Version classiqueVersion mobile

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

III. Vers une refondation du dogme : espoirs et embûches

1. Stratégie critique des néologues

Texte intégral

L’exégèse biblique

  • 1 AdB 4.1.9.-4.1.10. (1767) et Anhang 1/12. 77(1771).

1Tout au long du xvie et du xviie siècles, l’orthodoxie luthérienne avait exercé une domination des plus strictes basée sur la Formule de Concorde de 1580 sans qu’un quelconque réaménagement fût seulement concevable. A présent, bien que la Bible reste le véritable pilier et l’authentique source de la foi, pour les néologues il est devenu indispensable de soumettre ces textes à un examen critique approfondi afin de cerner au mieux ce qui est véritablement d’origine divine et ce qui a pu être altéré au cours des temps par des transcriptions hasardeuses, des scories dues aux copistes, des traductions plus intuitives que fidèles, soit par manque d’un bagage philologique suffisant en hébreu et en grec, sinon par incorporation définitive, plus ou moins innocente, au texte scripturaire même de gloses et d’exégèses douteuses. Ce fut l’objet de la mémorable controverse entre Semler et Teller d’une part, Goeze d’autre part, à propos de l’altération du verset 8 de la première épître de Jean dans la polyglotte d’Alcalà1, attestant de ce fait une référence trinitaire incontestable.

  • 2 AdB KN 63.2. (1785), p. 351-361, J.L. Rieger, Theologische Untersuchungen, o.c. – recension Lüdke.

2On en vient d’ailleurs à poser ouvertement la question de la fiabilité des sources scripturaires2 auxquelles on réclame souvent un degré de certitude qui va au-delà de ce qu’elles peuvent fournir. La religion chrétienne étant basée sur l’histoire et reposant sur une série d’événements, l’évidence des vérités théologiques est donc tributaire de l’authenticité des informations néotestamentaires et de l’intelligibilité de ses enseignements. Ces informations, pour être crédibles, se doivent d’être transmises par des narrateurs dignes de foi et parvenir jusqu’à nous sans altération. « Cette certitude n’est en rien renforcée par la déclaration que les vérités de la Bible sont inspirées de Dieu, car c’est là une narration qui exige, comme toute autre, des justifications pour soutenir sa fiabilité » (p. 354).

  • 3 AdB 5.1.4. (1767).
  • 4 AdB 19.1.9. (1773).
  • 5 Jusqu’aux années 1950, les éditions courantes de la Bible luthérienne reprenaient ce contre sens à (...)
  • 6 Cf. la recension des ouvrages de Basedow par Resewitz dans AdB 1.1.5.
  • 7 AdB 20.1.4. (1773), Semler, Paraphrasis epistol. Ad Romanos I. as Corinth. et evang. Iohannis, Hal (...)

3La relecture des Écritures se fera donc à la lumière des acquis philologiques récents en hébreu et en grec pour aboutir, dans la foulée, à un réexamen de la fiabilité des inter-traductions entre l’hébreu, le grec, le latin et l’allemand. Plusieurs recenseurs n’ont pas manqué de souligner que les traductions de Luther peuvent être améliorées ; Resewitz3 estime par exemple que certains passages de la genèse traduits par Teller sont plus clairs que la traduction de Luther. Quant à Lüdke4, il rapporte dans son long compte rendu du Lexique de l’Ancien Testament de Teller, que Luther avait commis un gros contre sens en traduisant dans l’épître aux Colossiens 2.4. le terme πιδανoλoγια par « discours sensés » (vernünftige Reden) au lieu de « abusé par de beaux discours » (verführerische Reden)5. Puis, notamment avec Töllner, Basedow et Bahrdt, on en vient à faire un tri dans les textes bibliques et à distinguer les différents locuteurs, de sorte à réserver un sort particulier aux passages relatant la parole divine proprement dite par opposition aux propos des autres interlocuteurs ou des épisodes narratifs. Ainsi, on établit une distinction fondamentale entre les passages bibliques qui rapportent directement la parole divine et ceux qui font état de récits, de commentaires, d’exhortations placés dans la bouche des prophètes, des évangélistes et d’autres personnages6. Seule la parole divine, c’est-à-dire, Dieu s’adressant à Moïse, ou les propos de Jésus lui-même engagent radicalement la foi chrétienne, doivent être pris à la lettre et ne sauraient faire l’objet d’interprétations partisanes ; dans tous les autres cas on ne peut parler de Révélation divine authentique. Il s’avère donc primordial de veiller à que les textes traduits n’aient pas été défigurés par des rectifications hasardeuses, plus souvent encore, par défaut de prise en compte des particularités sémantiques et stylistiques propres aux langues anciennes7 ou par méconnaissance des marquages socio-culturels spécifiques à tel peuple selon telle époque. Nous rencontrons donc des difficultés quasi insurmontables pour pénétrer intimement les mentalités et ce qu’on pourrait appeler aujourd’hui le fonctionnement sémiologique propres aux rédacteurs des textes bibliques.

  • 8 AdB KN 63.2. (1785), p. 359, J. L. Rieger, o.c.
  • 9 AdB KN 75.1. (1787) p. 41-67.

