Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

II. Les théologiens « éclairés » au centre du débat intra-lutherien

4. Dissensions luthériennes

Texte intégral

  • 95 Les Grands Consistoires luthériens en Prusse, nous l’avons signalé, comprenaient obligatoirement d (...)
  • 96 Les 139 volumes de la Allgemeine deutsche Bibliothek, parus, de 1765 à 1792, ont donné lieu à l’ét (...)

1La contestation théologique, telle qu’elle vient d’être évoquée à travers le discours critique des principaux chefs de file de la néologie, ne s’inscrit aucunement, comme déjà mentionné, dans le cadre d’une confrontation – qui serait somme toute classique ou attendue – entre les deux confessions protestantes dominantes en Allemagne, le luthéranisme et le mouvement réformé. C’est la seule dogmatique luthérienne sous son aspect institutionnel qui devient l’objet d’un conflit doctrinal où l’instrumentation critique s’appuie essentiellement, d’une part, sur l’exégèse scripturaire perçue selon une méthodologie prenant en compte les acquis philologiques récents et une nouvelle perception des mentalités bibliques et postbibliques pleinement insérées dans leur contexte historique, d’autre part, sur l’examen sans complaisance de la lente et sinueuse genèse historique du dogme sans passer sous silence l’interventionnisme du pouvoir séculier et certaines pratiques patristiques. Déjà enclins à se montrer fort réservés vis à vis de la doctrine d’une grâce justifiante, gratuite, sans l’exigence d’un concours personnel actif, ces théologiens luthériens « éclairés » n’avaient guère de raison – si ce n’est au plan ecclésiologique95 – d’affronter une minorité réformée doctrinalement tolérante et de tradition arminienne, professée par les souverains brandebourgeois et leurs Hofprediger, hostiles à la notion calviniste de la prédestination. Rappelons qu’à côté des « grandes recensions », appelées à traiter des sujets les plus importants, foisonnent des milliers d’informations « brèves », souvent répétitives, qui développent la même thématique et peuvent, à l’occasion, atteindre des dimensions impressionnantes96.

La citadelle des « Gardiens de Sion »

2Si la Allgemeine deutsche Bibliothek s’était incontestablement fixé pour mission d’être le porte-voix de la néologie par le truchement de ses chefs de file, qu’ils fussent auteurs d’ouvrages ou recenseurs d’ouvrages théologiques, elle ne s’interdisait pas, à l’occasion, de se faire l’écho des représentants de l’orthodoxie dans leurs contre-attaques. Bien entendu, il tombe sous le sens que les positions orthodoxes, relayées par leurs adversaires mêmes, ne bénéficiaient peut-être pas d’une tribune objectivement équitable – quelle que fut par ailleurs l’indiscutable honnêteté et l’indéniable bonne foi de gens comme Lüdke, Teller, Resewitz ou Pistorius – puisque les comptes rendus critiques de la production adverse s’élaboraient au travers du filtre des convictions néologues. Il n’en reste pas moins que dans ce combat inégal et en raison même de la nature fondamentalement conservatrice des thèses de l’orthodoxie, celle-ci ne pouvait mener qu’un bataille strictement défensive, cherchant à parer les coups sous lesquels allaient s’effriter un à un des pans entiers de certitudes intangibles, échafaudées au xvie siècle.

Johann Melchior Goeze (1717-1786) – champion de l’orthodoxie

3A la Allgemeine deutsche Bibliothek, l’on désignait sous l’appellation ironique de gardiens de Sion, les tenants de l’orthodoxie stricte – en fait déjà minoritaires au début du dernier tiers du siècle, notamment parmi les théologiens de renom – et dont le représentant emblématique n’était autre que le célèbre et redoutable Johann Melchior Goeze, personnage haut en couleur, champion de l’orthodoxie et pourfendeur de toute déviance du dogme luthérien qu’il tient pour parole divine immuable et inaltérable. Ses nombreuses controverses, notamment avec Lessing qui le qualifia – de manière fort incivile – d’ennemi du savoir et de représentant typique de l’étroitesse d’esprit – ainsi que certaines attitudes détestables à l’égard de plusieurs de ses confrères, lui forgèrent une renommée d’homme belliqueux, irascible et borné, qu’il n’a sûrement pas entièrement méritée, du moins en ce qui concerne le dernier qualificatif.

4Il naquit en 1717 à Halberstadt, dans une famille de théologiens et de pasteurs et entreprit dès l’âge de 17 ans des études de théologie à Iéna et plus tard à Halle – lui aussi – auprès de Siegmund Jacob Baumgarten. En 1750, il fut appelé aux fonction de prédicateur adjoint (zweiter Prediger) à l’église du Saint-Esprit à Magdebourg puis, en 1755, il fut brillamment élu au poste prestigieux de Premier pasteur luthérien (Hauptpastor) de Sainte-Catherine à Hambourg et élevé par le Sénat de la ville hanséatique en 1760 à la dignité de doyen du ministère des cultes (Senior des geistlichen Ministeriums). Il cumule enfin les charges de directeur (Ephorus) du séminaire et d’inspecteur des écoles.

  • 97 Cf. AdB 22.1.3. et 22.1.5. (1774).
  • 98 Johann August Ernesti (1707-1781), professeur de littérature classique, puis de théologie à l’univ (...)
  • 99 Anton Friedrich Büsching (1724-1793), prédicateur à Petersbourg puis, dès 1767 à Berlin, où il va (...)
  • 100 Julius Gustav Alberti (1723-1772), en 1755 Prédicateur à Sainte Catherine à Hambourg. Goeze n’ayan (...)
  • 101 Gottfried Leß (1736-1797), élève de Baumgarten, à partir de 1763 professeur de théologie et prédic (...)
  • 102 Johann Heinrich Daniel Moldenhauer (1709-1790), dans la ligne de Ernesti, professeur de théologie (...)
  • 103 Parmi les nombreuses recensions d’ouvrages de Goeze, signalons un florilège de sermons de prédicat (...)

5Grand érudit et spécialiste des traductions allemandes de la Bible, il soutint de nombreuses polémiques. Parmi les plus notoires, citons celles contre Basedow, en 1764, pour ses conceptions pédagogiques ; en 1773, contre Karl Friedrich Bahrdt pour sa traduction du Nouveau Testament97 ; contre Lessing, à partir de 1778, sur l’interprétation des Écritures et l’influence du théâtre ; contre des exégètes néotestamentaires comme Johann August Ernesti98, théologien célèbre, défenseur de la tolérance en matière religieuse et, naturellement, à de multiples reprises contre Semler dans la querelle sur la Polyglotte d’Alcalà ; enfin de manière quasi permanente contre les recenseurs théologiques autour de Nicolai et la Allgemeine deutsche Bibliothek. On pourrait alimenter la liste par quelques autres controverses retentissantes, par exemple contre Büsching99 sur les Livres symboliques ; contre Lüdke à propos de la notion de tolérance ; contre son confrère hambourgeois Alberti100 parce que celui-ci, dans son catéchisme pour enfants, émet l’idée d’une continuité entre religion naturelle et religion révélée et – autre reproche véhément – avoir omis de mentionner Satan dans son catéchisme ; contre Leß101 qui s’est fait l’avocat de l’Abt Jerusalem ayant émis des doutes sur le don de parole attribué à l’ânesse de Balaam (A.T. Nombres 22.28-30) ; enfin, contre Moldenhauer102 à propos de certains interdits d’origine judaïque frappant le mariage, et la liste est loin d’être close103. Au sein de l’équipe des théologiens de la AdB, ce fut surtout la tâche de Lüdke de rendre compte des écrits publiés par Goeze, mais Resewitz, Teller, Pistorius et d’autres se chargèrent également de donner la réplique au fougueux Hauptpastor hambourgeois.

6Lüdke, recensant les recueils de sermons, s’intéresse assez peu aux prédications proprement dites qui lui paraissent dans l’ensemble d’une honnête facture, il se montre surpris, par contre, tout en maniant une aimable ironie à l’égard de Goeze, des fulminations et des condamnations menaçantes de celui-ci contre tous ceux qui, selon lui, maltraitent l’orthodoxie. Ainsi, si Goeze a bien raison, selon le recenseur, de rectifier l’interprétation erronée de Matthieu 2.1-12 (à propos des mages visitant l’Enfant Jésus), commise par un inconnu dans une revue de Hanovre de 1762, comment se peut-il, estime le recenseur, qu’une personnalité comme Goeze, exerçant des charges prestigieuses, se mette à vilipender, poursuivre et humilier sur des pages entières un homme obscur, inexpérimenté, de bonne foi et dont les écrits ne valent pas la peine d’être discutés en long et en large ! Faut-il donc alarmer l’Église chrétienne pour des riens : « n’est-il pas seyant – poursuit Lüdke – pour un docteur évangélique, occupant de hautes fonctions, de montrer avec douceur le bon chemin à celui qui erre et dont le manquement relève de son entendement et non d’un cœur pervers ».

7Il en est de même avec une seconde recension, où Lüdke ne manque pas de souligner l’érudition et le talent de Goeze, mais se demande pourquoi monter en chaire et attaquer des confrères – il s’agit en l’occurrence de Semler -, de les taxer d’Antéchrist à propos de la controverse soulevée par l’épisode des « possédés » guéris par Jésus ? Le christianisme et la foi chrétienne seraient-ils en perdition, s’il s’avérait que certaines possessions dont parlent les Evangiles étaient dues à des maladies physiques ou mentales ?

8Dans une troisième recension, le critique rappelle à Goeze qu’il ne faut pas toujours prendre les passages bibliques à la lettre, tels Matthieu 16,24 ; Jean 16,33 ; 2 Timothée 3,12 ; les Actes des Apôtres 14,22 ; 1 Thessaloniciens 3,3. Nous touchons bien là le fond du désaccord profond entre l’orthodoxie de Goeze et le relativisme linguistique et historique des néologues de la AdB. Lüdke conclut qu’il ne faut pas montrer aux gens uniquement le côté sombre et difficile de la pratique religieuse et remplir leur cœur et leur esprit de craintes et d’angoisses.

  • 104 AdB 12.2.9. p. 94-101 (1770). Richtige Erklärung der Worte Assaphs : Ps.79,6 und daβ die Hamburgisc (...)
  • 105 Cf. AdB 11.1. KN p. 191 (1770). Resewitz écrit à propos d’une attaque de Goeze : « Il se rend coup (...)

9Au plan liturgique, Goeze s’oppose à toute refonte, ardemment préconisée par Lüdke, ou même à une simple rénovation de ces livres de cantiques en usage depuis de longues décennies si ce n’est davantage. Au contraire, il s’engage personnellement à défendre le maintien d’une prière des luthériens de Hambourg, se basant sur le psaume d’Asaf (Ps 79.6) demandant à Dieu de terrasser les ennemis papistes, Turcs et autres, sans que les réformés, bien que non cités, en soient formellement exclus ; sous prétexte qu’il s’agit d’une prière séculaire traditionnellement récitée dans la cité hanséatique104. Quant à l’animosité de Goeze à l’égard des recenseurs de la AdB, elle est irrémédiable et les théologiens responsables de la revue se voient publiquement traités de païens, d’athées ou de fossoyeurs de la religion105.

