Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

L’Analyse architecturale

Texte intégral

Les matériaux

1Trois types de matériaux se rencontrent dans les caves médiévales recensées à Lille : la pierre calcaire, le grès et la pierre de Tournai.

Le calcaire

2C’est la seule pierre de production locale, dont les bancs s’étendent pratiquement jusqu’au centre de la ville où ils viennent plonger sous la grand-place, au niveau de l’église St Maurice. C’est une pierre très gélive et se délitant rapidement, donc peu propice aux élévations extérieures dans une région au climat ingrat ; cependant, le nombre de maisons encore en place qui utilisent ce matériau montre bien que la proximité des lieux d’extraction, et donc la réduction des coûts d’importation de matériaux, ont eu raison des piètres qualités de cette pierre. Les carrières les plus connues sont celles de Lezennes, aujourd’hui fermées, mais dont l’extension importante du réseau témoigne de l’intensité de l’exploitation. De nombreuses carrières, plus ou moins bien connues, existaient dans les communes situées au sud de la métropole ; il s’y trouve encore des petites maisons entièrement construites en calcaire, datant des xviiie et xixe siècles, qui montrent la continuité d’utilisation de ce matériau.

Le grès

  • 1 A.M.L., Cptes de la ville, année 1338, fo 25 r°, « payements en ouvrages »

3La qualité principale de cette roche est sa dureté, et donc sa résistance à l’usure et aux pressions ; c’est pourquoi elle est principalement utilisée pour la construction des escaliers, la réalisation des colonnes et, sous forme de moellons, en assises dans les parois ou au-dessus des colonnes, aux endroits qui reçoivent toutes les pressions des voûtes. Ses bassins d’extraction sont situés dans l’ostrevent, au sud de Douai, et dans la Gohelle entre Lens et Béthune. Le grés utilisé à Lille provient vraisemblablement de la région de Béthune, transporté sur la haute Deûle qui relie pratiquement les deux villes. La première mention dans les comptes de la ville de grès acheté à Béthune, remonte à l’année 1338 où « Mestre Jehan des Pres » est rémunéré pour « un millier de gres quariel acatet a bethune »1. Aucune autre source d’approvisionnement n’est mentionnée dans les comptes, si ce n’est l’habitude de récupération des matériaux, régulièrement attestée.

La pierre de Tournai

4C’est le nom commun donné à cette pierre, dont les carrières d’exploitation se situent principalement sur la commune d’Anthoing au sud-est de Tournai, et s’étirent le long de l’Escaut. Largement utilisée dans le Nord de la France, on en trouve des témoins dans la grande majorité des églises locales du xiiie au xvie siècle, presque exclusivement pour l’élévation des colonnes. Dans les caves recensées, c’est aussi sa seule utilisation, exception faite du cellier du chapitre (7) où l’escalier d’accès à la cave révèle des marches en pierre de Tournai. Elle possède une excellente résistance à la pression, mais a parfois tendance à se déliter en feuilles dans une atmosphère trop humide, comme en témoigne le premier chapiteau vers la rue de la cave 6, très abîmé, mais situé à côté d’une fuite de canalisation.

La brique

  • 2 Quartier de Lille-Moulin, maisons aperçues lors de leur destruction rue d’Arras au cours de l’année (...)

5Elle est caractérisée par son absence totale des élévations de caves, et n’est utilisée que pour des réfections évidemment postérieures aux constructions. Alors qu’elle devient le matériau exclusif pour la construction des caves, vraisemblablement à partir du xve siècle, elle n’est même jamais utilisée conjointement avec le grès ou le calcaire, alors que c’est le cas à Douai par exemple, dans la « halle au drap » sous la mairie actuelle, datée de 1464. Plusieurs hypothèses peuvent être apportées expliquant cette absence. La brique est un matériau qui nécessite plusieurs manipulations avant de pouvoir être employée dans une construction : extraction de l’argile, mise en forme, et cuisson qui demande une technicité certaine. Ces différentes étapes devaient se répercuter sur le coût de la brique, qui n’était sans doute pas bon marché, en comparaison du calcaire local. L’utilisation de la pierre calcaire pour les murs de maisons du xixe, encore existantes dans des quartiers populaires2, montre que son coût devait être encore concurrentiel par rapport à celui de la brique à cette époque. Des carrières, aujourd’hui disparues, ont sans doute été utilisées longtemps dans certains quartiers comme source d’approvisionnement locale. La présence des « rouges barres », fréquente en ville et à la campagne, montre l’emploi permanent du calcaire, malgré ses piètres qualités de résistance, en liaison avec la brique de bonne qualité : c’est probablement plus par souci d’économie, une assise de calcaire permettant d’économiser deux assises de briques, que dans un sens esthétique. Il est aussi possible que la brique n’aie pas été jugée assez résistante en milieu fortement humide, comme l’est le sous-sol de la ville, surtout dans le cas caves voûtées, où les pressions sont très importantes. La chapelle du palais Rihour, seul vestige de cet ensemble construit au milieu du xve siècle par Philippe le bon, est un exemple tout à fait intéressant, car les caves sont entièrement en pierres calcaires alors que l’élévation du bâtiment est en briques. Ceci montre bien le peu de confiance des bâtisseurs dans la brique utilisée en sous-sol, même au milieu du xve siècle.

Les aménagements

6Dans les caves recensées, ils ne sont pas vraiment nombreux et variés ; cependant, leur analyse particulière permet d’apporter des enseignements très utiles.

