Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

I. Une revue encyclopédique : Allgemeine deutsche bibliothek

1. La revue de Nicolai

Texto completo

Un éclectisme encyclopédique

  • 1 De fait, la Allgemeine deutsche Bibliothek (AdB) parut jusqu’en 1796. Toutefois, en 1792, Nicolai (...)

1La Allgemeine deutsche Bibliothek (1765-1792)1, dirigée par Friedrich Nicolai pendant 28 années, avait l’ambition, d’ailleurs justifiée, d’être une revue à vocation encyclopédique, dont l’objectif était de recenser la quasi totalité des ouvrages paraissant en Allemagne au cours du dernier tiers du xviiie siècle. La quantité d’informations réunies est prodigieuse et concerne tous les domaines imaginables. Un panorama succinct des divers centres d’intérêt abordés par la revue nous donne une idée de cette entreprise gigantesque qui couvre la religion, la théologie, la morale, la philosophie, l’éducation ; – les belles-lettres, la littérature allemande et la littérature étrangère contemporaines, les éditions en latin et en grec, les traductions ; – toute forme d’expression artistique, avec une place particulière faite à la musique, la peinture, la sculpture, l’architecture, la numismatique ; – l’histoire, la géographie, les récits de voyage ; – le droit civil et public, la juridiction impériale, l’économie et les finances ; – les mathématiques, la physique, les sciences de la nature, les arts militaires, les techniques agricoles et industrielles ; – la vie domestique, le jardinage, l’apiculture, l’équitation, la mode, ouvrages et divertissements à l’intention du « sexe faible » (Frauenzimmer) ; – les comptes rendus de journaux et de revues, les annonces mondaines, la rubrique nécrologique, les promotions et prises de fonctions ecclésiastiques, universitaires et politiques.

  • 2 En 1771 : 2 vol. annexes – en 1777 : 3 vol. – de 1778 à 1780 : 6 vol. – en 1785 : 4 vol. – enfin d (...)

2L’ampleur du champ d’action de la revue s’affiche également par le biais de critères quantitatifs puisque la collection complète atteint 139 volumes avec près de 90000 pages in-octavo, soit 118 volumes réguliers auxquels s’ajoutent 21 volumes « annexes » sous la dénomination de Anhang. Ces volumes complémentaires, édités périodiquement2, accueillaient les articles parvenus tardivement à la rédaction ainsi que toutes les recensions qui n’avaient pu trouver place dans les livraisons régulières.

  • 3 Un cahier comprend 16 pages in-8. Certains volumes pouvaient atteindre jusqu’à 50 cahiers, soit 80 (...)
  • 4 C’était l’équivalent, pour la France, après 1740, d’un 1/2 écu (ou 3 livres). Prenant pour référen (...)
  • 5 Pour plus de détails, Günther Ost, Friedrich Nicolais Allgemeine deutsche Bibliothek. Ihre äuβere (...)

3Chaque volume se présentait concrètement comme un livre au format 19 x 1lcm, protégé par un cartonnage épais, agrémenté d’un dos en cuir, et composé de deux parties ou fascicules de 20 cahiers3 chacun, soit environ 640 pages de texte. La livraison d’un fascicule ou demi-volume devait être trimestrielle. Le prix d’un volume standard, car quelques-uns pouvaient dépasser les 40 cahiers, resta inchangé jusqu’à la fin et était fixé à 1 Reichsthaler 12 Groschen, ce qui était plutôt compétitif par rapport au prix4 des autres périodiques comparables. Enfin, au début des années 1780, la revue, alors à son apogée, atteignit un tirage de 2500 exemplaires dont plus de 2000 étaient effectivement vendus à travers toute l’Allemagne5. Dès la mise en œuvre de son projet, Nicolai avait prévu une périodicité quinquennale pour la parution de sa revue afin, explique-t-il, de pouvoir faire régulièrement le point et de procéder aux aménagements souhaitables. En réalité, il s’est trouvé rapidement engagé dans une course de vitesse incessante pour rattraper la publication d’ouvrages de plus en plus nombreux dans l’édition allemande, ce qui eut pour effet, dans la gestion de la Allgemeine deutsche Bibliothek, d’augmenter le nombre de volumes paraissant annuellement, de leur adjoindre plusieurs séries de volumes « annexes » et de recourir à des artifices typographiques pour engranger toutes les recensions collectées. Pour ne prendre qu’un exemple, signalons que pendant la première période quinquennale (1765-1769) ont paru 12 volumes réguliers et 2 volumes annexes, encore que ces derniers ne soient sortis qu’en 1771. Par contre, pour la cinquième période (1779-1782) qui, de surcroît, n’est que quadriennale, on dénombre 16 volumes réguliers et 4 volumes annexes (parus seulement en 1785), soit une moyenne de 5 volumes annuels à la place de moins de 3 volumes pour la première période.

4Tous les articles, quels que soient les domaines traités, étaient des comptes rendus d’ouvrages, appelés Rezensionen, à l’exception de quelques avant-propos rédigés par Nicolai, alors placés en tête d’un demi-volume ou livraison. Nicolai se sentait de temps à autre dans l’obligation, particulièrement au cours des premières années, de signaler à ses lecteurs les objectifs poursuivis, les incidents et les difficultés de parcours, les évolutions prévisibles et les mesures envisagées. Mais c’est surtout dans ces avant-propos qu’il pouvait s’engager dans des controverses avec ses détracteurs, quelquefois des confrères à la tête de revues concurrentes, et répliquer aux attaques de quelques malheureux auteurs dont l’ouvrage avait été malmené et qui le soupçonnaient d’être à la source de leurs déboires.