10D’un point de vue méthodologique, Resewitz conclut sa recension dans AdB 8.1.21. qu’il convient, pour l’interprétation des textes bibliques, de tenir compte de la personne qui s’exprime, des conditions historiques dans lesquelles elle est placée ainsi que des schémas de pensée qui la caractérisent, elle et son époque, à la différence d’aujourd’hui ; en somme, il s’agit d’une nouvelle illustration du relativisme historique, civilisationnel et linguistique face à une conception de la fixité et de l’immutabilité herméneutique. A l’adresse de Goeze et de tous les lecteurs de la AdB, Resewitz précise que le recenseur n’a pas à fournir dans son article toute une argumentation étayée sur des preuves comme s’il s’agissait d’une contre-démonstration ; il doit simplement attirer l’attention de l’auteur recensé et des lecteurs sur tel propos, émettre tel doute et amener les uns et les autres à approfondir tel point. Bien entendu, il ne s’agira là, en tout état de cause, que de l’opinion d’un seul ; toutefois si beaucoup de gens manifestent leur accord avec le point de vue exprimé par le critique de la AdB, comme l’admet le Hauptpastor lui-même, il y a des raisons de penser qu’un tel jugement n’est pas sans fondement, plutôt que d’envisager l’inverse.

  • 106 Dans un geste courtois, peut-être un peu naïf, Büsching avait adressé son livre à Goeze, lui deman (...)

11A propos de la controverse avec Büsching106 sur la portée des Livres symboliques luthériens, Pistorius développe, en réponse à Goeze, un avis largement partagé sur ce point par l’ensemble des recenseurs. Pourquoi donc traiter d’hétérodoxes tous ceux qui osent discuter les dogmes établis dans les Livres symboliques, alors qu’il a bien été concédé aux chrétiens le libre examen de la Bible ? Et le recenseur de reprendre les arguments classiques en la matière. Les Livres symboliques ne sont que le fruit de la réflexion humaine qui, en matière d’exégèse, a pu bénéficier des progrès de l’histoire et de la philologie au cours des deux derniers siècles et doit donc pouvoir procéder à des ajustements nécessaires, menés avec modération et responsabilité. De plus, si tous les passages bibliques ne sont pas évidents pour l’esprit humain, il suffit de s’en tenir à ceux qu’il est en mesure de saisir (faβlich) et qui constituent une trame fondamentale suffisante pour la foi chrétienne, tout le reste n’étant que de l’interprétation théologique. Enfin, influencés par l’enseignement reçu et les habitudes prises dans notre jeunesse, nous avons tous tendance, les luthériens comme les réformés, ainsi que les catholiques, de croire que les dispositions spécifiques de notre propre confession sont les seules vraies. La vraie voie du chrétien est celle de la tolérance pour ses frères en christianisme et non celle de l’anathème et de la persécution.

  • 107 Cf. Anonyme (Lüdke), Vom falschen Religionseyfer, Berlin, 1767, recensé dans AdB 7.8.2. (1768) par (...)
  • 108 AdB 15.1.3. (p.35): Und wo ist denn diese übereinstimmende Kirche? Sie besteht ja allein in einer A (...)

12Quant à Resewitz, dans la polémique de Goeze contre Lüdke au sujet du vrai et du faux zèle religieux107, il vient à faire le procès, à travers Goeze, de certaines positions luthériennes, reprenant en partie l’argumentaire que nous venons d’exposer par la bouche de Pistorius. Exaspéré, le recenseur s’interroge : de quel droit ces luthériens décident-ils de ce qui est dogmatiquement essentiel ou simplement accessoire (Grundlehren et Nebenlehren) ? Si on voulait montrer du doigt tous ceux qui n’ont pas une vision claire des choses de la théologie ou qui affichent des erreurs manifestes sur des vérités premières, il ne resterait plus beaucoup de monde dans l’Église luthérienne, si ce n’est un groupuscule de théologiens appliquant l’orthodoxie doctrinale à la lettre (das kleine Häuflein buchstäblich rechtgläubiger Theologen). Combien sont-ils à comprendre les subtilités de la Trinité, de la Cène, de la justification par Jésus, de la relation entre la foi et les œuvres ? « Où trouve-t-on cette Église parlant d’une seule voix ? Elle n’est composée, en vérité, que de quelques prédicateurs luthériens qui, soit prétendent représenter l’Église dans son ensemble, soit exigent que toute 1 Église se soumette à leurs points de vue sans autre forme d’examen108 ». Faut-il que tout le monde obéisse au doigt et à l’œil, à la manière papiste ? D’autant plus que chaque Etat protestant a quasiment ses propres Livres symboliques, autorisés par les souverains de ces Etats. Faut-il penser que tout va sens dessus dessous dans les Etats de Brandebourg, où le serment sur les Livres n’est pas exigé des pasteurs ? Sait-on, poursuit Resewitz, que plus d’un quart des pasteurs luthériens prêtent serment nonobstant leurs convictions profondes ? Enfin, n’estil pas grotesque, de lire sous la plume de Goeze que, sans les Livres symboliques, les constitutions civiles disparaîtraient et l’Europe tomberait au niveau des Cafres et des Hottentots ! Resewitz demande à Goeze d’adopter une attitude chrétienne envers ses adversaires sans vouloir aussitôt les « traduire devant la justice divine », d’admettre que le dogme n’est pas un tout rigide ayant existé tel quel depuis les origines, et que faire preuve de zèle religieux n’est pas synonyme de suspicion constante et d’intraitable persécution.

13Il est vrai que Goeze a pratiquement pris pour cible la plupart des esprits qui ont aspiré à plus de tolérance dans la pratique religieuse et interconfessionnelle et qui ont approché les textes bibliques dans un esprit de recherche historique. Toutefois, l’attitude de Goeze, abstraction faite de ses outrances verbales et comportementales, est compréhensible : à vouloir rénover un tout dogmatique, la dynamique transformationnelle lancée par les néologues risque d’en faire des apprentis sorciers. La faiblesse de Goeze aura peut-être résidé dans cette suffisance orgueilleuse et peu chrétienne et dans cet entêtement, venant d’un brillant érudit et frisant parfois la mauvaise foi. Enfin, c’est avec brio qu’il a employé les armes du raisonnement pour repousser l’intrusion du rationnel dans ce dogme, auquel il tenait dur comme fer.

  • 109 Christian August Crusius (1715-1775), professeur de philosophie et de théologie à Leipzig. Anti-wo (...)
  • 110 Johann Benedikt Carpzov (1720-1803), professeur de philosophie à Leipzig, à partir de 1759 profess (...)
  • 111 Joachim Johann Daniel Zimmermann, archidiacre à Sainte Catherine à Hambourg, homme lige de Goeze ;(...)

14Il serait fastidieux et quelque peu hors de notre propos d’égrener la liste des défenseurs de l’orthodoxie ayant bénéficié des recensions dans la Allgemeine deutsche Bibliothek ; tels Crusius109 ou Carpzov110 ou Zimmermann111. En effet, les thèmes débattus se ressemblent et se répètent. Retenons cependant un cas à part, celui d’un théologien, un esprit ouvert, qui n’est pas à proprement parler un adversaire de la Allgemeine deutsche Bibliothek, à l’exemple des représentants de l’orthodoxie stricte mais qui maintient sur de nombreux points des positions précisément mises en cause par les néologues.

Georg Friedrich Seiler (1733-1807) – l’orthodoxie pondérée

  • 112 AdB 10.1.17. (1769).
  • 113 AdB 20.2.14. (1773), Religion der Unmündigen, Erlangen, 1772.

15Cet Allemand du sud, professeur de théologie, Conseiller de Consistoire à Erlangen et finalement surintendant dans la principauté luthérienne d’Ansbach, semble disposé à se pencher sur les choses de la religion avec un esprit nouveau mais il reste foncièrement acquis aux Livres symboliques, à la doctrine du péché originel, de la grâce justifiante, pour ne citer que les points cruciaux. Une première recension, consacrée par Lüdke112 à une controverse fort technique, oppose Seiler à Georg Friedrich Meier sur le dogme trinitaire et la nature des hypostases. Plus significative, la recension de Petersen113, Prédicateur à la Cour de la principauté de Hesse-Darmstadt, rend compte d’un manuel de Seiler qui s’adresse aux jeunes enfants de moins de 11 ans pour leur inculquer les rudiments de la religion, car l’éducation religieuse ayant figuré régulièrement parmi les préoccupations majeures des théologiens luthériens. Petersen corrige, pas à pas, avec beaucoup de sérénité, une perception plutôt pessimiste de l’homme et de ses rapports avec Dieu. Il pense qu’il n’est pas exact que « tous les hommes soient portés au mal » et expose des vues très modernes sur le comportement de l’enfant et sa psychologie. « Ce qu’on prend pour péché originel chez les enfants, c’est en partie l’exutoire naturel de sensations désagréables ; c’est la manifestation normale d’une certaine conscience intime qu’il est dans leur nature d’activer librement, de par eux-mêmes ; c’est l’explosion naturelle d’un égoïsme qui ne peut réaliser que progressivement un équilibre harmonieux et salutaire avec les autres pulsions ; et en partie, cela leur a été inoculé par nous-mêmes, par des méthodes éducatives à rebours ». Ainsi, le baptême n’est pas cette opération de « remédiation de l’âme des enfants, dont ils ont besoin parce qu’ils sont nés avec une âme corrompue ». Pour Petersen, « d’après le Nouveau Testament, le baptême n’est rien d’autre qu’une cérémonie de consécration, le signe de l’accueil dans la communauté chrétienne, et rien de plus, même dans les premiers temps du christianisme. » Il est évident que le recenseur traduit ici ses convictions réformées.

  • 114 AdB 38.2.3. (1779) Ueber den Versöhnungstod. Rechtfertigung, Erlangen, 1778 et AdB 42.2.1. (1780), (...)

16Dans le domaine de la théologie systématique, Lüdke examine deux ouvrages114 traitant de la propitiation (Versöhnung) réalisée par le sacrifice de Jésus, ce qui donne satisfaction (Genugtuung) à Dieu et rend possible la justification (Rechtfertigung) de l’homme devant Dieu. L’enjeu réel, à travers les divers arguments avancés par l’auteur comme par le recenseur, est de savoir quelle est la part qui revient à l’individu dans le processus de la justification. L’accord existe pour ce qui relève de la rédemption et, conséquemment, de la propitiation par l’oboedientia passiva de Jésus-Christ, c’est-à-dire, par son sacrifice. Cette problématique concerne Dieu outragé et son Fils, intercesseur de l’humanité, qui a pris sur lui les péchés du monde ; c’est ainsi que le processus de satisfaction va pouvoir ouvrir au genre humain la voie du salut. Puis, Seiler affirme, dans la pure tradition luthérienne de la justification, que la foi seule suffira, individuellement, pour avoir pleinement part au salut grâce à cette notion d’obéissance passive de Jésus Christ.

  • 115 Cf. AdB Anhang 1/12.29. o.c.