Les escaliers

7Sept caves possèdent encore leur escalier d’origine, et six autres l’ont conservé, en partie réaménagé ou uniquement sous forme de trace dans les voûtes ou les parois. Sont considérés comme « escaliers d’origine » ceux qui sont construits exclusivement en pierre, en grès le plus souvent, et dont les liaisons architecturales avec les parois ou les voûtes ne présentent pas de traces de bouleversement, ce qui témoigne de la construction simultanée de la cave et de l’escalier.

8Situés systématiquement en façade, ils sont le plus souvent positionnés dans un angle, sans obéir à une règle de construction précise. Sept d’entre eux sont à gauche, quatre à droite et deux au centre ; il n’y a pas de relation entre le type architectural de la cave et le positionnement de l’escalier. Pour les caves 7 et 14, qui ne sont pas situées le long des rues, il est difficile de positionner l’escalier par rapport aux bâtiments qui les surplombaient.

9Il existe deux types principaux d’escaliers. Le premier se rencontre principalement dans les caves de faible hauteur (9, 11, 13, 16, 18). Il est aménagé entre une paroi latérale et un mur en grès qui se raccorde à la voûte, ou deux murs identiques quand il est situé au centre de la façade. Le débordement de ces parois vers l’intérieur de la cave n’est jamais important, entre 1,2 et 1,3m et leur présence répond à une nécessité architecturale. En effet, ces caves sont voûtées en berceau, à l’exception de la 9, et sont donc fermées sous la façade par un mur vertical, dans lequel s’ouvre l’escalier. Sa présence nécessite l’ouverture dans la voûte d’une trémie, dont la jonction avec le berceau est assurée par un fort linteau en grès. Le but du mur bordant l’escalier est donc de soutenir le bord de la trémie et, se terminant par un corbeau, de maintenir le linteau.

10Dans la cave 9, voûtée d’arêtes, un mur bordant l’escalier a aussi été maçonné, alors qu’il n’était pas nécessaire. Avec ce type de voûtement, c’est la courbure de la voûte en façade, conjuguée à l’arête partant du pilier central, qui assure le maintien du linteau par pression. Le mur devient inutile. Dans la cave 16, un petit sondage pratiqué au pied de l’escalier a montré que celui-ci ne s’étendait pas dans la cave, au-delà du mur soutenant la trémie : seule une marche se trouve noyée dans le sol moderne aménagé. La hauteur actuelle de la cave est donc, à 20cm près, celle d’origine. Si l’on étend ce principe aux autres caves, la longueur du mur de soutient indique alors la dimension maximale de l’escalier, et permet de restituer la hauteur originelle de la cave. Dans la cave 13, les deux dernières marches sont enfouies sous le sol actuel : la hauteur sous voûte était donc voisine de deux mètres.

11La largeur des escaliers est assez homogène, passant de 1,2m pour le plus étroit (16) à 1,5 dans les autres cas.

12Le second type d’escalier est celui situé dans les caves de hauteurs importantes, où la présence des voûtes d’arêtes, dont les pressions conjuguées permettent le maintien du linteau de la trémie, évitent l’emploi du mur de soutien. Il n’existe plus d’escalier d’origine encore intégralement en place dans ces caves, exception faite du cellier des chanoines de St Pierre (7), où les marches en pierre de Tournai, rainurées sur leur longueur, descendent jusqu’au niveau du sol actuel de la cave. Le bas de l’escalier se trouve noyé dans le remblai qui comble la cave sur 1,5m de hauteur. Dans les autres caves, elles aussi comblées sur des épaisseurs de l’ordre d’1,5m, les réaménagements des façades liés aux reconstructions des maisons, ont engendré la destruction de l’escalier d’origine, dont les marches ont été récupérées et utilisées pour l’aménagement d’un nouvel accès. Dans la cave 4, un sondage pratiqué dans l’angle ouest de la façade a permis de mettre au jour le parement externe du massif de l’escalier ; composé de moellons de calcaire, il maintient un blocage de déchets de calcaire et de mortier verdâtre, sur lequel reposaient les marches récupérées pour le nouvel escalier situé dans l’angle opposé. Une seule marche a été conservée, noyée dans les réaménagements en briques du mur de façade, située aujourd’hui à 1,6m sous le niveau actuel du trottoir.

13Ces constatations permettent de restituer la structure de l’escalier médiéval. Large d’1,7m, il était constitué d’une volée de 13 marches de 0,25m d’épaisseur et de profondeur, et s’avançait de 2,7m dans la cave. Il n’a pas été construit simultanément avec la paroi de façade, puisque le sondage a montré l’absence de liaison entre le mur et le parement du massif de l’escalier, qui s’appuie donc simplement contre le mur. L’épaisseur de la façade n’est pas connue, et ne permet donc pas de proposer de restitution pour le haut de l’escalier et sa liaison avec le trottoir. Cependant, dans la cave 23, la conservation de la cage de l’escalier dans le mur de façade apporte des données intéressantes. Ici, l’épaisseur restituée de la paroi est de 1 m, traversée par quatre marches larges d’1,5m, et épaisses de 0,25m chacune. L’escalier s’élève donc de 1 m dans l’épaisseur du mur de façade. La même épaisseur de paroi ayant été observée dans le cellier des chanoines, il est donc vraisemblable que ces dimensions puissent être appliquées à la cave 4. Ceci permet de restituer une volée de 13 marches, sans compter le débordement de l’escalier sur le trottoir nécessaire pour faciliter l’accès. Le trottoir actuel se situe à 4m au-dessus du sol d’origine de la cave, qui a été observé lors du sondage destiné à dégager une colonne. La présence de la marche conservée dans le mur de façade, et la restitution de l’épaisseur de cette paroi, amènent à envisager la présence d’un escalier débouchant sur le trottoir, à 3,2m au-dessus du sol de la cave, ce qui implique que la hauteur de la rue actuelle est très proche de celle de la voirie médiévale.