5La revue comportait des articles qu’on désignait du nom de « grandes recensions » de fond (Groβe Rezensionen), toujours placées en tête de chaque demi-volume ou fascicule, de façon aléatoire, sans tenir compte d’un classement par matières, à l’instar des revues anglaises qui avaient servi de modèle. Ces « grandes recensions » (GR) se distinguaient des « informations brèves » (Kurze Nachrichten) par une typographie plus aérée et une taille de police plus grande.

  • 6 Très rapidement, et notamment après les vingt premiers volumes, le nombre des grandes recensions ( (...)

6Cependant, la longueur des Kurze Nachrichten (KN) – brèves par définition – pouvait varier d’une à deux lignes jusqu’à plusieurs dizaines de pages, ce qui était relativement fréquent. Les volumes « annexes » étaient en tout point semblables aux volumes réguliers mais se singularisaient – à l’exception du 1er volume « annexe » – par la caractéristique de ne pas contenir de recensions avec les caractères typographiques réservés aux GR, c’est-à-dire d’une taille plus grande. En tout cas, pour ce qui était de la longueur des articles, ces « informations brèves » (KN) n’avaient rien à envier aux « grandes recensions »6.

Un maître d'œuvre dynamique

  • 7 John Milton (1608-1674) ;Johann Jakob Bodmer (1698-1783) ; Johann Jakob Breitinger (1701-1776) ; J (...)

7Certes, Christoph Friedrich Nicolai (1733-1811) n’était pas un néophyte lorsqu’il s’engagea, quasiment seul, dans une entreprise aussi ambitieuse que téméraire. Né le 18 mars 1733 à Berlin, il était le fils de Christoph Gottlieb Nicolai, propriétaire de l’une des plus importantes librairies berlinoises. Il allait en assurer la direction, dès l’âge de 25 ans et pendant plusieurs décennies, après le décès de son père en 1752, suivi en 1758 par celui de son frère aîné, Gottfried Wilhelm, qui avait lui-même succédé à leur père. Très tôt, le jeune Nicolai avait manifesté un vif intérêt pour tout ce qui concernait la vie culturelle de l’époque et notamment pour la littérature et les arts. Dès 1755, il s’était fait connaître auprès du public par ses Briefe über den itzigen Zustand der schönen Wissenschaften in Deutschland [De l’état actuel des belles-lettres en Allemagne], s’immisçant notamment dans la querelle qui avait enflammé toute l’Allemagne cultivée et qui opposait les Suisses Bodmer et Breitinger, admirateurs de Milton et défenseurs de l’imagination et du sentiment, à Gottsched7, partisan de l’esprit français et de l’activité rationnelle. Nicolai renvoya les deux partis dos à dos en les accusant de ne pouvoir dépasser des vues somme toute aussi étroites et des convictions aussi exclusives les unes que les autres, leur reprochant implicitement de chercher des modèles hors du contexte culturel allemand.

  • 8 Ludwig Salomon, Geschichte des deutschen Zeitungswesens, 1.Band (16., 17., 18. Jahrhundert), Olden (...)
  • 9 Moses Mendelssohn (1729-1786) ; Gotthold Ephraim Lessing (1729-1781).

8Il fit rapidement suivre d’autres publications périodiques entre 1757 et 1759. D’abord, la Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freien Künste [Bibliothèque des belles-lettres et des arts libéraux], en collaboration avec son ami Moses Mendelssohn – une revue que Ludwig Salomon8 qualifie de « première revue allemande de grand style ». Puis avec le même Mendelssohn et surtout Gotthold Ephraim Lessing9 ce furent, de 1759 à 1765, les célèbres Briefe die neueste Literatur betreffend [Lettres à propos de la littérature contemporaine] où l’accent est placé maintenant explicitement sur la nécessité d’un art poétique d’essence véritablement nationale, à la fois éloigné du badinage anacréontique à la mode, d’inspiration française, et d’un certain sentimentalisme larmoyant ou pathétique, plus proche de certains modèles anglais.

  • 10 Cf. la bibliographie élaborée par Paul Raabe, Friedrich Nicolai – Die Verlagswerke eines preuβische (...)

9Nicolai avait donc déjà fait ses armes lorsqu’il s’attela à ce qui allait devenir la monumentale Allgemeine deutsche Bibliothek, une tâche gigantesque de direction et de gestion quotidienne qu’il assura quasiment seul pendant plusieurs décennies. Parallèlement à son activité d’éditeur et, en quelque sorte, de journaliste, il publia des romans à succès et des comptes rendus de voyage très étoffés ; enfin, à l’instar de beaucoup de ses contemporains, il se montra un épistolier et polémiste particulièrement prolixe10.

  • 11 Friedrich Nicolai, Freuden des jungen Werthers. Leiden und Freuden Werthers des Mannes, Berlin, 17 (...)

