Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

I. Une revue encyclopédique : Allgemeine deutsche bibliothek

2. La diversité des rubriques thématiques dans la AdB

Testo integrale

1Notre examen va donc porter sur l’ensemble de la production critique de la Allgemeine deutsche Bibliothek durant la première période quinquennale, sans perdre de vue que nous nous proposons principalement de mettre en lumière les conceptions théologiques des néologues « modernistes » parmi les théologiens protestants regroupés autour de la revue de Nicolai. L’infinie variété des sujets abordés par la revue dans les domaines les plus divers souligne l’importance exceptionnelle des contributions réservées spécifiquement à la théologie au milieu d’un tel foisonnement souvent malaisé à démêler et à appréhender dans toute son étendue.

Médecine – Sciences – mathématiques

2C’est à la médecine (Arzneygelahrheit) que revient l’honneur de prendre la deuxième place, par ordre d’importance, derrière l’inaccessible rubrique des articles traitant de la religion. Ces recensions portent sur des publications qui sont en général des manuels et des compendiums de médecine, des tables et des illustrations scientifiques diverses, des traités de physiologie et d’anatomie, quelques rares publications de déontologie et beaucoup d’ouvrages concernant la pharmacopée. Quelques recensions se partagent entre des traités de botanique à proprement parler et des écrits sur la médecine par les plantes ; peu d’articles ont pour sujet une médication de type chimique.

3L’une des orientations majeures vise la médecine enfantine ; son importance est attestée par une trentaine d’articles dont une vingtaine exclusivement sur la variole et la vaccination antivariolique. Une vingtaine d’ouvrages sont consacrés à des problèmes de gynécologie : grossesses, accouchements avec complications et formation des sages-femmes.

4Un autre thème majeur concerne la chirurgie, surtout osseuse avec ses techniques d’amputations et, plus généralement, la médecine militaire appliquée aux blessures et traumatismes provoqués sur les champs de bataille. On notera qu’il s’agit en majorité de recensions portant sur des traductions à partir du français. Quelques livres sur la diététique et des articles vétérinaires, traitant surtout des chevaux, complètent les principaux aspects médicaux abordés.

5Les maladies passées en revue, pour ne citer que celles évoquées à plusieurs reprises, sont la variole, la cataracte, la dysenterie (il y avait eu une grave épidémie en 1765), les fièvres, les maladies du cerveau (commotions cérébrales), les tumeurs. Dans cette rubrique figurent aussi quelques sujets singuliers qui dénotent la fragilité des frontières entre la médecine scientifique et les spéculations de tout ordre tels que la transmutation de l’or, des descriptions de phénomènes tératologiques, une étude curieuse sur les maladies bibliques (mentionnées dans la Bible).

6La rubrique sciences et histoire naturelles (Naturlehre und Naturgeschichte), avec moins de 4 % des publications sur cette période quinquennale, prouve bien que le savoir en ce domaine est encore embryonnaire. Environ le quart des ouvrages est en latin et, l’ouvrage type, c’est le grand traité systématique d’histoire naturelle ou encore une somme de connaissances dans des domaines particuliers comme l’entomologie.

  • 24 AdB KN 4.1.287, Electrische Elemente im luftleeren Raum [Phénomènes électriques dans le vide]. Un e (...)

7Quelques sujets d’ordre scientifique ont pour objet les phénomènes électriques, les orages, la foudre ; les manifestations des fluides comme les marées et la régulation des eaux ; les phénomènes de la lumière et des couleurs24. L’étude de ces questions s’accompagne souvent d’observations astronomiques. Dans le domaine des sciences de la nature, en minéralogie notamment, on s’intéresse au phosphore et naturellement beaucoup à l’or et à la transmutation des métaux, mais aussi à l’étude des fossiles. La botanique occupe une place de choix avec des spécialités comme l’ornithologie et l’étude des insectes. En effet, ces disciplines exigent un esprit d’observation et une aptitude à la reproduction graphique sans la nécessité de recourir à des appareillages techniques complexes. Des comptes rendus d’ouvrages de savants célèbres sont publiés à propos de Réaumur, par exemple, ou portent sur l’Histoire Naturelle de Buffon.

8Aucune rubrique spécifique n’a été réservée à la technique en général ou aux techniques mécaniques ; ces notions ne semblent pas encore constituer des secteurs autonomes et leurs applications sont intégrées à divers domaines comme la médecine, la chimie, la géographie ou l’économie domestique. Quelques recensions font cependant état de descriptions de machines pneumatiques utilisées dans l’industrie du bois ou de techniques de la fabrication du papier.

  • 25 Leonhard Euler (1707-1783). – Johann Heinrich Lambert (1728-1777), auteur du Neuer Organon (1764) (...)

9Les mathématiques et la chimie occupent une toute petite place, moins de 4 % ensemble. Tout comme pour les sciences de la nature, plus du quart des livres recensés sont rédigés en latin. Les sujets portent sur le calcul infinitésimal, la trigonométrie et surtout l’optique, mais aussi l’architecture, la description des systèmes de feux d’artifice et le fonctionnement des écluses. On trouve des traités théoriques sur les solides ou la réfraction publiés par de grands mathématiciens comme Lambert et Euler25. Bien entendu, on ne manque pas non plus d’ouvrages curieux portant par exemple sur la quadrature du cercle (AdB KN5.1.301) ou le perpeteum mobile (AdB KN 6.2.137).

Histoire – Géographie – Voyages

10Les groupes « histoire et diplomatique » ainsi que « géographie et voyages » réalisent un peu moins de 9 % de l’ensemble des recensions mais se classent néanmoins en bonne position, surtout l’histoire qui se hisse au 3e rang. Pour la rubrique géographie, les parutions annuelles sont très régulières mais il faut dissocier l’association assez curieuse de la géographie et des descriptions de voyage. Celles-ci, au hasard des volumes, portent pêle-mêle sur toutes sortes de périples qui ont pour destination Vienne, la Palestine, l’Inde, l’Estonie, la Confédération helvétique, le royaume du Danemark, pour ne citer que les plus marquantes. Ce sont avant tout des guides de voyage destinés à divertir agréablement le lecteur cultivé plutôt que des travaux géographiques rigoureux. Les ouvrages classés dans la catégorie « géographie » à proprement parler sont des atlas, des lexiques, des illustrations, comme par exemple la représentation du sol terrestre (Anhangp.856), ou alors de gros traités de synthèse assortis parfois de considérations d’ordre philosophique. Dans l’ensemble, le nombre de recensions en ce domaine est nettement plus important que le nombre réel de titres nouveaux, car les collections monumentales bénéficient de recensions successives à l’occasion de la sortie de chacun de leurs volumes.

