Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

La ville médiévale

Texte intégral

L’image des bâtiments

Les données fournies par les plans

1Jusqu’à présent, les caves ont été analysées comme des structures particulières, sans rapports directs avec les bâtiments de surface. Or sur ceux-ci, qui ont tous disparu depuis bien longtemps, nous ne possédons pratiquement aucun renseignement ; même les murs mitoyens du premier niveau, souvent conservés dans d’autres villes, n’apportent aucune aide puisqu’aucun de ceux observés ne présente de trace d’élévation médiévale. C’est donc à partir de l’observation attentive des caves, et à l’aide des quelques textes intéressants, que des hypothèses de restitutions de bâtiments vont être proposées.

  • 1 Provins et sa région, bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de Provins, No 150, 1996.

2La présence des escaliers repérés dans les caves, parfois entiers mais souvent sous forme de traces, permet de confirmer le caractère souterrain des structures recensées ; le manque de vestiges d’ouvertures quelconques dans les façades des caves, portes ou fenêtres, qui auraient permis une communication directe avec l’extérieur, renforce s’il en est besoin cette conclusion. Enfin, l’existence reconnue de caves sous la rue, mentionnées dans les textes et visibles d’après les accès bouchés dans les caves 2 et 23 notamment, bien qu’aucune n’ait été recensée, suffit à montrer que les caves dans lesquelles elles s’ouvraient étaient bien enterrées. Cependant, il est vraisemblable que le niveau de la rue a augmenté depuis l’époque médiévale, les restitutions d’escaliers laissant supposer qu’il a été d’environ un mètre. Les maisons qui possédaient des caves auraient donc pu être légèrement surélevées, quelques marches permettant d’accéder au premier niveau de l’habitation. C’est le cas par exemple à Provins, où des maisons sous lesquelles se trouvent des caves voûtées d’ogives, supportées par des colonnes, sont encore conservées ; le premier niveau est surélevé de près d’un mètre1.

3La question qui se pose maintenant est celle du lien entre le plan de la cave et celui de la maison. A l’heure actuelle, de nombreuses maisons possèdent des caves qui ne se situent que sous une petite partie de la surface habitée, ou de vastes sous-sols dont la surface est identique à celle du rez-de-chaussée ; les parois sont alors les fondations de l’élévation du bâtiment de surface. Dans le cas des caves médiévales recensées, il y a vraisemblablement adéquation entre la largeur de la cave et celle de la maison, puisqu’elles s’inscrivent dans un parcellaire qui est encore en place : la cave occupe toute la largeur possible, servant de fondation au bâtiment, ainsi que l’atteste la présence des vestiges de parois en pierre au-dessus de la cave 7, cellier des chanoines, superposés aux parois de la cave.

4Dans le cas des caves larges de six mètres à peu près, il est possible de restituer une élévation des niveaux supérieurs sans supports intermédiaires, cette dimension représentant une portée envisageable pour les poutres qui supportaient les planchers. C’est a fortiori le cas pour les caves de largeurs plus modestes. Les grandes caves, dont les largeurs avoisinent les neuf mètres, obligent à restituer des arcatures ou des murs de refend pour soutenir les poutraisons des niveaux supérieurs : de telles largeurs ne peuvent être couvertes d’un seul tenant, tant à cause du fléchissement des poutres sous le poids, que des pressions reportées sur les parois de la maison. L’arcature de la cave 22 pourrait être un exemple de ce qu’il était possible de trouver dans les niveaux supérieurs, les portées étant ici de l’ordre de trois mètres. Cette indication peut aussi laisser supposer la présence de supports ou de parois intermédiaires au-dessus des caves larges de six mètres.

5Pour les très longues caves, la restitution du bâtiment de surface est plus problématique, car elles associent une grande longueur à une faible largeur. Cependant, la présence d’une maison qui reprenait les dimensions de la cave, et s’étirait vers l’intérieur du parcellaire, semble plausible, même si l’habitabilité d’un tel édifice devait être réduite. Ou alors, il faudrait imaginer qu’une partie de la cave ne soit pas recouverte par le bâtiment. D’autre part, l’existence de maisons très étroites encore en place dans des villes voisines, ou attestées par le plan relief de la ville, suffit à montrer la validité de cette restitution.

6Les caves 3 et 21, mitoyennes, longues toutes les deux de plus de 18m, pourraient représenter un cas particulier. S’il est possible de restituer une grande maison au-dessus la cave 3, qui possède des colonnes et dont la largeur est voisine de 6m, il semble moins certain qu’une maison se soit superposée parfaitement au-dessus de la seconde. Sa longueur est identique mais la largeur, inférieure à 4m, est beaucoup plus réduite. Deux solutions sont alors envisageables : considérer comme possible la construction d’une maison étroite au-dessus de cette cave, étirée en longueur sur plus de 18m, dont les pièces auraient été disposées en enfilades. Ou alors, restituer ces deux caves comme un ensemble unique, avec un seul grand bâtiment construit en surface. Dans ce cas, les deux caves, indépendantes, auraient pu posséder deux fonctions distinctes, l’une commerciale à vocation de stockage et la seconde destinée à un usage privé.

7Cette hypothèse oblige à imaginer une construction de très grande dimension, large de 10m et longue de près du double, ce qui est important par rapport aux autres caves de même style, mais pas impossible, compte tenu de la grande largeur des caves anciennes qui sont de l’ordre de 9m (1 et 22). De plus, le mur mitoyen entre les deux caves, large d’un mètre, n’est pas rectiligne mais présente des changements d’axes qui se retrouvent de part et d’autre : ceci pourrait indiquer que les deux caves ont été construites en même temps. Dans ce cas, le mur qui sépare les caves aurait supporté une importante division interne de la maison, vu son épaisseur, ou le mur de séparation entre deux bâtiments construits simultanément. La présence d’un grand édifice, possédant des caves distinctes, est donc une possibilité qui, si elle n’est pas confirmée par les bâtiments de surface détruits aujourd’hui, ni attestée par les textes, reste néanmoins une éventualité qui doit être prise en compte.

8La cave 14 se décompose en deux berceaux parallèles, et présente un plan d’ensemble qui dessine un rectangle très peu allongé. L’épaisseur de la paroi dans laquelle s’ouvre l’escalier est d’1,2m, et celle à l’arrière des caves, dans laquelle a été percée l’ouverture qui permet la communication avec les grandes caves de façade, mesure presque un mètre. La présence sur le tableau de Watteau déjà cité d’une haute maison en brique à remplacement de ces caves, associée au plan d’ensemble, pourrait suggérer l’existence d’un bâtiment massif à cet endroit. Il est fort tentant d’associer ces caves à une maison-tour ancienne, située en retrait des voiries actuelles. L’escalier s’orientant vers l’ancien canal des poissonceaux et non vers la grand-place, cette cave pourrait témoigner de la viabilisation relativement tardive de la place. A nouveau, le manque d’éléments matériels et de textes précis ne permet pas de dépasser le stade de l’hypothèse ; il faut surtout retenir ici le caractère particulier du plan et de la position du bâtiment.

9L’existence de maisons mitoyennes est le dernier problème soulevé par l’étude des plans. Le cas des caves 3 et 21 a déjà été évoqué, mais elles ne constituent pas un phénomène unique. Les petites caves voûtées en berceau, place Louise de Bettignies (18 et 19), correspondent à des constructions accolées, et la paroi qui sépare les deux bâtiments devait supporter le mur mitoyen. Se pose à nouveau la question de l’existence d’un seul grand bâtiment en surface, ou de deux plus petits. L’hypothèse que nous avions formulée sur les niches, témoins de propriété, pourrait trouver ici sa limite puisqu’il n’en existe aucune dans le mur de séparation des caves. Cependant, il n’est pas impossible que les deux caves, et les maisons qui leur étaient associées, aient été bâties par le même propriétaire, leurs architectures identiques plaidant pour une construction simultanée : les niches n’ont pas lieu d’être dans ce cas précis. Ces éléments montrent à nouveau les limites de nos connaissances, et l’intérêt que l’on pourrait trouver à systématiser les observations et sondages dans les caves.

10Toutes les maisons n’étaient cependant pas mitoyennes. Les grandes caves à colonne 4 et 5 sont séparées par une petite parcelle, large d’un peu plus de deux mètres, sous laquelle se trouve une cave en brique. Il faut donc reconstituer ici deux bâtiments qui n’étaient pas mitoyens, séparés par une maison plus étroite ou un passage vers l’arrière. Ces caves, datées de la première moitié du xiiie siècle, sont sans doute le reflet de bâtiments importants, grosses demeures de riches négociants, indépendantes des demeures voisines à l’époque de leur construction. L’architecture des caves voûtées d’arêtes, où les pressions sont reportées sur des fondations solides, permet d’envisager la présence d’élévations tout ou partie en pierres ; l’état actuel de ces caves, où aucune fissure ou désordre architectural n’est visible, l’une d’elle supportant aujourd’hui sans difficulté un immeuble en béton, montre la solidité de ces fondations. Ces constatations sont en partie confirmées par les textes.

Les renseignements fournis par les textes

  • 2 A.D.N., 27H37, P512.
  • 3 Liagre Charles, « 50 maisons de Lille », Lille 1913, p. 35.
  • 4 A.D.N., 28B3, pièce du 01 mars 1333.
  • 5 A.M.L., Carton 1397.

11Conservés en nombre restreint, trop peu étudiés en détail, les documents anciens fournissent peu d’éléments sur la nature des bâtiments qui se trouvaient au-dessus des caves, et plus largement, sur l’aspect des maisons de la ville. Les textes les plus intéressants, particulièrement les actes de mariage, les testaments ou les actes de vente, sont pratiquement inexistants, et il faut se contenter de descriptions très laconiques. Dans la rue de la grande chaussée, la première indication date de 1301 : une « grande maison » est donnée à l’abbaye de Loos pour y établir son refuge2, à la place de l’ancien refuge situé le long de la basse Deûle et démoli pour construire le château de Courtrai ; Charles Liagre situe ce refuge aux No 22 à 28 de la rue, où n’existent pas de traces de caves anciennes3. Les autres mentions ne sont pas plus précises ; en 1333, la « grande maison Warnier le Pourciel et la petite maison en costé »4 sont attestées, mais la situation dans la rue n’est pas restituable. Un testament, conservé aux archives municipales de la ville, amputé de sa première partie, indique que le légataire dont le nom est inconnu, possédait ce qu’il nomme son « manoir de le g (ra) nt caucie »5 ; la date n’est pas indiquée mais l’écriture est du type xive, le manoir étant assurément une bâtisse d’une certaine ampleur. Ces quelques indications, à défaut de donner des précisions sur la structure des maisons ou les matériaux employés, indique néanmoins la présence de plusieurs habitations d’importance dans la rue.

