Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

Catalogue des caves recensées

Texte intégral

1Chacune des caves étudiées à Lille a fait l’objet de relevés les plus complets possibles permettant d’en recomposer les plans et parfois, de proposer une image de la structure d’origine. Les plans actuels, ainsi que les hypothèses de restitutions, sont accompagnés d’une fiche descriptive rapide, composée comme suit :

2Numéro d’enregistrement et adresse

3Dimensions principales

4Présentation du plan de l’édifice

5Description de l’architecture en place

6Spécificités relevées

7Le catalogue s’enrichit ensuite de planches présentant les plans des caves au sein du parcellaire actuel, et se conclut par une bibliographie sommaire ainsi qu’une table des illustrations présentées dans l’étude.

No 1 – 9/11 rue de la grande chaussée

Dimensions

8Longueur : 15,3m – Largeur : 8,6m – Hauteur actuelle : 1,93m

9Hauteur d’origine : 3,6m

Plan de la cave

10Les deux nefs perpendiculaires à la rue qui composent la cave sont divisées en trois travées, séparées par deux colonnes qui reçoivent les arêtes de la voûte ; un mur bahut saille de la paroi arrière, créant de part et d’autre deux appendices séparés. Deux escaliers, situés dans chacun des angles de la façade, permettaient l’accès direct depuis la rue.

Description

11L’accès actuel s’effectue par un escalier récent en briques dans l’angle ouest de la cave. L’ensemble du volume est divisé en plusieurs petites caves par des murs de refend en briques. Le plus important s’étire de la façade jusqu’à la paroi arrière, à l’aplomb des colonnes, et sépare les deux nefs.

12La cave est voûtée d’arêtes en pierres calcaires, de module régulier, et parfaitement assisées. Les voûtes sont supportées par deux colonnes au centre et sur des pilastres débordant des parois latérales ; une console en pierre de Tournai soutient la voûte à l’angle sud, dégageant la descente de l’escalier à l’origine.

13Le niveau du sol est fortement exhaussé, au point de cacher complètement les colonnes dans le remblai accumulé, ménageant une hauteur sous voûte utilisable de deux mètres à peine.

14Le mur de façade de la cave, ainsi qu’une partie de la voûte de la première travée, sont construits en briques, réfections contemporaines du réaménagement de la façade dans le courant du xviie. La paroi arrière n’existe plus suite au creusement de caves en fond de parcelle.

Spécificités

15Cette cave est la seule à Lille possédant deux escaliers de façade. A côté de celui situé dans l’angle nord-est, une ouverture murée en briques permettait l’accès à un appendice sous rue, qui n’a pas été reconnu.

16Un sondage a été effectué afin de mettre au jour la colonne arrière et d’étudier le comblement de la cave. Composée d’une base, d’un fût à trois tambours et d’un chapiteau à crochets surmonté d’un tailloir, la colonne est entièrement en grès et repose sur de puissantes fondations en moellons calcaires. Le comblement est composé d’une alternance de couches d’occupation, de déblais et de niveaux d’argile très compacte.

17Aucun texte retrouvé ne fait spécifiquement mention de cette cave et de son utilisation. Cependant, les caves, appelées « chelier » dans les textes médiévaux, sont exclusivement associées au commerce et au stockage du vin. La présence des deux escaliers de façade, cas unique à Lille, pourrait suggérer une utilisation spécifique destinée à accueillir du public. De plus, la grande largeur de l’édifice et la régularité de sa construction ainsi que la qualité des sculptures des chapiteaux, plaident pour une utilisation particulière du bâtiment. Il est assez tentant de l’associer à un édifice public, première halle au drap par exemple, mais le manque d’éléments issus des archives et la faible amplitude des sondages réalisés ne permettent pas de confirmer cette hypothèse.

18Le style des chapiteaux, aux crochets très ronds et saillants, ainsi que le matériau utilisé, sont à rapprocher de la colonne soutenant la voûte de la cave du chapitre de St Pierre, datée de la première moitié du xiie siècle. Les tessons de céramique trouvés sur le sol d’origine de la cave mis au jour grâce au sondage à l’aplomb de la colonne, sont à pâte grise et décorés à la molette ; ce type de céramique est traditionnellement daté du xiie siècle à Lille. Cette cave est donc l’un des édifices les plus anciens de la ville, vraisemblablement contemporain des débuts de l’organisation urbaine et de l’émergence de la ville dans l’histoire locale, probablement construit dans le courant du xiie siècle.

proposition de restitution

No 2 – 21 rue de la grande chaussée

Dimensions

19Longueur : 12,00m – Largeur : 5,5m – Hauteur actuelle : 2,3m

20Hauteur restituée : 3,3m

Plan de la cave

21Elle dessine un rectangle situé perpendiculairement à la rue, composé de deux nefs divisées en trois travées par deux colonnes. Les parois latérales sont légèrement incurvées en leur milieu, réduisant la largeur de la cave au centre ; l’escalier vers la rue se trouve dans l’angle est.

Description

22L’accès s’effectue par un escalier moderne en briques en arrière de parcelle, se prolongeant par un couloir qui ouvre dans le milieu de la paroi arrière de la cave. Le volume est totalement libre, vierge de tout réaménagement. Cependant, l’ensemble des parois latérales, à l’exception des retombées des voûtes, est construit en rouges-barres, alternant trois assises de briques avec une de moellons calcaires.

23L’ensemble est voûté d’arêtes qui reposent au centre sur les deux colonnes, dont les chapiteaux à crochets ainsi que le premier tambour du fût émergent du sol, et sur trois assises en grès dans les parois latérales, intégrées aux parois. La voûte est entièrement réalisée en calcaire, le grès étant réservé pour les trois assises recevant les pressions de la voûte, au-dessus des colonnes et dans les murs.

24Un escalier, condamné, permettait l’accès direct avec la rue. Il est en briques, moderne, mais situé à l’emplacement de celui d’origine comme l’atteste la présence d’un fort linteau en grès dans la voûte, ménageant l’ouverture de la trémie. Au sud de l’escalier, une ouverture murée mettait en communication avec un appendice sous rue, qui n’est plus accessible. Quatre linteaux en grès constituent la couverture de ce passage, dont le seuil se situe au niveau du sol actuel, donc en contre-haut de celui d’origine.

25Le remblai accumulé dans la cave a exhaussé le sol jusqu’au niveau du troisième tambour des colonnes.

Spécificités

26Un sondage a été réalisé entre la seconde colonne et la paroi latérale, qui a mis en évidence l’ensemble de la colonne en pierre de Tournai. Le fût, constitué de trois tambours, repose sur une base circulaire à deux tores superposée à une plinthe carrée. Les fondations sont constituées de petits moellons et déchets de calcaire, noyés dans un ciment verdâtre.

27La base des parois mise au jour a révélé la présence de trois assises de moellons calcaires, sur lesquelles les rouges-barres ont été remontées : elles ne constituent donc pas les parois d’origine. Le comblement visible en coupe superpose sur le sol médiéval en calcaire compacté, une épaisse couche d’argile vierge puis divers niveaux de remblais, sans sol intermédiaire, jusqu’au pavement actuel.

No 3 – 32 rue de la grande chaussée

Dimensions

28Longueur : 18,6m – Largeur : 6,1 m – Hauteur actuelle : 1,9m

29Hauteur restituée : 3,4m

Plan de la cave

30Située perpendiculairement à la rue, elle dessine un long rectangle s’élargissant vers l’arrière, divisé par trois colonnes en deux nefs composées de quatre travées. La nef orientale conserve une largeur régulière sur toute sa longueur, alors que la seconde s’élargit vers l’arrière, épousant les variations du plan général. La base d’un escalier est visible dans l’angle nord de la façade.

Description

31L’accès s’effectue par un escalier moderne en béton, situé dans l’angle sud-ouest, à l’arrière de la cave. La lecture de l’ensemble du volume est fortement gênée par la présence de nombreux murs de refend en briques qui cloisonnent les espaces. La cave est amputée de sa travée sud-est qui a été détruite.

32Les voûtes ainsi que les parois sont en pierres calcaires, reposant sur les tailloirs couronnant les chapiteaux par l’intermédiaire de trois assises de grès, présentes aussi dans les parois latérales. L’ensemble des surfaces calcaires des voûtes et des parois présente un aspect lépreux, dû à la présence de la chaudière dans la cave qui maintient une forte chaleur et une humidité constante qui altère les moellons.

