35.

  • 36 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 476.
  • 37 A.N.P., F1E89, dossier 8.
  • 38 Idem.
  • 39 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 476.

12Les représentants français furent néanmoins également sensibles au « fait industriel », qu’il soit citadin ou rural. Ainsi, De Gérando affirmait-il en 1811 que peu de départements offrent un aussi grand nombre de fabriques, de manufactures et d’ateliers divers36, et dans un rapport confidentiel au ministère de l’Intérieur, il précisait que le peuple toscan singulièrement ingénieux est aussi propre aux succès dans les arts industriels que dans les arts libéraux37. Dans la géographie industrielle régionale dessinée par les Français, une place de choix était tenue par Prato qui est le corps de l’industrie manufacturière de la Toscane38. Mais les appréciations portées sur les différentes industries étaient contrastés. Si le préfet estimait que la plupart des manufactures sont dans un état florissant ; il ajoutait toutefois immédiatement que quelques unes peuvent être améliorées, particulièrement celles des étoffes de soie et des draps de laine. A l’entendre en effet, la situation était plutôt préoccupante : on ne connaît assez bien ni l’art de filer, ni celui de tisser et d’apprêter, ni la composition des teintures. Les causes en étaient, selon lui, avant tout morales : la paresse malheureusement trop naturelle aux habitants de la Toscane crée une immense quantité de mendiants tandis que les ateliers manquent de bras. Le défaut d’intelligence, ou le peu de goût de ceux qui travaillent, ne produit que des ouvrages inférieurs, alors qu’avec d’excellentes matières premières, on pourrait égaler ce qui se fait de mieux dans l’intérieur de la France. La Toscane apparaissait d’autre part avoir ignoré le mouvement innovateur du siècle : dans les autres départements de l’Empire, on supplée à l’absence de bras ou à la maladresse des ouvriers par des machines mécaniques, ici l’on ne connaît point ces moyens économiques, et souvent les manufactures sont dans l’inaction malgré qu’elles soient entourées par une immense population de bras oisifs39.

13Les Français entendaient-ils devenir les artisans de la modernisation toscane ? Le débat fut ouvert, mais Paris jugea finalement que la vocation de la Toscane au sein de l’Empire était bien celle d’un pays agricole, capable d’exporter vers le « centre » les denrées qui lui étaient nécessaires, et apte à devenir un marché d’exportation pour les produits manufacturés des industries françaises. Cette politique satisfaisait à la fois les intérêts français et ceux des grands propriétaires fonciers toscans et ne constituait, de ce point de vue, une rupture ni avec la période précédente, ni avec la Restauration.

  • 40 Cf. Mariotti, 1858 et Pescarolo A., Ravenni GB, 1991.
  • 41 C’est ce qu’explique Tartini Salvatici à ses collègues en 1831, à une époque où l’industrie des ch (...)
  • 42 Cf. A. Dewerpe, 1985, qui envisage, p. 289 et suivantes, la façon dont la proto-industrie a été un (...)
  • 43 Les intellectuels de la Restauration ont en général les mêmes craintes que leurs prédécesseurs léo (...)

14Sous le gouvernement restauré de Ferdinand III, la Toscane avait désormais acquis une tradition agricole. La terre constituait la boussole primordiale de la politique économique, la référence sociale de base, le terreau principal de la prospérité de l’Etat. L’Etat ne se donnait d’ailleurs plus vraiment les moyens de connaître le mouvement des manufactures : jusqu’à 1850, date d’une grande enquête statistique promue et mise en œuvre par F. Corridi, seules les informations contenues dans les rapports des vicaires indiquaient brièvement les évolutions en cours ; rien de comparable aux grandes enquêtes léopoldines et napoléoniennes. Cette ignorance en dit long sur le désintérêt de l’Etat pour ces activités. Le milieu intellectuel, fidèle à son orientation physiocratique, faisait de même. L’académie des Georgofili, en particulier, poursuivait son activité divulgatrice en faveur des nouveautés agricoles, et les thèmes chers aux agrariens dominaient ses réflexions. Ses membres avaient pourtant conscience du développement de certaines industries rurales : la fabrication des fameux chapeaux de paille se répandait alors très rapidement en Toscane et pouvait difficilement passer inaperçue40. Les communications savantes se multipliaient à son sujet. Le caractère rural et déconcentré de cette manufacture y était souvent présenté comme une organisation idéale, permettant à la fois d’éviter les grandes concentrations ouvrières et d’amortir le choc des crises41. Cette position, qui rappelle les affirmations du Conseil Général de Département en 1813, identifiait dans l’industrie dispersée à la campagne une alternative socialement bénéfique à l’industrie concentrée42. Encore fallait-il que cette activité restât limitée et ne détournât pas des bras précieux pour l’activité agricole43.

  • 44 Lapo Dei Ricci, 1834.
  • 45 Idem.
  • 46 F. Tartini Salvativi, 1831, p. 63.

15Le maintien du cap libre-échangiste était le principal souci de ces intellectuels qui invitaient à se défier des entrepreneurs : semblables à des enfants… à la moindre crainte (ils) courent effrayés dans les jupes de leur mère, et exigent à grands cris un secours, une mesure gouvernementale44. Ces requêtes devaient bien sûr être rejetées : je ne vois pas de raison pour laquelle le producteur, le cultivateur de paille de chapeaux doive être soumis à un frein, tandis que n’y est pas soumis le producteur de grain, d’huile et de soie45. Il fallait éviter à tout prix l’intervention et l’aide de l’Etat aux entrepreneurs car le développement de l’industrie doit s’attendre de sa propre action… il faut lui abandonner totalement la pensée de sa propre direction46. Cet axiome fondamental dictait largement l’action gouvernementale.

  • 47 E. Bowring, 1838.
  • 48 E. Repetti, 1841.
  • 49 L. Serristori, 1842.

16Pourtant, les années 1830 virent renaître la volonté de connaître de façon plus détaillée les activités industrielles. La statistique, désormais fort en vogue, était la forme par excellence de l’exposition des connaissances. Des privés s’attelèrent à recueillir le maximum d’informations : un anglais, E. Bowring47, fut significativement le premier à faire paraître son ouvrage, bientôt suivi de E. Repetti48 et de L. Serristori49 : dans ces travaux à l’ambition totalisatrice, Prato, malgré des divergences quantitatives notables, apparaissait au premier plan du développement régional. L’Etat commençait lui aussi à montrer un certain renouveau d’intérêt pour les activités de transformation, comme en témoigne la décision d’instaurer une « Exposition Toscane d’Arts et Manufactures » prise en 1839. Destinées à se répéter tous les trois ans, ces expositions avaient pour ambition d’être une vitrine de l’industrie régionale, de montrer ce qui se faisait de mieux et de plus innovateur dans le Grand Duché. Les manufactures de Prato n’y comparurent cependant que de façon tout à fait marginale, montrant le relatif désintérêt des organisateurs florentins vis à vis de la forme déconcentrée du tissu manufacturier de Prato. Beaucoup plus digne d’intérêt leur semblaient être les tentatives de concentration et de mécanisation entreprises ailleurs : alors qu’idéologiquement le modèle était refusé, la référence n’en était pas moins les grosses industries concentrées du Nord, italien et européen, qui avaient désormais acquis valeur de modèle en matière d’industrie lainière et servaient de terme de comparaison.

  • 50 Cf. C. Maitte, 1994, A. Giuntini, 1989.
  • 51 Cf. Barsanti D., 1989 et Giuntini A., 1989 et 1991.

17L’absence de Prato était également significative de la faiblesse de ses relations avec les milieux intellectuels et dirigeants de la capitale : les quelques entrepreneurs plus importants de la ville maintenaient dans l’ensemble une méfiance prudente par rapport aux initiatives de la capitale et se montraient par ailleurs toujours incapables de faire pression sur les choix politiques et économiques du gouvernement. Cette relative marginalité explique les nombreuses divergences existant entre attentes des entrepreneurs et politique étatique, notamment en matière de politique douanière ou d’équipement ferroviaire50 : incapables de constituer un groupe de pression efficace, les entrepreneurs de Prato ne purent rien contre la politique libre-échangiste de l’Etat toscan et ne réussirent pas non plus à imposer la réalisation d’une ligne de chemin de fer passant par la ville51.

18Si Prato se développa ce fut donc comme à l’insu de l’Etat, à l’écart de ses préoccupations et de ses orientations. Aucune niche législative ne fut ici offerte au développement des manufactures. Ignorée par l’Etat, Prato vécut comme en sourdine et dut faire face à une accumulation de handicaps qui rendit sa survie constamment problématique. C’est du moins le constat que faisait à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles l’un des principaux acteurs du monde manufacturier de la ville.

