Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

Interprétation

Texte intégral

L’utilisation des caves

1Les renseignements recueillis de vive voix auprès des propriétaires et des vieux habitants du centre de Lille, font souvent référence à des souterrains qui passent dans ou sous les caves, et permettent la liaison entre différents points de la ville, allant même jusqu’à considérer certaines caves comme des vestiges de souterrains. Aussi alléchante qu’elle soit, cette hypothèse tient plutôt de la légende et du fantasme collectif, mais l’attachement des Lillois à ces mystères mérite de s’y arrêter un instant, afin de clore définitivement ce débat.

Les caves-souterrains

2Malgré les affirmations catégoriques d’habitants, précisant même les endroits où ils se situaient, aucun souterrain n’a été recensé dans les caves, et aucune d’entre elles ne possède les traits de ces types de structures. Plusieurs raisons s’opposent à leur présence. La nature du sous-sol de la ville en est une incontournable. La présence de la nappe à faible profondeur interdit le creusement de boyaux, et même si l’ensemble de la rue de la grande chaussée constitue une butte hors d’eau, il n’est pas envisageable de restituer des souterrains qui passeraient sous les maisons, c’est-à-dire à plus de cinq mètres de profondeurs, les fondations des caves descendant à près de quatre mètres.

3Architecturalement, les caves ne peuvent être confondues avec des souterrains ; elles sont parfaitement cloisonnées, possèdent des parois avant et arrière qui ferment le volume, et quand celles-ci n’existent plus, l’analyse rapide de l’architecture permet de les restituer et donc de donner les limites de l’édifice. Enfin, il est difficile de comprendre quelle aurait pu être l’intérêt de la présence de ce type de passage en centre ville, et pour mettre en communication quels bâtiments.

4L’origine de cette légende, si fortement ancrée dans l’imaginaire, peut s’expliquer par plusieurs phénomènes. Certaines caves, notamment les moins larges voûtées en berceau, ont ponctuellement pu être confondues avec des souterrains : on imagine facilement l’image qu’a pu laisser dans l’esprit d’un visiteur curieux une cave abandonnée, en partie remblayée, dépourvue d’éclairage et dont l’extrémité se perd dans l’obscurité. Les aménagements effectués en 1940 par la défense passive peuvent être aussi une origine de ce phénomène. Les personnes qui ont utilisé, dans leur enfance, les percements de petite taille mettant en communication les caves mitoyennes entre elles, et dont certains existent encore, ont facilement pu en conserver un souvenir amplifié. Enfin, la présence dans le sous-sol de la ville de nombreux canaux et bras de la Dêule, voûtés à certaines époques et souvent à sec depuis les détournements successifs du cours de la rivière vers le nord de la ville, sont probablement au cœur de cette légende ; rien ne ressemble plus à un souterrain qu’un canal asséché qui s’enfonce dans les entrailles de la ville...

5Si le rapport entre les caves et les souterrains ne dépasse pas le domaine folklorique, l’utilisation de celles-ci comme lieu d’habitation est régulièrement attestée par les textes.

Les caves-habitations

  • 1 A.M.L., 725, « registre aux visitations de maisons », 1618-1623, f°8 r°.
  • 2 A.M.L., A.G.53, D 15, pièce du 05.06.1785.

6« Philippe le Bas, chargé de feme et enffans, quil demeure a p(rese) nt au chelier au dessoubz de la maison Philippe Cherbault boullenghier »1. C’est un des exemples, attesté dans les registres municipaux en 1618, de famille qui habite dans des caves. Au siècle dernier, avec l’implantation de nombreuses usines en ville, la nécessité de loger les nombreux ouvriers a amené à utiliser les caves comme lieu d’habitation, malgré les conditions insalubres provoquant des maladies fréquentes. Ainsi, en 1785, un médecin appelé au chevet d’une famille résidant dans la cave du No 178 de la rue des chats bossus, y découvre un couple avec six enfants dans un état sanitaire effroyable, qui ont failli périr étouffés par la fumée d’un feu en l’absence de cheminée2. L’occupation des caves dans le courant du xixe, et son cortège de drames engendrés par la misère et l’inadaptation des locaux, est à ce point saisissant que Victor Hugo témoigne dans la légende des siècles : « caves de Lille, on meurt sous vos plafonds de pierre ».

  • 3 BB10, No 390, f°175 r°, du 17 août 1677.

7L’habitation n’est pas la vocation première des caves, mais seulement un palliatif à un manque de place, qui a duré longtemps puisque déjà en 1677, les échevins sont obligés d’édicter une « deffence a toutes personnes d’habiter dans aucunes caves de cette ville et aussy dans les petites caves »3. Confirmant ces constatations, l’observation attentive des caves ne permet de découvrir aucun des éléments de confort ou aménagements qui pourraient suggérer une quelconque fonction d’habitation. On n’y trouve aucun évier, aucune armoire murale, et les niches décrites dans la cave 20 ne peuvent leur être assimilées faute de trace de gonds ou d’une autre fermeture. Il n’y a pas de moyens d’éclairage prévus, ni de mode de chauffage : les cheminées que l’on rencontre parfois (1 ou 4), dont les conduits perforent les voûtes en pierre, sont des aménagements plus récents que la cave elle-même. Enfin, aucune trace de fenêtre ouverte dans la façade ou vers l’arrière de la maison n’a été observée, qui aurait pu pallier le manque de moyens d’éclairage.

8L’occupation temporaire de ces locaux n’est même pas attestée, comme lieu de refuge par exemple à l’image des profondes caves d’Arras, et malgré la solidité de leurs voûtes, les registres de la défense passive de 1939 ne mentionnent aucune d’entre elles comme susceptible de servir d’abri en cas de bombardement.

9L’absence complète de tout aménagement suggère donc une utilisation autre que l’habitation ; la première possibilité est de les considérer comme des espaces polyvalents, de stockage des denrées à des fins de conservation notamment, qui appartenaient à des particuliers à l’image de nos caves actuelles.

Les caves d’usage courant

10Aujourd’hui, la plupart des caves recensées sont encore utilisées, quelques-unes comme lieux commerciaux d’exposition ou de stockage, la plupart à des fins privées. Le premier constat qui s’impose est la différence entre les petites et les grandes caves. Celles à colonnes, particulièrement, paraissent développer des surfaces et des volumes beaucoup trop imposants pour être considérées comme des caves exclusivement privées, appartenant à des particuliers. Ce sont d’ailleurs ces caves qui servent de locaux commerciaux aujourd’hui, ou sont cloisonnées en plusieurs volumes indépendants lorsqu’elles sont divisées entre les propriétaires ; dans la cave 1, par exemple, des murs maçonnés en briques délimitent quatre espaces indépendants, qui sont autant de caves privées.

11Pour les autres caves, voûtées en berceau ou couvertes d’arêtes, les volumes sont plus réduits, et les surfaces et hauteurs moins importantes. Leur utilisation à des fins privées paraît alors envisageable. Cependant, l’absence de communication directe avec le premier niveau ne laisse pas d’étonner ; en effet, aucune trappe ménagée dans les voûtes n’a été observée, et les escaliers permettant l’accès actuel sont systématiquement des aménagements récents en briques, percés à travers les voûtes ou construits dans des volumes ajoutés à l’arrière des caves médiévales. Seuls existent encore ponctuellement les escaliers ouverts vers la rue. Pourtant, l’usage des trappes permettant la communication directe entre les deux niveaux est attesté dans la cave du chapitre (7), où trois d’entre elles sont encore parfaitement visibles dans les sommets des voûtes, qui évitaient l’usage systématique de l’escalier extérieur pour accéder à la cave. L’absence de ces éléments doit cependant être nuancée par l’état de conservation des caves, souvent amputées de volumes importants, où les réaménagements ont pu faire disparaître toutes les traces de communication interne. Néanmoins, cette absence est troublante et amène à considérer ces caves comme des espaces conçus pour être indépendants de la maison située au-dessus.

12Le problème est tout autre en ce qui concerne les caves possédant un plancher à l’origine. Une seule semble attestée (22), mais la fragilité des planchers et les incendies de grande ampleur qui ont ravagé au moins par deux fois les quartiers où se situent les caves médiévales, peuvent expliquer cette disparition. Dans ces caves, l’aménagement de communications internes est parfaitement envisageable, les trappes pouvant être percées en tout point. Faut-il alors voir une différence d’utilisation en fonction de l’architecture utilisée, associant les caves planchéiées à des maisons particulières et les autres à des espaces tournés vers l’échange ou la production ? L’absence de traces de planchers fait cruellement défaut pour étayer cette hypothèse, et la surface restituée de la cave 22 semble assez considérable pour une maison particulière. Cependant, à ce stade de l’étude, les conclusions ne sont pas encore possible et le rapport entre la structure et la fonction doit être retenu comme une hypothèse logique.