33Deux marches de l’escalier d’origine en direction de la rue sont encore existantes, noyées dans les réfections en béton de la façade qui ont fait disparaître le linteau de l’escalier.

34Dans la paroi du fond de la cave, un angle de mur situé dans l’axe formé par les colonnes a été reconnu. Il s’agit d’une ouverture vers l’arrière, aujourd’hui condamnée.

35Le sol actuel est fortement exhaussé, au point d’enfouir totalement les colonnes jusqu’au-dessus du tailloir. Une ouverture, ménagée à l’extrémité nord de la paroi ouest, met en communication avec la cave No 21, mitoyenne, au travers d’un mur d’un mètre d’épaisseur.

Spécificités

36La principale caractéristique de cette cave est sa longueur importante, qui en fait la plus grande des caves recensées. C’est aussi la seule qui possède un accès arrière encore en partie visible.

37Avant que ne soit coulée la dalle de béton qui scelle le sol de la cave, un sondage a été réalisé au niveau de la colonne centrale, qui a permis de la mettre au jour. En pierre de Tournai, elle est constituée d’une base circulaire à deux tores reposant sur une plinthe et surmontée d’un fût de deux tambours, que couronne un chapiteau à crochets très bien conservé. Le comblement est composé d’un épais niveau d’argile posé sur le sol médiéval, puis d’une alternance d’épaisseurs de remblai et de sols jusqu’au niveau actuel.

No 4 – 13 rue des chats bossus

Dimensions

38Longueur : 13,2m – Largeur : 6,2m – Hauteur actuelle : 2,3m

39Hauteur restituée : 3,5m

Plan de la cave

40Perpendiculaire à la rue, elle forme un rectangle irrégulier qui s'incurve vers l’ouest. Deux colonnes définissent deux nefs divisées en trois travées. La nef orientale se rétrécit vers l’arrière au profit de la seconde, dont l’élargissement est augmenté par la courbe de la paroi ouest. Un escalier de façade existe encore dans l’angle nord-est ; celui d’origine se situait dans l’angle de façade opposé, dont ne subsiste que le linteau d’ouverture dans la voûte.

Description

41L’accès actuel s’effectue par un escalier récent qui permet d’entrer dans la cave par un passage ménagé dans l’angle sud-ouest. La partie arrière est complètement refaite en briques, et séparée du volume principal vers la rue par un mur en briques. Il soutient la voûte en moellons à l’endroit où elle a été démontée et remplacée par de la brique. La retombée de la voûte en façade est, elle aussi, construite en briques, réfection contemporaine de la construction de la façade actuelle du xviiie siècle. La jonction avec le calcaire s’effectue au sommet de la voûte. L’ensemble du volume n’est cloisonné par aucun mur de refend ; seuls deux piliers en briques supportent une défaillance de la voûte du côté ouest.

42La cave est voûtée d’arêtes, reposant sur deux colonnes dont les tailloirs et la moitié des chapiteaux émergent du sol actuel. Les retombées latérales, supportées par trois assises de grès, se fondent dans les parois. Celles-ci, en grande partie conservées, sont montées en moellons calcaires disposés en assises régulières. La paroi ouest de la première travée est montée en rouge-barre, témoin de réaménagements postérieurs à la construction de la cave.

43L’escalier encore visible dans l’angle nord-est a été aménagé lors des réfections de la façade du bâtiment, qui ont modifié l’organisation des ouvertures au rez-de-chaussée et vers la cave. Il remplace l’escalier d’origine dont ne subsiste que le linteau en grès qui ménageait l’ouverture, ainsi qu’une marche noyée dans le mur de façade.

44Le sol actuel en briques noie en grande partie les colonnes. Une porte au centre du mur arrière, permet la jonction avec un réseau de caves récentes, en fond de parcelle.

Spécificités

45La principale caractéristique de cette cave est sa forme incurvée, qui témoigne de la présence d’une forte contrainte parcellaire lors de sa construction, plus que d’un manque de maîtrise des maçons ou de désordres ultérieurs.

46Plusieurs sondages ont été effectués. L’un a permis de dégager complètement la première colonne en pierre de Tournai, qui se compose d’une base à deux tores reposant sur plinthe carrée, supportant un fût à deux tambours que couronne un chapiteau à crochets bûchés, et rehaussé de nervures. Ce chapiteau est exactement identique à celui mis en évidence dans la cave 3. Un tailloir très abîmé assure la jonction de la colonne avec la voûte. Le sondage a permis de lire le comblement de la cave, composé d’une épaisse couche d’argile reposant sur le sol médiéval en calcaire pilé, sur laquelle se superposent plusieurs niveaux de déblais séparés par des aménagements de sols.

47Un sondage en façade a permis de mettre au jour le massif de maçonnerie de l’escalier d’origine, constitué d’un mur de parement en petits moellons calcaire, retenant un blocage en déchets de calcaire noyé dans un ciment verdâtre.

48Un dernier sondage a révélé la base du mur arrière de la cave, situé en deçà de la paroi arrière de la cave. Ce mur est simplement composé d’un parement de moellons calcaires, posés directement contre le terrain naturel.

No 5 – 15 rue des chats bossus

Dimensions

49Longueur : 15,4m – Largeur : 5,5m – Hauteur : 2,6m

Plan de la cave

50De forme rectangulaire perpendiculaire à la rue, elle est constituée de deux nefs irrégulières, divisées à l'origine en quatre travées par trois colonnes. Des murs épais en briques s’appuyant sur la troisième colonne, cloisonnent la moitié est de la dernière travée. C’est dans la nef orientale, nettement plus étroite que l’autre, que se situe l’escalier qui permettait d’accéder à la rue, dans l’angle nord-ouest de la façade.

Description

51Un escalier moderne situé dans la travée arrière communique avec le rez-de-chaussée. L’ensemble de la cave a été fortement remanié dans les années 60, particulièrement les voûtes qui, démontées, ont été remplacées par une dalle de béton. La colonne arrière se trouve en partie noyée dans des murs en briques, aménagés dans la dernière travée.

52L’ensemble était voûté d’arêtes comme en témoignent les assises de grès encore en place au-dessus des colonnes, ainsi que dans les parois à l’emplacement des retombées. Le mur oriental est entièrement conservé, alors que la paroi ouest est actuellement montée en rouges-barres. Couvrant la première travée, un berceau en briques, datant de la reconstruction de la façade au xviiie siècle, a été conservé lors de la pose de la dalle de béton. Il repose en façade sur de larges pilastres en grès, qui encadrent des ouvertures murées en briques. Elles communiquaient sans doute avec des appendices sous la chaussée. A l’arrière de la cave, les voûtes retombaient sur un mur-bahut saillant de la paroi du fond, dont subsistent les assises basses. Des ouvertures, ménagées dans le mur occidental, communiquent avec une petite cave mitoyenne en brique, en contre-haut de quelques marches, au travers de la paroi qui mesure un peu moins d’un mètre d’épaisseur.

53L’escalier actuel de façade est entièrement en briques, exception faite des marches, provenant sans doute de récupérations. Dans la voûte, aucune trace du linteau d’origine n’est encore visible, qui permettrait de visualiser l’emplacement de l’escalier d’origine.

54Le sol actuel en béton, recouvre la base des colonnes.

Spécificités

55Cette cave ne possède pas de caractéristiques particulières visibles, les remaniements ayant été très importants. Sa grande longueur n’a d’équivalent que dans la cave No 3. Les colonnes, composées de trois tambours visibles supportant des chapiteaux à crochets fort abîmés et peu décorés en pierre de Tournai, correspondent aux types observés dans les autres caves. La division de la cave en deux travées irrégulières, l’une deux fois plus large que la seconde, constitue le caractère le plus marquant de cette cave.

proposition de restitution

No 6 – Angle de la place du lion d’or et de la rue St Jacques

Dimensions

56Longueur actuelle : 11,2m – Longueur restituée : 14m

57Largeur actuelle : 3,7m – Largeur restituée : 6m

58Hauteur actuelle : 2,2m – Hauteur restituée : 2,7m

Plan de la cave

59La partie médiévale conservée s’insère dans un ensemble de caves en briques plus récentes, dont elle ne forme qu’un élément. Seule la nef nord de la cave ancienne est conservée, sur deux travées, amputée des extrémités avant et arrière. Le pignon de la maison actuelle a été construit à l’aplomb des colonnes supportant les voûtes calcaires anciennes. L’ensemble des caves ne s’oriente pas complètement perpendiculairement à la place du lion d’or.