Les angoisses de Vincenzo Mazzoni

  • 52 S.A.S.P, Fonds Mazzoni, Vincenzo, 20/01/1800.

19Vincenzo Mazzoni, avec qui nous aurons l’occasion de faire plus ample connaissance, est l’un des principaux fabricants de Prato entre XVIIIe et XIXe siècle. En 1799, il se prend à raisonner sur l’Art de la laine, en Toscane en général, et à Prato en particulier. Des déboires personnels et la guerre présente accentuent ses angoisses sur les productions de la ville. Les étrangers ont fait irruption et, avec leurs troupes, logent chez l’habitant. Par la force des choses, des contacts s’établissent : pour ne pas évoquer la guerre, on parle de manufacture. Mais dans ce domaine également, les confrontations sont vives : le colonel allemand logé chez Vincenzo Mazzoni lui affirme sans ambages devant les échantillons de draps locaux : quand vous tissez ainsi les draps vous ne savez pas travailler et je peux vous assurer qu’en Allemagne il n’y a aucune fabrique qui travaille aussi mal que vous52. Jugement sans appel : le couperet de l’occupant sanctionne la faiblesse politique et industrielle.

  • 53 S.A.S.P., Fonds Mazzoni, Vincenzo, 10/02/1800.
  • 54 Idem, 16/12/1799.
  • 55 Idem, Lazzero, 2/11/1812.

20L’ouverture forcée sur le monde enlève donc toute illusion à Vincenzo Mazzoni : il faut arrêter de croire, dit-il, que les manufactures de Prato sont les manufactures d’Angleterre ou de France53. Le constat d’une décadence s’impose au contraire à ses yeux. Il stigmatise la routine et l’ignorance de ses collègues qui n’ont rien changé de ce qu’ils avaient l’habitude de faire il y a 200 ans. C’est, dit-il, grande ignorance que de croire qu’il n’existe d’autre mode que celle à laquelle on est accoutumé54. Pour Vincenzo en effet, il ne fait aucun doute que l’immobilisme dans lequel végète la manufacture de Prato lui serait bientôt fatale : si par la suite, ils tentent de fabriquer à l’usage local voilà que la ruine pour ces travailleurs sera sans remède55. Mazzoni met donc le problème technique au centre de ses préoccupations ; celui du marché et des débouchés en est la conséquence logique dans un monde où les niches locales s’estompent pour faire place à une concurrence selon lui généralisée.

  • 56 Idem, Vincenzo, 21/12/1813.
  • 57 Idem, Vincenzo, 20/10/1811.
  • 58 Idem, Vincenzo, 28/5/1812.
  • 59 Idem, Vincenzo, 3/9/1812.

21Parmi les concurrents, la France, certes prestigieuse, est moins redoutable que sa grande rivale anglaise qui offre ses tissus à des prix absolument sans pareils. Vincenzo se met donc à penser que pour le bien des manufactures toscanes, mieux vaut dépendre de la France car si les Anglais devaient affluer en Italie, et qu’ils puissent introduire leurs manufactures, et spécialement les draps, et bien le travail des drapiers de la Toscane partirait en fumée56. Malheureusement pour les Toscans, les Anglais ne sont pas les seuls à craindre. Dans la Péninsule même, les manufactures romaines lui semblent redoutables57. Leurs draps commencent à arriver à Livourne et à Florence, et leur prix, qui stupéfie les fabricants toscans, constitue un argument essentiel de vente. Vincenzo prévoie alors que les manufactures toscanes n’auraient bientôt qu’à s’incliner car la qualité est bonne : bonté de la laine, tendresse de leur fil, bon œil d’apprêt58 peuvent induire en erreur et les faire passer pour des peloni anglais, d’autant plus qu’ils ont un plomb avec marque59.

  • 60 Idem, Vincenzo, 28/10/1812.

22Le danger menaçant, Vincenzo tente de comprendre pourquoi les Romains sont soudain capables de vendre de beaux draps à si bas prix. L’explication courante invoquait le bon marché auquel les Romains pouvaient acheter leurs laines de qualité, au contraire des Toscans, obligés de travailler les laines médiocres de la production locale ou d’acheter à haut prix les bonnes laines de leurs voisins. Défavorisés, les fabricants du Grand-Duché devaient produire des draps de basse qualité ou fabriquer des articles plus chers. Tous les réformateurs du XVIIIe siècle avaient développé cet argument et insisté sur l’absolue nécessité d’améliorer les laines toscanes. Vincenzo expose lui aussi les avantages que fournissent aux Romains l’emploi de leurs laines : ils se servent des maggiorine tondues deux fois par an pour les chaînes, et pour les trames de laine pelée ; dans le lainage le poil sort avec facilité tandis qu’avec les laines de Sienne il faut que les hommes y laissent leurs bras pour pouvoir rendre un travail bien lainé60. Après la technique, la matière première semble donc constituer un obstacle majeur au bon développement des manufactures toscanes.

  • 61 Idem, Vincenzo, 05/1812 : pour prouver la justesse de ses vues, il avançait les prix des manufactu (...)
  • 62 Idem, Vincenzo, 05/1812.

23Néanmoins, pour Vincenzo l’argument décisif tient plus au coût de la main-d’œuvre qu’à ceux de la matière première61. Les hauts salaires qu’il faut payer en Toscane y compromettent selon lui l’avenir de l’industrie62. Mazzoni se fait donc l’apôtre de justes rémunérations qui feraient le bien de tous : si les manufactures étaient payées à des prix plus discrets aux travailleurs, la fabrique pourrait subsister et le travailleur serait toujours employé. Après la technique, la matière première, les coûts de la main d’œuvre sont donc le troisième facteur de faiblesse évoqué par Mazzoni.

  • 63 Idem, Vincenzo, 2/7/1810.

24En ce domaine, l’espace régional est selon lui différencié : à Florence et Prato — où il se fait plus de draps que dans les autres lieux de la Toscane…la plus grande part de travail de la laine consiste dans le cardage de la laine et dans la filature… ces deux manufactures sont exécutées pour la majeure partie dans les alentours de Florence, ont été introduits par le passé tant et puis tant d’abus lesquels font que la main d’œuvre est chère et qu’aucune fabrique ne peut subsister longtemps. Vincenzo envisage alors la possibilité de faire effectuer ces opérations dans des zones où les travailleurs n’ont pas assez d’expérience collective pour s’imposer à leurs patrons : en mettant le travail de cardage et de filature dans un lieu où n’existent ni prix ni préjudice, ni accord entre les travailleurs eux-mêmes, il ne faudrait payer le cardage et la filature que la moitié de ce que l’on paye aux habitants de Sesto et des alentours de Florence. Les draps en provenance d’autres zones de Toscane lui en fournissent la démonstration : la preuve de ceci en sont justement les fabriques qui ont été érigées dans le Casentino lesquelles peuvent vendre leurs draps 15 % de moins de ce que peuvent faire les florentins ou les pratésiens. Vincenzo prévoyait que le marché régional ne tarderait pas à être envahi par ces manufactures tandis que Prato et Florence verraient inexorablement décliner leurs manufactures pour cause de salaires trop élevés63.

  • 64 Idem, Lazzero, 2/11/1812.
  • 65 Idem, Lazzero, 16/9/1812.

25Le diagnostic de Mazzoni n’était pourtant pas partagé par tous. Son fils Lazzero, qui raisonnait avec son père d’avenir manufacturier, semblait moins convaincu de l’importance décisive des coûts de main-d’œuvre. Il restait persuadé que le premier et principal facteur explicatif du bas prix des draps romains résidait dans la disponibilité des laines64. Mais Lazzero Mazzoni insistait aussi sur un facteur négligé par son père : l’organisation même des manufactures. Les fabriques de Rome, disait-il, semblent montées avec plus de règles et d’économie que celles de Toscane, et pourtant elles travaillent plus que les nôtres, bien que pour travaux fins c’est à dire vilton, castorini, mais nos fabriques sont mal ordonnées, ici tout est séparé et partout où le fabricant ne peut pas surveiller, on travaille au pire sa marchandise65. Et il répétait que la façon de travailler importait plus encore que le prix de la main-d’œuvre : à Prato, les ouvriers étaient habitués au mauvais ouvrage, l’absence de surveillance du travail à domicile leur donnait l’occasion de bâcler l’ouvrage, la manufacture souffrait de l’incurie des patrons et de la malignité des ouvriers, les draps présentaient les défauts de ces multiples négligences. Plus que la technique, la matière première ou les coûts de la main-d’œuvre, l’organisation du travail manufacturier était en cause.

  • 66 Idem, Lazzero, 14//8/1812.

