Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

III. Vers une refondation du dogme : espoirs et embûches

3. Une théologie éthique

Texte intégral

1Dans la mesure où la théologie « nouvelle », d’ailleurs susceptible d’être amendée et corrigée à tout moment, s’efforce d’esquisser les contours d’une dogmatique renouvelée sur la base d’une mise à l’écart de quelques dogmes « anciens », jugés obsolètes, et d’une mise en cohérence du reste, elle se constitue ainsi moins en code comminatoire d’autrefois et davantage en référentiel actualisé, dans une perspective moins métaphysique que morale, préférentiellement centrée sur l’homme plutôt que sur le divin.

2Depuis les premiers temps de la revue, avec plus ou moins d’audace, de franc-parler ou de liberté, les uns et les autres parmi les recenseurs ont inlassablement plaidé en faveur de la responsabilité morale et religieuse qui incombe à l’individu dans la recherche du salut, se plaçant ainsi fréquemment en porte-à-faux par rapport aux dogmes de la grâce, de la fonction vicaire active, des peines éternelles. Ils ont régulièrement exigé du chrétien qu’il avance pas à pas sur le lent chemin de la vertu parsemé de difficultés, c’est-à-dire qu’il doit aspirer au perfectionnement personnel par la domination de soi, ce qui, d’ailleurs, rend particulièrement suspecte cette efficience immédiate, quasi instantanée, qu’aurait l’action de la grâce divine. On en vient à penser que le salut éternel ne peut être dissocié de la quête vertueuse ici-bas. A présent que l’édifice théologique ancien présente des lézardes, les valeurs éthiques ont un effet stabilisateur et porteur pour les aspirations religieuses jusqu’à devenir l’objectif principal de l’homme dans sa dimension individuelle et comme membre de la société.

L’essence morale de la religion

3De fait, une pratique conforme aux principes de la religion est avant tout d’essence morale et constitue le noyau même et l’élément fondamental de la foi en un au-delà, qu’il faut mériter par une conduite morale de tous les instants et par des efforts incessants pour s’améliorer et s’éduquer. Le péché prend de plus en plus une dimension existentielle et individuelle et de moins en moins métaphysique ou théologique, et la Révélation divine semble souvent plus facile à appréhender à travers ses manifestations concrètes liées aux lois naturelles que par la voie plus ardue de l’herméneutique biblique. Pour la masse des fidèles comme pour l’éducation religieuse des enfants, la religion naturelle devient ainsi une propédeutique à la religion révélée. Il convient encore, en matière religieuse, de se garder à la fois de toute rhétorique abstraite et dogmatique sortant du cadre de l’expérience quotidienne et de tout illuminisme suscité par une imagination débordante et abusive, aboutissant à des effusions et des exaltations incontrôlées. La Allgemeine deutsche Bibliothek est de la sorte engagée sur deux fronts, contre l’orthodoxie conservatrice et contre le pathos piétiste.

Tolérance et simplicité

  • 20 Cf. la recension par Lüdke des ouvrages de Töllner dans AdB 6.1.4.

4Parallèlement aux tendances réformatrices, il y a naturellement l’exigence d’une libre recherche individuelle et de la tolérance à l’égard des diverses confessions protestantes, et même vis-à-vis des païens, des catholiques ou des juifs. On trace en fait une ligne de démarcation claire et précise entre, d’une part, la pratique quotidienne de la religion chrétienne concrète et vécue qui n’exige nulle érudition d’ordre théologique pour parvenir au salut dans la foi en Jésus Christ et, d’autre part, la recherche herméneutique s’appliquant aux difficultés dogmatiques et aux mystères de la foi, ce qui relève du domaine réservé des théologiens érudits. L’honnête homme, et à plus forte raison l’homme du peuple, devrait même se garder de se préoccuper de tels problèmes qui le dépassent de toute façon et ne peuvent qu’engendrer l’inquiétude et le doute au lieu de fortifier sa foi en l’œuvre rédemptrice de Jésus20.