  • 6 Hautcoeur, Cart. de St Pierre, p. 673 en date du 04 septembre 1335.
  • 7 Dirk Callebaut, in Acte du ive congrès international d’archéologie médiévale Douai 1991, Douai 1994 (...)
  • 8 Cart. de St Pierre, p. 207, « ... usque ad parietem lapideum domus magistre Egiide de Bruges, canon (...)

12Les descriptions les plus précises concernent des maisons situées place Saint Martin, ancienne dénomination de la place Louise de Bettignies. En 1335, Jehan de Bourbiech donne une rente sur « suam magnam domum lapideam... supra suas domos contiguas dicte sui domui lapidae, ante frontem Sancti Martini »6. C’est la première et la plus ancienne mention de maison en pierre à Lille, hors de l’enclos canonial, qui de plus est qualifié de « domus ». A Gand, c’est aussi une « domus lapidea » qui a servi de base au donjon, château des comtes de Flandres actuel7. La comparaison entre la résidence comtale gantoise et la maison citée n’est certes pas possible, mais l’utilisation du terme de domus à Lille précise la fonction résidentielle d’une maison qui ne devait pas être anodine ; de plus, il est fait allusion à un second bâtiment contiguë à celui en pierre, appartenant au même propriétaire, ce qui montre que l’hypothèse formulée de deux maisons jointes construites en même temps, correspondant aux caves 3 et 21, est envisageable. Ici aussi, la relation directe de cette mention avec une cave répertoriée est impossible, car la domus ne peut pas être localisée précisément sur la place. Les seules traces archéologiques d’élévations en pierre se trouvent au-dessus de la cave 7, cellier des chanoines de St Pierre ; des fragments de parois sont encore en place, l’une construite en moellons calcaires et la seconde en grès à peine dégrossis. De plus, lors de la construction du rempart nord de la ville, il est précisé qu’il s’étendra jusqu’à la paroi de pierre de la maison maître Gilles de Bruges8, intégrée au rempart : des maisons en pierre existaient donc à Lille dès le xiie siècle.

  • 9 A.M.L., Affaires Générales, C53 D3 du 05 juillet 1780.
  • 10 A.D.N., 130H32.

13En 1780, une ordonnance de démolition est promulguée contre des propriétaires place Louise de Bettignies ; ceux-ci essaient de s’y opposer, remontrant que l’alignement de leur façade leur fera perdre 42 pieds de terrain, « cette maison qui de quarée qu’elle est maintenant, sera triangulaire » ; de plus, « la façade de leur maison est de grais, ce qui fait que du son poids enorme, il est impossible de l’étayer »9. Dans le devis de destruction, il est même précisé que le maçon qui abattra la maison pourra en garder toutes les pierres : rien ne se perd. C’est la maison qui fait le coin des places Louise de Bettignies et du lion d’or, sous laquelle ne subsistent pas de traces de structures anciennes. Il semble probable que certaines maisons possédant des élévations tout ou partie en pierre, aient subsisté jusqu’à une date relativement récente, mais sans qu’il soit possible à nouveau d’établir des relations directes entre les caves existantes et les mentions de bâtiments en pierre. Le dernier élément qui peut-être apporté, afin d’attester la présence de maisons en pierres, est un dessin de façades situées place du lion d’or10, sur lequel sont représentées des maisons à décor très riche, avec des pignons ornés de volutes, entre lesquelles s’intercalent des bâtiments plus bas. L’allure générale de ces maisons (A, C et E), avec l’élévation sur quatre niveaux, le dernier se situant dans les combles, les deux niveaux superposés de fenêtres alignées et les pignons triangulaires, rappellent les façades des maisons Romanes de Tournai, qui s’organisent de la même manière.

Maisons place St Martin (du lion d’or)

Maisons place St Martin (du lion d’or)

14La présence de maisons en pierre à Lille est attestée depuis le xiie siècle ; certaines d’entre elles ont peut-être subsisté jusqu’au xviiie, mais il n’en reste plus aujourd’hui. Les textes à notre disposition ne permettent pas d’associer directement des types de caves encore en place avec des mentions de bâtiments en pierre ; cependant, la structure des caves, notamment celles voûtées d’arêtes dont les pressions sont reportées sur des fondations solides, associée à des plans amples parfois dépourvus de structures mitoyennes dès l’origine, permettent de supposer en surface des élévations de pierre pourvues d’étages, dont la stabilité aurait été assurée par la résistance et la maîtrise de la construction des caves, fondations de la maison. Ces bâtiments appartenaient vraisemblablement à une frange de population enrichie par le négoce, formant une élite urbaine, exposant leur puissance par l’intermédiaire de la construction de leur demeure ; le vocabulaire architectural utilisé, l’emploi de la pierre et la présence de supports sculptés, renvoient directement aux édifices religieux ou civils, construits par des pouvoirs forts et affirmés. La présence de ces grandes maisons de pierres, identiques aux « steenen » Gantoises encore en élévation, pourrait être la traduction symbolique de l’émergence d’une nouvelle puissance basée sur le commerce.

15Des maisons en bois devaient vraisemblablement exister aussi dans la ville médiévale, mais aucun texte ne mentionne ce type d’élévation dans le courant des xiiie, xive et xve siècles. A nouveau, le document le plus précis est issu des archives municipales de Lille, en date de juillet 1630 ; il concerne les maisons à démolir rue de la grande chaussée, qui sont toutes à pans de bois et penchent, menaçant « désastre et ruinne ». Ce ne sont pas les bâtiments d’origine, toutes les maisons ayant été reconstruites ensemble « peu de temps après le grand feu de Lille » qui eu lieu en septembre 1545, et détruisit plus de 200 maisons rue de la grande chaussée et jusqu’à la rue de la clef. Cet incendie, qui a laissé des traces importantes dans l’esprit des historiens lillois, n’est aucunement visible dans les caves qui lui sont pourtant bien antérieures ; aucune trace de rubéfaction des parois n’a été observée, et lors des sondages, il n’est pas apparu de niveaux cendreux qui auraient pu témoigner de la violence de l’incendie. Cependant, si les caves voûtées en pierre n’ont apparemment pas subi de dommages, les caves possédant un plancher à l’image de la cave 22 n’ont pas résisté à ce fléau, ce qui pourrait expliquer qu’il ne subsiste qu’un seul vestige d’élévation de ce type.

16Un dénombrement des maisons en pierre et en bois, datant de 1699, fait apparaître qu’il reste encore 58 maisons en bois rue de la grande chaussée pour 25 en pierre, et 18 place St Martin (Louise de Bettignies) alors que seules 10 maisons sont en pierre. Les élévations utilisant le bois en façade, reposant sur des parois longitudinales probablement en pierre, étaient donc très nombreuses et courantes, mais les documents ne permettent pas de remonter au-delà du xviie siècle. Cependant, les caves présentant des plans étirés en longueur, ou mitoyennes, permettent de reconstituer en surface des maisons de ce type, l’utilisation du pan de bois laissant la possibilité de ménager de nombreuses ouvertures et donc d’augmenter la clarté dans la bâtisse, à défaut de pouvoir la capter par les parois latérales.

17Bien évidemment, des maisons utilisant des parois longitudinales mitoyennes en pierre ou briques, fermées par des cloisons à pans de bois en façade et en arrière, à l’image de la seule maison médiévale conservée à Douai, devaient constituer une grande partie des demeures au moyen âge. Des murs mitoyens sont sans doute ponctuellement encore en place, certains murs observés étant maçonnés avec des briques dont le module est proche de celles utilisées au palais Rihour, construit au milieu du xve siècle.

18Cependant, la typologie de ce matériau n’est pas encore exactement établie, et les datations des parois en briques sont délicates. Des édifices en brique et bois sont encore attestés au siècle dernier, le long de rues ne possédant pas de caves médiévales, où les parois de bois ont depuis été remplacées par de la brique. Un document du xviie montre le côté nord de la rue de la grande chaussée (n° impairs), constitué exclusivement de maisons en bois séparées par des murs en briques. Leur construction date du milieu du xvie siècle, après le grand incendie qui a ravagé la rue ; ce sont déjà deux maisons distinctes qui se situent au-dessus de la cave 1, alors qu’une large demeure se trouve superposée à la cave 2. Les maisons en matériaux « mixtes » sont donc attestées au xvie siècle ; elles devaient déjà exister aux siècles précédents mais il n’en subsiste pas de vestiges reconnus.

Maisons de la rue de la grande chaussée, A.M.L., AG 46

Maisons de la rue de la grande chaussée, A.M.L., AG 46

19Il est étonnant de constater que des maisons médiévales en pierre subsistent encore dans nombre de villes belges proches, Tournai, Courtrai, Audenarde, et un peu plus loin Gand ou Bruges, alors qu’il n’existe pratiquement plus traces d’élévations de ce type dans les villes frontières françaises, pourtant très dynamiques à l’époque médiévale, telles Douai, Valenciennes, Béthune ou Lille. Certes les destructions dues aux deux grands conflits de ce siècle ont, pour une partie, effacé ce patrimoine, particulièrement à Béthune, mais les centres historiques de Douai et Lille ont en grande partie été épargnés. Les destructions sont donc antérieures. A Lille, il est probable que le matériau utilisé pour les élévations, la pierre calcaire ainsi que le montre le fragment de mur encore en place au-dessus de la cave 7, n’ait pas résisté aux siècles et aux intempéries. Cependant, à Douai où toutes les élévations sont en grès et donc résistantes, le constat est identique.