17Lüdke ne l’entend évidemment pas ainsi, la punition doit avoir un caractère dissuasif pour le coupable (abschreckend sein), donner à réfléchir à celui qui a péché. Cela implique la notion de remords et la nécessité d’une volonté de rémédiation chez l’homme. Seiler soutient ensuite que « la justification réside dans la foi et, devant le tribunal de Dieu, le croyant sera considéré comme ayant prêté la plus complète obéissance. » C’est donc la thèse de l’obéissance active du Christ (oboedientia activa), d’après laquelle le Seigneur a accompli par son passage sur terre un parcours parfaitement hors du péché et dans la soumission complète à la loi divine, ce dont il fait bénéficier l’individu, pourvu que celui-ci ait la foi. Cette thèse est bien entendu inacceptable pour les néologues et Töllner115, notamment, l’avait déjà rejetée dans son ouvrage paru en 1768, « De l’obéissance active de Jésus Christ ». Le rejet de l’oboedientia activa représente une position fondamentale des théologiens « éclairés », au risque de se voir accusés d’une quelconque déviation pélagienne, car leur conception théologique du christianisme ne peut en aucune façon faire l’impasse sur l’effort individuel en vue du perfectionnement moral, ni même en minimiser la portée. Pour montrer l’intérêt mineur des disputes dogmatiques, Lüdke, très conciliant, presque fraternel, s’adresse ainsi à Seiler à propos de leur désaccord dans la question de la justification : « La manière dont Jésus a pu intercéder par son sacrifice auprès de Dieu pour notre salut, cela comme tu le reconnais toi-même, tu en sais aussi peu que moi. »

La religion du « cœur » face à la théologie de la raison

18Dans une autre direction, la théologie « éclairée » s’en prend aux « exaltations » piétistes jugées déraisonnables et peu conformes à une bonne perception du christianisme. C’est que, au fil du temps, le protestantisme luthérien, solidement établi dans une grande partie de l’Allemagne, avait déployé une rigueur dogmatique sévère, allant de pair avec une hiérarchisation du système magistériel et institutionnel de ces Églises territoriales. Dès le xviie siècle se manifestèrent des mouvements qui militaient pour davantage de religiosité concrète et vécue, plus de piété et d’émotivité spontanée. Face à une orthodoxie qui apparaissait desséchante et sévère avec ses mises en garde sécrétant l’angoisse et un sentiment de culpabilité permanent, les élans du cœur vers un Dieu bienveillant, sous les traits de Jésus, et cette possibilité d’établir une relation directe entre Dieu et l’homme, avaient semblé apporter un correctif et un grand soulagement pour bon nombre de personnes. Ce qui sembla déterminant, c’était moins le dogme que la foi vivante, une plus grande intériorisation de la religion, des relations plus chaleureuses et plus confiante avec autrui. Les figures de proue de ce mouvement furent Philip Jakob Spener (1635-1705), alsacien d’origine et organisateur de l’université de Halle, qui allait devenir un des centres du piétisme. Il faut également citer August Hermann Francke (1663-1727), lui aussi exerçant à Halle et qui fonda nombre d’instituts de charité, des écoles, des orphelinats, des hôpitaux, des imprimeries et d’autres institutions. Bien entendu, ces mouvements générèrent aussi des exagérations complaisamment caricaturées par les théologiens « éclairés ».

Sebastian Friedrich Trescho (1733-1804) : orthodoxe et piétiste

  • 116 Briefe über die neueste theologische Litteratur, Berlin, 1764 sq. dans AdB 1.2.4. (1765) et 3.1.3. (...)

19Ce fut un peu le cas pour Trescho, pasteur à Mohrungen en Prusse orientale, un tenant convaincu et plutôt intolérant de l’orthodoxie mais fortement influencé par le piétisme116. Malgré les bonnes résolutions qu’il prenait publiquement, il ne pouvait s’empêcher d’adopter rapidement ce comportement agressif et sectaire à l’égard de toute manifestation de rénovation, ce qui donna lieu aux admonestations habituelles, souvent amusées, de la part de ses recenseurs. On lui reprocha non seulement son intransigeance dogmatique mais aussi ses discours empreints d’emphase sentimentale et d’onctuosité suave.

  • 117 Ermunterungen zum Glauben und zur Heiligung, Danzig, 2 vol. 1767 et 1769, dans AdB Anhang 1/12.22.

20Lüdke est amené dans un volume « annexe »117 à recenser deux ouvrages édifiants fort volumineux de Trescho, consacrés l’un à la période de la Passion et de l’Avent, l’autre à la période de Noël. Bien entendu, la recension est plutôt négative, d’autant que Lüdke est particulièrement hostile au pathos et à la grandiloquence. Selon le critique, les souffrances du Christ donnent lieu à des métaphores en série, les unes plus obscures que les autres. D’ailleurs, l’orateur ne s’adresse qu’aux perceptions sensibles, aux émotions, à l’imagination, avec toute une phraséologie débridée portant la marque d’un imaginaire sanglant et hideux, ceci étant plus particulièrement le cas des méditations pascales et des descriptions ou invocations de l’Agneau ensanglanté, des plaies béantes du Seigneur, des contorsions de ce corps cloué sur la croix, et le recenseur en extrait des citations insolites sinon cocasses sur plusieurs pages.

Diversité des courants piétistes

  • 118 Physiognomische Fragmente zur Beförderung der Menschenkenntnis und Menschenliebe, 1775-1778 et Die (...)

21On peut citer Johann Kaspar Lavater (1741-1801), né à Zurich, bien que figure marginale du piétisme dans la mesure où il se montre assez éclectique dans ses prises de position. Ainsi, l’un de ses écrits118 les plus marquants, ayant rencontré un large accueil du public dans les décennies de 1770 et 1780, a en quelque sorte des visée scientifiques, il s’agit en l’occurrence des célèbres Fragments physiognomoniques pour l’avancement de la connaissance de l’homme et de la philanthropie. Lavater, dans un brassage d’éléments, à la fois philosophiques, théologiques, mystiques, mais aussi rationalistes, transporte ses lecteurs dans un monde merveilleux et lumineux. Il est aussi en relation avec Herder et le jeune Goethe ; il s’enflamme pour les théories pédagogiques de Basedow ; il est intimement lié au mouvement « des génies » du Sturm und Drang des années 1770. A partir de 1778, il exerce les fonctions de pasteur à l’église Saint-Pierre de Zurich.

  • 119 Von der Lehre der Gebets = und Glaubenskraft, wie auch von Schwärmerey und Enthusiasmus dans AdB 3 (...)

22Un des recenseurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek, resté anonyme, mais on peut conjecturer qu’il s’agit de Petersen, adopte une attitude nettement critique à l’égard de ces manifestations d’enthousiasme119 qui ne voudraient voir à l’œuvre, notamment dans le Nouveau Testament, que des forces miraculeuses qui devraient emporter l’adhésion spontanée des fidèles. Les miracles opérés par Jésus sont loin d’être l’essentiel, juge le recenseur, c’est par son enseignement, par ses paroles et ses prêches qu’il a convaincu le monde. Le piétiste, selon lui, se caractérise par sa ferveur pour les miracles et son goût pour les prophéties ; son imagination emportée et son esprit de prosélytisme ne sont que les avatars de son orgueil spirituel (geistlicher Stolz). La très longue recension, de plusieurs dizaines de pages, évoque spécialement les dangers de l’exaltation qui voudrait supplanter la raison. La démonstration n’apporte en fait rien de nouveau par rapport aux prises de position bien connues des théologiens de la AdB qui restent très hostiles à toute forme de débordement sentimental et à un imaginaire débridé.

  • 120 AdB 20.2.12. (1773), Hee Jürgen, Bekehrungsgeschichte des Grafen Brandt, 1773 et Münter Balthasar, (...)

23Quant à Pistorius, il rend compte d’un double récit – une mise en parallèle de la conversion des comtes Brandt et Struensee – opérée selon deux méthodes quasiment opposées, l’une par appel aux sentiments et à l’exaltation émotionnelle, l’autre par le recours à la réflexion selon des représentations claires et intelligibles120. Struensee avait été le médecin personnel, puis le ministre tout puissant du roi Christian VII du Danemark. Ayant introduit de nombreuses réformes radicales inspirées des idées politiques des philosophes français, il fut la victime de l’entourage du roi et des privilégiés dont il avait sapé le pouvoir. Condamné pour athéisme et accusé d’adultère, il fut décapité avec son protégé, le comte Brandt. Fort curieusement, le recenseur ne donne pas la moindre indication sur les causes réelles et les conditions de cette double exécution ; son intérêt se porte exclusivement sur les démarches formellement antagonistes des deux prélats chargés de les convertir.

24L’un fonde toute sa force de conviction sur les sentiments et l’exaltation religieuse, employant des images fortement colorées, essayant d’émouvoir, d’attendrir, d’enflammer son ouaille. Le second conduit autrement son dessein, il veut présenter des idées claires, compréhensibles, convaincre et avancer pas à pas, mais sûrement, en partant d’abord des données de la religion naturelle pour arriver aux vérités de la Révélation. Sa démarche s’inspire des sermons d’Alberti et de l’ouvrage fondamental de Spalding, Réflexions sur la valeur des sentiments dans la religion chrétienne.

25La recension vient souligner un thème central déjà abordé à plusieurs reprises, en particulier dans certaines KN, à savoir la méfiance que peuvent inspirer des conversions trop spontanées, et souvent vite évacuées lorsque l’exaltation religieuse est retombée. Ce fut d’ailleurs un grave sujet de débat que de savoir s’il est de circonstance, voire opportun, de fournir une assistance spirituelle aux condamnés à mort dont le plus grand nombre ne peut parvenir en un laps de temps si court, avant leur exécution, à parcourir tout le chemin qui doit les mener à la perception claire des principes de la religion et à la contrition sincère, éléments qui semblent essentiels pour faire véritablement agir la grâce divine de façon effective. La grâce efficace semble donc bien le résultat d’un long cheminement intérieur de réflexion et de constance dans l’effort de sanctification et nullement le résultat d’une action divine immédiate et foudroyante.

  • 121 August Gottlieb Spangenberg, Leben des Herrn Nicolaus Ludwig Grafen und Herrn von Zinzendorf und P (...)
  • 122 Cf. aussi la recension de Duttenhofer à Heilbronn, dans AdB 93.1. (1790) p.90-96, à propos de l’ou (...)

26Eberhard, pour sa part, en recensant l’ouvrage de Spangenberg121 sur la communauté de Zinzendorf, réalise une analyse pertinente et absolument étonnante par sa modernité du phénomène de la secte et du rôle du chef, à la fois prophète et mage. Sans négliger l’aspect narratif des faits et gestes rapportés par l’auteur, un proche de Zinzendorf, il restitue surtout le contexte culturel et religieux dans lequel évolue cette Église particulière, qui se réclame toujours de la confession luthérienne122.

27Après avoir indiqué que l’on doit aux grands piétistes de Halle, Thomasius, Spener, Franke d’avoir édifié « une digue contre les vagues sauvages de l’orthodoxie de Wittenberg », Eberhard stigmatise l’influence qu’il qualifie de rampante de ce christianisme sentimental (Herzenschristenthum) que Zinzendorf arrive surtout à faire admettre dans les petites cours princières et plus spécialement auprès de leur composante féminine (unter dem weiblichen Theil derselben). On pratique les méditations dévotes et les exercices mystiques ; on passe ses journées à chanter, à prier, à exhorter autrui. Seul subsiste l’aspect sentimental et émotionnel de la religion, qui prend des allures d’amusement puéril, embrumée par un imaginaire qui se complaît dans des formulations et des comportements plus proches du badinage amoureux, sans craindre les évocations franchement impudiques, voire triviales (p. 103).