Coupe de l’escalier de la cave 23 et restitution de celui de la cave 4

Coupe de l’escalier de la cave 23 et restitution de celui de la cave 4

14Dans les autres caves, aucun sondage n’a pu être pratiqué pour vérifier la nature et les dimensions des escaliers médiévaux. Cependant, les linteaux qui assurent la jonction entre la trémie et la voûte ont tous des largeurs voisines d’1,5m, ce qui correspond tout à fait aux mensurations de l’ouverture de l’escalier de la cave 4. La restitution dans ces caves d’escaliers identiques à celui reconstitué dans cette cave est donc tout à fait envisageable. De plus, certains éléments viennent confirmer ces constatations. En effet, dans la cave 1, l’ouverture de l’escalier se situe dans l’angle sud de la façade. La présence de pilastres recevant les retombées des voûtes, et débordant de 30cm des parois latérales, a dû gêner les constructeurs de la cave. Ils ont utilisé une console en pierre de Tournai pour la première retombée du mur sud, située à côté de l’escalier. C’est la seule console observée dans la cave. Son utilisation est évidemment dictée par la présence de l’escalier, et permet d’éviter la présence d’une saillie gênant la descente dans la cave. Il est donc logique de restituer ici un escalier qui s’avance fortement à l’intérieur de la cave, pratiquement sur toute la première travée, large de près de deux mètres comme en témoigne le linteau encore en place dans la voûte. Son ouverture sur la rue devait alors se trouver à un niveau légèrement inférieur au trottoir actuel, avec un décalage de l’ordre de 0,6m. Il apparaît donc, aux vues des restitutions des accès dans les caves, que le niveau de la rue n’a que très peu varié depuis l’époque médiévale, l’épaisseur des remblais accumulés ne dépassant pas un mètre.

15Tous les escaliers étudiés jusqu’ici permettaient l’accès direct à la chaussée, et il est difficile d’imaginer qu’ils constituaient le seul lien de communication entre la cave et le premier niveau. Cependant, aucun escalier arrière ou situé à l’intérieur d’une cave n’a été observé. Les fréquents réaménagements qu’ont subi ces caves, sont les principales causes de la disparition des accès, particulièrement ceux situés dans les parois arrières qui ont été remaniées lors des creusements de nouvelles caves dans le prolongement de celles déjà existantes. Dans la cave 3, une petite partie du mur du fond a été préservée. Une ouverture, murée en briques, y a été relevée, dont n’est visible que le côté droit qui forme un angle droit avec la paroi en calcaire, dans l’axe dessiné par les trois colonnes qui soutiennent la voûte. Une observation rapide, effectuée lors des travaux d’aménagement de cette cave, a permis de vérifier que dans le comblement qui emplit la cave à moitié, l’angle du mur en pierre se prolongeait sur au moins une trentaine de centimètres. La dalle de béton coulée depuis interdit toute possibilité d’examen précis de ce côté.

16Il est difficile de dire s’il s’agit de l’ouverture d’un escalier arrière, ou un simple passage communiquant avec un espace inconnu situé dans le prolongement de la cave. Cependant, aucun cas de caves situées dans le prolongement l’une de l’autre n’a été recensé, et celle-ci étant la plus longue de toutes, la présence d’un volume supplémentaire en arrière construit dès l’origine est peu envisageable : la présence ici d’un escalier paraît alors vraisemblable.

17Le problème des communications internes entre la cave et le niveau supérieur était sans doute différent, dans les caves couvertes d’un plancher, à l’image de la cave 22 où la présence de l’arcature permet d’envisager ce type de couverture. En effet, il est beaucoup plus aisé de ménager une trappe dans un plafond en bois avec un escalier ou une échelle, dont les traces auraient évidemment disparu suite aux réaménagements des voûtes aux époques postérieures. Malheureusement, un seul exemple de cave planchéiée ayant été relevé, les hypothèses et comparaisons sont difficiles et aléatoires, et cette cave reste un exemple marginal au sein des caves médiévales recensées.

Les trappes

18Si dans la plupart des caves, les escaliers assuraient la communication avec l’extérieur, aucun accès direct avec le premier niveau n’a été observé. Seul le cellier des chanoines (7) possède, dans trois des sommets de voûtes, des ouvertures rectangulaires, bordées de longs grès, qui permettaient le passage d’une échelle communiquant directement avec la cave sans avoir à emprunter l’escalier extérieur. Dans les autres caves, aucune trace de ce type d’accès n’a été relevée dans les voûtes ; il semble donc que lors de la construction de ces caves, les bâtisseurs aient été plus soucieux de ménager des communications larges et pratiques avec l’extérieur et la chaussée, que de ménager des ouvertures d’accès interne avec le premier niveau.