20La différence entre les villes de Belgique et celles de France est tout bonnement la présence de la frontière, mise en place après l’annexion de la Flandre au royaume de France sous Louis XIV et fixée lors du traité de Nimègue en 1713. L’empreinte du monarque se fait particulièrement sentir à Douai et Lille, où les alignements des façades des vieux centres, aux grandes ouvertures et aux cordons de pierre blanche parfaitement alignés, attestent de l’influence du goût français, plus que des habitudes de construction flamandes. Les règlements d’urbanisme à Douai datant du xviiie siècle, interdisent de réparer les anciennes maisons en pierre mais obligent au contraire à les détruire. Tout se déroule comme s’il y avait eu une volonté politique d’imposer aux yeux des habitants l’image de leur nouvelle nationalité française, jusque dans les constructions privées ; le sentiment d’appartenance à une entité flamande, possédant des caractéristiques communes notamment en matière d’architecture, devait apparemment être gommé, et c’est peut-être là une des raisons de la disparition des traces d’architectures anciennes dans les centres historiques des villes proches de la frontière.

Les propriétaires des caves

  • 11 16G380 P2253 du 24 octobre 1331.
  • 12 Hautcoeur, cart. de St Pierre, p. 363.
  • 13 A.D.N., 130H81 P384.
  • 14 A.D.N., 16G380 P3257.
  • 15 A.M.L., Cptes de la ville 1318, 16012, f°3 r°.
  • 16 16015, f°3r°.
  • 17 16022, f°lr°.

21Grâce au compte d’entrée des vins dans la ville de 1286, certains noms de propriétaires de celliers, dans lesquels sont entreposées les barriques, peuvent être resitués rue de la grande chaussée, par comparaisons avec d’autres documents médiévaux. Ainsi Hellin le Sarrazin, mentionné en 1331 lors de la vente d’une rente sur un héritage situé à côté « Pieron de Courtray qui fu Helin le Sarrazin »11, ou Estiennon de la Ruielle dont le nom est associé à l’hôtel du chevalet d’or situé à l’entrée de la rue vers la place du théâtre. De même, un certain « signeur Radoul » possède un cellier, dont le nom est déjà connu en 1256 lors du don de rentes par Jehan le Borgnes « supra domum Radol »12, ainsi que Lambert Dems qui est attesté habitant rue de la grande chaussée en 1318 (hiretage qui fu Lambert Dems13) et confirmé par un acte de 133314. D’autres propriétaires sont ainsi reconnus et situés dans cette rue, Pieron Destailleurs, Jakemon de Secling, Jehan Patroulle, Jehan de Thumesnil et Grart Tuelame, à l’aide d’actes effectués principalement lors de cessions ou ventes de rentes à des Hôpitaux ou organismes religieux, du même type que ceux mentionnés. Ces personnages sont des bourgeois importants, dont certains ont été chargés de la rédaction des comptes de la ville, sous le titre de Comtes de la Hanse. Le plus ancien compte date de 1318, tenu par quatre personnes dont Grard Tuelame et Thumas de Thumesnil fils de Jehan15. Dans les années suivantes, des noms de famille mentionnés en 1287 reviennent régulièrement, attestés ou non rue de la grande Chaussée, les prénoms ayant bien évidemment changé s’agissant de générations postérieures ; un Le borgne est mentionné en 132316, un de la Ruyelle et un de Thumesnil sont chargés des comptes en 133317, les noms de familles revenant le plus souvent jusqu’en 1350 étant ceux de Kanart, Dems ou Preudommes, dans les documents que l’humidité rend encore lisibles.

22Ainsi, les quelques propriétaires de caves connus semblent être, tout au moins au cours du xiiie et début du xive, des personnages faisant partie d’une élite urbaine gérant les affaires de la ville, des gros négociants dont l’activité principale pourrait être liée au commerce du vin, ainsi que le laissaient supposer l’analyse des plans des caves et les hypothèses de restitution des bâtiments de surface. Mais le manque de documents utilisables oblige à des extrapolations à partir d’un nombre trop restreint de textes, ce qui impose d’employer constamment des conditionnels et ne permet que des suppositions ; il serait particulièrement intéressant à ce niveau de systématiser, d’un côté les sondages dans les caves où cela est possible, ou mieux les fouiller complètement, et de l’autre collationner et analyser tous les « petits » documents médiévaux. Pris un à un, ils semblent peu intéressants, mais ils constituent une mine de renseignements, et les croisements de toutes ces données amènent des informations très utiles, notamment sur la restitution du schéma urbain.

Les apports concernant l’urbanisme médiéval et son évolution

Répartition des propriétaires et toponymie

23Les recherches menées en archives afin de tenter de retrouver les propriétaires des caves, ont permis de s’interroger sur les évolutions de la toponymie urbaine, par l’intermédiaire des précisions de localisation des différents donateurs de rentes. Ont été ainsi collationnées divers positionnements ayant trait à la rue de la grande chaussée, certaines maisons étant situées « au cor de le grand cauchie », « au touquet (coin) de le grand cauchie » ou « al entree de la grand cauchie », mais aussi « faisant touquet sur le marché au pisson », « faisant touquet tant de la rue des sueurs comme de la grand cauchie » ou « situee contre encontre la rue des sueurs ».

La rue des sueurs

24Ces indications amènent plusieurs constatations. La première concerne l’angle attesté entre la rue de la grande chaussée et la rue des sueurs, qui ne laisse pas de surprendre. La rue des sueurs est l’ancienne dénomination de la rue de la clef ; elle s’étirait de la place du théâtre actuelle, à l’emplacement du boulevard Carnot, jusqu’à la place des patiniers. La rue de la grande chaussée et celle des sueurs ne se rejoignent donc théoriquement pas.

  • 18 A.M.L., Comptes de la ville, année 1392, 16122, f°1 v°.
  • 19 Id, année 1351, 16054/16055, f°49 r°.
  • 20 A.M.L., registre 15659.
  • 21 A.M.L., Comptes de la ville, année 1393, 16123/16124, f° 8 r°.

25Cependant, la mention en 139218 (c/. p 103) d’une maison faisant l’angle des deux rues, oblige à situer cette jonction à l’angle actuel de la rue des chats bossus et de la place des patiniers, seule localisation géographique possible puisque la place du théâtre (ex-place du marché au blé), à l’autre extrémité de la rue des sueurs, est attestée dans des documents de la même époque. La rue des sueurs se poursuivait donc par delà la place des patiniers actuelle, elle-même mentionnée en 135119. L’extrémité de la rue des sueurs prend le nom de rue des patiniers au début du xve siècle. En effet, Pieronne de Noyelles vend en 141120 (p 103) des rentes sur une maison « faisant touket de la rue des patiniers », située entre Jaquemart du Mont et Lotard Carpentier ; or Jaquemart du Mont est mentionné en 139321 habitant rue de la grande chaussée entre Pierre Lorfevre et Jaque le boulenghier. Un autre texte nous apprend que le dénommé Pierre Lorfevre a fait l’acquisition l’année précédente de la maison qui fait le « touquet tant de la rue des sueurs comme de la grand cauchie ». C’est donc cette maison qui appartient à Pieronne de Noyelles en 1411. Le changement de dénomination de la rue des sueurs en rue des patiniers, nom encore actuellement utilisé, intervient donc entre 1392 et 1411.

Voirie au début du xive siècle

Voirie au début du xive siècle

Dénominations à la fin du xive siècle

Dénominations à la fin du xive siècle

26Les textes permettent de reconstituer comme suit les changements de noms de propriétaires et les dénominations de la voirie :

  • 22 A.D.N., 18B26, P85 d’août 1278.
  • 23 A.D.N., 16G379, P3235 d’octobre 1298.
  • 24 A.D.N., 18B26, P87 de mai 1305.
  • 25 A.D.N., 16G258, P2151 du 27 avril 1329.
  • 26 A.M.L., Comptes de la ville, année 1392, 16121/16122, f°1 v°.
  • 27 A.M.L., id, année 1393, 16123/16124, f°8 r°.
  • 28 A.M.L., 15659.

Note 2222
Note 2323
Note 2424
Note 2525
Note 2626
Note 2727
Note 2828

27Les documents qui ont permis de constituer cette suite ne donnent pas plus de précision sur la maison formant l’angle des deux rues, ni bien entendu sur la présence de caves. Dans ce cas précis, les mentions systématiques des voisinages permettent de retrouver les différents propriétaires de chaque parcelle ; cependant, la seule localisation utile est celle de « contre la rue des sueurs », qui correspond au début du xive à l’angle actuel de la rue des chats bossus avec la place des patiniers. La maison du dénommé Apolomes forme vraisemblablement l’angle concerné ; dans ce cas, c’est sous la maison de Jehan Meurin, située rue de la grande chaussée en 1298, que se trouve la cave 5 recensée. Cependant, aucun de ces noms n’apparaît dans le document de 1286 qui mentionne les propriétaires de celliers. Toutes sortes d’hypothèses peuvent alors être formulées : les caves ne servent pas à stocker du vin, il n’y a pas d’arrivage dans cette cave en 1286, le propriétaire de la cave n’est pas le même que celui de la maison ou encore les caves 4 et 5 sont postérieures au début du xive. Cette dernière hypothèse semble devoir être écartée, pour toutes les raisons qui ont amené à dater ces caves du courant du xiiie siècle au plus tard.

28Comme on peut le constater, les questions restent bien plus nombreuses que les certitudes, et la compréhension de la ville médiévale a tout à gagner à l’étude systématique de tous les documents médiévaux encore disponibles, le travail sur les caves n’ayant bien évidemment pas permis de les consulter tous.

Les autres indications

29Une seconde série peut être reconstituée, qui ne laisse pas de poser des questions ; elle est figurée sur la page suivante.

30On remarque, en 1317, que Pierre de le Croix est mentionné habitant à l’entrée de la grande chaussée ; il pourrait s’agir de la jonction de la rue avec la place du théâtre actuelle, c’est-à-dire aux environs des caves 1 et 22. La présence en 1330, deux maisons plus loin, de Pieron de Courtray qui possède la maison de Hellin le Sarrazin est intéressante, ce dernier étant mentionné dans les comptes d’entrée des vins en 1286, possédant un cellier. Cependant, les comptes de la ville nous apprennent qu’il y avait une rivière derrière cette maison en 1334. Cette donnée est fort troublante, et oblige à échafauder plusieurs hypothèses ; la mention de l’entrée de la grande chaussée renvoie à l’autre extrémité de la rue, à l’actuelle jonction entre la rue des chats bossus et la place du lion d’or ; dans ce cas, la rivière indiquée derrière Pieron de Courtray est alors la Deûle, qui remplit les fossés ceinturant la motte. Ou alors, les maisons se situent bien vers la place du théâtre, et la rivière a disparu depuis des environs immédiats de ce secteur. La première reconstitution semble la plus probable, car il n’existe pas d’autre mention de rivière vers la place du théâtre, alors qu’elles sont nombreuses à l’autre extrémité de la rue. Le cellier de Hellin le Sarrazin se situait donc vers la place du lion d’or, ce qui pourrait confirmer l’organisation du compte d’entrée des vins dans la ville, mentionnant en premier les celliers situés vers le rivage (place Louise de Bettignies), remontant ensuite la grande chaussée (Hellin le Sarrazin est mentionné en début de liste), de la place du lion d’or vers la place du théâtre.

