Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théologie et Lumières

 | 
Roger Kirscher

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Les diverses Kirchen-Agenden, propres à chaque Église territoriale, donnent une idée de la régleme (...)

1En Allemagne, les bouleversements consécutifs à la Réforme ont placé les questions religieuses au centre de la vie intellectuelle pour une période longue de près de deux siècles au moins. L’esprit de la Renaissance n’y a pas connu un enracinement très profond ni bien sûr une emprise comparable à celle exercée dans les pays voisins comme l’Italie ou la France. Si la Réforme fut, en Europe, l’événement majeur du xvie siècle, on peut penser qu’au xviie siècle, et notamment pour l’Allemagne, ce fut la guerre de Trente Ans, conséquence directe et épilogue des soubresauts religieux du siècle précédent, qui aura joué un rôle déterminant. Ce conflit interminable aux rebondissements surprenants a dévasté l’Allemagne et rendu le pays exsangue avec des conséquences effroyables, entraînant un appauvrissement généralisé, une régression démographique de près du tiers de la population d’origine par faits de guerre, à la suite de famines, d’épidémies et de migrations ; quant aux industries et à l’activité agricole, elles se retrouvaient quasiment ruinées. Au plan politique, les traités de Westphalie, signés en 1648 à Münster et à Osnabrück, ont considérablement affaibli le pouvoir impérial, accentuant un morcellement territorial extrême et assurant aux princes de l’Empire une large autonomie sinon une indépendance effective à l’égard de l’entité impériale. Ceci a permis aux princes, petits ou grands, d’instaurer l’absolutisme comme système politique, tempéré, ultérieurement, par quelques souverains clairvoyants et cultivés sous la forme du despotisme éclairé dont Frédéric II a constitué l’exemple le plus célèbre. Les conditions favorables à une spéculation philosophique et plus particulièrement théologique se trouvaient donc largement réunies, ou pour le moins facilitées, du fait même de ce morcellement de la souveraineté territoriale et de l’existence d’une diversité religieuse dont la dynamique était nourrie, de surcroît, par l’autonomie réelle, en pays luthérien, à structure politique corporative (Ständestaat) des multiples églises territoriales d’importance fort inégale, avec leurs réglementations particulières1.

  • 2 René Descartes (1595-1650) ; John Locke (1632-1704) ; Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) ; Chri (...)

2Outre ces données historiques qui, dès les débuts du xviiie siècle, tracent le cadre dans lequel le débat théologique va s’étendre, s’amplifier et mettre aux prises les diverses composantes et tendances du protestantisme, il importe également de prendre en considération, dans le domaine proprement philosophique, les grands courants de pensée qui imprègnent alors la réflexion occidentale, notamment pour ce qui est des problématiques formulées dans les domaines de la logique et de la métaphysique. C’est un lieu commun que d’énoncer l’influence majeure exercée par le cartésianisme, en Allemagne, à partir de la fin du xviie siècle, relayé par Leibniz et par Wolff, mais aussi celle des penseurs anglais, notamment de Locke2 qui infléchit le rationalisme cartésien déductif et théorique selon une approche empirique des réalités sensibles au moyen de l’expérience. C’est à travers cette double filiation qu’il convient de percevoir ces théologiens rationalistes allemands, ces « néologues » regroupés autour de Friedrich Nicolai et de sa revue Allgemeine deutsche Bibliothek (1765-1792). Ils sont leibniziens et wolffiens dans leur approche rationnelle et analytique des textes bibliques, mais parallèlement, selon une orientation toute pratique, ils propagent dans une perspective somme toute empirique une théologie pragmatique, d’application concrète, tournée vers le vécu quotidien, se voulant marquée au coin du bon sens.

  • 3 Parmi les témoignages nombreux, citons le « pape » de la critique littéraire allemande, Marcel Rei (...)
  • 4 Cf. par exemple, une revue concurrente, la Auserlesene Bibliothek der neuesten deutschen Literatur(...)
  • 5 Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freien Künste, par Mendelssohn et Nicolai, Berlin, 1 (...)