Description

60L’accès s’effectue par la partie en briques de la cave, accolée au nord de la nef ancienne conservée. La travée ouest de la cave médiévale est remplacée par un berceau en briques et l’extrémité orientale a complètement disparu lors de la réfection du bâtiment voisin. La seconde nef au sud doit vraisemblablement se situer sous le trottoir actuel, mais il n’est pour l’instant pas possible de le vérifier.

61Les travées conservées sont couvertes de voûtes d’arêtes en pierres calcaires, soutenues par des colonnes, dont deux sont entièrement visibles. Un angle du chapiteau de la troisième, à l’est, émerge seul du mur arrière en briques. Dans la paroi nord, entièrement montée en moellons calcaires, les arêtes des voûtes s’appuient sur trois assises de grès.

62Un mur de briques, maçonné derrière les deux colonnes encore visibles, soutient la voûte sur laquelle repose le mur de pignon de la maison et clos la cave du côté sud.

63Aucune trace de l’escalier d’origine de façade ou d’autres accès intérieurs ne sont encore visibles.

64Une dalle de béton constitue le sol actuel, à 60cm au-dessus du sol médiéval. Les deux colonnes sont cependant mises en valeur, grâce à deux fosses circulaires qui descendent jusqu’au niveau des plinthes supportant les bases des colonnes, au niveau du sol médiéval.

Spécificités

65Les colonnes sont assez particulières, notamment par la mise en œuvre de bases reposant sur des plinthes octogonales. Les fûts, composés de deux tambours inégaux, supportent des chapiteaux pourvus de crochets, dont les faces sont décorées de nervures en relief. Le profil des chapiteaux est original car ils sont plus hauts que larges, ce qui n’est pas le cas dans les chapiteaux observés dans les autres caves.

66La position de la cave par rapport à la voirie est aussi particulière. Elle n’est pas orientée perpendiculairement à la place sur laquelle elle devait néanmoins s’ouvrir, ni parallèlement à la rue saint Jacques qui la longe.

No 7 – Place du concert

Dimensions

67Longueur : 8,4m – Largeur : 7,2m – Hauteur actuelle : 2m

68Hauteur restituée : 3,85m

Plan de la cave

69Située en retrait de la place du concert, sous un hôtel particulier du xviiie, elle s’oriente nord-sud et présente un plan presque carré. Une colonne centrale supporte les voûtes, qui retombent le long des parois latérales sur des piliers saillant assez fortement des parois. L’escalier d’origine est encore en place dans l’angle sud-est, et met en communication la cave avec un passage situé lui-même sous la maison. Deux autres escaliers, de dimensions moins importantes que le premier, permettent d’accéder à deux caves en contre-haut, l’une s’étirant le long de la paroi nord de la cave, et la seconde située sous la cour, au-delà du mur ouest qui soutient la façade de l’hôtel.

Description

70Cette cave a été reconnue comme l’ancien cellier des chanoines de la collégiale de St Pierre. Elle est située au sein d’un ensemble important de structures en sous-sol, où les vestiges de bâtiments attenants sont encore ponctuellement visibles : montants moulurés d’une ancienne porte qui communiquait avec les galeries du cloître, dalles en pierres de Tournai décorées de lignes géométriques, couvrant le sol du passage sur lequel ouvre l’escalier principal de la cave, ou vestiges des quais du port privé des chanoines.

71Un escalier large, contemporain de la cave, aux marches en pierre de Tournai rainurées, constitue l’accès principal. Il était fermé par une porte, dont subsistent les gonds. Des piliers en briques très épais viennent consolider la voûte de la cave sur sa face sud, alors que d’autres aménagements ont substitué, par endroits, des murs de briques aux parois en pierre du côté nord.

72L’ensemble est voûté d’arêtes en pierres calcaires, soutenues au centre par une colonne en grès, et le long des parois, sur des piliers en grès fortement saillants. Des ouvertures rectangulaires, aujourd’hui murées, étaient ménagées dans trois des sommets de la voûte, et permettaient d’accéder directement au premier niveau. A l’extrémité est du mur nord, une niche s’ouvre au ras du sol, et un soupirail étroit s’élève en pente raide dans le mur est de la cave, menant jusqu’au jardin situé derrière la maison.

Spécificités

73Il existe de nombreux éléments faisant de cette cave un édifice tout à fait intéréssant. Une étude particulière a été menée, à partir des données fournies par la cave et les vestiges qui lui sont associés. Elle a permis de proposer des hypothèses de restitution du cloître de St Pierre, et de mieux comprendre son évolution. Seuls les éléments spécifiques à la cave seront donc retenus.

74Un sondage malencontreux, effectué par une entreprise, a permis de dégager complètement la colonne, mais a déstabilisé l’édifice au point de nécessiter la pose de nombreux étais. La colonne en grès, dont la base est noyée en permanence par les remontées de la nappe phréatique, se compose d’une base moulurée qui porte un fût monolithe, couronné par un chapiteau à crochets, décoré de feuilles trilobées sur chacune de ses faces, exemple unique dans les caves de Lille.

75La présence de trappes dans la voûte est aussi une particularité de cette cave, qui confirme l’existence d’un premier niveau juste au-dessus de la voûte, contemporain de la cave. Aujourd'hui, l’épaisseur des remblais accumulés entre l’extrados de la voûte et le sol de la maison, avoisine les deux mètres.

colonne centrale de la cave

plan de la cave en pierre et des parties attenantes

plan de la cave en pierre et des parties attenantes

No 8 – 25 rue des chats bossus

Dimensions

76Longueur actuelle : 13m – Longueur restituée : 15,4m

77Largeur : 7,1 m

78Hauteur actuelle : 3m – Hauteur restituée : 2,8m

Plan de la cave

79Perpendiculaire à la rue, elle dessine un rectangle très allongé, divisé en deux nefs parallèles par un mur s’étirant sur toute la longueur de la cave. A chaque extrémité de ce mur, de larges passages assurent la communication entre les deux parties de la cave. Des murs en briques, qui correspondent à des reconstructions de bâtiments, cloisonnent la partie arrière.

Description

80Cette cave est aujourd’hui utilisée comme local commercial. On y accède par un escalier en béton, perforant la voûte en berceau de la nef occidentale. Les deux nefs sont identiques. Les voûtes en berceau qui les couvrent sont montées en moellons calcaires, maçonnés en assises particulièrement régulières ; des moellons plus épais ont été utilisés pour les bas des murs, et plus fins pour les voûtes. En façade et en arrière de la cave, deux autres berceaux plus courts, perpendiculaires aux précédents, permettent le passage entre les deux nefs. Les jonctions entre ces quatre berceaux s’effectuent par des arêtes, qui reposent dans les murs mitoyens sur deux assises de grès, et sont soutenues par les deux extrémités en grès du mur de séparations des nefs.

81En façade, l’escalier principal devait se situer dans l’angle sud-est, mais les réfections modernes n’en ont laissé aucune trace. Au centre de la façade, deux larges piliers en grès, très saillants, ménagent entre eux une ouverture murée qui devait communiquer avec un appendice sous la rue.

82Une niche unique s’ouvre au centre de la paroi orientale, et une porte, ouverte dans le mur occidental, permet d’accéder à la cave voisine en briques.

83L’extrémité nord de la cave n’a été visible que lors des travaux de démolition, effectués à l’arrière du bâtiment, qui ont permis de reconnaître l’emplacement des fondations et les traces d’arrachement de cette paroi.

Spécificités

84La singularité de cette cave réside dans l’ampleur de ses dimensions, et dans son organisation interne, cloisonnant deux volumes par un mur sans ouvertures, alors que l’utilisation de colonnes pour libérer la surface a jusque-là été observée pour des caves de cette ampleur.