28Suit un récit détaillé de la vie de Zinzendorf, prêchant dès l’âge de 6 ans, quitte à s’adresser aux chaises, en l’absence d’auditoire. C’était une sorte de tribun populaire qui prononçait des discours fleuves, utilisant de façon répétitive des tournures onctueuses (die Gabe in einem Flusse fortzureden, ein ewiger Wechsel von stets wiederkommenden gesalbten Worten). Et Eberhard de s’exclamer, « qui donc peut ignorer la puissance d’un tel langage ? », analysant avec une grande perspicacité le pouvoir du verbe et le phénomène de la secte tel que l’instaure Zinzendorf. Celui-ci accepte des adeptes de toute obédience : luthériens, réformés, piétistes, catholiques, sans qu’il définisse une dogmatique précise, tout en se reconnaissant toujours formellement dans le luthéranisme.

29Eberhard s’étend sur l’organisation communautaire stricte et l’intrusion dans la vie privée, voire intime des fidèles. La description de l’emprise du comte sur les fidèles est impressionnante. La prière est ininterrompue, chaque fidèle en assure obligatoirement sa part selon un emploi du temps précis ; l’individu est rarement seul, toutes les activités sont exécutées en commun, on se confie fréquemment et individuellement au guide, enfin, rapporte le recenseur, les membres qui quittent la communauté subissent des persécutions sérieuses. Les aspects les plus frappants de cette organisation sont le prosélytisme très accentué de la secte, l’apparente niaiserie de l’imaginaire et sa prédilection pour l’imagerie de l’agneau innocent ; mais il y a aussi cette lascivité sous-jacente des rapports avec un Jésus tantôt amant juvénile, tantôt victime sanglante de son chemin de croix, avec toute l’ambiguïté d’une évocation plus ou moins complaisante et révélatrice d’un psychisme accessible au sadique.

  • 123 R. von Thadden, o.c. p.148, rapport daté du 12 juillet 1746

30Il n’est pas inintéressant de reproduire des extraits d’un rapport123 commandé en 1746 à August Friedrich Wilhelm Sack, alors Premier Prédicateur (1. Hofprediger) à la Cour de Berlin et personnalité ecclésiastique des plus influentes en Prusse durant le règne de Frédéric II. Il avait été consulté sur l’opportunité de conférer au comte Zinzendorf la dignité épiscopale luthérienne de la communauté des frères moraves, privilège concédé autrefois aux Frères de la Loi du Christ. Sack four nit un avis des plus négatifs qui corrobore les imputations déjà signalées par Eberhard, Duttenhofer et d’autres. Entre autres, il écrit textuellement : « Pour ma part, ce qu’on appelle de nos jours l’Union des frères moraves, dont le chef est le comte Zinzendorf, n’est rien d’autre qu’une nouvelle secte dont les membres proviennent d’autres sectes et d’autres communautés pour des raisons qui leur sont propres. Partout où ils se sont manifestés, ils ont provoqué des dissensions familiales. On ne peut plus invoquer l’attitude bienveillante à leur égard de l’ancien Hofprediger Jablonski (1660-1741), puisque depuis 1699, la nature et la constitution de cette Église ont changé du tout au tout depuis l’emprise de Zinzendorf ». Il conclut que ce serait rendre un mauvais service à ses frères luthériens que de procéder à la consécration d’un évêque issu de la communauté de Zinzendorf.

31Bref, les théologiens « éclairés » fustigent non seulement les intempérances de l’exaltation sentimentale, mais ils tiennent à montrer les dangers courus par ceux qui abandonnant les chemins de la raison, risquent de perdre non seulement leur liberté spirituelle mais aussi de connaître l’embrigadement physique et mental.

  • 124 Cf. AdB 68.2.4. (1786), F.H. Jacobi, Ueber die Lehre des Spinoza an H. M. Mendelssohn, Breslau, 178 (...)

32La figure de Friedrich Heinrich Jacobi (1743-1819) présente évidemment un autre profil. Celui-ci, plutôt philosophe que théologien, apparaît surtout dans la AdB au moment de la querelle spinoziste124 avec Mendelssohn, à propos des convictions de Lessing qu’il a qualifiées de panthéistes. Jacobi rejette l’incursion du rationnel dans le domaine théologique et religieux mais il pense qu’on se conforme au dessein de la providence divine en adoptant une conduite inspirée par les règles morales. Il se place dans une optique relativement moderne en prenant appui sur les insuffisances de la raison dans le domaine métaphysique pour réhabiliter le sentiment et l’intuition, sans pour autant tomber dans l’exaltation piétiste ; c’est une perception et une appréhension des choses de la religion en fin de compte pas tellement éloignée du renouveau prôné par Schleiermacher dans le domaine de la théologie, dans les toutes dernières années du siècle.

Les « enfants terribles » de la néologie

33Les théologiens néologues, collaborateurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek, dans leur combat contre l’orthodoxie et les courants piétistes, se voient prodigieusement gênés par des prises de position extrêmes venant de personnalités foncièrement acquises à un renouveau dogmatique et qui ne font pas dans le détail. Ils craignent par dessus tout l’assimilation de leurs propres positions modérées à ce qui apparaissait comme un vrai scandale aux yeux de l’immense majorité des pasteurs et des milieux luthériens et que l’orthodoxie ne se faisait pas faute de dénoncer comme le fruit de ces « fossoyeurs » de la religion qui gravitent autour de la revue de Nicolai.

Le Rektor Damm : un pédagogue déiste

  • 125 Damm est Rektor am köllnischen Gymnasium in Berlin, situé dans l’ancienne agglomération de Colin ; (...)

34Les écrits jugés les plus pernicieux à cet égard proviennent d’un certain Damm, directeur de l’un des lycées les plus réputés de Berlin, le Cöllnisches Gymnasium, qui a traduit l’évangile matthéen, les Actes des Apôtres et la plupart des épîtres avec une préface et des commentaires. Les deux comptes rendus125 de Teller sont tout à fait négatifs, surtout le second qui est plus détaillé. Il reproche à l’auteur une traduction sans grâce et souvent obscure, mais il condamne surtout ce qu’il appelle les vues très personnelles de Damm. Teller considère qu’il affiche des conceptions absolument hétérodoxes et qu’il se manifeste comme un dissident de la religion chrétienne, un « naturaliste » qui ne croit ni à la résurrection, ni à l’existence des anges et des démons, qui considère Jésus comme un envoyé de Dieu, à l’instar d’un ambassadeur plénipotentiaire, porteur de forces spirituelles supérieures pour restaurer la religion naturelle. Dans sa préface, Damm ose affirmer que tout ce que les évangélistes racontent ne doit pas être pris à la lettre et qu’il n’est pas certain que tous les événements relatés ont réellement eu lieu. Là, le recenseur s’anime et condamne de telles affirmations, car, dit-il (AdB 3.2.20, p. 206), si on ne croit pas ce qui est écrit dans la Bible, on peut nier absolument tout. Teller saisit néanmoins l’occasion de conclure, dans le premier des deux comptes rendus, que c’est là un bel exemple de tolérance dans la Prusse de Frédéric II, puisque l’intéressé qui est proviseur d’un célèbre lycée de la capitale n’a pas pour autant été chassé de son emploi, ni même été inquiété.

Karl Friedrich Bahrdt (1741-1792) – par qui le scandale arrive

  • 126 Auparavant, c’est Goeze lui-même qui lui avait proposé un poste à Hambourg !
  • 127 Recensions de Resewitz : Briefe über die systematische Theologie zur Beförderung der Toleranz 1. S (...)

35Personnalité en marge de l’orthodoxie, fils de Johann Friedrich Bahrdt, professeur de théologie également recensé dans la AdB, il connaît une carrière particulièrement mouvementée. C’est en 1766 qu’il obtint une charge de professeur à Leipzig, en 1769 à Erfurt et, en 1771 à Giessen, sur recommandation d’Ernesti et de Semler126. C’est la période qui recouvre essentiellement les recensions de ses ouvrages par la AdB. En effet, entre 1770 et 1774 il fut recensé quatre fois par Resewitz, deux fois par Purgold, une fois par Lüdke et une fois par Pistorius127. On peut dire qu’il s’agit là d’une période où Bahrdt, tout en empruntant des sentiers parfois périlleux – et Resewitz ne manquera pas de le mettre en garde – fait encore figure de théologien sérieux bien que fort audacieux, investi qu’il est de charge professorale et bientôt de celle de surintendant général, l’équivalent d’évêque, à Dürkheim (Palatinat) en 1776, après avoir préalablement dirigé un Philanthropinum de Basedow dans les Grisons suisses.

  • 128 Cf. AdB 43.1. KN(1780) p.41-65.

36Il sera déposé pour hérésie en 1778, suite à une 2e édition de sa traduction du Nouveau Testament, puis interdit de prêcher, d’enseigner et de publier, par décret du 27 mars 1779 de la Chambre impériale de Vienne, et sommé de présenter une profession de foi orthodoxe sous peine de bannissement du Saint Empire. Sa défense sera soumise pour avis à deux facultés de théologie, l’une catholique, de Würzburg, l’autre protestante, de Göttingen. Pistorius, chargé de recenser l’ensemble de ce dossier128, se félicite « de l’esprit tolérant (duldsame Denkungsart) et de l’examen réfléchi et dépassionné (kaltblütig und bedachtsame Prüfung) des deux facultés ». Dans leur avis, il est rendu justice à l’érudition de Bahrdt, auquel on adresse quelques remontrances avec équité et mansuétude (Billigkeit und Sanftmuth). Le recenseur poursuit : « Le fait que les universités catholiques en sont à juger de la sorte, et que là aussi on nourrit des principes modérés, que le déviationniste n’est pas condamné en bloc et que la traduction bahrdtienne du Nouveau Testament n’est pas décriée comme aussi dangereuse et corruptrice des âmes, que l’ont fait quelques théologiens luthériens, cela nous a rempli d’admiration. » Quant à la profession de foi de Bahrdt, Pistorius estime qu’elle n’est tout de même pas vraiment orthodoxe, notamment pour ce qui est de lieux théologiques aussi fondamentaux que le péché originel, la perpétuité des peines infernales, le processus de justification, et surtout la divinité du Christ et de l’Esprit Saint dans le sens de la confession athanasienne (p. 45). Cela laisse place à une circonspection bien légitime à propos de l’orthodoxie de Bahrdt et à la conformité de ses déclarations au dogme traditionnel.

37Il est néanmoins rapidement réintégré dans l’université, en 1779, à Halle, par la grâce de Frédéric II, mais à condition de ne pas enseigner la théologie ni de prêcher. Après l’avènement de Frédéric Guillaume II et les édits de censure religieuse de Wöllner, que Bahrdt ridiculise dans un pamphlet, il connaîtra l’emprisonnement en forteresse à Magdebourg. Mis au ban de la carrière pastorale et professorale, il adoptera un radicalisme anti-dogmatique et anti-confessionnel d’inspiration naturaliste et finira comme aubergiste. Il nous paraît donc particulièrement intéressant d’examiner les motifs de l’intérêt très vif suscité pour cette production de Bahrdt qui précède de peu ses démêlés les plus graves avec les autorités ecclésiastiques et civiles.