26La connaissance des manufactures d’autres régions confirmait Lazzero dans cette opinion. Rome, mais surtout le Piémont, fournissaient les exemples de fabriques organisées selon les règles d’efficacité et d’économie. Les années de guerre avaient contribué à ouvrir les horizons. Le fils d’un des associés de la famille s’était rendu à Turin et avait visité l’établissement d’un des plus grands fabricants de la ville. Son récit était éclairant : le fabricant susdit s’appelle La Croix et il est capable, sans compter les travaux étroits, de fournir constamment p. 100 de draps la semaine. Il dit qu’ils travaillent en tout à bras comme nous, c’est-à-dire sans machine mais tous ceux qui travaillent sont des femmes et des jeunes filles et pour cela ces fabricants ont plus d’économie dans les manufactures et il a été surpris d’observer quel bel ordre règne dans cette fabrique, il y a une teinturerie superbe, des presses toutes unies en un local66. Les deux facteurs évoqués par Vincenzo et Lazzero, main-d’œuvre et organisation, se conjuguaient ici pour accroître l’efficacité et diminuer les prix de revient. L’emploi des femmes était un facteur essentiel de la réduction des coûts salariaux de fabrication, salaires impossible à imposer aux hommes de Prato. C’était aussi la répartition des rôles sexuels dans la manufacture qui devait être incriminée.

  • 67 Idem, Lazzero, 29/1/1814.

27Tout semblait donc démontrer que les manufactures avaient en Toscane, et en particulier à Prato, un avenir incertain et limité67. L’accumulation des défauts décrite par Mazzoni est impressionnante : des entrepreneurs routiniers, insensibles aux nouveautés manufacturières, vivotant de leurs médiocres acquis, servis de plus par des matières premières trop coûteuses pour une qualité laissant à désirer ; une main-d’œuvre incapable et elle aussi trop chère ; des draps concurrencés de toute part sur leur propre terrain ; un terrain qui se limitait au marché régional. Dans ces conditions, le plus sage parti à prendre pour ne pas risquer plus longtemps ses capitaux semblait d’arrêter toute manufacture, comme Mazzoni en faisait souvent le vœu. Il fallait reconnaître que la Toscane n’était plus terre de manufactures et se résoudre à laisser travailler ceux qui en étaient davantage capables. A sa façon, Mazzoni parlait de décadence manufacturière et reconnaissait la prééminence des pays du nord dans le domaine de la production. L’avis pessimiste du fabricant rencontrait ainsi celui des intellectuels toscans.

2. Renouveler les questionnements

  • 68 Expression employée par l’administration française durant la période napoléonienne : A.N.P., F1E90 (...)
  • 69 E. Repetti, 1841, p. 652.
  • 70 S.A.S.P., Comune, 1850, 820.
  • 71 Prato a été l’un des districts italiens les premiers et les plus intensément étudiés. Sur la notio (...)
  • 72 M.L. Piore, C.F. Sabel, 1984.
  • 73 D. Landes, 1987b.
  • 74 F. Mendels, 1982, p. 99. On note évidemment l’utilisation significative du terme de « ré-industria (...)
  • 75 G. Biagioli, 1989, p. 113-122 : l’actuelle pluriactivité familiale et celle des siècles passés son (...)
  • 76 L. Segreto, 1990.

28Et pourtant, au milieu des champs soignés, de la vigne et de l’agricultura promiscua qui faisaient désormais l’attraction et la gloire de la région, toute trace d’industrie n’avait pas disparu. Aux dires même des hommes du XIXe siècle, la ville de Prato s’affirmait comme le foyer industriel de la Toscane68, voire comme la Manchester régionale69. L’industrie apparaissait, aux yeux des observateurs étrangers comme des habitants, un trait fort de son identité de nature exclusivement manufacturière70. Ce qui est devenu le « district le plus célèbre du monde »71 du second XXe siècle avait donc de solides racines historiques. Cela a conduit à s’interroger sur une spécificité de longue durée de Prato, exemple d’un possible développement alternatif à la grande industrie concentrée72, fruit d’une expérience historique illustrant depuis longtemps le thème du small is beautiful73, véritable alternative de longue durée à la production de masse concentrée s’épanouissant dans les zones septentrionales, italiennes ou plus généralement européennes. D’ailleurs, Franklin Mendels avait déjà noté des similarités entre les caractéristiques contemporaines du développement de Prato et certains aspects du modèle proto-industriel : la « ré-industrialisation » de la région textile de Prato prit place dans un contexte d’industrie familiale coordonnée dans un « putting-out System »74 Dans des contextes évidemment profondément différents, ces traits d’organisation apparemment similaires incitaient à questionner leurs éventuels liens. La plupart des historiens ont certes justement refusé d’établir de trop rapides corrélations75. Beaucoup ont remis en cause non seulement le thème du small is beautiful, mais également son possible enracinement historique, refusant la tentation d’aller rechercher dans le passé les racines des succès (d’ailleurs relatifs et ambigus) d’une structure économique et sociale76 contemporaine. Mais cela ne voulait pas dire pour autant que le passé ne fût pas à questionner.

  • 77 Prato, storia di una città, Firenze, Le Monnier, le premier tome paru fut le second consacré à l’é (...)

29C’est d’ailleurs ce qu’a fait une équipe d’historiens réunis sous la direction de Fernand Braudel77 : formes, modalités et rythmes des évolutions de la ville de Prato ont été revisités et réinterrogés dans une œuvre riche, abondante, multiple, qui permet de rendre compte des structures même de la cité, et non plus seulement des péripéties événementielles qui marquèrent la communauté, comme s’y étaient limitées d’autres histoires urbaines. Un travail considérable a ainsi été réalisé. Les tomes concernant l’époque moderne et le XIXe siècle contiennent de stimulantes contributions qui retracent dans son ensemble l’évolution économique, culturelle, démographique, religieuse, de Prato. Une évolution marquée par le textile, mais pas uniquement, une évolution contrastée qui vit la lente mais sûre affirmation au sein de l’économie citadine des activités secondaires. Chacun à leur manière pourtant, les auteurs de ces contributions émettent de sérieux doutes sur les possibilités d’appliquer ici le concept de proto-industrie, dont les principales définitions leur semblent inadéquates pour penser le cas de Prato : un élément de plus de sa spécificité ?

  • 78 E. Menduini, 1971-72.
  • 79 Cf. notamment les travaux de E. Bruzzi.
  • 80 Cf. notamment les textes de A. Meoni.

30Cette question a suscité d’autres réflexions, notamment celle d’E. Menduini qui, dans une thèse pionnière78, tentait déjà de rendre compte du développement original de la structure sociale, des forces productives, de la vie culturelle et politique de la ville. Sa tentative fut l’une des premières à poser de nouvelles questions à l’histoire sociale et productive de Prato. Les nombreux autres travaux, antérieurs ou non, consacrés en particulier aux activités secondaires de la ville furent le plus souvent pris entre deux feux. D’une part, un sentiment d’infériorité par rapport aux centres septentrionaux et étrangers, d’autre part, une certaine fierté des différences que semblait proposer Prato : différence par rapport au reste du Grand Duché – et on exaltait alors les vertus toujours manufacturières de la ville dans un climat général de déclin79 – ; différence par rapport aux foyers septentrionaux, considérés comme plus « aristocratiques », tandis que Prato basait sa richesse sur la réutilisation des matériaux négligés de tous80.

  • 81 Cette remarque vaut particulièrement pour tout le XIXe siècle, étudié par M. Lungonelli, 1989. C’e (...)
  • 82 Cf. remarques de Dewerpe à ce propos, 1985, p. XXVI-XXVII.
  • 83 Exception de G.L. Fontana, 1990.
  • 84 S. Lanaro, 1988.

31Quoiqu’il en soit, aucun de ces travaux n’a étudié en tant que tels les acteurs des activités secondaires. Ce sont davantage les conséquences de leurs actions qui furent sujet d’étude que les caractéristiques des entrepreneurs, la nature de leurs activités, la formation et l’évolution du groupe81. Une telle absence n’est d’ailleurs pas spécifique aux travaux concernant Prato. Si l’histoire entrepreneuriale est loin d’être absente de l’historiographie italienne, elle commence le plus souvent après 1860, tout comme, du reste, les études du développement industriel proprement dit82 : il s’agit alors souvent d’étudier l’émergence d’une bourgeoisie industrielle en Italie, dans la perspective de la formation de la grande industrie et de ses rapports avec la construction de l’Etat national83. Assez récemment encore, d’aucun insistait sur l’incapacité historique de la classe entrepreneuriale italienne à s’imposer sur les autres secteurs de la société, pauvre qu’elle était de propositions culturelles et d’attitudes innovatrices, incapable donc d’hégémonie dans la société civile84. Ce jugement va de pair avec l’affirmation du caractère traditionnel de la gestion des entreprises, et de l’aspect finalement peu entrepreneurial des acteurs de l’industrie italienne.

