Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

II. Les théologiens « éclairés » au centre du débat intra-lutherien

1. Les recenseurs théologiques de la revue

Texte intégral

1Les investigations précédentes concernant l’organisation des recensions et leur répartition par centres d’intérêt ou rubriques ont clairement permis d’établir l’indéniable et massive prépondérance de la partie théologique. Elle se confirmera d’ailleurs tout au long de l’existence de la revue, quand bien même, dans les dernières années – à l’aube du xixe siècle – sa part va se restreignant pour passer d’un peu moins du tiers de l’ensemble des recensions, toutes matières confondues, à environ un cinquième. Il n’en reste pas moins qu'elle continue d’occuper, sans relâche, une position dominante à l’intérieur de ce support encyclopédique.

Une entreprise complexe et mystérieuse

2La pagination des 139 volumes de la collection complète parus au cours des 28 années de l’existence de la revue comporte un peu moins de 90000 pages de recensions, toutes matières réunies ; sur ce total, environ 12200 pages sont consacrées à la seule théologie et à la religion, sans tenir compte des articles impliquant celle-ci mais rattachés à d’autre rubriques, telles que la philosophie, la pédagogie ou l’histoire. Une recherche statistique, menée à partir de quelques volumes de la revue à propos du rapport existant entre la pagination des recensions théologiques – stricto sensu – et la pagination totale des ouvrages visés par les dites recensions, nous permet d’affirmer, au moyen d’une extrapolation des plus prudentes, que la globalité de ces 12200 pages de recensions théologiques correspond, au bas mot, mais sûrement davantage, à plus de 3 millions de pages d’ouvrages théologiques recensés. Rappelons que les livres portant sur la religion et la théologie s’avéraient particulièrement volumineux, comportant très souvent plusieurs centaines de pages.

  • 1 Il y a 6 tranches périodiques ou séries, régulièrement suivies d’un Anhang :
  • 2 Cf. J.H.F. Ulrich, Briefe über den Religionszustand in den preuβischen Staaten seit der Regierung F (...)

3Il apparaît donc d’autant plus paradoxal que pendant plus d’un quart de siècle – et notamment au cours de la première série quinquennale, la plus riche, la plus dynamique et probablement la plus significative des six périodes1 que connaît la revue – c’est un nombre extrêmement restreint de recenseurs qui ont assuré l’essentiel de la recension d’une masse d’ouvrages traitant de théologie et des choses de la religion. Au groupe des trois théologiens dominants que nous avons mentionnés précédemment, le pasteur berlinois Lüdke, le surintendant Resewitz et le Premier Conseiller de Consistoire Teller, il convient d’adjoindre Andreas Pistorius, Premier Pasteur (Präpositus) sur l’île de Rügen qui, dès le début des années 1770 et tout au long de l’existence de la revue, viendra prêter main forte à ses collègues, faisant preuve d’une activité constante et féconde, de sorte que ces quatre personnages vont constituer l’ossature, l’équipe véritablement dirigeante de la recension théologique, méritant incontestablement le qualificatif de « pères » de la Allgemeine deutsche Bibliothek, du moins en ce qui concerne le domaine religieux et théologique. Leur activité critique – longuement étalée dans le temps, à la fois considérable par son ampleur et capitale par son emprise sur un public de gens cultivés féru de débats théologiques, de surcroît largement véhiculée par un organe de presse abondamment diffusé – allait ainsi exercer une influence tout à fait exceptionnelle et faire de ce groupe restreint de recenseurs théologiques de véritables « faiseurs d’opinion »2. Certes, ils bénéficiaient du concours d’un certain nombre de collaborateurs – nous avons déjà cité quelques-uns de ceux qui les avait épaulés dès les débuts – d’autres vont les rejoindre en cours de route, pour un temps plus ou moins long, prenant la relève des partants. Certains livrent très peu d’articles, d’autres fournissent une production substantielle de par la masse de leurs contributions ou fort appréciable de par l’importance des sujets traités ; quelques-uns mettent au service de leurs collègues leurs connaissances de spécialistes, par exemple dans le domaine de l’histoire ecclésiastique ou de la métaphysique et de la logique.

  • 3 Il n’a rédigé qu’une seule GR « théologique », dans AdB. 5.1.19 (1767), p. 175-182. Elle concerne u (...)
  • 4 C’est le cas de Jacob Minor qui affirme : « Toutes les recensions furent corrigées au plus près, de (...)

4Pour sa part, Nicolai fait preuve de discrétion voire de diplomatie dans cette conjoncture délicate impliquant des débats à propos du dogme ou de la religion. Il ne signe aucune recension théologique qui ait quelque intérêt majeur alors qu’il se montre assez actif dans de nombreux domaines, tels que la littérature ou l’esthétique3. Il se garde bien d’intervenir ostensiblement pour infléchir l’orientation des recensions théologiques, voire de les corriger ou de les réécrire, accusations dénuées de fondement, lancées contre lui par des contemporains malmenés dans la revue ou par des concurrents malintentionnés, et reprises parfois avec beaucoup de légèreté par une certaine critique, notamment au xixe siècle, peu soucieuse d’examiner sérieusement les sources4. D’ailleurs, on aurait du mal à s’imaginer des personnalités comme Teller, Abbt et d’autres, se soumettant à une tutelle de ce genre. Pour ce qui est de la tonalité des articles, Nicolai, dans ses avant-propos, ne manque pas de conseiller aux recenseurs une démarche empreinte de modération et de civilité à l’égard des auteurs recensés. On peut lui accorder crédit lorsqu’il se prononce pour l’indépendance des recenseurs et de leurs jugements, étant entendu – et ce n’était un secret pour personne – que ceux-ci étaient acquis, à quelques variations près concernant tel ou tel point du dogme, aux conceptions réformatrices ou « néologues » inspirées des Lumières, position partagée par bien des théologiens à partir des années 1760 et des deux décennies suivantes.