4Une recension étendue de Lüdke, déjà citée et logée dans le compartiment des « informations brèves » (KN), s’intéresse spécialement à un passage8 intitulé Quelques règles exégétiques (Einige Auslegungsregeln) dont il ressort que pour un terme ou une expression présentant une difficulté d’interprétation, c’est le sens le plus riche qui serait le plus proche de la véritable signification, car Dieu a attribué à ses déclarations une densité polysémique dont nous ne pouvons mesurer la richesse. Lorsque nous avons affaire à des passages obscurs, nous devons concentrer notre recherche sur la signification foncière du terme essentiel et non délayer ce qui n’est que secondaire ou hypothétique. Il ne s’agit pas non plus de s’adonner à un déchiffrage littéral de chaque expression ; voilà une règle, ajoute le recenseur, que nous devons à Semler. Distinguons aussi le discours biblique de l’historien de celui du poète : l’un amplifie la translation en jouant sur l’aspect émotionnel, l’autre livre une narration qui recherche l’exactitude des sources. Enfin, gardons-nous d’étaler des convictions herméneutiques discordantes du fait de la grande diversité des écrits bibliques et de leurs rédacteurs. Ainsi, Lüdke, tout luthérien qu’il est, demande à propos des paroles sacramentelles chez Matthieu 26.28 instituant la Cène9, pourquoi elles sont absentes chez les trois autres évangélistes ? Et pourquoi s’en tenir à Matthieu plutôt qu’a Luc, à Marc ou à Jean ? De toute manière, déclarent aussi bien Teller que Lüdke, la Révélation a été adressée spécifiquement aux hommes et doit donc être forcément intelligible sinon elle manquerait son but. En conséquence, il ne faut pas tenir compte des passages incompréhensibles, contradictoires ou rebelles à toute explication sensée.

5En terminant, Lüdke explique comment distinguer entre Écritures et Parole divine. Celle-ci est toujours et partout présente, sous diverses formes et pas seulement écrites. Elle a certes pu être recueillie de temps à autre pour être consignée dans les Saintes Écritures mais, selon le recenseur, « les Écritures contiennent la Parole de Dieu, mais elles ne sont pas la parole de Dieu. » Il ajoute que les Livres saints sont diversement vénérables, qu’ils n’impliquent vraiment la parole divine que dans la mesure où ils incitent l’homme à devenir meilleur au moyen de sa réflexion et de sa volonté. De plus, ni Jésus ni les apôtres ne nous ont jamais enjoint de réunir quelque ouvrage pour constituer le fondement de leur religion. Enfin, l’essentiel du message divin, c’est qu’il y a un Dieu, créateur et dominateur de l’univers et Jésus, son envoyé, pour ranger les hommes sous le règne de Dieu (p. 360-61). Il conclut : « vouloir ordonnancer cela par des lois et les Evangiles est erroné et inutile. »

  • 10 AdB 3.1.10. (1766) p. 77, à propos de Basedow, Organon erleichterter Untersuchung der Religionen, (...)

6Lüdke en vient donc à signifier que les Evangiles ne sont pas ces témoignages irrécusables d’une Révélation divine qui y serait contenue intégralement et exclusivement. Le projet véritablement impératif est donc incontestablement la rénovation des textes fondamentaux à partir d’une approche philologique et historique raisonnée et érudite – voilà l’exigence première et essentielle des néologues – qui s’engage délibérément sur la voie d’une démarche rationnelle pour débarrasser les Écritures de ce qu’ils considèrent comme une gangue accumulée au cours des temps. C’est en ce sens que Lüdke peut écrire, déjà en 1766 : « Au risque de faire subir au système quelques modifications, il faut éliminer tout ce qui n’est pas en accord avec la vraie raison (wahre Vernunft) et les Écritures qui, elles, ne peuvent jamais être en contradiction. Ce n’est sûrement pas une falsification de l’Ecriture sainte que de préférer à la version habituelle une version dont on peut prouver l’exactitude par rapport au texte original. »10 D’ailleurs, ces questions d’ordre exégétique perdent quelque peu de leur intérêt et de leur priorité après la 2e série quinquennale de la revue (1770-1774). Il ne s’agira alors même plus tellement d’exégèse à proprement parler, mais de réflexions critiques sur la perspective herméneutique, sur l’utilité et la portée des prophéties, ou bien la part prise par l’inspiration divine authentique dans les diverses parties constitutives des Écritures. Bien entendu, par le truchement de toute la masse des KN, il sera toujours rendu compte d’un grand nombre d’ouvrages couvrant les divers compartiments théologiques, dans une perspective aussi bien exégétique, herméneutique ou systématique ; et ce n’est pas moins une exigence éditoriale pour satisfaire les ambitions encyclopédiques de la revue.

  • 11 AdB Anhang 13-24 (1776) p. 1-3.

7Les recenseurs de la revue se démarquent donc ouvertement d’une lecture scripturaire au premier degré ; ils ne se contentent plus seulement d’une critique exégétique de portée philologique, historique et civilisationnelle, mais ils estiment pouvoir attribuer aux Écritures une part symbolique, interprétable au moyen de tout un bagage culturel et scientifique et selon une investigation rationnelle11.