No 9 – 13 place du lion d’or

Dimensions

85Longueur : 9,9m – Largeur : 6m – Hauteur : 2m

Plan de la cave

86Perpendiculaire à la place, elle dessine un rectangle peu allongé vers l’arrière. Un pilier central, rectangulaire, s’étire dans le même sens que la cave et reçoit les voûtes. L’escalier d’accès à la rue se déploie dans l’angle sud-ouest de la façade.

Description

87La lecture du volume d’ensemble est très perturbée par la présence de murs, qui divisent la cave en deux parties indépendantes. D’autres murs en briques, maçonnés dans la moitié de façade, par ailleurs très encombrée, ajoutent encore à la confusion de l’ensemble.

88On accède aux deux parties de la cave par deux escaliers récents en briques. L’un est situé à l’extrémité ouest de la moitié de façade, et l’autre s’ouvre dans les prolongements en briques récents de la partie arrière. Quatre berceaux en moellons calcaires voûtent l’ensemble de la cave, formant des arêtes à chacune de leurs jonctions, et s’appuient sur le pilier central entièrement maçonné en grès.

89L’escalier d’origine, encore présent en façade, s’insère entre la paroi de la cave et un mur en grès, qui porte le linteau limitant l’ouverture de l’escalier. Les marches sont en grès, et munies d’encoches en leur milieu, afin de ménager un espace plus grand pour poser le pied. Un second linteau, en milieu de façade, marque l’entrée d’un passage muré au bout d’un mètre, qui devait communiquer avec une autre cave sous la rue. En face de ce passage, le cuvelage d’un puits, aujourd’hui comblé, est visible au sol. Les premières assises sont en briques, puis se prolongent en calcaire en dessous du niveau de comblement.

Spécificités

90C’est la seule cave reconnue à posséder un puits encore apparent. De plus, l’escalier de façade est encore en parfait état, ce qui est aussi particulièrement rare. Enfin, la structure de la voûte, constituée de berceaux imbriqués, ne trouve d’équivalent que chez les caves voisines, 8, 10 et 11.

No 10 – 1 place Louise de Bettignies

91Cette cave n’a pas fait l’objet d’un relevé suite au refus du propriétaire. Néanmoins, sa structure d’ensemble la rapproche des caves voisines, 9 et 11. Elle est voûtée de quatre berceaux imbriqués, dont les arêtes de jonction reposent sur un pilier central rectangulaire en grès. Son plan global affecte la forme d’un rectangle, dont les dimensions semblent tout à fait voisines de celles de la cave 9. De nombreuses réfections en briques mutilent les voûtes et les parois de cette cave, qui a par ailleurs perdu son escalier de façade.

92Aucun plan ne peut être proposé, mais sa parenté avec les caves citées suffit à en reconnaître l’aspect général ; on se reportera donc plus particulièrement au plan de la cave 9.

No 11 – 5 place Louise de Bettignies

Dimensions

93Longueur : 9,7m – Largeur : 7,7m – Hauteur : 2,2m

Plan de la cave

94De plan rectangulaire, elle s’oriente perpendiculairement à la rue. Un pilier rectangulaire, d’orientation identique à celle de la cave, reçoit les voûtes au centre. L’escalier d’accès vers la rue se situe dans l’angle nord-est de la façade.

Description

95L’accès actuel s’effectue par un escalier récent situé au sud-ouest de la cave. Elle est divisée en deux volumes par un mur en briques, qui la coupe sur sa longueur, en prenant appui sur le pilier en grès. Les parois sont maçonnées en moellons calcaires, à l’exception du mur arrière qui est entièrement en briques, et de l’extrémité orientale de la paroi sud qui est en rouge-barre.

96Les voûtes sont en moellons calcaires, composées de quatre berceaux. Deux sont perpendiculaires à la chaussée et les deux autres lui sont parallèles, à chaque extrémité de la cave. Leurs imbrications mutuelles créent des arêtes qui sont reçues par le pilier central, entièrement en grès.

97L’escalier de façade, encore utilisé, a été reconstruit en briques à la place de l’escalier d’origine, dont le linteau encore en place atteste l’existence à cet emplacement. Au sud de cet escalier, au centre de la façade, une large ouverture donne accès à un passage muré qui mettait en communication avec un appendice non reconnu, au-delà de la façade.

98Le sol de la travée sud, en terre battue, est en léger contrebas de celui en briques de la travée voisine. Il correspond vraisemblablement au niveau du sol d’origine.

Spécificités

99A l’image de la cave 9, la structure de la voûte, en berceaux imbriqués, est la caractéristique principale de la cave, ainsi que sa largeur relativement importante par rapport à sa longueur.

No 12 – 85 rue Esquermoise

Dimensions

100Longueur actuelle : 3,85m – Largeur : 4m – Hauteur actuelle : 1,9m

Plan de la cave

101Le plan, amputé de ses extrémités, devait dessiner un rectangle parallèle à la rue.

Description

102On accède à cette cave par un passage communiquant avec les autres parties en sous-sol de la maison. La partie conservée est de petites dimensions, amputée de ses extrémités ; de part et d’autre, la cave est close par des parois en brique.

103Néanmoins, l’ensemble du berceau qui la couvre est visible dans sa largeur, composé d’assises en moellons calcaires. Le module des moellons utilisés est parfaitement régulier, exception faite d’une assise nettement plus large que les autres, située assez près du sol, au départ de la courbure de la voûte. L’ensemble est bien conservé, sans lézarde apparente, et la destruction des extrémités de la cave ne semble pas être le fruit d’une déstabilisation de l’ensemble.

104Au centre de la façade, une ouverture couverte d’un court linteau en grès est visible, murée en briques. Elle développe un profil incliné vers le haut, qui lui donne l’aspect d’un large soupirail orienté vers le trottoir.

105Aucune trace d’escalier n’est apparente, et la dalle de béton qui couvre le sol ne permet pas d’en appréhender le niveau d’origine.

Spécificités

106La seule caractéristique de cette petite cave est son orientation, cas unique à Lille de cave en pierre qui soit parallèle à la voirie.

No 13 – 23 rue Esquermoise

Dimensions

107Longueur : 15,2m – Largeur : 3,65m – Hauteur : 1,6m

Plan de la cave

108Perpendiculaire à la rue, elle dessine un rectangle très allongé en arrière de parcelle ; l’escalier de façade est encore en place dans l’angle nord-est.

Description

109Un escalier en briques, ménagé au milieu de la paroi sud, permet de descendre dans cette cave. Une importante construction en parpaings occupe plus de la moitié de la surface, et un mur en briques cloisonne la partie arrière. Elle est maçonnée en briques, postérieure à la construction en pierre, mais prolonge exactement le volume de façade.

110L’ensemble de la cave est couvert d’un berceau de moellons calcaires, dont les reins sont affaissés le long de la paroi sud. L’escalier de façade s’insère entre la paroi nord et un mur en grès, dont l’extrémité supporte le linteau qui marque l’ouverture de l’escalier dans la voûte. Les marches en grès sont encore en place, avec des encoches ménagées à la base de chacune d’elles. Au-delà de l’escalier, dans le mur nord, une ouverture murée en briques se dessine, dont la jonction avec la voûte s’effectue au moyen d’une arête reposant sur une pierre de grès forment une légère saillie dans la paroi nord.

111La faible hauteur actuelle de la cave ne peut s’expliquer que par un exhaussement du niveau du sol d’origine, qui n’a cependant pas été reconnu faute de sondage.

Spécificités

112Cette cave ne possède pas d’autre particularité que son bon état de conservation global, et la présence de son escalier de façade encore entier.

113La grande majorité des caves médiévales de Lille ne sont pas utilisées et leur encombrement ou l'accumulation des remblais rendent la prise de photographies délicate. C’est pourquoi ne sont proposées ici que quelques vues d’ensemble des volumes étudiés, accompagnés de photographies de détails, particulièrement les colonnes mises en œuvre dans les plus grandes.