Les ouvertures sous rue

19Quelques caves possèdent encore, dans le mur de façade, des ouvertures peu larges aujourd’hui murées en briques, qui permettaient vraisemblablement d’accéder à un espace situé sous la rue. Malheureusement, la pose des canalisations diverses a détruit, ou condamné, la plupart des caves sous rue. Leur abandon n’est d’ailleurs pas récent. La commune s’est adjugé la propriété de toutes les caves situées sous la voirie, depuis la fin du siècle dernier, au cours d’une procédure juridique connue sous le nom de « l’affaire des caves de Lille », au terme de laquelle les anciens propriétaires ont eu le choix entre murer les accès ou payer une redevance annuelle à la ville pour l’utilisation de ces espaces. Dans la rue de la grande chaussée, les caves 1 et 2 possèdent encore des ouvertures en façade, larges toutes deux de 0,8m. Dans la cave 2, elle est située au centre du mur de façade. Son seuil se situe juste au niveau du sol actuel, c’est-à-dire à un mètre au-dessus du sol médiéval. L’accès à cet appendice sous rue se faisait donc au moyen d’une courte échelle, ou d’un escalier, dont la présence pourrait être confirmée par un sondage ultérieur. Dans la cave 1, l’exhaussement du sol ne permet pas de vérifier la présence d’un seuil, matérialisant la hauteur de l’ouverture vers la rue en contre-haut du sol d’origine. Dans ces deux caves, les ouvertures permettent de supposer la présence de caves sous la rue ou sous le trottoir, qui confirment à nouveau le faible exhaussement du sol depuis l’époque médiévale, puisque les ouvertures des accès ses situent à 0,8m sous le niveau actuel du trottoir ; les caves auxquelles ils permettaient d’accéder étaient enterrées, et la chaussée nécessairement aménagée au-dessus des voûtes.

20Les deux autres caves possédant des ouvertures murées en façade se trouvent place Louise de Bettignies, sur le rang de maisons situé le long des anciens canaux ceinturant la motte castrale. Dans la cave 11, la largeur de l’accès est d’1,5m alors qu’elle est de 1,1m dans la 9. Dans les deux cas, l’ouverture est ménagée dans la voûte au moyen d’un linteau en grès ; les parois du passage sont en calcaire et se prolongent sur 0,9m dans les deux caves, ce qui correspond à la largeur du mur de façade. Les murs en briques qui ferment ces passages sont ménagés à l’aplomb de la façade du bâtiment. Ces accès sont de plein pied avec les caves, qui ont par ailleurs des hauteurs sous voûtes réduites, voisines de 2,2m. Ici, les couvertures des passages sont composées de linteaux en grès, et situées à 0,8m sous le niveau actuel du trottoir. A cet endroit aussi, la faiblesse de l’épaisseur du remblai dans les rues depuis le moyen âge est avérée.

Les puits

21La cave 17 est la seule à posséder un puits qui affleure au niveau du sol. Il développe un cuvelage circulaire, constitué d’assises en brique sur 0,8m de hauteur, sous lesquelles quelques épaisseurs de calcaire ont été aperçues, noyées dans les remblais. Sa profondeur actuelle est voisine d’1,3m, jusqu’au comblement. D’un diamètre d’un mètre, il s’ouvre à 0,7m de la façade et ne possède pas de margelle. C’est le seul puits rencontré dans les caves médiévales, alors que plusieurs exemplaires ont été observés dans les caves en brique plus récentes. Les comblements parfois très épais qui emplissent les caves, masquent peut-être ponctuellement d’autres puits dans certaines d’entre elles. Il est en outre assez difficile de préciser s’il ne s’agit pas de citernes ou de glacières, puisque le comblement empêche d’en observer la structure. Dans la cave 17, située le long des anciens fossés de la treille et face à l’ancienne place St Martin où se trouvait une fontaine, la nécessité de posséder un puits dans la cave peut paraître étonnante. En effet, la manutention nécessaire pour remonter l’eau de la cave vers le rez-de-chaussée est importante, puisqu’il n’existe pas de communication directe. Il est toutefois possible que la présence du puits soit liée à l’activité exercée dans la cave, sur laquelle nous ne possédons pas de renseignements, ou nécessitée par la difficulté croissante d’approvisionnement en eau, à cause des fossés malsains et des fontaines peut-être moins bien entretenues.

Les niches

22Deux caves possèdent des niches ménagées dans les parois latérales. Un seul exemplaire a été relevé dans la cave 23, qui a cependant subi de nombreuses réfections, particulièrement du côté ouest. La cave 20 présente encore quatre niches qui s’ouvrent au centre des parois entre chacune des retombées, situées face à face dans la troisième travée qui est la seule a être conservée dans son intégralité. Les parois ouest des deux premières travées, ainsi que la paroi est de la quatrième, ont subi d’importantes transformations.

23Leurs dimensions sont très régulières ; larges de 55cm et profondes de 30cm, elles ont une hauteur constante de 70cm. Ce sont aussi les mensurations de la niche de la cave 23, qui s’ouvre actuellement au ras du sol suite au remblaiement de la cave, alors qu’elles sont situées à lm du sol dans la cave 20, dont la hauteur actuelle correspond vraisemblablement à celle d’origine. Cette comparaison permet de proposer une restitution de la hauteur d’origine de la cave 23, dont l’épaisseur du remblai serait voisine d’un mètre ; la hauteur sous voûte à l’origine peut être estimée à 2,8m.

24L’utilisation de ces niches est imprécise. Leur ouverture, à un mètre du sol, atteste leur fonction utilitaire : tablettes destinées à poser des objets, lampes particulièrement, pour l’éclairage de ces locaux très sombres, ce qui est encore leur utilisation dans la cave 20 réaménagée en local commercial. Il n’existe pas de trace de gonds ou de fermeture quelconque, qui permettrait de les assimiler à des armoires murales. Le rôle de tablette paraît donc vraisemblable, mais l’absence complète de ces niches dans toutes les autres caves, de dimensions égales ou supérieures, et de hauteurs parfois beaucoup plus importantes, est surprenante, car les nécessités d’éclairage étaient identiques dans chacune d’entre elles.