L’histoire ecclésiologique et la genèse du dogme

  • 12 Johann, Esaias Silberschlag (1721-1791), membre du Oberconsistorium luthérien de Berlin, futur mem (...)

8Bien entendu, cette désacralisation objective des textes scripturaires menée au nom d’une exégèse strictement rationnelle a provoqué les protestations les plus véhémentes de la part des orthodoxes, Goeze en tête, qui accuse les gens de la Allgemeine deutsche Bibliothek de socinianisme outrancier. Pour Trescho, Silberschlag12 et d’autres, il n’y a rien à changer dans la formulation littérale des Livres saints ou des Livres symboliques qu’il faut recevoir tels quels. Les néologues ont beau jeu d’inviter pour lors leurs adversaires à se pencher sur l’histoire de la formation du dogme chrétien, c’est-à-dire, de la catholicité d’alors, surtout depuis les premiers siècles jusqu’à Saint Augustin, période la plus fertile en rebondissements. On oblige ainsi l’orthodoxie magistérielle à prendre acte de ce que les dogmes fondamentaux, tels que la Trinité, la problématique de la grâce justifiante et des œuvres, l’eucharistie, le baptême, voire la vision précise des peines éternelles, et d’autres lieux théologiques, ont fait l’objet de divergences extrêmes au cours des premiers temps, aboutissant fréquemment à l’exclusion, en fonction du rapport de force existant, d’importantes minorités qualifiées d’hérétiques. Lüdke, par exemple, se dit perplexe à propos de ce que l’arianisme – un moment majoritaire avant l’intervention décisive du pouvoir politique de Constantin – aurait donc pu fort bien devenir dogme officiel à la place du trinitarisme, qui aurait alors endossé à son tour une condamnation pour hérésie !

9Il est d’ailleurs significatif qu’en face d’historiens « éclairés » assez nombreux, tels que Schroeckh, Walch, Plank, Roiko, et d’autres, qui développent la thèse d’une lente et difficile gestation du dogme, le parti de l’orthodoxie n’a quasiment personne à leur opposer pour tenter d’étayer la thèse – historiquement peu soutenable – de l’intangibilité et de la pérennité d’un dogme structuré et rigoureusement défini depuis les débuts de l’Église. Il n’est pas interdit de penser que l’investigation historique des premiers temps de l’Église est boudée par les conservateurs luthériens parce qu’une filiation directe et irrécusable avec la dogmatique exposée dans les Livres symboliques serait difficile à établir. Cependant, si l’orthodoxie évite d’investir le terrain de l’histoire ecclésiologique, elle va circonscrire d’autant plus résolument le champ de sa polémique à l’exégèse et surtout aux confrontations impliquant la dogmatique institutionnelle qui a atteint, de leur point de vue un état définitif. Bref, les théologiens « éclairés » reprochent au dogme orthodoxe non seulement de s’appuyer sur des textes obscurs, des passages pas toujours fiables ou qui recèlent des erreurs manifestes, d’instaurer des mystères de la foi qui n’ont pas de fondement scripturaire, mais voilà que le corpus doctrinal orthodoxe ne peut même pas se réclamer d’une assise indiscutable puisqu’il s’est constitué progressivement, dans des convulsions et des affrontements houleux, au gré de circonstances autant politiques que proprement théologiques.

Notes

1 AdB 4.1.9.-4.1.10. (1767) et Anhang 1/12. 77(1771).

2 AdB KN 63.2. (1785), p. 351-361, J.L. Rieger, Theologische Untersuchungen, o.c. – recension Lüdke.

3 AdB 5.1.4. (1767).

4 AdB 19.1.9. (1773).

5 Jusqu’aux années 1950, les éditions courantes de la Bible luthérienne reprenaient ce contre sens à leur compte. La nouvelle bible luthérienne de la Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart, 1985, a adopté la version corrigée suite aux travaux de révision menés de 1957 à 1984. Signalons que la Traduction œcuménique de la Bible (TOB), Paris, 1988, propose également la version corrigée.

6 Cf. la recension des ouvrages de Basedow par Resewitz dans AdB 1.1.5.

7 AdB 20.1.4. (1773), Semler, Paraphrasis epistol. Ad Romanos I. as Corinth. et evang. Iohannis, Halle, 1769-71, recension Teller.

8 AdB KN 63.2. (1785), p. 359, J. L. Rieger, o.c.

9 AdB KN 75.1. (1787) p. 41-67.

10 AdB 3.1.10. (1766) p. 77, à propos de Basedow, Organon erleichterter Untersuchung der Religionen, Altona, 1765.

11 AdB Anhang 13-24 (1776) p. 1-3.

12 Johann, Esaias Silberschlag (1721-1791), membre du Oberconsistorium luthérien de Berlin, futur membre de la commission de censure instaurée en 1791 (geistiliche Immediat=Examinationscommission) par von Wöllner pour renforcer les mesures de l’édit sur la censure théologique (Censuredict) du 19 décembre 1788.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search