L’activité artisanale

13Aucun texte qui mentionne une quelconque utilisation des caves à des fins artisanales n’a été retrouvé, et les sondages effectués dans certaines d’entre elles n’ont apporté aucun indice qui pourrait laisser supposer qu’elles aient pu servir d’atelier de fabrication quelconque. Cependant, plusieurs éléments étaient favorables à l’implantation de certaines activités artisanales. La température constante qui régnait dans les caves, grâce à l’aération engendrée par la présence d’ouvertures en façade et vers l’arrière de l’édifice, aujourd’hui murées ce qui rend l’atmosphère des caves très lourde, permettait une utilisation continue tout au long de l’année, sans risque d’altération des matériaux à cause des changements de température. De plus, l’humidité actuelle qui dépose sur les voûtes et les parois une pellicule humide, était régulée par la présence des ouvertures et la circulation d’air permanente, ce qui rendait les caves très saines. Ces conditions étaient propices au travail du cuir et à l’activité de tissage, et il est probable que certaines caves aient servi ponctuellement à de telles activités. Cependant, le manque d’éléments ne permet pas de les mentionner autrement que comme des hypothèses, qu’il ne faut pas perdre de vue notamment pour les caves de petite taille et de hauteur réduite.

L’activité de stockage

14Dans les caves qui associent une grande surface à une hauteur importante, celles dont les voûtes culminent à 3,5m de moyenne et sont soutenues par des colonnes, l’utilisation à des fins de stockage de grandes quantités paraît parfaitement envisageable. Cependant, rien de spécifique dans les architectures ne permet de confirmer cette impression, et les sondages effectués n’ont pas permis de retrouver des témoins de leur utilisation. Mais la petite taille des surfaces fouillées ne permet pas de tirer des conclusions, et seule la fouille complète d’une cave pourrait éventuellement permettre de trouver des indices pertinents sur leur utilisation.

  • 4 16151/16152, Comptes de la ville année 1408, f°3 v°, « receheptes de louages » : louage « a Jaquema (...)

15Pour une fois, ce sont les textes qui apportent un peu de lumière. Dans les comptes de la ville, les caves, appelées cheliers4, ne sont mentionnées exclusivement qu’en rapport avec le commerce et/ou le stockage du vin.

  • 5 A.M.L., 16019, Comptes de la ville année 1330, « recheptes de lowages », f°28 r°.
  • 6 A.M.L., 16040, Comptes de la ville année 1344, « payement en diverses pieches » f°11 v°.
  • 7 16075/16076/16077, Comptes de la ville année 1361, « payements en diverses pieches », f°12 v° et f° (...)
  • 8 A.M.L., 16083/16084, Comptes de la ville année 1364, f°13 v°.
  • 9 A.M.L., 1 6096/16097, Comptes de la ville, f°32 v°.

16La première mention date de 13305, où il est fait état de trois « louwage dou celier », mais pour une utilisation inconnue, car le registre est en très grande partie effacé à cause de l’humidité. En 1344, les mentions sont beaucoup plus précises et explicites ; dans les « payements en diverses pieches », plusieurs personnes sont payées pour avoir mis, l’un « quatre tonnaux au chelier Jaq (ue) mon Dems » l’autre trois dans la même maison. Une seconde maison apparaît, celle du Rewart, où quatre tonneaux sont remplis, puis mis « au chelier » avant que le « carbelier » ne vienne « métré ciercles as dis tonnaux »6. En 1361, trois particuliers louent leurs celliers « pour li vin de le ville »7, de même qu’un autre en 1364, et un certain « Bariziel » est payé pour « mener et ramener p (ar) Il fois dou chelier Jeh (an) dou Castiel au chelier Jehan Riqevier XIII pieches de vin »8. L’utilisation des caves, appelées « cheliers » dans la plupart des cas, semble bien être en priorité le stockage des vins qui sont systématiquement associés à toutes les mentions de caves, pour les besoins de la ville et des eschevins notamment. Ceux-ci sont d’ailleurs considérables puisqu’une rubrique spécifique leur est consacrée dans les comptes de la ville, située en fin de registre et nommée « payements en vins ». Des commerces de détaillants ou de grossistes sont aussi attestés, comme le montrent les visites effectuées par les échevins qui vont « une journée p (ar) les cheliers des taverniers assayer les vins y estans p (our) les vies vins separer des nouviaus »9.

17La vocation de stockage et conservation des vins apparaît donc comme la première et la principale utilisation des caves d’après les comptes de la ville ; cependant, le faible nombre de textes répartis tout au long du xive siècle, ne serait-ce que par rapport au 26 caves recensées, ne permet pas de généraliser la fonction de stockage. Les registres ne reproduisent en effet que les activités qui occasionnent des revenus ou des dépenses à la ville.

18Un document daté de 1269, étonnamment conservé dans un dossier des « affaires générales » des archives municipales, reproduit l’assise des vins « ki vienent au rivaige » et destinés à être entreposés dans les celliers de la ville. Suit la liste complète des celliers utilisés en ville pour entreposer le vin, au nombre de 41, avec le nom des propriétaires et les prix payés pour transporter les vins « des nevs au celier » et inversement. Dans cette liste, il est fait une fois mention d’une grange et d’une maison dans lesquelles sont conservées des barriques ; tous les autres comptes concernent des celliers, qui correspondent vraisemblablement à des caves : d’après les textes, les caves ne servent donc qu’au stockage et au commerce du vin. Trois grandes régions viticoles sont représentées, le document énumérant les « touniel de Gascoigne », les « grandes et petites pipes Rimoises » et les « vins François ».

19Les 41 celliers attestés par le document ne laissent pas d’étonner. Il est en effet parfaitement concevable que des caves comme celles possédants des colonnes, qui associent une surface importante à une grande hauteur, puissent servir à entreposer des barriques ; cependant, elles ne sont plus aujourd’hui que 9 avec celles connues mais détruites. Il faut alors, soit considérer que des caves de dimensions plus modestes et de structures plus simples, celles voûtées en berceau par exemple, ont servi de celliers à vin, soit que la majorité des grandes caves a disparu depuis le xiiie siècle. Le document ne mentionne malheureusement pas les volumes de vin amenés dans les caves, mais le prix payé pour le transport des bateaux jusqu’aux celliers. Avec cette seule indication, il n’est pas possible de se faire une idée du volume entreposé dans les caves, et par conséquent de leurs tailles respectives. Les sommes versées varient de VII à XVIII deniers, ce qui donne un rapport de 1 à 2,5 : peut-on en conclure que le volume utilisable des caves varie dans les mêmes proportions, ou plus simplement que certains grossistes ou négociants font rentrer plus de vins que d’autres dans leurs caves cette année-là ? Cette donnée n’est pas interprétable seule, et nous la gardons à titre d’information.

20La répartition des celliers dans la ville n’est pas non plus précisée. Cependant, la fin du document fait état de « tous les celliers qui sont delà le pont de Fins viers St Meurisse », c’est-à-dire dans la paroisse St Maurice située après l’entrée de la rue de Paris où se trouvait le pont appelé « de Fins », pour lesquels les sommes dépensées pour le transport des barriques correspondent, au total, à celles versées pour une seule cave du centre ville, à savoir XVIII deniers. Les caves servant à entreposer le vin ne sont donc pas situées sur les paroisses St Maurice et St Sauveur. La suite du document précise que « tous les celiers parmi tout le markiet as kevaus jusques la porte de Weppes (de la grand place jusqu’au bout de la rue Esquermoise) autant que dou celier... » précédemment mentionné, c’est-à-dire XIIII deniers. Les stockages des vins ne sont donc pas non plus situés dans ce quartier.

  • 10 A.D.N., 27H37 P512, don à l’abbaye de Loos pour son refuge de la grande maison entre « Johin de Vil (...)
  • 11 A.D.N., 16G380 P3253, du 24/10/1331.
  • 12 A.D.N., 16G379 P3232, du 04/1293.
  • 13 Hautcœur E., Cartulaires de St Pierre, p363.