  • 29 A.D.N., 16G257, P2143.
  • 30 A.D.N., 16G257, P2123.
  • 31 A.D.N., 16G380, P3253.
  • 32 A.M.L., Comptes de la ville, année 1334, 16023, f° 16r°.

Note 2929
Note 3030
Note 3131
Note 3232

31A nouveau, les renseignements fournis par les documents ne permettent pas d’associer un nom de propriétaire avec une cave précise ou recensée, et les localisations étant trop peu nombreuses et trop floues, la moindre tentative de restitution de séries d’habitants nécessite des contorsions à travers les divers textes. Néanmoins, ces indications montrent tout l’intérêt du collationnement le plus large possible des documents médiévaux encore existants qui, associés aux découvertes faites sur le terrain et notamment aux caves retrouvées, pourrait permettre de mieux comprendre l’organisation urbaine médiévale.

Le parcellaire Médiéval

32L’analyse des caves et les datations apportées permettent de tirer des conclusions très intéressantes sur le parcellaire. En effet, les caves les plus anciennes situées à l’entrée de la rue de la grande chaussée (1 et 22), montrent que les parcelles occupées par les bâtiments qui les surplombaient n’ont pas changé depuis vraisemblablement le xiie siècle au moins. Les seules évolutions intervenues sont le découpage des grandes parcelles, révélées par les caves, en deux petites : les murs mitoyens entre les nouvelles maisons s’appuient sur les colonnes qui soutiennent la voûte dans la cave 1, ou l’arcature portant le plancher dans la cave 22. Ce sont les seules perturbations apportées dans les parcelles, que l’on peut restituer sans difficulté. De même, toutes les caves recensées correspondent encore aux parcelles actuelles, même au bout de la rue où les caves 4 et 5 s’organisent perpendiculairement à la voirie au sein de limites toujours actuelles.

33Les deux caves mitoyennes 3 et 21, qui rassemblées forment une seule grande parcelle aujourd’hui, sont un autre exemple intéressant, qui montre la possibilité d’évolution vers une réunion de parcelles contiguës. Celles-ci ayant été regroupées sous un seul bâtiment moderne, correspondent peut-être à la délimitation médiévale d’origine qui serait alors restituée. C’est aussi ce qui s’est passé pour des caves plus récentes voûtées en briques, présentes au milieu de la grande chaussée, issues d’un regroupement de deux parcelles effectué sans doute vers le xvie siècle, peut-être suite au grand incendie qui a ravagé cette partie de la ville en 1546. Ces exemples montrent que les parcelles de grande ampleur ne sont pas uniquement l’apanage des constructions datant du début de l’urbanisation de la ville. Néanmoins, les datations apportées basées sur les tessons retrouvés lors des sondages, et les comparaisons stylistiques, témoignent bien d’une évolution dans le parcellaire médiéval.

34Les caves 1 et 22 montrent que vers le début du xiie siècle, l’installation de bâtiments amples, larges de près de neuf mètres et de construction très régulière, s’effectue au sein d’un parcellaire qui semble n’être qu’au début de son organisation, les contraintes de voisinage étant très réduites. Dans la cave 1, l’espace disponible est à ce point important que les retombées des voûtes sont reçues sur des pilastres saillant des parois, à l’image de la cave 7. Dans les caves datées du xiiie siècle (2, 3, 4, 5 et 6), ces mêmes retombées de voûtes viennent se noyer dans les parois, technique utilisée par les maçons afin de ménager un volume utile maximum dans les caves. Les plans qu’elles dessinent témoignent par ailleurs de l’augmentation des contraintes de voisinage, et vraisemblablement du resserrement des parcelles, les largeurs ne dépassant pas six mètres au maximum. Pour conserver une surface de stockage suffisante, les constructions s’allongent vers le fond des parcelles, à l’image des caves 3 et 5 longues de quatre travées. De plus, les parois mitoyennes ne sont plus rectilignes comme dans la cave 1, mais subissent des contraintes de voisinage, comme dans la cave 3 étranglée en son centre ou la 4 dont la paroi occidentale épouse une contrainte de forme incurvée. L’image renvoyée par ces caves est celle d’une concentration du parcellaire amenant un resserrement des parcelles entre le xiie et le xiiie siècle, qui adoptent de plus en plus des plans rectangulaires perpendiculaires à la rue.

35Cependant, le petit espace séparant les caves 4 et 5 semble montrer que s’il y a densification, elle n’a pas encore contraint les bâtiments à la mitoyenneté systématique ; il est probable qu’au-dessus de ces caves s’élevaient deux maisons indépendantes, sans murs latéraux mitoyens. Dans la cave 20, la présence des niches, que nous avons considérée par hypothèse comme étant des témoins de propriété, montre le stade ultime de la concentration parcellaire, qui engendre ici une stricte mitoyenneté des caves et donc des bâtiments de surface. Il est probable que la densification urbaine n’a pas été uniforme, concentrant les constructions dans certains endroits comme pourrait le montrer la cave 20, et ménageant des bâtiments indépendants ailleurs, au-dessus des caves 4 et 5. Il est cependant probable que les maisons situées au-dessus de ces grandes caves appartenaient à de riches bourgeois, propriétaires des parcelles depuis déjà longtemps, l’indépendance de leurs maisons reflétant alors autant leur richesse que l’ancienneté de leur implantation dans le centre urbain.

36Il est donc logique de considérer que dans ce secteur, de la rue de la grande chaussée jusqu’à la place Louise de Bettignies, le parcellaire soit en partie organisé depuis une date très ancienne, en ayant conservé relativement fidèlement les limites médiévales depuis sans doute le xiie, comme l’indiquent les éléments retrouvés dans la cave 25. Là, des tessons de céramique décorés à la molette, attribués au xiie siècle, y sont associés à deux bords de fosses alignées ; les fondations des piliers en pierre, seuls vestiges de la cave médiévale, reposent sur le comblement de ces fosses, apparemment des trous de poteaux qui supportaient la charpente d’une habitation. Il y a donc conservation d’une limite parcellaire et transposition d’une élévation en bois en une demeure en pierre. Le parcellaire paraît donc fossilisé depuis une date ancienne, qui renvoie non loin des origines théoriques de la ville mentionnée pour la première fois dans la charte de fondation de la collégiale de Saint-Pierre en 1066. L’analyse des plans des caves traduit l’évolution de la ville médiévale et de son urbanisme, où les constructions se concentrent au fur et à mesure de sa croissance dans le courant du xiie et du xiiie siècle.

37Cependant, la seconde moitié de la rue de la grande chaussée présente une organisation plutôt déroutante, qui contraste avec la régularité du début de la rue. En effet, les parcelles sont non seulement assez étroites, mais surtout disposées obliquement par rapport à la rue ; l’image donnée par les caves anciennes (1 et 22) ou de seconde génération (4 et 5), montre un positionnement pratiquement perpendiculaire à la voirie. Or ici, de part et d’autre de la rue, le cadastre est étonnamment organisé, le long des caves du xiiie (3 et 21) qui limitent cet agencement. Il est difficile de considérer que le parcellaire soit fossilisé aux deux extrémités de la rue, et organisé plus tardivement en son milieu ; il y a donc eu une perturbation importante qui a engendré cette modification.

En gris clair, parcelles anciennes perpendiculaires ; en gris foncé, les parcelles obliques

En gris clair, parcelles anciennes perpendiculaires ; en gris foncé, les parcelles obliques

La rue de la grande chaussée

  • 33 Voix du Nord du 10 juin 1998.

38L’hypothèse la plus vraisemblable est une modification de l’orientation de la rue le long de laquelle s’alignent les délimitations cadastrales ; en effet, si l’on restitue un tracé de la rue de la grande chaussée faisant un coude plus prononcé vers la rue basse, l’ensemble des parcelles obliques devient alors perpendiculaire à la rue, de même que celles situées de l’autre côté de la rue en vis-à-vis, reconstituant une organisation parcellaire plus proche de celle observée dans la première moitié de la rue. L’orientation des parcelles n’est pas le seul indice. La rue retracée de cette façon débouche rue basse, juste en face d’une parcelle qui se situe dos aux anciens fossés de la motte castrale ; dans la cave de l’immeuble situé à cet emplacement, la plus large des caves situées sur ce côté de la rue, des éléments inhabituels ont été aperçus : les fondations des murs de refends situés dans la cave sont portées par des arcs en pierre blanche, dont une petite partie a été observée, qui enjambent un espace remblayé orienté parallèlement à la cave, ressemblant à un fossé. La présence de ce « fossé » a obligé les maçons à ménager des arcs de décharge en brique à la base des murs pour en assurer la stabilité, éléments d’architecture qui n’ont pas été observés dans d’autres caves33. Les autorisations de fouilles dans cette cave n’ont pas été obtenues ce qui oblige à se contenter d’observations trop restreintes.

39Sur le plan le plus ancien de la ville, en 1580, il existe une impasse située à peu près dans le prolongement de la rue de la grande chaussée et qui se dirige vers les fossés ceinturant la motte, qui pourrait être le vestige de l’ancienne rue.