5Il est d’ailleurs frappant de constater que parmi ces recensions, depuis les plus spectaculaires que sont naturellement les « grandes recensions » jusqu’à la quantité impressionnante des « informations brèves » – qui occupent, à l’occasion, plusieurs dizaines de pages avec en plus une typographie resserrée – le nombre de celles qui traitent de façon approfondie et détaillée de questions dogmatiques est bien plus limité que celui des recensions qui portent sur les réalités de la vie chrétienne quotidienne. Ces dernières sont illustrées par toutes sortes de recommandations pratiques où les considérations sur la conscience morale et la responsabilité personnelle, les incitations à parfaire son éducation religieuse et son instruction générale sont déterminantes. L’éducation religieuse se nourrira de l’acte didactique fondamental qu’est la prédication – concept éminemment protestant – ainsi que de la lecture d’ouvrages instructifs pour lesquels on s’empresse de fournir des listes de livres édifiants qui répondront à toutes les exigences qui peuvent se résumer ainsi : être clair et fuir la rhétorique savante, créer une émotion saine qui stimule le sentiment de bien faire et en bannissant tout mouvement d’exaltation passionnée.

  • 21 AdB 12.1.4. (1770), p. 43-52, Christoph Friedrich Ludewig, Der Christ in der Welt, Leipzig, 1768.
  • 22 August Friedrich Wilhelm Sack est Premier Hofprediger (réformé) à la cour de Berlin ; Johann Joach (...)
  • 23 Henry Fielding (1707-1755) – Samuel Richardson (1689-1761) dont on recommande Histoire de Sir Char (...)

6Recensant une revue « édifiante »21, Lüdke prend à son compte le choix des lectures établi par l’auteur mais y apporte quelques corrections. En premier lieu, bien entendu, la Bible constitue le livre de chevet, encore que le recenseur aurait souhaité que l’auteur eût opéré un choix parmi les passages les plus profitables pour le lecteur chrétien qui n’est pas nécessairement bardé de connaissances théologiques. Nul ne peut prétendre, en effet, que la traduction allemande, chapitre après chapitre, verset par verset, offre une incontestable transparence de sens ; on peut donc s’interroger sur l’utilité du déchiffrage de la parole divine sans être assuré de sa compréhension (p. 48). Lüdke élimine quelques ouvrages qu’il estime trop difficiles de la liste présentée par l’auteur, mais il préconise de lire les ouvrages de gens tels que Sack et de son ami, Spalding, de Reimarus22 (l’auteur anonyme des futurs Fragments de Wolffenbüttel) et de Basedow pour ce qui concerne la partie religieuse et éthique ; pour l’histoire ecclésiastique, il recommande Schroeckh et, pour les romans, ce sont surtout des Anglais au goût du jour, romanciers critiques de la société comme Fielding, Richardson et Sterne23.

7Poursuivant son compte rendu, Lüdke développe, apparemment avec beaucoup de satisfaction, les principes pédagogiques qui doivent régir l’instruction et l’éducation des femmes (Frauenzimmer) selon le rédacteur de cette revue édifiante. « On ne veut pas de femmes savantes et d’héroïnes de roman ; elles seront avisées, compréhensives, vertueuses, agréables et soucieuses du foyer familial. Cela est inhérent à leur vocation et, pour la formation de l’esprit et du cœur, il leur est recommandé, outre l’éducation religieuse, qui est la connaissance indispensable à acquérir, l’apprentissage de l’économie domestique, de l’histoire naturelle et, pourquoi pas, de l’histoire des peuples et des États ; enfin, une initiation à la réflexion morale, à la musique et à la peinture ! » Et d’ajouter – « qu’étant donné que la vanité est la passion qui domine le plus le sexe féminin, provoquant d’importants désordres, il faut exhorter les mères à rester vigilantes et à étouffer les premières manifestations de vanité chez leurs filles ; quant aux hommes, qui sont le plus souvent responsables de ces manifestations de frivolité féminine, il (l’auteur) leur donne le conseil avisé de ne pas les occuper à des futilités mais de les divertir avec des sujets qui nourrissent leur esprit et confortent leur vertu » (p. 47).

Le perfectionnement par l’éducation

  • 24 Cf. AdB 1.1.4. Basedow, Methodischer Unterricht (o.c.) recension Resewitz.