10Une de ses productions les plus remarquées11 et qui connut un réel retentissement auprès de ses contemporains, ce fut, en 1775, son roman satirique Les joies du jeune Werther — Peines et joie de Werther adulte qui prenait pour cible l’incontestable best-seller du jeune Goethe, paru l’année précédente, intitulé les Souffrances du jeune Werther ; un roman épistolaire et sentimental qui avait déchaîné une ferveur peu commune dans la jeunesse. Puis, il faut mentionner l’ensemble monumental des douze volumes du Voyage à travers l’Allemagne et la Suisse, une somme de renseignements et de considérations sur la situation économique, sociale, intellectuelle et religieuse des régions traversées. Enfin, pour ce qui nous intéresse plus spécifiquement, retenons son incursion dans les controverses d’ordre théologique et son combat pour la liberté de conscience religieuse avec son roman Sebaldus Nothanker, paru en 1776, où il s’en prend à la fois à l’orthodoxie luthérienne et au piétisme. Cet ouvrage eut une résonance profonde, car il parut en un temps où l’orthodoxie stricte n’avait plus le pouvoir d’asseoir sans contestation ses normes dogmatiques et surtout de faire taire dans un public réticent de théologiens, de pasteurs et « d’honnêtes gens » les voix dissonantes qui exigeaient le libre exercice de la réflexion religieuse. Dans le sens le plus général, Nicolai, écrivain et publiciste, fut incontestablement une personnalité incontournable de la seconde moitié du xviiie siècle et l’un des principaux représentants du courant rationaliste pragmatique des Lumières.

Des objectifs ambitieux

11Dès l’origine, Nicolai avait une vision nette du profil et des contenus de ce qui allait devenir la Allgemeine deutsche Bibliothek dont il comptait faire l’un des plus grands périodiques en Allemagne.

12Dans son avant-propos au 1er volume de la Allgemeine deutsche Bibliothek (p. I et II) du 20 avril 1765, Nicolai s’explique clairement : « L’intention de cet ouvrage (la AdB), est de contenir des informations sur la toute récente production écrite de langue allemande depuis 1764. L’on s’efforcera d’y présenter les ouvrages nouvellement édités en Allemagne ainsi que les événements s’y rapportant. Les ouvrages d’une certaine importance, en particulier les écrits en allemand, seront recensés de manière détaillée pour que le lecteur puisse se faire une idée de l’ouvrage à partir de la recension. Les écrits d’une moindre importance ainsi que les traductions seront brièvement signalés avec une appréciation de leur contenu. Par contre, il ne sera pas fait état des dissertations académiques, des sermons isolés et autres petits traités (à moins qu’ils ne méritent une exception). » Nicolai poursuit, dans l’avant-propos au volume 4, fascicule 2 (p.*3 à *5), du 1er mars 1767, que compte tenu de ce que la production littéraire allemande n’est pas concentrée dans une capitale ou une province principale (Hauptprovinz) mais disséminée à travers de nombreux pays : « il est de ce fait d’autant plus nécessaire de rassembler cette production écrite dans une bibliothèque générale allemande et d’en informer le public, même s’il devait y avoir quelque retard. » Il ajoute que « l’on a bien des exemples de livres imprimés dans telle province et qui ne sont portés à la connaissance du public de la province voisine qu’une ou deux années plus tard. »

13Il ne s’agit donc pas de créer un journal littéraire ou scientifique de plus, mais de réaliser une véritable somme encyclopédique des publications allemandes contemporaines permettant de passer en revue toute une production annuelle. Enfin, dans l’avant-propos au volume 12, fascicule 2 (p. IV – V), du 12 avril 1770, Nicolai conclut qu’il faut embrasser l’ensemble de la production livresque ; que celle-ci est du reste loin de proposer des connaissances exactes et utiles (richtige und nützliche Kenntnisse), et qu’il faut annoncer également les ouvrages médiocres et les critiquer en vue d’une amélioration générale. Il ne fait pas de doute, selon Nicolai, que « les vrais amateurs du savoir » (die wahren Liebhaber der Gelehrsamkeit) ne soient amenés à lire bien davantage de mauvais livres que de bons !

  • 12 AdB. 12.2. avant-propos p. IV : wenn sie, die wahren Liebhaber der Gelebrsamkeit, nach den wichtige (...)

14Dans le dernier volume de la série, il affirme : « On a peine, hélas, à s’imaginer à quel point règnent encore la médiocrité, l’imitation servile, la pédanterie, la zizanie, voire l’ignorance, la superstition et la méchanceté à en juger même d’après les écrits importants. »12. Enfin, dans l’avant-propos au volume 4, il déclare : « Cependant, la masse des ouvrages quelconques ou mauvais est si abondante que la Allgemeine deutsche Bibliothek, sans pour autant les négliger, ne tient pas à les annoncer tous. Les auteurs de la Allgemeine deutsche Bibliothek souhaitent satisfaire les meilleurs parmi leurs lecteurs, ceux qui associent érudition et bon goût à un esprit généreux et noble. »

  • 13 Johann Goldfriedrich, Geschichte des deutschen Buchhandels, 1740-1804, vol. 3, Leipzig, 1909, édit (...)

15En cherchant ainsi à recenser, à travers sa revue, la quasi totalité des ouvrages parus en Allemagne pour en donner une information et une appréciation susceptibles de guider le choix d’un vaste public, – érudits universitaires de toutes disciplines, théologiens, pasteurs et maîtres d’école, personnalités exerçant des charges publiques à divers niveaux et jusque dans les cours princières ou, tout simplement, couches instruites et éduquées de la bourgeoisie moyenne et de la noblesse campagnarde, – Nicolai et ses collaborateurs caressaient l’espoir de réunir ainsi, sous forme d’une véritable bibliothèque encyclopédique à la fois savante mais aussi de vulgarisation, toute la production livresque des pays allemands par le biais de la revue périodique, mode de communication par excellence de cette époque. L’impact de ces revues périodiques était bien plus grand que celui des livres eux-mêmes pour des raisons évidentes, car ceux-ci étaient le plus souvent fort volumineux et relativement chers par rapport aux revues qui en offraient périodiquement des condensés. Les difficultés ne manquaient pas non plus, pour ce qui concernait la publicité, la distribution, le paiement et les éventuels retours d’ouvrages, compte tenu notamment de la complexité territoriale allemande. En outre, l’annonce des nouveautés passait pour une bonne part par l’intermédiaire même des revues. Enfin, on comprend aisément que peu de personnes, à part les libraires et les éditeurs, allaient s’infliger les déplacements pénibles et les longues absences qu’exigeaient la fréquentation des principales foires annuelles de l’édition, à Leipzig pour la Ostermesse, la foire du 3e dimanche après Pâques, place alors la plus importante et, dans une moindre mesure, fin septembre, pour la foire de Michaëlis, le premier dimanche après la Saint-Michel13.