1. Cave voûtée d'un simple berceau de moellons (15)

2. Paroi latérale d’une cave voûtée d’arêtes en moellons. Le sol est exhaussé jusqu’à la hauteur des retombées de la voûte (1)

2. Paroi latérale d’une cave voûtée d’arêtes en moellons. Le sol est exhaussé jusqu’à la hauteur des retombées de la voûte (1)

3. Vue d'ensemble d'une cave à colonnes en pierre de Tournai, qui sert aujourd’hui de local commercial. Les voûtes ont été refaites en béton et briques et le sol est noyé sous une dalle. Le volume est néanmoins conservé et se lit aisément. (5)

3. Vue d'ensemble d'une cave à colonnes en pierre de Tournai, qui sert aujourd’hui de local commercial. Les voûtes ont été refaites en béton et briques et le sol est noyé sous une dalle. Le volume est néanmoins conservé et se lit aisément. (5)

4. Un des rares exemples d’escalier encore en place, qui ouvrait vers la rue. Le linteau ménageant l’ouverture dans la retombée de la vôute est souvent le seul élément conservé dans les autres caves (23)

4. Un des rares exemples d’escalier encore en place, qui ouvrait vers la rue. Le linteau ménageant l’ouverture dans la retombée de la vôute est souvent le seul élément conservé dans les autres caves (23)

5. Située en retrait de la voirie, la cave des chanoines de St Pierre a gardé ses accès d'origine, notamment son escalier qui s’ouvre sous un arc en plein-cintre ménagé dans la paroi de la maison (7)

5. Située en retrait de la voirie, la cave des chanoines de St Pierre a gardé ses accès d'origine, notamment son escalier qui s’ouvre sous un arc en plein-cintre ménagé dans la paroi de la maison (7)

6. Les importantes épaisseurs de remblais accumulées dans les caves nécessitent l’ouverture de sondages pour dégager les colonnes (2)

6. Les importantes épaisseurs de remblais accumulées dans les caves nécessitent l’ouverture de sondages pour dégager les colonnes (2)

7. Vue d'ensemble de la colonne en grès mise au jour dans la cave 1 ; c’est le seul cas de fût en grès composé de tambours. La stratification des remblais, très lisible, permet de reconstituer l'histoire de la cave

7. Vue d'ensemble de la colonne en grès mise au jour dans la cave 1 ; c’est le seul cas de fût en grès composé de tambours. La stratification des remblais, très lisible, permet de reconstituer l'histoire de la cave

8. Détail d'un chapiteau, surmonté d’un tailloir sans sangles abattus. A noter les crochets très sphériques et l’excellent état de conservation.

8. Détail d'un chapiteau, surmonté d’un tailloir sans sangles abattus. A noter les crochets très sphériques et l’excellent état de conservation.

9. Colone en pierre de Tournai noyée dans un mur récent en briques, supportant encore les quatre assises de grès et l'embryon de départ des voûtes en pierre calcaire, remplacées par une dalle de béton (5)

9. Colone en pierre de Tournai noyée dans un mur récent en briques, supportant encore les quatre assises de grès et l'embryon de départ des voûtes en pierre calcaire, remplacées par une dalle de béton (5)

10. Chapiteau en pierre de Tournai, mis au jour dans la cave 3. 11 en existe un second, identique, mais dans une cave voisine (4)

10. Chapiteau en pierre de Tournai, mis au jour dans la cave 3. 11 en existe un second, identique, mais dans une cave voisine (4)

11. Chapiteau en pierre de Tournai de la cave 5. Le décor est sobre et les crochets ont été systématiquement bûchés

11. Chapiteau en pierre de Tournai de la cave 5. Le décor est sobre et les crochets ont été systématiquement bûchés

12. Dans la cave 22, les courtes colonnes en grès qui supportent l’arcature du plancher d’origine, sont noyées dans la paroi en brique et cachées par les supports de la voûte actuelle

12. Dans la cave 22, les courtes colonnes en grès qui supportent l’arcature du plancher d’origine, sont noyées dans la paroi en brique et cachées par les supports de la voûte actuelle

13. C’est le seul endroit où la paroi verticale en grès, maçonnée au-dessus des colonnes de la cave 22, est visible

13. C’est le seul endroit où la paroi verticale en grès, maçonnée au-dessus des colonnes de la cave 22, est visible

14. Ce chapiteau en grès, décoré de feuilles trilobées sur chaque face, couronne la colonne qui supporte les voûtes de la cave 7, cellier des chanoines de St Pierre

14. Ce chapiteau en grès, décoré de feuilles trilobées sur chaque face, couronne la colonne qui supporte les voûtes de la cave 7, cellier des chanoines de St Pierre

15-16. Colonnes en pierre de Tournai, dégagées dans les caves 4 et 2. la stratification du comblement est aisément lisible

15-16. Colonnes en pierre de Tournai, dégagées dans les caves 4 et 2. la stratification du comblement est aisément lisible

17. Détail d’une arête de la voûte de la cave 23, qui repose sur l’extrémité d’un mur bahut

17. Détail d’une arête de la voûte de la cave 23, qui repose sur l’extrémité d’un mur bahut

No 14 – 9 place du Général de Gaulle

Dimensions :

114Longueur : 7,1m – Largeur : 5,8m – Hauteur : 2,55m

Plan de la cave

115Située très en retrait de la place, au centre de la parcelle, elle se compose de deux volumes rectangulaires accolés, qui s’étirent dans le sens de la parcelle. Ils sont séparés par un mur peu épais, et communiquent entre eux par un passage, à l’extrémité occidentale de ce mur. A cet endroit, un escalier s’ouvre dans la paroi nord, qui communique avec les sous-sols modernes.

Description

116C’est par la grande cave à front de place que l’on accède aux caves en pierres, par un passage pratiqué dans le mur oriental de la partie sud. Aucun aménagement ne vient troubler la lecture de cette cave, excepté un mur en briques qui masque l’angle nord-ouest, très abîmé, de la moitié nord. Les deux volumes sont couverts de voûtes en berceau, aux assises de moellons calcaires peu épaisses et très régulières, qui s’appuient sur le mur de séparation des deux caves, également en calcaire.

117L’escalier, orienté vers l’ouest, est le seul accès d’origine reconnu. Quatre marches en grès séparent le niveau du sol des caves de celui du réseau moderne qui s’étire au-delà. Au sommet de l’escalier, une ouverture de porte en pierre calcaire, voûtée en plein-cintre, est encore en place. Le sol des caves est bétonné, mais semble correspondre au niveau du sol d’origine.

Spécificités

118La position de la cave au sein du parcellaire, très en retrait des rues et places actuelles, constitue la première particularité. C’est aussi le seul exemple de caves jumelles, correspondant à un seul bâtiment à l’origine. La présence d’un seul escalier, ouvert sur le passage qui met les deux parties de la cave en communication, et architecturalement lié à l’ensemble de la construction, le confirme. De plus, c’est une des rares caves qui possède un escalier dont l’ouverture n’est pas ménagée par un linteau, mais qui s’ouvre vers l’extérieur sous un arc en plein-cintre. Seul l’escalier de la cave 7 possède les mêmes caractéristiques.

coupes tranversale et longitudinale

coupes tranversale et longitudinale

hypothèse de restitution avec emprise du bâtiment

No 15 – 28 rue de la grande chaussée

Dimensions

119Longueur actuelle : 13,6m – Longueur restituée : 17,7m

120Largeur : 4m – Hauteur : 1,8m

Plan de la cave

121Elle dessine un rectangle très étiré, perpendiculaire à la rue.

Description

122On accède à cette cave par un escalier à vis qui descend dans la partie avant, profondément remaniée. La paroi sud-ouest, en moellons calcaires, montre des traces d’arrachement de voûte, remplacée par une dalle de béton. Quelques assises de moellons forment les soubassements du mur de façade et de la paroi nord-est, sur lesquels les murs ont été repris en brique.

123En arrière de cette première partie, la voûte de la cave est conservée sur une grande longueur. Il s’agit d’un berceau de calcaire, monté en assises de petits moellons. Au-delà, la cave se prolonge, mais a été totalement refaite en briques. Le profil de la voûte en berceau conservée, montre clairement des traces d’arrachements. Trois assises de moellons, identiques à ceux utilisés pour les assises basses portant le berceau en pierre, courent encore au bas de la paroi sud-ouest sur quelques mètres, indiquant les dimensions d’origine de la cave.

124Il n’existe plus de trace de l’escalier de façade, qui devait néanmoins se situer le long de la paroi sud-ouest. La présence d’un grès, destiné à recevoir une arête, situé à 3,5m de la façade, ainsi que les traces d’arrachements de la voûte dans le mur ouest, indiquent l’emplacement de l’ouverture primitive de l’escalier. Le sol actuel est complètement bétonné.

