Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

II. Les théologiens « éclairés » au centre du débat intra-lutherien

2. L’entité Brandebourg-Prusse : une configuration confessionnelle singulière

Texte intégral

  • 26 L’empereur d’Autriche, Ferdinand II de Habsbourg, se voit contesté par les princes protestants d’A (...)
  • 27 Rappelons l’importance des Hofprediger berlinois d’origine huguenote sous le règne du Grand Electe (...)
  • 28 Il faut attendre la deuxième moitié du xviiie siècle pour que de hauts dignitaires luthériens (Con (...)
  • 29 Le roi Sergent, Frédéric Guillaume Ier (1713-1740) s’est particulièrement illustré par un interven (...)

1Ce travail de refondation théologique, auquel se sont attelés les théologiens « éclairés » autour de la Allgemeine deutsche Bibliothek, est une entreprise largement inspirée et mise en œuvre par des théologiens et des pasteurs prussiens et luthériens, dans un pays où le roi, Frédéric II, quoique absolument indifférent à la religion, perpétue néanmoins l’appartenance à la confession réformée des souverains brandebourgeois et garantit à cette confession minoritaire sa position privilégiée acquise au cours de plus d’un siècle de politique résolument favorable. Une politique à long terme et judicieusement instituée par Frédéric Guillaume, le Grand Électeur (1640-1688), qui avait opportunément accueilli, dans un Brandebourg ravagé par la Guerre de Trente Ans, ses frères en religion persécutés dans leurs pays d’origine. Et avec l’arrivée des Vaudois, des Frères moraves, des néo-utraquistes et des Salzbourgeois, la plupart chassés des terres autrichiennes après la défaite de la Montagne Blanche26, en 1620, avec l’arrivée des protestants du Palatinat bavarois, de quelques Hollandais et, surtout, avec l’afflux des huguenots français, l’Église calvino-réformée – inexistante en Prusse lors de la conversion de l’Électeur Jean-Sigismond en 1613 – allait bénéficier d’un sang neuf pour pouvoir prendre racine sur ces terres jusqu’à présent foncièrement luthériennes. Peu à peu, les Électeurs vont renforcer leurs prérogatives, tant au niveau du jus reformandi religieux que de l’emprise d’une politique ambitionnant le pouvoir absolu, au détriment, d’une part, des structures territoriales corporatives et décentralisées dévolues aux États provinciaux (Ständestaat) et, d’autre part, des pouvoirs et des compétences ecclésiastiques des Églises luthériennes épiscopales, représentatives de l’immense majorité de la population. Ce fut en l’espace d’un siècle et pour une bonne part la contribution des nouveaux venus, notamment des Français, hauts fonctionnaires, officiers de l’armée prussienne et surtout Prédicateurs à la Cour de la nouvelle confession, qui allait fournir aux souverains les moyens de leur politique27. En effet, ces nouveaux sujets brandebourgeois allaient faire preuve d’une reconnaissance et d’un dévouement exceptionnels à l’adresse des Hohenzollern qui leur avaient accordé asile et les avaient élevés aux honneurs. Rarement des souverains ont ainsi pu disposer d’une cohorte de fonctionnaires civils, militaires et ecclésiastiques pleinement disponibles et d’une loyauté sans faille, étant sans liens aucuns avec la population autochtone – du moins durant de longues décennies – ni par la religion, ni par des liens familiaux, ni par des traditions véritablement communes28. Il est finalement assez significatif, sinon surprenant, que le mouvement de contestation théologique, qui débute timidement dans les années 1720 à 1730 et va s’étoffer de manière impressionnante à partir des années 1760, ne prenne pas comme cible principale la confession réformée, dont l’influence va grandissante. En effet, le pouvoir de décision du prince n’a de cesse de coiffer l’administration ecclésiastique des deux confessions évangéliques et l’organisation de la vie ecclésiale et religieuse elle-même jusque dans ses aspects les plus quotidiens29, sous prétexte d’unification tacite, bien que lointaine, des deux confessions. Nonobstant, c’est bien la dogmatique luthérienne avec son aile orthodoxe arc-boutée sur les Livres symboliques qui constitue la cible principale du mouvement théologique critique des néologues.

Évolution de la situation multiconfessionnelle et mise en place d’une constitution ecclésiastique en Brandebourg-Prusse

  • 30 Cf. entre autres, une instruction du Grand Electeur du 30 mars 1662 qui exige que les candidats au (...)
  • 31 Halle, rattaché à la Prusse en 1680, est largement en tête des villes allemandes pour les publicat (...)