25La comparaison avec les niches encore existantes dans des murs en briques est nécessaire. Elles sont semblables, de dimensions plus modestes et couvertes en bâtière par deux briques. Souvent ouvertes dans des murs de jardin, de séparation entre des bâtiments ou des parcelles. Elles ne sont plus d’usage aujourd’hui, mais servaient de marque de propriété dans des murs mitoyens, la niche s’ouvrant vers la parcelle du propriétaire du mur. Cette fonction appliquée aux niches observées dans les caves est intéressante ; ces aménagements particuliers pourraient fournir un repère de chronologie relative, les caves qui n’en possèdent pas étant alors antérieures aux caves 20 et 23. La majorité des caves de Lille témoigneraient d’une époque où la densification du parcellaire n’était pas encore importante, au point d’être obligé de ménager des marques de propriété dans les murs des caves. A l’inverse, les deux caves concernées auraient alors été construites dans un parcellaire dense, où les creusements de caves contiguës risquaient de poser des problèmes de propriété des murs, qui sont les soubassements de la maison. Les murs entre les maisons étant mitoyens, il fallait s’assurer de la propriété des fondations. Cette théorie est d’autant plus séduisante que les caves 20 et 23 possèdent des architectures originales par rapport aux autres caves de même volume ; la densification parcellaire a donc vraisemblablement obligé les constructeurs de ces deux caves à utiliser des marques de propriété, tout en mettant en œuvre des architectures particulières, témoins d’un renouveau des techniques ou d’une adaptation aux contraintes de largeurs réduites des parcelles disponibles.

Les sols

26Les caves ayant été remblayées pour la plupart, les sols médiévaux ne sont observables qu’au moyen de sondages. Cinq caves ont fait l’objet de telles investigations, une voûtée d’un simple berceau (13) et quatre possédant des colonnes pour soutenir les voûtes (1, 2, 3, 4). Dans ces quatre caves, les sondages ont été effectués au pied des colonnes afin de les dégager complètement des remblais qui les cachaient ; les sols d’origine se situent au niveau des plinthes carrées supportant la base des colonnes. Ils sont d’une épaisseur comprise entre dix et vingt centimètres, et sont composés de calcaire broyé, très fortement compacté. Ils reposent sur le terrain naturel qui est un limon jaunâtre très compact, et sont recouverts d’une fine pellicule noire dans laquelle ont été trouvés des débris osseux, du charbon de bois et quelques tessons de céramique, témoins de l’occupation de la cave. Ces débris, directement posés sur la couche de calcaire, montrent qu’il s’agit bien là d’un sol et non d’une épaisseur de stabilisation sur laquelle aurait pu être posé un pavement.

Les colonnes

27Huit caves possèdent des colonnes, supportant les voûtes d’arêtes pour sept d’entre elles, et une arcature de refend dans la cave 22. Les colonnes utilisées ne sont pas toutes identiques, par le matériau utilisé, les dimensions d’ensemble et le décor des chapiteaux.

Les colonnes en grès

28Trois caves ont des colonnes en grès, qui présentent chacune des particularités. La cave 1, qui développe des dimensions particulièrement amples, la 7, cellier des chanoines de St Pierre, et la 22, seul exemple reconnu de cave couverte par un plancher. Le matériau utilisé est le seul point commun entre les colonnes mises en œuvre ici.

29Dans la cave 22, les colonnes sont très courtes, composées d’une base circulaire à deux tores posée sur une plinthe carrée ; le fût est monolithe, circulaire, couronné par un chapiteau à crochets affectant la forme de boules incisées de lignes s’y enroulant, extrémités de nervures saillantes qui s’épanouissent depuis l’astragale. Les chapiteaux ne sont pas visibles dans leur intégralité, car ils sont en partie noyés dans le mur mitoyen avec la cave voisine, et cachés par les aménagements qu’a nécessité la construction de la voûte actuelle en brique. Il n’y a pas de tailloir au-dessus du chapiteau, et les arcs du mur de refend sont reçus par des grès profilés, posés directement sur les chapiteaux. L’ensemble donne une impression de finesse et de légèreté, surtout quand on compare ces colonnes à celle supportant les voûtes de la cave du chapitre notamment.

Colonnes en grès utilisées dans les caves de Lille

Colonnes en grès utilisées dans les caves de Lille

30Ici, la taille de l’ensemble est beaucoup plus importante. La base de la colonne n’est pas visible, noyée dans les remontées de la nappe phréatique, mais elle est globalement circulaire, composée de deux tores séparés par une gorge importante. Le fût est monolithe et supporte un chapiteau à crochets très décoré, orné d’une feuille trilobée sur chacune des faces ; les nervures qui les encadrent s’enroulent autour de chacun des crochets. Enfin, la retombée centrale des voûtes repose sur un tailloir très large, carré. Les dimensions générales de la colonne en font un élément puissant dans l’architecture de la cave, qui est la seule à Lille à posséder un chapiteau aussi décoré.

31La colonne dégagée dans la cave 1 est un peu plus petite. Le fût, constitué de trois tambours, se superpose à une base circulaire posée sur une plinthe carrée, puissamment fondée. Le chapiteau qui couronne l’ensemble est particulièrement bien conservé : les courbes des larges nervures naissent à l’astragale et viennent s’enrouler autour des crochets ronds, très saillants. Le tailloir qui reçoit les voûtes est large, identique à celui observé dans la cave 7.