  • 5 AdB.1.1. avant-propos p. II.
  • 6 AdB.4.2. avant-propos p. *2-*3.
  • 7 Ainsi dans AdB. 83.1.311. (1788), Nicolai, dans un article nécrologique consacré à un ancien collab (...)

5En ce qui concerne les recenseurs dont il s’est assuré la collaboration, Nicolai, « sans ménager sa peine ni regarder à la dépense »5, les a choisis à travers toutes les régions d’Allemagne en raison de leur compétence. Il est d’avis que « ce regroupement de recenseurs de diverses provinces, qui pour une bonne part ne se connaissent pas entre eux et dont le seul lien n’est autre que leur amour de la vérité, contribue grandement à la franchise et à l’impartialité »6. Il restait cependant que l’identification des recenseurs par les lecteurs et, plus encore, par les auteurs recensés n’était pas chose aisée sinon pratiquement impossible, car Nicolai avait tenu à conserver l’anonymat le plus rigoureux pour les auteurs des recensions. Or, les contemporains et, bien entendu, les auteurs des ouvrages recensés ainsi que les rédacteurs des revues concurrentes étaient avides de connaître l’identité des critiques de la Allgemeine deutsche Bibliothek. Plus d’un parmi les recenseurs, dont certains occupaient des postes importants, craignait par-dessus tout d’être identifié comme auteur de tel ou tel article critique, voire simplement d’être soupçonné de collaborer à la Allgemeine deutsche Bibliothek7.

  • 8 Cf. notamment la postface intitulée Nachricht (avis) du volume 6.2. p. 326-327 où Nicolai s’en pren (...)

6Nicolai se plaint d’ailleurs fréquemment, non sans une certaine satisfaction malicieuse, d’avoir été la victime innocente et la cible de récriminations, voire d’attaques injurieuses de gens qui avaient cru voir en lui l’auteur de telle recension accablante à leur égard, ce à propos de quoi il rejette toute responsabilité personnelle8. Pour garder le secret sur l’identité des recenseurs, il avait institué un système de codage au moyen de signets de type alphabétique constitués tantôt de lettres gothiques, tantôt de lettres latines, tantôt d’autres signes typographiques. Chaque recenseur tant soit peu actif se voyait attribuer plusieurs signets différents, valables pour une période donnée, mais qui pouvaient être réutilisés par un autre recenseur à une époque différente. De plus, ces périodes de validité des signets étaient irrégulières et ne se confondaient pas avec le découpage quinquennal, quadriennal ou sexennal des séries de parution des volumes réguliers. A titre d’exemple, Lüdke s’était vu attribuer, pour la période de 1773 à 1778, les lettres suivantes puisées dans l’alphabet gothique : F pour les sermons, T pour la dogmatique, Ez pour les recensions étiquetées « diverses » et la lettre B de l’alphabet latin pour l’histoire de l’Église. Tout signet pouvait resservir lors d’une redistribution sérielle et être attribué à un autre collaborateur pour une nouvelle fourchette périodique. Bref, tout était mis en œuvre pour qu’il fût très difficile de percer le secret sur la véritable identité des auteurs des recensions publiées.

La clef de l’énigme : les registres de Gustav Parthey

  • 9 Parthey, Gustav, Die Mitarbeiter an Friedrich Nicolais Allgemeiner Deutscher Bibliothek nach ihren (...)
  • 10 Schnorrs Archiv für Literaturgeschichte, Berlin 1887, Heft 15. Un article de O. Hoffmann, Herder Mi (...)
  • 11 Cf.. Ost, o.c. p.41 sq.

7Il est néanmoins possible, aujourd’hui, de lever l’anonymat des collaborateurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek, au moins pour l’essentiel, en ayant recours au double registre, publié en 1843, par Gustav Parthey9, le petit-fils de Nicolai. Celui-ci avait dressé avec l’aide d’employés copistes, dont un maître d’école du nom de Wetzel10, une première liste nominative de 429 collaborateurs accompagnée des signets qui leur avaient été attribués en se basant sur plusieurs registres manuscrits issus des archives de la maison d’édition de son grand-père ainsi que des documents personnels de celui-ci. Le nombre de listes manuscrites plus ou moins lisibles (on en compte jusqu’à 23, dont plusieurs incomplètes)11 – et il s’agit en l’occurrence de longues colonnes de chaînes de lettres utilisées à cet effet – ainsi que la date tardive de ce recollement, plus de 50 ans après la cessation de la Allgemeine deutsche Bibliothek, expliquent certaines erreurs qui tombent sous le sens. Mais elles sont limitées au regard d’une moyenne de 250 recensions par volume et l’on ne devrait guère dépasser un taux d’erreur globalement négligeable, ce qui vaut tout particulièrement pour les recensions théologiques. En effet, le style des recensions, le type de sujet abordé ou le suivi d’une controverse permettent souvent, en cas de doute, de délimiter assez sérieusement le petit cercle de recenseurs pouvant entrer en ligne de compte pour en assurer la paternité.

  • 12 La périodicité d’attribution des signets (1765-1768, 1768-1770, 1770-1772, 1773-1778, 1779-1786, 17 (...)

8Quant au deuxième registre, il fournit un nombre impressionnant de signets avec en regard le nom des collaborateurs concernés selon les périodes cycliques de renouvellement des signets, périodicités à ne pas confondre avec l’agencement pluriannuel de la politique d’édition de la Allgemeine deutsche Bibliothek12.