3Quant à la revue de Friedrich Nicolai, la Allgemeine Deutsche Bibliothek, elle a été réellement le grand organe national3 de portée générale et de longévité exceptionnelle qui, pendant 28 ans, s’est fait le porte-parole de cette orientation philosophique et qui a accordé à la religion et à la théologie une place privilégiée par rapport à près d’une trentaine de disciplines différentes, le tout représentant un savoir encyclopédique allant de la médecine à l’équitation, des questions juridiques à la littérature. La revue de Nicolai, de par cette importance prépondérante de sa partie théologique, a ainsi placé au centre de ses préoccupations la redoutable problématique des relations entre la Raison et la Révélation. Aucune autre revue généraliste4 n’a fait de la théologie un centre d’intérêt d’une telle ampleur, abstraction faite de quelques magazines exclusivement théologiques qui s’adressent pratiquement aux seuls spécialistes et dont l’impact auprès du grand public n’est en rien comparable à celui exercé par la Allgemeine deutsche Bibliothek. Rappelons que les précédentes revues fondées par Nicolai et ses amis, Gotthold Ephraim Lessing et Moses Mendelssohn5, n’ont aucune prétention théologique mais s’intéressent aux seules questions d’ordre esthétique et littéraire. Par contre, les discussions et les controverses théologiques exposées dans la Allgemeine deutsche Bibliothek, cette vaste revue de caractère encyclopédique – laquelle se voulait une sorte de reflet modeste de l’œuvre des Encyclopédistes français dans sa mission d’information et par sa démarche pédagogique – présentent un intérêt majeur dans la mesure où ces débats interpellent les couches cultivées et les dirigeants par delà le morcellement territorial inextricable qu’imposaient les frontières politiques. Cette entreprise généreuse qui porte le sceau des Lumières traduit l’aspiration de la bourgeoisie lettrée à édifier une unité culturelle des régions d’expression allemande sous l’égide de la raison, du bon sens, des bonnes mœurs et des vertus civiques, sur les bases d’un christianisme positif.

  • 6 Cf. un descriptif historiographique de la réflexion théologique, notamment protestante, dans H. Bo (...)
  • 7 Johann David Michaelis (1717-1791); Siegmund Jakob Baumgarten (1706-1757).

4Dès les premières décennies du siècle, la réflexion théologique en Allemagne s’était focalisée sur quelques aspects de la doctrine luthérienne orthodoxe, inchangée depuis la Formule de Concorde de 1580. Une suspicion certaine pesait tout spécialement sur les Livres symboliques dont le contenu dogmatique intrinsèque, décrété irrévocable, en faisait la seule voie d’accès herméneutique autorisée aux textes sacrés. Dans plusieurs États luthériens, l’exercice de la fonction de prédicateur était d’ailleurs subordonnée à la prestation de serment sur les Livres symboliques sous peine de révocation. La contestation de ce qui apparaissait comme l’interdiction à la libre interprétation des textes bibliques – fondement même du protestantisme6 – était vive ; il était reproché à l’orthodoxie conservatrice de ressusciter l’institution d’un magistère ecclésiastique. Ainsi, Johann David Michaelis, le célèbre orientaliste et théologien, élève du nom moins célèbre Siegmund Jakob Baumgarten7 à Halle – qui y enseignait en cachette la philosophie de Wolff après le bannissement de ce dernier – rapporte que déjà dans les années 1730 l’étude systématique des Livres symboliques était tombée en désuétude dans cette illustre faculté de théologie.

  • 8 Johann Caspar Lavater (1741-1801) ; Friedrich Heinrich Jacobi (1743-1819) ; comte Nikolaus Ludwig (...)
  • 9 Au synode de Dordrecht (1618-1619), les arminiens ou remonstrants, contestant la prédestination ca (...)
  • 10 La répétitivité, sur des milliers de pages de recensions, pendant de longes années, des mêmes argu (...)
  • 11 Une polémique interminable et féroce oppose, à partir de 1786, les recenseurs et théologiens Abrah (...)