38Les aspirations de Bahrdt semblent aller dans le sens d’une refonte simplifiée des principaux articles de foi, une sorte de systématique dogmatique s’appuyant sur des enseignements incontestables de la Bible et des commentaires facilement intelligibles tirés des Livres symboliques. Alors que dans ses débuts il a fait preuve de zèle en faveur des thèses orthodoxes, ses prises de position plus récentes ne peuvent que rencontrer la sympathie des néologues de la AdB qui, à longueur d’articles, réclament un enseignement doctrinal simple, compréhensible pour le commun, où la parole divine proprement dite serait la seule véritable source de Révélation. A présent, Bahrdt veut réformer, simplifier et circonscrire l’essentiel du dogme chrétien et il demande le concours de toutes les bonnes volontés en Allemagne, qu’il invite, avec autant de naïveté que de fatuité, à lui écrire et à lui soumettre des projets en ce sens, qu’il tentera d’harmoniser en une synthèse cohérente. Le toujours raisonnable Resewitz, dans l’ensemble très favorable à la démarche de Bahrdt, s’interroge tout de même : n’est-il pas utopique de penser à vouloir harmoniser les contributions d’un grand nombre de théologiens où chacun ferait part de ce qu’il qualifierait, pour sa part, de précepte dogmatique intangible ? D’ailleurs, voudra-t-on se découvrir et exprimer véritablement le fond de ses convictions, sans crainte de l’orthodoxie qui administre le pouvoir en matière de nomination des pasteurs, voire des professeurs de théologie ? Resewitz conclut que Bahrdt a au moins le mérite de créer le mouvement, mais il ferait mieux de s’y atteler tout seul (AdB 14.1.9. p. 112-115).

39Sur le fond, Resewitz estime « qu’un système religieux concis (si on l’appliquait en règle générale parmi les chrétiens), qui ne réunirait, sous la forme d’un exposé simple et compréhensible, que les dogmes explicitement contenus dans les Écritures (indispensables au salut de tout un chacun), favoriserait grandement la tolérance. L’évacuation des dogmes casuels (zufällige Lehrsätze), qui ne figurent pas explicitement dans les Écritures (ou qui peuvent en être tirés par une série de déductions), exposerait moins la religion aux attaques de ses ennemis et ouvrirait aux théologiens les voies d’une recherche plus libre. Le mélange des démarches a rendu le christianisme tellement complexe et difficile pour l’homme non instruit, que celui-ci n’est pas en mesure de le comprendre (capiren) suffisamment ; qu’il n’en fait que charger sa mémoire, aboutissant à une croyance machinale, ne faisant que répéter, sans conviction propre : voilà la vérité ! Quiconque a réfléchi sur ce point ne contredira pas l’auteur » (p. 110-111). Il est donc fondamental de rendre la religion plus accessible au commun grâce à une perception mieux comprise des préceptes essentiels de la religion.

40Au cours de la même année 1771, Resewitz est amené à signer une nouvelle recension, placée en tête du volume 15 de la AdB, concernant le second recueil des « Lettres à propos d’une théologie systématique », paru en 1770. Le recenseur s’étend principalement sur la procédure engagée par un confrère de Bahrdt, un certain Schmidt, professeur de théologie et premier pasteur d’Erfurt, qui a invité la faculté de théologie de Wittenberg à destituer Bahrdt pour ses écrits défiant l’enseignement donné par les Livres symboliques. Contrairement à l’aspect positif de sa précédente recension relative au premier recueil de Bahrdt, Resewitz, en quelques lignes, fait part du désappointement que lui cause ce second recueil. Il y a trop de digressions, pas mal de confusions et beaucoup trop de lettres de ses partisans, reproduites sans raison. Le recenseur veut plus de prudence dans l’établissement d’un système à l’intention des gens simples, afin de ne pas les troubler. De plus, Resewitz est choqué par l’affirmation de Bahrdt, selon laquelle un exégète doit d’abord lire les commentateurs et seulement après la Bible, alors qu’il faut faire le contraire !

  • 129 Il s’agit en l’occurrence de Johann Balthasar Schmidt, professeur primat de théologie, assesseur d (...)

41La majeure partie de la recension est néanmoins consacrée à une violente diatribe d’un Resewitz indigné par la démarche de ce collègue de Bahrdt, qui fait œuvre de délation et lance une véritable croisade contre celui qu’il n’est pas loin de dénoncer comme hérétique, qui mérite les foudres des autorités ecclésiastiques autant que civile129. C’est là en fait le premier avertissement sérieux et la première offensive d’envergure lancée par les gardiens de l’orthodoxie contre un Bahrdt qui visiblement manque de prudence et de sagacité, peut-être grisé par une notoriété rapide, d’autant plus qu’il jouit, au départ, de la sympathie de la plus grande partie des théologiens partisans du changement. La prise de position résolue et combative de Resewitz ne concerne pas seulement la mise en cause d’un processus entaché de confusion entre le civil et l’ecclésiastique, elle constitue aussi une défense vigoureuse et intransigeante du droit au libre examen en théologie, fondement même des principes de la Réforme. C’est d’ailleurs à de nombreuses reprises que les recenseurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek, notamment Resewitz et Lüdke, font le reproche aux tenants les plus intolérants de l’orthodoxie de se comporter comme l’Église romaine.

  • 130 AdB 15.1.1. (p.7).
  • 131 C’est précisément sous ce terme evangelisch que s’opérera l’union de 1817 qui voit la naissance de (...)

42Le fait est que ce professeur de la faculté de théologie d’Erfurt, collègue de Bahrdt, prétendant être en quelque sorte mandaté par l’ensemble du collège théologique d’Erfurt, s’est adressé à la faculté de théologie de Wittenberg, haut lieu de l’orthodoxie luthérienne, pour solliciter de sa part une condamnation publique avec révocation de son collègue, au vu de certains passages de son essai pour une dogmatique systématique non conformes aux Livres symboliques. Or, il s’avère que la faculté de Wittenberg, sans aucune compétence légale et développant ses attendus dans un mémoire de 16 pages, va effectivement prononcer publiquement la destitution de Bahrdt. Cette démarche n’aura d’ailleurs aucune incidence réelle, d’autant plus que Bahrdt avait été appelé, en 1771, à la faculté de théologie de Giessen, dans le landgraviat de Hesse-Darmstadt. Resewitz proteste ici avec une fougue inhabituelle contre cette immixtion des autorités ecclésiastiques dans les affaires publiques, mais en même temps contre la substitution illégale dont s’est rendue coupable Wittenberg à l’égard d’Erfurt, seule habilitée à prendre d’éventuelles sanctions contre l’un des professeurs de sa faculté. Le recenseur se déclare prêt à fournir « une liste de propositions, déclarations et argumentations tirées des écrits de quelques centaines de théologiens allemands renommés, qu’elle (la faculté de théologie de Wittenberg) aurait du mal à mettre en accord avec les Livres symboliques »130, de sorte qu’il lui faudrait relever de leur fonction des hommes parmi les plus remarquables et les plus savants. « N’est-ce pas un non-sens », poursuit-il, « de condamner quiconque pense qu’on puisse trouver son salut (selig werden) dans les trois confessions chrétiennes, la luthérienne, la réformée ainsi que la catholique, ou qui émet l’idée que l’on puisse dissocier, ce qui relève de la foi, c’est-à-dire les Écritures, et ce qui relève de la Confession (das Bekenntnis), par exemple les Livres symboliques ? » Selon Resewitz, un pasteur évangélique (evangelisch) – et en utilisant ce terme, il évite volontairement toute distinction entre luthérien et réformé131 – a le droit de présenter des réflexions qui peuvent dévier des Livres symboliques, dans la mesure où il n’y a pas discordance avec les Écritures.

  • 132 AdB 15.1.1. (p.9): Aber wer ist denn die Kirche? die Reformatoren und die Verf. der symbolischen B (...)

43L’émotion et l’indignation percent dans son discours. Il demande d’abord de quel droit un individu ou un groupe (encore qu’il semble que Schmidt n’ait pas du tout été officiellement chargé par ses collègues d’entreprendre les démarches incriminées) peuvent légiférer au nom de l’Église (die Kirche). Il poursuit : « Mais qui donc est l’Église ? Les Réformateurs et les rédacteurs des Livres symboliques ne constituent pas à eux seuls l’Église ; ils n’en sont que des membres ; comment peuvent-ils engager pour l’éternité tous les membres futurs, considérer comme seule valable leur propre conception ? Nous aussi, nous sommes l’Église, et nous avons précisément le même droit qu’ils avaient, eux, de modifier les Livres symboliques, si les personnes les plus nombreuses et les plus avisées d’entre nous l’estiment nécessaire... » Un peu plus loin, il ajoute : « L’Église protestante est libre, elle n’est tributaire d’aucune charte humaine dans le domaine de la foi et du dogme ; c’est une affaire de conscience pour chaque membre de l’Église, et pour chaque confession particulière. »132. Par conséquent, personne n’est habilité à parler au nom de l’Église, et pas davantage une faculté de théologie dont le corps enseignant est composé de 4 ou 5 personnes ! Il termine (p.10-11) ce vibrant plaidoyer en dénonçant toute interdiction d’exprimer des vues propres comme une violation des consciences (Gewissenszwang). En matière de conviction et de conscience, nulle loi humaine, nul contrat humain ne peuvent servir de norme coercitive. Les confusions et les désordres qui peuvent en résulter ne sont que la suite naturelle de la liberté de pensée. Cela a eu lieu à l’époque de la Réforme. Fallait-il que Luther s’abstienne de réformer pour éviter cela ? Si l’on suivait Schmidt, conclut-il, l’Église romaine serait en droit de reprocher aux Réformateurs d’avoir produit de nombreuses sectes, voire des hérésies.

44Resewitz résume ainsi, de manière solennelle comme une véritable profession de foi, l’essence même des conceptions religieuses et théologiques des recenseurs de la AdB. Il rappelle que seules les autorités civiles et les autorités religieuses agréées par celles-là sont qualifiées pour demander des comptes à un prédicateur qui, par ses propos ou ses actes, risquerait d’apporter le scandale ; de même, c’est seulement à l’assemblée des fidèles qu’il incombe de demander à son pasteur les raisons d’un éventuel trouble des consciences qu’il aurait pu causer par ses paroles ou ses agissements. Il est exclu d’instaurer un tribunal suprême ou d’accorder à n’importe quelle faculté de théologie le loisir de convoquer qui que ce soit, de le juger et de l’humilier (p. 11).

45Quant à Bahrdt, il va connaître d’autres vicissitudes, plus sérieuses, dont la Allgemeine deutsche Bibliothek rendra compte par la suite car, auteur prolifique, Bahrdt continue de publier en prenant de moins en moins de précautions. Ainsi certains enseignements traditionnels qui ne lui semblent pas fondamentaux, comme par exemple la notion de péché originel qui devrait peser sur chacun de nous, dès notre naissance, sans que nous y ayons été impliqués directement, devront également être passés au crible. Les libertés prises par Bahrdt avec des notions doctrinales sensibles, sans beaucoup de prudence, sans en mesurer les conséquences, son intention de toucher les foules, d’instruire les enfants au moyen de son catéchisme simplifié, tout ceci laisse présager de futures difficultés majeures.

  • 133 Reden über die Religion an die Gebildeten unter ihren Verächtern, 1799.
  • 134 Cf. Bernard Reymond, Le prédicateur virtuose ; Schleiermacher aurait-il vu juste, in Etudes théolo (...)