Spécificités

125La grande longueur de cette cave est sa seule caractéristique.

No 16 – 50 rue de la grande chaussée

Dimensions

126Longueur : 8,3m – Largeur façade : 3,7m – Largeur fond : 3m

127Hauteur : 1,8m

Plan de la cave

128Perpendiculaire à la rue, elle adopte un plan grossièrement rectangulaire qui se rétrécit vers l’arrière de la parcelle. L’escalier d’accès au trottoir est encore en place dans l’angle nord de la façade.

Description

129Un escalier moderne descend dans les caves en briques, qui ont été aménagées en arrière de la cave de façade. Un passage percé dans le mur du fond de la cave en pierre, permet d’y accéder.

130La voûte est formée d’un berceau en moellons calcaires, dont le profil suit la réduction de largeur vers l’arrière, et repose le long de chacun des côtés sur trois assises de grès. Une cheminée en brique a été creusée au centre de la paroi orientale, à côté de laquelle se situe l’escalier d’accès au trottoir. Entièrement conservé, il s’insère entre la paroi et un mur en grès monté en moellons de tailles variées, ne formant pas des assises régulières. Au sommet de ce mur, un fort corbeau soutient le linteau limitant l’ouverture de l’escalier, dont les marches sont en grès.

131Le mur du fond de la cave est entièrement en briques, et paraît avoir été remonté à la place de la paroi d’origine, comme le confirme le profil de la voûte, visible dans le passage de communication avec la cave arrière, qui ne présente pas de trace de bûchage ou d’arrachement. Le sol actuel est en briques, ménagé à 0,4m du sol médiéval reconnu lors d’un sondage.

Spécificités

132La forme de la cave, qui se rétrécit fortement vers l’arrière, est la première particularité de cette cave. Elle témoigne de contraintes particulières lors de sa construction. Le mur de séparation de l’escalier en est la seconde, seul exemple reconnu de maçonneries irrégulièrement assisées, utilisant des pierres de modules différents qui pourraient être le fruit de récupérations.

133Malheureusement, l’autorisation de publier les plans et coupes de cette cave n’a pas été accordée.

No 17 – 18 place du lion d’or

Dimensions

134Longueur : 7,8m – Largeur : 4,7m – Hauteur : 1,65m

Plan de la cave

135Perpendiculaire à la place, la cave s’étire dans le sens de la parcelle selon un plan globalement rectangulaire, amputé de ses extrémités, qui se rétrécit vers l’arrière.

Description

136C’est un escalier moderne qui permet d’accéder à la cave, par un passage ménagé dans la paroi arrière en briques. L’ensemble est voûté d’un berceau monté en moellons calcaires, en assises régulières. La partie avant est remplacée par une voûte en briques, contemporaine de la réfection de la façade. Il en est de même pour l’extrémité arrière, où la brique se substitue au calcaire à partir du mur du fond. L’ensemble de la voûte repose sur un soubassement vertical, d’un mètre de haut, dont deux assises en calcaire sont encore visibles.

137Un escalier en brique, muré, s’ouvre encore en façade, à l’arrière duquel une petite cave en briques s’étire le long de la façade, sous le trottoir. L’escalier d’origine n’est plus visible. La faible hauteur sous voûte laisse supposer que la cave a été en partie remblayée, mais l’état de conservation et l’encombrement n’ont pas permis d’y effectuer des sondages.

Spécificités

138Cette cave ne possède pas d’éléments particuliers.

No 18 – 15/17 place Louise de Bettignies

Dimensions

139Longueur : 8,8m – Largeur : 4,6m – Hauteur : 1,9m

Plan de la cave

140La cave adopte un plan rectangulaire, allongé vers le fond de la parcelle, et perpendiculaire à la place. L’escalier d’accès au trottoir s’ouvre encore dans la façade.

Description

141Il n’existe plus d’accès direct à cette cave, dans laquelle on entre en passant par la cave voisine, au moyen d’un passage ménagé au centre de la paroi orientale.

142L’ensemble de la cave est voûté d’un berceau en moellons calcaires, aux assises régulières, qui repose sur des soubassements verticaux de matériau identique. A l’arrière, dans l’angle nord-ouest, une ouverture murée en briques se dessine dans la voûte, emplacement possible d’un escalier arrière disparu. La paroi ouest est intégralement conservée en pierre, alors que le mur arrière est une réfection en brique. Le même matériau est utilisé aussi pour la paroi orientale, devant le mur en calcaire d’origine, qui est visible en coupe dans le passage reliant les deux caves.

143L’escalier d’accès au trottoir, dont les marches récentes en briques ne sont pas d’origine, s’insère entre deux murs en moellons calcaires. La jonction entre la voûte et l’ouverture de l’escalier s’effectue par l’intermédiaire d’un arc aplati aux arêtes chanfreinées.

144Dans le mur sud, à côté de l’escalier, un passage étroit est ménagé à la base du mur. Il se prolonge loin sous la place Louise de Bettignies ; large d’à peine 40cm, les deux parois en moellons calcaires supportent des dalles de même matériau, dont beaucoup sont brisées en leur milieu. La longueur reconnue dépasse les 20 mètres.

145Le sol actuel est en briques, vraisemblablement posé sur le sol médiéval, qui n’a cependant pas été reconnu faute de sondage.

Spécificités

146Avec sa voisine, elle forme un ensemble tout à fait homogène vraisemblablement édifié en même temps. La présence d’un escalier qui n’est pas accolé à la paroi, et dont l’ouverture n’est pas limitée par un linteau massif mais un arc clavé, est aussi une particularité de cette cave. De plus, c’est le seul cas où un passage d’aussi petites dimensions s’enfonçant sous la voirie a pu être reconnu.

No 19 – 19 place Louise de Bettignies

Dimensions

147Longueur : 10,3m – Largeur : 4,8m – Hauteur : 1,75m

Plan de la cave

148Le rectangle qu’elle dessine s’étire en arrière de la parcelle, perpendiculairement à la place. Il est pratiquement régulier et se rétrécit très peu vers l’arrière. L’escalier d’accès au trottoir est encore en place dans le mur de façade.

Description

149Le volume de la cave n’est encombré par aucun aménagement. L’accès actuel s’effectue par une trappe ménagée dans la voûte, à l’arrière de la cave, sans escalier. A cet endroit, le berceau qui couvre la cave est en briques, matériau utilisé aussi pour le mur du fond, d’où émergent deux marches en pierre de Tournai d’un escalier qui tournait vers l’est.

150Le reste de la cave est voûté d’un berceau en moellons calcaires, monté en assises régulières, qui repose sur des soubassements verticaux. L’ensemble des parois est en pierres calcaires, sans réaménagements.

151L’escalier vers le trottoir, muré, possède des marches en grès posées sur un rang de briques. Il s’insère entre deux murs en moellons calcaires qui soutiennent à leur extrémité un arc à l’arête chanfreiné, en calcaire, qui assure la jonction entre la voûte de la cave et l’ouverture de l’escalier.

152La hauteur sous voûte, réduite, laisse supposer que le sol actuel en brique recouvre un remblai reposant sur le sol d’origine.

Spécificité

153Comme pour la cave voisine (18), la caractéristique principale de cette cave est la position de l’escalier qui n’est pas le long d’une paroi, ainsi que l’utilisation d’un arc clavé en calcaire, et non d’un linteau en grès, pour ménager l’ouverture de l’escalier.

plan des caves 18 et 19

plan des caves 18 et 19

No 20 – 8 place Louise de Bettignies

Dimensions

154Longueur actuelle : 17m – Longueur restituée : 18,1m

155Largeur : 5,6m – Hauteur : 2,6m

Plan de la cave

156Le rectangle que dessine cette cave s’étire vers le fond de la parcelle, perpendiculairement à la place. Les voûtes délimitent quatre travées.

Description

157Deux escaliers permettent de descendre dans cette cave, utilisée comme local commercial d’exposition, l’un à l’extrémité nord de la paroi orientale et le second dans le mur du fond. Ces deux escaliers sont le fruit de réfections, qui ont entraîné plusieurs perturbations dans l’architecture de la cave.