21Par élimination, il faut considérer que tous les celliers mentionnés dans le document se trouvent entre le rivage où sont déchargées les barriques, donc les quais de la basse Deûle, actuelle place Louise de Bettignies, et la jonction de la place du théâtre avec la rue de Paris, emplacement du pont de Fins. D’autre part, le premier cellier attesté est celui des Nonnes de Loos, dont le refuge était situé sur la rive droite de la basse Deûle avant d’être transféré rue de la grande chaussée, lors de la construction du château de Courtrai en 130110. Il est assez tentant de considérer alors le document comme la liste de tous les celliers à vin, les mentionnant dans un ordre précis commençant du côté du rivage jusqu’au pont de Fins en remontant les actuelles rues des chats bossus et de la grande chaussée. Abondant dans ce sens, la comparaison entre les noms de propriétaires mentionnés, et les renseignements fournis par des documents conservés aux archives départementales, concernant des ventes de maisons ou des cessions de rentes, permettent quelques recoupements. Ainsi, Hellin le Sarrazin, dont le nom figure en quatorzième place dans la liste d’entrée des vins, est mentionné en 1331 lors d’une cession de rente rue de la grande chaussée, sur une maison située à côté d’un « hiretage Pieron de Courtray ki fu Helin le Sarrazin »11. De même, Estiennon de la ruielle est attesté en 1293 lors de la vente d’une rente sur son héritage12, ou le « signeur Radoul », dont le nom apparaît lors d’une donation de rente en 1256 « supra domum Radulfi, cognimitati Radoul »13. Dix propriétaires sont ainsi reconnus, qui habitent tous rue de la grande chaussée, dont les noms se retrouvent sur divers documents de la fin du xiiie siècle et de la première moitié du xive.

22Non seulement les caves étaient principalement destinées à des activités de stockage des vins, mais la répartition géographique fournie par le texte de 1269 correspond à la carte des caves recensées, les situant dans l’immense majorité entre le port de la basse Deûle et la place du théâtre. La comparaison entre le nombre de caves encore existantes et celles attestées par le document de 1269, montre que la conservation des vins n’avait pas seulement lieu dans les plus grandes d’entre elles. En effet, 6 caves à colonnes ont été relevées sur le terrain, et le document en mentionne une quarantaine au total dans lesquelles sont entreposées les barriques ; l’état de conservation des caves montre qu’elles ont parfaitement résisté au temps et aux destructions de surface, ayant été réutilisées régulièrement comme fondation des nouvelles maisons jusqu’à aujourd’hui. La différence entre le nombre de caves recensées et celui attesté par le document ne s’explique donc pas par la destruction de nombreuses grandes caves à colonnes, mais plutôt par l’utilisation comme cellier à vins de caves de dimensions et de structures plus modestes.

23La fonction première de ces caves étant le stockage de denrées, vin en particulier, comment expliquer la présence de chapiteaux sculptés dans des lieux principalement à vocation économique ? Destinés évidemment à être vus, ils reflètent l’aisance financière du propriétaire, qui a les moyens d’utiliser dans sa cave un vocabulaire architectural destiné plutôt aux édifices publics ou religieux, dépendants de pouvoirs puissants et riches. L’utilisation des chapiteaux à crochets est aussi une tradition architecturale, qui dans le cas des grands espaces à couvrir nécessitant l’emploi de colonnes, permet de passer du plan carré des retombées des voûtes, repris par le tailloir, au plan circulaire du fût de la colonne par l’intermédiaire du chapiteau et des crochets s’épanouissant à chacun des angles ; d’autres éléments peuvent aussi être pris en compte.

24Il est aussi possible que, à l’image des foires de champagne comme celle de Provins notamment, les grandes foires annuelles qui se déroulaient à Lille étaient précédées d’une semaine de « montre », pendant laquelle les acheteurs éventuels étaient invités à descendre dans les caves afin d’y goûter les vins : le soin et la qualité du décor des chapiteaux, seuls éléments sculptés remarquables, pourraient être considérés comme des éléments de prestige, témoins de la richesse du commerçant, et un argument supplémentaire de vente, destiné à impressionner les clients.

Les autres utilisations

  • 14 Hautcœur E., Cartulaires de St Pierre, p626, vente d’une rente sur une maison « seans au marquiet q (...)

25Le nombre de documents qui indique un rapport étroit entre le commerce du vin et les caves, ne doit pas masquer la possibilité d’autres utilisations, non documentées celles-là. La fonction commerciale semble bien être la vocation première des caves recensées, et outre le vin, le stockage d’autres denrées était possible. Les nombreuses mentions de marchands de cervoise ou de goudale, relevés dans les documents médiévaux, oblige à imaginer des endroits de conservation des bières, qui étaient peut-être les mêmes que ceux des vins, le stockage étant alors mixte. De plus, la proximité du marché au blé qui était situé à l’emplacement de l’actuelle place du théâtre14, implique la nécessité d’entreposer tout le blé dans des locaux assez vastes. C’est d’ailleurs la taille importante de la cave détruite lors de la construction de la nouvelle bourse, au début du siècle, qui a amené Rigaux à supposer qu’elle aurait pu être la première halle au blé. Cependant, l’humidité constante des caves, même légère, n’est pas propice à la conservation du grain, et il est probable que celui-ci était plutôt conservé dans des endroits secs, des greniers, d’où le chargement dans les moyens de transport était effectué par gravitation.

26La cave 1, particulière par ses dimensions, les supports utilisés et la présence de deux escaliers en façade, pourrait avoir eu une destination tout à fait originale. En effet, les deux escaliers témoignent d’une volonté de communication facile avec l’extérieur, ou du souci d’accueil de personnes assez nombreuses. La découverte au fond du sondage effectué au pied de la seconde colonne d’un petit plomb circulaire, dans lequel se trouve encore sertie une tresse faite de deux brins de laine rouge et jaune, identifié comme un plomb de drap, amène à envisager pour cette cave l’hypothèse d’une fonction publique. Pourrait-il s’agir de la première halle au drap, ou d’un premier bâtiment destiné à offrir des possibilités de rassemblement et d’échange de commerçants ? L’idée est séduisante, d’autant plus que les documents du xiiie siècle mentionnent cette halle vers le début de la rue de la grande chaussée, mais le manque de preuve, dans l’attente d’une éventuelle fouille complète de la cave, ne permet pas de formuler des affirmations catégoriques.

27A ce stade de l’étude, et avant de se pencher sur les relations entre les caves et l’urbanisme de la ville médiévale, la question de la datation de chacune des caves doit être abordée, qui permettra de dresser les grandes lignes d’une typologie et servira de base aux propositions de restitution de l’évolution de la ville médiévale.

Les datations

28En l’absence de textes précis mentionnant des dates de constructions de caves ou de bâtiments médiévaux, les datations proposées sont basées sur les découvertes faites lors des sondages, les comparaisons parcellaires, l’étude des éléments sculptés et l’utilisation des textes médiévaux déjà décris.

29L’ensemble des caves recensées est réparti en quatre groupes qui possèdent des caractéristiques communes, supposant des époques de construction proches. Le premier est constitué de trois caves.

Les caves anciennes

Répartition des caves anciennes dans le parcellaire actuel

Répartition des caves anciennes dans le parcellaire actuel

Les plans

  • 15 Clabaut, « les vestiges du cloître de la collégiale de St Pierre », Bulletin Monumental, vol. 156-I (...)

30Regroupées ici, les caves 1, 7 et 22 possèdent des éléments particuliers qui permettent des rapprochements. Cela concerne tout d’abord les plans qu’elles adoptent et leurs situations parcellaires. La principale caractéristique réside dans l’ampleur de leurs dimensions, et particulièrement leur largeur, qui avoisine les neuf mètres pour les caves 1 et 22. La cave 7, particulière car relevant de constructions religieuses indépendantes de la trame urbaine, forme un rectangle de 7,5 mètres sur 8,5. Cette cave était le cellier des chanoines de St Pierre, construit, d’après les renseignements fournis par les cartulaires de la collégiale vers 1130 ; c’est le seul bâtiment de l’enclos canonial à avoir échappé à la destruction globale du site en 1794, vendu l’année précédente à un particulier. L’étude de cette cave15 a montré qu’elle se situait sous un bâtiment regroupant à l’origine les fonctions de dortoir et de réfectoire des chanoines, cédé au prévôt du chapitre au début du xiiie siècle, qui en fit sa résidence permanente. Cette demeure se situait dans l’angle nord-est du cloître, le long des galeries. La cave constitue donc les fondations du bâtiment de surface, à côté duquel devait se trouver un second édifice, probablement en bois, qualifié dans les textes de « inferiori mansura ».