11En ce qui concerne l’histoire, il faut mentionner le nombre assez important de traductions du français (une trentaine), de l’anglais (une douzaine), ainsi qu’une trentaine d’ouvrages imprimés en latin. Le français occupe une bonne place avec globalement plus de 13 % de la rubrique, soit en langue originale, soit en traduction. Ce secteur comprend essentiellement des ouvrages relatant l’histoire diachronique d’États souverains ou de puissantes institutions comme le Comptoir commercial des Indes Occidentales. On relève quelques compendiums volumineux, quelquefois des récits et anecdotes d’ambassadeurs, ou encore des ouvrages sur des personnages célèbres comme Alexandre ou Pierre le Grand.

12Quant à la Diplomatick, science qui a pour objet l’étude des documents, elle bénéficie de quelques recensions, mais Nicolai fait preuve d’une certaine indécision pour leur trouver un rangement car la rubrique existe tantôt de façon autonome comme en 1764, 1765 et 1768, tantôt elle est rattachée à l’histoire, comme c’est le cas en 1766, 1767 et 1769.

Littérature – Romans – Théâtre

13Dans ce secteur, la répartition est organisée assez singulièrement selon les catégories suivantes : philologie-littérature-critique forment un seul regroupement ; puis des rubriques distinctes pour les romans, les pièces de théâtre et la poésie ; enfin un bloc assez compact intitulé belles-lettres (Schöne Wissenschaften).

14Contrairement au regroupement philologie-littérature-critique, où les ouvrages en latin (54,70 %), augmentés des traductions à partir de diverses langues étrangères, dépassent 70 % de la production de leur catégorie, les belles-lettres se signalent en revanche par l’importance de la production en langue allemande qui frôle un taux de 78 %. Quant au reste, on compte là encore presque 13 % d’écrits en français ou traduits du français. Il s’agit donc, pour les belles-lettres, d’ouvrages s’adressant à un public plus large, certes instruit et éduqué, mais surtout à des fins de divertissement et pour satisfaire la curiosité et l’appétit culturel des lecteurs. Les ouvrages de cette catégorie sont pour l’essentiel des recueils de réflexion sur des problèmes littéraires, esthétiques ou de société avec des thèmes comme le bon goût, l’amitié, la rhétorique, l’esthétique, la langue et le style, l’art de traduire, la morale et la religion, les voyages, la poésie, l’art épistolaire, le théâtre, les fables et les contes. Ces écrits font appel à la raison et au cœur (an Herz und Verstand), au bon sens et aux bons sentiments, dans le but d’être utiles, avantageux et divertissants (zum Nutzen, Vorteil und Vergnügen).

15Le groupe Philologie-Literatur-Kritick apparaît comme le volet savant avec la caractéristique déjà évoquée d’un pourcentage énorme de livres publiés en latin, soit 99 ouvrages sur les 181 que compte ce groupe, auxquels il faut ajouter une trentaine de traductions, avant tout du latin et du grec, et même de l’hébreu avec le Talmud. Dans cette rubrique, il s’agit d’ailleurs souvent d’auteurs anciens réédités dans l’original ou en traduction, tels que Platon, Démosthène, Sénèque, Cicéron. Un autre volet affiche des essais de spécialistes de l’esthétique, domaine fort prisé, ou encore des lexiques et des dictionnaires bilingues, des grammaires, des traités étymologiques en grec, latin, hébreu ou syriaque.

16Par contre, le groupe Gedichte (Poésies) est relativement bien représenté avec 4 % des articles. Il passe même avant les rubriques Romane (romans) et Schauspiele (théâtre) – ces trois genres littéraires occupant un peu moins de 10 % du total des ouvrages recensés.

  • 26 Friedrich von Hagedorn (1708-1754). – Salomon Geßner (1730-1788). – Anna Luise Karsch, appelée « l (...)

17Comme de juste, le groupe Gedichte présente 80 % de textes en langue allemande avec des fables de Lessing, des poésies de Hagedorn, de Geβner, de la Karschin, de Schubart et de Utz. Parmi les étrangers, on retrouve souvent Young, quelquefois Voltaire26. Le choix en poésie étrangère est éclectique, il se chiffre à une trentaine de recensions.

  • 27 Henry Fielding (1707-1754) – Oliver Goldsmith (1730-1774). – Fénelon (1651-1715). – Cervantes (154 (...)
  • 28 Quelques titres : Frauenzimmer in der Irre (Femme en perdition) ; Verfolgte Tugend (la vertu persé (...)

18Les articles critiques concernant l’œuvre romanesque (Romanen) attestent le souci des recenseurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek de ne négliger aucune nouveauté ou réédition. Ainsi l’on rend compte de Sieg der Natur über die Schwärmerei (La victoire du naturel sur l’exaltation) de Christoph Martin Wieland ; de Amalia de Henry Fielding ; du Vicar of Wakefield d’Oliver Goldsmith, ainsi que des traductions du Télémaque de Fénelon, du Don Quixote de Cervantes, du Bélisaire de Marmontel. Cette rubrique comprend surtout une quantité impressionnante de romans sentimentaux et larmoyants dans le style de Samuel Richardson27 et de ses succès Pamela (1740) et Clarissa or virtue rewarded (1748) dont l’influence s’étendit non seulement à l’Angleterre mais à la France et tout particulièrement à l’Allemagne. Il est question, dans plus d’une trentaine de livres recensés et tout à fait dans l’esprit du temps, des noirs desseins de séducteurs abominables, de personnages sans foi cherchant à plonger dans le malheur des jeunes femmes innocentes mais dont l’inébranlable constance vertueuse permet après toutes sortes de péripéties tragiques de triompher de toutes les embûches. Conformément à l’idéal des Lumières, il convient d’instruire le public et de l’engager à rester fidèle aux valeurs morales malgré l’adversité implacable qui parfois s’acharne sur les justes. Les titres sont éloquents28 et la trame se déroule, selon des péripéties relativement invariables, sous la forme de récits, de lettres, de confessions ou d’anecdotes relatant les tribulations infligées à ces personnages innocents. Il est intéressant de noter ici l’influence étrangère puisque 27 % de la production romanesque est traduite du français et près de 14 % de l’anglais, l’allemand atteignant tout juste 56 % dans cette rubrique.