9Ainsi, un même signet, comme il a été précisé, peut avoir servi de marque distinctive pour plusieurs recenseurs différents mais pour des périodicités pluriannuelles différentes. Des erreurs se sont certes glissées encore plus facilement dans ce travail fastidieux et minutieux de recollement des signets que pour les listes nominales – encore est-il possible par la confrontation des deux listes de redresser des erreurs manifestes. Ajoutons que des recenseurs distraits utilisaient à l’avance des signets réservés à la période suivante, d’autres se servaient encore de ceux de la période précédente ; il arrivait aussi que les recensions en retard soient reportés à la série pluriannuelle suivante ce qui rendait obsolète, en toute logique, le signet utilisé. Fréquemment, dans ses notes de service, Nicolai supplie ses nombreux collaborateurs, toutes matières confondues, de respecter la réglementation du cahier des charges à propos des signets, des délais, des dimensions d’articles, etc. et dont on aurait surtout retenu et correctement appliqué – remarque-t-il malicieusement – le paragraphe concernant les honoraires. Enfin, quelques rares articles paraissaient sans signet ou avec un signet fantaisiste ou non relevé sur les registres. Toujours est-il que pour la théologie, environ 300 signets spécifiques furent utilisés au cours des diverses séquences diachroniques.

  • 13 Ces registres manuscrits se trouvent réunis dans le volume Nic. 106 conservé à la Staatsbibliothek (...)

10Les tableaux de Parthey13 restent cependant tout à fait fiables et utilisables dans la plupart des cas. Comme nous l’avons déjà indiqué, il est quelquefois possible de déduire l’identité d’un recenseur, de corriger une erreur manifeste ou de vérifier l’attribution de telle recension à un rédacteur précis au vu d’allusions, soit à propos d’une recension précédente que s’attribue le critique, soit par référence au contenu confidentiel d’échanges épistolaires mentionnés par lui.

  • 14 Anhang zu dem 1. bis 12. Bande der AdB, 1771. L’ensemble des 11 pages de cet avant-propos mériterai (...)

11En date du 4 janvier 1771, dans ; l’avant-propos au premier volume « annexe » (Anhang)14 clôturant la première série quinquennale, Nicolai s’explique longuement sur les conditions et la nécessité de l’anonymat des recenseurs et se défend contre les détracteurs qui lui reprochent pêle-mêle de tout faire, d’imposer ses vues personnelles à ses collaborateurs, voire de modifier leurs contributions dans un sens favorable à ses propres conceptions. Il soutient avec force qu’il n’a lui-même écrit que très peu de recensions, – ce qui est d’ailleurs exact –, qu’il laisse ses collaborateurs exprimer librement leur point de vue, quand bien même il n’est pas d’accord avec eux, enfin qu’il ne prend connaissance de beaucoup de recensions qu’une fois celles-ci déjà imprimées. C’est donc vraiment lui intenter un mauvais procès, poursuit-il, que de s’en prendre systématiquement à lui lorsque telle (ou tel) critique excite la fureur d’un auteur mis sur la sellette ou déclenche des mouvements d’humeur parmi les amis de celui-ci. Nicolai riposte de temps à autre avec beaucoup d’ironie et d’humour, se délectant visiblement de la vive curiosité insatisfaite qui tenaille certains directeurs de périodiques aux propos perfides, avides de percer l’anonymat des recenseurs et jaloux de l’audience de la Allgemeine deutsche Bibliothek.

12Par ailleurs, il ne semble guère subsister de doute sur le fait que la distribution des ouvrages à recenser obéissait à une procédure très libérale dans le cadre des contraintes commerciales et territoriales existantes et des compétences disciplinaires reconnues aux différents recenseurs. Les correspondants, pour leur part, pouvaient proposer des ouvrages de leur choix pour une éventuelle recension. Connaissant la liberté d’esprit des recenseurs théologiques en général et des Teller, Resewitz, Lüdke ou Pistorius en particulier, il est impensable que Nicolai eût l’idée, ni d’ailleurs vu l’intérêt, de distribuer autoritairement et systématiquement les ouvrages à recenser et, lors de polémiques importantes, il n’allait sûrement pas désigner unilatéralement le collaborateur qui en serait chargé. Certes, en règle générale, Nicolai, secondé par Lüdke, aussi fidèle collaborateur pour le travail rédactionnel que pour les recensions, envoyait la plus grande partie des ouvrages à recenser directement aux uns et aux autres, selon la spécificité de chacun, en fonction de ses disponibilités et, probablement, de son application et de sa diligence à renvoyer le travail fait. On pouvait cependant retourner tel ouvrage reçu, ce qui n’arrivait évidemment pas très fréquemment compte tenu des frais et des délais d’expédition. D’autres fois, tout aussi occasionnellement, le recenseur sollicité remettait l’ouvrage reçu à un confrère recenseur géographiquement proche. Enfin, Nicolai se proposait de suggérer à certains recenseurs d’examiner les ouvrages édités dans leur région, notamment en territoire catholique, où ils pouvaient se les procurer plus rapidement.

13La grande dispersion des maisons d’édition sur un vaste territoire germanophone, de Berlin à Königsberg, de Cracovie à Hambourg, de Lübeck à Halle ou à Strasbourg, avait amené Nicolai à sensibiliser ses correspondants aux nouveautés publiées dans leurs régions et qui auraient pu échapper à son attention. Rappelons que Nicolai n’avait pas seulement le souci des seules recensions théologiques mais gérait un fond de près d’une trentaine de rubriques différentes dans la Allgemeine deutsche Bibliothek.