  • 14 AdB.8.2. – Avant-propos p. 4. (6 janvier 1769). Nicolai se plaint de devoir faire face à une produc (...)

16Dans cette vaste entreprise, les aspects véritablement caractéristiques qui frappent d’emblée sont le souci d’universalité – certes dans le cadre géographique des seuls pays de langue allemande – le besoin d’embrasser la totalité des connaissances de l’époque, la mise en œuvre d’importants relais géographiques de diffusion et, avant toute chose, la finalité pédagogique fondamentale de contribuer activement à l’éducation morale et intellectuelle du genre humain. Il fallut que “les pères” de la Allgemeine deutsche Bibliothek se sentissent portés par un optimisme sans faille pour se livrer à ce travail de Sisyphe marqué, d’année en année, par le rythme accéléré des parutions de la revue, pour s’évertuer à recourir aux artifices de resserrement typographique afin de gagner toujours davantage de place, dans le but de gérer et de maîtriser l’inflation des volumes « annexes » toujours plus nombreux qui venaient compléter les périodes quinquennales et quadriennales, voire même une période sexennale14.

Le rayonnement de la AdB parmi le foisonnement des revues

  • 15 Cité in Claude Miquet, Le Mercure allemand de C.M. Wieland, Paris, 1988, p. 46.

17Pendant les vingt premières années de son existence notamment, c’est-à-dire, jusque vers le milieu des années 1780, la Allgemeine deutsche Bibliothek, revue encyclopédique et critique, avait ainsi occupé une place privilégiée et était devenue de toute évidence un véritable phare pour la société allemande de cette époque, tant dans les domaines littéraire, artistique, philosophique, scientifique ou pratique, que dans le domaine tout particulièrement privilégié de la théologie. En effet, de nombreux témoignages attestent son rayonnement exceptionnel. Dans notre avant-propos, nous avons cité le célèbre critique littéraire allemand contemporain, Marcel Reich-Ranicki, qui juge la revue de Nicolai « l’entreprise de critique littéraire la plus importante qui ait jamais existé en langue allemande ». Il est loin d’être le seul. Déjà Christoph Martin Wieland (1733-1813), écrivain célèbre et éditeur de l’importante revue littéraire Der deutsche Merkur (1773-1789), s’adresse en ces termes à Friedrich Heinrich Jacobi, dans sa lettre du 14-17 août 1773 : “Je tiens la deutsche Bibliothek pour une institution pour laquelle son éditeur mérite la gratitude universelle et pratiquement tous ceux qui, en Allemagne, font preuve de solides qualités d’esprit, estiment, pour le moins, que c’est le meilleur Journal que nous possédions.”15

  • 16 Ludwig Geiger, Berlin 1688-1740. Geschichte des geistigen Lebens in der preuβischen Hauptstadt, Be (...)

18Par la suite, dans le domaine de la recherche historiographique du livre et des revues, le xixe et le xxe siècles ne sont pas en reste pour rendre justice et le plus souvent hommage à cet édifice monumental. Ainsi, Ludwig Geiger déclare : « On peut affirmer hardiment que le lecteur de n’importe lequel des volumes de cette œuvre gigantesque peut avoir une vue d’ensemble, sinon libre de tout préjugé, du moins judicieuse et instructive de l’état de la vie intellectuelle en Allemagne. » Ludwig Salomon, pour sa part, estime que dans l’histoire journalistique, « Nicolai a procuré à la Allgemeine deutsche Bibliothek une position dominante, du moins au cours des deux premières décennies, et qu’avec Friedrich Nicolai commence l’apogée (Blütezeit) du journalisme littéraire au xviiie siècle. » Il ajoute un peu plus loin : « A côté des revues de Nicolai émergèrent bientôt une multitude d’autres journaux littéraires mais dont pas un seul ne pouvait prétendre approcher, ne serait-ce qu’approximativement, l’influence de la Allgemeine deutsche Bibliothek. » Quant à Johann Goldfriedrich, sous la direction duquel fut publié au début du xxe siècle la très remarquée histoire de l’édition et du livre en Allemagne, il s’exclame : « C’est alors qu’eut lieu l’un des événements les plus considérables dans l’histoire de la critique littéraire du xviiie siècle, à savoir l’avènement de Nicolai » et, plus loin : « C’est en cette année (1765) que parut cette revue mémorable, la Allgemeine deutsche Bibliothek, entièrement conçue, éditée et dirigée par Nicolai lui-même. » Enfin, terminons avec le jugement de Joachim Kirchner : « La Bibliothek de Nicolai était la revue littéraire la plus renommée de la période des Lumières. Son point de vue rationaliste s’affirmait notamment à travers les très nombreux articles théologiques » ; il ajoute : « A côté de la Allgemeine deutsche Bibliothek, les autres revues encyclopédiques du milieu du siècle ne peuvent prétendre qu’à une place en retrait (müssen zurückstehen). »16