  • 29 Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803). – William Shakespeare (1563-1616). – Jean Racine (1639-1 (...)

19Il n’en est pas de même pour la partie Schauspiele (théâtre) où l’allemand représente près de 75 % avec notamment des œuvres marquantes comme Salomo de Klopstock, Geschichte des deutschen Dramas de Gottsched, les Lustspiele (comédies) de Lessing et surtout sa célèbre Hamburgische Dramaturgie (AdB 10.2.2). Parmi les étrangers, on retrouve Shakespeare dans une traduction de Wieland, les œuvres théâtrales de Racine (AdB KN 7.1.284), Le Tasse, Goldoni29 et Voltaire ; il s’agit alors généralement d’œuvres choisies.

Arts et Musique

20En ce qui concerne les rubriques artistiques, leur part globale dépasse légèrement 5 % de l’ensemble des ouvrages analysés ou annoncés au cours de cette période quinquennale. Notons la place toute spéciale réservée à la numismatique (Münzwissenschaften) qui semble avoir connu les faveurs d’un public cultivé, avec 42 publications dont 7 en latin, alors que la peinture et la gravure n’atteignent que 78 et la musique seulement 64 recensions. Certes, il faudrait examiner d’autres rubriques et avant tout la rubrique « Divers » (Verschiedenes), où sont rangées toutes sortes de recensions pour en découvrir probablement quelques-unes à replacer sans trop d’hésitation dans une rubrique plus explicite. Ceci vaut d’ailleurs pour toutes les matières.

21En peinture et gravure sur cuivre, il s’agit surtout de descriptions d’œuvres précises ou d’ouvrages sur l’apprentissage des arts graphiques, des comptes rendus d’ailleurs quasiment tous rangés dans les « informations brèves » (KN). Une dizaine d’ouvrages sont rédigés en français, d’autres sont des traductions du français, de sorte que la part globale du français atteint 18 % à côté de seulement 2 traductions de l’anglais qui complètent l’apport étranger.

  • 30 Carl-Philipp-Emmanuel Bach (1714-1788). – Christian Fürchtegott Gellert (1715-1769). – Johann-Seba (...)

22Dans le domaine de la musique, l’italien avec 14 publications règne en maître pour ce qui est des parutions en langues étrangères. Il s’agit souvent de manuels ou de partitions pour l’apprentissage et le perfectionnement du solfège ou de tel instrument, ou bien de livres sur l’histoire de la musique ; enfin, l’on trouve aussi des partitions pour piano avec ou sans accompagnement de chant et des partitions de concerti. Non seulement les nombreuses cours princières, des plus illustres aux plus modestes, pratiquaient la musique de chambre, mais la société allemande éclairée, la bourgeoisie cultivée, se réunissait volontiers pour former de petits ensembles instrumentaux. Ce sont en particulier les presbytères qui constituèrent de véritables cellules culturelles à travers les régions de confession protestante dominante. Les sonates de Carl-Philipp-Emmanuel Bach, les odes et les lieder composés sur des poèmes de Gellert, la musique de la Passion par Johann-Sebastian Bach30 figurent ainsi en bonne place.

  • 31 Johann Joachim Winckelmann (1717-1768). AdB KN 7.1.194-239 et AdB.7.2.1, Monumenti antichi inediti (...)

23On pourrait aussi inclure la classification Althertümer (antiquités) au groupe des arts. Il y est question d’archéologie à propos de la Rome antique, de monnaies grecques, de camées, ou encore d’écrits de Winckelmann31 dont l’influence sur la pensée des classiques allemands ne laisse pas de doute.

Droit et Finances

24Le groupe des sciences juridiques se compose des rubriques Rechtsgelahrheit (droit, jurisprudence), Staatsrecht (droit public) et Cameral-und-Finanzsachen (économie politique et financière). Cette dernière catégorie, la plus faiblement représentée, propose une quarantaine de publications en langue allemande. Le droit public, avec une soixantaine d’ouvrages, compte encore 21 % de titres en latin et la rubrique principale, droit et jurisprudence, avec 200 publications, frôle les 50 % avec son contingent en latin. Les thèmes examinés sont fort divers et il y a autant d’études spécifiques que de manuels et de traités théoriques généraux. Parmi les questions longuement discutées figurent les grandes études sur le droit pénal, le droit romain et le droit saxon, le droit ecclésiastique, la Cour Suprême Impériale (Reichskammergericht) et le droit féodal (Observations juris feudalis), mais aussi des éléments de droit civil, par exemple les dispositions légales sur les digues en Frise (Deichrecht in den Marschländern), ou encore des études comparatives du droit dans l’Antiquité et dans les Etats modernes.

25D’aufres recensions portent sur l’organisation de la police et du droit des personnes, la communauté des biens entre époux, les peines infligées aux voleurs, la réglementation du service divin à la cour d’un prince (Hofgottesdienst eines Landsherrn) ou la charge de bailliage (das Kreis-Obristen-Amt).

Economie domestique et Commerce

26L’économie domestique (Haushaltungskunst) occupe une place privilégiée, signe des orientations d’ordre pratique de la revue, avec pour l’ensemble de la période quinquennale quelque 220 recensions répertoriées, dont un pic en 1767, représentant près de 6 % de l’ensemble. Ceci place cette rubrique au quatrième rang derrière la théologie, la médecine et l’histoire. Comme prévisible, la production en langue allemande est prépondérante avec environ 84 % de l’ensemble alors que la part étrangère se résume à une douzaine de livres en latin et à autant de traductions du français, recensés surtout dans les premières années. Parmi les traductions restantes, 6 proviennent de l’anglais, 2 du danois et une, respectivement du suédois, du hollandais et du russe. Il est intéressant de noter que la quasi totalité de ces recensions se caractérise par leur brièveté et qu’elles sont en règle générale rangées dans les KN. C’est la situation inverse de ce que présente la rubrique théologie avec ses nombreuses recensions sous forme d’articles de fond.