31Les trois caves s’inscrivent dans des parcelles de largeurs très proches, auxquelles il faut probablement rajouter la cave détruite qui se situait aux numéros 13 et 15 de la rue de la grande chaussée, dont les voûtes reposaient sur six colonnes en grès selon les articles de journaux de l’époque, et dont la largeur était identique à celle de sa voisine, la cave 1.

32D’autre part, la présence dans les caves 1 et 7 de pilastres saillant des parois latérales, sur lesquels retombent les arêtes des voûtes, montre bien que ces constructions ont été érigées dans un espace possédant peu de contraintes parcellaires : les bâtisseurs n’ont pas eu besoin de noyer les retombées dans les parois pour ménager la surface voulue pour la construction, comme c’est le cas dans les autres caves voûtées d’arêtes (3, 4, 5). La grande largeur de ces caves a permis aussi de développer une surface importante, sans avoir à étirer la cave vers l’arrière de la parcelle, à l’inverse des autres caves citées qui associent une faible largeur à une longueur importante, et s’étirent sur quatre travées. Bien que moins bien conservée, la cave 22 possède des caractéristiques identiques, développant un plan restitué de forme carrée. Il est difficile de dire si les parois latérales étaient ou non rythmées par des pilastres, puisqu’elles ont toutes disparu, mais la cave étant planchéiée, ces aménagements n’étaient vraisemblablement pas nécessaires. Dans la cave 7, et plus particulièrement dans la cave 1, l’architecture est très régulière, construite avec des angles droits, ce qui n’existe pas dans les autres caves, et témoigne à nouveau de l’originalité architecturale de ces édifices.

33Ces constatations sur l’amplitude des proportions de ces caves et la régularité de leur architecture, montrent que les constructeurs n’ont pas eu à insérer leurs édifices dans un parcellaire très dense, et n’ont pas eu à se plier à des contraintes de voisinages, ce qui a permis la mise en place de bâtiments larges et réguliers, de plans presque carrés. De plus, les caves 1 et 22 sont situées au début de la rue de la grande chaussée qui est, avec son prolongement la rue des chats bossus, la seule rue à avoir livré des caves médiévales en nombre important. Face à l’entrée de la rue se trouvait l’église St Etienne, la plus ancienne de la ville citée dans la charte de fondation de la collégiale de St Pierre en 1066, ainsi que le marché au blé. C’est donc aux abords immédiats de cette place qu’étaient construites les premières grandes maisons de la ville, dont les caves gardent les empreintes, à partir desquelles le parcellaire s’organise le long de cette rue, comme en témoignent les deux caves citées ainsi que celle mentionnée aux No 13 et 15.

  • 16 Clabaut, « les caves médiévales de Douai », mémoire de maîtrise, Lille 1995.

34Les proportions et les plans de ces trois caves témoignent de constructions antérieures aux autres caves recensées ; encore faut-il tenter de les dater le plus précisément possible. L’architecture mise en œuvre pourrait être un premier indice. En effet, des caves couvertes d’un plancher à l’origine ont été relevées aussi à Douai, et considérées aussi comme les plus anciennes de la ville, en raison de leurs situations parcellaires particulières16, ainsi que deux autres, voûtées d’arêtes, et témoins des premières implantations urbaines. Cependant, aucune datation précise n’avait pu être apportée à Douai, et les caves étaient considérées comme des témoins datant du courant du xiiie, sans plus de précision.

Les éléments sculptés

35Les éléments stylistiques peuvent permettre d’affiner la datation, particulièrement les colonnes supportant les voûtes ou les arcades dans chacune des deux caves, qui sont en grès, et possèdent des chapiteaux à gros crochets sphériques.

  • 17 A.M.L, Comptes de la ville, année 1344, 16040, f°18 r° « pour II voitures de car a amener pierre de (...)
  • 18 « L’écho du Nord », articles parus dans les numéros des 19, 22 et 23 septembre 1909.

36L’hypothèse de la réutilisation de colonnes anciennes, provenant de bâtiments antérieurs, détruits, doit être abordée ici, de telles pratiques perturbant les tentatives de datations des caves [aucun texte ne mentionne la récupération de colonnes à Lille] ; les comptes de la ville témoignent parfois d’utilisation de matériaux en provenance de certains bâtiments17, mais pas précisément de colonnes. Cependant, au début du siècle, des travaux effectués à l’arrière de bâtiments situés sur la grand-place ont permis de mettre au jour trois colonnes utilisées pour le quai du canal ; l’une d’elle, installée à l’envers avec le chapiteau pour base, est particulièrement intrigante car très grande et composée à la fois de grès et de pierre de Tournai18 Elle voisinait avec une seconde colonne, entièrement en grès avec un chapiteau à crochets assez frustre, qui fut récupérée en 1976 et donnée au musée de l’hospice Comtesse. Ces éléments récupérés proviennent de bâtiments inconnus ; la colonne en grès a des dimensions identiques à celles encore en place dans les caves, et atteste des possibilités de réutilisation d’éléments de supports souvent coûteux, servant ici à renforcer un quai daté du xviiie. Dans les caves de la ville, le nombre de colonnes utilisées, et leur cohérence stylistique au sein de chacune d’entre elles, plaide en faveur d’une fabrication spécifique plus que pour une récupération d’éléments anciens.

Colonnes utilisées dans les caves anciennes

Colonnes utilisées dans les caves anciennes

37L’élément de comparaison le plus proche est la cave des chanoines de St Pierre, la cave 7, qui est relativement bien datée grâce aux textes ; sa construction remonte aux environs du milieu du xiie siècle. La comparaison avec la cave 1 notamment paraît évidente, dans l’architecture d’ensemble qui met en œuvre des voûtes d’arêtes reposant sur des pilastres le long des parois latérales, ainsi que dans le style de la colonne et du chapiteau. Le traitement du fût, composé de trois tambours dans la cave 1, ainsi que du chapiteau affectant une taille et des formes plus arrondies et douces, sont les seules différences entre ces deux caves. On retrouve le même type de chapiteaux avec un décor pratiquement identique dans le triforium de la cathédrale de Tournai, où les arcades qui rythment les travées de la nef sont soutenues par des courtes colonnes en pierre de Tournai, dont les chapiteaux sont en tout point identiques à celui observé dans la cave 1. La construction de la nef date de la première moitié du xiie siècle, ce qui est conforme à la datation avancée par comparaison avec la cave du chapitre de St Pierre. De plus, lors du sondage effectué pour dégager la colonne, un unique tesson de céramique à été trouvé sur le sol d’origine. Il s’agit d’un fragment de col en pâte grise, décoré à la molette ; le profil assez élaboré de la lèvre, associé au décor, permet de le dater du xiie siècle. Ce seul tesson ne permet pas de dater la cave, pouvant s’agir d’un fragment résiduel noyé dans le sol de la cave ; cependant, sa présence n’infirme pas du tout la datation de la première moitié du xiie. Seule une fouille complète de la cave pourrait permettre d’apporter des éléments susceptibles de confirmer ces hypothèses.

Tesson trouvé sur le sol médiéval de la cave 1

Tesson trouvé sur le sol médiéval de la cave 1

38La cave 22 est plus délicate à dater, par manque de comparaisons autres que celles de Douai. En effet, il n’existe pas à Lille de monument ou bâtiment qui mette en oeuvre des colonnes de ce type, possédant un fût aussi court et un chapiteau avec des crochets décorés de lignes concentriques, comme c’est ici le cas. De plus, le chapiteau n’est pas surmonté d’un tailloir, à cause sans doute de son utilisation comme support d’arcade et non de voûte, où les retombées provenant de quatre directions différentes nécessitent l’utilisation d’un tailloir carré pour les recevoir. La seule colonne comparable trouvée dans un rayon proche de la ville se situe à Seclin, dans la crypte de la collégiale St Piat. Elle soutient un angle de la lame funéraire du saint, qui possède son tombeau dans la crypte ; le culte a été mis en place vers le viie siècle et la lame date du milieu du xiiie. Mais les éléments du tombeau sont vraisemblablement antérieurs, d’après S. Révillion, l’archéologue de la ville, sans autre précision de datation.