19Chronologiquement, le premier journal d’importance, Le Journal des Sçavans, fut édité à Paris, le 5 janvier 1665. Grande innovation ! Il était rédigé en français et non en latin. Son projet fut déjà de fournir un catalogue des livres les plus marquants édités en Europe pour indiquer « de quoi ils traitent et à quoi ils peuvent estre utiles ». En Allemagne, la première revue régulière et de grande notoriété furent les Acta eruditorum, un mensuel « polyhistorique », selon l’expression de Kirchner, paraissant à Leipzig à partir de 1682 sous la direction de Otto Mencke, mais en latin et non en langue allemande. Cette publication se maintint jusqu’en 1782. Cependant, dès la fin du xviie et le début du xviiie siècles, de nombreux périodiques virent le jour en Allemagne, à l’imitation des Anglais et de leurs célèbres revues : The Tatler (le bavard) édité de 1709 à 1711, The Spectator, en 1711 et 1712, qui atteignit un tirage de 14000 exemplaires, enfin The Guardian (le tuteur) en 1713, publiées par Richard Steele et Joseph Addison. Ces revues allaient exercer une influence considérable sur la pensée allemande par leur tendance moralisatrice et leur esprit rationaliste et utilitaire. La première publication hebdomadaire allemande de ce type, appelée Wochenschrift (hebdomadaire) parut à Hambourg en 1713 avec le titre Der Vernünftler (le raisonneur) et livrait surtout des extraits des revues anglaises mais ne survécut que jusqu’en 1714.

  • 17 J. Kirchner, o.c. p 30 sq et p. 176 sq. L’ouvrage, dans son ensemble, constitue une source inépuis (...)

20Toutes sortes de revues apparurent dès lors très rapidement. Kirchner17 en dénombre 241 en Allemagne jusqu’en 1720, dont près d’une soixantaine de type encyclopédique, c’est-à-dire, rendant compte des nouveautés dans tous les domaines : sciences, religion, arts, divertissement et problèmes domestiques. D’autres périodiques se limitaient à des secteurs plus spécifiques tels que la médecine, le droit, la musique, la philologie et la théologie, celle-ci avec près d’une trentaine de publications. Citons parmi les plus importantes Wochenschriften allemandes : Die Discourse der Mahlern (1721-1723), éditée à Zürich par Bodmer et Breitinger ; Der Patriot (1724-1726), à Hambourg, avec jusqu’à 5000 abonnements ; Die vernünftigen Tadlerinnen (1725-1726), à Halle puis Leipzig, publiée par Gottsched. Un nombre non négligeable de ces Wochenschriften se mirent à prospérer, portant la marque des périodiques anglais, dans un genre à la fois édifiant et divertissant qui rencontrait beaucoup de succès auprès d’un public de plus en plus large.

21Il est intéressant de noter que les centres d’édition de ces publications se trouvaient pour la plupart dans ce que l’on peut appeler l’Allemagne protestante : 72 périodiques à Leipzig (soit 30 % du total), 19 à Halle, 18 à Hambourg, 15 à Iéna et seulement 27 à Francfort/Main (11 %). On retiendra par contre le peu d’importance revenant en ce domaine à des capitales comme Berlin, Dresde ou Munich. En ce qui concerne la capitale de la Prusse, celle-ci ne prit un véritable essor dans le domaine de la presse et de l’édition qu’avec l’avènement de Frédéric II, en 1740, pour se hisser dès 1765, l’année de naissance de la Allgemeine deutsche Bibliothek, au deuxième rang en matière de production livresque derrière Leipzig, le champion incontesté depuis les débuts du xviie siècle déjà. Ces revues périodiques connurent par la suite un essor tout à fait exceptionnel et, de 1766 à 1790, c’est-à-dire grosso modo durant l’existence de la Allgemeine deutsche Bibliothek, 2191 revues nouvelles vinrent s’ajouter à celles déjà existantes. Plus du tiers (742) étaient des revues de divertissement et moins de 10 % des revues de type encyclopédique (186) ; pour le reste, il s’agissait de périodiques spécialisés dans des domaines précis : histoire, belles-lettres, théologie, pédagogie, médecine, etc.

22En opérant un choix parmi les revues théologiques, on peut citer parmi les plus anciennes, à Leipzig, la Auserlesene theologische Bibliothek (1724-1736), dirigée par Johann Christian Colerus. Parmi les plus récentes et les plus connues, dont les directeurs-éditeurs furent souvent étroitement liés à la AdB, il y a, encore à Leipzig, la Neue theologische Bibliothek (1760-1769) de Johann August Ernesti, atteignant à certains moments 2500 exemplaires, ce qui était exceptionnel. Citons encore des titres pilotés par des personnages très connus comme la Orientalische und exegetische Bibliothek (1771-1793) de Johann David Michaelis, éditée à Göttingen ; les Gemeinnützige Betrachtungen der neuesten Schriften (1776-1800) de Georg Friedrich Seiler à Erlangen ; la Allgemeine Bibliothek der biblischen Literatur (1777-1786) de Johann Gottfried Eichhorn à Iéna, collaborateur à la AdB. Dans cette multitude, beaucoup de ces revues, de toute obédience ou orientation thématique, n’avaient qu’une existence éphémère et une portée très limitée. Leur durée de vie était fort inégale, les unes disparaissant après quelques numéros, d’autres se maintenaient durant des années, voire des décennies.