8C’est bien l’éducation du genre humain, pour reprendre le titre célèbre de l’ouvrage (1780) de Lessing, qui semble la préoccupation principale des rédacteurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek. L’éducation des enfants devra être conduite selon des principes actifs, tenant compte du niveau de compréhension qui est le leur et faisant appel à leur expérience personnelle au lieu de cette pratique en vigueur faisant exclusivement appel à la mémorisation passive de type scolastique24. Friedrich Eberhard von Rochow, un pédagogue renommé, dans une lettre du 27 février 1773 au ministre prussien von Zedlitz, déclare que « le paysan aurait moralement beaucoup à gagner si l’école laissait de côté tout ce qui s’appelle luthérien, réformé et catholique romain durant la préparation à la confirmation et que celle-ci devrait limiter son enseignement à la Révélation naturelle et à la pratique des vertus chrétiennes. » Il est vrai que les théologiens « éclairés » et, par leur truchement, les recenseurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek, s’avèrent intarissables sur le chapitre de l’éducation religieuse des enfants. Ils proposent en règle générale des orientations didactiques qu’il faut qualifier d’absolument remarquables par leur modernité et leur adéquation à la psychologie de l’enfant.

  • 25 AdB 19.1.4. (1774), Hähn, Die Glaubenslehren der Christen zum Gebrauch der Schulen, Berlin, 1772. (...)
  • 26 AdB 13.1.11. (1770), p. 90-98, Catechetisches Handbuch zur Erleichterung des Unterrichts der Kinde (...)

9Par contre, Lüdke, dans une recension25 mortifiante, fait subir au catéchisme du surintendant général Hähn de la Frise orientale les foudres d’une critique accablante. C’est, selon Lüdke, le manuel le plus impropre (unbrauchbar) parmi les plus impropres (p. 91) des livres destinés à l’éducation religieuse des écoliers. Ce n’est qu’un savoir scolaire aride qu’on fait ingérer à ces pauvres écoliers qui sont bien à plaindre. Lüdke réserve le même sort à l’ouvrage de Friedrich Eberhard Rambach, Oberconsisthorialrath et inspecteur des écoles à Breslau, qui cumule tous les défauts : catéchisme compliqué et dogmatique présenté sous forme de questions-réponses, faisant appel à la pure mémorisation d’un vocabulaire abstrait et théologique, instaurant le psittacisme et refusant toute initiative au maître aussi bien qu’à l’élève26. Comment peut-on ainsi « torturer les jeunes gens, charger leur mémoire d’une profusion de mots, de tournures, de définitions, de nuances, de dogmes, de sorte que ni leur bon sens ne peut s’exercer à penser, ni leur cœur ressentir quoi que ce soit. » Il poursuit, voilà comment on risque de former des prêtres (Priester) intolérants, dressés à jeter l’anathème, tout droit issus de l’école de Saint Augustin (p. 93). En outre, un tel rigorisme donne une image à la fois défavorable et fausse de la Confession d’Augsbourg. Nul homme sensé, et à plus forte raison un honnête théologien, ne rejette les Livres symboliques qui sont le monument respectable des principes religieux de nos glorieux réformateurs. Cela n’implique pas que, par paresse ou par incompétence, l’on se refuse de réfléchir sur les Écritures et qu’on condamne tout ce que « l’infaillible Luther » (der untriegliche Luther) n’avait pas encore perçu et enseigné (p.93-94). C’est avec des certitudes de ce genre qu’on fait le lit de l’athéisme.

10Il semble que la formation des prédicateurs est aussi médiocre que celle de la jeunesse. L’objectif principal est bien de toucher les fidèles par le cœur et par la raison, en restant à leur niveau, sans emphase rhétorique ni effusions passionnées. Car ces recenseurs « éclairés » qui sont eux-mêmes des prédicateurs n’oublient pas que la prédication est, avant toute autre chose, l’acte cultuel essentiel et premier de la conception du christianisme protestant, du moins pour ce qui concerne les confessions luthérienne et réformée. Lüdke exige, dans de nombreuses recensions, que les ministre du culte apprennent à prêcher et qu’ils laissent aux théologiens, aux exégètes et aux dogmaticiens le soin d’acquérir une formation d’érudits, de spécialistes des langues orientales, en philosophie et en histoire et, bien entendu, en théologie systématique.

  • 27 Recensions de Resewitz : AdB 1.1.1. Spalding, Werth der Gefühle (o.c.) ; AdB 5.1.4 et AdB 2.1.21. (...)

11C’est pourquoi la littérature édifiante, les livres de méditation et les recueils de sermons sont passés au crible afin de bannir toute phraséologie obscure et toutes manifestations d’épanchement mystique27. Une place toute particulière est réservée aux livres de cantiques dont les fidèles se servent régulièrement au cours des offices et que l’on veut rénover en les débarrassant des obscurités et des excès de langage tout comme d’une symbolique souvent trop chargée et incompréhensible.