27Les quelques titres qui méritent aux yeux des recenseurs une place plus large traitent de préférence de problèmes agricoles avec des commentaires souvent très détaillés. Il s’agit du travail des champs et de l’amélioration des cultures (Verbesserung der Landwirtschaft), des épidémies animales (Rindviehseuche), de l’apiculture, des forêts et des pâturages, de la vénerie, du vignoble et de la distillation, entre autres. Il en est de même pour certaines activités industrielles comme l’extraction du charbon et du lignite. On s’intéresse à la culture du lin et de la soie avec les écoles de tissage en Silésie, à l’imprimerie sur cotonnade et sur indienne ; on signale la description d’une nouvelle machine à battre les céréales, on relate la construction de fourneaux, etc.

28Un autre volet réunit des données sur l’homme dans son environnement social avec des ouvrages sur les bonnes manières, le maintien et la politesse, le sort des veuves et des orphelins, le calendrier perpétuel, les livres de cuisine et, déjà, le moyen infaillible de s’enrichir : Unfehlbarer Weg Vermogen zu erwerben (AdB 7.2.296).

29Nicolai avait aussi tenu à créer une rubrique autonome pour les articles touchant l’économie financière et commerciale, intitulée d’abord Handlungssachen (affaires commerciales) et qui devint, à partir de 1767, Handlungsschriften (documents commerciaux). Cette section se classe cependant en queue de peloton avec seulement 22 recensions sur la période quinquennale et comporte des titres quelque peu étranges en la matière, comme l’art de se montrer patient, ou l’art d’être content (Kunst der Geduld/Kunst der Zufriedenheit), (AdB 6.1.338).

  • 32 A cette époque, le plus influent des éditeurs allemands, Philipp Erasmus Reich (1717-1787), propri (...)

30On s’intéresse aussi à la correspondance et au vocabulaire commercial, aux problèmes de l’édition32, au commerce du livre et des vins, au calcul des cours de change entre Berlin et Breßlau.

31On peut reclasser ici la rubrique autonome dénommée Kriegskunst (arts militaires), assez largement représentée avec une trentaine de recensions dont 4 concernant des ouvrages écrits en français et 7 traduits du français, soit une part de 38 % pour cette langue. Ces ouvrages traitent de thèmes familiers à Vauban : l’art des fortifications, la défense des places fortes, la techniques de siège, l’artillerie de campagne.

Philosophie ou Weltweisheit

32Cette catégorie occupe somme toute une place très moyenne avec moins de 4 % de l’ensemble des livres examinés au cours des cinq premières années de la revue. La part des écrits en langue allemande atteint tout juste 57 % ; elle est complétée par une trentaine d’ouvrages en latin, soit près de 20 %, une vingtaine d’origine française, ce qui représente environ 15 % dont un peu plus de la moitié en traduction, enfin par 5 traductions de l’anglais.

  • 33 Johann Bernhard Basedow (1723-1790). – Christian August Crusius (1715-1775)

33Parmi les sujets les plus fréquemment débattus, deux thèmes semblent préoccuper largement les contemporains. D’une part, ce qui concerne la vie morale et ses relations avec la religion, d’autre part, le fonctionnement de l’entendement, l’emploi et les limites de la raison, ce qui amène les auteurs à se placer souvent sur le terrain de la logique et quelquefois de la métaphysique. L’un des creusets privilégiés de la réflexion proprement philosophique semble concerner les rapports entre l’entendement et la raison (Verstand et Vernunft). L’intérêt est souvent suscité autant par les recensions elles-mêmes que par le contenu de l’ouvrage recensé ; l’un et l’autre se placent d’ailleurs dans ce qu’on peut appeler diachroniquement l’ultime période pré-kantienne, étant donné que l’argumentation et la pratique du débat sont souvent marquées par la logique aristotélicienne formaliste et une prédilection très nette pour le raisonnement par analogie. Nous ne citerons pour cette période, située entre 1765 et 1769, que quelques recensions d’ouvrages ayant marqué leur temps : Système théorique du bon sens par Basedow, Du bon usage du principe dit de la raison suffisante par Crusius33 et De l'évidence dans les sciences métaphysiques par Moses Mendelssohn.

  • 34 Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). – Emmanuel Swedenborg (1688-1772). – Emmanuel Kant (1724-1804).

34L’autre face qui touche aux problèmes d’ordre éthique est particulièrement tributaire du domaine théologique et de la pratique religieuse. De fait, nous constatons, tout comme pour la rubrique théologique proprement dite, que la tendance fondamentale est de présenter toute conception éthique, toute conduite morale – on parle aussi de morale naturelle – comme recoupant en quelque sorte les principes et les préceptes religieux. Mentionnons à cet égard les Considérations philosophiques sur la religion chrétienne par Georg Friedrich Meier. D’autres préoccupations, toujours à plus ou moins forte implication religieuse, se présentent tout au long de cette rubrique philosophique, – De la providence divine – De l’état des trépassés – De la liberté de l’homme et, notamment la question de l’immortalité de lame avec le Phédon de Moses Mendelssohn. On relève aussi, d’un certain F. Ch. Oetinger les Réflexions choisies de Rousseau sur diverses questions de morale ou la Philosophie profane et céleste de Swedenborg. On note encore quelques lignes sur l’essai de Kant de 1766, Rêves d’un visionnaire, en réplique aux écrits du théosophe34.

35L’intérêt se reporte également sur des manifestations d’ordre psychologique avec des articles intitulés De la tendresse ou Les principales sources de l’inquiétude humaine. Des problèmes d’esthétique sont abordés et on peut prendre connaissance de quelques lignes élogieuses sur un autre essai de Kant, paru en 1764, Du sentiment du beau et du sublime (AdB 5.2.273).

36Enfin, on relève, un peu comme pour d’autres rubriques, des articles parfois disparates et dont le classement à la rubrique philosophique n’est pas bien évident, tels que Argumentation pour une origine exclusivement divine du langage ou encore De l’existence des fantômes.