39Outre la colonne, la seconde spécificité de cette cave est la présence exclusive du grès comme matériau de construction. Celui-ci ne se trouve pas sur le site de la ville, et la construction de la cave a donc nécessité une importation importante de matériau, à l’inverse des autres caves qui utilisent principalement le calcaire local hormis pour les supports. Cela montre l’effort particulier qui a été fait pour cette cave et l’investissement dont elle a fait l’objet. Les colonnes érigées pour soutenir les arcades ont un caractère ancien, particulièrement les stries concentriques aperçues sur les crochets émergeant de la paroi en briques, et datent vraisemblablement du xiie siècle. La comparaison stylistique des colonnes avec celles de la cave 1 et de la cave 7, datées de la première moitié du xiie, semble attester l’antériorité de la cave 22 ; il s’agit probablement du témoin le plus ancien de construction urbaine, qui a fait l’objet d’investissements importants pour les matériaux, correspondant à un bâtiment tout à fait particulier. Cette cave pourrait dater du début du xiie proche des origines de la ville dont la mention la plus ancienne remonte à 1066.

40Les caves 1, 7 et 22 sont donc représentatives du-début de l’organisation urbaine ; édifiées à un moment où le parcellaire n’étant pas encore très densifié, les constructions pouvaient sans contrainte adopter un plan ample comme c’est ici le cas. L’emploi du grès dans la construction des supports peut alors être considéré comme un indice chronologique, utilisé uniquement dans les trois caves constituant ce premier groupe.

Le second groupe de caves

Les plans

41Cinq caves sont regroupées ici, possédant de nombreux points communs tant dans l’élévation que dans le plan utilisé. Longues de trois travées (2 et 4) ou de quatre (3, 5 et 6), elles adoptent des plans rectangulaires perpendiculaires à la voirie, qui s’étirent pour les plus grandes assez loin à l’intérieur de la parcelle ; les largeurs sont relativement homogènes, comprises entre 5,5m (2) et 6,2m (4). Ces constatations diffèrent avec ce qui a été observé dans les caves de première génération ; les largeurs se réduisent ici considérablement, ce qui provoque un allongement des constructions afin de ménager une surface utilisable suffisante. Ces caves témoignent donc d’une densification du parcellaire qui a amené les bâtisseurs à adapter leurs constructions aux contraintes nées de cette densification. Ainsi, les retombées latérales ne sont plus reçues par des pilastres, mais viennent se noyer dans les parois afin de libérer au maximum l’espace de la cave ; la réduction des largeurs se traduit par un changement dans le profil des voûtes qui deviennent paraboliques. La présence de contraintes parcellaires et de voisinage se traduit dans la cave 4 par exemple, par la construction en arc de cercle de la paroi ouest.

Répartition des caves du second groupe

Répartition des caves du second groupe

42Ces éléments fournissent un indice de chronologie relative, et permettent de dire que ces cinq caves ont été construites après celles du premier groupe. Elles sont donc postérieures à la seconde moitié du xiie siècle. Pour une fois, les textes apportent quelques éléments de datation concernant l’une d’entre elles, qui permettent de mieux cerner l’époque de leur construction.

Les textes

43Le collationnement des documents concernant des propriétaires situés rue de la grande chaussée, ou le long des places du lion d’or et Louise de Bettignies, aussi complexe soit-il à cause de la dispersion des documents, a néanmoins permis d’opérer des recoupements intéressants, et même dans un cas, de remonter l’histoire d’une maison jusqu’au xiiie siècle.

  • 19 AG 45.
  • 20 16G368 P3157.
  • 21 A.M.L., AG 13 D16946.
  • 22 130H81 P387
  • 23 16G379 P3232

44Située au No 21 de la rue de la grande chaussée, cette maison correspond à la cave 2. Conservé aux archives municipales, un dossier complet concerne les maisons du côté pair de la rue de la grande chaussée, que les magistrats avaient ordonné de démolir en 1630 car toutes les constructions en bois penchaient dangereusement jusqu’à la première maison de la rue, à l’ouverture vers la place du théâtre actuelle19. En réponse aux réclamations des propriétaires, les maisons sont mesurées et identifiées une par une ce qui permet de situer au No 21 une auberge à l’enseigne du « chevalet d’or ». Cette enseigne existe déjà en 1468, mentionnée lors d’une vente de rente entre la Veuve de Jehan dou Bosquiel et l’église St Pierre ; elle est nommée « maison dou chevalet dor » et située sans précision « en le grand cauchie »20. En 1404, une maison est vendue, située entre celle « que on dit lostel du quevalet dor en le grand cauchie » et un certain Jehan de Duemont dit Waymiel21. L’« hostel dou quevalet dor » existe déjà en 1380, lors de la cession d’une rente sur la maison voisine22. En 1337, l’« hostel dou kevalet ki fu Estiennon de la ruielle » appartient à un certain Mikins Hardis, l’ancien propriétaire étant déjà décédé lors de la vente d’une rente sur son héritage en 129323. Enfin, le nom d’Estiennon de la ruielle est cité pour la première fois dans les comptes des vins placés dans les celliers de la ville, datant de 1269, sans localisation précise. Cependant, huit noms de propriétaires cités dans cette liste avant et après celui d’Estiennon de la ruielle peuvent être aussi resitués rue de la grande chaussée, mentionnés à l’occasion de cessions de rentes ou de ventes de maisons. La rédaction de cette liste paraît avoir été faite selon une organisation géographique, partant de l’actuelle place Louise de Bettignies et remontant vers la place du théâtre actuelle en suivant la rue de la grande chaussée ; il est donc fort probable que le cellier appartenant au sieur De la ruielle correspond à celui de l’hôtel du « quevalet dor », dont l’histoire se suit jusqu’au xviie siècle, et correspond à l’actuelle cave 2 : celle-ci a donc été construite au plus tard dans le deuxième tiers du xiiie siècle.

45L’ensemble des cinq caves formant le groupe étudié ici est parfaitement cohérent. La construction des caves les plus anciennes, qui leur sont très différentes, remontant à la première moitié du xiie, il est donc vraisemblable de situer la construction de ces caves entre le milieu du xiie et le deuxième tiers du xiiie, qui est le terminus donné par les textes, les caves existant déjà en 1269 selon le compte d’entrée des vins. L’analyse des éléments sculptés, les colonnes et particulièrement les chapiteaux, et la comparaison avec des édifices connus existant encore dans la région proche, permettent d’apporter des indications chronologiques précieuses.

Colonnes et chapiteaux

46La première remarque concerne l’homogénéité de style entre tous les chapiteaux observés dans ces caves ; ils sont en pierre de Tournai, du type « à crochets », et possèdent des nervures en relief sur le flanc en nombre plus ou moins important. Les différences entre eux se trouvent surtout dans les détails de décoration, et les profils des tailloirs dont les épaisseurs sont variables. Les fûts sont composés de deux ou trois tambours de dimensions variées, et les bases visibles de deux à trois tores. Le tout repose sur des plinthes carrées. Les colonnes de la cave 6 diffèrent quelque peu des autres ; les chapiteaux adoptent des profils carrés, aussi larges que haut, alors que dans les autres caves c’est plutôt le profil rectangulaire, plus large que haut, qui est de rigueur. Les trois tores des bases reposent sur des plinthes octogonales, qui sont les seules observées à Lille.

47Néanmoins, l’ensemble de ces colonnes présente un caractère d’homogénéité évident. Les deux chapiteaux identiques, présents dans les caves 3 et 4 déjà mentionnés, montrent bien que ces constructions sont contemporaines ; les chapiteaux sont arrivés déjà sculptés dans le même convoi, ou c’est le même sculpteur qui a fini sur place le décor sur les chapiteaux dégrossis.