Vertu et religion

  • 28 AdB 13.1.23. (1770), anonyme, Die groβe Lehre vont Gewissen, 1769.

12Le but ultime de toute cette refonte spirituelle, de ce retournement dogmatique vers davantage de pragmatisme et de vécu quotidien de la foi, c’est de nourrir et de fortifier la pratique de la vertu, individuelle d’abord, mais également civique. Selon Resewitz28, la liberté d’action accordée aux hommes a des conséquences d’ordre moral et entraîne surtout la notion de responsabilité. Nous devons donc nous efforcer de canaliser l’emprise des sens grâce à notre pouvoir de réflexion. Cependant, ni la perception réfléchie du bien ni les mobiles qui peuvent nous inciter à sa recherche ne sont des éléments suffisants en soi. Il faut que la vertu s’implante peu à peu par une longue pratique d’actions positives jusqu’à créer des habitudes, de véritables comportements usuels, des réflexes ne nécessitant pas de longues considérations préalables. Les transports du cœur et les émotions fortes qui nous saisissent et nous enthousiasment pour nous jeter sur le chemin de la vertu sont de courte durée ; ces prises de bonnes résolutions, aussi intenses que subites, se refroidissent rapidement et se perdent dans les sables. Il en est de la conduite morale comme du jugement, les progrès sont lents et le perfectionnement moral ne se fait que peu à peu, tout comme le progrès des facultés raisonnantes.

  • 29 AdB KN 26.1. (1775), p. 132-135, Betrachtungen über die würkliche Religion, Halle, 1774 ; recensio (...)

13Ainsi, la fréquentation du culte dominical n’est pas seulement un acte individuel de dévotion, c’est aussi l’occasion de réveiller l’obscur sentiment que le bien existe et qu’il faut juguler les instincts qui sont la cause efficiente du mal. Le ministère du pasteur, c’est d’aider à faire connaître à une collectivité de croyants « comment elle peut plaire à Dieu, jouir d’une conscience apaisée et s’engager sur la voie d’une éternité bienheureuse. » De la sorte, Georg Friedrich Meier29, dans un ouvrage sur la religion « réelle », en arrive à distinguer la religion in concreto, telle qu’elle se manifeste véritablement chez une personne, et la religion in abstracto, conforme au dogme ecclésiologique auquel elle est rattachée officiellement. « Il arrive – selon lui – que la religion vécue d’une personne, qui confesse une religion erronée, peut s’avérer plus conforme au dogme que la religion vécue d’une personne qui confesse la vraie religion ». En effet, dans le dernier quart du xviiie siècle, l’idée s’impose de plus en plus que la religion devient davantage une affaire personnelle où la conduite raisonnable et l’engagement moral l’emportent de loin sur des décrets dogmatiques et abstraits imposées de l’extérieur. Aussi, faire le bonheur (Glückseligkeit) de l’individu, c’est œuvrer à son perfectionnement moral, gage d’une orientation positive sur le chemin de son salut éternel. L’appel à la raison (Vernunft) en est le moteur déterminant et les efforts d’une éducation généralisée soutenue par la détermination individuelle et subjective de travailler à son propre perfectionnement sont les modalités pratiques pour y parvenir.

  • 30 AdB 58.2.1. (1784), p. 323-340, Gottfried Leß (1736-1797) Ueber die Religion, Göttingen, 1784.