Sciences de l’éducation

37Quantitativement, les sciences de l’éducation occupent une place plutôt négligeable, en queue de liste, avec pas même tout à fait 1 % du total des recensions, bien que ce sujet retienne facilement l’attention des contemporains ; mais là encore il faut apporter le correctif de la dis sémination des écrits de ce type dans d’autres rubriques telles que la théologie, le droit ou le classement dans la rubrique « ouvrages divers ».

38Bien qu’il y ait peu de recensions d’ouvrages inventoriés dans cette rubrique – 36 pour toute la période quinquennale – il faut tout de même noter que la plupart de ces contributions sont des articles de fond (GR) et, là encore, les interférences avec l’univers de la théologie et de la morale sont indéniables. Ce sont des discours d’une modernité inattendue à propos de la nécessité d’une amélioration générale des problèmes éducatifs, de la formation et de l’entretien des maîtres, de la réorganisation efficace des études et de leur finalité. Cela concerne aussi bien l’éducation des jeunes gens de condition que celle de la jeunesse campagnarde ou bien la formation des pasteurs et des maîtres d’école. Il convient de citer notamment la très intéressante recension de l’ouvrage de Martin Ehlers sur la rénovation des écoles : Considérations sur les conditions indispensables à l'amélioration de l’enseignement (AdB 4.1.2), de même qu’un ouvrage de 1768, intitulé Le Nouvel Emile ou de l’éducation selon des principes confirmés (AdB 12.2.13).

Ouvrages catalogués « divers »

39Il nous faut enfin aborder cette rubrique fourre-tout appelée Vermischte Bücher, qui ne réunit pas moins de 10 % de l’ensemble des recensions durant cette période quinquennale mais, fait significatif, presque exclusivement sous la forme « d’informations brèves » (KN). Il s’agit indistinctement de toutes sortes de thèmes touchant les sciences, la littérature, la géographie, l’apiculture, l’archéologie et l’étude de l’Antiquité, l’éducation, les finances, l’héraldique, la religion, les revues et les magazines, sans que cette énumération soit exhaustive.

  • 35 Plutarque (vers 45-125). – Madame de Sévigné (1626-1696).

40Quelques exemples choisis de façon plus ou moins aléatoire permettront de révéler l’extraordinaire variété des sujets classés dans cette rubrique. On y trouve, par exemple, des articles sur l’interprétation des rêves, l’astrologie, la géomancie, la magie, la sorcellerie, le vampirisme et toute une suite d’articles sur les reliques, mises sur le même plan. Dans le domaine de la vie sociale, civique et morale, on côtoie les thèmes classiques sur le mariage et l’éducation, on évoque pêle-mêle les tricheurs au jeu, les biens du clergé, l’établissement d’écoles pour les recrues militaires, les ouvrages pour jeunes filles. On donne un avis sur divers lexiques et des dictionnaires bilingues concernant plusieurs langues. On déniche une traduction de Plutarque, on décrit les curiosités des villes résidentielles allemandes ; on s’intéresse aux lettres de Madame de Sévigné35, puis aux libre-penseurs ; il y a des ouvrages sur les chevaux, des descriptions de voyages avec des géants en Patagonie, (12.1.397) – et la liste pourrait s’allonger indéfiniment tant la diversité est aussi inépuisable que surprenante.

Théologie et Religion

  • 36 Wollte Gotty ich dürfte an die deutsche Bibliothek gar nicht mehr denken ! Ich bin von neuerer Lite (...)

41Ainsi que nous l’avons déjà signalé maintes fois, il s’agit là de la rubrique de loin la plus importante et que Nicolai lui-même considérait comme essentielle. Dans une lettre à Lessing du 8 mars 1771 – soit au début de la 2e période quinquennale, qui s’étend de 1770 à 1774 – il écrit36 : « Qu’il plaise à Dieu que je n’eusse plus besoin de penser à la Allgemeine deutsche Bibliothek ! Je suis tellement saturé d’ouvrages récents que je ne puis, comme tout un chacun qui aurait l’estomac trop plein, digérer cela. Bien des fois j’avais l’envie d’arrêter, et savez-vous ce qui me retient ? Les articles théologiques ! Ils ont occasionné une révolution si étrange dans la tête des Allemands, qu’on ne peut se permettre d’abandonner cela. » Que ce soit à propos de l’ensemble des recensions, toutes rubriques confondues, c’est-à-dire des grands articles (GR) et des KN réunis, ou bien de la prise en considération des seuls grands articles (GR), c’est bien la rubrique « théologie » qui s’attribue la part du lion avec respectivement plus de 21 % de la production totale de la Allgemeine deutsche Bibliothek dans le premier cas et, mieux encore, avec près de 29 % si l’on ne prend en compte que les seuls grands articles (GR), supposés représenter les recensions les plus importantes méritant un traitement de faveur sous forme de comptes rendus étoffés et typographiquement marqués.

42Une configuration assez sélective prend ainsi corps parmi les groupes de matières selon l’importance numérique de leur contingent en « grandes recensions ». Il est évident que plus l’équilibre interne à chaque matière ou groupe de matières penche en faveur d’une plus grande représentation des articles de fond, plus l’importance accordée à cette matière ou à ce groupe de matières est manifeste. Si la simple annonce d’un ouvrage nouveau, assortie éventuellement d’un jugement plus ou moins explicite à propos de son contenu, ressortit effectivement aux prétentions et objectifs encyclopédiques de la revue, les grandes recensions, par contre, font l’objet d’un débat fortement argumenté, exposant des points de vue philosophiques, théologiques ou esthétiques révélateurs des convictions profondes « des pères » de la Allgemeine deutsche Bibliothek – expression consacrée par les historiens allemands de cette période pour désigner Nicolai et ses proches collaborateurs, notamment les théologiens.

43Dans cette hypothèse, la visée encyclopédique d’embrasser une totalité s’éclipse quelque peu au bénéfice de la tribune d’idées, des convictions à défendre et des combats à mener, et c’est bien cela la véritable raison d’être de la Allgemeine deutsche Bibliothek à travers sa persistance durant plus d’un quart de siècle. Il n’est donc pas surprenant de retrouver la théologie à la première place des disciplines qui bénéficient d’un fort contingent d’articles de fond.