Le panel des recenseurs

  • 15 Cf. R. Kirscher, Les recensions théologiques dans la revue de Friedrich Nicolai : Allgemeine deutsc (...)
  • 16 Cf. AdB Anhang 4, vol. 2, p. 833 sq. (1785). Les registres de Parthey ne permettent pas l’identific (...)

14On décompte ainsi un total général, au vu des registres définitifs de Parthey, de 429 collaborateurs de la revue sur l’ensemble des 28 années, dont 53 qualifiés de compétents pour recenser dans les rubriques théologie, religion, histoire de l’Église, catholicisme, liturgie, prédication, éducation religieuse, etc. – auxquels on peut ajouter quelques collaborateurs théoriquement qualifiés en d’autres domaines, comme la philosophie et l’histoire. Dans cette perspective on citera brièvement le mathématicien berlinois Jean-Henri Lambert (1728-1777), originaire de Mulhouse, qui analyse avec érudition et beaucoup de finesse quelques ouvrages de logique et surtout de métaphysique. Un autre recenseur, Johann August Eberhard (1739-1809), professeur à Halle, alimente régulièrement la revue de ses articles d’intérêt philosophique ; il s’engage, entre autre, dans la défense de Moses Mendelssohn contre Friedrich Heinrich Jacobi dans la controverse du prétendu spinozisme de Lessing15. A Leipzig, c’est le professeur Christian Garve (1742-1798) qui intervient occasionnellement, également en philosophie – on lui attribue notamment la recension de la 1re édition de la Critique de la Raison pure16.

  • 17 Cf. AdB 91.1. (1790), p. 53-58. Dans son ouvrage Zur Revision der kirchlichen Hermeneutik und Dogma (...)

15A Wolfenbüttel, le professeur Ernst Christian Trapp (1745-1818), directeur d’une institution éducative proche des conceptions du philantropinum du célèbre pédagogue rousseauiste, Johann Bernhard Basedow, rend compte de la production pédagogique. A Berlin, le pasteur Raymundus Dapp (1744-1819), un proche de Nicolai, est chargé de recenser l’abondante production édifiante plus spécialement destinée au monde rural. Son collègue Treumann (†1822), prévu pour la recension des manuels scolaires, va s’avérer un collaborateur productif, dès son arrivée en 1776, et adopter des positions sans compromis allant jusqu’à accuser Semler, en 1790, de lâcher le camp de la néologie17. On peut compléter ce regroupement de disciplines situées à la périphérie de la théologie par l’histoire ecclésiastique abordée par Johann Jakob Griesbach (1745-1812), professeur de théologie à Halle et Christian Friedrich Duttenhofer (1742-1814), Conseiller de Consistoire et futur surintendant général à Heilbronn, auxquels se joignent les historiens Christian Wilhelm Franz Walch (1726-1784) et Johann Matthias Schroeckh (1733-1808), eux-mêmes auteurs réputés d’ouvrages sur l’histoire de l’Église.

16La critique des ouvrages portant sur le catholicisme est plus spécialement l’œuvre, outre de Lüdke et de Pistorius, de Friedrich Georg Müller, Premier pasteur (Oberprediger) à Oebisfelde (près Magdebourg), de Dapp, mentionné ci-dessus et de Heinrich Philipp Conrad Henke (1752-1809), Président de Consistoire à Helmstedt et Abt de l’Institut pédagogique de Königslutter tout proche, qui se distingue, à l’occasion, par des attaques virulentes contre l’hagiographie et le culte des saints et plus généralement le cérémonial romain. L’Allemagne méridionale, et ce n’est pas étonnant, se retrouve, elle aussi, assez bien représentée dans la recension « catholique ». Ainsi, à Ulm ce sont Johann Christian von Schmid(t) (1756-1827), professeur puis surintendant général, et Johann Kern (1756-1800), pasteur et professeur de métaphysique qui travaillent activement et, à Munich, on trouve Andreas Dominik Zaupser (1748-1795), Conseiller à la Cour pour les affaires militaires (Hofkriegssekretär), esprit « éclairé » bavarois et ami de Nicolai. Il va de soi que toutes les personnalités citées n’étaient pas confinées dans leur spécialité propre ou dans un secteur déterminé, mais pouvaient, à leur gré, se permettre des « incursions » rédactionnelles dans d’autre domaines.

17En définitive, si l’on fait le compte des recenseurs théologiques, qu’ils soient historiens, philologues, pédagogues ou plus spécifiquement exégètes et dogmaticiens, le nombre de ceux qui ont réellement œuvré pour la rubrique théologie et religion, quelle que soit la durée de leur collaboration à la revue, n’atteint même pas la cinquantaine, car quelques-unes des personnalités inscrites sur les registres n’ont rien fourni ou apporté une production vraiment insignifiante.

  • 18 C’est Pistorius qui recense avec beaucoup de clarté les Prolégomènes à toute métaphysique future da (...)