Colonnes mises en œuvre dans les caves du second groupe

Colonnes mises en œuvre dans les caves du second groupe
  • 24 A. Plateaux, Les églises de la Pévèle française, Liège 1990

48Pour trouver des éléments de comparaison, il faut aller visiter les églises proches préservées, ainsi que les bâtiments encore présents en Belgique, notamment à Tournai qui est le lieu de production des colonnes utilisées à Lille. Les chapiteaux visibles dans les églises de la Pévèle, au sud-est de Lille, possèdent souvent des corbeilles octogonales, datés du début du xiiie siècle par Alain Plateaux24 qui en a fait l’étude complète, par comparaison avec des églises Tournaisiennes bien connues. Ainsi à Templeuve, quatre chapiteaux octogonaux isolés, décorés de nervures s’épanouissant en crochets, sont encore visibles, de même qu’à Chéreng où la datation proposée est la seconde moitié du xiiie. Des chapiteaux de plans carrés, datés du milieu du xiiie, existent notamment dans l’église de Tourmignies, mais réemployés lors de remaniements au cours du xve siècle. Stylistiquement, ils se rapprochent très fort de ceux observés dans les caves, possédant notamment des nervures très en relief qui naissent juste au-dessus de l’astragale pour aller s’enrouler sur les crochets ; les chapiteaux à tailloirs carrés, présents notamment à Flines-Lez-Raches, et datés du xve siècle, ne possèdent pas cette caractéristique.

49Les datations proposées pour ces églises correspondent donc à celles formulées pour les colonnes utilisées dans les caves, mais l’absence de textes précis a contraint l’auteur à une datation par comparaison ce qui ne nous donne qu’une approximation. A Tournai, la crypte de l’abbaye St Martin, entièrement conservée est un élément de comparaison tout à fait intéressant. Les voûtes d’arêtes composent un volume s’étirant sur huit travées, large de deux nefs, rythmé par sept colonnes dont six en très bon état. Les bases ne sont plus visibles, mais les fûts composés de plusieurs tambours supportent des chapiteaux à crochets nervurés, décorés de feuilles polylobées sur chacune des faces, et sont couronnés d’un tailloir. La parenté avec les colonnes des caves est frappante, tant dans la sculpture du chapiteau que dans ses proportions ou celles du tailloir. La fondation de l’abbaye remonte vers les années 1090 et la crypte est datée de la seconde moitié du xiie siècle.

50A la lumière de ces comparaisons, il semble vraisemblable de proposer une datation, pour la construction des caves composant ce second groupe, aux environs de la première moitié du xiiie siècle, les spécificités stylistiques des supports de la cave 6 pouvant être interprétés comme un indice de construction un peu plus récente, peut-être dans la seconde moitié du xiiie. La présence des voûtes d’arêtes qui couvrent les caves pourrait s’interpréter alors non pas comme un archaïsme des bâtisseurs, mais bien aussi comme un indice chronologique, les caves ayant été construites à une époque où les voûtes sur branches d’ogives n’étaient pas encore répandues dans les constructions civiles.

51Le dernier élément de datation est fourni par le matériel céramique recueilli lors des sondages effectués pour dégager les colonnes des caves 2, 3 et 4, noyées dans le comblement accumulé au cours des siècles. Sur le sol médiéval, des fragments de poteries en nombre restreint ont été trouvés ; dans chacun des cas, il s’agit de céramique tournée à pâte grise, avec un fond à bords pincé, couramment datée des xiiie ou xive siècles. Ces fragments, trouvés posés sur le sol et non noyé dans son épaisseur, permettent de dater l’époque du premier comblement des caves. Les sols sont recouverts dans les trois caves par d’épaisses couches d’argiles hyper compactées, témoins du premier réaménagement de celles-ci, que l’on peut donc dater du courant du xiiie siècle. Ces indications confirment bien les datations proposées quant à la construction des caves regroupées ici, vraisemblablement érigées dans la première moitié du xiiie siècle.

Fragment de pichet trouvé écrasé sur le sol de la cave 4

Fragment de pichet trouvé écrasé sur le sol de la cave 4

Les caves à piliers

52Quatre caves, qui possèdent des caractéristiques communes très nombreuses, ont été rassemblées dans ce groupe. Il s’agit des caves 8, 9, 10 et 11, qui se situent sous le rang de maisons érigé le long des fossés ceinturant l’ancienne motte castrale, où s’élève aujourd’hui la cathédrale de la treille, rue des chats bossus, place du lion d’or et place Louise de Bettignies. Les plans développés par ces caves sont particuliers, assez proches de ceux observés dans certaines des plus anciennes caves de la ville.

Situation des caves a piliers

Situation des caves a piliers

Les plans

53Les caves 9, 10 et 11 possèdent des plans similaires ne différant guère que par leurs dimensions, qui sont néanmoins très proches. Elles développent des surfaces rectangulaires très peu allongées, perpendiculaires à la rue, dont les largeurs sont comprises entre 5,5m et 7,7m ; elles sont donc aussi larges que les caves à colonnes, et même plus importantes dans un cas (11), dont les mensurations sont inférieures d’un mètre à peine de la cave 1, datée de la première moitié du xiie siècle. Cependant, l’organisation interne de ces surfaces est très différente de celle des caves anciennes. Les voûtes qui couvrent ces caves reposent sur un unique pilier central massif, recevant les arêtes. La plus longue de ces caves (8) ne possède pas de pilier mais un mur qui sépare les deux nefs.

54S’agit-il de caves du xiie d’un type spécifique, qui auraient été bâties au même moment que les autres, mais avec des élévations complètement différentes, témoignant alors de deux techniques principales pour la construction des caves à cette époque ? Une analyse plus poussée semble infirmer cette hypothèse. L’organisation parcellaire de ce rang de maisons, et les vestiges des maisons encore en place, montrent que les constructions ont été érigées de la rue vers le fossé de la motte, qui a été grignoté petit à petit, réduisant ainsi sa largeur. Les bâtiments qui se situent en arrière de parcelle, donc à l’emplacement du fossé, sont pour nombre d’entre eux des témoins des xviie et xviiie siècles, qui ne possèdent pas de vestiges plus anciens dans les soubassements : les constructions de ce côté ont été relativement tardives. Ce premier élément incite à penser que les caves, situées en face à rue, ont certes été bâties avant le xviie siècle, mais vraisemblablement pas au xiie, car la viabilisation des fonds de parcelles n’a sûrement pas pris cinq siècles. L’étude architecturale de ces caves confirme cette constatation.

L’architecture

55L’homogénéité de style dans ces quatre caves plaide pour des constructions contemporaines ; outre la présence du pilier central rectangulaire qui supporte les voûtes, et les proportions voisines des caves entre elles, les élévations sont en tout point identiques. Le voûtement y est caractéristique, composé non pas de deux nefs couvertes d’arêtes, mais de quatre berceaux qui s’interpénétrent ; deux parallèles à la rue, et deux autres perpendiculaires, le pilier central recevant les arêtes nées de ces imbrications. Les parois latérales se contentent de supporter la naissance des berceaux qui couvrent chacune des deux nefs, sans retombées d’arêtes comme cela a été observé dans toutes les caves étudiées jusqu’à présent, du xiie ou du xiiie siècle. De plus, les hauteurs sous voûtes ne sont pas importantes, de l’ordre de 2,5m, ce qui est aussi une différence considérable avec les caves anciennes.

56De telles spécificités architecturales contrastent avec les caractéristiques communes qui ont été notées lors de l’analyse des autres caves, et ne plaident pas pour une simultanéité des constructions. L’hypothèse d’une différenciation de construction, en fonction d’une utilisation spécifique, ne paraît pas non plus devoir être retenue, car l’image de l’organisation urbaine renvoyée alors montrerait une « spécialisation » du rang de maisons où se situent les caves à piliers, ce qui est particulièrement étonnant.

57La comparaison avec une des seules architectures encore en place à Lille, le palais Rihour, apporte des éléments décisifs. Sous la chapelle, seul vestige épargné du palais des ducs de Bourgogne, de grandes caves inutilisées sont encore visibles. Elles sont constituées de deux nefs voûtées en berceau, séparées par deux piliers rectangulaires qui composent donc trois travées, sur lesquels prennent appuis les arêtes issues des interpénétrations des berceaux perpendiculaires aux deux nefs. Située sous une chapelle, la cave se termine par un chevet semi-circulaire dont la voûte est soutenue par des branches d’ogives en pierres calcaires, exemple unique d’utilisation dans une cave. Hormis cette spécificité, l’ensemble de la cave possède une architecture exactement similaire à celles observées dans les quatre caves, élément qui plaide largement pour des datations de construction proches.

  • 25 Notice sur la construction du palais Rihour à Lille, bulletin de la commission historique du départ (...)