Guichardin, vers 1580

Guichardin, vers 1580

40De plus, le réalignement des façades de maisons rue de la grande chaussée occasionné par l’hypothèse de restitution de la rue primitive, permet de mieux comprendre un élément assez particulier : dans les caves du N°33 de la rue, en arrière de la cave de façade en brique, deux piliers carrés en grès couronnés de tailloirs très grossiers ont été observés, sur lesquels reposent les voûtes actuelles en briques couvrant l’ensemble des caves arrières étirés vers le fond de la parcelle. Ces piliers semblent très anciens, mais aucune structure visible alentour ne permet de les dater ; cependant, le style des tailloirs utilisés rappelle ceux mis en œuvre au-dessus des colonnes des caves 1 et 7, dont les dimensions sont très voisines et le matériau identique, sans angles abattus, à l’inverse des tailloirs utilisés sur les colonnes en pierre de Tournai. A Douai, une cave carrée voûtée d’arêtes, datée du xiie siècle, possède ce type de support : les piliers présents ici peuvent être considérés comme des vestiges de constructions anciennes. Leur position très en retrait de la rue contrastait avec les observations faites dans les autres caves, où l’ensemble des vestiges même les plus anciens se situait en front à rue. Or, le retrait des façades anciennes provoqué par la restitution de la voirie primitive repositionne ces piliers très près de la rue, ce qui leur confère une tout autre importance et permet alors de les interpréter comme des vestiges possibles d’une architecture ancienne, témoignant du changement d’orientation de la rue.

Piliers du No 33

Piliers du No 33

41La présence au bout de la rue des chats bossus des parcelles régulières, sur lesquelles s’élèvent les caves 4 et 5, indique que les extrémités de la rue n’ont pas été affectées par le changement d’orientation de la voirie. Ceci implique que la rue des chats bossus peut être considérée comme un embranchement ancien venant se greffer sur l’axe de la grande chaussée, ce qui permet de proposer la restitution suivante de l’organisation médiévale dans son état d’origine.

Voirie d’origine (en gris) avec restitution des limites parcellaire (en pointillé)

Voirie d’origine (en gris) avec restitution des limites parcellaire (en pointillé)
  • 34 Groupe Archéologique Lillois, rapport d’activités années 1980, 1981, 1982, 1983.

42Cette proposition de reconstitution de l’axe privilégié qu’est la rue de la grande chaussée trouve aussi, au-delà de l’ancienne motte castrale sur laquelle s’élève la cathédrale de la Treille, un élément de plus qui permet de valider le tracé et l’orientation proposés. En effet, le prolongement de la rue primitive amène directement sur la petite place aux oignons, considérée comme l’emplacement du castrum mentionné dans la charte de 1066, et située au centre d’un quadrilatère régulier d’où partent trois rues. La quatrième, dans le prolongement du tracé proposé, est attestée non seulement par l’organisation de la place qui compose un carrefour de quatre voies, mais aussi par la présence de la petite rue Pharaon de Winter, peu large, débouchant sur la rue d’Angleterre, située dans l’axe de la voirie restituée. De plus, sur le plan relief de la ville, une maison de faible largeur à l’arrière de laquelle s’étire une parcelle longiligne est visible face à cette petite rue. Enfin, des fouilles archéologiques effectuées en face de cette rue, vers la place aux oignons, à l’arrière du bâtiment aperçu sur le plan relief, ont permis de mettre au jour des éléments d’architecture qui ont été interprétés comme les vestiges d’une porte en maçonnerie ancienne34, limite de la ville. Tous ces éléments confirment l’organisation de la rue principale restituée, s’étirant de l’actuelle place du théâtre jusqu’à la rue d’Angleterre, après être passée au pied de la motte et avoir traversé la place aux oignons.

Rues et lieux cités dans le plan actuel

Rues et lieux cités dans le plan actuel

43Un dernier élément susceptible d’apporter des indications sur l’organisation de la voirie primitive du site peut être suggéré. L’observation des parcelles dans le pâté de maison entre la rue de la grande chaussée et la rue basse, fait apparaître une limite qui s’étire dans le prolongement de la rue des chats bossus, jusqu’en face de la rue du curé Saint-Étienne. Un passage couvert, qui communique avec le seul espace vide au centre du pâté de maison concerné, existe encore à l’extrémité de cette limite, face à la rue du curé Saint-Étienne. Il pourrait s’agir d’une ancienne trace de passage, prolongement de la rue Saint-Jacques le long de laquelle s’alignait la cave 6. Le plan reconstitué de cette cave montre bien qu’elle s’aligne sur cette rue et non sur la place, la façade du bâtiment actuel étant oblique par rapport à la cave. Il faut donc considérer la rue Saint-Jacques comme un axe ancien le long duquel s’est en partie organisé le parcellaire, ainsi que l’atteste la cave 6, ce qui apporte des éléments supplémentaires sur l’hypothèse d’ancienneté de la rue des chats bossus, et sur la supposition de son prolongement vers l’ouest, observé dans le parcellaire entre la rue de la grande chaussée et la rue basse. Ces constatations permettent d’envisager la restitution de la voirie suivante, avant le changement d’orientation de la grande chaussée.

Proposition de restitution de la voirie primitive

Proposition de restitution de la voirie primitive

L’enclos canonial de St pierre

44Détruits à la révolution, l’enclos canonial et la collégiale de Saint-Pierre occupaient le côté oriental de la place du concert actuel, sur le flanc nord de la ville. L’étude menée sur l’enclos à partir du cellier des chanoines retrouvé (7) et des vestiges avoisinants, a permis d’effectuer plusieurs constatations sur la configuration de ce secteur dans le courant du xiie siècle, résumées ici.

  • 35 E. Hautcoeur, Histoire de St Pierre, Tome 1 p. 87.
  • 36 id., Tome I p. 85.

45L’histoire du cellier est assez simple. Construit dans la première moitié du xiie siècle par Didier, prévôt de Saint-Pierre avant de devenir évêque de Thérouanne35, le bâtiment sous lequel il se situe fut donné aux chanoines afin d’en faire leur dortoir et réfectoire. Dès la fin du xiie, le prévôt Gérard de Messines obtient l’autorisation de construire sa « chambre de pierre »36 dans le dortoir déserté par les chanoines, et son successeur obtient la cession définitive du bâtiment, hormis la cave que le chapitre conserve comme cellier. Jusqu’à la révolution, la prévôté ne change plus d’emplacement malgré plusieurs destructions qui obligèrent sa reconstruction.

46D’autres éléments de l’organisation du cloître peuvent être reconnus (cf. plan de la cave 7) ; au-delà du couloir D se trouve encore une paroi en pierre percée d’une porte et d’une fenêtre, ultime vestige de l’hôpital de Saint-Pierre construit au xiie siècle, et transformé en Bâtiment des clercs après la cession du dortoir-réfectoire au prévôt au xiiie siècle. A l’extrémité occidentale du couloir, les soubassements moulurés d’une porte (1) ont été reconnus ; elle permettait l’accès aux galeries du cloître dont subsistent quelques arcades, refaites au xviiie, noyées dans une paroi en brique. Ces observations, associées aux constatations faites lors des fouilles archéologiques sur le transept nord de la collégiale, montrent que le cloître était carré et s’étendait jusqu’au flanc de l’église. La restitution du cloître et l’étude de la crypte de la collégiale, heureusement en partie conservée, permettent de proposer une restitution du plan d’origine de l’édifice, qui devait être dépourvu de transept et dont le chevet, plat, se superposait à celui de la crypte en s’alignant sur les parois orientales de la prévôté et de l’hôpital de Saint-Pierre ; le plan ci-dessous propose une reconstitution de l’enclos vers le début du xiiie siècle.

Plan du cloître et des bâtiments attenants

Plan du cloître et des bâtiments attenants

E : église collégiale de Saint-pierre ; C : cloître à galeries ; H : hôpital de St pierre transformé en maison des clercs dans le courant du xiiie ; R : dortoir-réfectoire des chanoines qui devient prévôté au début du xiiie

  • 37 A.M.L., AG 828, D2.
  • 38 AG 229, D6.

47Cette reconstitution engendre d’autres remarques sur l’organisation plus large du quartier canonial. A l’extrémité orientale du couloir D, des alignements de pierre calcaire, visibles au sol d’une longue cave voûtée en briques, ont été reconnus comme étant les quais du port des chanoines, attesté à cet endroit dans un texte de 145537. Ce débarcadère était en communication avec la Deûle, dont le cours au xiiie siècle a pu être restitué. Si l’avenue du Peuple Belge actuelle correspond bien au cours comblé de la basse-deûle, sa configuration rectiligne, éloignée des vestiges de quais observés, n’est pas celle d’origine ; un plan conservé aux archives municipales montre l’aspect de la rivière en 166838, avant la rectification de son cours : elle se séparait en deux bras qui contournaient une île assez importante, le bras occidental se situant près des bâtiments canoniaux. Le port des chanoines s’ouvrait donc sur la rivière proche dont le bras devait, à l’origine, venir au plus près de l’ensemble canonial.

  • 39 Hautcoeur E., Cartulaires de St Pierre, Tome 1, p. 207.
  • 40 A.D.N., 16G482.

48L’étude de l’ensemble du cloître a aussi permis de se pencher sur les limites de l’emprise canoniale, particulièrement sur le front nord où elles se confondaient avec celles de la ville. La genèse des fortifications dans ce secteur a pu être reconstituée. Dans le courant du xiie siècle, il semble que seuls des fossés associés à des levées de terre, probablement couronnées de palissades, aient constitué la fortification. Ce n’est qu’en 123139 qu’un accord est passé entre le chapitre et la ville pour la construction d’un mur « pour la commune utilité du cloître et de la ville », incluant les parois arrières de certaines maisons canoniales en pierre ; la fortification est donc d’une épaisseur relativement faible, la paroi de pierre du dortoir des chanoines encore en place au-dessus de la cave du chapitre, seul vestige de mur d’habitation en pierre, ne dépassant pas un mètre d’épaisseur. Ce n’est qu’en 152040 que cette partie de l’enceinte est entièrement refaite, après de nombreuses années de différents entre le chapitre et la ville au sujet de la possession du mur, et du droit d’y effectuer des aménagements. Le nouveau mur est construit plus au nord, au-delà des possessions des chanoines. L’agrandissement de la ville vers le nord, après la conquête par louis XIV, rend inutile cette portion de rempart qui est alors détruite.

49L’ensemble de ces constatations permet de proposer un plan de restitution de la physionomie du quartier canonial, de ses limites et de la rivière, dans la première moitié du xiiie siècle, avant l’agrandissement de la collégiale par la construction du chœur gothique. La cave du chapitre et les éléments attenants ayant permis de reconstituer l’organisation du cloître et l’aspect du quartier, il reste à se pencher sur l’évolution du « forum » de la ville, mentionné, ainsi que le quartier canonial, dans la charte de fondation de la collégiale dès 1066.