  • 85 E. Bruzzi, 1920, p. 134-135.
  • 86 Voir par exemple pour une œuvre de vulgarisation, I. Origo, 1959.
  • 87 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano Mazzoni, 24/12/1819.

32Les entrepreneurs de Prato n’ont pas échappé à ce type d’appréciation : décrivant dans les années 1920 les vicissitudes de l’Art de la laine dans sa ville, E. Bruzzi considérait assez sévèrement les industriels du siècle passé qui, selon lui, n’auraient pas eu de vraies vertus industrielles, ni les principes, nous ne dirons pas culturels, mais intuitifs pour l’être85 Ainsi, entre le mythe lointain du grand marchand de Prato, Francesco di Marco Datini86 et les entrepreneurs contemporains, les acteurs de la vie économique des XVIIIe et XIXe siècles semblaient tout juste capables de conserver les inutiles mémoires de la généalogie de leurs familles87.

  • 88 Il faut s’accorder sur les termes mêmes : celui d’entrepreneur peut être ambigu, cf. les mises en (...)

33Nous tenterons ici de retrouver les destins croisés des entrepreneurs de Prato et de répondre à un certain nombre de questions : qui fut entrepreneur à Prato et qu’est ce qu’être entrepreneur dans cette petite cité toscane à l’époque du Grand Duc Pierre Léopold ou à l’aube de l’unité italienne88 ? Comment évolua le territoire manufacturier de Prato entre XVIIIe et XIXe siècles ? Longue décadence ou recomposition permanente, qui rend le miracle de l’après-guerre un peu moins miraculeux mais plus enraciné dans le terreau local ? Les hommes, le travail des hommes, le terroir et le territoire des manufactures sont au centre de nos préoccupations.

34L’étude n’a de sens que sur la longue durée : elle permet de saisir les hommes qui firent les premiers renouveaux de l’activité au XVIIIe siècle et de suivre leur évolution et leur descendance jusqu’après l’Unité Italienne, quand le textile de la ville fut une nouvelle fois régénéré par l’introduction de la laine Renaissance, pilier de sa fortune textile jusqu’à ces dernières années. Ce parcours de longue durée permet de saisir l’innovation sur le fait, de découvrir comment un système local génère ou réagit par rapport à l’innovation. Il permet également de mesurer l’éventuelle originalité de Prato, de déceler les attitudes spécifiques de son milieu entrepreneurial. Ces questions sont posées aux hommes qui font le devenir de la manufacture, pensant non pas au développement de l’industrie toscane, mais bien plus prosaïquement à la gestion bien comprise de leur fortune et de leurs intérêts privés.

35Mais le vécu des hommes, l’organisation de l’entreprise sont à la fois fondamentaux et fuyants. Peu ou pas d’archives d’entreprise à Prato : incurie, réticences et destructions de tous âges ont mis ici hors de portée cette mémoire ailleurs fort utile du mouvement et des stratégies des affaires. L’« entreprise » fuit les regards : un enchaînement de hasards, sans doute, une coalition de la méfiance et de l’inattention qui en dit long sur l’intérêt porté aux documents témoignant directement d’une activité qui fit la fortune de tant de familles. Il ne nous restait donc plus qu’à tenter d’aborder de façon indirecte les entrepreneurs de Prato. Nous l’avons fait en multipliant les points de vue et en manipulant des sources hétérogènes : des registres de marque de la corporation aux quelques statistiques existantes, des registres notariés aux conseils de tutelles, des déclarations de successions à celles des faillites, le bricolage de sources hétérogènes a été de mise.

36Les actes notariés, les registres du vicaire, les dossiers de l’enregistrement ont en commun de nous parler des patrimoines des entrepreneurs. A partir des données ainsi rassemblées, les interrogations sont multiples. La plus « évidente » tient à la connaissance des niveaux de fortune accumulée au cours des années d’activités : était-il rentable de fouler, de tondre, de fabriquer, de commercer ? Qui réussissait réellement à accumuler le capital ? Quelle place avaient les acteurs de l’activité textile dans l’ensemble de la communauté citadine ? Les comparaisons s’imposent non seulement entre les différents types d’activités, les différentes figures d’entrepreneurs, mais également avec les autres composantes sociales de la communauté, ce qu’a permis de faire à certains moments la consultation des registres fiscaux. Mais, ce qui nous intéresse est moins de dresser un bilan statique que de reconstituer le processus de formation mis en œuvre : qui décide d’investir dans l’activité textile ? Pourquoi, comment, quand se font ces choix et quels rapports entretiennent-ils avec les autres activités, avec l’investissement foncier ? Comment évoluent les orientations au cours de la vie des individus comme au fil des générations ? Si les patrimoines sont intéressants, c’est parce qu’ils portent au cœur des activités, de l’évolution du système productif, au cœur des maisons de fabrique ou des ateliers que les actes notariés dévoilent en des occasions variées.

  • 89 Malheureusement, il a été impossible de retrouver dans les archives du vicaire de Prato les multip (...)
  • 90 J-C. Martin, 1980, p. 1261.

37Le risque était toutefois de ne reconstituer que des trajectoires « réussies » en laissant de côté les échecs. C’est pourquoi l’analyse des faillites nous a semblé un complément indispensable aux matériaux déjà recueillis89. Dans ces dossiers, ce sont les informations qualitatives sur les faillis et leurs entreprises qui ont retenu l’attention. De ce point de vue, l’aspect le plus intéressant de ces dossiers est l’ensemble des informations qu’ils livrent sur le fonctionnement interne de la société marchande et fabricante : réseaux du crédit, circuit des capitaux sont ici plus visibles que dans les autres sources. Celles-ci incitent en effet à développer une analyse excessivement familiale des entrepreneurs et de leurs activités qui risque d’atomiser la vie commerciale et fabricante. Or, comment comprendre le fonctionnement des entreprises sans saisir d’abord et avant tout les relations entre les acteurs de l’activité textile ? L’étude des faillites permet de forcer l’entrée dans le monde des fabricants, non seulement par ce que les dossiers exposent, mais aussi par ce qu’ils ne disent pas, ou par ceux que la faillite ne touche pas : l’analyse des faillites aide ainsi à comprendre l’organisation de la société commerçante90. Des patrimoines nous sommes donc arrivés au cœur même du fonctionnement et de l’évolution d’un système local, au sein duquel l’entrepreneur « figure centrale de l’histoire économique » mérite toute l’attention.

  • 91 Le terme italien est beretto, nous employerons souvent son équivalent français béret ; mais on peu (...)
  • 92 Certains travaux l’ont déjà partiellement utilisé ; P. Malanima, 1986 l’évoque ; G. Assereto, 1986 (...)

38Cette attention a été retenue par une famille d’entrepreneurs : celle de Vincenzo Mazzoni que nous avons déjà rencontré et qui introduit en Toscane, et à Prato en particulier, la fabrication des chéchias – ou bonnets à la levantine91. L’épistolaire familial est parvenu dans les fonds publics à la suite d’une donation des héritiers convaincus de l’importance de leur aïeul fabricant92. Vincenzo Mazzoni n’égale bien sûr pas en prestige son lointain ancêtre en manufacture Francesco di Marco Datini, mais la production des chéchias eut une importance considérable dans l’économie de la ville à partir de la fin du XVIIIe siècle. Rapidement motrice de la croissance textile, elle permit à Prato une première entrée sur le marché international. Les fabriques furent nombreuses. Celle des Mazzoni fut la première, et longtemps la plus renommée.

  • 93 Cornette, 1986.
  • 94 De 1800 à 1820, date de la mort de Vincenzo, le nombre des missives est le plus important. Echangé (...)

39Dix cartons sont remplis de plus de cinq mille lettres d’une correspondance allant de 1782 à 1844. Les lettres s’échangent essentiellement entre Prato, où se trouvent les Pacchiani, associés des Mazzoni, et Livourne où ces derniers habitent. Ces lettres d’associés destinées à régler le fonctionnement de la fabrication sont cependant minoritaires. L’écrasante majorité de la correspondance conservée est celle que s’échangèrent les membres de la famille Mazzoni, rapidement divisés entre Prato et Livourne pour veiller au bon fonctionnement des affaires. Ce sont donc des lettres privées, instrument fidèle de régulation de l’organisme autant familial qu’économique93. Bien que discontinu, lacunaire – il manque en particulier à peu près toute la correspondance « externe » de la famille –, d’intensité variable94, cet épistolaire est un magnifique témoignage de la gestion quotidienne des affaires. Les entrepreneurs se parlent à cœur ouvert : il est permis, et même nécessaire, de tout se dire, y compris ce que l’on cache aux yeux des étrangers, le mauvais tour des affaires, les tromperies effectuées dans la fabrication, les tricheries sur les taxes, l’agacement ou la satisfaction au quotidien. Si l’affection n’est pas absente, elle s’exprime souvent de manière laconique. Les problèmes strictement privés, santé, goûts personnels, loisirs, ne sont évoquées qu’en des occasions exceptionnelles. L’ordinaire, ce sont les affaires, les commandes, les envois, les informations sur les prix, les commissions, les achats et les ventes. Le temps est réglé par le rythme du commerce et de la fabrique.