14Leß30, qui veut exposer la valeur et la véracité de la religion chrétienne, met en parallèle la vertu et la piété. Il estime que, sans Dieu et la Providence, il n’y a plus à proprement parler de vertu. Le recenseur, Stosch, Conseiller de Consistoire à Berlin, issu d’une famille de Hofprediger, émet des réserves. « Est-ce que vraiment vertu et piété, vertu et religion seraient pareilles, auraient la même signification ? » Il n’hésite pas à se demander s’il n’y aurait donc pas de vertu sans Dieu ou la Providence ? Les sentiments, les penchants qui nous inclinent à la vertu et au bien sont inhérents à l’âme humaine, même si celle-ci est dans l’ignorance de Dieu. Ces états d’âme existent en soi chez l’homme ; ils ont certes leur origine en Dieu, mais ils peuvent exister sans la connaissance de Dieu. Sans aucun doute, la religion affermit la vertu et, ce qu’on appelle la piété, c’est la vertu orientée vers Dieu. Le recenseur conclut (p. 327) : « Sans la religion, la vertu peut certainement perdre la moitié de son efficacité, mais elle n’en perd pas pour autant sa valeur intrinsèque et spécifique, elle ne cesse d’être vertu, alors que la religion sans vertu cesse d’être religion pour devenir superstition, gesticulation, mécanisme ou ineptie. » Cette prise de position d’un dignitaire de l’Église réformée – en 1784 – est significative, et bien qu’il concède à la piété une place privilégiée puisqu’elle est la caution de toute relation établie avec le divin, c’est la vertu qui est proclamée comme l’aiguillon moral par excellence et, de plus, son autonomie absolue lui confère finalement une place prééminente par rapport au sentiment religieux qui n’est jamais sans être exposé à des déviances pouvant l’entraîner à toutes sortes d’égarements et d’obscurantismes.

  • 31 Citation p. 72 dans AdB KN 104.1. (1791) p. 69-72, Seiler, Einzig möglicher Zweck Jesu aus dem Gru (...)

15Il s’en suit que la position fondamentale de la néologie professe le caractère absolue de la foi dans le Christ alors qu’elle relativise les certitudes scripturaires : la Révélation divine transmise par le Nouveau Testament n’est basée que sur la foi et ne peut avancer d’autres évidences que celles recevables par la foi, tandis que les vérités morales tirées du Nouveau Testament présentent un degré d’évidence plus important que les vérités dogmatiques parce que leur bien-fondé peut être démontré par le bon sens et la raison, ce qui constitue un processus d’évidence philosophique auquel ne peut recourir la dogmatique. Nous sommes là assez proches de la séparation kantienne entre les prétendues évidences métaphysiques et les réalités éthiques et, en quelque sorte par anticipation, de l’impératif de la « raison pratique » qui instaure la prééminence de la Sittlichkeit, c’est-à-dire d’une éthique. Il serait donc bien temps de mettre aux oubliettes des idées reçues, le mythe largement répandu dans les milieux allemands, notamment au xixe siècle, d’un mouvement des Lumières pataugeant dans les platitudes et la superficialité (die seichte Aufklärung) pour reprendre le terme allemand consacré, lourdement dépréciatif. Pour les néologues, la Sittlichkeit ressortit en outre à l’exemplarité de la vie de Jésus relatée par les Evangiles et se voit vivifiée par l’action pneumatologique et sanctifiante de l’Esprit qui inspire la conduite quotidienne et valorise ainsi une théologie des œuvres. Lüdke en conclut une fois de plus qu’il faut désavouer non seulement la spéculation métaphysique sur les mystères mais également l’exaltation sentimentale et mystique : « S’abîmer dans la divinité – écrit-il – dont se glorifie l’exalté dans ses fantasmes présomptueux ne vaut guère plus que de scruter ce qui est incompréhensible, que l’illusoire recherche de la nature impénétrable de Dieu. »31

Renouveau liturgique

  • 32 AdB 1.1.1. (1765), p. 13, Spalding, o.c. recension Resewitz.

16Nous avons longuement et à plusieurs reprises abordé la question de l’homilétique et, en substance, les caractéristiques propres à une prédication « éclairée » qui sont la simplicité, la chaleur d’un discours plein de bons sens, bien adapté à un auditoire auquel la prédication doit apporter la sérénité et la confiance en Dieu ; sans prétention exégétique, exempte aussi bien d’emphase rhétorique que d’exaltation enthousiaste ou doucereuse. Sont particulièrement visés les envolées propres aux prédicateurs piétistes débitant des mièvreries sinon des inconvenances. C’est que la survivance d’un langage baroque évoquant l’effroi et la désolation, les gémissements et les implorations, se retrouve non seulement dans les innombrables brochures édifiantes à l’adresse d’un large public mais se fait entendre du haut de la chaire. Mis en garde contre toute passion rhétorique et invité à modérer tout enthousiasme excessif, le prédicateur aura soin de ne pas s’adresser à la seule raison ni de philosopher avec son auditoire, car cette lumière-là ne peut tout éclairer et peut-être n’apportera-t-elle de chaleur à personne32.