58Les caves du palais, dont la construction s’est effectuée à partir de 145325 sont contemporaines de la construction ; les cahiers concernant le détail de la construction de cette partie de l’édifice ont été perdus, mais les liaisons architecturales entre les niveaux supérieurs et la cave, la présence de la base de supports intégrés à la maçonnerie le long des parois, éléments de voûtement qui n’ont vraisemblablement pas été utilisés, montrent que la construction de la cave peut être datée du milieu du xve siècle. Les ressemblances stylistiques avec les quatre caves étudiées ici sont évidentes ; leur construction remonterait alors aux environs de la première moitié du xve siècle. Un dernier élément vient étayer cette datation.

Le plan de Guichardin

59Ce plan, qui date de la fin du xvie siècle, est le plus ancien plan de la ville. Il montre la totalité de la voirie et les îlots construits, où les habitations sont schématisées.

60La motte castrale y est parfaitement visible, entourée des eaux provenant d’un bras de la Deûle. Les berges du côté de la place Louise de Bettignies et du lion d’or ne sont pas encore totalement couvertes de maisons, et l’eau vient côtoyer le bord de la rue de la monnaie ; il n’y a guère qu’à l’extrémité de la rue de la grande chaussée que l’urbanisation le long de l’eau est importante, avec des parcelles profondes.

61Les caves reflètent bien ces constatations. La plus longue (8) est située rue des chats bossus, à l’endroit où les parcelles ont des tailles importantes, alors que les trois autres se répartissent à l’extrémité de la place du lion d’or et le long de la place Louise de Bettignies, où la vue de Guichardin ne figure qu’une étroite bande viabilisée avec des maisons peu profondes. Ces constatations confirment l’évolution de l’urbanisation vers l’arrière des parcelles, réduisant la largeur des fossés de la motte, et les comparaisons stylistiques entre les caves observées et celle du palais Rihour permettent de situer leurs constructions vers le milieu du xve siècle.

Détail du plan de Guichardin

Détail du plan de Guichardin

Le quatrième groupe de caves

62Sont rassemblées ici toutes les caves pour lesquelles les hypothèses de datations sont très délicates. Au nombre de quatorze, ce groupe rassemble les caves simples voûtées en berceaux, celles qui développent des voûtes d’arêtes ne reposant pas sur des supports centraux, les deux caves très abîmées dont ne subsistent que quelques traces, et la seule cave présentant une construction sur murs bahuts. Chacun de ces sous-groupes fera néanmoins l’objet d’un essai de datation en fonction de critères particuliers.

Les caves en berceau

63Huit caves possèdent une voûte en berceau, ce qui en fait le groupe la plus important, réparties d’un bout à l’autre du secteur dans lequel des caves médiévales ont été repérées. L’analyse des plans n’apporte pas de renseignements particuliers ; ce type de voûtement est utilisé pour couvrir des espaces de faibles largeurs, mais de profondeurs parfois importantes. Deux caves possèdent cependant des plans particuliers.

  • 26 Mémoire du cercle amical des PTT, tome 1, p14 et 15, Lille 1981.

64La première, située au bout de la rue Esquermoise, pratiquement à la jonction avec la rue basse (12), développe un plan amputé de ses deux extrémités mais qui est parallèle à la rue ; c’est le seul exemple reconnu de ce type de positionnement, que l’on peut considérer comme le témoin d’une urbanisation peu dense, qui permet de construire les maisons parallèles à la chaussée, où la faible densité d’occupation n’oblige pas à rechercher l’espace vers les fonds de parcelle. Des caves similaires ont été observées à Seclin, petite ville au sud de Lille, importante par le culte voué à son saint martyr, mais qui n’a jamais été resserrée dans un corset de fortifications obligeant à concentrer les habitations. La cave de la rue Esquermoise pourrait alors être un témoin du début de l’urbanisation de ce secteur ; la porte de Weppes, qui était située au bout de cette rue et incluse dans les fortifications dés la fin du xiie26, permet de considérer l’urbanisation du quartier comme un phénomène datant de la seconde moitié du xiie et du courant du xiiie, antérieur à l’annexion du faubourg de St Catherine, situé au-delà de cette porte, effectif vers le milieu du xiiie. La position de la cave par rapport à la rue est-elle un indice suffisant de datation ? La réponse n’est pas aisée, et il est difficile d’affirmer que cette cave date vraiment de la fin du xiie ou du xiiie siècle ; cependant, à défaut d’autres éléments de comparaison directe dans la rue et le quartier, cette hypothèse reste plausible.

Répartition des caves du dernier groupe ; en clair, les caves en berceau

Répartition des caves du dernier groupe ; en clair, les caves en berceau

65La cave 14 est particulière, car composée de deux berceaux accolés reliés par un passage, et communiquant avec l’extérieur par un escalier qui s’ouvre sous un arc en plein cintre en pierre calcaire. Le plan d’ensemble de ces deux caves, carré, est assez étonnant ; seules les caves les plus anciennes, celle du chapitre par exemple, semblent mettre en œuvre ce type de plan. De plus, la position de cette cave, très en retrait de la grand place actuelle, avec la présence de l’escalier d’accès ouvrant vers la rue des poissonceaux, donc vers le palais Rihour, et non vers la place, ne cesse d’intriguer. Enfin, la présence de l’arc en pierre formant l’ouverture de l’escalier n’a qu’une seule comparaison à Lille, celui de la cave du chapitre de St pierre, datée de la première moitié du xiie. Il se pourrait que ces deux caves soient les témoins de la présence d’un bâtiment ancien, au-delà de la grand place de la ville, éloigné des concentrations de maisons situées par les caves retrouvées, aux environs de la rue de la grande chaussée. Sur le tableau de François Watteau qui date de 1801, « la procession de Lille à l’époque de 1787 », la toiture d’une haute maison se détache derrière les bâtiments figurés le long de la grand-place, encore existants aujourd’hui, à l’emplacement actuel des caves repérées. Il est délicat de dater la construction, qui a l’allure d’une maison-tour, par l’intermédiaire du tableau, et l’on ne peut guère que constater sa présence. Ces caves jumelles sont au total assez troublantes, et possèdent des caractéristiques qui ne se retrouvent que dans les caves anciennes ; cependant, la simplicité de leur élévation et le manque d’éléments spécifiques permettant des comparaisons stylistiques précises, oblige à rester très prudent en ce qui concerne la datation. La construction courant xiie est pour l’instant la seule hypothèse pour laquelle les comparaisons architecturales sont possibles.

66Quant aux autres caves voûtées en berceaux, la simplicité de leur élévation ne permet pas de tirer des renseignements significatifs qui pourraient permettre de proposer une datation ; les plans très étirés en longueur des caves 13 et 15 montrent que leurs constructions s’insèrent dans un réseau parcellaire densément urbanisé, la cave 15 ayant une longueur identique à celle de la cave 3, dont les voûtes d’arêtes reposent sur des colonnes. Elles sont donc vraisemblablement contemporaines ou postérieures au début du xiiie siècle, leur simplicité architecturale en faisant la solution idéale pour couvrir des espaces restreints. Cette technique a du être reprise au cours des siècles suivants, pour aménager des surfaces identiques, et l’on peut observer encore un grand nombre de caves de dimensions identiques sous des maisons des xviie et xviiie siècles, mais construites en briques.

Les voûtes d’arêtes

67Les caves 20 et 21 représentent deux cas particuliers, couvertes de voûtes d’arêtes sans supports intermédiaires. Pour la cave 21, voisine de la 3, c’est la faible largeur du volume à couvrir (3,9m) qui n’a pas imposé l’utilisation de supports, lié à la nécessité évidente de dégager un volume maximum, d’où l’utilisation de la voûte d’arêtes qui permet de gagner de l’espace sur les reins des voûtes. D’une longueur restituée identique à celle de sa voisine, il est probable que sa construction lui soit sinon contemporaine, tout au moins assez proche. Les deux caves ne sont séparées que par un mur d’un mètre d’épaisseur, dans lequel se noient les retombées de leurs voûtes respectives, qui pourrait être un indice de construction simultanée.

68La cave 20, située place Louise de Bettignies, est beaucoup plus ample que la première ; large de 5,4m c’est-à-dire autant que la cave 2 qui utilise deux colonnes centrales pour soutenir la voûte, elle possède une hauteur sous voûte voisine de 2,6m. C’est probablement la présence à une faible profondeur de la nappe phréatique, la basse Deûle se trouvant à l’origine au bout de cette place, qui a empêché les constructeurs de creuser une cave plus profonde. La hauteur maximum utilisable de la cave n’a pas permis la mise en œuvre de supports centraux, qui auraient alors été très courts, ou les voûtes trop plates. La solution retenue, qui permet de dégager au maximum l’espace, est l’emploi de la voûte d’arêtes. Le type de voûtement n’apparaît pas ici comme un indice chronologique, mais plutôt comme une nécessité architecturale lors de la construction, dont l’élévation ressemble en tout point à celles observées dans les caves à colonnes datées du début du xiiie siècle.