2Le désintérêt flagrant des esprits « éclairés » pour les luttes d’influence confessionnelles, entre une dynamique réformée impulsée par les souverains – notamment le Grand Électeur et Frédéric Ier – et la résistance des États provinciaux luthériens, forts de l’écrasante supériorité numérique de leurs coreligionnaires, s'explique du fait qu’ils ont toujours considéré que les différences dogmatiques entre les deux confessions évangéliques devaient céder le pas devant une perception pragmatique du fait religieux et une valorisation foncière de la conduite éthique. Ils purent ainsi tirer argument des nombreuses déclarations successives, sous forme de décrets officiels, tant du Grand Électeur que de Frédéric Ier, de Frédéric Guillaume Ier ou de rapports émanant de hauts dignitaires, plus généralement réformés, que rien d’essentiel ne divise les deux confessions protestantes30. De plus, le mouvement piétiste, issu du luthéranisme, amorcé par Spener (1635-1705) dès le dernier tiers du xviie siècle et qui fit de Halle31 la citadelle et le centre rayonnant du piétisme, avait bien pris le contre-pied du dogmatisme aride de l’orthodoxie pour mettre l’accent sur une religiosité plus chaleureuse, plus intériorisée mais aussi plus tolérante.

  • 32 Lettre de Luther au Propst George Buchholtzer de Berlin, conseiller de l’Electeur Joachim II, in M (...)

3Au Brandebourg, les changements confessionnels dus à l’introduction du luthéranisme par l’Électeur Joachim II (1535-1571), compte tenu des impératifs de l’Intérim impérial promulgué par Charles Quint en 1548, se firent avec modération, en maintenant bien des formes liturgiques issues du catholicisme, telles que l’élévation de l’eucharistie, les prières et les chants en latin, les processions, les habits sacerdotaux, la confession auriculaire. La novation fut la communion sous les deux espèces, la prédication et la suppression du célibat pour les ecclésiastiques de la « nouvelle » confession. Cela perdura fort longtemps. Luther lui-même, interrogé sur ces questions, répondit que dans la mesure où l’on conserve l’essentiel, peu importe qu’on processionne (comme à Jéricho) ou qu’on porte surplis et calottes (comme Aaron, le Grand prêtre), et que lui-même, il voudrait bien faire tout ce que le pape lui demanderait, à condition de pouvoir prêcher librement32.

4L’ordonnance de 1540 allait créer l’organisation structurelle du luthéranisme, malgré les difficultés résultant de ce que seul l’évêque de Berlin acceptait la nouvelle orientation, les deux évêques de Lebus et de Havelberg étant réfractaires, mais ils seront encore maintenus en fonction à titre personnel. C’est donc l’Électeur qui va se substituer à eux et exercer le jus epicopalis en promulguant une constitution ecclésiastique, un acte lourd de conséquences puisque, dorénavant, le prince allait pouvoir intervenir dans les affaires des Églises en sa qualité de souverain territorial responsable, sans pour autant s’investir d’une autorité strictement théologique. A la place des deux évêques réfractaires on nomma des Generalsuperintendent (-en) et, en remplacement des chapitres, il fut mis en place un Consistoire à Köln an der Spree, constitué de théologiens et de juristes. Dans les grandes villes, certains pasteurs de paroisses importantes furent nommés Propst ou Præpositus. L’organisation épiscopalienne luthérienne était en place.

  • 33 Cf. Paul Seidel, Forschungen und Abbildungen zur Geschichte der Hohenzollern, in « Hohenzollernjah (...)

5La conversion de l’Électeur Jean-Sigismond en 1613 à la confession réformée33 constitue un événement exceptionnel. Par la Confessio fidei, il s’engage à faire respecter la tolérance religieuse dans ses Etats et à ne pas instaurer autoritairement des communautés réformées, renonçant aux dispositions juridiques du cujus regio, ejus religio, tout en se réservant le droit de nommer dans toutes ses résidences et dans celles de la famille princière des Prédicateurs à la Cour réformés (Hofprediger). Il faut dire que l’adhésion des Hohenzollern et de leurs Hofprediger à la thèse arminienne militait en faveur d’une future coexistence plus consensuelle des deux confessions. Le Brandebourg s’était en effet abstenu d’envoyer des représentants au synode de Dordrecht, en 1618-19, sur le conseil, d’ailleurs, du Hofprediger Johann Bergius (1587-1658), estimant que les supralapsaires y étaient juges et parties.

  • 34 Le Grand Electeur imposera la présence d’un Hofprediger réformé aux consistoires luthériens de Ber (...)