  • 33 Cf. les recensions de Kramer, o.c. dans AdB 1.2.15. et 2.1.21.

17A propos de la masse énorme des livres de piété, les jugements ne diffèrent guère. Resewitz33 est d’avis qu’on manque de bons livres de piété puisque les auteurs sont souvent des gens qui se complaisent dans l’exaltation, qui s’abandonnent à leur imagination débordante, avec un choix de termes, d’images et de situations la plupart du temps inadéquats, sinon saugrenus. Ils s’adressent à un public déjà très réceptif, plein de bonne volonté auquel ils assènent sans la moindre précaution les allégories bibliques les plus étranges, les plus marquées au coin de la tradition orientale, les retranscrivant telles quelles en allemand. Ceci est très grave, car ces ouvrages touchent un grand nombre de personnes et conditionnent pour une large part le sentiment religieux de la grande masse des gens qui ne sont pas loin de remplacer la lecture de la Bible par ce genre de littérature souvent pathétique, tantôt mièvre, tantôt sanglante. Mais il convient tout autant d’écarter les exhortations à caractère trop didactique et purement dogmatique, les effets de rhétorique ou les raisonnements déductifs qui n’atteignent pas non plus auprès d’un large public le but recherché. Il n’est pas étonnant que les ennemis de la religion se servent avec prédilection de ce genre d’écrits – qui brillent par la faiblesse ou la maladresse de leur argumentation – pour railler leurs auteurs et ridiculiser le christianisme. Quant à la forme, on trouve rarement un langage simple, compréhensible, direct, allant droit au cœur ; mais que d’accumulations de synonymes et de périodes tellement longues que la réflexion en est comme asphyxiée.

  • 34 AdB Anhang I./XII.7 (1770), p. 41-52, Ehrenfried Liebich, Geistliche Lieder ; Leipzig, 1768, et Ad (...)

18Mais c’est la rénovation des cantiques (Gesangbuch) qui prend une dimension majeure dans le débat pour une refondation dogmatique. L’argumentation développée par Lüdke, dont c’est le champ d’action privilégié, reprend le procès déjà intenté aux deux principales orientations combattues par les néologues, l’orthodoxie conservatrice représenté ici par Liebich et le courant piétiste par Woltersdorf34.

  • 35 Les néologues réclament la rénovation du vieux livre de cantiques (Gesangbuch) de Porst, en usage (...)

19Dans les nombreuses KN et quelques GR consacrées à ce sujet, Lüdke s’engage vivement en faveur d’une régénération du vieux fonds de cantiques. Il déplore surtout l’existence de vieux textes incompréhensibles pour les gens du commun par un emploi abusif de termes bibliques désuets ou dont on ignore le sens exact de leur origine hébraïque ; il s’élève contre les envolées passionnées et exaltées, les métaphores extravagantes et souvent de mauvais goût35. Lüdke est convaincu que c’est essentiellement par la prédication et la mise en place de cantiques purgés de toute cette gangue qu’on peut redresser le niveau de conscience chrétienne, à la campagne comme à la ville.

  • 36 Parmi les partisans de l’orthodoxie on compte surtout Liebich, Schmolek, Franck ; les piétistes so (...)

20Cette affaire de rénovation des livres de cantiques déborde sur le terrain dogmatique et devient un sujet d’affrontement entre les tenants d’une orthodoxie stricte et conservatrice et les néologues, adversaires d’un immobilisme liturgique qu’ils jugent digne de celui de l’Église romaine tandis qu’eux sont partisans d’un réajustement périodique des contenus en fonction des acquis « éclairés » de la science théologique36. Ils proposent de puiser à cette fin dans la production de qualité de poètes contemporains comme Gellert ou Hagedom. Par leurs contenus didactiques et la formulation syntaxique et métaphorique claire et accessible, l’influence sur un public réceptif pouvait être capitale.