69Cependant, la présence des niches dans chacune des parois de la cave, si l’on retient l’hypothèse de leur utilisation comme niches de mitoyenneté, pourrait être un indice de chronologie relative. En effet, aucune cave à colonne ne possède ce type d’ouvertures ; cela pourrait signifier qu’elles ont été construites dans un parcellaire se densifiant, mais pas encore au point d’édifier des parois mitoyennes à deux bâtiments, chacun possédant ses fondations propres même si elles étaient accolées. Ici, la présence des niches indiquerait donc une densification encore accrue du parcellaire, qui amène un changement dans les habitudes de construction et oblige à utiliser des témoins de propriété dans les murs, les bâtiments utilisant des parois mitoyennes ; cette cave serait alors postérieure à celles à colonnes. L’hypothèse est intéressante, mais étayée par des indices pour l’instant très peu nombreux, qui pourraient éventuellement être confirmés par la fouille complète de plusieurs caves.

70Les deux caves très abîmées, dont ne subsistent que quelques indices d’élévations dans les parois, étaient elles aussi couvertes d’arêtes, mais la présence éventuelle de supports centraux ne peut pas être restituée. La cave 24 possède deux restes de départs de voûtes qui se noyaient dans les parois, à l’image des caves à colonnes ou voûtées d’arêtes ; sa construction pourrait remonter dans le courant du xiiie siècle, sans autre précision possible. La seconde cave (25), située au sommet de la rue de grande chaussée à côté de la cave 2, n’est reconnaissable que par les traces des arrachements de sa voûte d’origine dans la construction du xviiie en brique. Des sondages, effectués au pied de chacune de ces traces, ont mis en évidence la présence à l’origine d’une construction dont les retombées latérales étaient soutenues par des pilastres en grès saillant des parois ; les assises inférieures en ont été mises au jour. Ce type d’élévation n’a été reconnu que dans les caves les plus anciennes, et les vestiges mis au jour pourraient être ceux d’une cave très ancienne. De plus, sous le niveau de fondation des piliers, les bords de fosses creusées dans le terrain naturel, remplies de déchets osseux et de terre cendreuse noire ont été reconnus ; à côté de l’une d’elle, une partie de la sole d’un four domestique a été identifiée, et des tessons de céramique décorés à la molette ont été sortis des fosses, dont la datation habituelle à Lille est le xiie siècle. Ces éléments laissent à penser que se trouvait là une cave ancienne, voûtée, avec une élévation en grès, se superposant à une occupation antérieure dont le four et les tessons seraient les témoins. Les fosses pourraient être des trous de poteaux qui soutenaient un bâtiment primitif du xiie siècle, la cave en pierre, dont les piliers mis au jour sont fondés à l’aplomb de ces fosses, reprenant en dur les limites existantes du bâtiment antérieur. A nouveau, la fouille complète de cette cave pourrait permettre d’infirmer ou de conforter les éléments découverts lors des sondages, qui doivent être pris avec toute la distance nécessaire eu égard à la faible surface observée, les sondages s’enfonçant à plus d’l,5m sous le sol de la cave et ne concernant que des surfaces de 3 à 4 m2.

71La dernière cave repérée lors du recensement possède des caractères singuliers. Il s’agit de la cave 23, dont les voûtes sont soutenues par des murs bahuts saillant très largement des parois latérales. L’organisation en deux volumes accolés, un berceau parallèle à la rue en façade prolongé par un espace de deux travées dont les voûtes reposent sur les murs bahuts, en fait un témoin tout à fait original, dont la datation est bien délicate. La présence d’une niche dans la paroi est de la première travée pourrait montrer, à l’image de la cave 20, une construction intégrée à un parcellaire très dense, postérieure au xiiie siècle. La présence des murs bahuts ne trouve de comparaison à Lille que dans les sous-sols d’un bâtiment du xviiie siècle, qui borde la grand place, et dont les voûtes en briques aux arêtes de pierres semblent dater du siècle précédent. La construction sur murs bahuts pourrait être considérée comme un indice de construction médiévale tardive, ce qui ne contredit pas les constatations basées sur la présence des niches. A nouveau, le manque de textes disponibles, ou la méconnaissance de ceux existant dont l’étude n’a pas encore été réalisée, liée au trop petit nombre de fouilles effectuées dans les caves reconnues, ne permet que l’émission d’hypothèses qu’il serait particulièrement intéressant de pouvoir comparer aux éléments encore enfouis, dans les sous-sols des caves ou dans les archives.

72Les indications fournies par l’analyse de l’utilisation des caves, et les données chronologiques, permettent de se pencher sur les types de bâtiments qui les surmontaient ainsi que sur la qualité de leurs propriétaires. De plus, ces données permettent d’échafauder des hypothèses très intéressantes sur les débuts de l’organisation urbaine et le sens de son évolution, en liaison notamment avec la motte et le castrum.

Notes

1 A.M.L., 725, « registre aux visitations de maisons », 1618-1623, f°8 r°.

2 A.M.L., A.G.53, D 15, pièce du 05.06.1785.

3 BB10, No 390, f°175 r°, du 17 août 1677.

4 16151/16152, Comptes de la ville année 1408, f°3 v°, « receheptes de louages » : louage « a Jaquemart Buignet chauetier pour le chelier extant desoubz le maison du scel au leiz vers le halle deschevins ».

5 A.M.L., 16019, Comptes de la ville année 1330, « recheptes de lowages », f°28 r°.

6 A.M.L., 16040, Comptes de la ville année 1344, « payement en diverses pieches » f°11 v°.

7 16075/16076/16077, Comptes de la ville année 1361, « payements en diverses pieches », f°12 v° et f°13 r°.

8 A.M.L., 16083/16084, Comptes de la ville année 1364, f°13 v°.

9 A.M.L., 1 6096/16097, Comptes de la ville, f°32 v°.

10 A.D.N., 27H37 P512, don à l’abbaye de Loos pour son refuge de la grande maison entre « Johin de Villaribus » et « Nicol Mepotis, sitam in magna calceia insulense ».

11 A.D.N., 16G380 P3253, du 24/10/1331.

12 A.D.N., 16G379 P3232, du 04/1293.

13 Hautcœur E., Cartulaires de St Pierre, p363.

14 Hautcœur E., Cartulaires de St Pierre, p626, vente d’une rente sur une maison « seans au marquiet que on disais jadis dou bled entre le cange et le debout de le grand cauchie », de septembre 1322.

15 Clabaut, « les vestiges du cloître de la collégiale de St Pierre », Bulletin Monumental, vol. 156-IV, 1999.

16 Clabaut, « les caves médiévales de Douai », mémoire de maîtrise, Lille 1995.

17 A.M.L, Comptes de la ville, année 1344, 16040, f°18 r° « pour II voitures de car a amener pierre de le tour de Marke » ; année 1346, 16043 et 16044, f°19 r° « pour piere prinse a le maison des nonnes de Chisoing... pour III voitures de blanc molons prinses as nonnes de Chysoing ».

18 « L’écho du Nord », articles parus dans les numéros des 19, 22 et 23 septembre 1909.

19 AG 45.

20 16G368 P3157.

21 A.M.L., AG 13 D16946.

22 130H81 P387

23 16G379 P3232

24 A. Plateaux, Les églises de la Pévèle française, Liège 1990

25 Notice sur la construction du palais Rihour à Lille, bulletin de la commission historique du département du Nord, p209 à 298, Lille 1922.

26 Mémoire du cercle amical des PTT, tome 1, p14 et 15, Lille 1981.

Table des illustrations

Titre Répartition des caves anciennes dans le parcellaire actuel
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Colonnes utilisées dans les caves anciennes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tesson trouvé sur le sol médiéval de la cave 1
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Répartition des caves du second groupe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Colonnes mises en œuvre dans les caves du second groupe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fragment de pichet trouvé écrasé sur le sol de la cave 4
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Situation des caves a piliers
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Détail du plan de Guichardin
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Répartition des caves du dernier groupe ; en clair, les caves en berceau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49787/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 340k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search