6Lentement, mais sûrement, la confession réformée va occuper une place privilégiée nonobstant sa position ultra-minoritaire. L’édit de 1614 stipule que lors de l’ordination, les postulants au pastorat n’ont plus à prêter serment sur les Livres symboliques (luthériens) ; puis c’est l’université de Francfort/Oder qui devient réformée. Cette politique sera poursuivie avec un soin tout particulier sous le règne du Grand Électeur (1640-1688)34.

  • 35 Les « universalistes », en symbiose avec la tendance arminienne prônée par Jean-Sigismond et le Gr (...)

7Sous le règne du premier roi de Prusse, Frédéric Ier (1701-1713) et avec l’arrivée massive des huguenots français, va s’organiser le paysage confessionnel en Brandebourg-Prusse. Les réformés français vont bénéficier de la « Discipline ecclésiastique » (en français) du 7 décembre 1689 qui leur laisse toute liberté : le culte aura lieu en français et selon les pratiques habituelles ; ils pourront se référer aux 40 articles remis en 1561 au roi Charles IX ; ils sont libres de persister dans la tendance calviniste de la prédestination et conservent leur organisation consistoriale de pasteurs et d’anciens ; ils sont autorisés à réunir des synodes jusqu’au niveau provincial. Les Hohenzollern, qui avaient investi, depuis l’Électeur Joachim II, en 1540, le jus episcopalis, n’allaient pas jusqu’à envisager la tenue de synodes nationaux. Par la suite, les Français seront invités à adopter, comme tous les réformés de Prusse, le Catéchisme de Heidelberg et de se rapprocher de l'orientation « universaliste »35 fortement encouragée par le souverain, c’est-à-dire, s’éloigner des positions supralapsaires.

8Ce n’est qu’en 1713, que les réformés allemands – certes moins nombreux – eurent un directoire ecclésiastique (Kirchendirektorium) pour les quelques communautés réformées qui s’étaient implantées. Le cas des Hofprediger berlinois restant à part, dans la mesure où leur influence et leur rôle en tant qu’exécuteurs de la politique religieuse des souverains fut extrêmement importante. Rappelons qu’ils siégeaient régulièrement dans les consistoires luthériens et en furent même investis de la présidence.

  • 36 Ces luthériens furent plus ou moins harcelés durant le règne de Frédéric Guillaume III (1797-1840) (...)

9En 1750, Frédéric II mit en place un Grand Consistoire luthérien (Oberconsistorium), parachevant l’organisation territoriale tripartite : luthériens, réformés allemands, réformés français. Cependant, en 1808, la triple structure consistoriale disparut au bénéfice d’un organisme central, à savoir une section « Culte et enseignement public » (Kultus und öffentlicher Unterricht) rattachée au ministère de l’Intérieur. Signalons brièvement que l’année 1817 voit naître une union confessionnelle, malgré quelques réticences chez certains luthériens, notamment en Silésie, qui iront jusqu’à constituer une Église autonome36. L’Église unifiée se donne le nom de « Église évangélique de Prusse » (Evangelische Landeskirche) et réunit, outre les réformés, plus des deux tiers des luthériens. Les deux confessions s’accordent sur une constitution liturgique unifiée tout en permettant à chacune de ses constituantes de rester fidèle à ses propres convictions au plan dogmatique, notamment à propos de la Sainte Cène.

10Finalement, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les oppositions confessionnelles – et surtout les préventions luthériennes – se sont atténuées sous la double influence du piétisme qui a largement imprégné le luthéranisme dogmatique et impersonnel du siècle précédent et de la mouvance des théologiens luthériens « éclairés », adeptes d’une théologie plus rationnelle. L’influence réformée, marquée par l’arminianisme et un grand esprit de tolérance, allait favoriser la mise en place d’une entité étatique plus rationnelle et d’inspiration unitaire, et qui aboutit, d’une part, à la création d’une Église territoriale unifiée (Staatskirchentum), d’autre part, au développement d’une classe de hauts fonctionnaires, civils, militaires et religieux (Staatsbeamtentum), sans attache aucune aux anciennes traditions provinciales et corporatives et, de surcroît, d’une loyauté à toute épreuve à l’égard des Hohenzollern. Ceux-ci disposèrent ainsi des moyens de leur ambition pour forger une Prusse moderne, œuvre à laquelle, il faut le souligner, l’apport de l’émigration huguenote française a contribué pour une part non négligeable.

11Il va sans dire, que cette politique poursuivie avec persévérance par les Hohenzollern et qui s’évertuait à gommer les oppositions doctrinales au profit des aspects concrets de la pratique religieuse, dans le cadre d’une liturgie commune et d’une théologie éthique, allait tout à fait dans le sens du mouvement des néologues qui, pour leur part, s’en prenaient à la dogmatique luthérienne orthodoxe à laquelle ils reprochaient à la fois son immobilisme, l’obscurité et l’aspect contradictoire de certains passages scripturaires ainsi que l’inintelligibilité des mystères théologiques.