46D’autres ouvrages de Bahrdt offrent le flanc à la critique des recenseurs. Ainsi, Resewitz (AdB 15.2.21.) déplore le ton rhétorique et déclamatoire, les développements infiniment pointillistes des sermons publiés par Bahrdt. Lüdke (AdB 20.2.20) qui examine plusieurs ouvrages sur l’homilétique, dont un de Bahrdt, laisse percer une sorte d’accablement amusé lorsqu’il rapporte la suggestion émise qu’il faudrait employer quelques bons acteurs de théâtre pour entraîner les futurs candidats au pastorat (p. 496) afin de dépasser les canevas rhétoriques traditionnels médiocrement exécutés et qui n’apportent rien aux besoins religieux de l’auditoire. Rappelons, cependant à ce propos, qu’une trentaine d’années plus tard, en 1799, Friedrich Schleiermacher, théologien proche des romantiques d’Iéna et de Friedrich Schlegel, fit paraître un ouvrage qui eut un grand retentissement, Discours sur la religion, à ceux de ses contempteurs qui sont des esprits cultivés133. Y défendant la vision d’une religiosité globalisante, sans dogmatisme, en quelque sorte existentielle, il invite ses collègues prédicateurs à être des « virtuoses », associant au sens religieux, outre sa composante scripturaire cognitive, les ressources émotionnelles du vécu et, à sa prédication, toutes formes d’expression artistique susceptibles de toucher l’auditoire134.

47Les dernières GR qui concernent Bahrdt ne sont pas exemptes de compliments discrets. Ainsi, Pistorius rend compte de l’ouvrage paru en 1772 sur le Jardin Eden (AdB 17.2.15.) qui examine la notion du mal et du péché originel. Le serpent ou le mal, pour Bahrdt, c’est tout simplement le sang qui coule dans les veines de l’être humain (das menschliche Blut), c’est-à-dire sa nature humaine. Le critique aurait aimé que l’auteur eût précisé qu’il s’agit de l’instinct ou des appétits sensuels (sinnlicher Trieb) et qu’il faut lire derrière le contexte biblique concret une explication symbolique, que le mal, le péché originel sont en nous, de par notre condition humaine ; ils sont donc quelque chose de naturel. D’ailleurs, la punition découle également de notre condition humaine, c’est la maladie et la mort.

  • 135 Les bibles luthériennes de langue allemande regroupent les Evangiles et les Actes des Apôtres du N (...)

48Quant à Resewitz, il lui consacre un article important (AdB 22.1.3.), au ton encourageant et presque paternel. Il s’agit d’examiner la traduction réalisée par Bahrdt des livres historiques135 du Nouveau Testament : les quatre Evangiles et les Actes des Apôtres. Le recenseur se félicite que ce ne soit pas une traduction littérale, comme on les a connues jusqu’à présent, à l’instar de celle de l’Ancien Testament par Michaelis qui ne fait que compliquer et empêcher une véritable compréhension. Voilà donc une version « qui épure le message divin affublé d’orientalismes, sans impliquer une imagerie et des concepts juifs, sans influence hellénistique ; un message présenté au lecteur allemand en langue allemande et selon une manière de penser allemande, bref tel que Matthieu, Paul ou Jean se seraient eux-mêmes exprimés, s’ils s’étaient adressés à une mentalité allemande ou européenne, et de plus, contemporaine » (p. 105). Ceci est indispensable pour le chrétien qui n’est pas théologien et qui veut comprendre et appliquer les préceptes de la foi. Et Resewitz de concéder que, bien entendu, il faut agir avec circonspection, ce qui n’est pas toujours le cas du présent ouvrage. Il poursuit cependant, dans le même ordre d’idées, qu’il faut exposer le sens authentique des passages bibliques de la manière qui corresponde le mieux à notre faculté de compréhension actuelle, quitte à sacrifier les caractéristiques stylistiques des rédacteurs ou des locuteurs. Il faut écarter les métaphores qui nous sont inconnues, les proverbes qui ne sont plus en usage, les allusions aux choses qui n’ont plus la même signification à l’heure actuelle ; il convient en revanche de les remplacer par des structures analogiques (p. 106-107). De fait, sur ce point de la transmission des vérités divines à l’intention des foules, le raisonnable Resewitz se trouve grosso modo sur les mêmes positions que Bahrdt.

49C’est dans cet esprit, poursuit Resewitz, que Luther traduirait aujourd’hui la Bible. Il serait mécontent (unwillig) de l’attachement superstitieux à sa propre traduction et se rirait de la crainte de ceux qui croient qu’on veut leur changer la Bible en la réactualisant ; il verrait d’un mauvais œil ceux qui s’accrochent à la lettre du texte sacré et subodorent partout l’hérésie. Resewitz conclut que Bahrdt a tenté de s’engager courageusement dans cette voie de la rénovation, bien qu'il n’ait pas toujours réussi, mais selon le conseil de Paul : « examinez le tout et retenez ce qu’il y a de bien » (prüfet alles und das Gute behaltet).

50Néanmoins, à la fin de sa recension, Resewitz critique le penchant de l’auteur pour les digressions, la redondance, ainsi que certains dérapages. Que Bahrdt prenne à cœur les conseils qu’on lui donne, qu’il avance avec circonspection et après mûre réflexion dans cette importante voie de rénovation afin que : « voulant construire, il ne détruise et ne démolisse encore davantage » (damit er das, was er bauen will, nicht etwa mehr niederreisse und verderbe), p. 119.

  • 136 AdB Anhang 13-24 (1776) p. 1-3, Hambourg, 1773.

51Tout cela peut paraître prémonitoire, car voilà que Johann Melchior Goeze publie, l’année même de la parution de l’ouvrage de Bahrdt, une réplique véhémente dont le titre seul est déjà explicite : Démonstration que la mise en allemand du Nouveau Testament par Bahrdt n’est en rien une traduction, mais une falsification préméditée et une profanation sacrilège des paroles du Dieu vivant, 2. Cor. 4,2.136. Resewitz, qui en rédige la recension dans le premier volume « annexe » à la 2e série, paru en 1776, ne s’attarde pas sur l’argumentation de Goeze. Il s’étend par contre longuement, sur un ton moralisateur, pour morigéner ceux qui, dans l’espoir de rendre aux Écritures leur pureté originelle et de rétablir les vérités premières du dogme, se mettent à l’œuvre avec une légèreté coupable et une étourderie qui mêlent le vrai et l’immature, rendant ainsi vains les efforts des hommes mesurés et avisés qui tâchent d’éclairer leurs concitoyens sur la pratique chrétienne. Il va sans dire que Bahrdt est ainsi directement visé. Resewitz poursuit que celui qui entreprend de vouloir corriger l’ensemble de la traduction biblique doit pour le moins s’astreindre à la plus grande circonspection ; et il ne faut pas vouloir tout changer, mais seulement apporter quelques corrections sur les points qui en ont le plus grand besoin. Sinon, l’homme du commun risque de penser qu’on lui a enlevé sa Bible, car « il y aura toujours un rapport de dissonance entre la religion du théologien et celle du peuple ». La conséquence en est que le chrétien avisé s’inquiète et se pose des questions, que l’esprit libre se réjouit et, que le pasteur Goeze – ce qui ne tarde pas – va tonner qu’on a affaire à des impies et des hérétiques, et que, naturellement, les recenseurs de la Bibliothek ne valent pas mieux, qu’ils sont à mettre dans le même panier et qu’on pourrait peut-être obtenir des mandats contre eux. Bref, il est à son affaire, corps et âme, mais il faut en convenir qu’on lui a rarement fourni autant de matière pour nourrir sa rage polémique. Toute la recension est dans ce style et inflige ainsi un blâme sévère à Bahrdt. Dans ce commentaire perce aussi le regret que cet homme, qui avait donné tant d’espoirs, est en train de perdre tout crédit pour lui-même mais que, dans la foulée, il discrédite ceux qui l’avaient encouragé et soutenu.

52En fin de compte, Bahrdt se révèle un personnage curieux et complexe, assez moderne, en avance sur l’évolution des idées de son temps, mais probablement desservi par un caractère impulsif, à la limite de l’inconscience, une rhétorique déclamatoire, une prolixité parfois inconséquente, enfin une insouciance du danger couru à la suite de certaines de ses prises de position dont il ne mesure probablement pas les aboutissements. Provocateur à souhait, un peu mégalomane, n’hésitant pas à afficher des comportements peu compatibles avec la charge de pasteur, il a sûrement sous-estimé ses adversaires, dont le pouvoir s’est fortement accru après la disparition de Frédéric II.

Johann Bernhard Basedow (1723-1790) – l’optimisme pédagogue

  • 137 Cf.. AdB KN 9.2. (1769), p. 296-303 qui reproduit l’appel d’Iselin du 31 mai 1769.

53Basedow, dont les idées sur l’éducation rejoignent pour une bonne part celles de Rousseau, est une figure importante du mouvement « éclairé » et surtout un pédagogue novateur qui a mis en place à Dessau, en 1774, une grande institution d’éducation modèle, le Philantropum qu’il fait essaimer jusqu’en Suisse. C’est ainsi que Isaak Iselin (1728-1782), greffier de la Ville de Bâle, fondateur avec Salomon Gessner de la Société Helvétique de Schinznach (Argovie), rend un vibrant hommage à Basedow137 et appelle à soutenir ses efforts de rénovation pédagogique, invitant ses amis à contribuer à une souscription publique au profit de l’édition des manuels d’enseignement conçus par celui-ci.

54Basedow est l’auteur qui bénéficie du plus grand nombre de « grandes recensions », insérées dans les premières années de la revue, soit 7 GR entre 1767 et 1769, signées de Resewitz et de Lüdke, auxquelles s’ajoutent 2 autres GR de Lüdke en 1770 et 1771. Au total, on aboutit à une centaine de pages de recensions de la main de Resewitz pour huit ouvrages de Basedow et une trentaine de pages de Lüdke pour l’examen de six autres ouvrages ; la production de Basedow examinée dans les premières année de la Allgemeine deutsche Bibliothek atteint en l’occurrence pas moins de 3800 pages de texte.

55La thématique traitée vise essentiellement la mise en application d’un enseignement méthodique de la religion et de la morale à l’intention des jeunes gens ; elle englobe des réflexions sur les principes du christianisme et constitue surtout un plaidoyer pour la tolérance en matière de religion. Les opinions didactiques de Basedow rencontrent incontestablement un accueil favorable. Les néologues, hommes pragmatiques et concrets, ne peuvent qu’applaudir des deux mains lorsque Basedow réclame que l’apprentissage des prières aux enfants ne doit pas se transformer en une simple récitation sans compréhension du sens ; que la religion ne doit pas servir d’auxiliaire pour l’apprentissage de la lecture, de l’écriture ou de la mémorisation ; enfin, qu’il faut éviter de s’appesantir sur le dogme et les mystères de la religion avec de jeunes enfants mais commencer plutôt par les « preuves naturelles ». Par contre une certaine témérité dans les affaires doctrinales affichée à travers plusieurs de ses considérations dogmatiques incitent les néologues de la Allgemeine deutsche Bibliothek à faire preuve de prudence, voire à émettre des réserves, spécialement lorsqu’il s’agit de débats éloignés de toute problématique concrète. On rejoint l’auteur lorsqu’il s’agit de distinguer dans l’étude des textes bibliques ce qui relève de la parole de Dieu et ce qui relève des personnages bibliques. Seul peut prétendre au titre d’article de foi contraignant ce qui est directement issu du Verbe divin. En ce qui concerne les Livres symboliques, l’auteur invite ses lecteurs à ne pas y voir un absolu mais à rechercher les enseignements divins dans les Écritures mêmes. Ce sont des propos développé à satiété par les collaborateurs de la revue.