Le poids déterminant des articles théologiques

23Revue souveraine, la Allgemeine deutsche Bibliothek sous l’impulsion et la direction de l’infatigable Nicolai pouvait compter, pendant plus d’un quart de siècle, sur les services d’une cohorte de plus de 400 recenseurs, savants et hommes de lettres (Gelehrte), reconnus chacun dans sa spécialité. A tout moment, et pendant près de trois décennies, l’on peut enregistrer un effectif constant de près d’une centaine de collaborateurs et recenseurs actifs, dont l’ambition était de rendre compte, dans le droit fil des Lumières, des idées et de l’activité culturelle de leur temps dans les domaines les plus variés : spéculations intellectuelles et éthiques, considérations d’ordre institutionnel et économique, expression artistique et littéraire, problèmes de la vie quotidienne, pratique spirituelle et édification morale de l’individu.

24Pour se faire une représentation plus concrète de la nature encyclopédique de la revue et de l’extrême diversification de ses objectifs examinons, ne serait-ce que brièvement, la répartition des recensions de la première période quinquennale (1765-1769) qui forme un tout à l’intérieur de cette production démesurée poursuivie sans trêve durant 28 années. Nicolai lui-même considérait que cette première période constituait une unité et qu’elle était significative de l’activité convergente du grand nombre de collaborateurs de la revue, notamment pour faire le point sur l’entreprise gigantesque dans laquelle il s’était engagé. Par ailleurs, cette première période s’avère particulièrement significative du fait que les articles théologiques se rapportent à un ensemble d’ouvrages, d’un intérêt capital, pratiquement tous éclos au cours de cette même décennie de 1760. Ils expriment de la manière la plus caractéristique ce nouvel esprit théologique, désigné par le terme de néologie, qui veut faire subir un examen critique approfondi à l’orthodoxie conservatrice, condamnée par les néologues pour son immobilisme généré par deux siècles de dogmatisme strict.

25La première période quinquennale regroupe environ 4000 recensions, sur lesquelles nous en avons retenu 3777 estimées significatives, s’étalant sur plus de 9000 pages pour des ouvrages édités de 1764 à 1768 et accessoirement en 1769. Ces 3777 recensions se répartissent entre 698 GR et 3079 KN, le tout distribué sur 26 matières différentes. L’étude de la dispersion des recensions par matières, pour cette période qui occupe le dixième de la pagination totale sur 28 ans, c’est-à-dire, environ 9000 pages sur près de 90000 pages en tout, est largement facilitée par le fait que le deuxième volume du Anhang présente exceptionnellement un répertoire (Register) des recensions, ventilées par matières et par années. Cette opportunité ne se présentera malheureusement plus à propos des périodes pluriannuelles ultérieures, lesquelles seront simplement dotées d’un Register par ordre alphabétique des auteurs et des titres des ouvrages recensés, mais sans ventilation par matières.

  • 18 C’est le cas, par exemple, pour le Phädon de Moses Mendelssohn, recensé dans le volume 9.1.128, pu (...)
  • 19 Cf. en annexe nos tableaux concernant la distribution des recensions par matières et par langues.

26Le nombre de 3777 recensions ne correspond, bien entendu, pas rigoureusement au nombre d’ouvrages réellement recensés pendant cette période quinquennale. En effet, un même ouvrage, ou plus exactement un même titre, peut avoir été recensé plusieurs fois, soit qu’il ait connu des rééditions ou qu’il ait paru en plusieurs parties sur plusieurs années, ce qui était chose assez courante notamment pour certains vastes compendiums de type scientifique ou des rééditions d’ouvrages réputés18. Une même publication pouvait encore faire l’objet de plusieurs recensions, par exemple lorsqu’elle était annoncée une première fois dans sa rédaction originelle en langue étrangère, puis quelque temps après, dans sa traduction en allemand – c’est le cas pour des ouvrages imprimés en latin ou en français et ultérieurement traduits et réédités en allemand. A l’inverse, il arrivait souvent que, dans les KN, une seule recension puisse porter sur un groupe de plusieurs ouvrages traitant d’une thématique similaire. Cela était fréquemment le cas pour rendre compte des innombrables recueils de sermons et autres ouvrages édifiants, ou des nombreuses relations de voyages, alors fort prisées par le public et qui abondaient. Signalons à ce propos que pour cette période quinquennale, 69 % des recensions concernaient des livres en langue allemande, environ 19 % des livres en langues étrangères – français, anglais et italien – mais surtout en latin. Le reste, un peu plus de 12 %, représentait des recensions d’ouvrages traduits en allemand à partir de 13 langues, avec une préférence nette pour le français (213 articles) et l’anglais (147 articles) ; suivaient le latin (38 articles), l’italien et le grec (14 articles), le danois (10), le suédois (8), l’espagnol (4), l’hébreu (3), le russe (2), l’arabe (1), le chinois (1)19.

  • 20 Archaïsme signifiant littéralement science des choses divines.

27La prédominance du secteur Gottesgelahrheit20, qui concerne non seulement la théologie à proprement parler mais également tout ce qui relève de la pratique religieuse, est incontestable et constitue bien l’ossature principale avec plus du cinquième de l’ensemble des recensions de cette revue à vocation encyclopédique. De plus, si l’on opère la distinction entre GR et KN pour ne retenir que les premières, c’est-à-dire, les grands articles de fond, le secteur « théologie » en sort encore renforcé puisque ce sont 201 grands articles qui lui sont réservés sur un total de 698, toutes matières confondues. A ce compte, la rubrique « théologie » s’adjoint près du tiers de l’ensemble des grandes recensions de fond. En outre, il s’avère que les ouvrages recensés sous la rubrique « philosophie » sont en bonne partie consacrés à des thèmes propres à la vie morale et religieuse ou traitent de questions métaphysiques ressortissant pour une part essentielle à des problèmes théologiques. Il en est à peu près de même à propos de la rubrique « sciences de l’éducation » (Erziehungswissenschaften) où figurent des publications dont les sujets et les débats s’inscrivent largement dans le cadre d’une éthique de substrat religieux. C’est à travers ce bloc – théologie, philosophie, éducation – qui englobe finalement un bon tiers de la substance profonde de la revue qu’apparaissent les idées vives qui ont constitué, en Allemagne, par-delà les opinions de l’équipe des critiques entourant Nicolai, les principales caractéristiques du courant théologique rationaliste ou néologue des Lumières et des contre-courants qu’il a générés. L’importance de la théologie, des choses de la religion et de l’éthique est d’ailleurs clairement abordée par Nicolai dans l’un ou l’autre de ses avant-propos.