Notes

26 L’empereur d’Autriche, Ferdinand II de Habsbourg, se voit contesté par les princes protestants d’Allemagne, la Hongrie et la Haute-Autriche qui lui opposent l’Electeur Palatin Frédéric. Les catholiques l’emportent à la Montagne Blanche et Ferdinand II amorce un mouvement de Contre-Réforme au plan politique. Ses sujets protestants ont le choix entre la conversion et l’exil et c’est surtout au milieu du xviie siècle que le mouvement d’émigration s’intensifie. Les Vaudois sont un mouvement de contestation apparu au xiie siècle, proche des hussites au xve siècle. Certains sont implantés en Savoie et en Italie du Nord. Ceux qui ont survécu aux répressions successives adhèrent à la Réforme en 1532 et s’exilent des la fin du xviie siècle. Les utraquistes (sub utraque specie : communion sous les deux espèces,), des hussites modérés qui rejettent la violence, à l’opposé des taborites, vont rejoindre l’église de Rome lorsque le mouvement tombe sous le contrôle des néo-utraquistes luthériens. Les frères moraves ou Unité des Frères de la Loi du Christ, majoritairement implantés en Pologne, se constituent dès le xvie siècle en Eglise indépendante avec un système épiscopal et adhèrent à la Confession helvétique. On a tendance à les confondre avec la communauté de Herrnhut, en Saxe Electorale, fondée en 1724 par le comte de Zinzendorf et qui recueille des piétistes et des fugitifs de la communauté des frères moraves. Ce dernier prend en main la communauté morave dont il devient évêque en 1737, faisant adopter à la communauté la confession luthérienne.

27 Rappelons l’importance des Hofprediger berlinois d’origine huguenote sous le règne du Grand Electeur et de l’Electeur Frédéric III (1687-1701), devenu roi en Prusse (König zu Preuβen) sous le nom de Frédéric Ier (1701-1713). A une période donnée, dans les premières années du siècle, 4 postes de Hofprediger berlinois sur 5 étaient occupés par des Français que nous avons cité précédemment : David Ancillon, père et fils, Jacques Lenfant, Isaac de Beausobre, Isaac Jacquelot et François Martel. Rappelons, qu’à cette époque, un tiers des Berlinois était d’origine française. Pour plus de détails. Cf Adolf von Thadden, o.c. et Pierre-Paul Sagave, Frédéric II de Prusse, Paris, 1961.

28 Il faut attendre la deuxième moitié du xviiie siècle pour que de hauts dignitaires luthériens (Consistorialräte) et des pasteurs réformés (Hofprediger) tissent des liens de parenté. Ainsi, Friedrich Samuel Gottfried Sack, Premier Hofprediger à Berlin, épouse en 1777 Johanna Wilhelmina, la fille unique Johann Joachim Spalding, Oberconsistorialrath luthérien à Berlin. Quant à August Friedrich Wilhelm Sack (1703-1786), le père, qui avait précédé son fils comme Premier Hofprediger à Berlin, il avait encore épousé en première et en seconde noces des jeunes filles de la colonie huguenote française.

29 Le roi Sergent, Frédéric Guillaume Ier (1713-1740) s’est particulièrement illustré par un interventionnisme étroit, allant jusqu’à expliquer à ses Hofprediger comment prêcher et s’immisçant jusque dans les nominations de simples pasteurs.

30 Cf. entre autres, une instruction du Grand Electeur du 30 mars 1662 qui exige que les candidats au pastorat ne soient pas jugés sur leur aptitude rhétorique ni interrogés sur des points litigieux relevant d’une dogmatique taxée de scolastique mais sur la sincérité et la pureté de leurs convictions religieuses. Nous avons déjà cité la remarque de Frédéric Guillaume Ier à propos de « chamailleries cléricales ». De manière prémonitoire par rapport à la démarche d’union de 1817, l’influent Hofprediger Daniel Ernst Jablonski (1660-1741) déclare dans un rapport officiel remis au ministre Paul von Fuchs pour la préparation d’une conférence qui doit se tenir à Berlin, en 1703, que les différences doctrinales ne sont pas fondamentales et qu’il conviendrait de commencer par effacer les différences liturgiques et de substituer le terme evangelisch à la place de reformirt et lutherisch.
Un demi-siècle plus tard, l’instruction du 4 octobre 1750 à l’intention du Oberconsistorium luthérien précise : « les divergences confessionnelles entre luthériens et réformés sont de celles qui n’ont aucune signification » (die Glaubensunterschiede zwischen Lutherischen und Reformirten sind von solchen, die nichts bedeuten). Toutefois, malgré les efforts des souverains brandebourgeois poursuivis pendant plus d’un siècle et l’adhésion de certains milieux luthériens pour une meilleure compréhension mutuelle pouvant déboucher sur une union, les deux camps n’ont jamais pu trouver un accord sur le différend insurmontable qui les oppose à propos de la Cène.