Plan du quartier canonial dans la première moitié du xiiie siècle

Plan du quartier canonial dans la première moitié du xiiie siècle

Les limites du « forum »

50Dans la charte de fondation de la collégiale de Saint-Pierre, il est dit que la ville est constituée d’un castrum et d’un forum. Or si l’on s’accorde généralement à situer le castrum aux alentours de la petite place aux oignons actuelle, les limites du forum, petite agglomération marchande, ne sont pas clairement définies. Les érudits du siècle dernier, Brun-Lavainne en particulier, considéraient que l’ensemble de la grand-place actuelle était inclus dans les limites du forum dés les origines de la ville. Aujourd’hui, les fouilles effectuées sur la grand-place en 1988 et 1989 ont montré que sa viabilisation définitive date de la seconde moitié du xiiie siècle, date avant laquelle l’occupation n’est qu’occasionnelle, ce qui exclue donc la partie ouest de la place (place de Gal de Gaulle actuelle) du bourg primitif. La seule certitude est la présence de l’église Saint-Étienne, citée dans la charte et située « in foro ».

51Les observations effectuées rue de la grande chaussée à partir des caves, et leur datation, montrent que son organisation est fixée depuis les origines même de la ville. D’autres remarques peuvent être apportées. L’îlot de maison, bordé d’un côté par la rue de la grande chaussée et de l’autre par la rue de la clef, possède des caractéristiques intéressantes. De forme allongée, il est principalement formé par les parcelles de la rue de la grande chaussée, longues et larges, qui s’agrandissent au milieu de la rue et se rétrécissent à chacune de ses extrémités. Rue de la clef, où aucune trace de cave ancienne n’a été retrouvée, les parcelles sont régulières, plus étroites et plus courtes. La jonction entre le parcellaire de la grande chaussée et celui de la rue de la clef est très net, et suit une ligne presque parfaite s’arrondissant de l’extrémité de la rue des chats bossus jusqu’aux bâtiments de la nouvelle bourse. Sur les plans plus anciens, le cadastre de 1820 notamment, cette limite se prolonge jusqu’à la place du théâtre. Cette observation montre que le parcellaire de la rue de la clef est postérieur à celui de la grande chaussée, les maisons venant s’aligner le long d’une limite bien marquée formée par l’extrémité des parcelles de la grande chaussée.

  • 41 Lefebvre L., « notes sur les fouilles et découvertes faites à Lille », 1909, B.M.L., cote Ms 1487.
  • 42 Bulletin de la Commission Historique du Nord, T28 p. 575 du 06.06.1910.

52Dans les années 1908 et 1909, Rigaux a pu observer, lors d’un sondage effectué à l’arrière du N°38 de la rue de la grande chaussée, un fossé de 4,5m de profondeur, large de 14 à 15m, et rempli de boue noirâtre dans laquelle des débris de céramique médiévale ont été retrouvés41 ; lors de la construction de la nouvelle bourse, un autre tronçon de ce fossé, se dirigeant vers celui observé rue de la grande chaussée, et dont les berges étaient maintenues par des pieux en bois, a aussi été repéré42. Ces éléments permettent de supposer la présence d’un fossé ancien qui ceinturait ce qui pourrait être le forum originel de la ville ; il s’étirait de l’extrémité de la rue des chats bossus, où le mur ouest incurvé de la cave 4 pourrait répondre aux contraintes liées à la présence de ce fossé, jusqu’au milieu de la place du théâtre. Au-delà, il est vraisemblable qu’il venait contourner l’église Saint-Étienne, dont les dimensions devaient être très modestes.

Restitution des limites du forum sur le cadastre de 1820

Restitution des limites du forum sur le cadastre de 1820

53Cette restitution ne laisse pas de poser des questions, particulièrement sur le raccordement de l’extrémité de ce fossé du côté de l’église Saint-Étienne ; en effet, aucune trace cadastrale de présence d’un fossé n’est visible au-delà de l’église, et si les limites méridionales du forum semblent clairement établies, fossilisées depuis le xiie siècle, il paraît étonnant de n’en trouver aucun vestige du côté septentrional. Il faut donc supposer la présence d’un autre type de limite de ce côté, sous une autre forme que celle d’un fossé.

54Plusieurs constatations s’imposent ici, qui permettent d’élaborer deux hypothèses principales sur l’organisation du forum marchand primitif. La première concerne les cours d’eaux qui se situaient sur le flanc nord du forum. La Deûle bien sûr, qui coulait dans le canal de Weppes jusqu’aux fossés de la motte, avant de se jeter dans la basse-Deûle après avoir longé les bâtiments actuels de l’hospice Comtesse. Cependant, le tracé totalement rectiligne du canal laisse supposer une intervention humaine, soit pour rectifier et canaliser un bras de la rivière déjà existant, soit pour creuser ex-nihilo un canal, pour des besoins de défense de la ville sur ce front ou apporter un surplus d’eau aux fossés de la motte. Mais il existait aussi une seconde rivière dans ce secteur, depuis longtemps détournée, et qui du xiiie au xviie débouchait dans les fossés ceinturant le front nord de la ville. Connue sous le nom de « bucquet », elle avait un cours d’orientation nord-ouest/sud-est, visible sur les plans les plus anciens de la ville. Il est logique de considérer qu’avant le creusement des fossés du front nord de la ville, ce cours d’eau devait continuer en droite ligne vers le sud-est, longeant le promontoire géologique sur lequel court l’actuelle rue de la collégiale, ce qui permet de restituer son cours jusqu’aux environs de l’extrémité de la motte castrale.

Proposition de restitution du Bucquet sur le plan de Blaeu de 1620

Proposition de restitution du Bucquet sur le plan de Blaeu de 1620

55La seconde constatation concerne la très faible densité d’occupation du pâté de maison compris entre l’extrémité occidentale de la rue basse et le canal de Weppes. Que ce soit sur les plans de 1580 et 1620, ou sur le cadastre de 1820, ce secteur est surtout constitué de jardins, sans constructions à l’intérieur des parcelles, les bâtiments s’alignant le long de la rue basse, ce qui contraste avec les densités d’occupation de l’ensemble des autres pâtés de maisons environnants.

Plan de Blaeu de 1620

Plan de Blaeu de 1620

Cadastre de 1820

Cadastre de 1820

56Ces éléments permettent de proposer deux hypothèses sur l’organisation du secteur aux environs du xiie siècle, reconstituant ainsi le côté nord du forum.

L’hypothèse « bucquet »

57Si l’on considère le canal de Weppes comme un creusement artificiel, détournant une partie des eaux de la Deûle dont le cours originel correspondrait à l’ancien canal des poissonceaux, qui coulait à l’ouest de la grand place, le Bucquet reste le seul cours d’eau sur le côté nord du forum. Il est alors vraisemblable que son cours se prolongeait vers le sud-est en s’incurvant, rejoignant la Deûle vers la rue des poissonceaux, juste au nord de l’église Saint-Étienne. Cette restitution exclut de l’agglomération originelle l’extrémité de la rue basse, et celle de la rue Esquermoise où aucune trace de cave médiévale n’a été observée ; de plus, l’organisation parcellaire, faite de petites parcelles juxtaposées ou au contraire de très larges espaces le long du canal de Weppes, n’a rien de commun avec les observations faites sur la rue de la grande chaussée. Dans cette hypothèse, le fossé du Forum se serait raccordé sur cette rivière, au-delà de l’église. Cependant, l’espace compris entre l’actuelle rue de la monnaie et le cours restitué du Bucquet se trouve vierge de toute défense. Il faut alors supposer que le « verrou » fermant ce secteur était l’ensemble formé par le « castrum » de la place aux oignons associé à la motte, dont les fossés pouvaient être mis en eau par une partie du Bucquet, dont nous ne connaissons pas le débit mais qui figure sur les plans anciens aussi large que la Deûle elle-même. L’ensemble constitué par le forum et le castrum se reconstitue alors comme ceci

Première hypothèse de reconstitution du noyau urbain

Première hypothèse de reconstitution du noyau urbain

L’hypothèse « Deûle »

58La seconde hypothèse est basée sur une restitution d’un bras de la Deûle qui, après transformation par l’homme, correspondrait au canal de Weppes comblé au début du siècle. Avec la reconstitution du Bucquet proposée, le confluent entre les deux cours d’eau devait se situer vers l’extrémité de la motte castrale ; cependant, le canal de Weppes est assez éloigné de l’église Saint-Étienne, le long de laquelle se situait le fossé du forum venant de la grande chaussée. La jonction entre la rivière et le fossé n’ayant pas laissé de trace visible dans le parcellaire, il faut tenter de la reconstituer.

59Les aménagements dans ce secteur paraissent avoir été importants, effaçant une partie des dispositions originelles, et notamment les deux cours d’eau. Il semble qu’il faille restituer là une zone humide, et sans doute marécageuse, au confluent entre les deux rivières, extrémité orientale des marais de la haute-deûle issus du cours en tresse de la rivière et de son débit capricieux, s’étalant au bas du promontoire géologique qui s’élève vers le nord de la ville et dont la rue de la grande chaussée constitue l’extrémité méridionale. Le cours rectiligne du canal de Weppes aurait été creusé afin de drainer la zone humide, en repoussant le cours d’eau vers le nord. La faible densité d’occupation du pâté de maison situé le long de la rue basse, et l’absence totale de vestiges médiévaux en sous-sol de ce côté, soulignent la nature ingrate du terrain dont la viabilisation, bien que situé en plein centre-ville, n’a jamais été complète, en témoignent les plans anciens de la ville. Cette restitution permet d’envisager la connexion du fossé du forum sur la zone humide et le bras de la Deûle, à proximité de l’église Saint-Étienne. Ceci explique qu’il n’y ait pas de vestige parcellaire de la présence du fossé au-delà de l’église, son extrémité orientale se greffant à l’extrémité de la rue des chats bossus sur les fossés de la motte. Il est aussi possible que le cours de la Deûle, à cet endroit, se divisait en plusieurs bras, laissant émerger des îlots bas ; seul le bras septentrional aurait été aménagé afin d’assainir l’ensemble du secteur.

  • 43 J. Deumeulemeester, « karolingische castra en stadsontwikkeling », in « la genèse et les premiers s (...)