18A l’opposé, c’est une fidélité sans faille, pendant plus d’un quart de siècle, qui est à mettre au crédit du noyau directeur – ce petit groupe qui a forgé l’idéologie de la Allgemeine deutsche Bibliothek – composé de Lüdke, présent du début à la fin, de Pistorius, qui s’est imposé dès la 2e série quinquennale, de Resewitz et de Teller, présents dès les débuts tout en faiblissant quelque peu dans les dernières années. Sans domaine réservé à proprement parler, chacun se distinguait par sa personnalité propre et ses préoccupations majeures. Ainsi, Teller, l’un des grands spécialistes de l’hébreu avec Michaelis, son rival, est amené à se pencher en premier lieu sur les questions d’exégèse biblique, ce qui le contraint à soutenir régulièrement des controverses, surtout avec Johann Melchior Goeze, le réputé Hauptpastor de Hambourg, ou à épauler ceux de ses amis qui sont engagés dans de fréquentes polémiques, comme par exemple Johann Salomo Semler, l’un des chefs de file de l’exégèse scripturaire critique. Pistorius débat avec assurance et compétence des questions dogmatiques soulevées par des ouvrages paraissant en un laps de temps très court et qui vont constituer le fondement des thèses d’inspiration néologue, spécialement dans le domaine de la théologie systématique. C’est lui aussi qui assume l’écrasante responsabilité de rendre compte de la réflexion kantienne18. Quant à Lüdke et Resewitz, ce sont les deux recenseurs qui expriment dans une large palette les conceptions de la Allgemeine deutsche Bibliothek. Le premier, très combatif et incisif, est surtout le champion de la rénovation dans le domaine pratique et quotidien de la vie religieuse. Il met l’accent sur la primauté de la vie morale et engage tous ses efforts dans le but de modifier et d’infléchir la littérature édifiante tout comme la liturgie – sermons, cantiques, cérémonial – vers plus de sobriété et de simplicité. Resewitz intervient sur les questions plus proprement dogmatiques et prend la défense de l’investigation érudite des textes bibliques. Il s’avère, de concert avec Lüdke, le combattant de la tolérance confessionnelle et de la liberté de conscience individuelle, y compris celle des pasteurs vis-à-vis des Livres symboliques.

  • 19 AdB Anhang XXIV (1777), vol. 1, p. 236.

19Il convient aussi de mentionner les qualités de style de ces recenseurs théologiques, leur rhétorique harmonieuse et structurée, recourant avec prédilection à la prosodie périodique comme pour mieux emporter la conviction du lecteur par l’accumulation des arguments. C’est ainsi que Lüdke confesse : « La Allgemeine deutsche Bibliothek rend d’autant plus service, lorsqu’à l’occasion on intervient dans le débat avec son propre jugement car avec de simples extraits la plupart des lecteurs restent sur leur faim »19. On ne peut leur dénier l’art de manier une ironie souvent dévastatrice qui s’exerce aux dépens d’auteurs outranciers dans leurs propos ou trop naïfs sinon niais dans leur discours. Ils ne manquent pas d’esprit de répartie (Witz) pour fustiger le ridicule en général et surtout les maladresses de ceux qui s’essaient laborieusement à la production de cantiques médiocres frisant parfois le grotesque ou de sermons ineptes sinon extravagants. Ils sévissent rudement contre l’emphase, l’exaltation des sentiments et la confusion de pensée.

  • 20 Rappelons qu’à partir du volume AdB 79 (1788), Nicolai dédouble la rubrique Gottesgelahrheit ou thé (...)
  • 21 Petersen est l’un des rares réformés parmi les recenseurs. Les principautés de Hessen-Darmstadt, de (...)

20Enumérer l’ensemble des recenseurs théologiques serait fastidieux ; en place de quoi nous préférons esquisser une contexture hiérarchisée de leurs fonctions ecclésiales ou universitaires. Quelques-uns méritent cependant une mention particulière, dans la mesure où ils ont constitué une sorte de second cercle autour du noyau premier, apportant leur pierre à l'édifice de ce qu’on peut appeler avant tout la recension « protestante » laquelle occupe tout de même les trois quarts de la rubrique théologique20. Bien que le choix soit délicat, il faut mettre en avant les personnalités de Johann August Eberhard, déjà évoqué, de Daniel Heinrich Purgold (1707-1789), pasteur à Parchem près de Magdebourg, de Georg Wilhelm Petersen (1744-1816), Prédicateur à la Cour de Darmstadt21, de Johann Gottfried Eichhorn (1752-1827), orientaliste de renom, professeur à Iéna puis à Göttingen, de Johann August Hermes (1736-1822), Prédicateur à la Cour de Quedlinburg.

21Fort significative nous semble la répartition des fonctions ecclésiales ou professorales de ces quelques dizaines de recenseurs théologiques. Parmi eux, une quinzaine sont des pasteurs, en quelque sorte directement engagés sur le terrain de la théologie pratique. Retenons les noms de Lüdke, Pistorius, Purgold, Müller (de Oebisfelde), Treumann, Dapp et August Wilhelm Hupel (1737-1819) en Livonie. Trois d’entre eux occupent des positions hiérarchiquement plus élevées ; Lüdke est Archidiaconus à la Nicolai-Kirche de Berlin, Müller est Oberprediger (Premier pasteur) à Oebisfelde (duché de Magdebourg) et Pistorius Präpositus à Poseritz sur Rügen.

  • 22 La signification et les attributions précises des diverses fonctions ecclésiales et des titres eccl (...)

22Près d’une dizaine occupent des fonctions de direction et d’inspection ecclésiale22. L’un des plus importants est Resewitz avec le titre de Generalsuperintendent, soit surintendant général du duché de Magdebourg, province incorporée à la Prusse ; il est également Supérieur (Abt) de l’Institut pédagogique et théologique de Berge près de Magdebourg. Heinrich Philipp Conrad Henke (1752-1809) est Président du Consistoire à Helmstedt et Abt de l’Institut pédagogique de Königslutter. Nous retrouvons Petersen, Prédicateur à la Cour de Darmstadt et Johann August Hermes à Quedlinburg ; Franz Volkmar Reinhardt (1753-1812) occupe les mêmes fonctions à la Cour de Dresde. D’autres sont Conseillers de Consistoire tels Duttenhofer à Heilbronn et Friedrich Andreas Stroth (1750-1785) à Gotha.