  • 95 F. Levi, 1984.

40Dans cette lecture, ce ne sont pas les nombreux chiffres, d’ailleurs très lacunaires, fournis par les lettres qui nous ont le plus intéressés : les chiffres quotidiens des achats, envois, ventes, se chevauchent, se répètent et nous embrouillent. Les informations essentielles ne sont communiquées que de vive voix : on ne saura donc que peu du chiffre d’affaires, du nombre de bérets fabriqués et vendus, des tonnes de laines achetées. Mais là n’est pas l’essentiel : l’intention est bien celle de raconter de l’intérieur une aventure familiale et entrepreneuriale très particulière95. Particuliers, les Mazzoni le sont en effet, dans leur gestion des affaires, dans leurs réactions, voire dans leur position par rapport à Prato. La fabrique Mazzoni est à bien des égards exceptionnelle, ne serait-ce que par l’originalité de son produit. Le défi est donc de tirer les enseignements d’un cas particulier, mais qui peut se révéler au fil des jours bien plus « banal » qu’il n’y parait. D’autant qu’à côté des Mazzoni se trouvent les Pacchiani, leurs associés de Prato, contre-exemples presque parfaits des premiers. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à 1875, ils furent constamment engagés dans la fabrique textile de la ville. Nous avons ainsi choisi de faire coïncider la durée de notre étude avec leur permanence en manufacture. L’originalité de ces deux familles, le caractère unique de la source, nous ont fait choisir d’entrer en contact avec les entrepreneurs de Prato par leur intermédiaire. Il est donc temps de faire les premières présentations.

3. Les Mazzoni-Pacchiani, deux figures d’entrepreneurs

Vincenzo Mazzoni, un homme nouveau

  • 96 F. Pera, 1867 ; l’un de ses descendants le fait naître, de façon plus vraisemblable, à Florence et (...)
  • 97 Idem.
  • 98 S.A.S.P., Fonds Mazzoni, Vincenzo, 19/12/1816.
  • 99 En effet en 1812, sa sœur, Teresa, est dans une situation de misère avancée, obligée de quémander (...)

41Vincenzo Mazzoni est une figure atypique du milieu pratésien. S’il naît à Prato, comme l’affirme l’un de ses biographes96, il s’en éloigne bien vite et n’est aucunement mêlé au renouveau textile de la ville au XVIIIe siècle. Devenu une gloire locale, Vincenzo fut loué comme un véritable « self-made-man » : ayant des parents pauvres, il fut presque abandonné à lui-même dés les années où l’on a besoin de guide, il vint demeurer à Livourne, où il connut la condition de petit artisan… Petit garçon de fabrique, mêlé à la multitude des ouvriers, réfugié parmi eux pour gagner sa vie97. Tous les ingrédients du mythe sont en place. Il est vrai que les premières années de formation de Vincenzo restent obscures. Ce que fait Vincenzo à Livourne avant qu’il ne se mette à la fabrication appartient au domaine des suppositions : il exerce vraisemblablement de petits métiers qui lui permettent de vivre, de se forger une expérience et de mettre parcimonieusement de côté les premières économies. Vincenzo se tait sur ses débuts : la valorisation de son humble condition initiale ne semble pas lui tenir à cœur. Contrairement à ce qu’en diront ses futurs admirateurs, pour qui la modestie de ses premiers pas sera un signe supplémentaire sa valeur, Vincenzo semble surtout craindre de retomber dans une condition précaire. A une occasion seulement, il évoque l’époque où il était mercier98, étape ultérieure de son parcours sans doute, quand, ayant désormais réuni quelque argent, il peut se lancer dans le trafic de petits objets en tout genre… et se marier à Giuseppa Falli, livournaise, d’origines modestes elle aussi99. Tout concourt donc à nous dresser un tableau de débuts forts humbles : une image qui cadre fort bien avec celle qu’a depuis longtemps banalisée hagiographie des grands pionniers de l’industrie naissante. Il faut bien reconnaître que nous nous trouvons en face d’un de ces prototypes d’hommes nouveaux.

  • 100 F. Pera, 1867.
  • 101 Idem.

42En tous cas, les contacts noués alors, l’attention au mouvement des marchandises du port stimulèrent chez lui l’aptitude à saisir toutes les bonnes occasions de tirer quelques profits de la situation livournaise. Visiblement ouvert aux nouveautés, Vincenzo comprit rapidement l’avantage qu’il pouvait trouver à introduire à Livourne le travail de certaines manufactures qui n’étaient jusqu’alors propres qu’aux ateliers étrangers100. Ses admirateurs vantèrent ainsi les qualités de Vincenzo homme d’esprit plus industriel que marchand101. Après le « self-made-man », voici le héros de l’industrie. Vincenzo comprit en fait l’intérêt qu’il pouvait avoir à fabriquer sur place ce que les grands négociants importaient de l’étranger. Beaucoup plus qu’un véritable inventeur, Vincenzo fit preuve d’exceptionnelles capacités d’imitateur. Du reste, dans le mouvement des inventions manufacturières, la Toscane était depuis longtemps dépassée. Le mérite ne tenait plus alors tant à l’innovation, désormais fort rare, qu’à l’imitation, parfois créatrice, qui permit d’acclimater dans le pays des découvertes faites ailleurs. Pour percevoir et savoir mettre à profit des bonnes occasions de ce genre, il fallait être capable de passer du commerce à la fabrique, ce que comprit fort bien Vincenzo, sans doute aidé en cela par sa formation variée.

  • 102 Idem.

43Les multiples tentatives de fabrication effectuées par Vincenzo avant celle des bérets nous échappent cependant en grande partie. Aventures pour la plupart de peu de durée, de faible portée, espoirs d’un moment, vite évanouis. Pera évoque la fabrication de « cambellotti ou feutre de poil d’angora » ou encore du travail de la « soie à la mode de Bruxelles »102. Produits rares, produits de luxe, caractéristiques de qui cherchait à fabriquer peu et à gagner gros. Il n’était pas question de se lancer dans la production de masse, dans la fabrication à grande échelle : ces tentatives se situaient toujours à la frontière indéfinie entre la spéculation et la fabrication ; elles étaient donc rapidement abandonnées lorsque l’occasion d’une affaire plus favorable se présentait. Une spéculation chassait l’autre, une nouvelle « fabrication » remplaçait le produit en fin de cycle : facilité permise par une production flexible, fragilité d’une situation sans cesse à reconquérir.

44La taille des os de baleine à la façon de Hollande et la fabrication des parapluies à la mode de Lyon fut pourtant une affaire de fabrication poursuivie avec plus de constance que les autres par Vincenzo. Les deux fabrications étaient intimement liées : les os de baleine constituaient la structure, ensuite recouverte de soie, des parapluies. Vincenzo pouvait donc, ou se contenter de tailler les os pour en fournir les fabricants de parapluies, ou poursuivre lui-même le travail et vendre le produit fini. Il avait ainsi trouvé un créneau réellement porteur. En 1792 encore, les lettres lui étaient adressées à Livourne à « la Fabrique de parapluies ». Parfois intensive, relâchée à d’autres moments, cette occupation ne sera jamais abandonnée par la famille, signe peut-être de l’attachement à la première véritable source de réussite des Mazzoni. Après la mort de Vincenzo – 1820 –, son fils Lazzero continua cette branche d’activité. Mais à cette époque, l’honneur du nom était ailleurs, dans la manufacture des bérets à la levantine.

45Cette nouvelle production avait contribué à déplacer le centre des activités de Vincenzo vers Prato. En effet, ayant sans doute évalué les bénéfices qu’il pouvait tirer de sa nouvelle idée, Vincenzo chercha rapidement des associés, sans doute convaincu par ses premières expériences solitaires du besoin d’aides techniquement compétentes. Observateur avisé et attentif, ayant quelques notions de manufactures, il ne semble pourtant pas être initialement spécialisé dans toutes les branches de l’art textile. La teinture en particulier dépassait vraisemblablement ses compétences et requérait l’appel à des spécialistes. Pour la réussite de son entreprise, il lui fallait donc s’associer à de véritables fabricants. De manière significative, il alla les trouver à Prato.

  • 103 P. Malanima avait déjà fait de telles remarques : il est très significatif que le rapport entre Li (...)