60Cette seconde hypothèse permet de reconstituer un noyau urbain, adossé à un espace fortement humide, de forme semi-circulaire et ceint d’un fossé, disposition qui n’est pas sans rappeler celles observées dans les noyaux originels d’autres villes flamandes43, Gand, Bruges et Courtrai en Belgique, ou Armentières, St-Omer et même Douai, où le bourg primitif est aussi de forme semi-circulaire, séparé de l’ensemble castrai et religieux par la Scarpe. La constitution du noyau urbain Lillois rentre alors dans le schéma directeur de l’ensemble des formations des villes flamandes, qui ont pour origine une implantation semi-circulaire, située le long d’un cours d’eau. Cette dernière constatation est un élément de plus en faveur de la seconde hypothèse de restitution.

Seconde hypothèse de restitution des noyaux originels de la ville

Seconde hypothèse de restitution des noyaux originels de la ville

61Les restitutions proposées de la topographie et de l’organisation des éléments fondateurs de la ville vers le xie siècle, montrent les limites actuelles de notre connaissance dans deux domaines : le premier concerne la Deûle, dont les hommes ont apparemment depuis longtemps voulu maîtriser les divagations, mais dont le cours originel reste assez improbable, bien qu’étant un élément fondamental de la constitution et de l’organisation du bourg primitif, dans une région largement dépourvue de frontières et limites naturelles. La motte castrale n’est guère mieux connue ; son aspect général, révélé par le plan-relief de la ville, est notre seul point de connaissance. Son origine, son rôle dans l’organisation de la ville, restent énigmatiques, bien que sa situation entre le « castrum » et le « forum » de la ville lui confère une position centrale tout à fait particulière. La compréhension de ces deux éléments, la Deûle et la motte, pourrait permettre de mettre en connexion tous les éléments déjà recueillis sur l’organisation de la ville d’origine, et leur étude reste un axe de recherche primordial pour les années à venir.

62Néanmoins, certaines constatations, associées aux hypothèses de restitution précédemment évoquées, permettent de proposer une suggestion du plan d’ensemble de l’agglomération préurbaine. La restitution proposée du « forum » oblige à s’interroger sur la fonction de la motte. En effet, coincée entre l’agglomération primitive et le castrum, situé vers la place aux oignons, elle n’est pratiquement d’aucune utilité ; militairement, elle ne défend rien et ne peut être considérée que comme un réduit défensif. Or, dans des villes proches comme Douai ou Gand, la motte se trouve en périphérie de la ville afin de mieux la défendre et/ou la surveiller.

63Il est plausible de considérer la motte comme étant liée étroitement avec le « forum » restitué, et non avec le castrum ; sa situation devient alors déterminante en temps que verrou protégeant la ville vers le nord, qui est le lieu d’approche le plus aisé de la ville car en hauteur et donc hors d’eau. De plus, elle permet de contrôler la route de sortie de l’agglomération telle que nous l’avons restituée, tout en surveillant la rivière et le port qui se trouvait à ses pieds, place Louise de Bettignies. Le cours de la rivière, proposé dans la seconde restitution, aurait permis de creuser facilement des fossés inondés vers le nord, ceinturant et protégeant la motte. Le noyau urbain primitif se serait alors appuyé sur un des bras de la rivière ainsi que sur la motte, dont l’aménagement est difficilement datable, peut-être vers la fin du xe ou le début du xie siècle. Le « forum » aurait été aménagé autour de l’axe principal nord-sud, croisant un axe est-ouest dont l’extrémité orientale, après avoir traversé la place du lion d’or actuelle, correspond au tracé de la rue Saint-Jacques qui prolonge celle des chats bossus. Vers l’ouest, elle s’étirait en droite ligne en direction de la rue du curé Saint-Étienne, dont les ultimes vestiges sont constitués par une limite parcellaire nette et rectiligne au sein de l’îlot entre la rue des chats bossus et la rue du curé Saint-Étienne, située derrière l’église du même nom.

Proposition de restitution dans la première moitié du xie siècle

Proposition de restitution dans la première moitié du xie siècle

Hypothèses d’évolution du noyau urbain

64Si la reconstitution du tracé originel de la rue de la grande chaussée peut être considérée comme une hypothèse valable, la raison de son abandon doit être expliquée. En l’absence de texte, l’exercice n’est pas des plus faciles. Cependant, il semble évident que c’est l’implantation du « castrum », avec la construction du palais comtal et de l’ensemble formé par la collégiale et l’ensemble claustral, qui a profondément bouleversé la physionomie de cet espace. Il y avait sans doute des implantations au nord de la motte, sous la forme d’un petit faubourg le long de la route, mais l’émergence décisive de ce quartier, et son organisation, sont vraisemblablement liées aux implantations du palais et de la collégiale. La mainmise du comte de Flandre sur le petit bourg, s’est alors traduite par l’urbanisation du « castrum ». Le site possédait des atouts certains : la Deûle permettait une communication directe avec le cœur du comté après sa jonction avec la Lys, il constituait un point de passage obligé pour les routes qui devaient utiliser les seuls gués possibles pour franchir la rivière, et enfin, il n’y avait pas de pouvoir fort déjà établi.

65Les implantations du palais de la salle et de la collégiale le long de la basse-Deûle, ont sans doute été dictées par la présence du port à l’est, et du faubourg le long de la route à l’ouest. C’est à partir de ce moment que l’ancienne route aurait été abandonnée au profit d’une nouvelle, l’actuelle rue de la monnaie, contournant la motte et rejoignant directement le palais et l’enclos canonial. Un nouveau quartier se serait construit autour de la petite place aux oignons, permettant de loger les personnes attirées par cette nouvelle implantation. A partir de ce moment, la motte aurait occupé une position centrale, et donc stratégiquement peu utile, mais serait restée comme siège du châtelain de la ville, représentant du comte. La description des terrains donnés aux chanoines par Baudouin V, comte de Flandres, en 1066, semble montrer que le basculement de rue, entraînant l’abandon de l’axe passant par la place aux oignons au profit de celui de la rue de la monnaie, se situe vers le milieu du xie siècle car l’actuelle rue St Pierre qui prolonge celle de la monnaie est prise comme limite de référence, et non l’ancienne rue. La charte de fondation pourrait être la traduction littérale de la mainmise du Comte de Flandre sur la ville, ayant engendré des bouleversements qui ont entraîné les changements de voirie constatés.

66Cet échafaudage de théories et d’engrenage d’événements ne peut cependant pas dépasser le stade de l’hypothèse, par manque de documentations et d’éléments de terrains. Mais les hypothèses formulées à partir de l’étude des caves ont permis d’ouvrir de nouvelles pistes, qui ne demandent qu’à être critiquées afin d’enrichir la recherche sur une période très obscure de l’histoire de la ville. La suite de la reconstitution de la formation du schéma urbain s’appuie sur un peu plus de documentations, et intègre directement les caves observées, ainsi que des éléments apportés à l’occasion de chantiers de fouilles archéologiques.

La ville après 1066

La ville après 1066

L’évolution jusqu’à la fin du xiiie siècle

  • 44 Revue du Nord, T XXVIII, p. 558.

67L’agrandissement de la ville s’est alors fait progressivement vers le port, les caves encore existantes (6, 18, 19, 23, 24 et 26), datées pour la plupart du courant du xiiie siècle, matérialisant cette évolution. Les berges des fossés de la motte, si les datations xve apportées pour les caves 9, 10 et 11 sont bonnes, sont viabilisées beaucoup plus progressivement dans le courant du moyen âge. La progression de la ville s’est aussi effectuée, toujours autour de l’axe originel, le long de la place du théâtre actuelle où au moins une cave de type xiiie a été aperçue lors de la construction de la nouvelle bourse, au début du siècle. Les observations effectuées par Rigaux lors de la destruction des maisons bordant la place pour l’édification de l’opéra, l’ont amené à penser que « vers le xiiie siècle, il n’y avait peu ou pas d’habitations » à cet emplacement, mais seulement « des prairies coupées de fossés »44. Il ne subsiste malheureusement aucune trace de ces constatations.

  • 45 Hautcoeur, Cart. de St Pierre, p. 626, mention de la vente d’une rente sur une maison « seans au vi (...)
  • 46 A. Derville, in Genése et premiers siècles des villes médiévales dans les Pays-Bas méridionaux, p.  (...)

68L’agrandissement de la place du marché, qui n’est à l’origine que la place du théâtre actuelle sur laquelle se situaient, à l’emplacement de l’opéra et la nouvelle bourse, des bâtiments importants comme le change45, et la halle échevinale à l’extrémité vers la rue de Paris, s’est effectuée vers la grand place actuelle. Les fouilles qui y furent pratiquées en 1988 et 1989 ont montré que sa viabilisation définitive s’est effectuée dans la seconde moitié du xiiie siècle, la place étant régulièrement inondée avant cette date. C’est vraisemblablement à cette époque que la Deûle est maîtrisée, canalisée entre La Bassée et Lille dans la deuxième moitié du xiiie siècle, ainsi qu’intra-muros : le canal des boucheries, derrière la grand-place, est aménagé lui aussi à cette époque. Une des conséquences de ces transformations semble avoir été un rehaussement du niveau des eaux dans la ville, qui se fit sentir particulièrement le long de la basse-deûle (actuelle avenue du Peuple belge) ; les sœurs de l’hôpital Comtesse en 1260 étaient empêchées d’aller à l’église Saint-Pierre en hivers à cause des inondations, ce qui a engendré la création d’une chapelle au sein de leur établissement. Les aménagements et le remblaiement de la crypte de la collégiale Saint-Pierre, à cause d’une remontée des eaux, sont sans doute liés aux travaux de canalisation de la Deûle46.