44En comparaison, on constate dans certains groupes de matières, tels que l’économie domestique, le commerce, les rubriques juridiques ou l’éducation, pour n’en citer que quelques-uns, une certaine concentration des « grands articles » par rapport aux « informations brèves, » un peu comme en théologie, cependant dans une mesure bien moindre. D’autres rubriques, comme la philosophie, l’histoire et la géographie, les sciences et la médecine, se maintiennent dans un équilibre pondéré entre articles de fond et annonces sommaires. Le secteur plus proprement littéraire – romans, poèmes, théâtre, philologie, à l’exception de la rubrique « belles-lettres » où prédominent les essais et les discussions littéraires, présente une masse relativement importante d’articles placés en « informations brèves » et, comme on pouvait s’y attendre, la rubrique « Divers » est bien le parent pauvre avec un nombre insignifiant de « grandes recensions. »

45Pour revenir à la rubrique théologique, il faut encore souligner le fait qu’elle compte à elle seule plus d’articles de fond que la plupart des autres rubriques ne peuvent aligner de recensions, grands articles et informations brèves additionnés. De plus, les ouvrages recensés en rubrique théologique sont pour plus de 83 % de langue allemande alors que la moyenne d’ensemble, toutes disciplines confondues, plafonne à environ 69 %. Enfin, il convient de rappeler que les rubriques « philosophie » et « éducation » présentent souvent d’incontestables implications religieuses, ce qui va encore étoffer la thématique religieuse. La théologie et les affaires de la religion occupent donc non seulement une place fondamentale par l’importance numérique des recensions les concernant, mais aussi du fait que les articles qui leur sont consacrés constituent, au-delà de la nature informative de leur contenu, une véritable tribune à partir de laquelle les recenseurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek peuvent développer leurs idées et combattre leurs adversaires, qui sont à la fois les tenants de l’orthodoxie dogmatique et les prosélytes d’une religiosité d’inspiration piétiste.

  • 37 Friedrich Gabriel Resewitz (1725-1806), pasteur à Quedlinburg, puis à Copenhague, enfin surintenda (...)

46Si, à partir des 201 articles (GR) statistiquement recensés dans cette rubrique théologique – et nous nous plaçons toujours, pour l’instant, dans la perspective d’une étude comparative exhaustive portant sur les seuls articles parus au cours de la 1re période quinquennale (1765-1769) – on se borne à retenir quelques 159 articles véritablement significatifs, ne constituant ni des rééditions, ni l’annonce de compléments à des volumes déjà antérieurement recensés, il est alors tout à fait surprenant de découvrir que parmi une douzaine de recenseurs à peine, pour ainsi dire des spécialistes en théologie, seuls trois à quatre d’entre eux rédigent la quasi totalité de ces articles de fond. Nous référant à ces 159 « grandes recensions » (GR) retenues, il s’agit des théologiens Resewitz, Lüdke et Teller qui réalisent à eux trois37 plus de 91 % du travail théologique, sans compter leur contribution à la masse énorme des KN, dont ils assurent également la rédaction et qui, bien que traitées de manière plus concise, exigent néanmoins de vastes lectures.

47L’examen de l’ensemble (GR et KN) des 795 recensions théologiques de cette première période quinquennale permet de retrouver nettement deux grands domaines déjà entr’aperçus. D’une part, il s’agit de questions plus spécifiquement théologiques et doctrinales : l’exégèse biblique, la dogmatique protestante luthérienne avec les controverses et polémiques qu'elle suscite, l’histoire ecclésiastique et la question subséquente et apparemment très importante des hérésies. Il est assez fréquent que les partisans des diverses orientations doctrinales croient déceler des traces d’hérésie parmi leurs contradicteurs et ils ne se privent donc pas de les fustiger vigoureusement. A ce propos, il convient de souligner le peu d’importance accordée à la recension d’ouvrages catholiques ou traitant du catholicisme dans ces 14 premiers volumes (1765 à 1769) particulièrement importants.

  • 38 Par contre dans les dernières séries, la part réservée au catholicisme augmente très sensiblement, (...)

48Seulement 7 parmi les 159 « grandes recensions » théologiques significatives que nous avons retenues ainsi qu’une quarantaine des « informations brèves » (Kurze Nachrichten) sur près de 600 traitent du catholicisme38. Il est ainsi plus souvent question de diverses hérésies, notamment du socinianisme, que du catholicisme. C’est plutôt le camp protestant qui donne le spectacle d’un champ clos où s’affrontent les adversaires. Cependant ce combat théologique n’oppose pas, comme on pourrait s’y attendre, les luthériens aux réformés, car la problématique réformée, au niveau des recensions dans la AdB, s’avère encore plus discrète que celle concernant le catholicisme.

  • 39 Cf. Heinrich von Mühler, Geschichte der evangelischen Kirchenverfassung in der Mark Brandenburg, We (...)

49C’est que, dès le xviie siècle, après la conversion de l’Electeur Sigismond en 1613 à la confession réformée, adepte de la ligne modérée des Arminiens ou Remonstrants et hostile à la thèse supralapsaire des calvinistes, les souverains brandebourgeois ont prodigué tous leurs efforts pour faire coexister pacifiquement le luthéranisme universellement implanté en Prusse et en Brandebourg avec les petits groupes réformées autour des résidences princières dotées de Prédicateurs à la Cour (Hofprediger). Sigismond, dans sa Confessio Fidei déclare ne vouloir en aucun cas amener ses sujets luthériens à changer de confession et, dans son édit du 24 février 1614, il interdit insultes et aggressions verbales en chaire sous peine de révocation des prédicateurs contrevenants. Son petit-fils, le Grand Electeur Frédéric Guillaume, reprendra avec sévérité les mêmes instructions dans ses édits de 1662 et surtout de 1664 – ce dernier imposant aux pasteurs un engagement écrit en ce sens (ein Revers). Plus tard, Frédéric Guillaume Ier, qui pourtant régissait fort autoritairement par de nombreux décrets et ordonnances la vie religieuse jusque dans ses manifestations les plus concrètes, n’hésitait pas à écrire, en 1726, au Propst luthérien Roloff, que la différence entre les deux confessions évangéliques ne reposait que sur des « chamailleries ecclésiastiques » (Pfagffengezänk)39.