46Pourquoi Prato ? De nombreux petits centres textiles, bien fournis en foulons, tondeurs et teinturiers étaient disséminés sur le territoire toscan. Sans doute Vincenzo en connaissait-il l’existence à une distance raisonnable de Livourne. La capacité de ces centres était cependant limitée à la fabrication de modestes draps de paysans aux apprêts sommaires. De nombreux draps toscans allaient se teindre et se raffiner à Prato, nous le verrons. Le choix de Vincenzo n’était donc que la reconnaissance de la prééminence technique désormais acquise par cette ville. C’est là, et là seulement, qu’il pouvait trouver les associés dont il avait besoin, la main-d’œuvre qualifiée et habituée au travail textile. Ainsi s’explique la naissance de cette entreprise bipolaire, symbolique d’un nouvel axe régional, ne passant plus obligatoirement par Florence. Livourne, le pôle commercial, le marché d’exportation, Prato, le pôle manufacturier où Vincenzo rencontre les Pacchiani103.

La longue et progressive ascension d’une famille de teinturiers : les Pacchiani

47Le hasard, vraisemblablement, mit en contact Vincenzo avec les deux frères Pacchiani, Giovacchino et Vincenzo. Ces deux hommes convenaient parfaitement aux objectifs de Mazzoni : teinturiers avant tout, ils possédaient cette qualification indispensable qu’il cherchait ; petits fabricants de draps, ils pouvaient être intéressés par le développement d’un nouveau type de production qui leur permettrait de « percer » facilement si l’affaire réussissait, et ne les compromettrait en rien si la tentative échouait. Depuis maintenant des décennies, la famille Pacchiani progressait lentement dans le monde manufacturier de Prato. Giovacchino et Vincenzo n’étaient en rien des hommes nouveaux. Bien au contraire, ils incarnaient la continuité, ayant hérité de leur père Filippo la profession de teinturiers et l’activité de fabricants de draps.

  • 104 A.S.F., Notarile Moderno, Varrocchi, p. 30114.
  • 105 A.S.F., idem.
  • 106 Un écu vaut alors 7 lires.

48Filippo d’Agostino naquit probablement peu après le siècle. La famille était nombreuse, modeste, le père mourut relativement tôt, il fallait vivre. Filippo trouva à s’employer chez Tommaso Paoli, teinturier. Aucune vocation familiale ne dictait son choix. Bien plus probablement, il saisit l’occasion que présentait alors un secteur en expansion, demandeur de bras. Filippo travailla, chez Paoli avec beaucoup de fidélité et d’assiduité pendant beaucoup d’années, et consumée presque toute sa jeunesse104. Cette fidélité fut récompensée : son maître, n’ayant pas de fils, voulut assurer l’avenir de ce jeune qui l’avait si bien servi. Avant de mourir, en 1731, Tommaso laissa des instructions précises à sa femme, Maria Angiola Guerrini, héritière usufruitière. C’est donc elle qui stipula un acte privé avec Filippo en 1731, pour exaucer la volonté et désir de son mari et pour… établir le dit Filippo Pacchiani afin qu’il puisse continuer à assister et poursuivre les trafics de la dite Maria Angiola avec tout son profit, tant qu’elle vivra, et pour qu’à la mort de celle-ci il ne se trouve pas sans emploi ou attribution pour se débrouiller… pour cela, celle-ci… donna, loua et concéda maintenant pour après sa mort à Filippo Pacchiani pour sa vie durant et non au delà la maison avec édifice de teinturerie laissée par son mari105. L’avenir de Filippo était assuré, l’apprenti avait pris la place laissée vacante par l’absence de descendance des Paoli. Il n’héritait rien mais disposait de la teinturerie dont la propriété effective appartenait à l’église du Giglio qui se contentait de percevoir régulièrement le loyer, fixé à 22 écus par an106.

  • 107 A.S.F., Notarile Moderno, Varrocchi, p. 30114.

49Situé Via Palazzuolo, l’édifice de teinturerie était imposant : au rez-de-chaussée, quatre pièces, dont un salon, une cour avec poulailler, la teinturerie munie de trois canaux, les chaudières, les outils, la petite meule à indigo, la pièce réservée au guède, enfin le potager, trois pièces à chacun de deux étages de la maison. L’estimation totale était de 500 écus, une somme considérable. La maison et la teinturerie constituaient ainsi le solide fondement de la fortune des Pacchiani qui ne l’abandonnèrent jamais car, contrairement aux dispositions de 1731, Giovacchino et Vincenzo continuèrent à louer l’édifice après la mort de leur père en 1778, et se firent reconnaître locataire du Patrimoine Ecclésiastique, nouveau propriétaire après la suppression de l’église du Giglio, le loyer restant fixé à 22 écus107.

  • 108 A.S.F., Notarile Moderno, Gamucci, p. 27786, testamenti 1778.

50Une fois à la tête de la teinturerie Paoli, Filippo pouvait et devait maintenant prendre la matricule de teinturier à l’Arte della Lana de Prato. Il obtint immédiatement la matricule mineure, qui lui permettait de teindre les ouvrages les plus courants de presque toutes les couleurs. Au bout de cinq années, il put prendre la matricule majeure qui le consacrait parmi les teinturiers capables de teindre les draps avec les drogues de valeur telles l’indigo et surtout le guède. Cette promotion lui permit également de prendre épouse en la personne d’Elisabetta Arrighetti. La dot de 35 lires restait le lot d’un petit artisan108. A l’époque de son mariage, Filippo vivait encore avec ses trois frères, ses trois sœurs et sa mère. L’héritage commun du père semblait constitué essentiellement de dettes, y compris auprès de leur oncle maternel, Domenico Mazzetti, qui avait sans doute aidé la famille de sa sœur après le décès de son époux.

  • 109 S.A.S.P, Arti, 40.

51Filippo se consacra dorénavant à sa teinturerie. Une activité importante consistait à teindre les coupons qu’apportaient les paysans : ces petits draps, tissés de lin et de chanvre, étaient teints avec des colorants « naturels » pour effectuer les plus bas prix. En 1767, Filippo avait teint plus de 15000 bras de ces coupons de paysans109. La fortune pour un teinturier était cependant ailleurs : elle venait des véritables draps de laine apportés par les marchands demandant des couleurs techniquement plus raffinées. Après 37 ans d’activités propres, Filippo était reconnu comme un bon teinturier et, en cette année 1767, près de 2000 pièces de draps étaient passées entre ses mains pour être teintes. Seuls deux teinturiers avaient travaillé plus de pièces que lui à Prato. Mais en valeur totale, Filippo avait empoché plus que tous les autres, grâce aux coupons de paysans et surtout à la laine qu’il teignait en fil. Les draps arrivaient à sa boutique de toutes parts : du Chianti au Mugello, du Casentino à Empoli. C’était la réussite.

  • 110 A.S.F., Arte della Lana, 444.

52Filippo ne s’était pas contenté de teindre les draps des autres. Comprenant les profits qu’il pouvait tirer de la demande sans cesse croissante de draps, il s’était mis, lui aussi, à fabriquer. Lors de l’enquête de 1738-40, il déclarait 23 pièces à l’actif de sa fabrication110. C’était un bien faible pourcentage de la production déclarée par les 24 fabricants alors recensés à Prato : avec seulement 1 % de la production de la ville, Filippo se situait dans la sphère inférieure de la production, celle des petits fabricants tissant irrégulièrement des draps de qualité inférieure. Telle resta la production de Filippo au fil des années. Jamais il ne porta plus de 20 pièces de draps par an au séchoir de l’Arte. En 1767, il avait pourtant fabriqué 191 toiles de lin. La valeur de sa production restait cependant du même poids dans l’ensemble de la fabrique de Prato qu’elle l’était trente ans plus tôt : la production personnelle avait certes augmenté, mais celle des autres fabricants également. Il appartenait à la génération suivante d’effectuer la véritable « percée ».

  • 111 A.S.F., Notarile Moderno, Gamucci, p. 27796, Testamenti, 1778.
  • 112 A.S.F., Notarile Moderno, Gamucci, p. 27794, 1789-84.

53Quand Filippo mourut, en 1778, il n’avait que deux héritiers : Giovacchino, l’aîné, et Vincenzo. Les deux frères avaient vécu ensemble jusqu’alors sous l’autorité de leur père. Giovacchino devenait désormais responsable d’un noyau familial comprenant sa femme, Agata Cigna, leurs quatre enfants, Maddalena et Maria, Francesco et Giuseppe, sa mère et son frère. Conscient de ses nouvelles responsabilités, il accomplit le geste de tester ; une façon de régler l’organisme familial et de redire ce que son père sans doute leur avait enseigné : parce qu’il désire l’union de sa famille et une cordiale et sincère correspondance entre tous, recommande à tous de s’aimer et de se compatir les uns les autres ; désire que ses héritiers non seulement vivent dans une parfaite communion mais respectent leurs aînés et apprennent la juste façon de vivre111. L’union était indispensable à la survie de la famille et à la bonne marche des affaires : il s’agissait d’une parfaite universelle société et communion112 qui comprenait les personnes et les choses, le couvert et les terres.