21En effet, le livre de cantiques représente un support important de la vie religieuse individuelle et lors des offices religieux puisque contrairement au culte catholique il n’y a pas de pendant au livre de messe accompagnant et guidant le déroulement de la célébration de l’eucharistie dans ses composantes successives. Le Gesangbuch, sorte de livre de prières et de méditations « chantées », au modèle communément imposé à l’ensemble des fidèles d’un territoire administratif ou politique donné (en particulier le Gesangbuch de Porst), est de ce fait l’instrument fondamental permettant à la communauté réunie de s’exprimer, outre par la prière en commun, également par ces cantiques entonnés en commun, en alternance avec la prédication du pasteur et la méditation des passages bibliques. Pour les gens du peuple, alors souvent illettrés ou presque, ce patrimoine choral, légué de génération en génération et appris par cœur dès le plus jeune âge, laisse une empreinte inaltérable et va modeler fortement la perception religieuse, lui imprimant du coup une tonalité affective, voire sentimentale, non négligeable. En privilégiant cette voie d’accès à la religiosité, le protestantisme et le piétisme en particulier, par la pratique des cantiques et des chorals, avaient contribué à nourrir en profondeur le sentiment religieux.

22Lüdke, dans sa recension du livret de Liebich, précise : « Nous dirons d’un chant d’église, ancien ou récent, qu’il est excellent, lorsqu’il exprime de manière vivante, simple et compréhensible pour les chrétiens les plus ordinaires, d’authentiques sentiments religieux et de foi chrétienne, en particulier des sentiments d’adoration, de joie et de gratitude, sans trop d’ornementation poétique, quelque beauté que cela puisse conférer à d’autres poèmes. Quel dommage aussi pour toute cette poésie qui habille un cantique, aussi sublime qu’elle soit, si la plus grande partie de l’auditoire, et, de ce fait, la partie la plus estimable des assemblées chrétiennes, ne comprenne rien à ce chant. » (p. 41-42)

23Ce débat sur la réforme des livres de cantiques, du fait même qu’il s’agissait là d’éditions uniques, rendues officielles par les autorités religieuses des entités territoriales politiques et ecclésiales, surtout en pays luthérien, touchait donc aux fondements de la pratique religieuse quotidienne et, par contrecoup, aux concepts dogmatiques eux-mêmes. Les principales critiques du recenseur portent sur l’emploi d’un vocabulaire inadéquat, de métaphores ampoulées, quelquefois vulgaires et par moment proches de l’obscénité, enfin stigmatisent le culte idolâtre et excessif de Jésus enfant. En ce qui concerne ce dernier point, Lüdke met les protestants en garde afin qu’ils ne tombent pas – selon lui – dans les mêmes travers que l’Église catholique en instaurant des rituels comme l’adoration de la crèche ; et on en n’est pas loin, en paroles – dit-il – si on examine certains cantiques d’inspiration piétiste. Qu’on en juge de ces abus de langage et de ces formulations peu bibliques telles que Jesusherz, Heilandsherz (cœur de Jésus, cœur du Rédempteur), Lammesblut (sang de l’Agneau). Pourquoi employer Schwefelpfuhl (cloaque, géhenne de soufre) et ainsi de suite ? Enfin, le recenseur cite plusieurs passages du recueil qui lui paraissent incongrus sinon scabreux : « Jésus mourut sur la croix, maudit par Dieu ! » ou bien, « redresse-toi dans la crèche, approche tes lèvres et laisse toi baiser sur la bouche » ou encore : « abreuve-moi à tes seins » ; « mon cœur empeste comme une fosse infâme », et d’autres !

24Il termine cette recension en clouant au pilori cette manie d’utiliser des mots inconvenants et des images choquantes, des rimes répétitives, une scansion trop rude, des tournures incompréhensibles, des expressions peu bibliques ou contraires par leur sens à une profession de foi chrétienne, des mots vieillis dont le sens primitif ne correspond plus à l’acceptation moderne, des énoncés sans queue ni tête (ungereimt) qui provoquent la raillerie des libertins. C’est pourquoi l’infatigable Lüdke s’est avéré le fer de lance d’un combat sans répit pour une révision des livres de cantiques en usage dans les lieux de culte, dans les écoles et dans les foyers afin d’asseoir une meilleure perception des valeurs religieuses et de bâtir un ancrage plus solide dans une foi chrétienne forte et cohérente.