  • 23 Son ouvrage, Neue Apologie des Sokrates, oder Untersuchung von der Seligkeit der Heiden, Berlin, 17 (...)
  • 24 Pour plus de détails, se reporter à G. Ost, o.c., Dissertation, 1928 et R. Kirscher, o.c. 2 vol., t (...)

23A côté du groupe des ministres et des dignitaires ecclésiastiques, il y a une dizaine de professeurs et de Rectoren, ces derniers étant des directeurs d’établissements scolaires secondaires. On y rencontre Johann Rudolph Schlegel (1729-1790), l’historien Christian Wilhelm Franz Walch et Friedrich Andreas Stroth, déjà mentionné, qui sont respectivement Rectoren à Heilbronn, à Schleusingen près d’Erfurt et à Gotha. Rudolphi est Rector à Königslutter et plus tard pasteur à Braunschweig. Quant au groupe des professeurs d’université, il comprend Eberhard23, professeur de philosophie à Halle et ancien pasteur à Charlottenburg, la résidence royale près de Berlin. Bellermann est professeur de philosophie à Erfurt, Schroeckh professeur de philosophie et d’histoire à Wittenberg, David Julius Pott (1760-1838) professeur de théologie à Helmstedt et Abt de l’Institut de Marienthal, non loin de Königslutter. Johann Christoph Rudolf Eckermann (1754-1837) est professeur de théologie à Kiel et Eichhorn professeur de langues orientales à Göttingen. Heinrich Korrodi (1752-1793), l’un des rares résidents méridionaux, est professeur et pasteur à Zurich où il fait pièce au piétiste Lavater ; enfin Theophil Piper (1745-1814) enseigne à Greifswalde dans le nord du Brandebourg24.

Prépondérance de l'Allemagne septentrionale et luthérienne

24Un premier tour d’horizon permet de constater que les deux tiers des recenseurs sont des théologiens possédant une pratique de la prédication et, du moins pour ce qui est des pasteurs, ont un contact direct et régulier avec leur communauté. Cette proximité avec leurs ouailles peut expliquer, entre autres, ce penchant presque naturel pour une pédagogie théologique concrète et proche du quotidien.

25Plus étonnante s’avère l’implantation géographique, en fait très resserrée, des groupes numériquement les plus importants. Il existe une véritable concentration des recenseurs dans la région de Magdebourg, territoire prussien depuis le traité de Westphalie, dans le duché de Brunswick et dans l’Electorat de Hanovre, qui sont contigus au royaume de Prusse. On y compte au moins 18 collaborateurs dont certains des plus importants comme Resewitz. Il faut évidemment y associer le groupe installé à Berlin, ville géographiquement proche, capitale de Frédéric II, centre d’attraction culturel et surtout quartier général de la revue de Nicolai. Si le groupe des Berlinois est quantitativement un peu moins étoffé, il s’agit par contre de personnalités marquantes dont le rôle est prépondérant. Outre Nicolai lui-même et Teller, nous y trouvons surtout Lüdke, véritable chef d’orchestre et quasiment régisseur – auprès de Nicolai – de la branche théologique de la Allgemeine deutsche Bibliothek pendant de longues années.

26Trois autres regroupements géographiques de 4 à 5 recenseurs émergent, l’un en Mecklembourg avec notamment Pistorius sur Rügen. La Thuringe réunit un groupe de 5 recenseurs autour de Gotha, d’Erfurt et de Iéna. Aux abords de l’Allemagne méridionale ou rhénane, il y a Schlegel et Duttenhofer, les historiens de Heilbronn, ainsi que Petersen et Korrodi.

  • 25 Les Livres symboliques (das Concordienbuch) du luthéranisme comprennent :

27Les recensions théologiques de la Allgemeine deutsche Bibliothek ont donc bien leurs racines en Allemagne du nord, notamment dans le Brandebourg avec ses confins magdebourgeois, et dans les petites principautés de l’Allemagne moyenne, en Thuringe et en Hesse-Darmstadt. Autrement dit, à l’exception de cette dernière, nous sommes en plein pays luthérien, et cela confirme le sentiment qui s’impose à la lecture de la longue suite des recensions, que la problématique foncière des débats théologiques est bien de démontrer qu’il faut réadapter, rénover, réformer la dogmatique traditionnelle, déclarée figée depuis la fin du xvie siècle dans sa perception éminemment luthérienne, incarnée dans les Livres symboliques25 et que traduit la position inflexible de l’orthodoxie, rebelle à toute évolution.

Notes

1 Il y a 6 tranches périodiques ou séries, régulièrement suivies d’un Anhang :

  • - 1765-70 : 12 vol. réguliers + 2 vol. annexes

  • - 1770-75 : 12 vol. réguliers + 3 vol. annexes

  • - 1775-78 : 12 vol. réguliers + 6 vol. annexes

  • - 1779-82 : 16 vol. réguliers + 4 vol. annexes

  • - 1783-89 : 34 vol. réguliers + 6 vol. annexes

  • - 1789-94/96 : 32 vol. réguliers, sans volumes annexes.

2 Cf. J.H.F. Ulrich, Briefe über den Religionszustand in den preuβischen Staaten seit der Regierung Friedrich des Groβen, (1778) [Lettres sur la situation religieuse en Prusse depuis l’avènement de Frédéric le Grand], p. 213 : « Dans la rubrique théologique de la AdB, (Lüdke) décide de la vie ou de la mort de l’écrivain » (Lüdke spricht auf der theologischen Bank in der AdB über Leben und Tod des Schriftstellers).