32Les colonnes en grès sont donc différentes entre elles et ne répondent pas à des critères de standardisation ; l’homogénéité de cet ensemble est principalement fondée sur le matériau utilisé. Tel n’est pas le cas pour les cinq caves dont les voûtes sont soutenues par des colonnes en pierre de Tournai.

Les colonnes en pierre de Tournai

33Au nombre de treize, les colonnes en pierre de Tournai mises en œuvre dans les caves présentent une homogénéité de style tout à fait intéressante, avec cependant de nombreuses variantes de détail. Elles sont en majorité composées d’une base circulaire à deux tores posée sur une plinthe carrée, octogonale dans la cave 6 où les deux tores de la base sont surmontés d’une troisième moulure à angle droit. Les fûts sont constitués de trois tambours dans les caves 2 et 5, et de deux dans les trois autres caves. Les chapiteaux sont tous à crochets, souvent bûchés, décorés de nervures plus ou moins saillantes et nombreuses, qui s’enroulent sur les crochets ; ceux conservés sont de petites tailles, peu saillants, et n’ont plus la forme de boules comme sur les chapiteaux en grès, mais s’enroulent en « escargots ». Le volume global des chapiteaux est aussi assez identique ; ils sont plus larges que haut dans quatre caves, mais possèdent un profil carré pour ceux de la cave 6. Tous les chapiteaux sont couronnés de tailloirs aux angles systématiquement abattus, d’épaisseurs variables.

34Il est intéressant de noter que les chapiteaux ne sont pas identiques dans une même cave. Ainsi, les trois utilisés dans la cave 3 présentent des variantes dans le décor : celui du milieu est le plus décoré et le mieux conservé, où quatre nervures se rejoignent à chacun des crochets, séparées chacune au niveau de l’astragale par un demi-cercle en relief. Ce chapiteau a un jumeau, exactement identique dans le décor bien qu’en plus mauvais état, dans la cave 4.

Colonnes en pierre de Tournai des caves lilloises

Colonnes en pierre de Tournai des caves lilloises

35L’ensemble des colonnes en pierre de Tournai semble, d’un premier abord très homogène, mais les variantes de détail et les particularités stylistiques accumulées dans la cave 6 notamment, peuvent s’avérer riches de renseignements.

Les techniques de construction

Les fondations

36Le site de Lille est particulièrement humide, et l’instabilité du sol a amené les bâtisseurs médiévaux à utiliser des techniques spécifiques pour assurer la stabilité des fondations des édifices. Ainsi le palais Rihour était fondé sur une forêt de pieux en chêne, formant un réseau très serré, profondément enfoncés dans le sol humide, et régulièrement calés par des déchets de calcaire ou de brique. De même, les courtines du château de Courtrai situées sur les bords de la basse Deûle, fouillées en 1993, étaient, elles aussi, fondées de la même façon.

37Dans les caves, les faibles dimensions des sondages n’ont pas permis de descendre jusqu’au niveau des soubassements des murs. Cependant, le sommet d’un hérisson de fondation a été observé à l’occasion d’un sondage très restreint effectué au pied de la paroi nord de la cave 2 ; il est composé de moellons de calcaire de petit module, débordant d’une quinzaine de centimètres de la première assise du mur. Aucun élément en bois n’a été remarqué, mais la taille extrêmement réduite du sondage ne permet pas d’apporter des conclusions définitives. Cependant, le terrain naturel observé au cours de ces sondages, sous le sol médiéval des caves, n’est pas caractéristique de terrains humides comme au palais Rihour ou au château de Courtrai. La rue de la grande chaussée traverse dans sa longueur un dôme géologique, d’altitude modeste mais suffisante pour être hors d’atteinte des eaux divagantes de la Deûle primitive. Ce terrain, sans être d’une très grande fermeté, est néanmoins constitué de limon compact très homogène, dans lequel l’utilisation de pieux de stabilisation n’était peut-être pas nécessaire. En témoigne un sondage effectué à l’arrière de la cave 4, qui a mis au jour les assises basses du mur arrière : il n’est constitué que d’un parement de moellons de calcaire, appuyé directement contre le terrain naturel. La faible épaisseur de ce mur, bien que recevant la retombée de la voûte en berceau qui couvre la dernière travée, ne nécessite pas de fondations importantes : la stabilité de l’ensemble est assurée par la conjugaison des pressions exercées par la voûte, absorbées directement par le terrain naturel.

38Les fondations des colonnes sont mieux connues grâce aux sondages effectués systématiquement jusqu’à la base de cinq d’entre elles. Dans les caves 2, 3 et 4, les plinthes carrées qui forment la première assise des colonnes, sont posées sur un massif carré composé de morceaux de calcaire de petite dimension, liés entre eux par un mortier verdâtre fortement sableux, qui déborde de la plinthe d’une quinzaine de centimètres. Cette fondation est posée directement dans le terrain naturel, creusé pour la recevoir. La cave 1 fait à nouveau exception, car les fondations de la colonne y sont beaucoup plus importantes ; des moellons de calcaire de grande dimension, calés par des petits morceaux de grès noyés dans un mortier vert, composent un carré de près d’1,5m de côté qui assure la stabilité de la colonne, dont la plinthe ne mesure que 60cm de côté. Posé directement sur le terrain naturel, ces massifs de fondation ne nécessitaient vraisemblablement pas l’utilisation de pieux stabilisateurs en chêne.