25Toutefois, l’érosion des certitudes ecclésiologiques revêtant un caractère d’évidence de plus en plus marqué ne pouvait manquer de créer d’autres soucis aux néologues et de contribuer, parallèlement, à l’accélération de cette évolution symptomatique des mentalités dans ce dernier quart de siècle, dynamisée par les grands changements politiques qui se préparaient au plan européen. Ainsi la sécularisation accrue du message évangélique « éclairé » et le caractère d’immanence de leur perception théologique vont les priver de l’autorité magistérielle d’antan et les exposer à une certaine précarité vis-à-vis d’autre lames de fond qui se préparent. Ils sont placés à présent en première ligne face à un kantisme réduisant à néant leur confiance dans l’illimitation du raisonnement a priori et, de plus, ils voient leur champ d’action concurrencé par un catholicisme plus iréniste, plus rassurant et plus coloré pour les gens du commun en quête de certitudes sereines, plus attrayant pour les nouvelles générations avides d’imaginaire et d’émotivité, attirés par cette perspective d’universalité de la catholicité.

Notes

20 Cf. la recension par Lüdke des ouvrages de Töllner dans AdB 6.1.4.

21 AdB 12.1.4. (1770), p. 43-52, Christoph Friedrich Ludewig, Der Christ in der Welt, Leipzig, 1768.

22 August Friedrich Wilhelm Sack est Premier Hofprediger (réformé) à la cour de Berlin ; Johann Joachim Spalding est Conseiller de Consistoire (luthérien) à Berlin ; Hermann Samuel Reimarus est l’auteur anonyme – jusqu’en 1814 – des Fragments d’un inconnu, lorsque son fils Johann Albert Heinrich Reimarus lève le secret en remettant le manuscrit original de son père à la bibliothèque municipale de Hambourg.

23 Henry Fielding (1707-1755) – Samuel Richardson (1689-1761) dont on recommande Histoire de Sir Charles Grandison – Laurence Sterne (1713-1768) et son mémorable Life and Opinions of Tristram Shandy, gentleman, traduit en plusieurs langues.

24 Cf. AdB 1.1.4. Basedow, Methodischer Unterricht (o.c.) recension Resewitz.

25 AdB 19.1.4. (1774), Hähn, Die Glaubenslehren der Christen zum Gebrauch der Schulen, Berlin, 1772. Cf. par contre dans la même recension le compte rendu élogieux, déjà mentionné, du catéchisme de Rochow à l’intention de la jeunesse campagnarde.

26 AdB 13.1.11. (1770), p. 90-98, Catechetisches Handbuch zur Erleichterung des Unterrichts der Kinder in den Landschulen, Breslau, 1769.

27 Recensions de Resewitz : AdB 1.1.1. Spalding, Werth der Gefühle (o.c.) ; AdB 5.1.4 et AdB 2.1.21. Johann Andreas Kramer, Andachten in Betrachtungen, Gebeten und Liedern, 1re et 2e parties, Schleswig et Leipzig, 1764/1765.

28 AdB 13.1.23. (1770), anonyme, Die groβe Lehre vont Gewissen, 1769.

29 AdB KN 26.1. (1775), p. 132-135, Betrachtungen über die würkliche Religion, Halle, 1774 ; recension de Hermes.

30 AdB 58.2.1. (1784), p. 323-340, Gottfried Leß (1736-1797) Ueber die Religion, Göttingen, 1784.

31 Citation p. 72 dans AdB KN 104.1. (1791) p. 69-72, Seiler, Einzig möglicher Zweck Jesu aus dem Grundgesetz der Religion, Berlin, 1789, [L’unique dessein possible de Jésus déduit de la loi fondamentale de la religion].

32 AdB 1.1.1. (1765), p. 13, Spalding, o.c. recension Resewitz.

33 Cf. les recensions de Kramer, o.c. dans AdB 1.2.15. et 2.1.21.

34 AdB Anhang I./XII.7 (1770), p. 41-52, Ehrenfried Liebich, Geistliche Lieder ; Leipzig, 1768, et AdB Anhang I./XII.8 (1770), p. 52-58 ; Ernst Gottlieb Woltersdorf, Neue Lieder, Berlin, 1768.

35 Les néologues réclament la rénovation du vieux livre de cantiques (Gesangbuch) de Porst, en usage depuis son édition en 1708. Geiger, o.c. (p. 73) exhibe quelques cantiques particulièrement niais, sinon vulgaires, voire scabreux.

36 Parmi les partisans de l’orthodoxie on compte surtout Liebich, Schmolek, Franck ; les piétistes sont représentés par Woltersdorf, Rambach, Zinzendorf. Les néologues recommandent Gellert, Klopstock, voire Lavater. Cf. l’article Kirchenlieder in « Religion in Geschichte und Gegenwart », vol. 3, p. 1463-1465.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540