5Cependant, l’offensive véritablement significative se place dans la décennie 1760 – qui est aussi celle des débuts de la Allgemeine deutsche Bibliothek – et elle va se radicaliser dans les deux décennies suivantes. Certes, déjà précédemment, certains dogmes tels que le péché originel, la damnation éternelle ou l’existence du diable avaient fait l’objet de considérations dubitatives exprimées de manière plus ou moins feutrées. A présent, ce sont les textes scripturaux eux-mêmes qui sont passées au crible des acquis de la critique philologique et historique et, selon un enchaînement logique, cet examen critique s’étendra aux fondements mêmes du dogme avec des investigations sur la nature de la grâce, les conditions du salut, la réalité du mystère de la Trinité pour, en fin de compte, aboutir à la relativisation de la Révélation elle-même à travers son substrat scripturaire. Parallèlement, sur un autre front, les « néologues » autour de la revue de Nicolai dénoncent les mouvements piétistes dont ils condamnent les attitudes empreintes d’exaltation, les excès de langage et de comportement, les effusions d’une religiosité qu’ils estiment superficielle et peu sincère ; ce faisant ils visent aussi bien le piétisme à la façon de Lavater ou de F. H. Jacobi que l’organisation en secte des frères moraves sous l’autorité incontestée du comte Zinzendorf8. Fort curieusement, sur ces terres luthériennes de l’Allemagne septentrionale et centrale, fief de la Allgemeine deutsche Bibliothek, il est peu question de calvinisme et de controverses avec les réformés, pour la plupart d’origine immigrée et proches des souverains brandebourgeois, eux-mêmes de confession calviniste, mais de tendance arminienne9. Quant au catholicisme, on n’adopte pas de position systématiquement agressive à son égard, si l’on excepte les attaques souvent fort caustiques ou narquoises à propos de thèmes considérés comme sulfureux, mais abordés néanmoins avec quelque délectation par certains recenseurs de la revue tels que la papauté, la vie monacale, le culte marial, l’hagiographie et le culte des saints, leurs interventions miraculeuses, avec le reproche généralisé du recours à la crédulité populaire et à la superstition. C’est à partir des années 1780 que la néologie commence à se sentir sur la défensive10. Elle a d’abord été en retrait par rapport au succès de la génération des « génies » des années 1770 ; elle est ignorée ou exposée à l’ironie des classiques de Weimar ; elle sent vaciller ses fondements à la suite de la critique kantienne du rationalisme dogmatique. Le ton devient surtout plus âpre et le combat plus violent face à une certaine frange protestante apparemment moins hostile au catholicisme et relativement ouverte à ce que les néologues qualifient de sirènes de l’œcuménisme11. Ces théologiens autour de Nicolai croient déceler une volonté de reconquête menée par une sorte de conjuration cryptocatholique – organisée en sous-main par les jésuites, relayée par des coreligionnaires naïfs ou complices – et qui s’avère d’autant plus dangereuse qu'elle prend les apparences d’un irénisme consensuel sinon œcuménique.

6Nous nous proposons donc d’interroger la Allgemeine deutsche Bibliothek (1765-1792) sur les thèmes privilégiés des débats théologiques dont elle a minutieusement rendu compte, d’en discerner l’évolution et d’en explorer les aboutissements. Nous tenterons d’identifier les personnages qui s’abritent derrière l’anonymat des recenseurs de la revue et de découvrir parmi eux les chefs de file qui auront joué le rôle de véritables « faiseurs d’opinion » pendant presque deux décennies. Par le biais de ces recensions, il est possible de faire émerger les écrivains majeurs dont les ouvrages théologiques font autorité et sont l’objet de recensions marquantes, recensions qui, elles-mêmes, s’étoffent parfois jusqu’à constituer à leur tour de véritables essais de plusieurs dizaines de pages. Il nous semble instructif de préciser à la fois les espaces géographiques les plus actifs dans l’édition des ouvrages de théologie et surtout l’origine géographique des équipes de recenseurs. L’évolution et les fluctuations de ces divers paramètres ne sont pas sans intérêt, compte tenu du caractère quasi exhaustif de la matière théologique recensée dans cette revue à la longévité exceptionnelle, comptant plusieurs dizaines de milliers de pages. L’intérêt de cette rétrospective s’affirme d’autant plus qu’elle recouvre une époque de grands bouleversements et de mutations décisives, dont les effets n’ont pas fini de se faire sentir jusqu’à nos jours.