39Dans le cellier des chanoines (7), la colonne était fondée sur au moins un pieu en bois, mis au jour et retiré lors de travaux intempestifs qui ont totalement déstabilisé l’ensemble de la cave, soutenue aujourd’hui par une forêt d’étais. Les restes de la fondation ne sont pas visibles, car la base de la colonne est continuellement noyée dans les remontées de la nappe phréatique, ce qui montre de façon évidente l’humidité importante du sol dans lequel cette cave a été creusée. La basse Deûle était toute proche, donc l’utilisation de pieux de stabilisation se conçoit parfaitement dans ce cas précis, précaution qui a permis la conservation intégrale de cette cave malgré les nombreuses destructions des bâtiments de surface au cours des siècles, et les remontées du niveau de l’eau depuis sa construction.

Le creusement des fondations

40Dans une ville au sous-sol si ingrat, la construction de caves dont les voûtes culminent à 3,5m de haut a dû poser des problèmes spécifiques de construction, particulièrement lors du creusement des fondations. En effet, même si la majorité d’entre elles a été établie sur une butte limoneuse relativement sèche, ainsi que nous l’avons déjà vu, l’aménagement de volumes importants dans un espace urbanisé qui suppose la présence de bâtiments mitoyens, a amené les constructeurs à adopter des techniques qu’il convient d’essayer de comprendre. L’analyse technique la plus précise possible est notre unique outil d’investigation, puisque nous ne possédons aucun texte relatant une quelconque construction ou restauration de cave.

41Pour les caves de faible largeur et de hauteur modeste, celles voûtées en berceau particulièrement, la structure de l’ensemble nécessite la fondation complète des parois latérales avant l’aménagement du berceau. Trois hypothèses de construction peuvent être émises. La première consisterait à restituer le creusement complet d’une fosse ayant les dimensions de la cave à bâtir, ainsi que la profondeur ; cependant, même si les parois latérales ainsi aménagées ne dépassent pas 2,5m de haut, la présence de maisons voisines, envisageable en centre ville dans une zone très tôt urbanisée, pose un problème. La pression exercée par le poids de ces bâtisses sur les parois de la fosse, creusée dans du limon compact mais néanmoins fragile, devait forcément engendrer des déstabilisations de l’ensemble qu’il est difficile de compenser par la pose d’étais au sein d’une fosse.

42La seconde hypothèse restituerait la construction de la cave par « tranches » ; au lieu de creuser une fosse de la taille définitive de la cave, la construction débute du côté de la façade ou de la partie arrière par le creusement d’une petite fosse, au sein de laquelle les fondations et les murs de soubassement sont maçonnés. Un cintre en bois est alors posé, sur lequel la voûte est maçonnée ; cette première partie terminée, une seconde fosse est creusée dans le prolongement et la même opération est menée jusqu’aux dimensions voulues de la cave, en autant de « tranche » qu’il est nécessaire. Cette méthode a l’avantage de ne pas déstabiliser les constructions voisines, puisqu’il n’y a pas de creusement de fosse de grande dimension. Cependant, cette technique aurait dû laisser des traces de jonction des différentes parties construites bout à bout, visibles dans les voûtes, or ce n’est pas le cas. L’extrême régularité et l’homogénéité des assises de moellons utilisées pour les voûtes, d’un bout à l’autre de la cave, sont même leurs principales caractéristiques.

43L’observation des caves 13 et 16 permet d’envisager une autre technique de construction. Dans ces caves, les berceaux sont construits en assises parfaitement régulières et horizontales, mais d’épaisseurs différentes. Certaines assises constituées de moellons de 15 cm d’épaisseur alternent avec d’autres de 30cm, de dimensions constantes sur toute la longueur de la cave. Ceci implique que les voûtes ont été montées en posant chaque assise sur toute la longueur avant de démarrer la suivante ; or, la cave 13 mesure près de 11 m de long, et il est difficile d’envisager un cintre d’une telle dimension, sur lequel aurait été construite la voûte de la cave. La restitution la plus plausible est celle d’une construction en trois temps. La première étape est le creusement de deux tranchées correspondant aux parois latérales, facilement étayables. Au fond de chacune d’elles, les fondations sont ménagées et les premières assises verticales, qui doivent supporter le berceau couvrant la cave, posées. Ensuite, la terre restant entre ces deux tranchées est grossièrement profilée et sert de cintre à la construction de la voûte, qui s’effectue par assises complètes. Enfin, une fois la voûte terminée et l’ensemble de la structure ainsi rigidifiée, la terre est enlevée dans une dernière étape avant l’aménagement des parois fermant la cave au fond et en façade, simples murs écrans posés devant la terre. Dans la cave 13, le mur de façade présente à sa jonction avec la voûte un calage par petits morceaux de calcaire, montrant bien qu’il a été construit après le berceau, par-dessous.