31 Halle, rattaché à la Prusse en 1680, est largement en tête des villes allemandes pour les publications importantes d’ouvrage religieux en territoire protestant. La Allgemeine deutsche Bibliothek qui s’est fixé pour objectif de recenser la quasi totalité des ouvrages parus en Allemagne, avec une vigilance toute particulière pour la sphère théologique, propose un peu plus de 800 recensions théologiques entre 1765 et 1770, dont un peu moins de 20 % de la production totale provient de maisons d’édition de Halle, telles que Hemmerde, Gebauer & Trampe, Weidemann. Mais très rapidement, dès la fin des années 1770, Halle perd sa prééminence au profit de Leipzig et de Berlin. Cf R. Kirscher, thèse, vol. l, p. 300 et vol.2, p. 682, et statistiques « Maisons d’édition », p. 802-811.

32 Lettre de Luther au Propst George Buchholtzer de Berlin, conseiller de l’Electeur Joachim II, in Müller, Geschichte der Reformation in der Mark Brandenburg, p. 191, sans indication de date ni de lieu.

33 Cf. Paul Seidel, Forschungen und Abbildungen zur Geschichte der Hohenzollern, in « Hohenzollernjahrbuch », vol. 7, Berlin & Leipzig, 1903. Jean-Sigismond avait fait un séjour à Heidelberg, dès 1604, cour calviniste, où vivait la princesse palatine Louise, de la lignée des Orange, eux-mêmes alliés à l’amiral Coligny, dont la fille Louise avait épousé le stathouder Guillaume d’Orange en 1582, assassiné deux ans plus tard. Louise-Henriette d’Orange, sa petite fille, épousera Frédéric Guillaume, le Grand Electeur, en 1646 à La Haye. A son décès en 1667, l’Electeur épouse, en secondes noces, Dorothea de Schleswig-Holstein, de confession luthérienne.

34 Le Grand Electeur imposera la présence d’un Hofprediger réformé aux consistoires luthériens de Berlin, Küstrin, Königsberg, Halle, Halberstadt et Minden. En outre, l’influent Hofprediger Bartholomäus Stosch (1604-1686), connu pour sa sévérité, est chargé de la censure de toutes les publications théologiques en Brandebourg, qu'elles soient d’orientation réformée ou luthérienne.

35 Les « universalistes », en symbiose avec la tendance arminienne prônée par Jean-Sigismond et le Grand Electeur, estimaient que la prédestination est en fait universellement acquise aux chrétiens ayant la foi et participant activement à leur salut, thèse qui sera un peu plus tard tout à fait du goût des néologues luthériens autour de Nicolai. L’orientation dite « particulariste » avait refait surface au cours d’une disputation, en 1664, à l’université réformée de Francfort/Oder. Elle reprenait l’interprétation calvinienne d’une sotériologie bien plus restrictive, telle qu’elle avait été définie au synode de Dordrecht. L’Électeur Frédéric Guillaume y mit bon ordre, rappelant aux ministres réformés et aux Hofprediger qu’il convenait de considérer comme seuls textes réformés : 1° la Confessio Sigismundi ; 2° les déclarations faites aux Entretiens de Leipzig (1631) entre réformés et luthériens brandebourgeois, saxons et hessois qui permirent aux réformés de préciser les 3 points de divergences avec la Confession d’Augsbourg : sur l’union de la nature divine et de la nature humaine en Christ, sur la Cène et sur la grâce justifiante ; 3° les déclarations des réformés aux Entretiens de Thorn (1645), à l’initiative du roi de Pologne, entre catholiques, luthériens et réformés.

36 Ces luthériens furent plus ou moins harcelés durant le règne de Frédéric Guillaume III (1797-1840) et certains de leurs pasteurs emprisonnés. En 1841, les représentants de ces luthériens réfractaires eurent l’autorisation de se réunir en synode, à Breslau, où ils décidèrent de se constituer en « Eglise luthérienne en Prusse » (Lutherische Kirche in Preuβen), parachevant ainsi la séparation avec les luthériens membres de la Evangelische Landeskirche.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540