158La totalité de la cave est voûtée d’arêtes en moellons calcaires, qui reposent dans les parois latérales sur trois assises de grès. La dernière travée a été détruite afin de ménager une ouverture dans la voûte. Les parois sont encore dans leur grande majorité montées en moellons calcaires et dans chaque travée, au centre des parois, des niches de dimensions identiques s’ouvrent à environ un mètre du sol. Seules les parois refaites en briques, principalement au nord des deux parois latérales, ne possèdent pas d’ouvertures de ce type. Le mur fermant le fond de la cave est en briques, mais le profil de la retombée d’origine de la voûte est encore visible en coupe dans la paroi de l’escalier du fond. Il est alors possible de restituer la longueur d’origine de l’ensemble.

159Il n’existe plus d’escalier de façade encore en place, mais la présence dans la voûte à l’angle nord-ouest de la façade d’un linteau en grès permet d’en restituer l’emplacement. Au centre de la façade, un second linteau, qui semble en place, est visible dans la voûte ; il ménage une ouverture qui communiquait probablement vers un appendice situé sous la chaussée, non accessible. Une troisième ouverture se situe dans l’angle nord-est de la façade, mais correspond vraisemblablement à un aménagement assez récent.

160La hauteur actuelle sous voûte semble correspondre à celle d’origine ; une dalle de béton constitue le sol actuel.

Spécificités

161Cette cave est particulièrement longue. De plus, l’utilisation d’arêtes pour la couvrir, sans recours à des supports intermédiaires, est une particularité. En effet, dans les autres caves de largeurs identiques ou très proches, les voûtes sont systématiquement portées par des colonnes (2, 3, 4 et 5). La présence de plusieurs niches, percées dans les parois à chacune des travées, est une autre particularité de cette cave.

proposition de restitution

No 21 – 30 rue de la grande chaussée

Dimensions

162Longueur actuelle : 13m – Longueur restituée : 17,4m

163Largeur : 3,9m – Hauteur : 2,2m

Plan de la cave

164Le rectangle dessiné par cette cave s’étire très en arrière de la parcelle, perpendiculairement à la rue. Sa forme est à peu près régulière, avec un décalage d’axe entre la première et la troisième travée, qui est la dernière existante alors que la cave en comportait une de plus à l’origine.

Description

165L’accès actuel s’effectue par la cave mitoyenne (3), au moyen d’un passage percé à travers le mur de séparation des caves, large d’un mètre, au niveau de la première travée.

166La cave a été fortement remaniée dans les années soixante, particulièrement au niveau des voûtes d’arête en moellons calcaires, qui ont été remplacées par des dalles de béton. Seule subsiste la moitié de la voûte de la seconde travée. Les autres sont reconnaissables aux retombées dans les parois, dont les trois assises de grès sont encore en place. Les murs de la seconde travée, et celui au sud de la troisième, sont encore montés en calcaire. Les autres ont été remplacés par des parois en briques. La quatrième travée n’est reconnaissable qu’aux assises de grès qui en supportaient les voûtes, à l’extrémité sud de la troisième travée.

167Il n’existe plus aucune trace de l’escalier de façade, toute la première travée ayant été remplacée par une structure bétonnée.

168Le sol actuel, constitué d’une dalle de béton, doit correspondre sensiblement à la hauteur de celui d’origine.

Spécificité

169Cette cave possède comme première particularité d’être insérée entre deux autres caves en pierres, dont les longueurs restituées sont très voisines de la sienne. De plus, sa largeur est identique à sa voisine (15) alors que son type de voûtement est différent : c’est la plus étroite des caves voûtées d’arêtes.

No 22 – 8 rue de la grande chaussée

Dimensions

170Longueur : 11m – Largeur : 6,5m – Hauteur : 2,6m

Plan de la cave

171Globalement rectangulaire et perpendiculaire à la rue, la cave est divisée en deux parties inégales par un mur en briques, cloisonnant un petit espace rectangulaire en façade.

Description

172Un escalier en béton permet d’accéder à la cave, le long du mur oriental. Un second, de plus petite taille et en briques, s’ouvre à l’extrémité arrière de ce même mur.

173La cave est voûtée en briques qui retombent en berceau sur la paroi est, et présentent des arêtes de pierres calcaires qui reposent sur des colonnes en grès devant le mur occidental. Ces deux colonnes monolithes, cachent deux autres colonnes en grès noyées dans la paroi de briques, mitoyenne. Elles possèdent des fûts courts et circulaires, qui reposent sur des bases à deux tores, et sont couronnées de chapiteaux à crochets décorés de stries concentriques. Ces éléments émergent à peine du mur de briques. Ces colonnes supportent trois arcades en grès, sur lesquelles la voûte en briques est maçonnée. La retombée, à l’extrémité sud de la cave, est un pilier à angle droit et non une colonne, qui se noie dans la paroi du fond en briques.

174La partie avant de la cave, en contre-haut, est entièrement couverte en briques. Les traces d’arrachement de la voûte sont visibles en coupe dans la paroi de briques, qui isole cette partie du reste de la cave. Dans l’angle ouest, deux corbeaux émergent du mur.

175La paroi en briques qui forme la limite occidentale de la cave, est visiblement un mur de séparation entre deux caves, qui a été maçonné sous une arcature préexistante. L’observation de la cave mitoyenne à l’ouest, décrite ici pour la commodité du propos, confirme cette remarque.

176Il s’agit d’une cave longue de 8,1m et large de 3,3m, perpendiculaire à la rue, voûtée d’un petit berceau en briques. Dans la paroi est, les bords des chapiteaux en grès sont visibles, ainsi que les profils des arcatures en grès qui ont été observées dans la cave voisine. Ils sont surmontés de murs verticaux en grès, sur lesquels la voûte récente en briques vient s’ancrer. Le profil d’un de ces arcs est visible à l’extrémité nord du mur mitoyen, qui s’étire depuis le chapiteau de la colonne. Son extrémité est invisible car noyée dans le mur en briques, mais il se prolongeait vraisemblablement vers les corbeaux remarqués dans l’autre cave.

177Apparemment complexes, ces deux caves n’en formaient qu’une à l’origine, dont la couverture était constituée d’un plancher que soutenaient les arcatures portées par les colonnes. La largeur de la cave du No 8, permet de supposer qu’une seconde arcature existait, dont la présence permet de rétablir le plan d’origine de la cave. Il apparaît presque carré, long de 11m et large de 10,5m.

Spécificités

178Elles sont ici très nombreuses. La petite taille des colonnes en est une première, de même que l’absence de tailloir au-dessus des chapiteaux : la jonction avec les arcs en grès s’effectue par un grès profilé spécialement. C’est aussi la seule cave qui n’emploie que le grès dans son élévation d’origine, tant pour les arcs que pour les parois maçonnées sur l’extrados de chacun d’eux. De plus, la restitution d’un plancher comme couverture d’origine, dont les corbeaux ou trous de boulin qui supportaient les têtes de poutre ne sont plus visibles, est un cas unique à Lille.

Colonne en grès supportant les arcs

Proposition de restitution du plan d’origine

Coupe longitudinale restituée

Coupe longitudinale restituée

Coupe transversale restituée

Coupe transversale restituée

No 23 – 14 place du lion d’or

Dimensions

179Longueur actuelle : 12,2m – Longueur restituée : 14m

180Largeur actuelle : 7,1m – Largeur restituée : 7,6m

181Hauteur actuelle : 1,9m – Hauteur restituée : 3m

Plan de la cave

182Elle dessine un large rectangle, perpendiculaire à la place, et divisé en trois travées par des murs bahuts saillant fortement des parois latérales. L’escalier de façade, encore en place, se situe dans l’angle ouest de la façade.

Description

183Un escalier en brique situé au centre de la paroi arrière de la cave met en communication avec les bâtiments du premier niveau. L’accès principal est un passage ménagé dans la paroi ouest de la première travée, permettant d’accéder à une cave mitoyenne, où se trouve l’escalier principal.

184La travée de façade est voûtée en berceau, parallèle à la rue, à l’arrière duquel viennent se greffer les arêtes des voûtes de la seconde travée. La troisième et dernière travée est voûtée d’arêtes, identiques à la précédente. Ces arêtes prennent appui sur des murs bahuts massifs, intacts du côté oriental, mais noyés dans des réfections en briques de l’autre côté. Les voûtes, les murs-bahuts et les parois conservées, sont en moellons calcaires.