50Quant aux théologiens « éclairés », qu’ils fussent luthériens comme Resewitz et Lüdke ou bien réformés comme August Friedrich Wilhelm Sack, leur tolérance reposait fondamentalement sur une indifférence prononcée à l’égard des subtilités théologiques qu’ils estimaient absolument superfétatoires pour l’homme du commun dans sa pratique religieuse quotidienne.

  • 40 Cf. André Gounelle, La Cène – sacrement de la division, Paris, 1996.

51Certes, les divergences entre réformés et luthériens sont en effet profondes, voire insurmontables, au plan dogmatique quand il sagit de la Cène ou de la relation de la nature divine et de la nature humaine du Christ. Les luthériens sont restés plus proches du catholicisme sur l’eucharistie, affirmant par la consubstantiation la présence réelle du Corps et du Sang du Christ – lors de l’énoncé des paroles d’institution – insistant sur le caractère individuel du sacrement qui confère la grâce divine. Les réformés, après l’unité calvino-zwinglienne réalisée avec le Consensus Tigurinus (1549) négocié par Calvin et Bullinger, le successeur de Zwingli, mettent l’accent sur l’Esprit, c’est-à-dire, moins sur la question de la « présence divine », certainement pas matérielle, ni même à proprement parler « spirituelle », mais sur « l’action véritable du Christ » qui fait du croyant un élu. La Cène est aussi pour eux un témoignage public – et pédagogique – qui se vit collectivement. C’est le colloque de Marbourg, en 1529, qui fit achopper l’unification des tenants de la Réforme sur cette question cruciale de la cène ; Luther ne cessant de marteler hoc est corpus meus et Zwingli lui répliquant « c’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien » (Jean 6.63)40.

52Les débats sont véritablement internes et propres au luthéranisme ; ils atteignent une ampleur et une passion peu communes, opposant les théologiens « éclairés », adeptes de réformes, aux tenants de l’orthodoxie qui se refusent à toute modification de la dogmatique des Livres symboliques. Mais d’autres sujets tiennent une grande place dans les recensions, tels que les traités d’homilétique, les lexiques d’érudition, les travaux philologiques portant sur les langues anciennes et qui vont avoir pour conséquence une relecture critique des textes scripturaires, sans oublier le combat contre l’athéisme.

53Le second aspect, qui porte davantage sur la pratique religieuse dans la vie de tous les jours, s’adresse à un public très large avec toute une production de littérature édifiante : livres de prières, livres édifiants, surtout livres de cantiques (Gesangbücher) que l’on veut rénover, puis un nombre incalculable de recueils de sermons et d’oraisons funèbres, de psautiers et de méditations pieuses, enfin des revues à composante éducative et édifiante. Là encore il y a matière à de furieuses controverses entre les deux camps.

*

54Les grands sujets débattus pourraient être regroupés selon quelques thématiques majeures que nous nous proposons de préciser brièvement ci-dessous :

  • Les Ecritures : l’historicité de la Bible et la nécessité d’une exégèse critique et philologique en vue d’une herméneutique raisonnable ; l’importance à accorder à la valeur sémantique et lexicologique spécifique de l’hébreu et du grec, langues de l’Ecriture Sainte (Heilige Schrift), avec les précautions à prendre pour une transcription en allemand ; l’examen attentif des passages obscurs qui ne peuvent prétendre à une formulation dogmatique contraignante ; la nécessité d’envisager l’hypothèse d’erreurs de retranscription défectueuse, d’interprétations trop littérales et restrictives du dogme, d’où l’obligation de distinguer les articles doctrinaux de la foi (verbindliche Glaubensartiket), clairement énoncés dans les Ecritures, et les commentaires d’ordre dogmatique à usage didactique (didaktische Lehrartikel) comme les Livres Symboliques du luthéranisme ; enfin le combat contre l’interprétation ratiocinante et les extrapolations malveillantes de l’athéisme.
  • Les controverses dogmatiques : sur la Trinité et les diverses hérésies découlant de son interprétation ; sur la notion de justification et la question de la grâce impliquant les concepts du libre arbitre, de la providence divine, de la rédemption et de l’importance à accorder aux œuvres dans la quête du salut ; sur l’eucharistie (Abendmahl) et la présence divine ; le problème du mal, du péché originel, du baptême et, en corollaire, l’enfer et les peines éternelles ; la damnation et la situation des païens ; les miracles ; la Vierge Marie, et surtout les relations entre religion révélée et religion naturelle ou encore les rapports entre la religion et la raison.
  • Les confessions religieuses : luthériens et réformés ; les accusations réciproques d’hétérodoxie à l’égard des néologues et de dogmatisme à l’égard de l’orthodoxie stricte ; les procès en hérésie pour déviationnisme arien, socinien, pélagien ; la contestation du catholicisme à propos du magistère papal, des jésuites, du salut par les œuvres, des moines, du culte marial et des saints.
  • Religion et vie publique : morale chrétienne et devoirs civiques du sujet à l’égard des autorités ; la tolérance religieuse ; l’indissolubilité du mariage comme fondement de la société ; la formation des maîtres d’école et l’éducation religieuse des enfants.
  • Religion et vie privée : les dangers d’une pratique religieuse empreinte d’exaltation et de mysticisme véhiculée par les courants piétistes ; nécessité d’une littérature édifiante équilibrée ; éducation chrétienne et conscience morale ; vertu et piété.
  • La fonction pastorale : le prédicateur, ses fonctions et les qualités requises ; la formation des pasteurs ; le sermon et l’homilétique comme expression de vérités simples et accessibles à tous sans exégèse dogmatique savante ; la liberté du pasteur dans le domaine de l’interprétation scripturaire ; la situation économique de certains pasteurs ruraux.

55Appréhender l’originalité et la place spécifique de la Allgemeine deutsche Bibliothek dans son siècle, c’est pour l’essentiel scruter et explorer, à travers cet énorme travail accompli par les recenseurs de la revue, le champ des convictions et des engagements théologiques aussi bien dans le domaine de la dogmatique théorique que, tout particulièrement, dans celui de la pratique religieuse concrète et quotidienne au cours de ces deux décennies précédant les convulsions de la fin du siècle.

Note

24 AdB KN 4.1.287, Electrische Elemente im luftleeren Raum [Phénomènes électriques dans le vide]. Un excellent travail sur la lumière dans le vide, estime le critique, avec la description précise de l’expérimentation, des matériaux utilisés, sans pour autant tomber dans des raisonnements métaphysiques !