Notes

1 Les diverses Kirchen-Agenden, propres à chaque Église territoriale, donnent une idée de la réglementation stricte et détaillée de la vie religieuse, publique et privée. On, décrit l’ordonnancement du rituel liturgique, le fonctionnement de la vie ecclésiale, des hôpitaux et des asiles, des écoles, l’activité diaconale, les attributions précises des divers représentants de la hiérarchie ecclésiastique depuis le surintendant jusqu’à la personne chargée de l’entretien du temple, les règles strictes relative à leur vie privé, et ainsi de suite. Cf. document en annexe : une Kirchen-Agenda du duché de Magdebourg de l’année 1740.

2 René Descartes (1595-1650) ; John Locke (1632-1704) ; Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) ; Christian Wolff (1679-1754).

3 Parmi les témoignages nombreux, citons le « pape » de la critique littéraire allemande, Marcel Reich-Ranicki, qui déclare dans un article paru le 2 décembre 1989 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, sous le titre : F. Nicolai, der Gründer unseres literarischen Lebens [Friedrich Nicolai, le fondateur de notre vie littéraire], « que la Allgemeine Deutsche Bibliothek constitue l’entreprise de critique littéraire la plus importante et la plus ambitieuse qui ait jamais existé en langue allemande ». D’autres témoignages, nombreux, vont dans le même sens ; cf Grappin, Pierre, Littérature allemande, Paris, 1959, p.366 ; Joachim Kirchner, Das deutsche Zeitschriftenwesen, Leipzig, 1942 ; et il en est de même pour Wieland, contemporain de Nicolai, ainsi que d’autres que nous citons par la suite.

4 Cf. par exemple, une revue concurrente, la Auserlesene Bibliothek der neuesten deutschen Literatur, éditée à Lemgo, de 1774 à 1781, dans le même format, avec la même présentation et la même typographie, soit 20 volumes de 40 cahiers comme la Allgemeine deutsche Bibliothek. Cette dernière, par contre, compte 139 volumes pour une période quatre fois plus longue, allant de 1765 à 1792.

5 Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freien Künste, par Mendelssohn et Nicolai, Berlin, 1757-1759.
Briefe, die neueste Literatur betreffend, par Lessing, Mendelssohn et Nicolai, Berlin, 1759-1765.

6 Cf. un descriptif historiographique de la réflexion théologique, notamment protestante, dans H. Bost, Théologie et Histoire, Paris/Genève, 1999, p. 27-60.

7 Johann David Michaelis (1717-1791); Siegmund Jakob Baumgarten (1706-1757).

8 Johann Caspar Lavater (1741-1801) ; Friedrich Heinrich Jacobi (1743-1819) ; comte Nikolaus Ludwig von Zinzendorf und Pottendorff (1700-1760).

9 Au synode de Dordrecht (1618-1619), les arminiens ou remonstrants, contestant la prédestination calvinienne, furent condamnés et la thèse supralapsaire adoptée. En Brandebourg, l’attitude pour le moins réservée à l’égard du dogme de la prédestination de la part du Grand Électeur Frédéric Guillaume (1640-1688), fondateur de l’État brandebourgeois moderne et homme tolérant, ne favorisa guère l’implantation d’un calvinisme supralapsaire (la prédestination divine s’exerçant avant la chute adamique).

10 La répétitivité, sur des milliers de pages de recensions, pendant de longes années, des mêmes arguments d’ordre pratique faisant sans relâche appel au bon sens, aux vertus domestiques, à la modération et à l’effort sur soi, à une démarche « raisonnable » pour la résolution des problèmes les plus personnels, tout ceci pouvait en effet engendrer un sentiment de lassitude, tout particulièrement auprès des jeunes générations.

11 Une polémique interminable et féroce oppose, à partir de 1786, les recenseurs et théologiens Abraham Wilhelm Teller (1734-1804) et Hermann Andreas Pistorius (1730-1795) à Simon Ludwig Eberhard De Marées (1717-1802), surintendant de Dessau (principauté d’Anhalt). Ce dernier accuse les néologues et leurs amis de la Berlinische Monatsschrift d’afficher une attitude sectaire et rétrograde à l’égard des mouvements œcuméniques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540