3 Il n’a rédigé qu’une seule GR « théologique », dans AdB. 5.1.19 (1767), p. 175-182. Elle concerne une mauvaise traduction du français, par un moine oblate, d’un ouvrage de piété catholique, dont le texte original est déjà marqué par un style ampoulé et grandiloquent. Outre la sévère critique stylistique, Nicolai ironise sur le culte marial et la prétention d’interdire à tout protestant de traduire un livre catholique. Quant aux KN portant sur la religion, ses recensions sont rarissimes. A titre anecdotique, on trouve une information brève de 6 lignes dans AdB.15.1.171. où il fulmine contre un éditeur indélicat qui vient de ressortir, sous un titre nouveau, un ouvrage vieux de 16 ans.

4 C’est le cas de Jacob Minor qui affirme : « Toutes les recensions furent corrigées au plus près, de sa main propre, afin qu’il y ait unité de contenu (Inhalt), de ton (Ton) et de style (Form). » Cf. Lessings Jugendfreunde, in « Deutsche National-Litteratur », vol. 72, p. 288, Berlin & Stuttgart. Cette assertion laisse rêveur quand on réalise que la Allgemeine deutsche Bibliothek compte environ 90 000 pages s’appliquant à près de 80 000 ouvrages recensés ! Il y a plus troublant encore de lire dans une publication scientifique récente : « Depuis 1765 enfin paraissait la Allgemeine deutsche Bibliothek, rédigée et éditée par le seul Nicolai. » Cf. Günther Grünthal, Presse et censure dans la Prusse de Frédéric II, in « L’Allemagne des Lumières », p. 37.

5 AdB.1.1. avant-propos p. II.

6 AdB.4.2. avant-propos p. *2-*3.

7 Ainsi dans AdB. 83.1.311. (1788), Nicolai, dans un article nécrologique consacré à un ancien collaborateur – Christian Lappenberg, pasteur à Lesum près de Brême – regrette que ce dernier ait suspendu en 1772 une collaboration de 4 années de peur que son surintendant général ne l’apprenne.

8 Cf. notamment la postface intitulée Nachricht (avis) du volume 6.2. p. 326-327 où Nicolai s’en prend aux rédacteurs de la revue Hallische Gelehrte Zeitungen.

9 Parthey, Gustav, Die Mitarbeiter an Friedrich Nicolais Allgemeiner Deutscher Bibliothek nach ihren Namen und Zeichen in zwei Registern geordnet, Berlin, 1843, [Les collaborateurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek de Nicolai, rangés en deux registres par noms et par signets].

10 Schnorrs Archiv für Literaturgeschichte, Berlin 1887, Heft 15. Un article de O. Hoffmann, Herder Mitarbeiter der Allgemeinen deutschen Bibliothek, signale au bas de la page 241, note 1, qu’un Dr. Jonas de Berlin lui a fait tenir une note rédigée de la main même de Parthey indiquant que les deux registres avaient été établis par un certain Wetzel, maître d’école (ein Lehrer) de son état.

11 Cf.. Ost, o.c. p.41 sq.

12 La périodicité d’attribution des signets (1765-1768, 1768-1770, 1770-1772, 1773-1778, 1779-1786, 1787-1792) ne correspond pas du tout au découpage des séries d’édition de la revue (1765-70, 1770-75, 1775-78, 1779-82, 1783-89, 1789-94).

13 Ces registres manuscrits se trouvent réunis dans le volume Nic. 106 conservé à la Staatsbibliothek de Berlin, puis dispersés après la Seconde Guerre Mondiale avec l’ensemble des volumes Nic. entre la Bibliothèque universitaire Humboldt dans l’ancienne partie est de Berlin et le Preuβischer Kulturbesitz à Berlin-Dahlem dans l’ancienne partie ouest. On procède actuellement à la réorganisation de leur implantation suite à la réunification de Berlin.

14 Anhang zu dem 1. bis 12. Bande der AdB, 1771. L’ensemble des 11 pages de cet avant-propos mériterait d’être cité in extenso car Nicolai y fait le bilan de l’activité de la revue à l’issue de cette première période quinquennale ; il explique sa démarche et ses objectifs, les difficultés rencontrées, les rapports avec les recenseurs et la position en retrait qu’il entend conserver ; il parle de ses démêlés avec des confrères hargneux et se plaint de l’hostilité des milieux orthodoxes.

15 Cf. R. Kirscher, Les recensions théologiques dans la revue de Friedrich Nicolai : Allgemeine deutsche Bibliothek (1765-1762), thèse, Montpellier, faculté de théologie protestante, 1998, 2 vol. p. 558-561.

16 Cf. AdB Anhang 4, vol. 2, p. 833 sq. (1785). Les registres de Parthey ne permettent pas l’identification du recenseur dont le signet imprimé semble fantaisiste. – G. Ost (o.c. p. 59) affirme qu’il s’agit bien de Garve. Cf. aussi Walter Strauss, Friedrich Nicolai und die kritische Philosophie, Dissertation, Stuttgart, 1927, qui émet le même avis. Cela dit, il est curieux de constater que la Critique, parue en 1781, ne sera recensée qu’en 1785 et placée dans un volume complémentaire (Anhang), censé réunir les articles n’ayant pas trouvé de place dans les volumes réguliers.

17 Cf. AdB 91.1. (1790), p. 53-58. Dans son ouvrage Zur Revision der kirchlichen Hermeneutik und Dogmatik, Halle, 1787, Semler s’indigne de ce que « sous leur férule (les nouveaux porte-parole des Lumières) l’on prescrive ce qui, à la rigueur, fait encore partie de la religion chrétienne, ce que nous devons penser... ». Treumann, dans sa recension, s’offusque de ce « qu’un homme (Semler) qui a pris une si grande part au mouvement des Lumières, commence à s’en plaindre. »

18 C’est Pistorius qui recense avec beaucoup de clarté les Prolégomènes à toute métaphysique future dans AdB 59.2.4. (1784) p. 322-356 ; puis il examine la 2e édition de la Critique de la Raison pure dans AdB 81.2.6. (1788) p. 343-355.