25 Leonhard Euler (1707-1783). – Johann Heinrich Lambert (1728-1777), auteur du Neuer Organon (1764) qui forge avant la lettre le concept kantien du « phénomène », manifestation du monde de l’apparence soumis aux structures spatiales et temporelles. On doit à Lambert une recension tout à fait remarquable (AdB 13.2.37 p. 451-459) dans une perspective des plus audacieuses à propos d’un ouvrage anonyme intitulé Das System der Wesen [Du système des êtres] qui pose les problématiques de l’origine de l’univers, de l’équilibre cosmique, des notions d’énergie, d’espace et du temps.

26 Friedrich von Hagedorn (1708-1754). – Salomon Geßner (1730-1788). – Anna Luise Karsch, appelée « la Karschin » (1722-1791). – Christian Friedrich Daniel Schubart (1739-1791). – Johann Peter Utz (1720-1796). – Edward Young (1683-1765). – Voltaire (1694-1778).

27 Henry Fielding (1707-1754) – Oliver Goldsmith (1730-1774). – Fénelon (1651-1715). – Cervantes (1547-1616). – Jean François Marmontel (1723-1799). – Samuel Richardson (1689-1761).

28 Quelques titres : Frauenzimmer in der Irre (Femme en perdition) ; Verfolgte Tugend (la vertu persécutée).

29 Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803). – William Shakespeare (1563-1616). – Jean Racine (1639-1699). – Le Tasse (1544-1595). – Carlo Goldoni (1707-1793).

30 Carl-Philipp-Emmanuel Bach (1714-1788). – Christian Fürchtegott Gellert (1715-1769). – Johann-Sebastian Bach (1685-1750).

31 Johann Joachim Winckelmann (1717-1768). AdB KN 7.1.194-239 et AdB.7.2.1, Monumenti antichi inediti spiegati et illustratio. On relève AdB KN 11.1.313, Histoire de l'art chez les Anciens p. Mr. I. Winckelmann (en français).

32 A cette époque, le plus influent des éditeurs allemands, Philipp Erasmus Reich (1717-1787), propriétaire de la vénérable maison Weidmansche Buchhandlung à Leipzig, ayant créé plusieurs associations de libraires, négocia avec les autorités de la Saxe Electorale, avec Berlin et Vienne pour parvenir à une réglementation générale sur le système du paiement par effets financiers, le système du troc encore en usage, la pratique illicite de la contrefaçon et la délivrances des privilèges impériaux. A plusieurs reprises, il chercha l’appui de Nicolai qui, tout en reconnaissant le bien fondé de ces propositions, s’abstint de s’engager activement, estimant que ce genre de démarche n’avait aucune chance d’aboutir, car l’action exercée par des groupes de pression ne lui paraissait ni fiable ni souhaitable, sa préférence allant aux interventions plus ponctuelles, plus personnalisées, avec un esprit de réforme dans la continuité et sans heurts. Cf. Johann Goldfriedrich, Geschichte des deutschen Buchhandels, 2. Band (1740-1804), Leipzig, 1908.

33 Johann Bernhard Basedow (1723-1790). – Christian August Crusius (1715-1775)

34 Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). – Emmanuel Swedenborg (1688-1772). – Emmanuel Kant (1724-1804).

35 Plutarque (vers 45-125). – Madame de Sévigné (1626-1696).

36 Wollte Gotty ich dürfte an die deutsche Bibliothek gar nicht mehr denken ! Ich bin von neuerer Literatur so voll, daβ ich, wie jeder, ; der den Magen zu voll hat, nicht verdauen kann. Ich habe schon oft aufhören wollen, wissen Sie, was mich zurück hält ? Die theologischen Artikel. Sie haben eine so merkwürdige Revolution in deutschen Köpfen verursachty daβ man sie nicht muβ sinken lassen. Cité dans Martin Sommerfeld, Friedrich Nicolai und der Sturm und Drang, Halle, Niemeyer, 1921, p. 103.

37 Friedrich Gabriel Resewitz (1725-1806), pasteur à Quedlinburg, puis à Copenhague, enfin surintendant général du duché de Magdebourg et directeur de l’Institut pédagogique à Klosterbergen, près de Magdebourg.
Friedrich Germanus Lüdke (1730-1792), aumônier militaire pendant la guerre de Sept Ans, prédicateur à Berlin, en 1765, auprès de son ami Spalding. Bras droit de Nicolai pour la gestion de la partie théologique et recenseur prolifique et infatigable pendant toute la période de parution de la Allgemeine deutsche Bibliothek.
Wilhelm Abraham Teller (1734-1804), l’un des principaux théologiens néologues de son époque, nommé dès 1761 surintendant général et professeur de théologie à Helmstedt. Grand conseiller au Consistoire de Berlin et premier prédicateur (Propst ou Präpositus) à Cölln/Spree en 1767.
Fournissent également quelques recensions de fond : Thomas Abbt (1738-1766), brillant écrivain et philosophe, disparu prématurément ; Andreas Pistorius (1730-1795), Präpositus à Poseritz sur l’île de Rügen qui va rapidement intégrer le noyau central des recenseurs théologiques. Quant à Friedrich Nicolai, contrairement aux rumeurs lancées par quelques contemporains perfides, il s’est bien gardé d’intervenir personnellement par des recensions théologiques, alors qu’il est très actif dans d’autres domaines, littérature, histoire, etc. Ses opinions en la matière, il les développe avec beaucoup d’humour et de finesse à travers son roman Sebaldus Nothanker, o.c. dont même Frédéric II se divertit, pourtant peut enclin à lire de l’allemand.

38 Par contre dans les dernières séries, la part réservée au catholicisme augmente très sensiblement, si bien qu’à partir du volume 79.2. (1788), Nicolai instaure deux rubriques distinctes pour la théologie protestante et la théologie catholique. Les 28 derniers volumes réguliers (1788 à 1792) compteront au total 501 KN protestantes et 295 KN catholiques.

39 Cf. Heinrich von Mühler, Geschichte der evangelischen Kirchenverfassung in der Mark Brandenburg, Weimar, 1846.

40 Cf. André Gounelle, La Cène – sacrement de la division, Paris, 1996.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540