Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

Conclusion

Texte intégral

1Le recensement des caves anciennes de Lille a permis, pendant les quatre années nécessaires à ce travail, d’évaluer en premier lieu la motivation des habitants et leur attachement à la connaissance de l’histoire de leur ville ; sans leur collaboration parfois très active, la phase de prospection aurait été beaucoup plus difficile. Le patrimoine découvert lors de ces investigations a suscité de nombreuses questions de leur part, et les quelques visites de caves effectuées lors des journées du patrimoine 1998 et 1999 ont permis, à un trop petit nombre d’entre eux, de s’approprier les découvertes. Les caves sont les plus anciens monuments en place dans la ville, et il faut espérer que leur intérêt historique et architectural permettra à l’avenir leur préservation et, pourquoi pas, leur exploitation par l’intermédiaire de réaménagements.

2L’analyse architecturale a permis d’émettre de nombreuses hypothèses sur les bâtiments privés médiévaux, leur utilisation et leur élévation ; l’étude des archives a aussi mis en évidence la richesse sans doute insoupçonnée de ces documents. Il paraît nécessaire de s’attacher à un dépouillement le plus exhaustif possible de ces sources qui, confrontées en permanence aux découvertes sur le terrain, s’avèrent particulièrement intéressantes. La prospection, étendue à l’ensemble de la ville, notamment dans les quartiers qui n’ont été rattachés qu’au siècle dernier, doit aussi être poursuivie afin d’établir un catalogue complet des structures anciennes conservées dans la totalité du sous-sol de la ville.

3Enfin, les restitutions proposées des limites originelles de la ville, des voiries et des aménagements de la rivière en liaison avec l’analyse du parcellaire et la datation des caves de Lille, montrent que la ville possède des origines en tous points identiques à celles des autres villes flamandes, et s’intègre dans une large organisation des bourgs du haut moyen âge dont la montée en puissance s’est faite dans le courant des xie, xiie et xiiie siècles. Le recensement des caves de Lille montre que des travaux de même nature effectués dans des villes voisines, qui ne possèdent plus de vestiges anciens de surface, pourraient aider à mieux comprendre leur organisation et occasionner des comparaisons riches, permettant sans doute de mieux appréhender l’image des villes de la région, ainsi que leur évolution, dans le courant du moyen âge.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search