44Pour les caves d’architecture plus complexe, qui possèdent des voûtes d’arêtes soutenues par des colonnes au centre, la technique de construction ne devait pas être très différente. En effet, l’essentiel était de fonder solidement les endroits qui reçoivent les plus grandes pressions de la voûte : la technique de la tranchée préalable s’adapte bien à ces caves. La construction s’effectuait aussi en trois étapes. La première est le creusement des tranchées latérales au fond desquelles sont maçonnées les assises basses des parois, sur les hérissons de fondation. Ainsi, dans la cave 2, le sondage effectué le long du mur nord a montré la présence de trois assises de moellons de calcaire de grandes dimensions, parfaitement taillés et assemblés, sur lesquelles reposent les moellons de grès qui supportent les retombées latérales des arêtes. Au cours de cette première étape, les colonnes devaient être fondées et posées, après creusement préalable d’une fosse de dimension limitée à leur emplacement. Les assises en grès mises en place dans les parois latérales, l’aménagement des voûtes était alors possible. Ici aussi, il est probable que ce soit la terre elle-même qui ait fait office de cintre, technique plus pratique que l’utilisation de cintres en bois qu’il faut tout d’abord fabriquer, et ensuite mettre en place en les calant obligatoirement par des étais le long des parois latérales, puisqu’il n’existe aucun élément en saillie permettant de servir de support. La dernière étape consistait donc à enlever la terre sous les voûtes rigidifiées, et à maçonner les parois entre chacune des retombées. Ce sont des murs écrans, qui ne s’ancrent pas dans les voûtes ou les retombées, et ne servent qu’à maintenir les terres sous les arcs de la voûte, le long des parois. Dans les caves 2 et 4, plusieurs de ces murs ont été démontés et remplacés par des murs en rouges barres, ainsi que le montre à nouveau le sondage déjà mentionné effectué dans la cave 2 : ils sont donc « démontables » et ne soutiennent en rien l’architecture de la cave.

45La cave 5 est la seule dont les voûtes n’aient pas été préservées. Une photographie de cette cave au début du siècle, montre que les colonnes étaient inclinées à cette date, et la voûte fissurée dans sa longueur. Lors du réaménagement, dans les années 70, la voûte n’a pu être conservée à cause de son trop mauvais état. Est-ce la technique de fondation qui pourrait en être la cause ? La différence de largeur des deux nefs de la cave est en effet très importante, particulièrement dans la première travée où la nef orientale est deux fois moins large que sa voisine, alors que cette différence s’atténue vers le fond de la cave. Est-il possible que lors du creusement des fondations, l’alignement des colonnes n’ait pas été correctement effectué ? La cave 3 révèle aussi une différence de largeur des nefs, moins accentuée toutefois ; la fonction d’un tel décalage dans l’utilisation quotidienne de la cave, est assez difficile à interpréter. Le manque de rigueur du positionnement des fosses à creuser, lors de l’élaboration des fondations, est une éventualité à ne pas négliger, qui aurait pu engendrer, à cause de l’irrégularité des portées de voûtes qui couvrent notamment la cave 5, des désordres résultant d’une relative fragilité, aboutissant à la nécessaire destruction des voûtes lors de la réhabilitation du local.

46Le cas des caves 2, 15 et 21, pose le problème des constructions mitoyennes. De longueurs identiques, ces trois caves sont peut-être le résultat d’un « programme » de construction, suite à la division d’une seule grande parcelle en trois. Dans cette hypothèse, l’aménagement de l’ensemble aurait alors commencé par la mise en place des murs de séparation entre les caves, larges d’un mètre comme en témoigne un passage qui relie les caves 3 et 21, le montage des voûtes s’effectuant par la suite. Cependant, la construction simultanée des trois caves n’est pas prouvée, et cela oblige à envisager le cas de l’aménagement d’une cave le long d’une autre, déjà existante. Le problème qui était posé aux bâtisseurs était alors, dans un premier temps, de maintenir les parois de la première cave, particulièrement à l’endroit où s’exercent les poussées les plus importantes. Les travaux de construction ont en effet comme conséquence d’enlever le terrain contre lequel sont maçonnées les parois de la cave voisine. A nouveau, l’utilisation de tranchées préalables dans lesquelles sont montées les parois est envisageable, qui amène alors à mettre au jour la face externe des fondations de la première cave. Il restait à construire les parois de la nouvelle cave au dos de la première, en conservant la terre comme cintre, puis à maçonner les voûtes avant le déblaiement de la terre.

47En l’absence de fouille complète des fondations de caves mitoyennes, ou même de simples observations lors des différentes reconstructions effectuées au centre de la ville au cours de ce siècle, nous devons nous contenter de formuler des suppositions, en essayant de se représenter tous les cas de figures auxquels ont pu être confrontés les architectes médiévaux.

*

48Cette étude des techniques utilisées pour la construction des caves permet de mettre en évidence la grande maîtrise des bâtisseurs, qui ont su adopter des méthodes de construction adaptées aux exigences locales, tant en fonction de la nature du sous-sol que des matériaux à disposition. L’état actuel des caves, qui ne présentent pas de désordres architecturaux et soutiennent toujours les bâtiments qui ont eux souvent été démolis et remaniés, prouve la qualité des constructions et la justesse des partis pris architecturaux mis en œuvre par les bâtisseurs médiévaux. A la lumière de ces analyses, et en liaison avec les documents écrits à notre disposition, il convient maintenant de se pencher sur l’utilisation de ces immenses volumes, et tenter de cerner l’identité et la fonction de leurs propriétaires. Ces constatations poseront en outre le problème de la datation de chacune des caves, ce qui permettra d’envisager des hypothèses de chronologie et de typologie.

Notes

1 A.M.L., Cptes de la ville, année 1338, fo 25 r°, « payements en ouvrages »

2 Quartier de Lille-Moulin, maisons aperçues lors de leur destruction rue d’Arras au cours de l’année 1998.

Table des illustrations

Titre Coupe de l’escalier de la cave 23 et restitution de celui de la cave 4
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Colonnes en grès utilisées dans les caves de Lille
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Colonnes en pierre de Tournai des caves lilloises
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search