  • 113 A.S.F., ide.

54Pourtant, les affaires et les enfants grandissant, les deux frères choisirent en 1782 une autre forme d’union : le toit restait commun, ainsi que les affaires, mais Giovacchino et Vincenzo se partageaient les biens de sol et les maisons et terrains pour reconnaître chacun d’eux leur propriété et possession113. Les affaires avaient amené peu à peu la famille à la terre. En quelques années, la famille s’était engagée à payer plus de 600 écus et à verser plus de 80 écus par an de nouveaux loyers : un autre signe de réussite de Filippo. Les deux frères continuèrent à accumuler maisons et terres, mais cela ne signifiait pas qu’à l’aube de ces années 1780, ils avaient décidé de ralentir ou négliger leurs affaires commerciales, au contraire. Ils continuaient à teindre, à fabriquer et acceptèrent à cette époque la proposition que vint leur faire ce trafiquant de Livourne appelé Vincenzo Mazzoni.

55A tous égards, les Pacchiani étaient les héritiers d’une génération qui avait su profiter des possibilités offertes par un beau XVIIIe siècle. Filippo et ses fils choisirent en effet tous les secteurs porteurs de l’époque : spécialisés dans la finition, ils participèrent en première ligne au dynamisme que connut alors Prato dans cette branche de l’Arte della Lana. Leur teinturerie tournait à plein régime et était l’un des ateliers qui portaient à Prato renom et valeur ajoutée. Elargissant leurs activités et se lançant dans les fibres de faible valeur, les Pacchiani grossissaient le nombre de ces petits « impannatori » qui multipliaient la production en ajoutant pièces après pièces au total de la fabrication. La réussite des affaires enfin, se traduisait également en terres. Une équation commune à bien d’autres fabricants. Une famille qui sentait l’air du temps ? Pendant tout le XVIIIe siècle, Filippo et ses fils avaient respiré avec succès l’air d’un petit centre dynamique et su profiter de toutes les opportunités qu’il mettait à leur disposition. Leur parcours est en effet relativement significatif de celui d’une partie du monde entrepreneurial de Prato et du renouveau du territoire industriel de la ville au XVIIIe siècle qu’il nous faut maintenant aborder.

Généalogie des Mazzoni

Généalogie des Mazzoni

Généalogie des Pacchiani

Généalogie des Pacchiani

Notes

1 Pour Florence, voir P. Malanima, 1982 et plus généralement sur la fin du primat italien, idem, 1998.

2 Les travaux concernant la proto-industrie sont nombreux et maintenant bien connus ; on se référera notamment aux travaux de F. Mendels, P. Kriedte, H. Medick, J. Schlumbohm, et aux nombreuses études de cas régionales ou locales tentant d’éprouver la validité du modèle. Pour l’absence d’un tel mouvement en Italie, cf. F. Braudel, 1989, p. 224.

3 F. Braudel, 1989, p. 224.

4 Dewerpe, 1985.

5 De nombreuses discussions ont eu lieu en Italie sur ce thème, quoique le modèle protoindustriel n’ait en général été repris qu’avec des réserves, voire une certaine réticence ; on trouvera des échos de ce débat dans les commentaires du livre de Dewerpe, notamment S. Patriarca, 1988 et L. Segreto, 1988. Voir également les approches différentes de G. Mori, 1977, p. 9-37 ; A. De Clementi (a cura di), 1986 ; et le no spécial de Quaderni Storici, XVII, 1982.

6 A. Bagnasco, 1977.

7 E. Bruzzi, 1920, p. 70-71.

8 P. Malanima, 1986, p. 226 : « à la moitié du XVIe siècle s’était désormais dessinée à l’intérieur du Grand Duché une hiérarchie dans le secteur industriel dans lequel la première place était occupée par Florence, la seconde par Prato. Venaient enfin tous les autres centres. En substance, la production de luxe de Florence, de par la loi, dominait le marché intérieur. Celle de Prato pouvait circuler librement dans l’Etat à condition de ne pas entrer en compétition avec celle de la capitale. Aux industries des autres centres il n’était consenti que la production d’articles de qualité très basse ».

9 P. Malanima, 1982.

10 L. Cantini, p. 131.

11 D. Preti, 1971, p. 785.

12 notamment A.S.F., Miscellanea Medicea, F. 476 et 459, cités par M. Carmona, 1976, p. 152.

13 S.A. Bandini, Discorso sopra la Maremma di Siena, écrit en 1737 et publié par les soins de Pierre Léopold en 1775.

14 F. Pagnini, 1765.

15 G. Sarchiani, 1781.

16 G. B. Paolini, 1785.

17 Ainsi G.B Paolini dénonçait de façon véhémente la soif de suprématie de Florence laquelle, à peine devenue capitale, engloutit en son sein toutes les richesses des villes conquises ; aussi saluait-il la loi de 1738 qui, étendant la manufacture des draps fins à tout l’Etat et enlevant l’odieux monopole de la capitale, fut l’artifice de la renaissance de l’Art. Un point de vue largement partagé par les contemporains, et par un certain nombre d’historiens. Bruzzi, 1920, pour ne citer que lui, jugeait la loi aussi bénéfique à la draperie de province que l’huile à la lampe. Autant d’affirmations qui laissent penser que la loi atteignit les buts qu’elle s’était explicitement fixée : il faudra y revenir.

18 A.S.F., Reggenza, f. 851, no 7 : Depeche à S.M.R sur la deffense de la sortie des huiles de l’état et l’introduction des draps étrangers (Richecourt) ; cité in D. Preti, 1971, p. 789.

19 S.J. Woolf, 1973 ; Parmi une littérature très importante, voir notamment M. Mirri, 1959 et 1980. Ces courants avaient trouvé un lieu de rassemblement, d’expression et d’échanges dans l’Académie des Georgofili, fondée en 1757 et officiellement reconnue par Pietro Leopoldo en mars 1767, cf. F. Venturi, 1969-80, vol. V.

20 F. Venturi, 1969-80, vol. V, p. 403.

21 Governo della Toscana sotto il regno di Sua Maestà il re Leopoldo II, Firenze, 1790.

22 En 1767, les lois de l’Abondance étaient abolies, l’extraction des grains était autorisée tant qu’ils ne dépassaient pas le prix de 14 lires sur les marchés de Pise et Pontedera, la législation sur le pain était également supprimée ; pour plus de précisions et une analyse détaillée des mesures, des circonstances et des points de vue en présence cf. F. Venturi, 1969-80, vol. V, p. 336-et ss.

23 L.M. Migliorini, 1989, p. 644 ; cf. également F. Venturi, 1973, p. 987-1481.

24 G. Sarchiani, 1781, p. 46-47.

25 F. Pagnini, 1765, p. 104-105.

26 G. Sarchiani, 1781, p. 99.

27 A.G.B. Paolini, 1785, p. 240.

28 Il n’est que de penser à F.M. Gianni, dont l’importance après du Grand Duc s’accrut considérablement après 1781 cf. F. Diaz, 1966 ou à Biffi-Tolomei qui en fut pour ainsi dire le disciple.

29 Cf. pour les discussions au sujet de la politique à adopter lors de la crise agricole de 1763-66 et des réformes frumentaires in F. Venturi, 1969-80, vol. V, p. 389-393 ; pour les discussions concernant la réalisation de la grande enquête de 1766 cf. Dal Pane L., 1958, vol. I, p. 261 - 313.

30 Biffi-Tolomei, Firenze, 1792.

31 B. Litchfield, 1969b, p. 685-721.

32 S.J. Woolf, 1985, p. 29.

33 Cette interprétation marqua l’historiographie qui a longtemps proclamé « le caractère unique de l’expérience toscane dans le sens de la continuité entre la période française et les réformes léopoldines », S.J. Woolf, 1985, p. 28-29.

34 Cf. notamment Bergeron L., Chaussinaud Nogaret G., 1979.

35 A.N.P., F1C V Arno 1, Conseil Général 1813.

36 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 476.