  • 21 Il s’agit évidemment de la masse des ouvrages édités à travers toute l’Allemagne et non de ceux de (...)

28Ainsi, dès le volume 4, il se croit obligé de s’expliquer dans l’avant-propos du 2e fascicule (1er mars 1767) sur le reproche à lui adressé, selon lequel « il y aurait trop de recensions théologiques ». Si, par la suite, il entend varier davantage les rubriques, il insiste cependant résolument sur l’importance de cette partie et il avertit que les contributions dans le domaine théologique resteront encore nombreuses à l’avenir, car signale-t-il, « il faut prendre en considération que plus du quart des ouvrages édités chaque année relève du domaine de la théologie. »21. Il ajoute qu’en matière de théologie, il ne serait pas souhaitable d’exprimer ses opinions en toute franchise sans apporter aussitôt des justifications argumentées. Il s’en explique dans ce même avant-propos : « Au début, les recenseurs théologiques de la Bibliothek devaient surtout s’efforcer de fournir des explications plus détaillées sur certains points abordés. Il leur fallait montrer du doigt le rapport qui pouvait exister entre diverses conceptions, ayant l’apparence de la nouveauté, mais qui étaient tout à fait conformes aux autres vérités théologiques ; ceci afin que le zèle aveugle de certaines gens, qui maquillent volontiers du concept d’orthodoxie leur sainte détestation d’une perception éclairée de cette partie importante des sciences (la théologie), ne puisse par trop se livrer à des élucubrations à leur égard ».

  • 22 C’est là un jeu de mot injurieux à l’égard de Nicolai et de ses amis car cette dénomination de Nic (...)
  • 23 Sont nommément désignés : Hallische gelehrte Zeitungen – Hamburgische Nachrichten aus dem Reiche d (...)

29Dans un autre avant-propos, celui du volume 8.2. (6 janvier 1769), il revient à la charge pour s’offusquer des outrages qu’il doit essuyer. Les recenseurs, traités de nicolaïtes22 sont accusés par certains rédacteurs de périodiques23 d’être « des hérétiques sans foi, des fossoyeurs de la religion, des gens malfaisants dans l’âme, proférant des blasphèmes sataniques ».

30Avant d’aborder la partie qui nous paraît essentielle et significative de l’esprit de cette revue, à savoir le domaine théologique, il nous semble utile de donner un aperçu des particularités et des contenus des différentes rubriques thématiques dans le cadre de cette première période quinquennale.

Notas

1 De fait, la Allgemeine deutsche Bibliothek (AdB) parut jusqu’en 1796. Toutefois, en 1792, Nicolai jugea utile de vendre sa revue à l’éditeur Bohn de Hambourg, suite à l’aggravation des mesures de censure prises par les services du ministre Wöllner après l’avènement de Frédéric-Guillaume II. Il avait été averti, en effet, qu’il serait rendu personnellement responsable de tout article de sa revue pouvant contrevenir aux dispositions de censure appliquées aux écrits touchant la théologie ou la religion. En 1793, Bohn créa la Neue Allgemeine deutsche Bibliothek (NAdB), une revue en tout semblable à son aînée, simplement intitulée « Nouvelle » AdB. En 1801, Nicolai eut la satisfaction de racheter la nouvelle revue qui survécut jusqu’en 1806. Elle atteignit 105 volumes et 10 volumes annexes mais son influence fut sans commune mesure avec celle qu’avait exercée en son temps la première AdB.

2 En 1771 : 2 vol. annexes – en 1777 : 3 vol. – de 1778 à 1780 : 6 vol. – en 1785 : 4 vol. – enfin de 1789 à 1791 : 6 vol.

3 Un cahier comprend 16 pages in-8. Certains volumes pouvaient atteindre jusqu’à 50 cahiers, soit 800 pages, comme par exemple le volume 12 (1770).

4 C’était l’équivalent, pour la France, après 1740, d’un 1/2 écu (ou 3 livres). Prenant pour référence les Neue Hallischen Gelehrten Zeitungen, d’un même format que la AdB, le prix d’un volume se montait à 3 Reichsthaler 12 Groschen, dont 1 Rth de port, pour 832 pages. Le rapport quantité/prix rendait la AdB moins chère de plus de 20 %.

5 Pour plus de détails, Günther Ost, Friedrich Nicolais Allgemeine deutsche Bibliothek. Ihre äuβere Geschichte, thèse, Friedrich-Wilhelm Universität, Berlin, 1928 ; [La AdB de F. Nicolai. Son histoire externe]. Egalement, de manière abrégée, in Germanische Studien, Heft 63, Berlin, 1928.