185L’escalier d’accès vers le trottoir est intégralement conservé. Les marches en grès sont en place, débordant vers l’intérieur de la cave le long de la paroi, et traversent l’ensemble du mur de façade dont les murs sont aussi en grès, jusqu’à la paroi de brique qui condamne la sortie. La jonction entre l’ouverture de l’escalier et la voûte est assurée par un linteau massif en grès. Une ouverture murée en briques se dessine à l’est de l’escalier, qui permettait d’atteindre probablement une cave sous la rue.

186Une niche s’ouvre dans la paroi orientale de la seconde travée, au ras du sol, ce qui permet de supposer, par comparaison avec la cave 20, que le sol est comblé sur une hauteur voisine d’un mètre. C’est la seule niche visible. Il en existait peut-être de l’autre côté, aujourd’hui invisible derrière les réfections des murs en briques.

Spécificité

187C’est un exemplaire unique de couverture d’une cave large avec des murs bahuts et non avec des colonnes intermédiaires recevant les retombées des voûtes. Le cloisonnement de l’espace engendré par cette formule permet la création de larges espaces séparés aux extrémités de chaque travée, et n’oblige pas à l’importation de supports issus de carrières extérieures à la région. C’est aussi la seconde cave dans laquelle une niche est visible.

No 24 – 16 place Louise de Bettignies

Dimensions

188Longueur : 8,7m – Largeur : 4m – Hauteur : 1,9m

Plan de la cave

189La cave actuelle est rectangulaire, perpendiculaire à la place.

Description

190Un escalier débouchant dans la partie arrière de la cave est le seul accès actuel.

191Elle est voûtée d’un berceau en brique sur toute sa longueur, reposant sur un soubassement en moellons calcaire le long du mur occidental. Celui-ci n’a que 0,6m de haut, mais deux départs de voûte sont encore visibles, débordant de peu de la paroi ; le reste de la voûte ainsi que les autres murs de cette cave en pierre n’existent plus.

192L’escalier de façade n’est plus non plus visible ; seul subsiste un étroit escalier en briques condamné.

Spécificités

193Aucune particularité architecturale n’est visible ici ; cette cave amputée de sa plus grande partie montre que certaines d’entre elles peuvent encore être restituées grâce à des traces même fugitives.

No 25 – 23 rue de la grande chaussée

194L’ensemble de la cave est en brique, couverte d’un berceau, et ne possède pas de vestiges médiévaux visibles. Ce sont des éléments particuliers dans la paroi ouest qui ont amené à effectuer des sondages à cet endroit.

195Le mur occidental est entièrement monté en rouge-barre sur lequel prend appui la voûte ; dans ce mur se dessinent des traces correspondant à des retombées de voûtes d’arêtes, mais qui ont été démontées et remplacées par des rouges-barres de module différents de celles du reste de la paroi.

196Au pied de ces structures, deux sondages ont été effectués qui pont permis de mettre au jour les soubassements en grès de pilastres saillant de la paroi, confirmant l’existence d’une structure ancienne en pierre. Sous chacun de ces pilastres, les bords de fosses ou trous de poteaux creusés dans le terrain naturel ont été repérés et fouillés dans la mesure de l’amplitude des sondages ; des tessons de céramique décorés à la molette ont été sortis, grossièrement datés à Lille des environs du xe siècle.

197Le fond d’un four domestique, dont les parois ont été détruites, a été mis au jour à côté de la retombée sud, sur le terrain naturel ; apparemment nettoyé lors de sa destruction, aucun tesson n’y a été retrouvé.

Représentation schématique de la paroi ouest

No 26 – 30 place du lion d’or

198Cette cave n’a malheureusement pas été relevée par manque d’autorisation, mais a néanmoins été aperçue et peut donc être décrite.

199Son plan est rectangulaire, perpendiculaire à la place.

200Fortement remaniée, sa partie arrière est entièrement en brique pour les parois supportant une dalle de béton qui s’étend jusqu’à la façade. La paroi occidentale est refaite en brique, mais trois assises de moellons calcaires sont visibles à la base, révélant trois restes de départs de voûte en calcaire, identiques à ceux observables dans les autres caves voûtées d'arêtes.

201La paroi orientale est entièrement montée en moellons calcaires, en assises régulières. Aucune trace de retombée de voûte n’y est visible, même sous forme d’arrachement ; il n’existe pas non plus de corbeaux ou trous de boulins au sommet pouvant suggérer l’existence d’un plancher à l’origine.

202Le sol a été surcreusé et un rebord en béton ménagé le long de chacune des parois, des poutres bétonnées reliant ces rebords entre eux et empêchant toute possibilité de sondage éventuel.

203La particularité de cette cave est l’existence de traces de voûtement dans une paroi, sans parallèle dans celle en vis-à-vis où le mur est vertical, ce qui ne permet pas de proposer de restitution quant à la couverture d’origine. Des réaménagements sont vraisemblablement à l’origine de cette disparité structurelle, mais le manque de temps d’observation ne permet pas de dépasser cette hypothèse.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende proposition de restitution
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende proposition de restitution
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende colonne centrale de la cave
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre plan de la cave en pierre et des parties attenantes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende plan restitué
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 2. Paroi latérale d’une cave voûtée d’arêtes en moellons. Le sol est exhaussé jusqu’à la hauteur des retombées de la voûte (1)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 3. Vue d'ensemble d'une cave à colonnes en pierre de Tournai, qui sert aujourd’hui de local commercial. Les voûtes ont été refaites en béton et briques et le sol est noyé sous une dalle. Le volume est néanmoins conservé et se lit aisément. (5)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 4. Un des rares exemples d’escalier encore en place, qui ouvrait vers la rue. Le linteau ménageant l’ouverture dans la retombée de la vôute est souvent le seul élément conservé dans les autres caves (23)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 5. Située en retrait de la voirie, la cave des chanoines de St Pierre a gardé ses accès d'origine, notamment son escalier qui s’ouvre sous un arc en plein-cintre ménagé dans la paroi de la maison (7)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 6. Les importantes épaisseurs de remblais accumulées dans les caves nécessitent l’ouverture de sondages pour dégager les colonnes (2)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 7. Vue d'ensemble de la colonne en grès mise au jour dans la cave 1 ; c’est le seul cas de fût en grès composé de tambours. La stratification des remblais, très lisible, permet de reconstituer l'histoire de la cave
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 8. Détail d'un chapiteau, surmonté d’un tailloir sans sangles abattus. A noter les crochets très sphériques et l’excellent état de conservation.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 9. Colone en pierre de Tournai noyée dans un mur récent en briques, supportant encore les quatre assises de grès et l'embryon de départ des voûtes en pierre calcaire, remplacées par une dalle de béton (5)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 10. Chapiteau en pierre de Tournai, mis au jour dans la cave 3. 11 en existe un second, identique, mais dans une cave voisine (4)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 11. Chapiteau en pierre de Tournai de la cave 5. Le décor est sobre et les crochets ont été systématiquement bûchés
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 12. Dans la cave 22, les courtes colonnes en grès qui supportent l’arcature du plancher d’origine, sont noyées dans la paroi en brique et cachées par les supports de la voûte actuelle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 13. C’est le seul endroit où la paroi verticale en grès, maçonnée au-dessus des colonnes de la cave 22, est visible
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 14. Ce chapiteau en grès, décoré de feuilles trilobées sur chaque face, couronne la colonne qui supporte les voûtes de la cave 7, cellier des chanoines de St Pierre
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 15-16. Colonnes en pierre de Tournai, dégagées dans les caves 4 et 2. la stratification du comblement est aisément lisible
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 17. Détail d’une arête de la voûte de la cave 23, qui repose sur l’extrémité d’un mur bahut
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre coupes tranversale et longitudinale
Légende hypothèse de restitution avec emprise du bâtiment
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre plan des caves 18 et 19
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende proposition de restitution
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Colonne en grès supportant les arcs
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Proposition de restitution du plan d’origine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Coupe longitudinale restituée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Coupe transversale restituée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Représentation schématique de la paroi ouest
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49808/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search