69Il semble y avoir confirmation de ce phénomène dans les caves. Les sondages effectués dans la cave 7, cellier des chanoines de Saint-Pierre, située le long de la basse-deûle, ont montré la présence d’épaisses couches d’argile rapportée, très compactées, qui se superposent depuis le sol d’origine jusqu’au niveau actuel. La couleur grisâtre de l’argile atteste de son contact permanent avec l’eau, qui noie encore aujourd’hui le pied de la colonne centrale supportant les voûtes de la cave. Datée de la première moitié du xiie siècle, cette cave témoigne du relèvement du niveau des eaux dans la ville. Dans les quatre autres caves sondées (1, 2, 3 et 4), des niveaux d’argile vierge très compactée ont systématiquement été observés au-dessus du sol d’origine, d’épaisseur variant entre 20 et 40cm ; les tessons de céramique trouvés sur le sol, scellés par ces niveaux d’argile, sont couramment datés à Lille du xiii ou du xive siècle, sans plus de précision, ce qui n’infirme pas les datations apportées du relèvement des eaux ayant obligé à isoler les sols des caves par ces recharges d’argile. Les caves sont situées sur un des points les plus hauts de la ville, et il ne faut pas imaginer des débordements importants de la rivière, mais plutôt des remontées humides par capillarité qui auraient créé une atmosphère excessivement humide, et nécessité l’utilisation de l’argile afin d’isoler les sols.

70La coupe réalisée, de la grand-place jusqu’à la place Louise de Bettignies, intégrant la grande majorité des caves recensées, est particulièrement intéressante. Elle met en évidence le niveau maximum de creusement des caves, possible sur le site entre le xiie et le xiiie siècle par rapport au niveau actuel du sol. Le « bombement » de la rue de la grande chaussée se répercute dans le niveau de fondation des caves. La comparaison des caves entre-elles peut, ponctuellement, se révéler intéressante. Les fondations de la cave 6 sont à la même altitude que celles des caves 2, 3 et 4, stylistiquement et architecturalement identiques, alors que la hauteur sous voûte dans cette cave est inférieure aux autres. C’est l’altitude de la nappe phréatique qui a dicté la construction des caves, limitant la profondeur de creusement des fondations dans la cave 6 : les maçons ont été obligés de diminuer la hauteur sous voûte, pour ne pas exhausser de trop le premier niveau du bâtiment. La cave 20, large mais voûtée d’arêtes sans supports intermédiaires, a des fondations ménagées à une profondeur voisine de la cave 6. Elle témoigne du niveau maximum utilisable en fondation dans ce secteur.

71La comparaison entre les caves 1,22 et 14 permet d’étayer les hypothèses sur le niveau de la nappe, échafaudées à partir des lectures faites par l’intermédiaire des autres caves. Ici, l’altitude de creusement des fondations est pratiquement identique entre ces trois caves, alors que la hauteur du sol extérieur restitué par les escaliers montre un décalage de près de 2,5m entre la cave 22 et la 14. Celle-ci, bâtie hors du « sommet » constitué par la grande chaussée, n’a pas pu être enterrée à cause de la présence de l’eau en sous-sol, et constitue un entresol à peine excavé. Elle témoigne de l’importante épaisseur de remblai accumulé sur la grand-place afin de la rendre praticable, ce qui confirme les observations faites par G. Blieck lors des fouilles de la place, et montre bien que la topographie du site a été profondément modifiée. Les zones les plus basses et les plus humides ont été largement remblayées afin de les viabiliser, alors que les parties « hautes » de la ville ont pratiquement conservé leur altitude originelle, ainsi que l’avait montré la présence des escaliers dans les façades des caves. Enfin, l’altitude reconnue du sol médiéval, tant par les fouilles de la grand-place que par l’escalier de la cave 14, est identique à celle actuelle de l’avenue du Peuple belge ; les opérations archéologiques pratiquées à cet endroit ont montré que le niveau de l’eau était là assez proche.

Coupe transversale de l’avenue du peuple Belge jusqu’à la grand place figurant la hauteur originelle des caves en fonction des architectures (l’échelle verticale est amplifiée pour une meilleure lecture)

Coupe transversale de l’avenue du peuple Belge jusqu’à la grand place figurant la hauteur originelle des caves en fonction des architectures (l’échelle verticale est amplifiée pour une meilleure lecture)

72Cette coupe permet de mettre en évidence le dénivelé de la rue de la grande chaussée, dôme géologique hors d’atteinte des divagations récurrentes de la Deûle, dont le niveau est attesté par les altitudes reconnues tant du côté de la grand-place que de l’avenue du Peuple belge ; l’ancienneté de la présence humaine sur cette « hauteur » est donc parfaitement logique. Elle permet d’accréditer les hypothèses de restitution du « forum » primitif, dont l’axe majeur formé par la grande chaussée a concentré au cours des xiie et xiiie siècles les constructions importantes, locaux commerciaux et grandes demeures ; sa situation économique entre le port et le marché, ainsi que sa position haute la mettant hors d’atteinte des débordements de la rivière, en faisait un emplacement de premier ordre.

73Au bout de la place du théâtre, un second bras de la Deûle coulait, connu sous le nom de canal des boucheries et des ponts de Comines ; de l’autre côté s’étendait la paroisse St Maurice le long de la rue de Fins, dont le toponyme romain montre l’ancienneté, et qui existait en 1066 puisque mentionné dans la charte de la collégiale. La physionomie du quartier a été complètement bouleversée par les travaux d’urbanisme, mais le cadastre de 1820 révèle des délimitations parcellaires ainsi que des orientations qui, bien que moins visibles que le long de la rue de la grande chaussée, évoquent un espace aménagé qui aurait pu avoir une forme semi-circulaire. L’agrandissement de la ville s’est opéré le long d’un axe majeur, autour duquel des organisations préurbaines étaient déjà existantes. L’importance prise par le forum de la grande chaussée est vraisemblablement due à la présence conjointe de l’eau comme élément de protection et axe commercial, en liaison avec une route ancienne orientée nord-sud.

Notes

1 Provins et sa région, bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de Provins, No 150, 1996.

2 A.D.N., 27H37, P512.

3 Liagre Charles, « 50 maisons de Lille », Lille 1913, p. 35.

4 A.D.N., 28B3, pièce du 01 mars 1333.

5 A.M.L., Carton 1397.

6 Hautcoeur, Cart. de St Pierre, p. 673 en date du 04 septembre 1335.

7 Dirk Callebaut, in Acte du ive congrès international d’archéologie médiévale Douai 1991, Douai 1994, p. 93 à 112.

8 Cart. de St Pierre, p. 207, « ... usque ad parietem lapideum domus magistre Egiide de Bruges, canonicus noster... ».

9 A.M.L., Affaires Générales, C53 D3 du 05 juillet 1780.

10 A.D.N., 130H32.

11 16G380 P2253 du 24 octobre 1331.

12 Hautcoeur, cart. de St Pierre, p. 363.

13 A.D.N., 130H81 P384.

14 A.D.N., 16G380 P3257.

15 A.M.L., Cptes de la ville 1318, 16012, f°3 r°.

16 16015, f°3r°.

17 16022, f°lr°.

18 A.M.L., Comptes de la ville, année 1392, 16122, f°1 v°.

19 Id, année 1351, 16054/16055, f°49 r°.

20 A.M.L., registre 15659.

21 A.M.L., Comptes de la ville, année 1393, 16123/16124, f° 8 r°.

22 A.D.N., 18B26, P85 d’août 1278.

23 A.D.N., 16G379, P3235 d’octobre 1298.

24 A.D.N., 18B26, P87 de mai 1305.

25 A.D.N., 16G258, P2151 du 27 avril 1329.

26 A.M.L., Comptes de la ville, année 1392, 16121/16122, f°1 v°.

27 A.M.L., id, année 1393, 16123/16124, f°8 r°.

28 A.M.L., 15659.

29 A.D.N., 16G257, P2143.

30 A.D.N., 16G257, P2123.

31 A.D.N., 16G380, P3253.

32 A.M.L., Comptes de la ville, année 1334, 16023, f° 16r°.

33 Voix du Nord du 10 juin 1998.

34 Groupe Archéologique Lillois, rapport d’activités années 1980, 1981, 1982, 1983.

35 E. Hautcoeur, Histoire de St Pierre, Tome 1 p. 87.

36 id., Tome I p. 85.

37 A.M.L., AG 828, D2.

38 AG 229, D6.

39 Hautcoeur E., Cartulaires de St Pierre, Tome 1, p. 207.

40 A.D.N., 16G482.

41 Lefebvre L., « notes sur les fouilles et découvertes faites à Lille », 1909, B.M.L., cote Ms 1487.

42 Bulletin de la Commission Historique du Nord, T28 p. 575 du 06.06.1910.

43 J. Deumeulemeester, « karolingische castra en stadsontwikkeling », in « la genèse et les premiers siècles des villes médiévales dans les Pays-Bas méridionaux », p117 à 156, 1988.

44 Revue du Nord, T XXVIII, p. 558.

45 Hautcoeur, Cart. de St Pierre, p. 626, mention de la vente d’une rente sur une maison « seans au vies marquiet que on disais jadis dou bled, entre le cange et le debout de le grand cauchie », septembre 1322.

46 A. Derville, in Genése et premiers siècles des villes médiévales dans les Pays-Bas méridionaux, p. 247 à 289.

Table des illustrations

Titre Maisons place St Martin (du lion d’or)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Maisons de la rue de la grande chaussée, A.M.L., AG 46
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Voirie actuelle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Voirie au début du xive siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Dénominations à la fin du xive siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Note 2222Note 2323Note 2424Note 2525Note 2626Note 2727Note 2828
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Note 2929Note 3030Note 3131Note 3232
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre En gris clair, parcelles anciennes perpendiculaires ; en gris foncé, les parcelles obliques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Guichardin, vers 1580
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Piliers du No 33
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Voirie d’origine (en gris) avec restitution des limites parcellaire (en pointillé)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Rues et lieux cités dans le plan actuel
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Proposition de restitution de la voirie primitive
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Plan du cloître et des bâtiments attenants
Légende E : église collégiale de Saint-pierre ; C : cloître à galeries ; H : hôpital de St pierre transformé en maison des clercs dans le courant du xiiie ; R : dortoir-réfectoire des chanoines qui devient prévôté au début du xiiie
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Plan du quartier canonial dans la première moitié du xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Restitution des limites du forum sur le cadastre de 1820
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Proposition de restitution du Bucquet sur le plan de Blaeu de 1620
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Plan de Blaeu de 1620
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Cadastre de 1820
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Première hypothèse de reconstitution du noyau urbain
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Seconde hypothèse de restitution des noyaux originels de la ville
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Proposition de restitution dans la première moitié du xie siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre La ville après 1066
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Coupe transversale de l’avenue du peuple Belge jusqu’à la grand place figurant la hauteur originelle des caves en fonction des architectures (l’échelle verticale est amplifiée pour une meilleure lecture)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49796/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search