  • 138 Cf. AdB 3.1.16. Theoretisches System der gesunden Vernunft, Altona, 1765, (Resewitz) et 11.2.10. N (...)

56L’originalité de la position de Basedow réside dans l’exigence d’une large tolérance, revendiquée non seulement envers les autres religions, mais il va jusqu’à leur reconnaître le droit au prosélytisme dans la mesure où elles respectent l’État.138. Cette tolérance doit s’exercer également à l’égard de théologiens non orthodoxes pour autant qu’ils ne portent pas préjudice au respect dû à la religion.

  • 139 ADB 1/12.Anhang 6, 1771 : Ein Privatgesangbuch zur gesellschaftlichen und unanstöβigen Erbauung auc (...)

57Le renouveau pédagogique jugé indispensable pour l’instruction de la jeunesse et son éducation chrétienne ne peut laisser à l’écart le monde des adultes et des fidèles. Il s’accompagne d’un renouvellement liturgique tout aussi indispensable qui doit passer au crible certains hymnes et cantiques du fonds ancien, qui seraient parfois d’une platitude désolante ou d’une violence baroque de mauvais goût. On n’est pas surpris de l’enthousiasme avec lequel Lüdke accueille ces propositions, dans sa recension du recueil de cantiques139 publié par Basedow en 1767. Il accorde à l’auteur un appui sans réserves dans ses efforts pour actualiser les vieux fonds de cantiques en proposant des textes nouveaux de poètes réputés comme Gellert, Klopstock ou Hagedorn ; en remaniant certains textes et, surtout, en ne retenant que des cantiques universellement admis par les diverses confessions (Universalchristenthum), laissant de côté la liturgie propre aux sacrements (Sacramentalliturgie) qui pourrait être un facteur de discorde.

  • 140 Cf. AdB 1.1.5 (1765), Methodischer Unterricht in der überzeugenden Erkenntnis der biblischen Relig (...)

58Les thèses développées dans un autre ouvrage de Basedow, bénéficiant de l’une des premières recensions de la toute jeune revue140 paraissent significatives de la témérité affichée par Basedow en matière théologique. En effet, il propose aux chrétiens qui veulent approcher et examiner les Écritures de ne pas s’embarrasser des Livres symboliques et de rechercher, de concert avec lui, ce qu’il en est de Dieu. Il estime en effet que Dieu le Père est le seul vrai Dieu, que Jésus, tout en étant Dieu, est d’une origine différente, issu du Père et soumis au Père (dem Vater unterthan). Le Saint-Esprit procède aussi de la nature divine bien qu’il ne soit pas évoqué comme tel dans le Nouveau Testament ; mais sa force et ses qualités spécifiques lui viennent du Fils comme celui-ci tient les siennes du Père. Par ces propos, Basedow se fait bien entendu traiter d’arien et de socinien par l’orthodoxie et, Resewitz, afin de rectifier cette imprudence, estime que Basedow n’a pas tenu compte du contexte de certains passages de l’Écriture, par exemple Romains 9.5. Néanmoins, affirme-t-il, du moment que les apôtres n’ont rien dit des rapports internes entre les hypostases divines, ce n’est pas un point de dogme indispensable à notre salut.

59C’est bien une constante chez les pères de la Allgemeine deutsche Bibliothek d’affirmer qu’il est tout à fait stérile de discuter des mystères soulevés par la théologie, dans la mesure où Dieu ne nous a pas donné la faculté de trancher pour de bon ; cela ne peut donc être que conforme aux intentions divines et ne pourra nullement empêcher le chrétien de bonne foi d’accéder au salut. C’est même notre devoir de ne pas nous engager dans des domaines qui risquent de nous mener à la confusion, à l’erreur et à la vindicte ; et, lorsqu’il s’agit de l’enseignement des préceptes de la religion à des enfants, tout cela est d'autant plus incontestable ; car en ces temps où l’incroyance s’affiche, des affirmations hasardeuses ne peuvent qu’ébranler et mettre en péril la fermeté de notre foi. On retrouve bien la différenciation usuelle chez les néologues entre, d’une part, les articles fondamentaux de la doctrine chrétienne qui n’ont pas besoin d’une exégèse savante et, d’autre part, la recherche herméneutique et philologique relative à des passages donnant lieu à des investigations disparates ou contradictoires et qui sont du domaine exclusif des théologiens.

  • 141 AdB 11.2.10 (1770), Vorschlag zu einer sacramental-Liturgie, Berlin, 1767 [Proposition pour une lit (...)

60Enfin, dans un autre domaine de la dogmatique, Basedow présume que les peines infernales ne sont pas éternelles et que la foi est fondamentalement d’essence morale ; c’est-à-dire que si la rédemption ne saurait dispenser l’homme d’une pénitence véritable, il est cependant impossible de savoir, dans le processus de conversion du pécheur, ce qu’il faut imputer à l’Esprit Saint et ce qui est dû à d’autres causes. Pour faire bonne mesure de ses propositions d’innovation, il préconise141 une nouvelle liturgie des sacrements : il rejette le baptême des enfants, se déclare pour l’immersion des adultes, voudrait la communion autour de grandes tables sans distinction des conditions sociales. Lüdke, toujours conciliant, pense que tout cela n’est peut-être pas très souhaitable, mais déplore les persécutions dont Basedow a à souffrir de la part de ses ennemis qui le traitent de socinien et de fossoyeur du christianisme. Lüdke signale dans sa recension (p. 81) qu’à Hambourg, où l’influent Hauptpastor Goeze veille avec sévérité au maintien d’une orthodoxie stricte, un mandat de 1764 interdit à quiconque de reprendre les thèses basedowiennes sur la religion et l’éducation sous peine de bannissement.

  • 142 Nicolai raconte à ce sujet qu’il se rendit à Dessau auprès de Basedow pour le dissuader de l’idée (...)

61Quelques années plus tard, Basedow publie une sorte de testament, recensé par Campe. Basedow fait un constat alarmant. Il part de l’affirmation que les deux tiers des gens cultivés de moins de 50 ans ont des doutes sur la véracité du christianisme, que l’époque veut qu’on estime qu’à partir de 16 ans la sexualité soit une nécessité de la nature, que la chasteté des célibataires serait une castration due à des préjugés, que la fidélité du couple une marque des couches populaires. Beaucoup refuseraient la résurrection et l’immortalité, beaucoup seraient même sans religion naturelle. Dans ces conditions, il propose que tous les chrétiens s’accordent sur les principes de la religion naturelle et organisent dans les familles un service religieux adéquat, qu’on se réunisse également pour des célébrations communes dans un Temple de la Très Sainte Providence (Tempel der allerheiligsten Providenz). Campe ajoute que c’est là une proposition raisonnable puisque la religion naturelle est la base des diverses confessions chrétiennes mais cependant difficile à mettre œuvre. Basedow poursuit, qu’en plus des églises existantes dans une ville, il y aurait donc un Temple de la Providence où les prédicateurs des diverses religions chrétiennes pourraient se succéder et officier, chacun à son tour142. Il est convaincu que les causes de la défection du christianisme sont à rechercher dans une liturgie dépassée, dans un enseignement bien médiocre destiné aux enfants et, surtout, dans la profession que toute la Bible est parole divine.

Notes

95 Les Grands Consistoires luthériens en Prusse, nous l’avons signalé, comprenaient obligatoirement des Hofprediger réformés et étaient présidés par un réformé. Cela dit, au Grand Consistoire de Berlin, le réformé August Wilhelm Sack, qui préside, s’entend fort bien avec les luthériens Spalding et Teller et, ensemble, ils font front contre le piétiste luthérien Silberschlag.

96 Les 139 volumes de la Allgemeine deutsche Bibliothek, parus, de 1765 à 1792, ont donné lieu à l’étude de 331 « grande recensions » théologiques (groβe Rezensionen) de 4109 pages et de 4359 « informations brèves » (Kurze Nachrichten) de 8067 pages ; soit au total près de 4700 recensions théologiques sur plus de 12000 pages.

97 Cf. AdB 22.1.3. et 22.1.5. (1774).

98 Johann August Ernesti (1707-1781), professeur de littérature classique, puis de théologie à l’université de Leipzig, spécialiste de l’histoire de l’Eglise et d’exégèse du Nouveau Testament. C’est un néologue modérée, partisan du maintien des Livres symboliques, comme Töllner, distinguant théologie et religion.

99 Anton Friedrich Büsching (1724-1793), prédicateur à Petersbourg puis, dès 1767 à Berlin, où il va accéder à la direction du réputé Gymnasium zum grauen Kloster, avec la charge de Conseiller de Consistoire.

100 Julius Gustav Alberti (1723-1772), en 1755 Prédicateur à Sainte Catherine à Hambourg. Goeze n’ayant pas été suivi par le Sénat et le ministère des cultes dans sa controverse avec lui, démissionna le 15 août 1770 de la dignité de doyen du ministère (Seniorat).

101 Gottfried Leß (1736-1797), élève de Baumgarten, à partir de 1763 professeur de théologie et prédicateur à Göttingen.

102 Johann Heinrich Daniel Moldenhauer (1709-1790), dans la ligne de Ernesti, professeur de théologie et prédicateur à Königsberg puis, à partir de 1756, Dompastor à Hambourg. Spécialiste de l’exégèse biblique, il bénéficie de recensions favorables, notamment dans AdB. 2.1. 6. (1766), Anhang 1/12.42 (1771) et AdB 18.1.8. (1772) pour ses travaux d’exégèse des passages difficiles du N.T.

103 Parmi les nombreuses recensions d’ouvrages de Goeze, signalons un florilège de sermons de prédicateurs luthériens en plusieurs volumes successifs : Sammlung auserlesener Kanzelreden über wichtige Stellen der heilg. Schrift welche verschiedene berühmte und verdiente Lehrer der evangel. lutherischen Kirche itziger Zeit ausgearbeitet... etc., suivi de Neue Sammlung... (AdB. 1.1.22. - 6.2.8. - 8.1.21.), 1765-1768 ; les deux premières recensions sont de Lüdke, la dernière de Resewitz. D’autres articles ont pour sujet des polémiques dogmatiques, voire personnelles : contre Semler dans AdB 5.2.2. (1765) et 16.2.21. (1772), recensés par Teller sur la querelle de la polyglotte d’Alcalà et AdB 30.1.10. (1777), recensé par Stosch ; contre Büsching dans AdB 14.2.26. (1771), recension de Pistorius ; contre Lüdke dans AdB 15.1.3. (1771), recension de Resewitz ; contre Karl Friedrich Barth et ses traductions bibliques dans AdB 22.1.5. (1774) par Pistorius ; etc.

104 AdB 12.2.9. p. 94-101 (1770). Richtige Erklärung der Worte Assaphs : Ps.79,6 und daβ die Hamburgische Kirche solche nun länger ah siebenzig Jahre ohne Versündigung gebetet habe, Hamburg, recension de Hippel.