6 Très rapidement, et notamment après les vingt premiers volumes, le nombre des grandes recensions (GR) dans les volumes réguliers va diminuer drastiquement, toutes matières confondues, au profit des Kurze Nachrichten (KN), dans l’unique but de gagner de la place sans pour autant affecter la qualité ni l’étendue des recensions.
Nous citerons les deux types d’articles de la manière suivante :

  • Les « grandes recensions » (GR) en fonction du no du volume, du no du fascicule et du nombre ordinal qui leur attribué dans la table des matières du fascicule (1 ou 2) dans lequel elles figurent ; ainsi AdB 6.1.13 indique que l’article figure dans le volume 6, fascicule 1, recension no 13.
  • Les « informations brèves » (KN) n’étant pas numérotées sont citées en fonction du no du volume, du no du fascicule et de la page de début ; par exemple AdB 9.2.127, indique que la KN figure dans le volume 9, fascicule 2, page 127.

7 John Milton (1608-1674) ;Johann Jakob Bodmer (1698-1783) ; Johann Jakob Breitinger (1701-1776) ; Johann Christoph Gottsched (1700-1766).

8 Ludwig Salomon, Geschichte des deutschen Zeitungswesens, 1.Band (16., 17., 18. Jahrhundert), Oldenburg et Leipzig, 1900 ; citation (p. 182) : der ersten deutschen Zeitschrift groβen Stils.

9 Moses Mendelssohn (1729-1786) ; Gotthold Ephraim Lessing (1729-1781).

10 Cf. la bibliographie élaborée par Paul Raabe, Friedrich Nicolai – Die Verlagswerke eines preuβischen Buchhändlers der Aufklärung 1759-1811 [Les éditions d’un libraire prussien des Lumières] in Acta humaniora, catalogue no 38 de la Bibliothèque Herzog-August, Wolffenbüttel, 1983, 2 ° édit. 1986.

11 Friedrich Nicolai, Freuden des jungen Werthers. Leiden und Freuden Werthers des Mannes, Berlin, 1775. Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz, Berlin, Stettin, 1783-1796. Das Leben und die Meinungen des Herrn Magister Sebaldus Nothanker, Berlin, Stettin, 1776.

12 AdB. 12.2. avant-propos p. IV : wenn sie, die wahren Liebhaber der Gelebrsamkeit, nach den wichtigen Werken beurtheilen wollten, so würden sie sich kaum vorstellen können, in welchem Grade, leider ! noch Seichtigkeit, Nachbeten, Pedanterey, Zänkerey, ja Unwissenheit, Aberglauben und Barbarey herrschen.

13 Johann Goldfriedrich, Geschichte des deutschen Buchhandels, 1740-1804, vol. 3, Leipzig, 1909, édition de l’Union centrale des Libraires allemands ; ouvrage quasiment exhaustif sur l’édition et le négoce du livre en Allemagne depuis l’invention de l’imprimerie. Egalement, Joachim Kirchner, Das deutsche Zeitschriftenwesen, o.c., [Revues et périodiques allemands] qui cite un nombre impressionnant de revues.

14 AdB.8.2. – Avant-propos p. 4. (6 janvier 1769). Nicolai se plaint de devoir faire face à une production littéraire de plus en plus inflationniste et à des difficultés notoires pour obtenir les contributions critiques dans des délais raisonnables. Comment rattraper dans ces conditions les retards accumulés, se lamente-t-il, alors que « la foire prochaine menace d’apporter une marée de nouveaux livres ? »

15 Cité in Claude Miquet, Le Mercure allemand de C.M. Wieland, Paris, 1988, p. 46.

16 Ludwig Geiger, Berlin 1688-1740. Geschichte des geistigen Lebens in der preuβischen Hauptstadt, Berlin, 1892, vol. 1, p. 463 ; [Histoire de la vie intellectuelle dans la capitale prussienne]. L. Salomon, o.c., vol. 1, p. 180 et p. 190. – J. Goldfriedrich, o.c., vol. 3, p. 321. –J. Kirchner, o.c., p. 113 ; cf. aussi p. 177-185, le chapitre sur l’évolution des revues entre 1766 et 1790.

17 J. Kirchner, o.c. p 30 sq et p. 176 sq. L’ouvrage, dans son ensemble, constitue une source inépuisable de renseignements sur l’histoire des revues allemandes du xviiie siècle.

18 C’est le cas, par exemple, pour le Phädon de Moses Mendelssohn, recensé dans le volume 9.1.128, puis sa 3e édition bénéficiant d’une nouvelle recension dans le volume 12.2.312 – et il en est ainsi pour nombre d’autres titres.

19 Cf. en annexe nos tableaux concernant la distribution des recensions par matières et par langues.

20 Archaïsme signifiant littéralement science des choses divines.

21 Il s’agit évidemment de la masse des ouvrages édités à travers toute l’Allemagne et non de ceux de sa seule maison d’édition. Cf. AdB 4.2. Avant-propos p. *5 : müssen auch bedenken, daβ mehr ah der vierte Theil der jährlich herauskommenden Bücher theologisch ist.

22 C’est là un jeu de mot injurieux à l’égard de Nicolai et de ses amis car cette dénomination de Nicolaïtes faisait allusion à cette hérésie mystérieuse qui sévissait au ier siècle et que l’on imputa, probablement sans fondement, à un diacre du nom de Nicolas. Ses adeptes, les « Nicolaïtes », formaient une sorte de secte gnostique qu’on accusait de favoriser le libertinage et la prostitution et de manger des viandes offertes aux idoles.

23 Sont nommément désignés : Hallische gelehrte Zeitungen – Hamburgische Nachrichten aus dem Reiche der Gelehrsamkeit – Deutsche Bibliothek der schönen Wissenschaften (Klotz) – Jenaische Zeitung – Erlangische Zeitung.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540