37 A.N.P., F1E89, dossier 8.

38 Idem.

39 A.S.F., Prefettura dell’Arno, 476.

40 Cf. Mariotti, 1858 et Pescarolo A., Ravenni GB, 1991.

41 C’est ce qu’explique Tartini Salvatici à ses collègues en 1831, à une époque où l’industrie des chapeaux de paille connaissait l’une de ses nombreuses récessions : ici où l’agriculture prime et où les quelques manufactures sont presque toutes liées à l’agriculture, elles sont exemptes des frais d’édifices et s’accomplissent par des mains le plus souvent dédiées à d’autres travaux, le dommage causé par la difficulté de vendre les produits est toujours moins sensible, F. Tartini Salvatici, 1831, p. 58.

42 Cf. A. Dewerpe, 1985, qui envisage, p. 289 et suivantes, la façon dont la proto-industrie a été un modèle de développement consciemment développé comme alternative à l’industrie concentrée par de nombreux penseurs, administrateurs et « industriels » du XIXe siècle italien.

43 Les intellectuels de la Restauration ont en général les mêmes craintes que leurs prédécesseurs léopoldins. Tartini par exemple exprime la même crainte qu’autrefois Sarchiani, qu’une telle manufacture n’enlève des bras à la culture des terres cf. Tartini, 1819.

44 Lapo Dei Ricci, 1834.

45 Idem.

46 F. Tartini Salvativi, 1831, p. 63.

47 E. Bowring, 1838.

48 E. Repetti, 1841.

49 L. Serristori, 1842.

50 Cf. C. Maitte, 1994, A. Giuntini, 1989.

51 Cf. Barsanti D., 1989 et Giuntini A., 1989 et 1991.

52 S.A.S.P, Fonds Mazzoni, Vincenzo, 20/01/1800.

53 S.A.S.P., Fonds Mazzoni, Vincenzo, 10/02/1800.

54 Idem, 16/12/1799.

55 Idem, Lazzero, 2/11/1812.

56 Idem, Vincenzo, 21/12/1813.

57 Idem, Vincenzo, 20/10/1811.

58 Idem, Vincenzo, 28/5/1812.

59 Idem, Vincenzo, 3/9/1812.

60 Idem, Vincenzo, 28/10/1812.

61 Idem, Vincenzo, 05/1812 : pour prouver la justesse de ses vues, il avançait les prix des manufactures à Rome, tels que les lui avait sans doute fournis ses correspondants de Livourne, dont certains étaient intéressés dans les nouvelles fabriques romaines..

62 Idem, Vincenzo, 05/1812.

63 Idem, Vincenzo, 2/7/1810.

64 Idem, Lazzero, 2/11/1812.

65 Idem, Lazzero, 16/9/1812.

66 Idem, Lazzero, 14//8/1812.

67 Idem, Lazzero, 29/1/1814.

68 Expression employée par l’administration française durant la période napoléonienne : A.N.P., F1E90, dossier 2..

69 E. Repetti, 1841, p. 652.

70 S.A.S.P., Comune, 1850, 820.

71 Prato a été l’un des districts italiens les premiers et les plus intensément étudiés. Sur la notion de district, parmi une littérature surabondante, voir notamment Becattini G., 1991 et 1997, idem (a cura di), 1977 et 1989, Becattini G., Pyhe F., Sengenberger W. (a cura di), 1989 ; sur le district de Prato, Bagnasco A., Trigilia C., 1989, Becattini G. (a cura di), 1997, Bellandi M., Trigilia C., 1990, Dei Ottati G., 1995, Ritaine E., 1985 et 1987.

72 M.L. Piore, C.F. Sabel, 1984.

73 D. Landes, 1987b.

74 F. Mendels, 1982, p. 99. On note évidemment l’utilisation significative du terme de « ré-industrialisation ».

75 G. Biagioli, 1989, p. 113-122 : l’actuelle pluriactivité familiale et celle des siècles passés sont abyssalement différentes, ne fut-ce que par le rôle marginal actuellement représenté par les ressources de l’agriculture, p. 116-117.

76 L. Segreto, 1990.

77 Prato, storia di una città, Firenze, Le Monnier, le premier tome paru fut le second consacré à l’époque moderne : Un microcosmo in movimento a cura di E. Fasano Guarini, 1986.

78 E. Menduini, 1971-72.

79 Cf. notamment les travaux de E. Bruzzi.

80 Cf. notamment les textes de A. Meoni.

81 Cette remarque vaut particulièrement pour tout le XIXe siècle, étudié par M. Lungonelli, 1989. C’est du reste ce que constatait également L. Segreto, 1990, p. 270. Pour l’époque du district industriel, voir Pescarolo A., 1993 et Trigilia C., 1989.

82 Cf. remarques de Dewerpe à ce propos, 1985, p. XXVI-XXVII.

83 Exception de G.L. Fontana, 1990.

84 S. Lanaro, 1988.

85 E. Bruzzi, 1920, p. 134-135.

86 Voir par exemple pour une œuvre de vulgarisation, I. Origo, 1959.

87 S.A.S.P., Mazzoni, Gaetano Mazzoni, 24/12/1819.

88 Il faut s’accorder sur les termes mêmes : celui d’entrepreneur peut être ambigu, cf. les mises en garde de M. Aymard, 1990 qui insiste sur l’utilisation abusive d’un vocabulaire contemporain appliqué aux économies anciennes ; voir aussi H. Vérin, 1982. Il ne s’agit pas ici d’en retenir une définition limitée mais au contraire la plus large possible.

89 Malheureusement, il a été impossible de retrouver dans les archives du vicaire de Prato les multiples démarches antérieures à la déposition de bilan ou à l’assignation en justice qui nous auraient permis de saisir « l’en deçà » de la faillite. Par contre, les tribunaux de Florence conservent encore une grande partie des faillites plus conséquentes que ne pouvait juger le vicaire.

90 J-C. Martin, 1980, p. 1261.

91 Le terme italien est beretto, nous employerons souvent son équivalent français béret ; mais on peut également parler de chéchias, ou de bonnets.

92 Certains travaux l’ont déjà partiellement utilisé ; P. Malanima, 1986 l’évoque ; G. Assereto, 1986 en a tiré une certain nombre de renseignements sur la période française, E. Menduini, op. cit., y faisait également quelques références ; des thèses de laurea l’ont pris pour thème. Le descendant de la famille a écrit un article utilisant lui aussi les informations contenues dans les lettres : L. Mazzoni, 1934, p. 49-39.

93 Cornette, 1986.

94 De 1800 à 1820, date de la mort de Vincenzo, le nombre des missives est le plus important. Echangées presque exclusivement entre les fils maintenant devenus adultes, Lazzero et Gaetano, et leur père, elles permettent de pénétrer au cœur des préoccupations et de la gestion des affaires. Après 1820, les liens entre ses deux fils se relâchent quelque peu et de 1820 à 1844, le nombre des lettres diminue, les temps sont plus décousus, les correspondants plus diversifiés : ce sont essentiellement ceux de Gaetano. On s’éloigne des affaires dont nous n’avons plus qu’un écho affaibli et partiel..

95 F. Levi, 1984.

96 F. Pera, 1867 ; l’un de ses descendants le fait naître, de façon plus vraisemblable, à Florence et non à Prato cf. L. Mazzoni, 1934.

97 Idem.

98 S.A.S.P., Fonds Mazzoni, Vincenzo, 19/12/1816.

99 En effet en 1812, sa sœur, Teresa, est dans une situation de misère avancée, obligée de quémander son pain à un Vincenzo Mazzoni réticent.

100 F. Pera, 1867.

101 Idem.

102 Idem.

103 P. Malanima avait déjà fait de telles remarques : il est très significatif que le rapport entre Livourne et Prato, les centres alors plus vitaux de la Toscane, s’exprime aussi clairement dans cette initiative. Celle-ci cèle et consolide un long processus d’intégration entre pôle commercial et pôle industriel qui s’était déjà profilé depuis la fin du dix septième siècle. L’axe Prato-Livourne résultait ainsi une des composantes les plus solides dans le cadre nouveau de l’économie régionale. Le choix entrepreneurial qui culminait dans la fondation de la société permettait la rencontre entre la demande en expansion et les capacités productives existant dans Taire de Prato, in P. Malanima, 1986, p. 256.

104 A.S.F., Notarile Moderno, Varrocchi, p. 30114.

105 A.S.F., idem.

106 Un écu vaut alors 7 lires.

107 A.S.F., Notarile Moderno, Varrocchi, p. 30114.

108 A.S.F., Notarile Moderno, Gamucci, p. 27786, testamenti 1778.

109 S.A.S.P, Arti, 40.

110 A.S.F., Arte della Lana, 444.

111 A.S.F., Notarile Moderno, Gamucci, p. 27796, Testamenti, 1778.

112 A.S.F., Notarile Moderno, Gamucci, p. 27794, 1789-84.

113 A.S.F., ide.

Table des illustrations

Titre Généalogie des Mazzoni
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Généalogie des Pacchiani
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540