105 Cf. AdB 11.1. KN p. 191 (1770). Resewitz écrit à propos d’une attaque de Goeze : « Il se rend coupable envers notre Bibliothek de ses méfaits habituels puisque, du haut de la chaire, il fait savoir aux gens du commun à quel point ceux qui travaillent à la Bibliothek sont des païens et des athées. »

106 Dans un geste courtois, peut-être un peu naïf, Büsching avait adressé son livre à Goeze, lui demandant, avec beaucoup de civilité, de bien vouloir en publier un compte rendu dans l’une des revues savantes auxquelles ce dernier collaborait. La réponse, cinglante, vint sous forme d’une diatribe violente contre un « écrivaillon inconnu, un terræ Filius, qui insulte toute l’Eglise évangélique et ses hauts dignitaires. »

107 Cf. Anonyme (Lüdke), Vom falschen Religionseyfer, Berlin, 1767, recensé dans AdB 7.8.2. (1768) par Resewitz. Goeze répond dans Die gute Sache des wahren Religionseyfers, Hamburg, 1770, recensé dans AdB 15.1.3. (1771). Plus tard, Lüdke publie ouvertement une suite : Ueber Toleranz und Gewissensfreyheit, Berlin, 1774, recensé dans AdB 29.1.1. (1776).

108 AdB 15.1.3. (p.35): Und wo ist denn diese übereinstimmende Kirche? Sie besteht ja allein in einer Anzahl lutherischer Prediger, die entweder haben wollen, dass sie die ganze Kirche vorstellen; oder daβ die ganze Kirche sich ohne weitere Untersuchung nach ihren Einsichten bequemen solle.

109 Christian August Crusius (1715-1775), professeur de philosophie et de théologie à Leipzig. Anti-wolffien, il rejette le principe de la raison suffisante, attitude qui lui vaudra l’estime de Kant. Crusius estime la métaphysique possible, par contre tout ce qui relève de la Révélation est irréductible à la raison, notamment les preuves de l’existence de Dieu. Les textes bibliques et les miracles sont à prendre au pied de la lettre ; recension de Teller dans AdB 4.1.1. (1767) ; Hypomnemata ad theologiam propheticam, Leipzig, 1764 et Abhandlung von den Ueberbleibseln des Heydentums, Leipzig, 1765, recension de Lüdke (AdB 5.1.23).

110 Johann Benedikt Carpzov (1720-1803), professeur de philosophie à Leipzig, à partir de 1759 professeur de philosophie et de théologie à Helmstedt et Abt à Königslutter près de Braunschweig. Il défend une stricte orthodoxie ; cf. la recension de Resewitz dans AdB 7.1.12. (1768) : Liber doctrinalis theologiœ, Braunschweig, 1767.

111 Joachim Johann Daniel Zimmermann, archidiacre à Sainte Catherine à Hambourg, homme lige de Goeze ; cf. AdB 3.1.21. (1766) et 5.1.13. (1767) : recensions de Resewitz. L’auteur s’en prend à Teller, Michaelis et à la AdB, accusés de socinianisme et de pélagianisme.

112 AdB 10.1.17. (1769).

113 AdB 20.2.14. (1773), Religion der Unmündigen, Erlangen, 1772.

114 AdB 38.2.3. (1779) Ueber den Versöhnungstod. Rechtfertigung, Erlangen, 1778 et AdB 42.2.1. (1780), Ueber den Versöhnungstod. Erbsünde, Erlangen, 1779.

115 Cf. AdB Anhang 1/12.29. o.c.

116 Briefe über die neueste theologische Litteratur, Berlin, 1764 sq. dans AdB 1.2.4. (1765) et 3.1.3. (1766), suivi de Neue Briefe über Gegenstände der geistlichen Wissenschaften und der theologischen Litteratur ; Danzig, 1768 sq. dans AdB 12.1.1. et 13.1.19. (1771) ; l’ensemble est recensé par Resewitz.

117 Ermunterungen zum Glauben und zur Heiligung, Danzig, 2 vol. 1767 et 1769, dans AdB Anhang 1/12.22.

118 Physiognomische Fragmente zur Beförderung der Menschenkenntnis und Menschenliebe, 1775-1778 et Die Aussichten in die Ewigkeit, 1768-1778, [Perspectives pour l'éternité].

119 Von der Lehre der Gebets = und Glaubenskraft, wie auch von Schwärmerey und Enthusiasmus dans AdB 30.2.1. (1777).

120 AdB 20.2.12. (1773), Hee Jürgen, Bekehrungsgeschichte des Grafen Brandt, 1773 et Münter Balthasar, Bekehrungsgeschichte des Grafen Struensee 1773.

121 August Gottlieb Spangenberg, Leben des Herrn Nicolaus Ludwig Grafen und Herrn von Zinzendorf und Pottendorf 2 vol. 1771-1775, dans AdB 20.1.5. (1773) et 35.1.1. (1778).

122 Cf. aussi la recension de Duttenhofer à Heilbronn, dans AdB 93.1. (1790) p.90-96, à propos de l’ouvrage de Johann Lorenz, Grund der Verfassung der evangelischen Bruderunität Augsburgischer Confession, Leipzig, 1789. Le recenseur examine ensuite (p.96-102) un ouvrage, écrit par un frère de la communauté, Friedrich Wilhelm Schulius, Ueber die Herrnhuter. Nebst einer kurzen Beleuchtung des unter dem Titel : Grund der Verfassung der evangelischen Bruderunität Augsburgischer Confession erschienenen Schrift, Zweybrücken, 1790. Ce frère réagit à la publication précédente bien que, ce faisant, il risque l’exclusion en dénonçant l’embrigadement autoritaire et l’exigence d’obéissance totale envers les supérieurs.

123 R. von Thadden, o.c. p.148, rapport daté du 12 juillet 1746

124 Cf. AdB 68.2.4. (1786), F.H. Jacobi, Ueber die Lehre des Spinoza an H. M. Mendelssohn, Breslau, 1785 ; recension d’Eberhard.

125 Damm est Rektor am köllnischen Gymnasium in Berlin, situé dans l’ancienne agglomération de Colin ; recensions de Teller dans AdB 1.2.8. (1765) et 3.2.20. (1767).

126 Auparavant, c’est Goeze lui-même qui lui avait proposé un poste à Hambourg !

127 Recensions de Resewitz : Briefe über die systematische Theologie zur Beförderung der Toleranz 1. Sammlung [Théologie systématique pour faire avancer la tolérance] et Sendschreiben an alle deutsche Gottesgelehrte [Missive à tous les théologiens], Erfurt, 1770, AdB 14.1.9. (1771). AdB 15.1.1 contient la recension du second recueil des Briefe über die systematische Thelogie et AdB KN 15.2 p. 492-495 (1771) recense les recueils 3. & 4. Enfin, AdB 15.2.21. System der Moralthéologie, Erfurt, 1770 et AdB 22.1.3. Die neuesten Ojfenbarungen Gottes in Briefen und Erzählungen, Riga, 1773, [Révélations divines dans une perspective nouvelle].
– Purgold signe dans AdB 13.1.3. et 15.2.20. Versuch eines biblischen Systems der Dogmatick, Gotha et Leipzig, 1769 et 1770 [Dogmatique biblique systématique].
– Pistorius rencense dans AdB 17.2.15. Eden, das ist, Betrachtungen über das Paradies und die darinn vorgefallenen Begebenheiten, Francfort/Main, 1772 [L’Eden et les événements qui s’y sont produits].
– Enfin Lüdke rend compte de Homiletick, die Kunst zu predigen, Leipzig, 1770, AdB 20.2.20.

128 Cf. AdB 43.1. KN(1780) p.41-65.

129 Il s’agit en l’occurrence de Johann Balthasar Schmidt, professeur primat de théologie, assesseur du ministère évangélique, pasteur à la Kaufmanns-Kirche à Erfurt, Actenmäβige Erzählung und Nachricht an das Publikum, und abgenöthigte Vertheidigung wider H.D. und Prof. Bahrdt daselbst, 1770. [Récit et développement conformes aux faits et procédures à l’adresse du public, et plaidoyer pro domo contre le professeur Bahrdt], AdB 15.1.1. (p.8-11).

130 AdB 15.1.1. (p.7).

131 C’est précisément sous ce terme evangelisch que s’opérera l’union de 1817 qui voit la naissance de l’Eglise évangélique de Prusse (Evangelische Landeskirche).

132 AdB 15.1.1. (p.9): Aber wer ist denn die Kirche? die Reformatoren und die Verf. der symbolischen Bücher machen ja nicht die Kirche aus; sie sind nur Glieder derselben; wie können si alle künftige Glieder bis in die Ewigkeit verbinden, ihre Erkenntniβ für die allein richtige anzunehmen? Wir sind auch die Kirche, und haben eben das Recht, das sie hatten, die Bekenntnissbücher zu verändern, wenn die meisten und einsichtsvollesten unter uns es für nothwendig halten... – (p.10): Die protestantische Kirche ist frey, und hänget von keinen menschlichen Verfassungen im Glauben und in der Lehre ab; dieβ ist eine Gewissenssache für jedes Glied der Kirche, und für jede Particulierkirche.

133 Reden über die Religion an die Gebildeten unter ihren Verächtern, 1799.

134 Cf. Bernard Reymond, Le prédicateur virtuose ; Schleiermacher aurait-il vu juste, in Etudes théologiques et religieuses, 1997/2, Montpellier, p. 163-173.

135 Les bibles luthériennes de langue allemande regroupent les Evangiles et les Actes des Apôtres du Nouveau Testament sous le titre de Geschichtsbücher.

136 AdB Anhang 13-24 (1776) p. 1-3, Hambourg, 1773.

137 Cf.. AdB KN 9.2. (1769), p. 296-303 qui reproduit l’appel d’Iselin du 31 mai 1769.

138 Cf. AdB 3.1.16. Theoretisches System der gesunden Vernunft, Altona, 1765, (Resewitz) et 11.2.10. Neurer Antihobbesius vom Kirchenwesen, Berlin, 1767, (Lüdke). Dans le second ouvrage, l’auteur regrette « les restrictions et tracasseries inéquitables imposées aux juifs dans la plupart des pays chrétiens » (die unbillige Einschränkung und Belästigung der Juden in den meisten christlichen Ländern).

139 ADB 1/12.Anhang 6, 1771 : Ein Privatgesangbuch zur gesellschaftlichen und unanstöβigen Erbauung auch für solche Christen, welche verschiedenes Glaubens sind, Altona, 1767 [Livre de cantiques pour une édification collective et honnête à l’intention de chrétiens de toute confession].

140 Cf. AdB 1.1.5 (1765), Methodischer Unterricht in der überzeugenden Erkenntnis der biblischen Religion, Altona, 1764.

141 AdB 11.2.10 (1770), Vorschlag zu einer sacramental-Liturgie, Berlin, 1767 [Proposition pour une liturgie sacramentelle]. Lüdke réunit ici en une seule grande recension l’examen de 5 ouvrages de Basedow.

142 Nicolai raconte à ce sujet qu’il se rendit à Dessau auprès de Basedow pour le dissuader de l’idée de créer un culte déiste à Berlin ; Cf. F. Nicolai Öffentliche Erklärung über seine geheime Verbindung mit dem Illuminatenorden ; nebst beyläufigen Digressionen betreffend Hrn. Johann August Stark und Hrn. Johann Kaspar Lavater – ernsthaft, mit unter auch ein wenig lustig zu lesen, Berlin und Stettin, 1788 [Déclaration publique sur ses (Nicolai) relations secrètes avec l’ordre des Illuminés avec, incidemment, quelques digressions concernant Mr. J.A. Stark et Mr. J.K. Lavater – à lire avec sérieux et, parfois, avec quelqu’amusement].

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540