19 AdB Anhang XXIV (1777), vol. 1, p. 236.

20 Rappelons qu’à partir du volume AdB 79 (1788), Nicolai dédouble la rubrique Gottesgelahrheit ou théologie en Protestantische et en Katholische Gottesgelahrheit.

21 Petersen est l’un des rares réformés parmi les recenseurs. Les principautés de Hessen-Darmstadt, de Hessen-Nassau et le Palatinat Electoral sont les principales entités réformées au début du xviie siècle. En ce qui concerne le Brandebourg, l’organisation territoriale luthérienne est restée en place après la conversion de Sigismond, mais dans les résidences princières, les Électeurs installent des Prédicateurs à la cour (Hofprediger) réformés, dont plusieurs sont issus de l’émigration huguenote française. Parmi ces derniers, nous trouvons David Ancillon l’aîné, né à Metz (1617-1692), son fils David Ancillon le jeune, également né à Metz (1670-1723) ; Jacques Lenfant, originaire de la Beauce (1661-1728) ; Isaac de Beausobre, né à Niort (1659-1738) ; Isaac Jacquelot, né à Vassy (1647-1708). Cf. Rudolf von Thadden, Die brandenburgisch-preuβischen Hofprediger im 17. und 18. Jahrhundert, Berlin, 1959.
Comme recenseurs réformés de la Allgemeine deutsche Bibliothek, il y a aussi Noltenius, Hofprediger à Berlin, qui a collaboré à la revue jusqu’en 1772 (Nicolai lui rendra hommage, ainsi qu’à d’autres recenseurs disparus, dans son avant-propos du 12 mars 1792 du volume 106.2.) et Samuel Johann Stosch (1714-1796), Hofprediger à Küstrin, issu d’une illustre famille de Hofprediger, dont Bartholomäus Stosch (1604-1686), lui-même Oberhofprediger et homme influent à la Cour du Grand Electeur.
De fait, cette politique de tolérance religieuse pratiquée par les Hohenzollern – confessionnellement minoritaires dans leurs propres états – ainsi que leurs efforts en vue d’un rapprochement des deux confessions évangéliques ne pouvait que conforter les néologues luthériens « éclairés » dans leur désir de réactualiser la dogmatique luthérienne en mettant l’accent davantage sur la pratique religieuse quotidienne que sur la théologie systématique.

22 La signification et les attributions précises des diverses fonctions ecclésiales et des titres ecclésiastiques connaît d’importantes variations, d’abord par rapport à l’appartenance confessionnelle, mais aussi, pour les églises luthériennes, en fonction des statuts territoriaux spécifiques.

23 Son ouvrage, Neue Apologie des Sokrates, oder Untersuchung von der Seligkeit der Heiden, Berlin, 1777 [Nouvelle apologie de Socrate ou de la béatitude des païens], qui eut un grand retentissement, combat la conception augustinienne, reprise par l’orthodoxie, que le salut est lié à un système dogmatique (ein Glaubenssystem), ce qui exclut la plus grande partie de l’humanité qui n’a pu connaître la Révélation. Eberhard conclut que la vertu peut s’exercer indépendamment de la Révélation.

24 Pour plus de détails, se reporter à G. Ost, o.c., Dissertation, 1928 et R. Kirscher, o.c. 2 vol., thèse, 1998.

25 Les Livres symboliques (das Concordienbuch) du luthéranisme comprennent :

  • - Les 3 symboles catholiques ou œcuméniques – le symbole Apostolique (Credo)le symbole de Nicée (consubstantialité du Père et du Fils) – le symbole Quicumque ou Athanasien (égalité des trois hypostases).

  • - La Confession d’Augsbourg du 25 juin 1530 avec ses 28 articles.

  • - L’Apologie de la Confession d’Augsbourg de 1531 (surtout l’œuvre de Melanchthon).

  • - Les Articles de Schmalkalde de 1537.

  • - Le Grand et le Petit Catéchisme de Luther de 1529.

  • - La Formule de Concorde du 25 juin 1580.

Ces textes sont publiés en français par André Birmelé et Marc Lienhard, La foi des Eglises luthériennes : confessions et catéchismes, Cerf & Labor et fides, 1991.
Notons que l'Apologie, avec les affinements apportés par Philippe Melanchthon au texte de la Confession proprement dite, aura donné lieu par la suite à ce que l’on appelle le philippisme. Ces luthériens saluent une rédaction moins comminatoire, notamment pour ce qui est de l’article 10, à propos de la Sainte Cène, qui stipule la présence réelle du Seigneur dans l’eucharistie. En effet, la conclusion et improbant secus docentes – toute contradiction est condamnable – de la Confession est absente de l'Apologie. Il en est résulté que le philippisme a pu constituer comme une avancée vers les vues réformées sur la Cène. Pour les souverains brandebourgeois – de tendance arminienne – et leur Eglise réformée, leurs seuls textes symboliques étaient la confessio Sigismundi et le Catéchisme de Heidelberg. Cette orientation faite de tolérance pouvait constituer une nouvelle possibilité de rapprochement avec le luthéranisme ; chacun ayant fait un pas, les uns rejetant le supralapsisme, certains parmi les autres se montrant moins intraitables dans le différent à propos de la consubstantiation.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540